Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Décors et costumes du XIXe siècle. Tome II

 | 
Nicole Wild

Théâtres étrangers

Le Caire

Testo integrale

1Ce qui est très remarquable dans le cas des représentations d’Aïda à l’Opéra du Caire, c’est que la France joua un rôle primordial dans la confection des décors et des costumes, et que pour cette raison, la plupart des documents concernant cette production sont conservés à la bibliothèque de l’Opéra de Paris.

2C’est sur la demande du Khédive Ismaïl-Pacha, vice-roi d’Égypte, que Verdi composa Aïda. L’œuvre fut créée le 24 décembre 1871, deux ans après l’inauguration du théâtre.

  • 1 Lettre à son frère Édouard Mariette, 8 juin 1870 et lettre à Draneht Bey du 19 juillet 1871, citée (...)
  • 2 « Voyage au Caire », 31 décembre 1817, in Notes de musique, Paris, 1875, p. 185 et suiv.
  • 3 B. O., l.a.s. de C. Du Locle, no 19.

3Le livret d’Antonio Ghislanzoni reposait sur un scénario conçu par le célèbre égyptologue français, Auguste Mariette. Si son nom ne figure pas sur les livrets imprimés, c’est que Mariette avait souhaité garder l’anonymat. Pourtant, il en revendique la paternité auprès de ses intimes : « Le scénario est de moi, c’est-à-dire que j’en ai conçu le plan, que j’en ai réglé toutes les scènes et que l’Opéra, dans son essence, est sorti de mon sac1. ». À l’époque de la création, le fait était parfaitement connu. Ernest Reyer l’écrit sans détour dans son feuilleton destiné à la presse2 : ce poème est « une invention du savant directeur du musée de Boulaq, de l’illustre égyptologue qui a attaché son nom à tant de merveilleuses découvertes, et tout récemment à celles du Sérapeum. Il l’a écrit tout entier, en prose. » Même Du Locle ne le démentira pas3.

  • 4 B. O., Fonds Nuitter, lettres de Mariette des 29 mai, 4 juin 1870 et lettres à Draneht des 15, 19 j (...)

4Ce travail répondait à une demande précise du vice-roi qui voulait un opéra « purement antique et égyptien », avec « une mise en scène rigoureusement exacte et une couleur locale strictement conservée ». Comme rien ne doit être négligé et que l’Opéra doit être monté avec le plus de magnificence possible, tout sera fait à Paris, décors, costumes, bijoux, accessoires4.

  • 5 Lettre de Draneht à Mariette, 4 août 1870.

5En juillet 1870, Mariette arrive à Paris et il se met aussitôt en rapport avec ceux qu’il appelle les « premiers décorateurs du monde » : Rubé et Chaperon, Lavastre et Despléchin. Il a probablement contacté Cambon dont l’adresse lui a été fournie par Draneht Bey5, mais on sait que ce décorateur n’a pas fait partie de l’équipe.

  • 6 « Mariette est là et nous dessinons les costumes ». Lettre de Du Locle envoyée de Paris à sa femme (...)

6Mariette se replonge dans l’œuvre monumentale, la Description de l’Égypte dont l’exécution avait été confiée par Bonaparte à une commission de savants. Il consulte les ouvrages de Prisse d’Avennes, de Champollion, de Lepsius. Il dessine lui-même les costumes6, donne les modèles des décors. Le temple de Vulcain est une restitution du Ramesseum de Thèbes, du temps de la dix-neuvième dynastie. Le temple d’Isis à l’acte III est une reproduction du temple de Philæ. La statue colossale de l’acte IV a été relevée dans la première cour du temple de Medinet-Abou. Les bijoux ainsi que la barque et la vache sacrée ont été copiés au musée de Boulaq. Certains costumes ont été relevés sur la tombe de Rhamsès III.

  • 7 Lettres de Mariette à Draneht, 8 août 1870 et 30 août 1871.
  • 8 Id., 15 juillet 1870.

