Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
R
T

Décors et costumes du XIXe siècle. Tome I

 | 
Nicole Wild

S

Texte intégral

SACOUNTALA

Ballet-pantomime en deux actes de Théophile Gautier.

Musique d’Ernest Reyer.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 14 juillet 1858

Chorégraphie de Lucien Petipa.

Décors d’Hugues Martin (A. I), Joseph Nolau et Auguste Rubé (A. II).

Costumes d’Alfred Albert.

A. I : Une forêt sacrée sur les bords du Malini, en Inde.

A. II : Intérieur de palais indien.

1. Maquette construite de l’acte I, par Hugues Martin

1 plantation.

7 principales.

1 toile de fond.

7 éléments divers.
[Maq. A 224

2. Dix maquettes de costumes par Alfred Albert

Crayon, aquarelle. Signées et datées : 1858.

H. ca 230 x L. 150 mm. – Pag. 49-58.

[D. 216 (21)

La richesse et l’opulence des costumes d’Alfred Albert soulevèrent l’admiration des journalistes d’alors. Rien que pour l’acte I, Albert dut fournir 176 costumes. Pourtant, la bibliothèque de l’Opéra ne conserve plus que 10 maquettes. E. Binney, dans son ouvrage sur les Ballets de Théophile Gautier donne une explication : en 1864, Tony Dury qui devait faire les peintures du pavillon de Georges IV à Brighton, obtint du directeur de l’Opéra, Perrin, l’autorisation de consulter les costumes de Sacountala. Dans une lettre à Théophile Gautier, il confirme qu’on l’a même autorisé à emporter les dessins (p. 306).

SAINTE-CLAIRE

Opéra en trois actes de Mme Birch-Pfeiffer.

Musique de S.A.R. Ernst, duc de Saxe-Cobourg Gotha.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 17 septembre 1855

Adaptation française de Gustave Oppelt.

Décors de Joseph Nolau et Auguste Rubé (A. I, III), Édouard Despléchin (A. II). Costumes d’Alfred Albert.

A. I : L’ange des montagnes. Magnifique salle dans le palais du Kremlin.

A. II : L’office des morts. Intérieur de l’église de l’archange Michel au Kremlin.

A. III : L’expiation. Paysage aux environs de Naples avec vue du golfe de Naples et du Vésuve.

1. Maquette construite de l’acte II, par Édouard Despléchin

2 plantations.

2 croquis (crayon).

3 principales.

3 éléments divers.
[Maq. A 225

2. Sept maquettes de costumes par Alfred Albert

Crayon, aquarelle, gouache. En partie signées et datées : 1855.

H. ca 240 x L. 160 mm. – Pag. 8-14.

[D. 216 (18)

Les ff. 2, 6, 7 ne sont pas signés.

SALAMMBÔ

Opéra en cinq actes et sept tableaux de Camille Du Locle d’après Gustave Flaubert.

Musique d’Ernest Reyer.

Création à Bruxelles le 10 février 1890.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 16 mai 1892

Divertissements de Joseph Hansen.

Mise en scène de Lapissida.

Décors d’Eugène Carpezat (A. I, V), Auguste Rubé et Philippe Chaperon (A. II), Amable et Eugène Gardy (A. III et IV).

Costumes d’Eugène Lacoste.

A. I : Les mercenaires. Les jardins d’Hamilcar à Mégara.

A. II : Le sanctuaire.

A. III, t. 1 : Le temple de Moloch.

A. III, t. 2 : La terrasse.

A. IV, t. 1 : Le camp.

A. IV, t. 2 : La tente de Matho.

A. IV, t. 3 : Le champ de bataille.

A. V : Le forum.

1. Esquisse de décor de l’acte I, par Philippe Chaperon

Crayon, plume, aquarelle et gouache. Signée en bas à g. : Ph. Chaperon, s. d.

H. 250 x L. 320 mm.
[D. 345 (II, 34/1)

2. Maquette construite de l’acte I, par Philippe Chaperon (non réalisée)

1 plantation datée : décembre 1891.

1 toile de fond.

2 principales.

5 éléments divers.
[Maq. A 226

3. Maquette construite de l’acte I, par Eugène Carpezat

[Maq. 238

4. Esquisse de décor de l’acte II, par Philippe Chaperon

Crayon, aquarelle, plume, gouache. Signée et datée en bas à g. : Ph. Chaperon 1895. Salambô.

H. 228 x L. 310 mm.
[D. 345 (II, 34/2)

L’enceinte sacrée du temple de Tanit. Parvis ombragé par un cèdre. Portiques et trépieds dans lesquels brûlent des parfums.

Réplique du décor de 1892.

5. Maquette construite de l’acte II, par Philippe Chaperon

2 plantations dont l’une est datée : janvier 1892.

1 croquis de la toile de fond.

1 principale.
[Maq. A 227

6. Maquette construite de l’acte II, par Auguste Rubé et Philippe Chaperon

[Maq. 239

7. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Amable et Eugène Gardy

[Maq. 240

8. Maquette construite de l’acte III, tableau 2, par Amable et Eugène Gardy

[Maq. 241

9. Maquette construite de l’acte IV, tableau 1, par Amable et Eugène Gardy

[Maq. 242

10. Maquette construite de l’acte IV, tableau 2, par Amable et Eugène Gardy

[Maq. 243

11. Maquette construite de l’acte IV, tableau 3, par Amable et Eugène Gardy

[Maq. 244

12. Maquette construite de l’acte V, par Eugène Carpezat

[Maq. 245

13. Cent dix-sept maquettes de costumes par Eugène Lacoste

Plume et aquarelle sur calques. En partie signées et datées de juillet 1891 à février 1892.

