Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

Le Bas-Empire

Texte intégral

Effigies du iiie siècle

255

Tête en ronde-bosse.

Calcédoine cendrée sur un buste moderne de jaspe vert.

Extrémité supérieure de l’oreille gauche et pointe de la couronne de lauriers restaurées.

Provenance : acquis le 8 octobre 1915 de M. Feuardent ; ancienne collection Crignon de Montigny ; registre N 4520.

Dimensions (sans le buste) : h. 34 ; l. 21 ; ép. 26 mm.

Tête d’un empereur, lauré.

  • 1 Felletti Maj, Iconografia, pl. IX, 29, voir bustes de Munich et Berlin ; dans Inan-Rosenbaum, pl. 2 (...)
  • 2 Ici, fig. 255 a, Chabouillet, no 2636 (Cabinet des médailles, Inventaire des Monuments d’or, no 508 (...)
  • 3 BMC Empire VI, pl. 35, 51, 53, 63, MAXIMINUS, atelier de Rome, 2e émission en 236 ; cf. Delbrück, M (...)

1La moustache, la barbe en pointe et les cheveux coupés très courts sont indiqués par de petits traits incisés. Le profil est très proche de celui de l’empereur Maximin I (235-238), né en Thrace vers 170, proclamé empereur par l’armée le 18 mars 235, après l’assassinat d’Alexandre Sévère, assassiné lui-même par ses soldats fin juin 238. Si le visage de face a une finesse qui ne s’accorde ni avec la réputation peu flatteuse de Maximin, « barbare » célèbre pour sa force herculéenne et son aspect de géant, ni avec le portrait de Copenhague1, beaucoup plus marqué mais empreint également d’une expression douloureuse, le profil est similaire à celui de cet empereur sur un demi-aureus monté en bague du Cabinet des médailles2. Le classicisme de la représentation se compare à celui de certaines monnaies, notamment celles créées à Rome à l’occasion du premier consulat3, qui poursuivent la tradition classique remise à l’honneur sous le règne d’Alexandre Sévère.

Vers 236.

Bibliographie

Catalogue des objets d’art […] composant le cabinet de feu M. G. Crignon de Montigny, Paris, Drouot, 24-27 mai 1899, no 3.

256

Intaille convexe montée en bague en or à anneau large, arrondie à l’extérieur, plate à l’intérieur, soudée à un chaton profond et au bord évasé. Cette soudure est camouflée de chaque côté par une rangée de cinq globules en or.

Olivine.

Provenance : collection de Clercq. Tortose.

Dimensions de l’intaille : h. 13 ; l. 17 mm.

Hauteur totale de la bague avec le chaton : 28 mm.

Dimensions de l’anneau : 18 x 21 mm.

Bustes face à face d’un homme barbu, de profil à droite, et d’un jeune garçon. L’homme, la tête nue, les cheveux et la barbe taillés très courts, la frange coiffée sur le côté, offre un visage fin, aux joues creuses, à l’œil enfoncé, aux sourcils broussailleux, au nez fortement busqué. L’enfant a les cheveux coupés courts sauf une longue mèche qui descend du sommet de la tête derrière l’oreille.

  • 4 Cf. Walters, no 2028 ; Richter, EGR, no 588.
  • 5 Cf. RIC IV-II, pl. 11, 19.

2Le portrait masculin rappelle celui de Trajan Dèce (249-251). Une intaille de la collection Hamilton au British Museum4 présente un profil assez proche, caractérisé par le même long nez busqué, la petite bouche aux lèvres fines et serrées, les joues creuses, les sourcils épais qui ombrent le regard, mais cependant une coiffure différente, avec des cheveux presque ras. L’enfant pourrait-il être l’un de ses fils, Herennius Etruscus ou Hostilien ? Le dernier surtout montre le même profil caractérisé par un nez court et une tête massive5.

  • 6 Cf. K. Parlasca, Repertorio d’arte dell’Egitto greco-romano, Palerme, 1969, série B, I, nos 35, 36, (...)
  • 7 Cf. V. von Gonzenbach, Untersuchungen zu den Knabenweihen im Isiskult der römischen Kaiserzeit, Bon (...)
  • 8 Cf. l’article de C. Brenot, RN 1973, p. 157-165, Valérien jeune était-il myste d’Isis ?
  • 9 Cf. C. Brenot, op. cit., pl. XVII, fig. 5, 7, 8 ; pl. XVIII, fig. 2-3.
  • 10 Cf. Mazzini IV, pl. XXVII, fig. 1295, p. 90.

3Cependant le détail de la mèche longue et ondulée est inhabituel. Dans le monde égyptien cette coiffure, qui est celle de l’enfant Horus, caractérise d’abord l’enfant désigné comme le fils héritier. Cette mèche de l’enfance était coupée vers l’âge de 14 ans. Elle apparaît encore sur les portraits romains trouvés dans le Fayoum6 mais avec une signification religieuse ; elle serait le symbole d’une consécration à la déesse Isis7. Au iiie siècle, un seul prince impérial semble l’avoir portée : Valérien II, mort en 258, fils de Gallien8. Elle est en effet clairement visible sur un certain nombre de monnaies, notamment sur les émissions de Rome9. Quant au profil du père, bien qu’il diffère du type le plus diffusé sur les portraits de Gallien, au cou massif et envahi par la barbe, il est cependant proche de certains profils monétaires10.

  • 11 Cf. C. Johns, The Thetford Treasure, Londres, 1983, p. 92, fig. 16. Pour la forme, voir aussi Henke (...)

4C’est en tout cas du milieu du iiie siècle que doit dater cette belle intaille, d’un travail raffiné. La forme de la bague en or massif, à chaton surélevé et évasé et anneau rond, dont le départ est souligné par une ligne de cinq globules, semble un peu plus tardive11. Elle se compare à une bague du trésor de Thetford, datable du ive siècle. L’intaille aurait été ainsi réutilisée, comme c’est le cas de celles des bagues du trésor de Thetford.

Bibliographie

De Clercq 3227.

257

Camée en sardonyx à trois couches, brun foncé, bleutée, rousse.

Provenance : acquis en mai 1893 de M. Vagini de Dijon ; registre d’entrée L 3558.

Dimensions : h. 68 ; l. 103 ; ép. 9 mm.

  • 12 Cf. MonPiot, I, 1894, p. 85-98.
  • 13 Cf. Göbl, op. cit., pl. 1, fig. 2 ; Ghirshman, Parthes et Sassanides, 1962, fig. 197.
  • 14 Göbl, op. cit., pl. 1, fig. 4 ; Ghirshman, op. cit., fig. 205.

5Nous incluons ici ce grand camée, exceptionnel tant par ses dimensions que par la qualité de sa gravure et son iconographie, car, bien que relevant de l’art sassanide, il représente un empereur romain. Dès son acquisition en 1893 par le Cabinet des médailles, il fut reconnu par Ernest Babelon comme éternisant le moment historique que fut la capture de Valérien par le roi sassanide Shâpour Ier (241-272) en 26012. Cet événement unique dans l’histoire ancienne fut raconté à maintes reprises tant par les écrivains orientaux que sur les gravures rupestres. Sur celles de la gorge de Bichâpour13, l’empereur Valérien apparaît debout derrière son vainqueur, qui le tient par la main ; à Naqsh-i-Rustan14, sous le tombeau de Darius, est sculptée encore la capitulation de Valérien, les bras levés fermement maintenus par Shâpour.

  • 15 Gyselen, op. cit., p. 198.
  • 16 Göbl, op. cit., pl. 1, fig. 5.
  • 17 Cf. MonPiot, 1894, pl. XII 2.

