Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXV

 | 
Michel Amandry

Le double trésor de Magny-Cours, Nièvre (terminus 303 de notre ère*)

Étude*

Sylviane Estiot, Vincent Drost et Rodolphe Nicot

Résumé

Les fouilles d’une villa gallo-romaine à Magny-Cours ont livré deux trésors monétaires. Si tous deux s’achèvent autour de l’année 303, leur composition diverge sensiblement. Outre un aurelianus de nature intrusive, le premier dépôt est constitué de 496 nummi au 1/32e de livre, espèce en bronze argenté issue de la réforme de Dioclétien en 294. Cet ensemble présente un profil particulièrement précoce puisqu’il est formé à plus de 80 % de monnaies frappées entre 294 et 297. Le trésor 2, sensiblement plus important (832 monnaies), est un trésor mixte comptant deux espèces différentes, des aureliani mêlés de quelques antoniniens (466 ex.) et des nummi lourds au 1/32e de livre (366 ex.). Les trésors ont fait l’objet d’un démontage stratigraphique qui apporte un éclairage intéressant sur leur mode de constitution. Ce double dépôt appartient à la catégorie assez rare des trésors enfouis sous la 1re Tétrarchie : l’occasion est donnée de réexaminer, à la lueur de ce document de 1 329 exemplaires, des questions telles que celle du fonctionnement de l’atelier de Lyon de sa réouverture à la réforme de Dioclétien, et celle des premières émissions de nummi, à Londres, dans l’« atelier continental » indéterminé, à Lyon et à Trèves.

Two coin hoards closing c. 303 AD have been discovered during archaeological excavations on the site of a Roman villa in Magny-Cours (F, Nièvre). In spite of their identical tpq, the two deposits display a different facies. The first one, except for an isolated aurelianus, consists of 496 heavy nummi minted after Diocletian’s monetary reform, a lot assembled at an early date as it is composed for 80% of coins minted 294-297 AD. The second hoard, more important in volume as it counts 832 coins, is made up of two differents lots, aureliani mixed up with a few antoniniani (466 ex.) and, again, heavy nummi at 1/32 lb. (366 ex.). The two hoards have been dismantled and the coins removed following stratigraphic layers, a process which sheds interesting light on their assemblage. This double-container hoard belongs to the rare class of deposits closing under the 1rst Tetrarchy: this document of 1,329 coins offers the opportunity to reexamine issues such as the running of the Lyons mint from its reopening in 274 to the reform of 294 AD, and the question of the first series of nummi at the mints of London, the “continental mint”, Lyons and Treveri.

Texte intégral

Contexte archéologique

  • * Le trésor 1 a été étudié par V. Drost, le trésor 2 par S. Estiot et R. Nicot ; le commentaire est c (...)
  • 1 Ducreux, Devevey & Quenton 2008.
  • 2 Segard 2010.
  • 3 Les deux trésors de Magny-Cours ont fait l’objet d’une présentation conjointe lors du colloque Anti (...)

1Le trésor de Magny-Cours 1 a été découvert en juillet 2008 au cours d’un diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap et dirigé par F. Ducreux à Magny-Cours, au lieu-dit « Le Champ-Rabatin » (Nièvre, arrondissement de Nevers, canton d’Imphy)1. Cette opération a été engagée en préalable à la construction de la desserte autoroutière A77 du circuit automobile de Magny-Cours, entre Nevers et Moulins. L’année suivante, en avril 2009, la fouille menée sur le site par la société Archeodunum2 sous la direction de Maxence Segard a permis la mise au jour d’un second dépôt monétaire, situé à une dizaine de mètres du premier (fig. 1)3.

Figure 1 – Magny-Cours « Champ Rabatin ». Aile sud et localisation des trésors

Figure 1 – Magny-Cours « Champ Rabatin ». Aile sud et localisation des trésors
  • 4 Nous reprenons ici les analyses du responsable du chantier de Magny-Cours Champ-Rabatin, M. Segard (...)

2Les deux trésors proviennent de l’aile sud d’une villa qui s’est développée au cours des ier et iie siècles4. À partir du iiie siècle, cette villa connaît de fortes restructurations. Les bâtiments sont abandonnés et partiellement détruits dans le cadre de récupérations de matériaux. Les trésors ont été déposés dans une épaisse couche de remblai constituée de matériaux de construction, qui scelle la majorité des vestiges précédents (US 6145), le trésor 2 se trouvant situé à 13 m au nord-est du premier trésor (fig. 1) : le second dépôt est localisé à 8 m au sud du bâtiment 60, qui devait à cette époque être partiellement détruit, et surtout dans le prolongement d’une structure en matériaux légers sur solins (F604-605-606 - palissade ? partie de bâtiment ?), qui a livré une monnaie de la même période que le trésor (début du ive s.). Les trésors ont donc été enfouis au tout début du ive siècle dans un secteur encore fréquenté, à proximité de bâtiments pour la plupart en ruine qui pouvaient constituer de bons points de repère pour les cacher et les retrouver.

  • 5 Information S. Mouton-Venault (céramologue Inrap).

3Le trésor de Magny-Cours 1 était contenu dans un pot en céramique noire, probablement d’origine locale (fig. 4)5. Le vase était disposé dans une position légèrement inclinée et son col était manquant. Il contenait 487 monnaies auxquelles il faut ajouter 10 pièces éparpillées autour du vase et qui ont été récupérées au moyen d’un détecteur de métaux après autorisation administrative. À l’intérieur de ce pot dénué de couvercle, le sédiment noir du remblai s’est infiltré et a provoqué un phénomène d’agglomération des monnaies. De ce fait, les monnaies du trésor de Magny-Cours 1 présentent un aspect altéré par une couche sédimentaire compacte et par une gangue d’oxydation assez épaisse : elles ont simplement subi un brossage visant à retirer la terre qui les recouvre. Le fait que les monnaies n’aient pas toutes été restaurées nuit fortement à la fiabilité des données métrologiques : nous ne proposerons donc pas d’étude métrologique ici, d’autant plus qu’aucune émission n’atteint la centaine d’exemplaires, seuil qui est généralement considéré comme nécessaire à l’obtention de résultats significatifs.

4Le second trésor, Magny-Cours 2, a été partiellement détruit lors du décapage mécanique de couches de démolition dans l’aile sud. L’ensemble des sédiments a été tamisé, ce qui a permis de récupérer l’ensemble des monnaies (lot 0 : vrac). La partie préservée du trésor a été dégagée, puis consolidée à l’aide de bandes plâtrées ; le trésor a été prélevé ensuite, puis démonté en post-fouille.

Figure 2 – Trésor de Magny-Cours 2 en place après dégagement

Figure 2 – Trésor de Magny-Cours 2 en place après dégagement

5Comme le premier trésor, Magny-Cours 2 a été enfoui dans un pot en céramique commune oxydante à pâte beige. Il a été déposé entre des blocs, dans la couche de remblai. Bien qu’on ne dispose que de la partie inférieure, on peut estimer le diamètre maximal du contenant à 16,5 cm. À côté de lui était déposé un fond de pot en céramique commune, à paroi un peu plus épaisse, le fond vers le haut (fig. 2). Plus grand, il a un diamètre qui atteint au moins 23 cm. Les deux pots ont été ensuite recouverts par la même couche de remblai, impossible à distinguer de l’encaissant.

6Le trésor 2 a été enfoui dans la panse d’un pot de récupération. Toute la partie supérieure manque et, après recollage des morceaux brisés lors du décapage, il s’avère que le bord est très émoussé : le récipient était déjà incomplet avant sa découverte (fig. 3a). D’ailleurs, aucun fragment de la partie supérieure du pot n’a été retrouvé lors du tamisage des déblais. Un second fragment de pot en céramique commune dont seul le fond subsiste se trouvait à quelques centimètres du premier, disposé à l’envers (fig. 2 et 3b). Il ne contenait rien, sinon un sédiment compact renfermant de nombreuses inclusions de mortier et de terre cuite ainsi que des cailloux.

7L’hypothèse de son utilisation comme couvercle du trésor paraît la plus plausible, mais la relation entre les deux vases est difficile à établir. Les perturbations liées au décapage n’ont pas affecté leur disposition ; ils étaient en cet état lors de leur découverte et si ce couvercle a bougé après son enfouissement et jusqu’à son exhumation, ce ne peut être que lors de perturbations intermédiaires (labour ?). Or aucune monnaie éparse n’a été retrouvée à proximité, ce qui aurait sans doute été le cas en cas de destruction partielle lors de travaux agricoles anciens antérieurs à la fouille du site.

Figure 3a – Magny-Cours 2

Figure 3a – Magny-Cours 2

Figure 3b – Magny-Cours 2

Figure 3b – Magny-Cours 2

Démontage des trésors et stratigraphie : un enfouissement unique à double cachette

8Ces deux trésors sont des documents monétaires de première importance, à plus d’un titre. Ils ont été trouvés lors de fouilles et ont ainsi pu être conservés dans leur intégralité, et sans mélange de contenu de l’un à l’autre, fait assez rare pour mériter d’être souligné. Fait encore moins fréquent : ils ont pu bénéficier d’un démontage qui en a préservé la stratigraphie. Seuls quelques trésors – moins d’une dizaine en tout – ont pu bénéficier ainsi d’une micro-fouille opérée dans le récipient : en France, Villette d’Anthon (encore inédit, Amandry et al. 1996) ; Saint-Maurice-de-Gourdans (Estiot 1997), dont la stratigraphie a donné d’excellents résultats montrant que le récipient a servi de tirelire au fil du temps ; Pannecé (inédit, Aubin et al. 2005) dont la micro-fouille par C. Cécillon s’est inspirée des techniques de fouille des urnes cinéraires ; Saint-Germain-lès-Arpajon (inédit, Drost et al. 2011) ; au Luxembourg, Titelberg (Weiller 1999) ; en Suisse, Neftenbach (Von Kaenel et al. 1993) ; en Grande-Bretagne, Aldbourne (Besly 1984), Tattershall Thorpe (Besly & Bland 1984) et l’énorme trésor de Frome découvert en avril 2010 (Moorhead, Booth, Bland 2010). Enfin, ils appartiennent à une classe de trésors monétaires peu répandue, celle des dépôts clos sous la 1re Tétrarchie et qui comprennent donc une majorité de nummi, et de nummi lourds au 1/32e de livre, introduits par la réforme de Dioclétien en 294 apr. J.-C. : dans les deux dépôts, la thésaurisation se clôt c. 303 de n. è.

Magny-Cours 1

  • 6 Burgevin 2008 ; Burgevin 2009.

9A. Burgevin, à qui l’étude préliminaire du trésor a été confiée, a procédé au démontage du trésor dans le pot par passes successives6. Douze lots ont ainsi été isolés, contenant une dizaine d’exemplaires pour les moins importants, une soixantaine pour les plus conséquents. Ils sont numérotés de 1 (sommet) à 10 (fond). Le lot « Hors contenant » correspond aux monnaies récupérées au détecteur tandis que le « Prélèvement 1 » concerne les 16 monnaies tombées lors du prélèvement du vase.

10La composition des différents lots ne montre pas de divergences significatives, même s’il est difficile d’attendre une parfaite homogénéité d’échantillons quantitativement restreints (fig. 5). L’étude stratigra phique ne révèle pas d’étapes dans la thésaurisation.

Figure 4 – Vase du trésor de Magny-Cours 1 en cours de démontage (photographies A. Burgevin)

Figure 4 – Vase du trésor de Magny-Cours 1 en cours de démontage (photographies A. Burgevin)
  • 7 Pour les différentes périodes, les émissions prises en compte sont les suivantes :
    - 294-295/6 : Ate (...)

Figure 5 – Faciès chronologique des différents lots de nummi du trésor de Magny-Cours 17

Hors contenant

Prélèv. 1

Lot 1

Lot 2

Lot 3

Lot 4

Lot 5

Lot 6

Lot 7

Lot 8

Lot 9

Lot 10

Ensemble

Avant 294

1

1

294-295/6

3

9

9

21

19

22

14

22

21

13

12

5

170

296-297/8

6

7

13

37

27

30

26

18

32

25

17

6

244

298-299

1

3

2

2

2

3

4

2

3

22

300-304

1

4

6

8

4

7

10

8

2

8

2

60

Nb d’ex.

10

16

27

67

57

58

49

53

65

42

40

13

497

  

%

Hors contenant

Prélèv. 1

Lot 1

Lot 2

Lot 3

Lot 4

Lot 5

Lot 6

Lot 7

Lot 8

Lot 9

Lot 10

Ensemble

Avant 294

1,8

0,2

294-295/6

30,0

56,2

33,3

31,3

33,3

37,9

28,6

41,5

32,3

31,0

30,0

38,5

34,2

296-297/8

60,0

43,8

48,1

55,2

47,4

51,7

53,1

34,0

49,2

59,5

42,5

46,2

49,1

298-299

3,7

4,5

3,5

3,5

4,1

5,7

6,2

4,8

7,5

4,4

300-304

10,0

14,8

9,0

14,0

6,9

14,3

18,9

12,3

4,8

20,0

15,4

12,1

11Les lots 1, 3 et 7 présentent par exemple des chiffres très proches. Par ailleurs, le lot 8 est particulièrement bien fourni en monnaies frappées avant 298 tandis que le lot 9 présente la plus forte proportion d’exemplaires produits à partir de cette date. Notons enfin que la monnaie la plus ancienne, un aurelianus remontant à 274/275, se trouve dans le lot 3. Il apparaît donc clairement que l’ensemble des monnaies a été versé en vrac dans le vase.

Magny-Cours 2

Figure 6 – Magny-Cours 2. Résultats de la stratigraphie

Figure 6 – Magny-Cours 2. Résultats de la stratigraphie

12Le trésor de Magny-Cours 2 a été démonté selon la même technique et par les mêmes mains que Magny-Cours 1 (A. Burgevin, R. Nicot). Le sommet de la cruche avait été arasé lors de la fouille par la pelle mécanique : les monnaies en vrac (lot 0) ramassées autour du récipient sont au nombre de 349 et représentent à elles seules une petite moitié (42 %) de l’ensemble du trésor. Le démontage de l’ensemble des monnaies restées en place dans la panse de la cruche a permis le prélèvement de 9 lots de taille très variable numérotés de lot 1 (sommet) à lot 9 (fond de la cruche), qui représentent le total restant de 483 monnaies, et comptant respectivement 57, 60, 45, 24, 46, 75, 106, 46 et 24 exemplaires. Le sédiment qui apparaît entre les monnaies est argileux, de couleur noire. Même si certaines monnaies semblaient à première vue disposées en piles en périphérie de la céramique, il s’agit d’un phénomène classique de réarrangement interne contre les bords galbés d’un pot et il n’a pas été constaté d’organisation dans les lots qui pourrait faire penser à un dépôt des monnaies sous la forme de rouleaux. Un premier nettoyage rapide et non invasif a eu lieu pour éliminer la couverture argileuse et la pellicule sédiment-corrosion.

13Le démontage du trésor de Magny-Cours 2 en 10 lots a produit une « stratigraphie paradoxale » qui éclaire la composition, elle aussi surprenante, de ce trésor mixte antoniniens-aureliani /nummi. Les couches déposées en premier, celles du fond de la cruche, sont composées exclusivement de nummi, les monnaies émises après la réforme de Dioclétien de 294 de n. è. Les couches les plus hautes, et en particulier tout le lot 0 correspondant au sommet de la cruche-trésor, ne contiennent que des monnaies radiées, antoniniens et aureliani, émis de 240 à 294. Ce sont donc les monnaies les plus anciennes qui ont été déposées les dernières dans la cruche.

14On trouvera en annexe infra le décompte des monnaies lot par lot.

15Il est clair que les deux ensembles, monnaies antérieures à 294 de n. è. et monnaies postérieures à cette date, ont été constitués de façon indépendante et introduits dans le vase de céramique l’un après l’autre. Sur le lot des antoniniens-aureliani déposé au sommet du pot (essentiellement les lots 0-2), seul un tout petit nombre de monnaies a percolé dans les niveaux inférieurs constitués de nummi : la monnaie radiée compte encore pour 25 % dans le lot 3, mais une seule monnaie, soit 1 %, a pu glisser jusque dans le lot 6. Le fait prouve que le pot-trésor n’a pas voyagé une fois rempli – son remplissage a probablement eu lieu sur place.

  • 8 Le lot 3 (11 ex. radiés seulement) est de taille trop réduite pour être utilisé statistiquement.

16Au sein de l’ensemble des antoniniens-aureliani, la stratigraphie ne révèle rien de significatif : on ne constate pas de différence dans la composition des lots prélevés stratigraphiquement. Pour les monnaies radiées, l’atelier majoritaire de Lyon reste représenté dans des proportions similaires d’un lot à l’autre8 (lot 0 : 61,6 %, lot 1 : 63 %, lot 2 : 68,7 %). Les ateliers italiens, le groupe Milan-Ticinum-Rome, fournissent respectivement 27,8, 29,6 et 25,5 %.

  • 9 En excluant du décompte par pourcentage les 2 ex. indéterminés du lot 7.

17Une variabilité plus grande s’observe dans les lots de nummi. Au niveau géographique : Trèves se révèle le principal fournisseur du numéraire, dans une fourchette qui va de 41,7 (lot 9) à 50 % (lot 8) ; les ateliers centraux, le groupe Ticinum, Aquilée, Rome, Carthage, s’inscrivent dans une fourchette qui va de 20,2 (lot 6) à 28,3 % (lot 5). C’est d’ailleurs ce lot 5 qui semble le plus s’éloigner de la moyenne, avec seulement 13 % pour l’atelier de Lyon, qui apporte sinon entre 17,6 et 30 % des nummi du trésor. À considérer les phases chronologiques et non plus les ateliers émetteurs9, si nous appliquons aux nummi du trésor de Magny-Cours 2 la même périodisation que pour Magny-Cours 1, il est patent que les lots 4, 6 et 7 accueillent les monnaies antérieures à 300 de n. è. en nombre bien supérieur aux autres lots. L’existence de micro-ensembles de nummi à l’intérieur du vase 2 n’est pas à exclure.

18Malgré ces nuances, nous concluons qu’aucun de deux récipients n’a servi de tirelire puisqu’on ne constate pas en leur sein de lots successifs à la composition bien différenciée, comme cela aurait été le cas si les monnaies y avaient été déposées au fil du temps.

  • 10 Voir infra.
  • 11 Callu 1979, nos 5 (trois vases, l’un à 2 m des deux autres), 7 (deux vases dans le même bois, à 100 (...)

19Étant donnée la rareté des dépôts monétaires présentant un terminus sous la 1re Tétrarchie10, la probabilité que les deux trésors de Magny-Cours aient été enfouis par deux propriétaires différents ignorant tout l’un de l’autre est quasi nulle. L’éloignement, tout relatif, entre les deux récipients, 13 m, n’est pas dirimant non plus. À vrai dire, la distance entre les différents vases des cachettes monétaires multiples nous est inconnue dans la plupart des cas, mais quand elle a été reportée, elle peut être très variable. L’inventaire établi par J.-P. Callu (Callu 1979) est parlant. Sur les 40 trésors à cachettes multiples qu’il recense pour les iiie et ive siècles, la distance entre les récipients est inconnue pour presque la moitié d’entre eux (19) que leurs notices décrivent vaguement comme trouvés « ensemble » ou « dans le même champ » (ou parcelle, ou terrain). Pour 6 d’entre eux, la donnée reste vague : « a few feet distant », « près du même bâtiment », « à quelques mètres de distance ». Et pour 15 de ces enfouissements, la distance entre les récipients est connue avec quelque précision : il existe alors autant de cas de figure que de dépôts, de la configuration où les vases sont placés flanc contre flanc à celle où plusieurs dizaines de mètres séparent les récipients11. Concernant les trouvailles de Magny-Cours, et bien que les deux trésors aient été enfouis à quelque distance l’un de l’autre, c. 13 m, bien que le faciès de leurs deux lots de nummi respectifs soit sensiblement différent, leur terminus post quem identique (tpq c. 303 de n. è.) plaide pour l’hypothèse d’un « enfouissement unique à cachette multiple », réparti dans deux contenants et inhumé au même moment par un même thésaurisateur.

  • 12 Voir n. 7 supra.

Figure 7 – Faciès chronologique des différents lots de nummi du trésor de Magny-Cours 212

Lot 1

Lot 2

Lot 3

Lot 4

Lot 5

Lot 6

Lot 7

Lot 8

Lot 9

Ensemble

294-295/6

1

2

1

2

9

1

16

296-297/8

1

1

6

4

4

22

19

9

6

72

298-299

1

1

5

5

9

9

17

6

3

56

300-304

1

6

23

13

32

41

59

30

15

220

Indét.

2

2

Nb d’ex.

3

9

34

24

46

74

106

46

24

366

  

%

Lot 1

Lot 2

Lot 3

Lot 4

Lot 5

Lot 6

Lot 7

Lot 8

Lot 9

Ensemble

294-295/6

11,1

8,3

2,2

2,7

8,6

2,2

4,4

296-297/8

33,3

11,1

17,6

16,7

8,7

29,7

18,3

19,6

25

19,8

298-299

33,3

11,1

14,7

20,8

19,6

12,2

16,3

13

12,5

15,4

300-304

33,3

66,6

67,6

54,2

69,6

55,4

56,7

65,2

62,5

60,4

20Ces divers éléments d’analyse conduisent à proposer l’hypothèse suivante pour le scénario de l’enfouissement du double trésor de Magny-Cours :

  • Le propriétaire a pu constituer un pécule dans les premières années du ive siècle, sous la forme de deux lots distincts de nummi qu’il a conservés à part l’un de l’autre, probablement tels qu’il les a reçus : en effet, à terminus égal, leur composition diverge sensiblement.

  • Il choisit de confier son épargne de nummi à la terre autour de 303 AD : il utilise pour ce faire deux vases de récupération, endommagés et incomplets. Il remplit le premier vase dans sa totalité (Magny-Cours 1) avec un premier lot de nummi, puis avec l’autre lot le second récipient (Magny-Cours 2) que les nummi ne remplissent que partiellement. Les pots ont reçu les nummi en vrac, sans conditionnement préalable.

