Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXV

 | 
Michel Amandry

Un ensemble de nummi constantiniens découvert sur le site de La Ramière à Roquemaure (Gard) (terminus 325 après J.-C.)

Étude

Vincent Drost, Hervé Petitot et Hervé Pomarèdes

Résumé

Lors de fouilles menées sur le site de La Ramière (Roquemaure, Gard), un petit ensemble monétaire constitué de 57 nummi frappés depuis la réforme de 318 jusqu’en 325 a été découvert dans un niveau de sol de l’un des bâtiments annexes d’une villa. Ce qui pourrait s’apparenter au contenu d’une bourse offre un aperçu significatif du stock monétaire en circulation au milieu des années 320.

While excavating a villa on the site of La Ramière (Roquemaure, Gard), archaeologists found a group of 57 nummi struck from the monetary reform of 318 AD to 325 AD in the floor of an annex building. This small hoard which possibly represents the content of a purse gives a significant picture of the monetary stock available in the mid-320’s.

Texte intégral

Le site archéologique et le contexte de la découverte

1La villa de La Ramière (commune de Roquemaure, département du Gard) est située en rive droite du Rhône, dans la plaine d’inondation du fleuve. Les recherches pratiquées en 1995 et 1996 sur le site (fouilles préventives préalables à la construction de la ligne TGV Méditerranée) ont permis d’apprécier son évolution sur près de 700 ans, depuis l’époque augustéenne jusqu’au début du haut Moyen Âge.

2L’occupation initiale des lieux remonterait au changement d’ère. Aucun aménagement de la fin de l’âge du Fer n’a en effet été détecté. Les premières constructions sont très modestes et correspondent à deux petits bâtiments dont un, de forme circulaire, abritait quatre fours en torchis de petite taille et un plan de travail. Ces équipements, assimilés à une cuisine vouée à la panification des farines, semblent liés à l’approvisionnement d’un personnel nombreux et aux premières mises en valeur du sol du secteur, notamment la plantation de plusieurs vergers (oliveraies ?) dont on a retrouvé les vestiges sur plusieurs hectares, au sud de l’établissement.

  • 1 Les deux monnaies en bronze, très usées, ont été frappées sous le règne d’Auguste (identification C (...)

3Au cours du deuxième quart du ier siècle apr. J.-C., ces premiers bâtiments sont rasés et laissent place à une première ferme comprenant une habitation à cour centrale (atrium) et une partie agricole et artisanale. À partir de la deuxième moitié du ier siècle apr. J.-C., l’établissement se développe considérablement. Cette première villa, à cours multiples, couvre alors près de 5 000 m² et est assimilée au siège d’un important domaine agricole. Dans sa partie méridionale, deux chais à vin sont édifiés. Au nord, sa partie résidentielle apparaît assez peu luxueuse. Un dépôt propitiatoire, composé d’une assiette et d’une urne contenant deux monnaies, y a été découvert1.

4Entre la fin du iie siècle et le début du iiie siècle de n. è., les campagnes de construction se multiplient sur le site. La villa couvre alors plus d’un hectare de superficie. Ces investissements n’entraînent pas la disparition systématique des bâtiments antérieurs mais sont accumulés pour étoffer la composition initiale. Le projet tend alors à revêtir, dans sa forme sinon dans ses aménagements, un caractère monumental. Au nord, la partie résidentielle du domaine couvre plus de 2 500 m². L’aile septentrionale, vraisemblablement bâtie sur podium, est équipée d’un portique. Durant la première moitié du ive siècle, une salle de réception axiale (abside de plan outrepassé) est adossée à l’ensemble. Dans les communs, les transformations se succèdent régulièrement et les multiples cours intérieures témoignent d’une importante partition des activités. Deux nouveaux chais à vin, dans lesquels prenaient place des foudres ou des barriques et un probable grenier à grain, sont construits au sud de la villa.

  • 2 Ibid., p. 889-919.

5Vers l’est, d’autres corps de ferme, très mal conservés, sont implantés autour d’une nouvelle cour. Leur fonction est restée incertaine mais l’hypothèse d’entrepôts voués au transfert des productions vers la vallée du Rhône, a été avancée2. C’est dans l’emprise de l’un de ces modestes bâtiments (bâtiment sud) que l’ensemble monétaire, objet de la présente étude, a été découvert (fig. 1). Les 57 monnaies qui le composent se trouvaient là, sans récipient solide, sous la forme d’un petit amas dont le volume permet de restituer un contenant souple probable (bourse ?). Le contexte stratigraphique laisse envisager deux hypothèses : soit cette bourse a été déposée dans une petite cache, élaborée avec des fragments de tegulae et masquée par une couverture de tuiles (fig. 2), soit elle a été perdue lors de la mise en place de remblais dans le bâtiment (fig. 3). Dépôt volontaire ou événement fortuit, il est difficile de trancher.