H. ca 330 x L. 250 mm. – 3 vol. pag. 1-117.
[D. 216 (47)

Les ff. 1-99 sont signés par Lacoste.

Le fol. 116 est signé et daté : Ch. Bianchini 1892.

Le fol. 117 est une photo prise au musée de Naples.

14. Cent huit maquettes de costumes par Eugène Lacoste

Plume, aquarelle sur calques. En partie signées et datées : 1891.

H. 345 x L. 225 mm. – Pag. 1-102.
[D. 216 (47 bis)

Doubles des dessins contenus dans l’album D. 216 (47).

Les ff. 1, 3-5, 73 sont signés. Les ff. 5, 10, 12, 30, 81, 94 comportent un fol. bis.

Dernière œuvre d’Eugène Lacoste pour le théâtre de l’Opéra. Il n’avait plus rien produit depuis Tabarin en 1885.

Dans une lettre adressée au directeur de l’Opéra, E. Bertrand, Ernest Reyer note en novembre 1891 : « Je viens de voir chez Lacoste les costumes de Salammbô. Je les trouve très variés, très pittoresques et fort réussis. Cela fera sur la scène de l’Opéra un très bel ensemble et je crois bien que les plus fins archéologues, tant les recherches ont été minutieusement faites, n’y trouveront rien à critiquer » (B. O., C. 380, II).

15. Rose Caron dans le rôle de Salammbô, par Léon Bonnat

Huile sur toile. Signée et datée en haut à dr. : L. Bonnat 1897. En haut à g. : À Madame Rose Caron.

H. 0,72 x L. 0,59 m.
[Musée 954

Créatrice du rôle à Bruxelles et à Paris.

Prov. : Don de Mme Stanislas Lami en 1960.

Autres reprises

16. Douze maquettes de costumes par Charles Bétout, Marcel Multzer, De Becque, pour une reprise non identifiée (début xxe s.)

Plume, aquarelle, gouache. En partie signées, s. d.

H. ca 320 x L. 235 mm.
[Fonds Muelle 20

Les ff. 1-4, 11-12, sont de la main de Bétout.

Le fol. 5 est de De Becque.

Les ff. 6-8, 10 sont de Multzer.

17. Albert Alvarez dans le rôle de Mathô, par Armand Ségaud

Crayon, aquarelle et rehauts de gouache. Signé en bas à dr. : AS., s. d. [1910].

H. 180 x L. 085 mm. – Pag. 60.
[D. 216 (Z4)

Chanta le rôle au Théâtre de l’Opéra à partir de 1906.

SALOMÉ

Drame musical en un acte d’Hedwig Lachmann, d’après Oscar Wilde.

Musique de Richard Strauss.

Création à Dresde le 9 décembre 1905.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 6 mai 1910

Version française de Joseph de Marliave et Pedro Gailhard.

Divertissements de Mme Stichel.

Mise en scène de Paul Stuart.

Décors de Rochette et Landrin.

Costumes de Joseph Pinchon.

Acte unique : Les jardins du palais d’Hérode.

1. Maquette construite de l’acte I, par Rochette et Landrin

[Maq. 432

2. Cinq maquettes de costumes de Joseph Pinchon

Crayon, plume, aquarelle. Portent la mention : Par Mr Pinchon, s. d.

H. 245 x L. 145-160 mm. – Pag. 13-17.
[D. 216 (73)

SAMSON ET DALILA

Opéra en trois actes de Ferdinand Lemaire.

Musique de Camille Saint-Saëns.

Création à Weimar le 2 décembre 1877.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 23 novembre 1892

Divertissements de Joseph Hansen.

Mise en scène de Lapissida.

Décors d’Amable et Eugène Gardy (A. I, II), Eugène Carpezat (A. III).

Costumes de Charles Bianchini.

A. I : Place publique de Gaza.

A. II : Vallée de Sorek. Demeure de Dalila.

A. III, t. 1 : La prison. La meule.

A. III, t. 2 : Intérieur du temple de Dagon.

Pour l’acte I, il n’a pas été fait de maquette nouvelle. On a utilisé l’acte IV, tableau 1 du Roi de Lahore (Maq. 100).

N’ont été remis à l’archiviste Charles Nuitter que le plan et les mesures.

1. Maquette construite de l’acte II, par Amable et Eugène Gardy

[Maq. 247

2. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Eugène Carpezat

[Maq. 248

3. Maquette construite de l’acte III, tableau 2, par Eugène Carpezat

[Maq. 249

4. Dix maquettes de costumes par Charles Bianchini

Crayon, aquarelle, gouache. Non signées, s. d.

H. 265-325 x L. 160-200 mm. – Pag. 2-11.
[D. 216 (48)

5. Vingt-quatre maquettes de costumes pour des reprises non identifiées (début xxe s.), par Charles Bétout, Marcel Multzer, Jules Muelle

Plume, aquarelle, gouache. En partie signées, s. d.

H. ca 320 x L. 230 mm.
[Fonds Muelle 20

Les ff. 1-8 sont de la main de Bétout.

Les ff. 9-20 sont de Multzer.

Les ff. 21-24 sont de Muelle.

6. Marie-Blanche Deschamps Jehin dans le rôle de Dalila, par Marie Fournets-Vernaud

Huile sur toile. Signé en haut à dr. : Fournets-Vernaud, s. d.

H. 0,85 x L. 0,72 m.
[Musée 620

Créatrice du rôle à la Salle Garnier.

Prov. : Don du chef d’orchestre Léon Jehin.

SAPHO

Tragédie lyrique en trois actes d’Adolphe-Joseph Simonis dit Empis et Hippolyte Cournol.

