Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

De Pescennius Niger à la fin de la dynastie des Sévères

Texte intégral

Pescennius Niger et hommes de la fin du IIe siècle

196

Intaille plate, en jaspe rouge veiné, sertie dans une monture qui couvre le revers.

  • 1 Mémoire et compte que Paul Lucas, antiquaire du Roy, rend à Monseigneur le Comte de Pontchartrain, (...)

Provenance : collections de Louis XIV. Rapportée par Paul Lucas du Levant vers 17061. Décrit dans l’inventaire du début du xviiie siècle, p. 104, n953.

Dimensions : h. 31 ; l. 24 mm.

Empereur lauré montrant son profil gauche (sur le moulage, le droit).

Légende :

Image 1.png

En haut, un autel avec un serpent traversant la flamme.

1S’il est facile de situer dans les années 190 après J.-C. ce portrait dessiné par un artisan, on aurait peine à trouver une solution iconographique pour cette tête d’empereur si l’inscription ne venait à notre aide. Celle-ci a déjà été lue par Lenormant (cf. bibliographie ci-dessous), qui en a donné l’interprétation suivante :

Aσκληπιω Iουλιος ΣABινος OιΩNνιστης EΘHκε Yγιεια
Aυτοκρατωρος Kαισαρος Γαιου Πεσκεννιυ Nιγρου Δικαιου

ce qui a été traduit : « À Esculape, Iulius Sabinus, devin, a consacré [cette pierre] pour la santé de l’empereur César Gaius Pescennius Niger, le Juste ».

2La lecture de la ligne inférieure est sans doute ingénieuse, puisqu’on y trouve les initiales des noms et des titres de Pescennius Niger ; celle des lignes supérieures est cependant hypothétique. On peut relever que le serpent, symbole d’Asklépios et de Hygie, a certainement un rapport avec ces divinités. Le serpent passant au travers du feu de l’autel signifierait la victoire remportée sur une épreuve, tandis que les initiales CAB se compléteraient aisément pour former le nom de Sabinus. Pour l’abréviation de Iulius, rendu par un I seul, et pour la lecture de οων comme οιωννιστης, d’autres exemples peuvent être cités.

  • 2 Mattingly, BMC Empire V, pl. 13, 5-6.

3Pour ce qui est de la tête de l’empereur, la comparaison avec Pescennius Niger s’impose seulement par la barbe ondulée, par la langue de cheveux s’avançant sur le sommet du front, par la pommette saillante, soulignée d’une ride allant du nez vers la commissure des lèvres2. Mais le nez plutôt mince, droit et pointu, est un effet de routine du graveur, de même que les boucles qui couvrent l’occiput, rappelant Septime Sévère ou son prédécesseur Commode.

4Cette gravure est sans doute l’œuvre d’un artisan local d’une cité de Syrie ou d’Asie Mineure, où se sont développés des styles particuliers. La pièce a dû être commandée par ce Sabinus, ce voyant, qui prit soin de la santé de l’empereur probablement pendant la périlleuse guerre contre Septime Sévère.

  • 3 W. C. King, Precious Stones and Gems, 1865, p. 375 sqq. ; Isidore, XVI Migne Patr. Lat., vol. 82, p (...)

5La pierre avait probablement elle-même une signification magique, ou peut-être la valeur d’une amulette, renforcée par la couleur du jaspe rouge tacheté3. Elle visait vraisemblablement, en 194, à sauver l’empereur de la débâcle.

Bibliographie

Gros de Boze, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1705 ; Lenormant, pl. XLI, 8, p. 75 ; Chabouillet, n2099 ; Bernoulli, RI IV, p. 17 ; Babelon, La Gravure en pierres fines, p. 175, fig. 133 ; S. Reinach, P. Gr., p. 97-98 ; Richter, EGR, n571.

197

Intaille plate des deux côtés.

Cornaline.

Provenance : collection Valton.

Dimensions : h. 11 ; l. 8,5 mm.

Général distingué par le paludamentum qu’une fibule ronde maintient sur l’épaule. Il porte une longue barbe effilochée, une chevelure bouclée enveloppant le crâne, proéminente sur le front bombé.

6Bien qu’il soit facile de situer ce portrait d’homme dans le dernier quart du iie siècle, son identification ne s’établit pas sans problèmes. Sans doute s’inspire-t-il du modèle de Marc Aurèle, que ce soit par l’aspect sérieux de l’homme d’État, du militaire et du philosophe vénérable orné d’une barbe, ou par le style qui, bien que d’une qualité médiocre, relève quelques traits caractéristiques d’un visage dont le front bombé et proéminent ressort au-dessus de la profonde cavité oculaire et d’un nez busqué prenant naissance dans un angle aigu. Notons aussi la pommette saillante et la barbe en pointe.

  • 4 Cf. Traversari, I Rittratti, n60.
  • 5 Cf. E. Petersen, A. von Domaszewski, C. Calderini, Die Marcussäule auf Piazza Colonna in Rom, Munic (...)
  • 6 Pour les intailles de l’Ermitage : l’une en jaspe rouge, n4916 (h. 14, l. 10, ép. 2 mm), avec les (...)

7Ces traits sont proches de ceux de Tiberius Pompeianus, le collaborateur intime de Marc Aurèle, devenu son gendre après la mort de Lucius Veruset son mariage avec Lucille. Son portrait a été identifié dans un buste impressionnant du musée archéologique de Venise4 ainsi que dans différentes scènes de la colonne de Marc Aurèle5. Ses traits marqués d’homme d’une grande discipline, imbu aussi des vertus de la Rome ancienne, apparaissent également sur diverses intailles, deux d’un travail médiocre à l’Ermitage, une autre en jaspe vert au musée national de Naples6.

  • 7 N1445, cornaline à surface bombée et base plate, h. 18, l. 13,5 mm.

8Si ces traits suggèrent une telle identification, la coiffure montre cependant des caractères inconnus des portraits de Pompeianus, sur lesquels le front est toujours dégagé, l’angle indiqué, l’extrême sobriété de la chevelure soulignant peut-être le grave état auquel font allusion les reliefs qui dépeignent les événements de la guerre. Pour cette raison, nous pourrions justifier une représentation un peu différente, en attribuant les autres effigies citées aux périodes de guerre contre les Marcomans et les Quades, tandis que notre intaille serait liée à une figuration romaine officielle, se situant peut-être même dans la période qui suivit la mort de Marc Aurèle. Notons qu’une cornaline de l’Ermitage montre un portrait de Commode, du début de son règne, avec des boucles rendues par deux ou trois lignes7. Même si l’artiste a renoncé à les grouper en rangées, le caractère et le procédé de la gravure, aux rondelles creusées dans la pierre et ornées de deux ou trois lignes courbes, sont ici les mêmes. Le modelé de la peau lisse, le tracé des cils et du sourcil, le bord de l’oreille sont aussi semblables. Malgré une certaine simplification et un manque de raffinement, les traits essentiels du personnage sont bien lisibles. Une identification avec le portrait de Pompeianus est possible, dans certaines limites.

  • 8 Cf. Dion Cassius LXXIV 3 ; RE, Claudius II 43.

9Tiberius Claudianus Pompeianus, originaire d’Antioche, devint, en 167, gouverneur de la Pannonie inférieure qu’il défendit contre les attaques des Germains ; comme général, il participa aux principales campagnes des années 170. En 169, il épousa Lucille, veuve de Lucius Verus mais ne fut pas impliqué dans le complot contre Commode qui coûta la vie à sa femme. Lorsque Pertinax devint empereur, il apparut de nouveau au Sénat, invité à s’asseoir à côté de son ancien protégé8.

10La cornaline du Cabinet des médailles daterait donc de cette époque car elle incite à un rapprochement avec les effigies de cet empereur. Le court règne de Pertinax ne s’est étendu que sur les premiers mois de l’année 193. La gravure de cette intaille n’aurait donc guère été effectuée plus tard.

Dernier tiers du iie siècle, peut-être 193 après J.-C.

198

Intaille plate montée en bague moderne.

Jaspe rouge.

Provenance : collection de Clercq. Don H. de Boisgelin.

Dimensions : h. 11,5 ; l. 10 mm.

Empereur lauré portant une barbe.

  • 9 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 79, 15.
  • 10 Cf. sur tout ibid., pl. 13, 13.
  • 11 Cf. ibid., pl. 13, 1-6 ; cf. aussi RIC IV 1, pl. II 1 ; ce dernier profil est très proche de celui (...)

11Il ne peut guère s’agir de Macrin, comme le supposait de Ridder, bien que le visage du successeur de Caracalla ait pris sur quelques monnaies une semblable déformation9. Mais l’on peut hésiter plutôt entre Clodius Albinus et Pescennius Niger, le premier parce qu’une série de monnaies le représente avec un semblable nez retroussé, le deuxième parce qu’il présente la même forme de barbe, effilochée, retombant verticalement sur la poitrine10. Notons en outre comme caractéristiques la pointe du nez dépassant la petite bouche aux lèvres épaisses, l’inférieure très charnue comme sur l’intaille ; les cheveux rendus par de courtes lignes avançant sur l’oreille vers la tempe ; la tranche du cou en courbe soulignée, le sourcil remontant de la racine du nez. Plusieurs de ses monnaies montrent aussi la tendance à caricaturer le personnage11, à lui prêter une expression de sottise et de ridicule.

  • 12 RE 17 A, col. 1086-1102 [W. Reusch].
  • 13 Cf. Dion Cassius LXXIII 13, 5 et 14, 3 ; Herodian II, 7, 4.

12Gaius Pescennius Niger, qui assuma le titre de Iustus (le juste)12, avait combattu les Sarmates en 183sous Commode et fut nommé gouverneur de Syrie en 19313 lorsque Didius Iulianus usurpa l’Empire. Le peuple, qui nourrissait plus d’estime pour Pescennius Niger que pour ce riche parvenu, le pria d’accepter le trône. Quant lui parvint la nouvelle du meurtre de Pertinax, il fut proclamé empereur à Antioche en avril 193, dans le même temps que Septime Sévère, gouverneur de la Pannonie, l’était par ses troupes. Niger reçut alors le soutien non seulement de la Syrie mais aussi de l’Égypte et de l’Asie mineure. L’attitude peu loyale de Septime Sévère le contraignit à se préparer à la guerre. Après un succès militaire près de Cyzique, Sévère avança en Bithynie et anéantit l’armée de Niger près de Nicée, puis près d’Issos. Rattrapé dans sa fuite vers l’Euphrate, Niger fut décapité.

  • 14 Cf. EAA et pour les intailles : Boardman, Ionides Collection, fig. 54 et p. 36 ; Righetti, Gemme de (...)
  • 15 RE 17 A, col. 1101.
  • 16 Cf. aussi Mattingly, « The Coinage of Septimius Severus and hisTimes », NChr, 1932, p. 177 et pl. X (...)

13Si les effigies parvenues jusqu’à nous14 livrent, de même que les interprétations historiques, des images variées de cet empereur15 qui, en peu de mois, mit sur pied une armée de neuf légions qu’il entraîna à sa perte, les effigies monétaires confirment un certain manque d’envergure d’un commandant brave et honnête mais borné, au front raide orné de cheveux épars, au petit œil enfoncé dans une orbite aplatie vers la tempe, aux lèvres épaisses et informes, la supérieure couverte par une moustache touffue, l’inférieure proéminente au-dessus d’une barbe ondulée verticale16.

14L’effigie de la cornaline semble, elle, presque avoir la valeur d’un jugement porté par les ennemis de Pescennius Niger. L’on peut toutefois objecter que la brève et turbulente période de son règne ne laissa pas à celui-ci le loisir de choisir un graveur qui lui aurait prêté la dignité exigée d’un souverain. D’autre part, les officiers et les soldats compagnons de guerre sont rarement sensibles aux traits physionomiques. Un dessin sommaire leur suffit, la chevelure sobrement rendue par de petits traits et inspirée plutôt par l’idéal de la Rome républicaine que par le baroque des Antonins et la soi-disant luxure de Lucius Verus. La barbe tombant droit s’inspirait peut-être aussi de l’idéal romain. L’expression du visage aspirerait ainsi à un vérisme plus vrai que nature, contrastant visiblement avec les extravagances du prédécesseur de Pescennius Niger, Commode, qui faisait poudrer ses cheveux bouclés.

15Des détails de gravure seraient révélateurs d’une tendance et d’un but politique qui échappent à nos connaissances mais qui trouveraient leur justification.

  • 17 Pour la datation cf. Mattingly, BMC Empire V, p. cix sq.

16Étant donné que les dates du règne de Niger sont établies et que sa fin tragique dut impliquer un arrêt de la diffusion de son image, on peut dater cette cornaline portant son effigie entre les limites de son règne, c’est-à-dire avril 193 et l’automne 19417.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, n3214.

199

Intaille convexe des deux côtés.

Améthyste.

Provenance : Syrie, d’où elle fut rapportée en 1848 par M. Guys, ancien consul de France à Beyrouth ; registre C 2905.

Dimensions : h. 15 ; l. 12,5 ; ép. 4,5 mm.

Profil d’un homme à petite barbiche hirsute, à gauche.

  • 18 Cf. les deux auteurs cités ci-dessus qui situent l’intaille à l’époque républicaine. On peut réunir (...)
  • 19 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 94, 5-6, pl. 95, 5-8, pl. 97,7-10, pl. 98, 8-9 et pour les por (...)
  • 20 Quant à Avidius Cassius, cf. RE III-1 ; P. Lambrechts, La composition du Sénat romain 117-192, Pari (...)

17Malgré la similitude apparente entre l’effigie de cette belle intaille et les portraits de la République romaine18, il ne subsiste ici de la grande époque que le désir de l’imitation. Ni la technique de la gravure aux lignes pâteuses, incohérentes, impures, ni le visage aux traits haineux, aux lèvres molles et charnues n’appartiennent aux héros de la République. Mais le portrait de cette améthyste peut figurer parmi les derniers témoignages de l’idéal républicain, notamment celui d’un Brutus ayant reçu une légère teinte de modèles pompéiens19. Même si l’on voulait y découvrir certains éléments du langage des effigies des Antonins, tels les cheveux serpentant de l’occiput vers le visage et pointant en petits crochets sur la tempe, les lignes tordues de notre améthyste se sont épanouies dans une autre ambiance qu’au sein d’une bénigne bourgeoisie. Ici, c’est un nouveau « Brutus », une nouvelle opposition à la souveraineté jovienne de l’empereur qui s’incarne sous une charpente affaiblie. Notons qu’un tel « Brutus » exista sous les traits d’Avidius Cassius20, d’origine syrienne, consul suffectus sous Marc Aurèle et, de 168 à 175, gouverneur de Syrie. Ayant remporté des succès militaires contre les Parthes, il reçut le commandement suprême des provinces d’Orient. Ce ne fut pas seulement la fausse nouvelle de la mort de Marc Aurèle, mais aussi la conscience de sa propre valeur qui incitèrent Avidius Cassius à faire le pas vers la révolte et l’indépendance. Même si les motifs de son comportement restent obscurs et si aucune effigie monétaire ne nous est parvenue de celui qui paraît avoir pendant trois mois assumé le rôle d’usurpateur et de rebelle, l’existence de portraits glyptiques, c’est-à-dire d’effigies non officielles, semble d’autant plus possible que le pouvoir d’Avidius Cassius ne fut pas reconnu par le Sénat.

18S’il peut sembler hardi de nouer un lien entre cette apparition historique éphémère et notre intaille, sa provenance de Syrie revêt pourtant un certain poids. De toute façon les éléments stylistiques permettraient une datation à la période de ce nouveau Brutus.

Dernier tiers du iie siècle, probablement autour de 175 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2111 ; Richter, EGR, n470.

Septime Sévère, ses fils et hommes du tournant du iiie siècle

200

Intaille plate ; revers et bords recouverts par la monture en bague moderne.

Jaspe rouge.

Provenance : acquise le 10 juillet 1899 chez M. C. Kwiatkowski, 75 bd. Pereire (250 F) ; registre d’entrée M 2938 (intaille 2072 b).

Dimensions : h. 13,5 ; l. 10 mm.

Portrait d’un homme portant moustache et barbiche, de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Les cheveux, ondulant du sommet de la tête vers le bas, se terminent en épaisses boucles sur le front et en crochets devant et derrière l’oreille. Derrière la tête les lettres ZAV (sur le moulage, du haut vers le bas).

  • 21 Cf. Mattingly, BMC V, pl. 14, pl. 15, 6-20 et pl. 16, visible surtout sur le moulage.
  • 22 Cf. ibid., pl. 15, 8 et 13.
  • 23 Poulsen, Portraits romains II, n128 ; Poulsen, Catalogue, n721, pl. CCII-CCIII.

19Comme le précédent, ce portrait fait partie d’un nombre restreint d’effigies représentant des personnages de la vie politique ou littéraire, sans que nous puissions leur prêter un nom ; mais des éléments stylistiques permettent de le situer avec la plus grande probabilité dans les années de troubles consécutifs au meurtre de Commode et au début du règne de Septime Sévère. Notons que les traits appuyés recourbés vers le front apparaissent déjà sur l’améthyste précédente et que la grosse ondulation semblable à un ver enroulé sur l’oreille rappelle la tendance à l’informe qui se révèle à cette époque-là, conforme à la mollesse de la bouche qui caractérise de nombreux portraits des Sévères ; de plus, la moustache descend presque en un bourrelet droit sur la commissure des lèvres. Sur les monnaies de ces années se répète aussi le contour souligné de la tranche du cou ondulée21. Si le rythme de ces ondulations varie, certaines monnaies montrent une épaule saillante analogue22. D’autre part, la direction des boucles retombantes est comparable à celle figurant sur des bustes de Septime Sévère, tel celui de Copenhague23.

  • 24 Mc. Cann, p. 183 j, pl. XCII où Septime Sévère est assimilé à Sérapis entre ses deux fils figurant (...)

20Relevons aussi la forme de l’inscription et des lettres avec la barre à la fin des traits que l’on retrouve sur une cornaline autrefois à Castlesteads, Cumberland24. Sous le buste du centre de cette intaille, montrant probablement Septime Sévère assimilé à Sérapis, la même lettre Z se répète. Elle pourrait signifier Zeus, tandis que les lettres C et Esous les Dioscures flanquant le dieu suprême assumeraient les abréviations de Caracalla et de Géta.

21La légende de notre jaspe rouge signifierait-elle Zeus Auguste ? Celui qui y est représenté serait-il un plénipotentiaire de cet auguste Zeus ? Nous ne pouvons le savoir. Mais l’appartenance à l’époque de Septime Sévère est presque certaine. Le traitement de la bouche aux lèvres épaisses, le menton mou, la tranche du cou soulignée sont des particularités des effigies de ces décennies. On distingue seul le nez busqué à pointe aiguë comme un trait individuel du visage de cet homme mêlé aux courants de son temps.

Autour de 200, entre 195 et 210 après J.-C.

201

Intaille légèrement convexe des deux côtés, à bords taillés de biais.

Cornaline brûlée bariolée blanche.

Provenance : inconnue ; intaille 2113 a.

Dimensions : h. 15 ; l. 12 ; ép. 4 mm.

Buste d’un homme vu de trois quarts, la tête de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 25 Cf. J. Balty, Les Premiers Portraits de Septime Sévère (Latomus XXIII), 1964, p. 56 sqq., p. 63, pl (...)
  • 26 Cf. Soechting, p. 41.
  • 27 Cf. Mc Cann, pl. XLII 30 b-c, p. 145 et pl. XLIII, n31, p. 145 ; Felletti Maj, n525 et p. 127 ; (...)

22S’il n’est pas possible d’identifier ce personnage qui, sous une chevelure hirsute, montre un visage à l’œil lucide, une parenté s’impose avec les portraits de Septime Sévère, surtout avec ceux du début du règne. Le front légèrement bombé descendant vers un angle obtus où prend naissance un nez plutôt en retrait mais à pointe saillante, les lèvres épaisses, la supérieure couverte par une moustache qui contourne l’angle de la bouche, sont des traits caractéristiques de cet empereur. Si la barbe, indiquée par des lignes courtes, n’a pas encore l’ampleur de celle de Septime Sévère, on peut la rapprocher de celle qui figure sur des effigies annonçant son arrivée au pouvoir25. Mais malgré cette parenté avec ce groupe de portraits, une certaine affinité transparaît avec des portraits plus tardifs que Soechting attribue à la phase de l’adoption26. Ces portraits accusent la descendance et la continuation de la dynastie des Antonins, tels le buste du musée des Thermes ou celui de la glyptothèque Ny Carlsberg27 qui illustrent l’acte de l’adoption des Sévères par la famille des Antonins, rendue publique vers la fin de l’année 195.

  • 28 Cf. certaines monnaies de bronze soit de Pertinax soit de Clodius Albinus révélant de pareilles ten (...)

23Si l’effigie de notre intaille s’éloigne de l’élégance baroque des effigies des Antonins, on peut se demander si ce portrait à la chevelure plus sobre et plus hirsute ne s’insère pas dans la ligne « républicaine » des portraits antérieurs et s’il ne représente pas Septime Sévère avant son accession au trône28.

  • 29 Cf. M. Hammond, Septimius Severus, Roman Bureaucrat, Harv. Stud. in Class. Phil. 51, 1940, p. 154 s (...)
  • 30 Selon Fluss (RE 2e série, II A, col. 1946, Severus), en 187-188.

24Rappelons que Septime Sévère fut nommé proconsul de Pannonie en 189-190 après une riche expérience de gouverneur, de questeur en Sardaigne, de légat du proconsul en Afrique. En 178 il avait été nommé prêteur par Marc Aurèle et avait reçu comme province l’Espagne29. L’année 186 le vit gouverneur de Gallia Lugdunensis30, l’an 189 de Sicile.

25C’est au cours de sa dernière étape de gouverneur de la Pannonie, alors que se dessinait la perspective de la succession de Pertinax, que cette effigie aurait pu être gravée au plus tard ou même avant l’assimilation de Septime Sévère à Marc Aurèle, bien que le fin maniérisme de ce portrait et la danse rythmée des lignes indiquant la chevelure et la barbe s’inspirent encore d’une période plus raffinée.

Autour de 190-195 après J.-C.

202

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés de biais.

Cornaline montée en bague en or moderne.

Provenance : don du duc de Luynes, n158.

Dimensions : h. 17 ; l. 13 mm.

Septime Sévère lauré, vu de profil à droite (sur le moulage, à gauche).

  • 31 Cf. Mc Cann, pl. III 6, p. 61.
  • 32 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 15, 13.

26Ce portrait aux traits adoucis, à la joue galbée et finement modelée, au crâne enveloppé d’une chevelure dense, aux boucles serrées entourant le visage en une double rangée, est sans doute encore inspiré par les effigies de Marc Aurèle et d’Antonin le Pieux31. D’autre part, un groupe de monnaies confirme cette barbe à cinq franges effilochées. Ces mêmes monnaies, qui datent du début du règne de Septime Sévère, révèlent aussi la tranche ondulée du cou, la ligne courbe accusant la partie de l’épaule avancée32, la couronne de laurier rendue par de minces feuilles aux bords soulignés passant de biais au-dessus de l’oreille.

  • 33 E. Brandt, AGDS l-3, n2811.
  • 34 Nos 1445 et 1443.
  • 35 Cf. L’Orange, Apotheosis, p. 73 sqq., les bustes notamment de la première période à la glyptothèque (...)

27Ces monnaies datant de l’année 194 nous suggèrent de situer la cornaline du Cabinet des médailles dans la même phase des luttes qui rendirent Septime Sévère vainqueur de ses rivaux, d’abord de Didius Iulianus à Rome, en juin 193, puis de Pescennius Niger, proconsul de Syrie, dans la bataille près d’Issos. Né en 145-146, Septime n’avait pas encore atteint sa cinquantième année lorsque, étant proconsul de la Pannonie supérieure après son consulat de l’année 190, il fut proclamé le 13 avril 193 empereur par ses soldats. C’est donc après son arrivée à Rome au mois de juin de la même année que cette intaille aurait pu être gravée. Son style, encore proche de celui des graveurs des Antonins, notamment de Commode, ou même dû à l’un de ces graveurs, laisserait entrevoir une telle datation. Comme gravures de qualité moyenne, citons l’effigie de Commode à Munich33 et deux autres à l’Ermitage à Saint-Pétersbourg34 trahissant le même style affadi, sur la dernière aussi la même tranche du cou, l’œil restant inexpressif malgré une légère indication du bord de l’iris, tandis que sur cette cornaline-ci la surface oculaire bombée est lisse ; mais l’œil grand ouvert, les cils de la paupière supérieure soulignés et un peu en retrait de l’arcade sourcilière rappellent le regard dirigé vers le ciel qui frappe dans un certain nombre des portraits de Septime Sévère35.

  • 36 Cf. aussi les monnaies sur lesquelles Septime Sévère révèle sa succession à Pertinax, Mc Cann, pl.  (...)

28C’est donc du début du règne, qui durera dix-huit années, que daterait l’intaille du Cabinet des médailles, soit des années 193 à 196 environ, lorsqu’il se présenta comme l’héritier de la famille des Antonins36. Ce n’est pas seulement par sa manière de gouverner, mais aussi par la représentation de sa personne, qu’il a dû manifester cette aspiration à la succession d’Antonin le Pieux et de Marc Aurèle, dont la présente intaille se révèle être un nouveau témoin.

203

Intaille à surface convexe et base concave.

Grenat.

Provenance : Bagdad. Collection de Clercq. Don H. de Boisgelin.

Dimensions : h. 10,5 ; l. 10 ; ép. env. 3,5 mm.

Un empereur lauré, barbu, et son fils, leurs bustes conjugués drapés du paludamentum retenu par une fibule ronde, sont vus de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Trois traits verticaux sur l’épaule de l’empereur indiquent les ptéryges de la cuirasse.

29Déjà de Ridder (cf. ci-dessous) avait identifié ces deux bustes comme étant ceux de Septime Sévère et de Caracalla. On peut en effet hésiter entre ce père et son fils aîné ou Marc Aurèle accompagné de Commode. Mais il s’agit plus probablement de Septime Sévère, aussi à cause de la provenance de l’intaille. Septime Sévère, lors de sa campagne contre les Parthes en l’année 197, au cours de laquelle il détruisit leur capitale Ctésiphon, dut passer par Babylone. C’est à cette occasion que son portrait et celui de son fils ont dû être exécutés par un artiste parthe ou sassanide, probablement avant que Caracalla, qui l’accompagnait dans cette campagne, reçoive le titre d’Auguste (sinon il porterait lui aussi la couronne), ce qui advint en 198.

30C’est une des rares effigies d’un empereur romain sculptées en pierre fine par un Oriental. On peut en évoquer une autre, sur un grenat à l’Ermitage qui a conservé les traits reconnaissables de Gordian III. Ces images stéréotypées sont adaptées au sens des volumes ronds et sont empreints d’une expression de vide et de bonhomie. La nôtre doit dater de la fin du iie siècle, probablement des années 197-198 après J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, n3226.

204

Intaille plate.

Jaspe rouge.

Provenance : acquise le 25 janvier 1898 ; registre M 1831 ; intaille 2100 b.

Dimensions : h. 12 ; l. 17 ; ép. 2 mm.

Septime Sévère lauré et cuirassé, vu de dos, la tête de profil et regardant Caracalla lauré et cuirassé, le buste vu de trois quarts de face. L’empereur tourne le dos à son fils cadet Géta, cuirassé, placé dans la même position que son père.

  • 37 O. Neverov, Concordia Augustorum, 1970, pl. 26, 6. D’après un moulage de la collection Cades.
  • 38 L’un était dans la collection d’Erich Boehringer, qui a eu l’amabilité de m’en donner un moulage. L (...)
  • 39 Moulage dans la collection d’empreintes de Marie-Louise Vollenweider, sans identification du lieu d (...)
  • 40 Intaille très stylisée, qui n’a pas été publiée (n311), mais qui correspond également à un style (...)
  • 41 Sotheby, Sale 9-12 novembre 1937, pl. XXVIII, n315, un jaspe rouge serti dans une bague en or.
  • 42 M. Mc Cann, pl. XCII i, j, k, l, l-2 (en plomb), p. 183 sq. :
    – i. Petronell, Donau Museum, cf. E. v
    (...)

31Ce groupe familial sur une intaille, connu par un nombre considérable de répliques, est une image stéréotypée destinée à une large diffusion. Outre la suivante, citons un exemplaire à Berlin publié par Neverov37, deux autres dans une collection privée38, un troisième dont seul le moulage est conservé39, un jaspe rouge à Munich40, une bague autrefois dans la collection Guilhou41 et cinq exemplaires trouvés en Autriche et en Angleterre, reproduits par Mme Mc Cann42.

  • 43 Cf. M. J. Price, « Greek Imperial Coins, Some Recent Acquisitions by the British Museum », NChr XI, (...)
  • 44 Cf. Imhoof-Blumer, Kleinasiatische Münzen, p. 220, 8.

32L’importance historique de cette scène est rehaussée par des médaillons en bronze qui la répètent, médaillons provenant de l’Asie mineure43, le premier de Dionysopolis, le second de Sébasté en Phrygie44.

33Déjà Price avait admis que ce type d’image sur les médailles avait été créé juste après 198, lorsque Caracalla fut nommé Auguste. Il estime possible aussi qu’ils aient été frappés pour commémorer le passage de Septime Sévère. Si l’empereur a dû marquer son passage, cela aurait été à son retour de Syrie lorsque, après une visite en Égypte, il rentra en Italie par la Bithynie, la Thrace et la Pannonie, pour préparer les fêtes des décennales qui eurent lieu en 203.

  • 45 Cf. A. Alföldi, CAH XII, p. 16 sqq. ; cf. J. Babelon, Impératrices syriennes, Paris, 1957.

34Mais il est plus que probable que ces deux villes phrygiennes n’ont pas inventé cette image de Septime Sévère et de ses deux fils, tous trois vêtus de la cuirasse, ce qui, sans doute, fait allusion à une entreprise guerrière. Ce n’est pas avec des intentions belliqueuses que l’empereur traversa l’Asie mineure ; la guerre appartenait alors au passé. Notons également que sur l’intaille citée ci-dessus et publiée par Neverov, une minuscule Victoire posant une couronne sur le sommet de la tête de Septime Sévère ne peut signifier qu’un succès militaire, telle la victoire éclatante remportée en été à Ctésiphon, la capitale des Parthes mise à sac. C’est après ce fait d’armes que Septime Sévère fut proclamé Imperator pour la onzième fois et reçut le titre de Parthicus Maximus tandis que ses fils Caracalla et Géta se voyaient attribuer respectivement ceux d’Auguste et de César45. Cet événement a dû donner naissance au groupe de notre intaille qui peut avoir fait partie d’une émission de médaillons distribués en souvenir, à titre privé, par l’empereur lui-même.

  • 46 Catalogue Genève II, n267.
  • 47 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 63, 6, surtout le jaspe rouge de la collection Boehringer.

35Que notre pièce date encore des années 198 à 200 environ, lorsque la famille impériale résidait dans l’Est de la Méditerranée, le style de la gravure le suggère. Ce style linéaire expressif et rapide, traité en lignes parallèles, dominait depuis des siècles dans la glyptique néo-babylonienne, ainsi que le dessin de l’œil démesurément grand, aux cils de la paupière inférieure touchant presque la narine, visibles sur l’effigie de Géta et sur l’image de Hélios ressemblant à Caracalla au musée de Genève46. Quant à la comparaison avec des portraits monétaires, seules des frappes barbares de l’Est la permettent47.

  • 48 Cf. Mattingly, ibid., pl. 51, 2.

36Cependant le graveur du jaspe rouge a su prêter leurs traits principaux à ceux qu’il représentait : la joue plus musclée et la bouche aux lèvres proéminentes de Géta, la vivacité vigoureuse de Caracalla, semblable à celle de l’enfant figurant sur certaines monnaies48. Plutôt que de se livrer à une étude de caractère, l’artiste a tendu à créer une image – eidolon – de ceux qui détenaient alors le pouvoir.

Bibliographie

M. Mc Cann, 1968, p. 140, pl. XC c ; Wiggers-Wegner, Caracalla, Géta, Plautilla, 1971, pl. 27 d, p. 72, 96, 109 ; Richter, EGR, n576 ; Zwierlein-Diehl, Cologne, p. 357, fig. 86.

205

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés de biais.

Jaspe rouge, cassé au bord.

Provenance : Cyrénaïque, mission Clermont-Ganneau, 1898.

Dépôt du Louvre, 1949, registre Y 22320, n1688 bis (ancien nMNC 2370).

