Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Musique à Venise et l’imaginaire français des Lumières

 | 
Sylvie Mamy

Préface

Catherine Massip

Texte intégral

1Les relations musicales franco-italiennes constituent l’un des points essentiels de l’histoire de la musique française sous l’Ancien Régime. Histoire pleine de péripéties que l’on peut aborder par le biais de l’anecdote – les voyages, les rencontres, les écrits polémiques qui ne manquent pas –, par celui de l’analyse stylistique – émergence et expansion des formes et des modes d’écriture – ou d’un point de vue nouveau tel celui adopté ici, celui de l’examen des sources écrites. Cette démarche n’est pas tout à fait nouvelle : elle était déjà recommandée avec éloquence et insistance par Romain Rolland dans les années 1900, elle fut pratiquée par lui-même et par ses premiers disciples tel Henry Prunières. S’il y a nouveauté, elle est dans le corpus utilisé, celui du fonds de manuscrits de musique italienne de la Bibliothèque nationale de France conservé au département de la Musique.

2La présence dans une collection nationale d’un ensemble de plusieurs dizaines de milliers de partitions d’opéras italiens complètes ou sous la forme d’airs séparés conduit inévitablement à poser de multiples questions. À qui cette musique était-elle destinée ? Par qui et quand fut-elle réunie, pour quels usages et pour quelle pratique musicale ? Par quelles voies circulait-elle entre l’Italie et la France ? Tous les foyers musicaux de la Péninsule étaient-ils également pourvoyeurs de musique ? Quelle part jouaient amateurs éclairés, collectionneurs ou musiciens, interprètes et compositeurs, dans ce flux constant ? Que devenaient ces œuvres ? Étaient-elles exécutées ou devenaient-elles simple objet de collection ? Si elles étaient exécutées, étaient-elles adaptées au goût du public français ?

3La musicologie ultramontaine, confrontée à l’une des plus riches et exaltantes aventures théoriques, formelles et institutionnelles de la musique occidentale, s’est peu penchée sur l’expansion de ses richesses sauf vers les pays germaniques. En revanche, les musicologues français ne pouvaient ignorer les constantes interférences stylistiques entre deux univers musicaux dont l’un, français, recherchait ses modèles outre-monts, qu’il s’agisse de la monodie vocale, de l’opéra français ou de la copie-pastiche lorsque « sonades » et cantates commencent à séduire le public français à la fin du xviie et au début du xviiie siècle. L’histoire des plus grands compositeurs français de la période, Jean-Baptiste Lully, Marc-Antoine Charpentier, François Couperin, André Campra, Sébastien de Brossard et bien d’autres, serait incompréhensible sans la référence italienne. On connaissait aussi depuis lontemps les violentes éruptions polémiques qui enflammaient périodiquement le paysage français et tissaient une histoire de séduction/ répulsion dont bien des aspects demeuraient obscurs. L’italianisme avait ses « foyers », comme celui du curé Mathieu de Saint-André-des-Arts, et ses « champions », comme Jean-Jacques Rousseau dont la Lettre sur la musique française et ses pointes assassines imprimées dans la mémoire collective exaltent la musique italienne au détriment de l’opéra français. Tout ceci formait un tissu diachronique semé d’ombres, d’ambiguïtés ou de contradictions.

4Pendant plusieurs années, Sylvie Mamy a participé aux travaux de recensement et de description des manuscrits musicaux engagés dans le vaste projet du Répertoire international des sources musicales, tout en poursuivant ses recherches sur la musique à Venise au xviiie siècle, en particulier sur l’opéra et ses interprètes. Au point de convergence de ces deux centres d’intérêt, elle nous invite, tout en analysant le fonds musical italien de la Bibliothèque nationale de France, riche mais assez méconnu, à une mise en perspective résolument neuve des relations musicales franco-italiennes ou, plus précisément, franco-vénitiennes. Venise, intense foyer musical, s’est dotée des moyens nécessaires à la diffusion des œuvres produites pour ses plaisirs : oratorios et motets pour les ospedali, opéras sérieux ou bouffe pour ses théâtres dont le prestigieux théâtre San Giovanni Grisostomo. En multipliant confrontations et nouvelles mises en perspective de ces sources écrites, Sylvie Mamy ajoute un chapitre essentiel à l’histoire de la réception de la musique vénitienne. Bien que compositeurs et interprètes aient défendu ces productions dans toute l’Europe, la diffusion de la musique, aux xviie et xviiie siècles, reste dépendante d’une culture de l’écrit bien particulière qui n’est pas uniquement celle de l’édition, mieux cernée et mieux étudiée, mais aussi celle du manuscrit. Ses centres de diffusion et ses acteurs, copistes, ateliers, marchands, les Marescalchi, les Alessandri et Scattaglia ont laissé de multiples traces dans les grandes bibliothèques européennes, traces qu’il fallait retrouver. Grâce aux listes dressées en vue des confiscations révolutionnaires, diverses bibliothèques musicales privées témoignent du goût d’une époque. Est moins connu l’appétit vorace du Directoire à l’égard des collections musicales vénitiennes dont Sylvie Mamy retrace l’incroyable histoire. Voyageurs et épistoliers devenus propagandistes, comme Rousseau ou la comtesse de Caylus, collectionneurs agissant pour eux-mêmes ou au nom de la raison d’État, tous préparent l’éclosion d’une véritable domination musicale italienne devenue effective sous l’Empire.

5Cette étude d’envergure montre que la difficile exploitation de sources musicales complexes et leur mise en perspective peut enrichir et renouveler un pan de l’histoire musicale européenne.

Auteur

Directeur du département de la Musique

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540