  • Avant l’enfouissement de son pécule, le thésaurisateur complète le vase 2 à moitié plein par un autre ensemble monétaire thésaurisé, un lot composé d’aureliani mêlés de quelques antoniniens plus anciens, rassemblé quelques années auparavant et resté sans emploi jusqu’en 303.

Analyse numismatique

Profil et composition des deux trésors

  • 13 Sur les 1 329 monnaies des deux trésors, seul un lot de 183 monnaies du trésor de Magny-Cours 2 a é (...)

21Les monnaies des deux trésors sont en excellent état et ne portent guère de trace de circulation. Un simple brossage les a rendues lisibles sans autre restauration13. Le trésor de Magny-Cours 1 se compose de 496 nummi taillés au 1/32e de livre (poids théorique entre 10,08 et 10,23 g ; teneur en argent autour de 5 %) à l’effigie des empereurs de la 1re Tétrarchie : les Augustes Dioclétien et Maximien Hercule ainsi que les Césars Constance Chlore et Galère. À ces nummi s’ajoute un unique aurelianus à l’effigie d’Aurélien frappé à Siscia en 274/275 (MC1 cat. 1) dont la présence est manifestement intrusive. Magny-Cours 1 appartient donc à cette catégorie de thésaurisations qui se focalisent sur la lourde espèce en bronze argenté issue de la réforme de Dioclétien en 294 (fig. 8a).

Figure 8a – Tableau de composition du trésor de Magny-Cours 1

MAGNY-COURS 1

Aurelianus

SISCIA

TOTAL

AURÉLIEN

1

1

0,2%

  

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

SISCIA

HÉRACLÉE

Imitation

TOTAL

DIOCLÉTIEN

9

13

35

51

11

1

1

1

122

MAXIMIEN

15

18

30

57

12

1

1

134

CONSTANCE CHLORE

9

11

51

72

6

2

1

1

153

GALÈRE

9

9

27

40

1

1

87

TOTAL

42

51

143

220

29

1

5

1

2

1

1

496

99,8 %

% de l’ensemble des nummi

8,5

10,3

28,8

44,3

5,8

0,2

1

0,2

0,4

0,2

0,2

Total général

497

Figure 8b – Tableau de composition du trésor de Magny-Cours 2

MAGNY-COURS 2

Antoniniens /
Aureliani

LONDRES

COLCHESTER

TRÈVES

LYON

MILAN

TICINUM

ROME

SISCIA

AT. BALKAN.

SERDICA

CYZIQUE

Imitation

TOTAL

GORDIEN III

1

1

PHILIPPE II (règne de Philippe)

1

1

SALONINE (règne de Valérien et Gallien)

1

1

GALLIEN (règne seul)

2

2

DIVO CLAVDIO

1

1

AURÉLIEN

7

2

9

4

2

2

2

28

SÉVERINE

1

2

1

4

TACITE

15

7

8

30

FLORIEN

1

3

1

1

6

PROBUS

49

22

37

11

1

1

121

CARUS

2

2

1

1

6

NUMÉRIEN

12

2

2

16

CARIN

7

2

8

1

18

MAGNIA URBICA

1

1

JULIEN

1

1

DIOCLÉTIEN

1

75

7

9

92

MAXIMIEN

1

99

3

1

104

CONSTANCE CHLORE

1

12

13

GALÈRE

2

16

18

CARAUSIUS (au nom de Maximien)

1

1

2

TOTAL

1

1

5

289

7

49

85

19

2

4

3

1

466

56 %

% de l’ensemble des antoniniens / aureliani

0,2

0,2

1,1

62

1,5

10,5

18,2

4,1

0,4

0,9

0,6

0,2

  

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

HÉRACLÉE

ANTIOCHE

ALEXANDRIE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

8

1

64

12

13

2

3

2

1

1

107

MAXIMIEN

5

3

28

23

14

3

6

3

1

2

88

CONSTANCE CHLORE

7

2

37

31

5

2

6

5

95

GALÈRE

6

2

36

11

14

1

2

4

76

TOTAL

26

8

165

77

46

8

17

14

1

2

2

366

44 %

% de l’ensemble des nummi

7,1

2,2

45,1

21

12,6

2,2

4,6

3,8

0,3

0,5

0,5

Total général

832

22Pour Magny-Cours 2, la thésaurisation couvre une période 240-303 AD (fig. 8b). Le trésor appartient à une classe intermédiaire de dépôts, celle où la monnaie radiée antérieure à la réforme de Dioclétien se maintient, en des proportions parfois considérables, à côté de la nouvelle espèce qu’est le nummus lauré. En effet, on rencontre généralement les deux types de numéraire thésaurisés à part :

  • ou bien les aureliani de la réforme d’Aurélien, parfois mêlés à une très faible proportion d’antoniniens de bon poids : c’est le cas par exemple des trésors de Villette d’Anthon (F, Isère), Thun (CH, Berne), Gloucester (GB, Gloucestershire), Rogiet (GB, Monmouthshire), Petrijanec (Croatie) ;

  • ou bien les nummi lourds au 1/32e de livre postérieurs à la réforme de Dioclétien de 294 AD : c’est le cas de Magny-Cours 1.

  • 14 Estiot 1999, p. 183-189.
  • 15 Ibid., p. 186-187.

23À cet égard, Magny-Cours 2 se rapproche du gros trésor de Troussey14 qui, dans une moindre mesure (10 % de nummi contre 44 % pour Magny-Cours 2) illustrait ce phénomène d’une présence simultanée de ces deux types d’espèces. Nous avions noté que cette composition était loin d’être atypique et qu’elle infirmait l’opinion généralement reçue selon laquelle l’introduction du nummus s’était accompagnée du retrait de la monnaie radiée des circuits15. En fait, et bien naturellement, la différence de valeur entre l’aurelianus de la réforme d’Aurélien en 274 AD et le nummus de la réforme de Dioclétien de 294 AD – que d’ailleurs nous ignorons – conduisait à les thésauriser à part l’un de l’autre, mais la monnaie radiée avait vocation à continuer de circuler comme sous-multiple du nummus. Ainsi, de manière intéressante, bien qu’ils appartiennent à un même propriétaire, présentent le même terminus et aient été enfouis très certainement au même moment, les deux trésors de Magny-Cours relèvent des deux classes de trésors de nummi apparemment différents, ceux qui excluent les monnaies radiées et ceux qui leur laissent une place significative (fig. 9).

  • 16 Remarques à propos de la fig. 9. Treviglio, Saint-Vincent-de-Mercuze, Clémont : monnaies de Gallien (...)

Figure 9 – Composition générale des trésors de la 1re Tétrarchie comportant des antoniniens /aureliani16

avant 260

260-274

274-284

284-294

post-294

Total

Terminus

Colonne II
(Jura)

2

1062

434

395

1

1898

297 AD

Thibouville
(Eure)

5

2222

430

535

32

3224

298 AD

Fresnoy-lès-Roye I
(Somme)

2

922

274

198

418

1814

298 AD

Clémont
(Cher)

2

333

423

337

200

1295

300 AD

Ettelbruck
(Luxembourg)

2

1417

173

251

138

1981

300 AD

Trésor « français »

1

792

91

70

425

1379

302-303 AD

Rouvroy-lès-Merles III
(Oise)

2

28

16

16

32

94

302-303 AD

Bazarnes
(Yonne)

1

296

32

25

93

447

303 AD

Troussey
(Meuse)

20

4302

394

577

571

5864

303 AD

Magny-Cours 2
(Nièvre)

3

21

213

229

366

832

303 AD

Saint-Vincent-de-Mercuze 1899
(Isère)

2

625

119

251

320

1337

av. 305 AD

Emmersweiler
(D, Saarland)

1229

1229

297 AD

Market Stainton
(GB, Lincolnshire)

564

564

298 AD

Upavon
(GB, Wiltshire)

111

111

299 AD

Dillingen-Pachten
(D, Saarland)

3

8

6

484

501

302 AD

Treviglio
(I, Bergamo)

4

233

234

81

2122

2674

302 AD

Mainz no 1180
(D, Rheinhessen)

14

14

302 AD

Mainz no 1220

18

18

302 AD

Mainz no 1187

27

27

303 AD

Magny-Cours 1
(Nièvre)

1

496

497

303 AD

Ivan Vazovo
(BU, Plovdiv)

100

100

303-304 AD

Weybridge
(GB, Surrey)

137

137

304 AD

Marchovelette
(B, Namur)

2

25

159

151

486

823

303 AD

Pleven
(BU)

80

80

av. 305 AD

24L’histogramme (fig. 10) montre la grande variabilité de composition de ces trésors, classés selon la proportion de nummi qui y figurent : la multiplication des trouvailles rend finalement caduque une catégorisation trop rigide.

Figure 10 – Composition des trésors de la 1re Tétrarchie incluant des monnaies radiées (classés par proportion croissante de nummi)

Figure 10 – Composition des trésors de la 1re Tétrarchie incluant des monnaies radiées (classés par proportion croissante de nummi)

25Les trésors où les deux espèces coexistent se trouvent être dans leur majorité des trouvailles à récipients multiples : les aléas de leur exhumation – trouvaille ancienne, découverte fortuite en dehors de toute fouille ou prospection sauvage – font que le profil monétaire individuel des contenants est souvent mal connu, que leur contenu respectif ait été mélangé sans précaution ou qu’il n’ait pas été relevé. Le démontage du trésor de Magny-Cours 2 et la stratigraphie des monnaies dans le récipient apportent des informations éclairantes sur ces trésors mixtes : ce sont de purs trésors de thésaurisation. Plus que d’une monnaie circulante, unités (nummi) et fractions (radiées), il s’agit d’une monnaie thésaurisée parce qu’elle n’a pas trouvé à s’employer. La situation monétaire des provinces occidentales, de la crise de l’antoninien jusqu’aux premières décennies du ive siècle est bien connue : les circuits sont encore saturés de la monnaie d’inflation produite entre 267 et c. 280 de n. è., les antoniniens d’inflation de l’empire central (Gallien, Claude II, Divo Claudio) et de l’empire gaulois (officielles et imitations radiées). Malgré les efforts d’assainissement menés par les empereurs réformateurs (réforme d’Aurélien en 274, décri du monnayage de l’empire gaulois en 282-3), la monnaie réformée n’eut pas la moindre chance de s’imposer face à la concurrence de ce mauvais monnayage. Comme le démontre par ailleurs l’excellent état de conservation de ces monnaies dans les dépôts, aussi bien les aureliani que les nummi – et l’état des monnaies de Magny-Cours confirme pleinement cette règle –, elles n’eurent guère l’occasion de circuler avant d’être captées et enfouies comme simple réserve de valeur.

26La composition de Magny-Cours 1 ainsi que la stratigraphie inversée de Magny-Cours 2 montrent qu’en 303 de notre ère, un propriétaire gaulois pouvait confier à la terre, dans deux pots, trois ensembles qu’il avait gardés jusque-là intacts en réserve à part les uns des autres, l’un (les aureliani) rassemblé depuis quelques années et deux lots de nummi de même terminus mais de composition différenciée. Cet « argent engourdi » avait de toute façon perdu sa fonction majeure, celle de moyen d’échange.

Magny-Cours 2. La monnaie radiée (antoniniens et aureliani)

27Le trésor de Magny-Cours 1 ne comptant qu’un seul aurelianus (MC1 cat. 1), l’analyse du monnayage radié ne concerne que le trésor de Magny-Cours 2.

28L’ensemble des monnaies radiées de Magny-Cours 2, déposé dans la cruche sur le lot de nummi (lots 0-2 sur les 9 niveaux stratigraphiques que compte la trouvaille), compte 466 exemplaires, répartis entre antoniniens (23 ex.) et aureliani (443 ex.). Bien que la première monnaie du trésor date de 240 de n. è., la thésaurisation ne commence vraiment qu’avec le monnayage introduit par la réforme d’Aurélien de 274 de n. è.

  • 17 Les monnaies postérieures à la réforme de Dioclétien ne sont pas comptabilisées pour le calcul des (...)

Figure 11 – Trésors d’antoniniens /aureliani (%)17

%

Empire gaulois

Empire central
> Aurélien

Empire central Aurélien >

Empire breton

Terminus

Présence de monn. postérieures à 294

Nb. total d’ex.

Normanby (GB, Lincolnshire)

69,2

25,6

0,2

0,1

290 AD

47 912

Blackmoor (gb, Hampshire)

73,4

20,4

3,5

2,7

296 AD

22 436

Troussey (F, Meuse)

3

77,2

19,8

303 AD

(571 ex.)

5 864

Colonne I (F, Jura)

8,1

70,7

21,2

293 AD

1 726

Reichenstein (CH, Bâle)

18,3

55,8

24,5

283 AD

2 555

Thibouville (F, Eure)

0,8

65,7

32,5

298 AD

(32 ex.)

3 224

Fresnoy-lès-Roye (F, Somme)

5,1

57,6

37,2

298 AD

(418 ex.)

1 814

Nieder-Rentgen (F, Moselle)

20

38,4

41,5

295 AD

15 222

Colonne II (F, Jura)

4

46,9

48,8

298 AD

(1 ex.)

1 898

La Venèra (I, Vénétie)

0,3

23,9

75,8

289 AD

ca. 45 874

Modigliana (I, Forlì)

-

5,3

94,7

284 AD

749

Rogiet (GB, Monmouthshire)

2,7

3,2

72,7

20,6

296 AD

3 813

Magny-Cours 2 (F, Nièvre)

-

1,3

98,3

0,4

303 AD

466

Thun (CH, Berne)

<0,1

1,1

98,8

295 AD

2 304

Maravielle (F, Var)

-

0,9

99,1

286 AD

1 745

Lochhausen (D, Bavière)

-

0,7

98,3

287-288 AD

1 675

Petrijanec II (HR, Varaždin)

-

0,6

99,4

294 AD

(1 ex.)

24 201

Gloucester (GB, Gloucestershire)

<0,1

0,4

99,2

0,2

296 AD

15 376

Villette d’Anthon (F, Isère)

-

0,4

99,6

<0,1

295 AD

9 310

Demonte (I, Cuneo)

-

0,1

99,9

288-289 AD

741

Navis-Mühlen (A, Tyrol)

-

<0,1

99,9

289 AD

1 745

  • 18 Voir infra § 76.

29La collecte ne s’est arrêtée que bien après la réforme de Dioclétien de 294, car toutes les émissions tétrarchiques d’aureliani produites jusqu’en 294 à Lyon, l’atelier majoritaire, ont pu y parvenir et s’y trouvent bien représentées. De même, pas moins de 5 aureliani émis à Trèves après son ouverture et frappés fin 293-début 294 de n. è. ont pu faire leur chemin jusque dans le trésor. Enfin, les monnaies émises par l’usurpateur breton Carausius présentes dans le trésor ne sont pas à son effigie, mais à celle de Maximien Hercule : le phénomène est à mettre en rapport avec le décri des monnaies au nom des usurpateurs bretons – les monnaies frappées par Carausius non pas à sa propre effigie, mais à celle de Dioclétien et Maximien échappant de facto au tri –, rappel qui ne peut avoir eu lieu qu’après la chute de l’empire breton, soit en 296 au plus tôt18. Si l’on rajoute le temps qu’il fallut aux monnaies de Britannia ainsi triées pour se répandre sur le continent, les deux monnaies de Carausius frappées au nom de Maximien parvenues dans le lot des monnaies radiées de Magny-Cours 2 lui donnent pour date de fin de constitution 297 de n. è. au plus tôt.

  • 19 Estiot 1997, p. 78-79.
  • 20 La situation est différente sur l’île de Bretagne, où l’essentiel de la circulation reste constitué (...)

30L’ensemble de monnaies radiées porte les caractéristiques des trésors de l’extrême fin du iiie – début du ive siècle : absence, bien sûr, des monnaies des empereurs gaulois éliminées c. 282-283 AD par un décri de l’empire central19, mais aussi éviction des mauvais antoniniens officiels de la période d’inflation (Gallien après 266, Claude II, Quintille, Divo Claudio) qui les avaient remplacées après la chute de l’empire gaulois dans les provinces occidentales de l’Empire réunifié20. Quand il a fait son choix, le thésaurisateur n’a conservé que les antoniniens que recommandait leur bonne apparence, métal, poids et module : seule monnaie à avoir échappé à ce crible visuel, une monnaie d’imitation de petit module Divo Claudio (⌀ 15 mm, voir pl. 17, cat. 6) dont il n’y a pas lieu de penser qu’elle puisse être un intrus bien qu’elle ait été collectée avec les monnaies trouvées dispersées en surface (lot 0). Elle a plutôt probablement échappé à la vigilance du propriétaire antique quand il a filtré les monnaies en sa possession pour ne thésauriser que les meilleures : dans les premières décennies du ive siècle, ces imitations Divo Claudio de fabrication italienne circulent largement.

31La figure 11, où sont classés un certain nombre de trésors de référence, triés selon la part décroissante qu’y jouent les antoniniens, montre que le basculement qui s’opère dans le ratio antoniniens /aureliani est fonction à la fois de la date de constitution des trésors et de leur localisation géographique : les enfouissements témoignent d’une évolution de la circulation monétaire rapide, mais fortement contrastée selon les grandes régions de l’empire.

Figure 12 – Carte des trésors de comparaison

Figure 12 – Carte des trésors de comparaison

Ateliers Monétaires :
LUG    Lyon
TIC    Ticinum
MED    Milan
ROME    Rome
SIS    Siscia
AT. IND.    Atelier balkanique indéterminé
SERD    Serdica
CYZ    Cyzique
ANT    Antioche
TRIP    Tripolis
ALEX    Alexandrie

Trésors monétaires :
Ro    Rogiet (GB)
G    Gloucester (GB)
B    Blackmoor (GB)
T    Thibouville (F)
MC    Magny-Cours 2
NR    Nieder-Rentgen (F)
Tr    Troussey (F)
V    Villette d’Anthon (F)
Ma    Maravielle (F)
D    Demonte (I)
R    Reichenstein (CH)
F    Feldreben II (CH)
Th    Thun (CH)
L    Lochhausen (D)
N    Navis-Mühlen (A)
LV    La Venèra (I)
P    Petrijanec (HR)
Sv    Svetozarevo (SRB)

  • 21 Blackmoor et Troussey sont des trouvailles à récipients multiples, dont le contenu a été mélangé : (...)

32Les trésors de la première moitié du tableau comportent une part importante (de 95 % à 24 %) d’antoniniens, empire gaulois et empire central jusqu’à Aurélien. L’exemple de trésors incluant des nummi postérieurs à la réforme de Dioclétien montre que la situation perdure jusqu’au début du ive siècle. Le monnayage de l’empire gaulois y est en voie d’élimination : Reichenstein qui en contient encore 18 % est un trésor précoce dont l’enfouissement est datable de 283. Les trésors anglais, nous l’avons dit, en conservent de très hautes proportions : 69 % pour Normanby, enfoui c. 290 ; 73 % pour Blackmoor, plus tardif encore, 296 AD21.

33La deuxième partie du tableau concerne les trésors où le mouvement de bascule s’est achevé. Le monnayage d’inflation, qu’il ait été émis par l’empire gaulois ou par l’empire central, n’apparaît plus ; seuls les bons antoniniens émis par Aurélien, mais surtout les aureliani postérieurs à la réforme de 274 y figurent. La composition de trésors « alpins » (Villette d’Anthon, Thun, Navis-Mühlen, Lochhausen) rejoint celle de trésors « italiens » (Maravielle, Demonte, Modigliana), d’enfouissement plus précoce. Le cas des trésors britanniques, Gloucester et Rogiet, brouille l’image, car il devient difficile de faire la part de ce qui touche à l’évolution de la circulation monétaire globale (assainissement général de la circulation) ou ce qui touche à la réaction individuelle du thésaurisateur confronté aux manipulations de l’État romain sur sa monnaie.

34Concernant Magny-Cours 2, la ventilation entre ateliers émetteurs permet de noter la prépondérance – classique dans les trésors occidentaux – de l’atelier de Lyon, ouvert par Aurélien à la fin de son règne : 289 exemplaires en proviennent, soit 62 % du monnayage radié parvenu dans le trésor. Ce pourcentage moyenné sur la période cache l’évolution rapide de la part que Lyon joue dans l’approvisionnement en numéraire. L’atelier monte en puissance, de son ouverture en 274 après la reconquête du territoire de l’empire gaulois rebelle jusqu’à la réforme monétaire de 294 : pour la fin de la période, sous la Dyarchie/Tétrarchie, Lyon produit 89 % des 227 aureliani entrés dans le trésor de Magny-Cours 2. Les ateliers italiens (Milan/Ticinum et Rome) ne fournissent que 30 % du monnayage, avec un fort déclin de leur apport après le règne de Probus, et la part des ateliers balkaniques se réduit (5,4 %), laminée de la même façon au fil du temps par la progression des frappes de Lyon. Seule exception orientale, 3 aureliani en provenance de l’atelier de Cyzique : situé en Mysie sur la rive asiatique de la Propontide, l’atelier est très actif sous les règnes d’Aurélien et de Probus, et sa position de port maritime de guerre et de commerce permet l’exportation significative de son monnayage vers l’Occident de l’empire.

35Les données du trésor de Magny-Cours 2, même s’il s’agit d’un trésor de taille comparativement modeste, peuvent être utilement croisées avec celles de dépôts où la monnaie radiée postérieure à la réforme de 274 est bien représentée, et ce jusqu’à l’arrêt de sa frappe en 294. Ils ne sont pas très nombreux à être éligibles, sous la condition d’offrir un échantillon suffisant et un catalogue assez précis ou récent pour être utilisable.

Figure 13 – Aurélien. Circulation monétaire

AURÉLIEN / SÉVERINE

LYON

MILAN

TICINUM

ROME

SISCIA

AT. BALKAN.

SERDICA

CYZIQUE

ANTIOCHE

TRIPOLIS

Indét.