Musique d’Anton Reicha.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 16 décembre 1822

Ballets de Pierre Gardel.

Décors de Pierre-Luc-Charles Ciceri.

A. I : Un lieu pittoresque sur le bord de la mer, en Sicile.

A. II, t. 1 : Salle intérieure du temple.

A. II, t. 2 : Enceinte du temple consacré à Junon.

A. III, t. 1 : Rochers au bord de la mer.

A. III, t. 2 : Nuage portant Sapho et Vénus. Le ciel s’ouvre et l’on aperçoit le Parnasse et Apollon entouré de muses.

1. Esquisse de décor de l’acte I, par Pierre-Luc-Charles Ciceri

À g., ruines d’un temple antique. À dr., rochers. La mer est déchaînée. Ciel d’orage.

Plume, sépia. Non signée, s. d.

H. 380 x L. 565 mm.
[Esq. Ciceri 90

2. Autre esquisse de décor, par Pierre-Luc-Charles Ciceri

Plume, sépia. Non signée, s. d.

H. 375 x L. 565 mm.
[Esq. Ciceri 91

CICERI. Sapho (Reicha), no 2

SAPHO

Opéra en quatre actes d’Émile Augier.

Musique de Charles Gounod.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 16 avril 1851

Décors de Charles Séchan (A. I, II), Édouard Despléchin (A. III, IV).

Costumes de Paul Lormier.

A. I : Place devant le temple de Jupiter.

A. II, t. 1 : Chez Phaon.

A. II, t. 2 : Les jardins.

A. III : Chez Sapho.

A. IV : Les rochers.

1. Esquisse de décor de l’acte IV, par Édouard Despléchin

Plume, aquarelle et rehauts de gouache, sur papier beige. Signée et datée au dos : E. D. Mars 1851.

H. 315 x L. 485 mm.

[Esq. Despléchin 18

2. Maquette construite de l’acte IV, par Édouard Despléchin

1 plantation signée et datée : E. D. 11 mars 1851.

1 toile de fond.

11 éléments.
[Maq. A 268

3. Six maquettes de costumes par Paul Lormier

Crayon, plume, aquarelle. En partie signées et datées : 1851.

H. ca 220 x L. 145 mm. – Pag. 14-19.
[D. 216 (17)

Le fol. 18 est signé : Ary Scheffer.

Le fol. 19 n’est pas signé.

Reprise le 2 avril 1884 (salle Garnier)

Divertissements de Louis Mérante.

Mise en scène d’Adolphe Mayer.

Décors d’Auguste Rubé et Philippe Chaperon (A. I), Jean-Baptiste Lavastre (A. II, IV), Eugène Carpezat (A. III).

Costumes d’Eugène Lacoste.

4. Esquisse de décor de l’acte I, par Philippe Chaperon

Plume, aquarelle, gouache, collages. Signée et datée en bas à g. : Août 1883. Ph. Chaperon. Sapho 1er acte.

H. 320 x L. 460 mm.
[D. 345 (I, 24)

5. Maquette construite de l’acte I, par Auguste Rubé et Philippe Chaperon

[Maq. 161

6. Maquette construite de l’acte II, tableau 1, par Jean-Baptiste Lavastre

[Maq. 162

7. Maquette construite de l’acte II, tableau 2, par Jean-Baptiste Lavastre

[Maq. 163

8. Maquette construite de l’acte III, par Eugène Carpezat

[Maq. 164

9. Maquette construite de l’acte IV, par Jean-Baptiste Lavastre

[Maq. 165

10. Cinquante-huit maquettes de costumes par Eugène Lacoste

Plume, aquarelle, gouache. En partie signées et datées de décembre 1883 à 1884.

H. ca 325 x L. 230 mm. – Pag. 48-105.
[D. 216 (37)

Les ff. 67-73, 89 ne sont ni signés ni datés.

Les ff. 104 et 105 représentent un coffret et une lyre.

Lacoste se livra à des recherches historiques : « Il importait de procéder avec cette prudence pour faire accepter d’exactes restitutions de costumes historiques au public habitué par les néo-Grecs du milieu de ce siècle à voir représenter une antiquité toute en blanc ou en gris-de-lin. Une des grandes difficultés de ce travail était de créer tout un peuple grec : hommes, femmes, soldats, hérauts, prêtres, etc., avec trois formes de vêtements aussi restreints les uns que les autres : le manteau, la tunique, la palla ou peplum » (B. O., C. 380, II).

SCÉMO

Drame lyrique en trois actes et cinq tableaux de Charles Méré.

Musique d’Alfred Bachelet.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 6 mai 1914

Divertissements d’Ivan Clustine.

Mise en scène de Labis.

Décors de Georges Mouveau (A. I, III), Gardère (A. II).

Costumes de Joseph Pinchon.

A. I : L’action se passe dans un village corse.

En pleine montagne.

A. II, t. 1 : Une salle dans une maison rustique.

A. II, t. 2 : (comme l’A. I)

A. III, t. 1 : (comme l’A. II, t. 1)

A. III, t. 2 : Une grotte dans la montagne.

1. Maquette construite de l’acte I, par Georges Mouveau

[Maq. 487

2. Maquette construite de l’acte II, tableau 1, par Gardère

[Maq. 489

3. Maquette construite de l’acte III, tableau 2, par Georges Mouveau

[Maq. 490

4. Trois caricatures d’interprètes de la création, par Borgex

Crayon, ou lavis sur calques. 3 ff. signés, s. d.
[Dessins 20 Aut.

André Gresse, dans le rôle d’Arrigo di Leca. – H. 175 x L. 155 mm.

