Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXV

 | 
Michel Amandry

Le trésor constantinien de Chitry (Yonne) (terminus 323/324 après J.-C.)

Étude

Vincent Drost

Résumé

Découvert en 2007 dans l’Yonne, le trésor de Chitry se compose de quelque 2 500 monnaies frappées entre le dernier quart du iiie siècle et le premier quart du siècle suivant. La monnaie terminale, un nummus londonien frappé en 323/4, forme à elle seule la « queue » de ce trésor qui correspond en réalité à la vague d’enfouissements butant sur la réforme de 318. La thésaurisation s’est déroulée sur un court laps de temps compris entre 310 et 318. Les nummi au 1/72e de livre représentent le quart de l’ensemble, ceux au 1/96e de livre les trois quarts. Le trésor de Chitry est le premier trésor bien documenté de ce type pour la Gaule intérieure. En cela, il constitue un point de comparaison original sur la circulation monétaire dans les années 310. Par l’abondant matériel qu’il livre, dont un certain nombre de monnaies inédites, le trésor vient compléter notre connaissance des émissions produites dans les ateliers gallo-britanniques.

The Chitry Hoard (Yonne) was discovered in 2007. It is made up of about 2 500 coins of the late Third and the early Fourth Century. Except for a single coin struck at the London mint in 323/4 which determines its terminal date, the Chitry Hoard belongs to a group of treasures coming up against the monetary reform of 318. This short term accumulation has been carried out between 310 and 318. The nummi struck at 1/72 to the pound represent the quarter of the hoard whereas the ones struck at 1/96 to the pound supplies with the three quarters. The Chitry Hoard is the first treasure of that kind from Central Gaul to be thoroughly published. It provides essential data regarding the monetary circulation in this area during the 310’s. It also brings previously unpublished types and contributes to a better understanding of some aspects of the Constantinian coinage struck in Gaul and Britain.

Texte intégral

Circonstances de la découverte

  • 1 Les monnaies étant identifiables en l’état, la mince couche de terre qui les recouvrait a simplemen (...)
  • 2 On trouvera un rappel de la législation concernant les découvertes archéologiques sur le site du mi (...)

1Le 12 septembre 2007, Monsieur R. B. prit contact avec le comptoir général de Bourse (CGB), à Paris, pour faire état de la découverte fortuite d’un trésor monétaire à son domicile de Chitry (Yonne, arrondissement d’Auxerre, canton de Chablis). Comme il se doit, l’expert de la firme sollicitée procéda immédiatement aux démarches visant à faire déclarer la trouvaille auprès du service régional de l’archéologie (SRA) Bourgogne. Un courrier fut adressé en ce sens au conservateur régional de l’archéologie. Les circonstances de la découverte y sont relatées comme suit : le 7 septembre 2007, dans une cave située à environ trois mètres sous le sol de sa maison bâtie en 1792, l’inventeur descella une pierre en tirant sur un morceau de métal fiché dans le mur, mettant ainsi au jour une niche abritant des tuiles, de la terre et des monnaies qui reposaient là sans contenant. Ces monnaies se trouvaient sous une forme non agglomérée et présentaient un aspect homogène caractérisé par une patine verdâtre avec parfois des inclusions sableuses1. Le diagnostic archéologique réalisé sur les lieux de la découverte par les agents du SRA Bourgogne indique que le contexte du dépôt, mur comme tuiles, est d’époque moderne. C’est sur la base de cette déclaration et en conformité avec la législation en vigueur2 que le trésor fut acquis par la firme CGB puis déposé pour étude au département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France le 29 avril 2008.

  • 3 À notre connaissance, il n’est pas apparu de nouveaux exemplaires depuis novembre 2008.
  • 4 Ces six exemplaires se distinguent aisément puisqu’ils ont fait l’objet d’un nettoyage particulière (...)

2Si l’on se fie aux apparences, nous serions donc en présence d’une découverte ancienne qui aurait été recachée à partir de la fin du xviiie siècle, pratique certes inhabituelle mais pas inenvisageable. Néanmoins, toutes les conditions ne nous semblent pas réunies pour pouvoir entériner un tel cas de figure. En effet, au hasard de nos recherches et alors que l’étude du trésor avait déjà été menée à son terme, nous avons pris connaissance d’un lot de monnaies proposé à la vente sur eBay dont la composition et la patine semblaient étrangement familières. Le pseudonyme du vendeur (le diminutif du prénom de l’inventeur suivi d’un code postal correspondant au département de l’Yonne) et la localisation des objets (Chitry-le-Fort) ne laissaient guère de doute quant à l’origine des monnaies. Au total, entre la fin septembre et la fin novembre 2008, c’est une trentaine d’exemplaires supplémentaires appartenant selon toute vraisemblance au trésor de Chitry qui a ainsi été dispersée3. Or, l’inventeur avait assuré avoir remis l’intégralité de la trouvaille à la firme CGB, allant même jusqu’à rétrocéder six monnaies qu’il avait conservées par devers lui4. Dans ce cas, il paraît légitime de s’interroger sur la provenance de ce lot supplémentaire qui pourrait faire penser à un ramassage ultérieur de monnaies éparpillées autour de l’ensemble principal. Si certaines incertitudes demeurent donc, il n’en reste pas moins vrai que nous disposons avec ce trésor d’un document monétaire de première importance qui est a priori complet, ou presque.

Composition du trésor

3Les 2 492 monnaies du lot déclaré couvrent un large arc chronologique qui s’étend sur plus d’un demi-siècle, allant de 268/9 à 323/4 (tableau 1). Les 37 exemplaires proposés sur eBay s’inscrivent dans la même fourchette puisqu’elles ont été frappées entre 307 et 318 (tableau 2). Toutefois, puisqu’il est impossible de prouver formellement leur appartenance au trésor de Chitry, ces quelques monnaies supplémentaires qui ne modifient en rien l’interprétation du dépôt n’ont pas été prises en compte dans le commentaire ni dans les tableaux qui l’accompagnent. Leur inventaire est simplement proposé en annexe au catalogue5.

Tableau 1 – Composition du lot déclaré (cat. 1-2492)

 

At. gaulois

Londres

Trèves

Lyon

Arles

Ticinum

Aquilée

Rome

Ostie

Carthage

Siscia

Nicomédie

Imitations

Total

Antoniniani et aureliani (avant 294)

1

2

1

1

1

2

8

Nummi au 1/48e de l. (307-310/312)

2

2

1

3

3

1

12

Nummi au 1/72e de l. (310/312-313)

197

220

176

20

2

13

27

1

656

Demi-nummus au 1/144e de l. (310/311)

1

1

Nummi au 1/96e de l. (313-318)

270

794

396

291

20

35

5

1

2

1 814

Nummus au 1/96e de l. (318-323/4)

1

1

Total

1

470

1 015

574

291

43

3

52

30

1

7

1

4

2 492

Tableau 2 – Composition du lot vendu sur eBay (cat. ann. 1-37)

 

Londres

Trèves

Lyon

Arles

Ticinum

Rome

Ostie

Total

Pseudo-argenteus au 1/96e de l. (309-313)

1

1

Demi-nummus au 1/80e de l. (été 307)

1

1

Nummi au 1/48e de l. (307-310/312)

1

1

2

1

5

Nummi au 1/72e de l. (310/312-313)

5

2

5

12

Nummi au 1/96e de l. (313-318)

2

7

3

4

1

1

18

Total

7

12

8

4

2

3

1

37

  • 6 P. Bastien, Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réouverture de l’atelier en 318 à la mort de C (...)
  • 7 J.-P. Callu, « La circulation monétaire de 313 à 348 », Actes du 8e Congrès international de numism (...)

4La période effective de thésaurisation est nettement plus restreinte qu’il y paraît puisqu’elle peut d’emblée être circonscrite aux années 310-318. En effet, la présence d’une vingtaine d’exemplaires antérieurs à la réduction du nummus au 1/72e de livre opérée dans le domaine Constantin en 310 est de nature résiduelle. Il est même envisageable que cette accumulation soit le fruit d’une épargne effectuée sur le très court terme en réaction à la réforme de 318. Cette mesure monétaire coïncide en Occident avec l’introduction du type de revers Victoriae Laetae. Elle n’eut pas d’incidence sur la métrologie des nummi, dont la taille au 1/96e de livre fut maintenue. En revanche, la valeur nominale et le titre du nummus furent rehaussés6. La réforme s’accompagna d’une remise en ordre qui eut pour conséquence la démonétisation des espèces antérieures7. Les anciennes monnaies furent alors mises de côté et parfois conservées par leurs propriétaires durant plusieurs années avant d’être enfouies. C’est le cas à Chitry. Les dernières émissions représentées dans le trésor pour les différents ateliers remontent à 318 au plus tard (tableau 3), à l’exception d’un nummus de Londres au type Beat Tranqlitas (cat. 948) frappé en 323/4 qui constitue à lui seul une « queue de trésor ». Le même phénomène s’observe dans plusieurs autres dépôts contemporains (Bourton-on-the-Water, Bitburg, Bristol ou Llangarren) qui se caractérisent également par une « queue » formée par de rares exemplaires postérieurs à 318.

Tableau 3 – Dernières émissions représentées dans le trésor

Émissions

Date

Lyon

A/S//PLG

315

Rome

-/-//RP-Q

316/7

Ticinum

P/-//P-TT

317/8

Trèves

F/T//•A-BTR

317/8

Arles

-/-//QImage 100000000000000D0000000D841DF1ED.pngA-Q

318

Londres

Image 100000000000000B00000007D739CF60.png/-//PLN
-/-//PLON

318
323/4

  • 8 La date de la mise en page en œuvre de la réduction du nummus au 1/72e de livre dans les ateliers g (...)
  • 9 Les ateliers italiens adoptèrent la taille au 1/72e de livre sous l’impulsion de Constantin dans le (...)
  • 10 P. Bastien, op. cit., 1980, p. 86-87.

5Le trésor de Chitry appartient à cette vague d’enfouissements, dont témoigne un certain nombre de trésors gaulois ou britanniques (tableau 4), qui butent sur la réforme de 318. Il n’a en revanche rien en commun avec un trésor comme celui de Canterbury, qui s’achève également en 323/4 mais qui, lui, est presque exclusivement constitué d’espèces produites après 318. De manière schématique, les trésors butant sur la réforme de 318 se répartissent en deux groupes. Les dépôts appartenant au premier groupe (Wettolsheim, Boursies, Bliesmengen-Bolchen ou Llangarren) renferment toujours une quantité non négligeable de nummi au 1/32e, au 1/40e et au 1/48e de livre, antérieurs à la troisième réduction du nummus qui intervint en 310 dans les ateliers gallo-britanniques8 et seulement en 312 dans les centres de production italiens9. Les nummi issus de cette réduction au 1/72e de livre y sont généralement plus nombreux que ceux au 1/96e de livre, produits à partir du printemps 31310. Il s’agit là de trésors constitués pour bonne part avant 313. Le second groupe (Gaule II et III, Villars-sous-Yens, Bourton-on-the-Water, Bitburg ou Bristol) réunit en revanche des thésaurisations dans lesquelles les exemplaires frappés avant 310 sont présents en nombre marginal tandis que les nummi au 1/96e de livre sont le plus souvent majoritaires (tableau 4).