6Mme Gyselen15 fait remarquer que la couronne, élément qui permet l’identification des rois sassanides, chacun portant une couronne différente, n’apparaît sur aucune monnaie mais qu’elle est identique à celle de Shâpour Ier sur le relief rupestre de Darab16. Si la célébrité de cette capture nous assure qu’il s’agit bien de Valérien, l’empereur romain est représenté de façon non réaliste, selon les conventions de l’art oriental, visibles également dans la minutie des détails des costumes et des harnachements, l’absence de naturalisme de la composition, la raideur des personnages, figés dans une pose solennelle. Alors âgé de 67 ans, l’empereur déchu offre un visage juvénile, rond et imberbe. Cependant M. Babelon l’a rapproché de monnaies romaines où Valérien, déjà âgé de soixante ans, montre un profil rajeuni et idéalisé17.

Bibliographie

Babelon, MonPiot, I, 1894, p. 85-98, pl. XII, fig. 1 ; Babelon, La Gravure en pierres fines, p. 196, fig. 148 ; Babelon, Camées, no 360 ; F. Sarre-E. Herzfeld, Iranische Felsreliefs, 1910, fig. 30 ; F. Sarre, Die Kunst des alten Persien, 1925, pl. 145, p. 55 et 74 ; Delbrück, Antike Porphyrwerke, 1932, p. 15 ; Christensen, L’Iran sous les Sassanides, 1944, 2e édition, 1971, p. 231 ; R. Paribeni, L’Italia Imperiale da Ottaviano a Teodosio, Milan, 1938, p. 486 ; K. Erdmann, « Die Entwicklung der sasanidischen Krone », Ars Islamica 15-16, 1951, p. 95 ; Felletti-Maj, Iconografia, 1958, p. 218, no 287, pl. XXXVIII, 128 ; EAA III, col. 964 [L. Breglia] ; R. Ghirshman, Parthes et Sassanides, 1962, p. 152, fig. 195 ; J. Gagé, Syria 42, 1965, p. 369, fig. 1 ; R. Göbl, Der Triumph des sasaniden Shapuhr über die Kaiser Gordianus, Philippus und Valerianus. Die ikonographische Interpretation der Felsreliefs, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1974, pl. 1, 6 ; 2, 6, p. 8 et 33 ; H. Möbius, ANRW, p. 75 ; Wegner, Gordianus, p. 103-104 ; R. Gyselen, Catalogue des sceaux, camées et bulles sassanides de la Bibliothèque nationale, t. I, 1993, p. 198 ; J. Spier, « Late Antique Cameos », Cameos in context, 1993, p. 43, note 5.

258

Intaille plate des deux côtés, aux bords en biseau.

Nicolo bleu presque noir (visage et biseau) et bleu clair (champ).

Provenance : ancien fonds. Attesté dans la collection en 1750.

Dimensions : h. 21 ; l. 18 ; ép. 3 mm.

Buste à gauche d’un empereur couronné de lauriers, vêtu de la cuirasse et du paludamentum.

  • 18 Cf. Mazzini IV, pl. LXXVIII, 64 a à d, 65, 74, pl. LXXXIII, 491, pl. LXXXIV, 503. Mme Zwierlein-Die (...)

7Les traits individuels sont bien marqués. Notons la forme carrée de la tête, le cou de taureau, la barbe courte formée de quatre rangées de petites bouclettes serrées, qui suit le contour du menton puis descend dans le cou, la chevelure coiffée en rangs de petites boucles serrées, avec une frange courte et la nuque longue, les grosses rides sur le front, le nez fort, projeté vers l’avant, au bout rond, la bouche aux lèvres épaisses, la moustache légèrement tombante. Ces traits correspondent le mieux à ceux de Maximien Hercule, fidèle compagnon de Dioclétien qui le nomma César en 285 puis Auguste en 286. En 305, il démissionna en même temps que Dioclétien mais jusqu’à sa mort en 310 n’accepta jamais de renoncer complètement au pouvoir. Le nez, légèrement retroussé mais au bout rond nettement marqué est bien celui de Maximien sur de nombreuses monnaies, de même que le front ridé et le cou épais18.

8La pierre, d’une belle couleur, est très soigneusement gravée et témoigne d’un souci des détails et d’un certain réalisme. Le portrait exprime bien le caractère volontaire et têtu du personnage.

Début du ive siècle.

Bibliographie

Mariette II, tête 80 (Maximin) ; Lenormant (Marius) ; Chabouillet, no 2105 (Marius) ; Richter, EGR, no 589 (Marius) ; Zwierlein-Diehl, Würzburg, no 798 : Florianus.

Effigie de l’époque constantinienne

259

Ronde-bosse en calcédoine cendrée.

Provenance : acquise le 23 juin 1930 de M. Feuardent, avec les fonds de la donation Rockfeller. Registre Y 12811.

Dimensions : h. 21,5 ; l. 19 ; ép. 19,4 mm.

  • 19 Cf. ici le no 261, où le bandeau plat reprend un motif en chevrons.

Tête d’empereur lauré. Le cou, dont le diamètre est rétréci sous le menton, devait s’insérer dans un buste d’une matière différente. Un trou, foré par-dessous, long de deux millimètres, permettait d’assurer la fixation. La petite tête au visage lisse, imberbe, est ceinte d’une large bande en bourrelet, ornée de motifs en chevrons, évoquant plus une couronne stylisée qu’un diadème19. Cette couronne est percée de deux trous, l’un au-dessus du front, l’autre dans la nuque, qui devaient permettre d’ajuster un ornement en métal. La chevelure elle-même est très stylisée. À partir d’un motif central en étoile au sommet du crâne, les cheveux s’étagent en rangées concentriques délimitées par des cercles de plus en plus grands, gravées de petits traits parallèles. Une frange raide retombe sur le front, dégageant les oreilles, grossièrement taillées. Les sourcils sont incisés de petits traits, les pupilles creusées au centre des petits yeux.

  • 20 Le principe de bandes régulières à motifs stylisés se retrouve surtout sur des coiffures féminines, (...)
  • 21 Cf. Kersauson, Louvre II, p. 523, no 249.
  • 22 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, pl. 1, 8 et 9, pl. 2, 20 ; RIC VII, p. 477, nº 64 ; Bastie (...)

9Malgré la simplification des traits, de la bouche incisée, des yeux en amande, des cheveux, la matière très belle et le poli très soigné et brillant des joues au modelé lisse, contrastant avec les incisions régulières et l’aspect mat de la chevelure, témoignent d’une certaine recherche. Les proportions de la tête, massive, au profil quasi quadrangulaire, et la présence d’une couronne suggèrent une date à l’époque constantinienne, durant laquelle se développent des tendances à la géométrisation des formes, visible aussi dans la stylisation poussée de la chevelure20. De même, les sourcils, traités en petites incisions peu profondes, schématiques, qui ne donnent plus l’illusion de la pilosité, se retrouvent sur d’autres portraits contemporains21. Le principe de coiffure en mèches courtes régulièrement étagées se rencontre déjà sur des monnaies de Constantin et de ses fils22.

Début du ive siècle.

Bibliographie

J. Babelon, Aréthuse 7, 1930, p. xliii (époque de Constantin) ; Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 228-229, pl. 113, 2.

260

Ronde-bosse en calcédoine.

H. visible 9,8 cm ; l. 8,7 ; ép. max. 4,6 cm.

Monture en argent autrefois émaillé et argent doré exécutée à Paris, avant 1368, par Hennequin du Vivier.

