Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXV

 | 
Michel Amandry

Vingt ans après… Supplément à l’inventaire des trouvailles de monnaies d’or isolées faites en Gaule romaine (44 av. - 491 apr. J.-C.)

Étude

Xavier Loriot

Résumé

Le supplément à l’inventaire des monnaies d’or découvertes isolément en Gaule romaine sous l’Empire, dressé en 1990, comprend 351 trouvailles. Ces nouvelles données confirment, en les nuançant quelque peu, les résultats obtenus antérieurement. Les provinces fortement militarisées de Belgique et des deux Germanies représentent à elles seules près de la moitié des trouvailles. Chronologiquement, les frappes du ier siècle sont les plus nombreuses, particulièrement celles de la réforme de Néron et des Flaviens. Au Bas-Empire les périodes les mieux représentées sont les règnes de Valentinien et Valens, d’Honorius et de Valentinien III (dont de nombreux exemplaires d’imitation émis par ou pour des souverains barbares).

This supplement to the inventory of single gold coins found in Roman Gaul under the Empire, published in 1990, lists 351 finds. This new data confirms, with only slight nuances, the results previously registered. The military provinces of Belgica and both Germaniae alone concentrate nearly half of the material available. From a chronological point of view, the first century coins are the most numerous, especially the post-reform aurei of Nero and the Flavians. During the Later Empire, the best represented periods are the reigns of Valentinian and Valens, Honorius and Valentinian III (many of the coins bearing this ruler’s name being imitations issued by or for Barbarian kings).

Note de l’éditeur

Xavier Loriot (UMR 8210, Centre Gustave-Glotz, 2 rue Vivienne, F-75002 Paris) s’est éteint le 2 janvier 2013, des suites d’une longue maladie. Ce texte, dont il avait revu les premières épreuves, lui tenait à cœur et, en le publiant, le comité de lecture de TM a souhaité lui adresser un dernier hommage.

Texte intégral

Remerciements

1Mes pensées reconnaissantes s’adressent en premier lieu à nos chers disparus, mon maître Jean Lafaurie, mes amis et complices de toujours Hélène Huvelin et Daniel Nony, sans oublier le regretté Volker Zedelius. J’ai également plaisir à remercier pour leur aide précieuse Mmes et MM. Michel Amandry, Gérard Aubin, Paul Beliën, Marie-Laure Berdeaux-Le Brazidec, Jean-Marie Bertrand, Paul-André Besombes, Roger Bland, Hervé Bonnard, Jean-Pierre Bost, Claude Brenot, Jean-Pierre Callu, Hélène Chew, Michel Christol, Arnaud Clairand, Guy Collin, Inciser Damm, Louis David, Roland Delmaire, Marcel Demésy, Nadine Dieudonné-Glad, Vincent Drost, Sylviane Estiot, Philippe Ferrando, Joël Françoise, Philippe Gandel, Anne Geiser, Dominique Gemehl, Vincent Geneviève, Karl-Josef Gilles, Sabine Got Castellvi, Dominic Goury, Jean Hiernard, Dominique Hollard, Antony Hostein, David Hourcade, Hans-Jörg Kellner, Fleur Kemmers, François Kihm, Claudia Klages, Jean Krier, Julie Martin-Deroyer, Jacques Meissonnier, Jens Christian Moesgaard, Jean Perrier, Henri Petit (†), Laurent Popovitch, François Reinert, Bernard Rémy, Helmut Schubert, Ludovic Trommenschlager, Willem van Alsenoy, Johan van Heesch, Annie Vigourt, François Wiblé, David Wigg-Wolf.

  • 1 J’ai plaisir également à remercier pour leur obligeance les responsables des institutions suivantes (...)

2Je tiens enfin à exprimer ma gratitude envers l’ensemble de l’équipe du Cabinet des médailles de la BNF, ainsi qu’aux conservateurs et bibliothécaires du Centre Gernet-Glotz et de la Römisch-Germanische Kommission, à Francfort, sans l’aide de qui ce travail n’aurait pu être réalisé1.

