Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

Le Grand Camée de France

Texte intégral

275

Camée en sardonyx à cinq couches.

Trois grandes fêlures (avant 1480) ; deux têtes de prisonniers manquent.

Provenance : cité dans le premier inventaire du trésor avant 1279, puis dans les inventaires de 1336, 1341. Mis en gage par Philippe VI en 1343 ; récupéré par le dauphin, futur Charles V, avant 1363 (Inv. du trésor du Dauphin, Gaborit, 1996, no 13). Restitué à la sainte Chapelle en 1379. Inv. de 1490, 1573-1575, 1740, 1783, février 1791. Réclamé par le roi en mars 1791 et remis au Cabinet des médailles le 1er mai 1791. Volé dans la nuit du 16 au 17 février 1804. Restitué en février 1805.

Dimensions : h. max. 31 ; l. max. 26,5 cm.

Nous ne connaissons pas la provenance exacte de cette gemme de dimensions exceptionnelles, la plus grande qui nous soit conservée de l’art antique. Il est probable qu’à l’époque romaine elle suivit le déplacement du centre du pouvoir, de Rome à Byzance. Citée, avant 1279, dans le premier inventaire du trésor, elle a pu être acquise par Saint Louis de Baudoin II, empereur de Constantinople, même si elle n’est pas explicitement citée, en 1247, dans l’acte de cession des reliques.

  • 1 Meulen (van der), Ruben’s Copies, p. 158-162.

1Ce « Grand Camée » est gravé de vingt-quatre figures, réparties en trois registres, en une composition complexe. La tradition médiévale y voyait le triomphe de Joseph à la cour d’Égypte. En 1620, l’érudit provençal Nicolas-Claude Fabri de Peiresc y reconnaît, grâce à sa familiarité avec les monnaies romaines, des personnages de la première dynastie de l’Empire romain et en offre une lecture cohérente1. Le camée aurait été commandité par Antonia, mère de Germanicus et représenterait l’Apothéose d’Auguste. Les personnages centraux sont désignés comme Tibère, Livie et Germanicus.

2Aujourd’hui, l’identification exacte des personnages et la datation ne sont toujours pas fixées de façon sûre, mais ce qui apparaît clairement, ce sont la signification générale et les visées politiques de cette œuvre de commande : que le camée soit contemporain de l’événement représenté ou qu’il s’agisse d’une commémoration postérieure, sous Caligula, son but est d’affirmer la continuité et la légitimité dynastique des Julio-Claudiens et l’unité de la famille impériale. Un autre élément clairement lisible est le découpage en trois registres, évocateur de trois mondes : en haut, celui des morts, ancêtres protecteurs de la dynastie, au centre, celui des vivants ; en bas, celui des vaincus.

3Par contre les visages ne sont pas tous identifiables, notamment ceux des femmes, peu individualisés. Certains, tel celui de la femme à l’extrême gauche, dont la coiffure échappe à la mode du ier siècle, ou du personnage en vol, vêtu à l’orientale, sont idéalisés au point de faire hésiter entre personnages réels et allégories. Seul le groupe central composé de l’empereur Tibère et de sa mère Livie, veuve d’Auguste paraît assuré, de sorte que l’appellation ancienne de « Gemma Tiberiana » donnée par Peiresc peut perdurer.

4En conséquence, les polémiques autour de ce camée si important, tant par sa valeur d’emblème de la dynastie julio-claudienne, que par sa place dans le domaine de la glyptique et la richesse de son histoire, restent et resteront longtemps très vivaces.

  • 2 RI II-1, p. 278-279.
  • 3 « Der Grosse Kameo », JdI XCI, p. 211-250.
  • 4 Bastet, Festchrift A. N. Zadoks-Josephus Jitta, 1976, p. 63 sq., Caligula.
  • 5 Andreae, Römische Kunst, 1973, Néron.
  • 6 Zadoks-Josephus Jitta, BABesch 39, 1964, p. 156 sq.
  • 7 Jeppesen, Neues zum Rätsel des Grand Camée de France, Copenhague, 1974 (Acta Jutlandica XLIV 1).
  • 8 Bruns, MdI 6, 1953, p. 71 sq.
  • 9 Megow, Kameen von Augustus bis Alexander Severus, AMUGS XI, 1987, no A 85.
  • 10 Giard, Le Grand Camée de France, Paris, 1998.

5En 1886, Bernoulli2 a résumé les interprétations proposées de l’époque de Peiresc au xixe siècle, puis H. Jucker3 celles émises entre 1886 et 1976. Sans redonner en détail toutes les identifications suggérées, attachons-nous seulement à celle du personnage central, debout devant l’empereur, en tenue militaire, portant un bouclier, qui donne la clé de l’interprétation de la scène principale. De nombreuses solutions ont été proposées, comprenant Drusus II4, Caligula5, Néron6, mais aussi de plus surprenantes, comme Séjan, retravaillé en Trajan7 ou même Aelius Caesar8. La plus courante, née au xviie siècle, soutenue au xixe siècle par MM. Bernoulli, Furtwängler, Babelon, reprise plus récemment notamment par MM. Jucker, Megow9 et en dernier lieu, en 1998, dans la publication de J.- B. Giard10, y voit Germanicus. M. Giard accepte la lecture traditionnelle, donnée pour la première fois en 1635 par Tristan de Saint-Amant, du triomphe de Germanicus prenant congé de l’empereur Tibère et de Livie. Il nomme ainsi les personnages secondaires : debout à côté du jeune général victorieux, sa mère Antonia ; à gauche, son épouse Agrippine et leur plus jeune enfant Caligula ; à droite, Drusus Caesar, fils de Tibère, et sa femme Livilla, sœur de Germanicus. Fait nouveau, le personnage voilé et radié du registre supérieur est identifié à Jules César, appuyé sur l’Aiôn, souverain de l’Univers, annonciateur du retour de l’Âge d’or, qui, planant dans les airs, offre le globe de l’univers à Auguste, lauré, monté sur Pégase et accompagné de Cupidon, dieu de l’Amour, fils de Vénus, protecteur de la lignée des Julii. Il date le camée des années suivant le retour triomphal de Germanicus des campagnes de Germanie (15-16 après J.-C.), avant son départ pour l’Orient où il mourra en 19.

