Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Volume I. Textes

Portraits de la République romaine

Texte intégral

Romains des IIIe et IIe siècles avant J.-C. (nos 1-5)

1

Intaille plate des deux côtés, à bords tranchés en biseau et recouverts en haut par une monture de bague moderne.

Jaspe rouge jaunâtre à inclusions de calcédoine.

Provenance : don du duc de Luynes, 1862, no 154.

Dimensions : h. 21 ; l. 17 mm.

Portrait d’un homme vu de profil à droite (sur le moulage, à gauche).

1La qualité du travail du maître, auteur de cette effigie, jointe à l’expression puissante d’une personnalité pénétrée de volonté et modelée par la souffrance, ne peut aboutir qu’à la transcription des traits d’un des grands hommes de l’histoire.

L’artiste

2Rendons-nous compte de l’œuvre de l’artiste qui a consacré la surface presque entière de l’intaille à cette tête dont les mèches récalcitrantes de la calotte de cheveux touchent le bord tandis que le visage s’en écarte. Non seulement la gravure extrêmement souple de la chevelure, distribuée en forme de méduse à partir du sommet de l’occiput et se développant en rangées librement emplies de faucilles parallèles qui cernent le visage d’une ligne droite à l’exception du front et de la nuque, fait entrevoir une longue tradition et le goût de l’artisanat aspirant à la perfection, mais dans l’interprétation du visage le graveur a dépassé la routine de l’exercice habituel. Bien que ce soit une tête compacte reposant sur un cou assez large, le visage porte l’empreinte de l’homme sensible, marqué et même buriné par une vie de luttes et de labeur. Sur le front bossué, se retirant en haut sous la couronne des cheveux qui retombent en frange, des plis profonds sont incisés, faisant ressortir la chair en bourrelets. Deux bandes parallèles longent le sourcil indiqué par de minuscules traits, tandis qu’un pli profond incurvé descendant du coin intérieur de l’œil contourne la grande bouche aux lèvres minces et à la commissure abaissée. Un autre sillon profond, plus court, descend vers le maxillaire, marquant la joue très large. Avec la lourdeur de ce gros visage contraste le grand œil visionnaire qu’ombrage une large paupière.

  • 1 Cf. R. Ross Holloway, The thirteen months Coinage of Hieronymos of Syracuse, AMUGS III, Berlin, 196 (...)
  • 2 Cf. Kraay-Hirmer, Greek Coins, pl. 51, no 142, et ici, fig. 1 a, Bibliothèque nationale de France, (...)
  • 3 Ibid., pl. 51, no 145, dans les années 214-212 avant J.-C. ; Gulbenkian Collection I, p. 21, pl. XX (...)
  • 4 Cf. surtout Gulbenkian Collection, nos 3-5 et aussi, p. 23, no 12, inscrit « Vesano ».

3Si la peau labourée et subdivisée par des plis se retrouve sur des portraits monétaires du milieu du premier siècle, la chevelure en forme de bonnet cernant le visage, la gravure de l’œil s’observent sur des portraits d’une date beaucoup plus reculée. Cette dernière particularité se répète exactement sur des monnaies de Syracuse, notamment sur des frappes de Hiéronymos1. En particulier, un exemplaire conservé à Munich montre la même paupière large, le bord de l’iris indiqué par un trait délicat, l’œil à pupille en pointe. Notons aussi que la disposition et la gravure des mèches distribuées en étoile à partir du sommet de l’occiput se rejoignent, bien que la direction en soit souvent dissemblable ; que la même fluidité des lignes règne déjà sur les effigies de Hiéron, roi de Syracuse de 275 à 215 avant J.-C.2 et qu’elle est maintenue pour les mèches ondulantes sur la tête de Zeus frappée à Syracuse après le décès de Hiéronymos3. De plus, elle prend vigueur également dans le Latium, où l’Hercule et l’Apollon des colonies romaines de Cales et Suessa la révèlent4.

  • 5 RRC, no 27, 1 ; cf. Giesecke, Italia Numismatica, pl. 20, 13 ; cf. Thomsen, Early Roman Coinage III (...)
  • 6 Cf. Giesecke, ibid., pl. 14, 7 a et aussi une tête d’un semblable contour mais d’un homme plus jeun (...)

4Mais déjà la tête du Mars sur le didrachme daté par Crawford5 des années 230-226 avant J.-C. annonce une telle conception, influencée par l’idéal grec diffusé en Italie par les effigies monétaires de Pyrrhus6. C’est à la suite de l’invasion de Pyrrhus que se développera en Italie, notamment à Rome, la personnalité de celui qui incarnait le destin du peuple et dont l’effigie devint, comme celle-ci, « historique », mais le rayonnement de maîtres graveurs a dû s’effectuer surtout par Syracuse.

Le portrait

  • 7 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 78, 5-6et pl. 83, 4-6.
  • 8 RE VI, col. 2496 sqq., Flaminius 2.
  • 9 Cf. Thomsen, Early Roman Coinage I, p. 80 sq., no 93 ; Sydenham, no 82, du début de la première gue (...)

5Ce portrait s’inscrit-il dans une iconographie naissante des grands hommes de Rome ? En l’admettant, nous devons nous borner à supposer qu’il s’agit de l’un d’entre eux, sans pouvoir lui attribuer un nom. Mais nous pouvons tourner notre regard vers des hommes tels que C. Flaminius, ou Claudius Marcellus le conquérant de Syracuse, hommes dotés d’un caractère aussi puissant que celui du personnage représenté sur cette intaille. Si l’effigie supposée de Marcellus sur des frappes réalisées par un de ses descendants nous livre une tout autre structure de la tête7, une comparaison avec C. Flaminius s’avère plus vraisemblable. Déjà F. Munzer8 l’avait désigné comme l’homme le plus éminent de l’histoire romaine ayant évolué entre Appius Claudius Caecus et les Gracques. Défenseur de la cause du peuple contre les exigences toujours plus prépondérantes du Sénat, il fut en outre un orateur puissant et le fondateur de plusieurs colonies telles l’Ager Picenus et l’Ager Gallicus. Son image n’a pas dû manquer d’être diffusée comme celle d’un « pilier » du peuple. Quelques monnaies de bronze ou aes grave contiennent peut-être déjà une allusion à cet homme9.

