Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors de la chanson populaire française. Autour de 50 chansons recueillies en Acadie

 | 
Geneviève Massignon
, 
Georges Delarue

Chapitre II. Chansons relatives à des personnages historiques

10. La complainte de Biron

Texte intégral

A) M. Denis Martin, Sainte-Anne (Madawaska), N.-B.

1946. Texte dicté en juin 1946.

PAS DE MÉLODIE NOTÉE

  • 1 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Il voulut jouir de l (...)
  • 2 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Biron ne pensait auc (...)

1. - Quand Biron rentrit dans Paris,
Il voulut jouer de la Reine.1
Ayant ni épé’, ni poignard,
Biron ne pensa qu’aucun tort.2

  • 3 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Voilà le grand prévô (...)
  • 4 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Couch’rez…

2. - Il n’en a pas joué trois tours,
Voilà les grands prévôts qui rentrent.3
- Fils de Mari’ ! Charl’ de Biron,
Couchez ce soir dans la prison.4

  • 5 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Au Roi a-t-écrit une (...)

3. - Quand Biron fut dans la prison,
Au Roi écrit une lettre.5
- Sauvez-moi la vie une fois,
Je vous l’ai sauvé’ par trois fois.

4. - Premièrement, dedans Paris,
Deuxièmement, dedans la France,
Troisièmement en Itali’,
Sans moi, vous étiez tout’ péri.

  • 6 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Si j’craignais pas…

5. - Biron, t’en as parlé trop tard,
J’en ai perdu la souvenance.
Si j’craindrais pas ta trahison,6
Tu s’rais mon grand ami, Biron !

  • 7 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. A-t-appelé un de ses (...)
  • 8 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Disant : - Mon page, (...)

6. - Quand Biron fut sur l’échafaud,
A-t-appelé P’tit Jean, son page :7
- P’tit Jean, venez ici,8
Que je vous voye avant d’mouri’.

  • 9 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. A Jean, son page, il (...)

7. - Biron avait un’ montre en or
Qui lui coûtait cinq cent mill’ pias’es,
P’tit Jean, son page, y-avait donné’9
Et ses parents lui ont ôté’.

  • 10 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Ce qui me coût’ le p (...)

8. - Ce que je regrett’ de mourir,10
C’est de quitter ma pauvre mère,
Ell’ qui m’a él’vé si tendrement,
Me voir mourir si rudement !

B) M. Cyprien Chassé, Grand-Isle (Maine), États-Unis.

1946. Texte dicté en juin 1946.

1961. Couplets enregistrés : 1 et 6.

MÉLODIE 10-B

1. - Quand Biron rentrit dans Paris,
C’était pour y jouer d’la reine.
Ni sans épé’, ni sans poignard,
Biron n’a pas eu aucun tort.

2. - Biron n’a pas joué trois coups,
Voilà le grand prévôt qui rentre :
- Charl’ de Biron, Fils de Mari’ !
Qu’il fût couché dans les prisons.

3. - Quand Biron fut dans les prisons,
Au Roi de France écrit une lettre :
- Sauvez-moi la vie une fois,
Je vous l’ai sauvé’ par trois fois !

4. - Premièrement, c’est dans l’Espagne,
Deuxièmement, dans l’Australie,
…………………………………
Sans moi, vous auriez tout’ péri.

5. - Biron, tu n’as parlé assez vite,
Tu n-as parlé trop tard !
Si ç’aurait pas été ta trahison,
Oui, tu s’rais mon ami, Biron !

6. - Biron avait un’ montre en or
Qui lui coûtait bien des milliards.
C’était son p’tit pag’ qui lui avait donné’,
Par trahison ils lui ont ôté’.

7. - Quand Biron fut sur l’échafaud,
A-t-appelé trois de ses pages :
- Venez à moi, pages du Roi,
Que je vous voye avant d’mourir.

8. - C’qui m’fait d’la pein’ de mourir,
C’est de quitter ma bonne mère.
Si doucement ell’ m’a-t-él’vé,
Si rudement me voir mourir !

C) M. Paul Lang, Clair (Madawaska), N.B.