Louis Lestelly, dans le rôle de Giovanni Anto. – H. 200 x L. 140 mm.

Altchewsky, dans le rôle de Scemo. – H. 275 x L. 135 mm.

SÉMIRAMIS

Opéra en trois actes de Philippe Desriaux d’après Voltaire.

Musique de Charles-Simon Catel.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Montansier) le 4 mai 1802

Divertissements de Pierre Gardel.

Décors de Charles Percier, Jean-Thomas Thibault et Pierre-François-Léonard Fontaine, peints par Moench.

Costumes de Jean-Simon Berthélemy.

A. I : La ville de Babylone. L’Euphrate traversé par un pont.

À dr., le palais de Sémiramis ; à g., le siège de la reine.

A. II : Une salle du palais de Sémiramis avec le trône au centre.

A. III : Les jardins de Sémiramis. À dr., le tombeau de Ninus.

1. Une pl. de costumes par Jean-Simon Berthélemy

Pierre noire, aquarelle. Non signée, s. d.

H. 272 x L. 393 mm. – Pag. 18.
[D. 216 (1)

En haut, à g., signature du secrétaire général de l’Académie : Courtin.

“No 1. Arsace”.

“No 2. Oroës”.

“No 3. Officier du palais”.

“No 4.” Tête de prêtre.

SÉMIRAMIS

Opéra en quatre actes de Gaetano Rossi, d’après Voltaire.

Musique de Gioacchino Rossini.

Création à Venise le 3 février 1823.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 9 juillet 1860

Version française de Gaston Méry.

Décors de Charles Cambon et Joseph Thierry (A. I, II), Joseph Nolau et Auguste Rubé (A. III), Édouard Despléchin (A. IV).

Costumes d’Alfred Albert.

A. I : Place publique.

A. II : Vue du tombeau de Ninus et des jardins suspendus.

A. III : Palais égyptien.

A. IV : La crypte.

1. Douze maquettes de costumes par Alfred Albert

Crayon, plume, aquarelle. En partie signées et datées : 1860.

H. 200-250 x L. 160-290 mm. – Pag. 70-81.
[D. 216 (19)

Les ff. 72, 76, 79, 80 ne sont pas signés.

2. Cinq caricatures de chanteurs

Plume. Signées : E. Giraud ou E. G., s. d.

H. 470 x L. 635 mm.

[Dessins 19 Aut.

LE SERMENT OU LES FAUX MONNAYEURS

Opéra en trois actes d’Eugène Scribe et Édouard-Joseph Mazères.

Musique de Daniel-François-Esprit Auber.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 1er octobre 1832

Décors de Pierre-Luc-Charles Ciceri.

Costumes d’Eugène Lami.

A. I : Intérieur d’auberge.

A. II : Une chambre gothique.

A. III : Une place à Toulon. D’un côté, l’auberge d’Andiol, de l’autre, l’entrée d’une riche maison bourgeoise.

1. Cinq maquettes de costumes par Eugène Lami

Crayon, plume, aquarelle. Non signées, s. d.

H. 185-230 x L. 170-415 mm. – Pag. 93-97.
[D. 216 (9)

2. Deux maquettes de costumes par Eugène Du Faget

Aquarelles non signées, s. d.

H. 205 x L. 110 mm. – Pag. 71-72.
[D. 216 (02)

Avec les artistes de la création : Mme Cinti-Damoreau (Marie), A. Nourrit (Edmond).

SIBÉRIA

Drame lyrique en trois actes de Luigi Illica.

Musique d’Umberto Giordano.

Création à Milan le 19 novembre 1903.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 9 juin 1911

Version française de Paul Milliet.

Mise en scène dé Paul Stuart.

Décors de Georges Mouveau et Demoget (A. I), Rochette et Landrin (A. II, III).

Costumes de Joseph Pinchon.

A. I : Le palais de Stephana.

A. II : Le Poolo étape.

A. III : Intérieur de la maison de Force au Trans-Baïkal.

1. Maquette construite de l’acte I, par Georges Mouveau et Demoget

[Maq. 450

2. Maquette construite de l’acte II, par Rochette et Landrin

[Maq. 451

3. Maquette construite de l’acte III, par Rochette et Landrin

[Maq. 452

4. Onze maquettes de costumes par Joseph Pinchon

Crayon, aquarelle. En partie signées, s. d.

H. ca 315 x L. 240 mm. – Pag. 1-11.
[D. 216 (74)

Le fol. 1 manque : il a été repris par Pinchon.

Les ff. 7 et 9 ne sont pas signés.

5. Trois maquettes de costumes par Marcel Multzer

Plume, aquarelle. Non signées, s. d.

H. 300 x L. 235 mm.
[Fonds Muelle 21

LE SICILIEN OU L’AMOUR PEINTRE

Ballet-pantomime en un acte d’Anatole Petit.

Musique de Ferdinando Sor et Jean-Madeleine Schneitzhoeffer.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 11 juin 1827

Costumes d’Hippolyte Lecomte.

T. 1 : La scène se passe en Sicile.
Le jardin de Don Pèdre. À dr., sa maison.

T. 2 : Les jardins du comte Alphonse.

1. Une maquette de costume par Hippolyte Lecomte

Crayon non signé, s. d.

H. 165 x L. 215 mm. – Pag. 36.
[D. 216 (8)

LE SIÈGE DE CORINTHE

Tragédie lyrique en trois actes d’Alexandre Soumet et Giuseppe-Luigi Balocchi.

Musique de Gioacchino Rossini.

Création à Naples le 3 décembre 1820.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 9 octobre 1826

Divertissements de Pierre Gardel.

Décors de Pierre-Luc-Charles Ciceri.

Costumes d’Hippolyte Lecomte.