  • 10 Pour les portraits de Philétaire, cf. surtout U. Westermark, Das Bildnis des Philetairos von Pergam (...)

6Quant à la qualité du travail, elle appelle la comparaison avec des effigies hellénistiques contemporaines. Nommons celles de Philétaire de Pergame ou de Ptolémée IV Philopator10. Si quelques réminiscences sont réelles, le portrait de notre intaille traduit une force de caractère déjà romaine, un exercice de la volonté dans l’ascèse et un humanisme vivant se communiquant au prochain.

Dernier tiers du iiie siècle avant J.-C.

Bibliographie

Furtwängler, AG I, pl. XXXIII 11 et vol. III, p. 165 ; Lippold, pl. 69, 3 ; F. Poulsen, « Les portraits de Pompeius Magnus », RA VII, 1936, p. 31, fig. 16 ; Richter, EGR, no 537 ; Babelon, Guide, p. 144, collection Luynes no 154 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 42, 1-2 ; Plantzos, Hellenistic Engraved Gems, Oxford, 1999, no 613, pl. 73. Renonçant à prendre en considération l’attribution par F. Poulsen à Pompée, de Miss Richter et de Babelon à Corbulon, nous nous rallions à l’opinion de Furtwängler, acceptant la contemporanéité avec le portrait de Philétaire au British Museum, dont il avait relevé déjà la parenté stylistique.

2

Intaille plate, à base arrondie ; petits éclats en forme de pointes à l’intérieur.

Grenat tirant légèrement sur le brunâtre en transparence.

Provenance : collection de Clercq, don du comte de Boisgelin.

Dimensions : h. 36 ; l. 15 ; ép. 4 mm.

Romain vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Derrière la tête : ΔAIΔAΛOC, de haut en bas.

7La tête plus profonde que haute repose sur un cou assez large et légèrement penché en avant ; le front, creusé de deux sillons parallèles, est proéminent au-dessus de la naissance du nez mince et pointu qui dépasse la ligne du profil. Étoffée de petits traits parallèles, l’arcade sourcilière jette une ombre sur l’œil globuleux que protègent les bourrelets des paupières, rendues de façon plastique. Des plis courts mais assez profonds descendent du coin intérieur de l’œil, de la narine et de la bouche, marquant le labeur, le souci et l’ascèse, confirmés par la joue aplatie, les lèvres minces, la supérieure avancée, la tempe plate. Le duvet de la moustache et de la barbe, que de minuscules traces de bouterolle indiquent jusqu’à la naissance du cou, rejoint en une mince bande devant l’oreille la chevelure mouvementée, rendue en cinq griffes recourbées vers le front et d’autres tournées vers la nuque, tandis que quelques mèches en forme de crochets se détachent du sommet de la tête et que d’autres s’incurvent à la surface au-dessus de l’oreille. La chlamyde qui entoure le cou est repliée derrière la nuque et accuse une courbe sur la poitrine.

  • 11 Cf. pour Philippe V, roi de Macédoine de 221 à 179 avant J.-C., ici, la fig. 2 a (vente Hess, avril (...)

8Ce portrait unique de maître, resplendissant dans une pierre d’un rouge foncé chatoyant, ce visage illuminé par l’intensité du regard d’un homme tourmenté et tendu, ne connaît pas de parallèle, mais il trouve son explication dans la comparaison avec des effigies d’hommes contemporains. Par la position de la tête, bien centrée, écartée du bord plus sombre et s’imposant par son volume assez grand, cette intaille se situe mieux, ainsi que pour des particularités stylistiques, notamment l’arrangement de la coiffure, à l’époque des effigies de Philippe V, roi de Macédoine, et de Prusias II, roi de Bithynie11. Qu’on la compare avec celle du premier pour les mèches se courbant vers le front, ou avec celle du second pour celles qui pointent vers l’oreille et pour le fin duvet de la barbe, le mouvement de la chevelure trahit par ses traits appuyés une égale vigueur et violence.

  • 12 Boehringer, ibid., pl. 14, 5, l’exemplaire à Berlin, et Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 45, 2-3. Q (...)
  • 13 Pour les honneurs octroyés à Flamininus : cf. Plutarque, Titus 16, 5 sqq. ; RE XXIV, col. 1075 sq., (...)

9En revanche, le visage plus labouré et marqué que ceux des rois hellénistiques nous permet de reconnaître une parenté encore plus accusée avec les effigies figurant sur les monnaies d’or frappées par Flamininus, où le nez à pointe plongeante et le menton proéminent en retrait apparaissent également comme des traits caractéristiques12. Pour cette raison, une attribution de ce portrait à Flamininus peut être envisagée. Titus Quinctius Flamininus, vainqueur de Philippe II de Macédoine près de Cynoscéphales, en 198 avant J.-C., le Romain le plus habile et le plus subtil dans le dénouement des conflits avec les Grecs, auxquels il octroya la liberté durant les Jeux isthmiques en 196, fut aussi le mieux honoré13. Le fait même de l’avoir honoré d’une effigie sur une monnaie d’or laisse supposer l’existence de portraits glyptiques de haute qualité. Ainsi des maîtres ont-ils cherché à fixer ses traits sur des pierres fines.

  • 14 Cf. RE V, col. 1266 sq., Doidalses [C. Robert], sculpteur de la deuxième moitié du iiie siècle avan (...)