1946. Texte dicté en juin 1946.

1961. Couplets enregistrés 1 à 8.

MÉLODIE 10-C

1. - Quand Biron fut sur l’échafaud
Y-a-t-appelé un de ses pages :
- Oh ! page, beau page du Roi,
Viens m’y parler, viens m’y parler.

2. - Viens m’y parler, viens m’y parler,
Tu en seras récompensé.
Va dire au Roi de s’y lever
Pour voir Biron tout excité.

3. - Promptement le Roi se leva,
Lui-a mis la tête à la fenêtre,
S’est accoté dans son jubé
Pour voir Biron tout excité.

4. - Sire mon Roi, souvenez-vous,
Quand nous étions tous deux en guerre,
J’vous ai sauvé la vi’ trois fois,
Sauvez-la moi une seul’ fois !

5. - Premièrement, c’est en Piémont,
Secondement, c’est en Rochelle,
Troisièmement, c’est en Paris,
Sans moi, vous auriez tout’ péri !

6. - Oh ! si j’étais grand maître seul,
T’aurais vi’ sauve, oui d’un grand coeur !
Biron, tu as parlé trop tard,
J’en ai perdu la souvenance.

7. - Sire mon Roué, faut donc mouri’,
Oh ! rendez-moi mon équipage,
Tous mes carrosses, tous mes chariots,
Qu’ils soy’ conduits dans mon château.

8. - C’qui m’fait le plus d’pein’ de mouri’,
C’est de mouri’ sans voir ma mère,
Si tendrement m’a-t-élevé,
De m’voir mouri’ honteusement !

D) M. Marcel Guimont. Frenchville (Maine), États-Unis.

1946. Texte pris sous dictée.

1961. Couplets enregistrés : 1 et 2.

MÉLODIE 10-D

1. - Quand Biron rentrit dans
Paris Il a voulu jouir de la Reine.
Ni sans épé’, ni sans poignard,
Biron n’a pas fait qu’aucun tort.

2. - Il lui a pas joué trois tours,
L’voilà le grand chef qui s’avance :
- Arrête ci, Charl’ de Biron,
A c’soir couchez dans ma prison.

3. - Quand Biron fut dans la prison,
Au Roi écriva-t-une lettre :
- Sauvez-moi la vie une fois,
Moué, j’vous l’ai sauvé’ par trois fois.

4. - Premièrement, en Itali’,
Deuxièmement, c’est en Espagne,
Troisièmement, c’est à Paris,
Sans moi, vous auriez tout péri !

5. - Biron, tu m’as parlé trop tard,
J’en ai perdu le souvenir-e.
Si c’n’aurait’té ta trahison,
T’serais mon grand ami, Biron !

6. - Biron avait un’ montre en or
Qui coûtait quinze ou deux mill’ louis.
P’tit Jean, son page, y-avait donné’
Et ses parents lui ont ôté’.

7. - Si m’fait d’la pein’ de mourir,
C’est de quitter ma tendre mère,
Si tendre mèr’ m’a-t-élevé
C’est rud’, demain devoir mourir !

E) Mme Frédéric Cormier, Saint-Joseph-du-Moine (Inverness), N.-E.

1946. Texte pris sous dictée en septembre 1946.

1961. Couplets enregistrés : 5 et 6.

MÉLODIE 10-E

1. - Quand Biron rentrit dans Paris,
C’est pour jouer avec la Reine.
Il n’a ni couteau, ni poignard,
Biron n’aut pensé aucun mal.

2. - Biron n’a pas joué trois fois,
Voilà le grand forban qui entre :
- C’est toi, ami, Charl’ de Biron,
Tu coucheras dans la prison.

3. - Quand Biron entendit cela,
A deux genoux il se prosterne :
- Sir’, sauvez-moi la vie une fois,
Moi qui vous l’a sauvé’ trois fois !

4. - Le premier coup, c’est dans Piémont,
Le second coup, c’est dans l’Espagne,
Le troisième coup, c’est dans Paris,
Sinon Biron, auriez mouri !

5. - Biron, tu as parlé trop tard,
J’en ai pardu la souvenance,
Si ce n’était ta trahison,
Tu s’rais mon grand ami Biron.

