Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

Les Antonins

Texto completo

Trajan

157

Camée en sardonyx à trois couches, brune (feuilles de laurier, paludamentum), bleue (visage et bord de la corniche), bleu foncé presque noir (fond).

Fine monture en or émaillé ornée d’un rubis en haut et en bas, fin du xviie siècle.

Provenance : collections de Louis XIV ; décrit dans l’inventaire du début du xviiie siècle, no 285.

Dimensions : h. 82 ; l. 60 mm.

Buste de Trajan vêtu du paludamentum retenu par une fibule et orné d’une couronne de laurier dont les bandelettes ondulantes retombent sur l’épaule.

1L’essentiel a déjà été dit sur ce camée par W. H. Gross dans son ouvrage fondamental sur l’iconographie de Trajan. Face à ce beau camée nous sommes nous aussi frappée par le classicisme froid mais majestueux qui en émane. Cherchons cependant par la description des détails à progresser vers la somme de l’apparition humaine qu’il représente.

2Tâchons de comprendre la signification de la pierre et le choix de l’agate bleu foncé. Sans doute, la tête et le cou reposant sur un buste drapé, solide, centrés dans l’ovale à distance du bord et se détachant du fond foncé, inspirent la solennité ; le relief très peu marqué mais des plus fines nuances, la discrétion ; la taille de la couronne de laurier aux feuilles extrêmement minces et pointues, un certain maniérisme. Ce dernier est évident aussi dans le dessin délicat des cheveux incisés légèrement sur l’occiput, à peine divisés en mèches sur la nuque et groupés en flammèches parallèles plus importantes se courbant vers le front. Le profil de celui-ci très bombé se relie au nez droit par un angle très ouvert, ce qui prête au visage une certaine expression de noblesse, renforcée par un menton un peu en retrait mais marqué de puissance, une bouche aux lèvres presque inexistantes et à la commissure abaissée.

3Le dessin de l’œil au globe arrondi, à la pupille indiquée par une légère incision sous la paupière faiblement relevée, les mêmes plis rayonnant du coin de l’œil, le volume de l’oreille aplatie se détachant de la peau lisse trahissent un manque de vigueur dans cet ensemble où règne la dignité établie dans une belle forme.

4On peut se demander quelle période de la vie de Trajan reflète ce camée et à quelle phase de l’atelier impérial appartient cette gravure.

  • 1 Cf. Pline, Paneg., 52, 3 et 55, 6 ; Gross, p. 8.

5Si Pline a loué dans cet empereur une certaine modestie du grand homme, qui refusait le culte de sa personne, même en pierre précieuse1, un certain nombre de portraits glyptiques sont cependant parvenus jusqu’à nous.

  • 2 Walters, no 3610.

6Parmi ceux-ci l’on peut noter une certaine parenté avec le camée de Trajan et Plotine conservé au British Museum2, aussi bien pour la gravure des mèches souples de l’empereur, se courbant vers le front, que pour le traitement de la surface du paludamentum parsemé des mêmes incisions que la coiffure de Plotine.

  • 3 Cf. Gross, pl. 43, 5, p. 21.

7Certes l’expression est différente, plus dramatisée et plus juvénile sur le camée de Londres, l’effigie plus resserrée dans l’espace. Notre portrait semble appartenir à une phase plus tardive de la vie de Trajan et pourtant pas trop tardive. Nous distinguons un profil similaire au nôtre sur des monnaies émises lors des décennales3. Une certaine idéalisation se fait jour tandis qu’un cadrage différent est utilisé, laissant plus d’espace autour du buste.

  • 4 Cf. Strack, Reichprägung zur Zeit des Trajan, 1931, Tγ, Tβ.

8Si l’artiste a choisi une autre forme de buste que sur la monnaie c’est que celle-ci s’insère d’une façon plus esthétique dans l’ovale du camée qu’un torse un peu trop important avec la poitrine vue de trois quarts face. Sur des monnaies des années 105-106 à 111, le buste est plus petit, de profil ou de trois quarts dos, nu, drapé ou cuirassé, le visage plus idéalisé se rapproche de celui de notre camée4.

Nous suggérerions donc une date autour de 106-107 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, no 289 ; Marion du Mersan, p. 119, no 200 ; Babelon, Cabinet des Antiques, p. 191, pl. CIII, fig. 2 ; Chabouillet, no 240 ; Bernoulli, RI II-2, p. 83 e ; Furtwängler, AG III, p. 325, note 1 ; R. Paribeni, Optimus Princeps, 1927 ; Gross, p. 37 et 121, no A2, pl. 48 ; C. C. Vermeule, H. Jucker, AJA 61, p. 223 ; Richter, EGR, no 540 ; Megow, A 126, p. 229-230, pl. 41, 7 (qui le date de la Renaissance).

Femmes de l’époque de Trajan

158

Intaille convexe des deux côtés, à bords irréguliers taillés de biais.

Sardoine blonde translucide traversée d’une zone brune opaque.

Provenance : legs Chandon de Briailles, no 178 (acquise par Chandon en août 1933).

Dimensions : h. 18 ; l. 14 ; ép. 4 mm.

Buste drapé d’une dame de l’époque de Trajan, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Derrière la tête une fleur de lotus.

  • 5 Cf. G. Sangiorgi, « Nuovi acquisti della mia collezione di pietre incise », RM 48, 1933, p. 296 sqq(...)
  • 6 Cf. Walters, nos 2001-2002.

9Ce portrait fait partie d’une série qui doit représenter la même dame romaine, toujours caractérisée par un long cou flexible s’élançant d’un chiton aux plis ondulants et chatoyants, un visage juvénile, un port majestueux, un peu froid mais ne manquant ni d’allure ni de beauté. Le meilleur exemplaire de cette série se trouve dans la collection Sangiorgi5. D’autres, au British Museum6, montrent de légères variations mais les traits essentiels correspondent. En dehors des traits plutôt rectilignes, notamment sur les intailles conservées au British Museum, plus individualisés sur la pièce de maître de la collection Sangiorgi et moins raffinés sur notre sardoine, se retrouvent la large tresse composée de différents bandeaux de cheveux qui entourent la tête, les tresses horizontales couvrant le sommet de la tête, les menues mèches en crochet encadrant le front.

  • 7 Cf. op. cit.
  • 8 Cf. Mattingly, BMC Empire III, pl. 65 et p. clxxxiv.
  • 9 Cf. Furtwängler, AG I, pl. XLVIII 16.
  • 10 Cf. Mattingly, BMC Empire III, pl. 65, surtout 6 et 9.

10Sangiorgi7 avait identifié sa dame romaine comme Sabine, femme d’Hadrien. Si nos portraits sont différents du type plutôt matronal connu des monnaies, qui n’est pas antérieur à l’année 1298, ils peuvent néanmoins préserver une image de la jeune épouse d’Hadrien, petite-nièce de l’empereur d’alors, Trajan, petite-fille de sa sœur très aimée, Marciana. Une autre intaille, disparue, mais représentée dans Furtwängler9, montre déjà l’Augusta ornée du diadème des déesses. Elle pourrait se présenter comme un trait d’union entre la série des monnaies telles que les médailles en or extrêmement raffinées10 et la gravure de la cornaline de la collection Sangiorgi où l’on observe un cou presque aussi fin et élancé. Il est possible que cette dernière date des années 120 environ tandis que les deux intailles du British Museum auraient été gravées autour de 110. Sur notre intaille Sabine aurait à peu près 20 ans. Née dans les années 80, elle devint l’épouse d’Hadrien en 100. Il est possible qu’à l’occasion de son mariage, ce type de portrait de l’unique descendante proche de Trajan ait été créé : un portrait qui montre la jeune princesse en bourgeoise au visage franc et désinvolte, au nez un peu trop long, aux lèvres épaisses, avec une fleur sur l’épaule comme une Diane sortant d’un bosquet ou une allégorie de Spes – l’Espérance – promettant tout à celui qui espère, ou encore comme l’éternelle mère, Isis, entourée de lotus.

Vers 100-110 après J.-C.

159

Intaille à surface plate et base convexe.

Cornaline blonde.

Provenance : inconnue. Don Armand-Valton ?

Dimensions : h. 12 ; l. 10 ; ép. 2 mm.

Portrait de jeune fille de l’époque de Trajan, probablement la même que la précédente.

11La gravure est due au même atelier ou artiste qui aurait encore simplifié certains détails. Le profil au nez proéminent, à la bouche ouverte prête à parler, est encore plus accusé, les lèvres rendues en gros globules, la paupière soulignée, le nombre des bandes de cheveux traversant le sommet de l’occiput diminué. Au lieu des tresses entourant la tête en couronne, c’est un chignon rond qui gonfle le haut de l’occiput ; tandis qu’un ruban ou diadème cerne le front légèrement fuyant, parallèle à une rangée de cheveux rendus par des traits obliques. Le drapé ondulant suit le même mouvement que sur l’intaille précédente, bien que d’un volume moindre.

12Le cou mince et raide, un peu enflé sous le menton se tient en position redressée.

Date peut-être un peu antérieure à celle de l’intaille précédente.

160

Intaille plate à la surface et convexe à la base.

Cornaline nuageuse.

Provenance : acquise en juillet 1857 chez M. Girles. Registre D 6555 (intaille 2090 b).

Dimensions : h. 19 ; l. 13 ; ép. 5 mm.

Dame romaine de l’époque de Trajan. Son buste est drapé du chiton et de l’himation, qui enveloppe le cou élancé ; la tête est vue de profil.

  • 11 No 1790.
  • 12 Walters, nos 2001-2002.
  • 13 Walters, nos 2001-2002.

13Ce portrait, dont une réplique plus petite se trouve au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg11, se rattache sans doute au précédent et devrait dater de la même époque. Bien qu’on puisse le considérer comme une pièce de transition entre la tête précédente sur la cornaline de la collection Chandon de Briailles et les deux intailles, représentant probablement Sabine, au British Museum12, cette tête un peu raide, aux grandes surfaces lisses, se dressant sur un cou droit presque cylindrique, le tout un peu dénué d’âme et d’intelligence, semble avoir appartenu à une « princesse » qui aurait eu l’honneur d’être reproduite sur des pierres précieuses. Si la coiffure, composée d’une seule tresse enroulée autour de la tête, montre plus de sobriété et une direction différente des cheveux traversant le sommet de la tête, le drapé d’un manteau ou châle porté par-dessus le chiton et richement plié autour du cou anticipe déjà le luxe des étoffes de la riche période d’Antonin le Pieux13.

  • 14 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 23, 13-16.

14Relevons que l’intaille du musée de l’Ermitage ne peut représenter qu’une enfant, une fillette d’environ 10 à 12 ans ; la nôtre, par contre, une jeune fille, peut-être même une jeune femme de 17 à 20 ans, à la ligne du profil presque droite, aux lèvres entrouvertes, mais au port de tête majestueux et ressemblant presque, avec sa tresse serrée et rigide, aux anciennes Victoires italiques sur les monnaies de César14 ou peut-être même à Koré, à laquelle on avait comparé Sabine, fille de Matidia assimilée à Déméter. Cette Koré ne pourrait-elle être Sabine, la jeune fille et bientôt la jeune femme la plus en vue à la cour de Trajan ? Nous n’en avons pas de preuves certaines, mais c’est possible.

15Pendant la courte période du règne de Nerva, on affecta le retour aux mœurs – aux « mores maiorum » – des anciens Romains. Et cette coiffure, bien que moderne, ne pourrait-elle – par contraste avec la haute perruque de la période flavienne – symboliser le retour à la sobriété des anciens ?

Environ 100 après J.-C.

161

Intaille convexe, à base plate, les bords de taille conique arrondis.

Cornaline foncée et opaque, cassée au bord en haut. Monture en bague moderne ; la partie incisée n’a pas été polie.

Provenance : acquise en 1884, chez M. Selivianotti, 53, boul. de Strasbourg, pour 120 F. Registre L 156 (intaille 2137 c).

Dimensions : h. 14 ; l. 12 mm.

Portrait de dame romaine couronnée d’une tresse entourant la tête. Elle est drapée du manteau porté au-dessus de l’himation et d’un collier de perles serrant le cou. Inscription : E ΛAPA

16Portrait très proche du précédent mais ne représentant probablement pas la même personne.

17La gravure est encore plus grossière, les cheveux couvrant le sommet de la tête ne sont rendus que par de simples lignes parallèles, ceux de l’occiput en deux rangées de stries parallèles horizontales ; l’oreille et le rouleau de cheveux entourant la tête sont légèrement enflés ; les tresses couronnant la tête sont en forme d’arête de poisson et sont longées en haut par une ligne remplie de traits. Le cou est également gracieux mais divisé à mi-hauteur par le collier de grosses perles.

18Le drapé, différent de celui des portraits précédents, se compose d’un bord du chiton retombant en pointe sur la poitrine, recouvert sur les deux épaules par la palla.

19Il est possible que ce soit là un portrait privé ; la légende se lirait ainsi comme le nom du propriétaire du sceau.

Début du iie siècle après J.-C.

162

Intaille plate des deux côtés, à bords de taille conique puis de biais.

Nicolo monté en bague de métal doré moderne.

Provenance : inconnue (intaille no 2091 a).

Dimensions : h. 12,5 ; l. 10 mm.

Buste de dame romaine de l’époque de Trajan. Devant le champ, la lettre P, probablement initiale du propriétaire.

  • 15 Cf. ici no 141.
  • 16 Furtwängler, Beschreibung, no 8289 ; un autre portrait dans une collection privée, cf. Gesichter, n(...)
  • 17 Non publiée ; cf. aussi un portrait de Marc Aurèle jeune à Vienne, Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienn (...)
  • 18 Mansuelli II, no 89, p. 85, fig. 89.
  • 19 Giuliano, Ritratti, no 59.
  • 20 Wegner, Hadrian, pl. 37.