7Pourtant, c’est pour les costumes que Mariette rencontre les plus grandes difficultés. « Je suis obligé de tâtonner, d’essayer, de faire et de défaire7. » Car « marier dans une juste mesure les costumes anciens fournis par les temples et les exigences de la scène moderne constitue une tâche délicate. Un roi peut être très beau en granit avec une énorme couronne sur la tête ; mais dès qu’il s’agit de l’habiller en chair et en os et de le faire marcher, et de le faire chanter, cela devient embarrassant et il faut craindre de… faire rire8 ».

  • 9 Id., 30 août 1871.

8Parmi ses principales préoccupations, il y a les barbes et les moustaches des acteurs. « En France, où la couleur locale est très soignée et où la mise en scène est partout l’objet d’une attention spéciale, la question ne serait même pas débattue. Dans chaque engagement en effet est une clause qui oblige les artistes à couper leur barbe quand il le faut. Mais je crains qu’il n’en soit pas de même avec vos artistes italiens, car je sais par expérience qu’en Italie on ne se pique pas d’une grande exactitude dans le costume. Pourtant, pour Aïda, je regarde comme indispensable qu’il n’y ait ni barbe, ni moustache […]. Voyez-vous d’ici le roi d’Égypte avec une moustache retroussée et une barbiche ? Allez au Musée de Boulaq et par la pensée mettez cet appendice à une de nos statues. Vous verrez l’effet que cela fera. Toute harmonie disparaît, et de joli qu’il est, le costume devient ridicule9. »

  • 10 Ibid.

9La première représentation d’Aïda prévue pour janvier 1871, fut retardée par les événements politiques, Mariette étant enfermé dans Paris pendant la durée du Siège. En septembre, les décors et les costumes étaient à peu près prêts. « J’ai essayé déjà quelques costumes, et je vous réponds qu’ils ont un grand cachet. On n’aura jamais vu jusqu’ici rien de pareil sur la scène, et le Vice-Roi sera content. Non seulement les costumes sont élégants et riches, mais ils sont exacts, et les hommes de goût les apprécieront beaucoup. Les décors sont aussi en bon train. La vue des pyramides est achevée et déjà emballée. Elle est très belle et j’en suis content. Au lever du rideau, on se croira véritablement en Égypte10. »

10Les décorateurs qui réalisèrent les décors de l’Opéra de Paris en 1880 étaient en partie les mêmes que ceux qui avaient collaboré avec Mariette dix ans plus tôt. Fidèles à l’esprit de l’égyptologue, ils montrèrent la même rigueur dans la recherche archéologique pour les décors et les costumes, ces derniers dessinés cette fois par Eugène Lacoste.

11Pour les costumes destinés au théâtre du Caire, nous disposons actuellement de trois sources :

    • 11 La formule est de Mariette. Voir les 3 costumes de Jules Marre au département des Manuscrits de la (...)

    Les maquettes de Jules Marre qui assistait Mariette pour la « mise au net » des dessins11, car si Mariette était l’inspirateur, le créateur des costumes, il confia à un, peut-être même à plusieurs professionnels le soin d’adapter ses propres projets aux nécessités des ateliers de couture (indication des tissus, des matières à employer, des couleurs, etc.). Elles sont conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale. Il n’y a donc pas lieu de les traiter ici.

  1. Les dessins attribués à Mariette et donnés à la bibliothèque de l’Opéra en 1925 par son fils Alfred. Étant donné leur provenance, leur paternité n’a jamais été mise en doute. Pourtant, on est en droit d’émettre une certaine prudence, car on décèle sans difficulté plusieurs mains :

12D’une part, les dessins des principaux rôles qui ont fait l’objet d’une recherche approfondie (pl. 1-4, 10-11) ; d’autre part, ceux de comparses et de certains choristes, plus raides, parfois même maladroits. Enfin, les costumes des prisonniers éthiopiens, d’une très grande qualité (pl. 12, 14-16, 18).