Introduction

  • 2 Suétone, Diuus Iulius, 54, 2 : In Gallia fana templaque deum donis referta expilauit, urbes diripui (...)
  • 3 Tacite, Hist., IV, 74, 8 : uobis (Gallis) penes quos aurum et opes…, et de même dans Ann., XI, 24, (...)
  • 4 Trésor d’Ambenay (Eure) : Jean-Baptiste Giard, « Le trésor d’aurei d’Ambenay », RN 1974, p. 68-80 (...)
  • 5 Trésor d’Arçay (Cher) : André Cothenet et Jean Lafaurie, BSFN 1969, p. 443-444 ; Pierre Bastien et (...)
  • 6 Pierre Bastien et Catherine Metzger, Le trésor de Beaurains (dit d’Arras), NR X, Wetteren, 1977 ; T (...)
  • 7 Sur cette question, voir Claude Brenot et Catherine Metzger, « Trouvailles de bijoux monétaires dan (...)
  • 8 Ainsi dans le fameux trésor de Rennes (Pierre Le Gentilhomme, « Les aurei du trésor découvert à Ren (...)
  • 9 Jean-Pierre Callu et Xavier Loriot, L’or monnayé II. La dispersion des aurei en Gaule romaine sous (...)
  • 10 Comme les Mousquetaires, les trois Alpes sont en réalité quatre : Pennines, Grées (ou Atrectiennes) (...)
  • 11 Un récent travail, essentiellement appuyé sur l’archéologie, s’efforce de montrer que la chute du l (...)

3Lorsque Jules César revint en vainqueur des Gaules, chargé de butin, le prix de l’or à Rome chuta de façon spectaculaire, si l’on en croit Suétone2. De son côté, Tacite le dit expressément à deux reprises : la Gaule passait pour extrêmement riche en or3. Et, effectivement, de fort nombreux dépôts ou trésors d’aurei ou de solidi y ont été exhumés, depuis la fin de la République et le principat d’Auguste4 jusqu’au milieu du ve siècle5. Quelques trouvailles exceptionnelles, comme celle de Beaurains, près d’Arras, comportent même des multiples6, ou des monnaies montées en bijoux7, parfois associées, par exemple à Rennes, à de précieuses pièces d’orfèvrerie8. En 1990, Jean-Pierre Callu et moi avons tenté de dresser un inventaire des trouvailles de monnaies d’or romaines découvertes isolément dans l’espace gaulois9, au sens large du terme, autrement dit la Narbonnaise (à laquelle nous avons adjoint les trois Alpes10), l’Aquitaine, la Lyonnaise, la Belgique et les deux Germanies, ainsi que leur annexe naturelle des champs Décumates, qui forma durant près de deux siècles, des années 80 à 254/260 environ, un glacis protecteur du secteur sensible situé entre Rhin et haut Danube11.

  • 12 Le catalogue comporte 1 868 numéros, plus 54 numéros bis, ter, etc., soit un total théorique de 1 9 (...)
  • 13 Pour les quelques recensions qui en ont été faites : Xavier Loriot, « Réflexions sur l’usage et les (...)
  • 14 En dépit de son titre, cette série, qui remplace avantageusement la publication quasiment homonyme (...)
  • 15 Ainsi la CAG 68 (Haut-Rhin), qui prétend en avoir eu connaissance (p. 13), ne l’a d’évidence pas co (...)

4Ce travail, recensant au total 1 916 monnaies12, n’a sans doute pas reçu toute l’attention qu’à notre sens il aurait mérité13. Certes, la Carte archéologique de la Gaule (CAG)14, que dirige Michel Provost, le mentionne très régulièrement, quoique sans toujours l’utiliser à bon escient15. Cependant cette publication, qui progresse à pas de géant, a ainsi révélé de nombreuses trouvailles inédites, résultant pour une part de découvertes récentes, et par ailleurs de mentions plus anciennes, encore non répertoriées, et qu’il n’est hélas pas toujours facile de contrôler.

  • 16 Inventaire arrêté au 31.01.2012. Les quelques numéros bis ajoutés postérieurement ne sont pas compt (...)
  • 17 On rangera dans cette catégorie les numéros 3 (Villepinte, Aude) ; 12 (Cornebarrieu, Haute-Garonne) (...)
  • 18 C’est le cas des monnaies d’Auxonne, de Fomerey et de Contay.
  • 19 Catalogue nos 72 (Lectoure, Gers) ; 123 (Troyes, Aube) ; 163 (Valay, Haute-Saône) ; 193 (Gries, Bas (...)
  • 20 À moduler par ensembles provinciaux : Narbonnaise-Alpes : 47/198 (+ 23,74 %) ; Aquitaine : 36/291 ( (...)
  • 21 Roger Bland et Xavier Loriot, Roman and Early Byzantine Gold Coins found in Britain and Ireland, wi (...)