20Bien que les portraits privés, notamment de riches bourgeois, aient été en vogue à l’époque flavienne et à celle des Antonins, nous pouvons reconnaître sur un nombre de petites intailles, proches de l’art populaire, des membres de la famille impériale tels que Vespasien15, Domitien à Berlin16, Julia Titi à Aquilée17, souvent sur des nicolos de même forme et grandeur que notre pièce. Mais étant donné que nous ne pouvons suivre les types de portraits des dames de cette époque dans les séries monétaires, il ne nous est pas possible de les identifier, surtout lorsqu’ils sont dépourvus d’insignes impériaux. Il nous est toutefois possible de dater ce portrait dans le premier quart du iie siècle après J.-C., période durant laquelle cette coiffure, consistant en une épaisse tresse entourant le sommet de la tête, était à la mode, comme le révèlent une statue des Offices de Florence18 et une du musée du Latran19. C’était sans doute également la coiffure de Matidia20 et de Sabine, et celle portée quelque temps par Plotine, mais qui n’apparaît pas sur les monnaies – on expliquerait ainsi le P comme initiale de Plotine, mais ce peut être aussi Matidia, nièce de Trajan, dont l’apparence aurait été visée sur notre nicolo. Le port majestueux du buste matronal, vu de trois quarts, la tête nonchalamment relevée sur un cou élancé, penché légèrement en avant et reposant sur une épaule solide, pourraient caractériser cette grande bourgeoise aux traits nets et disciplinés. Cette hypothèse serait confirmée par un croquis encore plus rudimentaire sur un jaspe rouge à Aquilée, non publié.

21De toute façon l’intaille doit dater de son époque.

Autour de 100-110 après J.-C.

Bibliographie

La pièce est mentionnée sans précision et sans no d’inventaire, chez Carandini, Vibia Sabina, p. 129, o et note 9. L’auteur distingue « l’acconciature a turbante… identica a quella portata da Sabina. La pietra è contrassegnata da una lettera “P” ».

163

Intaille plate des deux côtés, aux bords taillés de biais.

Cornaline foncée.

Provenance : Cabinet du roi ; attestée dans les collections en 1750.

Dimensions : h. 12,5 ; l. 10 ; ép. 2 mm.

Buste drapé de Sabine de profil à droite (sur le moulage, à gauche).

  • 21 Cf. Carandini, Vibia Sabina, p. 124 sq., date cette pièce vers 128-129.

22Malgré certaines divergences on peut rattacher cette intaille, d’une gravure médiocre, aux représentations monétaires de Sabine des années 128 à 134 en suivant la proposition de Carandini21.

23En comparaison avec les monnaies citées, le graveur a procédé cependant encore à une simplification des détails, en remplissant de menus traits parallèles, d’une façon mécanique, le bandeau ou diadème cernant le front et le rouleau de cheveux qui le sépare de la stéphané de déesse ou de l’Augusta. Une gravure un peu confuse règne aussi dans le dessin de la tresse enroulée et dans l’indication des trois bourrelets descendant de l’occiput vers la nuque, qui représentent, comme sur les monnaies, trois bandes de cheveux, ainsi que dans le développement des plis du manteau dont le bord remonte sur le cou et s’enroule sur la poitrine dans le chiton tandis qu’il pend de l’autre côté en lignes presque droites.

24Malgré ces dissemblances dans les détails et une certaine rudesse de l’expression calligraphique, évidente aussi dans le dessin du front droit et du nez pointu à la narine exagérée, l’artiste a su prêter une note personnelle au visage, à la joue et au bas du menton arrondis, au cou toujours long et gracieux.

25Ainsi ce portrait s’insère-t-il dans une tradition de gravure artisanale dont le niveau s’est maintenu depuis la République romaine.

26La présence de la stéphané permet de conclure à une représentation de l’Augusta.

Bibliographie

Chabouillet, no 2091 ; Mariette II, tête 65 ; Carandini, Vibia Sabina, p. 124, XVII, fig. 82.

Antinoüs

164

Intaille ovale plate des deux côtés, aux bords taillés de biais.

Jaspe rouge foncé légèrement ébréché au bord.

Provenance : legs Chandon de Briailles, no 186 (acquise par Chandon en 1934).

Dimensions : h. 15 ; l. 12 ; ép. 2,5 mm.

Antinoüs vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite), la chlamyde drapée et retenue sur l’épaule par une fibule ronde.

  • 22 Cf. G. Blum, « Numismatique d’Antinoos », Journal international d’archéologie numismatique 16, 1914 (...)
  • 23 Cf. H. Meyer, Antinoos, 1991, p. 157-158 ; H. Lavagne, dans Hadrien, no 101, avec bibliographie.

27Cette petite image du jeune homme, reconnaissable aux longues boucles tombant dans le cou, à la frange épaisse tombant sur le front en boucles vigoureuses, au profil régulier, est assez sommaire mais de bonne facture22. Certes la coiffure, comme le visage, est moins détaillée et individualisée que sur la gemme de l’ancienne collection Marlborough23, à la signature incomplète. Mais le schéma d’ensemble est comparable, les traits principaux sont bien marqués, la joue ronde, la bouche pulpeuse, l’œil à la paupière supérieure lourde, la chlamyde attachée de même sur l’épaule par une fibule ronde. Sans doute s’agit-il d’une dérivation populaire de cette œuvre de cour.

165

Camée de trois couches.

Sardonyx brune (couronne et paludamentum), blanche (visage et épaule, bandelettes du diadème) ; le fond brun est de la même teinte que la première couche, mais en transparence blond miel. Le camée est intact à part de petites ébréchures à la lèvre supérieure, à la couronne où une feuille de chêne manque, le long de l’épaule, un petit éclat au revers, au bord, en bas à gauche. Monture en or émaillé de la fin du xviie siècle.

Provenance : Cabinet de Louis XIV ; il s’agit probablement du camée mentionné dans les comptes des bâtiments du roi à la date du 28 février 1686, « 2 000 livres pour un Antinoüs en sardonyx » ; inventaire du début du xviiie siècle, 7e tablette, no 278.

Dimensions : h. (sans monture) 58 ; l. 46 mm.

Antinoüs en buste, vêtu du paludamentum retenu d’une fibule ronde sur l’épaule, est orné d’une couronne de chêne, dont les bandelettes retombent dans le cou.

  • 24 Cf. le no 109 du présent catalogue.
  • 25 Cf. par exemple le buste du musée du Capitole, no d’inv. 294, Fittschen-Zanker, I, no 55, pl. 61-62 (...)
  • 26 Cf. le relief de l’Antinoüs Sylvain trouvé près de Lanuvium signé d’Antonianos d’Aphrodisias, H. Me (...)
  • 27 Cf. la statue trouvée dans les thermes de Leptis Magna, H. Meyer, Antinoos, p. 82-83, pl. 70-72, I (...)

28La taille du camée est semblable à celle du camée avec les deux Agrippines24, surtout en bas, la couche surélevée d’un blanc grisâtre tranchée de biais vers l’extérieur, la couche supérieure brune très mince, plus épaisse au niveau de la couronne, tandis que la couche blanche du visage est beaucoup plus fine. Ce fort surplomb du relief de la couronne et du buste, y compris l’épaule, par rapport au très léger bas-relief du visage fait suspecter une réutilisation et une retaille d’un camée plus ancien, d’autant plus que l’attribut d’une couronne de chêne, la corona civica, est tout à fait inhabituel pour un simple particulier et ne se justifie en rien pour le favori de l’empereur. Certes Antinoüs a été assimilé à plusieurs divinités et, comme tel, couronné tantôt des lauriers d’Apollon25, tantôt des branches de pin de Sylvain26 ou, plus souvent, des pampres de Dionysos27 et des symboles de son parèdre égyptien, Osiris. Mais il n’est jamais représenté porteur des attributs impériaux.

29La taille en surplomb du buste par rapport au fond, le goût pour un contraste de couleurs marqué, la présence de la couronne et les dimensions importantes de ce camée le rapproche des œuvres du milieu du ier siècle. Le visage et la chevelure auraient été regravés entre 130, date de la mort d’Antinoüs et 138, année de la mort d’Hadrien, pour immortaliser dans une pièce luxueuse les traits du jeune favori.

Bibliographie

Babelon, Camées, no 238 ; F. Matz, RM 54, 1939, p. 156, note 3 ; Megow, E 6, p. 308, pl. 42, 10 (réutilisation d’un camée de l’époque de Néron, regravé).

Marc Aurèle adolescent

166

Intaille plate des deux côtés avec bords de taille conique puis de biais.

Nicolo brun sombre (revers et bords), blond translucide par transparence au niveau du visage et bleu.

Provenance : ancien fonds ; attestée dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 15 ; l. 12,5 ; ép. 3 mm.

Buste d’Hercule jeune vu de dos, la tête de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Derrière la nuque, inscription CAIE de bas en haut.

  • 28 Cf. le no 162 du présent catalogue, notes 16 et 17.
  • 29 Cf. ici, le no 141.

30Certes, on serait tenté de distinguer dans cette tête à chevelure crépue un Hercule juvénile sans nom précis, mais la comparaison avec les pièces suivantes suggère de le rattacher à l’iconographie de Marc Aurèle. En outre, nous avons remarqué sur divers nicolos des portraits d’empereurs ou d’impératrices28, tous gravés d’une manière artisanale, retenant juste quelques particularités caractéristiques de la personne représentée, ici la chevelure en boucles serrées descendant sur le front, l’œil ouvert au regard franc, la joue de l’enfant un peu trop arrondie grâce à l’usage de la bouterolle appuyée. Comme pour le portrait de Vespasien29, l’artiste a accentué les rondeurs telles ici la courte colonne du cou et l’épaule s’abaissant sous le menton légèrement fuyant.

31Sans doute cette image s’insère-t-elle dans un langage iconographique qui pourrait caractériser par exemple Aelius Verus, élu et adopté par Hadrien pour être son successeur, et qui lui-même choisit comme fiancé pour sa fille Fabia le jeune Marc Aurèle.

32C’est dans cette ambiance que cette image populaire aurait été créée, présentant l’enfant destiné à être le futur empereur comme un Hercule adolescent, qui promettrait d’assumer les vertus du héros.

Vers 130-135 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, no 2092.

167

Intaille plate à la surface, légèrement bombée au dos.

Cornaline rouge, blonde en transparence, montée en bague en or moderne.

Provenance : acquisition 1976-65.

Dimensions : h. 15 ; l. 12 mm.

Marc Aurèle adolescent vu de dos, la tête de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Le bord du manteau enroulé pend de l’épaule et laisse l’autre épaule découverte.

  • 30 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 3, 17-20 ; pl. 4, 8-20 ; pl. 27, 7-11, p. 21 sqq. et p. 139.
  • 31 Ibid., pl. 4, 14.
  • 32 Ibid., pl. 4, 18.
  • 33 Ibid., pl. 4, 12.
  • 34 Ibid., pl. 4, 20.

33Ce portrait s’insère entre celui du nicolo précédent et de la calcédoine suivante, chacun caractérisant une période de la vie de Marc Aurèle. Celui-ci marquera la phase durant laquelle le jeune homme de 18-19 ans désigné consul, occupa cette magistrature en 140. Ce même type de jeune homme à l’expression presque enfantine mais d’un sérieux attentif apparaîtra pendant des années sur des monnaies30 souvent avec des variantes, mais en gardant les mêmes traits caractéristiques : le bonnet de la chevelure bouclée laissant l’oreille libre, la chevelure rendue d’une façon tantôt sèche31 tantôt plus emphatique32, un profil parfois raccourci33, le menton rond, quelquefois rendu comme sur l’intaille34.

  • 35 Cf. le no 84 du présent catalogue.

34Comme sur les autres intailles, le buste est vu de dos, imitant ainsi les représentations d’autres princes impériaux35.

168

Intaille plate des deux côtés aux bords taillés de biais.

Calcédoine brunâtre montée en bague en or moderne.

Provenance : don du duc de Luynes, no 156.

Dimensions : h. 16 ; l. 13 mm.

Jeune homme vu de dos, la tête de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 36 Cf. la cornaline no 167 du présent catalogue et pour la position de l’épaule proéminente le nicolo (...)
  • 37 Cf. le no 168 du présent catalogue, fig. a : médaillon de Marc Aurèle, BNF, Cabinet des médailles, (...)

35Ce portrait continue sans doute le type précédent36 mais porté à un état de plus grande maturité, comme le montre la comparaison avec l’effigie de Marc Aurèle sur un médaillon37 daté de son deuxième consulat.

  • 38 Cf. aussi M. Wegner, Die Herrscherbildnisse in antoninischer Zeit, pl. 59, surtout d, où Marc Aurèl (...)

36Une grande ressemblance est visible non seulement dans le dessin du profil du front bombé et de l’arcade sourcilière, rendue avec précision, mais aussi dans celui du nez droit, pointu, débutant dans un angle ouvert. Le contour de la courte chevelure bouclée est semblable, excepté pour les mèches qui retombent sur le front. Différente est aussi la rondeur du menton, plus pointu généralement sur les monnaies38.

37La joue un peu plus pleine et plus vigoureuse marque sans doute le poids des années et l’obligation de faire face à des tâches plus lourdes, qu’embrasse l’œil au regard direct.

38Bien que le maître graveur se soit inspiré d’un modèle antérieur, il a su donner un fin modelé en utilisant les ombres délicates et nuancées de la calcédoine et saisir, dans cette tête portée fièrement par un cou droit, l’expression du jeune César de 25 ans, le futur empereur Augustus.

39C’est la plus belle image glyptique de Marc Aurèle qui nous soit parvenue. On peut même dire qu’elle révèle, davantage encore qu’un certain nombre de bustes, le caractère du jeune prince, né le 26 avril 121, adopté dès 140, à l’âge de 19 ans, âge auquel il fut pour la première fois consul, par Antonin le Pieux, inquiet pour sa succession.

40C’est un adolescent guère plus âgé que représente l’intaille. L’artiste n’a pas seulement su rendre les apparences de ce tout jeune consul mais aussi saisir la conscience profonde de sa tâche. Dans le visage régulier, la chevelure bouclée à la mode, laissant à découvert l’oreille et la nuque, nimbe gracieusement le front tandis que l’œil, dans l’ombre de l’arcade sourcilière finement tracée, à la paupière large et à l’orbite bombée finement modelée, exprime l’intelligence perspicace et attire le plus l’attention.

41À part ce détail de l’orbite finement modelée et traitée avec maîtrise, l’artiste a exécuté le portrait dans le style des premières effigies monétaires de Marc Aurèle.

Vers 145 après J.-C.

Bibliographie

Vollenweider, Ritratto…, p. 92, fig. 5.

169

Intaille plate à base légèrement arrondie.

Cornaline finement polie montée en bague en or moderne, ébréchée légèrement au bord.

Provenance : don du duc de Luynes, no 152.

Dimensions : h. 16,5 ; l. 13 mm.

Buste de jeune homme drapé du paludamentum orné d’une fibule ronde. Il est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

42Il n’y a pas de doute que ce jeune homme au visage allongé, la tête reposant sur un long cou arrondi, appartient à une des familles impériales qui prit la succession d’Hadrien.