Dimensions : h. 15 ; l. 19 ; ép. 2,5 mm.

Septime Sévère entre ses fils Caracalla et Géta, comme sur l’intaille précédente. En bas du buste de Sévère un croissant de lune ; au-dessous des jeunes gens, une étoile à huit pointes.

  • 49 O. Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 26, 6 (empreinte de Cades).
  • 50 Cf. la sardoine du musée de l’Ermitage, n1751, Neverov, op. cit., pl. 26, 2 avec des traits moins (...)
  • 51 Cf. Catalogue Genève II, n263, avec les intailles citées.

37Le sujet est repris par un autre artiste, peut-être celui-là même qui a gravé l’intaille de Berlin49. Les yeux ne sont indiqués que sous forme de globules, et le buste de Géta (derrière Septime Sévère) allongé. Comme sur l’intaille précédente, c’est un travail rapide, mais encore plus expressif et volontaire, au point de déformer les fibules en des nœuds d’où retombent presque verticalement les plis du manteau, comme des traits appuyés inclinés vers le bas à la fin des mots d’une écriture dictée par le mépris. Les traits vigoureux du dessin hachuré des cheveux, les feuilles de laurier qui, pour Septime Sévère, évoquent plutôt une formule classique, annoncent le talent de « l’art brut » d’un graveur qui a dû travailler d’abord pour Septime Sévère50 et qui atteignit son apogée sous Caracalla, dont il a su le mieux exprimer la frénésie destructrice et la puissance criminelle51.

  • 52 Pour la comparaison des princes frères avec les Dioscures, cf. A. Alföldi, « Römische Porträtmedail (...)
  • 53 Pour la représentation de Julia Domna avec le symbole lunaire cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 68, (...)

38Ici n’apparaît que l’image de la famille encore innocente : les fils de Septime Sévère désignés comme Dioscures par les étoiles52, l’empereur lui-même au-dessus du symbole lunaire, s’identifiant ainsi à Sol – « Sol invictus » –, tandis que le croissant de lune fait sans doute allusion à la mère absente, Julia Domna53.

  • 54 Cf. Sydenham, n96, pl. 14.

39Le graveur a ainsi repris de très anciens symboles romains qui figuraient déjà sur des onces de la deuxième guerre punique54. En contraste, ce n’est pas ici la cité, Roma, qui est désignée comme éternelle, mais les représentants d’une dynastie, celle des Sévères.

Autour de 198-200 après J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Les Bijoux antiques, n1688 bis, p. 160.

206

Intaille à surface plate et base légèrement convexe.

Cornaline finement polie, montée en bague en or moderne.

Provenance : don du duc de Luynes (n159).

Dimensions : h. 13 ; l. 12 mm.

Buste de Septime Sévère vêtu de l’égide et portant la lance de biais. Il est vu de trois quarts de dos, la tête laurée de profil à droite (sur le moulage, à gauche).

  • 55 Cf. ici, n84, la cornaline avec Tibère dans la même position, que nous avons relevée comme un mot (...)

40Voici une autre représentation de l’empereur, dans une gravure rapide et expressive, aux traits grossiers incisés avec vigueur et fougue, destinée moins à livrer l’étude d’un homme qu’à transmettre un message, à savoir que Septime Sévère avait pris la succession non seulement d’Auguste mais aussi d’Alexandre le Grand55 et que, vêtu de l’égide, il gouvernait en Zeus ou Jupiter. Ainsi cette pierre d’une valeur dynastique se situe-t-elle avec la plus grande probabilité dans les années de luttes contre ses rivaux Pescennius Niger et Clodius Albinus, le premier vaincu à Issos en 194, le second près de Lyon en 197. Victorieux de ses adversaires, Septime Sévère partit à la conquête de la capitale parthe qu’il dévasta à la fin de cette année-là.

  • 56 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 17 et 18.
  • 57 Cf. les nos 204, 205 du présent catalogue.

41Il est possible que la gravure de cette cornaline, aux incisions dures et volontaires, soit due à un graveur de l’Est de la Méditerranée. C’est l’atelier de Laodicée en Syrie qui a livré de telles têtes à barbe hirsute pointant en avant, au nez raccourci, au profil rapetissé, quelquefois rendu mesquin, à l’œil globuleux56. Ce style de gravure se révèle d’ailleurs proche de celui des pièces précédentes, que nous attribuons également à la glyptique de l’Orient57.

  • 58 C’est l’année 195 même qui vit paraître le même type de l’empereur héroïsé, vu de dos, représenté a (...)
  • 59 Cf. Mazzini III, pl. XIV, n603 ; cf. Mc Cann, fig. 4, pl. V et p. 62 ; Gnecchi II, pl. 92, pl. 60 (...)

42Si ces émissions monétaires de l’Orient s’échelonnent de 193 à 197, on peut relever la plus grande parenté avec des deniers des années 194-19558. Mais la correspondance n’est pas totale, et nous devons nous borner à situer cette intaille après les campagnes consécutives à la bataille d’Issos et au retour de Septime Sévère en Orient quand, après le sac de Ctésiphon, il devint Parthicus Maximus et, par la suite, prit comme Alexandre et César l’aspect du souverain jovien59.

Entre 194 et 197 après J.-C.

207

Intaille ronde à surface convexe et base plate.

Prase ; monture moderne ; un éclat au revers.

Provenance : acquise le 24 novembre 1898 de MM. Guillemin libraires, 28, rue des Bons-Enfants. Registre d’entrée M 2676 ; intaille 2102 a.

Dimensions : h. 17 ; l. 16 mm.

Caracalla lauré et cuirassé, vêtu du paludamentum retenu sur l’épaule par une fibule ronde. Son buste est vu de trois quarts de dos, la tête de profil à droite (sur le moulage, à gauche). Derrière l’occiput la lettre C, devant le menton V V.

  • 60 Cf. à Florence une calcédoine laiteuse avec l’effigie de Maximin en face de son fils Maximus (dimen (...)
  • 61 Cf. Cerfaux et Tondriau, p. 370 ; Hist. Aug., Car. 5 ; Dion Cassius 78, 7, 2 et 78, 6, 1.
  • 62 Cf. Wiggers, pl. 9 c et d ; pl. 11 c-d ; p. 27, 45. Plus tard ce sont les portraits mêmes qui, auss (...)
  • 63 Ibid., p. 26.

43Si ce portrait n’occupe pas une place brillante dans l’iconographie de Caracalla, il s’insère néanmoins dans la tradition d’un atelier dont on peut suivre encore les traces sous Maximin60. On aperçoit d’ailleurs les mêmes traces d’un outil manié d’une façon volontaire et expressive, que l’on remarque déjà sur la cornaline précédente avec Septime Sévère assimilé à Zeus. Ici, c’est le fils, « l’Herculien », qui exalte sa parenté avec le héros, comme il le fit surtout à la fin de sa vie lorsqu’il combattit les Parthes61. On peut toutefois objecter que ce portrait de Caracalla jeune paraît antérieur au début de son règne. C’est plutôt la comparaison avec le groupe de portraits du type de ceux du Louvre, de Tivoli et du musée des Thermes62 qui s’impose ; or ils se situent dans les années de partage du gouvernement avec son frère cadet Géta, c’est-à-dire après la mort de leur père, survenue en février de l’année 21163.

  • 64 Cf. Mc Cann, pl. XC, p. 140 ; Richter, EGR, n578 ; Righetti, « Gemme del Museo Nazionale », fig.  (...)

44Mais notons que la structure de la tête est presque la même que celle de l’intaille montrant Caracalla face à Géta ; la même aussi que celle sur le camée en verre du musée des Thermes64.

45Si l’on peut admettre dans la lettre C l’initiale de Caracalla, dans les deux chiffres V (deux fois cinq) une allusion à la décennale de « l’Auguste » Caracalla, l’intaille se daterait de l’année 208.

  • 65 Cf. BMC, Pisidia, p. 243, n18, une monnaie de Sagalassos.

46Toutefois ni la prase elle-même ni le style de la gravure, dû à un artisan opérant par grosses taches expressionnistes, ne nous fournissent de précision pour la date. Ils nous laissent cependant apercevoir dans cette image de l’Herculien qui combattra le lion65 un précurseur du héros apocalyptique sur l’améthyste du Cabinet des médailles.

Bibliographie

Wiggers-Wegner, p. 73.

208

Fragment de vase, probablement d’une attache d’anse.

Verre blanc verdâtre irisé.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 24 ; l. 23 ; ép. 9 mm.

Buste d’un homme barbu à droite. Détails estompés.

47Il n’est guère possible d’identifier cet homme dont la tête surgit d’un buste renflé comme un vase plastique au niveau de la poitrine, bossu en arrière et s’amincissant en un cou plutôt long et presque droit, sur lequel repose la tête à la mâchoire marquée, à la joue émaciée, au nez court et pointu, au crâne arrondi. On ne sait même pas si ces détails ne sont pas modifiés par l’usure d’un moule qui a perdu sa précision et a même détérioré la surface dégarnie par des cercles.

  • 66 Vollenweider, Catalogue Genève II, pl. 77, 1-4 et pl. 78.
  • 67 Pour la patère de Rennes cf. Babelon, Cabinet des Antiques, pl. VIII, p. 25 sqq. ; Chabouillet, n(...)
  • 68 Cf. le n202 du présent catalogue.

48De toute façon on peut dire que ce médaillon en verre fait partie d’un groupe de portraits semblables au musée d’Art et d’Histoire de Genève66 qui se situe, comme les exemplaires suivants du Cabinet des médailles, à l’époque des Sévères. Même si ce groupe de portraits plonge ses racines dans l’époque des Antonins, on peut admettre qu’ils devaient exprimer, comme le plat en or de Rennes67, la continuation de la dynastie des Antonins par les Sévères, concept rendu public par Septime Sévère68 dans les années 193-194.

Bibliographie

Chabouillet, n3431.

209

Fragment de vase semblable au précédent.

Même verre irisé.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 24 ; l. 21 ; ép. 9 mm.

Buste d’homme barbu, le même que le précédent.

49Les contours semblent dessinés plus nettement ; le buste est le même, le cou également mince et arrondi, un peu moins long. Le profil pourrait évoquer celui de Commode si l’on voulait reconnaître dans cette ligne du menton et de la mâchoire jusqu’à l’oreille une courte barbe frisée. Mais cela est peu certain, car ces verres coulés issus de moules usés laissent toujours une marge au hasard. Et tant que l’on ne peut établir des séries de la même effigie, toute tentative d’identification est vouée à l’échec.

50La forme du médaillon de verre permet toutefois une attribution certaine au même groupe qui s’insère dans l’iconographie des Sévères.

Fin du iie siècle après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n3429.

210

  • 69 Pour les plats avec médaillon cf. les fragments de coupes provenant de Saint-Séverin de Cologne au (...)

Fragment d’une anse de vase ou d’un médaillon de plat, coulé en relief, à dos bombé69.

Verre blanc verdâtre irisé à la surface.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 24 ; l. 23 ; ép. 9 mm.

Buste de Caracalla jeune portant probablement le paludamentum.

  • 70 Cf. Catalogue Genève II, n253 (Musée Fol, n3032).
  • 71 Ibid., nos 250-251.
  • 72 Cf. la monnaie en or du British Museum (Mattingly, BMC Empire V, pl. 10, 12) et les bustes du musée (...)

51Nous nous prononçons pour cette identification en nous appuyant sur la comparaison avec d’autres pièces, notamment une provenant peut-être du même moule, conservée au musée de Genève et appartenant à la collection Fol, ce qui signifie qu’elle a été acquise avec la plus grande probabilité en Italie il y a près d’une centaine d’années70. D’autre part cette pièce, de même forme et grandeur, était une applique de vase ou de plat comme deux autres qui s’identifient avec des portraits de Caracalla71. La nôtre permet cependant également la comparaison avec des effigies de Caracalla datant encore du début de la dynastie et représentant l’adolescent d’environ dix ans72.

52Si sur ce médaillon en verre les volumes des cheveux et de la joue sont exagérés et le nez raccourci, c’est que suivant le degré d’usure, le moule de ces verres a dû se transformer et subir des égratignures. Malgré ces dégâts, l’œuvre originale de l’artiste reste visible dans le cou élancé, mince et cylindrique et dans le volume de cette tête d’un jeune homme désinvolte au nez pointu, au front recouvert de mèches retombant en frange. Ainsi se présenterait l’enfant gâté, désigné dès l’âge de huit ans comme princeps iuventutis – prince de la jeunesse.

53Il est même possible que ces effigies en verre soient antérieures à celles de la sculpture que nous avons citées ci-dessus. Elles auraient assumé leur fonction lorsque Septime Sévère exaltait la continuation de la dynastie des Antonins par sa propre famille et que Caracalla, dont le nom était Bassianus, se parait de celui de Marc Aurèle. C’était en 196.

Entre 195 et 200 après J.-C. environ.

Bibliographie

Chabouillet, n3428.

211

Fragment d’anse de vase coulé en relief, à dos bombé.

Verre blanc verdâtre comme le précédent.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 26 ; l. 22 ; ép. 10 mm.

Même portrait que le précédent. Ligne perlée au pourtour coulée en relief.

54Le profil est encore plus estompé. Une fissure incisée et courbe remonte du paludamentum vers le bord.

Même date.

Bibliographie

Chabouillet, n3427.

212

Camée monté en bague antique.

Onyx blanc bleuté sur un fond gris noir. Bague en feuille d’or, plate à l’intérieur, convexe à l’extérieur, s’élargissant vers le haut, à épaules saillantes ; dans le chaton surélevé est serti le camée.

Provenance : acquis le 13 juin 1899 de M. Hakky Bey ; registre M 2904 ; camée 69 a.

Dimensions du camée : h. 12,5 ; l. 7,5 mm.

Dimensions de la bague : h. 19 ; l. 19 mm (ext.) ; h. 14 ; l. 15 mm (int.).

Hercule ou l’un des fils de Septime Sévère en Hercule, la chlamyde drapée autour du cou.

55Il peut sembler audacieux d’insérer cet Hercule parmi les portraits. Mais les éléments suivants semblent des indices favorables.

56Cet Hercule, répété sur un camée semblable à Bucarest 1, porterait-il une chlamyde ou un paludamentum, qui est un manteau de guerre, s’il n’était pas un mortel comparé au héros ?

57D’autre part la forme oblongue du camée, la technique de sa gravure peuvent être notées comme des particularités d’un groupe de camées de l’époque des Antonins et des Sévères. Les contours de la tête et la ligne à peine incurvée de la nuque évoquent les portraits des fils de Septime Sévère.

  • 73 Cf. Gramatopol, n670, camée de 15 mm de h. Cf. un bractéate à fibule ronde à Oberlin College, C.  (...)
  • 74 Cf. Hist. Aug., Car. 5, 9 : « seque ad Herculis virtutes accessisse iactavit ».

58Notons aussi que les sculptures de Caracalla adolescent et ensuite celles de l’empereur tendent à le représenter comme Hercule73, et que de plus il se comparait lui-même à Hercule74. Géta, le cadet, ne manquait pas d’imiter son frère demi-dieu. Le style schématisé de la gravure du camée oblong permet en outre une datation à cette époque. Au lieu des lignes parallèles des coiffures féminines, la chevelure crépue est indiquée par de petites surfaces rhomboïdes, carrées ou en triangles, en saillie par rapport aux contours incisés. Caractéristiques de l’époque des Sévères sont aussi l’indication de la chlamyde aux plis durement marqués, le bord de l’ourlet tranché profondément dans la pierre par un sillon droit, un autre sillon soulignant la naissance du front et contournant l’oreille grossie, tracée de façon mécanique.

  • 75 Cf. H. von Heintze, RM 75, 1968, pl. 66, 2, pl. 67, 1-2.

59Dans l’effigie stéréotypée on aperçoit cependant la bouche boudeuse et le menton rond et en retrait de Géta. C’est donc plutôt Géta qui semble être visé dans cette image d’Hercule. Si la tête en marbre de la collection Grabert à Stuttgart75, datant d’environ 211, laisse sous-entendre cette comparaison à Hercule, la nôtre, sans barbe, évoquerait le jeune homme à un âge moins avancé.

60Quant à la forme de la bague, sans doute inspirée par des anneaux d’époques antérieures, elle révèle moins d’élégance et le sillon qui sépare le chaton de l’anneau la situe à une époque tardive sans permettre de préciser une date. Mais Septime Sévère, soucieux de rattacher sa dynastie aux précédentes, peut avoir favorisé la reprise de modèles antérieurs. Pour ce motif aussi, cette bague d’Hercule jeune peut s’insérer dans l’iconographie de ses fils.

Probablement autour de 205-210 après J.-C.

213

Intaille plate des deux côtés.

Cornaline cassée au bord.

Provenance : inconnue. Intaille 1593 ter.

Dimensions : h. 11 ; l. 8 ; ép. 2 mm.

Caracalla drapé de la chlamyde, assimilé à Hermès- Thot, un bouton de fleur de lotus se dressant au sommet de la tête, le caducée horizontal écarté de la nuque. Il est orné d’un favori et d’une barbiche indiqués par des lignes éparses.

  • 76 Intailles d’Aquilée et Oxford non publiées ; intaille de Bucarest, cf. Gramatopol, n218.
  • 77 Pour la date de ce séjour dans les années 199-200, cf. Mc Cann, p. 110, note 5.

61Il s’agit probablement d’une représentation du fils de Septime Sévère comparable à celles, rendues en croquis rapides sur des cornalines ou des jaspes rouges, parsemées dans divers musées, tels ceux d’Aquilée, Oxford, Bucarest76. L’assimilation soit de Caracalla soit de Géta à Hermès-Thot y est fréquente aussi et exprime probablement une réminiscence de leur premier séjour en Égypte77. Mais ce type se serait conservé sur des représentations plus tardives, telle la suivante.

  • 78 Cf. Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, n188, avec d’autres exemples cités ; ici, au Cabinet des m (...)
  • 79 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 146, 18, pl. 148, 14, 16 et p. 213 sq. et Steinschneidekunst, (...)
  • 80 Intaille non publiée.

62Par leur assimilation à Hermès et à Mercure, les fils des Sévères reprennent un type d’image connu des princes hellénistiques78 et du jeune Octavien79, ainsi que de la famille des Antonins sur un nicolo à Aquilée80.

63Ici le successeur de la dynastie serait présenté sur une pierre populaire.

Autour de 200 après J.-C.

214

Intaille convexe, à bords presque droits et légèrement rétrécis vers l’intérieur ; base plate.

Sardoine brune striée de différentes nuances avec au centre un « œil » touchant la main du héros assis tenant la Victoire.

Monture en or émaillé de la fin du xviie siècle, dans le style de Josias Belle.

Provenance : Cabinet de Louis XIV. Inventaire du début du xviiie siècle, n37.

Dimensions : h. 20 ; l. 28 ; ép. 3 mm.

Sur une ligne de terre, un jeune prince, posant en « génie », portant une corne d’abondance sur son bras, est assis, les jambes drapées, le haut du corps nu. Ce dernier est vu de trois quarts, la tête de profil de même que les jambes, l’une pliée, l’autre étendue sur une marche surélevée. Sur sa main étendue il tient une statuette de Victoire drapée du péplos, coiffée d’une couronne, tenant une branche en arrière, tendant en avant une couronne vers une statuette de Mars debout sur une jambe sur un piédestal ou un autel, l’autre genou fléchi, le bouclier serré contre l’épaule ; la lance tenue de biais pointe vers le bas, la chlamyde retombant dans le dos. Il est coiffé d’un casque à crinière et s’apprête à saisir la couronne. En bas, sous la ligne de terre, les lettres MAR VIC (Marcus ou Mars Victor).

  • 81 Cf. Furtwängler, Beschreibung, n2926.

64Déjà Chabouillet avait désigné ce jeune homme nonchalamment assis comme étant Caracalla, identification qui a été réfutée par Wiggers. Mais si nous prenons en considération le fait que le même sujet est reproduit sur des pâtes de verre telle celle de Berlin81, ce qui indique une vaste diffusion de l’image, les détails stylistiques et techniques de la gravure, enfin les motifs iconographiques, une telle attribution ne manque pas de fondement.

  • 82 Cf. M. Gjödesen, « Soldat eller Filosof ? Et romersk Kejserportraet fra ca. 200. », Medd. Ny Carlsb (...)
  • 83 Maaskant-Kleibrink, BABesch XLI, 1969, fig. 10-11 et p. 176 sq. Ce n’est pas un symbole politique d (...)

65Le modelé du corps à la souplesse et la mollesse accentuées ne se compare pas seulement à celui de la pièce suivante, mais aussi à la statue en bronze de Septime Sévère du musée de Nicosie82. On retrouve sur la cornaline suivante la même technique, évidente aussi pour le dessin de l’autel ou base sur laquelle la statuette de Mars est placée, avec des bords soulignés par dédoublement des traits, ainsi que pour l’indication du manteau aux bords retombant à la verticale. Ces bords ont été creusés en bandes, puis ornés d’une ligne ondulante. Caractéristiques sont encore les mains, dont les détails révèlent un dessin négligé, de même que les branches feuillues que tiennent ici la Victoire, là l’Apollon de sa main abaissée. Une particularité de l’époque des Sévères est aussi la corne d’abondance rendue par des lignes parallèles grossièrement marquées et qui, au lieu d’être chargée de fruits, déploie des rayons solaires83.

66Quant à la tête de ce « génie », elle ne manque pas, en dépit de son format minuscule, d’évoquer les traits principaux de Caracalla enfant : petit nez s’avançant en pointe, chevelure abondante recouvrant le front, contour de la tête à l’occiput proéminent, cou très mince.

  • 84 Cf. Mattingly, BMC Empire I, pl. 10, 1-5 pour le cou très mince, et Mattingly, « The Coinage of Sep (...)

67Les motifs stylistiques et iconographiques convergent pour situer cette œuvre à l’époque de Septime Sévère, où l’on ne dispose pas d’un choix illimité. Il est probable qu’un des princes soit représenté ici dans une gravure qui trahit le style de la cour84.

  • 85 Cf. Caracalla avec corne d’abondance sur une intaille de l’Ashmolean Museum à Oxford, Richter, EGR, (...)

68Rappelons qu’en 197, à l’âge de 9 ans environ, Caracalla reçut les insignia militaria et qu’il prit part aux entreprises militaires de son père. L’on pouvait ainsi assimiler le jeune Caracalla portant le nom d’Antoninus Pius à un « génie » tenant la Victoire85.

Fin du iie siècle après J.-C.

Bibliographie

Mariette II, pl. XCIX ; Caylus, Recueil des trois cent têtes, s.d., n126 ; Chabouillet, n2103 ; Bernoulli, RI II, p. 57, o, m ; Wiggers-Wegner, p. 73.

215

Intaille légèrement convexe, à base plate et bords tranchés en biseau.

Cornaline à taches d’onyx blanc ivoire avec légers éclats aux bords.

Provenance : acquise en 1899 chez un marchand, M. G. Monolakos, 10 rue Buffault, Paris 9e. Registre d’entrée M 2757 (intaille 1615 bis).

Dimensions : h. 21,5 ; l. 16 ; ép. 3 mm.

Sur une ligne de terre un jeune homme nu, debout, le corps vu de trois quarts, la jambe droite de profil le genou plié et le talon levé. La tête légèrement inclinée, il regarde une statuette de Diane ou d’Hékate debout sur un autel ou une colonne et protégée par une branche d’arbre qui, contournant la tête du jeune homme, est alourdie, à son extrémité, par un objet suspendu. L’un des deux bras étendu tient les bouts de la chlamyde dont les plis courbes passent derrière les jambes, l’autre, appuyé à l’angle de la colonnette, une branche. Derrière la main droite, un bucrane (?) sur un rocher.

  • 86 A. Perkins, Dura-Europos, Report of the 9th Season, 1935-1936, pl. XII ; B. Pfeiler, Römischer Gold (...)
  • 87 Mc Cann, pl. XXX, p. 135, n11, avec bibliographie ; cf. aussi dernièrement M. Gjödesen, « Soldat (...)

69Ce jeune homme assimilé à Apollon Medicus présente une signification particulière si nous le comparons non seulement avec la pièce précédente et l’améthyste d’une fibule trouvée à Doura Europos86, conservée au musée de Damas, mais aussi avec la statue de Septime Sévère du musée de Nicosie87.

70Nous y constatons le même modelé du corps à la surface lisse et presque « savonneuse », une épaule haussée, les bras et les jambes galbés sans indication des muscles, le corps en position balancée, sur la sculpture en bronze la partie supérieure penchée en arrière, ici en avant, les pieds longs et aplatis, l’un reposant à terre, l’autre au talon relevé.

  • 88 Cf. le relief de Tripolis, Wiggers-Wegner, pl. 24 a.

71Nous inclinerions donc à reconnaître dans cette image un jeune homme du même cercle et, autant qu’on peut l’admettre d’après la pierre assez importante, gravée par un maître, un prince de la famille impériale. Même si l’évidence iconographique n’est pas suffisante, nous pouvons faire des rapprochements avec les effigies de Géta, dont un trait caractéristique – le menton mou en retrait88 – figure aussi sur l’intaille, mais aussi l’ample chevelure descendant sur le haut du front. De toute façon, la position maniérée du corps, la gravure relevant la mollesse, l’ambiguïté et le tortueux, se situerait bien à l’époque des Sévères, lorsque les deux jeunes princes se plongèrent dans la luxure de la vie romaine.

  • 89 Cf. J. Babelon, Impératrices syriennes, 1947, p. 105.

72Géta aurait ici à peine plus de quinze ans. Nous serions peut-être à la période des grands jeux séculaires ou déjà en l’année 202, quand, de retour de la campagne contre les Parthes, la famille prépara d’incomparables festivités89.

  • 90 Selon Mme Felletti Maj probablement Géta, Catalogue, n263 ; cf. H. von Heintze (Helbig III 4, n(...)
  • 91 Cf. Gjödesen, op. cit., fig. 55 et 57.
  • 92 Cf. L’Orange, Apotheosis, p. 82 ; Alföldi, RM50, 1935, p. 107 sq., fig. 9 ; Mc Cann, pl. 1, fig. 2 (...)
  • 93 Cf. aussi Mattingly, BMC Empire V.

73Notons qu’une statue montre un des fils de Septime Sévère assimilé à Apollon90. Son appartenance au règne de Septime Sévère est attestée déjà par la comparaison avec les deux statues de bronze de Septime Sévère à Nicosie et à Houston91. Mme Felletti Maj tente d’appuyer cette identification en relevant que Géta fut le premier des princes Sévères à être représenté comme Sol sur des monnaies92. Mais là aussi il ne fut pas sans rival, car son frère aîné, Caracalla, assuma le même rôle. Cependant l’image du Sol de la monnaie93, que distinguent la couronne radiée et la main droite levée, est différente de celle de notre intaille : sur la première apparaît le Sol Invictus de l’Orient, sur la seconde l’Apollon grec, au corps flexible et élancé inspiré de l’art praxitélien. Si l’aspect du corps légèrement penché en avant, le genou avancé ployé, les lignes ondulées du bras étendu produit un bon effet, la mollesse des membres sans muscles ni charpente et les surfaces trop lisses provoquent un certain malaise. Des détails tels que l’épaule droite (sur le moulage) et les mains trahissent déjà la tendance à l’enflure ballonnée visible sur le camée avec la femme allaitant l’enfant (voir ici le n240). De plus la gravure du visage, où l’arcade sourcilière et le menton se présentent en traits accentués rejoignant en vigueur ceux du nez, des lèvres, des mèches de cheveux en forme de faucilles, est une œuvre de routine.

  • 94 Cf. Rosenbaum, Cyrenaican Portrait Sculpture, p. 70, n85, pl. 53, 3-4 : H. von Heintze, RM 73/74, (...)
  • 95 Cf. H. von Heintze, ibid., pl. 66-67, 71.
  • 96 Cf. E. Schönert-Geiss, Die Münzprägung von Perinthos, Berlin, 1965, pl. 37, A (637) où la nuque est (...)

74Malgré cette gravure rapide, l’artiste a su retenir des traits caractéristiques. Le menton en retrait et le contour souligné de la mâchoire rappellent le Géta du camée du Cabinet des médailles (voir ici, le n223), mais aussi le petit buste du musée de Cyrène94 rattaché au groupe de portraits du Louvre, du Capitole et de Howard Castle95, où le jeune homme porte cependant la barbe, absente par contre sur une monnaie de Périnthe96.

  • 97 Cf. Tertullien, De spect. 12 ; A. Piganiol, Recherches sur les jeux romains, Strasbourg, 1923, p. 1 (...)

75Si cette identification peut être admise, nos hypothèses pourraient être poussées plus loin encore : ce jeune homme debout devant un piédestal qui supporte la statue de Diane tenant deux torches et placée entre les torches accotées à la colonnette évoque sans doute une fête en l’honneur de Diane. Or Diane, comme Mars, présidait les jeux97, et particulièrement les venationes.

  • 98 A. Piganiol, ibid., pl. I.
  • 99 Ibid., p. 48.

76Et puisque la peinture du Vatican98 montre également la statuette de Diane entre les torches, adorée par des enfants déguisés, selon Piganiol99, en esclaves et les fidèles célébrant la fête de la déesse et initiant les cérémonies des jeux séculaires de 17 avant J.-C., on peut se poser la question de savoir si cet adolescent représenté en Apollon ne remplirait pas la même tâche. Aucune précision ne nous est donnée à propos d’une telle fonction de Géta. Mais le fait que généralement les princes impériaux assumaient, en tant que principes iuventutis, de telles obligations, laisse percevoir cette identification.

Bibliographie

P. Zanker, BjB 166, 1966, p. 158, fig. 6 ; LIMC, Narkissos 58.

216

Intaille plate des deux côtés ; bords recouverts par une monture moderne.

Cornaline.

Provenance : don Armand-Valton.

Dimensions : h. 16 ; l. 12,5 mm.

Géta, vu de trois quarts de dos, drapé du paludamentum, la tête de profil à gauche.

  • 100 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 140 sqq.

77Comme le camée décrit ci-dessous montrant le buste de Géta Auguste (voir ici le n223), cette effigie de jeune homme se distingue par le maintien d’une tradition éloignée mais présente dans l’aspect du personnage qui rappelle l’Octavien adolescent100 des images glyptiques et monétaires. Mais tout en faisant ce rapprochement, de frappantes différences apparaissent, attribuables à la seule distance séparant deux époques reliées encore par la structure des apparences mais divisées par les caractères de princes dissemblables, l’un d’une santé précaire mais à la volonté nette et précise, l’autre d’une mollesse innée aux traits empreints de mélancolie.

  • 101 H. von Heintze, Die antiken Porträts, n44, pl. 74 et 128 ; RM 73/74, 1966, p. 67, pl. 64, 2 et 68 (...)
  • 102 Die antiken Porträts, p. 207.

78Et cependant ce sont bien les traits de Géta, fils cadet de Septime Sévère et de Julia Domna. Le profil est presque le même que celui de l’enfant de la collection du château de la Fasanerie101 au front bombé à angle obtus avec le nez droit, à la grande joue arrondie, aux lèvres épaisses, au menton légèrement en retrait, au cou plus gracieux sur le camée (voir ici, le n223) mais de la même longueur et dans la même attitude. Sans doute le prince a-t-il atteint un âge plus avancé, que manifeste le buste en marbre que Mme von Heintze102 interprète comme une effigie de Géta proclamé César en 189 à l’âge de neuf ans. Contrastant avec le portrait de l’adolescent orné de la coiffure baroque inspirée par l’âge d’or des Antonins, celui de la collection Valton montre en revanche une chevelure plus sobre et moins volumineuse, caractéristique d’une certaine phase de la vie de Géta.

  • 103 Cf. Mc Cann, pl. XVII, fig. 2, et surtout Mattingly, BMC Empire V, pl. 38, 15-20, p. 241 sqq. et le (...)
  • 104 P. H. Hill, « Notes on the Coinage of Septimus Severus and his Family », NChr IV, 1964, pl. XIV 5, (...)

79Grâce aux monnaies, on peut déterminer l’âge de cet adolescent qui semble avoir dépassé l’état de l’enfance sans avoir atteint l’âge d’homme. Ce sont les coins de l’année 202103 et ceux de l’année suivante104 qui révèlent non seulement la même position du buste vêtu du paludamentum vu de dos, mais aussi une semblable distribution des cheveux, formant angle au-dessus de la tempe et couvrant le crâne en bandes superposées ; celles qui passent sur l’oreille descendent en biais vers l’occiput tandis qu’un petit groupe de mèches s’étend sur la nuque en dirigeant ses pointes vers le lobe de l’oreille.