Tableau 4 – Composition générale des trésors de comparaison (en %)

Avant 294

294-307

307-310/312

310/312-313

313-318

Après 318

Indéter.

Nb d’ex.

Terminus

Wettolsheim (F, Haut-Rhin)

0,2

31,8

28,1

39,1

0,4

0,1

1 092

316

Boursies (F, Nord)

>0,1

5,7

4,3

70,2

19,6

3 515

316

Gaule II (F)

0,8

42,9

56,2

587

317

Villars-sous-Yens (CH, Vaud)

0,6

30,9

68,3

642

317/8

Gaule III (F)

0,3

0,6

21,7

77,3

1 492

317/8

Sarzeau (F, Morbihan)

0,3

0,1

3

61

33,5

2

6 427

318

Bliesmengen-Bolchen (D, Sarre)

0,7

29,9

12,4

18,3

38,5

895

318

Waddington (UK, Lincolnshire)

0,3

0,6

56,8

41,7

>0,1

2 970

c. 318

Bourton-on-the-Water (UK, Glos.)

>0,1

0,2

43,4

56,1

>0,1

>0,1

3 297

apr. 318

Bitburg (D, Rheinland-Pflaz)

13,1

70,2

3,9

12,6

403

apr. 318

Bristol (UK, Glos.)

1,7

0,3

c. 27,6

c. 55

2,3

12,9

347

c. 323

Chitry (F, Yonne)

0,3

0,5

26,4

72,8

>0,1

2 492

323/4

Canterbury (UK, Kent)

0,9

99

107

c. 323/4

Llangarren (UK, Herefordshire)

15,9

4,8

45,8

29,3

0,7

3,6

2 823

327/8

  • 11 P. Bastien, H. Huvelin, Trouvaille de folles de la période constantinienne (307-317), Wetteren, 196 (...)
  • 12 H. Huvelin, « Le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau », TM II, 1980, p. 61.

6Le trésor de Chitry est indiscutablement à rattacher à ce second groupe. La proportion d’exemplaires antérieurs à la réduction au 1/72e de livre y est inférieure à 1 %. Parmi les anciennes espèces se trouvent 8 antoniniens et aureliani qui précèdent la réforme de Dioclétien en 294. Selon P. Bastien et H. Huvelin, ces pièces radiées ne circulaient plus guère dès le début du ive siècle et n’avaient plus cours au moment de la clôture du dépôt11. Toutefois, la plupart des trésors enfouis à la fin des années 310 ou au début de la décennie suivante contiennent toujours quelques radiati. Il semblerait que ces petites monnaies de billon aient resurgi dans la circulation monétaire pour se mêler aux nummi au 1/72e et au 1/96e de livre avec lesquels elles présentent des similitudes métrologiques12. L’absence de nummi au 1/32e et au 1/40e de livre dans le trésor, tout comme la rareté des nummi au 1/48e de livre, à peine plus nombreux que les antoniniens et les aureliani, est liée à la disparition progressive des circuits de ce numéraire lourd suite aux réductions successives dont la monnaie de bronze argenté fit l’objet. Le premier apport significatif a lieu avec les nummi au 1/72e de livre, qui représentent le quart de l’ensemble. Mais ce sont les nummi au 1/96e de livre, frappés à partir du printemps 313, qui alimentent le dépôt à hauteur des trois quarts.

  • 13 Par exemple, le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau (tpq 318) contient 13 demi-nummi (0,2 % de l’e (...)

7Le trésor de Chitry a par ailleurs livré deux fractions du nummus : un demi-nummus au 1/80e de livre frappé à l’été 307 (cat. an. 1) et un demi-nummus au 1/144e de livre émis en 310/311 (cat. 677). Si ces monnaies divisionnaires, qui représentent ici moins de 0,1 % de l’ensemble, sont généralement exclues des thésaurisations, elles se retrouvent parfois en petit nombre dans les dépôts13. Plus surprenante est la présence dans le lot proposé à la vente sur eBay d’une monnaie en argent (cat. an. 2), un pseudo argenteus de bas titre certes, mais qui se distingue clairement par sa facture des exemplaires en bronze argenté. La relative rareté de ce type de monnaies et la date d’émission, située entre 309 et 313, amènent à penser que ce pseudo-argenteus faisait bien partie du trésor, même s’il est impossible de l’affirmer.

8Le répertoire des trésors constitués avant la réforme de 318 est assez fourni pour la Gaule et, plus encore, pour la Bretagne. Il est frappant de constater que les trouvailles gauloises sont localisées aux marges du territoire (fig. 1). Nous disposons ici de la première trouvaille effectuée en Gaule intérieure et, donc, d’un point de comparaison original en matière de circulation monétaire.

Figure 1 – Carte de répartition des trésors gaulois constitués avant la réforme de 318

Image 10000000000007E3000008682847E857.png

  • 14 H. Huvelin, C. Brenot, J.-P. Callu, « Trouvaille constantinienne au Cabinet des médailles de Lausan (...)
  • 15 Ibid., p. 181.

9L’atelier de Trèves est, de loin, le mieux représenté au sein du trésor. Cette abondance des productions mosellanes est globalement caractéristique des trouvailles gauloises (tableau 5). C’est fort logiquement que les trésors de Bitburg, de Dalheim ou de Bliesmengen-Bolchen, enfouis à proximité de Trèves, comportent une majorité de monnaies issues des officines mosellanes. Mais l’aire de diffusion des productions trévires ne se limite naturellement pas au nord-est de la Gaule. Comme à Boursies (Nord), à Sarzeau (Bretagne) ou à Wettolsheim (Alsace), la part du monnayage de Trèves tourne autour de 40 % à Chitry. Ceci atteste la prédominance des productions trévires jusque dans le centre de la Gaule. Cette surreprésentation est toutefois à nuancer selon les périodes (tableau 6). En effet, pour ce qui est des nummi au 1/72e de livre, l’atelier de Trèves est largement secondé par ceux de Londres et de Lyon. Ce n’est qu’à partir de 315 qu’il prend une place prépondérante à la faveur de la création d’une seconde officine et de la fermeture temporaire de l’atelier de Lyon. L’atelier rhodanien, pourtant un peu plus proche du lieu d’enfouissement, ne fournit que 23 % de l’ensemble, part qui est à peine plus importante que celle de l’atelier de Londres (19 %). Avant 313 et la réduction au 1/96e de livre, le monnayage de Londres est même mieux représenté que celui de Lyon, fournissant 30 % des nummi au 1/72e de livre. Selon H. Huvelin, C. Brenot et J.-P. Callu, l’atelier de Londres alimenta alors, outre la Grande-Bretagne, toute la frange du littoral français, des Flandres à la Bretagne14. La composition du trésor de Chitry montre que le monnayage londonien pénétra également massivement en Gaule intérieure. Plus à l’est, le dépôt suisse de Villars-sous-Yens et ses quelque 30 % de monnaies de Londres illustre de la même manière la très large diffusion des nummi bretons. À Chitry, les ateliers italiens offrent pour leur part un apport limité, surtout en ce qui concerne les nummi au 1/96e de livre, alors que l’atelier d’Arles, issu du transfert de la Monnaie d’Ostie en 313, prend le relais. Le monnayage d’Arles est d’ailleurs particulièrement bien représenté à Chitry (16 % des nummi au 1/96e de livre) alors qu’il est censé avoir été faiblement diffusé en direction du nord15. À la faveur de sa situation centrale, notre trésor bourguignon fut ainsi alimenté de manière significative par l’ensemble des ateliers gallo-britanniques, qu’il s’agisse de centres de production relativement proches comme Lyon et Trèves ou bien d’ateliers plus éloignés comme Londres et Arles. L’apport des ateliers balkaniques et orientaux (sept exemplaires de Siscia et un de Nicomédie) est en revanche tout à fait marginal.

Tableau 5 – Représentation des ateliers dans les trésors de comparaison (en %)

Londres

Trèves

Lyon

Arles

At. italiens
+ Carthage

At. balkano-orientaux

Imitations

Indéterminés

Nb. d’ex.

Terminus

Bitburg (D, Rheinland-Pflaz)

9,2

63,5

6

6,2

2,5

12,6

403

apr. 318

Bliesmengen-Bolchen (D, Sarre)

16,3

60,2

11,9

1,8

8,5

0,8

895

c. 318

Dalheim (Lux.)

14,2

48,4

10,1

3,6

8,3

8,1

7,2

14 305

316/7

Boursies (F, Nord)

43,4

41,8

10,4

>0,1

3,8

1,3

0,1

3 515

316

Chitry (F, Yonne)

18,9

40,7

23

11,7

5

0,3

0,2

2 492

323/4

Sarzeau (F, Morbihan)

29,4

39,3

20,1

3,3

5,2

0,2

>0,1

1,9

6 427

318

Wettolsheim (F, Haut-Rhin)

15,9

38,2

18,1

21,1

6

0,6

1 092

316

Villars-sous-Yens (CH, Vaud)

31

38,8

18,5

8,7

2

0,2

0,8

642

317/8

Waddington (UK, Lincolnshire)

54

32,2

9,3

2,3

2

>0,1

2 958

318

Bourton-on-the-Water (UK, Glos.)

54,6

31,1

8,2

4,1

1,7

>0,1

>0,1

3 297

318/20

Antibes (F, Alpes-Maritimes)

2,2

4,9

8,5

47,4

34,6

2,2

2 286

317

Tableau 6 – Répartition par atelier des nummi au 1/72e et au 1/96e de livre du trésor de Chitry (en %)

Londres

Trèves

Lyon

Arles

At. italiens

At. balkano-orientaux

Nb. d’ex.

Nummi au 1/72e de l.

30

33,6

26,8

9,4

0,2

656

Nummi au 1/96e de l.