Provenance : trésor de la Sainte-Chapelle. Cité pour la 1e fois dans l’inventaire de 1480, réclamé par le roi en mars 1791. Déposé au Cabinet des médailles le 1er mai 1791.

Dimensions de l’ensemble : h. 31 ; l. 23,6 cm.

Dimensions du buste en calcédoine : h. visible 9,8 cm ; l. 8,7 ; ép. max. 4,6 cm.

10En 1992, Marie-Louise Vollenweider, dans la notice du catalogue de l’exposition « Byzance » au musée du Louvre, écrivait « Avec Constantin le Grand, la sculpture sur pierre fine entra dans une phase nouvelle : souvent empreinte de brutalité au iiie siècle, elle s’orienta dès lors vers un style classique. Le buste de Constantin révèle clairement cette évolution vers une forme parfaite. Le visage aux traits purs, décidés, trahit la force de sa personnalité. Comme l’art classique, ce nouveau style se caractérise par la clarté et la sobriété de l’expression, l’harmonie n’impliquant pas une stylisation excessive. La tête, de forme allongée, se dresse sur un cou haut, dense comme une colonne. Une joue lisse, compacte, délimite le visage, au menton arrondi, au front large. Des boucles agitées, indiquées par des incisions expressives, constituent la chevelure, qui coupe le front à mi-hauteur. Dans le regard rayonne la vision infaillible du souverain. La pupille droite, qui a légèrement dévié sur le côté, nous fait découvrir le juge silencieux, l’observateur ; l’œil gauche laisse transparaître le sens pénétrant de la vérité. De l’ensemble du visage émane une force indestructible, que l’artiste a pleinement maîtrisée. Cette puissance se manifeste encore dans les plis du cou, assimilés à la lettre V (signe de victoire ?), dans les plis du paludamentum, aux incisions vigoureuses, et dans les tracés géométriques qui ornent le rabat descendant de l’épaule gauche. »

  • 23 La cuirasse, de type classique, n’a guère évolué depuis le ier siècle. Elle apparaît, avec le Gorgo (...)
  • 24 Babelon, Camées, p. 165-166.

11L’attribution de ce buste, entré au Cabinet des médailles en 1791, a beaucoup varié. La régularité des traits, assez impersonnels, rend l’identification difficile. Il est certain qu’il s’agit bien du portrait d’un empereur, revêtu des attributs du pouvoir, le paludamentum et la cuirasse, dont le décor d’écailles sur la poitrine a été partiellement effacé, ainsi que le gorgoneion qui devait l’orner23, pour y graver une croix latine. De plus, un trou de fixation sur le devant du crâne laisse supposer la présence ancienne d’un diadème en métal précieux. Les noms de Titus, de Valentinien III puis celui de Constantin le Grand24 ont été proposés.

  • 25 Delbrück, pl. 27, A et B.
  • 26 Delbrück, pl. 2, no 21-24.
  • 27 Selon P. Zanker, cette disposition, alliée aux deux rangées de boucles dans la nuque et à la forme (...)

12Le visage très large, aux traits décidés, correspond bien aux portraits des médaillons de l’arc de Constantin à Rome, daté de 31525, où l’empereur est tête nue. Le cou robuste marqué d’un pli oblique et le regard levé au ciel, signe de sa volonté chrétienne de gouverner en accord avec Dieu, se retrouvent sur des solidi des années 325-32626. Ce mouvement de la tête, légèrement tournée et relevée, avec le regard dirigé vers le haut, s’inspire de l’iconographie d’Alexandre le Grand. Par contre, les boucles agitées, disposées en étoile sur l’occiput renvoient à des modèles classiques du ier siècle, remis à l’honneur par Constantin qui, renonçant aux coiffures très courtes de l’époque de la Tétrarchie, revint à la disposition des mèches en couronne, avec boucles dans la nuque27.

13Malgré une certaine stylisation des volumes, sensible dans le cou, rendu tel une colonne, ou les larges aplats des joues, la perfection du poli de la pierre, la vigueur de la gravure, le souci du détail confirment l’importance de la tradition classique. Cette dualité stylistique s’intègre bien dans l’art de l’époque de Constantin.

  • 28 Cf. Byzance, 1992, no 18, p. 60-61.

14À l’origine le buste, taillé en oblique au revers, s’insérait dans un support. Il pourrait s’agir, comme Ernest Babelon l’avait proposé, de l’ornement supérieur d’un sceptre consulaire. Ainsi sur le diptyque de Philoxenus au Cabinet des médailles28, le consul tient-il un sceptre surmonté du buste de l’empereur, émergeant d’un chapiteau de feuillage.

  • 29 Cf. Sainte-Chapelle, 2001, p. 179.

15Cette gemme était déjà dans les collections royales française au xive siècle, puisqu’elle est sertie d’une monture d’orfèvrerie gothique exécutée à Paris avant 1368 par Hennequin du Vivier, orfèvre de Charles V. Entrée dans le trésor de la Sainte-Chapelle – après la rédaction de l’inventaire de 1377 puisque ce dernier ne la mentionne pas29 –, elle servait de couronnement au bâton cantoral.

Vers 315-330.

Bibliographie

Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle, 1790, p. 56-57 ; Chabouillet, no 287 (Constantin) ; Riant, Mémoires de la Société des Antiquaires de France, 1875, p. 184-185 ; Bernoulli, RI II-3, p. 224 a ; Babelon, La Gravure en pierres fines, p. 185, fig. 141 ; Babelon, Camées, no 309 ; A. Venturi, Storia dell’arte italiana I, 1901, p. 556, fig. 489 (Valentinien III) ; DACL III-2, col. 2643, fig. 3238-3239 ; D. Minor-E.-J. Edelstein, Journal of the Walters Art Gallery 7-8, 1944-1945, p. 93, fig. 14 ; Volbach-Hirmer, Frühchristliche Kunst, 1958, p. 10, pl. 20 ; Grabar, Le Premier Art chrétien, 1966, p. 161, fig. 166 ; D. Gaborit-Chopin, « Le bâton cantoral de la Sainte- Chapelle », Bulletin Monumental, t. 132, 1974, p. 67-81 ; Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 229 (époque antonine) ; R. Calza, Iconografia, 1972, p. 238, no 150, pl. LXXXII, 289 (retravaillé, y compris la tête, à l’époque moderne) ; Bergmann-Zanker, « Damnatio Memoriae », JdI 96, 1981, p. 409-410, no 48, fig. 65 (portrait de Domitien retravaillé) ; L’Orange, 1984, p. 123 ; J-M. Leniaud, F. Perrot, La Sainte-Chapelle, Paris, 1991, p. 58 ; Les Fastes du Gothique (exposition, Paris, Grand-Palais, 9 oct. 1981- 1er février 1982), Paris, RMN, 1981, no 204 ; M.-P. Laffite (dir.), 1789 Le Patrimoine libéré (exposition, BN, 6 juin-10 sept. 1989), Paris, BN, 1989, no 84 ; Byzance, 1992, no 33, p. 84 ; Dahmen, p. 169, no 85, pl. 85 ; Sainte-Chapelle, 2001, p. 207-209, no 56.

261

Ronde-bosse en calcédoine cendrée, plus foncée vers le bas. Un gros éclat à la pointe du nez, taillé dans une veine plus claire, deux gros éclats dans la bordure du paludamentum, un dans la chlamyde ; trou de fixation au revers, dans la partie taillée en biais débutant à la pointe des épaules et descendant jusqu’au bas du buste. Une monture moderne en bronze doré suit la découpe du buste et dissimule une lacune dans le drapé.