A. I, t. 1 : La scène se passe à Corinthe.
Le vestibule du palais du Sénat.

A. I, t. 2 : La place de Corinthe.

A. II : La tente de Mahomet.

A. III : Les tombeaux de Corinthe.
(à la fin, incendie de la ville)

1. Quatre esquisses de décors par Auguste Caron

Aquarelles avec rehauts de gouache. Non signées, s. d. [1827].

[D. 300

Décors encadrés par un rideau de scène bleu, festonné d’or.

Acte I, tableau 1. – H. 320 x L. 395 mm.

Acte II. – H. 315 x L. 392 mm.

Acte III, tableau 1 : les tombeaux. – H. 309 x L. 395 mm.

Acte III, scène finale : la destruction. – H. 318 x L. 405 mm.

CARON. Le Siège de Corinthe, no 1

CARON. Le Siège de Corinthe, no 1

2. Dix-neuf maquettes de costumes par Hippolyte Lecomte

Crayon, plume, aquarelle. En partie signées : Hte L., s. d.

H. 160-200 x L. 135-280 mm. – Pag. 99-117.
[D. 216 (7)

Les ff. 105, 109-117 ne sont pas signés.

3. Deux maquettes de costumes par Eugène Du Faget

Aquarelles non signées, s. d.

H. 105-210 x L. 080-102 mm. – Pag. 15-16.

[D. 216 (O2)

Interprètes de la création : MM. Massol (rôle de Cléomène), A. Nourrit (Néoclès).

SIEGFRIED

Opéra en trois actes et quatre tableaux de Richard Wagner.

Création à Bayreuth le 16 août 1876.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 3 janvier 1902

Version française d’Alfred Ernst.

Mise en scène de Victor Capoul.

Décors d’Amable.

Costumes de Charles Bianchini.

A. I : La forge.

A. II : Site sauvage. Antre de Fafner.

A. III, t. 1 : Grotte d’Erda.

A. III, t. 2 : Les rochers.

1. Esquisse de décor de l’acte I, par Amable

Plume, aquarelle, gouache. Non signée, s. d.

H. 174 x L. 250 mm.
[Esq. 0. 1902

Mention ms. à l’encre, en bas à dr. : “Siegfried. I Act”.

2. Maquette construite de l’acte I, par Amable

[Maq. 329

3. Maquette construite de l’acte II, par Amable

[Maq. 330

4. Esquisse de décor de l’acte III, tableau 1, par Amable

Plume et lavis d’encre. Non signée, s. d.

H. 183 x L. 250 mm.
[Esq. 0. 1902

Mention ms. à l’encre, en bas à dr. : “Siegfried. III Act”.

5. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Amable

[Maq. 331

6. Maquette construite de l’acte III, tableau 2, par Amable

[Maq. 332

7. Quatre maquettes de costumes par Charles Bianchini

Crayon, aquarelle, rehauts de gouache. Non signées, s. d.

H. 315 x L. 240 mm. – Pag. 26-30.
[D. 216 (58)

8. Une maquette de costume par Charles Multzer, pour une reprise non identifiée (début xxe s.)

Plume, aquarelle. Non signée, s. d.

H. 300 x L. 235 mm.
[Fonds Muelle 21

Reprise le 21 mai 1909

9. Henri Fabert dans le rôle de Mime, par Bils

Crayon, aquarelle. Signé en bas à g. : Bils, s. d.

H. 315 x L. 170 mm.
[Dessins 20 Aut.

10. Marcelin Duclos dans le rôle d’Alberich, par Bils

Crayon, aquarelle et lavis d’encre. Signé en bas à dr. : Bils, s. d.

H. 360 x L. 280 mm.
[Dessins 20 Aut.

SIGURD

Opéra en quatre actes et neuf tableaux de Camille Du Locle et Alfred Blau.

Musique d’Ernest Reyer.

Création à Bruxelles le 7 janvier 1884.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 12 juin 1885

Divertissements de Louis Mérante.

Mise en scène de Lapissida.

Décors d’Auguste Rubé, Philippe Chaperon, Marcel Jambon (A. I, IV), Jean-Baptiste Lavastre (A. II), Eugène Carpezat (A. III).

Costumes de Charles Bianchini.

A. I : Grande salle du burg de Gunther.

A. II, t. 1 : La forêt sacrée.

A. II, t. 2 : Le champ des morts. Lac.

A. II, t. 3 : Le palais enchanté.

A. III, t. 1 : Le jardin du burg de Gunther.

A. III, t. 2 : Terrasse devant le château.

A. IV, t. 1 : Terrasse du burg.

A. IV, t. 2 : Apothéose.

1. Maquette construite de l’acte I, par Auguste Rubé et Philippe Chaperon

[Maq. 172

Pour ce décor, emprunts à Françoise de Rimini (A. III) et Guillaume Tell (A. IV).

2. Maquette construite de l’acte II, tableau 1 par Jean-Baptiste Lavastre

[Maq. 173

3. Maquette construite de l’acte II, tableau 3, par Jean-Baptiste Lavastre

[Maq. 176

Il n’a pas été fait de maquette nouvelle pour l’acte III. Éléments empruntés au Comte d’Ory, au Freischütz, et à Guillaume Tell.

4. Maquette construite de l’acte IV, tableau 1, par Auguste Rubé, Philippe Chaperon, Marcel Jambon

[Maq. 179

5. Soixante-treize pl. de costumes par Charles Bianchini

Plume, aquarelle. En partie signées et datées : 1885.

H. 280 x L. 200 mm. – Pag. 1-73.
[D. 216 (39)

Certaines pl. comportent plusieurs esquisses.