  • 39 Les fils de Marc Aurèle sont : 1°, T. Aelius Antoninus, né en 147 ; 2°, T. Aurelius Antoninus ; 3°, (...)

43C’est probablement le même qui apparaît sur une intaille du musée de l’Ermitage, avec une allure encore plus juvénile. On peut hésiter entre l’un des nombreux fils de Marc Aurèle39, un membre de la famille d’Antonin le Pieux ou encore de celle d’Aelius César. Relevons qu’aucun des fils de Marc Aurèle, hormis Commode, n’atteignit l’âge du jeune homme représenté sur l’intaille.

  • 40 Cf. Borda, Le famiglie imperiali, p. 104, no 24 ; RE I-2, col. 2270, Annius 61 ; von Rohden-Dessau, (...)

44Parmi les cousins de Marc Aurèle figure cependant un homme, Marcus Annius Libo qui secondait l’empereur dans ses entreprises et qui prit part à la guerre contre les Parthes40.

  • 41 Cf. aussi M. Ceionius, Civica Barbarus, frère d’Aelius Verus et oncle de Lucius Verus, qui fut cons (...)

45On pourrait justifier une telle identification par le fait que le jeune homme de l’intaille porte le paludamentum, le manteau de guerre, qui pourrait faire allusion à une participation à une opération militaire. D’autre part il pourrait s’insérer avec le portrait du jeune homme précédent dans cette période41.

46Comme notre portrait de jeune homme se rapproche encore de l’iconographie de l’époque d’Hadrien, nous penchons pour cette hypothèse.

Bibliographie

Vollenweider, Ritratto…, p. 92.

Faustine I

170

Intaille convexe aux bords taillés en biseau, base plate.

Cornaline avec de minuscules taches ou incrustations à la surface.

Provenance : collection Henri Seyrig, registre 1973.1.517.

Dimensions : h. 20,5 ; l. 16 ; ép. 4 mm.

Faustine I drapée, de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

47Annia Galeria Faustine, épouse d’Antonin le Pieux, née en 105 de notre ère, mourut en 141 à l’âge de 36 ans, trois ans après que son époux eut pris la succession d’Hadrien comme empereur. Celui-ci, né en septembre 1986, lui survécut encore vingt ans jusqu’en 161.

48Bien qu’Antonin le Pieux ait commémoré pendant toute sa vie l’effigie de son épouse qui l’avait quitté si prématurément, les portraits en pierre fine sont rares.

  • 42 Cf.. Mazzini II, pl. LXXXIV sq. ; cf. également BMC Empire IV, pl. 39, 2-3.
  • 43 L’expression se rapproche plus des portraits sculptés, cf. Wegner, pl. 10, tête du musée du Capitol (...)

49La coiffure caractéristique de Faustine I, avec sa longue tresse remontée au sommet du crâne où elle s’enroule, formant une sorte de nid, est détaillée mais rapidement exécutée. Le long cou rond, le petit menton charnu se prolongeant dans la ligne du cou sont bien visibles sur les monnaies42 mais ici l’expression est moins figée et formelle, les lèvres s’entrouvrent en un léger sourire43, prêtant au visage de l’impératrice une douceur gracieuse et plus juvénile. Cette gravure vivante mais sommaire correspond à un goût populaire et témoigne de la diffusion par de petites pièces de modeste valeur des portraits officiels.

Bibliographie

Vollenweider, Ritratto…, p. 89, fig. 4.

171

Médaillon avec buste d’impératrice en haut-relief.

Calcédoine saphirine. Monture d’or moderne, à bordure en cordelette, avec bélière.

Éclats au bord du diadème, cassure à la base de la poitrine ; de chaque côté du cou est creusé un trou rond.

Provenance : acquis en 1913 de M. Feuardent (registre d’entrée N 4119 ; camée 295 a). Anciennes collections Arundel, Marlborough et Arthur Evans.

Dimensions : h. 51 ; l. 38,5 (sans la monture) ; ép. 25 mm (avec la monture d’or).

Déesse vêtue d’un péplos fixé par deux fibules rondes sur les épaules. Elle est coiffée de la stéphané marquée de six trous ronds minuscules destinés à porter des perles ou de petites pierres précieuses qui décoraient sans doute aussi les ronds creusés dans les fibules.

50D’un buste arrondi taillé en dessous des épaules se relève sur un cou gracieux, incliné légèrement à droite, la tête d’une impératrice ou d’une déesse vue de trois quarts vers sa droite. Les cheveux sont séparés par une raie médiane, puis relevés en ondes finement incisées de chaque côté, jusque sous la couronne. Sur l’occiput, du côté droit, ressort une masse de cheveux indiquant un chignon.

51L’ovale allongé du visage, le nez droit, les deux lignes qui indiquent l’arête du nez s’évasant pour former les arcades sourcilières finement accusées, puis se rabaissant vers les tempes, le volume des cheveux encadrant le visage trahissent une noble allure et une grande élégance. Ces qualités sont encore rehaussées par la finesse du poli, presque exagéré. Avec une égale subtilité se distribuent les cheveux au sommet de la tête, partant en lignes fluides d’une raie centrale vers l’occiput.

52Les formes et lignes pures contrastent un peu avec les traits personnels assez inexpressifs tels les yeux cernés de paupières lourdes traitées en bourrelets, aux pupilles creusées d’un point, et la bouche aux lèvres écartées et proéminentes.

  • 44 Cf. Wegner, buste d’Ostie, p. 159-160, pl. 11, où la tête est de même légèrement tournée sur le côt (...)
  • 45 En dépôt au musée du Louvre. Don Alphonse Kann, no d’inv. 77 800. R. Lantier (« buste en cristal de (...)
  • 46 Cf. Wegner, p. 165.
  • 47 El-Djem en Tunisie, cf. Lantier, op. cit., p. 134, fig. 5.
  • 48 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 1, 19-20.
  • 49 Cf. surtout ibid., pl. 9, 11.
  • 50 RIC, no 356 ; Mazzini II, pl. XC, d. 238.

53Malgré une certaine schématisation, une comparaison avec les monuments conservés de Faustine I s’avère possible44. Pour certains détails on ne peut non plus exclure le buste en cristal de roche du musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en- Laye45. On peut cependant objecter, ce qu’a fait déjà M. Wegner46 pour le buste trouvé à Thysdrus47, que le cou est trop mince et qu’il y a une réelle différence avec les effigies de l’impératrice. D’autre part, la coiffure, avec un chignon bas et non plus la galette de tresses sur le sommet du crâne, s’apparente plus à celle de Faustine la Jeune. Notons néanmoins un rapport avec les pièces suivantes, médaillons en calcédoine taillés en relief, qui faisaient probablement partie d’une même émission. Ce portrait est peut-être travaillé d’après un modèle constitué pendant la jeunesse de Faustine, ce qui expliquerait qu’il rende un tout autre aspect que les bustes officiels de l’impératrice Annia Galeria Faustina, née vers 105 après J.-C., réalisés après son mariage avec Antonin le Pieux, avant le consulat de ce dernier en 120. On pourrait admettre des effigies de cette toute jeune épouse, même avant l’adoption, qui était sans doute plus gracieuse que la matrone décédée à l’âge de 36 ans. Notons que le cou mince et gracieux caractérise aussi un certain nombre d’effigies monétaires48 ainsi que la stéphané49 et que la couronne de cheveux occupant le sommet n’est parfois que furtivement indiquée50. Ce type de portrait aurait pu être repris, même plus tardivement, et connaître une diffusion assez large pour que plusieurs graveurs aient dû être engagés.

54Sans doute avons-nous affaire à une œuvre provinciale, où il est évident que le graveur imitait d’un modèle de la capitale la manière de rendre les groupements de cheveux parallèles entourant le visage.

Bibliographie

Catalogue of the Marlborough Gems… sold by auction by Messrs Christie, Manson an Woods on Monday June 28, 1875, p. 73, no 467 (Story-Maskelyne) ; Vollenweider, Ritratto…, p. 89, note 5 ; Megow, B 43, p. 268, pl. 44, 8 ; Mikocki, no 355, p. 201, pl. XIV.

172

Médaillon en calcédoine semblable au précédent mais plus sommaire dans son exécution.

Le dos est de nouveau creux, mais une ligne incisée longeant le bord était probablement destinée à maintenir une monture fixée également dans un trou de perforation, au-dessus du front. En arrachant la monture un fragment a été cassé. Probablement à cette occasion une fêlure s’est produite, traversant le visage de la narine jusqu’à l’oreille gauche.

Calcédoine saphirine grisâtre tirant sur le bleu sur tout le côté droit de la poitrine.

Provenance : ancien fonds ; attesté dans la collection en 1838.

Dimensions : h. 55 ; l. (buste) 4 : relief (tête) 22 mm.

Buste probablement d’une souveraine représentée comme Junon, voilée et ornée de la stéphané vue de face. La tête est légèrement tournée à droite, des boucles suivant le cou mince et ondulant de chaque côté sur la poitrine. Elle est drapée du manteau, laissant l’épaule gauche à découvert.

55Malgré le travail plus sommaire que celui des deux autres médaillons en relief du Cabinet des médailles, la coiffure à peine ébauchée, l’expression est ici plus vivante.

Bibliographie

Babelon, Camées, no 295 ; Marion du Mersan, p. 115, no 133 ; Chabouillet, no 166 ; Furtwängler, AG III, p. 367 ; Lantier, MonPiot 38, 1941, p. 88 ; F. Fremersdorf, Das Römergrab in Weiden bei Köln, 1957, p. 51 ; Vollenweider, Ritratto…, p. 89, note 5 ; Megow, B 45, p. 268, pl. 45, 7 ; Mikocki, p. 62 et p. 202, no 360, pl. XXXI (Faustine l’Ancienne).

173

Masque en calcédoine grisâtre à gauche, cendrée à droite.

  • 51 Vollenweider, BNF I, no 245.

Gros éclat repoli au-dessus du front endommageant la couronne. Petit éclat à la pointe du nez et de la paupière droite. Comme le Socrate-Silène du Cabinet des médailles51 ce travail n’est qu’une façade d’une épaisseur d’un demi-centimètre à peu près, qui a dû revêtir un fond de bois ou de terre cuite.

Provenance : ancien fonds, attesté dans la collection en 1848.

Dimensions : h. 69 ; l. (épaule) 57 mm ; h. du relief (tête) 22 mm.

Buste d’une déesse vue de face, la tête tournée à droite. Elle est coiffée d’une stéphané et vêtue du chiton laissant l’épaule droite découverte. Ses cheveux, séparés par une raie, remontent en larges bandes ondulées vers le diadème tandis qu’une longue mèche se détache du côté gauche pour descendre sur l’épaule.

56Il ne fait pas de doute que ce médaillon, creusé par derrière mais arrondi, est en rapport avec celui de l’ancienne collection Marlborough. La souplesse du dessin des cheveux ondulés, la position de la tête tournée de côté sont les mêmes ; mais le bel ovale du visage, aux joues et au menton arrondis ainsi que le cou sont élargis et reposent sur des épaules bien bâties, horizontales, la droite dénudée, les plis du chiton séparés par des cannelures incisées très nettes, verticales mais selon des axes variés, formant éventail sur le sein droit et un bourrelet à gauche.

57Les yeux, aux pupilles creusées d’un demi-cercle, disparaissant sous les paupières, ont, de même que la bouche, une expression encore plus impersonnelle, qui rappelle déjà les figures figées du Bas Empire.

58Malgré cette différence, nous admettrions l’appartenance à la série constituée par les pièces précédentes.

Bibliographie

Chabouillet, no 165 ; Babelon, no 297 ; Furtwängler, AG III, p. 367 ; Lantier, MonPiot 38, 1941 p. 88, fig. 197 ; F. Fremersdorf, Das Römergrab in Weiden bei Köln, 1957, p. 51 ; Megow, B 44, p. 268, pl. 44, 11 ; LIMC, Vénus nº 290 ; Mikocki, p. 66 et p. 206, no 389, pl. XXXII (Faustine la Jeune).

Marc Aurèle, Lucius Verus et leurs familles

174

Camée de deux couches.

Onyx blanc bleuâtre sur fond gris de calcédoine laiteux en transparence.

Provenance : Cabinet du roi. Acquis par Louis XIV, en 1674, du président Achille de Harlay.

Dimensions : h. 22 ; l. 34 mm.

Marc Aurèle à gauche regardant Lucius Verus. Leurs bustes sont cuirassés et vêtus du paludamentum, le premier vu de trois quarts de face, Lucius Verus de dos. Leurs images se détachent du fond en accusant le dénivelé des couches de l’onyx, le buste de Lucius Verus en fort relief par rapport au fond tandis que la tête de Marc Aurèle atteint plus de profondeur que celle de son gendre.

59C’est une image représentative des deux empereurs destinés à gouverner le monde, image figée dans une stabilité forcée, garantie par les deux hommes, présentés face à face. Le double portrait n’exprime pas seulement leur unité et leur force redoublée ; les deux cuirasses revêtues du paludamentum feraient allusion à un moment historique, à une guerre. Cette conjonction s’est produite lorsque Marc Aurèle et Lucius Verus durent prendre conjointement la défense de l’Empire menacé par les peuples barbares, tels les Marcomans de Bohème, les Quades de Moravie, les Hermundures de Thuringe, les Vandales et les Lombards qui avancèrent jusqu’au nord de l’Italie, où ils apparurent en 167 devant Aquilée. C’est pendant les deux ans qui s’écoulèrent jusqu’au début de 169, quand Lucius Verus, à son retour vers Rome, fut frappé d’apoplexie en Vénétie, que ce camée a dû être taillé.

  • 52 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 61, 10, p. 447.
  • 53 Wegner, pl. 61 k, p. 58.
  • 54 Ibid., pl. 43.

60On peut se demander si les données stylistiques correspondent à une telle datation. Relevons que des traits plus « barbares » commencent alors à apparaître, telle la perspective faussée du buste de Lucius Verus vu de dos et le modelé aplati des têtes. Mais notons que ces anomalies et une certaine sécheresse abrupte peuvent être dues à une survivance de l’ancien style italique, très vivace encore à l’époque de Claude. Nous pouvons également remarquer de pareilles tendances sur les monnaies, notamment autour de 167. L’aureus avec le portrait de L. Verus, frappé en cette année-là52, exprime ce réalisme, cette même bonhomie bourgeoise, et les images des deniers s’appauvrissent continuellement du fait d’artisans certainement d’origine locale. La chevelure hirsute, aux mèches rendues moins en boucles qu’en crochets et au grand volume surplombant le front, se remarque cependant déjà sur de rares monnaies des années 162-16453, mais aussi dans la grande sculpture, surtout sur le buste du musée du Capitole54. L’artiste du camée ne s’est pas fixé sur un modèle, mais a réuni des particularités de la sculpture et des effigies monétaires – de ces dernières surtout la barbe à franges.