Figure 1 – Plan général de la villa de La Ramière entre le iiie et le ve s. apr. J.-C. (DAO H. Pomarèdes, d’après V. Lelièvre, Inrap)

Figure 1 – Plan général de la villa de La Ramière entre le iiie et le ve s. apr. J.-C. (DAO H. Pomarèdes, d’après V. Lelièvre, Inrap)

Figure 2 – Vue de détail du dépôt monétaire depuis le sud (cliché G. Colomer, Inrap)

Figure 2 – Vue de détail du dépôt monétaire depuis le sud (cliché G. Colomer, Inrap)

Figure 3 – Vue d’ensemble du niveau de sol (cliché G. Colomer, Inrap)

Figure 3 – Vue d’ensemble du niveau de sol (cliché G. Colomer, Inrap)

6Au ve siècle, la villa laisse progressivement place à un nouveau type d’établissement beaucoup plus discret. La plupart des bâtiments antérieurs, qu’ils soient résidentiels ou utilitaires, sont détruits et ensevelis au profit d’un habitat polynucléaire. Ce dernier est composé de sept à huit unités comprenant notamment un atelier de potier, une forge ou encore un séchoir/fumoir qui suggèrent de profondes modifications du système socio-économique de la propriété. Un ensemble funéraire prend place sur les marges septentrionales du site. Vers le milieu du vie siècle, la majeure partie des constructions est délaissée. Seule une ultime unité de 300 m² se maintient avant d’être désertée au milieu du viie siècle.

Composition de l’ensemble monétaire

  • 3 P. Bastien, Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réouverture de l’atelier en 318 à la mort de C (...)
  • 4 P. Bruun, Roman Imperial Coinage, VII. Constantine and Licinius AD 313-337, Londres, 1966, p. 160.

7Le petit ensemble monétaire découvert dans le bâtiment sud est parfaitement homogène : les 57 monnaies qui le forment sont des nummi frappés entre la fin des années 310 et le milieu de la décennie suivante, à l’effigie de Constantin Ier (22 ex.), de ses fils Crispus (19 ex.) et Constantin II (12 ex.), de son épouse Fausta (1 ex.) et de son « collègue » Licinius (3 ex.). Toutes sont postérieures à la réforme de 318, dont les tenants et aboutissants demeurent assez mal cernés. Si cette mesure ne joua pas sur la métrologie du nummus, dont la taille au 1/96e de livre fut maintenue, elle s’accompagna d’une hausse de la valeur nominale et du titre de l’espèce en bronze argenté3. Les deux exemplaires les plus récents du dépôt ont été frappés à Trèves (cat. 30) et à Arles (cat. 37). Ils portent au revers la légende PROVIDENTIAE CAESS encadrant une porte de camp (tableau 1). L’introduction de ce type PROVIDENTIAE AVGG/CAESS, qui suit l’unification de l’Empire par Constantin après l’élimination de Licinius à la fin de l’année 324, intervint simultanément dans l’ensemble des ateliers impériaux vers le début de l’année 3254. Cette date constitue donc le terminus post quem du dépôt.

Tableau 1 – Répartition des monnaies par atelier et par type de revers

Londres

Lyon

Trèves

Arles

Rome

Ticinum

Aquilée

Siscia

Thessalonique

Imitations

Total

VICTORIAE LAETAE PRINC PERP

1

1

2

VIRTVS EXERCIT

1

1

2

4

BEATA TRANQVILLITAS

4

2

14

1

21

SARMATIA DEVICTA

1

1

D N CONSTANTINI MAX AVG /
D N LICINI AVGVSTI

4

4

1

1

10

CAESARVM NOSTRORVM

1

1

4

2

3

2

1

2

16

SALVS REIPVBLICAE

1

1

PROVIDENTIAE AVGG/CAESS

1

1

2

Total

5

5

20

7

3

6

2

4

1

4

57

8Bien que cette date de clôture soit très proche de celle du trésor de Chitry, qui fait l’objet d’une étude dans ce même volume5, le profil des deux ensembles est diamétralement opposé. Le trésor de Chitry est une épargne conséquente et sélective qui se concentre exclusivement sur le numéraire antérieur à la réforme de 318. Au contraire, le petit ensemble monétaire découvert sur le site de La Ramière, qui représente un poids de métal d’environ 175 g seulement, ne saurait être considéré comme une thésaurisation proprement dite. Son faible volume et la forme sous laquelle il se présentait au moment de la découverte feraient plutôt penser au contenu d’une bourse. Selon toute vraisemblance, cet ensemble est le fruit d’une ponction sur le stock monétaire en circulation au milieu des années 320 dont nous aurions ainsi une image instantanée.