13Autre constatation troublante, les prêtres (pl. 20-22) portent les fameuses barbes que Mariette combattait avec tant de force !

    • 12 Auteur d’un Album de la vie de César, édité en 1865, et d’un Projet d’irrigation pour l’Égypte, pré (...)
    • 13 Je dois cette très précieuse indication à l’égyptologue Jean-Luc Chappaz.

    Les dessins d’Henry de Montaut12. Selon l’indication portée sur le premier folio, « ces dessins sont conformes à ceux faits pour la 1re représentation d’Aïda au Caire par Henry de Montaut sous les yeux de Mariette Bey ». On ne peut mettre en doute la collaboration de Montaut avec l’égyptologue. Mais plusieurs éléments nous incitent à penser que ces dessins sont postérieurs. Tout d’abord, le fait que les commentaires se réfèrent au passé, comme par exemple cette remarque : Radamès, « à la représentation du Caire, n’avait qu’un costume ». Ensuite, il semble tout à fait impensable que Mariette ait accepté une telle fantaisie. Enfin, ces esquisses, luxueusement présentées dans un album avec le chiffre A. E. V., ont été offertes par Edmond Dollfus « abonné de l’Opéra (loge 21) » au directeur de l’Opéra de Paris, A. E. Vaucorbeil. Ce dernier les donna à son tour à la bibliothèque en 1881, quelques mois après la première représentation dAïda à la salle Garnier. On peut donc supposer que l’auteur, à l’occasion de cette première parisienne, ait reconstitué ces costumes de mémoire, et qu’en hommage à Vaucorbeil, il ait écrit en signes hiéroglyphiques, sur un cartouche, le nom de l’interprète d’Amnéris (fol. 2) dans la distribution du 22 mars 1880, R[osine] Bloch13.

AÏDA

Opéra en 4 actes et 7 tableaux. Livret d’Antonio Ghislanzoni et Camille Du Locle (pour les dialogues), d’après un scénario d’Auguste Mariette.

Musique de Giuseppe Verdi.

Création au Théâtre de l’Opéra du Caire le 24 décembre 1871

Chorégraphie d’A. Fuchs.

Directeur de scène : Carlo d’Ormeville.

Décors de Jean-Baptiste Lavastre et Édouard Despléchin (A. II, III), Auguste Rubé et Philippe Chaperon (A. I, IV).

Costumes d’Auguste Mariette assisté de Jules Marre pour la « mise au net », et réalisés par Delphine Baron, Caffi et Rogai.

Armes et bijoux fournis par Leblanc-Grangé.

Accessoires de Hallé.

1. Esquisse de décor par Philippe Chaperon

Détail pour l’acte I (tableau 1) : colonnade ouvrant sur l’extérieur.

Crayon, plume, aquarelle et rehauts de blanc. Signé et daté en bas à g. :

Ph. Chaperon 1871.

H. 177 x L. 223 mm. [D. 345 (II, 4)

Sur le support : Aïda. 1er acte et 2e tableau. Grand temple (Égypte).

CHAPERON, Aïda, no 1

2. Maquette construite par Philippe Chaperon

Acte I, tableau 2 : L’intérieur du temple de Vulcain.

  • 4 plantations pour le « Théâtre Italien » du Caire.

  • 3 relevés au carreau de statues colossales, dont 2 sur calques.

  • 2 toiles de fond.

  • 5 principales et châssis.

Crayon, plume, aquarelle et rehauts de blanc. [Maq. A 378

Une des plantations donne le relevé des dimensions de la scène :

Hauteur des rideaux : 10 m.

Largeur : 14.

Hauteur des châssis : 8.

Entre les corridors : 14. 40.

Entre les levées : 10. 90.

Dans œuvre des murs cour et jardin : 22. 50.

Dans œuvre des murs face au lointain : 17. 40.

Ouverture du cadre : 10.

