Version classiqueVersion mobile

Jetons des institutions centrales de l’Ancien Régime. Catalogue. Tome II

 | 
Thierry Sarmant
, 
François Ploton-Nicollet

Catalogue. Tome II. Quatrième Partie

Juridictions diverses (no 2602 à 2621)

Texte intégral

Cour des aides de Paris (no 2602)

1Apparu au xive siècle, issu de la réunion des « généraux des aides sur le fait de la justice », ce tribunal est devenu cour souveraine en 1454. Il jugeait le contentieux fiscal en dernier ressort.

2Bibliographie
B. Barbiche, Les Institutions de la Monarchie française à l’époque moderne, Paris, 1999, p. 362-363.

2602

D. : JUSTITIA ET JUDICIUM CORRECTIO SEDIS EIUS (« Justice et le droit sont l’appui de son trône »). Sceptre et main de justice en sautoir, une épée surmontée d’une couronne royale au milieu, le tout lié par un nœud. Exergue : HVYSSIERS ORDINAIRES / DV ROY EN SA COVR / DES AYDES DE / PARIS.
R. : Néant.
Tranche cannelée.
Citation du Psaume 96 (97), 2 (à propos de la justice de Dieu).
Cuivre. – 31 mm. – 10,99 g. – Inconnu à Feuardent.

Chambre du trésor (no 2603 à 2610)

3Issue de la réunion des « trésoriers de France sur le fait de la justice », la Chambre, Cour ou Justice du trésor connaissait des contentieux relatifs au domaine du roi. Ce tribunal fut supprimé en 1693 et réuni au Bureau des finances de Paris.

4Bibliographie
B. Barbiche, Les Institutions de la Monarchie française à l’époque moderne, Paris, 1999, p. 366.

1555

1er type

2603

D. : + CAMERA · THESAVRI · DNI · NRI · REGIS · 1555 (« Chambre du trésor de notre sire le roi, 1555 »). Écu aux armes de la Chambre du trésor (six besants 3, 2, 1, surmontés de trois fleurs de lis en chef).
R. : Deux croissants et un H entrelacés, surmontés d’une couronne royale fermée et entourés d’une couronne d’olivier.
Laiton. – 28 mm. – 4,51 g. – Fe 1863.

2604

JD-03. Rouyer 2915
Mêmes types.
Laiton. – 28 mm. – 3,75 g. – Fe 1863.

2605

JD-04
Mêmes types.
Cuivre. – 28 mm. – 4,83 g. – Fe 1863.

2e type

2606

D. : + CAMERA · THESAVRI · DNI · NRI · REGIS · 1555. Écu aux armes de la Chambre du trésor (six besants 3, 2, 1, surmontés de trois fleurs de lis en chef).
R. : + · THESAVRISATE · THESAVROS · IN · CELO : (« Amassez-vous des trésors dans le ciel »). Trois croissants enlacés dans une bordure de cintres fleurdelisés.
Citation de Matthieu, 6, 20 : Thesaurizate autem vobis thesauros in caelo (conseil du Christ à ses disciples lors du Sermon sur la Montagne).
Laiton. – 28 mm. – 4,66 g. – Fe 1861.

1558

2607

D. : + CAMERA · THESAVRI · DNI · NRI · REGIS · 1555. Écu aux armes de la Chambre du trésor (six besants 3, 2, 1, surmontés de trois fleurs de lis en chef).
R. : THESAVRIZATE · TH/ESAVROS · IN · CELO ·. Trophée d’armes surmonté de deux branches de laurier, d’un croissant et de deux cornes d’abondance entourant un H surmonté d’une couronne royale. Exergue : · 1558 ·.
Laiton. – 29 mm. – 5,11 g. – Fe 1862.

2608

JD-07
Mêmes types.
Laiton. – 29 mm. – 4,79 g. – Fe 1862.

2609

JD-08. Rouyer 2916
Mêmes types.
Laiton. – 29 mm. – 4,74 g. – Fe 1862.

2610

JD-09
Mêmes types.
Laiton. – 28 mm. – 3,88 g. – Fe 1862.

Chambre des eaux et forêts (no 2611 à 2613)

5La Chambre des eaux et forêts de France, au siège général de la Table de marbre, au Palais de Paris, avait juridiction sur les bois et forêts du roi et des particuliers, sur les garennes, pêches, rivières, îles, moulins, chasses, en première instance et en appel des sièges des maîtrises particulières des eaux et forêts, capitaineries des chasses et louveterie.

6Bibliographie
B. Barbiche, Les Institutions de la Monarchie française à l’époque moderne, Paris, 1999, p. 344-345.

1606

2611

D. : · SVMA · AQVARV · SYLVARV · Q · SEDES · (« Siège souverain des eaux et forêts »). Écus de France et de Navarre couronnés et entourés de deux palmes au-dessus de la Table de marbre. Exergue : · 1606 ·.
R. : * · INVENIMVS · EAM · IN · CAMPIS · SYLVAE · (« Nous l’avons découverte aux Champs-de-la-Forêt »). La Justice tenant une balance et une épée, assise au milieu d’une forêt remplie d’animaux. À ses pieds, une mare pleine de canards et de poissons.
Citation du Psaume 132 (131), 6 (à propos de l’Arche d’alliance).
Argent. – 28 mm. – 5,14 g. – Fe 2850.

2612

JD-11
Mêmes types.
Laiton. – 28 mm. – 5,34 g. – Fe 2850 var.