5Il m’a donc paru utile de dresser une liste mise à jour des trouvailles parvenues à notre connaissance depuis 1990. Le présent catalogue en recense 35116, chacune étant, pour plus de commodité, affectée d’un numerus currens. Il comprend en fait trois catégories d’entrées : 1) les monnaies figurant déjà à l’inventaire de 1990, mais dont il convient soit de compléter la description17, soit même dans certains cas de modifier l’attribution18 ; elles sont ici reprises avec leur numéro initial, indiqué entre parenthèses ; 2) quelques documents déjà connus, écartés de l’inventaire principal, mais qui m’ont paru devoir être réhabilités en raison des informations ou commentaires ultérieurement publiés à leur sujet19 ; 3) les découvertes non encore répertoriées, qui constituent la grande majorité de l’ensemble. Les monnaies relevant de ces deux dernières catégories, également considérées comme « nouveautés », atteignent actuellement le chiffre de 320 exemplaires, ce qui représente un acquis global de 16,70 %20. Je les ai cataloguées dans l’ordre qui aurait été le leur si nous en avions eu connaissance vingt ans plus tôt, en indiquant à chaque fois, entre parenthèses, ce numéro d’un inventaire pour ainsi dire virtuel. Il est à noter que, de ces 320 trouvailles, 171 sont des découvertes anciennes, ou du moins dont la publication est antérieure à 1990, tandis que 149 autres ont été signalées depuis cette date. Une première version de ce supplément, nécessairement très succincte, notamment quant aux références, a été insérée en appendice dans l’ouvrage que Roger Bland et moi-même avons récemment publié sur les trouvailles de monnaies d’or en Bretagne romaine21.

  • 22 En particulier la suppression de trois monnaies incluses dans la liste par erreur : Availles-Thouar (...)

6La présente liste y apporte quelques adjonctions et corrections supplémentaires22. Dans ce domaine, la recherche ne cesse d’évoluer et l’inventaire qui suit doit donc être considéré comme reflétant un dernier état, bien qu’encore provisoire, de la question.

  • 23 Xavier Loriot, « Trouvailles isolées de monnaies d’or romaines dans la province de Rétie », dans Pe (...)

7J’ai ajouté en un bref appendice les quelques trouvailles faites en Rétie absentes de l’inventaire dressé en 198823.

Notes

1 J’ai plaisir également à remercier pour leur obligeance les responsables des institutions suivantes : archives départementales du Jura et des Vosges ; bibliothèques municipales de Mâcon, Verdun et Versailles ; musée et archives municipales d’Étampes ; muséum de Grenoble ; Stadsarchief de Turnhout ; Generallandesarchiv, Karlsruhe et, last but not least, Geldmuseum, Utrecht.

2 Suétone, Diuus Iulius, 54, 2 : In Gallia fana templaque deum donis referta expilauit, urbes diripuit saepius ob praedam quam ob delictum ; unde factum ut auro abundaret ternisque milibus nummum in libras promercale per Italiam prouinciasque diuenderet. « En Gaule, il pilla les fana et les temples des dieux, remplis d’offrandes ; il détruisit des villes plus souvent pour faire du butin que pour punir une faute. Il en résulta qu’il regorgeait d’or et en fit vendre à travers l’Italie et les provinces pour trois mille sesterces la livre. » Si l’on accepte ce témoignage pour véridique, cela signifie que, durant un laps de temps, certainement assez bref, le cours de l’or se trouva inférieur de 25 % à celui auquel il s’établit lorsque, à partir des années 48-44, l’aureus devint un élément régulier du système monétaire, soit, pour une livre, 40 aurei = 1 000 deniers = 4 000 sesterces.

3 Tacite, Hist., IV, 74, 8 : uobis (Gallis) penes quos aurum et opes…, et de même dans Ann., XI, 24, 13 (le célèbre discours de Claude sur l’admission de Gaulois au Sénat) : … aurum et opes suas inferant potius quam separati habeant.

4 Trésor d’Ambenay (Eure) : Jean-Baptiste Giard, « Le trésor d’aurei d’Ambenay », RN 1974, p. 68-80 & pl. VII ; TAF, IV, p. 70, no 3. 

5 Trésor d’Arçay (Cher) : André Cothenet et Jean Lafaurie, BSFN 1969, p. 443-444 ; Pierre Bastien et André Cothenet, Trésors monétaires du Cher, NR VIII, Wetteren, 1974, p. 15, no 2 ; Jean Lafaurie et Jacqueline Pilet-Lemière, Monnaies du haut Moyen Âge découvertes en France (ve-viiie siècle), Cahiers Ernest-Babelon 8, Paris, 2003 (= Lafaurie-Pilet-Lemière), p. 106-107.