Ernest Reyer qui assistait à la représentation du Caire nous décrit ainsi ce tableau : « C’est le Ramesseum de Thèbes, du temps de la dix-neuvième dynastie, restauré avec un art merveilleux. Au fond d’un vaste portique formé de colonnes de pierre, s’ouvre une grande porte par laquelle on aperçoit le Nil et la chaîne libyque. Au milieu se dresse l’autel surmonté de la statue de Vulcain, revêtue des attributs propres à cette divinité. On voit, reproduit sur la façade de l’autel, ce bijou qui est au musée de Boulaq, et qui représente les emblèmes de la Haute et de la Basse Égypte sous la forme du groupe de l’Ureus et du vautour aux ailes déployées. Les murailles sont couvertes d’inscriptions et de sujets religieux. Les légendes hiéroglyphiques sont de la plus scrupuleuse exactitude ; il en est de même de la disposition des personnages : les dieux tournent le dos à l’axe, et les rois en adoration ont le visage tourné vers cet axe. Des vases d’encens, vases assyriens aux anses à tête de cheval, supportés par des trépieds d’or, figurent dans le temple comme des trophées des victoires égyptiennes. » (Op. cit., pp. 191-192.)

3. Esquisse de décor par Édouard Despléchin

Acte II, tableau 2 : Entrée de la ville de Thèbes.

Fusain, aquarelle, gouache et rehauts de blanc sur papier beige. Signé en bas à g. : Despléchin. À dr. : Aïda. S. d.

H. 485 x L. 630 mm. [Esq. Despléchin 36

Cette esquisse non datée a obligatoirement été faite pour Le Caire.

Draneht Bey qui a pris la peine de remercier personnellement chaque collaborateur après la création, écrit à Lavastre le 4 janvier 1872 : « J’ai appris avec peine la mort de votre associé M. Despléchin. » (Cité par S. Abdoun, op. cit., p. 104.)

À l’Exposition universelle de 1867, Mariette avait réalisé des constructions « à l’égyptienne », dont la fameuse allée de sphinx dont il s’inspirera pour ce décor.

DESPLECHIN. Aïda. Le Caire, no 3

4. Maquette construite par Édouard Despléchin

Acte II, tableau 2 (même décor).

  • 1 toile de fond.

  • 5 principales et fermes.

Crayon, plume, aquarelle et rehauts de blanc. [Maq. A 17

Là encore, Reyer s’extasie sur le défilé « une procession merveilleuse fantastique, d’une richesse inouïe, incomparable, et qui passe devant les yeux des spectateurs comme un long éblouissement ». Voici « les soldats dont les costumes ont été copiés à Bab-el-Molony sur le tombeau de Rhamsès III ; suivent les nègres armés de piques, « superbes échantillons de la race ». Puis viennent les Schardanas, vêtus de riches costumes « exactement reproduits d’après les bas-reliefs ». « Les images des divinités symboliques s’avancent à leur tour, les prêtres portant sur leurs épaules la barque sacrée d’Athor. Enfin, paraît Rhadamès, monté sur un palanquin […]. Le cortège est fermé sur le groupe des prisonniers éthiopiens au milieu desquels est Amonasro, le père d’Aïda. » (Op. cit., pp. 196-197.)

5. Maquette construite par Philippe Chaperon

Acte IV, tableau 2 : Intérieur du temple de Vulcain à la partie supérieure et une crypte souterraine à la partie inférieure.

  • 2 toiles de fond dont l’une porte l’indic. : Théâtre du Caire (Aïda) IV acte, 1er tableau. 1871.

  • 9 principales et fermes.

  • 18 éléments divers.