10Qui fut ce Daidalos qui portait le nom du premier sculpteur grec et qui signa cette intaille de la collection de Clercq ? Sans pouvoir prouver qu’il fut le même que celui qui, sous le nom de Doidalses, fut connu comme sculpteur en Bithynie, du règne de Prusias I à celui de Nicomède II14, c’est-à-dire de la fin du iiie au début du iie siècle avant J.-C., nous n’excluons pas cette probabilité puisque, comme nous l’avons fait remarquer plus haut, le style de ce portrait est très proche de celui de Prusias II. Il daterait alors au plus tard du voyage de Flamininus à la cour de ce roi en 186, où il demanda l’extradition d’Hannibal qui était son hôte.

  • 15 Plutarque, Titus I.

11Tout en renonçant à de plus amples spéculations, relevons cependant que l’artiste qui a créé cette intaille a prêté à ce visage les traits de caractère que Plutarque attribue à Flamininus15 – « que l’on disait être aussi prompt à la colère qu’à l’amabilité unie à la grâce ».

12Que l’intaille transmette les traits d’un homme porté à l’affectif mais surtout empreint du zèle inné de faire le bien, cette tête ramassée aux traits nerveux et soucieux le fait supposer. Il n’est donc pas exclu que ce portrait soit celui du Romain le plus honoré en Grèce au début du iie siècle : Titus Quinctius Flamininus.

Premier tiers du iie siècle avant J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 2854 ; Furtwängler, AG III, p. 163 ; Rossbach, RE XIII, col. 1083 ; Richter, EGG, no 675 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 44 et 45, 1 ; Plantzos, Hellenistic Engraved Gems, Oxford, 1999, no 611, pl. 73.

3

Intaille convexe à base plate inégale et débordante.

Verre brun jaunâtre.

Provenance : collection Froehner no 2702.

Dimensions : h. 11 ; l. 11, 5 mm (sans base évasée).

Jeune homme de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Sa tête presque sphérique, au nez droit, à la pointe proéminente, à l’oreille saillante, est recouverte d’une chevelure épaisse, à frange courte, qui forme comme un bonnet.

  • 16 E. S. G. Robinson, Punic Coins of Spain and their Bearing on the Roman Republican Series, Essays in (...)
  • 17 Porträtgemmen, pl. 38, 10-12.
  • 18 Ibid., p. 58 sq., pl. 39, 5 ; cf. AGDS IV, no 195.

13Voici une nouvelle pièce qui enrichit la série des pâtes de verre que nous avons groupées autour des divers types de l’effigie de la frappe de Canusium, effigie identifiée par Robinson comme étant celle de Scipion l’Africain I16. Mais se distançant des portraits ayant subi l’influence du classicisme grec17, celui-ci dépasse encore l’exemplaire de Hanovre18 par sa tendance à un cubisme archaïsant italique, où non seulement la coiffure entoure le visage en un bonnet compact, mais où le profil ininterrompu du front et du nez se rapproche de celui des effigies des temps reculés, accentué par l’arcade sourcilière et la paupière plus marquée, la narine rendue sous forme de deux globules, la petite bouche fermée aux lèvres grossies, la joue ressortant comme une boule. Davantage encore que sur les exemplaires connus, le cou étroit et court se présente en position oblique, la tranche à angle obtus.

  • 19 Seules des situations exceptionnelles permettaient à un jeune homme de jouer un rôle politique à Ro (...)

14Ainsi l’idole du héros est atteinte, image stéréotypée et populaire. Si notre attribution à Scipion l’Africain I de toute cette série (qui ne peut représenter qu’un jeune homme porté au sommet du pouvoir19) correspond à la réalité, on comprend le reproche de ses pairs qui pouvaient entrevoir dans cette diffusion de portraits une tendance monarchique. Mais on y perçoit aussi la vénération du peuple pour le héros libérateur, vainqueur de Zama, qui trancha la tête à la Méduse d’une guerre meurtrière de dix-sept ans.

Autour de 200 avant J.-C.

4

Grenat plat monté en bague d’or large et plate à l’intérieur et à l’extérieur, avec chaton haut.

Provenance : collection de Clercq, don du Comte de Boisgelin.

Dimensions de l’intaille : h. 20 ; l. 16 mm.

Dimensions de la bague : h. 25, l. 22 mm (ext.) ; h. 17, l. 19 mm (int.).

Homme au front proéminent et sillonné de deux plis profonds ; les cheveux, rasés en ligne droite, s’avançant en forme de promontoire, accusent une onde au-dessus de la tempe. Le nez épais mais légèrement busqué, à narine ouverte, prend naissance dans un angle presque droit sous le sourcil rejoignant le milieu du front et indiqué par des traits parallèles tracés de biais. Le léger duvet de la barbe et de la moustache entoure la bouche aux lèvres épaisses et couvre le bas de la joue. Celle-ci se rétrécit vers le cou qu’entoure le manteau, dont le bord est rassemblé sur la poitrine. Une fine mèche serpente du coin du front vers le coin de l’œil.

  • 20 Cf. les agrandissements Franke-Hirmer, La Monnaie grecque, Paris, Flammarion, 1966, pl. 210.

15Si le volume compact, le front buriné, le sourcil commençant au milieu du front, la sobriété de la chevelure, le nez plutôt épais permettent de rapprocher ce portrait de ceux de Mithridate III et de Pharnace I, rois du Pont entre 220-185 et 185-16920, cette image d’une plus haute tension, avec la partie inférieure du visage plutôt en retrait, la pomme d’Adam légèrement saillante, l’occiput proéminent au-dessus de la nuque amincie, trahit des particularités du portrait romain.

  • 21 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 50, 1, 4 et 6.
  • 22 Ibid., pl. 49, 1, 3 et 50.
  • 23 Polybe XXIV 8-9.
  • 24 Cf. Polybe XXIV 1 ; RE XIX, col. 1849, Pharnace I [E. Diehl].