Provenance : au collège des jésuites de Tournon au xviiie siècle ; au xixe siècle dans la collection Hélène Herry (vente Anvers, 18 septembre 1848) ; acquis de J. de Witte en 1849 ; registre C 2946.

Dimensions : h. 92 ; l. max. du buste : 68 ; ép. max. 35 mm.

  • 30 Cf. solidus de Nicomédie, RIC VII, p. 611, no 66, L’Orange, pl. 67 f. : couronne de laurier à feuil (...)

Buste d’un empereur, lauré, vêtu du paludamentum, retenu sur l’épaule gauche. Les cheveux courts retombent en mèches courbes sur le front, tandis que sur le crâne, ils sont simplement esquissés par des traits ondulés parallèles, à peine ébauchés et dans la nuque, rase, par un piquetis. Une bande plate, ornée de motifs en chevrons évoquant des feuilles de laurier pointues stylisées, ceint la tête30, se croisant par-derrière sans que le système d’attache soit visible. La chlamyde à encolure ronde forme de grands plis plats, indiqués par des ressauts en demi-cercle, le paludamentum attaché sur son épaule gauche retombe en plis creux derrière la nuque. Les yeux cernés, à la pupille creusée juste sous la paupière supérieure, donnent un regard grave, dont l’expression est renforcée par une ride verticale à la naissance des sourcils, à la pilosité évoquée par de petits traits parallèles. Deux longs plis descendent des ailes du nez jusqu’au menton. Le visage est plein, charnu et dégage un sentiment de sérieux. La délicatesse du modelé du visage contraste avec la stylisation assez rude des vêtements et des cheveux, caractéristique des portraits de la Tétrarchie.

  • 31 Alföldi, « Insignien », p. 149.

16Le port d’une couronne de lauriers confirme une date antérieure aux Vicennalia, en 326, date à laquelle la couronne est remplacée par un diadème31.

  • 32 Cf. Byzance, 1992, p. 84.

17Marie-Louise Vollenweider32 jugeait ce portrait de Constantin « d’une pénétration plus poussée et d’un classicisme plus achevé », notant que « la fine polissure de la tête et de l’épiderme rappelle la gravure en pierres fines de l’époque augustéenne ».

Premier quart du ive siècle.

Bibliographie

Panelius, Nummi veteres collegii Turnonensis Societatis Jesu, Avignon, 1731, frontispice et p. 208 ; de Witte, RA V, 1849, p. 503 ; Chabouillet, RA VI, 1849, p. 351 ; Chabouillet, no 288 ; Babelon, Le Cabinet des Antiques, p. 120 ; Babelon, Camées, no 310 ; Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 229 (Titus) ; L’Orange, p. 123 (moderne, forme de la chlamyde n’est pas antique) ; Byzance, 1992, p. 84, sous le no 33.

262

Camée en sardonyx à trois couches, brun roux (couronne de lauriers et paludamentum), blanche (visage et buste) et de calcédoine blonde translucide (fond). Une bordure taillée en relief reprend les nuances de la pierre. Monture en or moderne.

Provenance : ancien fonds ; attesté dans la collection en 1858.

Dimensions (avec la monture) : h. 40 ; l. 30 mm.

Buste d’un empereur, de profil à droite, la tête ceinte d’une couronne de laurier, le paludamentum attaché sur l’épaule droite, où le départ du bras n’est curieusement pas indiqué. Les cheveux lisses retombent en frange sur le front, dégagent l’oreille et descendent assez bas dans le cou.

  • 33 Cf. par exemple ici les nos 96, 101, 107, 111, 112.
  • 34 La couronne de lauriers perdure dans le monnayage des fils de Constantin jusque vers 340, cf. Basti (...)
  • 35 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, pl. 13, 2.
  • 36 Cf. Mazzini V, pl. XXXI, surtout fig. 1, 40, 42.

18La composition du camée, avec sa bordure en fort relief encadrant le profil, séparée par un profond sillon du buste à la découpe ovale, est semblable à celles de nombreux portraits julio-claudiens33. Si le graveur s’est inspiré de modèles du ier siècle, la gravure très appuyée, les traits larges et très creusés, indiquent une date tardive, de même que la coiffure, à frange longue coupée droit. La coiffure est datable au ive siècle, la présence de la couronne de lauriers indiquant une date antérieure à 33734. Le visage décidé, au menton court et charnu se rapproche de celui de Valentinien I (empereur de 364 à 375) sur un médaillon35, où il porte cependant le diadème perlé habituel. C’est l’attribution qu’avait retenue E. Babelon. Cependant, sur certaines monnaies de Crispus36 se retrouvent certains traits, tel le cou large et puissant, hérité de son père Constantin, le nez court, le menton volontaire, la découpe carrée de la tête.

Début du ive siècle.

Bibliographie

Chabouillet, no 257 ; Duruy, Histoire des Romains, t. VII, p. 397 ; Babelon, Camées, no 313 (Valentinien).

263

Camée en sardonyx à quatre couches, beige clair pour les cheveux, blanche pour le visage, de calcédoine blonde translucide pour le fond sur une couche de sardoine brune visible seulement au revers. Monture moderne en cuivre à pans coupés, formant un chaton de bague (dont l’anneau a disparu). Cassures dans le fond, devant le visage, sous et derrière la nuque.

Provenance : collection Henri Seyrig (1973.1.52560)

Dimensions (avec la monture) : h. 22 ; l. 17 ; ép. 6 mm.

Tête d’un jeune prince de profil à gauche, ceinte d’un diadème. La minceur du visage allongé et du cou, le petit nez droit et court, lui confèrent un aspect d’extrême jeunesse et de fragilité. La pupille n’est marquée que par un petit dénivelé sous la paupière, à peine visible. Les cheveux lisses, rabattus en frange sur le front, cachent les oreilles et descendent sur la nuque où les dernières mèches se retroussent en sens inverse.

  • 37 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserportäts, Constantinus Magnus, pl. 4, 41 sq.
  • 38 Ibid., Constantius II, pl. 7, 7, 8, 10, 11 ; Gallus, pl. 9, 1-2 ; Theodosius, pl. 15, 4.

19Cette coiffure, qui est celle de Constantin sur certaines monnaies37, se retrouve tout au long du ive siècle38 jusque sous Théodose, bien que l’oreille soit toujours dégagée. Par contre, les diadèmes deviennent de plus en plus chargés en perles et pierreries.

  • 39 Mazzini V, pl. XLIV, 47, pl. XLIX, 340.

20Sans pouvoir identifier ce petit portrait, on peut le rapprocher de ceux des fils de Constantin, notamment de Constance II, caractérisé par un visage étroit et très allongé39.

ive siècle.

264

Intaille convexe, à base plate.

Cristal de roche ; monture en or de la Renaissance gravée sur la tranche de l’inscription : GM. POMPEIVS. MAGNVS.

Provenance : Cabinet de Louis XIV ; décrit dans l’inventaire du début du xviiie siècle, 1re tablette, no 30.

Dimensions (avec la monture) : h. 30,6 ; l. 25 ; ép. max. 6 mm.

  • 40 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, pl. 9, Gallus 2 ; Mazzini, t. V, pl. LV, notamment fig. 15 (...)
  • 41 Cf. Alföldi, op. cit.