  • 55 Cf. Wegner, pl. 60 d et p. 42 ; cf. RIC, no 925 ; cf. Mattingly IV, pl. 80, 5 (cf. la barbe effiloc (...)

61Quant au portrait de Marc Aurèle, il montre également une certaine ressemblance avec des frappes monétaires effectuées autour de 16655. Là aussi l’artiste a gardé sa propre personnalité et, même s’il n’a pas eu une vision historique et psychologique, une certaine finesse d’esprit ne lui fait pas défaut. Ainsi la lourde paupière de l’œil en retrait de Marc Aurèle, le front sillonné de rides dénonçant les soucis de l’âge, la bouche aux lèvres épaisses de Lucius Verus prêtent quelques accents individualisés à des images presque stéréotypées, mais qui maintiennent leurs formes et leurs proportions dans l’agrandissement.

  • 56 Cf. ici les camées oblongs à portraits de femmes (ci-dessous, nos 245, 251, 253, 254).

62Quant à la technique de la gravure, on observe ici la même surface rugueuse provoquée par des hachures et de profondes incisions que l’on retrouve à l’époque de Commode mais qui évolue vers une déformation grotesque sous Caracalla56. Par rapport à d’autres portraits de la famille impériale qui témoignent d’une grande perfection de forme et reflètent une humanité révélatrice d’une apogée de civilisation, ce camée-ci révèle un raidissement, presque une pétrification de l’image du souverain en chef de guerre.

63Là aussi les Sévères n’ont fait que continuer une des traditions léguées par les Antonins.

Autour de 166 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, no 245 ; Babelon, Camées, no 294, pl. XXXIII ; Furtwängler, AG III, p. 365 ; Wegner, p. 278 ; Richter, EGR, no 557 ; Vollenweider, Ritratto…, p. 88, fig. 1 ; Möbius, ANRW II-3, p. 61 ; Megow, p. 236, A 133, pl. 46, 1 (Renaissance).

175

Intaille convexe à base plate.

Bordure de métal moderne.

Sardoine de deux couches : brune et grisâtre.

Provenance : fonds général ; attestée dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 18 ; l. 15 ; ép. 5 mm.

Buste cuirassé d’un empereur, assimilé à Zeus Ammon par la corne de bélier dans les cheveux. Il est de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

64Malgré le dessin sommaire et d’un niveau assez primaire, mais bien disposé sur la sardoine brune, on est obligé d’admettre un portrait d’empereur, car la présence d’un manteau de général, ajoutée à celle de la corne de bélier de Zeus Ammon, ne peuvent vouloir désigner que le suprême souverain lui-même, que la barbe de philosophe permet d’identifier avec Marc Aurèle.

  • 57 Wegner, pl. 24-25, p. 43.

65Cette barbe est cependant un peu plus pointue que sur les portraits sculptés mais sa longueur est la même que sur les bustes du Louvre et du Capitole57 qui se situent vers les années 175, lorsque Marc Aurèle entreprit un voyage en Égypte d’où il rapporta sans doute cette comparaison avec le dieu dont déjà se réclamait Alexandre le Grand.

66Aussi sommaires que soient les traits sur cette intaille, l’arcade sourcilière proprement dessinée, les paupières un peu lourdes trahiraient une certaine fatigue, exprimée aussi sur le buste du Louvre.

  • 58 Wegner, ibid., pl. 60.

67La régularité de l’ordonnance de la chevelure se distingue cependant aussi sur des monnaies58, bien que les coquilles des boucles soient plus refermées. Leur volume accusé et rempli de lignes parallèles est peut-être inspiré par des modèles archaïsants, notamment d’Égypte, où cette intaille aurait été créée.

  • 59 P. Schatzmann, Zeitschrift für schweizerische Archäologie 2, 1940, p. 69-93 ; J.-Ch. Balty, Eikones (...)

68Ainsi cette image s’insère-t-elle dans le cadre des effigies provinciales de Marc Aurèle dont le buste en or trouvé à Avenches59 livrerait une interprétation gauloise.

Probablement vers 175 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, no 2065.

176

Mi-ronde-bosse en calcédoine cendrée, plus foncée vers la base, à bordure oblique puis tranchée en biseau. Le bord est cassé en bas, au niveau d’un trou de perforation, avec de légers éclats à droite et des manques importants à la hauteur de la tête. Un trou profond part du bord inférieur et s’enfonce dans le buste ; un autre trou de 27 mm a été foré au dos pénétrant la tête jusqu’au niveau des oreilles. Légers éclats au front, à la pointe du nez, sur les feuilles de vignes.

Provenance : ancien fonds ; attestée dans la collection en 1828.

Dimensions : h. 85 ; l. max. du buste 65 (avec base 70) ; h. du relief : 62 mm (env.).

D’un buste arrondi comme un quart de globe surgit la tête d’un bébé, à l’ovale allongé, plus large en bas qu’en haut, légèrement tournée vers sa gauche.

69Son front, haut et étroit, est couronné d’une boucle. Il tend vers le spectateur ses joues boursouflées entre lesquelles se retire un petit menton fuyant, son petit nez retroussé et aplati, ses yeux grands ouverts aux pupilles creusées, destinées à recevoir des incrustations, sa bouche charnue, à la lèvre supérieure avancée. Ses oreilles légèrement écartées sont placées en arrière des larges tempes un peu creusées. La chevelure se compose d’une série de vagues ressortant en relief, subdivisées par des incisions, qui forment trois grosses boucles sur le sommet de la tête, une à gauche, une autre à peine accusée longeant le haut de l’oreille, deux à droite, suivies de trois au-dessus de l’oreille.

70Le cou trapu, presque inexistant, cerné de deux plis, est entouré d’une couronne de feuilles de pampres dont deux grappes se détachent, celle de gauche recouverte en haut par une feuille.

  • 60 Plusieurs répliques et variantes sont connues de ce buste, une au Louvre provenant du trésor de Sai (...)
  • 61 Borda, Le Famiglie imperiali, p. 103 ; Bernoulli II-2, V, 4-5.

71Comme il a été désigné maintes fois, ce buste représenterait, avec la plus grande probabilité, Annius Verus60. L’effigie de cet enfant, mort à l’âge de sept ans, apparaît aussi sur des médaillons et des grands bronzes61.

  • 62 Cf. BMC Empire IV, p. 545 sq.

72Sur les épaules dénudées on lit en effet du bas vers le haut : VERINVS CONSVLIS (à gauche) ; à droite : PROBAT TEMPORA, du haut vers le bas. Le sens de ces mots n’a cependant jamais été compris. Ce n’est pas « un » consul qui aurait fait cadeau de ce buste à l’empereur ou à d’autres personnes. Le consul de ces années 162-163, lors de la naissance d’Annius Verus, était Marc Aurèle lui-même, consul pour la troisième fois, Lucius Verus l’étant pour la deuxième fois62. Cette inscription trahit le fin humour de Marc Aurèle qui, faisant cadeau de ce joyau, présente son dernier nouveau-né, lui prêtant le diminutif intime de Verinus, d’un enfant qui rayonnait le bonheur et « probat tempora ».

73Malgré une gravure qui néglige certains détails, la conception de l’ensemble et surtout la transposition de la nature rieuse et de l’être profond de l’enfant, rendu présent en son volume de chair douce, molle et chatoyante, révèle l’œuvre d’un maître. Il a su faire transparaître dans ce petit enfant une atmosphère de bonheur familial, trahissant la tendresse dont il était entouré.

Bibliographie

T. Dumersan, Notice des monuments exposés dans le Cabinet des Médailles, 1828, p. 30-31 ; Marion du Mersan, 1838, p. 119, no 206 et p. 125-126 ; Lenormant, p. 67 et 133 ; Chabouillet, no 247 ; Bernoulli, RI II-2, p. 199 ; Babelon, no 298 ; Gaborit- Chopin, CArch. 24, 1975, p. 141, fig. 10 ; Vollenweider, Ritratto…, p. 93-94, fig. 9 ; F. p. Arata, « Lo Hercules infans dracones duos strangulans del Muses Capitolino. Contributo all’iconografia imperiale d’età antonina », BCom 95, 1993, p. 92, note 111, fig. 22-23 ; Fittschen, Prinzenbildnisse, p. 68, note 360 a ; Alcouffe, Les Gemmes de la couronne, Paris, 2001, p. 60.

177

Intaille légèrement convexe, à petite base plate et bords tranchés en biseau, légèrement arrondis.

Béryl verdâtre monté en bague en or moderne.

Provenance : don du duc de Luynes, no 157.

Dimensions : h. 19 ; l. 14,5 ; ép. 4,5 mm.

Buste de Lucius Verus jeune, la chlamyde drapée autour du cou et retenue sur l’épaule par une fibule ronde.

  • 63 Cf. le no 177 du présent catalogue, fig. a, aureus frappé en 161, conservé au British Museum (BMC E (...)
  • 64 Cf. Wegner, pl. 42 et, au Vatican, pl. 44, b.
  • 65 Ibid., p. 244, ainsi que p. 63, 65, 81, 105, pl. 40. Buste du musée du Vatican, Sala dei Busti, no  (...)
  • 66 Cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, p. 232-233, pl. 75, 1 (Musée Fol, no 2981).
  • 67 Inv. no 13.227.1 ; Richter, The Metropolitan Museum of art, Handbook of the Classical Collection, N (...)
  • 68 Neverov, Antique Intaglios, no 137 (musée de l’Ermitage, inv. 1431) ; M. N. Lordkipanidze, Corpus I (...)

74Bien qu’il semble téméraire de désigner ainsi ce portrait sans disposer de preuves irréfutables, nous aboutissons à une telle conclusion si nous remontons en arrière, jusqu’aux premiers portraits identifiés de façon certaine. On sait que l’effigie de Lucius Verus apparaît pour la première fois sur des monnaies en 16163, lorsqu’il est nommé consul pour la seconde fois. Il s’y distingue par un front droit et bombé, un nez busqué, des lèvres épaisses, la supérieure légèrement avancée, l’œil en retrait sous une arcade sourcilière saillante. La chevelure, composée de boucles épaisses, est encore plus compacte et se prolonge dans la barbe, déjà fournie, retombant en trois mèches ondulées. La structure de la tête est confirmée par un certain nombre de bustes, ainsi celui du Louvre64 où cependant l’ampleur de la coiffure est encore davantage accentuée. Le visage, plus émacié sur l’intaille, pourrait aider à souligner l’expression plus juvénile. Toutefois le contraste est évident avec l’expression de mollesse accentuée sur un buste du Vatican que M. Wegner65 situe dans les années autour de 155 après J.-C. L. Verus, né en 130, avait alors à peu près 25 ans. On y remarque toutefois une même forme de barbe, reliée par un favori à la chevelure qui laisse à découvert le haut de l’oreille. Mais, sur le béryl, l’inertie des traits est atténuée, le front plus dégagé ; le profil est celui d’un homme non dépourvu d’une culture raffinée, mais refermé sur lui-même, avec un air de suffisance et de mélancolie déjà présent dans l’effigie de jeune homme d’une intaille en verre du musée d’Art et d’Histoire à Genève66, et qui se confirme dans des bustes comme celui du Metropolitan Museum67 ou sur la grande topaze de l’Ermitage68 ; cette dernière révélerait même l’angoisse de l’empereur devant une tâche qui le dépassait.

  • 69 Sala dei busti, no 286.
  • 70 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 47, 3 ; cf. Wegner, pl. 59 d (cf. Strack, Reichsprägung, no 953), (...)
  • 71 Vollenweider, Catalogue Genève II, no 236, p. 228, pl. 73 et id., Genava, XXII, 1974, p. 275 sq., G (...)
  • 72 Genava, 1974, P. 268 et p. 271, fig. 6. Naples, Museo Nazionale, no 250.
  • 73 Ibid., p. 269 et 273, fig. 10 ; Richter, EGR, no 580 et MMA Catalogue, no 498.

75Mais, comme nous l’avons dit plus haut, le béryl du Cabinet des médailles daterait encore d’une période antérieure, et même antérieure au buste du Vatican69. Serait-ce un portrait du consul de l’année 154 ? Cette suggestion n’est pas sans fondement. Dans les années 152-154, des portraits de Marc Aurèle, frère adoptif de L. Verus70, dont il était l’aîné de neuf ans, trahissent le même style de gravure et peut-être la main du même artiste. Constatons en outre une forme identique de la chevelure et de la barbe, la même précision et netteté du profil, la tendance aux formes nobles, liées ici à une subtilité presque précieuse, qui semblent caractéristiques du maître qui grava l’effigie de Faustine II sur le béryl de même teinte du musée d’Art et d’Histoire de Genève71, celle d’Antonin le Pieux sur l’améthyste de Naples72, et peut-être encore celle de Julia Domna sur un béryl pâle du Metropolitan Museum of Art73. Si nous acceptons parmi les premières œuvres de ce maître le portrait de Lucius Verus, son activité se serait étendue sur une quarantaine d’années. Le portrait d’Antonin le Pieux, père de Faustine II et empereur régnant jusqu’à sa mort survenue en 161, daterait des dernières années de sa vie, de sorte qu’un intervalle de cinq ans environ séparerait les deux œuvres, réunies par le même raffinement de la forme plastique, le dessin de l’épais sourcil, le foisonnement des courtes lignes irrégulières qui indiquent la barbe, alors que l’effigie de Julia Domna, du début du règne des Sévères, est, elle, d’une gravure plus conventionnelle et plus sèche.

76Désigner ce graveur comme le maître de l’atelier impérial ne nous semble pas impossible. Sans doute ne disposait-il pas seulement d’aptitudes techniques sortant de la routine, mais aussi de cet œil dont le regard ne s’arrête pas aux apparences mais pénètre les formes, symboles et miroir de la réalité. Ainsi ce portrait reflète-t-il les méandres d’une ultime sensibilité d’un mouvement baroque tardif.

Bibliographie

Vollenweider, Genava, 1974, p. 268 ; id., Ritratto…, p. 92, fig. 6.

178

Intaille plate des deux côtés, aux bords taillés de biais.

Cornaline très polie à la surface.