80En comparaison avec les monnaies, le graveur s’est distingué par un modelé plus raffiné du délicat volume du cou légèrement incliné en avant, de la joue inerte et plus aplatie que celle des images de l’enfant, du profil au front bombé prolongeant dans un angle obtus le nez droit, des lèvres charnues proéminentes.

  • 105 Cf. Mattingly (ibid., p. 336 sqq., n833 sqq. et RE 2e série, vol. II, Septimius Geta, col. 156 sq (...)

81L’année 203 apporta à Géta, alors à peine âgé de quatorze ans, le premier consulat105, et c’est dans cette fonction que cette intaille doit le représenter. Cette année-là, il accompagna son père en Afrique pour prendre part ensuite aux jeux séculaires qui eurent lieu en mai-juin 204. L’intaille a préservé l’image de cet adolescent placé au centre des événements, toujours dans l’ombre de son frère aîné plus impulsif, plus dégourdi, vulgaire et arrogant. Clément et conciliant, mais sans la force d’un esprit constructif, tel le décrit aussi l’intaille.

Autour de 203-205 après J.-C.

217

Intaille plate des deux côtés, aux bords tranchés en biseau.

Jaspe rouge.

Provenance : collection Froehner, n2713.

Dimensions : h. 16,5 ; l. 12,5 ; ép. 3,5 mm.

Jeune homme aux cheveux ramenés sur le front, le favori descendant sur le maxillaire. Il est vu de profil à gauche, son buste de trois quarts. Légende commençant sous sa poitrine et se terminant derrière la nuque : EΠAΓA ΘOY.

82Si cette forme de buste et de coiffure peuvent permettre de songer à un portrait antérieur, l’expression presque bestiale du visage, une certaine brutalité de gravure de l’œil globuleux, de la narine et de la grosse lèvre supérieure informes, la poitrine compacte, drue et ballonnée, séparée de l’épaule par une ligne incisée, le sein droit (sur le moulage) proéminent s’insèrent dans la glyptique des décennies des Sévères, ainsi que les cheveux rendus par de courts traits grossis entourant le front, rappelant le Pâris et le vieil homme barbu (voir ci-dessous les nos 219 et 220), tous deux apparaissant sur des jaspes rouges, matière également de cette intaille. L’inscription aussi, indiquant le nom du propriétaire ou contenant un message, est fréquente sur ce genre d’images liées à la vie quotidienne. Comme la pièce suivante de la collection Froehner, celle-ci trouve sa place dans la vie mondaine de la Rome du début du iiie siècle.

Autour de 205 après J.-C.

218

Intaille plate des deux côtés ; bords tranchés en biseau.

Jaspe rouge.

Provenance : collection Froehner, n2714.

Dimensions : h. 14 ; l. 10,5 ; ép. 3,5 mm.

Buste drapé de jeune homme aux cheveux ramenés sur le front et descendant dans la nuque. Il est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Légende descendant du sommet de l’occiput jusque sous le buste en bas : EYΠΛOIAXAPI.

83Une autre image de caractère familier datant de cette époque. Comme trait caractéristique, notamment de gravures en jaspe rouge, on peut noter l’œil démesurément grand, aux cils de la paupière inférieure rejoignant presque la narine. On retrouve aussi sur cette même pierre, comme sur le portrait de Géta sur l’intaille de Septime Sévère et ses fils (voir le n204 du présent catalogue) la chevelure indiquée par de gros traits parallèles. Sur notre intaille, les cheveux sont cependant ramenés sur le front en grosses mèches doublées, mais raides et écartées les unes des autres, ce qui prête un caractère farfelu au jeune homme dont les mèches flottent également sur la nuque. D’autre part, le cou accuse cette minceur apparente aussi sur une autre version du jaspe cité, celle du dépôt du Louvre (voir ci-dessus le n205). La draperie finement marquée évoque les portraits des Antonins, mais c’est bien au début des Sévères que se situe cette image qui représente peut-être Géta lui-même. Aurait-elle été un message pour souhaiter une navigation plaisante à un ami ou une amie chers, ainsi que nous le suggère l’inscription ?

84Cela est bien possible, quoique de tels détails nous échappent.

Autour de 200 à 205 après J.-C.

219

Intaille à surface gravée légèrement bombée, bords tranchés en biseau, base irrégulière.

Jaspe rouge.

Provenance : collection H. Seyrig, 1973.1.52559.

Dimensions : h. 13,5 ; l. 10,5 ; ép. 1,5 mm.

  • 106 On peut remarquer sur une monnaie au British Museum (Mattingly, BMC Empire V, pl. 30, 15, p. 183) é (...)

Jeune prince vu de profil à gauche (sur le moulage à droite), drapé de la chlamyde retenue devant l’épaule par une fibule ronde et orné d’un collier duquel pend de côté une bulla106. Inscription : derrière, EIC ; devant la tête, ΠAPIC.

  • 107 Il n’existe pas de correspondance totale avec les effigies monétaires.
  • 108 Cf. les nos 204-205 du présent catalogue.
  • 109 Ermitage, n4972.
  • 110 Furtwängler, Beschreibung, n7007.
  • 111 Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 27, 3, n1456.
  • 112 Cf. Hist. Aug., Car. 2, 3 : « Tiberium et Syllam in conventu plerumque laudavit ». De cette vénérat (...)

85On peut situer cette gravure, qui aspire à être une image des apparences plutôt qu’une étude de caractère, dans l’iconographie de Caracalla et de Géta, sans pouvoir toutefois l’affirmer avec certitude. Mais le contour de la tête profonde fièrement portée107, l’utilisation du jaspe rouge fréquente pour des portraits populaires de souverains108, la désignation comme le « Pâris unique » de la légende, confirmeraient une telle supposition. D’autres portraits, notamment sur un jaspe rouge à l’Ermitage109, un autre à Berlin110 sont gravés dans le même style et avec la même technique. De plus, la cornaline de l’Ermitage, sur laquelle le buste de Septime Sévère surgit en face de ses deux fils111 révèle une tête de Caracalla analogue quoique d’un âge un peu plus avancé. S’il y exhibe déjà une sobre coiffure de style républicain, inspirée par l’époque de Sylla112 et soulignée par une gravure expressive, il accuse sur le jaspe de la collection Seyrig le passage de l’enfance à l’adolescence. Il serait le Pâris unique de cette jeunesse dorée, soit de Rome, soit de Laodicée, soit de Leptis Magna, absorbée par des mondanités et des festivités somptueuses, qui s’échelonnèrent surtout pendant les années qui suivirent le retour d’Orient de la famille en 202 et qui culminèrent dans le faste des jeux séculaires.

86C’est au cours de ces années que ce « Pâris » aurait déployé les prodiges de son rôle.

Autour de 200-205 après J.-C.

220

Intaille plate des deux côtés, à base et bords taillés irrégulièrement.

Jaspe rouge, légèrement ébréché au bord.

Provenance : collection H. Seyrig. 1973.1.52557.

Dimensions : h. 13,5 ; l. 9,5 ; ép. 2 mm.

Homme portant barbe et moustache, la chevelure épaisse couvrant le haut du front, une épaule drapée, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 113 Cf. ici le n205.

87Aucune possibilité ne nous est offerte pour identifier cet homme, contemporain de Septime Sévère et du Pâris précédent, dont l’existence marqua certainement son époque. Avec le second, il partage la matière et le niveau de l’interprétation. Si le jeune homme témoigne d’une plus grande intensité de vie que le vieillard aux traits mous, à la joue arrondie et enflée au-dessous d’une tempe aplatie, à l’œil petit sous un mince sourcil relevé vers le front dont le haut est couvert par une ample chevelure, au menton garni d’une barbe qui s’unit à la moustache à l’angle de la petite bouche, le rapport avec la génération et peut-être avec la cour de Septime Sévère est rendu encore plus évident par la comparaison avec le jaspe rouge où l’empereur apparaît entre ses deux fils113 : on y voit les mêmes traits appuyés encadrant le front de Caracalla, les mêmes poils de la barbe, plus délicats que les cheveux de Géta.

88Mais outre ces détails, l’expression du visage reflète également la bonhomie molle et fausse d’un demi-barbare ou d’un homme rassasié de la forme de civilisation implantée dans l’ambiance des Sévères, peut-être un gouverneur de province, en tout cas un homme digne d’être honoré d’un portrait miniature.

Vers 200-210, probablement autour de 205 après J.-C.

221

Camée en sardonyx à trois couches : brun miel (bordure interne de la corniche, laurier, chlamyde) ; calcédoine saphirine assez foncée (corniche, corps et tête) ; fond brun foncé, roussâtre en transparence. En haut, éclats et réparation. La deuxième feuille de la rangée supérieure de la couronne de laurier a disparu. Monture en or avec bélière moderne.

Provenance : ancien fonds (peut-être n95 de l’inventaire du début du xviiie siècle).

Dimensions : h. 42 ; l. 31 mm.

Caracalla enfant, lauré, aux bandelettes retombant sur le dos. Il est vu de profil à droite, le buste orné de la chlamyde fixée sur l’épaule de trois quarts de face.

  • 114 Cf. Möbius, ANRW, p. 50, parle à tort d’un prince julio-claudien.
  • 115 Cf. Neverov, Antique Cameos, nos 87 et 89. Cf. surtout le dernier pour la position du buste, du cou (...)

89Ce n’est guère Élagabale que l’on peut reconnaître sur ce camée, identification qui n’a pas non plus satisfait M. E. Babelon, mais indubitablement l’un des fils de Septime Sévère, bien que stylisé et sans doute dans une pose représentative qui imite l’attitude d’Auguste114. Cette pose est soulignée aussi par le style et la forme du camée à bordure en relief reprenant la tradition des pièces représentatives de membres de la famille julio-claudienne, tradition qui a dû se perpétuer encore à l’époque des Antonins bien que conservée en un nombre beaucoup plus restreint. Mais par le modelé et le poli de la surface claire du camée, la joue large, le cou droit, l’artiste continue la manière des gravures exécutées pour Commode, qui s’exprime jusque dans l’attitude de la tête reposant sur un cou assez épais et du buste à l’épaule robuste. L’on peut en outre relever quelques ressemblances dans de petits détails, tels les trous ronds et profondément gravés dispersés dans la chevelure, procédé connu aussi de la sculpture de l’époque des Antonins et de la gravure hellénistique tardive, qui dut inspirer l’imagination des artistes du baroque tardif de l’Empire romain, tels aussi les traits courbes séparant les mèches accolées au crâne évoquant les grattages analogues opérés, probablement par le même artiste, quelques années auparavant et avec plus de minutie, sur un camée miniature de l’Ermitage115.

  • 116 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 30, 17.

90Malgré la volonté manifeste du graveur de donner à ce jeune prince le noble aspect d’un Auguste, il a pourtant défini le caractère du personnage représenté. S’il a exagéré la mèche ondulée barrant le front, connue par un certain nombre d’effigies de Caracalla jeune116, en la continuant jusqu’à l’oreille, il a accentué l’apparence d’une certaine luxure, visible aussi dans cette bouche de despote sensuel aux lèvres dédaigneuses surmontées par un nez à l’insolite pointe en l’air, le regard sournois marqué d’une teinte d’arrogance prétentieuse.

91Mais tout en dévoilant ces secrets physionomiques, le graveur a conservé la façade conventionnelle qui relie les échafaudages temporels des Sévères à l’édifice intemporel de l’Empire sacré et saint, projeté par César et Auguste.

  • 117 Pour la naissance de Caracalla le 4 avril 186 ou 188 à Lyon, cf. H. B. Wiggers dans Wiggers-Wegner, (...)

92Si l’on considère la jeunesse des traits du prince représenté, il ne devait pas dépasser dix ou douze ans117. Pour cette raison aussi on peut situer le camée en 198 ou dans les années suivantes, lorsque Caracalla prit part à la campagne entreprise par son père contre les Parthes et reçut le titre d’Auguste.

93Contrairement aux produits glyptiques exécutés dans l’Est de l’Empire pendant ces années-là, celui-ci est dans la pure tradition du trésor impérial de Rome et fut exécuté soit dans la ville même soit par un artiste qui aurait accompagné Septime Sévère en Syrie.

  • 118 Cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 74, 2.

94Il ne peut guère dater d’une période plus tardive et de toute façon il semble avoir porté le message du nouvel Auguste imitant, à deux siècles de distance, l’attitude, la couronne à cinq paires de feuilles de laurier, la chlamyde drapant l’épaule et la poitrine du premier Empereur dont l’image est conservée aujourd’hui dans le camée de la croix d’Aix-la-Chapelle118.

Autour de 198 à 203.

Bibliographie

Babelon, Camées, n303 ; Chabouillet, n252 ; Möbius, ANRW, p. 50.

222

Camée en sardonyx à quatre couches.

Sardonyx brune (couronne de laurier, cuirasse), onyx gris bleuâtre (visage, cheveux, bras), brun caramel (fond), saphirine et brun foncé (bordure en biseau).

Provenance : ancien fonds ; attesté dans la collection en 1838.

Dimensions : h. 47 ; l. 37 ; ép. env. 6 mm.

Buste de Géta adolescent assimilé à Auguste. Il est lauré, les bandelettes retombant sur le dos, et vêtu de l’égide, ornée d’une Méduse qui montre son profil droit.

  • 119 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 156, 8-9. Malheureusement, je ne peux pas reconnaître dans ce (...)

95Si la parenté stylistique avec le camée précédent est évidente, celui-ci manifeste encore davantage l’assimilation aux membres de la famille d’Auguste119 jusqu’à son dernier rejeton sur le trône : Néron. Mais c’est bien un portrait de l’époque des Sévères.

96Relevons les mêmes traits, incisés plus grossièrement encore, qui séparent les mèches sur l’occiput et celles qui courbent leurs pointes vers le front, le sourcil lui aussi rendu par un trait incisé, l’enchevêtrement de la Méduse vue de profil, fixée au contour de l’épaule gauche, qui anticipait déjà le style aux traits durs incisés.

  • 120 Cf. H. von Heintze, RM 73/74, p. 190 sqq., p. 204, pl. 65, 1, pl. 69, 1, pl. 70, 1. Mme von Heintze (...)

97Relevons aussi la ressemblance des traits avec des effigies établies de Géta. Si elle n’est pas frappante au premier abord, elle se révèle par l’analyse des diverses parties du visage, tels l’angle très ouvert où prend naissance le nez droit, la petite bouche aux lèvres proéminentes et au coin abaissé, l’inférieure sensuelle, le menton arrondi plutôt mou. La tête provenant d’Éphèse, aujourd’hui à la glyptothèque Ny Carlsberg à Copenhague, offre une semblable coiffure aux mèches descendant bas devant le front d’un adolescent plus jeune120 que celui du camée, auquel on donnerait facilement seize à vingt ans. Ce n’est là qu’une estimation approximative, mais en réalité cette effigie en pierre fine n’est pas destinée à fixer un âge précis. L’expression auguste du visage est soulignée par l’égide qui assimile le personnage représenté à Jupiter. On peut se demander si dans ce cas Jupiter ne serait pas synonyme d’Auguste.

  • 121 Cf. A. A Boyce, « The Foundation Year of Pompeiopolis in Cilicia », in Hommages à Marcel Renard, Br (...)

98Rappelons que Géta fut nommé Auguste beaucoup plus tard que son frère, soit en 209, à l’âge de vingt ans. Si les monnaies frappées à Rome cette année-là et les suivantes offrent des types de portraits différents, celles des provinces se rapprochent plutôt de celui de notre camée. Citons par exemple celles frappées à Pompeiopolis121, qui montrent une tête allongée reposant sur un cou en forme de colonne assez haute, le contour de la nuque légèrement penché, la tranche du buste semblable. En outre, des bronzes frappés à Périnthe en Thrace et désignant Géta comme Sébastos, c’est-à-dire Auguste, révèlent un type encore plus classicisant, mais proche de notre portrait par le contour de la tête.

99Il est donc possible que le camée se situe l’année même au cours de laquelle Géta reçut le titre et le nom du fondateur de l’Empire romain. Il pourrait exprimer ainsi l’attachement de Géta à la tradition d’Auguste et à une forme de vie apollinienne, contrastant aussi avec l’aspect toujours plus démoniaque de son frère. Mais nous pouvons imaginer que l’artiste de l’atelier impérial, installé à Rome, a gravé ce portrait alors que la famille impériale se trouvait en Grande-Bretagne, où le sort fut fatal à Septime Sévère qui y décéda le 4 février 211.

100L’artiste de notre camée aurait créé une image sans être en contact avec le modèle. Mais malgré son désir d’ennoblir les traits par l’assimilation à Auguste, il a relevé le regard inquiet de l’adolescent réticent.

Entre 205 et 212, probablement 209-210 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, n302 ; Chabouillet, n251 ; Marion du Mersan, p. 120, n210 ; Lenormant, p. 82 et pl. XLIV fig. 15 ; Duruy, Histoire des Romains VI, p. 247 ; Eichler-Kris, p. 64, sous le n22 ; Wiggers-Wegner, p. 72 ; Möbius, ANRW, p. 50 ; Megow, p. 97-98, 108, 211-212, A 93, pl. 34, 6 (Néron).

223

Camée en sardonyx à trois couches à bordure en biseau de trois tons.

Sardonyx brun miel (chevelure, cuirasse, égide), blanc bleuté (visages et cadre), brun foncé (fond du camée et corniche). Les bustes et la corniche, taillés en très bas-relief, sont de la même hauteur, d’à peine plus un millimètre. Légers éclats au bord de la corniche, au même niveau que les têtes. Monture en or à petites fleurs émaillées de blanc du xviie siècle.

  • 122 Cf. archives du Cabinet des médailles ; cf. Babelon, Camées, p. cxxvi.

Provenance : Cabinet du roi. Ancienne collection du président Achille de Harlay, acquise par Louis XIV en 1674122.

Dimensions : h. 75 ; l. 112 mm avec monture.

Septime Sévère au sein de sa famille, portant la couronne radiée et vêtu de la cuirasse recouverte par le manteau que fixe sur l’épaule une fibule ronde ; à côté de lui, son épouse Julia Domna, assimilée à Junon ou Vénus, coiffée de la stéphané. Son profil apparaît à l’arrière-plan, dépassant légèrement celui de l’empereur. Leurs bustes s’affrontent à ceux de leurs fils Caracalla et Géta, le premier lauré, montrant son dos de trois quarts traversé par le baudrier, l’épaule gauche couverte par l’égide ; le visage de son frère, plus avancé, fait face à celui de sa mère.

  • 123 Cf. Vollenweider, « Un portrait de Faustine II œuvre du maître graveur des Antonins », Genava XXII, (...)
  • 124 Hist. Aug., Marc Ant. 17, 4 « Cum autem ad hoc bellum omne aerarium exhausisset…, in foro divi Trai (...)

101C’est l’une des images qui maintiennent la tradition de la représentation de la famille impériale sur des pierres fines, tradition qui, depuis le Grand Camée de France et même depuis la Gemma Augustea, se poursuit au long de deux, voire même de trois siècles. Si elles sont moins fréquentes sous d’autres empereurs tels Antonin le Pieux et Marc Aurèle, qui pourtant engagèrent des graveurs de haute qualité123, c’est que les événements politiques et militaires obligèrent l’empereur philosophe à se séparer d’une grande partie de ses trésors124 ; étant donné son caractère, l’on peut être certain que figuraient parmi ceux-ci d’abord des images de sa personne, tandis qu’il respectait et préservait pour le trésor impérial plutôt celles du Divus Augustus et de ses successeurs. Dans la matière précieuse de la pierre fine, l’image de l’empereur et ainsi de sa famille reçut une sanctification et dut apparaître comme un objet sacré.

  • 125 Mc Cann, p. 171 sq., pl. XCI ; Richter, MMA Catalogue, n493 ; Budde, Jugendbildnisse, p. 15, pl.  (...)
  • 126 Mc Cann, p. 140 ; pl. XC d. (Inv. 72147) : c’est sans doute une représentation de la famille plus t (...)
  • 127 Cf. les nos 204 et 205 du présent catalogue.

102De la famille entière de Septime Sévère deux gemmes nous sont conservées, en dehors de celle du Cabinet des médailles : une intaille en sardoine brune au Metropolitan Museum125, un camée en verre au musée des Thermes126, chacune d’un style particulier, chacune incarnant une phase du règne de Septime Sévère, de même que des pierres avec deux ou trois membres de sa famille127.

  • 128 Cf. J. Gagé, Les jeux séculaires de 204 après J.-C. et la dynastie des Sévères, Mélanges d’archéolo (...)
  • 129 Cf. Walters, n3577 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 113, pl. 60, 1 avec bibliographie.

103Pour notre camée du Cabinet des médailles, des tentatives de datation furent déjà faites par L. Budde, qui envisageait l’intervalle entre les années 198 et 208. On pourrait même penser aux années 203-204 au cours desquelles la décennale du règne de Septime Sévère et les jeux séculaires se succédèrent128. Mais Caracalla, né entre 186 et 188, aurait eu alors 16 à 17 ans, tandis que le camée lui prête à peine plus de douze ans, ce qui conviendrait à l’honneur qui lui fut décerné de porter le nom d’Augustus. Remarquons que sa position vue de dos sur l’effigie devait préciser et définir sa situation, en le comparant à Auguste dont l’effigie était sans doute conservée dans le trésor impérial, peut-être même le camée autrefois dans la collection Strozzi et qui montre Auguste orné de l’égide vu de dos129.

  • 130 Mattingly, BMC Empire V, pl. 36, 6-7, comme Pacator orbis, cf. aussi Septime Sévère avec la couronn (...)
  • 131 Cf. ibid., pl. 48, 5 et n802 et les monnaies d’or de 202, cf. Mazzini III, pl. XVIII 4-5 et p. 53 (...)
  • 132 Cf. Mazzini III, pl. XVII-XVIII ; Mattingly, ibid., pl. 35, 5-6, p. 202 sq., nos 253- 255.

104C’est en Auguste et Alexandre que le fils aîné pose sur ce camée, tandis que son père est assimilé au dieu soleil sur ses monnaies130. Par ces insignes, le camée proclame à la fois le gouvernement universel garanti par le père et la continuation de la dynastie augustéenne par le fils. On peut cependant objecter que le type de portrait le plus proche de celui de Septime Sévère sur des monnaies apparaît sur des sesterces frappés en 201131, trois ans après la nomination du fils aîné comme Auguste, illustrant au revers la victoire sur les Parthes. On y découvre le même profil rapetissé par un maniérisme précieux, la même forme de barbe. Ils datent aussi de l’époque au cours de laquelle Septime Sévère exalte sa famille sur des monnaies132.

  • 133 Cf. Neverov, Camées, n88 ; Vollenweider, Genava XXII, 1974, p. 265 sqq., cf. aussi H. Jucker, « E (...)

105En ramenant la date de ce camée aux années 201-202, on peut expliquer aussi le fin maniérisme de l’exécution due à un artiste qui aurait travaillé pour les Antonins. Mais si on le compare aux œuvres délicatement modelées de maîtres de cette époque qui sont parvenues jusqu’à nous, tels le camée avec l’effigie de Lucille du musée de l’Ermitage et le béryl du musée d’Art et d’Histoire de Genève133, on constate ici un dessèchement et un acheminement vers des maquettes « léchées » et rapetissées, évolution déjà perceptible à une phase précédente. La réaction à ce maniérisme vieilli se manifestera quelques années plus tard dans le style brut introduit par Caracalla et qui modifiera tout l’art du iiie siècle.

106Ce camée dénué de vitalité et donnant le schéma d’une image figée, mais d’une forme et d’un poli parfaits, est presque la dernière des œuvres glyptiques qui reste l’apanage d’une haute civilisation du passé.

201-202 après J.-C.

Bibliographie

Visconti-Mongez, Iconographie romaine I, p. 433 ; Millin, Monuments inédits, t. I, Paris, 1802, p. 178 et pl. XIX ; T. Dumersan, Notice…, éd. de 1828, p. 40 ; Marion du Mersan, p. 120, n208 ; Lenormant, p. 76 et pl. XLII, fig. 1 ; Chabouillet, n249 ; Duruy, Histoire des Romains VI, p. 68 ; Babelon, Camées, n300 ; Babelon, Cabinet des Antiques, p. 192, III, pl. LIII en bas ; Furtwängler, AG III, p. 365, fig. 199 ; L’Orange, Apotheosis, 1947, p. 76, fig. 51 ; Toynbee I, n61, p. 161 ; L. Budde, Jugendbildnisse des Caracalla und Geta, Münster, 1951, p. 15 sqq., fig. pl. 3 b ; Mc Cann, p. 159 sq., pl. XCI ; Richter, EGR, n575 ; K.A. Neugebauer, Die Familie des Septimius Severus (Die Antike 12), 1936, p. 160, fig. 4. ; Bernoulli, RI II-3, p. 29 ; G. Bruns, « Das mantuanische Onyxgefäss », Kunstheft des Herzog-Anton- Ulrich-Museums, Heft 5, 1950, p. 12 ; H. von Heintze, RM 73/74, p. 199 sqq. ; Neverov, « Concordia Augustorum », p. 608 et pl. 27, 6 ; J. Babelon, Impératrices syriennes, 1947, en face de p. 96, pl. III ; E. Nau, « Iulia Domna als Olympias », JNG XVIII, 1968, pl. 5, 5 et p. 51 ; Soechting, p. 258, n6 ; Megow, p. 239, nA 143, pl. 48, 11 ; LIMC, Hélios/Sol nº 430 ; Bastien, Buste monétaire III, pl. 79, 7, II, p. 669 ; M. Bergmann, Die Strahlen der Herrscher, Mainz, 1998, p. 271, pl. 52, 1.

224

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés en double biseau.

Monture en or émaillée, enrichie de rubis et de brillants.

Sardonyx de différentes couches : brune, bleu saphirine utilisées pour la bordure et les portraits, noire pour la base.

Provenance : Cabinet de Louis XIV. Décrit dans l’inventaire du début du xviiie siècle, n60.

Dimensions : h. 27 ; l. 40 mm (sans la monture).

Caracalla et Géta laurés, cuirassés et vêtus du paludamentum, affrontés. Leurs têtes sont vues de profil, leurs bustes de trois quarts de dos.

  • 134 Cf. bibliographie ci-dessus.

107C’est aux environs de l’année 209 que Mme Mc Cann134 a situé cette intaille. On pourrait objecter que les deux princes sont représentés à un âge plus jeune, mais les couronnes de laurier identiques peuvent symboliser le degré d’égalité atteint au moment où Géta fut nommé Auguste en 209.

  • 135 Cf. pour Caracalla, Mazzini, pl. XXXIV, no 511 et 259 ; Mattingly, BMC Empire V, p. 374, n100 (au (...)
  • 136 Cette forme de barbe est confirmée pour Géta, cf. Mazzini III, p. 150, n179 et p. 343, n187 (mo (...)

108Notons que les deux têtes prêtent à la comparaison avec des monnaies frappées autour de cette année-là135. Mais par rapport à ces effigies monétaires, l’expression du visage de Caracalla est adoucie comme celle de Géta, assimilé à son père, soit par la ligne du profil, soit par la barbe en forme de trois mèches pointant en avant136.

  • 137 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 5 c-d.
  • 138 Ibid., pl. 7, p. 53, 90.
  • 139 Ibid., pl. 9 a-b.

109L’apparence plutôt sereine de ces visages est toutefois due surtout à la délicatesse du graveur qui, par la subtilité de ses traits un peu maniérés, a su maintenir sans leur donner du volume les silhouettes des têtes, celle de Géta moins profonde que celle de Caracalla. Ce dernier affecte un style républicain situé entre les portraits de Sylla et de Brutus, proche surtout celui de Sylla, caractérisé par de menus traits pour rendre les cheveux et la barbe et par une carrure de la tête qui n’est plus seulement républicaine mais annonce le nouveau style des artistes de Caracalla exprimé sur les bustes du Louvre et du musée du Capitole137, développé encore dans celui plus tardif du musée du Bardo138 à Tunis, et celui de Guelma139, qui se situent vers 209.

110En revanche, le portrait de Géta revêt une expression de bonté et d’indulgence noyées dans la mollesse, que ce prince semble avoir exhibée, contrastant en cela avec la sévérité et la cruauté de son frère.

111Avec le maniérisme de ces petits traits contraste le tracé épais du manteau de guerre, des feuilles de laurier, des bandelettes retombantes, des lèvres épaisses de Géta, des cils. Ces lignes ne trahissent pas non plus la force, mais plutôt le soin d’un maître vieillissant. Avec lui vont disparaître pour longtemps les gravures soigneuses exprimant la retenue et la noblesse révélées par la disposition des figures dans l’espace, et cela d’autant plus que le règne des deux Auguste ne durera pas.

Autour de 209 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2100 ; Bernoulli, RI II-3, p. 29, nC 57 ; Babelon, Guide, p. 33, pl. IX ; Mc Cann, pl. XC e, p. 140 ; Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 27, 5. Sans justifier cette identification, tous ces auteurs ont opté pour la proposition de Chabouillet, selon lequel les personnages représentés seraient Septime Sévère face à Caracalla ; Richter, EGR, n579 ; Wegner-Wiggers, p. 73 ; Soechting, p. 239, 8.

225

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés en biseau et légèrement arrondis. Au revers, un serpent gravé en creux.

Jaspe vert à taches et veines rouges.

Provenance inconnue ; intaille 2034 ter.

Dimensions : h. 19,5 ; l. 18 ; ép. 3 mm.

Jeune homme vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Son buste découvert est vu de trois quarts de face, le manteau ramassé sur l’épaule d’où il retombe en plis.

112Cette gravure opère par de grosses taches expressives dont l’effet pittoresque est soutenu par les couleurs alternant le rouge et le vert. On peut se demander si les parties informes du corps, de l’épaule et la poitrine ballonnée sont inachevées ou ont volontairement été laissées brutes.

  • 140 Cf. les nos 201, 217 du présent catalogue.
  • 141 Cf. H. von Heintze, RM 73/74, pl. 66, 2, pl. 67, pl. 71, pl. 72, 1-2 et p. 208 sqq.

113Sans pouvoir l’affirmer, nous pouvons peut-être admettre la seconde hypothèse, la hâte de l’exécution se mariant à un style expressif qui cependant révèle de l’allure dans le dessin des contours et dans la façon de placer les volumes dans l’espace, la tête plutôt petite portée par un cou ondulé incliné en avant, le tout reposant sur un buste qui s’étale en avant et en arrière, tranché sous la poitrine. Cette forme de buste, caractéristique d’un nombre considérable de portraits à l’aisselle nettement marquée par une incision, rattache de nouveau ce portrait à l’époque des Sévères140. Il n’est cependant pas certain que l’un des leurs soit représenté ici, bien qu’une ressemblance avec Géta puisse être évoquée en envisageant un rapprochement avec le type d’adolescent préservé par les bustes du Louvre, du musée du Capitole et de Castle Howard141.

114Parmi les traits qui permettent cette comparaison, on peut citer le cou assez long et mince, penché en avant, la forme de la barbe, plus abondante du côté des mâchoires que sur le menton dégarni, la mollesse de la bouche, le petit menton, la distance à peine marquée entre le sourcil et la paupière, l’œil grossièrement dessiné sur l’intaille, qui ne connaît pas le raffinement du modelé de ces sculptures. Notons aussi que le nez à pointe proéminente rappelle le Géta d’un âge un peu plus avancé sur la sardoine précédente où il fait face à Caracalla.

115Malgré la différence de qualité de ces effigies, on pourrait situer l’intaille dans le même cadre et à la même période, c’est-à-dire dans la vingtième année de Géta, âge reflété par l’intaille.

  • 142 Ibid., p. 207, pl. 64, 1 et pl. 68, 1.
  • 143 Musée du Capitole, Stuart Jones, Musei Capitolini, p. 129, n54 B, pl. 25.
  • 144 5. Cf. Par contre O. Brendel (Jdl 47, 1932, p. 209 sq., fig. 9 et note 2) et Wiggers-Wegner (p. 100 (...)

116Si ce jaspe assez grand représente vraiment Géta, nous pouvons peut-être découvrir un rapport entre le serpent du revers et le portrait de l’avers. H. von Heintze142 a correctement attribué à Géta la statue d’un enfant143 étouffant le serpent assimilé à Hercule144.

  • 145 Cf. H. von Heintze, « Caracalla und Géta », RM 75, 1968, p. 174 sqq., p. 177, pl. 66, 2 et pl. 67.
  • 146 Cf. Felletti Maj, n266.