21Buste à gauche, vêtu de la cuirasse, dont se voient les ptéryges sur l’épaule, et du paludamentum retombant en plis souples, retenu sur l’épaule par une fibule ronde. Le visage de profil est celui d’un jeune homme, imberbe, les cheveux lissés, ramenés vers l’avant en une frange épaisse, dégageant l’oreille et descendant bas dans la nuque. Les traits sont nettement individualisés. Ils sont caractérisés par un ovale très allongé, un crâne étroit et plat, un long nez busqué et un menton en galoche, traits qui renvoient surtout aux portraits de Constantin Galle40. Certaines images de jeunesse de son demi-frère, Julien l’Apostat41, étant à leur imitation, les deux identifications ont été proposées.

  • 42 AGDS II, Berlin, p. 194, no 545 ; catalogue de l’exposition Age of Spirituality, New York, Metropol (...)

22Par les dimensions, la convexité de la surface, la qualité de la gravure, le traitement linéaire de la chevelure en grosses mèches parallèles regravées de petits traits fins, l’œil très grand ouvert, le modelé délicat de la joue et du menton donnant la sensation d’une chair un peu molle, cette gemme se rapproche de l’améthyste de Berlin42 au portrait de Constantin. Ce portrait à la fois sensible et réaliste reste dans le style de cour de l'époque constantinienne.

Milieu du ive siècle.

Bibliographie

Chabouillet, no 2107 (Valentinien I, 364-375) ; Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 158, pl. 75, 1 (Constantin Galle, 351-354) ; Stucchi, Bollettino d’Arte, 1951, p. 201, fig. 6 ; Alföldi, AJA 66, 1962, p. 403, pl. 118, 4 a et b (Julien l’Apostat jeune) ; Richter, EGR, no 608 (Constantin Galle).

Effigies des ive et ve siècles

265

Phalère en calcédoine bleutée.

La partie gauche du disque à l’arrière de la tête est cassée et manque. Petits trous de fixation sur le diadème, au sommet et sur les côtés ; deux petits trous l’un au-dessus de l’autre au niveau de chaque oreille. Trou rond au niveau de la fibule sur l’épaule gauche. Canal percé sous le buste sur une longueur de 17 mm. Trou d’encastrement au revers, au centre de la phalère. Inscription : ANTONINIAE.

  • 43 Cf. Babelon, RN, 1903, p. 158 : « Au mois d’avril 1897, on découvrit sous la porte Saint-Paul à Ant (...)

Provenance : Antioche, près de la porte Saint-Paul43. Acquis le 25 juillet 1898 de M. Feuardent, 4 rue de Louvois, Paris, registre M 2585.

Dimensions : h. 102 ; l. max. conservée : 64 ; ép. 44 mm.

Buste d’un empereur, vu de face, drapé d’une chlamyde retenue par une fibule ronde qui devait être orfévrée, la tête ceinte d’un bandeau en relief sur lequel devaient s’adapter des éléments métalliques rapportés, aujourd’hui disparus. La tête, en quasi ronde-bosse, et le buste en haut-relief se détachent d’un fond en médaillon. Selon M. Babelon, au moment de l’acquisition par le Cabinet des médailles en 1898, les surfaces étaient en grande partie dorées. L’inscription, au génitif, désigne le propriétaire de cette œuvre de luxe.

  • 44 Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 203.
  • 45 AJA 66, 1962, p. 404 no 3, pl. 118, 3.
  • 46 Cf. bibliographie ci-dessus.
  • 47 Stichel, Die römische Kaiserstatue am Ausgang der Antike, Untersuchungen zum plastischen Kaiserport (...)

23Les traits généraux – coiffure à frange lisse et épaisse, barbe courte, s’étendant assez largement sur la joue, grands yeux en amande, nez busqué mais court – sont proches de ceux d’un petit buste de bronze conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon, d’abord interprété comme un portrait de Maximus (383-388) par Delbrück44 puis de Julien l’Apostat par Alföldi45 suivi par Lévèque et Wegner46, et récemment attribué par Rudolph Stichel47 à Honorius.

  • 48 L’Orange, 1984, p. 161.

24Le traitement est cependant différent sur le camée, d’une stylisation plus poussée. La barbe, bouclée sur le bronze et d’une découpe harmonieuse, est réduite sur la calcédoine à une bande découpée en petits carrés, la frange souple devient un gros bourrelet raide, aux mèches assez irrégulières, se croisant par endroits, le reste de la chevelure est profondément entaillée de petits traits, donnant l’aspect de plumes serrées, les plis de la chlamyde sont rendus par des cercles concentriques. Ce goût pour les formes géométriques se retrouve sur un buste en calcédoine de Julien l’Apostat du musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg48, qui en diffère cependant par un aplatissement des volumes, restés ici tout à fait réalistes. Le contraste entre les zones mates de la barbe et des cheveux et celles polies et brillantes du visage, du buste et du fond, témoigne du soin apporté au travail.

  • 49 Cf. Bastien, Buste monétaire, pl. 208, 1 et 3 ; pl. 219, 1.
  • 50 Cf. Bastien, Buste monétaire I, p. 36.
  • 51 Cf. Testini, « La statue di bronzo o Colosso di Barletta », Vetera Christianorum, 10, 1973, p. 147.
  • 52 E. Demougeot (MEFRA, 1982, p. 951-978) et A. Giuliano l’ont dernièrement attribué à Honorius (NumAn (...)
  • 53 Cf. dernièrement J. Meischner, « Der Hochzeitskameo des Honorius », AA, 1993, p. 613-619.
  • 54 Aoste, trésor de la cathédrale, cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 207 sq., fig. 71 ; Volb (...)

25Il est difficile de donner un nom à cet empereur : Julien l’Apostat a porté une barbe courte, avant de la laisser exagérément pousser, mais Procope et Honorius aussi49. Julien est le premier à raccourcir les mèches sur la nuque50, mais d’autres empereurs ont repris ce trait comme Valentinien II, Honorius, Théodose II51. Bien qu’il soit délicat de comparer deux œuvres de dimensions et de matière totalement différentes, le profil de notre empereur présente aussi des affinités avec celui du colosse de Barletta, qui a lui aussi reçu de multiples attributions52. On y retrouve la large bande de barbe rase, la chevelure épaisse, courte dans la nuque, le nez court mais busqué ; de face, le visage du Colosse, avec sa mâchoire carrée, est par contre beaucoup plus énergique, tandis que celui de notre empereur, comme celui du buste en bronze de Lyon, est ovale, les pommettes assez hautes, le bas du visage effilé. La bouche, aux commissures tombantes et les yeux aux lourdes paupières donnent au visage une expression mélancolique, expression qui se retrouve sur le camée Rothschild53 et sur le diptyque d’ivoire de Probus représentant l’empereur Honorius (395-423)54, œuvres de style plus officiel. Le caractère assez personnel du visage, la coiffure et la barbe, le travail du modelé joint à la stylisation des détails suggèrent une datation dans la seconde moitié du ive siècle ou au début du ve siècle.

Bibliographie

Babelon, Bull. de la Soc. des Antiquaires de France, 1898, p. 275 ; R. Mowatt, ibid., p. 275 et 288 (inscription) ; Babelon, Gazette des Beaux-Arts, 1899, I, p. 109 ; Babelon, RN, 1903, p. 158 ; S. Reinach, RA 38, 1901, 1, p. 337 sq., p. 356, fig. 6 ; Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 227 sq., pl. 121 ; V. Lichatcheva, Isvestia Gosudarstvennogo Ermitagia 22, 1962, p. 18-20 ; P. Lévèque, Latomus 22, 1963, p. 76 ; Calza, Iconografia, no 267, pl. 128, 473 ; L’Orange, 1984, p. 163 (par M. Wegner) ; M.-E. Micheli, Bisanzio e l’Occidente, Studi in onore di Fernanda de’ Maffei, Rome, 1996, p. 6, fig. 4.