6 Pierre Bastien et Catherine Metzger, Le trésor de Beaurains (dit d’Arras), NR X, Wetteren, 1977 ; TAF, II, p. 63-64, no 12.

7 Sur cette question, voir Claude Brenot et Catherine Metzger, « Trouvailles de bijoux monétaires dans l’Occident romain », dans Claude Brenot et Xavier Loriot (dir.), L’or monnayé III. Trouvailles de monnaies d’or dans l’Occident romain. Actes de la Table ronde tenue à Paris les 4 et 5 décembre 1987, Cahiers Ernest-Babelon 4, Paris, 1992 (= Brenot-Loriot), p. 313-371, 4 pl.

8 Ainsi dans le fameux trésor de Rennes (Pierre Le Gentilhomme, « Les aurei du trésor découvert à Rennes en 1774 », RN 1943, p. 11-43 ; Brenot-Loriot, p. 324, no 17 ; Sylviane Estiot, « Le trésor de Lava, Corse », TM, XXIV, 2009/2010, p. 100-102) ou dans le dépôt, beaucoup moins connu, exhumé à Toulouse à la veille du Second Empire (Xavier Loriot, « Trouvaille de deux patères d’argent à Toulouse en 1852 », BSFN 1988, 4, p. 346-349 ; Brenot-Loriot, p. 319, no 3). Dans l’une des patères est enchâssé un double solidus de Théodose II (et non de Théodose Ier comme on l’avait cru), cf. Archeologia (Varsovie), 56, 2005, p. 114 et 127. Son étude est actuellement en cours.

9 Jean-Pierre Callu et Xavier Loriot, L’or monnayé II. La dispersion des aurei en Gaule romaine sous l’Empire, Cahiers Ernest-Babelon 3, Juan-les-Pins, 1990 (= Callu-Loriot).

10 Comme les Mousquetaires, les trois Alpes sont en réalité quatre : Pennines, Grées (ou Atrectiennes), Cottiennes et Maritimes. Sur cette question, voir François Bérard, « Un nouveau procurateur à Aime en Tarentaise », Gallia, 52, 1995, p. 343-358. Leur appartenance à l’ensemble gaulois va de soi.

11 Un récent travail, essentiellement appuyé sur l’archéologie, s’efforce de montrer que la chute du limes Raeticus eut lieu dès 254 : Marcus Reuter, « Das Ende des raetischen Limes im Jahr 254 n. Chr. », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 72, 2007, p. 177-249.

12 Le catalogue comporte 1 868 numéros, plus 54 numéros bis, ter, etc., soit un total théorique de 1 922 exemplaires. Mais il s’avéra par la suite que plusieurs devaient être éliminés, en sorte que le tableau récapitulatif fourni en 1992 (Jean-Pierre Callu et Xavier Loriot, « Avant-propos », dans Brenot-Loriot, p. 26-27) n’en comporte plus que 1 916 (1 788 pour les Gaules, 128 pour les champs Décumates). Ces pointages sont inévitablement soumis à des variations continuelles, en fonction du progrès des dépouillements.

13 Pour les quelques recensions qui en ont été faites : Xavier Loriot, « Réflexions sur l’usage et les usagers de la monnaie d’or sous l’Empire romain », RN 2003, p. 57-58 avec les n. 2-4.

14 En dépit de son titre, cette série, qui remplace avantageusement la publication quasiment homonyme (CAGR), antérieurement éditée par l’AIBL, sous la direction initiale d’Adrien Blanchet, n’envisage que la France, comme si « Gaule » et « France » se confondaient. Mais qu’en est-il de la Corse ? Aux trouvailles mentionnées dans Callu-Loriot, p. 41, n. 70, on ajoutera un quinaire d’or de Tibère (RIC I2 13), découvert en fouilles sous-marines au sud de Porto-Vecchio, Corse-du-Sud (Hélène Bernard et al., « L’épave romaine de marbre de Porto Novo », JRA, 11, 1998, p. 57 et 80). Un solidus d’Arcadius, frappé sans doute à Constantinople, aurait été récemment mis au jour sur le site de Mariana (comm. de Lucciana, Haute-Corse) : communication de M. Joël Françoise, 25.03.2010.