  • 6 J.-P. Callu, « La circulation monétaire de 313 à 348 », Actes du 8e Congrès international de numism (...)

9Le numéraire antérieur à la réforme de 318, qui disparut rapidement des circuits suite à cette mesure6, n’est pas représenté dans le lot. Ce type d’ensemble enfoui dans les années 320 et constitué exclusivement de nummi post-réforme trouve un certain nombre de parallèles, en Gaule et en Bretagne insulaire notamment. Le tableau 2 en donne quelques exemples significatifs. Ces trésors sont d’importance très variable : ils peuvent aller de quelques dizaines d’exemplaires, comme c’est le cas ici, à plusieurs milliers de monnaies. Bien que peu fourni, le dépôt de La Ramière semble être significatif en ce qui concerne le rôle joué par les différents ateliers dans l’approvisionnement en numéraire du sud de la Gaule. La provenance des monnaies est, en proportion, semblable à ce qui s’observe dans l’important trésor de Chavannes, découvert dans le département voisin de la Drôme. Trèves, le principal atelier gaulois, fournit plus du tiers de l’ensemble (20 ex.). Si l’atelier d’Arles, distant de moins de 50 km à vol d’oiseau de la villa de La Ramière, vient en deuxième position, son apport reste limité (7 ex.). Le monnayage d’Arles, comme d’ailleurs celui de Lyon (5 ex.), n’est guère mieux représenté que celui émanant d’ateliers nettement plus éloignés comme Londres, Ticinum (Pavie, Italie) et même Siscia (Sisak, Croatie). Il en va de même dans le trésor de Chavannes, bien que celui-ci ait été enfoui non loin de Lyon. La monnaie la plus « exotique » de notre trouvaille gardoise provient de l’atelier macédonien de Thessalonique (cat. 53), dont les productions se retrouvent régulièrement dans les trésors gaulois et bretons.

Tableau 2 – Représentation des ateliers dans quelques trésors gaulois et bretons des années 320

Langtoft II
(GB, East
Yorkshire)

Canterbury
(GB, Kent)

Durrington II
(GB, Wiltshire)

Roquemaure
(F, Gard)

Chavannes
(F, Drôme)

Gaule IV

Immendigen
(D, Baden-
Württemberg)

Londres

62,0

49,1

43,5

8,8

7,4

19,0

1,8

Lyon

2,5

5,7

3,5

8,8

7,4

8,3

1,8

Trèves

27,2

40,6

40,6

35,1

44,7

52,4

87,3

Arles

1,3

0,9

3,2

12,3

13,6

7,1

1,8

Rome

0,4

0,9

5,3

2,9

1,2

1,8

Ticinum

0,4

0,9

1,8

10,5

8,7

2,4

1,8

Aquilée

1,7

0,9

0,9

3,5

1,8

1,2

1,8

Siscia

0,3

0,9

3,0

7,0

4,4

2,4

Sirmium

0,2

0,2

Thessalonique

0,8

1,8

2,1

3,6

Héraclée

0,1

Nicomédie

> 0,1

0,2

Cyzique

0,1

Imitations

0,9

0,7

7,0

2,4

1,8

Indeterminés

4,1

0,7

6,4

Nb d’ex.

923

106

2 536

57

1 037

84

55

Terminus

c. 325

c. 324

327/8

325

326

328

322/3

  • 7 Ces trésors sont quasi exclusivement constitués de monnaies frappées après la réforme de 318. La pr (...)

Tableau 2 – Représentation des ateliers dans quelques trésors gaulois et bretons des années 3207

  • Langtoft II (GB, East Yorkshire) : C. Barclay, S. Holmes, L. McCartney, « Langtoft II, East Yorkshire », CHRB XII, 2009, p. 254-260.

  • Canterbury (GB, Kent) : R. A. G. Carson, « The Canterbury Hoard », NC 1957, p. 249-257.

  • Durrington II (GB, Wiltshire) : D. Algar, « Durrington, Wiltshire », CHRB X, 1997, p. 296-338.

  • Chavannes (F, Drôme) : L. Chaurand, « Le trésor de Chavannes », Mélanges de travaux offerts à Maître Jean Tricou, Lyon, 1972, p. 53-101.

  • Gaule IV : P. Bastien, « Trouvaille de monnaies constantiniennes (317-328) », RBN 110, 1964, p. 53-68.

  • Immendigen (D, Baden-Württemberg) : FMRD II/2, p. 51-52, no 2039.