Nb. d’ex.

Terminus

Rogiet
(GB, Monmouthshire)

1,7

38,3

15,6

17,9

18,5

2,8

1,7

3,4

352

296 AD

Gloucester
(GB, Gloucestershire)

1,8

36,2

13,2

16,8

20,2

4,7

1,7

5,1

0,1

<0,1

2 665

296 AD

Blackmoor
(GB, Hampshire)

1,3

40,4

12,2

26,3

13,5

0,6

0,6

5,1

156

296 AD

Thibouville
(F, Eure)

25,5

13,5

21

26,3

4,5

3,8

5,3

133

298 AD

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

3,1

21,9

12,5

31,2

12,5

6,2

6,2

6,2

32

303 AD

Nieder-Rentgen
(F, Moselle)

0,1

25,3

6,3

24,9

21, 5

6

3,1

6,8

0,1

5,6

730

295 AD

Troussey
(F, Meuse)

34

4

31

14

8

3

5

1

100

303 AD

Villette d’Anthon
(F, Isère)

0,2

31,7

7,2

18,4

23

6,2

4,4

8,9

574

295 AD

Maravielle
(F, Var)

0,1

36,9

5

14,1

25,6

7,3

3,9

6,8

0,1

0,1

661

286 AD

Demonte
(I, Cuneo)

0,2

40,9

1,6

11,6

32,9

6,1

1,2

5,2

0,2

423

288-289 AD

Reichenstein
(CH, Bâle)

28,3

12,6

25,9

13,2

4,8

7,8

166

283 AD

Feldreben II
(CH, Bâle)

9,5

69,8

17,4

1,8

0,9

0,6

1 115

277 AD

Thun
(CH, Berne)

33

9,5

12,7

27,5

8,6

3,3

5,3

661

295 AD

Lochhausen
(D, Bavière)

27,8

3,6

8,6

23,8

6,3

0,7

7,3

0,7

21,2

302

287-288 AD

Navis-Mühlen
(A, Tyrol)

0,8

12,9

14,5

25,8

21,8

8,9

5,6

9,7

124

289 AD

La Venèra
(I, Vénétie)

0,2

30,1

10,3

14,1

27,9

7,3

3

6,9

0,2

<0,1

10 829

289 AD

Svetozarevo
(SRB, Pomoravlje)

1,4

5,3

15

22,4

5,8

14,8

34,8

0,3

0,1

701

286 AD

  • 22 Les chiffres des trésors basés sur une simple référence au RIC ont été corrigés quand cela a été po (...)

Figure 13 – Aurélien. Circulation monétaire22

Aurélien – Tacite - Florien23

  • 23 Le catalogue est établi suivant les ouvrages de référence suivants : pour Aurélien, Estiot 1995 et (...)

36Les 32 exemplaires au nom d’Aurélien se ventilent entre 17 exemplaires émis avant la réforme et 15 monnaies réformées : la présence ou non de la marque XXI/KA de la réforme n’est pas ce qui a conditionné les choix du thésaurisateur, mais la qualité. Les monnaies antérieures à la réforme de 274 incluses dans le trésor de Magny-Cours 2 n’appartiennent pas aux séries médiocres du début du règne d’Aurélien ; leur bonne qualité en module et en poids les met sur le même rang que les monnaies réformées (voir pl. 17, cat. 9, 20, 21, 29, 33, 35, 37) et c’est ce pourquoi elles ont été sélectionnées.

37L’approvisionnement est bipolaire, mais inégalement : les 2/3 du monnayage proviennent des ateliers italiens, le 1/3 restant est dû au groupe des ateliers balkaniques – dont deux doivent leur ouverture à Aurélien – et de l’atelier de Cyzique qui, bien que situé sur la rive asiatique des Détroits, se comporte comme un atelier européen. Magny-Cours se singularise par la part qu’y joue la monnaie venue de l’atelier de Rome, d’ordinaire moins élevée dans les trésors : l’atelier monétaire de la capitale fermé pendant deux ans (271-273 de n. è.) à la suite de la « guerre des monétaires » réprimée par Aurélien, l’essentiel du numéraire provient d’ordinaire des Monnaies d’Italie du nord, Milan jusqu’à la réforme de 274 de n. è., Ticinum-Pavie après la réforme.

38Dès 275-276, et donc très peu de temps après son ouverture à l’automne 274, Lyon apporte 44 % du monnayage à Magny-Cours, preuve du bien-fondé de la décision d’Aurélien d’ouvrir un atelier pour répondre aux besoins en numéraire des provinces occidentales, que n’alimentaient plus les Monnaies de Cologne et de Trèves fermées à la reconquête du territoire de l’ex-empire gaulois, et ceci dans une zone géographique moins vulnérable aux invasions germaniques que les ateliers rhéno-mosellans. Lyon joue un rôle similaire dans les trésors de Thibouville et de Nieder-Rentgen. À Magny-Cours, la moitié de l’approvisionnement vient encore des ateliers d’Italie ; l’apport balkanique n’y est qu’accessoire.

Figure 14 – Tacite et Florien. Circulation monétaire

TACITE-FLORIEN

LYON

TICINUM

ROME

SISCIA

SERDICA

CYZIQUE

ANTIOCHE

TRIPOLIS

Indét.

Nb. d’ex.

Terminus

Rogiet
(GB, Monmouthshire)

75

9,6

13,8

1,1

0,4

689

296 AD

Gloucester
(GB, Gloucestershire)

74,7

10,1

13,7

1,1

0,2

0,2

3 847

296 AD

Blackmoor
(GB, Hampshire)

73,8

11

12,8

1,8

0,6

164

296 AD

Thibouville
(F, Eure)

43,7

15,6

26,6

10,9

1,6

1,6

64

298 AD

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

44,4

19,4

30,6

2,8

2,8

36

303 AD

Nieder-Rentgen
(F, Moselle)

46,2

11,5

33

6,3

1,3

1

0,7

303

295 AD

Villette d’Anthon
(F, Isère)

29,9

14,9

44,2

6,5

1,9

2,6

155

295 AD

Maravielle
(F, Var)

18,9

17,1

48

13,7

0,6

1,7

175

286 AD

Demonte
(I, Cuneo)

21,9

17,2

43,7

9,4

7,8

64

288-289 AD

Reichenstein
(CH, Bâle)

13,9

29,1

45,3

11,6

86

283 AD

Feldreben II
(CH, Bâle)

0,1

20,4

79,3

0,1

735

277 AD

Thun
(CH, Berne)

18,3

25,4

43,2

9,5

1,8

1,8

169

295 AD

Lochhausen
(D, Bavière)

5,1

17,9

56,4

15,4

2,6

2,6

39

287-288 AD

Navis-Mühlen
(A, Tyrol)

12,5

22,9

52,1

10,4

2,1

48

289 AD

La Venèra
(I, Vénétie)

6

25,9

44

20,5

1,4

2

0,1

2 957

289 AD

Svetozarevo
(SRB, Pomoravlje)

1,7

11,7

15,8

13,4

19,3

36,8

0,6

0,6

171

286 AD

Monnaies remarquables

39Deux monnaies d’Aurélien frappées à Rome méritent d’être mentionnées. L’une est inédite (pl. 17, cat. 21) ; elle appartient aux séries peu abondantes émises après la réouverture de l’atelier de la Ville, clos dramatiquement deux ans auparavant, et montre un très rare buste drapé et cuirassé, vu de dos. Son coin de droit a servi, dans la même officine VI, à la frappe d’un type de revers solaire différent (Sol debout à gauche, un prisonnier en costume oriental étendu sur le dos devant lui), presque aussi rare puisqu’on n’en connaît que deux exemplaires. L’autre monnaie de Rome (pl. 17, cat. 22), appartenant à une série de quelques semaines plus tardive et en état très médiocre, n’était connue que par trois exemplaires.

40Pour Tacite, le buste drapé et cuirassé à gauche de l’exemplaire lyonnais cat. 39 (pl. 17) est moins rare que ne l’indique le corpus de P. Bastien (Bast. 39) qui n’en relevait que cinq spécimens, onze sont connus désormais, apparemment tous issus d’un seul coin de droit. Le cat. 42 (pl. 18) apporte pour sa part un sixième exemplaire au type Bast. 75.

41L’atelier de Ticinum fournit pour Tacite un buste rare, où l’empereur en nudité héroïque vu de dos à gauche, tient une haste en avant et porte l’égide jovienne sur l’épaule gauche : la monnaie de Magny-Cours est le sixième exemplaire répertorié (pl. 18, cat. 55), tous sont issus d’un seul coin de droit.

Probus – Carus et sui - Julien24

  • 24 Pour Probus, nous avons suivi Pink 1949, Alföldi 1939 pour Siscia, Guillemain 2009 pour Rome ; pour (...)

42L’atelier de Lyon affirme sous les règnes de Probus et de ses successeurs sa vocation à alimenter les circuits en Gaule centrale et septentrionale, ainsi que dans l’île de Bretagne : sous Probus, l’atelier rhodanien fournit de 40,5 % (Magny-Cours 2) jusqu’à 70 % (Gloucester) des monnaies en circulation. Par contre, Lyon peine à alimenter les circuits vers le sud et l’est : Villette d’Anthon, pourtant dans sa proximité immédiate dans l’Est lyonnais ne compte que 24 % de monnaies de Lyon pour Probus.

43Les Alpes, la Germanie supérieure et la Rhétie n’appartiennent pas alors à la zone d’influence de Lyon. Le trésor de Feldreben présente à cet égard un cas limite : clos en 277, c’est un trésor militaire exporté sur le limes, dans le coude du Rhin menacé par une forte poussée alamannique ; les monnaies de Lyon en sont absentes, ce sont les ateliers d’Italie, Rome, et Ticinum de façon croissante, qui fournissent l’effort de guerre. Concernant Magny-Cours 2, le couple des ateliers italiens, Ticinum et Rome, apporte quand même presque la moitié des monnaies, ne laissant aux monnaies de Pannonie qu’une place d’appoint. Pourtant Siscia joue un rôle non négligeable dans l’approvisionnement, mais dans les trésors du pourtour alpin et bien sûr dans les dépôts proches géographiquement, avec plus d’un quart de ses monnaies dans le trésor vénète de La Venèra et le tiers dans le trésor pannonien de Svetozarevo. Le gros trésor de Petrijanec constitue une anomalie de taille, puisque, de manière assez énigmatique, Siscia, la Monnaie toute proche, n’y représente que 16 % des monnaies : sa composition plaiderait pour un trésor constitué dans une zone plus italienne que celle de son enfouissement, l’essentiel des monnaies venant de l’ouest, d’Italie pour 71 % et presque 4 % pour Lyon, si ce n’était la proportion non négligeable des monnaies de provenance plus orientale, Serdica pour les Balkans et Cyzique pour les Détroits. D’autant que sous le règne de Probus, ces ateliers s’effacent du paysage, avec le ralentissement de Serdica, qui fermera d’ailleurs avant la fin du règne, et de Cyzique dont l’influence se régionalise.

44Les 41 exemplaires du règne de Carus entrés dans notre trésor représentent un échantillon trop réduit pour appeler de commentaire. Du point de vue de la circulation monétaire, ils démontrent le renforcement progressif des tendances, avec un poids de Lyon qui va croissant : 40,5 % sous Probus, 51,2 % pour le règne de Carus et ses fils.

45L’histogramme (fig. 16) montre selon quel rythme les monnaies lyonnaises, ventilées par grandes tranches chronologiques, pénètrent dans les trésors : Magny-Cours se comporte à l’inverse des grandes tendances, comme un « trésor de zone de paix » que n’affectent pas les pics de 277-278 et de 281 de n. è. qui accompagnent dans d’autres trésors les campagnes germaniques de Probus. L’échantillon toutefois est mince (49 ex.). Les 22 exemplaires de Ticinum et les 37 exemplaires de Rome offrent encore moins matière à analyse.

Figure 15 – Probus. Circulation monétaire

PROBUS

LYON

TICINUM

ROME

SISCIA

SERDICA

CYZIQUE

ANTIOCHE

TRIPOLIS

Nb. d’ex.

Terminus

Rogiet
(GB, Monmouthshire)

63,9

17,5

14,9

3,3

0,1

0,2

0,1

1 339

296 AD

Gloucester
(GB, Gloucestershire)

70

11,8

14,5

3,2

0,2

0,3

6 584

296 AD

Blackmoor
(GB, Hampshire)

53,3

18,7

20,9

6

0,9

315

296 AD

Thibouville
(F, Eure)

41,3

17,7

31,2

7,6

0,4

1,7

237

298 AD

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

40,5

18,2

30,6

9,1

0,8

0,8

121

303 AD

Nieder-Rentgen
(F, Moselle)

42,7

19,7

26,1

9,7

1

0,8

1 834

295 AD

Troussey
(F, Meuse)

54,5

13,9

26,3

4,9

0,4

266

303 AD

Villette d’Anthon
(F, Isère)

23,6

17,7

36,2

19,1

1,4

2

904

295 AD

Maravielle
(F, Var)

10,7

19,3

49,6

18,9

0,4

1,1

694

286 AD

Demonte
(I, Cuneo)

11,2

10,3

42,2

24,6

1,6

187

288-289 AD

Reichenstein
(CH, Bâle)

5,5

57,2

30,1

7,2

362

283 AD

Feldreben II
(CH, Bâle)

64,3

35,4

0,2

519

277 AD

Thun
(CH, Berne)

12

29,8

40,3

15,3

1

1,7

819

295 AD

Lochhausen
(D, Bavière)

1,9

51,4

32,3

13,9

0,4

251

287-288 AD

Navis-Mühlen
(A, Tyrol)

0,7

83,2

10,1

5,6

0,3

1 413

289 AD

La Venèra
(I, Vénétie)

3,9

27,8

37,2

28,7

1,4

1

<0,1

<0,1

13 075

289 AD

Petrijanec
(HR, Varaždin)

3,8

26,1

45,4

16,1

2,9

5,6

<0,1

0,1

10 176

294 AD

Svetozarevo
(SRB, Pomoravlje)

1,3

11,8

20,8

33,3

17,1

15,3

0,4

<0,1

1 019

286 AD

Figure 16 – Probus. Atelier de Lyon dans les trésors : indice de production mensuel (indice 100 : production mensuelle moyenne calculée sur l’ensemble du règne de Probus)

Figure 16 – Probus. Atelier de Lyon dans les trésors : indice de production mensuel (indice 100 : production mensuelle moyenne calculée sur l’ensemble du règne de Probus)

Monnaies remarquables

46Lyon en fournit un petit contingent. Les deux exemplaires cat. 79-80 s’ajoutent aux cinq monnaies relevées par P. Bastien (ém. 3, Bast. 180) ; notons toutefois que les trésors récemment publiés révèlent que ce type est plus commun qu’il n’y paraît. Par contre, le cat. 88 (ém. 6, Bast. 285) apporte un nouvel exemplaire à un type qui reste rare : c’est le troisième exemplaire connu. L’émission 5 où P. Bastien isole les monnaies à bustes exceptionnels frappés pour la victoire alamannique de 277-278 apporte deux exemplaires à buste militaire intéressants (pl. 18, cat. 85-86). L’émission 7 de l’été 281, qui date de la seconde campagne germanique de Probus, honore les dieux comites de Probus, Minerve et Hercule : le cat. 101 montre le revers consacré à Hercule, le type était et reste rare (Bast. 329, 5 ex.). L’émission finale de Lyon, l’émission 9 qui couvre l’année 282 jusqu’à l’assassinat de Probus, se trouve comparativement bien représentée à Magny-Cours 2 : elle apporte des exemplaires supplémentaires à des types Bastien rares (cat. 120, Bast. 417 et Suppl. : 3 ex. ; cat. 122, Bast. 398 : 4 ex. ; cat. 123, Bast. 425 et Suppl. : 3 ex.).

47Pour l’atelier de Ticinum, le cat. 130 offre un buste militaire peu fréquent, casqué, tourné à gauche et vu de dos, tenant haste pointée en avant et bouclier sur l’épaule : notre corpus en répertorie 6 exemplaires.

48Pour Rome, le cat. 151 offre un type inconnu du RIC et qui ne figurait pas non plus dans notre corpus de l’émission 2 de Rome (Estiot & Gysen 2006, p. 257). Le cat. 153 (pl. 19) montre un cas intéressant de surcharge d’un coin par le graveur pour permettre son utilisation dans l’émission suivante : la marque d’exergue R∈ (ém. 2) a été transformée en R*∈ (ém. 3) par l’adjonction assez maladroite d’une étoile dans le seul espace disponible, entre les roues du char du dieu Sol.

  • 25 Il s’agit en outre d’un rare cas de liaison de coin inter-officines : entre l’officine A pour Magny (...)

49La seule monnaie de Serdica entrée à Magny-Cours se révèle un inédit (cat. 194, pl. 19) : sa titulature IMP M AVR PROBVS P AVG omet l’abréviation C(aesar) dans le nom impérial. Il aurait pu s’agir d’un oubli de graveur sur un coin isolé : en effet, nous ne connaissons qu’un seul autre exemplaire pour le type SOLI INVICTO à présenter cette titulature, et il est issu du même coin de droit25. Mais il n’en est rien car l’omission de C(aesar) se trouve avec le second type de revers de l’émission, VIRTVS PROBI AVG, et de manière plus fréquente (12 ex., issus de coins divers) : il s’agit là d’une pratique exclusive de Serdica.

50Parmi les exemplaires du règne de Carus et de ses fils, on relèvera particulièrement une monnaie inédite de l’atelier de Lyon au nom de Numérien (cat. 214, pl. 19) : son type PIETAS AVGG est normalement réservé à l’officine C, or le graveur s’est trompé en inscrivant la marque B dans le champ gauche. Le cat. 215 offre pour ce même type PIETAS AVGG une variante iconographique que n’a pas relevée P. Bastien, Pietas y tient une patère dans la main gauche, et non un globe.

  • 26 Estiot 2010, p. 408-413.

51Malgré la rareté des monnaies pannoniennes dans notre trésor, une monnaie de Siscia au nom de l’usurpateur Julien a pu s’y frayer un chemin (cat. 237, pl. 20). Julien, dit assez improprement Julien de Pannonie parce que les monnaies à son nom furent frappées dans l’atelier de Siscia seulement, gérait la charge de correcteur de Vénétie au moment de son usurpation qui dura de décembre 284 à l’été 285. Le monnayage de Julien n’a pas la rareté qu’on lui attribue : le corpus sans prétention à l’exhaustivité que nous avions rassemblé26 relève 26 exemplaires du type représenté à Magny-Cours 2.

Dyarchie / Tétrarchie avant réforme - Carausius27

  • 27 Dyarchie-Tétrarchie, les classements et datations sont basés sur les études de P. Bastien (Bastien (...)

52Les monnaies de la Dyarchie-Tétrarchie entrées dans le trésor de Magny-Cours sont au nombre de 227 exemplaires. S’y ajoutent deux monnaies frappées en Bretagne au nom de Maximien par l’usurpateur Carausius.

Figure 17 – Dyarchie-Tétrarchie. Circulation monétaire

DYARCHIE-TÉTRARCHIE / EMPIRE BRITANNIQUE

AT. BRITANN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

ROME

SISCIA

CYZIQUE

HÉRACLÉE

ANTIOCHE

Imitations

Nb. d’ex.

Terminus

Rogiet
(GB, Monmouthshire)

73,9

21,7

3,9

0,5

1 060

296 AD

Gloucester
(GB, Gloucestershire)

0,2

78,5

14,4

6,7

0,3

<0,1

1 531

296 AD

Blackmoor
(GB, Hampshire)

1,8

82,1

10,7

4,5

0,9

112

296 AD

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

0,9

2,2

88,2

4,4

4,4

229

303 AD

Thibouville
(F, Eure)

1,5

91,4

2,1

4,7

0,2

0,2

535

298 AD

Nieder-Rentgen
(F, Moselle)

92,6

3,7

3,5

0,1

2 666

295 AD

Troussey
(F, Meuse)

94,8

2,6

2,2

0,2

0,2

577

303 AD

Villette d’Anthon
(F, Isère)

0,3

97,3

1,1

1,3

<0,1

<0,1

7 310

295 AD

Thun
(CH, Berne)

68,7

14,7

16

0,2

0,2

400

295 AD

Lochhausen
(D, Bavière)

100

970

287-288 AD

Navis-Mühlen
(A, Tyrol)

1

90,4

2,9

6,7

104

289 AD

La Venèra
(I, Vénétie)

2,8

73,8

18,7

4,5

<0,1

<0,1

<0,1

3 358

289 AD

Petrijanec
(HR, Varaždin)

6,3

21,3

43,3

28,7

<0,1

<0,1

7 060

294 AD

53Le monopole qu’exerce l’atelier de Lyon sur l’approvisionnement des provinces occidentales est absolu : Lyon apporte 88 % des monnaies de Magny-Cours, 91 % des monnaies de Thibouville, 93 % des monnaies du trésor lorrain de Nieder-Rentgen. Le gros trésor de Villette d’Anthon, trouvé dans l’Est lyonnais, finit par recevoir un fort contingent de monnaies lyonnaises à partir de la Dyarchie : ce sont particulièrement les émissions finales 11-12 qui y sont entrées en masse, une encaisse provenant directement de l’atelier comme l’atteste la densité des liaisons de coins, alors que les autres dépôts démontrent au contraire le ralentissement de l’activité de Lyon à la veille de l’introduction du nummus. Certes entre 286 et 296 de n. è., la Britannia et ses bases continentales avaient été alimentées par les ateliers des usurpateurs Carausius et Allectus. Mais l’Occident de l’empire ne pouvait se suffire d’un seul atelier de frappe : peu après la création de la Tétrarchie et avant même la reconquête de l’empire breton, un second atelier fut ouvert à Trèves à la fin de 293. D’abord conçu comme une branche de l’atelier de Lyon, il était finalement destiné à perdurer. Magny-Cours se singularise parmi les trouvailles occidentales par son taux d’aureliani de Trèves, 5 exemplaires qui représentent un pourcentage de 2,2 % : les 19 exemplaires du gros trésor de Villette d’Anthon ne représentent pour leur part que 0,3 % du monnayage radié d’époque tétrarchique entré dans le trésor de l’Isère. Le trésor de La Venèra se clôt tôt, c. 289 : les monnaies de la Dyarchie émises par d’autres ateliers que de celui de Ticinum n’eurent pas le temps de circuler et d’y parvenir. La trouvaille de Lochhausen en Bavière est une caisse militaire qui se clôt avec un lot d’époque dyarchique (c. 288 AD) directement et exclusivement importé de Ticinum. La singularité du trésor de Petrijanec se confirme, avec l’influx paradoxal de monnaies occidentales (71 %).