Provenance : ancien fonds ; attestée dans la collection en 1858.

Dimensions : h. 13 ; l. 10 ; ép. 2 mm.

Faustine II (?) drapée, de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 74 Cf. Mattingly, BMC Empire IV ; Wegner, p. 50 et pl. 63, surtout u.

77Malgré le caractère sommaire de la gravure, il est très probable qu’elle représente Faustine II dont on retrouve certains traits particuliers : le rouleau de cheveux longeant le visage, subdivisé en bandes horizontales incisées de fines lignes, vers lesquelles se dirigent les cheveux accolés à la tête et descendant verticalement. C’est une légère variante de la coiffure que Faustine II porta à la fin de sa vie dans les années 170, jusqu’à sa mort survenue en 17574.

78Sur certaines séries monétaires, surtout sur les deniers et les monnaies de bronze dus à des graveurs moins qualifiés, apparaissent aussi le profil au nez pointu, le galbe du cou rond, dessiné d’une ligne continue du menton vers la poitrine, où le drapé n’est indiqué que par de profondes lignes parallèles entourant le cou. Le chignon par contre présente une nouvelle variante : les deux rangées de tresses sont remplacées par quatre bulles séparées par une ligne. En dehors de cette note de fantaisie, ce portrait s’insère dans des séries d’intailles, notamment de jaspes rouges, destinées à la divulgation de l’effigie des souverains.

Autour de 170-175.

Bibliographie

Chabouillet, no 2095.

179

Intaille plate des deux côtés aux bords taillés de biais. Base non polie dont le bord a été coupé des deux côtés.

Jaspe rouge.

Provenance : acquise le 18 février 1903 de M. Hambar, rue Laffitte à Paris. Registre d’entrée M 5114.

Dimensions : h. 12 ; l. 9 ; ép. 2 mm.

Buste de femme drapée de l’époque des Antonins, vue de profil à gauche. Lucilla ? Inscription : ΠΟΘΟΥΜ ; derrière la tête : ENH.

  • 75 Par exemple à Aquilée, cf. Chiara Bianchi, « Un gruppo di diaspri rossi aquileiesi di età antonina (...)

79Cette intaille s’insère aussi dans une production d’images populaires des membres de la famille impériale mais peut-être aussi de personnes privées, qui montre une prédilection pour les jaspes rouges75. Si nous ne pouvons assurer qu’il s’agit d’un portrait de Faustine ou de Lucilla elles-mêmes, son appartenance à leur période peut être certaine.

  • 76 Cf. Wegner, pl. 63 o, p. 50 ; cf. RIC, no 1635 ; Strack, Reichsprägung, T. d ; Mattingly, BMC Empir (...)

80La coiffure aux cheveux lisses et plaqués accusant une courbe sur la partie supérieure de l’oreille se répète d’une façon semblable sur des monnaies de Faustine II76.

180

Intaille à surface plate, base légèrement convexe, les bords tranchés en biseau.

Jaspe rouge foncé poli ; monture moderne à bélière.

Provenance : ancien fonds. Attestée dans la collection en 1858.

Dimensions : h. 16,5 ; l. 12 ; ép. 3 mm.

Buste de jeune femme de profil à gauche, drapée d’un manteau dont les pans retombent sur le chiton.

  • 77 Cf. Mazzini, Monete imperiali romane, vol. II, 1957, pl. CXX, no 268 ; Wegner, p. 49, pl. 63 i ; St (...)

81La coiffure, à large bandeau ondulé dégageant juste le lobe de l’oreille et chignon de tresses, est celle portée par Faustine II vers 15477. Mais le profil diffère de celui de l’impératrice, notamment par le nez court et droit, pointu, la pommette haute, le petit menton volontaire. Comme sur l’intaille précédente, il s’agit plutôt d’une image populaire d’une dame romaine de la génération de Faustine.

Bibliographie

Chabouillet, no 2118 ; Zwierlein-Diehl, Würzburg, no 835.

181

Intaille à surface plate, base légèrement convexe, les bords tranchés en biseau.

Jaspe rouge foncé poli.

Provenance : collection H. Seyrig. H. S. 1973.1.52564.

Dimensions : h. 13,5 ; l. 9 ; ép. 3 mm.

Faustine II drapée d’un manteau dont le bord contourne la nuque et descend de chaque côté sur le chiton, indiqué par des lignes courbes parallèles. Son buste est vu de trois quarts de face, la tête de profil à gauche, sur le moulage à droite.

  • 78 Vollenweider, Genava XXII, 1974, p. 265 sq. ; id., Catalogue Genève, no 236.
  • 79 Cf. Walters, nos 2011-2012.
  • 80 Cf. en jaspe rouge, les intailles suivantes : a. musée de l’Ermitage, no 4906 ; b. musée Archéologi (...)

82Bien que d’une expression et d’un style différents de la cornaline précédente (no 178), cette image s’insère dans l’abondante iconographie glyptique de Faustine II. À part le chef-d’œuvre, dû à un maître graveur, du musée d’Art et d’Histoire de Genève78, nombreuses sont les œuvres de seconde qualité telles l’améthyste et la cornaline du British Museum79 ou encore celles en jaspe rouge ou en cornaline80 qui trouvent leur correspondance dans les divers types des deniers.

  • 81 Cf. Mattingly, BMC Empire, pl. 55, 5 et 56, 5.
  • 82 Cf. Mattingly, ibid., pl. 55, 17.
  • 83 Cf. Richter, MMA Catalogue, no 489.

83Ce portrait se relie aux dernières effigies monétaires de Faustine II. Le profil rappelle les monnaies des années 170-17581, monnaies qui alternent les deux types de coiffure, celle aux cheveux ondulés et celle au large bandeau longeant le visage de biais et couvrant l’oreille. Le bandeau est généralement subdivisé, comme ici, en mèches parallèles et s’arrête devant un chignon aplati, descendant sur la nuque et touchant le rebord du manteau, tandis que les cheveux bien tirés sur le sommet du crâne apparaissent sous forme de lignes parallèles descendant de biais jusque sous le bord du bandeau82. Le chignon présente le même volume que celui de la monnaie mais est subdivisé en une tresse et un bandeau arrondi rempli de traits parallèles tracés de biais. Quant au dessin du manteau il correspond à celui de la cornaline du Metropolitan Museum83 qui présente une image plus sommaire de Faustine II.

84Malgré l’indication de certains détails, tel la bordure zigzagante du rebord du manteau, le graveur se limite à retenir des traits caractéristiques, le cou élancé de l’impératrice, élégamment drapé, le visage ovale légèrement penché en avant, sans tenter de comprendre le secret de sa vie ni de rendre l’expression de son âme. C’est celui qui recevra l’intaille en cadeau qui jugera ou s’imaginera cette Junon ou Aphrodite terrestre qui touchait le cœur du peuple comme mère de treize enfants.

182

Intaille plate des deux côtés, aux bords taillés de biais.

Jaspe rouge.

Provenance : acquise le 29 octobre 1848 de M. Guys, ancien consul de France en Syrie ; registre d’entrée C 2909 ; intaille no 2095 b.

Dimensions : h. 13,5 ; l. 10 ; ép. 2 mm.

Faustine II drapée, de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Légende : ΠPOKΛ

  • 84 Cf. Wegner, pl. 63 p et déjà à une période antérieure, pl. 63 a et c ; cf. RIC, no 1651 et no 495 ; (...)

85Ce croquis rapide doit probablement, malgré sa gravure artisanale et son goût populaire, rendre les traits de l’impératrice, c’est-à-dire de Faustine II elle-même. Le fait que le graveur a indiqué le diadème de perles que Faustine porte dans les cheveux sur un certain nombre de monnaies84 confirme qu’il s’agit bien d’un portrait impérial.

  • 85 Cf. Wegner, p. 50.
  • 86 Pour le nom Proklès cf. RE XXIII 1, col. 175 sqq. qui est un nom fréquent comme Prokleidès ou Prokl (...)

86Ce bandeau de perles ou de pierres précieuses semble être complété sur l’intaille par un joyau plus important placé au centre, au-dessus du front. Le chignon bas à triple tresse se retrouve également sur le portrait monétaire de Faustine II85, ainsi que le bandeau de cheveux longeant le visage, subdivisé en ondes, et la petite mèche serpentant dans le cou. Puisque ces particularités se situent dans les années autour de 160, il est probable que ce portrait date de ces années, rappelant dans une gravure sommaire les traits de la souveraine, dont peut-être un nommé Proclès, serviteur ou client, se servait comme symbole de transaction ou dans l’exercice d’un privilège86.

Bibliographie

Chabouillet, no 3509.

183

Intaille plate à large biseau vers l’extérieur.

Onyx noir serti dans une bague en feuille d’or, à épaules larges et bombées.

Provenance : ancien fonds ; attestée dans la collection en 1858 ; intaille no 2095 e.

Dimensions : h. 11,5 ; l. 8,5 mm ; bague : h. 22,5, l. 27 ; int. : h. 17 ; l. 19 mm.

Buste de femme drapé, le visage longé d’un rouleau de cheveux descendant de biais vers un chignon aplati sur la nuque. Elle porte un ruban ou diadème vers lequel se dirigent les cheveux descendant du sommet de la tête en lignes parallèles.

  • 87 Cf. Guiraud, Gallia, supplément 48, p. 79, forme 2 e.

87La forme de la bague, aux épaules élargies et épaissies, est très répandue dans la deuxième moitié du iie siècle87. Si le profil hâtivement esquissé ne permet pas d’identification, une datation sous le règne de Faustine II, dans les années 170, est envisageable.

Bibliographie

Chabouillet, no 2603.

184

Intaille plate à large biseau vers l’extérieur et bords tranchés droits. Revers à surface plate et petit biseau.

Nicolo à deux couches, bleu gris et noir serti dans une monture moderne à bélière. Éclat au revers.

Provenance : ancien fonds ; attestée dans la collection en 1858.

Dimensions sans la monture : h. 13,5 ; l. 10 mm ; ép. 4 mm.

88Très proche par la forme du numéro précédent, cette petite intaille présente un buste de femme drapé, le cou enserré d’un collier, portant la coiffure à large bandeau et chignon dans le cou mais cette fois sans diadème. Le drapé du manteau et la chevelure sont rendus par de fins traits parallèles, assez systématiques.

Fin de l’époque antonine.

Bibliographie

Chabouillet, no 2120.

185

Camée de deux couches.

Onyx gris blanc sur fond gris bleu foncé. Le revers a été laissé brut, non poli.

Provenance : fonds général ; attesté dans la collection en 1897.

Dimensions : h. 16 ; l. 12 ; ép. max. 5 mm.

Buste drapé d’une femme, les cheveux relevés en un large bandeau qui longe le visage et couvre l’oreille et ramassés en un lourd chignon pendant sur la nuque. Elle est vue de profil à droite, le buste de trois quarts de face.

89Ce camée est d’une structure trop formaliste pour nous aider à une identification. Les structures géométriques y dominent. Le cou cylindrique, s’amincissant vers le haut et penché vers la droite, est contrebalancé par la forme ellipsoïde presque ovale de la tête, au crâne très large, à la joue au galbe accentué, le front fuyant formant presque une courbe avec le nez à pointe plongeante et le petit menton pointu, courbe accusée par les mêmes lignes vigoureuses que la bouche et les paupières.

90Malgré une certaine allure, cette gravure est purement conventionnelle. Les volumes des cheveux sont divisés en trois parties. Un rouleau large et aplati encadre le visage, tandis qu’au sommet du crâne et sur l’occiput, des lignes ondulées parallèles se dirigent, les unes presque horizontalement, les autres verticalement mais un peu de biais. Le chignon, qui ressemble à une ruche renversée, est subdivisé en petits champs carrés et trapézoïdaux, il s’accroche sur l’occiput par une natte enroulée.

91Ces manières trahissant plutôt l’aptitude technique et routinière qu’une interprétation iconographique pourraient se situer plutôt à l’époque des Sévères, mais des détails tels que le type de coiffure contredisent cette datation et nous obligent à nous demander si le camée n’appartiendrait pas à la période des Antonins, dont la coiffure est révélatrice.

  • 88 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 86, 3-4 ; cf. pour le chignon pendant une monnaie provenant d’Apam (...)
  • 89 Mattingly, ibid., pl. 86, 3-4.
  • 90 Cf. ibid., pl. 86, 3.

92Le même type de coiffure est adopté non seulement pour Faustine II88 mais aussi pour Crispine89 ; sur ce point, les effigies des deux impératrices se rejoignent. Mais on peut noter que la ligne du cou formant un angle ouvert, comme sur notre camée, est plus accusée chez Faustine II90. Pour les deux dames toutefois, la masse des cheveux longeant le visage en rouleaux parallèles prend à peu près la même direction que les stries sur le camée.

93On pourrait donc reconnaître dans ce camée du Cabinet des médailles une image de Faustine II Diva, gravée par un atelier travaillant dans la périphérie des grands centres de l’Empire romain. Puisque les monnaies de bronze à l’effigie de Faustine II jettent une lumière sur la comparaison avec notre camée, une identification avec le portrait de l’épouse de Marc Aurèle paraît vraisemblable, d’autant plus que cet atelier était occupé à la production d’effigies impériales.

94Ce camée se situerait donc dans les années consécutives à 176 s’il n’est pas une reprise du début des Sévères.

Autour de 176 à environ 204, probablement vers 176-180 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, no 325 ; Megow, p. 312, F 17, pl. 48, 6.

186

Camée en onyx à deux couches : blanc (visage) tirant sur le bleu vers les bords, sur fond noir ou bleu très foncé ; monté en bague d’or antique de très petit diamètre.

Provenance : acquis le 13 janvier 1900 de M. Hakky Bey, 7 rue Alfred Stevens, Paris. Registre M 3072 (camée 323 bis).

Dimensions (camée) : h. 6,5 ; l. 4,5 mm.

Dimensions de la bague avec camée : h. 16,5 ; l. 19.

Dimensions de la bague (int.) : h. 12 ; l. 14,5 mm.

Portrait probablement de Faustine II.

  • 91 Cf. Mattingly, BMC Empire IV ; Wegner, pl. 63 k.
  • 92 Wegner, pl. 64 g.

95Ce camée, d’un format très réduit, ne permet guère une identification du portrait, mais nous pouvons énumérer des traits, telle la chevelure à peine ondée en trois crans, peignée en arrière et rassemblée en un grand chignon dans la nuque, caractéristiques d’un certain nombre d’effigies de Faustine II91. Cette coiffure se perpétue cependant sur des portraits de sa fille Lucilla92 et est reprise encore par Julia Domna.