117Relevons en outre qu’un portrait de Géta conservé dans une collection privée à Stuttgart145, pendant du Caracalla du musée des Thermes à Rome146, évoque aussi Hercule, fils de Zeus, par sa chevelure crépue. Si ce dernier évoque l’aspect de Géta dans l’année ou mieux les mois qui précédèrent son meurtre, l’intaille aurait vu le jour à peine deux ans auparavant.

Vers 210 après J.-C.

226

Intaille à surface convexe et base plate ; bords tranchés en biseau.

Cornaline opaque avec léger éclat au bord.

Provenance : acquise le 2 mars 1859, de M. le comte de Perthuis, 15 avenue d’Antin ; registre d’entrée E 679 ; intaille 2034 bis.

Dimensions : h. 17 ; l. 14 ; ép. 5 mm.

Homme à chevelure abondante, favori, courte barbe frisée, moustache s’arrêtant à l’angle de la bouche. Il est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite), le buste nu, drapé à l’arrière-plan, de trois quarts de face.

118Si l’on ne peut identifier le personnage représenté, son appartenance à l’époque, voire à la génération de Septime Sévère, peut être certifiée. L’ampleur de la chevelure est encore inspirée par celle de Marc Aurèle ou de l’entourage de Commode, mais son volume est grossi et pâteux, et les mèches serpentant du sommet de la tête vers l’occiput proéminent ou vers la tempe accusent de vilaines boursouflures que soulignent des traits courbes incisés. La laideur de cette masse est encore renforcée par les traits guère flatteurs du visage, l’œil au globe proéminent sous l’arcade sourcilière presque droite puis légèrement retombante, la pointe du petit nez retroussé plongeant au-dessus d’une bouche aux lèvres charnues entrouvertes. La barbiche est rendue par de courtes lignes hachurées informes. Le buste est plus harmonieux que sur la pièce précédente malgré les enflures mais moins précis dans le modelé que sur l’agate tachetée qui représente probablement Septime Sévère proconsul de Pannonie (voir ici, le n201).

  • 147 Stuart Jones, Musei Capitolini, Stanza degli Imperatori, n49, pl. 46 ; cf. Bernoulli, RI II-3, pl (...)
  • 148 Musei Capitolini, Sala dei Busti, n290.
  • 149 Mon. Matth. II, pl. 27, 2.
  • 150 Cf. L. Joulin, Les Établissement gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosanes, Paris, 1901, pl.  (...)
  • 151 Mc Cann, pl. LIV-LV, n46 ; K. Kluge et K. Lehmann Hartleben, Die antiken Grossbronzen, Berlin, 19 (...)

119En ce qui concerne notre portrait, évoquons des rapprochements avec un buste au Capitole que Stuart Jones147 situe à l’époque d’Hadrien. Cependant, parmi les trois répliques qu’il cite, au Vatican148, dans la villa Mattei149 et à Toulouse150, la dernière surtout ne saurait être antérieure à l’époque de Septime Sévère. Le buste est presque identique, la chevelure aussi tortueuse dans ses mèches ondulantes pointant vers le front ; l’épaisseur des lèvres est la même ; le profil marquant une certaine mollesse de caractère, le volume du cou plutôt mince légèrement penché en avant, sont maintenus. De même, le volume des boucles révèle, surtout par comparaison avec la tête en bronze du Vatican151, une certaine parenté avec l’effigie de Septime Sévère.

  • 152 Cf. Fluss, RE 2e série, II A, col. 1948.

120On peut conclure avec la plus grande probabilité que non seulement un homme de la génération, mais même de la parenté de Septime Sévère est représenté et, puisque son effigie est conservée par divers bustes, une intaille de la collection Sangiorgi mais aussi un camée à Naples, ce pourrait être un homme mêlé à la politique de son époque. Peut-être pourrait-il s’agir du frère de Septime Sévère, Septimius Géta, gouverneur de la Dace lorsque Septime Sévère revêtit le proconsulat de la Pannonie supérieure152. Ce frère a dû jouer un rôle assez important, puisque Septime Sévère prit des mesures afin de ne pas laisser trop croître son influence et de l’écarter du pouvoir. C’est ainsi qu’en 198 après J.-C. il éleva son fils Bassianus, qui portera le nom de Caracalla, à la fonction de « César ».

121Si ce n’est pas ce frère cadet de Septime Sévère qui est représenté, cette cornaline préserve les traits d’un autre général ou gouverneur de son temps.

Autour de 190-200 après J.-C.

227

Intaille légèrement convexe à la surface, plate à la base ; bords tranchés en biseau.

Prase.

Provenance : acquise le 24 novembre 1898, de M. Guillemin, libraire, 28, rue des Bons-Enfants ; registre d’entrée M 2675 ; intaille 2100 a.

Dimensions : h. 22 ; l. 17 mm.

Septime Sévère lauré et cuirassé, de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Son buste est vu de trois quarts de face.

  • 153 Cf. Mattingly, BMC Empire V, n847, pl. 51, 4.

122Ce portrait est si proche de celui d’un sesterce frappé en 206153 que l’on pourrait être tenté de dater l’intaille de cette année-là. On y constate la même taille de la cuirasse coupée au-dessus de la poitrine, seuls étant vus l’ourlet de la chemise ondulée et les bandes de cuir sur les épaules. On retrouve aussi l’habituelle barbe à quatre boucles pointues ondulées, la couronne de laurier dépassant en trois feuilles du sommet de la tête, frôlant et couvrant le haut de l’oreille, nouée sur la nuque, les bandelettes dessinées en doubles lignes flottant en pointes sur l’épaule. De mêmes proportions est aussi le cou droit au galbe accusé et finement poli.

  • 154 Cf. Richter, EGR, n573 ; Mc Cann, p. 183, pl. XCII k.
  • 155 Cf. Mattingly, op. cit., p. xclviii, pl. 36, 7, p. 221 ; cf. aussi le n227 du présent catalogue, (...)

123Notons cependant que ce même type de portrait au front légèrement bombé, au nez droit mais court et à pointe proéminente, à la lèvre inférieure grossie, à la pommette galbée, s’est perpétué sur une série de médaillons même durant les années suivantes154. D’autre part il est diffusé aussi sur des monnaies d’or dont le revers montre la tête de Sol avec la légende « Pacator orbis »155, frappées dans l’année 208.

  • 156 Cf. Mattingly, BMC Empire V, p. 348, n850, pl. 51, 7 ; cf. ici, le n227, fig. b (exemplaire du (...)

124Mais la comparaison avec les as de l’année 207 avec au revers Esculape nu dans le temple156 s’impose encore davantage. Surtout sur l’exemplaire du Cabinet des médailles, l’on découvre le même front bombé, l’œil enfoncé et grand ouvert, les cheveux peignés moins rigoureusement. Au lieu des boucles en forme de coquilles apparaissent des mèches en méduse trapue en haut de l’occiput et celles, raccourcies, de Sérapis tombant sur le haut du front.

  • 157 Cf. Walters, n2021, pl. XXV.
  • 158 Cf. Mattingly, ibid., p. clxxiv.
  • 159 Cf. Mattingly, ibid., pl. 51, 10.

125C’est entre ces deux monnaies que se situe l’intaille qui, de même que le prase du British Museum157, dépeint l’empereur dans la sérénité du pouvoir stabilisé, l’empereur pieux et auguste, « Pius Augustus » tel qu’il est désigné sur les monnaies. Si l’Esculape vu de face au revers des as cités ci-dessus fait allusion au dieu punique guérisseur Eshmoun158 et ainsi à la visite de Septime Sévère en Afrique, la cuirasse figurant sur notre intaille doit déjà avoir un rapport avec une entreprise militaire, probablement la campagne menée en Grande-Bretagne, symbolisée sur des monnaies par la scène de la profectio159.

  • 160 Cf. Mattingly, ibid., pl. 66, 7.

126C’est donc une effigie de la dernière campagne de Septime Sévère, effigie qui s’est préservée dans l’image de l’empereur posthume à la chevelure cependant plus sobre, ne portant pas les insignes du pouvoir mais dont l’œil grand ouvert perçoit un monde nouveau160. Mais déjà sur l’intaille frappe cette expression presque naïve, d’une idole figée de l’empereur.

Bibliographie

Mc Cann, p. 183, pl. XCII k ; Richter, EGR, n573 ; Soechting, p. 239 sq., n9. Les trois auteurs, l’un copiant l’autre, décrivent erronément la pierre comme une calcédoine ; Zwierlein- Diehl, Würzburg, p. 259.

228

Camée en sardonyx à trois couches : brune (fond), gris bleuté, brun roux.

Monture en or moderne.

Sardonyx de différentes couches : bleu coloré gris brun.

  • 161 Cf. M. Van der Meulen, op. cit., p. 199-200, et p. 222, 2. 11 : Peiresc décrit la pierre, en l’iden (...)

Provenance : Cabinet du roi. Décrit dans l’inventaire de 1664, n174 ; probablement ancienne collection Peiresc (décrit par Peiresc vers 1606161).

Dimensions : h. 31 ; l. 32 mm avec la monture.

Septime Sévère et ses fils. Septime Sévère cuirassé, vêtu du paludamentum retombant en arrière et sur l’avant-bras gauche, tenant de la main gauche la lance verticale, est entouré de ses deux fils, chacun couronné par une Victoire debout sur la pointe des pieds sur un globe, leur bras droit étendu. Au centre, l’empereur barbu, vu de face, se tient sur la ligne de terre incurvée, le pied droit tourné vers l’extérieur, le genou gauche légèrement fléchi. De la main droite baissée il tient une patère et s’apprête à verser une libation sur l’autel dont la flamme s’élève à côté de son fils cadet Géta. Celui-ci, la tête vue de profil, le corps de trois quarts de face, le pied droit posé sur la ligne de terre, le gauche en arrière ne s’appuyant que sur l’orteil, le genou plié, est revêtu également de la cuirasse et du paludamentum tombant en arrière sur le dos. Il assiste son père dans la scène du sacrifice, tandis que son frère aîné s’approche de l’autre côté. Caracalla se distingue par le diadème dont les bandelettes flottent sur le dos, par le paludamentum pendant par devant jusqu’au genou et découvrant la cuirasse, la main gauche tenant la lance. Son profil s’oriente vers son père, le corps se présentant de trois quarts, de même que le pied gauche en appui sur la pointe. De sa main droite il tient le globe. L’autel est orné d’une guirlande indiquée par deux lignes parallèles incurvées.

En bas, une légende taillée en relief dans la couche blanche :

Image 2.png

Ce qui signifie : « [Pour la victoire] des Seigneurs Augustes ».

  • 162 Cf. Fluss, Severus, RE 2e série, II, col. 1798. J’exclus la date proposée par Soechting – « Nicht n (...)
  • 163 Pour la signification de la lance, cf. A. Alföldi, « Hasta – Summa Imperii, the Spear as Embodiment (...)

127Anticipant une nouvelle phase de la glyptique de style « barbare », ce camée contient sans doute une allusion à une victoire, ainsi que le confirment l’écriture et la présence des deux Victoires qui couronnent les jeunes gens. Bien que nous ne puissions guère désigner cette réussite militaire, on peut probablement la considérer comme décisive pour la paix conclue à la fin de l’année 209 et l’exaltation de Caracalla comme Britannicus ou Britannicus Maximus162, Géta recevant le titre d’Augustus. Ainsi ce camée proclame-t-il l’investiture des deux fils par l’empereur occupant le centre et s’appuyant sur la lance163, tandis que les quatre globes – les deux supportant les Victoires et les deux petits tenus par les princes – exaltent l’organisation cosmique du monde confiée aux vainqueurs, les fils de Septime Sévère.

128Quant au style de la gravure, il offre l’un des premiers exemples parvenus jusqu’à nous de camée officiel marqué d’incisions volontaires, bien que les traits caractéristiques des personnages soient maintenus, voire même accusés par l’exagération d’un style expressionniste sensible dans l’obliquité de la bouche de Septime Sévère ou son nez épaté. Caracalla, à la joue ronde, est souriant, Géta satisfait.

  • 164 Cf. les nos 235-236 du présent catalogue et le camée de Naples, cf. n236, note 212.

129Si dans l’ensemble ce camée garde une structure harmonieuse et régulière inspirée par l’art classique, une légère dégradation se révèle surtout dans l’exécution des détails, qui rappelle une certaine rudesse des gravures républicaines sans en avoir la vigueur. Et pourtant cette gravure n’a pas encore absorbé les éléments barbares que l’on observe, soit sur des camées à Florence, soit sur la série avec l’image de Caracalla chasseur ou guerrier164. En revanche, dans l’utilisation des jeux de couleurs et de l’écriture taillée en relief une nouvelle technique s’annonce, qui s’accentuera au cours du iiie siècle, tandis que la disposition des figures figées et aplaties anticipe les règles d’art de Byzance et même du Moyen Âge.

130Ainsi se marque un tournant non seulement de l’histoire, mais aussi de l’histoire de l’art.

Autour de 210, probablement fin de l’année 209.

Bibliographie

Babelon, Camées, n301, pl. XXXIV ; Chabouillet, n250 ; T. Dumersan, Notice…, éd. de 1828, p. 40 ; Marion du Mersan, p. 120, n209 ; Lenormant, p. 80 et pl. XLIV, fig. 1 ; Duruy, Histoire des romains IV, p. 73 ; Mc Cann, pl. XCII, p. 182, h ; Bernoulli, RI II-3, 29 ; T. Hölscher, Victoria Romana, Mayence, 1967, p. 20, note 99, pl. 1 14 ; L. Budde, dans Festschrift F. Altheim, Berlin, 1970, p. 548 sqq., fig. 23 sq. ; L. Budde, Jugendbildnisse, p. 15 sq., pl. 3 b ; Wiggers-Wegner, p. 72, 96, 109 ; Soechting, p. 238 sq., n7 ; Megow, p. 240, A144, pl. 49,2 ; LIMC, Victoria nº 319 ; Meulen (M. van der), « Nicolas-Claude Fabri de Peiresc and Antique Glyptic », in Engraved Gems, Survivals and Revivals, Washington, 1997, p. 199-200, fig. 7, et p. 222, 2. 11.

229

Intaille convexe.

Olivine ou jaspe vert (?) monté en bague en or massif.

L’anneau, plat à l’intérieur, est très mince en bas ; il s’élargit vers le haut pour former un chaton ovale à épaules pointues dans lequel l’intaille est sertie longitudinalement.

Provenance : Tortose, collection de Clercq, don du comte de Boisgelin.

Dimensions de l’intaille : h. 12 ; l. 10 mm.

Dimensions de la bague : h. 17 ; l. 24 mm (ext.) ; h. 12 ; l. 16 mm (int.).

Sol, vu de trois quarts de dos, la tête de profil.

  • 165 E. Brandt, AGDS I-3, n2530.
  • 166 Vollenweider, Catalogue Genève II, n267.

131À ceux qui ignorent l’ambiance historique et stylistique de cette époque, il peut sembler audacieux de recueillir cette image de Sol dans l’iconographie des Sévères. Toutefois relevons que le buste vu de dos avec la chlamyde rendue par des lignes parallèles à angle ouvert, et le bord vertical par un trait épais, apparaît également dans une effigie de Caracalla enfant assimilé à Hermès Thot, avec caducée au dos et fleur de lotus au-dessus du front, sur une agate à Munich165. Nous retrouvons en outre cette forme de chlamyde sur l’agate portant l’image de Sol à Genève166, qui d’autre part trahit le même dessin de l’œil que le jaspe rouge du Cabinet des médailles avec les effigies de Septime Sévère et de ses fils, surtout pour Géta placé derrière son père. De plus, une cornaline à Florence offre une analogie frappante dans la manière d’indiquer l’œil par une ligne de biais, dans les traits brutaux marquant le sourcil, la narine, les lèvres, le globule représentant le menton, tandis que les boucles encadrant le visage se répètent sur un camée gravé d’une Méduse datant de la même époque. Or, pour cette cornaline à Florence, l’identification avec Caracalla entre sa 17e et sa 20e année environ est indiscutable.

  • 167 Cf. P. Riewald, De Imperatorum Romanorum cum certis dis et comparatione et aequatione, Diss. Philol (...)
  • 168 Cf. H. von Heintze, RM 73/74, p. 205 ; R. V. Head et R. St. Poole, BMC Ionia, p. 89, n292.

132L’image de Caracalla assimilé à Sol serait d’autant plus plausible que les deux fils de Septime Sévère jouissaient de cet honneur167. Si les deux frères apparurent en Sol sur les monnaies de Rome seulement à partir de l’année 211, celles d’Éphèse montrant les deux princes Soleils168 semblent même être antérieures à notre intaille.

  • 169 Ibid., pl. 63, 4 et p. 205.
  • 170 Sur la statue de Sol au cirque cf. Tertullien, Spect. VIII : Circus Soli principaliter consecratur  (...)
  • 171 Cf. RE.
  • 172 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 36, 6-7, n353, p. 221.
  • 173 Ibid., pl. 40, 20, pl. 41, 1, p. 258.
  • 174 Ibid, p. 246.
  • 175 Ibid, p. clviii.

133Notons encore l’enfant Hélios dans un marbre provenant de l’Agora et se trouvant au musée national d’Athènes, que Mme von Heintze a identifié avec raison comme un Caracalla et daté des années autour de 200169. Le nôtre semble plutôt se rapprocher de l’intaille de Florence citée ci-dessus et que l’on peut dater entre les années 205 et 210. Serait-il assimilé au Sol du cirque170 où Caracalla devait, comme princeps iuventutis, présider les jeux séculaires de l’année 204171 ? Les détails de l’organisation des jeux nous échappent, mais on peut envisager une telle interprétation, et cela d’autant plus que l’on sait que Caracalla fut un aurige passionné. Mais relevons aussi qu’un Sol pareil, désigné par la légende PACATOR ORBIS, apparaît tout d’abord sur les monnaies de Septime Sévère172, ensuite sur celles de ses fils Caracalla173 et Géta174. Ce type de Sol, daté par Mattingly175 de 208, ne révèle cependant pas la tension brutale du visage de l’intaille qui, par l’expression d’intense brutalité de son regard, ouvre la perspective vers le héros de l’apocalypse. De toute façon il doit avoir un rapport avec lui soit dans le sens de « pacificateur du monde » des médailles, soit comme « génie du cirque ».

Autour de 205-210 après J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, n3064.

230

Intaille plate des deux côtés à tranche conique.

Nicolo à couche inférieure de calcédoine brunâtre transparente, légèrement cassé au bord en bas.

Provenance : inconnue ; intaille 2102 b.

Dimensions (de la base) : h. 11 ; l. 8,5 ; ép. 2 mm.

Caracalla lauré, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 176 Mattingly, BMC Empire V, pl. 55, 6, pl. 62, 1, p. 415.
  • 177 N1076. Cf. Charbonneaux, La Sculpture grecque et romaine au musée du Louvre, Paris, 1963, p. 171  (...)

134De même que la cornaline de la collection Valton (voir plus haut, le n217) représente Géta comme Princeps iuventutis – « Prince de la jeunesse » – et probablement comme consul, cette petite pierre jouant sur les teintes discrètes du nicolo qui éclaire le portrait grâce à la transparence de la calcédoine brunâtre, montre les traits de Caracalla enjoué tel qu’il apparaît sur un groupe de monnaies176 et sur le buste du Louvre177.

  • 178 Wiggers-Wegner, p. 23.
  • 179 Wiggers-Wegner, pl. 9 c et d, p. 79. Le buste fut désigné par Mme Felletti Maj (n264) comme un po (...)

135Wiggers178 relève la parenté de ce dernier également avec l’effigie des deux frères sur le relief de Leptis Magna. Sur le buste du Louvre, la chevelure revêt déjà l’aspect d’une surface crépue, surtout pour les courtes mèches entourant le visage que le graveur a rendues par de petits globules incisés à la bouterolle tandis que celles de l’occiput apparaissent sous la forme de traits. La barbe descendant jusqu’au cou est d’autre part répétée sur le buste du musée des Thermes179.

  • 180 Cf. H. von Heintze, « Caracalla und Géta », RM 75, 1968, p. 175.
  • 181 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 53, 5-7, p. 358 sqq.
  • 182 Charbonneaux (La Sculpture grecque et romaine au musée du Louvre, Paris, 1963, p. 170, n3551) et (...)

136Même si ce portrait se rattache davantage à ceux de Géta, il est déjà caractéristique du nouveau style initié par Caracalla dans les années autour de 204-205180 et représenterait plutôt le fils aîné de Septime Sévère qui, sur les frappes de l’année 209181, porte également une barbe descendant jusqu’à la naissance du cou. Ainsi ce portrait se situe-t-il entre les deux bustes du Louvre, celui que nous avons nommé et un second, entré après la vente de la collection Hirsh182.

  • 183 Cf. Mattingly, op. cit., pl. 53, 5.

137C’est en 209 que Géta reçut la distinction du titre d’Auguste, octroyé à Caracalla déjà depuis onze ans. Les deux frères, dont l’aîné était né en 188 et le cadet en 189, furent mis ainsi sur un rang d’égalité. C’est pour cette raison que le style des portraits des deux jeunes gens, très différents de caractère, a subi pour une courte durée un certain rapprochement. Mais c’est bien Caracalla qui est représenté sur notre intaille, le félin au sourire bénin, ses cheveux en flocons descendant vers la tempe, son cou plutôt court séparé de l’épaule par un pli taillé en profondeur, et indiqué sur les monnaies183 par une tranche de buste semblable mais encore plus ondulée.

Autour de 210 après J.-C.

231

Intaille convexe montée en bague en or.

Prase vert vif.

Provenance : Amrit. Collection de Clercq. Don comte de Boisgelin.

Dimensions de l’intaille : h. 12 ; l. 8,5.

Dimensions de la bague : h. 21 ; l. 27,5 mm (ext.) ; h. 25 ; l. 16,5 mm (int.).

Hercule jeune, les boucles descendant sur le front. Son buste, drapé de la chlamyde ornée d’une fibule ronde, est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Derrière la nuque la lettre E, devant la lettre P.

  • 184 Cf. ici, le n207 ; cf. aussi le buste de jeune homme de la même période, Henkel, Fingerringe der (...)
  • 185 Cf. une bague en or avec une monnaie de Sévère Alexandre, au British Museum, Marshall, FR, n266. (...)
  • 186 Cf. E. Brandt, AGDS I-3, n2530. C’est un Caracalla enfant correspondant au premier type de monnai (...)
  • 187 Cf. E. Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, n424. Nous la considérons comme contemporaine de la nôt (...)

138On pourrait être enclin à reconnaître dans cette gravure une image du héros. Mais étant donné que le style de la gravure184 autant que la forme de la bague185 permettent une datation à l’époque des Sévères, on peut se demander si ce n’est pas un de leurs princes qui est représenté. Notons que sur une agate de différentes couches horizontales à Munich, le buste de Caracalla assimilé à Hermès-Thot apparaît avec une semblable gravure des boucles encadrant le front186. Un autre Hermès-Thot sur une cornaline à Vienne trahit la même manière non seulement de parer la tête de flocons assez grossiers mais aussi de rendre par les mêmes lignes expressives la chlamyde fixée sur l’épaule par une fibule ronde187. Notons en outre le groupe de portraits artisanaux, amulettes de la famille impériale décrits précédemment (nos 204-205) et le jeune Apollon qui me semble représenter Géta (cf. ici le n215), qui ne laissent pas de doute quant à l’appartenance de notre bague à la même époque.

  • 188 Cf. Mattingly, ibid., pl. 50, 7 de l’année 203.

139Si l’on peut hésiter à dire lequel des princes est représenté par ce rapide et sommaire dessin, l’apparence se prête mieux à la comparaison avec les effigies de Géta à cause de l’expression d’une certaine apathie188, sans que l’on puisse être absolument affirmatif sur ce point.

Nous pouvons cependant proposer une date au début du iiie siècle, autour de 203-205 après J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, n3036.

Caracalla empereur et son successeur, Macrin

232

Intaille convexe des deux côtés.

Améthyste.

Provenance : fonds général ; attestée dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 12 ; l. 9 ; ép. 4 mm.

Caracalla lauré, portant moustache et barbe, vêtu du paludamentum, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 189 Vollenweider, Catalogue Genève II, n263.
  • 190 Wiggers (op. cit., p. 73) relève que l’identification à Caracalla n’a pas un caractère obligatoire (...)
  • 191 Cf. l’as de l’année 213, Mattingly, BMC Empire V, pl. 75, 9, p. 478 et pl. 76, 5, p. 484, n271, d (...)
  • 192 Cf. aussi l’aureus du British Museum, ibid., pl. 68, 20.

140Voici une nouvelle variante de l’effigie de Caracalla, parallèle à celle du musée de Genève189. Si la pierre oblongue semble lui prêter une tête plus allongée190, les monnaies ne manquent pas d’offrir des contours analogues191. Le même froncement du front apparaît aussi sur les bustes des dernières années de la vie de Caracalla192, où une véritable enflure dégarnit le coin intérieur de l’œil, rendu sur l’intaille par un globule. La courte barbe prolongeant le favori et s’étendant sur la partie inférieure du menton, la moustache contournant l’angle de la bouche se retrouvent sur des bustes et des monnaies de ces années-là, de même que le contour des cheveux accusant une courbe vers la tempe et couvrant juste la naissance du front. Si l’intaille reprend la couronne de laurier que Caracalla ne porte plus sur les bustes en marbre, la chevelure compacte évoque cependant davantage le travail sculptural. Simplifiée par des hachures profondément et même brutalement taillées dans la pierre, sa gravure, alimentée par les reflets et la transparence de l’améthyste, prend l’aspect de la danse d’une mer houleuse se détachant du bord obscur dans lequel percent les feuilles proéminentes de laurier. L’œil, dont la prunelle apparaît entre les paupières, ajoute à cette exaltation dramatique, de même que le sourcil contracté, les taches rythmées de la barbe, les grosses lignes descendant de la nuque, groupées sur l’épaule dans une fibule ronde.

141Le moulage ne donne qu’un aspect affadi du drame haussé jusqu’à la folie que suggère cette intaille ; seul un maître lucide a pu ainsi transcrire l’intensité et l’extase du héros apocalyptique. Son style de gravure est sans doute issu de l’atelier qui avait travaillé pour Septime Sévère et les jeunes princes. Serait-ce le même graveur qui aurait suivi le cheminement de ce successeur des Antonins, de ce « génie du peuple romain », dans son évolution vers l’aliénation ?

  • 193 Cf. Richter, EGR, n583, rendu par un moulage.

142Nous avons suggéré de rechercher un atelier de l’Est de l’Empire romain, partie de la Méditerranée d’où sont censés provenir aussi le Caracalla assimilé à un génie portant la corne d’abondance à Oxford193 et la cornaline du musée de Genève citée plus haut. Ces trois pièces appartenant à la dernière phase de la vie de Caracalla révèlent une gravure dont les touches impressionnistes engendrent une véhémence expressionniste, et pour laquelle la matière brute assume une importance égale à celle de l’œuvre de l’artiste.

143Avec Caracalla s’ouvre ainsi une nouvelle phase de la glyptique qui, abandonnant l’esthétique correspondant à l’harmonie et à un ordre éthique du monde, adopte un style qui annonce les convulsions du troisième siècle.

Entre 214 et 217 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2102 ; Wiggers-Wegner, p. 73.

233

Intaille convexe des deux côtés.

Améthyste cassée au bord et au dos.

Provenance : trésor de la Sainte-Chapelle de Paris, cité dans l’inventaire de 1336. La pierre était enchâssée dans la reliure d’argent doré du second évangéliaire de la Sainte-Chapelle, réalisé peu après 1241. Ce manuscrit fut déposé en 1791 à la Bibliothèque royale, selon le souhait de Louis XVI, puis l’intaille reversée en 1834 par le département des manuscrits au Cabinet des médailles.

Dimensions : h. 40 ; l. 29 ; ép. 12 mm.

Caracalla, tête nue, drapé du paludamentum, fixé sur l’épaule par une fibule ronde. Son buste est vu de trois quarts face, sa tête de profil. Inscription verticale devant le visage : O ΠETPOC.

144Cette intaille a souvent été déclarée fausse car son portrait diffère des effigies officielles de la monnaie de Rome et des images habituelles de l’empereur. Elle est cependant connue dès le Moyen Âge. De plus c’est à l’époque byzantine que furent ajoutées les lettres grecques remplissant le champ devant le visage, ainsi que la croix qui surgit du dos, transformant Caracalla en saint Pierre.

  • 194 Cf. sur les portraits de l’adolescent aux musées du Louvre, du Capitole et du Bardo à Tunis, Wigger (...)
  • 195 Cf. Gesichter, n160 ; Vollenweider, Deliciae Leonis, n313, pl. couleurs face à la p. 198.
  • 196 Cf. le n224 du présent catalogue (Caracalla face à Géta).
  • 197 Cf. Zwierlein-Diehl, Würzburg, n784.
  • 198 Cf. bibliographie ci-dessus.
  • 199 Mattingly, BMC Empire V-2, pl. 59, 4, 7, et 62, 7-9.

145Contrastant avec le profil habituel de « boxeur », presque cubique de Caracalla, le visage est ici plus lisse, le front plus haut, seulement marqué d’un léger renflement, le nez fin ; l’œil grand ouvert n’est pas assombri par l’arcade sourcilière. En effet, le sourcil n’est pas en bourrelet comme sur le portrait précédent mais formé d’une longue courbe douce, finement incisée de petits traits, détail que l’on retrouve sur les bustes sculptés des années de jeunesse194 mais aussi une grande intaille de sardonyx de la collection Merz195 où Caracalla, couronné de lauriers, n’est plus un jeune prince mais bien l’empereur des années 212 à 217. Certes le traitement des cheveux est différent : sur cette dernière, comme sur certaines intailles, d’une gravure soigneuse et délicate, de la jeunesse de Caracalla196 les cheveux sont gravés en petits traits fins tandis qu’ici, ce sont de grosses boucles en coquille, minutieusement détaillées et creusées en volume. Sur une pâte de verre à Würzburg197, moulée d’après une améthyste de l’ancienne collection Bessborough, le visage de Caracalla, lauré, est de même adouci, le front agrandi, le nez fin et pointu. Bien que par la recherche du détail, notre améthyste semble assez proche de la sardonyx de la collection Merz, l’esprit en est cependant différent. Le front lisse, l’œil grand ouvert mais au regard vide n’évoquent en rien la personnalité du souverain. Ces raisons ont poussé M. Wiggers à douter de l’attribution à Caracalla, tandis que Mme Zwierlein-Diehl propose d’y voir Géta198. Certaines monnaies, frappées à Rome peu avant la mort de ce dernier en 212, présentent en effet une ligne de profil assez similaire199. Cependant les boucles en coquille sont bien celles de Caracalla ; d’autre part, l’aspect lisse du visage ne semble pas tant provenir de la jeunesse du modèle que d’un effet de style. C’est un visage « hellénisé » et idéalisé qui nous est présenté ici, mais privé de vie et de substance.

  • 200 Schönert, Die Münzprägung von Perinthos, Berlin, 1965, pl. 34, B (610 sq.), surtout D (625) et F (6 (...)

146Or si l’on fait le bilan des diverses frappes de monnaies ou médaillons de bronze en Orient200, des traits tels que le petit nez pointu, l’œil agrandi, le visage calme, rajeuni, y apparaissent de façon caractéristique. Rappelons qu’à partir de 215 jusqu’à sa mort en 217, Caracalla, dont le modèle idéal était Alexandre le Grand, resta en Orient. Serait-ce là que cette luxueuse intaille aurait été gravée, commanditée par l’empereur lui-même ou par son successeur, Élagabale, élevé en Orient, désireux de se faire passer pour le propre fils de Caracalla ?

Bibliographie

Abbé Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle, Paris, 1790, p. 56 ; Chabouillet, n2101 ; Bernoulli, RI II-3, p. 57, e ; Babelon, La Gravure en pierres fines, p. 213 sq., fig. 161 ; id., Guide, p. 33 sq., n2101, pl. 9 ; Vidier, Le trésor de la Sainte-Chapelle, Inventaires et documents, Paris, 1911 ; Wentzel, « Mittelalterliche Gemmen », Zeitschrift des Deutschen Vereins für Kunstwisseschaft 8, 1941, p. 48 ; Wiggers-Wegner, p. 73, C ; Mango, « Cameos in Byzantium », Cameos in Context, éd. M. Henig et M. Vickers, 1993, p. 62, fig. 4, 8 ; Zwierlein-Diehl, Cologne, p. 74 (interprété comme Géta).