16On peut aussi insérer ce portrait dans l’iconographie romaine par la comparaison avec d’autres portraits dont le caractère italique est encore plus marqué, tel celui de l’homme du Museum of Fine Arts21 qui révèle le même traitement des cheveux en petites lignes parsemées, moins visibles mais maintenues pourtant sur une autre effigie à Berlin22. Le rattachement de ces portraits, surtout du nôtre, aux portraits hellénistiques est d’autant plus plausible que depuis le iiie siècle les Romains envoyaient des ambassadeurs en Asie Mineure. Leur activité en tant que médiateurs de la paix23 s’intensifia particulièrement lorsque Pharnace guerroya en 183 contre Eumène de Pergame24.

  • 25 Pour la forme de la bague, typique pour cette époque : cf. Marshall, FR, no 725 ; NChr 1902, p. 460 (...)

17Il n’est pas exclu que l’intaille de cette bague à chaton profond25 représente l’un de ces ambassadeurs romains, dont l’effigie aurait été établie par un graveur qui aurait poursuivi son activité à la cour du frère et successeur de Pharnace sur le trône du Pont, Mithridate IV Philopator Philadelphe. Celui-ci entretint de bonnes relations avec Rome, ce qui rend vraisemblable l’échange de présents tels que des bagues à portraits.

18Même si les circonstances de sa création nous échappent, cette effigie se situe sans aucun doute au iie siècle et peut être rapprochée d’autres portraits romains.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 3207 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 46, 3-4, 6-7 et p. 75 ; Plantzos, Hellenistic Engraved Gems, Oxford, 1999, no 615, pl. 74.

5

Chaton de bronze à patine verte avec portrait en relief ; anneau cassé. L’anneau devant s’élargit vers le haut, le bord du chaton est légèrement en surplomb.

Provenance : collection H. Seyrig (1973.1.475).

Dimensions : h. 31 ; l. 24, 5 mm.

Homme d’âge moyen, de profil à gauche.

  • 26 Cette forme, d’origine grecque du ive siècle (cf. Marshall, FR, nos 712, 1044-1062 ; Boardman, GGFR(...)

19On peut hésiter à accepter ce portrait en relief sur une bague de forme purement hellénistique26 parmi les effigies de la République romaine, mais certaines particularités du visage parlent en faveur d’une telle désignation. Citons, à part l’absence d’insignes royaux tel le diadème, la structure du visage à la partie inférieure de la joue et du menton musclés portée en avant, les lèvres épaisses rappelant l’intaille précédente, l’œil plutôt petit et en retrait de l’arcade sourcilière, s’abaissant vers la tempe et entourant en demi-cercle le front bas et fuyant, proéminent au-dessus de la naissance du long nez droit. Le cou large porte la tranche oblique presque droite caractéristique notamment des portraits du iiie au iie siècle avant J.-C.

  • 27 Cf. Boehringer, Chronologie, pl. 21, 1, p. 141 sqq. ; Babelon, Rois de Syrie, p. 523 ; O. Mørkholm, (...)
  • 28 Cf. Babelon, Rois de Syrie, pl. XVI 1-11.
  • 29 Kähler, Der Fries vom Reiterdenkmal des Aemilius Paulus in Delphi, Berlin, 1965, pl. 11 et pl. 22, (...)

20Mais, comme pour les pierres précédentes, on imaginera ici plutôt un portrait, créé par un artiste en Orient, d’un Romain qui y aurait séjourné pour une mission politique, sans pouvoir repérer le nom de celui qu’il représente. Toutefois le style de la gravure d’une chevelure sobrement rendue par de courtes mèches réunies rappelle celui des effigies d’Antiochos IV27 et de Démétrios I Soter28 sur des monnaies où l’on distingue aussi le relief rehaussé de la tête et les contours marqués. C’est donc plutôt au milieu du iie siècle que nous devons chercher à situer notre portrait. Notons que la tête de Paul Émile que Kähler a découverte sur le monument de Delphes trahit une forme semblable quoique légèrement plus compacte29.

  • 30 Quant aux opérations diplomatiques de Popillius Laenas, cf. Bengtson, Römische Geschichte, p. 130 ; (...)

21Pour ces détails, c’est une datation du milieu du iie siècle qui nous semble la plus opportune, en cherchant le personnage dans la période s’étendant entre le consulat d’un Popillius Laenas30 en 172, qui, en 168, obligea Antiochos IV à se retirer d’Égypte, et celui d’un Mummius, destructeur de Corinthe en 146.

Ancêtre, guerriers, femme et cavaliers (nos 6-12)

6

Cornaline plate montée en bague en or.

Bague arrondie des deux côtés, davantage à l’extérieur ; une lacune sur l’épaule droite.

Provenance : collection de Clercq ; don du comte de Boisgelin.

Dimensions de l’intaille : h. 14 ; l. 12 mm.

Dimensions de la bague : h. 19, l. 23 mm (ext.) ; h. 15, l. 18 mm (int.).

Image d’un ancêtre vu de profil à gauche.

22Ce sont des effigies monétaires qui permettent de reconnaître dans cette tête allongée, soutenue par un cou musclé, plutôt mince et légèrement incliné en avant, l’image d’un ancêtre d’une des grandes familles romaines.

  • 31 Cf. Vessberg, p. 151, pl. II 7-8 ; Sydenham, no 1171 ; Babelon, Domitia 20 ; Grueber II, p. 487, no(...)
  • 32 Porträtgemmen, pl. 97, 9-10 ; Sydenham, no 1295 ; Grueber II, p. 477, no 57 ; Babelon, Iunia 43 ; V (...)

23Si, pendant les années 42-40 avant J.-C., le commandant de la flotte et Imperator Ch. Domitius Ahenobarbus31 fit apparaître sur ses deniers – comme un an auparavant Brutus l’avait fait sur des monnaies d’or32 – l’image de son aïeul, cela démontre l’importance et la valeur que les Romains attribuaient à leurs aïeux, importance confirmée par les textes.