266

Intaille octogonale montée en bague d’or antique.

Agate à deux couches, la supérieure blanche, l’inférieure, dans laquelle est gravé le visage, en calcédoine translucide.

Dimensions : h. totale, 21 mm ; intaille : h. 12 ; l. 9 mm. Diam. de l’anneau : 17 x 19 mm.

Provenance : Italie, achat 1901 ; acquis le 11 mars 1902 d’Arthur Sambon, registre M 4770, intaille 2106 a.

Buste d’un empereur barbu, de profil à droite, la tête ceinte d’un diadème formé d’un double rang de perles, vêtu du paludamentum agrafé sur l’épaule par une fibule ronde. La chevelure épaisse descend bas sur la nuque, laissant l'oreille dégagée, les longues mèches de la frange sont rabattues sur le côté. La barbe touffue, aux longues mèches souples, rejointe par une épaisse moustache, envahit la moitié du visage.

  • 55 Cf. Bastien, Buste monétaire I, p. 149.

26La coiffure et le diadème perlé ont été en vogue à partir du milieu du ive siècle et pendant tout le ve siècle55. Seuls Julien l’Apostat et l’usurpateur Eugène ont porté la barbe longue, mais, comme le remarquait E. Babelon lors de l’acquisition de cette intaille, seul Julien l’a gardée aussi touffue et envahissante. C’est donc des dernières années de la vie de Julien que daterait cette petite intaille, lorsqu’après la mort de Constance II en novembre 361, devenu Auguste, il se laissa pousser la barbe.

  • 56 Cf. Guiraud, « Bagues et anneaux à l'époque romaine en Gaule », Gallia 46, 1989, forme 2 a.

27La forme générale de la bague à anneau fin et épaules légèrement élargies a connu une vogue constante de la fin de l’époque hellénistique jusqu’au iiie siècle56. La découpe octogonale de la feuille d’or du chaton, rabattue sur l’intaille, est plus rare. la feuille, assez épaisse, a été déchirée en plusieurs endroits ; le bord en est usé et déchiqueté dans le bas et le haut, ce qui pourrait laisser supposer un changement de la pierre du chaton.

Vers 362-363.

Bibliographie

Babelon, RN 1903, p. 154 fig. 1 ; Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 159, pl. 75, 2 ; J. Bidez, Julian der Abdtrünnige, 1940, pl. de la p. de titre ; Lévêque, MonPiot 51, 1960, p. 126 sq., pl. 15 ; R. Calza, Iconografia, p. 384 no 270, pl. CXXX, fig. 481 ; L’Orange, 1984, p. 163 (par M. Wegner).

267

Camée en sardonyx à trois couches, brune, bleuâtre et blanche. Monture en or émaillé de noir, ornée de rinceaux en réserve, avec bélière et, au revers, deux pattes de fixation percées de sept trous.

  • 57 Babelon, Camées, p. CXVII.
  • 58 Cf. Mariette, p. 300 ; M. van der Meulen, Rubens’copies, II, p. 185- 187, no 167 a, fig. 321.

Provenance : cité dans l’inventaire de Fontainebleau en 156057 ; disparaît durant les guerres de religion ; probablement à Paris en 1622 lorsque le peintre Rubens le dessine58 ; acquis le 15 décembre 1851 de M. Rousseau, Galerie de Valois à Paris. Registre d’entrée D 2566. Dimensions : h. 59 ; l. 73 mm (sans la monture) ; h. 81 ; l. 83 mm (avec monture et bélière).

Un empereur diadémé, vêtu d’une cuirasse et d’un paludamentum, tenant un globe et une lance, s’avance sur un quadrige vu de face, écrasant sur son passage six ennemis renversés à terre. Deux Victoires, l’une tenant un trophée, l’autre une enseigne ornée de deux bustes très schématiques, retiennent par la bride les deux chevaux extrêmes. Des personnifications de la lune, la tête surmontée d’un croissant, et Camées et intailles – Les 208 Portraits romains du soleil, vêtu à l’orientale et coiffé d’une couronne radiée, tenant d'une main des torches, tendent à l’empereur les deux globes célestes. Les dimensions des personnages sont purement conventionnelles et non réalistes : l’empereur, bien qu’étant le plus éloigné est le plus grand ; suivent ensuite les deux victoires, puis les personnifications des astres, les barbares nus sous les sabots des chevaux étant considérablement réduits.

28L’artiste, par son sens des volumes, son goût pour les formes sculpturales, son modelé délicat, est un maître dans l’art du bas-relief, comme le prouvent les silhouettes rondes des Victoires, la musculature de l’empereur, les poitrails des chevaux. Le polissage très brillant des reliefs taillés dans la couche blanche accroît l'effet de volume. Certains détails gravés sont très soignés, notamment les plumes des ailes, les coiffures féminines, les vêtements ; d’autres sont négligés : les visages grossièrement schématisés des vaincus, la main disproportionnée de la Victoire qui tient le vexillum, les doigts en bâtons de l’empereur. Les dimensions du camée, la beauté de la pierre, la qualité de la gravure et du polissage, la richesse iconographique, à visée triomphaliste, en font un des chefs-d’œuvre de la glyptique de cour du Bas-Empire. L’identification du personnage principal reste cependant difficile.

  • 59 Cf. van der Meulen, ibid., p. 186.
  • 60 Cf. RIC VII, pl. 20, Nicomédie 41 ; pl. 23, Antioche 32. Ce type de visage à l’ovale régulier, aux (...)
  • 61 Cf. Bastien, Buste monétaire, pl. 194, 2, multiple d’or de Constance II, pl. 207, 4, multiple d’or (...)
  • 62 University Museum, The University of Pennsylvania, Philadelphie, cf. le catalogue de l’exposition P (...)

29Dès le début du xviie siècle, le peintre Rubens proposait d’identifier l’empereur à Théodose, ou peut-être Aurélien ou Probus59. Peiresc lui hésitait entre ces deux derniers. Au xixe siècle, lorsque le camée réapparaît, Chabouillet y reconnaît l’entrée triomphale de Licinius à Antioche en 313, après sa victoire sur Maximin Daia, s’appuyant sur la présence de deux images augustes sur l’enseigne militaire et sur la comparaison du portrait impérial avec les monnaies de Licinius. Delbrück pense à la nomination du fils de Licinius et de ceux de Constantin comme Césars en mars 317. Considéré par G. Bruns comme moderne, ce camée a été réhabilité par H. Furhman qui a montré qu’une iconographie aussi complexe ne pouvait pas être connue au xvie siècle, de même que certains détails tel que le vexillum aux bustes impériaux. Le visage de l’empereur n’est guère identifiable mais ne ressemble pas à celui, « lunaire », de Licinius60. L’empereur a d’autre part la tête ceinte d’un large bandeau marqué de petites entailles qui forment des motifs carrés, indiquant une couronne gemmée, ce qui repousserait la date après le second quart du ive siècle. La cuirasse à musculature modelée, utilisée du Ier au ve siècle, ne peut donner de repères chronologiques. Le thème de l’empereur sur un char triomphal se retrouve tant dans la numismatique61 que sur le camée Sommerville62, de facture très classique. Récemment une datation au ve siècle a été proposée par J. Spier par comparaison avec les diptyques consulaires d’ivoire. Cependant le choix d’une iconographie exclusivement païenne, respectant les conventions classiques, pour exprimer le triomphe d’un empereur – chrétien – dans un contexte officiel, est difficilement concevable au ve siècle. A. Grabar fait remarquer de plus qu’après Constantin, ce n’est plus l’empereur mais le Christ qui est accompagné des symboles astraux de Luna et de Sol. Une datation au ive siècle nous semble toujours envisageable.