L’atelier de Lyon

54Nous avons appliqué au trésor de Magny-Cours 2 les analyses qu’avait permises l’étude du trésor de Troussey, à propos de l’activité des graveurs d’une part, pour la ventilation des émissions d’autre part.

  • 28 Bastien 1972, nos 38, 58, 69c.
  • 29 Les monnaies produites par des coins dus à ce scalptor 2 venu de Ticinum apparaissent en gras dans (...)
  • 30 Dans le trésor de Magny-Cours 2, de 15-20 % à plus du tiers (pour les émissions 5 à 8, fin 287-291 (...)
  • 31 Graveur des « effigies au long cou », voir Bastien 1980, p. 111, et ici Magny-Cours 1, pl. 14-15, 2 (...)

55Nous avons distingué dans notre catalogue les monnaies issues de coin gravés par le scalptor 1, le graveur en activité à Lyon depuis la réouverture de l’atelier par Aurélien, de celles gravées par le scalptor 2, qui est transféré de Ticinum à Lyon à la fin de 285, au moment où Maximien passe en Gaule pour réprimer la révolte des Bagaudes. Les premières monnaies incisées par le graveur venu d’Italie du Nord font leur apparition dès l’émission 2 de Lyon, qui marque l’association de Maximien au pouvoir, ce qui transparaissait du corpus établi par P. Bastien28 et que confirme Magny-Cours (pl. 20, cat. 257)29. D’abord minoritaires, ses productions augmentent en volume au fil du temps, et cela jusqu’aux deux dernières émissions avant la réforme30, assez normalement puisque le scalptor 1 travaille alors à la frappe des premières émissions de Trèves. Le graveur 2 assurera après la réforme de 294 l’essentiel de la production des nummi lyonnais, si ce n’est qu’en 296-297, un autre graveur viendra le seconder à Lyon31. Les monnaies du trésor de Troussey nous avaient permis de cerner l’activité d’un autre graveur : ce scalptor 3 arrive de l’atelier de Siscia au moment de l’émission 5 (automne 287-automne 289) à la suite de Dioclétien dans sa marche vers le limes rhénan, après que les succès diplomatiques romains face au roi sassanide Vahram II eurent permis à l’empereur de quitter l’Orient pour venir prêter main-forte à Maximien. Les coins que grave le scalptor 3 sont rares : Troussey n’en contenait que quatre exemplaires (nos 4905, 4958, 4980, 5112, pl. XXXVIII-XL), Magny-Cours en recèle trois (cat. 280, 294, 350, pl. 20-21).

Émissions 5 et 6

56Pour le classement des émissions lyonnaises de la Tétrarchie, nous appliquons les corrections au classement établi par P. Bastien que nous avions fixées pour le trésor de Troussey.

  • 32 Estiot 1999, p. 201-202.

57Concernant les émissions 5-6, le problème avait été soulevé par P. Bastien lui-même (Bastien 1972, p. 44-45) : il n’y a pas d’argument irréfutable pour classer les monnaies sans marque d’officine dans l’émission 5 à côté des monnaies marquées P et S, et pour y voir les produits de la troisième officine. Le trésor de Troussey où des lots de monnaies de l’émission 5 sont entrés sans fragmentation, directement à leur sortie de l’atelier et donc avec une forte densité de liaisons de coins, a permis de trancher en montrant que les liaisons de coins touchent fortement les monnaies sans marque, tout comme les monnaies marquées //P. L’appartenance des monnaies sans marque à l’émission 5 ne fait ainsi pas de doute32.

58Troussey a aussi montré que ces liaisons de coins s’y raréfiaient dans l’émission 6, mais qu’elles restaient denses pour un groupe de monnaies seulement, celles au revers PAX AVGG, //S : l’anomalie démontre qu’on ne peut laisser l’ensemble du groupe PAX AVGG à l’émission 6 ; elle disparaît si l’on considère qu’une partie importante des monnaies à ce type a déjà été émise au cours de l’émission 5. Le report des monnaies PAX AVGG, //S, de l’émission 6 à l’émission 5 (à l’exclusion des exemplaires à trabée consulaire, qui ne peuvent se rapporter qu’au double consulat revêtu en 290 par Dioclétien et Maximien, et faire donc partie de l’émission 6) rééquilibre en outre de façon satisfaisante les chiffres de production des trois officines. En effet, les chiffres des trésors, si l’on suit le classement de Bastien, révèlent un déficit de l’officine S au cours de l’émission 5, suivi d’une surabondance de monnaies de cette même officine au cours de l’émission 6. Outre une vision plus juste du fonctionnement des officines, le reclassement que nous avons proposé a pour second avantage d’aboutir à un volume des émissions 5 et 6 plus en rapport avec leur durée : une longue émission 5 (automne 287 – automne 289), suivie d’une brève émission 6 (début 290) fêtant les consulats de Dioclétien (COS IIII) et de Maximien (COS III), ainsi que le passage de Maximien à Lyon (ADVENTVS AVGG).

Émissions 7 et 8

  • 33 Ibid. p. 202-204.

59Un problème similaire se pose pour les émissions 7 et 8. Le revers PAX AVGG, cette fois avec B à l’exergue (les trois officines sont désormais désignées par A, B, C), continue à causer des difficultés. Bastien, tout en soulignant que la frappe du type avait dû se prolonger de l’émission 7 à l’émission 8, avait pris le parti de cataloguer tous les PAX AVGG, //B avec l’émission 7 (Bastien 1972, p. 52-56). Pourtant les trésors monétaires invitent à tenter une répartition entre les deux émissions qui donne une idée plus juste du volume respectif de ces séries longues. La comparaison avec la production des officines A et C au cours des deux émissions permet de saisir que les bustes exceptionnels (bustes consulaires et bustes ornés) du groupe PAX AVGG, //B reviennent à l’émission 7 (Bastien 1972, p. 52, 54), les bustes ordinaires, drapés ou cuirassés, se ventilant, selon des proportions impossibles à définir, entre les émissions 7 et 8. Nous avions opté dans l’étude du trésor de Troussey33, faute de critères absolus, pour une répartition à part égale, dans chacune des émissions 7 et 8, du groupe PAX AVGG avec des bustes ordinaires. Nous l’appliquons aussi au trésor de Magny-Cours 2.

60Le reclassement entre émissions 7 et 8, même imparfait par la force des choses, conduit à une vue plus juste de l’importance respective des deux séries. En effet, appliqué à nos trésors de référence, le classement adopté par Bastien aboutissait à des chiffres visiblement biaisés pour l’officine B, trop hauts pour l’émission 7, nuls pour l’émission 8. La production des officines est en fait plus équilibrée, et la production de l’officine B proche de l’officine A ; la troisième équipe, l’officine C est en revanche en perte de vitesse dans l’émission 8, un fait qui se confirme dans l’émission suivante. La figure 19 quantifie le volume des émissions tel qu’il résulte des répartitions que nous avons proposées ci-dessus.

61Les émissions lyonnaises de la Dyarchie-Tétrarchie suivent dans le trésor de Magny-Cours 2 une distribution assez semblable à celle des autres dépôts : les émissions 5-8 correspondent à un volume de numéraire considérable mis en circulation sur le territoire gaulois – il faut en effet corriger le volume réduit de l’émission 6 par la brièveté de sa durée –, avec une abondance de monnaies émises de 290 à 292 de n. è., au cours des émissions 7-8. En ce qui concerne Troussey, le pic déjà évoqué de l’émission 5 correspond à une arrivée directe en Gaule Belgique d’argent frais de provenance lyonnaise, peu après sa frappe et sans fractionnement.

Figure 18a – Émissions 7 et 8 : classement selon Bastien

Émission 7

Officine A

Officine B

Officine C

Nb. d’ex.

Villette d’Anthon

95

232

79

406

Thibouville

65

112

46

223

Colonne I et II

77

82

46

205

Troussey

31

48

13

92

Magny-Cours 2

16

34

17

67

Émission 8

Officine A

Officine B

Officine C

Nb. d’ex.

Villette d’Anthon

137

-

51

188

Thibouville

55

1

33

89

Colonne I et II

56

-

2

58

Troussey

20

-

-

20

Magny-Cours 2

16

-

2

18

  • 34 Avec transfert des PAX AVGG -/-//B vers l’émission 8 (les bustes consulaires et ornés, restent dans (...)

Figure 18b – Émissions 7 et 8 : classement corrigé34

Figure 18b – Émissions 7 et 8 : classement corrigé34
  • 35 Il n’est pas tenu compte dans la fig. 19 des émissions 11 et 12 du trésor de Villette d’Anthon : ce (...)

Figure 19 – Lyon, émissions de Dioclétien et ses corégents jusqu’à la réforme (après correction)35

Figure 19 – Lyon, émissions de Dioclétien et ses corégents jusqu’à la réforme (après correction)35

Autres ateliers

  • 36 On ne peut totalement exclure que le trésor de Troussey ait pu en compter : le trésor a subi un écr (...)

62Magny-Cours 2 recèle 5 aureliani frappés par l’atelier de Trèves. Le trésor de Troussey, bien plus volumineux et plus proche de l’atelier mosellan n’en contenait aucun, ce qui paraît une anomalie36 : le trésor d’Ettelbruck, tout proche de Trèves, contenait 4 monnaies de Trèves à côté de 53 monnaies de Lyon ; le trésor de Marchovelette, dont l’éloignement à Trèves équivaut à celui de Troussey, 4 aureliani de Trèves et 129 exemplaires lyonnais ; le trésor de Villette, éloigné géographiquement et clos en 294, 19 aureliani trévires et 7 132 exemplaires lyonnais.

  • 37 Estiot & Zanchi, sous presse.

63Nous classons les aureliani de Trèves dans les émissions C-D//PTR, //PTR, //PT, dans cet ordre : notre étude37 montre qu’il faut inverser la séquence des émissions traditionnellement reçue. L’atelier ouvre à la fin de 293 par l’émission C-D//PTR, comme atelier annexe de Lyon dont il emprunte les équipes 3 et 4, ainsi que le graveur que nous avons nommé le scalptor 1. L’émission célèbre les Décennales de Dioclétien (20 novembre 293) par des types évoquant la Felicitas Saeculi et les Vœux : c’est, de loin, l’émission d’aureliani la plus abondante des trois. Les émissions suivantes //PTR et //PT sont datables du début de 294 par l’apparition de bustes consulaires pour les Césars, qui revêtent cette dignité, comme c’est l’usage, le 1er janvier de l’année suivant leur accession.

  • 38 Il n’existe pas d’ouvrage de référence pour le monnayage radié d’époque tétrarchique : le RIC V.2 l (...)

64Les autres ateliers de la Tétrarchie, Ticinum et Rome, n’apportent au trésor que 10 exemplaires chacun38 et n’appellent pas de commentaire particulier.

Monnaies remarquables

65Les 5 aureliani frappés à Trèves lors de l’ouverture de l’atelier font partie des raretés entrées dans le trésor (pl. 20). Le corpus que nous rassemblons dans le sillage des études d’H. Cahn (Cahn 1955 et 1965) montre que le cat. 238 SAECVLI FEL C/-//PTR au nom de Dioclétien est le deuxième exemplaire connu, d’ailleurs de coins différents de l’exemplaire jusque-là unique du British Museum. Le type est frappé aussi pour Constance Chlore, pour lequel il est à peine moins rare (7 ex.). Le cat. 239 offre un rare buste casqué de Maximien couplé au revers CLARITAS AVGG //PTR : Cahn en répertoriait deux exemplaires (British Museum et trésor de Thibouville 3183), d’ailleurs de même coin d’avers ; Magny-Cours en offre un troisième exemplaire, de coins différents. La monnaie cat. 240 au revers TEMPOR FELICIT //PTR porte la titulature longue de Constance Chlore CONSTANTIVS NOB CAES, Cahn en répertoriait 2 exemplaires, dont l’un se trouve à Milan et l’autre, du trésor de Thibouville 3186, est entré à Paris : l’exemplaire de Magny-Cours, le troisième, est issu de la même paire de coins que la monnaie de Milan ; la collection Zschucke en contient un quatrième exemplaire. Les deux exemplaires au nom de Galère FIDES MILIT //PTR cat. 241-242 sont plus communs. Cahn connaissait 5 monnaies, nous en répertorions 15 exemplaires ; Magny-Cours cat. 241 est de la même paire de coins qu’un exemplaire de la collection Gysen.

66Lyon fournit un lot non négligeable de raretés et d’inédits pour la période dyarchique-tétrarchique malgré la taille modeste de notre trésor ; il est vrai que le corpus de P. Bastien consacré à la période constitue le volume le plus ancien de ceux qu’il a consacrés au monnayage de l’atelier de Lyon (Bastien 1972) et la documentation depuis s’accroît régulièrement.

67La monnaie cat. 257 (pl. 20) au nom de Maximien est le deuxième exemplaire répertorié, d’ailleurs de la même paire de coins que la monnaie du British Museum : elle présente l’intérêt d’être l’un des témoignages les plus précoces de l’activité à Lyon du scalptor 2, venu de Ticinum à la suite de l’armée de Maximien (émission 2, printemps-été 286).

68Dans l’émission 4, le cat. 269 (pl. 20) VIRTVS AVGG A//SML est le troisième exemplaire répertorié du type Bast. 109 et de la même paire de coins : le coin de droit de ces monnaies a servi de nouveau dans l’émission 5, toujours confié à la première officine de l’atelier, mais couplé à un revers IOVI TVTATORI AVGG //P. Pour l’émission 5, le cat. 276 (pl. 20) offre un buste cuirassé à gauche pour Dioclétien : inconnu du corpus de P. Bastien, les Suppléments I et II, 143β en ont révélé 5 exemplaires, celui-là est le sixième répertorié ; tous partagent le même coin de droit.

69L’émission 5 voit l’arrivée d’un graveur de Siscia (scalptor 3) au style bien repérable : les cat. 280 (Bast. 213) et 294 (Bast. 284) sont de sa main (pl. 20). Il est remarquable que tous les exemplaires du type Bast. 213 reproduits sur les planches du corpus de P. Bastien soient l’ouvrage du graveur de Siscia : une part importante des monnaies à ce type l’est sans doute – ce que nous ne pouvons savoir faute d’illustration – comme c’est le cas de l’exemplaire cat. 280 de Magny-Cours et d’une monnaie du trésor de Villette d’Anthon. Encore plus nettement, les monnaies appartenant au type Bast. 284 (2 ex.) auxquelles il faut rajouter celles répertoriées dans le Supplément II (4 ex.) sont toutes issues de coins d’avers gravés par le scalptor 3, et c’est aussi le cas de la monnaie de Magny-Cours cat. 294, le septième exemplaire connu. En dehors de l’émission 5, où se concentre la majorité de ses productions, on retrouve la main du graveur 3 dans d’autres émissions lyonnaises : le cat. 350 de Magny-Cours (pl. 21) l’atteste pour une monnaie du groupe PAX AVGG //B des émissions 7-8.

70Magny-Cours cat. 297 et 298 offrent un deuxième exemplaire aux unica des types Bast. 244 et Suppl. I, 236β, ce qui assez remarquable pour l’émission 6 qui n’est représentée, en tout et pour tout, que par 5 monnaies dans notre trésor : de volume assez réduit et très brève, l’émission fut frappée au tournant de 289-290.

71Pour l’émission 7, le cat. 303 (pl. 20) apporte un inédit pour Dioclétien, montrant un buste drapé et cuirassé tourné à gauche : c’est la première fois que ce type de buste est relevé à Lyon sous la Tétrarchie. Dans cette émission 7 où les types IOVI AVGG, PAX AVGG, SALVS AVGG apparaissent avec monotonie dans les officines A, B et C, les types annexes font figure de raretés. Pour le revers VIRTVS AVGG, Mars, Magny-Cours cat. 305 et 317 (pl. 21) offrent un cinquième exemplaire au type Bast. 419 et un quatrième exemplaire au type Bast. 423. Parmi les portraits exceptionnels de l’émission 7, figure le cat. 360 qui présente un buste consulaire simple à gauche pour Maximien, revêtu de la seule trabée et sans scipio : le type n’est connu qu’à 7 exemplaires, mais surtout la monnaie de Magny-Cours montre une trabée brodée d’une scène de victoire en miniature, où l’empereur tenant globe et haste a devant lui deux prisonniers l’un assis, l’autre agenouillé (pl. 21). C’est à notre connaissance le premier exemple relevé d’un buste consulaire à présenter cette particularité. Il s’agit alors pour Maximien de son troisième consulat, revêtu en janvier 290.

72Comme nous l’avons indiqué plus haut, Magny-Cours renferme une plus haute proportion de monnaies des émissions terminales 10-12 de Lyon que ce n’est la norme (fig. 19) : peut-être est-ce grâce à cette modeste abondance que le trésor compte quelques exemplaires de types rares, voire inédits. Le cat. 395 est un inédit : son revers, un très rare type VIRTVS AVGG représentant Hercule en Pacifer vu de face et tête à gauche, porte la marque d’officine C à l’exergue alors que les exemplaires connus jusque-là avaient la marque dans le champ gauche.

  • 39 Estiot 2002, p. 20-23.
  • 40 Ibid.
  • 41 Vente Gemini VII, 9/I/2011, 840.

73Le cat. 396 (pl. 21) est un quatrième exemplaire d’un type PROVIDENT DEOR pour Constance Chlore (Bast. 507) dépourvu de marque d’officine. Cette 1re phase39 de la longue émission 10 célèbre la création de la Tétrarchie : une répartition encore tâtonnante mais qui s’affirmera dans la phase suivante, attribue les types PROVIDENT DEOR, Providentia debout ou assise, à Constance Chlore et le type CONCORDIA AVGG, deux Concordes se serrant les mains – symbole de l’entente entre les deux collèges des Iovii et des Herculii – à Galère. L’existence d’aureliani PROVIDENT DEOR sans marque pour Constance Chlore laissait supposer la frappe parallèle d’aurei : le corpus de P. Bastien, publié en 1972, n’en connaissait pas mais le trésor de Beaurains en a produit un, que P. Bastien avait attribué à Ticinum (Bastien & Metzger 1977, p. 47 no 44). Nous l’avons réattribué à Lyon40, en même temps qu’un second aureus de même coin d’avers paru en vente en 1995. Depuis, un autre aureus encore inconnu est apparu en vente41 cette fois à l’effigie de Galère et au revers CONCORDIA AVGG : on peut supposer sans trop de risque que des aureliani à l’effigie de Galère et au type CONCORDIA AVGG sans marque ont été frappés parallèlement à la série d’aurei, ils apparaîtront sans doute un jour.

74Le type ROMAE AETERN/AE est un type rare de la douzième émission qu’on ne trouve que pour Constance Chlore : le cat. 439 (pl. 22) présente un buste consulaire du type Bast. 668 et c’est le cinquième exemple connu. Pour finir, le cat. 444 est une monnaie inédite, due à une erreur de gravure : le scalptor 2 a apposé une titulature de Galère, MAXIMIANVS NOB C à un portrait casqué qui est celui de Maximien : l’homonymie entre l’Auguste et le César prêtait à confusion, les graveurs y étaient attentifs car l’erreur est rarissime.

75L’atelier de Ticinum présente une curieuse monnaie cat. 450, intitulée IMP C M A AVR (sic) VAL MAXIMIANVS P F AVG (pl. 22) : le scalptor a hésité entre les deux formes en cours dans l’émission 3, IMP C M AVR VAL MAXIMIANVS P F AVG et IMP C M A VAL MAXIMIANVS P F AVG pour retenir un mélange des deux.

  • 42 Comme il apparaît sur certaines de ses monnaies où les bustes des trois Augustes s’accompagnent de (...)
  • 43 Supra, § 29.
  • 44 Robertson 1949 ; Robertson 2000, p. 228, 930.
  • 45 Shiel 1977, p. 61 ; Robertson 2000, p. 209-210, 859.
  • 46 Pritchard 1896 ; Robertson 2000, p. 232, 945 (= Tickenham).
  • 47 Robertson 2000, p. 232, 944.
  • 48 Bland 1992 ; Robertson 2000, p. 228, 930A.