15 Ainsi la CAG 68 (Haut-Rhin), qui prétend en avoir eu connaissance (p. 13), ne l’a d’évidence pas consulté et ignore par conséquence la trouvaille de Liebsdorf (no 954 bis) et surtout la description et l’histoire de l’aureus de Blotzheim (no 951, cf. infra, apr. 161/1), découvert avant 1552. La CAG 74 (Haute-Savoie), faute d’avoir compris la notice du TAF, V/2, p. 108, réhabilite (p. 287) le pseudo aureus de Passy, qui n’est visiblement qu’un sesterce, et persiste à mentionner (p. 313), le faux trésor de Samoëns, provenance déguisée d’une trouvaille faite à Genève (TAF, V/2, p. 106). La CAG 88 (Vosges), 2004, accumule les bourdes, mentionnant par ex. (p. 237) une « monnaie du haut Moyen Âge de Solidus Honorius…, conservée à la BNF » (il s’agit de l’ex. Callu-Loriot, no 1156, du musée d’Épinal, l’auteur ignorant de surcroît la publication, de trois ans antérieure, des monnaies d’or de cette collection par Michel Amandry). Il localise « dans la commune » de Neufchâteau un solidus de Johannes (« Jean le tyran », selon son expression), faite d’après sa source « dans les environs » de cette ville et qui provient en réalité de la Haute-Marne (cat. no 103). Ce travail, œuvre d’un jeune doctorant, aurait gagné à être soigneusement relu. Ces bévues, dont on pourrait aisément multiplier les exemples, ainsi que les nombreuses erreurs de références dans les index, jettent une certaine ombre sur une publication par ailleurs remarquable.

16 Inventaire arrêté au 31.01.2012. Les quelques numéros bis ajoutés postérieurement ne sont pas comptabilisés ni pris en compte dans le commentaire.

17 On rangera dans cette catégorie les numéros 3 (Villepinte, Aude) ; 12 (Cornebarrieu, Haute-Garonne) ; 33 (Arles, Bouches-du-Rhône) ; 47 (Néoules, Var) ; 56 (Saint-Paulien, Haute-Loire) ; 70 (Tocane-Saint-Apre, Dordogne) ; 71 (Villefranche, Gers) ; 82 (Oloron-Sainte-Marie, Pyrénées-Atlantiques) ; 83 (Mauléon, Deux-Sèvres) ; 89 (Pouzauges/Saint-Michel-Mont-Mercure, Vendée) ; 94 (Auxonne, Côte-d’Or) ; 99, 100, 101, 102 (Bourbonne-les-Bains, Haute-Marne) ; 152 (Bourgneuf-en-Retz, Loire-Atlantique) ; 174 (Köniz, CH, Berne), 175 (Les Montets, CH, Fribourg) ; 176 (Cornol, CH, Jura) ; 179 (Orbe, CH, Vaud) ; 205 (Fomerey, Vosges) ; 208 (Neufchâteau, env., Vosges) ; 215 (Weiswampach, G-D. Lux.) ; 247 (Chouy, Aisne) ; 263 (Saint-Martin-Boulogne, Pas-de-Calais) ; 267 (Contay, Somme) ; 308 (Venlo, NL, Limburg) ; 321 (Neuss, Nordrhein-Westfalen) ; 327 (Straelen, D, Nordrhein-Westfalen).

18 C’est le cas des monnaies d’Auxonne, de Fomerey et de Contay.

19 Catalogue nos 72 (Lectoure, Gers) ; 123 (Troyes, Aube) ; 163 (Valay, Haute-Saône) ; 193 (Gries, Bas-Rhin) ; 245 (Vermand, Aisne) ; 344 & 345 (Stuttgart, Bade-Wurtemberg).

20 À moduler par ensembles provinciaux : Narbonnaise-Alpes : 47/198 (+ 23,74 %) ; Aquitaine : 36/291 (+ 12,37 %) ; Lyonnaise : 55/462 (+ 11,90 %) ; Belgique-Germanies : 172/837 (+ 20,55 %) ; champs Décumates : 10/128 (+ 7,81 %).

21 Roger Bland et Xavier Loriot, Roman and Early Byzantine Gold Coins found in Britain and Ireland, with an appendix of new finds from Gaul, Londres, 2010, appendix 6, p. 340-356.

22 En particulier la suppression de trois monnaies incluses dans la liste par erreur : Availles-Thouarsais, Deux-Sèvres (no 50), Éton, Meuse (no 115) et Tilburg, Noord-Brabant (no 188).

23 Xavier Loriot, « Trouvailles isolées de monnaies d’or romaines dans la province de Rétie », dans Peter Kos et Željko Demo (éd.), Studia numismatica Labacensia Alexandro Jeločnik oblata, Situla 26, Ljubljana, 1988, p. 53-98 (cité : Loriot, Rétie).

Auteur

UMR 8210, Centre Gustave-Glotz

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540