6. Treize maquettes de costumes par Charles Bétout et Marcel Multzer, pour une reprise non identifiée (début xxe s.)

Plume, aquarelle, gouache. En partie signées, s. d.

H. 325 x L. 230 mm.
[Fonds Muelle 21

Les ff. 1-10 sont signés par Bétout.

Le fol. 11, non signé, est de la main de Bétout.

Les ff. 12, 13 sont de la main de Multzer.

7. Agustarello Affre dans le rôle de Sigurd, par Armand Ségaud

Crayon, aquarelle et rehauts de gouache. Signé en bas à dr. : A. S., s. d. [1910].

H. 180 x L. 085 mm. – Pag. 60.
[D. 216 (Z4)

Interpréta le rôle de Sigurd au Théâtre de l’Opéra en 1905.

LA SOMNAMBULE OU L’ARRIVÉE D’UN NOUVEAU SEIGNEUR

Ballet-pantomime en trois actes d’Eugène Scribe et Jean-Pierre Aumer.

Musique de Louis-Joseph-Ferdinand Hérold.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 19 septembre 1827

Décors de Pierre-Luc-Charles Ciceri.

Costumes d’Hippolyte Lecomte.

La scène se passe en Provence.

A. I : Carrefour de village.

A. II : Une chambre d’auberge.

A. III : Un paysage de Provence, avec moulin.

1. Esquisse de décor de l’acte III, par Pierre-Luc-Charles Ciceri

Crayon, sépia. Non signée, s. d.

H. 355 x L. 520 mm.
[Esq. Ciceri 82

2. Six maquettes de costumes par Hippolyte Lecomte

Crayon, aquarelle. Signées : Hte L. et datées : 1827.

H. 150-195 x L. 150-220 mm. – Pag. 53-58.
[D. 216 (8)

Portent l’attestation de l’administration de l’Opéra : “Arrêté le 28 avril 1827”.

SOPHOCLE

Opéra en trois actes (réduits en deux) d’Étienne Morel de Chédeville.

Musique de Vincenzo Fiocchi.

Création au Château des Tuileries le 2 décembre 1810.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Montansier) le 16 avril 1811

Divertissements de Pierre Gardel et Louis Milon.

Décors retouchés sous la direction de Jean-Baptiste Isabey.

Costumes de François-Guillaume Ménageot.

A. I : Une galerie à Athènes.

A. II, t. 1 : Péristyle du temple de Minerve au milieu d’une place publique. A. II, t. 2 : Intérieur du temple de Minerve.

A. III, t. 1 : L’appartement de Sophocle.

A. III, t. 2 : Enceinte où les prix doivent être distribués.
Gradins sous une colonnade, autels.

1. Quatre pl. de costumes par François-Guillaume Ménageot

Plume, encre noire ou grise sur dessin à la pierre noire, aquarelle. Non signées, s. d. Pag. 1-4.
[D. 216 (3)

En haut à g., signature du secrétaire général de l’Académie : Courtin.

Pl. 1. “No 1” :

“Cléon, fils de Sophocle, amant de Carite. M. Nourrit”.

Sur le support, note ms. : “Dessin par Mr Ménageot”.

H. 265 x L. 218 mm.

Pl. 2. “No 2” :
“No 1. Sophocle. M. Lays”.
“No 2. Carite. Mme Branchu”.
“No 3. M. Derivis”.
H. 264 x L. 360 mm.

Pl. 3. “No 3” :
“No 1. Hératius, appariteur des jeux”.
“No 2. Prêtresse de Minerve couronnée d’oliviers”. “No 3. [Homme] couronné”.
H. 264 x L. 415 mm.

Pl. 4. “No 4 et dernière” :
“No 1. Péricles. M. Lainé”.
“No 2. Léocrate. M. Derivis”.
“No 3. Grands prêtres de Minerve. M. Duport”.
H. 264 x L. 415 mm.

LE SORTILÈGE

Drame lyrique en trois actes et six tableaux de Maurice Magre.

Musique d’André Gailhard.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 29 janvier 1913

Divertissements d’Ivan Clustine.

Mise en scène de Paul Stuart.

Décors d’Alexandre Bailly.

Costumes de Joseph Pinchon.

A. I, t. 1 : Site au milieu des bois.

A. I, t. 2 : Id.

A. II, t. 1 : Une clairière au milieu des rochers et des montagnes.

A. II, t. 2 : Id.

A. III, t. 1 : La grotte des fées.

A. III, t. 2 : (comme l’A. I)

1. Maquette construite de l’acte I, par Alexandre Bailly

[Maq. 601

2. Maquette construite de l’acte II, par Alexandre Bailly

[Maq. 602

3. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Alexandre Bailly

[Maq. 603

LA SOURCE

Ballet en trois actes et quatre tableaux de Charles Nuitter et Arthur Saint-Léon.

Musique de Léon Minkus et Léo Delibes.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 12 novembre 1866

Décors de Jean-Baptiste Lavastre, Édouard Despléchin, Auguste Rubé, Philippe Chaperon.

Costumes de Paul Lormier, Alfred Albert.

A. I : Défilé au milieu des hautes montagnes.

A. II : Jardin du palais du Khan de Ghendjeh.

A. III, t. 1 : Tente de la Bohémienne.

A. III, t. 2 : Défilé dans les hautes montagnes.

1. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Auguste Rubé et Philippe Chaperon

1 toile de fond avec châssis oblique, datée : août 1866.

1 principale.
[Maq. A 250

2. Vingt et une maquettes de costumes par Paul Lormier et Alfred Albert

Crayon, aquarelle. En partie signées et datées : 1866.