  • 33 Vessberg, pl. IV 1 ; Sydenham, no 970 ; Babelon, Antia 1 ; Zehnacker, Moneta II, p. 1004 sq. et « P (...)
  • 34 Pour le style cf. surtout Porträtgemmen, pl. 24, 11.
  • 35 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 78, 5-6, pl. 83, 4-6 et pl. 84, 8 ; Sydenham, no 1147 ; Babelon, C (...)

24Notre portrait se situe cependant plutôt à proximité de l’image monétaire d’un Antius Restio, tribun de la plèbe autour de 70 avant J.-C. et dont le petit-fils évoqua la mémoire en 4633. Sur certaines de ses monnaies34 on aperçoit non seulement le même visage allongé, mais aussi le front creusé de rides, indiquées par des lignes courant parallèlement au sourcil incisé. La pommette saillante et la joue creusée rappellent en revanche les portraits de Marcellus, conquérant de Syracuse, que son descendant Marcellinus fit figurer sur des deniers émis autour de l’année 4535. Là aussi on remarque les cheveux épars rendus par des groupes de deux lignes formant pointe, et cette chevelure sobre couvrant juste un peu l’occiput qui, sur notre intaille, se distingue par un volume accentué mais discret.

  • 36 Cf. Alföldi, Caesar in 44 v. Chr. ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 79, pl. 80, 3-5, 10 et pl. 81, (...)

25C’est dans les dernières années de la courte période césarienne, ou au début du second triumvirat, que notre intaille a dû être gravée. De la première, elle assume le réalisme maniéré et le goût des formes élancées, l’attitude du cou rappelant les portraits monétaires de César36, le visage reflétant une grande tension, le creux de l’œil souligné.

  • 37 Cf. Alföldi, « Porträtkunst und Politik », pl. III.

26L’emplacement de la tête, éloignée du bord et se détachant du fond, est d’autre part un indice du style des portraits monétaires et glyptiques des années 43-4237.

27Ce visage aux traits tirés, orné d’une moustache mince et discrète mais d’une barbe assez touffue, devait-il rappeler, en une période de troubles, à celui qui le portait à la main, un ancien patricien et ancêtre qui, par son ascèse et sa contenance, incarnait l’idéal du seigneur loyal, bon et juste ?

Autour de 43 avant J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 3209 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 25, 1, 2 et 5.

7

Fragment d’une intaille, probablement d’un scarabée coupé.

Cornaline veinée de rayures courbes dans le sens vertical, à taches d’une nuance de cornaline plus foncée.

Provenance : trouvé en Italie méridionale. Don Pauvert de la Chapelle.

Dimensions : h. 12 ; l. 11 ; ép. 2, 5 mm.

Guerrier debout, vu de face, la tête de profil à gauche. De sa main levée il tient la lance, de l’autre, abaissée, il touche le bord du bouclier disparu par suite de la cassure. Il est vêtu d’une cuirasse courte à lambrequins ornée sur la poitrine de deux sphinx opposés. Le casque est surmonté d’une haute crinière. Au-dessous de son bras levé apparaît l’extrémité de l’épée. Grènetis au pourtour.

  • 38 De ces représentations de guerriers rendus dans un style linéaire, plusieurs sont citées par V. Sch (...)
  • 39 Cf. l’intaille conservée à Braunschweig, inscrite « VIBIA C F » ; celles conservées à Berlin, no 58 (...)
  • 40 Cf. surtout l’exemplaire du musée Fol cité ci-dessus et celui de Berlin, no 582. Ces derniers surto (...)

28C’est l’une des nombreuses images de guerriers impliqués dans les opérations militaires qui préparèrent l’ascension de Rome et de ses confédérés, et l’unité politique de l’Italie38. Non seulement la présence de diverses légendes latines sur ces intailles39 suggère leur appartenance au monde romain, mais la structure tectonique basée sur une conscience des formes et des lignes géométriques développant parfois un graphisme linéaire40 est innée au caractère romain, révélant sa tendance à un réalisme rationaliste.

29S’il n’est pas facile de situer tout ce groupe d’intailles dans une période déterminée, ou de les mettre en rapport avec des événements particuliers – et pourtant elles ont dû avoir leur histoire, liée étroitement à la grande histoire – une connexion avec l’épopée romaine peut-être admise.

  • 41 Hauteur 1,415 m. Cf. Kaschnitz-Weinberg III, p. 386 sq., pl. 101 ; Messerschmidt, RM 43, 1928. p. 1 (...)

30Quant à l’exécution stylistique, elle évoque la comparaison avec le « Mars de Todi41 », statue de bronze conservée au Vatican, dont Kaschnitz-Weinberg avait relevé la parenté avec les formes classiques grecques et un adoucissement de la conception stéréotypée du corps et de sa charpente « de poupée ». Ici, le corps de notre guerrier apparaît davantage encore en une rondeur cylindrique, qui s’amincit vers la taille serrée par la ceinture et s’épanouit comme un vase vers les larges épaules. Dans cette beauté de la forme accomplie, une perfection classique est atteinte, qui rejoint l’art grec tout en conservant le décor de la surface subdivisée, pour indiquer les ornements de la cuirasse.

31Si l’on veut constater une certaine influence de la Grande Grèce soit dans le « Mars de Todi », soit sur notre groupe de guerriers, on pourrait éventuellement y reconnaître un rapport avec les opérations militaires effectuées dans le Sud de l’Italie, notamment l’occupation de Thurii en 282 par les Romains, dans la région où cette pierre semble avoir été trouvée. Suivirent les batailles livrées à Pyrrhus, venu à l’aide de Tarente et vaincu par les Romains près de Bénévent en 275, victoire où se distingua M. Curius Dentatus.

  • 42 Cf. pour le rôle de la ciste Ficoroni comme œuvre d’art faite à Rome à la fin du ive siècle avant J (...)