14,9

43,7

21,9

16

3

0,3

1 815

Les monnaies

Atelier de Londres

10Le lot de 470 monnaies londoniennes (18,9 % du trésor) comprend deux nummi de Constantin taillés au 1/48e de livre et frappés entre l’automne 307 et le début 310 (cat. 9-10). Il s’agit des deux seuls exemplaires du trésor à avoir été frappés dans les ateliers que contrôlait alors Constantin (Londres, Trèves et Lyon) avant la réduction au 1/72e de livre. Les autres nummi au 1/48e de livre proviennent des ateliers italiens et de celui de Carthage, qui dépendaient respectivement des « usurpateurs » Maxence et Domitius Alexander. Les quantités relatives de monnaies de Londres correspondant aux troisième et quatrième réductions varient d’un dépôt à l’autre (tableau 7). À Chitry, les nummi au 1/96e de livre (271 ex. ; cat. 678-948) sont mieux représentés que ceux au 1/72e de livre (197 ex. ; cat. 21-217), ce qui est logique compte tenu de la période plus longue sur laquelle les premiers ont été produits (cinq ans pour la quatrième réduction contre trois ans seulement pour la troisième). Il n’en reste pas moins vrai que les proportions de nummi au 1/72e de livre londoniens sont importantes dans le trésor puisque le rapport entre les exemplaires au 1/96e de livre et ceux au 1/72e de livre est de 1,37 pour Londres, contre 2,25 pour Lyon et 3,61 pour Trèves.

Tableau 7 – Répartition par émission des nummi de Londres au 1/72e et au 1/96e de livre

Boursies
(316)

Gaule III
(317/8)

Sarzeau
(318)

Bourton-on-the-Water (318/20)

Chitry
(323/4)

-/-//PLN

-

1

0,2

0,9

-

T/F//PLN

35

48,5

50,8

50,7

46,2

/✴F //PLN

0,5

-

0,2

-

1

-/✴//PLN

62

47,4

42,3

43,9

47,7

✴/-//PLN

2,5

3,1

6,6

4,6

5,1

Total nummi au 1/72e de l.

1 457

97

1 294

677

197

✴/-//PLN

-

17,7

39,5

14,2

24,7

S/F//PLN

-

53,5

41,8

33,5

52

S/F//MLL

-

4,5

4,9

3,1

10

S/F//MSL

-

1,5

3,5

5,9

0,7

S/F//MLN

-

7,6

0,5

4,8

3

S/P//MLN

-

2

2,7

4

0

S/P//MSL

-

2

0,5

2,9

2,6

T/F//PLN

-

8,6

5,8

12,4

3,7

S/P//PLN

-

2,5

0,2

5,6

1,8

S/P//PLN

-

-

-

1,4

0,4

Image 100000000000000B00000007D739CF60.png/-//PLN et Image 100000000000000B00000007D739CF60.png/✴//PLN

-

-

0,5

12,1

0,7

-/-//PLON

-

-

-

-

0,4

Total nummi au 1/96e de l.

0

198

550

1 122

271

  • 16 Lord Stewartby, « A Critical London Die-link of Constantine », M. Price, A. Burnett, R. Bland (éd.) (...)
  • 17 Ibid., p. 242-243. P. Bastien, « Some Comments on the Coinage of the London Mint, AD 297-313 », NC (...)

11Les séries de nummi au 1/72e de livre de Londres ont, au cours des dernières décennies, fait l’objet d’assez nombreuses études dont nous proposerons un aperçu synthétique. La première émission qui coïncide avec la troisième réduction, signée -/-//PLN, n’est pas représentée dans le trésor. Il s’agit en effet d’une émission très brève, produite vers le printemps 310. Comme l’a établi Lord Stewartby, seuls de rares exemplaires portant au revers les types MARTI CONSERVATORI (RIC VI, 107) et SOLI INVICTO COMITI (RIC VI, 113-115) doivent lui être rattachés16. Les monnaies de l’émission sont au nom du seul Constantin et les nummi au revers GENIO POP ROM, à l’effigie de Maximin Daïa, que C. H. V. Sutherland rattachait à l’émission -/-//PLN (RIC VI, 105-106), appartiennent en réalité à l’émission -/✴//PLN qui est nettement postérieure. Certes, de rares exemplaires au nom de Maximin Daïa ne présentent pas d’étoile dans le champ, ce qui est le cas du cat. 188. Lord Stewartby a bien montré que l’omission de l’étoile résulte d’une erreur de la part des graveurs17.

  • 18 C. H. V. Sutherland, op. cit., p. 120 et 132.
  • 19 Les études récentes s’accordent sur ce point : voir notamment H. Huvelin, « Les deux émissions lond (...)
  • 20 G. Gautier, « An Unpublished Nummus of Constantine I of the Mint of London », NC 1992, p. 157-160.

12L’émission T/F//PLN est représentée dans le trésor par 91 exemplaires, tous à l’effigie de Constantin. Les frappes aux noms de Maximin Daïa et de Licinius restent en effet très rares dans cette série. C. H. V. Sutherland situait l’émission au printemps 31018. Il est clair que cette fourchette est trop restreinte pour cette importante émission qui se poursuit en réalité jusqu’à la fin de l’année 31119. G. Gautier allait jusqu’à repousser son terme au printemps 312 en lui rattachant une monnaie non signée présentant un buste de Sol au revers, type qui apparaît à partir de cette date à Trèves, à Aquilée et à Ticinum20. Si l’attribution de la monnaie en question à l’atelier de Londres sur des critères stylistiques est parfaitement fondée, une date terminale aussi tardive pour l’émission T/F//PLN est, comme nous le verrons plus loin, difficilement compatible avec l’ampleur des émissions suivantes.

  • 21 D. Hollard, « Le statut de l’émission londonienne *T/*F//PLN de 312 : à propos d’un nummus inédit d (...)
  • 22 Un autre exemplaire de même type, provenant du trésor de Boursies (pl. XII, no 4), est issu d’une p (...)
  • 23 D. Hollard, loc. cit., p. 87.

13Les nummi signés /F//PLN témoignent d’une émission éphémère pour laquelle D. Hollard répertoriait 17 exemplaires21. Deux nummi du trésor de Chitry viennent compléter ce corpus : le cat. 112, au nom de Constantin et au rarissime revers COMITI AAVVGG, connu par deux exemplaires, est issu de la même paire de coins que le no 3059 du trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau22 ; le cat. 113, issu du même coin de droit que le no 9, pl. XII du trésor de Boursies, est au nom de Licinius et porte au revers le type GENIO POP ROM qui est commun à Constantin et à ses deux associés, Licinius donc et Maximin Daïa. Avec l’émission /F //PLN, la place accordée aux collègues de Constantin est plus importante qu’auparavant. Cette tendance se confirmera dans l’émission suivante, signée -/✴//PLN, dont la série /F //PLN constituerait, selon les termes de D. Hollard, une « phase liminaire »23.

  • 24 H. Huvelin, loc. cit., 1990, p. 31.
  • 25 Ibid., p. 29-50.
  • 26 Le coin de droit de cet exemplaire, qui se distingue par la présence d’une Victoire sur le bouclier (...)

14Ainsi, parmi les 94 nummi signés -/✴//PLN que compte le trésor, 22 sont à l’effigie de Maximin Daïa, contre 18 pour Licinius (tableau 8). Malgré tout, les monnaies de Constantin restent largement majoritaires (54 ex.). Avec une petite centaine d’exemplaires, l’émission -/✴//PLN est légèrement mieux représentée à Chitry que l’émission T/F//PLN. Dans les trésors, la part de ces deux émissions est généralement assez équivalente. Dès lors, l’idée d’H. Huvelin selon laquelle les deux émissions furent de durée équivalente est légitime24. Cet auteur date ainsi l’émission -/✴//PLN entre la fin de l’été/début de l’automne 311 et la fin de l’été 312. Cette émission se caractérise par une grande richesse iconographique. Les types de revers se démultiplient et, surtout, une grande variété de bustes à attributs, consulaires ou militaires, apparaît. Le trésor de Chitry livre 8 monnaies à bustes exceptionnels. Parmi les 4 exemplaires non répertoriés dans le RIC VI, 2 le sont en revanche dans la mise à jour très complète proposée par H. Huvelin en 199025 : cat. 139 = Huvelin, 50 ; cat. 143 = Huvelin, 66a26. Deux autres monnaies viennent compléter ce corpus :

  • cat. 154 = Huvelin 120α : A/ CONSTA-NTINVS AG, buste lauré et cuirassé à gauche avec haste sur l’épaule droite et bouclier sur l’épaule gauche. R/ PRINCIPI IV-VE-NTVTIS, l’Empereur, debout à gauche, tenant une enseigne de chaque main.

  • cat. 164 = Huvelin 138α : A/ CONSTANTI-NVS AVG, buste consulaire à gauche avec scipio dans la main droite. R/ PRINCIPI IV-VENTVTIS, l’Empereur, debout à gauche, tenant un globe de la main droite et une haste de la main gauche.

Tableau 8 – Répartition par empereur des nummi londoniens au 1/72e de livre

Constantin Ier

Maximin Daïa

Licinius

Total

T/F//PLN

91

91

/F //PLN

1

1

2

-/✴//PLN

54

22

18

94

✴/-//PLN

10

10

Total nummi au 1/72e de l.

156

22

19

197

  • 27 J. Casey, « Constantine the Great in Britain, the Evidence of the London Mint, AD 312-314 », J. Bir (...)
  • 28 Eusèbe, Vita Constantini, I, 25, 2.
  • 29 H. Huvelin, loc. cit., 1990, p. 32.
  • 30 Zosime, II, 15, 1.

15Différentes interprétations ont été proposées quant au programme iconographique qui voit le jour avec l’émission -/✴//PLN. J. Casey interprète notamment le type de revers d’Adventus comme le témoin d’une entrée de Constantin dans Londres à l’été 31127. Pour ce faire, il se réfère à une allusion d’Eusèbe relative à un séjour de l’empereur dans la capitale bretonne28. L’hypothèse, formulée par H. Huvelin, d’une émission qui aurait été destinée à « une distribution aux troupes levées en Bretagne dans la perspective de l’invasion de l’Italie »29 est particulièrement séduisante, puisque l’on sait par Zosime que Constantin rassembla ses troupes en Bretagne avant d’aller aux devants de Maxence en Italie30.

  • 31 H. Huvelin, loc. cit., 1990, p. 48
  • 32 Lord Stewartby, loc. cit., 1994, p. 97-100, envisage même la concomitance des deux émissions. Les a (...)
  • 33 J. Lafaurie, « Étude de coins de monnaies constantiniennes frappées à Londres », BSFN 8, 1962, p. 1 (...)

16Dans la dernière émission londonienne de nummi au 1/72e de livre, le revers ROMAE RESTITVTAE (RIC VI, nos 272-274) fait cette fois référence de manière explicite à la prise de Rome par Constantin. L’un des 10 exemplaires de l’émission ✴/-//PLN que compte le trésor porte au revers le type ROMAE AETER AVGG (cat. 215), connu par H. Huvelin à deux exemplaires seulement31. Il est issu du même coin de revers que le no 3667 du trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau. Cette légende fait également allusion à la récente victoire de Constantin sur Maxence au pont Milvius le 28 octobre 312 qui, du point de vue de la propagande constantinienne, libéra l’Urbs du joug de la tyrannie. C’est donc à juste titre qu’H. Huvelin propose de dater l’émission ✴/-//PLN à partir de l’automne 312, même s’il est possible que cette nouvelle émission et la précédente se soient en partie superposées32. C’est ce que laissent penser les liaisons de coins de droit qui s’observent assez fréquemment entre des exemplaires appartenant aux deux émissions33.