76Les monnaies frappées par l’usurpateur breton Carausius présentes dans le trésor ne sont pas à son effigie, mais à celle de Maximien Hercule. L’usurpateur breton, pour se concilier les empereurs légitimes Dioclétien et Maximien, avait produit des séries monétaires pour lui-même et ceux qu’il appelait ses frères42. Ces émissions sont essentiellement composées de monnaies dont l’avers arbore l’effigie et la titulature d’un des trois « co-empereurs », Carausius, Dioclétien ou Maximien, et le revers porte des légendes « aux trois ~ G » qui font allusion au règne conjoint de trois Augusti. Ainsi, même si les monnaies de Magny-Cours 2 sont à l’effigie de l’empereur légitime Maximien Hercule, leurs légendes de revers explicites PAX AVGGG (Pax Augustorum trium) et PROVID AVGGG (Providentia Augustorum trium) désignent un collège impérial formé par Dioclétien, Maximien Hercule et Carausius, une pure fiction politique propagée par l’usurpateur à un moment (292 de n. è.) où il cherche un accommodement avec les empereurs légitimes après l’échec de l’expédition maritime de Maximien contre la Britannia et alors que se prépare une nouvelle offensive. La série est loin d’être la plus abondante dans le monnayage de Carausius. Or il s’avère que les monnaies au nom de Dioclétien ou de Maximien « aux trois ~ G » sont surreprésentées, voire seules à figurer, dans un certain nombre de trésors bretons et continentaux. Il s’agit là d’un élément de datation intéressant43 : il est interprété comme le signe d’un retrait sélectif des monnaies au nom des usurpateurs bretons après la reconquête de la Britannia, soit en 296 au plus tôt. Les monnaies frappées par Carausius à l’effigie de Dioclétien et de Maximien ont échappé au décri, alors que celles à l’image de l’usurpateur, plus nombreuses, ont été retirées. La présence, seule ou majoritaire, des monnaies de Dioclétien et Maximien « aux trois ~ G » serait ainsi l’indice d’une constitution tardive des dépôts où elles apparaissent. Le cas le plus clair est celui du trésor d’East Harnham44 dont le terminus apparent est 293-294 de n. è. : or le trésor, sur 3 709 monnaies, recèle 62 monnaies de Dioclétien frappées par les ateliers officiels, mais 19 frappées par Carausius, 53 monnaies officielles au nom de Maximien, mais 27 émises par Carausius, et aucun exemplaire à l’effigie des usurpateurs bretons. Le petit dépôt de Cheddar45 (99 ex.) de même s’achevait par 29 monnaies au nom de Dioclétien et de Maximien, dont 7 frappées par Carausius, mais Carausius lui-même n’y était pas représenté. Le tout petit trésor de Cadbury46 (35 ex.) se clôt par une monnaie de Constance Chlore émise en 294 à Lyon, donc sous le règne d’Allectus, et 10 monnaies de Dioclétien et Maximien dont deux frappées par Carausius et un seul exemplaire à l’effigie de Carausius même : la sur-représentation des frappes minoritaires « aux trois ~ G » au nom des empereurs légitimes est significative. Sparkford47 (191 ex.) se clôt avec 2 monnaies de Dioclétien dont une émise par Carausius et 10 monnaies de Maximien au terminus 294 : l’absence de toute monnaie de Carausius, voire d’Allectus, ne s’explique pas. Enfin Lacock48, sur 93 ex., se clôt par 14 monnaies de Dioclétien et Maximien dont 8 frappées par Carausius, mais contient un exemplaire très endommagé d’Allectus. Si ce rappel ciblé des frappes à l’effigie des usurpateurs bretons a été opéré après la reconquête de la Britannia en 296, ces trésors bretons ont été rassemblés nettement après cette date, et encore plus tard pour les trésors continentaux qui, comme Magny-Cours et Bazarnes, ne contiennent, en matière de monnayage breton, que des exemplaires au nom des empereurs légitimes. Le rassemblement de deux lots monétaires bien différenciés de Magny-Cours 2, monnaies radiées et nummi, n’est peut-être pas si éloigné dans le temps qu’il n’y paraît d’après leur terminus apparent : cinq ou six ans tout au plus séparent leur constitution, mais le propriétaire du pécule avait eu le plus grand soin de thésauriser les deux espèces à part.

Magny-Cours 1 et 2. Les nummi

77Les deux trésors de Magny-Cours présentent un terminus identique qui peut être situé autour de l’année 303. Dans l’un comme dans l’autre, les dernières émissions représentées pour les principaux ateliers occidentaux sont les suivantes :

  • Trèves : émission S/F//I-IITR (302-303 apr. J.-C.) ;

  • Lyon : émission ۩/A-B//PLG, 2e partie (302-mi 304 apr. J.-C.) ;

  • Ticinum : émission //P-TT• (300-303 apr. J.-C.) ;

  • dans le trésor de Magny-Cours 2 seulement, des monnaies provenant d’ateliers plus excentrés par rapport au lieu de la trouvaille sont issues d’émissions s’achevant également en 303 (Rome : ém. -/*//RP-Q ; Carthage : ém. -/-//A-Δ (phase 2) ; Antioche : ém. -/A-I//ANT*).

78La composition des trésors de Magny-Cours doit être analysée à la lumière d’autres dépôts contemporains. Ils sont peu fréquents, mais nous disposons de quelques ensembles qui présentent un terminus très proche du leur (fig. 20). Les trésors de Dillingen-Pachten, de Troussey, de Bazarnes, ainsi qu’un ensemble qui n’est pas localisé précisément en France, se ferment sur ces mêmes émissions. Le trésor de Marchovelette se distingue légèrement par la présence de quelques exemplaires issus de l’émission trévire suivante, signée S/F//PTR (303-mai 305). Ce petit groupe de dépôts clos entre 302 et 304 est circonscrit dans le quart nord-est de la Gaule, non loin des principaux centres de production du diocèse que sont Trèves et Lyon.

Figure 20a – Carte des trésors gaulois clos autour de 303 de n. è.

Figure 20a – Carte des trésors gaulois clos autour de 303 de n. è.

Figure 20b – Répartition par atelier des nummi dans les trésors gaulois clos c. 303 de n. è. (classés selon la part jouée par les ateliers occidentaux)

Ateliers gallo-britanniques

Ateliers italiens et Carthage

Ateliers balkaniques

Ateliers orientaux

Imitations

Nb. d’ex.

Londres

At. continental

Trèves

Lyon

Ticinum

Aquilée

Rome

Carthage

Siscia

Thessalonique

Héraclée

Nicomédie

Cyzique

Antioche

Alexandrie

Marchovelette
(B, Namur)

20

13

400

45

4

3

1

486

%

4,1

2,7

82,3

9,3

0,8

0,6

%

98,3

1,4

0,2

Dillingen-Pachten
(D, Sarre)

33

8

376

41

14

10

1

1

484

%

6,8

1,6

77,7

8,5

2,9

2,1

%

94,6

5

0,2

0,2

Magny-Cours 1
(F, Nièvre)

42

51

143

220

29

1

5

1

2

1

1

496

%

8,5

10,3

28,8

44,3

5,8

0,2

1,0

0,2

0,4

0,2

0,2

%

91,9

7,3

0,6

0,2

Troussey Y
(F, Meuse)

23

7

388

84

35

4

22

4

2

1

1

571

%

4,0

1,2

67,9

14,7

6,1

0,7

3,8

0,7

%

87,9

11,4

0,5

0,2

Bazarnes
(F, Yonne)

7

2

22

47

5

2

4

2

1

1

93

%

7,5

2,1

23,7

50,5

5,4

2,1

4,3

2,1

%

83,9

14

1,1

1,1

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

26

8

165

77

46

8

17

14

1

2

2

366

%

7,1

2,2

45,1

21

12,6

2,2

4,6

3,8

0,3

0,5

0,5

%

75,4

23,2

0,3

1,0

  • 49 Bastien 1980, p. 53-54. Bastien reconnaît toutefois qu’« il est pratiquement impossible de détermin (...)

79Malgré un terminus identique, la répartition des monnaies par atelier dans les deux trésors de Magny-Cours diverge assez sensiblement, comme le montre en particulier la représentation respective des deux principaux ateliers gaulois, Trèves et Lyon (fig. 21). Concernant Magny-Cours 1, l’atelier de Lyon (44 %) est nettement mieux représenté que celui de Trèves (29 %) : en ce sens, il se rapprocherait du trésor de Bazarnes ou du « trésor français » dont la localisation semble être plutôt méridionale. Compte tenu de cette prépondérance de Lyon, on peut estimer que les monnaies les plus récentes du trésor 1 sont celles issues de la seconde partie de l’émission lyonnaise signée ۩/A-B//PLG. P. Bastien situe le début de cette seconde partie à partir de 302 d’après les bustes consulaires des Césars qui y figurent ; il estime qu’elle s’achève au plus tard à la mi-304 en fonction du volume de l’émission suivante, ۩/*//PLG, dont le terme intervient avec l’abdication des Augustes le 1er mai 30549.

Figure 21 – Provenance des nummi dans les trésors de Magny-Cours 1 et 2

Figure 21 – Provenance des nummi dans les trésors de Magny-Cours 1 et 2
  • 50 Dernière étude en date, Zschucke 2000.

80Pour le trésor de Magny-Cours 2, la tendance est complètement inversée : c’est Trèves (45 %) qui prédomine nettement sur Lyon (21 %) mais sans atteindre le chiffre de trésors comme celui de Troussey (Meuse) qui comprend 68 % de nummi trévires et pour ne pas parler des dépôts de proximité que sont Marchovelette (B) et Dillingen-Pachten (D, Sarre). Les monnaies terminales les plus indicatives sont celles de l’émission trévire S/F//I-IITR entrées massivement dans le dépôt 2, qu’études de trésors et corpus datent unanimement dans une fourchette 302-303 AD50.

81Une divergence de taille entre les deux ensembles de Magny-Cours concerne la part qu’y joue le groupe des ateliers centraux, les Monnaies italiennes de Ticinum, Aquilée, Rome, auxquelles il faut rattacher l’atelier de Carthage dont la zone de circulation est à peu près la même. Ce groupe des ateliers centraux fournit 23 % au trésor de Magny-Cours 2, mais seulement 7 % à Magny-Cours 1, qui en cela diverge du trésor de Bazarnes où ces ateliers comptaient pour le double. Encore faut-il noter que c’est l’atelier de Ticinum, le plus proche géographiquement, qui lui en fournit l’écrasante majorité (29 nummi sur 36). Le rôle des ateliers balkaniques est anecdotique pour l’approvisionnement de l’ensemble de nos trésors. Magny-Cours 2 est le seul des deux trésors à laisser entrer des nummi de provenance orientale même si très marginalement (1 %). Notons que, de même qu’à Bazarnes, les nummi de Londres sont représentés dans le trésor 1 comme dans le trésor 2, dans des proportions non négligeables (8,5 % et 7 %). Une part de la différence entre les deux lots de nummi de Magny-Cours tient au caractère plus précoce de la thésaurisation de Magny-Cours 1 qui fait que les monnaies issues d’ateliers éloignés y sont parvenues en quantités moindres.

82En effet, la différence de composition entre les deux dépôts s’explique mieux par la chronologie et la date des émissions les mieux représentées : précoce pour Magny-Cours 1, nettement plus tardive pour Magny-Cours 2. En affinant l’analyse par l’examen des émissions représentées, des différences nettes s’observent dans la composition de nos deux trésors. Dans le premier dépôt, le lot de nummi a été constitué à date plus précoce : il est composé à plus de 80 % de monnaies frappées entre 294 et 297. Dans le second trésor, le profil est inversé puisque la période plus tardive 298-303 fournit plus de 70 % des nummi (fig. 22).

83Le tableau (fig. 22) permet de voir que le phénomène touche tous les ateliers. L’une des spécificités du trésor de Magny-Cours 1 réside dans l’abondance des monnaies de l’« atelier continental », or l’activité de cet atelier, dont la localisation demeure incertaine, se limite aux débuts de la période du nummus, les années 295-296 : dans le dépôt de Magny-Cours 1, ces monnaies représentent plus de 10 % de l’ensemble, alors que dans les trésors contemporains, cette proportion ne dépasse guère les 2 %, et c’est d’ailleurs le cas pour Magny-Cours 2 (2,2 %).

Figure 22 – Nummi : chronologie ateliers/émissions dans les trésors de Magny-Cours 1 et 2

Figure 22 – Nummi : chronologie ateliers/émissions dans les trésors de Magny-Cours 1 et 2

84Au sein des deux ateliers majoritaires, Lyon et Trèves, Magny-Cours 1 se définit par une forte présence des premières émissions : pour Lyon, les séries de 294 à 297 comptent pour 80 % ; concernant Trèves, 87 %. C’est l’inverse pour Magny-Cours 2, où le nombre de monnaies explose pour les dernières émissions de Trèves représentées dans les deux trésors, -/*//ATR et S/F/ITR, avec 73 % pour Magny-Cours 2, contre moins de 6 % pour Magny-Cours 1. De même pour Lyon : Magny-Cours 2 se définit par la très forte présence de la dernière émission, ۩/A-B//PLG, avec 73 % des monnaies, une majorité d’entre elles appartenant à la deuxième phase de l’émission, alors que cette même émission ne représente que 20 % des monnaies lyonnaises de Magny-Cours 1, relevant majoritairement de la première phase de l’émission.

85Pour Ticinum, le même biais s’observe : premières émissions bien représentées pour Magny-Cours 1 (52 %) ; émissions tardives majoritaires dans Magny-Cours 2 (80 %). Il en va de même pour les ateliers moins bien représentés, Rome ou Carthage.

86Corollaire automatique de la divergence ateliers/chronologie entre nos deux trésors, la représentation de chacun des tétrarques présente de sensibles différences d’un trésor à l’autre (fig. 23). Au sein de Magny-Cours 1, le tétrarque le mieux représenté est Constance, le César d’Occident sur le domaine duquel les trésors ont été enfouis. Son collègue au sein de la lignée herculienne, l’Auguste Maximien, vient en deuxième position. Magny-Cours 2 dénote au contraire un rééquilibrage en faveur de deux tétrarques joviens – Dioclétien y est l’empereur le mieux représenté – qui amène une équité presque parfaite entre les deux lignées impériales. Cet équilibre au sein de Magny-Cours 2 s’explique partiellement par le rôle plus grand qu’y jouent les ateliers italiens-centraux de l’empire, Ticinum particulièrement, mais aussi par la bascule qui s’opère au fil du temps dans la production des ateliers occidentaux : Trèves à partir de 300 de n. è. favorise davantage Dioclétien, et Galère dans une moindre mesure (or ces frappes de Trèves sont majoritaires dans Magny-Cours 2, peu représentées à Magny-Cours 1), alors que Lyon à même époque, à partir de l’émission ۩/A-B/PLG, fait nettement pencher la balance au profit des Herculiens, Constance Chlore et Maximien (à Magny-Cours 2, leur part passe de 57 à 75 %), la faible proportion de l’émission ۩/A-B/PLG dans le quota lyonnais de Magny-Cours 1 masquant quelque peu cette évolution.

Figure 23 – Répartition des nummi par empereur et par atelier dans les deux trésors

Magny-Cours 1 %

Londres

Atel. contin.

Trèves

Lyon

Ticinum

Aquilée

Rome

Carthage

Siscia

Héraclée

Imitation

Nb. d’ex.

%

Dioclétien

21,4

25,5

24,5

23,2

37,9

20

100

100

122

24,6

Maximien

35,7

35,3

20,9

25,9

41,4

100

20

134

27

Constance

19,6

21,6

35,7

32,7

20,7

40

50

100

153

30,8

Galère

19,6

17,6

18,9

18,2

20

50

87

17,5

Nb. d’ex.

42

51

143

220

29

1

5

1

2

1

1

496

  

Magny-Cours 2 %

Londres

Atel. contin.

Trèves

Lyon

Ticinum

Aquilée

Rome

Carthage

Héraclée

Antioche

Alexandrie

Nb. d’ex.

%

Dioclétien

30,8

12,5

38,8

15,6

28,3

25

17,6

14,3

100

50

107

29,2

Maximien

19,2

37,5

17

29,9

30,4

37,5

35,3

21,4

50

100

88

24

Constance

25

37,5

22,4

40,3

10,9

25

35,3

35,7

95

26

Galère

25

12,5

21,8

14,3

30,4

12,5

11,8

28,6

76

20,7

Nb. d’ex.

26

8

165

77

46

8

17

14

1

2

2

366

  • 51 Voir infra, § 116.

87Enfin, un autre trait différencie Magny-Cours 1 et 2 : le nombre des liaisons de coins constatées. Les monnaies de Magny-Cours 2 ont subi un brassage dans la circulation (deux liaisons de coins seulement, au sein de l’émission trévire terminale, MC2 cat. 568-569 et 647-648). Les liaisons de coins relevées dans Magny-Cours 1 sont nettement plus fréquentes. Quelques cas sont à signaler pour les émissions produites dans les ateliers occidentaux en 295-296 : Londres (MC1 cat. 4-5), atelier continental (MC1 cat. 51-83, 67-68-69, 71-72, 79-81, 84-90), Trèves (MC1 cat. 102-104, 112-116, 133-134) et Lyon (MC1 cat. 242-245, 247-250, 252-254-257). Ceci témoigne manifestement du faible coefficient de circulation de ce numéraire qui a pourtant été produit près d’une décennie avant la clôture du trésor. Le lot issu des émissions lyonnaises A-B/-//PL et A-B/-//LP, datées de 296-297, est plus dense encore puisque près de la moitié des monnaies qui le composent est concernée par des liaisons de coins. Il faut certainement voir là le signe d’un apport massif de numéraire en provenance de l’atelier de Lyon51.

88De faciès nettement différent, les deux lots de nummi sont parvenus entre les mains d’un même thésaurisateur (lors de deux paiements distincts ?) : c’est une incitation à la prudence dans l’analyse des trésors de la 1re Tétrarchie, dont les profils sont en effet sujets à une grande variabilité. Ces ensembles constitués de nummi lourds, espèce qui a eu des difficultés à trouver sa place dans les échanges quotidiens du fait de sa forte valeur intrinsèque, ont été constitués par à-coups au gré d’apports en provenance plus ou moins directe des ateliers monétaires. Ils présentent le plus souvent des déséquilibres en faveur d’une ou de plusieurs émissions issues d’un atelier en particulier. C’est notamment le cas à Marchovelette (Trèves, émissions A-C/-//TR et A-C/Γ//TR), à Larré (Trèves, émission A-B/*//TR), à Fresnoy-lès-Roye I (Lyon, émission -/-//LA-B), et, nous l’avons vu, à Magny-Cours 1 (Lyon, émissions A-B/-//PL et A-B/-//LP).

Atelier de Londres

  • 52 Bastien 1959, p. 40 ; Bastien 1971, p. 152-153.
  • 53 RIC VI (Sutherland 1967), p. 116 et 124-125.

89Les trésors de Magny-Cours 1 et 2 contiennent respectivement 42 et 26 nummi londoniens qui peuvent être répartis sur quatre groupes : l’émission signée //LON, le groupe intermédiaire sans marque isolé par P. Bastien52 et les groupes sans marque IIa et IIb définis par C. H. V. Sutherland53.

90La série inaugurale signée //LON (5 ex. dans Magny-Cours 1, aucun à Magny-Cours 2) coïncide avec la réouverture de l’atelier après la reconquête de la Britannia sur Allectus en 296. Sa brièveté est illustrée par la fréquence des liaisons de coins qui s’observe en son sein. Comme l’avait noté P. Bastien, la série //LON est stylistiquement très homogène et sort des mains d’un scalptor (ou plus) actif(s) sous Allectus, même si l’influence de l’atelier continental sans marque, et donc de Lyon en dernière analyse, est sensible dans le style du buste, et parfois dans la graphie. Concernant les exemplaires du trésor de Magny-Cours 1, nous avons relevé les identités de coins suivantes :

  • cat. 2 : même paire de coins que trésor de Bridgend, no 1 et trésor de Fyfield, no 96.

  • cat. 4 et 5 : même coin de droit.

  • cat. 6 : même coin de droit que trésor de Fresnoy-lès-Roye, no 1777.

91Par ailleurs, le cat. 3 (pl. 13) présente la titulature IMP MAXIMIANVS P F AVG qui n’est pas répertoriée dans le RIC VI mais qui se retrouve dans le trésor de Domqueur, no 897 pour un coin de droit différent. Il s’agit de la cinquième titulature connue pour Maximien dans cette émission, tandis qu’une, voire deux titulatures seulement sont signalées pour ses corégents. Les exemplaires signés //LON s’accompagnent systématiquement du buste nu.

  • 54 Bastien 1971, pl. 30, no 6 et 10 et pl. 31, no 1-3.
  • 55 Des exemplaires similaires se trouvaient dans les trésors de Bridgend, no 3 et de Dillingen-Pachten (...)
  • 56 Le trésor de Fyfield, no 68 a livré un exemplaire du même type.

92De rares nummi non signés présentent également des bustes nus, dont les portraits sont stylistiquement très proches de ceux de l’émission //LON, et par conséquent issus comme eux de coins gravés par le graveur d’Allectus. Ce « groupe intermédiaire », qu’il revient à P. Bastien d’avoir isolé, vient s’intercaler entre l’émission //LON et les groupes sans marque IIa et IIb. Les exemples relevés par P. Bastien concernaient Dioclétien et Constance54. Les trésors de Magny-Cours viennent compléter la série avec deux exemplaires pour Maximien (MC1, cat. 7 ; MC2, cat. 467)55 et deux pour Galère (MC1, cat. 8 ; MC2, cat. 468)56.

  • 57 Bastien 1971, pl. 30, fig. 2, 4, 7, 8 et pl. 31, fig. 4.

93On retrouve la main de ce graveur londonien dans l’émission non signée IIa, à laquelle il travaille encore, mais à laquelle contribuent surtout plusieurs autres graveurs, bien moins expérimentés, au style très fruste. En effet, des exemplaires à buste cuirassé dont le style démontre qu’ils sont de la main de ce graveur de l’émission //LON - groupe intermédiaire apparaissent dans le groupe IIa. On en relève dans le trésor de Magny-Cours 1 pour Maximien, MC1 cat. 17 (fig. 24h) et pour Galère, MC1 cat. 33 (fig. 24o) et 34. P. Bastien relevait des exemples de tels bustes cuirassés pour Dioclétien, Maximien et Constance57. S’y ajoute, dans le trésor de Magny-Cours 1, un nummus au nom de Dioclétien et présentant un buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en avant (MC1 cat. 9, fig. 24c), dont le coin de droit est attribuable au même groupe stylistique.

Figure 24 – Atelier de Londres : monnaies gravées par le(s) scalptor(es) du « Groupe intermédiaire »

Figure 24 – Atelier de Londres : monnaies gravées par le(s) scalptor(es) du « Groupe intermédiaire »
  • 58 Burnett & Robinson 1984, p. 90. Les auteurs ont opté pour classer les 80 nummi d’Upavon (séries IIa (...)