Bibliographie

Mariette I, p. 300-301 ; Chabouillet, no 255 ; Chabouillet, RA, IX 2, 1853, p. 764 sq. ; Duruy, Histoire des Romains, VII, p. 27 ; Babelon, La Gravure en pierres fines, p. 186, fig. 142 ; Bernoulli, II- 3, p. 209 ; Babelon, Camées, no 308 ; Fürtwangler, AG III, p. 366, fig. 201 ; DACL VI, 1, 1924, col. 803 ; Delbrück, Die Antike 8, 1932, p. 17, fig. 14 ; Delbrück, Antike Porphyrwerke, 1932, p. 127 sq., fig. 50, pl. 60 a ; H.-V. Schönebeck, « Beitrage zu Religionspolitik des Maxentius und Constantin », Klio, 43, 1939, p. 71 ; Bruns, Staatkameen, p. 5 sqq., fig. 1 (xvie siècle) ; M. Alföldi, Goldprägung, p. 142, 2 ; J. Maurice, I, p. CVI ; II, p. 511 ; A. Grabar, « Un médaillon de Mersine », Dumbarton Oaks Papers, 6, 1951, p. 40-41, fig. 7 ; J. Deér, « Der Globus des spätrömischen und des byzantinischen Kaisers, Symbol und Insigne ? », Byzantinische Zeitschrift 54, 1961, p. 78 sq., pl. 2, 1 ; H. von Heintze dans T. Kraus, Das römische Weltreich, Propyläen Kunstgeschichte II, Berlin, 1967, p. 284, pl. 387 b ; Engemann, Reallexikon für Antike und Christentum, p. 305-306 ; H. Fuhrmann, Schw Mbll 17, 1967, p. 58 - 63., fig. 1-2 ; R. Calza, Iconografia Romana Imperiale II, 1972, p. 205 sq., no 124, 8, pl. 67, 226 ; Van der Meulen, 1975, p. 51-52, 149-150, no G.70, fig. V a ; N. De Grummond, Rubens and Antique Coins and Gems, Ph. Diss., University of North Carolina, Chapel Hill, New York, 1986, ed. University Microfilms Inc. Ann Arbor, p. 64-65, no IV, fig. 51 ; Megow, 1987, p. 85 ; LIMC, Hélios/Sol, no 409 ; J. Spier, Cameos in Context, 1990, p. 45, fig. 3.2 (propose une datation au ve siècle) ; M. van der Meulen, Rubens’copies, II, p. 185-187, III, fig. 319, 320 ; fig. 321 : dessin de Rubens au crayon ; Bastien, Le Buste monétaire, III, pl. 162, 1.

Notes

1 Felletti Maj, Iconografia, pl. IX, 29, voir bustes de Munich et Berlin ; dans Inan-Rosenbaum, pl. 251, fig. 1-4, no 343, une tête en marbre d’une collection privée de Karlsruhe, du dernier tiers du iiie siècle présente une coiffure similaire, une grosse couronne de laurier, un profil au nez légèrement busqué.

2 Ici, fig. 255 a, Chabouillet, no 2636 (Cabinet des médailles, Inventaire des Monuments d’or, no 508), quinaire d’or de Maximin, inscrit : MAXIMINUS PIVS AVG. GERM., revers : VICTORIA GERM., monté en bague d’or. Il fut trouvé en 1760 au faubourg d’Hem près d’Amiens ; cf. C. Brenot et C. Metzger, « Trouvailles de bijoux monétaires », Cahiers Ernest Babelon IV, L’or monnayé III, 1992, p. 330. C’est après sa victoire sur les Alamans en 235 que Maximin I prit le titre de Germanicus Maximus.

3 BMC Empire VI, pl. 35, 51, 53, 63, MAXIMINUS, atelier de Rome, 2e émission en 236 ; cf. Delbrück, Münzbildnisse, p. 64, pl. 1 et Felletti Maj, Iconografia, monnaies du type 2, p. 115. Les monnaies de Maximin ont été classées en trois types : 1°, réalistes du « barbare » ; 2°, dans la tradition classique ; 3°, du « Germanicus », le triomphateur de 236. Ce dernier, selon Delbrück, est celui qui correspond le plus à la tradition littéraire qui le figure comme un géant brutal.

4 Cf. Walters, no 2028 ; Richter, EGR, no 588.

5 Cf. RIC IV-II, pl. 11, 19.

6 Cf. K. Parlasca, Repertorio d’arte dell’Egitto greco-romano, Palerme, 1969, série B, I, nos 35, 36, 44, 58, 83, 135, 138, 153, 163, 172.

7 Cf. V. von Gonzenbach, Untersuchungen zu den Knabenweihen im Isiskult der römischen Kaiserzeit, Bonn, 1957.

8 Cf. l’article de C. Brenot, RN 1973, p. 157-165, Valérien jeune était-il myste d’Isis ?

9 Cf. C. Brenot, op. cit., pl. XVII, fig. 5, 7, 8 ; pl. XVIII, fig. 2-3.

10 Cf. Mazzini IV, pl. XXVII, fig. 1295, p. 90.

11 Cf. C. Johns, The Thetford Treasure, Londres, 1983, p. 92, fig. 16. Pour la forme, voir aussi Henkel, Fingerringe, no 272, et Henig, Corpus, no 581, également du ive siècle.

12 Cf. MonPiot, I, 1894, p. 85-98.

13 Cf. Göbl, op. cit., pl. 1, fig. 2 ; Ghirshman, Parthes et Sassanides, 1962, fig. 197.

14 Göbl, op. cit., pl. 1, fig. 4 ; Ghirshman, op. cit., fig. 205.

15 Gyselen, op. cit., p. 198.

16 Göbl, op. cit., pl. 1, fig. 5.

17 Cf. MonPiot, 1894, pl. XII 2.

18 Cf. Mazzini IV, pl. LXXVIII, 64 a à d, 65, 74, pl. LXXXIII, 491, pl. LXXXIV, 503. Mme Zwierlein-Diehl l’attribue à Florianus (cf. bibliographie) en comparant le camée à des monnaies cf. Delbrück, Münzbildnisse, p. 137, pl. 20, 1-3 ; J. P. C. Kent, B. Overbeck, Die römische Münze, Munich, 1973, pl. 122, no 546 ; Robertson, RIC IV, p. 154 sq., pl. 38,1-21 ; Mazzini IV, pl. LII 16 : l’empereur y est certes lauré, les cheveux courts, la tête carrée, le cou épais mais le petit nez court et droit s’écarte nettement du profil très caractérisé de l’intaille du Cabinet des médailles.

19 Cf. ici le no 261, où le bandeau plat reprend un motif en chevrons.

20 Le principe de bandes régulières à motifs stylisés se retrouve surtout sur des coiffures féminines, cf. le catalogue de l’exposition Spätantike und frühes Christentum, Francfort, 1983, no 101, p. 496- 497, tête de prêtresse, coiffée d’une couronne de tresses stylisées, contrastant avec le modelé délicat du visage, début du ive siècle.

21 Cf. Kersauson, Louvre II, p. 523, no 249.

22 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, pl. 1, 8 et 9, pl. 2, 20 ; RIC VII, p. 477, nº 64 ; Bastien, Le Buste monétaire, pl. 186, 3, multiple de solidus de Constantin II, Dumbarton Oaks.