H. 130-300 x L. 100-270 mm. – Pag. 13-33.
[D. 216 (23 bis)

Les ff. 2, 5, 7-8, 11, 19 sont signés par P. Lormier.

Les ff. 4, 6, 9, 10, 13-15 sont signés par A. Albert. Les autres ff. ne sont pas signés.

Reprise le 5 janvier 1875 (salle Garnier)

Décors de Jean-Louis Chéret (A. I ; II ; III, t. 2), Émile Daran (A. II, t. 1).

3. Maquette construite de l’acte I, par Jean-Louis Chéret

[Maq. 11

4. Maquette construite de l’acte II, par Jean-Louis Chéret

[Maq. 12

5. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Émile Daran

[Maq. 13

LA STATUE

Opéra en cinq actes et sept tableaux de Michel Carré et Jules Barbier.

Musique d’Ernest Reyer.

Création au Théâtre-Lyrique le 11 avril 1861.

Première au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 6 mars 1903

Divertissements de Joseph Hansen.

Mise en scène de Lapissida.

Décors de Marcel Jambon et Alexandre Bailly (A. I, II, IV), Eugène Carpezat (A. III), Amable et Eugène Gardy (A. IV).

Costumes de Charles Bianchini.

A. I, t. 1 : Le palais de l’Urène.

A. I, t. 2 : Les ruines de Balbeck.

A. II : Cour intérieure de la maison de Kaloum-Barouch.

A. III : Grande salle de la maison de Kaloum-Barouch.

A. IV : Le désert.

A. V, t. 1 : Entrée du souterrain.

A. V, t. 2 : Palais souterrain.

1. Maquette construite de l’acte I, tableau 1, par Marcel Jambon

[Maq. 341

2. Maquette construite de l’acte I, tableau 2, par Marcel Jambon

[Maq. 342

3. Maquette construite de l’acte II, par Marcel Jambon

[Maq. 343

4. Maquette construite de l’acte III, par Eugène Carpezat

[Maq. 344

5. Maquette construite de l’acte IV, par Marcel Jambon

[Maq. 345

6. Maquette construite de l’acte V, tableaux 1 et 2, par Amable

[Maq. 346-347

7. Dix-huit maquettes de costumes par Charles Bianchini

Plume, aquarelle et rehauts de gouache. Portent le tampon : Ch. Bianchini, s. d.

H. 300 x L. 225 mm. – Pag. 19-36.
[D. 216 (60)

STRADELLA

Opéra en cinq actes d’Émile Deschamps et Émilien Pacini.

Musique de Louis Niedermeyer.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 3 mars 1837

Divertissements de Jean Coralli.

Décors de Charles Séchan, Léon Feuchère, Jules Dieterle, Édouard Despléchin.

Costumes d’Henri d’Orschwiller.

A. I : Une place à Venise. Au fond, le canal et un pont.

A. II : Une salle retirée du palais Pesaro.

A. III, t. 1 : Une hôtellerie dans un faubourg de Rome.

A. III, t. 2 : Intérieur de l’église Sainte-Marie Majeure.

A. IV : La place du Capitole à Rome.

A. V : Une prison à Venise.

1. Élément de maquette construite de l’acte I

« Mesures de la 1re décoration de l’opéra de Stradella. Développement de la voussure de l’ogive du pont ».

Signé : Daran, pour Séchan, Feuchère et Cie, Léon Feuchère.

Daté : Paris ce 8 octobre 1836.
[Maq. A 251

Porte également la signature du directeur : Duponchel, ce 9 octobre.

2. Maquette construite de l’acte II, par Charles Séchan

3 principales, dont 2 sont de la main de Séchan (encre) et 1 de la main de Despléchin (crayon). Toutes 3 sont datées par Despléchin : 20 mai 1836.

Au verso, signature de Duponchel et daté : “Accepté le vingt-deux mai 1836”.
[Maq. A 270

3. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Charles Séchan

Éléments dont certains portent la mention : “non exécuté”.

Presque tous sont signés au verso par Duponchel.

1 toile de fond.

3 principales.

9 éléments.

1 détail de l’escalier et arbres, probablement de la main de Despléchin.
[Maq. A 271

4. Maquette construite de l’acte IV, par Charles Séchan

Éléments dont certains portent la mention : “Non exécuté”.

1 toile de fond.

1 toile de fond avec calque peint.

19 éléments.
[Maq. A 272

5. Dix-huit maquettes de costumes attribuées à Henri d’Orschwiller

Crayon, plume, aquarelle, gouache. Non signées, s. d.

H. 200-270 x L. 140-210 mm. – Pag. 75-92.
[D. 216 (11)

Attribution d’après Bapst.

Les ff. 78, 80, 86 sont des gravures coloriées par Gatine, d’après Lanté.

STRATONICE

Comédie lyrique en un acte de Louis Gallet.

Musique de Fournier-Allix.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 9 décembre 1892

Mise en scène de Lapissida.

Décors d’Eugène Carpezat.

Costumes de Charles Bianchini.

Acte unique : Le palais.

Maquette construite par Eugène Carpezat (Incomplet)

[Maq. 250

Combinée avec Aïda.

SUITES DE DANSES

Ballet d’Ivan Clustine.

Musique de Frédéric Chopin, orchestrée par André Messager et Paul Vidal.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 23 juin 1913

Costumes de Joseph Pinchon.

1. Vingt-deux maquettes de costumes par Joseph Pinchon

Crayon, plume, aquarelle, gouache. Non signées, s. d.

H. 270-320 x L. 200-225 mm. – Pag. 31-52.
[D. 216 (74)

LA SYLPHIDE

Ballet-pantomime en deux actes d’Adolphe Nourrit et Philippe Taglioni.