94Ces nummi « habillés » attribuables au graveur londonien se révèlent d’ailleurs moins rares qu’il n’y paraît au regard des publications dans lesquelles ils ne sont que rarement isolés. Le trésor d’Upavon (tpq 299 de n. è.) en compte un groupe significatif : Burnett et Robinson58 soulignaient très justement la difficulté d’identifier la participation du graveur d’Allectus dans la frappe de la série non signée IIa et reconnaissaient le caractère précoce de ses productions. Le no 1 du trésor d’Upavon présente les mêmes caractéristiques si ce n’est que le buste est cette fois cuirassé et drapé vu de trois quarts en arrière. Ainsi, un demi-siècle après que P. Bastien a isolé les caractéristiques du graveur breton actif dans le groupe signé LON et dans le « groupe intermédiaire » non signé à bustes nus – auxquels nous rajoutons certains exemplaires habillés de ce graveur relevant du groupe non signé IIa –, nous avons désormais de ces séries gravées par le scalptor britannique une vision assez complète en ce qui concerne les corégents et les différents types de bustes.

  • 59 Bastien 1971, p. 153.

95En dehors du groupe stylistique revenant au graveur londonien déjà en activité sous Allectus, les groupes IIa et IIb se caractérisent par des portraits de facture nettement plus grossière. Les droits du groupe IIa se définissent par une petite tête et un cou allongé tandis que dans le groupe IIb, les têtes sont plus larges et le cou est court et massif. Le personnel a été considérablement renouvelé par l’arrivée de graveurs novices59, mais nous retrouvons les spécificités londoniennes que sont l’alignement quasi systématiquement inversé des coins ou bien encore l’écrasante majorité de césures POPV-LI.

96Les trésors de Magny-Cours n’apportent guère d’éléments supplémentaires à la connaissance de ces séries abondantes. Signalons toutefois un nummus du groupe IIa qui présente la titulature IMP C DIOCLETIANVS PI AVG (MC1 cat. 16, pl. 13). Nous trouvons ici le pendant de la titulature IMP C MAXIMIANVS PI AVG répertoriée par Sutherland pour le groupe IIb (RIC VI, 18). Autre complément, les exemplaires MC1, cat. 40 (pl. 13) et MC2, cat. 479-480 (pl. 23) à l’effigie de Dioclétien nous semblent devoir être classés dans le groupe IIb, pour lequel le RIC VI ne répertorie pas d’exemplaire au nom du premier des Augustes : c’était aussi le cas d’un exemplaire du trésor de Troussey, no 5301.

97L’examen des trésors prouve l’antériorité du groupe IIa sur le groupe IIb puisqu’il est le seul représenté dans les trésors de Fresnoy-lès-Roye I et de Thibouville, clos dès 298. La série non marquée III n’est pas représentée à Magny-Cours.

98Il est à noter (fig. 22 et 25) que le trésor de Magny-Cours 1 présente un profil particulièrement précoce avec des proportions non négligeables de monnaies de l’émission //LON ou du groupe intermédiaire et une large majorité d’exemplaires du groupe IIa – en cela, il se rapproche d’ensembles antérieurs de plusieurs années tels ceux de Fresnoy-lès-Roye I, d’Upavon ou encore de Larré –, alors que Magny-Cours 2 présente la caractéristique inverse avec une écrasante majorité de monnaies issues des dernières séries représentées, les émissions sans marque IIa (presque 40 %) et surtout IIb (54 %).

Figure 25 – Représentation des émissions londoniennes dans les trésors de la 1re Tétrarchie (%)

-/-//LON
(296)

Groupe
intermédiaire
(296)

Groupe IIa
(296-297)

Groupe IIb
(298-299)

Groupe III
(303-305)

Nb de nummi londoniens de la
1re Tétrarchie

Terminus

Fresnoy-lès-Roye I
(Somme)

12,8

2,6

84,6

39

298

Upavon
(GB, Wiltshire)

88,8

11,2

80

299/300

Larré
(Morbihan)

2,3

88,6

9,1

44

300

Magny-Cours 1
(F, Nièvre)

11,9

4,8

73,8

9,5

42

303

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

7,7

38,5

53,8

26

303

Troussey
(F, Meuse)

30,4

69,6

23

303

Marchovelette
(B, Namur)

10,0

65,0

25,0

20

303

Mont-Saint-Sulpice
(Yonne)

27,5

13,4

59,1

149

310

Lignières
(Cher)

2,9

35,3

7,4

54,4

68

310

Domqueur
(Somme)

1,5

32,4

21,7

44,3

327

313

  • 60 En ce qui concerne le trésor d’Upavon (Burnett & Robinson 1984), les chiffres ont été établis d’apr (...)

Upavon (GB, Wiltshire) 60

Atelier continental sans marque

  • 61 Sutherland 1958, p. 643.
  • 62 RIC VI, p. 230-231 et 243.
  • 63 Bastien 1960a.
  • 64 Shiel 1977, p. 173.
  • 65 Bastien 1980, p. 126.

99Dès la fin des années 1950, C. H. V. Sutherland identifiait un groupe de nummi non signés se distinguant de la production londonienne par un style de portrait indubitablement lyonnais. Il rattachait ce groupe à l’atelier de Londres en envisageant le transfert de graveurs lyonnais61, avant de se raviser et d’attribuer cette production à l’atelier de Lyon62. Pour P. Bastien, ces nummi non signés, incontestablement dus au travail de graveurs lyonnais, auraient eu vocation à rémunérer les troupes engagées dans la reconquête de la Britannia en même temps qu’à introduire la nouvelle espèce de bronze argenté issue de la réforme de Dioclétien dans une région jusque-là aux mains des usurpateurs bretons et où l’antoninien prévalait toujours. P. Bastien émettait l’hypothèse d’un atelier implanté à Boulogne, quartier général de Constance Chlore dans le cadre de la préparation du débarquement en Bretagne en 29663. Pour ce faire, il partait notamment du postulat que Carausius disposait déjà d’un atelier monétaire à Boulogne, thèse qui a été infirmée depuis64. Au final, P. Bastien incluait ces nummi non signés en annexe de son ouvrage consacré au monnayage lyonnais en laissant ouvertes deux hypothèses de travail quant à la localisation de l’atelier continental sans marque : Lyon et Boulogne65.

100L’hypothèse d’une Moneta comitatensis – d’où l’absence de marquage des monnaies – fonctionnant avec du personnel venu de Lyon et établie finalement sur le Fretus dans le grand port qu’était Boulogne, afin de rapprocher la frappe du numéraire des armées préparant le débarquement en Bretagne, reste néanmoins séduisante. Boulogne, une des bases principales de la flotte impériale, la Classis Britannica, avait été une des premières prises stratégiques de l’usurpateur breton Carausius et constituait la tête de pont de son armée sur le continent. Dans le courant de 293, Constance Chlore mena en personne la principale des opérations préliminaires à la reconquête de la Britannia, le siège terrestre et le blocus maritime du port de Boulogne tenu par l’armée ennemie et base de sa flotte (Pan. Lat. IV, 6-7 ; VII, 5). C’est là que Constance construisit et arma la flotte impériale en remplacement de celle que Maximien avait perdue lors de la malheureuse tentative de 289, et c’est de Boulogne qu’il partit à la tête de son escadre, tandis que le préfet du prétoire Asclepiodotus menait une autre flotte arrivée par l’estuaire de la Seine, pour l’expédition victorieuse de 296 (Pan. Lat. IV, 14). Boulogne reste ainsi un candidat convaincant comme siège de l’atelier continental sans marque.

  • 66 11 exemplaires sont concernés par des liaisons de coins : MC1, cat. 51, 67, 68, 69, 71, 72, 79, 81, (...)

101Sur la question de la localisation de l’atelier continental sans marque, il est nécessaire de considérer les différents trésors exploitables afin d’obtenir des indications sur l’aire de diffusion de ses produits. Avec 51 exemplaires (plus de 10 % de l’ensemble), le trésor de Magny-Cours 1 est, de loin, le dépôt qui en compte le plus parmi les trésors de la 1re Tétrarchie. Cette abondance ne semble pas résulter d’un apport massif en provenance directe de l’atelier puisque les identités de coins sont assez peu nombreuses dans ce lot où sont dénombrés pas moins de 48 coins de droit et 47 coins de revers66. La présence de cet important contingent au sein de Magny-Cours 1 tient en revanche, du moins pour partie, au caractère précoce de cet ensemble et au rythme soutenu de la thésaurisation dans les années 295-296, qui correspondent à la période d’activité de l’atelier continental.

102Mais Lyon ou Boulogne ? Le haut taux des monnaies de l’atelier continental dans la trouvaille de Magny-Cours 1 semble plaider pour une localisation à Lyon. Toutefois, le trésor de Magny-Cours 2 ne compte que 8 exemplaires de l’atelier continental, soit 2,2 %, un pourcentage nettement plus normal à l’aune des trésors contemporains (fig. 20b). Après le trésor de Magny-Cours 1, le second dépôt qui a livré le plus grand nombre de monnaies de l’atelier continental est celui de Fresnoy-lès-Roye I, dans la Somme. À première vue, ces deux trésors situés l’un non loin de Lyon, l’autre à proximité de Boulogne ne nous avancent guère sur la question de la localisation de l’atelier. Il faut toutefois préciser que la composition du trésor de Fresnoy-lès-Roye I est tout à fait singulière : le lot de nummi de cet ensemble clos vers 297 est constitué pour près de moitié de produits de l’émission lyonnaise signée //LA-B : les nummi du dépôt de la Somme ont été rassemblés dans une zone proche de Lyon. Hormis ce cas particulier, c’est dans les trésors du centre de la Gaule (Magny-Cours 1 et 2, Bazarnes, Mont-Saint-Sulpice) que les proportions de nummi de l’atelier continental sont les plus importantes (fig. 26). D’une manière générale, on s’aperçoit qu’une forte proportion de monnaies lyonnaises va le plus souvent de pair avec un important contingent de monnaies de l’atelier continental. Pour autant, il n’existe pas dans les trésors de corrélation exacte entre le nombre de monnaies des deux ateliers. Ainsi, le ratio entre les nummi de l’atelier continental et ceux des émissions lyonnaises signées //PLA-B et //LA-B, qui sont contemporains, est variable. Il se situe le plus souvent entre 0,5 et 1 (Mont-Saint-Sulpice, Bridgend, Marchovelette, Langtoft, Domqueur, Larré, Dillingen-Pachten) tandis que les trésors de Magny-Cours 1 (1,42) et 2 (2,7) et de Fresnoy-lès-Roye I (0,15) constituent des cas extrêmes.

  • 67 Les émissions prises en compte pour les différents ateliers sont les suivantes : Londres : //LON, é (...)

Figure 26 – Représentation des ateliers gallo-britanniques parmi les nummi frappés entre 294 et 297 (%)67

Londres

At. continental

Trèves

Lyon

Nb. d’ex.

Magny-Cours 1
(F, Nièvre)

9,8

13,1

32,1

45,0

389

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

18,7

12,5

35,9

32,8

64

Bazarnes
(F, Yonne)

10,0

10,0

45,0

35,0

20

Fresnoy-lès-Roye I
(F, Somme)

9,4

8,7

22,4

59,3

415

Mont-Saint-Sulpice
(F, Yonne)

34,2

7,5

38,3

20,0

120

Dillingen-Pachten
(D, Sarre)

13,6

6,8

50,0

29,7

118

Bridgend
(GB, South Wales)

6,7

6,7

62,7

24,0

150

Larré
(F, Morbihan)

10,5

3,9

51,6

34,0

382

Marchovelette
(B, Namur)

4,4

3,8

79,9

12,0

343

Langtoft
(GB, East Yorkshire)

24,7

3,2

36,7

10,8

158

Lignières
(F, Cher)

40,0

3,1

40,0

16,9

65

Domqueur
(F, Somme)

35,1

2,8

45,9

16,1

316

Troussey
(F, Meuse)

2,7

2,7

70,7

23,9

259

Upavon
(GB, Wiltshire)

75,0

0

20,0

5,0

100

  • 68 Voir planche 13.

103La question de la localisation de l’atelier continental reste donc ouverte. S’il est clair que des graveurs lyonnais ont contribué à cette production, il est probable qu’ils ont été mutés dans un atelier distinct de celui de Lyon. Le fait que l’atelier continental n’ait pas signé sa production, contrairement à celui de Lyon, en est le premier indice. Par ailleurs, la division du travail distingue clairement les deux ateliers. À Lyon, la production s’articule autour de deux officines. Dans un premier temps, la première frappe essentiellement pour les Augustes tandis que la seconde se consacre quasi exclusivement aux Césars. Rien de tel à l’atelier continental où une seule officine est active. Elle travaille pour les quatre corégents dans des proportions relativement équilibrées, même si les empereurs d’Occident, Maximien et Constance, sont mieux représentés d’après nos décomptes (fig. 27). Le fait que cette officine frappe simultanément pour les différents tétrarques est illustré par l’existence, dans le trésor de Magny-Cours 1, de liaisons de coins de revers entre des exemplaires aux noms de Dioclétien et de Constance (MC1, cat. 51-83) ou de Constance et de Galère (MC1, cat. 84-90)68.

Figure 27 – Représentation des tétrarques à l’atelier continental d’après les trésors

Dioclétien

Maximien

Constance

Galère

Total

Magny-Cours 1

13

17

11

10

51

Magny-Cours 2

1

3

2

2

8

Bazarnes

2

2

Larré

1

6

5

3

15

Mont-Saint-Sulpice

2

2

2

3

9

Marchovelette

1

3

5

4

13

Dillingen-Pachten

2

4

2

8

Troussey

2

3

2

7

Fresnoy-lès-Roye I

6

12

9

9

36

Domqueur

1

3

3

2

9

Lignières

1

1

2

Langtoft

3

1

1

5

Bridgend

3

1

3

3

10

Total

34

54

47

40

175

%

19,4

30,9

26,9

22,9

100

  • 69 Bastien 1980, p. 125-128.

104Nous ne reviendrons pas dans le détail sur la typologie de ce groupe qui est aujourd’hui bien établie69. Les bustes sont systématiquement nus et laurés à droite, une seule titulature est attribuée à chacun des tétrarques. Certains exemplaires à l’effigie de Maximien (Bast. Ann., 2) et, plus rarement, de Dioclétien (Troussey, no 5318) présentent une titulature ponctuée. Il est à noter que, dans le trésor 1, les deux coins de droit ponctués présentent l’un une effigie large, l’autre une petite effigie de Maximien (MC1, cat. 71-73) pour reprendre la distinction stylistique proposée par P. Bastien.

Atelier de Trèves

105L’atelier de Trèves, le principal centre de production gaulois sous la 1re Tétrarchie, est représenté dans le trésor de Magny-Cours 1 par 143 nummi, soit seulement 28,8 % de l’ensemble alors qu’il apporte 45,1 % du monnayage de Magny-Cours 2. Nous complétons le tableau du volume respectif des émissions trévires de nos deux dépôts présenté supra (fig. 22) par les données tirées de trésors de même horizon (fig. 28). Les deux premières émissions, relativement brèves, signées -/-//TR puis A-C/-//TR après la création de deux officines supplémentaires, fournissent une bonne moitié du contingent trévire dans Magny-Cours 1. Cette composition rappelle des trésors antérieurs de plusieurs années tels ceux de Fresnoy-lès-Roye I et d’Ettelbruck. L’émission A-C/Γ//TR, de plus longue durée, est toujours bien représentée. À partir de 298, le nombre d’officines trévires se réduit à deux. Bien que les volumes de production demeurent très importants, l’apport de l’atelier mosellan dans le trésor 1 devient alors marginal. Le contraste entre les deux lots découverts à Magny-Cours est particulièrement saisissant en ce qui concerne l’émission terminale signée S/F//I-IITR : représentée par 6 exemplaires seulement dans le trésor 1, elle fournit plus de la moitié du contingent trévire dans le trésor 2 (97 ex.), un record absolu au sein des trésors de terminus similaire.

Figure 28 – Représentation des émissions trévires dans les trésors de la 1re Tétrarchie (%)

-/-//TR
(294)

A-C/-//TR
(295)

A-C/Γ//TR
(296-297)

A-B/*//TR
(298-299)

A-B/-//TR
(299)

-/*//A-BTR
(fin 299-301)

-/*//I-IITR
(302)

S/F//I-IITR
(302-303)

S/F//PTR
(303-305)

Ém. indét.

Nb de nummi
trévires

Terminus

Emmersweiller
(D, Sarre)

1,7

9,2

89,0

0,1

1141

298

Fresnoy-lès-Roye I
(F, Somme)

20,4

43,0

35,5

1,1

93

298

Larré
(F, Morbihan)

0,6

3,5

24,6

71,2

0,1

692

300

Ettelbruck


(L)

19,7

48,8

29,1

1,6

0,8

127

300/1

Magny-Cours 1
(F, Nièvre)

16,1

35,7

35,0

7,7

1,4

4,2

143

303

Magny-Cours 2
(F, Nièvre)

0,6

13,3

12,8

13,9

58,8

0,6

165

303

Troussey
(F, Meuse)

0,8

6,4

39,9

28,9

8,2

0,3

15,5

388

303

Dillingen-Pachten
(D, Sarre)

2,6

13,0

40,4

0,5

32,7

10,6

376

303

Marchovelette
(B, Namur)

5,8

31,8

31,0

4,0

0,2

3,3

0,2

22,5

1,3

400

303

Weybridge
(GB, Surrey)

8,0

26,7

22,7

8,0

1,3

24,0

9,3

75

304

Langtoft I
(GB, Yorkshire)

1,7

3,5

20,1

18,3

10,0

27,5

17,0

1,7

229

305

106Les trésors de Magny-Cours livrent quelques nummi trévires non répertoriés dans le RIC VI, ce qui n’a rien pour étonner : tout nouveau trésor complète un matériel rassemblé par Sutherland il y a près d’un demi-siècle. La plupart des inédits remplissent les cases vides d’une combinatoire titulatures/bustes/officines encore réduite pour les émissions au revers unique GENIO POPVLI ROMANI, mais qui s’enrichit – et particulièrement pour l’émission A-B/*//TR – avec la multiplication des bustes exceptionnels et l’introduction de types de revers nouveaux. Sans surprise, compte tenu de la répartition chronologique des masses dans nos deux dépôts, on relève les inédits des premières émissions trévires au sein de Magny-Cours 1, tandis que les inédits des émissions tardives, à partir de 298 de n. è., se concentrent dans Magny-Cours 2. On les trouvera listés dans nos catalogues ; nous ne commenterons que les plus intéressants.

107Le nummus MC1 cat. 101 (pl. 14) présente la titulature IMP DIOCLETIANVS AVG qui n’était pas connue pour l’émission -/-//TR mais qui était déjà attestée pour toutes les émissions suivantes de la 1re Tétrarchie. Le trésor d’Ettelbruck, no 676 avait déjà contribué à compléter la série avec un exemplaire portant la titulature IMP C DIOCLETIANVS AVG. Toujours en ce qui concerne la première émission, MC1 cat. 105 offre un buste nu et lauré à gauche de Maximien, comblant la lacune qui demeurait pour cet empereur alors que l’emploi de ce type de buste était vérifié dans l’émission pour les trois autres tétrarques.

  • 70 Le nom d’Imperator est en revanche souvent absent sur les aurei, argentei ou fractions du nummus, c (...)

108Pour l’émission A-C/-//TR, MC1 cat. 162 porte au droit la très inhabituelle légende DIOCLETIANVS P AVG qui omet le nom d’Imperator. Or, l’abréviation IMP inaugure systématiquement la titulature des Augustes de la 1re Tétrarchie sur les nummi trévires70 : il semble s’agir là d’un oubli de la part du graveur. Par ailleurs, MC1 cat. 131 et 132, issus de deux coins de droit différents, offrent l’association, non répertoriée pour l’émission A-C/-//TR, de la titulature IMP DIOCLETIANVS P AVG et du buste nu et lauré à gauche (pl. 14).

109Signé C/Γ//TR, MC1 cat. 209 se distingue par la titulature IMP MAXIMIANVS PIVS AVG, pendant de la titulature IMP DIOCLETIANVS PIVS AVG qui n’est également attestée que pour la troisième officine (RIC VI, 180).

  • 71 Sur la (les) campagne(s) de Constance contre les Alamans, le point complet des sources et des datat (...)
  • 72 Contrairement à ce qu’indique Kuhoff 2001, p. 213, il existe donc bien des frappes monétaires à met (...)

110L’émission A-B/*//TR est une émission paradoxale qui se définit par la réduction des officines actives à Trèves de trois équipes de monnayeurs à deux, mais aussi par un volume considérable de frappe, ainsi que par l’introduction d’un florilège de bustes parmi lesquels des bustes à attributs guerriers (casques, hastes, boucliers, globes nicéphores) ou exaltant la Virtus impériale et la protection divine (bustes herculiens, doubles bustes accolés de Maximien et d’Hercule, légendes VIRTVS DIOCLETIANI AVG / CONSTANTI NOB C). Cette très riche iconographie guerrière, étendue comme il se doit à l’ensemble du collège tétrarchique, est à mettre en rapport, concernant l’atelier de Trèves, avec les difficiles campagnes germaniques menées par Constance Chlore en 298-299. Le paradoxe se résout lorsque l’on ventile les monnaies de l’émission A-B/*//TR entre phase à bustes étroits et phase à bustes plus larges. La phase à bustes étroits, stylistiquement dans le prolongement de l’émission précédente A-C/Γ//TR, marque une période où l’administration monétaire avait décidé de réduire l’activité de Trèves en fermant une officine. Dans la deuxième phase à bustes larges, la plus longue et la plus abondante, les bustes exceptionnels et guerriers sont nombreux et un nouveau type monétaire FORTVNAE REDVCI est alors introduit sous diverses variantes à côté du type jusque-là unique au Genius. La victoire éclatante remportée par Constance Chlore sur les Alamans demandait à être célébrée. Les sources écrites nous en apprennent plus : les Alamans, bousculés par les Burgondions, avaient franchi le Rhin – probablement par leur route la plus usuelle entre confluence du Main et coude de Bâle, pour pénétrer jusqu’en pays lingon ; Constance n’en avait réchappé que de justesse, hissé par une corde avec assez peu de majesté sur les murs de Langres dont les portes avaient été fermées devant les barbares, avant d’en sortir pour écraser l’ennemi en bataille rangée quelques heures plus tard (Pan. Lat. VII, 6 ; Eutr. 9, 23). Une autre victoire de Constance à Vindonissa marque la fin de la campagne et la retraite des Alamans dans leur territoire71. La seconde phase de l’émission A-B/*//TR accompagne la campagne alamannique de Constance Chlore, sa victoire et le retour du César dans sa capitale en 299 de n. è.72

  • 73 Zschucke 2000 (N.B. Zschucke donne son corpus sous forme de tableaux, sans précision d’officine et (...)