  • 93 Cf. Wegner, pl. 63 o ; cf. aussi le buste à Dresde, pl. 37 a-b, p. 52, 103, 212.

96Mais le fait que le camée suivant est monté dans une bague de même forme rend plus probable une identification avec Faustine II, même si la correspondance ne s’avère pas totale. Les cheveux de la femme de Marc Aurèle suivent généralement un léger mouvement en trois ondes parallèles93.

  • 94 Cf. Walters, no 2011.

97Les lèvres proéminentes accusées sur le camée et répétées sur une améthyste du British Museum94 n’ont probablement pas de signification spécifique mais seraient plutôt dues à la maladresse du graveur.

  • 95 Cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, no 244, pl. VII, 76 ; Megow, p. 311, F 10, pl. 48, 1.
  • 96 Cf. ici, no 253.

98La forme du chignon bas, descendant sur le cou entouré d’un drapé qui remonte du côté caché, se retrouve aussi sur d’autres bustes, notamment sur un camée de Genève95 où la taille correspond à un canon caractéristique des portraits de femmes de cette époque. Ainsi ce camée s’insère-t-il dans l’iconographie de Faustine II même si certains détails, tels que les losanges dans la partie inférieure du chignon, anticipent déjà des manières connues de la glyptique de l’époque des Sévères96.

99Mais ici, dans ce format plus réduit, ces manières ne sont pas encore dominantes.

  • 97 Cf. Wegner, pl. 63 o ; Mattingly, pl. 55, 2, 4-5.

100Grâce aux monnaies, nous pouvons suggérer une datation un peu antérieure97 mais guère avant l’année 170 après J.-C.

187

Camée de deux couches, en onyx blanc grisâtre sur fond noir légèrement repoli.

Le camée est encastré dans une très petite bague en or de même forme que la précédente, plate à l’intérieure, à anneau mince, formant de chaque côté du chaton une saillie en pointe.

Provenance : acquis le 13 janvier 1900 de M. Hakky Bey, 7 rue Alfred Stevens, Paris. Registre M 3073 (camée 323 ter).

Dimensions du camée : h. 7 ; l. 5 mm ; de la bague : h. 17 ; l. 19 (ext.) ; h. 12 ; l. 15 mm (int.).

Buste probablement de Faustine II, vue de profil à droite.

  • 98 Mattingly, BMC Empire IV, pl. 55, 17. La forme du chignon est cependant différente mais plus aplati (...)
  • 99 BMC Empire IV, pl. 92, 5.
  • 100 Cf. Wegner, pl. 63, 4 ; Mattingly, ibid., pl. 55, 7 sqq.
  • 101 La tête est due à un office d’artisans à Rome, cf. musée du Capitole, Colombe 31 ; Wegner, ibid., p (...)
  • 102 Cf. pour la forme courante au iiie siècle, H. Guiraud, Gallia, supplément 48, p. 80, 3 b ; pour un (...)

101Si cette image à dessin sommaire peut laisser dans l’embarras quant à son identification, la coiffure au bandeau large longeant le visage, se terminant par un grand chignon pendant de biais sur la nuque, se révèle caractéristique d’un certain nombre de monnaies de Faustine II98, coiffure imitée cependant par Crispine99. La ligne du profil parle aussi en faveur d’un portrait de l’épouse de Marc Aurèle ainsi que le menton assez mou et le cou incliné100. Il pourrait donner une image rapide, minutieuse, de l’impératrice pour une bague de jeune femme ou d’enfant, image qui dans sa minutie semble contenir un secret. La comparaison avec la tête du musée du Capitole incite à la dater de la dernière période de la vie de l’impératrice101. Quant à l’anneau aux épaules saillantes, d’une forme fréquente au iiie siècle, il a pu avoir des prédécesseurs à l’époque des Antonins, d’autant que le nôtre se distingue par une forme plus gracieuse102. Comme les bagues suivantes cette image aurait été un souvenir personnel.

Autour de 170-175 après J.-C.

188

Camée en onyx blanc bleuté sur fond gris foncé légèrement bleuâtre, serti en bague en or massif à anneau octogonal comprimé légèrement aux angles, à peine visibles en bas.

L’anneau est plat des deux côtés et s’élargit vers le haut, la surface rectangulaire contenant le camée étant la zone la plus large.

Provenance : acquis le 16 mars 1914 de Mrs. Dosseur, rue de Lille à Paris. Registre N 4279 (camée 296 bis).

Dimensions du camée : h. 6,5 ; l. 4,5 mm ; bague avec camée : h. 15 ; l. 19 mm ; int. : 12 ; l. 17 mm.

Faustine II drapée vue de profil à droite.

102La coiffure est ici plus finement traitée, l’ondulation des cheveux bien marquée, en trois vagues successives.

189

Intaille en améthyste montée en bague d’or antique.

Provenance : legs Seguin, 1909, no 13, registre H 2425 ; intaille 2095 a.

Dimensions de l’intaille : h. 12 ; l. 9 mm ; de la bague : h. 17,7 ; l. 21 (ext.) ; h. 12 ; l. 15 mm (int.).

Buste de Faustine II de profil à gauche.

  • 103 Pour la coiffure à ondulations en vagues serrées cf. le portrait sculpté de Dresde (Wegner, pl. 37) (...)
  • 104 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, no 1157, nos 1172 et 1174, pl. 77, 2.
  • 105 Cf. l’aureus cité note 103.
  • 106 Cf. Mazzini II, pl. CXI, 16 et CXV, 122, 123, 126, 136 ; Mattingly, BMC Empire IV, no 110.

103La masse lourde des cheveux ondulés en vagues serrées, coiffés en lourds bandeaux et réunis dans le cou en un chignon natté, caractérise aussi bien les portraits de Faustine la Jeune103 que de sa fille Lucilla104. Cependant le profil fin au nez assez long et légèrement busqué évoque plus la première105 de même que la particularité de la petite boucle qui s’échappe à l’angle du cou et du menton106.

104La petite bague à anneau étroit, convenant à un enfant ou une très jeune fille, à épaules convexes et chaton occupant toute la surface supérieure, est contemporaine de l’intaille.

Commode

190

Intaille plate des deux côtés, aux bords de taille convexe puis de biais.

Nicolo (agate à deux couches, bleu clair sur bleu foncé).

Au revers têtes de nègre et de négresse affrontées, taillées en relief au xvie siècle.

Provenance : acquise à Paris le 11 mai 1846 de M. Rollin ; registre C 1816.

Dimensions : h. 45 ; l. 54 mm.

Sur une ligne de terre bosselée Commode à cheval charge à gauche, vêtu d’une tunique courte et d’une chlamyde flottante, fixée sur l’épaule par une fibule ronde. Il brandit une lance contre une panthère qui s’apprête à l’assaillir en battant l’air de sa queue.

  • 107 Cf. Hist. Aug., Comm. I, XI, 12.
  • 108 Cf. Dion Cassius LXXIII 17, 2.

105Si les scènes de chasse, surtout celles à cheval, sont très rares sur des intailles de l’Empire, il est caractéristique que Commode ait repris cette habitude, qui ne relève pas des vertus exigées d’un prince romain, mais était par contre chère aux rois achéménides, à Alexandre et aux diadoques. On peut cependant noter que les chasses de Commode se déroulaient surtout dans l’arène où il descendit lui-même 735 fois107. Il tua de nombreux animaux, tant en public qu’en privé108.

  • 109 Cf. Dion Cassius LXXIII 19, 1.

106Selon Dion109, il aurait assommé dans l’arène un tigre, un hippopotame, un éléphant. Il est probable que notre intaille commémore un tel spectacle, montrant les prouesses artificielles de ce prince incomparable, qui ne quitta jamais Rome et l’Italie pendant son règne de douze ans et qui n’eut donc pas l’occasion de prendre part à une véritable chasse organisée en Afrique ou en Asie. Mais il se présenta assis sur la peau de lion d’Hercule, qui recouvrait le dos de son cheval et les sénateurs devaient assister à de pareilles prouesses !

  • 110 Cf. Dion Cassius LXXIII 15, 3.
  • 111 Cf. le no suivant du présent catalogue ; voir Vollenweider, Ritratto…, p. 96, et id., Genava, XXII, (...)

107Qu’une intaille comme la nôtre nous ait préservé un tel épisode de la vie de ce dieu invincible « ex superatorius »110, nous pouvons l’admettre. Plusieurs artistes ont dû travailler pour Commode111, continuant la tradition de graveurs éminents et maintenant le fil mince d’une tradition de haute culture dont l’équilibre allait bientôt se rompre.

  • 112 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 104, 1, p. CLVI ; ici, la fig. 190 a (aureus de Commode, British (...)

108À quel moment ce bijou de grand style, qui révèle la maîtrise de l’espace dans la disposition des volumes et des lignes, la pénétration psychologique d’un épisode historique, un fini parfait au poli raffiné, a-t-il été créé ? Nous ne pouvons le préciser. Il est possible qu’il soit contemporain du même type de monnaie, de l’année 182112.

  • 113 Cf. ici le no 191.

109En comparaison avec les formes monumentales de la cornaline portant l’image d’Hercule que nous avons datée de cette année-là113, les détails de la gravure ne montrent cependant plus la même force et unité, mais annoncent déjà un pas vers la décomposition qui sera caractéristique de la période suivante.

Environ 182-190 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, no 2096 ; Furtwängler, AG I, pl. 50, 41 ; Lippold, pl. 73, 2 ; Bernoulli, RI II-2, p. 234 sq. ; D. Osborne, Engraved Gems, 1912, p. 376, no 19, pl. XXVII, 19 ; H. von Heintze, Das römische Weltreich, Propyläen Kunstgeschichte, vol. II, 1967, publ. par Th. Kraus, fig. 386 a et p. 284 ; Richter, EGR, no 569 ; H. Möbius, ANRW II-12 3, p. 74 ; Vollenweider, Ritratto…, p. 96.

191

Intaille plate à base bombée.

Cornaline de l’Inde, cassée et réparée en haut ; bords couverts par un cadre en métal moderne.

Provenance indiquée : l’embouchure du Danube. Autrefois collections de Martinetti à Rome puis du comte Tyszkiewicz. Achetée en 1898 chez Guillemin, 28 rue des Bons Enfants pour 450 F ; registre M 2668 (intaille 1768 bis).

Dimensions : h. 23,5 ; l. 18 mm.

Commode représenté en Hercule abattant le lion de Némée. Il est vu de dos, de trois quarts, la tête inclinée de profil. De sa main gauche il s’appuie sur la massue, de la droite il tient les exuviae du lion dressé.

  • 114 Cf. Gnecchi, I 80, 6.
  • 115 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 105, 7 et pl. 108, 7.
  • 116 Cf. CIL XIV 3449.
  • 117 Cf. Cerfaux et Tondriau, p. 366.
  • 118 Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 40, 2 et 6, p. 44 (cf. aussi les diverses pâtes de verre avec (...)
  • 119 Cf. les monnaies de L. Vinicius, Mattingly, BMC Empire I, pl. 3, 4.

110Non seulement Commode est représenté en Hercule, dans la même position que sur un médaillon114, mais les traits allongés du visage orné d’une barbe frisée se reconnaissent aussi sur des monnaies115. Sur la cornaline la pose majestueuse du héros, fils de Zeus, s’avère davantage représentative du Commode « omnium virtutum exsuperantissimus »116 qui porta le nom d’Hercule117. De nombreuses statues le montrant avec la massue et la peau de lion lui furent érigées. Il est possible que la cornaline ainsi que le médaillon reproduisent une telle statue, ou qu’ils soient inspirés par un joyau du trésor impérial : telle l’agate, signée par Philémon, conservée à Vienne118. Cette agate représente Thésée également vu de dos, de trois quarts, mais d’un modelé du corps plus concis, debout devant un mur d’où pend le Minotaure. Le dessin du mur se révèle caractéristique de l’époque d’Auguste119.

  • 120 Cf. Furtwängler, AG I, pl. XXXIV 19, la cornaline de l’Ermitage et Beschreibung, no 1036 ; le génie (...)
  • 121 Cf. le béryl gravé du portrait de Faustine II au musée d’Art et d’Histoire de Genève (Vollenweider, (...)

111La pierre de Commode, plus somptueuse dans sa conception, se rattache plutôt aux sculptures miniaturistes hellénistiques120, mais elle épouse en même temps l’élégance raffinée préservée par les graveurs des Antonins, connue par plusieurs pièces de maîtres de cette époque121.

  • 122 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 104, 5 et p. 784, no 505.

112Ainsi ce chef-d’œuvre aux formes amples se rattache à la glyptique de l’époque de Marc Aurèle, et serait même exécuté par un de ses graveurs, pendant les premières années du règne de Commode. Celui-ci monta sur le trône en 180 après J.-C. Sur une monnaie de bronze de l’année 183 apparaît d’ailleurs une semblable image d’Hercule, mais vu de face122. Il est probable que notre intaille date des mêmes années.

Environ 180-185 après J.-C.

Bibliographie

Furtwängler, AG I, pl. XLIII 37 ; Babelon, Guide, pl. VIII, no 1768 bis ; Lippold, pl. 37, 5 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 44, note 42 ; G. Horster, Statuen auf gemmen, Habelts Dissertationsdrucke, Heft 3, Bonn, 1970, pl. XXI 1-2, p. 98 sq. ; Richter, EGR, no 271 ; Zwierlein-Diehl, Würzburg, sous le no 152, p. 110 (de la même main que l’intaille de Thésée de Vienne signée Philémon, datée de la fin du ier s. av. J.-C., cf. Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, vol. I, no 489, pl. 81).

Selon Furtwängler dans les collections Martinetti et Tyskiewicz mais la pierre n’est pas mentionnée dans le catalogue de Froehner, Collection d’antiquités du Comte Michel Tyszkiewicz, Paris, 1898, (vente Hôtel Drouot, 8-10 juin 1989, experts MM. Rollin et Feuardent).

192

Intaille plate à base légèrement bombée.

Cornaline rouge translucide, montée en bague d’or moderne ; les bords sont recouverts par la monture.

Provenance : don du duc de Luynes, 1862, no 82.

Dimensions avec la monture : h. 21 ; l. 12,5 ; ép. 3,5 mm.

Commode représenté en Hercule. Il est représenté debout, dans la nudité héroïque, la tête de profil à gauche, le corps de trois quarts. De sa main gauche, il s’appuie sur la massue ; sur son bras droit relevé est enroulée la léonté.

  • 123 Cf. BMC Empire IV, pl. 104, 5 ; Mazzini II, pl. CXLC 884, sesterce (Hercule, dans la nudité héroïqu (...)
  • 124 Cf. BMC Empire IV, pl. 93, 1-2, 11-12 ; Mazzini II, pl. CXXXIV 222.

113C’est surtout dans les deux dernières années de sa vie, en 191-192, après la mort de son favori Cléandre, un ancien esclave, auquel il laissait tout pouvoir, que Commode s’identifia de plus en plus à Hercule. Cependant, cette représentation d’Hercule au repos est très proche, quoique inversée, de celle d’un sesterce daté de 183123. Le profil à la barbe en collier formée de petites boucles serrées, au gros œil saillant, s’apparente aussi aux portraits monétaires des années autour de 183124. Même si l’on peut avancer une date proche de celle de l’intaille précédente, la gravure, moins profonde, plus sèche et stéréotypée dans le dessin de la musculature du torse, témoigne d’une conception très différente et doit être attribuée à une autre main.

193

Intaille convexe des deux côtés.

Améthyste foncée en haut, plus claire sur la poitrine ; elle est sertie dans une monture en or émaillé de blanc, à petites feuilles rondes, du xviie siècle.

Provenance : Cabinet du roi. Décrite dans « l’inventaire des médailles, agates et autres curiosités du Cabinet du Roy », 1683, p. 670.

Dimensions de l’intaille : h. 30 ; l. 23 ; ép. 9 mm.

Commode lauré et cuirassé vu de profil à gauche, sur le moulage à droite.

  • 125 Portrait de Commode sur améthyste assimilé à Zeus, musée de l’Ermitage, cf. Fürtwangler, AG I, pl.  (...)

114Ce portrait de Commode fait partie d’une série d’intailles d’un format assez important telles celles conservées au musée de l’Ermitage, à Naples, à Florence125, qui font conclure à une production luxueuse sous son règne.

  • 126 Cf. Wegner, p. 68 sq. et pl. 62 ; Mattingly, BMC Empire IV, pl. 98, 14 (= ici, fig. 194 a), 17-18 e (...)
  • 127 Cf. pl. 110, 7 ; également ici, fig. 193 a, BNF, Cabinet des médailles, médaillon de Commode AF 326

115Comme celui gravé sur l’intaille suivante, en béryl bleu clair, il se situe à la fin de la vie de Commode, comme on peut le conclure non seulement d’après les traits physionomiques, qui sont ceux d’un homme d’un âge plus avancé, mais aussi par des détails telle la barbe plus touffue, soigneusement frisée, non plus en pointe mais formée de quatre boucles en tire-bouchon qui retombent parallèlement, semblables à celles que l’on observe sur les monnaies des années 189126. Les dernières monnaies de bronze annoncent aussi toujours plus un passage vers un art graphique aux contours relevés avec précision, le nez busqué proéminent, le sourcil incisé en une ligne dure, la joue aplatie, les boucles ressortant comme des coquilles ou des demi-cercles127, mais toujours remplies de deux ou trois lignes.

116Ces monnaies datent des dernières années de Commode ou même de l’année 192, peu de temps avant son meurtre.

117Commode né en 161 avait alors atteint sa trentième année, mais sa folie s’avérait toujours plus éclatante.

Bibliographie

Chabouillet, no 2097.

194

Intaille à surface et base plates et bords taillés de biais.

Aigue-marine bleu verdâtre translucide avec fêlures à l’intérieur ; cassure au bord, réparée.

  • 128 Cf. archives du Cabinet des médailles, carton de l’année 1799.

Provenance : collection du cardinal Carpegna, mort en 1714 ; acquise en 1741 par Benoît XIV pour les collections du Vatican ; l’intaille a été rapportée d’Italie par le général Berthier et déposée par son frère, César Berthier au Cabinet des médailles, le 31 janvier 1799128.

Dimensions : h. 32 ; l. 26 ; ép. 5 mm.

Commode lauré et cuirassé. Le buste est vu de trois quarts de dos, la tête de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 129 Cf. L. Tondo, F. Marie Vanni, Firenze, 1990, no 17 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 68, note (...)
  • 130 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, p. 755, pl. 100, 7 et p. clxviii sq. Voir aussi, ici, la fig. 194 a : (...)

118Déjà par la matière seule, ce béryl à la fraîcheur verdoyante s’insère dans la glyptique des Antonins, bien que sa couleur soit plus intense, proche de celle du buste de Faustine I à Florence et de la ronde-bosse à Venise129. La gravure et le format de la pierre se rattachent aussi au style plus sommaire de ces intailles où un large espace sépare l’image de l’empereur du bord et la met ainsi en valeur. Le portrait appelle aussi la comparaison avec des séries monétaires en or datant de la dernière période de la vie de Commode130.

119Sur les monnaies d’or montrant au revers Commode assimilé à Hercule qui salue l’Afrique, l’empereur porte également le paludamentum (cependant sans cuirasse), vu de trois quarts de dos. Certains traits se retrouvent, comme l’œil grand ouvert, au regard vide, l’arcade sourcilière enfoncée dans le front bas, recouvert d’une double rangée de boucles de cheveux, plus étroite et simplifiée sur la monnaie.

  • 131 Cf. Wegner, pl. 30 le buste du Louvre.
  • 132 Cf. Vollenweider, Ritratto…, 1984, p. 96.
  • 133 Cf. Wegner, pl. 61, h et i.

120Sans doute le portrait glyptique trahit-il davantage de finesse dans la description du caractère de cet homme à l’affût du plaisir charnel, au globe de l’œil saillant recouvert par une paupière large et épaisse. Le modelé de la joue aplatie, du nez étroit en bec de hibou, de la narine renflée, du cou galbé au muscle légèrement saillant, est l’œuvre d’un maître. Le dessin de la chevelure et de la barbe a cependant perdu l’allure et la densité connues à l’époque d’Antonin le Pieux et jusqu’à Marc Aurèle131. Leur volume est indiqué en profondeur par de petits creux juxtaposés qui sont remplis de traits crochus, en doubles lignes sur l’occiput, traits affaiblis mais au rythme irrégulier et maniéré. Le dessin des feuilles de laurier ovales, allongées, aux pointes dirigées vers l’intérieur, trahit les mêmes contours que le manteau, les bandelettes du diadème, les ptéryges de la cuirasse. Si l’utilisation de ces lignes rappelle la gravure du portrait de Commode conservé à l’Ermitage132, la barbe soigneusement frisée aux trois boucles enroulées se compare à certaines effigies de Lucius Verus133.

121De toute façon une parenté stylistique n’est pas à nier, surtout si nous acceptons comme intermédiaire le portrait de Lucius Verus gravé sur une pierre de la même dureté, mais d’une couleur plus pâle où des faucilles semblables, profondément creusées dans la pierre, indiquent les mèches des cheveux massés vers la tempe. Cependant chez Commode, l’oreille est découverte et la barbe un peu plus longue mais remontant vers la joue dans un foisonnement de petits traits identiques. Le sourcil est aussi appuyé et rempli de menus traits, les bandelettes de la couronne de laurier qui retombent dans la nuque, indiquées par de délicates incisions, témoignent de la même subtilité que le portrait de Faustine II à Genève.

122Ainsi on peut penser au moins à une tradition du même atelier si ce n’est à une œuvre du même maître graveur, créateur aussi de coins monétaires.

Autour de 190 après J.-C.

Bibliographie

Buonarroti, Osservazioni istoriche sopra alcuni medaglioni antichi all’altezza serenissima di Cosimo III, Granduca di Toscana, 1698, p. xiii, fig. p. 146 ; Chabouillet, no 2098 ; Richter, EGR, no 564.

Jeune homme de l’époque des Antonins

195

Intaille de surface plate.

Nicolo montée en bague en feuille d’or enfoncée sur l’épaule droite.

La bague, plate à l’intérieure, convexe à l’extérieure s’élargit au niveau des épaules.

Provenance : don H. de Boisgelin, collection de Clercq. Proviendrait de Bechelé.

Dimensions de l’intaille : h. 12 ; l. 10 mm.

Dimensions de la bague : h. 19 ; l. 24 ; int. : h. 13 ; l. 17 mm.

Buste de jeune homme drapé de la chlamyde pendant sur la poitrine et fixée sur l’épaule par une fibule ronde. Il est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

123Le portrait est taillé en léger creux dans la couche foncée et ressort sur un fond clair, d’un blanc bleuté, entouré d’une large bordure ovale, bleu foncé, d’où se détachent en léger relief des signes et des lettres.

124La tête de jeune homme nous présente un visage aux traits à peine individualisés. Ce sont les boucles en coquilles et le cou droit allongé qui rendent probable une datation à l’époque des Antonins.

  • 134 Cf. moins la bague que cite de Ridder dans sa notice (Marshall, FR, no 430, pl. XIII) que les nos 4 (...)

125En outre, la forme de la bague aux épaules élargies rappelle d’autres exemplaires, ornées d’intailles en nicolo qui suggèrent une datation non antérieure au deuxième siècle134.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 2432.

Notas

1 Cf. Pline, Paneg., 52, 3 et 55, 6 ; Gross, p. 8.

2 Walters, no 3610.

3 Cf. Gross, pl. 43, 5, p. 21.

4 Cf. Strack, Reichprägung zur Zeit des Trajan, 1931, Tγ, Tβ.

5 Cf. G. Sangiorgi, « Nuovi acquisti della mia collezione di pietre incise », RM 48, 1933, p. 296 sqq. et pl. 49, fig. 2.

6 Cf. Walters, nos 2001-2002.

7 Cf. op. cit.

8 Cf. Mattingly, BMC Empire III, pl. 65 et p. clxxxiv.

9 Cf. Furtwängler, AG I, pl. XLVIII 16.

10 Cf. Mattingly, BMC Empire III, pl. 65, surtout 6 et 9.

11 No 1790.

12 Walters, nos 2001-2002.

13 Walters, nos 2001-2002.

14 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 23, 13-16.

15 Cf. ici no 141.

16 Furtwängler, Beschreibung, no 8289 ; un autre portrait dans une collection privée, cf. Gesichter, no 148.

17 Non publiée ; cf. aussi un portrait de Marc Aurèle jeune à Vienne, Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne III, no 1724.

18 Mansuelli II, no 89, p. 85, fig. 89.

19 Giuliano, Ritratti, no 59.

20 Wegner, Hadrian, pl. 37.

21 Cf. Carandini, Vibia Sabina, p. 124 sq., date cette pièce vers 128-129.

22 Cf. G. Blum, « Numismatique d’Antinoos », Journal international d’archéologie numismatique 16, 1914, pl. I, 15, p. 36, 3, monnaie de Corinthe.

23 Cf. H. Meyer, Antinoos, 1991, p. 157-158 ; H. Lavagne, dans Hadrien, no 101, avec bibliographie.

24 Cf. le no 109 du présent catalogue.

25 Cf. par exemple le buste du musée du Capitole, no d’inv. 294, Fittschen-Zanker, I, no 55, pl. 61-62 ; H. Meyer, Antinoos, 1991, p. 72-73, pl. 60, I 51, ainsi que p. 31, pl. 8, I 10, tête trouvée au Caire, conservée au musée de Berlin. Cf. également un camée à l’Ermitage où le jeune héros lauré porte l’arc d’Apollon, Neverov, 1981, no 24 ; Hadrien, 1999, no 103.

26 Cf. le relief de l’Antinoüs Sylvain trouvé près de Lanuvium signé d’Antonianos d’Aphrodisias, H. Meyer, Antinoos, p. 96, pl. 86-87, I 75.

27 Cf. la statue trouvée dans les thermes de Leptis Magna, H. Meyer, Antinoos, p. 82-83, pl. 70-72, I 61 ou celle venant des thermes d’Aidepsos en Eubée, conservée au musée de Chalcis, ibid., pl. 94-95, II 3 ou encore celle venant de la villa Casali à Rome, aujourd’hui à Copenhague, ibid, p. 47, pl. 25-27 ; cf. aussi sur les monnaies, Blum, « Numismatique d’Antinoos », Journal international d’Archéologie Numismatique 16, 1914, pl. IV 5, p. 52.

28 Cf. le no 162 du présent catalogue, notes 16 et 17.

29 Cf. ici, le no 141.

30 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 3, 17-20 ; pl. 4, 8-20 ; pl. 27, 7-11, p. 21 sqq. et p. 139.

31 Ibid., pl. 4, 14.

32 Ibid., pl. 4, 18.

33 Ibid., pl. 4, 12.

34 Ibid., pl. 4, 20.

35 Cf. le no 84 du présent catalogue.

36 Cf. la cornaline no 167 du présent catalogue et pour la position de l’épaule proéminente le nicolo précédent, no 166.

37 Cf. le no 168 du présent catalogue, fig. a : médaillon de Marc Aurèle, BNF, Cabinet des médailles, AF 179, et BMC Empire IV, pl. 43, 1.

38 Cf. aussi M. Wegner, Die Herrscherbildnisse in antoninischer Zeit, pl. 59, surtout d, où Marc Aurèle figure comme « consul designatus II », en 144.

39 Les fils de Marc Aurèle sont : 1°, T. Aelius Antoninus, né en 147 ; 2°, T. Aurelius Antoninus ; 3°, T. Aelius Aurelius ; 4°, Antoninus 161-165 ; 5°, M. Annius Verus (162/3-169) cf. RE I-2, col. 2309, Annius 92 [Pivor Rohden].

40 Cf. Borda, Le famiglie imperiali, p. 104, no 24 ; RE I-2, col. 2270, Annius 61 ; von Rohden-Dessau, Prosopographia Imperii Romani, Berlin, 1897-1898, p. 668, Annius.

41 Cf. aussi M. Ceionius, Civica Barbarus, frère d’Aelius Verus et oncle de Lucius Verus, qui fut consul en 157, et accompagna Lucilla promise en mariage à L. Verus en 164 en Syrie : cf. Borda, p. 76, no 11 ; RE, Ceionius 4.

42 Cf.. Mazzini II, pl. LXXXIV sq. ; cf. également BMC Empire IV, pl. 39, 2-3.

43 L’expression se rapproche plus des portraits sculptés, cf. Wegner, pl. 10, tête du musée du Capitole, où le profil présente le même nez aux ailes charnues, le front assez bas, le menton rond se prolongeant dans la ligne du cou.

44 Cf. Wegner, buste d’Ostie, p. 159-160, pl. 11, où la tête est de même légèrement tournée sur le côté, la pupille creusée juste sous la paupière supérieure, les bandeaux partagés par une raie au milieu se relevant sur les tempes, et se rassemblant en un chignon au niveau de la stéphané. Le visage fin présente cette même inexpressivité passive.

45 En dépôt au musée du Louvre. Don Alphonse Kann, no d’inv. 77 800. R. Lantier (« buste en cristal de roche : Faustine l’Ancienne », MonPiot 38, 1941, p. 129 sqq.) suppose qu’il provient de Bavay (Nord), l’ancien chef-lieu des Nerviens Bacacum ; Möbius, ANRW II-3, p. 49 ; M. Wegner, Boreas, vol. 2, 1979, p. 136 ; Megow, p. 266, B 38, pl. 44, 10 et 12 ; Mikocki, no 359, p. 202, pl. XXXI (Faustine l’Ancienne).

46 Cf. Wegner, p. 165.

47 El-Djem en Tunisie, cf. Lantier, op. cit., p. 134, fig. 5.

48 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 1, 19-20.

49 Cf. surtout ibid., pl. 9, 11.

50 RIC, no 356 ; Mazzini II, pl. XC, d. 238.

51 Vollenweider, BNF I, no 245.

52 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 61, 10, p. 447.

53 Wegner, pl. 61 k, p. 58.

54 Ibid., pl. 43.

55 Cf. Wegner, pl. 60 d et p. 42 ; cf. RIC, no 925 ; cf. Mattingly IV, pl. 80, 5 (cf. la barbe effilochée)

56 Cf. ici les camées oblongs à portraits de femmes (ci-dessous, nos 245, 251, 253, 254).

57 Wegner, pl. 24-25, p. 43.

58 Wegner, ibid., pl. 60.

59 P. Schatzmann, Zeitschrift für schweizerische Archäologie 2, 1940, p. 69-93 ; J.-Ch. Balty, Eikones, Festchrift H. Jucker, Berne, 1980, p. 57-63 ; H. Jucker, Bull. de l’Ass. Pro Aventico 26, 1981, p. 5-35 ; L’Or des Helvètes, catalogue de l’exposition de Zurich, 1991-1992, no 275 et p. 92, pl. 22 ; Bronze et or, visages de Marc Aurèle, empereur, capitaine, moraliste, Genève, 1996, p. 117-125.

60 Plusieurs répliques et variantes sont connues de ce buste, une au Louvre provenant du trésor de Saint-Denis (Saint-Denis, p. 292, no 65) ; une au musée de l’Ermitage (Neverov, Antique Cameos, no 103), et une à Dumbarton Oaks (Richter, Catalogue of Greek and Roman Antiquities in the Dumbarton Oaks Collection, 1956, p. 14, no 10, pl. 5 A-B ; id., Handbook of the Byzantine collection, Washington, 1967).

61 Borda, Le Famiglie imperiali, p. 103 ; Bernoulli II-2, V, 4-5.

62 Cf. BMC Empire IV, p. 545 sq.

63 Cf. le no 177 du présent catalogue, fig. a, aureus frappé en 161, conservé au British Museum (BMC Empire IV, pl. 54, 8).

64 Cf. Wegner, pl. 42 et, au Vatican, pl. 44, b.

65 Ibid., p. 244, ainsi que p. 63, 65, 81, 105, pl. 40. Buste du musée du Vatican, Sala dei Busti, no 286 (cf. H. von Heintze, Helbig I, no 162).

66 Cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, p. 232-233, pl. 75, 1 (Musée Fol, no 2981).

67 Inv. no 13.227.1 ; Richter, The Metropolitan Museum of art, Handbook of the Classical Collection, New York, 1930, p. 303, fig. 212 ; Wegner, p. 236 sq.

68 Neverov, Antique Intaglios, no 137 (musée de l’Ermitage, inv. 1431) ; M. N. Lordkipanidze, Corpus I, Tiflis 1969, no 110.

69 Sala dei busti, no 286.

70 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 47, 3 ; cf. Wegner, pl. 59 d (cf. Strack, Reichsprägung, no 953), et surtout 59 h (Strack, no 1086), des années 152-153.

71 Vollenweider, Catalogue Genève II, no 236, p. 228, pl. 73 et id., Genava, XXII, 1974, p. 275 sq., Genève, musée d’Art et d’Histoire, no 20850.

72 Genava, 1974, P. 268 et p. 271, fig. 6. Naples, Museo Nazionale, no 250.

73 Ibid., p. 269 et 273, fig. 10 ; Richter, EGR, no 580 et MMA Catalogue, no 498.

74 Cf. Mattingly, BMC Empire IV ; Wegner, p. 50 et pl. 63, surtout u.

75 Par exemple à Aquilée, cf. Chiara Bianchi, « Un gruppo di diaspri rossi aquileiesi di età antonina con teste femminili », Aquileia Nostra 60, 1989, p. 210-222.

76 Cf. Wegner, pl. 63 o, p. 50 ; cf. RIC, no 1635 ; Strack, Reichsprägung, T. d ; Mattingly, BMC Empire IV, pl. 73, 1, no 902.

77 Cf. Mazzini, Monete imperiali romane, vol. II, 1957, pl. CXX, no 268 ; Wegner, p. 49, pl. 63 i ; Strack, Reichspragung, T. c.

78 Vollenweider, Genava XXII, 1974, p. 265 sq. ; id., Catalogue Genève, no 236.

79 Cf. Walters, nos 2011-2012.

80 Cf. en jaspe rouge, les intailles suivantes : a. musée de l’Ermitage, no 4906 ; b. musée Archéologique, Florence ; c. British Museum, Walters, nos 2010, 2012 (en sardoine) ; d. ibid., no 2059 (dans une phase précédente de sa vie) ; e. Paris, BNF, Cabinet des médailles, intaille 2095 b (le no 182 du présent catalogue). En cornaline : Ermitage, no 6531 et Richter, MMA Catalogue, no 489.

81 Cf. Mattingly, BMC Empire, pl. 55, 5 et 56, 5.

82 Cf. Mattingly, ibid., pl. 55, 17.

83 Cf. Richter, MMA Catalogue, no 489.

84 Cf. Wegner, pl. 63 p et déjà à une période antérieure, pl. 63 a et c ; cf. RIC, no 1651 et no 495 ; Mattingly, BMC Empire IV. Cf. pour le type de portrait Inan-Rosenbaum, pl. XXVIII 3-4.

85 Cf. Wegner, p. 50.

86 Pour le nom Proklès cf. RE XXIII 1, col. 175 sqq. qui est un nom fréquent comme Prokleidès ou Proklos. On peut citer à cette époque le célèbre Proklos de Naucratis qui vécut à Athènes où il fut autour de 191 un des professeurs de Philostrate, cf. RE, p. 183.

87 Cf. Guiraud, Gallia, supplément 48, p. 79, forme 2 e.

88 Cf. Mattingly, BMC Empire V, pl. 86, 3-4 ; cf. pour le chignon pendant une monnaie provenant d’Apamée, Waddington, Babelon et Reinach, Recueil général des Monnaies grecques d’Asie Mineure, t. I, vol. 2, Paris, 1908, pl. XXXIX 1.

89 Mattingly, ibid., pl. 86, 3-4.

90 Cf. ibid., pl. 86, 3.

91 Cf. Mattingly, BMC Empire IV ; Wegner, pl. 63 k.

92 Wegner, pl. 64 g.

93 Cf. Wegner, pl. 63 o ; cf. aussi le buste à Dresde, pl. 37 a-b, p. 52, 103, 212.

94 Cf. Walters, no 2011.

95 Cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, no 244, pl. VII, 76 ; Megow, p. 311, F 10, pl. 48, 1.

96 Cf. ici, no 253.

97 Cf. Wegner, pl. 63 o ; Mattingly, pl. 55, 2, 4-5.

98 Mattingly, BMC Empire IV, pl. 55, 17. La forme du chignon est cependant différente mais plus aplatie. Il est par contre en boule sur une des monnaies précédentes, ibid., pl. 55, 11. Mais sur le format réduit de notre camée ces différences comptent à peine.

99 BMC Empire IV, pl. 92, 5.

100 Cf. Wegner, pl. 63, 4 ; Mattingly, ibid., pl. 55, 7 sqq.

101 La tête est due à un office d’artisans à Rome, cf. musée du Capitole, Colombe 31 ; Wegner, ibid., p. 55, 212, 219, 281, pl. 37 c et d. ; Stuart Jones, Musei Capitolini, no 151, pl. 42 : Helbig II, no 1304 [H. von Heintze] ; Strong, Scultura romana, pl. 75. L’expression du visage de ce marbre, semblable à celle de la Vénus, affadie et rendue vulgaire, du musée des Thermes (cf. Felletti-Maj, Museo Nazionale Romano, no 236) est cependant très différente et se base surtout sur un schéma d’un volume desséché. Mais là on peut encore évoquer les divergences des écoles d’artistes, divergences encore plus quand une effigie est de la main de simples copistes. Mais le fait que ce minuscule camée est serti dans une bague en or affirme son caractère officiel, bien que le port de la bague en or se soit élargi au cours du iie siècle.

102 Cf. pour la forme courante au iiie siècle, H. Guiraud, Gallia, supplément 48, p. 80, 3 b ; pour un exemplaire comparable au nôtre, cf. Marshall, FR, no 526 sqq.

103 Pour la coiffure à ondulations en vagues serrées cf. le portrait sculpté de Dresde (Wegner, pl. 37), et les portraits d’Athènes (pl. 38), de la fin des années 160 ; cf. Mattingly, BMC Empire IV, no 1095 et pl. 23, 15.

104 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, no 1157, nos 1172 et 1174, pl. 77, 2.

105 Cf. l’aureus cité note 103.

106 Cf. Mazzini II, pl. CXI, 16 et CXV, 122, 123, 126, 136 ; Mattingly, BMC Empire IV, no 110.

107 Cf. Hist. Aug., Comm. I, XI, 12.

108 Cf. Dion Cassius LXXIII 17, 2.

109 Cf. Dion Cassius LXXIII 19, 1.

110 Cf. Dion Cassius LXXIII 15, 3.

111 Cf. le no suivant du présent catalogue ; voir Vollenweider, Ritratto…, p. 96, et id., Genava, XXII, 1974, p. 269.

112 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 104, 1, p. CLVI ; ici, la fig. 190 a (aureus de Commode, British Museum, BMC Empire IV, pl. 95, 8, p. 719, no 168).

113 Cf. ici le no 191.

114 Cf. Gnecchi, I 80, 6.

115 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 105, 7 et pl. 108, 7.

116 Cf. CIL XIV 3449.

117 Cf. Cerfaux et Tondriau, p. 366.

118 Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 40, 2 et 6, p. 44 (cf. aussi les diverses pâtes de verre avec Achille et Penthésilée) ; Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne I, no 489.

119 Cf. les monnaies de L. Vinicius, Mattingly, BMC Empire I, pl. 3, 4.

120 Cf. Furtwängler, AG I, pl. XXXIV 19, la cornaline de l’Ermitage et Beschreibung, no 1036 ; le génie avec corne d’abondance sur une pâte de verre convexe du musée d’Art et d’Histoire à Genève (Musée Fol, no 1956, AG I, pl. XXVIII 8) et à l’Ashmolean Museum à Oxford. Cette position est reprise encore pour la déesse sur des monnaies d’or de C. Vibius Varus en 42 avant J.-C. (Grüber I, p. 590, nº 4300, pl. LVIII 10 ; Crawford, p. 507, nº 34, pl. LX) ; Buttrey, The Triumviral Portrait Coins, New York, 1956, p. 1 sqq. ; Bahrfeldt, Die Goldmünzenprägung, pl. V 19-20, p. 36, et pour la Vénus victorieuse sur des deniers frappés par Octavien après la victoire d’Actium, Grüber II, p. 10, nº 4333, pl. LIX 8.

121 Cf. le béryl gravé du portrait de Faustine II au musée d’Art et d’Histoire de Genève (Vollenweider, Genava, 1974, p. 265 sq.), celui au portrait de Lucius Verus (ici, no 177), l’améthyste gravée du portrait d’Antonin à Naples (Pannuti, Catalogo II, p. 244, no 207).

122 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 104, 5 et p. 784, no 505.

123 Cf. BMC Empire IV, pl. 104, 5 ; Mazzini II, pl. CXLC 884, sesterce (Hercule, dans la nudité héroïque, debout à droite tenant la massue posée à terre de l’autre main un arc, la léonté pendant de l’avant bras) ; TR P VIII – IMP VI – COS IIII.

124 Cf. BMC Empire IV, pl. 93, 1-2, 11-12 ; Mazzini II, pl. CXXXIV 222.

125 Portrait de Commode sur améthyste assimilé à Zeus, musée de l’Ermitage, cf. Fürtwangler, AG I, pl. XLVII 19 ; Maximova, pl. III ; sur cornaline, musée de l’Ermitage, no 1445 ; cf. Vollenweider, Ritratto…, fig. 11 et no 1443 ; sur cornaline également, musée de Naples, no 26069/231, cf. Pannuti, Catalogo II, p. 246, no 208.

126 Cf. Wegner, p. 68 sq. et pl. 62 ; Mattingly, BMC Empire IV, pl. 98, 14 (= ici, fig. 194 a), 17-18 et pl. 110, 1 et 11.

127 Cf. pl. 110, 7 ; également ici, fig. 193 a, BNF, Cabinet des médailles, médaillon de Commode AF 326.

128 Cf. archives du Cabinet des médailles, carton de l’année 1799.

129 Cf. L. Tondo, F. Marie Vanni, Firenze, 1990, no 17 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 68, note 21, pl. 75, 2, 4 ; Megow, D 3, pl. 7, 13-14.

130 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, p. 755, pl. 100, 7 et p. clxviii sq. Voir aussi, ici, la fig. 194 a : aureus de Commode, Londres, British Museum, BMC Empire IV, pl. 98, 14.

131 Cf. Wegner, pl. 30 le buste du Louvre.

132 Cf. Vollenweider, Ritratto…, 1984, p. 96.

133 Cf. Wegner, pl. 61, h et i.

134 Cf. moins la bague que cite de Ridder dans sa notice (Marshall, FR, no 430, pl. XIII) que les nos 487-493 (ibid., pl. XIV), cf. Henkel, Fingerringe des Rheinlande, Berlin, 1913, nos 194, 197, 200, que l’auteur date du iie siècle.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540