Musique de Jean-Madeleine Schneitzhoeffer.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Le Peletier) le 12 mars 1832

Décors de Pierre-Luc-Charles Ciceri.

Costumes d’Eugène Lami.

A. I : Une ferme écossaise.

A. II : Une forêt.

La Sylphide marque un tournant dans l’histoire du ballet : « À dater de la Sylphide, les Filets de Vulcain, Flore et Zéphire ne furent plus possibles ; l’Opéra fut livré aux gnomes, aux ondines, aux salamandres, aux elfes, aux nixés, aux willis, aux péris et à tout ce peuple étrange et mystérieux qui se prête si merveilleusement aux fantaisies du maître de ballet. Les douze maisons de marbre et d’or des Olympies furent reléguées dans la poussière des magasins, et l’on ne commanda plus aux décorateurs que des forêts romantiques, que des vallées éclairées par ce joli clair de lune allemand des ballades de Henri Heine. Les maillots roses restèrent toujours roses, car sans maillot, point de chorégraphie ; seulement, on changea le cothurne grec contre le chausson de satin. Ce nouveau genre amena un grand abus de gaze blanche, de tulle et de tarlatane ; les ombres se vaporisèrent au moyen de jupes transparentes. Le blanc fut presque la seule couleur adoptée. » (Th. Gautier, dans la Presse, 1er juillet 1844.)

1. Esquisse de décor de l’acte I, par Pierre-Luc-Charles Ciceri

Plume sur calque. Signé et daté en bas à g. : “fait double ce 16 octobre 1832. Ciceri”.

H. 362 x L. 497 mm.

[Rés. 1018

Fol. 52, no 142.

2. Maquette construite de l’acte II, par Pierre-Luc-Charles Ciceri

8 feuilles de mesures, silhouettes, signées et datées : Ciceri, 5 septembre 1832.

2 principales.

2 petits éléments.
[Maq. A 252

Prov. : Fonds Taglioni.

3. Copie de la maquette construite précédente, pour une reprise non identifiée

2 rideaux.

4 principales.

11 éléments divers.
[Maq. A 252 bis

4. Quatre maquettes de costumes par Eugène Lami

Crayon, plume, aquarelle. Non signées, s. d.

H. 220-240 x L. 135-190 mm. – Pag. 71-74.
[D. 216 (9)

Interprètes de la création : Marie Taglioni, Mlle Noblet, Mazilier.

SYLVIA OU LA NYMPHE DE DIANE

Ballet en trois actes et cinq tableaux de Jules Barbier et du baron de Reinach.

Musique de Léon Delibes.

Création au Théâtre de l’Opéra (salle Garnier) le 14 juin 1876

Chorégraphie de Louis Mérante.

Décors de Jean-Louis Chéret (A. I, II), Auguste Rubé et Philippe Chaperon (A. III).

Costumes d’Eugène Lacoste.

A. I : Un bois sacré.

A. II, t. 1 : Grotte dans les rochers.

A. II, t. 2 : Site abrupt.

A. III, t. 1 : Site champêtre au bord de la mer.

A. III, t. 2 : Palais de Diane.

1. Maquette construite de l’acte I, par Jean-Louis Chéret

[Maq. 79

2. Maquette construite de l’acte II, tableau 1, par Jean-Louis Chéret

[Maq. 80

3. Maquette construite de l’acte II, tableau 2, par Jean-Louis Chéret

[Maq. 81

4. Maquette construite de l’acte III, tableau 1, par Auguste Rubé et Philippe Chaperon

[Maq. 82

5. Esquisse de décor de l’acte III, tableau 2, par Philippe Chaperon

Plume, crayon, aquarelle, gouache. Signée, datée en bas à g. : Ph. Chaperon 1877.

H. 242 x L. 322 mm.
[D. 345 (I, 25/2)

CHAPERON. Sylvia, no 5

6. Maquette construite de l’acte III, tableau 2, par Auguste Rubé et Philippe Chaperon

[Maq. 83

7. Quatre-vingt-six maquettes de costumes par Eugène Lacoste

Aquarelle, gouache. En partie signées et datées : 1875 ou 1876.

H. 300 x L. 225 mm. – Pag. 1-86.
[D. 216 (25)

Les ff. 22, 37, 41, 77, 82 ne sont pas signés.

Le fol. 83, réalisé pour une reprise, est daté : 7 mai 1880.

8. Notes ms. donnant la description et la distribution des costumes, avec croquis à l’appui

27 ff. H. 310 x L. 240 mm.
[D. 216 (25 bis)

C’est en 1875, après un voyage en Italie, qu’Eugène Lacoste fut invité à dessiner les costumes pour le ballet de Sylvia. Dans ses notes, Lacoste raconte qu’une fois le travail terminé, le directeur de l’Opéra, Halanzier, organisa avec Charles Nuitter une exposition dans la bibliothèque de toutes les maquettes de décors et de costumes de Sylvia. Lacoste présenta son travail au ministre de l’instruction publique alors présent. Lacoste accomplit une véritable révolution en remplaçant le tulle par le lainage.

9. Portrait de Rita Sangalli dans le rôle de Sylvia, par Chassaignac

Huile sur toile. Signée et datée en bas à g. : Chassaignac 1881.

H. 2 x L. 1,10 m.
[Musée 323

Créatrice du rôle.

Prov. : Don de R. Sangalli en 1886.

Table des illustrations

Légende CICERI. Sapho (Reicha), no 2
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende CARON. Le Siège de Corinthe, no 1
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende CARON. Le Siège de Corinthe, no 1
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende CHAPERON. Sylvia, no 5
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 650k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

R
 
T