32Que l’un des chefs militaires ou des guerriers romains héroïques ait été représenté sur des intailles ne doit pas étonner, puisqu’à cette époque l’effigie du stratège grec, qui portait l’image d’Apollon et des sept Muses en bague, fut diffusée. Mais même avant cette date, des héros de l’histoire italique ou romaine ont dû avoir leurs représentations glyptiques, surtout à partir du ive siècle, lorsqu’un chef-d’œuvre de bronzier telle la ciste Ficoroni42, exécutée à Rome même, dépassa en intensité le reste de la production artistique de l’Italie.

Probablement premier tiers du iiie siècle avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Collection Pauvert, no 88.

8

Fragment d’intaille plate des deux côtés, bord légèrement arrondi.

Cornaline translucide.

Provenance : collection Pauvert de la Chapelle.

Dimensions : diam. 12 ; ép. 3 mm.

Scène de sacrifice. Deux guerriers, l’un à gauche (sur le moulage, à droite), barbu, casqué et cuirassé, portant un bouclier sur l’épaule droite et une patère de la main gauche (sur le moulage, de la droite), l’autre, jeune et imberbe, tenant un bouclier et une lance oblique, préparent un sacrifice en conduisant le taureau devant l’autel.

  • 43 Cf. Furtwängler, AG I, pl. XXII 54-58 ; exemples antérieurs, AG I, pl. XII 62-63.

33Les scènes de sacrifice, loin d’être rares parmi les images glyptiques de la vie italique et romaine, se présentent le plus souvent dans le style archaïsant ancré dans le maniérisme des scarabées43. Notre fragment se distingue par une autre conception, plus proche de l’art grec mais déjà romaine par le sens de la perspective, dans laquelle les trois figures sont vues en profondeur, le guerrier casqué, auquel est donnée plus d’importance, au premier plan, le jeune homme à l’arrière-plan, reculé derrière l’autel.

  • 44 Cf. les scarabées du ve siècle, Zazoff, Etruskische Skarabäen : pl. 12, no 34 ; pl. 14, nos 44-45 ; (...)
  • 45 Cf. pour les intailles en verre convexes montrant ce sujet : J. Bleicken, « Coniuratio », JNG 13, 1 (...)

34Non seulement ce groupement ramassé dans le minuscule espace se situe dans la tradition des représentations italiques44, mais ce développement de la perspective trouve des parallèles sur des intailles de la deuxième guerre punique. Rappelons la scène de conjuration45 conservée jusqu’à nos jours en six exemplaires de pâtes de verre convexes et les intailles offrant les mêmes règles stylistiques. Notamment sur la première on découvre les correspondances suivantes : même position du guerrier revêtu d’une semblable cuirasse au thorax bombé, la taille en retrait, les membres d’une robuste rondeur – que l’on compare le bras du guerrier à l’arrière-plan et les jambes des trois personnages de la scène de conjuration. En outre, sur les deux intailles règne la même notion du volume compact, solide et dru, dissemblable cependant de la tendance cubiste révélée par la cornaline précédente. Il est donc possible que cette scène de sacrifice s’ajoute à la scène de conjuration pour illustrer une autre image de la même époque. Toutefois la forme convexe des pâtes de verre est ici remplacée par une surface plate telle que la présentaient les scarabées de l’ancienne Italie, dont cependant la gravure n’atteignait pas cette taille en profondeur.

  • 46 Le même casque corinthien lisse et rond, distingué par une seule crête, apparaît aussi sur l’effigi (...)
  • 47 Cf. H. H. Scullard, Roman Politics, 220-150 BC, Oxford, 1951, p. 46 sqq. ; P. Cassola, I gruppi pol (...)
  • 48 Cf. Plutarque, Fab. Max. 4.

35En admettant donc une datation de la fin du iiie siècle, on peut se demander quel moment de l’histoire cette image entendait évoquer. La seule présence des deux guerriers, l’aîné distingué par la barbe et le casque, probablement celui d’un Imperator46, annonce un événement guerrier. Se présentent alors à la mémoire les extraordinaires sacrifices dédiés aux dieux par Fabius Maximus, nommé dictateur dans la situation d’une extrême gravité créée par la défaite qu’avait entraîné la témérité du consul de l’année 218, Gaius Flaminius47. Devant le peuple rassemblé, Fabius aurait fait le serment d’immoler la progéniture entière des chèvres, porcs, moutons et bœufs jusqu’au printemps suivant et d’initier ainsi sa besogne par un acte de piété48. C’est cette pietas, dans des circonstances graves, à un moment de grand danger que refléterait cette image de militaire sacrificateur.

  • 49 Ibid. 5.

36Le sérieux de son visage allongé, au nez rectiligne, à la bouche en retrait, ne manque pas d’accuser le calme et l’inébranlable caractère de cet homme qui, sans tenir compte des calomnies, des reproches injustes49 et du surnom octroyé de Cunctator, ne recherchait que le bien du peuple.

  • 50 Sur la croyance selon laquelle les Fabii descendaient du héros Hercule cf. RE VI, col. 1740, Fabius (...)
  • 51 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 40, 9 et p. 62 ; cf. O. E. Ravel, Descriptive Catalogue of the (...)
  • 52 Cf. Plutarque, Fab. Max. 22.

37On peut rappeler que sur les monnaies de Tarente de la fin du iiie siècle, un cavalier couronné par la Victoire apparaît. Semblable à notre guerrier sacrificateur, il montre le même visage oblong encadré en bas d’une courte barbe frisée, digne insigne d’un Herculien50. Reconnaître en lui une représentation de Fabius Maximus entrant à Tarente comme vainqueur en 20951 ne serait pas trop audacieux. Cette conquête de Tarente, qui marqua un progrès dans la guerre contre Hannibal, fut suivie à Rome d’un triomphe et de l’érection d’une statue équestre en bronze de Fabius52.

38Il est donc possible que l’image de celui qui, après des catastrophes ayant mis en péril la survie de sa patrie, sut faire tourner la guerre en faveur de Rome, ait été, comme celles de héros plus anciens de l’histoire de la cité, gravée en pierre fine. Il figurerait ici comme l’homme pieux qui, par sa tempérance intelligente et non par l’agression, rétablit la vie réglée perturbée par des hommes téméraires.