234

Intaille plate, montée en bague en feuille d’or plate à l’intérieur, bombée à l’extérieur.

Béryl verdâtre (selon de Ridder une améthyste).

Provenance : collection de Clercq, don H. de Boisgelin.

Dimensions de l’intaille : h. 16 ; l. 11 ; ép. 5 mm.

Dimensions de la bague : h. 19 ; l. 19 mm (int.) ; h. 22,5 ; l. 22 mm (ext.).

Homme barbu portant le paludamentum.

  • 201 Cf. l’intaille précédente, nº 232.
  • 202 Cf. Wiggers-Wegner, p. 131.
  • 203 Vollenweider, Catalogue Genève II, n268 ; cf. un autre portrait de Macrin sur cornaline dans la c (...)

147Malgré la gravure sommaire, qui ne fait d’ailleurs que révéler l’expressionnisme déchaîné de l’atelier ou de l’artiste qui exécuta les derniers portraits de Caracalla201, on peut identifier ce personnage saisi dans ses traits principaux comme Macrin, son meurtrier et successeur. Les gros traits hachurés de la chevelure, de la barbe rendue par des lignes parallèles, le sourcil presque horizontal, le nez pointu un peu trop long, la silhouette à peine incurvée de la nuque raide sont caractéristiques de l’Imperator Caesar Marcus Opellius Severus Macrinus Augustus, né autour de 162202, préfet du prétoire de Caracalla qu’il suivit au printemps de 214 dans la campagne contre les Parthes. Sur l’améthyste de la Sainte-Chapelle, l’artiste a transformé Caracalla en une effigie lisse, telle une poupée ; sur l’intaille précédente (n232), il a su rendre en peu de lignes le sentiment de terreur qu’il inspirait. Ici, il fait sentir l’autorité du chef militaire assumant le rôle de l’empereur. Le général est figé dans l’attitude du commandement, accusée par le bras saillant et par la raideur du buste drapé du manteau de guerre descendant devant la poitrine. Proche de la caricature populaire, cette image, de même que celle du musée de Genève203, s’insère dans une tradition d’effigies schématisées qui bientôt dominera pendant le iiie siècle, époque qui ne connut que rarement, au moins pour la glyptique, le portrait véritable.

148Puisque le règne de Macrin s’est limité à la période du 8 avril 217 au 16 mai 218, on peut situer avec précision cette gravure dans ces années-là, d’autant plus que Macrin, qui fut exécuté, subit une damnatio memoriae.

  • 204 Cf. Vollenweider, BNF I, n223 ; cf. également Henkel, Fingerringe der Rheinland, n132 (bague en (...)

149Quant à la bague, sa forme ne peut aider à dater ce portrait car elle a subsisté en diverses variantes depuis l’époque hellénistique204. Mais malgré leur gravure sommaire, les traits du personnage représenté sont explicites.

217 après J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, n3213.

235

Camée de deux couches.

Onyx blanc sur fond noir. Base blanche laissée brute.

Provenance : collection H. Seyrig. 1973.1.520.

Dimensions : h. 20 ; l. 28 ; ép. 6 mm.

Caracalla couronné et cuirassé, à cheval, galope vers la droite, tenant la lance horizontale, sa chlamyde flottant en arrière.

150C’est bien Caracalla qui est représenté ainsi, déformé, la grosse tête atteignant presque la même hauteur que le haut du corps, les ptéryges de la cuirasse étalés sur le dos du cheval comme un tutu de ballerine, le manteau flottant se déployant à l’arrière en triangle strié.

  • 205 Aux Offices à Florence, cf. Mansuelli, n140, nd’inv. 1914- 213 ; C. Saletti, Ritratti Severiani(...)
  • 206 H. von Heintze, Gymnasium, Beiheft 4, 1964, p. 152 sq. ; H. von Heintze, Propyläen Kunstgeschichte (...)
  • 207 Musée de l’Acropole, n1311 ; Wiggers-Wegner, p. 29, 33, 56, pl. 20 a/b.
  • 208 Ibid., pl. 20 c et d, p. 29, 34, 53, 62. Cette tête se rapproche le plus de celle du camée, bien qu (...)

151L’on peut se demander si l’artiste avait en vue une caricature. Il a certainement tenté d’exalter les traits de l’empereur sans aspirer à provoquer l’hilarité : le front bombé proéminent au-dessus du nez, assimilé à celui d’Alexandre le Grand, caractérise les derniers bustes de Caracalla, tels celui de Florence205, celui de Naples206, mais surtout ceux d’Athènes207 et de Guelma208, où toujours l’angle aigu séparant le front du nez crochu trahit le caractère, proche de la folie sadique, lisible aussi sur les bustes par le regard de travers. Ce sont ces portraits mêmes qui, par la tournure de la tête, feignent l’assimilation à Alexandre le Grand.

  • 209 Camée en sardonyx blanc sur fond gris, h. 20, l. 17, ép. 3 mm, Septime Sévère au centre, à sa droit (...)

152Cette image de l’empereur guerrier à cheval se présente donc comme un nouvel exemplaire d’une série destinée à la distribution de l’effigie impériale, série qui a dû avoir son origine dans des pays barbares, peut-être déjà en Grande-Bretagne, car c’est bien de la fin de la vie de Septime Sévère, alors qu’il menait là-bas la guerre de 209 à 211, que doivent dater les camées de Florence gravés dans le même style et montrant l’un Caracalla avec son père, l’autre avec ses parents réunis209.

  • 210 Cf. le même traitement pour le buste de femme nourrissant un enfant, n240 et les no 236 et 243.

153Bestial comme il le fut, il dut ressentir un plaisir particulier à ces caricatures défigurées et engager dans sa suite leur créateur ou l’atelier dont ils étaient issus. Une des tendances et particularités de ce graveur est le modelé de l’onyx, très blanc, et les formes ballonnées à surface lisse et luisante, tels qu’apparaissent ici la croupe, le poitrail, le cou du cheval210.

  • 211 Pour l’extension de ce style de gravure en Dacie, cf. notamment des camées cf. Gramatopol, pl. XXXI (...)

154Si l’aspect de la tête monumentale au contour de la mâchoire souligné, confirme une datation durant les dernières années de la vie de Caracalla les circonstances de sa création nous échappent. Mais on admettra plus facilement la date de sa dernière campagne entreprise contre les Parthes, pour laquelle il quitta Rome en 214 et prit la route à travers la Dacie211, la Thrace et l’Asie Mineure. C’est pendant ces années que ce camée a dû être gravé.

Entre 214 et 217 après J.-C.

236

Camée de trois couches.

Onyx blanc bleuâtre sur fond bombé brun foncé, légèrement cassé au bord. Base en calcédoine saphirine.

Provenance : collection H. Seyrig. 1973.1.521.

Dimensions : h. 20 ; l. 25 ; ép. 6 mm.

Sur une ligne de terre incurvée, Caracalla à la chasse sur un cheval galopant à gauche la tête tournée en arrière. Portant diadème et cuirasse, la chlamyde flottant au vent, l’empereur se penche en avant pour pourfendre de sa lance verticale un sanglier poursuivi par un chien.

  • 212 Cf. un camée du musée national de Naples, Pannuti, Catalogo II, n195, p. 230. Cf. le camée avec l (...)
  • 213 Hist. Aug. Car. 5, 9.

155Si le visage dégradé par des hachures ne permet guère une identification du personnage, le style de la gravure, proche d’un massacre barbare de la surface à graver, laisse entrevoir des rapports avec un groupe de camées qui se situent à l’époque des Sévères, et surtout avec ceux où l’on reconnaît Caracalla en guerrier ou chasseur212. Notons que Aelius Spartianus, qui nous a livré le chapitre sur Caracalla dans l’Historia Augustorum, relève dans une phrase la passion de l’empereur pour la chasse au sanglier : « excepit apros frequenter, contra leonem etiam stetit » (il assomma souvent des sangliers, il s’opposa aussi au lion)213. Il place cette phrase après avoir mentionné le passage de Caracalla de la Thrace vers l’Asie, où l’empereur manqua de se noyer.

  • 214 Cf. Dion Cassius, LXXVIII 7, 2 ; Hist. Aug., Car. 2.

156Cette trajectio eut lieu en 214, puisque Caracalla passa déjà l’hiver de 214 à 215 à Nicomédie. C’est pendant ce séjour soit en Thrace soit en Bithynie qu’il dut être représenté sur des camées le montrant à la chasse. C’est aussi pendant ces années que son culte et l’imitation d’Alexandre le Grand s’accentuèrent toujours davantage, ce qui explique le fait que l’empereur ne porte plus la couronne de laurier mais le diadème. Par ce détail il pourrait manifester son identification à Alexandre, dont il écrit au Sénat que son âme avait repris corps en lui214.

157Mais en contraste avec l’époque du Grand Roi, l’art avait pris une tournure tout à fait différente, s’adaptant toujours davantage, au goût des barbares, et d’autre part s’accordant à la frénésie d’un aliéné incapable de saisir l’entité de l’œuvre d’art et la beauté, déchaînant sa fureur dans le déchiquètement des corps, des visages, les enlaidissant par des hachures insensées et déplacées. Ainsi le crépuscule d’une grande civilisation prit un tournant fatal dont elle parvint à peine à se relever. Ce fut surtout presque la fin, ou du moins l’assombrissement de l’art du camée.

Autour de 214 après J.-C.

Julia Domna et femmes de la dynastie des Sévères

237

  • 215 Cf. les monnaies avec Caracalla et Géta se distinguant de celles avec les effigies de Septime Sévèr (...)

Collier en or composé de cinq tubes hexagonaux aux pans ornés d’un fil d’or ondulant. Ces tubes se terminent en chapiteaux avec une ouverture élargie cannelée ou sillonnée. Entre les tubes prennent place six pendeloques, quatre d’entre elles contiennent des monnaies aux somptueuses montures en or découpé offrant des ornements variés215, les deux autres renfermant des camées. Les quatre monnaies en or sont suspendues à des bélières sillonnées, soudées sur de courtes bobines de même diamètre que les tubes. Les deux camées représentent le même portrait de femme, probablement Julia Domna assimilée sur l’un à Athéna casquée, ils sont entourés de montures moins larges et le premier est suspendu directement à la bélière.

Provenance : ce collier fut trouvé, avec d’autres monuments et bijoux, en 1809 à Naix-aux-Forges, l’antique Nasium, dans le département de la Meuse, par M. Pierre Maulan, habitant de ce lieu. Il a été acquis, avec sept autres colliers le 5 mai de la même année par le Cabinet des médailles.

158Avant de procéder à la description du camée représentant le portrait et de son pendant avec le buste d’Athéna, donnons un aperçu sur les quatre monnaies d’or révélatrices de la date de l’ensemble :

  1. Septime Sévère lauré : SEVERUS AUGUSTUS PART MAX / au revers, Caracalla et Géta cuirassé en face l’un de l’autre : AETERNIT IMPERI (selon Mattingly, BMC Empire V, pl. 31, 10 et p. 1914, n184, de l’année 200-201 et selon Cohen, t. IV, p. 102, n1, de 198-201 après J.-C.) ;

  2. tête d’Hadrien : HADRIANUS AUGUSTUS / au revers, les bustes de Trajan et de Plotine accolés : DIVIS PARENTIBUS (cf. Cohen II, p. 246, n1) ;

  3. buste cuirassé de Géta : P. SEPT GETA / CAES PONT. / au revers, buste de Caracalla radié : SEVERI INVICTI AUG. PII FIL (cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 32, 18, p. 199, n 244 sq., environ 200-202) ;

  4. buste cuirassé de Caracalla lauré : ANTONINUS / AUGUSTUS / au revers, buste cuirassé de Géta : P. SEPT GETA / CAES. PONT. (cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 33, 9, avec autre légende au revers : ANTONINUS PIUS AUG PONT TR P IIII, p. 204, entre 200-202. ; cf. Cohen2 IV, p. 244, n1, entre 198-201 après J.-C.).

Camée au portrait d’impératrice.

Onyx blanc poli sur fond de nicolo, bombé et finement poli, entouré d’une monture en or, au bord découpé en ovale orné dans le vide de deux feuilles. Le camée, qui montre une petite blessure au nez, est serti dans une boîte ovale assez profonde qui est suspendue au collier par une bélière composée d’un bandeau en or à fils soudés parallèles, et séparée de son pendant par un cylindre d’une longueur de 38 mm.

Dimensions du camée : h. 26 ; l. 17 mm.

Buste drapé de Julia Domna présentant son profil droit.

159Les cheveux sont subdivisés en quatre vagues d’ondulations obliques dirigées du sommet de la tête vers le visage et s’arrêtant dans un grand chignon composé de nattes enroulées qui pend sur la nuque.

  • 216 K. Kraft, Das System der Kaiserzeitlichen Münzprägung in Kleinasien, Berlin, 1972, p. 163 et pl. 59 (...)
  • 217 Pour Berlin, cf. Furtwängler, Beschreibung, n11.111, inscrit sur le cou : IOULIA (Julia Domna ?), (...)

160Il ne fait pas de doute que dans le contexte des lourds bijoux en or ornés de monnaies montrant des bustes d’empereurs, ce camée présente l’effigie d’une impératrice. M. E. Babelon l’avait identifiée, sans donner de justification, comme Julia Domna, ce qui semble être logique puisque les effigies de son époux et de ses deux fils apparaissent sur les monnaies. Mais Julia Domna n’a porté que très rarement cette coiffure, caractéristique de Faustine II216 ; nous la découvrons toutefois sur un groupe de camées également oblongs et taillés dans l’onyx blanc qui répètent un type de portrait semblable à celui de Faustine II, à Aquilée, à Berlin, à Bucarest217.

161Du point de vue iconographique, les arguments sont faibles pour appuyer l’identification à Julia Domna. À peine pourrait-on invoquer la bouche aux lèvres épaisses comme une particularité des impératrices syriennes, tandis que le cou élargi vers le bas est à mettre au compte de la manière du graveur. Mais notons que l’iconographie de Julia Domna, surtout monétaire, est si contradictoire que la gamme de ses variantes n’a pas de limites.

162Relevons toutefois que la monnaie frappée à Pompeiopolis (cf. ci-dessous, note 216) permet quelques rapprochements pour le volume de la joue et du cou.

163Mais c’est surtout l’évidence historique du collier datant de l’époque de Septime Sévère et de Julia Domna qui suggère une telle identification, s’appliquant à rappeler l’impératrice digne d’être imitée, Faustine II, présente aussi sur le plat de Rennes où les prédécesseurs apparaissent en lignée. Ici, la lignée de Trajan et Plotine à Hadrien et Septime Sévère et de Septime Sévère à ses fils, l’aîné Auguste et Hélios, le cadet César.

  • 218 Cf. Babelon, Cabinet des Antiques, p. 25-28, pl. VII.

164Cette ressemblance, au moins pour la coiffure, avec Faustine II et Lucilla ne pouvait que manifester volontairement la descendance et la succession de la dynastie des Antonins, idée chère à Septime Sévère et évidente sur d’autres monuments218, tel le plat de Rennes. Ici la lignée remonte même jusqu’à Trajan et Plotine, qui illustrent l’adoption d’Hadrien, les monnaies quant à elles suggérant la continuation de la dynastie par la présence de Septime Sévère vainqueur des Parthes et de ses deux fils.

165Ce collier exprime donc une volonté dynastique.

Camée au buste d’Athéna.

Camée de même matière et de même format que le précédent, et à monture semblable.

  • 219 Cf. J. H. Olivier, « Julia Domna as Athéna Polias », HSCP, suppl. 1, 1940, p. 521 sqq.

166On peut appuyer l’identification du camée décrit ci-dessus par l’étude de son pendant avec le buste d’Athéna, car c’est justement Julia Domna qui a joui de cette identification219.

  • 220 Eichler-Kris, n84 ; cf. le n85 du présent catalogue, avec le même type d’Athéna que le nôtre. I (...)
  • 221 Vollenweider, Catalogue Genève II, nos 264-265.

167Notons encore que deux camées pendentifs, la paire de boucles d’oreilles du musée de Vienne220 et celles de Genève221 datant de l’époque des Sévères pourraient rendre les deux profils de la même personne. Il est donc possible que l’Athéna regardant à gauche vers Julia Domna fasse allusion à la comparaison de celle-ci à la déesse. Cette image peu flatteuse ne révèle cependant guère de rapports physionomiques avec les effigies connues, sauf la joue aplatie assez grande, la partie inférieure du visage développée, le nez proéminent et fin. Mais les créateurs de ces camées ne se manifestent que rarement connaisseurs et interprètes de caractères. La gravure grossière de la stola pendant en plis courbes sur la poitrine, la chevelure épaisse et informe cachant la nuque sur laquelle tombe la crinière, le casque trop petit au couvre-joue descendant bas devant le front, le regard mort, trahissent la recherche de l’extravagance par un barbare jouant au civilisé.

168En dépit de la signification peu précise de cette déesse, nous pouvons admettre qu’il existe un rapport entre ces deux camées de même grandeur, serti dans le même type de monture découpées en une série de doubles spirales accusant des arcades vers l’extérieur.

  • 222 Cf. ci-dessus les médaillons en verre nos 208-211.
  • 223 Cf. Mc Cann, p. 50 sqq.
  • 224 Cf. E. Albertini, L’Empire romain2, p. 251 sqq.

169Ce collier se situe donc dans le cadre des ensembles illustrant la continuation d’une dynastie222 dans laquelle l’impératrice joue un rôle et exerce une influence prépondérante telle une Athéna. Les indications fournies par les monnaies permettent de conclure que sa date se situerait autour de l’année qui marqua le retour de la famille impériale à Rome, en 202. Cette date est acceptable à cause de la monnaie qui exalte Septime Sévère Parthicus Maximus. Il se peut cependant que le camée remonte au milieu des années 190, lorsque Septime Sévère proclama en 195 son adoption dans la maison des Antonins223 et lorsque, au cours des années suivantes, une de ses idées favorites fut l’établissement d’une dynastie224.

170Ainsi ce collier aurait été un don de l’empereur à l’un de ses fidèles, officier émérite ou gouverneur.

Vers 202 après J.-C.

Bibliographie

E. Babelon, Camées, n367 ; E. Babelon dans Daremberg- Saglio, « Gemmae », p. 1485, fig. 3540 ; Chabouillet, n2558 ; F. Lienard, Archéologie de la Meuse, Verdun, 1881-1885, p. 15 et pl. XXXVIII ; Duruy, Histoire des Romains VI, p. 140-141 ; E. Fontenay, Les Bijoux anciens et modernes, p. 182 ; P. La Baume, Römisches Kunstgewerbe, Braunschweig, 1964, p. 287, fig. 271 ; P. Le Gentilhomme, « Les aurei du trésor découvert à Rennes en 1774 », RN, 1943, p. 12 ; M. Toussaint, Répertoire archéologique de la Meuse, 1946, p. 15 ; N. Duval, « Un grand médaillon monétaire du ive siècle », Revue du Louvre 23, 1973, p. 372-374, fig. 7 ; Böhme, Schmuck der römischen Frau, Stuttgart, 1974, p. 48, pl. 23 ; Vermeule, « Numismatics in Antiquity », Revue Suisse de Numismatique 54, 1975, p. 13, n17 ; Möbius, ANRW, p. 39 ; Böhme, Antike Welt, vol. IX-3, 1978, p. 13 sq., fig. 19, 21- 25 ; Bastien et Metzger, Trésor de Beaurains, Arras, 1977, p. 162, pl. B ; Megow, p. 312, F 16, pl. 48, 5 ; H. Guiraud, Gallia, supplément 48, 1988, p. 200, 202, nos 979 et 996, pl. LXIII et LXIV ; Cl. Brenot et C. Metzger, « Trouvailles de bijoux monétaires dans l’occident romain », Cahiers Ernest Babelon 4, 1992, p. 328 ; L. Pirzio Biroli Stefanelli, L’oro dei Romani, Gioeilli di eta imperiale, 1992, p. 267, n228, fig. 261 ; A. Oliver, « Roman Jewelry, a Stylistic Survey of Pieces from Excavated Contexts », Ancient Jewelry and Archaeology, ed. A. Calinescu, Bloomington, 1996, p. 137, 139, 147, n49 ; A. Yeroulanou, Diatrita, Benaki Museum, 1999, p. 79-81, 84, 147, 194, et p. 201, n1.

238

Intaille à surface bombée, légèrement cassée en haut à l’occiput mais ajustée par la monture de la bague à chaton assez haut. L’anneau consiste en une couronne de feuilles pointues (d’acanthe ?) ramassées en bas par une bandelette et bifurquant en haut vers le chaton.

Améthyste claire dont la couleur est rehaussée par une feuille d’or appliquée derrière la base.

Provenance : acquise à Beyrouth. Collection de Clercq.

Don comte de Boisgelin.

Dimensions de l’intaille : h. 15 ; l. 11 mm.

Dimensions de la bague : h. 23, l. 25 mm (ext.) ; h. 16, l. 21 mm (int.).

Buste drapé de Julia Domna à droite (sur le moulage, à gauche).

  • 225 Richter, MMA Catalogue, n498 ; id., EGR, n580 ; Vollenweider, Genava, p. 273, fig. 10 ; Furtwän (...)
  • 226 Poulsen, Portraits romains II, n131.

171L’iconographie de Julia Domna offre de telles variétés que l’on peine à repérer l’expression et les traits de son véritable visage. C’est peut-être le béryl du Metropolitan Museum qui livre l’étude la plus délicate du caractère225, voire même un peu trop maniérée, de la main d’un artiste déjà fatigué et désabusé qui avait travaillé autrefois pour les Antonins. Mais dans ses lignes principales son profil correspond à celui du buste de Copenhague226 qui montre la jeune femme plus juvénile. Plus sommaire et plus grossier dans le dessin du profil, notamment du nez, des lèvres, des sourcils, le nôtre révèle plutôt un état d’âme soucieux et dépressif qu’une vision du caractère. Toutefois la coiffure s’insère totalement parmi les effigies monétaires, dont surtout celles qui datent d’environ 200 connaissent la même coiffure subdivisée en six rouleaux parallèles, un chignon étalé sur tout l’occiput et formé de tresses entrecroisées.

  • 227 Cf. BMC Empire V, pl. 27, 10 et p. 159, 21.
  • 228 Ibid., p. cxxxv sq.
  • 229 Cf. RE VI, p. 566 : cf. G. W. Bowersock, The Sophists in the Roman Empire, 1969 ; J. Babelon, Impér (...)

172Sur un denier du British Museum dont le revers présente l’image de Fecunditas couchée sous un arbre227, la longueur des rouleaux horizontaux raccourcis est à peu près la même, l’expression du visage au nez plongeant semblable. Mattingly228 date cette monnaie des années environ 207 à 209 quand, après la chute de Plautianus en 205, Julia Domna était à nouveau entrée en faveur auprès de Septime Sévère, son influence ayant grandi aussi par le « salon » de philosophes qu’elle avait entretenu en exil à Athènes229. C’est surtout sur la photographie de l’original que se distingue l’étude de son caractère.

  • 230 Collection Luynes, n523.
  • 231 Cf. une bague de cette époque avec un portrait de femme taillé en relief en onyx blanc de la collec (...)

173Quant à la bague, à haute collerette entourant l’intaille et anneau subdivisé en feuilles séparées par des lignes incisées, elle se situe parmi celles qui apparaissent à l’époque des Antonins, dont un exemplaire serti d’une monnaie de Lucius Verus se trouve au Cabinet des médailles230. Celui-ci cependant révèle plus de finesse231. Assez étroit cet anneau aurait orné une main de femme.

Autour de 207-210 environ.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, n3190.

239

Intaille plate des deux côtés, à bords coniques.

Cornaline opaque, avec éclats aux bords.

Provenance : collection Froehner, n2711.

Dimensions : h. 16 ; l. 11,5 mm (mesurée à la base).

Femme drapée de la stola, aux épaules recouvertes de la palla, vue de profil à gauche (sur le moulage, à droite), le buste de trois quarts. Sa tête est entourée d’une légende : EYTYX interrompue par un éclat de la pierre, se poursuivant en haut, du sommet de l’occiput vers le bas :

Image 3.png

  • 232 Cf. Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 27, 3 et Antique Intaglios, n139, p. 79.
  • 233 Richter, EGR, n583.
  • 234 Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 26, 3 ; Walters, n3242.
  • 235 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 67, 10, où cependant un minuscule chignon est ajouté en bas de la (...)

174Cette gravure est du rang de celle de l’artisan ou de l’atelier qui a fabriqué le grand nombre d’effigies des Sévères destinées à une distribution en série, tels nos portraits de famille ou de Septime Sévère et de Caracalla tout seuls (ici nos 204-210). Le dessin anguleux du drapé rappelle d’autre part soit le portrait de famille du musée de l’Ermitage232 soit le Caracalla à Oxford233. La coiffure couvrant la tête comme une perruque entourant d’un bourrelet de cheveux le visage et descendant bas dans la nuque, le tout divisé en rouleaux horizontaux se retrouve d’autre part sur une pâte de verre au British Museum234 avec un visage empreint de plus de finesse et créé sans doute par un autre artiste. Mais, compte tenu du style de cet atelier caractérisant les pièces citées ci-dessus, on peut envisager de lui attribuer même cette joue et ce cou enflés et de reconnaître Julia Domna dans la femme représentée, puisque cet atelier devait travailler pour l’empereur. Cette coiffure se retrouvant par ailleurs sur les monnaies des années 211 à 217235, notre portrait date vraisemblablement de la fin de la vie de Septime Sévère ou du règne de Caracalla.

Autour de 210-215 après J.-C.

240

Camée en onyx blanc d’un poli accusé, le fond en sardoine brunâtre, plus foncée dans le bas, tandis que plus haut elle tire sur un gris brun mat.

Provenance : acquis de M. Hambar, rue Laffitte à Paris, le 22 mai 1901 ; registre d’entrée M 4512 ; camée 177 a.

Dimensions : h. 21,5 ; l. 17 ; ép. 4 mm.

Jeune femme nourrissant un enfant porté dans un drap dont elle tient le pan de sa main droite levée, vue à mi-corps. Son bras gauche est orné d’un bandeau noué, dont le bout épaissi retombe en un pompon en forme de gland.

175Cette gravure d’une certaine prétention, mais sans finesse, s’insère parmi d’autres œuvres glyptiques de l’époque des Sévères par le goût de l’informe, le corps en onyx blanc ballonné mais finement poli. Cette attribution stylistique est confirmée par la coiffure divisée en bandes verticales qui s’élargissent vers le bas. Si un nœud ressemblant à une minuscule couronne est indiqué au sommet de la tête et un autre dans la nuque, ils n’existent que comme des particules qui s’ajoutent aux fines nervures chaotiques qui déchiquettent ce bonnet de cheveux. Le profil de la femme se caractérise par un nez busqué à pointe plongeante et par une bouche à commissure retombante qui prêtent au visage une expression d’amertume et de déception. L’on peut relever l’allusion certaine à une naissance, symbolisée par la présence du nourrisson.

  • 236 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 48, 7 et p. 232, n804 sqq., dupondius ou as avec l’effigie de Pl (...)
  • 237 Mattingly, ibid., p. cl.
  • 238 Cf. G. Bermond Montanari, EAA VI, p. 243 ; RE VII 1, col. 285 sqq., Fulvius 117 [E. Stein].

176La convergence de ces détails, et surtout le dernier, parle en faveur de Plautille, puisque, sous la dynastie des décennies des Sévères, elle seule accoucha d’un enfant, fait dont les monnaies tinrent compte236. Cette naissance dut avoir lieu vers 204. Les sacrifices offerts par Septime Sévère et Caracalla aux Ilithyiae, déesses de la naissance, le second jour des jeux séculaires de 204, furent peut-être en rapport avec cet événement qui toucha non seulement la famille impériale mais également la totalité de l’Empire237. Les événements, hélas ! devaient se gâter rapidement. L’année 205 vit la chute du préfet du prétoire Plautianus, père de Plautille238. Celle-ci fut bannie sur les îles Lipari et en 211, Septime Sévère étant décédé, Caracalla saisit l’occasion de l’éliminer totalement, de même que les effigies de celle qui avait été Augusta pendant à peine trois ans.

177Notre camée pourrait être un des rares témoignages de cette impératrice juvénile qui, pour une courte durée, sut promettre par une naissance heureuse le bonheur au monde.

Début du iiie siècle, peut-être autour de 204-205 après J.-C.

241

Intaille convexe à base plate.

Cornaline blonde avec éclat au dos en haut.

Provenance : acquise de M. Charvet, place Louvois à Paris, le 19 janvier 1860 ; registre E 981 ; intaille 2121 ter.

Dimensions : h. 16 ; l. 10,5 ; ép. 3 mm.

Buste drapé de femme aux cheveux divisés en quatre rouleaux parallèles, dont l’un longe le front et le visage à angle ouvert et accuse une courbe vers la nuque où il se termine dans un chignon aplati. Légende devant la tête, du haut vers le bas et remontant derrière l’occiput : MAPIAMMH.

  • 239 Das Frauenporträt der Severerzeit, pl. 7.
  • 240 Mattingly, BMC Empire V, pl. 37, 17 ; cf. Wiggers, Caracalla bis Balbinus, pl. 28 e-f.

178Non seulement la coiffure mais aussi la technique de la gravure permettent aisément de situer cette effigie à l’époque des Sévères, surtout de Caracalla. Les rouleaux parallèles de cheveux, dont l’un cerne le visage de biais tandis que les autres descendent du sommet de la tête vers la nuque, apparaissent comme caractéristiques de Plautille, sa femme, en 202, comme le relève J. Meischner239, surtout avec le chignon oblique porté bas sur la nuque240.

  • 241 Cornaline de Florence non publiée ; Ermitage : Neverov, Antique Intaglios, n140 ; Oxford : Richte (...)

179La même technique de gravure expressionniste est utilisée sur une série d’intailles montrant l’effigie de Caracalla lui-même, comme l’œil rendu en creux par un trait vertical et reculé au fond de la cavité orbitaire ou le drapé par d’épaisses lignes véhémentes et incohérentes. Citons la cornaline à Florence, la prase à l’Ermitage, le cristal de roche à Oxford, l’agate avec Sol à Genève et celle au Cabinet des médailles241.

180C’est dans ce cadre que se situe cette intaille, peut-être comme une effigie de Plautille elle-même ou d’une autre femme de son époque avec laquelle cette inscription peut être mise en rapport.

Début du iiie siècle, vraisemblablement dans les années autour de 202 à 205 après J.-C.

242

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés de biais.

Cornaline blonde translucide, cassée au bord.

Provenance : dépôt du Louvre, n1691 (ancien nC 8540).

Dimensions : h. 19 ; l. 15 ; ép. 2,5 mm.

Portrait d’une jeune femme, drapée d’un manteau entourant son cou mince et droit, serré par l’ourlet du chiton qui descend devant la poitrine.

  • 242 Cf. le portrait de Julia Mamaea, Meischner, fig. 79-80, n100. Le buste à Florence cf. Mansuelli, (...)
  • 243 Cf. G. Mazzini III, pl. LV 12, 15-16 ; Mattingly, BMC Empire V, pl. 92, 11-14.
  • 244 Cf. Mattingly, ibid., pl. 94, 11 et 15 ; p. 597 sqq., nos 379 et 387.

181C’est avec celle que porta Plautille que l’on peut le mieux comparer cette coiffure bordant le visage en un rouleau qui descend en biais du sommet du front en ligne droite vers la nuque, où un chignon allongé et aplati couvre l’occiput tandis que quatre rouleaux descendent verticalement du sommet de la tête. Mais les traits du visage permettent-ils une telle identification ? Le profil évoquerait plus facilement une comparaison avec des effigies de Julia Mamaea. De toute façon, la bouche molle aux lèvres épaisses est une particularité de la famille des impératrices syriennes, ainsi de la mère et de la tante d’Élagabale242. D’autre part, Julia Paula porta une semblable coiffure qui laissait toutefois l’oreille à découvert et avec une frange sur le front243. L’œil aux lourdes paupières et à la pupille grossièrement indiquée se situerait mieux dans cette ambiance. Ainsi pourrait-on imaginer l’effigie de Julia Soaemias avec une coiffure qui n’est pas reproduite sur les monnaies ; cependant celles-ci, et surtout les monnaies de bronze avec au revers l’image de Vénus244 montrent des traits semblables et l’on y remarque d’ailleurs le même cou mince enveloppé de la palla qui recouvre la stola, et une bouche très ressemblante.