Crayon, fusain, plume, aquarelle et rehauts de blanc. [Maq. A 379

Dans une lettre à Draneht Bey, le 2 septembre 1871, Mariette propose une modification au décor qui, finalement, sera adoptée :

« Le dénouement d’Aïda et ce grand diable de souterrain imaginé par Verdi m’empêchent de dormir […]. C’est que la chose vaut la peine d’être examinée, car nous nous exposons là à mériter la désapprobation des gens de goût, s’il y en a en Égypte. Voici en effet la difficulté. La hauteur du plancher sur lequel les danseuses vont danser et les choristes chanter est telle que, du parterre, on ne verra que le haut du corps des personnages. Les chanteurs qui se tiendront un peu au fond ne seront même pas vus du tout […]. J’ai un remède à vous proposer. Ce remède consiste à baisser considérablement le praticable tout entier, à le reculer un peu vers le fond de la scène et à semer par-devant quelques gros blocs en peinture imitant les éboulements d’un souterrain. Au lever du rideau, M. Mongini pourra être au fond et dans l’obscurité. De là il s’avancera vers le public, étendant les bras devant lui, se courbant, se levant, comme s’il marchait péniblement dans un de ces souterrains surbaissés comme les temples de la Haute Égypte en offrent des exemples. Arrivé à l’endroit où M. Mongini n’a plus le praticable au-dessus de la tête, il reprendrait son allure naturelle pour entrer définitivement en scène au milieu des rochers. Quant à Aïda, elle pourrait, dès le lever du rideau, être évanouie sur un de ces mêmes rochers. Entendant Rhadamès, elle se lèverait et circulerait au milieu d’eux pour arriver jusqu’à lui […]. Ainsi, couper tout simplement le bas des toiles sur lesquelles le souterrain est peint (il n’y a là à rompre aucune ligne puisque le souterrain est formé d’arcades sombres prises dans la masse des rochers), couper d’autant avec un trait de scie le bas des chevalets du praticable déjà faits, reculer le praticable vers le fond de la scène où il reste beaucoup de place, voilà ce que je vous demande. Vous comprenez que plus on éloigne de la rampe la façade du souterrain, puis il y a chance pour que le public comprenne au premier coup d’œil l’arrangement un peu inusité pour lui d’un souterrain et d’un temple superposés idéalement. » (Cité par Abdoun, op. cit., pp. 77-78.)

6. Vingt-quatre projets de costumes attribués à Auguste Mariette

Crayon, aquarelle et légers rehauts de gouache. Non signés, s. d.

H. 275-310 x L. 205-250 mm. [Rés. 861

Prov. : Don d’Alfred Mariette, fils d’Auguste Mariette, le 8 juillet 1925.

  1. [Aïda]. 1er acte.

  2. Roi. 2e acte.

  3. Rhadamès.

  4. [Rhadamès].

  5. Amunasro. 3e acte.

  6. Un Héraut.

  7. Trompettes.

  8. Musique militaire.

  9. Choriste. Femme du peuple.

  10. Choristes.

  11. Choristes. Ministre,

  12. Choristes. Prisonnières éthiopiennes.

  13. Choriste. Homme du peuple.

  14. Choristes. Prisonniers éthiopiens.

  15. Prisonnier éthiopien.

  16. Prisonniers éthiopiens. [Femme].

  17. Comparses. Porteurs d’enseignes pour la procession des dieux.

  18. Choristes. Prisonniers éthiopiens.

  19. [Soldats].

  20. Comparses. Prêtres porteurs des deux statues de dieux et de la barque.

  21. Comparses. Prêtres pour la procession des dieux.

  22. Choristes. Prêtres.

  23. Choristes. Prêtre.

  24. Comparses. Dames de la suite de la reine.

MARIETTE. Aïda. Le Caire, no 6

MARIETTE. Aïda, no 6

7. Douze projets de costumes par Henry de Montaut

Crayon, aquarelle et gouache. Signés : Henry de Montaut.

S. d. Formats divers. [D. 156

Prov. : Album offert par Edmond Dollfus à A. E. Vaucorbeil, qui le donna à la bibliothèque de l’Opéra en 1881.

Sur le 1er folio, indic. ms. : « Ces dessins sont conformes à ceux faits pour la 1re représentation d’Aïda au Caire par Henry de Montaut sous les yeux de Mariette Bey. » La page de titre et les cartouches portent des signes hiéroglyphiques.