10Par ailleurs, la présence de quatre imitations est à signaler (cat. 54-57). Ces fabrications frauduleuses prennent pour modèle des prototypes provenant de Trèves, d’Arles et de Ticinum. Leur facture est plutôt correcte même si le style de portrait et la graphie laissent parfois à désirer. Le poids de ces frappes clandestines (entre 2 g et 2,40 g) est sensiblement inférieur à celui des productions officielles qui s’établit dans le trésor à 3,11 g en moyenne.

  • 8 P. Bastien, op. cit., 1982, p. 63.

11Nous assistons ici à la réapparition d’un monnayage d’imitation à grande échelle qui répond certainement, pour partie, à une pénurie engendrée par le retrait de l’ancien numéraire consécutif à la réforme de 3188. Le phénomène reste toutefois relativement limité dans les années 320 en comparaison de l’ampleur considérable qu’il prendra dans la décennie suivante. La proportion relativement élevée d’imitations à Roquemaure (7 % de l’ensemble) vient à l’appui de l’hypothèse selon laquelle cet ensemble n’aurait pas fait l’objet d’une sélection préalable.

  • 9 Ph. Ferrando, L’atelier monétaire d’Arles de Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), I, (...)

12Enfin, en dépit d’un échantillonnage réduit, quelques exemplaires peu courants, voire inédits, sont à relever. Le cat. 37, la dernière monnaie d’Arles, appartient à la rare émission -/-//Q✴AR•. La titulature CRISPVS NOB CAES ainsi que le buste cuirassé et drapé à gauche ne sont pas répertoriés dans le RIC VII pour cette série. Un second exemplaire de ce type est en revanche signalé par Ph. Ferrando9. Le cat. 39 est quant à lui issu de l’émission de Rome signée -/-//RP-Q. Dans le courant de cette émission, la titulature de Crispus passe d’une forme continue à une forme avec césure. Habituellement, les exemplaires sans césure proviennent de l’officine T tandis que ceux avec césure (CRISPVS-NOB CAES) sont issus de l’officine S. En présentant l’association inédite d’un droit avec césure et d’un revers signé par la troisième officine, ce nummus constitue un lien entre les deux séries.

Conclusion

13Dépôt ou bourse perdue autour de l’année 325 dans un bâtiment qui était peut-être alors déjà à l’abandon, cet ensemble, certes de taille modeste, offre une image de l’état du stock monétaire en circulation au milieu des années 320. Il témoigne de la disparition rapide du numéraire antérieur à la réforme de 318 et illustre le rôle joué par les différents ateliers occidentaux dans l’approvisionnement en numéraire du sud de la Gaule. Nous pouvons ainsi constater l’influence majeure de l’atelier de Trèves jusque dans cette région méridionale et l’apport relativement limité en provenance de la pourtant toute proche Monnaie d’Arles.

Notes

1 Les deux monnaies en bronze, très usées, ont été frappées sous le règne d’Auguste (identification Ch. Larozas). En ce qui concerne le vase, voir S. Barberan, L. Fabre, O. Maufras, H. Petitot, H. Pomarèdes, L. Sauvage, R. Thernot, Les villae de La Ramière à Roquemaure, Gard, Archéologie du TGV Méditerranée, tome 3, Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 10, 2002, p. 901, fig. 7.

2 Ibid., p. 889-919.

3 P. Bastien, Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réouverture de l’atelier en 318 à la mort de Constantin (318-337), Wetteren, 1982, p. 8, 64 et 83-84.

4 P. Bruun, Roman Imperial Coinage, VII. Constantine and Licinius AD 313-337, Londres, 1966, p. 160.

5 V. Drost, « Le trésor constantinien de Chitry (Yonne), terminus 323/324 après J.-C. »

6 J.-P. Callu, « La circulation monétaire de 313 à 348 », Actes du 8e Congrès international de numismatique, New York-Washington, 1973, 1976, p. 227-242.

7 Ces trésors sont quasi exclusivement constitués de monnaies frappées après la réforme de 318. La présence de rares exemplaires antérieurs à cette mesure est toutefois à signaler à Langtoft (4 ex.), à Canterbury (1 ex.), à Chavannes (2 ex.) et à Immendigen (2 ex.).

8 P. Bastien, op. cit., 1982, p. 63.

9 Ph. Ferrando, L’atelier monétaire d’Arles de Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), I, 2010, p. 184, no 789.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Plan général de la villa de La Ramière entre le iiie et le ve s. apr. J.-C. (DAO H. Pomarèdes, d’après V. Lelièvre, Inrap)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 2 – Vue de détail du dépôt monétaire depuis le sud (cliché G. Colomer, Inrap)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Figure 3 – Vue d’ensemble du niveau de sol (cliché G. Colomer, Inrap)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/701/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

Auteurs

Centre d’étude et de publication des trouvailles monétaires, Bibliothèque nationale de France

Inrap Méditerranée.

Inrap Méditerranée.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540