  • 245 Cf. Mattingly, ibid., pl. 96, 1-3 ; pl. 92, 11 ; cf. Wegner in Wiggers-Wegner, pl. 42 b.

182Même si cette identification ne nous donne pas entière satisfaction – notons par exemple les mèches se détachant du rouleau de cheveux qui encadrent le front, observables sur des effigies de Julia Paula245 – l’on peut toutefois admettre qu’il s’agit d’un membre de la famille impériale ou d’une princesse contemporaine des impératrices syriennes.

Premier tiers du iiie siècle, probablement entre 210 et 220 après J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Les Bijoux antiques, n1691.

Élagabale, Sévère Alexandre et femmes de leur entourage

243

Camée en onyx blanc gris, à surface et base plates ; bords tranchés en biseau, avec petits éclats. La base est laissée brute.

Provenance : acquis en 1841 ; registre C 428.

Dimensions : h. 19 ; l. 22 mm.

Élagabale nu, à droite, brandissant un fouet, debout sur un char tiré par deux femmes nues attachées à des ceintures et ornées de queues de vache. En haut, inscription en relief EIΠZENI ; en bas NEIKAC (« Qu’Épixène soit vainqueur ! »).

  • 246 Aelli Lampridii, Antoninus Heliogabalus (Hist. Aug.) 29 : « Iunxit et quaternas mulieres pulcherrim (...)

183Cette interprétation a déjà été donnée par A. de Longpérier, cité par M. E. Babelon. En effet, Lampride, dans la Vie d’Élagabale, cite parmi les turpitudes de cet empereur ses attelages de deux à quatre femmes qui le traînaient tout nu246.

184Qu’il soit vraiment représenté ici, c’est ce qui ressort non seulement de la désignation péjorative d’Épixène – étranger ou intrus –, mais également du style de la gravure et de la coiffure des femmes aux cheveux accolés à la tête, à l’exception d’un rouleau contournant l’oreille puis relevé sur la nuque sur celle qui se trouve à l’arrière-plan, tandis que chez la femme du premier plan le rouleau ou la tresse aplatie remonte jusque vers le sommet de l’occiput.

  • 247 Furtwängler, Beschreibung, n11178.

185Quant au style de la gravure, qui rappelle la taille barbare de l’ivoire ou de l’os, il dérive de celui des camées oblongs mais révèle une gravure plus aplatie. Pour le traitement du motif et la matière, ce camée peut être rapproché d’un autre conservé à Berlin sur lequel apparaît une scène de cirque et que l’on peut dater sinon des mêmes années, du moins du même siècle247.

Entre 218 et 222 après J.-C.

Bibliographie

A. de Longpérier, Œuvres, publiées par G. Schlumberger, 1883-1886, t. II, p. 136 sqq. ; Chabouillet, n253 ; Duruy, Histoire des Romains VI, p. 274 ; Babelon, Camées, n304.

244

Camée de deux couches.

Onyx gris blanc sur fond gris brun. Base laissée brute.

Provenance : acquis le 27 avril 1897 chez MM. Dosseur, 5 rue de Lille, Paris ; registre M 1690, camée 325 bis.

Dimensions : h. 15 ; l. 10 mm.

Une des femmes d’Élagabale vue de profil à gauche, le buste drapé de trois quarts face. Elle porte les cheveux ramassés dans un chignon relevé sur la nuque.

186Ce buste respire trop la structure formelle empreinte d’un canon schématisé pour permettre, à première vue, la vision d’un caractère et ainsi une identification. En taillant ce camée, l’artiste a, tout d’abord, dû créer deux volumes qui se contrebalancent : celui de la tête pénétrant, en avant, dans l’espace où le nez continue la ligne oblique du front, masse polie du même galbe que la joue et le menton dont le contour descend à angle ouvert vers le cou épais solidement assis sur la poitrine ; puis celui du sein occupant le centre du buste et celui de l’épaule voluptueuse qui reflète le même sens du corps conçu à la fois comme volume abstrait et chair sensuelle. L’épaule droite drapée est couverte de sillons indiquant le drapé, dont la courbe est encore plus prononcée que celle de la chevelure contournant l’oreille, puis formant un demi-cercle sur la nuque et se poursuivant en un mince chignon aplati, qui aspire à s’étendre vers le sommet de l’occiput.

  • 248 Cf. M. von Oppenheim, Der Tell Halaf, 1931, pl. 45 ; H. T. Bossert, Altsyrien, Tübingen, 1951, fig. (...)

187L’œil grand ouvert, assez avancé sous le sourcil débutant au milieu du front et descendant vers la tempe, révèle le vide inhérent à certaines figures de l’Orient dont le regard est dirigé vers l’infini248.

  • 249 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 43 c et e. Ce seraient Julia Aquilia Severa et Annia Faustina.

188Quant à la coiffure, elle peut également nous orienter vers l’époque d’Élagabale puisqu’elle fut portée par deux de ses femmes249. Mais, de Julia Cornelia Paula et d’Aquilia Severa, c’est surtout la seconde qui est caractérisée par un nez pointu.

  • 250 Cf. le camée précédent.

189Même si nous ne parvenons pas à une certitude quant à l’iconographie de ces épouses éphémères, ce camée peut figurer comme un témoin de leur époque, ce que confirme d’ailleurs la tête de la femme à l’arrière-plan qui tire le char d’Élagabale250.

  • 251 Cf. n215, intaille 1615 bis.

190Relevons là encore la continuation de la même tendance stylistique initiée par les Sévères, révélée surtout par l’intaille sur laquelle vraisemblablement Géta se présente en Apollon251, et évidente aussi dans la sculpture, caractérisée par la mollesse du corps à la surface luisante, matière inerte dépourvue d’âme mais s’imposant comme présence animalesque.

Autour de 220 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, n325 bis ; Megow, p. 313, F 23, pl. 50, 10.

245

Boucle d’oreille formée de deux camées superposés. Les deux camées sont sertis dans de petites boîtes en or ; celle du haut est rectangulaire, à angles arrondis ; celle du bas, ovale, pointue vers le haut, en bas arrondie vers les angles. Une monture en feuille d’or, ornée de fins bourrelets parallèles et obliques, entoure les deux camées. Celui du haut, en onyx blanc à reflets bleutés, représente une tête de Méduse vue de trois quarts de face, légèrement tournée à droite. Le second, en onyx blanc bleuté sur fond gris, présente un portrait féminin ; il est orné d’une bélière destinée à être suspendue à un crochet cassé sous la tête de Méduse.

Provenance : acquis de M. Hambar, rue Laffitte, le 20 mars 1901 ; registre d’entrée M 4419 ; camée 167 a.

Dimensions : h. 11,5 ; l. 10 mm (Méduse).

Dimensions : h. 10 ; l. 8 mm (portrait de femme).

Buste de femme vêtue d’une tunique, vu de trois quarts face, la tête de profil à gauche.

191Cette esquisse de portrait, dont le buste accuse presque la même rondeur de l’épaule que sur le camée précédent mais est taillé en une ligne droite légèrement tracée de biais tandis que la tranche du bras est encore plus oblique, s’insère parmi les effigies de femmes des années du règne d’Élagabale. Les cheveux séparés par une raie au sommet de la tête, plaqués et lissés en arrière, indiqués ici par de fugitives lignes incisées et relevés dans la nuque, traduisent l’appartenance à cette époque. La gravure sommaire du front, du nez busqué, du sourcil, contient une légère allusion à la physionomie d’Aquilia Severa. La gravure grossière des sillons non polis de l’ourlet de la tunique en pointe sur la poitrine, l’incision horizontale de l’œil nous incitent à reconnaître un travail hâtif, mais aussi la dégradation et la déformation futuriste volontaire du visage humain.

  • 252 Cf. la paire de boucles d’oreilles de Genève, Catalogue II, nos 264-265 ; une boucle avec le portra (...)

192On peut se demander pourquoi ces camées et ces portraits de femmes probablement de l’entourage d’Élagabale lui-même étaient souvent montés en boucles d’oreilles252. L’exécution négligée du dos pourrait être expliquée par leur utilisation comme bijoux.

193Quant à la coiffure en forme de casque accusant presque un angle droit au-dessus de l’oreille, un angle aigu au milieu du cou à la hauteur du menton et se terminant en un rouleau relevé sur la nuque, c’est une variante de plus de la pièce précédente, plus schématisée et plus rapide, pour laquelle les lignes parallèles restent caractéristiques.

  • 253 Cf. R. Steiger, « Kameo mit Brustbild des Caracalla », Römerhaus und museum Augst Jahresbericht, 19 (...)
  • 254 Cf. Felletti Maj, Iconografia, pl. VIII 25, n42, p. 102 ; Eichler- Kris, n77, pl. 16, avec une (...)

194Une variante se présente aussi pour le drapé, comparable au chiton sur le camée de Cologne, dont le portrait de femme au nez mutilé ressemble à celui de notre boucle d’oreille. L’appartenance de ce camée à l’époque de Caracalla, ou au plus tard à celle d’Élagabale, s’affirme aussi par la chevelure de l’homme, rendue par des lignes croisées visibles sur le camée orné du portrait de Caracalla trouvé à Augst253 et sur celui du musée de Vienne représentant Julia Soaemias face à son fils Élagabale254.

195C’est à cette phase même de l’iconographie des Sévères que notre camée appartient, probablement aux années du règne d’Élagabale.

Autour de 215 à 220 après J.-C.

246

Intaille légèrement bombée, à base plate et bords taillés de biais.

Prase.

Provenance : ancien fonds (probablement l’intaille décrite dans l’inventaire du début du xviiie siècle, 12e tablette, n148, « Teste de Julia Domna, prime d’émeraude »).

Dimensions : h. 19 ; l. 14 ; ép. 3 mm.

Julia Soaemias de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 255 Pour l’iconographie de Plautille, cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 48, 7, pl. 38, 8-9, 11.
  • 256 Cf. Meischner, coiffure n10, p. 195.
  • 257 Cf. Mattingly, op. cit., pl. 94, 10.

196Ce portrait a été identifié par Chabouillet et Miss Richter comme étant l’effigie de Plautille, l’épouse de Caracalla. Non seulement la coiffure mais certaines particularités du profil, tel le nez pointu, fournissent des appuis à cette identification255. Toutefois cette facture de poupée sans expression se prête aussi bien à la représentation de Julia Soaemias, qui fut non pas l’épouse mais la cousine de Caracalla, la nièce de Julia Domna et la mère d’Élagabale. De la même génération que Plautille, elle portait la même coiffure encore quinze ans plus tard, soit autour de 218-220 lorsque son fils fut nommé empereur256. Plus que les monnaies d’or ou d’argent, ce sont les sesterces qui offrent la comparaison la plus convaincante, notamment ceux qui portent au revers l’image de Cybèle sur un trône avec la légende MATER DEUM257 : un profil assez fin bien que figé, le nez légèrement aquilin, et surtout une coiffure encadrant de la même façon le front, couvrant l’oreille et la moitié de la tempe, pendant un peu de biais sur la joue et accusant en rouleau une courbe vers la nuque qui rejoint l’ourlet du manteau. Ce grand bonnet de cheveux est subdivisé en trois ondes obliques au-dessus d’un nid de tresses enroulées sur l’occiput. Sur l’intaille, ces tresses aplaties sont accompagnées de côté par un autre rouleau qui double celui de la bordure. Les volumes accusés par ces divers rouleaux et bandes de cheveux donnent l’impression d’une matière un peu pâteuse, de même que les surfaces du drapé dont l’étoffe couvrant l’épaule est enroulée et rentrée sous celle dont les plis tournent en demi-cercle sur la poitrine.

  • 258 Cf. Mattingly, op. cit., pl. 94, 11 et 15.

197L’effigie du sesterce cité ci-dessus et celle de l’intaille remontent sans doute à des portraits de la jeune femme qui diffèrent d’un autre type, plus fréquent sur les monnaies et trahissant un visage plus vulgaire258. Mais à part les lèvres proéminentes et charnues, le trait qui caractérise cette autre série monétaire est la paupière spécialement lourde, évidente sur l’intaille, surtout sur le moulage.

198Nous pourrions donc envisager une identification de cette effigie glyptique avec Julia Soaemias. C’est ainsi qu’elle dut se présenter aux Romains lorsque, après avoir achevé Macrin, sa mère Julia Maesa, sa sœur Julia Mamaea et elle rentrèrent en 219 à Rome, où son fils avait été destiné à prendre la succession de Caracalla, lui-même assassiné sur l’ordre de Macrin.

  • 259 Meischner, p. 94 sqq., n74, fig. 63 ; H. Brising, Antik Konst : Nationalmuseum Stockholm, p. 129, (...)

199L’iconographie de Julia Soaemias n’est que très peu connue en dehors de l’art monétaire. Une statue à Stockholm d’une Vénus Anadyomène avec une coiffure de ces années-là a été attribuée par J. Meischner259 à Julia Soaemias. On y retrouve les paupières lourdes couvrant la partie supérieure des anneaux qui indiquent le contour de l’iris, une coiffure très proche de la nôtre. C’est de ces années mêmes que daterait notre intaille.

Autour de 219-220 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2104 ; Richter, EGR, n584 ; Zwierlein-Diehl, Würzburg, n781 (Julia Domna, 196-217).

247

Camée de deux couches.

Onyx blanc grisâtre sur fond bleu grisâtre.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 38 ; l. max. 28 ; ép. 15 mm.

Buste d’une femme encore jeune, aux traits enflés, le galbe de l’épaule droite découvert. La stola ondule sur la poitrine tandis que l’ourlet brodé de la palla ornée de lignes en zigzag descend en biais vers le bord du camée.

200Ce que nous avons précisé à propos du camée précédent est encore plus visible sur celui-ci, qui revêt une importance toute particulière déjà par son seul format, ensuite par sa tendance à prêter à la matière une expression à la fois bestiale et inerte. Aussi inertes sont les ondes obliques de la chevelure, assimilées à des tubes parallèles remplis de lignes serrées. Évoquons encore la façon de cerner le visage par une ligne incisée mécaniquement, de contourner l’oreille, de séparer les deux mèches retombant en crochets devant l’oreille, ou celles qui se détachent de l’ample volute de cheveux divisée en pétales enveloppant la nuque.

201La même dureté se révèle dans le dessin de l’œil dont le globe apparaît comme un volume aplati, mince et ovale, légèrement creusé au centre, et dont le sourcil n’est séparé de la paupière que par un profond fossé. Son expression, de même que celle de la bouche, évoque un poisson de même que les surfaces amphibies de la bouche et du corps dénudé.

  • 260 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 42 e et f.
  • 261 Ibid., pl. 42 a.
  • 262 Ibid., pl. 42 f.
  • 263 Ibid., pl. 42 d.
  • 264 Ibid., pl. 42 f, où l’on remarque la même mollesse de la bouche, caractéristique plutôt de la famil (...)

202L’identification de ce portrait est d’autant plus difficile que le graveur s’est surtout laissé guider par des modes typiques de l’art des Sévères. Parmi les personnages de la cour qui nous sont connues – car il va de soi que ces camées, qui débutent avec l’effigie de Faustine II, sont issus d’un atelier impérial –, celle qui prête le mieux à comparaison est Julia Cornelia Paula ; c’est d’ailleurs le nom de princesse que E. Babelon avait proposé. Cette première femme d’Élagabale a porté diverses coiffures, entres autres celle qui est visible sur notre camée et qui s’orne d’un chignon en forme d’escargot aplati sur la nuque260. Le nez s’adapte à toutes les variantes, tantôt court261, quelquefois légèrement retroussé262, tantôt long263 mais toujours à pointe accusée. La bouche est à peu près la même264. Julia Paula semble aussi être la seule à avoir porté une mèche détachée de l’ensemble et retombant devant l’oreille.

  • 265 Un camée, probablement de la même personne mais au profil vu de l’autre côté, est monté dans la cou (...)

203Si les arguments en faveur de cette identification sont minces, elle reste envisageable d’autant plus qu’une datation dans les années du règne d’Élagabale peut être admise265.

Autour de 220 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées n306 ; Chabouillet, n602 ; Megow, F 17, p. 312, pl. 48, 6 ; Möbius, ANRW, p. 50 (Julia Cornelia) ; Mikocki, p. 80, p. 220, n476, pl. XXXIV (Iulia Paula en Vénus).

248

Camée en agate à plusieurs couches.

Onyx blanc pour la couche supérieure surélevée, sur une fine couche de calcédoine bleutée, visible seulement sur le profil du portrait qui se détache en blanc sur un fond brun presque noir. Le dos du camée, laissé brut, est taillé dans une couche blanc gris légèrement verdâtre, tachetée, avec une partie de la couche brune découverte. Bague en métal doré moderne.

Provenance : collection Seyrig. H. S. 1973.1.473.

Dimensions du camée : h. 18,5 ; l. 12 mm.

Portrait de femme drapée vue de profil à gauche. Un rouleau de cheveux descend derrière l’oreille en accusant une courbe sur la nuque et remonte vers le sommet de l’occiput.

204Avant que nous tentions d’identifier ce portrait, notons qu’il est également issu d’un atelier ancré dans des « manières » de gravure et dans une stylisation, plutôt que dans l’interprétation psychologique et l’intérêt physionomique du visage humain. L’on peut toutefois constater que ce portrait est l’un des meilleurs de ce groupe. La tête au fin profil est allongée, le front légèrement bombé et fuyant, séparé du nez presque droit par un angle très ouvert. L’œil, au globe bombé, à la paupière supérieure s’identifiant avec le sourcil indiqué par un trait incisé d’abord droit puis obliquant vers la tempe, la bouche entrouverte aux lèvres proéminentes semblent exprimer la frayeur et le dégoût, tandis que le haut poli des surfaces blanches modelées du front, de la joue, du cou, du menton arrondi, atténue l’expression acerbe du visage. Le long cou s’élargissant vers le bas est cerné par des sillons incisés qui marquent l’arrêt des plis du drapé ; celui-ci est sommairement rendu par des incisions verticales sous le menton, groupées en courbes sur le dos et simulant de côté l’étoffe repliée vers la poitrine avec davantage de précision mais déjà selon la tendance abstraite connue par le pendentif du collier de Naix.

  • 266 Cf. Meischner, pl. en face de p. 149, n8.
  • 267 Cf. le camée d’Augst, R. Steiger, « Kameo mit Brustbild des Caracalla », Römerhaus und Museum Augst (...)

205Les cheveux lisses, peignés en arrière du front vers l’occiput, contournent l’oreille en un rouleau qui forme un anneau sur le cou, pour remonter vers le haut de l’occiput en un chignon ou une tresse aplatie quadrillée. Cette coiffure pourrait peut-être nous permettre de déceler le nom de celle qui est représentée ici. Bien que notre espoir de parvenir à une identification définitive soit faible, relevons que des variantes de cette coiffure furent portées par Plautille, Cornelia Paula, Aquilia Severa et encore par Julia Mamaea266. Mais nous pouvons presque exclure Plautille à cause de l’expression différente du visage : ou alors serait-ce une Plautille en exil, bannie depuis 205 et victime de la fureur de Caracalla après la mort de Septime Sévère survenue en 211 ? Rappelons qu’autour des années 210 et suivantes, on peut observer la technique et la manière des surfaces quadrillées dans l’iconographie provinciale de Caracalla267, visibles sur la bande de cheveux couvrant l’occiput de notre portrait de femme. Nous ne pouvons poursuivre le développement de son iconographie après son bannissement ; bien que supprimée dans la grande plastique et l’art monétaire, elle aurait néanmoins pu se poursuivre dans la glyptique destinée notamment à soutenir une secrète influence. Mais des preuves solides à cet égard font défaut.

  • 268 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 42 b et f.
  • 269 Cf. ibid., surtout pl. 43 d.
  • 270 Ibid., pl. 43 e.

206Plus plausibles sont nos essais d’identification des diverses femmes d’Élagabale. Si Cornelia Paula s’orne quelquefois d’une petite mèche pointant en avant devant l’oreille268 et caressant le front, la tête allongée, le nez mince et long, le globe oculaire saillant, marqué d’un point parlent plutôt en faveur d’une comparaison avec Aquilia Severa269 ou Annia Faustina270.

207Même si les multiples variantes de ces portraits ne nous permettent pas de nous fixer sur un seul type, puisque aussi bien les caractères que les effigies sont flottants, on peut situer ce portrait dans la décennie des dernières années de Caracalla et des folies d’Élagabale.

Environ 210-220 après J.-C., avec la plus grande probabilité vers 220.

249

Camée en agate à deux couches.

Onyx blanc par endroits bleuâtre et verdâtre. Fond au bord gris, tirant sur le bleu foncé vers l’intérieur. Le dos est laissé brut, les bords arrondis. Visage mutilé au nez et à la bouche.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 16,5 ; l. 13 ; ép. 5,5 mm.

Buste de femme drapé, vu de trois quarts de face, la tête de profil à gauche.

  • 271 Deux camées au Musée national à Naples (Pannuti, Catalogo, nos 211 et 212, p. 249-250), les deux au (...)

208Malgré certaines différences ce camée, dont deux autres copies nous sont parvenues271, se rattache à la série précédente, surtout au camée Babelon 325 bis (cf. ici, le n244). Si par sa surface légèrement arquée et la vue d’en haut déformée ce dernier exprime une nuance languissante et passionnelle, celui-ci annonce une rigueur et une sévérité nouvelles, d’abord par la position droite du buste dont les plis du drapé, tracés de la même façon et relevés en bourrelets, accusent, au lieu d’une courbe, des trapèzes parallèles. Sont aussi différents certains détails de la coiffure. L’angle obtus de l’aile du nez, l’angle droit sur l’oreille, trahissent une plus grande précision graphique, confirmée par le jeu de lignes parallèles qui répètent la direction de celles qui cernent le visage. Plus haute est aussi la tresse ornée de croix qui remonte de la nuque vers le haut de l’occiput.

  • 272 Cf. le camée au Museo Capitolino, Righetti, Collezioni communali, pl. VIII 2, p. 47 sq., n123, où (...)

209En dépit de ces différences et du raidissement qui s’affirme vers l’époque des tétrarques272, la technique de la gravure est restée la même. Notons le contour de la silhouette surélevée au-dessus du fond, le dos du camée laissé brut, la netteté de l’élément graphique, le traitement du sourcil et de la paupière, le globe oculaire ressortant sans avoir été poli, ce qui provoque un regard fixe et anxieux.

  • 273 Cf. Wiggers-Wegner, p. 173 sqq.

210La datation sera donc la même, mais probablement pas les personnes. Le choix tombe immédiatement sur les femmes d’Élagabale, car nous notons une certaine parenté avec des portraits monétaires de Julia Aquilia Severa. C’est surtout la boucle d’oreille du musée de Genève, dont le camée représente sans doute la même personne, qui vient à l’appui de cette identification que ne confirme aucune sculpture273.

  • 274 Cf. note 271.
  • 275 Cf. le camée avec l’effigie trouvé à Augst (voir ici n245, note 253) et celui du British Museum ( (...)
  • 276 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 45.

211Mais le groupe de camées cités ci-dessus274, les deux exemplaires à Naples, celui de Genève et le nôtre, ne peut représenter qu’une dame en vue du monde officiel du premier tiers du iiie siècle et, ainsi que nous pouvons l’admettre, de l’époque d’Élagabale. Ajoutons à ce groupe le camée précédent, de la collection Henri Seyrig, qui permet un rapprochement avec les effigies de l’ancienne vestale Aquilia Severa. Toutes ces œuvres glyptiques s’insèrent dans l’exercice d’un style tendant d’abord vers un art brut puis vers l’abstrait et le graphisme initiés par les dernières effigies de Caracalla275, devenu subtil sous Élagabale, et qui atteignit son point culminant dans l’effigie classicisante et figée de Sévère Alexandre276. Cette évolution marquera l’art du iiie siècle et anticipera en des phases successives le style des tétrarques.

Autour de 220 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, n305 ; Chabouillet, n254 ; Megow, p. 315, F 32, pl. 50, 17.

250

Camée en agate à deux couches.

Onyx blanc grisâtre sur fond gris plus foncé. Base brute, non polie. Cassures au visage. Base cassée derrière la nuque.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1897.

Dimensions : h. 19 ; l. 12 mm.

Probablement une des femmes d’Élagabale. Elle présente son profil gauche, le buste drapé recouvert de la stola et de la palla aux bords brodés.

212Comparé aux camées précédents, celui-ci marque un pas un peu plus grand vers l’art du Bas-Empire, soit par un durcissement de la forme, soit par une schématisation du dessin de la chevelure lisse remplie de sillons parallèles qui accusent une courbe cernant le front et contournant une oreille minuscule qui s’en détache. Sous l’oreille ils avancent légèrement sur le cou, puis se rassemblent dans un rouleau horizontal qui dépasse légèrement une tresse remontant presque jusqu’au sommet de l’occiput en une ligne en zigzags remplie de traits. Ces mêmes traits, plus rapprochés, ornent également les bords brodés de la palla descendant des épaules, tandis que trois sillons courbes parallèles, séparés par des incisions, indiquent la stola.

  • 277 Cf. le n244 du présent catalogue.

213Si, d’un côté, la conscience des volumes purs s’exprime dans le corps rapetissé et arrondi au petit buste légèrement bossu conçu comme contrepoids de la tête en forme de carré aux angles arrondis, semblable en cela à celle du camée d’une des femmes d’Élagabale277 avec lequel celui-ci partage aussi l’enflure du modelé et le poli de la surface blanche et lisse, l’extase exprimée dans la tête légèrement rejetée en arrière, l’œil cerné de larges paupières et au regard absent, la joue molle, les cheveux lisses plaqués sur la tête et séparés par une raie au milieu du front, se révèlent si caractéristiques notamment des femmes d’Élagabale qu’une datation sous le règne de celui-ci s’impose.

  • 278 « Das Goldglasmedaillon in Brescia », Festschrift Eugen von Mercklin, p. 41 sqq., avec bibliographi (...)

214Notons aussi que la palla aux bords brodés apparaît pour la première fois à cette époque sur le médaillon en verre de Brescia, daté avec justesse par H. von Heintze et d’autres des années 220 à 225278.

215Nous pouvons donc accepter ce camée comme un témoin du style qui s’annonce durant le règne d’Élagabale et qui, sous celui de Sévère Alexandre, se fixera dans un classicisme figé.

Autour de 220 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, n326 ; Megow, p. 313, F 25, pl. 50, 11.

251

Camée en agate à plusieurs couches.

Onyx blanc sur fond gris foncé avec base blanche laissée brute au revers.

Monture en feuille d’or mince formant une rangée de fleurs de lotus stylisées, découpées à jour.

Provenance : collection H. Seyrig. H. S. 1973.1.479.

Dimensions : h. 35 ; l. 27 mm (avec monture).

Dimensions : h. 24,5 ; l. 14 ; ép. 9,5 mm (camée seul).

Du fond bleu gris, plat et légèrement poli se détache le buste d’une femme drapée de la stola et de la palla, vue de face. Ce buste joue des différentes nuances des couches horizontales de l’onyx, du bleu au blanc gris et bleuâtre dans les bords surplombant le fond, tirant vers le blanc jaunâtre aux endroits les plus élevés soit du buste soit du visage.

216Au-dessus du buste aux minces épaules arrondies, vêtu de la stola enveloppée de la palla dont les bords brodés se rejoignent en pointe sur la tranche arrondie, la tête allongée, au menton et aux joues à peine galbés, se dresse sur un cou arrondi finement poli. Dans le visage d’un ovale stéréotypé, à peine élargi au niveau des joues et tranché en haut par une incision à peine incurvée, les globes oculaires ressortent de paupières irrégulières ; l’œil droit est surmonté d’une subtile arcade aplatie, la paupière inférieure indiquée par une ligne anguleuse, la pupille par un trait vertical ; l’œil gauche est en forme d’amande placée de biais, le coin extérieur abaissé, la paupière supérieure droite, l’inférieure incurvée, l’orbite marquée au centre par un trait vertical. Les yeux écartés sont séparés par un nez mince à sa racine et s’élargissant vers les narines qui atteignent la même largeur que la petite bouche en forme de fente, non polie, taillée dans une éminence au-dessus du me ton fuyant. Les cheveux sont disposés en un bonnet proéminent sur le front, divisés par une raie d’où se détachent des rouleaux groupés parallèlement et remplis de petits traits au-dessus des oreilles écartées, avançant devant la joue et descendant du côté droit jusqu’au cou. Cette dernière bande relevée est ornée de lignes en zigzag.

  • 279 Cf. Eichler-Kris, n82, stola et palla rendues de la même façon, mais les épaules un peu plus larg (...)
  • 280 Cf. le médaillon de Brescia, H. von Heintze, Das Goldglasmedaillon in Brescia, Festschrift Eugen vo (...)

217Si d’aucuns pourraient être tentés de dater de la fin de l’Antiquité, soit du ive ou du début du ve siècle, ce camée, dont un pendant moins détaillé existe à Vienne279 et sa large monture ajourée, d’importants détails, notamment la chevelure, offrent des points de comparaison avec les camées précédents. Les cheveux s’écartent derrière les oreilles, créant un fond aux oreilles et allongeant le visage jusqu’à mi-hauteur du cou, traits caractéristiques entre autres des portraits datables autour de 220 après J.-C.280.

  • 281 Cf. surtout les bustes à Petsworth et au Palazzo dei Conservatori, Meischner, fig. 75-76, n98, fi (...)

218En outre, les bustes de Julia Mamaea, sœur de Julia Soaemias, connaissent un pareil aplatissement des rouleaux de cheveux parallèles281 séparés par des sillons. Si la chevelure cerne le haut du front comme un casque à bord horizontal légèrement bombé, on peut y distinguer une tendance à la déformation, reconnaissable aussi dans les oreilles placées à mi-hauteur du front. Mais ce style de gravure se retrouve également sur ceux des camées de ce groupe qui, par leur épaisseur, permettent de regarder les visages de face (cf. surtout le n247 du présent catalogue). Quant au drapé du petit buste d’apparence dense comme un vase plastique ou un canope, la comparaison se perçoit révélatrice pour le buste présenté de profil (cf., ici, le n250) surtout en ce qui concerne les bords de la palla également ornés de broderies sans pourtant se rejoindre.

  • 282 Les bordures de bijoux découpées apparaissent probablement pour la première fois à l’époque des Ant (...)

219On peut donc envisager une datation de notre camée dans ces années-là, ce que confirme aussi le cadre en feuille d’or découpée282, et situer sa création au début du iiie siècle.

Autour des années 220-240 après J.-C.

252

Camée de deux couches.

Onyx blanc sur fond gris bombé. La base brute, assez mince, est légèrement arquée, à contour net et à bords tranchés en biseau.

Provenance : acquis en 1893.

Dimensions : h. 55 ; l. 35 mm.

Jeune prince coiffé d’un casque à crinière, vu de dos, la tête de profil à gauche. Son dos est traversé par le baudrier, l’épaule gauche couverte du bouclier ovale orné d’une Méduse de face, au-dessus de laquelle émergent la pointe de la lance et le pommeau de l’épée devant le menton du prince.

  • 283 Cf. Delbrück (op. cit.) et Svoronos, « Dorea Konstantinou Karapanou », Journal International d’Arch (...)
  • 284 Cf. pour la bouche, Gnecchi, pl. 99, 3 et 5-6 ; cf. aussi le camée de Sévère Alexandre dans la cour (...)
  • 285 Gnecchi, pl. 101, 1 et pl. 98, 10 pour la forme de l’œil ; pl. 100, 1-2 pour la forme du cou.
  • 286 Cf. le camée actuellement dans la collection Ortiz, cf. Möbius, ANRW, fig. 15, p. 50, mais pas Juli (...)
  • 287 Cf. ici, les nos précédents.
  • 288 Cf. Felletti Maj, Iconografia, n16, pl. II 2 et Felletti Maj, n273 ; cf. Kaschnitz-Weinberg II, (...)

