Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome I

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

Historique de la collection

Mathilde Avisseau-Broustet

Texte intégral

1Outre les monnaies et médailles qui forment l’essentiel de son fonds, le « Cabinet des médailles » conserve des antiques (céramiques, bronzes, argenterie et orfèvrerie, ivoires...) des objets d’art du Moyen-Âge aux temps modernes et une riche collection de pierres gravées. Celle-ci, une des plus importantes au monde, offre un panorama très complet de l’histoire de la glyptique tout en présentant un grand nombre de pièces exceptionnelles, gravées pour des princes et restées jusqu’à la révolution française dans des collections royales.

2Le Cabinet des médailles est en effet l’héritier du « Cabinet du roi », c’est-à-dire de la collection de monnaies, médailles, gemmes, bijoux, objets précieux et de curiosité que les rois de France, tels déjà Philippe Auguste, Charles V, François Ier, Henri II, Catherine de Médicis, avaient rassemblée, mais qui bien souvent fut dispersée, soit par les guerres, soit en cadeaux royaux.

3C’est Charles IX qui, le premier, constitua administrativement le Cabinet des médailles. Dès 1560, il fit dresser un inventaire des joyaux et autres objets d’art conservés au château de Fontainebleau, qui comprend un nombre considérable de vases et objets en agate, calcédoine, cristal de roche, jaspe et autres pierres fines. Puis il fit réunir en musée, au Louvre, les curiosités recueillies par lui et avant lui et disséminées dans les palais royaux et créa la charge de « Garde des médailles et Antiques du roi ». Les guerres de religion dispersèrent une grande partie de cette collection, comme la Gemma Augustea qui fut emportée à Vienne.

4Henri IV chargea un collectionneur provençal, Rascas de Bagarris, de reconstituer le Cabinet des Antiques du roi à Fontainebleau et lui fit acquérir quelques collections privées. L’inventaire de 1602 signale, outre des statues, vases, bronzes et monnaies, des gemmes dont « cinquante petites figures en ronde-bosse de pierres fines comme agates, onyx, jaspes, cornalines, héliothropes ». La mort d’Henri IV stoppa le développement de la collection, qui ne reprit qu’en 1660, avec le legs que fit le prince Gaston d’Orléans à Louis XIV, son neveu, de toutes ses collections de médailles, pierres gravées, bronzes, livres et coquillages rares. A cette occasion, un Estat des pierres gravées en creux et de relief fut dressé en 1664, dans lequel il est possible d’identifier plusieurs des pierres étudiées ici, tels le camée d’Alexandre par Pyrgoteles (n29) et le double portrait de Ptolémée VI et de Cléopâtre II (n104).

5Sous l’impulsion de Louis XIV, de son ministre Colbert et de Pierre de Carcavi, garde du Cabinet, la collection s’accrut rapidement d’objets rapportés de l’étranger par les ambassadeurs et les voyageurs et par l’acquisition de plusieurs collections privées. Le Cabinet des médailles, situé au Louvre jusqu’en 1666, puis transféré à la suite d’un vol rue Vivienne, où se trouvait déjà la Bibliothèque du roi, déménagea en 1684 au château de Versailles, où il fut installé à côté des appartements du roi qui venait chaque jour regarder ses pierres gravées et ses médailles. Sur ses ordres, de nombreuses pierres furent serties dans des montures d’or émaillé, comme le camée de Ptolémée II en demi-ronde-bosse (n57) dont la somptueuse monture est l’œuvre de l’orfèvre Josias Belle.

6À la mort de Louis XIV, le garde du Cabinet, Gros de Boze, rédigea un Inventaire et recollement des médailles et pierres gravées antiques et modernes et présida en 1721 à un nouveau transfert à Paris à la Bibliothèque du roi, pour rendre les collections plus accessibles aux savants. Elles furent installées rue Colbert, dans un salon, resté intact jusqu’en 1865, décoré de peintures de Boucher, Vanloo et Natoire, dans des médailliers qui sont des chefs-d’œuvre du style Louis XV. Les pierres gravées restèrent cependant à Versailles jusqu’en 1791. De 1754 à 1795, le garde du Cabinet fut l’abbé Jean-Jacques Barthélemy, archéologue, épigraphiste — il fut à l’origine de la découverte des alphabets palmyrénien et phénicien — numismate et écrivain, auteur du roman historique, Le Voyage du jeune Anacharsis. Sous sa direction, le Cabinet s’enrichit de collections importantes dont celle du comte de Caylus, composée principalement d’antiquités égyptiennes, grecques et romaines, publiées dans son Recueil d’Antiquités. Quelques-unes sont présentées ici : le beau fragment en pâte de verre du Persée (n55), une tête en verre bleu cobalt de Cléopâtre II assimilée à Isis et un portrait d’Ariarathe sur prase verte (n202). Caylus était aussi l’auteur d’un traité didactique sur la technique des pierres gravées et l’inspirateur du Traité des Pierres gravées de Mariette, où sont dessinées par Bouchardon les plus importantes intailles de la collection du roi telles celles de Mithridate le Grand (n207) ou de Socrate (n226).

7Une nouvelle période s’ouvrit avec la Révolution française qui fut une source extraordinaire d’enrichissements pour le Cabinet des médailles. La réputation de Barthélemy préserva en effet le Cabinet de toute spoliation et y fit affluer au contraire les richesses prélevées dans les abbayes ou confisquées dans les collections privées, décrétées propriété nationale. En 1791 arrivèrent les objets d’orfèvrerie et les pierres gravées de Saint-Denis et de la Sainte Chapelle ; puis en 1793, les monnaies de Sainte Geneviève (les antiques suivront en 1797) et les gemmes de la cathédrale de Chartres.

8C’est attirés par la présence de ces objets que de grands collectionneurs continuèrent aux xixe et xxe siècles à enrichir de leurs dons le Cabinet des médailles, notamment en 1862 le duc de Luynes qui légua, outre une belle série de vases grecs, des bijoux hellénistiques, des camées et des intailles parmi lesquels les portraits d’Épicure, de Démosthène et Mithridate. En 1899, Pauvert de la Chapelle offrit de son vivant sa collection de gemmes qui comprenait des sceaux-cylindres et des scarabées mais aussi des camées et intailles dont les plus beaux exemplaires se retrouvent ici (nos 48, 49, 50, 276, 279, 281). Au xxe siècle, le don du comte Chandon de Briailles et celui du comte de Boisgelin de la collection de Clercq, partagée entre le Louvre pour l’archéologie et la Bibliothèque Nationale pour la numismatique et la glyptique, ont été d’une importance considérable. On en trouvera ici l’illustration. Enfin, en 1972 et 1973, Henri Seyrig, ancien directeur de l’Institut français de Beyrouth puis directeur des musées de France, a donné de très belles pierres qu’il avait rapportées de Syrie, comme les rares portraits d’Achaios (n172) et d’Archélaos de Cappadoce (n225). Une active politique d’acquisition menée tout au long de ces années, malheureusement plus difficile à assumer aujourd’hui en raison des prix pratiqués, a contribué également au développement de cette exceptionnelle collection.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540