Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors de la chanson populaire française. Autour de 50 chansons recueillies en Acadie

 | 
Geneviève Massignon
, 
Georges Delarue

Chapitre XIV. Chants dansés

42. J’ai vu le loup, le renard, le lièvre

Texte intégral

A) Mme Vve Simon Lapierre, Sur-les-Caps (îles de la Madeleine), P. Q.

1946 : Recueillie en septembre 1946.

PAS DE MÉLODIE NOTÉE

J’étais à la grang’ métiver,
J’ai vu le loup, le r’nard sauter,
J’ai foulé ma couvarte,
J’ai foulé ma couvarte aux pieds.

B) M. Octave Mazerolle, Saint-Antoine (Kent), N.-B.

1946 : Enregistrée en novembre 1946, disque II◊B◊5. Lors de l’enregistrement, le chanteur n’a chanté que les deux premiers vers.

MÉLODIE 42-B

J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard passer.
Dans ma charrett’ les fais-t-embarquer...

Quadrille : « Se dansait le jour de mardi gras, quatre en face de quatre, avec un joueur de violon. »

C) Mme Melvina Haché, Lamèque (Gloucester), N.-B.

1946 : Recueillie en août 1946.

1961 : Mme Haché étnt décédée en 1951, la mélodie a été enregistrée par sa fille, Mme Jean-Paul Chiasson qui la tenait de sa mère.

MÉLODIE 42-C

J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard passer.

D) Mme Gustave Chiasson, Bas-Caraquet (Gloucester), N.-B.

1946 : Recueillie en août 1946.

1961 : Mme Chiasson étant décédée, la mélodie a été enregistrée par son fils, M. Pascal Albert.

MÉLODIE 42-D

As-tu vu le loup, le lièvr’, le r’nard ?
As-tu vu le loup, le r’nard passer ?
Dileur ti dileur,
Di li de li de la,
Di li di li de la,
Ti di li de la.

E) Mme Henry Pothier, Pubnico-Ouest (Yarmouth), N.-E.

1946 : Recueillie en octobre 1946.

PAS DE MÉLODIE NOTÉE

J’ai vu le loup, j’ai vu le r’nard, j’ai vu le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard sauter.

F) Mme Édouard Savoie, Lamèque (Gloucester), N.-B.

1946 : Recueillie en octobre 1946.

PAS DE MÉLODIE NOTÉE

J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard passer.

Cotillon

G) Mme Alphée Chevarie, Sur-les-Caps (îles de la Madeleine), P. Q.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 42-G

Derrièr’ la grange à métiver,
J’ai vu le loup, le r’nard sauter.
J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard sauter.
J’ai foulé ma couvert’, couverte,
J’ai foulé ma couverte aux pieds.

H) M. John Le Blanc, Sur-les-Caps (îles de la Madeleine), P. Q.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 42-H

J’ai ‘té-z-à la grang’ métiver,
Et j’ai vu le loup, le r’nard sauter,
J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvr’,
J’ai vu le loup, le r’nard sauter.
J’ai foulé ma couverte, verte, vert’,
J’ai foulé ma couverte vert’ aux pieds.

I) Mme H. D. Le Blanc, née Goguen, Saint-Antoine (Kent), N.-B.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 42-I

J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard passer.
J’ai vu venir à travers du pont,
J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard passer.

Parallèles

Nous signalerons entre parenthèses l’emploi de ces vers comme refrain ou comme danse.

1°) Texte ancien

A. Vuillart, Cinquième livre de musique, Paris, Le Roy et Ballard, 1560, p. 7 (refrain).

2°) Tradition orale

FRANCE

PAYS MESSIN : Puymaigre, II, 169 (refrain).

BOURGOGNE : (Pays de Beaune) Bigame, 207 ; reproduit dans Emmanuel, 58 et Davenson, 362 (danse).

NORMANDIE : (Pays de Caux) R.T.P., VI, 77 (refrain).

BRETAGNE : (Lorient) Rolland, Ch. pop., I, chanson CXXVI/a (refrain).

BAS-BERRY : Barbillat et Touraine, IV, 154 (danse : bourrée).

LIMOUSIN : Blanchard, 72 (danse).

PÉRIGORD : Trébucq, Pyr. Vendée, 143 (danse).

WALLONIE

Terry et Chaumont, 369 (refrain).

CANADA

Gagnon, 180 (refrain).

Commentaire

1Toutes les provinces de l’Acadie ont conservé la coutume des veillées où l’on se réunit pour chanter et danser entre voisins et amis. Certaines danses sont rythmées au son du violon, d’autres, tels les cotillons, le sont au talon : un des assistants chante en scandant la mesure à coups de talon pendant que garçons et filles « virent » et dansent. C’est ainsi que l’on danse J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre…

  • 1 [Les datations de cet auteur sont basées sur le caractère modal des mélodies, toujours considéré pa (...)

2Les paroles de ce chant, peu recueilli en France, peut-être à cause de sa brièveté, ont inspiré des suppositions diverses. Maurice Emmanuel en faisait remonter la date aux xive ou xve siècles, mais sans dire pourquoi1. Il ne fait aucune allusion au recueil de Vuillart, du xvie siècle, qui nous fournit les paroles suivantes :

J’ay veu le regnart et le loup et le lièvre,
J’ay veu le regnart et le loup chanter.