Fin du iiie siècle, peut-être après 217 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Collection Pauvert, no 125.

9

Intaille convexe à base plate.

Verre brun de couleur miel, monture moderne.

Provenance inconnue.

Dimensions : h. 10, 5 ; l. 8 ; ép. 3 mm.

Tête de jeune homme vu de face.

  • 53 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 26, 8-13 et les têtes apparentées, pl. 27, 1-3, 5 et p. 33 sqq(...)

39Cette grosse tête, appliquée sur un petit buste ramassé, drapé du manteau d’où sort la main, est peut-être la plus impressionnante de la série à laquelle elle appartient53. Le gros nez cylindrique dominant le centre d’un visage au front bas, couvert en haut par un bonnet de cheveux à bordure horizontale épaissie et s’abaissant de chaque côté vers le haut de petites oreilles écartées, ressort entre des joues arrondies qui s’élargissent vers les tempes. À la hauteur de celles-ci s’enfoncent deux petits yeux cernés de bourrelets marquant les paupières qui à l’extérieur se joignent en un angle aigu. Le regard, en retrait de la grosse pointe du nez aussi large que la bouche légèrement oblique aux lèvres épaisses, le gros menton avancé, prêtent à cet homme l’aspect d’un rustre provincial.

  • 54 À propos des surnoms donnés aux personnages, notamment à des Romains de la République, cf. H. Jucke (...)

40Ainsi doit-on s’imaginer ces hommes de la campagne, soit des monts Sabins, soit des Abruzzes, qui arrivèrent à la capitale, tel un Porcius Cato, ou Laeca, tel un Tremellius Scrofa, empreints de leurs noms et cognomina qui, pour ces derniers, signifient pourceau et truie54.

41Nous chercherions vainement à savoir lequel d’entre eux est représenté sur cette intaille, mais nous situerions ce personnage le plus facilement vers les temps de la seconde guerre punique ou du début du iie siècle avant J.-C.

10

Intaille plate des deux côtés, à bords tranchés en biseau arrondi.

Sardoine brune.

Provenance : acquis du baron de Witte, 11 mai 1898 ; registre d’entrée E 248 ; Chabouillet 2121 bis.

Dimensions : h. 12 ; l. 10 ; ép. 2 mm.

Buste d’une femme drapée d’un chiton retenu sur l’épaule et le haut du bras par des fibules rondes, vue de trois quarts de face, la tête de profil. De ses cheveux ramassés en un rouleau encadrant le front et se terminant sur l’occiput en un chignon aplati se détachent derrière l’oreille deux longues mèches ondulant vers la poitrine. Une boucle d’oreille est indiquée par un globule. Grènetis au pourtour.

42Il n’est pas facile de situer ce buste de femme présenté presque comme celui d’une déesse, car d’autres images complémentaires font défaut.

  • 55 Ce type correspond à un canon de l’art italique connu déjà du premier graveur qui travailla en Ital (...)

43Sans doute pouvons-nous découvrir certains éléments stylistiques épars du iiie et du iie siècle avant J.-C., qui permettent de ranger dans le cadre de la glyptique italique et romaine ce buste d’une femme à demi rustique, raidie par la rigidité des mœurs. On y retrouve surtout le type allongé du visage au menton pointu en retrait55.

  • 56 Thomsen, Early Roman Coinage I, p. 89 sq., no 137 ; Sydenham, no 97.
  • 57 Cf. I. Scott Ryberg, MemAmAc 22, 1955, p. 22 sq. ; Helbig II, no 1605 [T. Dohrn] ; A. Andren, Archi (...)
  • 58 Cf. Sydenham, no 596 ; Babelon, Porcia 5 ; Grueber II, p. 303, no 657 ; Crawford, p. 351, no 343, p (...)
  • 59 Cf. D. Levi, I Canopi di Chiusi, Critica d’arte I, 1935-1936, p. 18 sqq., surtout pl. 9.
  • 60 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 7, 8, un guerrier à côté de son cheval, intaille conservée à C (...)

44Pour la rusticité, cette tête de femme se compare à celle qui figure sur une demi-once de la fin du iiie siècle avant J.-C.56 ; pour la ressemblance du profil, à la « déesse » trouvée à Rome, Via S. Gregorio, et conservée au Palazzo dei Conservatori57. Quant à la coiffure, notamment le chignon relevé sur la nuque, le fin ruban longeant le rouleau de cheveux qui encadre le visage, une certaine parenté s’impose avec la tête de Roma sur les deniers de M. Portius Cato datables vers 93-91 avant J.-C.58, tandis que le buste rond, gonflé comme un vase, ne manque pas d’évoquer l’origine lointaine des canopes59 tels qu’ils revivent encore dans certaines images du iiie et du iie siècle60.

45En contraste avec les images en terre cuite et sur les monnaies, celle de l’intaille accuse déjà une tendance à la description de traits individuels, notamment dans le volume prêté à la joue qui exprime un léger sourire.

46Ainsi pourrait-on imaginer une des matrones romaines empreintes de droiture et de courage, résistant aux tempêtes des temps difficiles et dispensant ses bons conseils.

  • 61 Pour le style cf. surtout W. Martini, Die etruskische Ringsteinglyptik, pl. 17, 1, 3, 5-6 ; E. Schm (...)

47Un artisan exercé au style des scarabées l’aurait décrite selon la règle limitée de son jeu. Les points désignent l’œil, le nez, la bouche et le menton. Les cheveux et le drapé, indiqués par de fines lignes, emplissent les volumes taillés auparavant dans la pierre61.

Fin du iiie ou début du iie siècle avant J.-C.

11

Intaille à surface convexe et base concave.

Grenat hyacinthe avec fêlures à l’intérieur et petites ébréchures au bord.