  • 34 Sur l’établissement de cette séquence, voir le résumé donné par P. Bruun, Roman Imperial Coinage, V (...)

17Avec la réduction au 1/96e de livre, la signature ✴/-//PLN se maintient. L’atelier de Londres fait ensuite successivement usage, jusqu’en 318, de pas moins de dix marques distinctes. Nous reprenons ici la séquence adoptée par l’auteur du RIC VII que celui-ci considère comme « firmly established »34. Les trois premières émissions de nummi au 1/96e de livre, respectivement signées ✴/-//PLN (66 ex.), S/F//PLN (142 ex.) et S/F//MLL (27 ex.), sont bien représentées dans le trésor de Chitry. Comme dans le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau, elles fournissent près de 90 % du lot de nummi londoniens au 1/96e de livre (tableau 7).

  • 35 Ibid., p. 101, no 55 : « Robed bust, but not properly speaking consular […] Possibly just an elabor (...)
  • 36 Ibid., p. 93.

18Les trois émissions suivantes, signées S/F//MLN, S/P//MLN et S/P//MSL, sont faiblement représentées dans les trésors (tableau 7). Celui de Chitry compte 15 exemplaires issus des émissions S/F//MLN et S/P//MSL tandis que l’émission S/P//MLN n’y figure pas. Il s’agit manifestement de séries de courte durée qui sont situées dans le RIC VII en 315-316 pour l’émission S/F//MLN et en 316 pour les deux suivantes. La présence dans le trésor d’un nummus signé S/P//MSL et doté d’un buste à gauche revêtu de la trabea, le manteau consulaire, amène à reconsidérer quelque peu ces datations (cat. 929). Aucun buste consulaire n’est répertorié dans le RIC VII à Londres pour les années 313-318. Toutefois, P. Bruun signale un nummus de l’émission S/P//MLN, conservé à Vienne, qui semble bien présenter un buste consulaire similaire, également sans attributs mais orienté à droite (RIC VII, no 55)35. Ces bustes consulaires renvoient au quatrième consulat pris par Constantin en 315, exercice qu’il partagea avec Licinius. Il est donc nécessaire de circonscrire les émissions S/F//MLN, S/P//MLN et S/P//MSL à l’année 315, à moins d’en inverser l’ordre et de situer les émissions S/P//MLN et S/P//MSL avant l’émission S/F//MLN. Toutefois, comme le souligne P. Bruun, la logique de l’évolution des marques voudrait que l’émission S/F//MLN succède directement à l’émission S/F//MSL36.

19Les émissions produites à partir de 316 témoignent de remaniements au sein du collège impérial. Licinius disparaît du monnayage londonien au cours de l’émission T/F//PLN, en 316, au moment du premier conflit qui l’opposa à Constantin. Dans l’émission suivante S/P//PLN, les Césars Crispus et Constantin II, nommés en 317, font leur apparition (tableau 9). Les émissions de 316-318 sont représentées dans le trésor par 18 exemplaires, dont 2 complètent l’inventaire fourni dans le RIC VII :

  • cat. 937 (émission T/F//PLN) : l’abréviation AG par laquelle s’achève la titulature n’était jusqu’alors pas répertoriée pour l’émission T/F//PLN. Une titulature identique est en revanche attestée pour les trois émissions précédentes : S/F//MLN (RIC VII, no 40), S/P//MLN (RIC VII, nos 57 et 59), S/P//MSL (RIC VII, no 66).

    • 37 Ibid., p. 94.

    cat. 944 (émission S/P///PLN) : cet exemplaire associe au revers la légende CLARITAS REIPVBLICAE et une étoile dans le champ gauche. Selon P. Bruun, les signatures S/P///PLN et Image 100000000000000B00000007D739CF60.png/✴///PLN, avec étoile donc, seraient réservées au seul type SOLI INVICTO COMITI37. Ce n’est manifestement pas le cas. Outre l’exemplaire de Chitry, le no 72 du trésor de Ravenstone est signé S/P///PLN et porte le revers CLARITAS REIPVBLICAE. La présence du symbole solaire qu’est l’étoile n’est guère surprenante ici puisque ces monnaies présentent justement Sol au revers.

Tableau 9 – Répartition par empereur des nummi londoniens au 1/96e de livre

Constantin Ier

Licinius

Crispus

Constantin II

Total

✴/-//PLN

59

7

66

S/F//PLN

107

35

142

S/F//MLL

20

7

27

S/F//MSL

2

2

S/F//MLN

3

5

8

S/P//MSL

7

7

T/F//PLN

8

2

10

S/P//PLN

2

2

4

S/P//PLN

1

1

2

Image 100000000000000B00000007D739CF60.png/-//PLN et /✴//PLN

1

1

2

-/-//PLON

1

1

Total nummi au 1/96e de 1.

209

56

4

2

271

  • 38 Sur la datation des séries postérieures à la réforme de 318, voir P. Bruun, « The Disappearance of (...)

20La monnaie la plus récente du dépôt est issue de l’atelier de Londres. Elle forme à elle seule la « queue » du trésor et a été ajoutée alors que la thésaurisation avait été interrompue depuis au moins cinq ans. Il s’agit d’un nummus de l’émission -/-//PLON, à l’effigie de Crispus et au type de revers BEAT TRANQLITAS (cat. 948). Cette émission est datée par P. Bruun de 323/438. La formulation des vœux décennaux sur l’autel célèbre par anticipation les Vicennalia de Constantin qui arriveront à échéance le 25 juillet 325.

Atelier de Trèves

  • 39 P. Strauss, « Les monnaies divisionnaires de Trèves après la réforme de Dioclétien », RN 1954, p. 4 (...)

21Les 1 015 monnaies trévires appartenant au lot déclaré sont toutes des nummi taillés au 1/72e (cat. 218-437) et au 1/96e de livre (cat. 949-1742), à l’exception d’un demi-nummus au 1/144e de livre (cat. 677) qui appartient à une série de monnaies divisionnaires produite dans la perspective de la célébration des Quinquennales de Constantin en 31039. Parmi les monnaies trévires apparues dans le lot vendu sur eBay, d’autres dénominations sont à relever : un nummus au 1/48e de livre (cat. an. 3), un demi-nummus au 1/80e de livre (cat. an. 1) et un pseudo argenteus au 1/96e de livre (cat. an. 2). Les proportions relatives de nummi au 1/72e et au 1/96e de livre sont très variables d’un trésor à l’autre (tableau 10). Comme dans celui de Gaule III par exemple, l’apport en provenance de Trèves s’intensifie nettement avec les produits issus de la quatrième réduction. Les monnaies frappées à Trèves à partir de 315, moment où l’atelier se dote d’une seconde officine, représentent ainsi à elles seules près du tiers de l’ensemble du trésor.

Tableau 10 – Répartition par émission des nummi trévires au 1/72e et au 1/96e de livre

Gaule III
(317/8)

Sarzeau
(318)

Bourton-on-the-Water (318/20)

Chitry
(323/4)

T/F//PTR

90,1

90,9

92,4

93,2

-/-//-

9,1

8,3

7,6

6,3

-/-//PTR et -/-//- (demi-nummi)

0

0,1

0

0,5

Total nummi au 1/72e de l.

121

1 498

511

221

-/-//-

0,9

1,4

0,4

0,5

T/F//PTR

2,2

7,6

4,5

3,5

A-B/S//PTR

2,6

11,4

6,7

3,7

T/F//A-BTR

63,5

75,9

77,2

66

T/F//•A-BTR

27,6

3

10

21,4

F/T//•A-BTR

2,3

0,6

1,2

4,9

Total nummi au 1/96e de l.

649

997

510

794

  • 40 C. H. V. Sutherland, op. cit., p. 162.
  • 41 Les bustes de Mars et de Sol apparaissent au revers des nummi frappés dans les ateliers d’Italie du (...)

22Entre 310 et le printemps 313, l’atelier de Trèves émit deux séries de nummi au 1/72e de livre qui sont représentées dans le trésor par 220 exemplaires (cat. 218-437). L’une est signée T/F//PTR et est constitué aux deux tiers de monnaies de Constantin, le tiers restant revenant à Maximin Daïa et à Licinius (tableau 11). La série sans marque est en revanche consacrée au seul Constantin. Ces monnaies non signées portent au revers le buste de Mars ou de Sol. Pour C .H. V. Sutherland, les séries T/F//PTR et -/-//- sont probablement contemporaines40. Toutefois, leurs volumes de production respectifs sont très inégaux et la série sans marque, plus de dix fois moins bien représentée à Chitry, fut certainement produite sur un laps de temps plus bref. Elle dut ainsi être lancée en fin de série T/F//PTR, peut-être en lien avec la campagne italienne de Constantin en 31241, pour se poursuivre après la réduction au 1/96e de livre.

Tableau 11 – Répartition par empereur des nummi trévires au 1/72e de livre

Constantin Ier

Maximin Daïa

Licinius

Total

T/F//PTR

136

31

39

206

-/-//-

14

14

Total nummi au 1/72e de l.

150

31

39

220

  • 42 O. Voetter, Die Münzen der römischen Kaiser, Kaiserinnen und Caesaren von Diocletianus bis Romulus (...)
  • 43 P. Bruun, op. cit., p. 167-168.
  • 44 P. Bastien, H. Huvelin, op. cit., p. 31-32.

23Les nummi trévires au 1/96e de livre frappés entre 313 et 318 sont au nombre de 794 (cat. 949-1742). Les signatures T/F//PTR et -/-//- perdurent dans un premier temps. La série sans marque n’est représentée dans le trésor que par 4 exemplaires. Le cat. 949 apporte confirmation à une entrée du RIC puisque le buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en avant n’était connu, associé à la titulature ConstantinVs P F AVg, que d’après le catalogue de la collection Gerin42 (RIC VI, no 885). Le no 621 du trésor de Montbouy répond à la même description mais est taillé au 1/72e de livre. Si la série sans marque s’interrompt manifestement rapidement, l’émission T/F//PTR se poursuivrait en revanche, d’après P. Bruun, sur deux années environ pour s’interrompre en 315 seulement43. Une telle durée est difficilement compatible avec l’ampleur des émissions suivantes, A-B/S//PTR et, surtout, T/F//A-BTR, dont le terminus se situe en 316 puisque Licinius disparaît ensuite du monnayage au moment du premier conflit qui l’opposa à Constantin. Dans les trésors clos vers 318, l’apport de l’émission T/F//PTR parmi les nummi au 1/96e de livre se situe généralement sous les 5 %, contre environ 70 % pour l’émission T/F//A-BTR (tableau 10). La création d’une seconde officine à Trèves ne suffit pas à expliquer une telle disproportion. Les repères chronologiques manquent pour dater de façon précise ces émissions. Les bustes consulaires en sont absents et la structure des deux émissions est globalement semblable, les monnaies de Constantin représentant environ les deux tiers du matériel, le tiers restant revenant à Licinius après l’élimination de Maximin Daïa. Nous opterons donc, comme l’avaient déjà fait P. Bastien et H. Huvelin44, pour avancer la fin de l’émission T/F//PTR à la fin de l’année 314.