6. - Biron avait un’ montre en or
Qui lui coûtait bien cent pistoles,
A son page il l’avait donné’,
Mais ses parents y-avont ôté’.

F) Mme Fidèle Gaudet, Sur-les-Caps (îles de la Madeleine), P. Q.

1946. Texte pris sous dictée en septembre 1946.

1961. Mme Gaudet étant décédée, la mélodie a été enregistrée - avec quelques variantes - par sa voisine, Mme Chevarie.

MÉLODIE 10-F

1. - Biron a rentré en Paris,
Pour y jouer avec la Reine.
Ayant ni couteau, ni poignard,
Biron n’y pense pas de mal.

2. - Biron eut pas joué trois fois,
Voilà le grand prévôt qui rentre,
Lui dit : - Mon gand ami Biron,
Tu coucheras dans mes prisons.

3. - Biron, en entendant cela,
A deux genoux voilà qu’il tombe,
Dit : - Sauvez-moi la vie une fois,
Moi, je vous l’ai sauvé’ trois fois !

4. - Biron, Biron, relève-toi,
J’en ai perdu la souvenance.
Si c’était que d’ta trahison,
Tu s’rais mon grand ami, Biron !

5. - Biron avait une montre en or
Qui lui coûtait trente pistoles,
A son page il l’a bien donné’,
Tous ses parents y-avont ôté’.

G) Mme Sophie Martin, Saint-Léonard (Madawaska), N.B.

1946. Texte pris sous dictée en juin 1946.

1961. Mme Martin étant décédée, la mélodie a été enregistrée de son fils, M. Benoit Martin, qui la tenait de sa mère.

MÉLODIE 10-G

1. - Quand Biron rentrit dans Paris,
Y-a voulu jouir de la Reine.
- Fi’ de Mari’ ! Charl’ de Biron !
Couch’ras ce soir dans les prisons !

2. - Quand Biron fut dans les prisons,
Au roi ecriva-t-une lettre :
- Sauvez-moi la vie une fois,
Je vous l’ai sauvé’ par trois fois !

3. - Premièrement, dans l’Itali’,
Deuxièmement, dedans Paris,
Troisièmement, dedans la France,
…………………………………
4. - Biron, tu-n-as parlé trop tard,
J’en ai perdu la souvenance.
Si j’craignais pas la trahison,
T’serais mon grand ami Biron !

5. - Biron avait un’ chaîne d’or
Qui y coûtait cinq cent mill pias’es,
P’tit Jean, son page, lui y-a donné’,
Ses parents lui ont ôté’.

6. - Quoi c’qu’il me coût’ plus dans ce monde,
C’est de mourir sans voir ma mère !
Si doucement m’a-t-élevé,
Bien rudement me voir mouri’ !

H) Mme Henri Pothier, Pubnico-Ouest (Yarmouth), N.-E.

1946. Texte pris sous dictée.

1961. Mélodie enregistrée de sa fille.

MÉLODIE 10-H

1. - Quand Biron entrit dans Paris,
Joua aux dés avec la Reine,
N’ayant ni épé’, ni poignard,
Biron n’y pensa pas de mal.

2. - Il n’en eut pas joué trois jeux,
Voilà le grand prévôt qui rentre -
- Ah ! dis-moi donc, maréchal d’Biron,
Tu coucheras dans les prisons !

3. - Si je vous ai sauvé la vi’, grand Roi,
Si je vous ai sauvé la vi’ trois fois,
Sauvez-la moi une fois…

4. - La premier’ fois, c’est dans Piémont,
La deuxièm’ fois, c’est dans Lorraine,
La troisième, c’est dans Paris,
Sans moi, vous étiez fait mouri’.

5. - Biron, trop tard tu as parlé,
J’en ai pardu la souvenance…

  • 11 [Ces points de suspension montrent que la chanteuse ne s’arrêtait pas là. Il semble que Geneviève M (...)

6. - Quand Biron fut sur l’échafaud,
Il appela P’tit Jean, son page,
Il montit dans les huniers,
Sa montre d’or lui a donné’...11

I) Mme Vve Hilarion Surette, Pubnico-Ouest (Yarmouth), N.-E.