1743

2613

D. : EAUX ET FORETS DE FR · AU SIEGE G · DE LA T · DE MARB · DE PARIS · (« Eaux et forêts de France au siège général de la Table de marbre de Paris »). La Table de marbre couverte d’engins de chasse et de pêche, gibier et poissons. Exergue : deux palmes en sautoir.
R. : AMNES / SILVAS QUE TUETUR (« Elle protège les fleuves et les forêts »). La Justice debout dans un paysage. À droite et à gauche, scènes de chasse et de pêche. Exergue : 1743 ·.
Fin d’hexamètre dactylique.
Argent. – 31 mm. – 9,47 g. – Fe 2851.

Connétablie et maréchaussée de France (no 2614 à 2620)

7Au Moyen Âge, le connétable et les maréchaux de France constituaient une juridiction d’exception siégeant à la Table de marbre du Palais de justice de Paris.
Ce tribunal de la « connétablie et maréchaussée de France » garda son nom après la suppression de la charge de connétable (1627).
Y étaient rattachées les compagnies des prévôts des maréchaux ou « maréchaussée », qui furent placés à partir de 1720 sous l’autorité du secrétaire d’État de la Guerre.

8Bibliographie
B. Barbiche, Les Institutions de la Monarchie française à l’époque moderne, Paris, 1999, p. 147-148.

1720

2614

D : * PREVOTE GENER · DE LA CONNET · GENDARM · ET MARECH · DE FRANCE · (« Prévôté générale de la connétablie, gendarmerie et maréchaussée de France »). Deux bâtons de maréchal dans un monogramme composé de deux L, le tout surmonté d’une couronne royale fermée.
R. : ET VIGIL ET PUGNAX (« Vigilant et combatif »). Bras armé d’une épée cernée de deux palmes. Au-dessus, un coq à gauche. Exergue : 1720 ·.
Tranche cannelée.
Cuivre. – 30 mm. – 9,77 g. – Fe 1663.

S. d.

1er type

2615

D. : CONNETABLIE MARECHAUSSEE DE FRANCE. Deux bâtons de maréchal dans un monogramme composé de deux L, le tout surmonté d’une couronne royale fermée.
R. : NON SINE / NUMINE (« Non sans la volonté divine »). Bras armé sortant d’un nuage et tenant une épée couronnée d’olivier.
Tranche cannelée.
La légende de revers pourrait être une citation de Stace, Thébaïde, 2, 152-153 : egregii juvenum, quos non sine numine regnis / invexit nox dextra meis (adresse d’Adraste à Polynice et à Tydée : « Nobles parmi les jeunes gens, vous qu’une nuit favorable a amenés dans mon royaume, non sans suivre la volonté divine »). Mais il pourrait aussi s’agit d’une récriture de Virgile, Énéide, 2, 777-778 (non haec sine numine divom / eveniunt) ; ou 6, 368-369 (neque enim, credo, sine numine divom / flumina tanta paras Stygiamque innare paludem).
Argent. – 29 mm. – 7,91 g. – Fe 1659.

2616

JD-15. Rouyer 3256
Mêmes types.
Tranche cannelée.
Argent. – 28 mm. – 7,52 g. – Fe 1659.

2617

JD-16
Mêmes types.
Tranche cannelée.
Argent. – 29 mm. – 7,50 g. – Fe 1659.

2e type

2618

D. : CONNETABLIE / MARECHAUSSEE / DE FRANCE. Deux bâtons de maréchal dans un monogramme composé de deux L, le tout surmonté d’une couronne royale.
R. : NON SINE / NVMINE. Bras armé sortant d’un nuage et tenant une épée couronnée d’olivier.
Jeton octogone.
Argent. – 32 mm. – 12,18 g. – Fe 1662.

Louis XV, s. d.

2619

D. : LUD · XV · REX / CHRISTIANISS · (« Louis XV, roi très chrétien »). Tête nue de Louis XV, un bandeau dans les cheveux, à droite. Signé : F M.
R. : Sur une banderole : SUNT HAEC QUOQUE FULMINA REGUM (« Eux aussi sont la foudre des rois »). Bâton de maréchal et épée en sautoir. Au-dessus, la foudre lançant des traits et des pièces de monnaie. Exergue : PREVT · GNL · DES MONNOYES / ET MARECHAUSSEE / DE FRANCE.
Légende de la banderole : fin d’hexamètre dactylique.
Argent. – 31 mm. – 8,12 g. – Fe 2290 var.

2620

JD-19
Mêmes types.
Cuivre. – 31 mm. – 8,21 g. – Fe 2290.

Droits de la connétablie (no 2621)

2621

D. : LVD · XIIII · D · G · / FR · ET · NAV · REX · (« Louis XIV, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre »). Tête nue de Louis XIV à droite. Signé : L.
R. : · FRVCTVS · BELLI · (« Les fruits de la guerre »). Bâtons de maréchal en sautoir. Exergue : · H · FRVCTVS · RECEV / ·LE · SIXE · 9BRE · / ·1679 ·.
La légende de revers évoque le cycle de tapisseries intitulé Fructus belli, conçu par Jules Romain et dont la Manufacture des Gobelins exécuta plusieurs tissages sous le règne de Louis XIV.
La légende d’exergue est un mélange pédant de latin et de français (Hic fructus receu le sixième novembre 1679 = Ce fruit reçu le 6 novembre 1679).
Cuivre. – 28 mm. – 6,28 g. – Inconnu à Feuardent.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search