  • 45 Ibid., p. 32-33.

24Les mêmes auteurs envisageaient par ailleurs une interruption de la frappe du bronze à Trèves en 31545. Cette hypothèse se fonde sur l’absence de bustes exceptionnels dans les émissions A-B/S//PTR et T/F//A-BTR, alors que dans les émissions produites à Lyon et à Arles en 315, il est fait usage de bustes consulaires ou militaires pour célébrer la prise du quatrième consulat et les Décennales de Constantin. Or, le cat. 1070, signé T/F//ATR, présente justement un buste cuirassé à droite avec haste et bouclier. À notre connaissance, il s’agit du premier nummus trévire avec buste à attributs à être signalé pour la période 313-318. Selon nous, cette monnaie doit être située en parallèle aux séries à bustes exceptionnels produites à Lyon et à Arles en 315. Elle attesterait donc la continuité de la frappe du bronze dans l’atelier mosellan. Il faudrait ainsi faire débuter l’émission T/F//A-BTR dès 315, alors que l’émission A-B/S//PTR serait à situer entre la fin 314 et le début 315. La composition du trésor breton de Downside, qui s’achève en 316 avec des monnaies de l’émission londonienne S/P//MSL, va dans le sens de ces datations puisque quelques exemplaires signés T/F//A-BTR ont eu le temps d’y entrer.

25L’abondant matériel issu des émissions T/F//PTR, A-B/S//PTR et T/F//A-BTR apporte par ailleurs quelques compléments d’importance moindre au RIC VII :

  • cat. 959 (émission T/F//PTR) : le buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en arrière n’était pas répertorié pour l’émission avec le revers SOLI INVICTO COMITI.

  • cat. 984 (émission A-B/S//PTR) : le buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en arrière n’était pas répertorié pour l’émission avec la titulature CONSTANTINVS P F AVG.

  • cat. 995 (émission A-B/S//PTR) : la titulature IMP LICINIVS AVG n’était pas répertoriée pour l’émission.

  • cat. 1017 (émission T/F//A-BTR) : la titulature IMP CONSTANTINVS P F AVG n’était pas répertoriée pour l’émission avec le type de revers montrant Sol tenant le globe contre le corps.

  • 46 P. Bruun, op. cit., p. 151.
  • 47 Ibid., p. 173, no 125 et 126.
  • 48 RIC VII, 125 = AF 15648 : cette monnaie est classée, semble-t-il à juste titre, parmi les exemplair (...)
  • 49 G. B. Rogers, « Le trésor de l’anse Saint-Roch : folles constantiniens de la période 300-317 », Arc (...)

26Licinius disparaît provisoirement du monnayage de bronze trévire en fin d’émission T/F//A-BTR. Selon P. Bruun, c’est alors, en 316, qu’auraient été introduites les frappes aux noms de Crispus et de Constantin II46. Ceci conduit l’auteur du RIC VII à admettre que les fils de Constantin furent représentés sur les monnaies juste après la bataille de Cibalae en octobre 316, et avant même leur nomination officielle qui n’eut lieu que le 1er mars 317. Les monnaies à l’effigie des Césars de l’émission T/F//A-BTR sur lesquels P. Bruun s’appuie pour ce faire sont particulièrement rares. Les deux exemplaires de Constantin II qu’il recense pour l’officine A47, conservés au Cabinet des médailles de la BNF, semblent, après vérification, être issus de l’officine B48. En l’absence d’exemplaires certains aux noms de Crispus et de Constantin II portant la signature T/F//ATR sans le point préliminaire, les preuves manquent pour confirmer l’appartenance de monnaies des Césars à l’émission T/F//ATR. G. B. Rogers réfutait déjà la possibilité que des monnaies à l’effigie des Césars aient pu être frappées à Arles et à Ticinum avant le 1er mars 31749. Dans ces conditions, nous avons préféré classer le cat. 1684, au nom de Crispus, au sein de l’émission suivante T/F//•A-BTR, dans laquelle les monnaies des Césars sont représentées à hauteur de près du quart. Dans l’émission suivante, signée F/T//•A-BTR, les Césars sont en revanche en supériorité numérique par rapport à Constantin (tableau 12). Parmi les quelque 200 exemplaires issus des émissions T/F//•A-BTR et F/T//•A-BTR, le trésor offre quelques monnaies non répertoriées dans le RIC VII :

  • cat. 1534 (émission T/F//•A-BTR) : cet exemplaire présente un buste cuirassé sur lequel une fibule et une ébauche de paludamentum sont visibles. Le graveur semble donc avoir dans un premier temps voulu représenter un buste cuirassé et drapé avant de se raviser. Le buste cuirassé et drapé vu de devant n’est pas répertorié pour l’émission avec la légende IMP CONSTANTINVS P F AVG.

  • cat. 1539 (émission T/F//•A-BTR) : le buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en arrière n’était pas répertorié pour l’émission avec la titulature IMP CONSTANTINVS AVG.

  • cat. 1728-1729 (émission F/T//•A-BTR) : le buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en avant n’est pas répertorié dans le RIC VII pour l’émission en association avec la titulature CONSTANTINVS P F AVG et le revers présentant Sol debout à droite. Les nos 950-953 du trésor de Gaule III répondent en revanche à la même description.

Tableau 12 – Répartition par empereur des nummi trévires au 1/96e de livre

Constantin Ier

Licinius

Crispus

Constantin II

Total

-/-//-

4

4

T/F/PTR

21

7

28

A-B/S//PTR

18

11

29

T/F//A-BTR

325

199

524

T/F//•A-BTR

131

17

22

170

F/T//•A-BTR

15

6

18

39

Total nummi au 1/96e de 1.

514

217

23

40

794

Atelier de Lyon

  • 50 P. Bastien, op. cit., 1980

27Parmi les 574 monnaies de Lyon figurent les deux seuls aureliani dyarchiques du trésor, tous deux à l’effigie de Maximien Hercule (cat. 7-8). Les nummi au 1/72e de livre (cat. 438-613) représentent près du tiers de l’ensemble, contre deux-tiers pour les nummi au 1/96e de livre (cat. 1743-2138). Il est à noter que la répartition des nummi par émission est extrêmement proche de celle relevée dans le trésor de Gaule III (tableau 13). Le classement de ces émissions lyonnaises a été solidement établi par P. Bastien50. Nous n’y reviendrons pas dans le détail et nous nous attacherons essentiellement à décrire les assez nombreux exemplaires du trésor qui viennent compléter le corpus.

Tableau 13 – Répartition par émission des nummi lyonnais au 1/72e et au 1/96e de livre

Gaule III
(317/8)

Sarzeau
(318)

Bourton-on-the-Water (318/20)

Chitry
(323/4)

F/T//PLG

43,1

54,6

55

41,5

S/F//PLG

56,9

45,4

44,9

58

T/F//PLG

0

0

0

0,6

Total nummi au 1/72e de l.

72

910

198

176

T/F//PLG

45,6

83,3

77,5

44,9

TF/✴//PLG

36,8

13,6

19,7

41,4

A/S//PLG

17,5

2,8

2,8

13,6

-/-//•P•L

0

0,3

0

0

Total nummi au 1/96e de l.

114

359

71

396

  • 51 Ibid., p. 70.

28La première émission lyonnaise qui suit la réduction au 1/72e de livre, signée F/T//PLG, se place en 310 et vient après une interruption de la production en 30951. Cette émission est représentée dans le trésor par 73 exemplaires qui n’apportent pas de nouveautés. Signalons simplement que le cat. 510 est le quatrième exemplaire associant le buste cuirassé au revers PRINCIPI IVVENTVTIS (Bastien 294-316, 536). Il est issu de la même paire de coins qu’une monnaie conservée à Vienne. Si l’émission suivante S/F//PLG est, avec 102 exemplaires, assez nettement mieux représentée dans le trésor que la précédente, elle n’apporte pas davantage d’exemplaire remarquable. En revanche, le cat. 613 constitue seulement le troisième nummus au 1/72e de livre connu pour l’éphémère émission T/F//PLG (Bastien 294-316, 549), qui débute au début de l’année 313 et qui est interrompue très rapidement par la fermeture de l’atelier. Au type VIRT CONSTANTINI AVG, l’un des deux revers de l’émission avec SOLI INVICTO COMITI, il est issu du même coin de revers que l’exemplaire du British Museum.

  • 52 M. Christol, L’Empire romain du iiie siècle. Histoire politique (de 192, mort de Commode, à 325, co (...)
  • 53 J.-M. Doyen, « Nummi inédits des émissions T/F//PLG et TF/✴//PLG, Lyon, 315 après J.-C. », Latomus (...)

29Les nummi au 1/96e de livre sont, avec 396 exemplaires, bien représentés dans le trésor en dépit de leur frappe écourtée (réouverture de l’atelier en 315 puis nouvelle fermeture dès 316). Si, pour la période qui va de 310 à début 313, l’atelier de Lyon ne frappa monnaie qu’à l’effigie de Constantin (tableau 14), de rares nummi au 1/96e de livre sont en revanche connus pour Licinius (tableau 15). Dans l’émission T/F//PLG, P. Bastien n’en répertoriait que deux et aucun exemplaire n’est venu s’ajouter avec la publication des deux suppléments au corpus lyonnais. Le trésor de Chitry apporte deux nouveaux nummi de Licinius signés T/F//PLG. Le cat. 1919, à buste cuirassé, est de même type que le no 1296 du trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau (Bastien 294-316, 573). Le cat. 1920 est nettement plus original puisqu’il présente Licinius doté d’un buste cuirassé et drapé à droite avec haste et bouclier. Les bustes exceptionnels de l’émission T/F//PLG, consulaires ou militaires et célébrant la prise conjointe du consulat par Constantin et de Licinius, les Decennalia du premier ainsi que les victoires impériales, n’étaient jusqu’alors connus que pour Constantin. Pourtant, les deux empereurs avaient conjugué leurs efforts pour repousser les Wisigoths en 31552. Le cat. 1920 montre que Licinius fut bien associé à ce succès dans l’émission T/F//PLG. Il le fut de la même manière dans l’émission suivante TF/✴//PLG pour laquelle le même type de buste est connu au travers d’un nummus acquis par le Cabinet des médailles de la BNF en 1985 (Bastien Suppl. I, 597α). Avec 164 exemplaires, cette émission TF/✴//PLG est ici particulièrement bien représentée par rapport aux trésors de comparaison. Cet ensemble double quasiment le corpus établi par P. Bastien. Les monnaies de Licinius sont moins rares que pour l’émission précédente. Le trésor en compte cinq, dont le cat. 2084 qui permet de confirmer la lecture proposée par J.-M. Doyen d’un buste cuirassé sur un exemplaire jusqu’alors unique53. Plus encore que la précédente, l’émission TF/✴//PLG est riche en bustes à attributs consulaires ou militaires. Le trésor de Chitry en offre 3 nouveaux exemples :

  • cat. 2076 : buste consulaire à gauche avec globe dans la main droite. Ce type de buste n’est pas répertorié avec la titulature CONSTANTINVS MAX P AVG.