111MC2 cat. 528 (pl. 24) et 540, respectivement au nom de Dioclétien et de Maximien, présentent des bustes drapés et cuirassés vu de dos, non répertoriés par le RIC VI pour ces titulatures IMP DIOCLETIANVS AVG et IMP MAXIMIANVS P F AVG ; le corpus établi par Zschucke73 ne connaît pas non plus la première de ces monnaies – mais le trésor de Dillingen-Pachten en décrit une (no 197) –, et enregistre la seconde sous son no 90. Le nummus MC2 cat. 542 présente la combinaison de la titulature FL VAL CONSTANTIVS NOB C et du buste casqué à gauche, tenant haste et bouclier (pl. 24), inconnue du RIC VI mais répertoriée dans le corpus de Zschucke sous le no 121 ; et MC2 cat. 543, la combinaison FL VAL CONSTANTIVS N C avec le portrait à gauche, tenant haste et bouclier, absente du RIC VI, mais relevée par Zschucke no 115 : le trésor de Dillingen-Pachten no 221 en enregistre un spécimen mais frappé par l’autre officine, l’officine A.

112L’émission suivante -/*/A-BTR, avec l’introduction du revers MONETA SACRA sous ses diverses variantes, témoigne des efforts impériaux pour adapter le système réformé aux réalités des prix et des coûts, et inciter le public à remettre en circulation le nummus que sa sous-évaluation condamnait, nos trésors en témoignent, à la thésaurisation. Dans cette émission, MC2 cat. 550 et 551, inconnus du RIC, figurent dans le corpus plus récent de Zschucke (258 et 199) : notre exemplaire no 550 (pl. 24), un buste drapé et cuirassé vu de dos pour Constance Chlore, apparaît, mais frappé par l’autre officine dans le trésor de Dillingen-Pachten no 362.

113Pour l’émission terminale de nos trésors, S/F//I-IITR, MC1 cat. 234 (pl. 14) présente l’association de la titulature IMP MAXIMIANVS P AVG et du buste cuirassé et drapé vu de trois quarts en avant qui n’était pas répertoriée pour le revers figurant Moneta. MC2 cat. 588 (pl. 25) offre un buste cuirassé et drapé vu de dos pour Dioclétien allié au revers MONETA•S•AVGG ET CAESS que ne relèvent ni Sutherland dans le RIC VI, ni Zschucke.

Atelier de Lyon

114Au nombre de 220, les nummi lyonnais représentent près de 45 % du trésor de Magny-Cours 1 ; avec 77 exemplaires, ils ne comptent que pour 21 % dans le trésor de Magny-Cours 2. Comme déjà observé pour Londres ou pour Trèves, les exemplaires de Magny-Cours 1 ont pour l’essentiel été émis au début de la période du nummus, entre 294 et 297 : le faciès lyonnais qui s’observe ici rappelle celui du trésor de Larré, pourtant clos trois ans plus tôt (fig. 29). En revanche, les exemplaires lyonnais de Magny-Cours 2 appartiennent dans leur majorité aux émissions plus tardives représentées dans nos deux dépôts. On y observe le même biais en faveur de l’émission terminale ۩/A-B//PLG, et tout particulièrement sa deuxième phase, que dans le trésor de Bazarnes, moins accentué toutefois à Magny-Cours 2 que dans le trésor de l’Yonne. Les trésors de Troussey, et surtout de Dillingen-Pachten et de Marchovelette, dans la zone d’influence de l’atelier de Trèves, montrent que les premières émissions de Lyon y ont circulé en masse.

Figure 29 – Représentation des émissions lyonnaises dans les trésors de la 1re Tétrarchie (%)

-/-//PLA-B
(fin 294-295)

-/-//LA-B
(295-296)

A-B/-//PL
(296-297)

A-B/-//LP
(296-297)

۩/A-B//PL ou LP (299-300)

۩/A-B//PLG, ph. 1
(300-302)

۩/A-B//PLG, ph. 2
(302-mi 304)

Nb de nummi
lyonnais

Terminus

Fresnoy-lès-Roye I


(F, Somme)

3,3

96,7

246

298

Larré


(F, Morbihan)

2,3

19,7

47,0

29,5

1,5

132

300

Magny-Cours 1


(F, Nièvre)

1,4

15,4

41,4

21,8

10,9

9,1

220

303

Magny-Cours 2


(F, Nièvre)

3,9

14,3

9,1

18,2

54,5

77

303

Troussey


(F, Meuse)

26,2

32,1

15,5

1,2

9,5

15,5

84

303

Dillingen-Pachten


(D, Sarre)

2,4

36,6

17,1

29,3

14,6

41

303

Marchovelette


(B, Namur)

6,7

37,8

20,0

26,7

6,7

2,2

45

303

Bazarnes


(F, Yonne)

2,1

8,5

4,3

2,1

4,3

78,8

47

303

  • 74 Le symbole ۩ représente l’autel qui apparaît au revers devant le Génie du Peuple romain faisant une (...)

115L’émission -/-//PLA-B, qui succède en 294 à l’éphémère série inaugurale -/-//A-B, est représentée dans le trésor 1 par 3 exemplaires, tous issus de la première officine et à l’effigie de Maximien. Les nummi se rattachant à l’émission suivante, signée -/-//LA-B, sont au nombre de 34 à Magny-Cours 1. Ils forment un ensemble relativement homogène puisque 7 exemplaires sont concernés par des liaisons de coins. La fréquence des identités de coins est même nettement plus marquée pour les émissions A-B/-//PL (42 ex. concernés sur 91, soit 46,2 %) et A-B/-//LP (20 ex. sur 48, soit 41,7 %), qui marquent un temps fort dans la thésaurisation. S’étalant sur seulement deux années, elles fournissent à elles seules les deux tiers du numéraire lyonnais et près de 30 % de l’ensemble du trésor 1. Les monnaies qui se rattachent à ces deux émissions ont manifestement été immobilisées peu de temps après leur frappe, sans avoir réellement eu le temps d’être brassées dans la circulation. Il est même possible d’envisager un apport massif de numéraire en provenance directe de l’atelier. En revanche, la longue émission ۩/A-B//PLG74, qui s’étend de 300 à la mi-304 et qui est subdivisée en deux phases, ne fournit que 20 % des nummi lyonnais (44 ex.) du trésor 1 : les monnaies qui s’y rattachent, et notamment les 20 exemplaires de la deuxième partie de l’émission, sont évidemment parmi les plus récentes du trésor ; la thésaurisation de cet ensemble, duquel les liaisons de coins sont absentes, résulte manifestement d’une ponction régulière sur le numéraire en circulation.

  • 75 Bastien 1980, p. 50-55.
  • 76 Callu 1969, p. 374-375.
  • 77 À l’exception des ateliers orientaux Antioche et Alexandrie, et de Carthage qui possède son iconogr (...)

116La longue et abondante émission à l’autel ۩/A-B//PLG pose des problèmes de classement et de datation difficiles à résoudre75 : l’un des principaux est celui de l’absence à Lyon du type FORTVNAE REDVCI et, encore plus malaisée à expliquer, celle de tout type MONETA SACRA. J.-P. Callu tente de résoudre cette anomalie en supposant une mise au chômage de l’atelier entre 298 et 302, date à laquelle débute selon lui la reprise de la frappe avec l’émission ۩/A-B//PLG76. P. Bastien n’évoque pas la difficulté et donne à l’émission des dates (300-302 pour la 1re partie de l’émission) qui rendent l’exception lyonnaise inexplicable au moment où les types MONETA SACRA sont frappés dans tous les ateliers en fonction77.

  • 78 Les exemplaires pour lesquels l’officine n’a pu être déterminée (cat. 365, 412 et 413) n’ont pas ét (...)
  • 79 Bastien & Vasselle 1971, p. 29. Bastien 1980, p. 121, précise par ailleurs qu’il n’a « que rarement (...)

117Les nombreuses liaisons de coins relevées dans le trésor de Magny-Cours 1 pour les émissions -/-//LA-B, A-B/-//PL et A-B/-//LP livrent des informations intéressantes concernant l’organisation du travail dans l’atelier rhodanien. En premier lieu, nous noterons que le nombre de coins de droit et de revers est bien équilibré (émission -/-//LA-B : 29 coins de droit et 33 coins de revers ; émission A-B/-//PL : 72 coins de droit et 71 coins de revers ; émission A-B/-//LP : 39 coins de droit et 39 coins de revers78). Ensuite, il est intéressant de relever que des liaisons de coins de revers relient ici assez fréquemment, au sein d’une même officine, des nummi à l’effigie de tétrarques différents, qu’il s’agisse du couple d’empereurs herculiens (Maximien et Constance), des deux Césars (Constance et Galère) ou bien encore de l’Auguste herculien et du César jovien (Maximien et Galère) (voir planche 16). Ceci met à mal l’idée formulée par P. Bastien selon laquelle, au sein d’une officine, différentes équipes auraient été affectées au monnayage d’un empereur en particulier79.

118Il est d’ailleurs à noter qu’un changement intervient dans les émissions A-B/-//PL et A-B/-//LP par rapport à l’émission -/-//LA-B en ce qui concerne l’affectation des officines selon les corégents (fig. 30). Dans l’émission -/-//LA-B, la première officine était prioritairement dévolue aux Augustes tandis que la seconde se consacrait quasi exclusivement aux Césars. Dans les émissions A-B/-//PL et A-B/-//LP, la distinction ne se fait plus en fonction du rang mais en fonction de l’appartenance à l’une des deux lignées divines. Le fait est évident pour l’officine B qui ne travaille plus prioritairement pour les Césars mais pour le couple d’empereurs herculiens, Maximien et Constance. L’officine A travaille majoritairement pour les empereurs joviens, jusqu’à la grande émission ۩/A-B//PLG qui marque un basculement ; l’officine B frappe deux tiers de ses monnaies pour les herculiens jusqu’à l’émission à l’autel qui, de même, atteste une nette augmentation de la frappe à leur profit (fig. 31).

  • 80 //LA-B, A-B/-//PL, A-B//LP : Magny-Cours 1 ; ۩/A-B//PLG : Magny-Cours 2.

Figure 30 – Décompte des coins de droit pour les émissions lyonnaises les mieux représentées dans les deux trésors80

  • 81 Trois des 12 coins à l’effigie de Dioclétien avaient déjà été utilisés dans l’émission A-B/-//PL.

Dioclétien

Maximien

Constance

Galère

Total

-/-//LA

5

7

2

1

15

-/-//LB

0

0

8

6

14

Total

5

7

10

7

29

A/-//PL

12

4

4

8

28

B/-//PL

2

16

23

3

44

Total

14

20

27

11

72

A/-//LP

9

3

5

3

20

B/-//LP

3

8

4

4

19

Total

1281

11

9

7

39

۩/A//PL

8

8

14

2

32

۩/B//PL

2

10

10

2

24

Total

10

18

24

4

56

Figure 31 – Nombre de coins de droit produits par les deux officines de Lyon (%)

Off. A

Joviens

Herculiens

Off. B

Joviens

Herculiens

A/-//PL

71,4

28,6

B/-//PL

11,4

65,9

A/-//LP

60

40

B/-//LP

36,8

63,2

۩/A//PLG

31

68

۩/B//PLG

16,7

83,3

  • 82 Bastien 1980, p. 121, relève plusieurs cas de liaisons de coins de revers entre des monnaies issues (...)
  • 83 Cat. 275 et 367 ; cat. 277/282 et 370/371 ; cat. 315/316/318 et 391.
  • 84 Bastien 1980, p. 122 signale deux cas d’échanges de coins entre les émissions A-B/-//PL et A-B/-//L (...)
  • 85 Ibid., p. 41-43.

119L’absence de toute identité entre des coins de droits associés à des revers appartenant à deux officines distinctes témoigne d’un certain cloisonnement des deux officines lyonnaises. De rares cas d’échanges de coins entre les deux officinae lyonnaisesont ont tout de même été signalés par ailleurs82. En revanche, des liaisons de coins sont à relever dans le trésor de Magny-Cours 1 entre deux émissions distinctes, en l’occurrence celles signées A-B/-//PL et A-B/-//LP83 (voir planche 16). P. Bastien avait déjà relevé de tels liens entre ces deux émissions84, constatation qui l’amenait à envisager dans le détail l’hypothèse de leur concomitance, en notant d’autres points de convergence entre elles (style de portrait, titulatures, composition des trésors s’achevant avec ces émissions)85. Il proposait néanmoins au final de situer successivement ces deux émissions.

  • 86 Bastien 1980 ; Bast. Suppl. I : Bastien, Amandry & Gautier 1989 ; Bast. Suppl. II : Amandry, Estiot (...)

120L’important contingent de nummi lyonnais de Magny-Cours livre quelques exemplaires qui complètent l’étude de P. Bastien consacrée au monnayage de Lyon, augmentée de ses deux Suppléments86. L’exemplaire MC2 cat. 675 (pl. 26) révèle une titulature courte IMP DIOCLETIANVS AVG inconnue pour l’émission A-B/-//PL où le nom de Caesar figure dans toutes les titulatures des Augustes. Il s’agit probablement d’un oubli de graveur sur un coin unique : en effet l’émission suivante A-B/-//PL, qui présente la même caractéristique, l’usage systématique de la séquence IMP C ~ pour les Augustes, ne connaît qu’une seule exception portant IMP DIOCLETIANVS AVG, et c’est une monnaie frappée avec ce même coin de droit. L’exemplaire MC1 cat. 411 (pl. 15), signé B/-//LP, offre un buste cuirassé et drapé à droite avec sceptre sur l’épaule gauche qui n’était pas répertorié dans l’émission pour Galère. Des exemplaires signés A et B/-//LP montrant Constance avec ce même buste étaient déjà apparus récemment (Bast. Suppl. II, 77α et 80α). Pour l’émission ۩/A//PLG, MC2 cat. 690 offre un buste militaire où le casque est dépourvu de la couronne de laurier (pl. 26) : pour Constance Chlore, il n’en était connu que pour l’officine B (Bast. 209). Par ailleurs, MC1 cat. 390-392, signés B/-//LP, et cat. 417, signé ۩/A//PLG, complètent le tableau des officines.

121Parmi les monnaies rares, nous pourrions citer MC1 cat. 415, signé ۩/A//PLG, qui présente Dioclétien en buste cuirassé et drapé à droite avec haste en avant dans la main droite et bouclier sur l’épaule gauche (pl. 15). Il est issu de la même paire de coins que l’un des deux autres exemplaires connus (Bast. 135a). Enfin, nous mentionnerons les nummi MC1 cat. 240 et 276 qui se distinguent par une titulature s’achevant par PI AVG et non par l’habituelle formule P F AVG (pl. 14). Mais il s’agit là sans doute d’une erreur de la part des scalptores. Celle-ci a été identifiée et rectifiée a posteriori sur le coin qui a servi à frapper le cat. 240 : en effet, ce même coin de revers se retrouve sur un exemplaire conservé au Cabinet des médailles de Paris (AF 8187) qui montre une lettre F désormais dotée de ses deux barres horizontales.

Autres ateliers

  • 87 Sutherland 1967, p. 270 et 286.

122Les ateliers situés en-dehors du domaine de Constance Chlore, qui comprend la Bretagne, la Gaule et l’Espagne, fournissent moins de 10 % des monnaies du trésor de Magny-Cours 1, mais le quart des nummi de Magny-Cours 2. Parmi ces nummi « exogènes », respectivement 29 et 46 exemplaires proviennent logiquement de Ticinum, l’atelier le plus proche de la frontière gauloise. L’émission la plus récente du trésor pour cet atelier, signée -/-//PT• et datée entre 300 et 303, est représentée par 7 monnaies dans Magny-Cours 1, 28 dans Magny-Cours 2. Sa subdivision en deux phases telle qu’elle était proposée par C .H. V. Sutherland nous semble opératoire sous réserve d’aménagements87 : Sutherland distinguait un premier groupe présentant des bustes de petite taille et une césure de légende au revers et un second groupe caractérisé par des portraits plus larges et des légendes de revers continues. Or, les exemplaires MC1 cat. 480 et 483 et MC2 cat. 762-763 associent un petit buste et une légende de revers continue, et inversement les exemplaires MC2 cat. 768-769, 773, 776, 784 dont les bustes sont larges présentent une légende de revers césurée (pl. 27) : si la taille des bustes permet effectivement de ventiler deux phases, en revanche la présence ou non d’une césure au revers n’est pas un critère déterminant.

  • 88 Ibid., p. 288, n. 1.
  • 89 Ibid., p. 288, n. 3.

123Le nummus MC1 cat. 486 (pl. 15), au nom de Maximien, présente la particularité d’être signé -/•//PT•, soit avec une ponctuation dédoublée inhabituelle. La série avec le point dans le champ appartient à la 2e Tétrarchie. Pourtant, C. H. V. Sutherland signale certains exemplaires aux noms de Dioclétien Auguste et de Constance César qui portent déjà ce point dans le champ88. Le trésor de Seltz I, no 334 contient par ailleurs un nummus de Dioclétien senior sur lequel se retrouve la double ponctuation -/•//PT•. C. H. V. Sutherland voit là le résultat d’une erreur de la part du graveur89.

124Enfin, toujours en relation avec le monnayage de Ticinum, Magny-Cours 1 compte sous le cat. 497, signé */-//PT•, une imitation qui s’inspire des productions de cet atelier (pl. 15). Si les trésors gaulois ou bretons de nummi de la 1re Tétrarchie contiennent généralement, pour les plus conséquents, une ou plusieurs imitations, celles-ci prennent toujours pour modèle des prototypes issus des ateliers gallo-britanniques. À notre connaissance, il s’agit là de la première imitation d’un nummus au 1/32e de livre inspirée d’un prototype italien à être relevée dans un trésor occidental.

Conclusion

125Les deux trésors de Magny-Cours bénéficient du privilège rare d’avoir été exhumés en fouille, et donc d’avoir été préservés dans leur intégralité pour l’étude : s’ils permettent de constater des choix opérés dans le numéraire, ce sont les choix qu’a opérés le thésaurisateur antique. Enfouis à 13 m l’un de l’autre sur le site d’une villa alors en voie d’abandon, ils font partie de ces enfouissements « à récipients multiples », souvent mal documentés. Leur terminus identique – 303 de n. è. – les rattache à une classe de trésors peu répandue et permet de leur supposer un propriétaire unique. Fait encore moins fréquent, ils ont pu bénéficier d’un démontage qui en a préservé la stratigraphie. Seuls quelques trésors, moins d’une dizaine en tout, ont pu bénéficier ainsi d’une micro-fouille opérée dans le récipient.

126Si la stratigraphie n’apporte pas de résultats dans le trésor 1 (les nummi dont il se compose, exception faite d’un seul aurelianus, y ont été déposés en vrac), elle s’est révélée fructueuse pour le trésor 2, composé d’antoniniens-aureliani et de nummi dans un rapport de 6 pour 4 : c’est une « stratigraphie paradoxale » qui démontre que les monnaies les plus récentes, les nummi, ont été placées les premières dans la cruche et que les monnaies radiées, pourtant antérieures, ont été déposées ensuite dans le récipient dont elles constituent les couches supérieures. Les deux espèces étaient donc soigneusement thésaurisées, et à part l’une de l’autre, par leur propriétaire. Plutôt que des espèces circulantes, nummi et aureliani se révèlent des espèces qui n’ont pu s’employer : les provinces occidentales restent, en ce début du ive siècle, engorgées par le mauvais billon d’inflation, officiel ou imitations radiées, émis de 267 à 282 de n. è. qui condamne toute monnaie réformée à la thésaurisation.

127Par ailleurs, les deux lots de nummi, celui de Magny-Cours 1 et celui de Magny-Cours 2, ne sont pas deux fractions d’un même ensemble thésaurisé : même si leurs monnaies terminales indiquent une fin de thésaurisation rigoureusement identique, leur faciès diverge sensiblement. Le trésor de Magny-Cours 1 présente un profil plus proche de trésors enfouis quelques années auparavant : le temps fort de la thésaurisation a lieu entre 295 et 297, avec notamment un apport massif en provenance plus ou moins directe de l’atelier de Lyon. Au final, ce sont donc trois lots, deux récipients et un seul thésaurisateur.

  • 90 Pour un aperçu synthétique et complet des fluctuations de la valeur relative des métaux au cours de (...)

128Magny-Cours 1 et 2 viennent rallonger la liste des trésors gaulois de l’horizon 303 qui forment une petite vague d’enfouissements dont les motivations restent difficiles à cerner. À cette période, l’Empire jouit pourtant d’une certaine stabilité : le modèle de gouvernement tétrarchique est bien établi et n’est pas encore contesté, les frontières sont pacifiées après les campagnes victorieuses des Tétrarques en 298. La situation économique et monétaire est en revanche plus troublée. Les monnaies réformées, aureliani et nummi, ne peuvent s’imposer dans la circulation monétaire courante et sont systématiquement thésaurisées. Par ailleurs, la valeur faciale de l’espèce en bronze argenté avait fait l’objet d’ajustements peu de temps auparavant, à partir de la fin de l’année 301. L’édit monétaire connu par l’inscription d’Aphrodisias atteste le doublement de la valeur du nummus, qui était passé alors de 12,5 à 25 deniers. Peu de temps après, l’édit du Maximum tentait d’endiguer l’inflation générée par cette mesure en ramenant la valeur du nummus à 20 deniers90. Si nous touchons peut-être là à certaines des raisons qui ont conduit à de telles accumulations de numéraire, leur enfouissement et, surtout, leur non-récupération échappe à toute explication.