220Si déjà E. Babelon qualifiait d’incertaine l’attribution de ce camée à Crispus (cf. bibliographie ci-dessous), nous en proposons une autre en la justifiant par les arguments suivants : ce camée, dont une réplique est conservée au Palazzo Pitti à Florence et une autre à Athènes283, s’insère dans la série des camées précédents par l’utilisation de l’agate blanche sur fond bleu. Les surfaces bombées, extrêmement polies, du casque, du visage, du large cou droit, du dos, caractérisent le classicisme mécanique, dense, de volumes inertes, qui annonce une nouvelle concentration de forces réalisée dans la réforme de Sévère Alexandre. Un trait particulier des Sévères est d’ailleurs aussi la mollesse des chairs entourant la bouche, surtout de celles de la lèvre inférieure, bien que la lèvre supérieure soit un peu plus avancée284. L’œil de cet empereur donne souvent l’impression d’être vu de face. L’arcade sourcilière prononcée, le cou large en forme de colonne285, la visière du casque rendue par des bourrelets droits que séparent des incisions, sont des particularités très marquées de cette époque286, de même que l’apparition fréquente de la Méduse. On remarque de nouveau la ligne en zigzag comme élément d’ornementation, répété d’ailleurs sur de nombreux camées287. La crête du casque trahit en outre le même mécanisme par le remplissage uniforme de lignes le remplissage uniforme de lignes parallèles doublées par une mince bordure dentelée. Cette crête apparaît accolée à la base bombée surmontée par la ligne dentelée. Cette sorte de bordure s’observe d’autre part sur la cuirasse de Caracalla à cheval (cf. ici, le n235). Contrastant avec cette sculpture miniaturiste, ici un nouvel ordre et équilibre règne dans la composition rigoureuse de la figure, dans le modelage des grandes surfaces, annonçant le même classicisme vide, stéréotypé et durci connu déjà par le buste colossal et stylisé de Sévère Alexandre au musée des Thermes à Rome288 Von Kaschnitz-Weinberg fut le premier à désigner le portrait du musée des Thermes, qu’il datait des années 30 du iiie siècle, comme un prédécesseur de l’effigie monumentale de l’époque de Constantin le Grand.

221Ainsi notre camée reste-t-il un document parallèle à ce portrait d’Alexandre Sévère, qui ouvrit une ère nouvelle.

Environ 230-238 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, n311, pl. XXXVII ; R. Delbrück, Spätantike Kaiserporträts, p. 134, pl. 73, 2 ; Stucchi, Archeologia Classica II-2, 1950, p. 206, pl. LXI 6 ; Breglia, EAA III, 1960, « Glittica », p. 965, fig. 1220 ; R. Alföldi, Die konstantinische Goldprägung, Mayence, Ed. Röm.-Germ. Zentralmuseum, 1963, n302, pl. 36, p. 126 ; Richter, EGR, n601 ; Spier, p. 44.

253

Camée en agate à deux couches.

Onyx blanc ivoire sur fond grisâtre, brut au dos.

Profil et occiput mutilés.

Provenance inconnue ; ancien inventaire des Monuments exposés, n10345.

Dimensions : h. 18 ; l. 13 ; ép. 7 mm.

Buste drapé de femme de l’époque des Sévères, vu de profil à droite.

  • 289 La ligne mal dessinée qui fixe le sillon du premier rouleau vertical laisse supposer que le travail (...)

222Ce camée, qui est restée probablement à l’état d’esquisse289 et qui a encore subi des dommages par la suite, s’insère dans le groupe des œuvres glyptiques de l’époque d’Élagabale et de Sévère Alexandre.

  • 290 Ancient Gems from the Burton Y. Berry Collection, n230.
  • 291 Cf. Gramatopol, n662.
  • 292 Cf. Meischner, pl. en face de p. 194.

223Notons que le drapé gonflé, rendu par des incisions parallèles mécaniques et anguleuses, se répète sur un buste de la même main de la collection Berry290 ainsi que sur un camée à Bucarest291. Les rouleaux de cheveux descendant verticalement prêteraient à une identification à Plautille ou Orbiana292, sans pourtant permettre de l’affirmer avec certitude.

Autour de 220 après J.-C.

254

Camée en agate à deux couches.

Onyx blanc avec profil surplombant la base brune devant le visage, blanc en haut, gris bleuâtre, blanc au dos laissé brut. Bords taillés en biseau. Éclats au profil et au casque.

Provenance : acquis à Beyrouth. Registre d’entrée 1970- 451.

Dimensions : h. 30,5 ; l. 15 ; ép. 10 mm.

Buste d’Athéna casquée, vêtue d’une tunique fixée par une fibule sur l’épaule et laissant le bras découvert. Elle est vue de profil à gauche.

  • 293 Cf. le n237 du présent catalogue et un buste d’Athéna semblable appartenant également au groupe d (...)

224Comparée à l’Athéna faisant face à l’effigie de Julia Domna dans le collier trouvé à Naix293, celle-ci révèle un nouveau classicisme rigoureux fondé sur une surface allongée et se rapprochant d’une forme géométrique presque pure, mise en valeur par un poli parfait sous lequel reluisent l’ellipsoïde oblique du casque, la joue et le cou ronds, le haut du bras bombé comme un ongle d’auriculaire limé en ovale pointu.

  • 294 Cf. Saint-Denis, p. 302, n21.

225L’égide divisée en de minuscules rhomboïdes taillés en relief, la crinière striée à un niveau plus bas, la tresse droite retombant sur le dos, trahissent un maniérisme très raffiné qui contraste avec l’œil au globe saillant précisé par un petit anneau dont la partie supérieure disparaît sous la paupière parallèle au sourcil relevé en un délicat bourrelet. L’œil prend ici la même expression figée que sur les camées qui le présentent presque de face, mais ce détail s’annonce déjà sur les monnaies d’Élagabale. Sur un camée monté dans la couronne de Napoléon et où figure un portrait de Sévère Alexandre jeune294, peut-être même encore du début de son règne, nous découvrons la même expression d’un corps inerte à la peau tendue, d’un globe oculaire saillant profondément ponctué et durement enfoncé dans l’orbite.

226Entre ces deux camées et celui du jeune prince vu de dos, effigie stylisée d’une haute élégance (n252), il ne s’est certainement pas déroulé un grand laps de temps. Tous trois révèlent un maniérisme déshumanisé jouant surtout sur la beauté de la matière.

Environ 220-240 après J.-C.

Notes

1 Mémoire et compte que Paul Lucas, antiquaire du Roy, rend à Monseigneur le Comte de Pontchartrain, ministre et secrétaire d’Estat, des achapts de médailles antiques et autres curiosités, qu’il a faicts pour Sa Majesté dans le voyage du Levant (du 15 octobre 1704 au 25 octobre 1708) : « J’ay mis au Cabinet du Roy une pierre de jaspe de Pescenius Niger qui coûte 80 livres », archives du Cabinet des médailles.

2 Mattingly, BMC Empire V, pl. 13, 5-6.

3 W. C. King, Precious Stones and Gems, 1865, p. 375 sqq. ; Isidore, XVI Migne Patr. Lat., vol. 82, p. 576 ; L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, vol. I, 1958, p. 80 sqq. ; cf. Pline, HN XXXVII 142, sur les vertus de l’agate.

4 Cf. Traversari, I Rittratti, n60.

5 Cf. E. Petersen, A. von Domaszewski, C. Calderini, Die Marcussäule auf Piazza Colonna in Rom, Munich, 1896, p. 43sqq. ; C. Caprino, A. M. Colini, G. Gatti, M. Pallatino, P. Romanelli, La Colonna di Marco Aurelio, Rome 1955, p. 82sqq., III, VII, VIII ; Helbig, p. 88, pl. XV, p. 90, pl. XIX, p. 95, pl. XXXVII, p. 103, pl. LXVII, p. 106, pl. LXXVIII b, p. 108, pl. LXXXIII, p. 110, pl. XC, p. 113, pl. CIII ; cf. aussi G. Becatti, La Colona Coclide Istoriata, Rome, 1960, pl. 16 et 18 et p. 72.

6 Pour les intailles de l’Ermitage : l’une en jaspe rouge, n4916 (h. 14, l. 10, ép. 2 mm), avec les initiales P C derrière la tête, Pompeianus Claudianus (?) ; l’autre, une cornaline, n6474, avec initiales T devant, I derrière le buste, qui peuvent être lues comme les initiales du prénom Tibérius. Les deux gravures sont médiocres et répètent cependant les traits décrits ci-dessus.

7 N1445, cornaline à surface bombée et base plate, h. 18, l. 13,5 mm.

8 Cf. Dion Cassius LXXIV 3 ; RE, Claudius II 43.

9 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 79, 15.

10 Cf. sur tout ibid., pl. 13, 13.

11 Cf. ibid., pl. 13, 1-6 ; cf. aussi RIC IV 1, pl. II 1 ; ce dernier profil est très proche de celui de l’intaille. Cf. également un type très proche mais moins caricatural, Catalogue de vente 10, 29. V. 1974 Zurich, Banque Leu, n219.

12 RE 17 A, col. 1086-1102 [W. Reusch].

13 Cf. Dion Cassius LXXIII 13, 5 et 14, 3 ; Herodian II, 7, 4.

14 Cf. EAA et pour les intailles : Boardman, Ionides Collection, fig. 54 et p. 36 ; Righetti, Gemme del Museo Nazionale, n7,7 avec l’inscription, et p. 222.

15 RE 17 A, col. 1101.

16 Cf. aussi Mattingly, « The Coinage of Septimius Severus and hisTimes », NChr, 1932, p. 177 et pl. XIII 1-2 ; Pink, « Der Aufbau der römischen Münzprägung in der Kaiserzeit I, Die Zeit des Septimius Severus », Wiener Numis. Zeitschr. XXVI, 1933, p. 25, f.

17 Pour la datation cf. Mattingly, BMC Empire V, p. cix sq.

18 Cf. les deux auteurs cités ci-dessus qui situent l’intaille à l’époque républicaine. On peut réunir un groupe de portraits marquant un certain retour à des périodes antérieures, tel le portrait sur une améthyste à Berlin, Zwierlein-Diehl, AGDS II, n226 ; Furtwängler, Beschreibung, n2341, et d’autres.

19 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 94, 5-6, pl. 95, 5-8, pl. 97,7-10, pl. 98, 8-9 et pour les portraits du fils de Pompée, pl. 115 sq.

20 Quant à Avidius Cassius, cf. RE III-1 ; P. Lambrechts, La composition du Sénat romain 117-192, Paris, 1936, n694.

21 Cf. Mattingly, BMC V, pl. 14, pl. 15, 6-20 et pl. 16, visible surtout sur le moulage.

22 Cf. ibid., pl. 15, 8 et 13.

23 Poulsen, Portraits romains II, n128 ; Poulsen, Catalogue, n721, pl. CCII-CCIII.

24 Mc. Cann, p. 183 j, pl. XCII où Septime Sévère est assimilé à Sérapis entre ses deux fils figurant comme Dioscures.

25 Cf. J. Balty, Les Premiers Portraits de Septime Sévère (Latomus XXIII), 1964, p. 56 sqq., p. 63, pl. I-V ; cf. aussi Fr. Braemer, « Les Portraits antiques trouvés à Martres Tolosanes, au xixe s. », Bull. Soc. Nat. Antiquaires de France, 1952-1953, p. 145 ; E. Esperandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. II, Aquitaine, Paris, 1908, nos 963 et 981, cf. aussi nos 975 et 976 (à propos de ce dernier, cf. Bernoulli, RI II-3, pl. X et XIII). Cf. Mc Cann, pl. XXIV, le buste du Museo Nuovo à Rome, Catalogue, n4, p. 128, avec le même contour de la tête, les boucles sur plombant le front et accusant une courbe sur la tempe. Cf. aussi les bustes du Museo Capitolino, n463, Mc Cann, ibid., pl. CI et à Petworth House, n37, ibid., pl. CIII, désignés erronément comme portraits de Clodius Albinus. Cf. Soechting, p. 140 sqq., nos 16 et 18, qui les recueillit parmi le groupe des premiers portraits de Septime Sévère. Cf. aussi le portrait de Toulouse cité ci-dessus, n963 où le contour de la barbe est presque le même (Soechting, p. 146, n23 et pl. 3 c-d) ; H. von Heintze, RM 73/74, p. 198, note 42, n3.

26 Cf. Soechting, p. 41.

27 Cf. Mc Cann, pl. XLII 30 b-c, p. 145 et pl. XLIII, n31, p. 145 ; Felletti Maj, n525 et p. 127 ; Soechting, n44 ; Poulsen, Portraits romains, n128 ; Soechting, n33, avec bibliographie.

28 Cf. certaines monnaies de bronze soit de Pertinax soit de Clodius Albinus révélant de pareilles tendances quant au dessin de la chevelure (Mattingly, BMC Empire V, pl. 3, 4 et pl. 23, 7) sans offrir une totale ressemblance.

29 Cf. M. Hammond, Septimius Severus, Roman Bureaucrat, Harv. Stud. in Class. Phil. 51, 1940, p. 154 sqq.

30 Selon Fluss (RE 2e série, II A, col. 1946, Severus), en 187-188.

31 Cf. Mc Cann, pl. III 6, p. 61.

32 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 15, 13.

33 E. Brandt, AGDS l-3, n2811.

34 Nos 1445 et 1443.

35 Cf. L’Orange, Apotheosis, p. 73 sqq., les bustes notamment de la première période à la glyptothèque de Munich, à Naples, et de Leptis Magna où l’iris est percé au-dessus du cil. Cf. aussi J. Balty, Les Premiers Portraits de Septime Sévère (Latomus 23), 1964, p. 58 sqq.

36 Cf. aussi les monnaies sur lesquelles Septime Sévère révèle sa succession à Pertinax, Mc Cann, pl. V 2, p. 62.

37 O. Neverov, Concordia Augustorum, 1970, pl. 26, 6. D’après un moulage de la collection Cades.

38 L’un était dans la collection d’Erich Boehringer, qui a eu l’amabilité de m’en donner un moulage. L’autre, une intaille en jaspe rouge, de 14 x 12 mm, est apparue sur le marché en 1964 comme venant d’Orient. Elle a été publiée en 1991 par Mme Welker, dans Die Münze, Festchrift für Maria R. Alföldi, p. 401-403, pl. 30.

39 Moulage dans la collection d’empreintes de Marie-Louise Vollenweider, sans identification du lieu de conservation.

40 Intaille très stylisée, qui n’a pas été publiée (n311), mais qui correspond également à un style stéréotypé ayant pris naissance à cette époque. Quant aux autres images de famille de Septime Sévère, cf. ci-dessous, n205 et les deux frères affrontés, n224. Cf. aussi E. Kittel, Siegel, Braunschweig, 1970, p. 94, fig. 59, une charte avec l’empreinte du sceau des empereurs Septime Sévère et Caracalla affrontés, au musée de Berlin.

41 Sotheby, Sale 9-12 novembre 1937, pl. XXVIII, n315, un jaspe rouge serti dans une bague en or.

42 M. Mc Cann, pl. XCII i, j, k, l, l-2 (en plomb), p. 183 sq. :
– i. Petronell, Donau Museum, cf. E. von Swoboda,
Carnuntum : seine Geschichte und seine Denkmäler, Vienne, 1949, p. 33, fig. pl. VIII 1 a ; R. Noll, Kunst der Römerzeit in Österreich, Salzburg, 1949, p. 28, fig. 77 ; Soechting, p. 240, n11. On peut dater cette intaille des années autour de 209-211 puisque Géta est aussi représenté comme Auguste ;
– j. Cornaline avec le buste de Zeus orné du modius entre les Dioscures, représentant Septime Sévère entre ses deux fils, à Castlesteads, Cumberland ; l. . Trois bullae en plomb à Newcastle-upon Tyne, Museum of Antiquities, King’s College, cf. J. M. C. Toynbee, Art in Britain under the Romans, Oxford, 1964, p. 357 ; cf. ici note 40.

43 Cf. M. J. Price, « Greek Imperial Coins, Some Recent Acquisitions by the British Museum », NChr XI, 1971, pl. 26, 23-24, p. 133 sq.

44 Cf. Imhoof-Blumer, Kleinasiatische Münzen, p. 220, 8.

45 Cf. A. Alföldi, CAH XII, p. 16 sqq. ; cf. J. Babelon, Impératrices syriennes, Paris, 1957.

46 Catalogue Genève II, n267.

47 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 63, 6, surtout le jaspe rouge de la collection Boehringer.

48 Cf. Mattingly, ibid., pl. 51, 2.

49 O. Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 26, 6 (empreinte de Cades).

50 Cf. la sardoine du musée de l’Ermitage, n1751, Neverov, op. cit., pl. 26, 2 avec des traits moins grossiers.

51 Cf. Catalogue Genève II, n263, avec les intailles citées.

52 Pour la comparaison des princes frères avec les Dioscures, cf. A. Alföldi, « Römische Porträtmedaillons aus Glas », La Suisse primitive, 15e année, 1951, p. 75.

53 Pour la représentation de Julia Domna avec le symbole lunaire cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 68, 2-5.

54 Cf. Sydenham, n96, pl. 14.

55 Cf. ici, n84, la cornaline avec Tibère dans la même position, que nous avons relevée comme un motif emprunté à Alexandre le Grand et aux Diadoques.

56 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 17 et 18.

57 Cf. les nos 204, 205 du présent catalogue.

58 C’est l’année 195 même qui vit paraître le même type de l’empereur héroïsé, vu de dos, représenté ainsi sur un grand médaillon de bronze. Cf. Mattingly, ibid., pl. 17, 13 et 15.

59 Cf. Mazzini III, pl. XIV, n603 ; cf. Mc Cann, fig. 4, pl. V et p. 62 ; Gnecchi II, pl. 92, pl. 60, 7 (Marc Aurèle avec l’égide), pl. 92, 9, pl. 93, 9-10 (Septime Sévère de dos avec baudrier mais sans égide), p. 73 sqq. Médaillons datés d’après Gnecchi des années 194-195 ; M. Hirmer, Römische Kaiserporträts im Münzbild, Munich 1961, pl. 30. Mc Cann relève la reprise de ce type des monnaies de Marc Aurèle, qui y apparaît sans doute pour la première fois sur des frappes métalliques, type de portrait cependant beaucoup plus ancien dans les représentations glyptiques (cf. ici le n84).

60 Cf. à Florence une calcédoine laiteuse avec l’effigie de Maximin en face de son fils Maximus (dimensions : 13 x 12 x 3 mm) ainsi qu’une cornaline avec l’effigie de Caracalla représenté en « art brut ».

61 Cf. Cerfaux et Tondriau, p. 370 ; Hist. Aug., Car. 5 ; Dion Cassius 78, 7, 2 et 78, 6, 1.

62 Cf. Wiggers, pl. 9 c et d ; pl. 11 c-d ; p. 27, 45. Plus tard ce sont les portraits mêmes qui, aussi par la chevelure crépue, suggèrent la comparaison avec Hercule. Cf. les bustes de Bergame, du Palazzo dei Conservatori à Rome, Wiggers-Wegner, pl. 12 et pl. 15.

63 Ibid., p. 26.

64 Cf. Mc Cann, pl. XC, p. 140 ; Richter, EGR, n578 ; Righetti, « Gemme del Museo Nazionale », fig. 74 ; H. von Heintze, RM 73/74, 1966-1967, p. 199, note 49.

65 Cf. BMC, Pisidia, p. 243, n18, une monnaie de Sagalassos.

66 Vollenweider, Catalogue Genève II, pl. 77, 1-4 et pl. 78.

67 Pour la patère de Rennes cf. Babelon, Cabinet des Antiques, pl. VIII, p. 25 sqq. ; Chabouillet, n2537 ; L. Decombe, Notice sur la patère d’or découverte à Rennes en 1774, Rennes, 1879 ; Millin, Monuments antiques inédits, t. I, Paris, 1802, p. 227 ; P. Le Gentilhomme, « Les aurei du trésor découvert à Rennes en 1774 », RN 1943, p. 11 sq. ; M.-C. Hellmann, dans Vrai ou Faux (catalogue d’exposition), Paris, Bibliothèque nationale, 1991, p. 56.

68 Cf. le n202 du présent catalogue.

69 Pour les plats avec médaillon cf. les fragments de coupes provenant de Saint-Séverin de Cologne au British Museum, que A. Kisa, Das Glas im Altertume (Rome, 1969 ; Leipzig, 1908), vol. III, fig. 370, p. 893 et 888 considère être des imitations des Potoria gemmata, des plats sertis de gemmes plus précieuses, cf. vol. II, fig. 255 ; cf. aussi les verres dorés du Vatican. Pour les attaches de carafes cf. A. von Salderhn, Gläser der Antike, Sammlung Oppenländer, Hamburg-Köln, 1974, nos 529 et 531 : des attaches d’anses avec des masques d’esclaves, avec d’autres références ; cf. également Froehner, Collection Julien Gréau, Verrrerie antique, émaillerie et poterie, Paris, 1903, n508, pl. 55, 15.

70 Cf. Catalogue Genève II, n253 (Musée Fol, n3032).

71 Ibid., nos 250-251.

72 Cf. la monnaie en or du British Museum (Mattingly, BMC Empire V, pl. 10, 12) et les bustes du musée des Thermes (Wiggers-Wegner, pl. 1-4, type de César se maintenant encore jusqu’en 204, surtout pour la sculpture officielle qui ne fut pas créée d’après le modèle) ; cf. également H. von Heintze, RM 73/74, p. 155 sqq.

73 Cf. Gramatopol, n670, camée de 15 mm de h. Cf. un bractéate à fibule ronde à Oberlin College, C. Parkhurst, « Die Melvin Gutman Collection of Ancient and Medieval Gold », Allen Memorial Art Museum Bulletin, 18, 2-3, p. 40-286, n84. L’expression est plus classicisante mais l’attitude de la tête est la même, la nuque légèrement oblique en arrière. Le héros lauré est orné d’une fleur de lotus et assimilé ainsi à Hermès Thot. La poitrine démesurément gonflée pourrait également confirmer son appartenance à l’époque des Sévères (cf. le n213 du présent catalogue).

74 Cf. Hist. Aug., Car. 5, 9 : « seque ad Herculis virtutes accessisse iactavit ».

75 Cf. H. von Heintze, RM 75, 1968, pl. 66, 2, pl. 67, 1-2.

76 Intailles d’Aquilée et Oxford non publiées ; intaille de Bucarest, cf. Gramatopol, n218.

77 Pour la date de ce séjour dans les années 199-200, cf. Mc Cann, p. 110, note 5.

78 Cf. Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, n188, avec d’autres exemples cités ; ici, au Cabinet des médailles, cf. Vollenweider, BNF i, nos 58, 60, 61, 88, 126, 129, 153, 157. D. Plantzos, Hellenistic engraved gems, Oxford, 1999, n5 (musée de l’Ermitage).

79 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 146, 18, pl. 148, 14, 16 et p. 213 sq. et Steinschneidekunst, p. 53 sq. ; L. R. Taylor, The Divinity of the Roman Emperor, 1931, p. 162 sq., p. 232.

80 Intaille non publiée.

81 Cf. Furtwängler, Beschreibung, n2926.

82 Cf. M. Gjödesen, « Soldat eller Filosof ? Et romersk Kejserportraet fra ca. 200. », Medd. Ny Carlsberg Glyptothek, Copenhague, 1972, p. 45, fig. 55 ; cf. Mc Cann, pl. XXX, n11 et p. 133.

83 Maaskant-Kleibrink, BABesch XLI, 1969, fig. 10-11 et p. 176 sq. Ce n’est pas un symbole politique de la République romaine mais une imitation plus tardive cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 13, 3 et pl. 15, 17-18.

84 Cf. Mattingly, BMC Empire I, pl. 10, 1-5 pour le cou très mince, et Mattingly, « The Coinage of Septimius Severus and his Times, Mints and Chronology », NChr, 1932, p. 177 sqq., pl. XIV 8 (Caracalla dans une frappe de l’Est avec profil semblable et chevelure abondante hachurée et même effilochée).

85 Cf. Caracalla avec corne d’abondance sur une intaille de l’Ashmolean Museum à Oxford, Richter, EGR, n583.

86 A. Perkins, Dura-Europos, Report of the 9th Season, 1935-1936, pl. XII ; B. Pfeiler, Römischer Goldschmuck, Mayence, 1970, p. 76 et pl. 17. L’intaille sertie dans une riche monture en or répète le même sujet. Apollon en adolescent, appuyé à une colonnette surmontée de la statuette de Diane et tenant une branche en étalant sa chlamyde derrière la hanche. La conception du corps, encore plus allongé, est la même, non seulement pour la position mais aussi pour la surface lisse sans dessin des muscles. Les deux intailles furent sans doute gravées à la même occasion.

87 Mc Cann, pl. XXX, p. 135, n11, avec bibliographie ; cf. aussi dernièrement M. Gjödesen, « Soldat eller Filosof ? Et romersk Kejserportraet fra ca. 200. », Medd. Ny Carlsberg Glyptothek 29, 1972, p. 45, fig. 55.

88 Cf. le relief de Tripolis, Wiggers-Wegner, pl. 24 a.

89 Cf. J. Babelon, Impératrices syriennes, 1947, p. 105.

90 Selon Mme Felletti Maj probablement Géta, Catalogue, n263 ; cf. H. von Heintze (Helbig III 4, n2370) qui propose Caracalla, contre H. G. Niemeyer (Studien zur statuarischen Darstellung römischer Kaiser, p. 112, n122, pl. 44, 1) qui admet également Géta.

91 Cf. Gjödesen, op. cit., fig. 55 et 57.

92 Cf. L’Orange, Apotheosis, p. 82 ; Alföldi, RM50, 1935, p. 107 sq., fig. 9 ; Mc Cann, pl. 1, fig. 2 et p. 58.

93 Cf. aussi Mattingly, BMC Empire V.

94 Cf. Rosenbaum, Cyrenaican Portrait Sculpture, p. 70, n85, pl. 53, 3-4 : H. von Heintze, RM 73/74, 1966-1967, p. 201 sq., pl. 65, 2 ; selon Wiggers-Wegner, p. 108, ni Géta ni un autre souverain !

95 Cf. H. von Heintze, ibid., pl. 66-67, 71.

96 Cf. E. Schönert-Geiss, Die Münzprägung von Perinthos, Berlin, 1965, pl. 37, A (637) où la nuque est également raide, les cheveux rendus par de courtes mèches, le contour de la tête pareil.

97 Cf. Tertullien, De spect. 12 ; A. Piganiol, Recherches sur les jeux romains, Strasbourg, 1923, p. 134.

98 A. Piganiol, ibid., pl. I.

99 Ibid., p. 48.

100 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 140 sqq.

101 H. von Heintze, Die antiken Porträts, n44, pl. 74 et 128 ; RM 73/74, 1966, p. 67, pl. 64, 2 et 68, 2.

102 Die antiken Porträts, p. 207.

103 Cf. Mc Cann, pl. XVII, fig. 2, et surtout Mattingly, BMC Empire V, pl. 38, 15-20, p. 241 sqq. et le sesterce, pl. 50, 4 sqq., p. 336 sqq.

104 P. H. Hill, « Notes on the Coinage of Septimus Severus and his Family », NChr IV, 1964, pl. XIV 5, p. 176 et pl. XV 13.

105 Cf. Mattingly (ibid., p. 336 sqq., n833 sqq. et RE 2e série, vol. II, Septimius Geta, col. 156 sqq.) qui date le premier consulat de l’année 205 (col. 1567).

106 On peut remarquer sur une monnaie au British Museum (Mattingly, BMC Empire V, pl. 30, 15, p. 183) également un collier, que l’on pourrait confondre avec le bord de la cuirasse, mais qui se distingue cependant sur d’autres représentations de Caracalla. Cette monnaie date de l’année 199, avant que Caracalla eût reçu la « toga virilis » en 201.

107 Il n’existe pas de correspondance totale avec les effigies monétaires.

108 Cf. les nos 204-205 du présent catalogue.

109 Ermitage, n4972.

110 Furtwängler, Beschreibung, n7007.

111 Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 27, 3, n1456.

112 Cf. Hist. Aug., Car. 2, 3 : « Tiberium et Syllam in conventu plerumque laudavit ». De cette vénération que Caracalla afficha pour Sylla, on peut expliquer le nouveau style des cheveux presque rasés, indiqués par de courtes mèches plaquées au crâne, caractéristique des années 80 avant J.-C.

113 Cf. ici le n205.

114 Cf. Möbius, ANRW, p. 50, parle à tort d’un prince julio-claudien.

115 Cf. Neverov, Antique Cameos, nos 87 et 89. Cf. surtout le dernier pour la position du buste, du cou large, l’incision du sourcil, le modelé de la bouche.

116 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 30, 17.

117 Pour la naissance de Caracalla le 4 avril 186 ou 188 à Lyon, cf. H. B. Wiggers dans Wiggers-Wegner, p. 9.

118 Cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 74, 2.

119 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 156, 8-9. Malheureusement, je ne peux pas reconnaître dans ce portrait Tibère, comme l’admet H. Möbius (ANRW, p. 50).

120 Cf. H. von Heintze, RM 73/74, p. 190 sqq., p. 204, pl. 65, 1, pl. 69, 1, pl. 70, 1. Mme von Heintze relève (p. 200) les différences des portraits des deux frères et remarque aussi la menue distance qui sépare la narine de la lèvre supérieure, caractéristique de Géta et évidente aussi sur notre camée.

121 Cf. A. A Boyce, « The Foundation Year of Pompeiopolis in Cilicia », in Hommages à Marcel Renard, Bruxelles, 1969, vol. III, p. 87 sqq., p. 94 et pl. XXXIV 9 ; G. F. Hill, Catalogue of Greek Coins of Lycaonia, Isauria and Cilicia, Londres, 1900, p. 155, n61.

122 Cf. archives du Cabinet des médailles ; cf. Babelon, Camées, p. cxxvi.

123 Cf. Vollenweider, « Un portrait de Faustine II œuvre du maître graveur des Antonins », Genava XXII, 1974, p. 265 sqq.

124 Hist. Aug., Marc Ant. 17, 4 « Cum autem ad hoc bellum omne aerarium exhausisset…, in foro divi Traiani auctionem ornamentorum imperialium fecit vendititque aurea pocula et cristallina et murrina, vasa etiam regia…, gemmas quin etiam, quas multas in repostorio sanctiore Hadriani repperat ».

125 Mc Cann, p. 171 sq., pl. XCI ; Richter, MMA Catalogue, n493 ; Budde, Jugendbildnisse, p. 15, pl. 111 a ; Th. Kraus, Propyläen Kunstgeschichte, Bd II, Das römische Weltreich, Berlin, 1967, pl. 386 b [H. von Heintze] ; Richter, EGR, n577 ; Babelon (Camées) cite une intaille de la collection Gori (Dactylotheca Smithiana, Venise, 1767, p. 92, pl. XCIV).

126 Mc Cann, p. 140 ; pl. XC d. (Inv. 72147) : c’est sans doute une représentation de la famille plus tardive, mais antérieure à celle de la pièce nommée ci-dessus (note 124).

127 Cf. les nos 204 et 205 du présent catalogue.

128 Cf. J. Gagé, Les jeux séculaires de 204 après J.-C. et la dynastie des Sévères, Mélanges d’archéologie et d’histoire 51, 1934, p. 33 sqq.

129 Cf. Walters, n3577 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 113, pl. 60, 1 avec bibliographie.

130 Mattingly, BMC Empire V, pl. 36, 6-7, comme Pacator orbis, cf. aussi Septime Sévère avec la couronne radiée : pl. 21, 9, pl. 22, 10 et 12 datant des années 194-195, p. 125 et 130, n523 et p. 132, n528.

131 Cf. ibid., pl. 48, 5 et n802 et les monnaies d’or de 202, cf. Mazzini III, pl. XVIII 4-5 et p. 53, qui sont presque identiques quant au profil et à la barbe. Cf. Mattingly, ibid., p. 231, n380, pl. 37, 7 et pl. 35, 11, p. 218, n335 ; Mc Cann, pl. 1.

132 Cf. Mazzini III, pl. XVII-XVIII ; Mattingly, ibid., pl. 35, 5-6, p. 202 sq., nos 253- 255.

133 Cf. Neverov, Camées, n88 ; Vollenweider, Genava XXII, 1974, p. 265 sqq., cf. aussi H. Jucker, « Ein Kameo Porträt des Commodus », SchwMübl 16, 1966, Heft 64, p. 162 sqq.

134 Cf. bibliographie ci-dessus.

135 Cf. pour Caracalla, Mazzini, pl. XXXIV, no 511 et 259 ; Mattingly, BMC Empire V, p. 374, n100 (autour de 210), pl. 55, 13, pl. 55, 5 et surtout pl. 58, 9.