23 La cuirasse, de type classique, n’a guère évolué depuis le ier siècle. Elle apparaît, avec le Gorgoneion, sur des solidi de Constantin et de ses fils (cf. Bastien, Buste monétaire III, pl. 173, 8 et pl. 185, 4 ; C. C. Vermeule, « Hellenistic and roman cuirassed statues », Berytus XIII, 1959, pl. XXV, 76).

24 Babelon, Camées, p. 165-166.

25 Delbrück, pl. 27, A et B.

26 Delbrück, pl. 2, no 21-24.

27 Selon P. Zanker, cette disposition, alliée aux deux rangées de boucles dans la nuque et à la forme en faucille des boucles, ne peut être tardive. Il voit donc là un portrait du ier siècle, de Domitien, retravaillé au ive siècle. Les deux empereurs, Domitien et Constantin, partageant une structure comparable de la tête, massive, presque cubique, ce peut être une possibilité. Cependant, des monnaies de Constantin montrent bien le retour à la couronne de boucles sur le front et la nuque, cf. Bastien, Buste monétaire, pl. 164, 7, une petite rangée de bouclettes collées au front, ibid., pl. 165, 2 et 10, pl. 171, 1. Le retour à un classicisme inspiré de l’art du ier siècle a suscité de fréquentes controverses sur la datation de plusieurs camées, comme le camée « Ada », à Trêves, ou le camée de La Haye (Spätantike und frühes Christentum, nos 45 et 47).

28 Cf. Byzance, 1992, no 18, p. 60-61.

29 Cf. Sainte-Chapelle, 2001, p. 179.

30 Cf. solidus de Nicomédie, RIC VII, p. 611, no 66, L’Orange, pl. 67 f. : couronne de laurier à feuilles pointues, frange courte, chevelure très courte à l’arrière. Le profil est également très proche : le grand œil, la joue large, le nez busqué, la grande oreille bien dégagée. Pour la couronne à feuilles en épis, cf. Bastien, Buste monétaire III, pl. 171, 9, où Constantin porte la frange épaisse contrastant avec une chevelure très courte sur le crâne, de même que pl. 172, 5. Pour le traitement des cheveux sur le crâne et dans la nuque, cf. des portraits de Maxence, L’Orange, pl. 26 et 27 où la chevelure est traitée en lignes ondulées faiblement incisées et la barbe en piquetis.

31 Alföldi, « Insignien », p. 149.

32 Cf. Byzance, 1992, p. 84.

33 Cf. par exemple ici les nos 96, 101, 107, 111, 112.

34 La couronne de lauriers perdure dans le monnayage des fils de Constantin jusque vers 340, cf. Bastien, Buste monétaire I, p. 67- 68.

35 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, pl. 13, 2.

36 Cf. Mazzini V, pl. XXXI, surtout fig. 1, 40, 42.

37 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserportäts, Constantinus Magnus, pl. 4, 41 sq.

38 Ibid., Constantius II, pl. 7, 7, 8, 10, 11 ; Gallus, pl. 9, 1-2 ; Theodosius, pl. 15, 4.

39 Mazzini V, pl. XLIV, 47, pl. XLIX, 340.

40 Cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, pl. 9, Gallus 2 ; Mazzini, t. V, pl. LV, notamment fig. 15 pour le nez très busqué, 18 pour l’étirement du visage ainsi que les fig. 34 et 42. Constantin Galle, comme son demi-frère Julien, ont été représentés tête nue, sans diadème, durant tout le temps de leur corégence avec Constance II, de 351 à 354 pour le premier, et de 355 à 360 pour le second, cf. Bastien, Buste monétaire I, p. 54.

41 Cf. Alföldi, op. cit.

42 AGDS II, Berlin, p. 194, no 545 ; catalogue de l’exposition Age of Spirituality, New York, Metropolitan Museum of Art, 1979, no 17 (Constantin II, vers 350-360) ; Spätantike und frühes Christentum, p. 430-432 ; S. Ensoli et E. La Rocca (dir.), Aurea Roma, Dalla citta pagana alla citta cristiana, (exposition, Rome, 22 déc. 2000-20 avril 2001), Rome, 2000, p. 556, no 211 (Constantin, vers 326-330) avec la bibliographie antérieure.

43 Cf. Babelon, RN, 1903, p. 158 : « Au mois d’avril 1897, on découvrit sous la porte Saint-Paul à Antioche, un grand camée en sardoine, représentant un buste impérial en haut-relief, que j’ai pu acquérir pour le Cabinet des médailles » « camée d’un travail rude et pénible ; les draperies étaient dorées et la tête surmontée d’un diadème métallique. »

44 Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 203.

45 AJA 66, 1962, p. 404 no 3, pl. 118, 3.

46 Cf. bibliographie ci-dessus.

47 Stichel, Die römische Kaiserstatue am Ausgang der Antike, Untersuchungen zum plastischen Kaiserporträt seit Valentinian I. (364-375 n. Chr.), 1982, p. 51, pl. 16.

48 L’Orange, 1984, p. 161.

49 Cf. Bastien, Buste monétaire, pl. 208, 1 et 3 ; pl. 219, 1.

50 Cf. Bastien, Buste monétaire I, p. 36.

51 Cf. Testini, « La statue di bronzo o Colosso di Barletta », Vetera Christianorum, 10, 1973, p. 147.

52 E. Demougeot (MEFRA, 1982, p. 951-978) et A. Giuliano l’ont dernièrement attribué à Honorius (NumAntCl 19, 1990, p. 273- 281).

53 Cf. dernièrement J. Meischner, « Der Hochzeitskameo des Honorius », AA, 1993, p. 613-619.

54 Aoste, trésor de la cathédrale, cf. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 207 sq., fig. 71 ; Volbach, Elfenbeinarbeiten des Spätantike und des frühen Mittelalters, Mayence, 3e éd., p. 29-30, nº 1, pl. 1, avec la bibliographie antérieure.

55 Cf. Bastien, Buste monétaire I, p. 149.

56 Cf. Guiraud, « Bagues et anneaux à l'époque romaine en Gaule », Gallia 46, 1989, forme 2 a.

57 Babelon, Camées, p. CXVII.

58 Cf. Mariette, p. 300 ; M. van der Meulen, Rubens’copies, II, p. 185- 187, no 167 a, fig. 321.

59 Cf. van der Meulen, ibid., p. 186.

60 Cf. RIC VII, pl. 20, Nicomédie 41 ; pl. 23, Antioche 32. Ce type de visage à l’ovale régulier, aux joues pleines, mais impersonnel, sans expression, apparaît sur les monnaies dès le règne de constantin (RIC VII, pl. 9, Ticenum 41, daté de 316). Il est repris non seulement par son fils Constantin II (RIC VIII, pl. 4, Trèves 346, pl. 10, Rome 232, pl. 24, Nicomédie 99, pl. 27, Antioche 162, datés entre 353 et 361) mais aussi tout au long du ve siècle.

61 Cf. Bastien, Buste monétaire, pl. 194, 2, multiple d’or de Constance II, pl. 207, 4, multiple d’or de Valens, pl. 218, 6, multiple d’argent d’Honorius.

62 University Museum, The University of Pennsylvania, Philadelphie, cf. le catalogue de l’exposition Portraits and propaganda. Faces of Rome, Providence, David Winton Bell Gallery, Brown University, 1989, p. 147, no 136. Ce grand camée de sardonyx, de 11 x 15 cm, est daté du ive siècle.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540