1946. Texte pris sous dictée en octobre 1946.

1961. Enregistrement du couplet 1.

MÉLODIE 10-I

1. -… - Si je vous ai sauvé trois fois,
Grand Roi, sauvez-moi une fois !

2. - La première fois, dans le Piémont,
La deuxième fois, dans Lorraine,
La troisième fois, dans Paris,
Sans moi, vous étiez fait mouri’.

3. - Biron, trop tard tu n-as parlé,
J’en ai pardu la souvenance,
Si c’eut pas’té ta trahison,
Tu serais mon ami, Biron !

J) Mme Xavier Martin, Sainte-Anne (Madawaska), N.B.

1946. Enregistrée en décembre 1946, disque XXII, A, 2.

MÉLODIE 10-J

1. - Biron a rentré dans Paris,
A voulu jouer avec la Reine.
- Marie ! Marie ! Charl’ de Biron !
Couch’rez ce soir dans les prisons !

K) M. Prudent Pelletier, Rivière-Verte (Madawaska), N.-B.

1961.

MÉLODIE 10-K

1. - Quand Biron fut sur l’échafaud,
Au Roi a-t-écrit une lettre :
- Sauvez-moi la vi’ une fois,
Moi j’te l’ai sauvé’ par trois fois.

2. - J’en ai perdu le souvenir-e,
Si c’n’avait été d’la trahison…

L) Mme Vve Hélène Dubé, Saint-Francis (Maine), États-Unis.

1961. Mme Dubé tenait cette chanson de son père.

MÉLODIE 10-L

1. - Quand Biron rentrit dans Paris
Pour jouer des tours à la reine,
Il n’avait ni épée, ni poignard,
Biron pensait point au combat.

2. - Il n’a pas eu frappé trois coups,
Voilà le grand prévôt qu’arrive :
- Fi’ de Marie ! seul est Biron,
Qu’il soye couché dans les prisons !

3. - Quand Biron’té dans les prisons,
A son page s’écrit une lettre :
- Sauvez-moi la vie une fois,
Moi, je l’ai sauvé’ par trois fois.

4. - Premièrement, en Itali’,
Deuxièmement, c’est dans l’Espagne,
Troisièmement, c’est dans Paris,
Sans moi vous seriez tout’ péri.

5. - Biron, tu as parlé trop tard,
J’en ai perdu la souvenance,
C’aurait pas’té la trahison,
Tu serais mon ami, Biron !

6. - Quand Biron fut sur l’échafaud,
A appelé P’tit Jean son page,
- P’tit Jean, mon page, venez ici,
Que je vous parle avant d’mouri’.

7. - Biron a une montre en or
Qui a coûté quinz’ mille écus,
A son page lui a donné’,
Et ses parents lui ont ôté.

M) Mme Marguerite d’Entremont, Pubnico-Ouest (Yarmouth), N.-E.

1961.

MÉLODIE 10-M

1. - Quand Biron entrit dans Paris,
Joua aux dés avec la Reine,
Ayant ni épée, ni poignard,
Biron n’y pensait aucun mal.

N) Mme Jo Godin, Sainte-Anne (Madawaska), N.-B.

1961.

MÉLODIE 10-N

1. - Quand Biron rentrit dans Paris,
A voulu jouer de la Reine,
- Charl’ de Mari’, Charl’ de Biron,
Couchez ce soir dans la prison !

Coupe strophique

Toutes les versions ont la coupe 8m1-8f1-8m2-8m2.

[Coupe indexée : 4 ◊ MFMM ◊ 8888.]

Analyse musicale

1La version de Mme d’Entremont (M) est une complainte et se chante sur l’air du Roi Renaud, avec de légères variantes. Son origine grégorienne est certaine (Ave Maria Stella), mais on assiste ici à une évolution vers le mode majeur.

2La version de Mme Surette (I) est une autre mélodie. La construction harmonique passe du ton de la (2e ton grégorien) au majeur pour conclure. Ces deux chanteuses sont du même village, Pubnico-Ouest.

3La mélodie chantée par la fille de M. Chassé (B), en majeur, semble plus récente. Elle est constituée de quatre phrases de trois mesures chacune, les deux dernières se bissant avant la conclusion.

4La mélodie de M. Lang (C) est une variante, très ornée, de la précédente ainsi que celles de Mme Vve S. Martin (G), de Mme Godin (N) et de Mme X. Martin (J) qui ne comportent pas de reprise finale. Ces quatre chanteuses sont du même comté de Madawaska.

5La parenté mélodique de la version de M. Guimont (D) est toujours sensible, mais il y a un plus grand élan lyrique au départ puis, au début de la 2e partie, la modalité réapparaît passagèrement dans le mode de ré transposé et la mélodie revient à la tonalité majeure qu’elle souligne par une cadence parfaite en fa majeur. Reprise de la seconde partie.

6La version de Mme Cormier (E) diffère des cinq précédentes par la mélodie et aussi par la tonalité qui, mineure au départ, s’oriente peu à peu vers le majeur.

7La version de Mme Chevarie (F) est encore une curieuse interprétation de cette complainte. Les trois premières mesures, qui constituent le thème mélodique, sont un peu incertaines. On peut y discerner le ton de si bémol majeur ou celui de fa (6e ton hypolydien, qui constitue du reste notre majeur) et dans lequel se termine la complainte.

8La mélodie de Mme Dubé (L) s’apparente à celle de M. Guimont (D), quoique beaucoup moins développée (12 mesures au lieu de 18). Emprunts fréquents au relatif mineur (sol).

9Enfin, la version de M. Pelletier (K) emploie au départ un fragment mélodique que l’on retrouve à la 3e mesure de la version de M. Lang (C). Par la suite, elle se rapproche beaucoup de celle-ci et suit la même évolution harmonique, tout en étant plus dépouillée au point de vue mélodique.

Parallèles

[Catalogue : Coirault, rubrique 61.]

FRANCE

ARDENNES : Tarbé, IV, 140.

BRIE : Mss Poés. Pop. Fr., II, 230.

NORMANDIE : Mss Poés. Pop. Fr., II, 227 et 243.

NIVERNAIS : Millien, I, 297.

DAUPHINÉ : Gauthier-Villars, Dauph., 12.

PÉRIGORD : Trébucq, Pyr.-Vend, 182.-Rev. Philol. fr., XVII, 254 et 266.- Casse et Chaminade, 49 (2 versions françaises).

QUERCY : Daymard, 191.

CANADA

Coll. Lambert.- B.P.F.C., XVI, 321 (2 versions canadiennes).- Coll. Barbeau, Disque XCIX, B, 2 (enr. 2700b) ; reproduit dans D’Harcourt, Ch. Canada, 79.

Commentaire

  • 12 Le Trésor et Triomphe, 537.- Le Trésor, 153.

10A la différence de La Chanson de Biron, La Complainte de Biron n’apparaît dans aucun texte anciennement imprimé. Or, la tradition orale n’est pas seule à faire parler Biron prisonnier : nous avons déjà cité un texte figurant dans deux recueils du xviie siècle, où Biron est représenté comme parlant du fond de sa prison12, mais cette chanson, très littéraire, ne paraît pas être devenue populaire.

  • 13 Ducourneau, La Guyenne historique et monumentale, Bordeaux, 1843, 1, 306.- Casse et Chaminade. 45.- (...)

11Par contre, en France, on rencontre deux types de chansons populaires où Biron, prisonnier, prend la parole. La première, Lou maréchal a la Bastillo, a été recueillie uniquement dans son Périgord natal par plusieurs collecteurs13 ; c’est un vif dialogue entre Henri IV et le Maréchal. La seconde est La Complainte de Biron qui, en France, commence généralement par « Quand Biron fut sur l’échafaud » et jamais, comme en Acadie, par « Quand Biron rentrit dans Paris ». Dans les versions de France, le dialogue entre Biron et le roi a lieu « sur l’échafaud », comme dans la version C d’Acadie, tandis que dans A, B, D, G, il s’agit d’une lettre écrite par Biron au roi et, dans E, F, H, d’une apostrophe de Biron au roi lors de son arrestation.

  • 14 Le texte canadien publié dans le B.P.F.C. commence par « Quand Biron entrit à la cour / C’était pou (...)