  • cat. 2077 : buste cuirassé à gauche avec casque lauré. Ce type de buste n’est pas répertorié à Lyon pour l’ensemble de la période 313-316.

  • cat. 2078 : buste cuirassé à gauche avec haste sur l’épaule droite. Cet exemplaire est le troisième de ce type (Bastien 294-316, 584 et Suppl. II, 584b) et est issu du même coin de droit que les deux autres, conservés à Paris et à Vienne.

Tableau 14 – Répartition par empereur des nummi lyonnais au 1/72e de livre

Constantin Ier

F/T//PLG

73

S/F//PLG

102

T/F//PLG

1

Total nummi au 1/72e de l.

176

Tableau 15 – Répartition par empereur des nummi lyonnais au 1/96e de livre

Constantin Ier

Licinius

Total

T/F//PLG

73

2

178

TF/✴//PLG

102

5

164

A/S//PLG

1

54

Total nummi au 1/96e de l.

176

7

396

  • 54 P. Bruun, op. cit., p. 123, no 26.
  • 55 R. A. G. Carson, J. P. C. Kent, « Constantinian Hoards and other Studies in the Later Roman Bronze (...)
  • 56 P. Bastien, op. cit., 1980, p. 252, n. 1.

30Pour ce qui est des revers, l’existence d’une variante présentant Sol tenant un fouet en plus du globe dans la main gauche est confirmée par le cat. 2079. Ce type de revers était bien cité pour l’émission T/F//PLG par P. Bruun d’après un exemplaire du trésor de Llangarren54. R. A. G. Carson et J. P. C. Kent considéraient cette monnaie comme une imitation55, ce qui a conduit P. Bastien à l’exclure de son corpus56. L’exemplaire du trésor de Chitry est indéniablement officiel et atteste l’existence de cette variante pour l’émission TF/✴//PLG.

31Enfin, la brève émission A/S//PLG, également bien représentée dans le trésor avec 54 exemplaires, n’offre qu’une seule rareté : le cat. 2085 porte la titulature IMP CONSTANTINVS P F AVG, qui n’était connue pour l’émission que par un unicum (Bastien Suppl. II, 605α).

Atelier d’Arles

  • 57 P. Bruun, The Constantinian Coinage of Arelate, Helsinki, 1953 ; Ph. Ferrando, Les monnaies d’Arles (...)
  • 58 Ph. Ferrando, L’atelier monétaire d’Arles de Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), I, (...)

32Peu après la victoire de Constantin sur Maxence en octobre 312, l’atelier d’Ostie fut fermé pour être transféré à Arles. Le nouvel atelier ouvrit ses portes au printemps 313. La rarissime émission inaugurale de nummi au 1/72e de livre n’est pas représentée dans le trésor. Les 291 nummi d’Arles sont taillés au 1/96e de livre (cat. 2139-2429). Les émissions arlésiennes sont nombreuses. Les mieux représentées sont généralement celles signées -/-//P-QARL, S/F//P-QARL, T/F//P-QARL et C/S//P-QARL. Les proportions respectives de ces émissions varient toutefois sensiblement d’un trésor à un autre (tableau 16). Les autres émissions sont représentées dans des proportions marginales. Le monnayage d’Arles a fait l’objet de plusieurs monographies successives57, dont la dernière en date est la nouvelle édition de l’ouvrage de Ph. Ferrando58.

  • 59 J. Lafaurie, « Trésor constantinien trouvé en France », RN 1966, p. 270.
  • 60 G. B. Rogers, loc. cit., p. 9-10.

La séquence des émissions arlésiennes a fait l’objet de discussions. Celles-ci portent essentiellement sur la place de l’importante émission C/S//P-QARL. P. Bruun la date de 317-318 et la situe après les séries marquées des lettres R/S dans le champ. Avant lui, J. Lafaurie avait proposé de placer cette émission entre les séries M/F et R/S59. Cette idée est confortée par l’étude de G. B. Rogers sur le trésor d’Antibes qui, clos en 317, contient de nombreux exemplaires de l’émission C/S//P-QARLmais aucun des émissions R/S60. Dans le trésor de Chitry, les émissions R/S//ARLA-∆ et R/S//P-QARL sont représentées par trois exemplaires (cat. 2426-2428). Leur place l’une par rapport à l’autre demeure incertaine. La présence de deux exemplaires de l’émission R/S//P-QARL, non représentée dans des trésors clos plus tôt tels que ceux de Gaule III ou de Saint-Colombier-en-Sarzeau, pourrait laisser penser que celle-ci vient après l’émission à lettres d’officines grecques. Enfin, le trésor de Chitry contient un nummus de l’émission -/-//P-QImage 100000000000000D0000000D841DF1ED.pngA (cat. 2429) qui date de 318.

  • 61 Seule la première série signée -/-//P-QARL suit la taille au 1/72e de livre. Pour le reste, tous le (...)

Tableau 16 – Répartition par émission des nummi d’Arles61

Antibes
(317)

Gaule III
(317/8)

Sarzeau
(318)

Chitry
(323/4)

-/-//P-QARL

>0,1

0

1,9

0

-/-//P-QARL

3,4

8,4

28,6

10,3

S/F//P-QARL

30

15,3

18,8

21,3

T/F//P-QARL

1,7

1,6

7

7,9

T/F//P-QARL

17,1

24,7

25,4

25,1

M/F//P-QARL

8,2

0

1,9

2,7

M/F//ARLP-Q

0

1,1

0

0

M/F//ARLA-Δ

0

1,1

0

0,7

C/S//P-QARL

39,5

31,6

17,8

29,9

R/S//ARLA-Δ

0

0,5

0,5

0,3

R/S//P-QARL

0

0

0

0,7

-/-//P-QImage 100000000000000D0000000D841DF1ED.pngA

0

0

0

0,3

Total Arles

1 064

190

213

291

Tableau 17 – Répartition par empereur des nummi d’Arles au 1/96e de livre

Constantin Ier

Licinius

Crispus

Total

-/-//P-QARL

25

5

30

S/F//P-QARL

26

6

62

T/F//P-QARL

23

23

T/F//P-QARL

65

8

73

M/F//P-QARL

8

8

M/F//ARLA-∆

2

2

M/F//[…]

2

2

C/S//P-QARL

82

5

87

R/S//ARLA-∆

1

1

R/S//P-QARL

1

1

2

-/-//P-QImage 100000000000000D0000000D841DF1ED.pngA

1

1

Total Arles

265

25

1

291

33Le trésor n’offre pas d’exemplaire particulièrement remarquable pour l’atelier d’Arles. Les variétés qui complètent le RIC VII (cat. 2154 et cat. 2239) ont déjà été signalées dans l’ouvrage récent de Ph. Ferrando puisque le matériel provenant de Chitry y a été pris en compte.

Ateliers italiens et Carthage

  • 62 Le no 3945 du trésor de Gruissan est, à notre connaissance, le seul autre nummus de Domitius Alexan (...)

34Les ateliers italiens fournissent une bonne part des monnaies les plus anciennes du trésor. Ainsi, l’antoninien de Claude II (cat. 1) provient de Rome, l’un des deux aureliani de Probus (cat. 5) de Ticinum. Par ailleurs, 13 des 17 nummi au 1/48e de livre que compte le trésor (lot vendu sur eBay compris) sont issus des ateliers italiens, placés sous le contrôle de Maxence. La rareté des exemplaires issus des ateliers gallo-britanniques tient en partie au fait que Constantin a introduit la taille au 1/72e de livre dès 310 alors que Maxence a maintenu la taille au 1/48e de livre jusqu’à sa chute, en octobre 312. Ce n’est qu’après cette date que les nummi maxentiens pénétrèrent massivement en Gaule. En effet, les trésors gaulois enfouis jusqu’en 312 n’en contiennent que très peu tandis qu’un ensemble tel que celui de Gruissan, perdu en mer début 313 au large des côtes de Gaule, est constitué presque exclusivement de numéraire maxentien. Tous les ateliers placés sous l’autorité de Maxence (Ticinum, Aquilée, Rome et Ostie) sont représentés dans la trouvaille, à l’exception de celui de Carthage qui est passé entre les mains de Domitius Alexander dès 308. La présence d’une monnaie à l’effigie de l’usurpateur nord-africain dans le trésor de Chitry est tout à fait remarquable (cat. 20). Il s’agit, à notre connaissance, de la trouvaille la plus septentrionale d’une monnaie de Domitius Alexander62.

  • 63 G. Gautier, loc. cit., 1992.
  • 64 P. Bastien, « Une émission de folles sans marque à Ticinum en 312 », GNS, nov. 1970, p. 114-115.
  • 65 P. Bastien, « Folles sans marque émis par Constantin en Italie », GNS, fév. 1974, p. 5-8.

35Pour ce qui est des nummi au 1/72e et au 1/96e de livre, trop peu nombreux pour permettre une étude détaillée par émission, nous nous contenterons de signaler quelques exemplaires qui viennent compléter les RIC VI et VII. Ces raretés concernent essentiellement l’atelier de Ticinum. Pour ce qui est de l’émission -/-//PT-T au 1/72e de livre, les cat. 624 et 632, au nom de Licinius, portent au droit le buste nu qui n’était pas répertorié en association avec le revers SOLI INVICTO COMITI. Le cat. 633, non signé, montre au revers le buste à gauche de Mars avec cuirasse, casque, lance et bouclier. Il a été démontré que les séries sans marque présentant Sol et Mars au revers ne furent pas seulement produites à Trèves comme le laissait entendre le RIC VI mais aussi à Londres63, à Ticinum64 et à Aquilée65. Par le style de portrait et le type de revers, l’exemplaire du trésor de Chitry est à attribuer à l’atelier de Ticinum. Il est issu du même coin de revers que deux exemplaires conservés à Vienne et à New York. Enfin, le cat. 2446, taillé au 1/96e de livre, présente un droit tout à fait exceptionnel avec la titulature CONSTANTINVS IVNIOR NOB CAES – le qualificatif iunior est habituellement toujours abrégé en IVN – et le buste nu, tête nue inconnu jusqu’alors à Ticinum pour les Césars.