  • 11 REA 1935, p. 165-184.
  • 12 Mélanges Charles Picard, 1949, p. 170-186 ; RA, 1948, p. 86-91.
  • 13 Claudische Prinzen, 1960, p. 30-31, 36 sq.
  • 14 L’iconographie, 1975, p. 131 sq.
  • 15 Das Onyx-Alabastron aus stift Nottuln in Berlin, 1999, Anhang II, p. 42-43.

6Un deuxième courant important, suivi par Gagé11, Charbonneaux12, V. Poulsen13, Kiss14 et dernièrement Mme Zwierlein-Diehl15, reconnaît dans le jeune officier devant l’empereur le jeune Nero Drusus, fils aîné de Germanicus, le visage ombré du duvet léger des adolescents. Le camée perpétuerait la nouvelle composition de la famille impériale et la désignation de Nero Drusus, alors âgé de 18 ans, comme l’héritier de Tibère, après la mort de son fils Drusus en 23.

  • 16 Cf. ici no 89, note 186 et 90 et dans Steinschneidekunst, p. 72-73, p. 80.

7Si Marie-Louise Vollenweider n’a jamais mis par écrit ses idées sur le Grand Camée, des allusions montrent qu’elle était en accord avec cette dernière hypothèse et notamment avec J. Charbonneaux16 qui lit ainsi le camée :

8Dans la partie supérieure, évocatrice de l’Olympe, prennent place les morts héroïsés : au centre, le fondateur de la dynastie, Auguste, la tête ceinte de la couronne radiée, entouré par Drusus II à gauche, au profil caractéristique et par Germanicus s’envolant, la chlamyde au vent, monté sur Pégase.

9Au registre médian, occupé par le monde des vivants : l’empereur et ses descendants et héritiers possibles. Au centre de la composition est assis Tibère (14-34 apr. J.-C.), à demi nu, les jambes recouvertes de l’égide de Jupiter, tenant un long sceptre et le lituus, accompagné de sa mère, Livie, veuve d’Auguste. Debout devant eux, se tient le fils aîné de Germanicus, Nero Drusus, couronné par sa grand-mère Antonia. De l’autre côté, son cadet, Drusus III, élève un trophée vers leur père. À l’extrême gauche prennent place leur mère, Agrippine Major et, vu de face, leur jeune frère, Caligula, chaussé des chaussures des soldats (caligae), foulant un monceau d’armes.

10À l’exergue, des captifs barbares, Parthes aux bonnets phrygiens et Germains aux longs cheveux, ployant littéralement sous le poids de la domination romaine, témoignent de la puissance de la dynastie.

11La sécheresse du style, qu’une pâte noire incrustée anciennement dans les incisions fait d’autant plus ressortir, montre bien que le sens importait plus que la forme.

12Une datation entre 23, année de la mort de Drusus le jeune et 29, date de la mort de Livie, semble la plus plausible.

Bibliographie

Babelon, Camées, no 264 avec la bibliographie ancienne ; Bernoulli, RI I, p. 153 ; RI II, p. 157 sq. et 275 sq. ; Charbonneaux, « Le Grand Camée », p. 84-91 ; Jücker, JdI 91, 1976, p. 211-250 ; Megow, 1987, A 85 avec la bibliographie depuis Babelon ; Boschung, 1989, p. 64 sqq. ; J.-B. Giard, 1998 ; Zwierlein-Diehl, 1999, p. 42-43 ; H. Meyer, 2000, p. 11-28. Sur l’histoire du camée et de sa monture : Meulen (M. van der), Rubens’ Copies II, no 168 ; Sainte-Chapelle, p. 90-95, avec la bibliographie antérieure.

Notes

1 Meulen (van der), Ruben’s Copies, p. 158-162.

2 RI II-1, p. 278-279.

3 « Der Grosse Kameo », JdI XCI, p. 211-250.

4 Bastet, Festchrift A. N. Zadoks-Josephus Jitta, 1976, p. 63 sq., Caligula.

5 Andreae, Römische Kunst, 1973, Néron.

6 Zadoks-Josephus Jitta, BABesch 39, 1964, p. 156 sq.

7 Jeppesen, Neues zum Rätsel des Grand Camée de France, Copenhague, 1974 (Acta Jutlandica XLIV 1).

8 Bruns, MdI 6, 1953, p. 71 sq.

9 Megow, Kameen von Augustus bis Alexander Severus, AMUGS XI, 1987, no A 85.

10 Giard, Le Grand Camée de France, Paris, 1998.

11 REA 1935, p. 165-184.

12 Mélanges Charles Picard, 1949, p. 170-186 ; RA, 1948, p. 86-91.

13 Claudische Prinzen, 1960, p. 30-31, 36 sq.

14 L’iconographie, 1975, p. 131 sq.

15 Das Onyx-Alabastron aus stift Nottuln in Berlin, 1999, Anhang II, p. 42-43.

16 Cf. ici no 89, note 186 et 90 et dans Steinschneidekunst, p. 72-73, p. 80.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540