Sur chaque dessin, de très nombreuses indic. ms. donnent les sources utilisées (Lepsius, Musée de Boulaq etc.), les matières employées pour chaque costume, tissus, couleurs, bijoux, etc.

  1. Robe d’Aïda. – 475 x 305 mm.

  2. 1er costume d’Amnéris. – id.

  3. 2e - costume d’Amnéris, fille de Pharaon. – id.

  4. Radamès. « À la représentation du Caire, n’avait qu’un costume, celui représenté en grand ci-dessous.
    On conseille pour le 2e acte le costume de Lepsius. » – id.

  5. Amonasro. « Costume dessiné par Henry de Montaut et approuvé pour la lre représentation d’Aïda, au Caire ». – id.

  6. Le Pharaon. – id.

  7. Le grand prêtre. – id.

  8. Figuration : Archer égyptien. – 310 x 240 mm.

  9. Prêtresse de Vulcain. – 310 x 240 mm.

  10. Entrée des guerrières. – id.

  11. La Toilette d’une Égyptienne. – 290 x 240 mm.

  12. Scène d’intérieur. – 295 x 245 mm.

Réf. : S. Abdoun, « Genesi dell’ Aïda », Quaderni dell’ Istituto di studi Verdiani, no 4, 1971. J.-L. Chappaz, « Petites notes sur Aïda ou l’Égyptologie enchantée », Cercle lyonnais d’égyptologie Victor Loret, no 5, 1991.

J. Humbert, « À propos de l’égyptomanie dans l’œuvre de Verdi », Revue de musicologie, t. LXII, 1976 ; -, « Aïda entre l’égyptologie et l’égyptomanie », Avant-Scène Opéra, no 4, 1976.

R. de Sanctis et M. Codignola, Aïda in Cairo, Le Caire, 1982.

B. O. : Scénario d’Aïda [par Auguste Mariette], Alexandrie, impr. par Mourès, 1870 (Rés. 1112).

Note

1 Lettre à son frère Édouard Mariette, 8 juin 1870 et lettre à Draneht Bey du 19 juillet 1871, citée in Quaderni dell’ Istituto di studi Verdiani, 1971, no 4, p. XVII.

2 « Voyage au Caire », 31 décembre 1817, in Notes de musique, Paris, 1875, p. 185 et suiv.

3 B. O., l.a.s. de C. Du Locle, no 19.

4 B. O., Fonds Nuitter, lettres de Mariette des 29 mai, 4 juin 1870 et lettres à Draneht des 15, 19 juillet 1870, citées ainsi que les suivantes in Quaderni…

5 Lettre de Draneht à Mariette, 4 août 1870.

6 « Mariette est là et nous dessinons les costumes ». Lettre de Du Locle envoyée de Paris à sa femme (B. O., l.a.s. no 4, non datée).

7 Lettres de Mariette à Draneht, 8 août 1870 et 30 août 1871.

8 Id., 15 juillet 1870.

9 Id., 30 août 1871.

10 Ibid.

11 La formule est de Mariette. Voir les 3 costumes de Jules Marre au département des Manuscrits de la B. N. (NAF 20178).

12 Auteur d’un Album de la vie de César, édité en 1865, et d’un Projet d’irrigation pour l’Égypte, présenté à S. A. S. le Khédive d’Égypte, 1869.

13 Je dois cette très précieuse indication à l’égyptologue Jean-Luc Chappaz.

Indice delle illustrazioni

Legenda CHAPERON, Aïda, no 1
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,5M
Legenda DESPLECHIN. Aïda. Le Caire, no 3
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-2.jpg
File image/jpeg, 3,5M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-3.jpg
File image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-4.jpg
File image/jpeg, 608k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-5.jpg
File image/jpeg, 820k
Legenda MARIETTE. Aïda. Le Caire, no 6
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-6.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Legenda MARIETTE. Aïda, no 6
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/853/img-7.jpg
File image/jpeg, 3,3M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1993

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista