Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

Galba, Vitellius et la dynastie des Flaviens

Texte intégral

Galba

136

Intaille plate des deux côtés, à bords de taille conique puis de biais.

Sardonyx à trois couches, noire puis blanc légèrement bleuâtre (crâne) sur base noire. Menues fissures au dos et éclats au bord.

Provenance : attestée dans les collections en 1858 ; peut-être l’exemplaire décrit dans la collection de Louis XIV, inventaire du début du xviiie siècle, 12e tablette, n103 « Teste de Galba. Agathe blanche et noire montée en bague d’or ». Inventaire de 1795, nº 140, p. 22.

Dimensions : h. 16 ; l. 15 ; ép. 4 mm.

Galba lauré, de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

1Cette image de Galba, conservée par une copie dans une collection privée en Sicile, se distingue par la reprise de contrastes prononcés entre teintes claires et obscures caractérisant nombre de camées du règne de Néron ; mais elle se différencie nettement de ce style de gravure par un désir de sobriété significatif d’un retour à l’idéal républicain.

2La tête compacte, resserrée dans l’espace, présente une chevelure en bonnet rempli de menus traits qu’interrompt la couronne de laurier aux fines feuilles allongées, aux fruits parsemés, aux bandelettes nouées retombant dans la nuque et se terminant en pointes. Les muscles de la joue et du cou ressortent en bourrelets, la pointe du nez aquilin plonge vers les lèvres, le menton est proéminent. Ainsi l’expression du visage est austère. L’œil enfoncé sous le sourcil saillant, l’angle presque droit entre le front et la partie inférieure du visage soulignent l’aspiration à un réalisme presque artificiel.

  • 1 Cf. M. Furhmann, Das Vierkaiserhahr bei Tacitus, Philologus, 1960, p. 250 sqq.
  • 2 Cf. RE, 2e série, VII, 2, col. 772 sqq., Sulpicius Galba 63 [Fluss] ; R. Syme, Tacitus, Oxford, Cla (...)

3Servius Sulpicius Galba, né en 3 avant J.-C. et issu d’une des plus nobles familles honorée par Auguste, Tibère et Claude, fut, à partir de 60, gouverneur de la province Hispania Tarraconensis. En 68, Vindex, d’origine gauloise, fomentant une insurrection, l’invita à prendre la place de Néron. Après la mort de ce dernier, Galba prit le titre de César et marcha sur Rome avec Othon, soutenu par les cohortes prétoriennes1. Par son caractère enclin non seulement à la rigueur mais aussi à l’avarice, il s’attira l’opposition d’Othon et des prétoriens. Victime du complot qu’ils avaient ourdi, il fut tué le 15 janvier 692.

  • 3 Cf. les numéros suivants du présent catalogue et E. Fabbricotti, Galba, Rome, 1976, p. 51-53.

4En dépit de la brièveté de son règne – guère plus de sept mois – comparé à celui de Néron qui s’étendit sur 14 années, Galba nous a laissé un certain nombre d’intailles et de camées3. Ce seul fait nous autorise à conclure qu’il poursuivit la tradition de raffinement et de haute culture inhérente aux familles aristocratiques romaines.

  • 4 Mattingly, BMC Empire I, pl. 53, 10, 18, 21 et 23, p. 337 sqq.

5Quant au type de ce portrait, il n’autorise aucune comparaison exacte avec les portraits monétaires. Ceux que l’on pourrait le mieux évoquer sont certaines émissions d’or à Tarraco en Espagne4, la province même dont Galba fut gouverneur. Dans l’ensemble elles réunissent les particularités illustrées par notre effigie glyptique : sobriété du style, fines petites feuilles de laurier, nez plongeant vers les lèvres.

6Ces frappes auraient marqué le début d’une abondante production iconographique prometteuse d’un nouvel essor de la glyptique.

60 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2087.

137

Intaille légèrement convexe à base plate.

Sardonyx à deux couches, brun miel sur onyx blanc (bordure, partie de la chevelure et base), présentant, au dos, différentes nuances.

Monture en or émaillé d’un vert translucide, avec deux feuilles de vigne au revers.

Provenance : ancien fonds ; attestée dans les collections en 1795 (inventaire de 1795, nº 46, p. 48).
Dimensions : h. 30 ; l. 22,5 ; ép. 5 mm.

Buste de Galba lauré et cuirassé portant le paludamentum retenu sur l’épaule par une fibule ronde. Il est vu de trois quarts, la tête de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

7En contraste avec les pierres précédentes, celle-ci s’intègre dans la tradition de la glyptique romaine et de l’art du portrait italique, tel qu’il fleurissait surtout au début du ier siècle avant J.-C.

  • 5 Cf. Fluss, RE, 2e série, VII, Sulpicius Galba 63, col. 774 sq. et 754 sqq. Le père de l’empereur fu (...)

8La sardoine brune rubanée, à couches horizontales, était depuis longtemps, et bien avant Scipion l’Africain, une des plus employées. La surface labourée, l’épiderme nivelé, la chevelure sobre se caractérisent aussi comme des particularités de la fin du iie ou du début du ier siècle avant J.-C., époque de grandes contestations mais aussi de gloire pour la famille de Galba5.

  • 6 Cf. le buste de la villa Torlonia.

9Le profil aigu au front creusé de plis, la coupure décisive entre la partie supérieure du visage et l’inférieure, le nez et le menton très marqués, la lèvre supérieure en retrait annoncent un type d’effigie très connu de l’iconographie républicaine. On y retrouve aussi la bande de muscles descendant du nez et contournant la commissure des lèvres, la pommette et la pomme d’Adam saillantes6.

  • 7 Cf. Mattingly, BMC Empire I, pl. 55, 17 et pl. 56, 9, où l’interruption entre le front et le nez, l (...)
  • 8 Pour la chevelure crépue, cf. Mazzini I, pl. LX 171 p. 170 ; RIC I, p. 204, 43 ; Cohen, nos 168-176 (...)

10Mais en contraste avec les effigies républicaines d’une expression extrêmement vivante et même véhémente, ici c’est surtout la matière de la carnation et de l’épiderme qui est mouvementée et exaltée. Ce même style se retrouve sur certains portraits monétaires à la monumentalité encore rehaussée7. Quant à la chevelure crépue8, elle apparaît notamment sur des effigies monétaires ornées de la couronne de chêne, dont le revers montre l’image de la déesse Roma casquée, assise à gauche sur la cuirasse, s’appuyant sur le bouclier rond.

11Ainsi ce portrait se révèle-t-il caractéristique d’un maître graveur de l’atelier romain de l’année 69 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2086 ; Bernoulli RI II-2, p. 5, g ; Richter, EGR, p. 110, n529 ; E. Fabbricotti, Galba, Rome, 1976, p. 52, n7.

138

Intaille plate des deux côtés, bords tranchés en biseau.

Cornaline blonde et translucide.

Provenance : Cabinet du roi ; attestée dans les collections en 1750.

Dimensions : h. 13 ; l. 10 ; ép. 2 mm.

Galba orné du diadème et de bandelettes retombantes est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

12Si le portrait précédent se rattache aux émissions d’Espagne, celui-ci fut sans doute créé en Orient ou pour l’Orient, comme l’indiquent non seulement le diadème, mais aussi son goût baroque. On peut admettre avec le plus de vraisemblance l’Égypte où Galba sans doute prit la succession directe des Julio-Claudiens qui gouvernèrent ce pays en apanage personnel.

  • 9 Mattingly, BMC Empire I, pl. 40, 16, 17, 21, 23.
  • 10 Mazzini I, pl. LIV 303 ; Mattingly, BMC Empire I, p. 275, n387.
  • 11 Mazzini I, pl. XXXIX.

13Mais, du point de vue stylistique, la parenté est moins frappante avec les effigies monétaires d’Alexandre qu’avec des frappes de Néron effectuées à Césarée en Cappadoce9. Surtout la façon, que nous retrouvons sur notre intaille, d’amplifier la chevelure par des rangées parallèles de mèches, indique la continuation d’un style visible sur un type de monnaies de bronze de Néron10 mais aussi déjà de Claude11.

  • 12 Cf. le portrait de Boston, Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 64, 1-3. Cf. ici fig. 138 a : sesterce (...)

14Il faut d’autre part noter le réalisme du portrait au front divisé en deux sections, la partie supérieure en retrait par rapport à l’os saillant au-dessus du nez, pressant sur l’arcade sourcilière qui se prolonge vers la tempe, l’œil enfoncé et marqué à l’angle de fines rides, la pommette et les muscles du visage et du cou saillants, la bouche serrée à la lèvre inférieure proéminente. Tout ceci annonce des traits d’un caractère typiquement romain12 qui s’avère ici comme consolidé, affirmé volontairement.

15Ainsi Galba apparaît-il comme l’un des héros d’une République fictive qui sera vivante dans l’imagination de Tacite.

69 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2088 ; Mariette II, tête 61.

139

Camée en sardonyx à trois couches.

Sardonyx brun foncé (cheveux, couronne de chêne, égide) ; calcédoine bleue veinée (visage, cou), tirant parfois sur le gris ou sur le jaune (bandelettes) ; fond beige translucide, tacheté de brun, cassé légèrement et réparé au bord. Éclat à la narine et à la pupille de l’œil dont le trou est légèrement grossi. Monture en or de la fin du xviie siècle.

  • 13 Ce camée est décrit dans la collection Rubens par Peiresc, dans une lettre sans date : « camayeuls (...)

Provenance : Cabinet du roi depuis 1660. Anciennes collections du peintre P. P. Rubens13, du duc de Buckingham, de Gaston d’Orléans. Inventaire de 1664, n152.

Dimensions (sans monture) : h. 72 ; l. 52 mm.

Galba, la tête ceinte de la couronne de chêne aux bandelettes flottant en arrière est vu de profil à droite, le buste couvert de l’égide, ornée d’une tête de Méduse regardant à droite, de face.

  • 14 Cf. le camée des deux Agrippine (Babelon, n226), le n109 du présent catalogue, et le camée de N (...)
  • 15 Cf. la chevelure et le casque d’Agrippine sur le camée (Babelon, Camées, n226) et les silhouettes (...)

16S’il semble hardi de procéder à cette identification, notons que la matière où alternent des couleurs très foncées et des bleus gris est caractéristique d’un nombre considérable de camées des règnes de Claude et de Néron14 ainsi que les surfaces mouvementées15.

  • 16 Cf. Mattingly, BMC Empire I, pl. 55, 17 et pl. 56, 4 ; cf. aussi le type de portrait reposant sur u (...)

17C’est donc une continuation du baroque du milieu du siècle, apparent dans la convulsion de l’épiderme, visible aussi sur certaines monnaies de bronze, notamment sur celles où Galba se distingue par une couronne de chêne et les cheveux peignés sur le front16.

  • 17 Cf. le n270 du présent catalogue.
  • 18 Mazzini, pl. LX 168 et pl. LXIII 277.
  • 19 Mattingly, BMC Empire I, pl. 48, 2 ; Mazzini, pl. LV 343-349.

18Le fort surplomb du contour, notamment du sommet de la tête, apparaît déjà sur le camée représentant Claude, mais est encore accusé ici par la couche supérieure dépassant la base17. Là on observe aussi des bandelettes flottantes assez lourdes, cependant plus serrées sur le portrait de Galba. Le nez fortement crochu se retrouve sur des as de Galba lui-même18, l’ordonnance de la chevelure, aux flammèches réunies sur le haut de l’occiput et à la nuque bien fournie, sur des monnaies de Néron19.

19En contraste avec les gravures des camées précédents, il y a, malgré une certaine torpeur, beaucoup plus de mouvement dans la surface travaillée sur différents niveaux, dans la chevelure en perruque contournant l’oreille, dans le creux qu’accuse l’égide au niveau du cou, dans l’œil à incision oblongue sous une paupière soulignée d’un bourrelet, et, plus haut, dans l’arcade sourcilière relevée en angle ouvert et partant de l’angle de la naissance du nez.

  • 20 Cf. Mazzini, pl. LXVIII 25, 46, 153, 203, 232 sqq.

20Ce dernier trait se répète sur le Vitellius du fragment suivant ainsi que le traitement mouvementé de l’épiderme, visible aussi sur certains portraits de Vespasien20.

21Ainsi notre portrait se situe-t-il avec certitude dans cette année agitée, au cours de laquelle la raideur de cet homme, encore aristocratique mais déjà pétrifié, sera dépassée.

Fin de l’année 70.

Bibliographie

Jacques le Roy, Achates Tiberianus sive gemma Caesarea, Amsterdam, 1683, p. 47 ; J.-G. Graevius, Thesaurus antiquitatum romanorum, 1694-1699, t. XI, p. 1332 ; Marion du Mersan, 1838, p. 117, n173 ; Lenormant, Iconographie, p. 17, pl. IX, fig. 1 ; Chabouillet, n211 ; Duruy, Histoire des Romains IV, p. 336 ; Bernoulli, RI, p. 157, g ; Babelon, Camées, n251 (où ce camée est à tort désigné comme un portrait de Tibère) ; Richter, EGR, n771 ; Megow, p. 216-218, A 106, pl. 36, 3 ; Meulen (Marjon van der), Rubens’ Copies I, p. 195-197 ; II, p. 197-201 ; Bellori II, p. 556, n33.

Vitellius

140

Fragment de camée.

Lapis-lazuli à taches d’un beige ivoire sur le haut du crâne, à gauche. La partie inférieure est cassée au niveau de l’occiput et du cou.

Provenance : ancien fonds, attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 24 ; ép. max. 4,5 mm.

Vitellius orné de la couronne de laurier dont les feuilles marquées d’un bourrelet longitudinal serrent entre leurs pointes une baie. La chevelure formant un bonnet de courtes mèches serrées encadre le front de flammèches plus souples, parallèles, indiquées en doubles lignes se réunissant en pointes ou se regroupant au-dessus de l’oreille pour creuser une courbe au-dessus de la tempe. Le globe de l’œil est marqué par une profonde incision et recouvert en partie par la paupière.

  • 21 Cf. bibliographie ci-dessus. Il dit cependant « on peut songer à Vitellius ».
  • 22 Cf. cependant quelques rares exemplaires sur lesquels le nez est marqué d’une semblable façon cf. M (...)
  • 23 Cf. le buste de Vitellius en cristal de roche (h. 66 mm), au musée de Césarée, The Quaterly of the (...)

22Si nous admettons plutôt une identification avec Vitellius qu’avec le père de Trajan comme l’avait proposé M. Ernest Babelon21 ce n’est pas seulement à cause de l’argument iconographique mais surtout par considération de la valeur des personnages. Le père de Trajan présentait une personnalité d’un sérieux profond, très différente de celle qui s’exprime ici. Certes les traits sont un peu allongés, surtout le nez qui accuse une belle courbe et se termine dans une pointe plongeante, au-dessus d’une petite bouche à lèvres charnues, plus grandes que sur les monnaies22. Mais la partie autour de l’œil très charnue, le sourcil relevé, le front fuyant, bossu en bas, le menton en retrait caractérisent plutôt Vitellius23.

Bibliographie

Babelon, Camées, n288.

Les empereurs flaviens

141

Intaille plate des deux côtés, à bords de taille conique puis de biais.

Nicolo bleu et noir tacheté de brun au dos.

Provenance : don Toutain.

Dimensions : h. 13 ; l. 11 ; ép. 3 mm.

Vespasien drapé du manteau, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

23Bien que le graveur de cette intaille n’ait pas livré une interprétation du caractère et de la personnalité de Vespasien, il s’est efforcé de retenir ses traits principaux : la tête aussi profonde que haute, à l’occiput proéminent couvert de cheveux marqués de menues incisions serrées, le crâne rond contrastant avec le visage rapetissé sous le grand front bombé et dégarni, la pommette et le menton saillants, l’œil enfoncé sous le sourcil proéminent, la bouche serrée sous un petit nez en pointe, l’oreille déformée en forme de crochet. Seul le volume sphérique de la tête reposant sur la nuque puissante et le large cou entouré du col replié du manteau expriment la volonté ferme de l’empereur.

24Ainsi le graveur a constitué sur le nicolo une image populaire de celui qui, après les désordres de l’année 69, rétablit la structure solide de la monarchie d’Auguste.

  • 24 Cf. des portraits tels Mattingly, BMC Empire II, pl. 1, 9 datant du début du règne de Vespasien, qu (...)

25L’absence de rapport direct entre ce portrait et les effigies monétaires distinguées par des insignes du pouvoir, telle la couronne de laurier24, ne permet pas d’en préciser la date exacte, mais nous inclinerions à le situer au début du règne de Vespasien, qui dura dix ans.

Entre 69 et 79, probablement autour de 70.

142

Camée de deux couches dans une monture en or moderne.

Onyx blanc ivoire sur fond gris clair de calcédoine.

Provenance : don du duc de Luynes, 1862, n15.

Dimensions : h. 25 ; l. 19 ; ép. 5 mm.

Titus vu de profil à gauche.

  • 25 Non seulement le profil mais aussi la coiffure et surtout la grosse nuque seraient des particularit (...)
  • 26 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 10-11.
  • 27 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 15 b et 21 c-d, et p. 26 sqq., 86, 95 sq.

26Aucune difficulté ne s’oppose à l’identification du personnage de ce camée avec Titus, fils aîné de Vespasien, bien que M. Babelon et Miss Richter l’aient désigné comme Tibère25. La grosse nuque de taureau se poursuivant par une ligne presque droite vers le sommet de l’occiput et reposant sur une forte épaule projetée en avant, la tête carrée au front droit, au nez en bec de hibou très pointu et plongeant, qui prend naissance dans un vilain angle, aux lèvres épaisses à commissure enfoncée d’un homme rassasié, au menton exprimant la volonté et l’endurance unies à l’embonpoint, sont bien les traits du conquérant de Jérusalem. Nous retrouvons d’ailleurs les mêmes contours de la tête, notamment du profil, sur nombre de bustes, tels celui de Naples et celui du Vatican provenant d’Herculanum26. Les cheveux répartis en larges mèches ondulées que terminent des crochets accentués par des trous sont d’autre part confirmés par les bustes soit d’Izmir, soit de Sabratha27.

27Si ces bustes ont été datés des dernières années de la vie de Titus, mort en 81 à l’âge de 42 ans, notre camée – unique portrait en pierre fine qui ait été conservé de cet empereur – semble dater d’une époque antérieure. Par sa coiffure ornementale il se détache pourtant du style sobre, inspiré de la tradition de la République romaine, de son père et de Galba, en se plaisant dans des formes plus luxurieuses correspondant à l’embonpoint progressif d’un « Hercule », depuis 79 souverain du monde.

  • 28 Cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 17, 15.
  • 29 Cf. aussi pl. 18, 6 et p. 104, note 496.

28Notons que les deux bustes en marbre mentionnés ci-dessus ont été trouvés dans les provinces, et l’un d’eux en Asie mineure qui fut toujours portée vers le goût des richesses et de la luxure. Si l’on est obligé d’admettre que ce camée en onyx est issu de l’atelier impérial, l’on peut cependant penser à un travail oriental. Il n’est pas exclu que Vespasien ait emmené à Rome des artistes de Syrie et d’Asie mineure. Des monnaies frappées en 7628 montrent d’ailleurs une semblable tranche du cou laissant voir l’épaule projetée en avant et soulignant le pli qui la sépare du cou29. Certes la ressemblance n’est pas totale, et là aussi on constate que les monnaies et la glyptique suivent des voies différentes. Mais notre camée présente sans doute l’image du fils aîné de Vespasien tel qu’il apparaissait comme corégent de l’empereur, porteur des titres de consul et de tribun de la plèbe, mais également celui du divin Jules, « César », dont il ne partageait pas l’élégance, demeurant un colosse solide et trapu orné de boucles en crochets.

  • 30 Cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 56 sqq., 65.

29Quant à la technique de la gravure, elle poursuit la tradition des graveurs de la dynastie julio-claudienne et se maintient dans un modelé délicat des surfaces de l’onyx blanc ; si elle n’atteint plus la tension subtile et le sens des nuances d’un Dioscouride ou d’un Hérophilos30, c’est que les modèles ont changé et que l’on ressent le passage d’une civilisation aristocratique à l’aisance bourgeoise.

Environ 75-80 après J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, n250 ; Bibliothèque nationale, département des Médailles, Description sommaire des monuments exposés, 1867, p. 140, n15 ; Richter, EGR, n205.

143

Intaille plate.

Jaspe sanguin.

Provenance : don Seguin, n221, registre H 2724.Dimensions : h. 11 ; l. 9 ; ép. 3 mm.

Jeune prince, probablement Domitien assimilé à Mercure et portant le caducée sur son épaule. Il est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

30S’il semble hardi d’avancer une telle identification, relevons que le modelé et la tranche du cou sont particuliers à la dynastie flavienne et nous obligent à une telle datation.

  • 31 Cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 1, 1, p. 62 et pl. 10, 9, p. 88 sq.
  • 32 Cf. Mattingly, ibid., voir surtout pl. 10, 9.
  • 33 Cf. cependant le buste d’Ostie, Daltrop-Wegner, pl. 24.

31La tête au crâne arrondi d’une belle structure ainsi que l’œil au globe bombé sont certes dans la tradition de l’art grec, mais la dureté de l’expression, la coupure marquée du front bombé et du nez à la pointe proéminente et surtout le long cou, les muscles de l’épaule et de la poitrine séparées par des incisions, suggèrent une reprise tardive de certains éléments de l’art grec incorporés dans une forme compacte. Depuis 69 les têtes des deux frères, Titus et Domitien, apparaissent sur des monnaies de Vespasien31. Celles du début surtout révèlent les mêmes proportions du cou supportant une tête ronde32. Si les bouclettes, rendues en globules compacts, se différencient des coiffures habituelles de Domitien33, l’assimilation au messager des dieux exigeait une telle transformation.

  • 34 Cf. Martial (IX 64-65 et 101) qui voudrait reconnaître les traits de Domitien dans l’image d’Hercul (...)

32D’un même niveau de gravure que le portrait de Vespasien mais provenant d’une main ou même d’un atelier différent, notre Mercure s’insérerait dans l’imagerie populaire exaltant le prince de 19 ans environ (il était né en 51). Lorsque le 22 décembre 69 Vespasien fut reconnu comme empereur par le Sénat, on aurait créé des effigies de Mercure ressemblant au fils cadet de l’empereur34.

Probablement vers 70 après J.-C.

144

Fragment de camée de deux couches entouré et réparé par une monture en or moderne.

Onyx gris brunâtre (peut-être brûlé) sur un fond de calcédoine blanche nuancée de gris.

Provenance : acquis le 18 janvier 1856 de M. Franc ; registre D 3733.

Dimensions maximum : h. (de la tête, sans la monture) 35 mm ; l. 30 mm.

Portrait de prince ou de poète portant la couronne de laurier, terminée au-dessus de la tête par des glands et deux épis de blé ; entre les deux paires moyennes de feuilles de laurier, un bouton de lotus. Le tout a dû être encadré par une bordure de même couleur, en onyx blanc, ornée d’une rangée de petits cercles indiquant des perles dont cinq sont conservées.

  • 35 Relevons l’ordonnance et le dessin de la chevelure assez sophistiqué mais sans élan ni mouvement pa (...)
  • 36 Cf. Vollenweider, BNF I, nos 110, 138-139 (Apollon), 68, 71, 80, 94 etc.
  • 37 Daltrop-Wegner, pl. 24 a-b, pl. 25 c-d, p. 32, 41, 102 sqq. ; pour celui d’Ostie, Calza, I rittratt (...)
  • 38 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 34 a-b.
  • 39 Cf. BMC Empire II, pl. 42, 8 ou déjà pl. 25, 10-11.
  • 40 Non publiée, qui doit dater du début du règne. Cf. aussi le portrait idéalisé et d’une belle forme (...)
  • 41 Cf. ci-dessus note 37.

33Si l’on admet qu’il s’agit ici d’un portrait, il n’est certes pas facile d’identifier le personnage35. Mais, du point de vue stylistique, il se situe le mieux dans la seconde moitié du ier siècle, et, plus précisément, à l’époque flavienne. Notons qu’on ne saurait lui attribuer le nom d’un dieu puisqu’il est orné d’insignes appartenant à divers dieux : les bouclettes un peu longues tombant sur la nuque et le cou, ainsi que le profil solennel, à Apollon ; les épis de blé et les têtes de pavot à Bonus Eventus ; la fleur de lotus à Harpocrate. Et puisque déjà à l’époque ptolémaïque les princes adoptaient ces symboles36, une telle assimilation s’impose également pour des princes impériaux. Parmi ceux qui vécurent à l’époque où, du point de vue stylistique, se situe notre camée, seul Domitien prête à comparaison. Cependant, si l’on regarde les portraits parvenus jusqu’à nous, l’on ne relève que de faibles parentés de détails, ainsi la chevelure retombant en bouclettes crochues sur le front, accusées plus sobrement sur les sculptures de l’adolescent, telles celles d’Ostie ou de Munich37. Des émissions de l’année 7338 montrent une rangée de mèches épaisses se courbant vers le front, un visage rapetissé au petit nez aquilin, l’ensemble encore très inspiré par le baroque des effigies de Néron. Un certain rapprochement n’est permis qu’avec des monnaies plus tardives39 – monnaies de bronze des années 77-78, et déjà une de l’année 72 – encore que le profil y soit plus réaliste. Si les monnaies ne nous donnent pas davantage de satisfaction, c’est un fragment d’intaille trouvé à Aquilée40, qui laisse reconnaître une similitude dans le traitement de l’œil assez ouvert, la bouche aux lèvres charnues, de même forme d’ailleurs que sur la statue de Munich41. Sur l’intaille d’Aquilée, la démarcation entre le front et le nez est presque aussi peu accentuée que sur notre camée.

  • 42 Il naquit le 24 octobre 51 ; en 69 il avait donc 18 ans.

34Ce sont surtout les éléments stylistiques qui permettent de faire le pont entre l’iconographie certaine de Domitien et notre effigie idéalisée et de soutenir un tel rapprochement. Faisons encore valoir un autre argument. Si ce camée entre vraiment dans le cadre des événements historiques auxquels fut mêlé Domitien, ce ne peut être que l’adolescent qui est visé ici. Durant la rébellion de Vespasien contre Vitellius, en 69, Domitien se trouva à Rome, assiégé au Capitole. Après la mort de Vitellius les troupes le proclamèrent César et, en tant que tel, il gouverna seul jusqu’à l’arrivée de son père en 70 après J.-C. On peut imaginer quelle résonance et quelle signification revêtit alors cette appellation de « César ». Plus de cent ans s’étaient écoulés depuis le temps où le fils adoptif de César, Caesar Octavianus, adolescent de 19 ans, était apparu sur la scène en captant par ce mot le cœur des hommes. En 69, Domitien, adolescent de 18 ans42, réincarna le nom de César. Pour cette raison ses effigies auraient repris aussi le style et le profil d’Octavien.

35On constate à quel point le graveur est redevable à ses prédécesseurs au service de la famille julio-claudienne, que ce soit pour le choix de la pierre et la surface aplatie du relief, ou pour l’image entourée et rehaussée par un encadrement en relief qui cependant ne résulte plus du jeu de nuances propre à l’époque antérieure mais d’une taille assez dure et monotone. En revanche, le relief est profondément inspiré par le classicisme augustéen, et même vivifié par rapport aux règnes de Claude et de Néron. L’œil garde une belle ouverture, soulignée par le fin dessin de la paupière et par une délicate incision de l’arcade sourcilière inclinée vers la tempe.

36Ainsi ce camée symboliserait-il la reprise de l’ordre et de l’idéal de beauté augustéens.

Entre 70-80 environ, peut-être en 70 après J.-C.

Bibliographie

Babelon (Camées, n315) qualifie d’incertaine l’identification à Virgile proposée par Chabouillet (n185) ; Duruy, Histoire des Romains III, p. 693. Babelon cite G. Boissier et P. Gauckler, « Communication à la séance de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », le 27 novembre 1896 ; Richter, EGR, n513 bis.

Julie, fille de Titus

145

Intaille à surface légèrement bombée et base convexe.

Béryl bleu vert, dans une monture carolingienne simple d’où partent neuf saphirs entourés d’un double fil d’or. Les saphirs disposés de chaque côté sont enrichis d’une perle ; celui du sommet est orné d’un dauphin gravé et, au revers, d’un monogramme. La monture est probablement l’œuvre des ateliers de la cour de Charles le Chauve, vers 870-877. L’intaille est intacte, à part une légère blessure en haut à la stéphané.

Provenance : abbaye royale de Saint-Denis, décrit pour la première fois en 1534, prélevé en 1791 pour être déposé au Cabinet des antiques de la Bibliothèque.

Dimensions (sans monture) : h. 50 ; l. 37 mm.

Buste de Julie vue de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Ses traits majestueux sont soutenus par les cheveux formant un toupet de petites boucles au-dessus du front bas et bombé, à l’épais sourcil arqué rendu par des traits délicats doublés à la naissance du nez. L’iris de l’œil grand ouvert est cerné par une double ligne. Julie porte un collier de perles oblongues séparées par de courts anneaux et une boucle d’oreille consistant en une bélière à laquelle sont suspendues deux grosses perles. Une guirlande dont se détachent des spirales orne le diadème serti de perles. Signature du graveur, de haut en bas : Ευοδος εποει (« Euodos l’a fait »).

  • 43 Cf. A. Alföldi, « Insignien », p. 123 sqq. ; cf. RE, Flavia 552.
  • 44 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 47.
  • 45 Ibid., pl. 44 et pl. 47 c.
  • 46 Cf. le n142 du présent catalogue.

37L’identification de ce portrait comme étant celui de Julie, fille de Titus, n’a jamais été mise en doute. Le choix n’est d’ailleurs pas grand, puisqu’elle porte la stéphané, diadème des déesses, honneur qui ne fut concédé qu’à Domitilla Major et Domitilla Minor, la femme et la fille de Vespasien, à Julie, fille de Titus, et à Domitia, femme de Domitien. Il en fut de même du reste du titre d’Augusta43. Or parmi elles, c’est Julie qui se distingue par des traits arrondis, des lèvres épaisses légèrement proéminentes, un front bombé et fuyant, un gros menton descendant vers le cou, comme nous pouvons le constater sur le buste du Vatican44 et sur celui de Soleure45, où la masse de petites boucles est rehaussée et où l’on remarque également les menues tresses s’étirant vers l’occiput et se réunissant en une tresse épaisse enroulée au-dessus de la nuque. Certes, chaque buste offre une variante de cette coiffure, mais dans l’ensemble elle reste à peu près la même. Aucun des bustes connus ne met pourtant en évidence cette allure et cette hauteur d’une princesse impériale paraissant dominer son entourage de son œil grand ouvert. Aucun des sculpteurs dont l’œuvre nous est parvenue n’a apporté un soin aussi grand à la mise en valeur des détails. Le diadème en or orné de reliefs et de perles paraît réel dans ses contours nets. Le drapé du manteau négligemment retourné sur la nuque et sur l’épaule est empreint de réalisme, de même que le bandeau tressé qui retient une seconde robe ajustée avec délicatesse et que les lignes ondoyantes de l’himation et du chiton retombant en pointe sur la poitrine. L’artiste a dessiné avec verve le jeu des lignes cheminant de la nuque vers le cou et rappelant les boucles en crochets que Titus porte sur le camée précédent46.

38Il n’est pas exclu que Julie ait posé pour ce tableau miniature, fait sur un béryl très précieux dont l’artiste a tiré le meilleur parti et qui n’aurait pu être gravé ailleurs qu’à la cour. La légende derrière le dos de la fille chérie de Titus confirmerait l’importance d’un chef-d’œuvre créé sur commande. Le graveur fut sans doute un artiste ou même l’artiste le plus éminent de la cour, conscient de sa valeur, exprimée dans la calligraphie des lettres nettes, précises et bien structurées.

L’œuvre d’Euodos

  • 47 N1469.
  • 48 Furtwängler, « Studien über die Gemmen mit Künstlersignaturen », JdI III, p. 319 sqq., et Kleine Sc (...)
  • 49 V 451.
  • 50 Nous nous abstenons de prononcer un jugement définitif, d’autant plus que les moulages de Cades, re (...)

39Il nous est possible d’attribuer à cet artiste une autre intaille, conservée à l’Ermitage47 qui montre peut-être déjà les traits de Plotine taillés avec un exquis raffinement dans une jacinthe. Furtwängler48 a mentionné un autre portrait de cette époque portant la signature d’Euodos et dont une empreinte se trouve dans la collection Cades49. Malgré les doutes qu’il a exprimés, l’authenticité de cette pièce ne nous semble pas exclue50.

  • 51 Cf. « Nuovi acquisti della mia collezione di pietre incise », RM 48, 1933, p. 297.
  • 52 Cf. Mattingly, BMC Empire III, p. cxlix.
  • 53 Cf. Daltrop-Wegner, p. 58.

40Mais les deux intailles citées ci-dessus pourraient nous conduire plus loin dans le temps. L’activité d’Euodos se serait poursuivie sous Trajan, peut-être même encore sous Hadrien. Si ce n’est Euodos lui-même, c’est peut-être son atelier qui a produit des œuvres trahissant la même finesse de gravure, tel le portrait de Sabine. Déjà G. Sangiorgi51 avait relevé la parenté existant entre l’intaille de sa collection, une cornaline de 22 mm, et le béryl signé par Euodos. On y remarque une semblable alternance entre les petits traits fins des tresses et les grosses lignes de l’étoffe incisée presque brutalement. Devenue l’épouse d’Hadrien en 100 après J.-C., Sabine ne figure pas sur les monnaies avant l’année 12852, mais des portraits graphiques d’elle ont sans doute existé avant cette date53.

41Née vers 65, Julie, fille de Titus, épouse de Flavius Sabinus, vécut, après l’exécution de ce dernier, avec son oncle Domitien. Elle fut divinisée très vite après sa mort, survenue en 91. Notre portrait signé par l’artiste se situerait vers la fin de sa vie.

C’est vers 90 que cette intaille aurait été gravée.

Bibliographie

Doublet, Histoire de l’abbaye de Saint-Denis, Paris, 1625, p. 335 ; Dom Felibien, Histoire de l’Abbaye de Saint-Denis, Paris, 1706, p. 542, pl. IV C ; Chabouillet, n2089 ; Babelon, Cabinet des Antiques, p. 104 sqq., pl. 33, 3 ; Guide, n2089, p. 33 ; Millin, Introduction à l’étude des pierres gravées, Paris, 1796, p. 67 ; Brunn, Geschichte der griechischen Künstler II, p. 499 ; Furtwängler, JdI 3, 1888, 319 et Kleine Schriften II, p. 241 sqq. ; AG I, pl. XLVIII 8 et III 358 ; Lippold, pl. 73, 5 ; Bernoulli, RI II-2, p. 44 sq. ; West III, p. 30 ; M. Borda, Le famiglie imperiali da Galba a Commodo, Rome, 1943 (Mostrà della Romanità), p. 41 ; EAA III, p. 528, fig. 640 ; H. Jucker, « Auf den Schwingen der Göttervogels », JbBernHistMus XXXIX-XL, 1959-1960, pl. 7, 2 et p. 275 sq. ; Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 79 ; Richter, EGR, n676 ; Daltrop-Wegner, p. 58, 117 et pl. 47 c-d ; Th. Kraus, Propyläen-Kunstgeschichte, Bd. II, Das Römische Weltreich, Berlin, 1967, pl. 385 b et p. 284 [H. von Heintze] ; Hausmann, RM 82, 1975, p. 324 note 50 ; Zwierlein-Diehl, « Divus Augustus », Kölner Jahrbuch, 17. Bd, 1980, p. 43, note 306 ; Zazoff, Gemmensammler und Gemmenforscher, Munich, 1983, p. 27, note 81, 46, note 147 ; Zazoff, Handbuch, p. 321 ; Zwierlein-Diehl, Würzburg, p. 102, n146 ; Zwierlein-Diehl, Cologne, p. 72.

Pour l’histoire de l’intaille et de la monture : Karl der Grosse, catalogue d’exposition, Aachen, 1965, n562 b. B. De Montesquiou-Fezensac, Le Trésor de Saint-Denis, Paris, 1973, p. 38, n5, 90 ; Saint-Denis, p. 92 à 97, n13 ; L. de Lachenal, Spolia. Uso e reimpiego dell’antico dall iii al xiv secolo, Milan, 1995, p. 135-136, pl. XI 2.

146

Intaille convexe des deux côtés.

Agate gris foncé ; au dos petits points et taches nuageuses.

Provenance : acquise en 1848. Rapportée de Syrie par M. Guys, consul de France ; registre C 2899.

Dimensions : h. 13 ; l. 10 ; ép. 3 mm.

Julie, fille de Titus, de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Elle est coiffée de la stéphané, ornée de boucles d’oreilles et d’un collier de perles. Les bords du manteau relevé dans la nuque retombent sur le chiton.

42Voici l’une des plus subtiles études impressionnistes de Iulia Titi, qui, sous une montagne de boucles, fait apparaître, selon l’éclairage, un visage sensible délicatement souriant ou légèrement aigri, les formes douces d’un profil ondoyant au front bombé, nez un peu trop plongeant, bouche prête à parler, joue pleine épousant le cou rond.

  • 54 Cf. Daltrop-Wegner, Die Flavier, p. 58, note 20.
  • 55 Walters, n3256.
  • 56 Cf. aussi Munich, collection Arndt, A 1050-1052 ; E. Schmidt, AGDS I-3, nos 3369-3971 ; Copenhague, (...)

43À tort me semble-t-il, Hausmann54 admet qu’à part le béryl signé par Euodos, les autres portraits de Iulia Titi seraient modernes. Cependant, pour la pâte de verre de couleur améthyste au British Museum55, à elle seule la matière du verre témoigne de son origine antique56.

  • 57 Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 64.

44De même qu’il y eut de nombreuses copies des fameuses pierres de Dioscouride57, il est probable que celle d’Euodos servit de modèle à des intailles plus modestes destinées à des personnes extérieures à la cour. D’une exécution moins soignée, les visages témoignent parfois d’une expression plus vivante et plus sereine. D’autres détails furent répétés, tels le collier rendu ici par des pointes indiquant les perles, ou les boucles du toupet. Le manteau est un peu plus relevé sur la nuque mais sa bordure est également repliée et rendue par des lignes floues. La joue ronde, le front bombé, le double menton arrondi sont toutefois bien ceux de Julie, probablement des dernières années de sa vie.

Vers 85-90 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2090 ; Richter, EGR, n534.

147

Camée de deux couches.

Onyx blanc à légères nervures d’un brun roussâtre au niveau du cou et du chignon ; fond mince en calcédoine légèrement grisâtre avec éclats au bord.

Provenance : collection Froehner, n2004.

Dimensions : h. 18 ; l. 13,5 ; ép. 2,5 mm.

Iulia Titi, très semblable à la précédente, mais sans collier ni boucle d’oreille. Les traits du visage sont plus arrondis. Au galbe de la joue correspond celui du large cou, rehaussé par un poli raffiné qu’on retrouve dans le traitement délicat de la surface nivelée de la chevelure qui s’entasse au-dessus du front, s’adossant à la stéphané qui débute au-dessus de l’oreille. Derrière la stéphané, les cheveux sont divisés en fines tresses parallèles accolées à la tête et se rassemblant dans un gros nid épais de tresses enroulées presque vertical. L’impératrice est vêtue d’une tunique recouverte d’une palla aux bords retournés pendant des deux côtés des épaules. L’œil globuleux est lisse, la pupille légèrement saillante.

45Ce travail d’une extrême finesse se composant d’un pointillage maniéré ou de minuscules lunules distribuées sur la chevelure, d’un fin poli mat des surfaces lisses, atteint un assez haut niveau. C’est pour cette raison, comme pour la fine pénétration psychologique, que l’on est en droit d’attribuer ce camée à l’atelier sinon à la main même d’Euodos.

Vers 90 après J.-C.

148

Intaille à surface plate.

Cornaline montée en bague en or massif moderne ; bord et revers couvert par la monture.

Provenance : don du duc de Luynes, n155.

Dimensions : h. 17,5 ; l. 12 mm.

Julie, fille de Titus, vue de profil à droite (sur le moulage, à gauche).

  • 58 Cf. Mattingly, BMC Empire II, p. 278 sq., n253 sqq., pl. 53, 5-8.

46Bien que ce portrait soit très différent de celui signé par Euodos, la couronne de déesse se relevant derrière le toupet de cheveux bouclés qui ornent le front ne peut désigner que la princesse impériale, distinguée par le titre d’Augusta depuis l’année 79. Le visage et la coiffure de bourgeoise sont d’autre part assez proches des images figurant sur les dupondii frappées par Titus58. Les traits sont cependant plus ouverts, mais la grande joue et le menton bien fourni sont maintenus. Les cheveux forment six doubles tresses se dirigeant vers l’occiput, où elles se réunissent en une double tresse formant une épaisse couronne. Sans doute cette coiffure se rapproche-t-elle de celle du béryl (n145 du présent catalogue), de même que le collier de perles entourant la base du cou. Le drapé du manteau est cependant indiqué puérilement par trois triangles de l’étoffe repliée, les boucles au-dessus du front par un fouillis de lignes épaisses, l’ornement du diadème par des traits crochus et ondulés. On note une légère variante de la boucle d’oreille oblongue terminée en pointe.

47Avec la plus grande probabilité l’image de notre cornaline se situe entre le portrait des dupondii cités et l’œuvre d’Euodos.

Vers 85 après J.-C.

Bibliographie

Richter, EGR, n535.

149

Intaille plate des deux côtés, à bords de taille conique.

Agate de différentes couches horizontales alternant entre le bleu gris et le brun foncé. La base polie est d’un très beau bleu gris.

Provenance : acquise le 5 février 1857 de M. Lhérie ; registre D 6345 (intaille 2090 a).

Dimensions : h. 29,5 ; l. 18 ; ép. 4 mm.

Iulia Titi, semblable à la précédente. La stéphané est ornée d’une guirlande à crochets et cercles entrelacés maladroitement dessinée. Les traits du visage sont vulgarisés, l’œil grand ouvert à la prunelle proéminente, la pointe du nez saillante et molle, le double menton accentué, le buste rapetissé et arrondi, rempli de lignes ondulantes indiquant les plis du drapé. Un collier de perles rondes simples enserre le cou. Deux perles suspendues à une bélière retombent du lobe de l’oreille. La coiffure, consistant en minuscules tresses parallèles réunies en chignon couvrant l’occiput, est rendue avec plus de soin.

48C’est surtout la stéphané qui confirme l’identification proposée, puisque seules les deux Domitilla, Major et Minor, Domitia et Julie furent honorées du diadème de Junon ou de Vénus. Bien qu’il soit d’un genre provincial, l’on peut être convaincu de l’authenticité de ce portrait, ainsi qu’en témoignent ceux trouvés à Aquilée.

49Inspiré du type de l’intaille signée par Euodos, ce portrait doit dater à peu près de la même époque.

Environ 85-90 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n3508.

150

Intaille plate des deux côtés, à bords recouverts d’une monture en or moderne.

Cornaline d’un beau rouge légèrement foncé.

Provenance : don Armand-Valton.

Dimensions : h. 16 ; l. 12,5 ; ép. 1,5 mm.

Autre variante du portrait de Julie.

50Le profil est semblable au précédent, mais le dessin de la pointe du nez, des lèvres en globules, du globe de l’œil ressortant, des deux perles pendant du lobe de l’oreille paraît d’un traitement encore plus artisanal. L’amas de cheveux entassé au-dessus du front se divise en demi-cercles remplis de menus traits se repoussant contre une stéphané sans ornement. Les cheveux se dirigent vers l’occiput où les nattes divisées sont enroulées en fines tresses semblables à celles de la cornaline de la collection Luynes (n148 du présent catalogue). Le collier est identique à celui du béryl signé par Euodos, dont le graveur a aussi repris la bordure du col repliée.

51Bon travail, mais plus sommaire.

Même date.

Domitia

151

Intaille plate des deux côtés, à bords de taille conique.

Nicolo bleu clair grisâtre pommelé sur une couche de calcédoine translucide, fixé sur une feuille d’or. L’intérieur du visage est taillé dans la seconde couche à travers laquelle on voit le fond d’or. L’intaille est sertie dans un bijou rectangulaire en feuille d’or, perforé aux quatre angles, entourant la pierre ovale dans un bord dentelé, séparé par un fil d’or d’une double torsade accompagnée d’un fil d’or. Viennent ensuite un bourrelet et une torsade unique flanqués de chaque côté d’un fil d’or. L’intaille se trouve ainsi encadrée d’un « passe-partout » ovale la mettant en valeur comme une image de famille.

Provenance : collection H. Seyrig 1973.1.477.

Dimensions de l’intaille : h. 24 ; l. 19 mm.

Dimensions du bijou : h. 40,5 ; l. 33 mm.

Domitia assimilée à Junon ornée de la stéphané limitant le toupet de cheveux relevé au-dessus du front. Les cheveux sont rassemblés en tresses parallèles tirées en arrière vers un chignon aplati. Une boucle cruciforme suspendue à une bélière pend de l’oreille. La pupille de l’œil visible entre les deux paupières est indiquée par un menu trait vertical au-devant du globe.

  • 59 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 58 a et p. 84 ; Mattingly, BMC Empire II, p. 413, n501. Sur les autres mo (...)

52Ce portrait presque dénué de relief est gravé dans une matière analogue à celui de Julie, mais d’une teinte un peu différente. Le graveur a cependant produit ici une œuvre plus maniérée mais aussi plus schématisée. Il a renoncé à donner une interprétation du caractère mais a relevé les traits essentiels d’un visage plus allongé à la pointe du nez plongeante. La stéphané en métal précieux remontant de l’oreille et s’appuyant au toupet de cheveux entassé au-dessus du front trahit le rang de l’impératrice. Le chignon aplati apparaît sur un seul type de monnaies dont la légende désigne Domitia comme mère de l’héritier décédé : CAESAR DIVI F[ilius], monnaies datant probablement des années 82-8359.

53Comme ce type de monnaies, celui de l’intaille est d’une très grande rareté. On peut donc admettre leur contemporanéité et l’appartenance de l’intaille à la première phase du mariage de Domitia avec Domitien.

  • 60 Pour la biographie de Domitia, cf. A. Stein, RE V, Domitia 103, col. 1513-1316.

54Domitia Longina, fille du fameux général Cn. Domitius Corbulo60, devint au plus tard en 72 l’épouse de Domitien, auquel elle donna en 73 un fils qui décéda à l’âge d’environ dix ans.

55C’est probablement au début du règne de Domitien, lorsque son épouse fut honorée au titre d’Augusta, et ainsi du diadème de Junon ou de Vénus, que ce bijou, plutôt issu d’un atelier d’Orient, aurait été gravé et serti en or.

Vers 81 après J.-C.

152

Intaille à surface convexe et base plate ; bords tranchés en biseau.

Cornaline.

Provenance : collection H. Seyrig 1973.1.518.

Dimensions : h. 12 ; l. 9,5 ; ép. 3,5 mm.

Buste drapé de Domitia en face d’un paon. Inscription : Image 1.png.

  • 61 Cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 61, 2 pour le cou mince et long, drapé du manteau.
  • 62 Ibid., pl. 61, 4-5, p. 311, nos 60-61, datées des années 81-84 : cf. Mazzini I, pl. XCVIII 2-3 ; cf (...)

56Bien que cette gravure soit l’œuvre d’un artisan, elle révèle en peu de traits les particularités de l’épouse de Domitien, caractérisée par les cheveux gonflés au-dessus du front, lisses sur l’occiput, ramassés sur le dos dans une tresse, le cou assez mince61. Ces détails significatifs sont complétés par la présence du paon qui orne un type de monnaies à l’effigie de Domitia62. Par cet attribut l’impératrice est assimilée à Junon.

  • 63 Cf. Der Kleine Pauly, Lexicon der Antike auf der Grundlager von Pauly’s Realencyclopädie der classi (...)

57Il est probable que cette intaille date des mêmes années que les monnaies, lorsqu’elle fut distinguée par le titre d’Augusta63.

Vers 81 après J.-C.

Personnages de l’époque des Flaviens

153

Intaille convexe des deux côtés, montée en bague en or moderne imitant des formes anciennes.

Prase.

Provenance : acquise en 1898 ; registre M 2674 « Matidie » (intaille 2090 c).

Dimensions : h. 14 ; l. 11 mm.

Bourgeoise vue de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

58Ce croquis vivant, d’une certaine qualité, présente une matrone au visage honnête mais un peu grossier : front bombé, nez aquilin pointu, pommette saillante, cou épais légèrement goitreux émergeant du buste couvert d’un chiton et drapé d’un manteau à l’ourlet ondulant. Il nous donne une image vivante peut-être d’un membre de la famille de Vespasien, paysans et terriens solides de l’Ombrie, mais aussi vaillants soldats et braves gens. Contemporaine de Domitia et de Julie, cette dame suivit la mode des cheveux relevés au-dessus du front et ordonnés en bandeaux superposés, comme Marciana, sœur de Trajan. Comme celle-ci, elle les ramenait dans de minces nattes parallèles vers l’occiput où elles formaient un grand chignon aplati. Cependant notre dame ne porte pas de diadème (l’objet relevé au-dessus et derrière le toupet n’est qu’une cassure probablement repolie à l’occasion de la monture en bague). Ce sont donc les traits d’une bourgeoise que le graveur a conservés sur cette prase.

Environ 80 à 100 après J.-C.

154

Ronde-bosse en cristal de roche.

Légers éclats au diadème et au buste du côté gauche.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 25 ; l. (à hauteur des oreilles) 14 ; ép. 20 mm.

Esquisse sommaire et populaire probablement de Marciana, sœur de Trajan.

59C’est surtout la haute couronne, caractéristique de cette grande dame imposante, qui suggère cette identification, outre son aspect plus robuste que celui de sa fille Matidia et de sa petite-fille Sabine, et la légère courbe accusée par le profil de son front fuyant se prolongeant par celui du nez.

  • 64 Cf. celle de Marciana à Venise en aigue-marine, celle de Sabine à Florence : Carandini, Vibia Sabin (...)
  • 65 E. Gagetti, Arte e materia. Studi su oggetti di ornamento di eta romana, Milan, Cisalpino, 2001, p. (...)

60Ainsi ce portrait s’insère-t-il parmi la série des rondes-bosses en pierres semi-précieuses datant de l’époque flavienne et de celle des Antonins64. Le nôtre appartient plutôt à l’artisanat tel qu’il fut cultivé à Aquilée où, à partir de l’époque flavienne, apparaissent des têtes similaires appliquées sur des bagues en ambre65.

61Ulpia Marciana fut distinguée par de grands honneurs. À partir de 105 elle porta le titre d’Augusta. Deux colonies reçurent son nom : Colonia Ulpia Marciana Traiana Thamugadi (Timgad en Numidie) et Marcianopolis en Moesia (Provadiya).

62Pour cette raison l’on peut admettre que des images de la sœur de Trajan ont dû être créées, même en reproductions populaires qui auraient été distribuées à des partisans et des familiers de la famille impériale.