136 Cette forme de barbe est confirmée pour Géta, cf. Mazzini III, p. 150, n179 et p. 343, n187 (monnaie datée entre 210 et 212), cf. BMC Empire V, pl. 60, 5, et n235 ; Gnecchi II, pl. 95, 8, p. 78. De plus on peut mentionner une intaille d’une collection privée de la même phase de la vie de Géta, où cependant la barbe n’est pas divisée en trois mèches mais forme un ensemble plus homogène. En revanche le contour de la tête est le même. Citons aussi une intaille à Aquilée où les deux frères s’affrontent comme sur une monnaie d’une date antérieure, cf. Mattingly, ibid., pl. 27, 1 et 3. En outre, l’expression juvénile confirme une identification du portrait glyptique situé face à Caracalla plutôt avec Géta qu’avec son père, qui aurait eu plus de 60 ans lors de la gravure de l’intaille.

137 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 5 c-d.

138 Ibid., pl. 7, p. 53, 90.

139 Ibid., pl. 9 a-b.

140 Cf. les nos 201, 217 du présent catalogue.

141 Cf. H. von Heintze, RM 73/74, pl. 66, 2, pl. 67, pl. 71, pl. 72, 1-2 et p. 208 sqq.

142 Ibid., p. 207, pl. 64, 1 et pl. 68, 1.

143 Musée du Capitole, Stuart Jones, Musei Capitolini, p. 129, n54 B, pl. 25.

144 5. Cf. Par contre O. Brendel (Jdl 47, 1932, p. 209 sq., fig. 9 et note 2) et Wiggers-Wegner (p. 100) déclinent cette attribution, selon mon avis à tort. On ne peut ramener les milliers de portraits qui ont dû être créés des deux princes pendant dix-huit ans, de Caracalla pendant vingt-trois années, à quelques formules émergeant dans les îlots de nos connaissances limitées. Chaque époque a connu son unité de vie et de temps composée de facteurs multiples, de même que les êtres humains, ainsi que des unités telles que les familles. L’Hercule du musée du Capitole ne se situe donc pas dans le monde des Antonins, que caractérise une autre forme, tels les bustes du Louvre, du Capitole et de Castle Howard nommés ci-dessus.

145 Cf. H. von Heintze, « Caracalla und Géta », RM 75, 1968, p. 174 sqq., p. 177, pl. 66, 2 et pl. 67.

146 Cf. Felletti Maj, n266.

147 Stuart Jones, Musei Capitolini, Stanza degli Imperatori, n49, pl. 46 ; cf. Bernoulli, RI II-3, pl. IX, p. 20, 1 et Helbig I2, p. 385.

148 Musei Capitolini, Sala dei Busti, n290.

149 Mon. Matth. II, pl. 27, 2.

150 Cf. L. Joulin, Les Établissement gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosanes, Paris, 1901, pl. XVII 265 B ; E. Esperandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. II, Aquitaine, Paris, 1908.

151 Mc Cann, pl. LIV-LV, n46 ; K. Kluge et K. Lehmann Hartleben, Die antiken Grossbronzen, Berlin, 1927, vol. II, p. 40 sq., vol. III, pl. 13 ; R. Paribeni, Il rittratto, pl. CCLXXXVIII ; Helbig I4, n474.

152 Cf. Fluss, RE 2e série, II A, col. 1948.

153 Cf. Mattingly, BMC Empire V, n847, pl. 51, 4.

154 Cf. Richter, EGR, n573 ; Mc Cann, p. 183, pl. XCII k.

155 Cf. Mattingly, op. cit., p. xclviii, pl. 36, 7, p. 221 ; cf. aussi le n227 du présent catalogue, fig. a (aureus du Cabinet des médailles, Besteigui 118, revers : RESTITVTOR VRBIS).

156 Cf. Mattingly, BMC Empire V, p. 348, n850, pl. 51, 7 ; cf. ici, le n227, fig. b (exemplaire du Cabinet des médailles, FG 7011).

157 Cf. Walters, n2021, pl. XXV.

158 Cf. Mattingly, ibid., p. clxxiv.

159 Cf. Mattingly, ibid., pl. 51, 10.

160 Cf. Mattingly, ibid., pl. 66, 7.

161 Cf. M. Van der Meulen, op. cit., p. 199-200, et p. 222, 2. 11 : Peiresc décrit la pierre, en l’identifiant correctement, probablement par comparaison avec des monnaies, sans donner le nom du possesseur, ce qui suggère qu’elle ferait partie de sa propre collection.

162 Cf. Fluss, Severus, RE 2e série, II, col. 1798. J’exclus la date proposée par Soechting – « Nicht nach 204 » – et admets celle de Mme Mc Cann, qui relève l’appartenance du type de tête de Septime Sévère à la fin de la vie de celui-ci. La présence des nombreux globes exalte l’importance dynastique du camée, qui ne peut être une « scène d’investiture », même si les princes ont un aspect plus juvénile.

163 Pour la signification de la lance, cf. A. Alföldi, « Hasta – Summa Imperii, the Spear as Embodiment of Sovereignty in Rome », AJA 63, 1959, p. 1 sqq.

164 Cf. les nos 235-236 du présent catalogue et le camée de Naples, cf. n236, note 212.

165 E. Brandt, AGDS I-3, n2530.

166 Vollenweider, Catalogue Genève II, n267.

167 Cf. P. Riewald, De Imperatorum Romanorum cum certis dis et comparatione et aequatione, Diss. Philol. Hal. 20, 1912, p. 313, 92 : Caracalla et Géta, cf. Cerfaux et Tondriau, p. 370.

168 Cf. H. von Heintze, RM 73/74, p. 205 ; R. V. Head et R. St. Poole, BMC Ionia, p. 89, n292.

169 Ibid., pl. 63, 4 et p. 205.

170 Sur la statue de Sol au cirque cf. Tertullien, Spect. VIII : Circus Soli principaliter consecratur : cuius aedes in medio spatio, et effigies de fastigio aedis emicat… Cf. W. Quinn Schofield, « Sol in the Circus Maximus », in Hommages à Marcel Renard, vol. II, Bruxelles, 1969, p. 645 sqq.

171 Cf. RE.

172 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 36, 6-7, n353, p. 221.

173 Ibid., pl. 40, 20, pl. 41, 1, p. 258.

174 Ibid, p. 246.

175 Ibid, p. clviii.

176 Mattingly, BMC Empire V, pl. 55, 6, pl. 62, 1, p. 415.

177 N1076. Cf. Charbonneaux, La Sculpture grecque et romaine au musée du Louvre, Paris, 1963, p. 171 ; Bernoulli, RI II-3, p. 70 sq., n1, pl. 22 ; L. Budde, Jugendbildnisse 34, pl. 24 a ; pl. 25 a ; L. Budde, Die Entstehung des antiken Repräsentationsbildes, Berlin, 1957, p. 17, pl. 52 ; Wiggers-Wegner, p. 22 sqq., 44, 52, 74, pl. 50, 8 a-b ; 22 a.

178 Wiggers-Wegner, p. 23.

179 Wiggers-Wegner, pl. 9 c et d, p. 79. Le buste fut désigné par Mme Felletti Maj (n264) comme un portrait de Géta, ainsi que par Bernoulli (RI II-3, p. 71, n6), L. Budde (Jugendbildnisse, p. 33), C. Saletti (Ritratti Severiani, Studia archaeologica 10, Rome, 1967, p. 46, n4).

180 Cf. H. von Heintze, « Caracalla und Géta », RM 75, 1968, p. 175.

181 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 53, 5-7, p. 358 sqq.

182 Charbonneaux (La Sculpture grecque et romaine au musée du Louvre, Paris, 1963, p. 170, n3551) et Wiggers-Wegner datent des années environ 209-210.

183 Cf. Mattingly, op. cit., pl. 53, 5.

184 Cf. ici, le n207 ; cf. aussi le buste de jeune homme de la même période, Henkel, Fingerringe der Rheinlande, n141 a, pl. VIII.

185 Cf. une bague en or avec une monnaie de Sévère Alexandre, au British Museum, Marshall, FR, n266. L’anneau est cependant plus mince, mais les épaules sont également rehaussées. Cf. aussi l’ébauche de volutes chez Henkel, ibid., n220 et pl. LXXVII 239.

186 Cf. E. Brandt, AGDS I-3, n2530. C’est un Caracalla enfant correspondant au premier type de monnaie, Mattingly, BMC Empire V, pl. 10, 1 à la joue ronde, au cou mince séparé par une ligne incisée du menton volontaire.

187 Cf. E. Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, n424. Nous la considérons comme contemporaine de la nôtre et non pas du ier siècle comme l’admet cet auteur.

188 Cf. Mattingly, ibid., pl. 50, 7 de l’année 203.

189 Vollenweider, Catalogue Genève II, n263.

190 Wiggers (op. cit., p. 73) relève que l’identification à Caracalla n’a pas un caractère obligatoire (« nicht zwingend »).

191 Cf. l’as de l’année 213, Mattingly, BMC Empire V, pl. 75, 9, p. 478 et pl. 76, 5, p. 484, n271, des années suivantes.

192 Cf. aussi l’aureus du British Museum, ibid., pl. 68, 20.

193 Cf. Richter, EGR, n583, rendu par un moulage.

194 Cf. sur les portraits de l’adolescent aux musées du Louvre, du Capitole et du Bardo à Tunis, Wiggers-Wegner, pl. 5 et 7.

195 Cf. Gesichter, n160 ; Vollenweider, Deliciae Leonis, n313, pl. couleurs face à la p. 198.

196 Cf. le n224 du présent catalogue (Caracalla face à Géta).

197 Cf. Zwierlein-Diehl, Würzburg, n784.

198 Cf. bibliographie ci-dessus.

199 Mattingly, BMC Empire V-2, pl. 59, 4, 7, et 62, 7-9.

200 Schönert, Die Münzprägung von Perinthos, Berlin, 1965, pl. 34, B (610 sq.), surtout D (625) et F (626) et pl. 83, V 115, et les Septime Sévère déformés pl. 26 A (462) ; Bellinger, The Syrian Tetradrachms of Caracalla and Macrinus, Numismatic Studies 3, New York, 1940, pl. XXIV, 6, cf. des monnaies surtout d’Aelia Capitolina et Caesarea, et pl. XXVI, 15, de Chypre ; Bellinger, The Excavations at Doura Europos, New Haven, 1949, pl. VIII, n273, pl. IX, n283.

201 Cf. l’intaille précédente, nº 232.

202 Cf. Wiggers-Wegner, p. 131.

203 Vollenweider, Catalogue Genève II, n268 ; cf. un autre portrait de Macrin sur cornaline dans la collection Merz à Berne (cf. Vollenweider, Deliciae Leonis, p. 192, n314), un camée à Florence, une aigue-marine au musée de l’Ermitage (Furtwängler, AG I, pl. XLVIII 21).

204 Cf. Vollenweider, BNF I, n223 ; cf. également Henkel, Fingerringe der Rheinland, n132 (bague en or trouvée à Cologne dans laquelle un grenat est serti) et pl. LXXVII 292, avec une colonne supportant un casque ; cf. aussi les bagues en fer trouvées à Mayence (ibid., p. 144 sqq.) qui reprennent des formes beaucoup plus anciennes.

205 Aux Offices à Florence, cf. Mansuelli, n140, nd’inv. 1914- 213 ; C. Saletti, Ritratti Severiani, Rome, 1967, p. 51 sqq., pl. 17 sq. ; Wiggers-Wegner, p. 30 sqq., p. 45, 61 et pl. 19, avec bibliographie antérieure.

206 H. von Heintze, Gymnasium, Beiheft 4, 1964, p. 152 sq. ; H. von Heintze, Propyläen Kunstgeschichte II, Das Römische Weltreich, Berlin, 1967, p. 259 sq., pl. 316 ; Bernoulli, RI II-3, p. 50, n1 ; Hekler, Bildniskunst, pl. 290 ; Wiggers-Wegner, p. 30 sqq., p. 70 ; L. Budde, Die Entstehung des antiken Repräsentationsbildes, Berlin, 1957, p. 17, fig. 53-54.

207 Musée de l’Acropole, n1311 ; Wiggers-Wegner, p. 29, 33, 56, pl. 20 a/b.

208 Ibid., pl. 20 c et d, p. 29, 34, 53, 62. Cette tête se rapproche le plus de celle du camée, bien que ce dernier soit d’un niveau de travail inférieur.

209 Camée en sardonyx blanc sur fond gris, h. 20, l. 17, ép. 3 mm, Septime Sévère au centre, à sa droite Julia Domna, à sa gauche Caracalla.
Camée blanc sur fond foncé, h. 28, l. 21,5, ép. 7 mm, Septime Sévère avec Caracalla vu de face.

210 Cf. le même traitement pour le buste de femme nourrissant un enfant, n240 et les no 236 et 243.

211 Pour l’extension de ce style de gravure en Dacie, cf. notamment des camées cf. Gramatopol, pl. XXXI 660, 662, 670, 678 ; cf. aussi Aleksandra Dimitrova, Kamei sjenski portretni izobrajenia et pervata polovina na III v.n.e. (Camées à portraits de femmes de la première moitié du iiie siècle de notre ère), Archeologia, Sofia 2, 1969, p. 43-50 et Aleksandra Dimitrova, Numizmatika, Sofia 3, 1970, p. 11-15.

212 Cf. un camée du musée national de Naples, Pannuti, Catalogo II, n195, p. 230. Cf. le camée avec l’ours à New Castle des mêmes années du règne de Caracalla, M. Henig, Corpus, n735, pl. XLVII ; J. Toynbee, Art in Roman Britain, Londres, 1963, p. 185, n139, pl. CLVIII avec bibliographie.

213 Hist. Aug. Car. 5, 9.

214 Cf. Dion Cassius, LXXVIII 7, 2 ; Hist. Aug., Car. 2.

215 Cf. les monnaies avec Caracalla et Géta se distinguant de celles avec les effigies de Septime Sévère, aux bords plus réguliers, à cause des spires enroulées à la base, la dernière avec huit lunules plaquées contre le bord de la monnaie et dont les coins se prolongent en fils d’or qui se rejoignent pour supporter des « arbres » stylisés, dont les pointes émergent de la bordure extérieure.

216 K. Kraft, Das System der Kaiserzeitlichen Münzprägung in Kleinasien, Berlin, 1972, p. 163 et pl. 59, 10, une monnaie de bronze de Bargyglia révèle une coiffure semblable avec des vagues de biais et l’oreille couverte. Cf. A. A. Boyce, « The Foundation Year of Pompeiopolis in Cilicia », Hommages à Marcel Renard, Bruxelles, 1969, vol. III, p. 95, pl. XXXIV 7.

217 Pour Berlin, cf. Furtwängler, Beschreibung, n11.111, inscrit sur le cou : IOULIA (Julia Domna ?), provenant de Bithynie ; les traits sont beaucoup plus figés, peut-être s’agit-il d’un portrait imitant celui de Faustine II. Pour Bucarest, cf. Gramatopol, nos 659-660. Les camées à portraits d’Aquilée ne sont pas encore publiés.

218 Cf. Babelon, Cabinet des Antiques, p. 25-28, pl. VII.

219 Cf. J. H. Olivier, « Julia Domna as Athéna Polias », HSCP, suppl. 1, 1940, p. 521 sqq.

220 Eichler-Kris, n84 ; cf. le n85 du présent catalogue, avec le même type d’Athéna que le nôtre. Il existe d’autres types d’Athéna sur des camées oblongs de l’époque des Sévères, cf. par exemple ici, le n254.

221 Vollenweider, Catalogue Genève II, nos 264-265.

222 Cf. ci-dessus les médaillons en verre nos 208-211.

223 Cf. Mc Cann, p. 50 sqq.

224 Cf. E. Albertini, L’Empire romain2, p. 251 sqq.

225 Richter, MMA Catalogue, n498 ; id., EGR, n580 ; Vollenweider, Genava, p. 273, fig. 10 ; Furtwängler, AG I, pl. XLVIII 13.

226 Poulsen, Portraits romains II, n131.

227 Cf. BMC Empire V, pl. 27, 10 et p. 159, 21.

228 Ibid., p. cxxxv sq.

229 Cf. RE VI, p. 566 : cf. G. W. Bowersock, The Sophists in the Roman Empire, 1969 ; J. Babelon, Impératrices syriennes, Paris, 1957, p. 146 sqq.

230 Collection Luynes, n523.

231 Cf. une bague de cette époque avec un portrait de femme taillé en relief en onyx blanc de la collection Guilhou (Sotheby’s sale, 1937, pl. XII, n344).

232 Cf. Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 27, 3 et Antique Intaglios, n139, p. 79.

233 Richter, EGR, n583.

234 Neverov, « Concordia Augustorum », pl. 26, 3 ; Walters, n3242.

235 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 67, 10, où cependant un minuscule chignon est ajouté en bas de la nuque : cf. aussi pl. 67, 11 où les traits du visage sont grossis, semblables à ceux de notre cornaline.

236 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 48, 7 et p. 232, n804 sqq., dupondius ou as avec l’effigie de Plautille et au revers une femme drapée debout s’appuyant de la main droite sur un sceptre et tenant un enfant au sein ; légende : PIETAS AVGG. ; cf. J. Gagé, Les jeux séculaires de 204 après J.-C. et la dynastie des Sévères, Mélanges d’archéologie et d’histoire, LI, 1934, p. 41 sqq., p. 42, fig. 1, une monnaie en or avec le même sujet ; cf. P. V. Hill, The Coinage of Septimius Severus and his Family of the Mint of Rome A.D. 193-217, Londres, Spink, 1964, fig. 20 et p. 9 ; Mattingly, ibid., pl. 38, 9, un denier et pl. 38, 8, la Diane Lucifère avec la touffe de cheveux proéminente au sommet de la tête, ce qui expliquerait la coiffure bizarre de la femme représentée sur le camée. Cf. aussi Mattingly, ibid., p. cliv en bas : « History has no record of the child, but the testimony of the coins is sufficient » et p. 236 sqq., les monnaies qui contiennent une allusion à la vie familiale et à la naissance d’un enfant.

237 Mattingly, ibid., p. cl.

238 Cf. G. Bermond Montanari, EAA VI, p. 243 ; RE VII 1, col. 285 sqq., Fulvius 117 [E. Stein].

239 Das Frauenporträt der Severerzeit, pl. 7.

240 Mattingly, BMC Empire V, pl. 37, 17 ; cf. Wiggers, Caracalla bis Balbinus, pl. 28 e-f.

241 Cornaline de Florence non publiée ; Ermitage : Neverov, Antique Intaglios, n140 ; Oxford : Richter, EGR, n583 ; Genève, Catalogue II, n267 ; Cabinet des médailles, le n229 du présent catalogue.

242 Cf. le portrait de Julia Mamaea, Meischner, fig. 79-80, n100. Le buste à Florence cf. Mansuelli, n146. Cf. aussi Meischner, fig. 68-69 et p. 105, n79, le buste du Vatican ; Bernoulli, RI II- 3, pl. 32 ; Felletti Maj, Iconografia, n47, pl. 7, 21 avec bibliographie. Cf. Helbig I4, p. 128 sq., n172 [H. von Heintze].

243 Cf. G. Mazzini III, pl. LV 12, 15-16 ; Mattingly, BMC Empire V, pl. 92, 11-14.

244 Cf. Mattingly, ibid., pl. 94, 11 et 15 ; p. 597 sqq., nos 379 et 387.

245 Cf. Mattingly, ibid., pl. 96, 1-3 ; pl. 92, 11 ; cf. Wegner in Wiggers-Wegner, pl. 42 b.

246 Aelli Lampridii, Antoninus Heliogabalus (Hist. Aug.) 29 : « Iunxit et quaternas mulieres pulcherrimas et binas ad pabillum vel termas et amplius et sic vectatus est, sed plerumque nudus, cum illum nudae traherent ».

247 Furtwängler, Beschreibung, n11178.

248 Cf. M. von Oppenheim, Der Tell Halaf, 1931, pl. 45 ; H. T. Bossert, Altsyrien, Tübingen, 1951, fig. 449 sqq., pl. 140 sqq. ; cf. déjà les statues de Gudéa en adorant, A. Parrot, Sumer, 1960, p. 213 sqq. et surtout les statues de Mari.

249 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 43 c et e. Ce seraient Julia Aquilia Severa et Annia Faustina.

250 Cf. le camée précédent.

251 Cf. n215, intaille 1615 bis.

252 Cf. la paire de boucles d’oreilles de Genève, Catalogue II, nos 264-265 ; une boucle avec le portrait d’une femme de l’époque d’Élagabale dans le commerce à Bâle, Werke antiker Goldsmiedkunst, Sonderliste M, Münzen und Medaillen AG, septembre 1970, n48. La monture est exactement la même que celle de notre camée, mais le portrait est en revanche serti dans le pendentif le plus proche de l’oreille ; dans le deuxième, suspendu au premier, Éros est debout, dormant sur la torche renversée. Cf. en outre W. Rudolph et E. Rudolph, Ancient Jewelry from the Collection of Burton Y. Berry, Indiana University Art Museum, 1937-1938, n191, p. 237, et le camée de la même série dans une monture en or presque identique également dans la collection Burton Y. Berry, Ancient Gems from the Collection of Burton Y. Berry, n230 ; également à Vienne une paire de boucles d’oreilles (Eichler-Kris, n84). Ibid. à Vienne le camée monté en bague (Eichler-Kris, n78). Pour le travail sommaire non terminé, cf. un camée des réserves du Cabinet des médailles de Paris, ancien inventaire des Monuments exposés n10345, ici n253 ; au British Museum, Marschall, FR, n572, un camée monté en bague en or aux épaules en forme de cœur découpé ; un autre autrefois dans la collection de Clercq, Ridder (de), Collection de Clercq, n2431 ; un pendentif d’un collier à Berlin, cf. catalogue de l’exposition Kunst der Spätantike im Mittelmeerraum, 1939, n99, pl. 23, provenant de la collection Gans ; R. Zahn, Ausstellung von Schmuckarbeiten aus Edelmetall aus den Staatlichen Museen zu Berlin, Berlin, 1932, n9, 89 ; H. Pierce and R. Tyler, L’Art byzantin, vol. II, 1934, p. 126, pl. 176 ; un camée du Römisch-Germanische Museum à Cologne (nd’inv. 31.55, trouvé à Cologne même, cf. Römerillustrierte I, 1974, p. 72, fig. 154, texte J. Bracker).

253 Cf. R. Steiger, « Kameo mit Brustbild des Caracalla », Römerhaus und museum Augst Jahresbericht, 1967, p. 27 sqq., fig. 13.

254 Cf. Felletti Maj, Iconografia, pl. VIII 25, n42, p. 102 ; Eichler- Kris, n77, pl. 16, avec une autre interprétation.

255 Pour l’iconographie de Plautille, cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 48, 7, pl. 38, 8-9, 11.

256 Cf. Meischner, coiffure n10, p. 195.

257 Cf. Mattingly, op. cit., pl. 94, 10.

258 Cf. Mattingly, op. cit., pl. 94, 11 et 15.

259 Meischner, p. 94 sqq., n74, fig. 63 ; H. Brising, Antik Konst : Nationalmuseum Stockholm, p. 129, n16, pl. 56 ; selon Bernoulli, RI II-3, p. 111, n22, Julia Mamaea. M. Wegner (Wiggers-Wegner, p. 163 sq.) ne considère pas les arguments convaincants pour ces identifications.

260 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 42 e et f.

261 Ibid., pl. 42 a.

262 Ibid., pl. 42 f.

263 Ibid., pl. 42 d.

264 Ibid., pl. 42 f, où l’on remarque la même mollesse de la bouche, caractéristique plutôt de la famille des Sévères elle-même, cf. Mazzini III, pl. LV 1.

265 Un camée, probablement de la même personne mais au profil vu de l’autre côté, est monté dans la couronne de Napoléon, cf. Saint-Denis, p. 301, n18. De toute façon la chevelure en masse ondulée présente le même style et est traitée dans la même technique de gravure ; mais au lieu du grand chignon étalé en fleur sur la nuque, deux minces bandes de tresses apparaissent, indiquées par des lignes entrecroisées incisées. Le buste montre le profil gauche ; la pointe du nez, la bouche et le menton sont mutilés. Le motif des lignes entrecroisées se retrouve sur un camée à Vienne, sur lequel Julia Soaemias apparaît en face d’Élagabale. Cf. Eichler-Kris, n77 ; Felletti Maj, Iconografia, pl. VIII, n25, p. 43 ; cf. aussi le camée mutilé à Cologne, cf. A. Krug, Antike Gemmen im Römisch-Germanischen Museum Köln, Cologne, 1981, pl. 122, n392.

266 Cf. Meischner, pl. en face de p. 149, n8.

267 Cf. le camée d’Augst, R. Steiger, « Kameo mit Brustbild des Caracalla », Römerhaus und Museum Augst Jahresbericht, 1967, p. 27 sqq., fig. 13 ; cf. un camée du British Museum, Walters, n3616 (Möbius, ANRW, p. 49, fig. 17 ; Megow, A 148) ; cf. aussi le n235 du présent catalogue et Eichler-Kris, n77 (plutôt Élagabale que Caracalla).

268 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 42 b et f.

269 Cf. ibid., surtout pl. 43 d.

270 Ibid., pl. 43 e.

271 Deux camées au Musée national à Naples (Pannuti, Catalogo, nos 211 et 212, p. 249-250), les deux aux nez mutilés ; un troisième au Musée national d’Aquilée, avec léger éclat au nez, même coiffure, même chiton aux plis carrés, mais par l’expression plus proche du portrait de Cornelia Paula ; un quatrième monté en boucle d’oreille au musée d’Art et d’Histoire de Genève (Catalogue II, nos 264-265).

272 Cf. le camée au Museo Capitolino, Righetti, Collezioni communali, pl. VIII 2, p. 47 sq., n123, où le même type de femme est repris dans un style légèrement plus grossier. Elle se trouve en face d’un portrait, Galeria Valeria et Severus (?).

273 Cf. Wiggers-Wegner, p. 173 sqq.

274 Cf. note 271.

275 Cf. le camée avec l’effigie trouvé à Augst (voir ici n245, note 253) et celui du British Museum (Walters, n3616) ; Möbius, ANRW, p. 48, fig. 17 ; les camées à Naples (Pannuti, Catalogo, nos 211-212) et les autres avec Caracalla au Cabinet des médailles (ici, nos 235-236).

276 Cf. Wiggers-Wegner, pl. 45.

277 Cf. le n244 du présent catalogue.

278 « Das Goldglasmedaillon in Brescia », Festschrift Eugen von Mercklin, p. 41 sqq., avec bibliographie ; cf. aussi Th. Kraus, Propyläen Kunstgeschichte, Berlin, 1967, Bd. 2, Das römische Weltreich, pl. XIII, en couleurs, en face de la fig. 156, p. 214 sq. (Andrea). Pour une datation à cette époque se sont prononcés déjà C. Albizzati (RM 29, 1914, p. 247 sqq., fig. 3), G. Mazzotti (Felix Ravenna 7, 1952, p. 72 sqq., fig. 1), F. de Mely (Aréthuse 3, 1926, p. 1 sqq., pl. 1-2), H. Pierce (Aréthuse 4, 1927, p. 1 sqq.), tandis que d’autres tels que Volbach (Frühchristliche Kunst, Munich, 1958, p. 19, 57, pl. 60-61), Kähler (Rom und seine Welt, Munich, 1958, pl. 272), Budde (Die Entstehung des antiken Repräsentationsbildes, Berlin, 1957, p. 11, fig. 18), A. Rumpf (Stilphasen der spätantiken Kunst, Cologne, 1957, p. 24, pl. 15, 72, Hd. Arch. IV 1, p. 198, pl. 72, 8), E. Buschor (Bildnisstufen, Munich, 1947, p. 148 sq., fig. 64) offrent des dates variées entre le ive et le ve siècles.

279 Cf. Eichler-Kris, n82, stola et palla rendues de la même façon, mais les épaules un peu plus larges et la chevelure moins détaillée.

280 Cf. le médaillon de Brescia, H. von Heintze, Das Goldglasmedaillon in Brescia, Festschrift Eugen von Mercklin, 1964, p. 41 sqq., pl. 23.

281 Cf. surtout les bustes à Petsworth et au Palazzo dei Conservatori, Meischner, fig. 75-76, n98, fig. 77-78, n99 ; cf. aussi le buste à Florence, Meischner, n100, fig. 79-80, et Mansuelli, n146.

282 Les bordures de bijoux découpées apparaissent probablement pour la première fois à l’époque des Antonins, bien que beaucoup de portraits de leur époque apparaissent dans des montures de l’époque des Sévères. Cf. ici le collier de Naix (n237 du présent catalogue), mais aussi des monnaies d’or de Lucille et de Commode entourés d’une monture en zigzag au British Museum, Marshall, Jewellery, nos 2868-2869. Cette technique dominera toute l’orfèvrerie du iiie siècle. Cf. H. Hoffmann, V. von Claer, Antiker Gold und Silberschmuck, Museum für Kunst und Gewerbe, Hamburg, Mayence 1968, p. 142 ; Hoffmann cite plusieurs boucles d’oreilles au musée de Damas, et C. Alexander, Jewelry, MMA, New York, 1928, fig. 58 ; R. Zahn, Ausstellung von Schmuckarbeiten aus Edelmetall aus den Staatlichen Museen zu Berlin, 1932, p. 66, fig. 46 ; A. Riegl (Industria artistica tarda romana2, Florence, Sansoni, 1953) étudie le développement de cette technique, p. 249 sqq. Voir également E. Coche de La Ferté, Les Bijoux antiques, pl. XLIV 1, médaillon en émail cloisonné avec bordure en or aux fleurs de lotus stylisées ; Ridder (de), Collection de Clercq, n1180. La monture la plus proche est celle d’un pendentif en améthyste au British Museum, Marshall, Jewellery, n3007, provenant de Tortose, et deux appliques entourant des monnaies avec l’effigie de Julia Domna trouvées ensemble avec un collier provenant de la région d’Alep et se trouvant à Berlin, Zahn, ibid., p. 46, n3, et Kunst der Spätantike im Mittelmeerraum, Arch. Institut des Deutschen Reiches, 1939, n100, pl. 22. Cf. aussi R. Zahn, Collection Baurat Schiller, Berlin, 1929, pl. 45, n79. La rangée de fleurs de lotus y apparaît avec plus de netteté, surtout sur le dernier bijou, que sur notre camée où la friabilité de la feuille d’or mince a causé de légères déformations de la monture plus large.

283 Cf. Delbrück (op. cit.) et Svoronos, « Dorea Konstantinou Karapanou », Journal International d’Archéologie Numismatique 15, 1913, p. 17 sqq., n717 : ce dernier est d’une structure moins sévère, la joue est plus ronde ainsi que le cou modelé dans la manière des camées de l’époque des Sévères ; le dessin du casque à la forme sans netteté trahit la main d’un barbare ; il s’agit d’une version provinciale (peut-être de la Dacie ?) du même thème. Que l’on compare un autre camée dérivant du même type à Bucarest : cf. Gramatopol, n667.

284 Cf. pour la bouche, Gnecchi, pl. 99, 3 et 5-6 ; cf. aussi le camée de Sévère Alexandre dans la couronne de Napoléon au Louvre.

285 Gnecchi, pl. 101, 1 et pl. 98, 10 pour la forme de l’œil ; pl. 100, 1-2 pour la forme du cou.

286 Cf. le camée actuellement dans la collection Ortiz, cf. Möbius, ANRW, fig. 15, p. 50, mais pas Julia Domna, plutôt Cornelia Paula. Cf. E. Nau, « Julia Domna als Olympias », JNG 18, 1968, p. 50 sqq.

287 Cf. ici, les nos précédents.

288 Cf. Felletti Maj, Iconografia, n16, pl. II 2 et Felletti Maj, n273 ; cf. Kaschnitz-Weinberg II, p. 58 sq. et pl. 37, 1, et id., Spätrömische Porträts (Die Antike 2), 1926, p. 33 sqq.

289 La ligne mal dessinée qui fixe le sillon du premier rouleau vertical laisse supposer que le travail a été raté puis abandonné. Celle qui cerne le front marque aussi une ébauche. Sur le chignon nous distinguons les traits quadrillés caractéristiques des gravures de cette époque et également observables sur le camée à Cologne représentant probablement Caracalla (cf. ci-dessus).

290 Ancient Gems from the Burton Y. Berry Collection, n230.

291 Cf. Gramatopol, n662.

292 Cf. Meischner, pl. en face de p. 194.

293 Cf. le n237 du présent catalogue et un buste d’Athéna semblable appartenant également au groupe des camées de l’époque des Sévères, dans Henig, Corpus, n733, avec d’autres exemples ; cf. aussi Gallia XXIV, 1966, p. 453 sq., fig. 9 ; Carinthia I, CLI, 1961, p. 124 ; fig. 67.

294 Cf. Saint-Denis, p. 302, n21.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540