3aux deux derniers couplets, chanter est remplacé par danser.

4Ces vers servent de refrain à la chanson « En mon jardin m’en entray, / Trois fleurs d’amour y trouvay » dont le xvie siècle nous a fourni plusieurs autres versions, mais avec des refrains différents.

5Ainsi, la première attestation de ces paroles est un refrain, que l’on retrouve dans diverses chansons traditionnelles :

6- En Normandie, on a :

Mon père veut me marier,
A un vieillard il m’a donnée.
J’entends le loup, le renard et l’alouette, (bis)
J’entends le loup, le renard chanter.

7- En Lorraine (Pays Messin), c’est la chanson « Mon père avait un champ de pois » qui a pour refrain :

Coucou,
J’entends le loup, le renard, aussi le lièvre,
J’entends le loup, le renard au bois.

8- En Bretagne, c’est une version du Canard blanc, qui s’adjoint le refrain :

J’entends le loup, le renard et le lièvre,
J’entends le loup, le renard chanter.

9- En Wallonie, c’est la chanson du Soulier déchiré (et raccommodé pour un baiser) dont le premier couplet est :

Ahier au soir j’ai tant dansé,
J’entends le coq, le renard chanter (var. 1)
J’ai déchiré tous mes souliers,
Coucou,
J’entends le coq, le renard et la bécasse,
J’entends le coq, le renard chanter
, (var. 2)

10Variantes :

  1. J’ai vu le loup, le renard danser,

  2. J’ai vu le loup, le renard et la bécasse,
    J’ai vu le loup, le renard danser.

11Ces chansons ayant toutes, à des degrés divers, servi à la danse, il n’est pas surprenant de voir leur refrain utilisé comme couplet à danser en Bourgogne, Berry, Périgord et Limousin... et aussi en Acadie !

12Nos versions A, G et H ont un premier vers « J’étais à la grang’ métiver » dont le sens n’est pas très clair. « Métiver » signifie « moissonner » ; peut-être est-il pris ici dans le sens de « battre » le blé, ce qui est l’aboutissement de la moisson. En effet, en Acadie comme au Québec, on bat toujours en grange.

13On retrouve notre danse parmi celles qui constituent L’Escaouette, danse accompagnant la quête de la Chandeleur (chanson 45, versions C et I) et dont les exécutants étaient masqués. Auraient-ils alors porté un masque d’animal, loup, renard ou lièvre ? Dans la plupart des versions on entend « chanter » ces animaux avant de les voir « danser ». Passe encore de « danser », mais « chanter » ? Ce verbe ne convient guère pour des animaux comme un loup, un renard ou un lièvre, par contre il peut fort bien s’appliquer à un groupe de danseurs masqués. Notons également que notre version B se dansait le jour de mardi gras, jour par excellence pour porter un masque.

14Quant aux animaux cités dans la danse, on constate qu’ils sont généralement au nombre de trois : deux mâles, le loup et le renard, et une femelle, alouette, bécasse, belette... ou lièvre. En effet, dans les dialectes méridionaux ainsi que dans certains parlers du Nord et de l’ Est, ce mot est féminin : ainsi, en Périgord, on dit « la lebre ». Qui plus est, alouette, bécasse ou lièvre sont les proies naturelles des grands chasseurs que sont le loup et le renard. Ce rapport entre un chasseur mâle et un gibier femelle n’est pas sans rappeler La Chasse au lièvre (chanson 41) et en particulier la manière dont on la pratique à Saint Martinville (Louisiane) où le chasseur est nécéssairement un garçon et le lièvre une fille. Il est possible qu’à l’origine, J’ai vu le loup... ait été une danse déguisée ou masquée où deux « mâles » se disputaient une « femelle ».

  • 2 [On peut également remarquer que, des six chansons utilisant le refrain J’ai vu le loup..., cinq so (...)

15La danse limousine, elle, n’évoque que le couple renard lièvre. Son troisième vers « Le renard fait la glissade et le lièvre le grand pas » peut, lui aussi, faire penser à une poursuite mimée entre un homme et une femme2.

Notes

1 [Les datations de cet auteur sont basées sur le caractère modal des mélodies, toujours considéré par lui comme une survivance des origines et constituant donc un élément de datation. Or, dans sa version, l’air est celui du Dies irae... Il va de soi que nous ne partageons pas du tout cette façon de voir !]

2 [On peut également remarquer que, des six chansons utilisant le refrain J’ai vu le loup..., cinq sont sur des thèmes amoureux :
- Dans La Belle au jardin (xvie siècle), celle-ci cueille un bouquet pour l’offrir à son ami.
En Normandie, nous avons une jeune fille mariée à un vieillard.
- Mon père avait un champ de pois (Lorraine) est la mésaventure d’une fille qui revient enceinte du bois.
- Dans Le Soulier déchiré (Wallonie) le cordonnier demande un baiser en récompense de son travail.
- Au Canada, le refrain est associé à une chanson où la belle rencontre trois cavaliers dont l’un lui demande à coucher...]

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540