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

HÉRACLÉE

ANTIOCHE

ALEXANDRIE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

4

9

1

2

1

1

18

MAXIMIEN

1

7

7

2

1

1

1

20

CONSTANCE CHLORE

2

9

6

2

1

3

23

GALÈRE

1

1

8

2

1

13

TOTAL

8

1

33

16

7

2

5

1

1

74

% de l’ensemble des nummi

10.8

1.3

44.6

21.6

9.5

2.7

6.8

1.3

1.3

99.9

Lot 7 : 106 ex.

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

HÉRACLÉE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

1

1

22

5

4

1

1

1

36

MAXIMIEN

3

3

9

6

5

2

28

CONSTANCE CHLORE

2

1

5

10

1

1

2

22

GALÈRE

2

9

3

3

1

2

20

TOTAL

8

5

45

24

12

2

6

3

1

106

% de l’ensemble des nummi

7.6

4.7

42.5

22.6

11.3

1.9

5.6

2.8

0.9

99.9

Lot 8 : 46 ex.

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

HÉRACLÉE

ANTIOCHE

ALEXANDRIE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

1

7

2

2

12

MAXIMIEN

3

3

1

2

1

1

11

CONSTANCE CHLORE

1

7

2

1

1

1

13

GALÈRE

6

2

2

10

TOTAL

2

23

9

6

2

2

1

1

46

% de l’ensemble des nummi

4.3

50

19.6

13

4.3

4.3

2.2

2.2

99.9

Lot 9 : 24 ex.

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

ANTIOCHE

ALEXANDRIE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

6

2

1

9

MAXIMIEN

1

1

1

3

CONSTANCE CHLORE

1

1

1

3

GALÈRE

1

3

3

2

9

TOTAL

3

10

6

4

1

24

% de l’ensemble des nummi

12.5

41.7

25

16.7

4.2

100.1

Bibliographie

Bibliographie

Trésors cités

Aldbourne
Besly 1984

Bazarnes
Amandry & Gautier 1985

Blackmoor
Bland 1982

Bridgend
Besly 2002

Cadbury
(= Tickenham) Pritchard 1896 ; Robertson 2000, p. 232, 945

Cheddar
Robertson 2000, p. 209-210, 859

Colonne I et II
Estiot 1999

Demonte
Vera 1976

Dillingen-Pachten
Alecu & Franke 1969

Domqueur
Bastien & Vasselle 1965

East Harnham
Robertson 1949 ; Robertson 2000, p. 228, 930

Éauze
Schaad et al. 1992

Emmersweiler
Kienast 1962

Ettelbruck
Weiller 1972

Feldreben II
Kapossy 1973

Fresnoy-lès-Roye I
Bastien & Vasselle 1971

Frome [inédit]
Moorhead, Booth & Bland 2010

Fyfield
Leeds 1946

Gloucester
Abdy, Besly & López-Sánchez 2010

Ivan Vazovo
Kunisz 1987

Lacock
Bland 1992 ; Robertson 2000, p. 228, 930A

Langtoft I
Barclay, Holmes & McCartney 2009

Larré
Drost & Gautier 2009

La Venèra
Milani 1880, Estiot 1987, Estiot 1995, Gricourt 2000, Guillemain 2009

Lignières
Bastien & Cothenet 1974

Lochhausen
Kellner 1960

Magny-Cours 1 et 2
Estiot, Drost & Segard (sous presse)

Maravielle
Estiot 1983

Marchovelette
Lallemand 1975

Market Stainton
Mossop 1958

Modigliana
Vanni Peccatori 1989

Mont-Saint-Sulpice
Drost 2009

Navis-Mühlen
Kellner, Zemmer-Plank & Kellner 1984

Neftenbach
Von Kaenel et al. 1993

Nieder-Rengen
Von Hammerstein, Wichmann, Wolfram 1896

Normanby
Bland & Burnett 1988

Pannecé
Aubin et al. 2005

Petrijanec [inédit]
Šiša-Vivek et al. 2005 ; étude sur place S. Estiot et al.

Reichenstein
Vischer 1952

Rogiet
Besly 2006

Rouvroy-lès-Merles III
Langlet 1972

Saint-Germain-lès-Arpajon
Drost et al. 2011

Saint-Maurice de Gourdans
Estiot 1997

Seltz I
Lewis 1937

Sparkford
Robertson 2000, p. 232, 944

Svetozarevo
Crnobrnja 1987

Tattershall Thorpe
Besly & Bland 1984

Thibouville
Bastien & Pflaum 1961-62

Thun [inédit]
Estiot & Frey-Kupper 2009

Titelberg
Weiller 1999

« Trésor français »
Van der Vin 1984

Treviglio
Laffranchi 1937

Troussey
Estiot 1999

Upavon
Burnett & Robinson 1984

Villette d’Anthon [inédit]
Amandry et al. 1996

Weybridge
Hill 1908

Études

Abdy R., Besly E. & López-Sánchez F., 2010 : « Gloucester, Gloucestershire », CHRB XIII, Wetteren, p. 21-113.

Alecu M.D. & Franke P.R., 1969 : Der römische Münzfund von Dillingen-Pachten 1968, 16. Bericht der Staatlichen Denkmalpflege im Saarland, p. 141-160.

Amandry M. & Gautier G., 1985 : « Le trésor de Bazarnes (Yonne) », TM VII, Paris, p. 105-118.

Amandry M., Estiot S. & Gautier G., 2003 : Le monnayage de l’atelier de Lyon (43 av. J.-C. – 413 apr. J.-C.), Supplément II, Wetteren.

Amandry M. et al., 1996 : « Le trésor d’antoniniens des “Communaux d’Arésieux” à Villette d’Anthon (Isère) », BSFN 6 (Journées Numismatiques de Lyon), p. 117-123.

Aubin G. et al., 2005 : « Dossier : le trésor monétaire de Pannecé II (Loire-Atlantique) », BSFN 2, p. 26-42.

Barclay C., Holmes S. & McCartney L., 2009 : « Langtoft I, East Yorkshire », CHRB XII, Londres, p. 208-225.

Bastien P., 1959 : « Le problème des folles sans marque d’atelier de la 1re Tétrarchie », RBN, p. 33-47.

Bastien P., 1960a : « Un atelier monétaire à Boulogne de 286 à 296 ? », BSFN, 1960, p. 442-443.

Bastien P., 1960b : « Folles de l’atelier de Lyon frappés avec le même coin d’effigie », SM 39, p. 75-77.

Bastien P., 1971 : « Some Comments on the Coinage of the London Mint, AD 297-313 », NC, p. 151-165.

Bastien P., 1980 : Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réforme monétaire de Dioclétien à la fermeture temporaire de l’atelier en 316 (294-316), Wetteren.

Bastien P., Amandry M. & Gautier G., 1989 : Le monnayage de l’atelier de Lyon (274-413), Supplément, Wetteren. 

Bastien P. & Cothenet A., 1974,  : Trésors monétaires du Cher. Lignières (294-310), Osmery (294-313), NR VIII, Wetteren.

Bastien P. & Metzger C., 1977 : Le trésor de Beaurains (dit d’Arras), NR X, Wetteren.

Bastien P. & Pflaum H.-G., 1961-2 : « La trouvaille de monnaies romaines de Thibouville (Eure) », Gallia 19 (1961), p. 71-104 ; Gallia 20 (1962), p. 255-315.

Bastien P. & Vasselle F., 1965 : Le trésor monétaire de Domqueur (Somme), Wetteren.

Bastien P. & Vasselle F., 1971 : Les trésors monétaires de Fresnoy-lès-Roye (Somme), Amiens.

Besly E., 1984 : « The Aldbourne, Wilts., Hoard », CHRB IV, Londres, p. 63-104.

Besly E., 2002 : « A Hoard of Tetrarchic Nummi from Bridgend, South Wales », NC, p. 169-215.

Besly E., 2006 : « The Rogiet Hoard and the Coinage of Allectus », BNJ 76, p. 45-146.

Besly E. & Bland R., 1984 : « The Tattershall Thorpe, Lincs, Hoard », CHRB IV, Londres, p. 105-138.

Bland R., 1982 : « The Blackmoor Hoard », CHRB III, Londres.

Bland R., 1992 : « Lacock, Wiltshire », in R. Bland (éd.), The Chalfont Hoard and other Roman Coin Hoards, CHRB IX, Londres, p. 208-216.

Bland R. & Burnett A., 1988 : « Normanby, Lincolnshire : 47 909 radiates to 289 », in The Normanby Hoard and other Roman Coin Hoards, CHRB VIII, Londres, p. 114-215.

Bourne R.J., 2009 : « The Coinage of Carausius and his Colleagues », NCirc (déc. 2009), p. 197-206.

Burgevin A., 2008 : « Étude préliminaire du dépôt monétaire (UF 13) et des monnaies hors dépôt », in Ducreux, Devevey, Quenton 2008, p. 54-58.

Burgevin A., 2009 : « Un trésor monétaire tétrarchique à Magny-Cours (Nièvre) : premier rapport sommaire », BSFN 6 (Journées numismatiques de Dijon), p. 102-105.

Burnett A., Robinson P.H., 1984 : « The Upavon, Wilts, Hoard », CHRB V, Londres, p. 89-99.

Cahn H.A., 1955 : « Die Trierer Antoniniane der Tetrarchie », RSN 37, p. 5-22.

Cahn H.A., 1965 : « Nachträge zu den Trierer Antoninianen der Tetrarchie », SM 59, p. 121-125.

Callu J.-P., 1969 : La politique monétaire des empereurs romains de 238 à 311, BÉFAR 214, Paris.

Callu J.-P., 1979 : « Cachettes monétaires multiples (iiie-ive s.) », SFMA 1, Berlin, p. 5-16.

Carrié J.-M., 1978 : « Les finances militaires et le fait monétaire dans l’Empire romain tardif », in Les dévaluations à Rome, Rome, p. 227-248.

Carson R. A. G., 1982 : « Carausius et fratres sui : a Reconsideration », Studia Paulo Naster Oblata I, Louvain, p. 245-258.

Crnobrnja N. A., 1987 : The Hoard of Roman Coins from Svetozarevo, Svetozarevo.

Cheesman C., 1997 : « The Radiate Hoards », CHRB X, Londres, p. 171-179

Drost V., 2009 : « Le trésor de Mont-Saint-Sulpice (Yonne) : un demi-argenteus et 1086 nummi, 310 apr. J.-C. », TM XXIII, Paris, p. 35-73.

Drost V. & Gautier G., 2009 : « Le trésor de Larré (Morbihan) : une thésaurisation mixte de la 1re Tétrarchie, 300 apr. J.-C. », TM XXIII, 2009, p. 1-33.

Drost V. et al., 2011 : « Le dépôt monétaire de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) : premiers résultats », BSFN 10, p. 285-294.

Ducreux F., Devevey F. & Quenton P., 2008 : Magny-Cours. Aménagement de la RN 7, tranche 3, Champ Rabatin. Rapport préliminaire de diagnostic, Dijon.

Estiot S., 1983 : « Le trésor de Maravielle (Var) », TM V, Paris, p. 9-115.

Estiot S., 1987 : Ripostiglio della Venèra. II.2. Tacito e Floriano, Vérone.

Estiot S., 1995 : Ripostiglio della Venèra.II.1. Aureliano, Rome.

Estiot S., 1997 : « Le trésor de Saint-Maurice de Gourdans-Pollet (Ain) : 1 272 antoniniens stratigraphiés », TM XVI, Paris, p. 69-127.

Estiot S., 1999a : « Le double trésor de Colonne (Jura), terminus 298 AD », TM XVII, Paris, p. 107-180.

Estiot S., 1999b : « Le trésor de Troussey (Meuse) : 5 864 antoniniens et nummi, 303 AD », TM XVII, Paris, p. 181-303.

Estiot S., 2002 : « Probus et Constance Chlore : des monnaies rares réattribuées à l’atelier de Lyon », BSFN 2, p. 17-23.

Estiot S., 2004 : Bibliothèque nationale. Catalogue des monnaies de l’empire romain (BNCMER) XII.1 D’Aurélien à Florien (270-276 après J.-C.), Paris-Strasbourg.

Estiot S., 2010 : « À propos d’un médaillon inédit de l’usurpateur Julien (284-285 AD) : son règne et son monnayage », RN, p. 397-418.

Estiot S., Drost V. & Segard M., sous presse : « Le double trésor monétaire de Magny-Cours (Nièvre), tpq 303 de n. è. », Supplément à la Revue archéologique de l’Est (Actes du 2e colloque Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, septembre 2010).

Estiot S. & Frey-Kupper S., 2009 : « Der Schatzfund von Thun 1955 », in Martin Kilcher S. & Schatzmann R. (éd.), Menschen ‑ Berge ‑ Götter. Das römische Heiligtum von Thun-Allmendingen, Schriften des Bernischen Historischen Museums 9, Berne, p. 270-280.

Estiot S. & Gysen P., 2006 : « L’atelier de Rome au début du règne de Probus (276-277) : corpus et documents inédits », RN, p. 231-257.

Gricourt D., 2000 : Ripostiglio della Venèra. IV. Caro- Diocleziano, Vérone.

Guillemain J., 2009 : Ripostiglio della Venèra. III.1. La monetazione di Probo a Roma (276-282 d. C.), Vérone.

Hill G.F., 1908 : « Two Hoards of Roman Coins », NC, p. 208-215.

Kapossy B., 1973 : « Der römische Münzfund Feldreben II aus Muttenz », RSN 52, p. 52-76.

Kellner H.-J., 1960 : Lochhausen, FMRD I.1, no 1190, p. 167-181.

Kellner H.-J., Zemmer-Plank L. & Kellner E., 1984 : Ein römischer Münzschatz von Navis-Mühlen im Wipptal, Veröffentlichungen des Museum Ferdinandeum 64, Innsbruck.

Kienast D., 1962 : Emmersweiler, FMRD III, nos 1100a-1100b, p. 155-165.

Kuhoff W., 2001 : Diokletian und die Epoche der Tetrarchie : das römische Reich zwischen Krisenbewältigung und Neuaufbau (284-313 n. Chr.), Frankfurt-Berlin-Bern-Bruxelles-New York-Oxford-Wien.

Kunisz A., 1987 : Le trésor d’antoniniens et de folles des principia de la légion de Novae (Bulgarie), Varsovie.

Laffranchi L., 1937 : « Ritrovamento di monete romane a Treviglio », Numismatica e scienze affini III, 1, p. 14-15

Lallemand J., 1975 : « Le trésor de Marchovelette. Antoniniens et folles de Volusien à la 1re Tétrarchie », Annales de la Société archéologique de Namur 57/1, p. 58-125.

Langlet J.-P., 1972 : « Troisième trouvaille de monnaies romaines à Rouvroy-lès-Merles (Oise) », BSFN 9, p. 299-301.

Leeds E.T., 1946 : A Hoard of Roman folles from Diocletian’s Reform (AD 296) to Constantine Caesar found at Fyfield, Berks, Oxford.

Lewis N., 1937 : A Hoard of Folles from Seltz (Alsace), NNM 79.

Milani L.A., 1880 : Il Ripostiglio della Venèra. Monete romane della seconda metà del terzo secolo, Rome.

Moorhead S., Booth A., Bland R., 2010 : The Frome Hoard, Londres.

Mossop J.C., 1958 : « A Hoard of Folles from Market Stainton », NC, p. 59-71.

Pflaum H.-G., 1960 : « Émission au nom des trois empereurs frappée par Carausius », RN, p. 53-73.

Pritchard J.E., 1896 : « Notes on a Find of Roman Coins near Cadbury Camp (Clevedon), Somersetshire », NC, p. 238-245.

RIC V.2 : voir Webb 1933.

RIC VI : voir Sutherland 1967.

Robertson A. S., 1949 : « A Third-Century Hoard from East Harnham (1871) », NC, p. 248-253.

Robertson A. S., 2000 : An Inventory of Romano-British Coin Hoards (Hobbs R. & Buttrey T.V. éd.), Londres.

Schaad D. et al., 1992 : Le trésor d’Éauze, Toulouse.

Segard M., 2010 : Magny-Cours, Champ Rabatin – Rapport final d’opération, Dijon, Service régional de l’archéologie, 3 vol.

Shiel N., 1977 : The Episode of Carausius and Allectus, BAR 40, Oxford.

Shiel N., 1978 : « Carausius et fratres sui », BNJ 48, p. 7-11.

Šiša-Vivek M. et al., 2005 : « Hoard of Roman Coins and Silver Dishware from Petrijanec », Opuscula Archaeologica 29, p. 231-243.

Sutherland C. H. V., 1958 : « Diocletian’s Reformed Coinage in Britain and Related Problems », Centennial publication of the ANS, New York, p. 627-649.

Sutherland C. H. V., 1967 : The Roman Imperial Coinage VI. From Diocletian’s Reform (AD 294) to the Death of Maximinus (AD 313), Londres.

Van der Vin J.P.A., 1984 : Koper met silverglans, een 3e-eeuwse muntschat uit romeins Frankrijk, Surhuisterveen.

Vanni Peccatori F.M., 1989 : « Il tesoro di Modigliana (Forlì) », Bollettino di Numismatica 12, p. 7-198.

Vera D., 1976 : « Il tesoro di Demonte (Cuneo) », RIN 24, p. 139-183.

Voetter O., 1901 : Die Kupferprägung der Diocletianischen Tetrarchie, Vienne.

Voetter O., 1921 : Die Münzen der römischen Kaiser, Kaiserinnen und Caesaren von Diocletianus bis Romulus. Katalog der Sammlung Paul Gerin, Vienne.

Von Kaenel H.-M. et al., 1993 : Der Münzhort aus dem Gutshof in Neftenbach : Antoniniane und Denare von Septimius Severus bis Postumus, Zurich.

Webb P. H., 1933 : The Roman Imperial Coinage V.2. Probus to Amandus, Londres.

Weiller R., 1972 : Ettelbruck, FMRL I, no 124, p. 297-346.

Weiller R., 1999 : Der Schatzfund vom Titelberg (1995). Antoniniane von Caracalla bis Aurelian, SFMA 15, Berlin.

Zschucke C.-F., 2000 : « Die Grossfollisprägung in Trier während der 1. Tetrarchie von 294-305 n. C. », Trierer Petermännchen, Trèves.

Annexes

Composition de Magny-Cours 2 par lots

  

Lot 0 (vrac) : 349 ex.

  

Antoniniens / Aureliani

LONDRES

COLCHESTER

TRÈVES

LYON

MILAN

TICINUM

ROME

SISCIA

AT. BALKAN.

SERDICA

CYZIQUE

Imitation

TOTAL

GORDIEN III

1

1

PHILIPPE

PHILIPPE II

1

1

VALÉRIEN

SALONINE

1

1

GALLIEN seul

1

1

DIVO CLAVDIO

1

1

AURÉLIEN

6

1

7

4

2

1

21

SÉVERINE

1

1

2

TACITE

10

5

5

20

FLORIEN

1

3

1

5

PROBUS

36

19

31

8

1

1

96

CARUS

1

2

1

1

5

NUMÉRIEN

12

2

1

15

CARIN

6

2

3

11

MAGNIA URBICA

1

1

JULIEN

1

1

DIOCLÉTIEN

1

54

4

7

66

MAXIMIEN

1

73

2

76

GALÈRE

2

12

14

CONSTANCE CHLORE

1

9

10

CARAUSIUS

1

1

TOTAL

1

5

215

6

37

64

14

2

3

1

1

349

% de l’ensemble antoniniens / aureliani

0,3

1,4

61,6

1,7

10,6

18,3

4

0,6

0,9

0,3

0,3

99,7

Lot 1 : 57 ex.

Antoniniens / Aureliani

LONDRES

COLCHESTER

TRÈVES

LYON

MILAN

TICINUM

ROME

SISCIA

AT. BALKAN.

SERDICA

CYZIQUE

TOTAL

AURÉLIEN

1

1

1

1

4

SÉVERINE

2

2

TACITE

2

1

1

4

FLORIEN

PROBUS

6

3

2

11

CARUS

NUMÉRIEN

CARIN

1

2

3

MAGNIA URBICA

DIOCLÉTIEN

7

2

1

10

MAXIMIEN

14

1

1

16

GALÈRE

2

2

CONSTANCE CHLORE

2

2

TOTAL

34

7

9

2

1

1

54

% de l’ensemble des antoniniens / aureliani

63

13

16,7

3,7

1,8

1,8

100

  

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

1

1

2

MAXIMIEN

1

1

CONSTANCE CHLORE

GALÈRE

TOTAL

1

1

1

3

% de l’ensemble des nummi

33,3

33,3

33,3

99,9

Lot 2 : 60 ex.

Antoniniens / Aureliani

LONDRES

COLCHESTER

TRÈVES

LYON

MILAN

TICINUM

ROME

SISCIA

SERDICA

CYZIQUE

TOTAL

GALLIEN seul

1

1

AURÉLIEN

1

1

2

SÉVERINE

TACITE

3

1

2

6

FLORIEN

PROBUS

7

2

1

1

11

CARUS

1

1

NUMÉRIEN

CARIN

3

1

4

MAGNIA URBICA

DIOCLÉTIEN

12

1

1

14

MAXIMIEN

9

9

GALÈRE

2

2

CONSTANCE CHLORE

1

1

TOTAL

35

1

4

8

2

1

51

% de l’ensemble des antoniniens / aureliani

68,7

2

7,8

15,7

3,9

2

100,1

  

Nummi

LONDRES

ATEL. CONTIN.

TRÈVES

LYON

TICINUM

AQUILÉE

ROME

CARTHAGE

TOTAL

DIOCLÉTIEN

MAXIMIEN

1

1

2

CONSTANCE CHLORE

3

2

1

6

GALÈRE

1

1

TOTAL

5

2

2

9

% de l’ensemble des nummi

55.6

22.2

22.2

100

Lot 3 : 45 ex.

Antoniniens / Aureliani