12Une seule version française, du Périgord, (qui, d’après Casse et Chaminade, serait également connue en Normandie) présente un début comparable à celui de nos versions acadiennes A, B, D, E, F, G, H, J. La voici : « Dedans Paris y-a-t-un édit / Qui défend d’aller voir la Reine / Car quiconque y sera pris, / Soudain de mort sera puni. // Biron s’en fut droit à la Cour, / Joua aux dés avec la Reine, / N’ayant ni épée ni poignard, / Biron ne pensait point de mal. »14.

  • 15 On sait que c’est à Fontainebleau qu’eut lieu l’arrestation.

13L’incipit « Quand Biron rentrit dans Paris »15 peut bien avoir été suggéré aux chanteurs acadiens par la chanson de La Marquise empoisonnée dont nous avons parlé à propos des couplets supplémentaires de La Chanson et Complainte. En effet, celle-ci a pour incipit « Quand le roi rentrit dans Paris ».

14La version C, dans laquelle le condamné demande à un page d’appeler le roi « Pour voir Biron tout excité » (les versions de France disent ici « exécuter ») décrit la scène avec un curieux trait d’adaptation locale : le roi « s’est accoté à son jubé ». Or le jubé, qui existe dans beaucoup d’églises d’Acadie, s’y présente comme une large tribune, des deux côtés de la nef, d’où une grande partie des fidèles assiste au service divin.

  • 16 Faut-il voir dans cette « montre » une allusion à la montre (ou prêt du soldat) que La Fin aurait r (...)
  • 17 Le Trésor et Triomphe. 541 ; La Caribarye, 67.- Le Trésor, 127.
  • 18 D’après Zeller (op. cit., p. 84), Biron - non marié - aurait légué six mille écus à un enfant de lu (...)
  • 19 Le page annonce cette nouvelle en des termes ironiques rappelant la chanson dite de Malbrough. P. C (...)

15Le rôle du page, qui va chercher le roi dans les versions de France (et dans notre version C), est généralement obscur dans les versions d’Acadie, où il n’apparaît que pour se plaindre de s’être vu offrir puis retirer la montre d’or de Biron16. Or, de ce page, il est question dans trois recueils du xviie siècle, ceux-là même qui renferment La Chanson de Biron17. Il s’agit d’un texte littéraire ayant pour titre Chanson sur la responce d’une Demoiselle sur la mort de Monsieur de Biron, sur le chant Dictes moy belle Bergere que vous dict le coeur. Dans cette chanson, peu édifiante, le page du défunt maréchal annonce à la damoiselle dont Biron est le serviteur18 que celui-ci est mort19 et il poursuit en ces termes : « Dictes moy, Madamoiselle, / Comme avés-vous nom ?/ - En ceste ville on m’appelle / Dame de Biron. / - Or sus Madamoiselle, / Il faut changer de nom… » Et voilà le page qui obtient les faveurs de la prétendue « Dame de Biron ».

  • 20 Zeller, op. cit., p. 2.

16La Complainte de Biron paraît bien avoir eu des origines populaires. On le voit à ses inexactitudes historiques et à des traits folkloriques tels que l’invocation par le maréchal des « trois fois » où il aurait sauvé la vie à son roi On sait que Henri IV sauva deux fois la vie à Biron : au combat de Fontaine Française, en 1595, et au siège d’Amiens, en 1597. Le maréchal de son côté, avait reçu trente-deux blessures au service du roi20. Il est possible que, dans le texte primitif de La Complainte, Biron ait demandé au Roi de lui sauver la vie une troisième fois… Toujours est-il que la tradition populaire, tant en France qu’outre-Atlantique, attribue au maréchal d’avoir sauvé trois fois la vie à son roi. Les localisations sont plus ou moins vraisemblables :

  • Paris (A, C, D, E, H, I). On sait que Biron se distingua au siège de cette ville, en 1592.

  • L’Espagne (B, D, E). Or, si elle était bien l’adversaire des armées françaises, on ne s’est jamais battu sur son territoire.

    • 21 Lavisse et Rambaud, Histoire générale, tome V, p. 280.