Vers 105-110 environ.

Bibliographie

Babelon, Camées, n330 ; Chabouillet, n172.

155

Intaille plate des deux côtés, à bords de taille conique.

Nicolo légèrement ébréché au bord.

Provenance : Cabinet du roi ; décrit dans l’inventaire de 1664, n47.

Dimensions : h. 12,5 ; l. 15 ; ép. 3 mm.

Bustes de femme et d’homme affrontés.

  • 66 Catalogue II, n232.

63Malgré quelques différences on peut comparer ce couple à celui d’une pâte de verre du musée d’Art et d’Histoire de Genève66. En dépit de quelques divergences, dues aussi à la médiocrité de la gravure, il est probable que les personnages soient les mêmes ou, du moins, appartiennent au même milieu, où les femmes se distinguent par une coiffure au toupet très relevé au-dessus du front, à la couronne de tresses enroulées sur l’occiput encore agrandie sur le nicolo. Chez l’homme, la double rangée de boucles encadrant le front est remplacée sur l’intaille par des lignes horizontales parallèles tracées à la hâte dans la direction opposée de celle des mèches qui couvrent l’occiput ; la barbe et les traits des sourcils, des narines, des lèvres, du drapé sont plus expressifs, les cous allongés plus raides.

  • 67 Cf. Carandini, Vibia Sabina, n137, pl. LXIV ; cf. aussi, n183, pl. LXXXI.

64Une datation du règne de Domitien ou du début de celui de Trajan s’impose donc à cause de la coiffure. Et puisque les nicolos présentent souvent des portraits officiels mais populaires, nous admettrions un couple de la famille flavienne, tels Flavius Clemens, consul de l’année 95, et son épouse Flavia Domitilla, nièce de Domitien, ou peut-être déjà Hadrien en face de Sabine, petite-nièce de Trajan, lors de leur mariage qui eut lieu en 100 après J.-C. Cette dernière hypothèse se justifierait d’autant mieux que plus tard d’autres intailles ont représenté ce couple face à face, notamment sur une cornaline à Florence67. L’on aurait donc ici l’un des premiers portraits d’Hadrien et de Sabine.

Vers 100 après J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, n2116.

Domitien

156

Buste en ronde-bosse.

Calcédoine de couleur cendrée au niveau de la tête, tirant sur le brun dans le cou et le buste. Celui-ci, taillé en biais, est percé à sa base de deux petits trous de scellement. Un autre trou, peu profond, a été foré au-dessus du gorgoneion.

Provenance : acquis le 8 août 1915 ; ancienne collection Crignon de Montigny ; registre N 4521.

Dimensions : 51,5 ; l. 41,5 ; épaisseur 24,5 mm.

Buste en ronde-bosse d’un homme vu de face, imberbe, la poitrine recouverte d’une cuirasse ornée de l’égide.

65La tête est nue ; les cheveux lissés en arrière forment un bourrelet sur la nuque. La petite frange courte et bombée comprend trois grosses mèches rabattues sur le front, les autres mèches retombant sur les tempes, laissant l’oreille dégagée. Le visage témoigne d’un réel souci d’individualisation, surtout dans la ligne de profil, caractérisé par un front bombé, un nez court mais crochu, une petite bouche à lèvre supérieure très saillante, un petit menton charnu en galoche, rejoignant le cou par un renflement, tel un goitre. De face, les yeux en amandes à la pupille creusée, sont surmontés de sourcils simplement indiqués par de petites incisions obliques parallèles. La bouche aux lèvres minces est marquée aux commissures de deux dépressions.

  • 68 M. Bergmann-P. Zanker, « Damnatio Memoriae », JdI 96, 1981, p. 366 sq., notamment les portraits du (...)

66La coiffure et la ligne de profil sont parfaitement caractéristiques, ainsi que l’a montré M. Megow, des portraits de Domitien datés d’après 81, dits du 3e type68. Par contre, le traitement de la cuirasse, aux écailles marquées de petits traits courts disposés en losanges irréguliers, au gorgoneion grossièrement esquissé, aux lambrequins débordant sur les épaules, celui des yeux, au contour entaillé en forme d’amande, de la bouche creusée d’un sillon étroit s’évasant aux commissures, sont d’une rudesse étonnante au ier siècle, surtout pour un buste impérial. C’est ce qui explique que, depuis son acquisition en 1915 par Ernest Babelon, ce buste ait été daté du iiie siècle et attribué à Licinius père.

  • 69 Ici le n132 (Babelon, Camées, n128). Pour M. Megow (A 110, p. 221, pl. 37, 1), c’est aussi un p (...)
  • 70 Babelon 26, cf. Megow A 111, pl. 37, 5.
  • 71 Cf. Megow, Antique Cameos, nº 85.
  • 72 Cf. Megow, p. 111.

67Si l’identification de ce portrait semble assurée, il n’en est pas de même de sa datation, problématique. La grossièreté du travail est-elle signe d’une date tardive, voire moderne ? Cependant, certains camées du ier siècle présentent déjà des effets de stylisation poussés, tel celui de Minerve-Néron69, à la ligne de profil assez proche et surtout un bas-relief en agate du Cabinet des médailles, dans lequel M. Megow reconnaît une image de Domitien70. Sur ce dernier se retrouvent le tracé des écailles en losange – bien plus désordonné ici – et la schématisation de la tête de Méduse. D’autre part, la gravure des oreilles en gros bourrelets et des yeux rappelle fortement un portrait de Vespasien sur une améthyste de l’Ermitage71. Notre buste de Domitien, au visage bouffi, pourrait être une production tardive de l’époque flavienne72.

68Notons que les lignes principales (yeux, chevelure, cuirasse…) sont formées d’un trait large, profondément incisé d’un seul jet, et non reprises par la suite. Les détails dégagent l’impression d’un travail hâtif, sans application, alors que les volumes généraux sont bien rendus, le nez crochu parfaitement ciselé, le poli des joues, du front et du cou très soigné. L’œuvre serait-elle restée inachevée ? D’autre part, la matière avec ses dégradés de couleurs, n’est pas non plus flatteuse : nous n’avons pas ici une œuvre de luxe, mais peut-être une production artisanale ou provinciale.

Bibliographie

Catalogue des objets d’art […] composant le cabinet de feu M. G. Crignon de Montigny, Paris, Drouot, 24-27 mai 1899, n2 ; Megow, A 109 (Domitien).

Notes

1 Cf. M. Furhmann, Das Vierkaiserhahr bei Tacitus, Philologus, 1960, p. 250 sqq.

2 Cf. RE, 2e série, VII, 2, col. 772 sqq., Sulpicius Galba 63 [Fluss] ; R. Syme, Tacitus, Oxford, Clarendon Press, 1958, p. 150 sqq., 204 sqq.

3 Cf. les numéros suivants du présent catalogue et E. Fabbricotti, Galba, Rome, 1976, p. 51-53.

4 Mattingly, BMC Empire I, pl. 53, 10, 18, 21 et 23, p. 337 sqq.

5 Cf. Fluss, RE, 2e série, VII, Sulpicius Galba 63, col. 774 sq. et 754 sqq. Le père de l’empereur fut consul en 5 et époux de Mummia Achaica, petite fille de Q. Lutatius Catulus et arrière-petite-fille du conquérant de Corinthe.

6 Cf. le buste de la villa Torlonia.

7 Cf. Mattingly, BMC Empire I, pl. 55, 17 et pl. 56, 9, où l’interruption entre le front et le nez, le menton proéminent sont aussi accentués, surtout sur le bronze frappé à Rome qui montre la même couronne de chêne, la corona civica. Cf. ibid., pl. 56, 6 et 9, p. 326 sqq.

8 Pour la chevelure crépue, cf. Mazzini I, pl. LX 171 p. 170 ; RIC I, p. 204, 43 ; Cohen, nos 168-176, 178-179.

9 Mattingly, BMC Empire I, pl. 40, 16, 17, 21, 23.

10 Mazzini I, pl. LIV 303 ; Mattingly, BMC Empire I, p. 275, n387.

11 Mazzini I, pl. XXXIX.

12 Cf. le portrait de Boston, Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 64, 1-3. Cf. ici fig. 138 a : sesterce du Cabinet des médailles, AF 1127 (Giard III, nº 111).

13 Ce camée est décrit dans la collection Rubens par Peiresc, dans une lettre sans date : « camayeuls d’agathe… recueillis par Mr Pro Plo Rubens à Brusselles », cf. bibliographie. Rubens le revendit en 1626 au duc de Buckingham.

14 Cf. le camée des deux Agrippine (Babelon, n226), le n109 du présent catalogue, et le camée de Nancy (Furtwängler, AG III 324, pl. 168 ; Megow, A 99, pl. 35, 3).