Ateliers balkano-orientaux

36Outre un exemplaire de Probus (cat. 6), l’atelier balkanique de Siscia est représenté dans le trésor par un nummus au 1/72e de livre (cat. 676) et par cinq nummi au 1/96e de livre (cat. 2485-2489). Enfin, la monnaie la plus « exotique » du trésor est un nummus au 1/96e de livre issu de l’atelier de Nicomédie implanté en Bithynie (cat. 2490).

Imitations

37Deux des quatre antoniniens présents dans le trésor sont des imitations. L’une est une imitation gauloise à l’effigie de Tétricus fils (cat. 4). L’autre, au nom d’Aurélien, est de style italien (cat. 2). Contrairement aux antoniniens, les nummi émis depuis la réforme de 294 jusqu’en 318 ont été très peu touchés par le phénomène d’imitation. Parmi les quelque 2 500 nummi du trésor, seuls deux exemplaires semblent être des productions frauduleuses (cat. 2491-2492). Malgré un style et une facture corrects, certaines de leurs caractéristiques nous ont engagé à les classer parmi les imitations. Le style du portrait du cat. 2491 est assez peu académique tandis que son flan est épais et irrégulier. Le cat. 2492 présente également un portrait et un flan inhabituels ainsi que la césure de revers INVI-C-TO qui n’est, à notre connaissance, pas recensée à Londres pour les émissions contemporaines. Ces deux exemplaires frauduleux sont inspirés de prototypes londoniens, de même que trois des cinq imitations que compte le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau.

Métrologie

  • 66 P. Bastien, op. cit., 1980, p. 93.
  • 67 Voir les poids rassemblés par P. Bastien, op. cit., 1982, p. 66 : le poids moyen de 150 ex. au type (...)

38Les monnaies du trésor n’ont pas fait l’objet d’un nettoyage complet. La couche d’oxydation qui les recouvre nuit à la représentativité des données métrologiques. La comparaison avec les chiffres tirés du trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau, dont les monnaies ont, elles, été nettoyées, montre que le poids des exemplaires de Chitry est assez nettement surévalué, entre 3 et 6 % selon les ateliers (tableau 18). En fonction du caractère peu significatif des poids relevés ici, nous nous contenterons de fournir les données métrologiques pour les émissions représentées dans le trésor par au moins 30 exemplaires (tableau 19). De manière générale, il ressort que le poids des nummi lyonnais, tant ceux au 1/72e que ceux au 1/96e de livre, est assez nettement inférieur à celui relevé pour les ateliers de Londres et de Trèves. P. Bastien évoque à ce propos d’« indiscutables irrégularités » à l’atelier de Lyon entre 310 et 31566. Il faut enfin mentionner le poids particulièrement faible (2,16 g) de la monnaie la plus récente du trésor qu’est le nummus de l’émission -/-//PLON, postérieur à la réforme de 318 (cat. 948). Il s’agit toutefois bien d’une monnaie taillée au 1/96e de livre67. Une dernière observation peut être faite en ce qui concerne l’axe des coins. Si les différents ateliers respectent globalement l’alternance des axes alignés (à 12 heures) et inversés (à 6 heures) dans le but évident de ménager l’usure des coins, le monnayage londonien a pour particularité de présenter des axes qui sont quasi systématiquement inversés. Seuls 11 exemplaires (2,4 % du total), dont un nummus au 1/72e de livre et 10 au 1/96e de livre, ont un axe à 12 heures (cat. 162, 720, 730, 733, 794, 836, 893, 894, 906, 932, 942).

Tableau 18 – Comparaison du poids moyens des nummi de Sarzeau et de Chitry

Atelier

Dénomination

Sarzeau

Chitry

Écart

Londres

Nummi au 1/72e de l.

4,27 (1 294 ex.)

4,53 (197 ex.)

+ 6,1 %

Nummi au 1/96e de l.

3,19 (550 ex.)

3,39 (270 ex.)

+ 6,3 %

Trèves

Nummi au 1/72e de l.

4,26 (1 489 ex.)

4,50 (220 ex.)

+ 5,6 %

Nummi au 1/96e de l.

3,16 (997 ex.)

3,34 (794 ex.)

+ 5,7 %

Lyon

Nummi au 1/72e de l.

4,16 (910 ex.)

4,34 (176 ex.)

+ 4,3 %

Nummi au 1/96e de l.

3,08 (359 ex.)

3,18 (396 ex.)

+ 3,2 %

Arles

Nummi au 1/96e de l.

3,09 (213 ex.)

3,25 (291 ex.)

+ 5,2 %

Tableau 19 – Métrologie des principales émissions représentées dans le trésor

Atelier

Émission

Poids moyen

Poids médian

Variance

Écart-type

Nb d’ex.

Londres

T/F//PLN (1/72e de l.)

4,52

4,50

0,21

0,46

91

-/✴//PLN (1/72e de l.)

4,54

4,48

0,15

0,38

94

✴/-//PLN (1/96e de l.)

3,44

3,40

0,12

0,34

66

S/F//PLN (1/96e de l.)

3,38

3,36

0,10

0,32

142

Trèves

T/F//PTR (1/72e de l.)

4,50

4,46

0,28

0,53

206

T/F//A-BTR (1/96e de l.)

3,33

3,33

0,20

0,45

524

T/F//•A-BTR (1/96e de l.)

3,34

3,29

0,18

0,42

170

F/T//•A-BTR (1/96e de l.)

3,31

3,30

0,20

0,45

39

Lyon

F/T//PLG (1/72e de l.)

4,43

4,38

0,17

0,42

73

S/F//PLG (1/72e de l.)

4,29

4,31

0,21

0,46

102

T/F//PLG (1/96e de l.)

3,25

3,19

0,20

0,45

178

TF/✴//PLG (1/96e de l.)

3,17

3,15

0,14

0,37

164

A/S//PLG (1/96e de l.)

3,00

2,98

0,19

0,44

54

Arles

-/-//P-QARL (1/96e de l.)

3,25

3,31

0,18

0,43

30

S/F//P-QARL (1/96e de l.)

3,27

3,34

0,31

0,56

62

T/F//P-QARL (1/96e de l.)

3,32

3,35

0,13

0,36

73

C/S//P-QARL (1/96e de l.)

3,24

3,19

0,13

0,36

87

Conclusion

39Par sa situation au cœur de la Gaule, le trésor de Chitry constitue une source d’enseignements qui faisait défaut jusqu’alors sur l’approvisionnement en numéraire, dans les années 310, de cette zone relativement éloignée des centres de production. On s’aperçoit en premier lieu que les espèces émises avant la réforme monétaire de 294, les antoniniens et aureliani, étaient toujours présents dans les circuits, en quantités certainement limitées. En revanche, les nummi lourds issus de la réforme de Dioclétien et frappés jusqu’en 307, que le thésauriseur n’aurait pas manqué de sélectionner, avaient manifestement disparu de la circulation. Pour ce qui est de la provenance des monnaies, le trésor est alimenté par l’ensemble des ateliers gallo-britanniques placés sous le contrôle de Constantin. Au début des années 310, l’atelier de Trèves est largement secondé par ceux de Londres et de Lyon. À partir du milieu de la décennie, il occupe en revanche une position prédominante, même si l’apport en provenance de Londres, de Lyon ou d’Arles reste non négligeable. Nous pouvons légitimement penser que cet aperçu est révélateur de la composition du stock monétaire en circulation dans l’Yonne des années 310.

40Cette épargne a été constituée sur un laps de temps assez bref. Elle débuta au plus tôt au début des années 310. La réforme monétaire de 318, dont la nature exacte nous échappe toujours, pourrait même l’avoir directement motivée. Le trésor a potentiellement pu être alimenté jusqu’au début des années 320, avec une sélection portant exclusivement sur les monnaies antérieures à la réforme. Plus vraisemblablement, la thésaurisation s’est achevée peu de temps après la mise en œuvre de la réforme et a été conservée en l’état pendant plusieurs années, avant d’être confiée à la terre vers le milieu des années 320. Peut-être le possesseur du trésor a-t-il alors opté pour cette solution alors qu’il n’avait plus l’espoir de pouvoir échanger ces anciennes monnaies dans des conditions acceptables. L’on pourra toutefois s’étonner du fait que cette accumulation non négligeable de métal, qui représente un poids total d’environ 9 kg, ait été ainsi abandonnée et qu’elle n’ait jamais été récupérée pour être refondue.

Bibliographie

Bibliographie des trésors cités

Antibes
G. B. Rogers, « Le trésor de l’anse Saint-Roch : folles constantiniens de la période 300-317 », Archeonautica 3, 1981, p. 265-434.

Bitburg
M. Namur, « Notice sur un dépôt de monnaies du ive siècle découvert à Bitbourg », RBN 15, 1859, p. 469-483 ; R. Weiller, « Der Schatzfund von Bitburg-Erdorf 1859. Folles aus der Zeit Constantins I », H.-C. Noeske, H. Schubert (éd.), Die Münze. Bild, Botschaft, Bedeutung. Festschrift für Maria R.-Alföldi, Francfort, 1991, p. 386-400.

Bliesmengen-Bolchen
D. Kienast, FMRD III, 1962, no 1161, p. 218-246.

Boursies
Lord Stewartby, « The Boursies Hoard », RN 1994, p. 90-108.

Bourton-on-the-Water
D. W. Burge, « Bourton-on-the-Water (Gloucestershire) Hoard of Constantinian folles », NC 1973, p. 98-125.

Bristol
J. Evans, « On a Hoard of Roman Coins Principally of the London Mint », NC 1885, p. 118-127.

Canterbury
R. A. G. Carson, « The Canterbury Hoard », NC 1957, p. 249-257.

Dalheim
R. Weiller, FMRL I, no 81, p. 104-124.

Downside
S. Minnitt, « Downside, Somerset », CHRB IX, p. 226-237.

Durrington
D. Algar, « Durrington, Wiltshire », CHRB X, 1997, p. 296-338

Gaule III
P. Bastien, H. Huvelin, Trouvaille de folles de la période constantinienne (307-317), Wetteren, 1969.

Llangarren
R. A. G. Carson, J. P. C. Kent, « Constantinian Hoards and other Studies in the Later Roman Bronze Coinage », NC 1956, p. 122-159.

Montbouy
G. Fabre, M. Mainjonet, « Les trésors de Montbouy (Loiret) », Trésors monétaires et plaques-boucles de la Gaule romaine, XIIe supplément à Gallia, 1958, p. 121-271.

Ravenstone
J. Williams, « Ravenstone, Leicestershire », CHRB XII, 2009, p. 226-232.

Saint-Colombier-en-Sarzeau
H. Huvelin, « Le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau », TM II, 1980, p. 59-102.

Villars-sous-Yens
H. Huvelin, C. Brenot, J.-P. Callu, « Trouvaille constantinienne au Cabinet des médailles de Lausanne (Villars-sous-Jens) », RSN 57, 1978, p. 174-204.