    La Lorraine (H, I). On sait que le duc de Lorraine signa une trêve, en 1594, avec Henri IV21. En 1599, les combats livrés en Franche-Comté, territoire alors Espagnol, s’arrêtèrent aux confins de la Lorraine.

  • La Rochelle (C), était, sous Henri IV, une des places de sûreté des Protestants, et elle connut une paix relative entre le siège de 1573 et celui de 1628.

  • Le Piémont (C, E, H, I). Il est également cité dans les versions littéraires et populaires de La Chanson de Biron. Cette localisation englobe peut-être la Savoie où Charles de Biron se battit en 1599, époque où il entretenait déjà des contacts avec le duc de Savoie, ennemi du roi Henri IV.

  • L’Italie (A, D, G), transformée en Australie par le chanteur de la version B.

  • La France (A, G).

  • 22 Tarbé, IV, 91.

17Le nom de Biron apparaît encore ailleurs dans la tradition populaire : la ronde enfantine Quand Biron voulut danser qui énumère toutes les pièces de son costume. Elle se chante en Acadie comme en France et au Canada. Tarbé suppose que cette ronde s’applique à Arnaud de Contaut-Biron, le père de Charles, lequel était devenu boiteux par suite de ses blessures de guerre22.

Notes

1 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Il voulut jouir de la Reine.

2 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Biron ne pensait aucun tort.

3 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Voilà le grand prévôt qui rentre.

4 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Couch’rez…

5 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Au Roi a-t-écrit une lettre.

6 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Si j’craignais pas…

7 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. A-t-appelé un de ses pages.

8 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Disant : - Mon page, venez-t-ici.

9 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. A Jean, son page, il l’a donné’.

10 Variante de M. Jonny Martin, frère de M. Denis Martin, qui l’écoutait chanter. Ce qui me coût’ le plus au monde.

11 [Ces points de suspension montrent que la chanteuse ne s’arrêtait pas là. Il semble que Geneviève Massignon ait considéré que ce texte, ainsi que ceux ceux des versions qui suivent, n’apportaient plus aucune variante significative aussi a-t-elle décidé de n’en publier que les mélodies. Peut-être aussi se proposait-elle d’y revenir plus tard car il semble bien que sa révision définitive s’arrête ici.]

12 Le Trésor et Triomphe, 537.- Le Trésor, 153.

13 Ducourneau, La Guyenne historique et monumentale, Bordeaux, 1843, 1, 306.- Casse et Chaminade. 45.- Trébucq, Pyr.-Vend., 181.- La Tradition, XVI, 207.- Mss Poés. Pop. Fr., II, 248.

14 Le texte canadien publié dans le B.P.F.C. commence par « Quand Biron entrit à la cour / C’était pour l’amour de la Reine… »

15 On sait que c’est à Fontainebleau qu’eut lieu l’arrestation.

16 Faut-il voir dans cette « montre » une allusion à la montre (ou prêt du soldat) que La Fin aurait reçu pour prix de sa dénonciation ? (Cf. La Chanson de Biron, texte littéraire).

17 Le Trésor et Triomphe. 541 ; La Caribarye, 67.- Le Trésor, 127.

18 D’après Zeller (op. cit., p. 84), Biron - non marié - aurait légué six mille écus à un enfant de lui à naître d’une personne… qui pourrait bien être la damoiselle dont il est question dans la chanson.

19 Le page annonce cette nouvelle en des termes ironiques rappelant la chanson dite de Malbrough. P. Coirault (Rech., III, 223) a démontré que cette dernière était une réfection du Convoi du Duc de Guise (tué en 1563), chanson faite d’après La Mort du Prince d’Orange (tué en 1544), dont les premiers vers « Le beau Prince d’Orange est mort et enterré / L’ai vu porter en terre par quatre Cordeliers » sont, selon nous, à rapprocher de ceux-ci : « J’ay veu faire sa fouce / L’orée d’ung vert pré / Et veu chanter sa messe / A quatre Cordeliers », conclusion de Gentilz Gallans de France (G. Paris, Ch. xvème siècle, p. 127).

20 Zeller, op. cit., p. 2.

21 Lavisse et Rambaud, Histoire générale, tome V, p. 280.

22 Tarbé, IV, 91.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540