15 Cf. la chevelure et le casque d’Agrippine sur le camée (Babelon, Camées, n226) et les silhouettes en fort surplomb.

16 Cf. Mattingly, BMC Empire I, pl. 55, 17 et pl. 56, 4 ; cf. aussi le type de portrait reposant sur un globe sur des monnaies en or ou en argent, Mazzini, pl. LVIII 43, 73, 79, 82 (sur le dernier exemplaire on distingue aussi les cheveux sur le front), et, pour le visage très mouvementé, pl. LIX 118.

17 Cf. le n270 du présent catalogue.

18 Mazzini, pl. LX 168 et pl. LXIII 277.

19 Mattingly, BMC Empire I, pl. 48, 2 ; Mazzini, pl. LV 343-349.

20 Cf. Mazzini, pl. LXVIII 25, 46, 153, 203, 232 sqq.

21 Cf. bibliographie ci-dessus. Il dit cependant « on peut songer à Vitellius ».

22 Cf. cependant quelques rares exemplaires sur lesquels le nez est marqué d’une semblable façon cf. Mazzini I, pl. LXV 61 ; cf. là aussi les feuilles de laurier avec des baies analogues et la boucle.

23 Cf. le buste de Vitellius en cristal de roche (h. 66 mm), au musée de Césarée, The Quaterly of the department of Antiquities in Palestine I, 1932, p. 153 sq. pl. LVII ; RE Vitellius ; Lantier, MonPiot 38, 1941, p. 141, n8.

24 Cf. des portraits tels Mattingly, BMC Empire II, pl. 1, 9 datant du début du règne de Vespasien, qui se prêterait le mieux à la comparaison, que ce soit pour le contour de la tête, ou pour le petit nez.

25 Non seulement le profil mais aussi la coiffure et surtout la grosse nuque seraient des particularités impossibles pour Tibère.

26 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 10-11.

27 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 15 b et 21 c-d, et p. 26 sqq., 86, 95 sq.

28 Cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 17, 15.

29 Cf. aussi pl. 18, 6 et p. 104, note 496.

30 Cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 56 sqq., 65.

31 Cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 1, 1, p. 62 et pl. 10, 9, p. 88 sq.

32 Cf. Mattingly, ibid., voir surtout pl. 10, 9.

33 Cf. cependant le buste d’Ostie, Daltrop-Wegner, pl. 24.

34 Cf. Martial (IX 64-65 et 101) qui voudrait reconnaître les traits de Domitien dans l’image d’Hercule auquel le prince érigea un temple en 91. Cf. Daltrop-Wegner, p. 30.

35 Relevons l’ordonnance et le dessin de la chevelure assez sophistiqué mais sans élan ni mouvement pathétique ou dramatique. Cf. déjà les bustes de Titus, notamment celui de Naples, Daltrop-Wegner, pl. 14, p. 25 sqq. ; Hekler, Bildniskunst, pl. 220 a ; West II 15, n1, pl. 3, 6. Pour les variantes des crochets et flammèches cf. aussi le Domitien de la glyptothèque Ny Carlsberg, Poulsen, Portraits romains, nos 7-8.

36 Cf. Vollenweider, BNF I, nos 110, 138-139 (Apollon), 68, 71, 80, 94 etc.

37 Daltrop-Wegner, pl. 24 a-b, pl. 25 c-d, p. 32, 41, 102 sqq. ; pour celui d’Ostie, Calza, I rittratti I, p. 46 sq., n64, pl. 37 avec la bibliographie antérieure ; pour celui de Munich : Bernoulli, RI II-2, p. 56, n18, pl. 17 ; L’Orange, Apotheosis, p. 66.

38 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 34 a-b.

39 Cf. BMC Empire II, pl. 42, 8 ou déjà pl. 25, 10-11.

40 Non publiée, qui doit dater du début du règne. Cf. aussi le portrait idéalisé et d’une belle forme classique du Vatican (Magazino, n4066) publié par Daltrop-Wegner comme une effigie de Titus, pl. 12, p. 22 sqq. ; cf. Kaschnitz-Weinberg, Magazino, n643, pl. 102 ; F. Magi, I rilievi Flavi del palazzo della Cancelleria, Rome, 1945, p. 65, n21, surtout du traitement de l’œil vu de profil.

41 Cf. ci-dessus note 37.

42 Il naquit le 24 octobre 51 ; en 69 il avait donc 18 ans.

43 Cf. A. Alföldi, « Insignien », p. 123 sqq. ; cf. RE, Flavia 552.

44 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 47.

45 Ibid., pl. 44 et pl. 47 c.

46 Cf. le n142 du présent catalogue.

47 N1469.

48 Furtwängler, « Studien über die Gemmen mit Künstlersignaturen », JdI III, p. 319 sqq., et Kleine Schriften II, p. 241 sq.

49 V 451.

50 Nous nous abstenons de prononcer un jugement définitif, d’autant plus que les moulages de Cades, reproduits eux-mêmes d’après des pâtes de verre coulées à partir des originaux, montrent souvent des modifications.

51 Cf. « Nuovi acquisti della mia collezione di pietre incise », RM 48, 1933, p. 297.

52 Cf. Mattingly, BMC Empire III, p. cxlix.

53 Cf. Daltrop-Wegner, p. 58.

54 Cf. Daltrop-Wegner, Die Flavier, p. 58, note 20.

55 Walters, n3256.

56 Cf. aussi Munich, collection Arndt, A 1050-1052 ; E. Schmidt, AGDS I-3, nos 3369-3971 ; Copenhague, Thorvaldsen Museum (Fossing, n1228) ; cf. aussi Furtwängler, AG XLVIII 10 ; Furtwängler, Beschreibung, nos 3203-3205 et la cornaline, ibid., n2334 = Zwierlein-Diehl, AGDS II, n498 ; d’autres exemplaires au musée de l’Ermitage et dans la collection Bollmann en Suisse ; à Genève, musée d’Art et d’Histoire, vol. II, n231 et les suivants ; en outre un nicolo à Aquilée.

57 Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 64.

58 Cf. Mattingly, BMC Empire II, p. 278 sq., n253 sqq., pl. 53, 5-8.

59 Cf. Daltrop-Wegner, pl. 58 a et p. 84 ; Mattingly, BMC Empire II, p. 413, n501. Sur les autres monnaies on distingue toujours la tresse relevée sur la nuque.

60 Pour la biographie de Domitia, cf. A. Stein, RE V, Domitia 103, col. 1513-1316.

61 Cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 61, 2 pour le cou mince et long, drapé du manteau.

62 Ibid., pl. 61, 4-5, p. 311, nos 60-61, datées des années 81-84 : cf. Mazzini I, pl. XCVIII 2-3 ; cf. Mattingly, BMC Empire II, pl. 47, 11 et p. lxxv, Domitilla, la femme de Vespasien, honorée également du paon au revers, mais ses cheveux sont aplatis au-dessus du front.

63 Cf. Der Kleine Pauly, Lexicon der Antike auf der Grundlager von Pauly’s Realencyclopädie der classischen Altertumwissenschaft, bearbeitet und herausgegeben von Konrat Ziegler und Walther Sontheimer, Munich, 5 vol., 1964-1965, vol. II, p. 134, n22 ; pour le règne de Domitien cf. A. Degrassi, Domiziano, 1955.

64 Cf. celle de Marciana à Venise en aigue-marine, celle de Sabine à Florence : Carandini, Vibia Sabina, nos 215-217, pl. XCII sq., p. 128 ; Giuliano, n181 ; cf. aussi le petit buste en plasma à l’Ermitage, Neverov, Camées, n470, p. 174 ; W. Stegman, AA, 1930, p. 1, fig. 1-5.

65 E. Gagetti, Arte e materia. Studi su oggetti di ornamento di eta romana, Milan, Cisalpino, 2001, p. 347 sqq. Cf. aussi la tête en sardonyx du British Museum, Walters, n3950 ; d’autres objets en cristal de roche, ibid., n3972 sqq.

66 Catalogue II, n232.

67 Cf. Carandini, Vibia Sabina, n137, pl. LXIV ; cf. aussi, n183, pl. LXXXI.

68 M. Bergmann-P. Zanker, « Damnatio Memoriae », JdI 96, 1981, p. 366 sq., notamment les portraits du musée de Constantine, fig. 38 et de Naples, fig. 40.

69 Ici le n132 (Babelon, Camées, n128). Pour M. Megow (A 110, p. 221, pl. 37, 1), c’est aussi un portrait de Domitien.

70 Babelon 26, cf. Megow A 111, pl. 37, 5.

71 Cf. Megow, Antique Cameos, nº 85.

72 Cf. Megow, p. 111.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540