Waddington
R. A. G. Carson, A. M. Burnett, « The Waddington Treasure Trove (1976) : 2958 folles to AD 318 », British Museum, Occasionnal Papers 5, 1979, p. 26-39.

Wettolsheim
F. A. Schaeffer, « Deux trésors de monnaies romaines découverts en Alsace. A, le trésor de Wettolsheim près de Colmar », Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, 1926, p. 93-128.

Notes

1 Les monnaies étant identifiables en l’état, la mince couche de terre qui les recouvrait a simplement été retirée au moyen d’un léger brossage. Seuls quelques exemplaires remarquables ont été restaurés par Francine N’Diaye à l’atelier de restauration du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BNF.

2 On trouvera un rappel de la législation concernant les découvertes archéologiques sur le site du ministère de la Culture (<http://www.culture.gouv.fr>).

3 À notre connaissance, il n’est pas apparu de nouveaux exemplaires depuis novembre 2008.

4 Ces six exemplaires se distinguent aisément puisqu’ils ont fait l’objet d’un nettoyage particulièrement agressif de la part de l’inventeur.

5 Voir infra « Annexe – lot vendu sur eBay ».

6 P. Bastien, Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réouverture de l’atelier en 318 à la mort de Constantin (318-337), Wetteren, 1982, p. 8, 64 et 83-84.

7 J.-P. Callu, « La circulation monétaire de 313 à 348 », Actes du 8e Congrès international de numismatique, New York-Washington, 1973, 1976, p. 227-242.

8 La date de la mise en page en œuvre de la réduction du nummus au 1/72e de livre dans les ateliers gallo-britanniques, contrôlés par Constantin, fait toujours l’objet de discussions. C. H. V. Sutherland, Roman Imperial Coinage, VI. From Diocletian’s Reform (AD 294) to the Death of Maximinus (AD 313), Londres, 1967, p. 41, la situe en 309-310. P. Bastien, Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réforme monétaire de Dioclétien à la fermeture temporaire de l’atelier de Lyon (294-316), Wetteren, 1980, p. 70, opte pour le printemps 310. En dernier lieu, G. Gautier, « Un nummus inédit frappé à Trèves en 310 apr. J.-C. au nom de Maxence », GNS 237, 2010, p. 9-14, propose de repousser cette date à la fin de l’été 310. Les trésors gaulois butant sur la réduction au 1/72e de livre s’accordent avec une datation autour du printemps/été 310.

9 Les ateliers italiens adoptèrent la taille au 1/72e de livre sous l’impulsion de Constantin dans le courant de l’année 312 : dès le printemps/été à Ticinum et à Aquilée, au cours de la campagne de Constantin en Italie ; à partir du 28 octobre 312 à Rome et à Ostie, après la victoire sur Maxence au Pont Milvius.

10 P. Bastien, op. cit., 1980, p. 86-87.

11 P. Bastien, H. Huvelin, Trouvaille de folles de la période constantinienne (307-317), Wetteren, 1969, p. 16.

12 H. Huvelin, « Le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau », TM II, 1980, p. 61.

13 Par exemple, le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau (tpq 318) contient 13 demi-nummi (0,2 % de l’ensemble) (H. Huvelin, loc. cit., 1980, p. 74, nos 24-34 et p. 80-81, nos 1488-1489), tandis que le lot I du trésor de Durrington (tpq 318) en livre 5 (0,3 % de l’ensemble) (D. Algar, « Durrington, Wiltshire », CHRB X, 1997, p. 310, nos 770-771, p. 311, nos 1038-1040).

14 H. Huvelin, C. Brenot, J.-P. Callu, « Trouvaille constantinienne au Cabinet des médailles de Lausanne (Villars-sous-Yens) », RSN 57, 1978, p. 180.

15 Ibid., p. 181.

16 Lord Stewartby, « A Critical London Die-link of Constantine », M. Price, A. Burnett, R. Bland (éd.), Essays in Honour of Robert Carson and Kenneth Jenkins, Londres, 1993, p. 241-245.

17 Ibid., p. 242-243. P. Bastien, « Some Comments on the Coinage of the London Mint, AD 297-313 », NC 1971, p. 161, émettait déjà des doutes sur le fait que Maximin Daïa ait pu figurer dans cette première émission au 1/72e de livre.

18 C. H. V. Sutherland, op. cit., p. 120 et 132.

19 Les études récentes s’accordent sur ce point : voir notamment H. Huvelin, « Les deux émissions londoniennes -/*//PLN et */-//PLN », NZ 101, 1990, p. 31 ; Lord Stewartby, « The Boursies Hoard », RN 1994, p. 94.

20 G. Gautier, « An Unpublished Nummus of Constantine I of the Mint of London », NC 1992, p. 157-160.

21 D. Hollard, « Le statut de l’émission londonienne *T/*F//PLN de 312 : à propos d’un nummus inédit de Licinius », BSFN 5, 2004, p. 84-88.

22 Un autre exemplaire de même type, provenant du trésor de Boursies (pl. XII, no 4), est issu d’une paire de coins différente.

23 D. Hollard, loc. cit., p. 87.

24 H. Huvelin, loc. cit., 1990, p. 31.

25 Ibid., p. 29-50.

26 Le coin de droit de cet exemplaire, qui se distingue par la présence d’une Victoire sur le bouclier, est identique à celui utilisé pour frapper un exemplaire conservé à Oxford.

27 J. Casey, « Constantine the Great in Britain, the Evidence of the London Mint, AD 312-314 », J. Bird et al. (éd.), Collectanea Londiniensa: Studies in London Archaeology and History presented to Ralph Merrifiel, Londres, 1978, p. 180-193.

28 Eusèbe, Vita Constantini, I, 25, 2.

29 H. Huvelin, loc. cit., 1990, p. 32.

30 Zosime, II, 15, 1.

31 H. Huvelin, loc. cit., 1990, p. 48

32 Lord Stewartby, loc. cit., 1994, p. 97-100, envisage même la concomitance des deux émissions. Les arguments avancés à l’encontre de cette idée par H. Huvelin, « Quelques réflexions sur l’activité de l’atelier de Londres de 306 à 313 », BSFN 3, 1993, p. 510 sont convaincants.

33 J. Lafaurie, « Étude de coins de monnaies constantiniennes frappées à Londres », BSFN 8, 1962, p. 188-189.

34 Sur l’établissement de cette séquence, voir le résumé donné par P. Bruun, Roman Imperial Coinage, VII. Constantine and Licinius AD 313-337, Londres, 1966, p. 92-94.

35 Ibid., p. 101, no 55 : « Robed bust, but not properly speaking consular […] Possibly just an elaborate cuirass. »

36 Ibid., p. 93.

37 Ibid., p. 94.

38 Sur la datation des séries postérieures à la réforme de 318, voir P. Bruun, « The Disappearance of Sol from the Coins of Constantine », Arctos 2, 1958, p. 32-37.

39 P. Strauss, « Les monnaies divisionnaires de Trèves après la réforme de Dioclétien », RN 1954, p. 41.

40 C. H. V. Sutherland, op. cit., p. 162.

41 Les bustes de Mars et de Sol apparaissent au revers des nummi frappés dans les ateliers d’Italie du Nord dans le courant de l’année 312, une fois ceux-ci passés sous le contrôle de Constantin (voir infra, p. 192).

42 O. Voetter, Die Münzen der römischen Kaiser, Kaiserinnen und Caesaren von Diocletianus bis Romulus : Katalog der Sammlung Paul Gerin, Vienne, 1921, p. 392, no 88.

43 P. Bruun, op. cit., p. 167-168.

44 P. Bastien, H. Huvelin, op. cit., p. 31-32.

45 Ibid., p. 32-33.

46 P. Bruun, op. cit., p. 151.

47 Ibid., p. 173, no 125 et 126.

48 RIC VII, 125 = AF 15648 : cette monnaie est classée, semble-t-il à juste titre, parmi les exemplaires de l’officine B ; RIC VII, 126 = AF 15649 : cette monnaie est bien classée parmi les exemplaires de l’officine A mais la lettre est difficilement lisible et l’on pourrait tout aussi bien y voir un B.

49 G. B. Rogers, « Le trésor de l’anse Saint-Roch : folles constantiniens de la période 300-317 », Archeonautica 3, 1981, p. 276-278.

50 P. Bastien, op. cit., 1980

51 Ibid., p. 70.

52 M. Christol, L’Empire romain du iiie siècle. Histoire politique (de 192, mort de Commode, à 325, concile de Nicée), 2e éd. revue et augmentée, Paris, 2006, p. 243.

53 J.-M. Doyen, « Nummi inédits des émissions T/F//PLG et TF/✴//PLG, Lyon, 315 après J.-C. », Latomus 2, 1987, p. 413-418. En raison du mauvais état de conservation de la monnaie signalée par cet auteur, la possibilité qu’il puisse s’agir d’un buste cuirassé et drapé avait été envisagée dans le supplément I au monnayage de l’atelier de Lyon (P. Bastien, M. Amandry, S. Estiot, op. cit., p. 48, n. 6).

54 P. Bruun, op. cit., p. 123, no 26.

55 R. A. G. Carson, J. P. C. Kent, « Constantinian Hoards and other Studies in the Later Roman Bronze Coinage », NC 1956, p. 148.

56 P. Bastien, op. cit., 1980, p. 252, n. 1.

57 P. Bruun, The Constantinian Coinage of Arelate, Helsinki, 1953 ; Ph. Ferrando, Les monnaies d’Arles. De Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), 1997 ; G. Depeyrot, Les émissions monétaires d’Arles (ive-ve siècle), Moneta 6, Wetteren, 1996.

58 Ph. Ferrando, L’atelier monétaire d’Arles de Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), I, 2010.

59 J. Lafaurie, « Trésor constantinien trouvé en France », RN 1966, p. 270.

60 G. B. Rogers, loc. cit., p. 9-10.

61 Seule la première série signée -/-//P-QARL suit la taille au 1/72e de livre. Pour le reste, tous les nummi d’Arles sont taillés au 1/96e de livre.

62 Le no 3945 du trésor de Gruissan est, à notre connaissance, le seul autre nummus de Domitius Alexander à provenir d’un trésor gaulois.

63 G. Gautier, loc. cit., 1992.

64 P. Bastien, « Une émission de folles sans marque à Ticinum en 312 », GNS, nov. 1970, p. 114-115.

65 P. Bastien, « Folles sans marque émis par Constantin en Italie », GNS, fév. 1974, p. 5-8.

66 P. Bastien, op. cit., 1980, p. 93.

67 Voir les poids rassemblés par P. Bastien, op. cit., 1982, p. 66 : le poids moyen de 150 ex. au type Beata est de 3,11 g.

Auteur

Vincent Drost, Centre d’étude et de publication des trouvailles monétaires, Bibliothèque nationale de France.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540