Provenance : collection de Clercq, don du comte de Boisgelin.

Dimensions : h. 15 ; 1. 22 ; ép. 3,5 mm (pierre mince mais très bombée).

Sur une courte ligne de terre, un cavalier portant une chlamyde flottant dans le dos, charge au grand galop à droite, sur le moulage, et brandit la lance de sa main levée.

  • 62 Cf. la plus proche de la nôtre, sur une pierre noire montée en bague en or de la collection Warren (...)

48Parmi les nombreuses images glyptiques de cavaliers62, celle-ci se distingue par la touche délicate de la gravure qui, bien que saisissant l’anatomie des corps du cheval et de l’homme en rondeur plastique, révèle plutôt le mouvement fugitif dans sa rapidité frénétique. Ce mouvement est évoqué non seulement par la queue du cheval presque horizontale, mais aussi par les lignes à peine appuyées de l’étoffe de la chlamyde ondulant jusqu’au bord de l’intaille. À la notion du fugitif et du hâtif s’ajoute celle de l’élégance du cavalier dont le haut du corps, vu de trois quarts et s’élargissant vers les épaules globuleuses, marque l’élan ; la tête en forme d’œuf allongé évoquant celle d’un insecte aux yeux saillants, le genou plié à angle aigu, la jambe, le pied au dessin négligé s’unissent en une vision impressionniste, comme le poitrail renflé du cheval.

49Déjà de Ridder avait remarqué ces détails rendus avec négligence et l’impossibilité de déceler si le cavalier porte une cuirasse ou s’il est nu, c’est-à-dire s’il est représenté en guerrier ou en chasseur.

  • 63 Boardman-Vollenweider, no 370.
  • 64 Vollenweider, BNF I, nos 90 et 95.
  • 65 E. Brandt, AGDS I-1, nos 362, 376-377.
  • 66 Grueber I, no 1143 ; III, pl. XXIX 18 ; Babelon II, p. 186, Q. Marcius Philippus ; Sydenham, no 477 (...)
  • 67 Grueber III, pl. LXXXVII sqq. ; Crawford, pl. XXVII sqq.
  • 68 Sur les chasses royales auxquelles participaient des membres de la noblesse romaine, cf. Catalogue (...)

50Si c’est plutôt la deuxième solution qui me semble correspondre à l’intention de l’artiste, la négligence raffinée de la gravure de même que la forme de la pierre mince à surface bombée suggèrent non seulement une date approximative mais aussi avec la plus grande probabilité un atelier d’Alexandrie. Sur de telles pierres apparaissent l’Asclépios d’Oxford63, les deux reines ptolémaïques du Cabinet des médailles64. Les grenats de Munich, de forme convexe et concave65, appartiennent aussi au monde d’Alexandrie où, plus qu’ailleurs, l’évolution vers un impressionnisme délicat se dessine au cours de la seconde moitié du iie siècle. L’influence de ce style de gravure se remarque aussi sur certaines images monétaires, telles celles de Q. Marcius Philippus66 où s’observe la même position du cheval galopant, maintenue aussi pour les Dioscures s’élançant avec la même allégresse67. Il est cependant plus probable que cette intaille fut gravée du côté oriental de la Méditerranée, ce qui n’exclut toutefois pas qu’elle représente un Romain victorieux ou prenant part à une chasse68.

Seconde moitié du iie siècle, ou début du ier siècle avant J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 3141.

12

Intaille plate des deux côtés à bords tranchés en biseau.

Cornaline blonde légèrement ponctuée et opaque.

Provenance : acquise de M. F. Feuardent, 4 rue de Louvois, le 17 novembre 1910. Registre d’entrée M. 7998, avec la mention « trouvée à Rome ».

Dimensions : h. 16,5 ; l. 12,5 ; ép. 3 mm.

Sur une ligne de terre, un cavalier, monté sur un cheval se cabrant, est vu de dos, tournant la tête du côté inverse à celle du cheval. De la main droite étendue (sur le moulage) il fait signe de le suivre. De la main gauche il tient deux lances obliques. Il est vêtu d’une cuirasse en cuir aux bords frangés et d’un manteau enroulé autour de l’épaule droite et retombant en une masse d’étoffe sous le bras gauche, sur la croupe du cheval.

  • 69 Cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, nos 95, 96-97 avec bibliographie ; cf. Richter, EGR, no 49, (...)

51Bien que la position du cavalier s’inspire de représentations remontant jusqu’à la seconde guerre punique69, elle est due sans doute ici à un graveur différent qui représente la croupe du cheval comme une masse globuleuse reposant sur les deux pattes postérieures et les sabots minces. Cependant la perspective est moins réussie et la jambe levée dissociée du corps du cheval.

  • 70 T. Dohrn, RM 69, 1962, pl. 34, 1, pl. 35, 2, pl. 36, 2 ; A. Giuliano, « Busti Feminili da Palestrin (...)
  • 71 Pour les equites en campagne cf. C. Nicolet, « Les equites campani et leurs représentations figurée (...)

52À ces gaucheries provinciales s’ajoute l’expression du cavalier, qui porte une courte barbe et un rouleau de cheveux encadrant le front. Or cette dernière particularité caractérise des terres cuites et des intailles italiques de la deuxième moitié du iie ou du début du ier siècle avant J.-C.70. On peut donc admettre qu’il s’agit de l’image d’un eques, d’un cavalier des régions campagnardes, ou peut-être même d’un des chefs samnites de la guerre sociale71.

53Sans pouvoir l’identifier de façon précise, nous pouvons admettre que cette intaille se situe dans le monde campagnard italique.

Fin du iie ou début du ier siècle avant J.-C.

Bibliographie

E. Babelon, Guide, p. 28, pl. VIII.

César et Romains du ier siècle avant J.-C.

13

Intaille légèrement convexe des deux côtés.

Grenat almandin finement poli ; monture moderne.

Provenance : Cabinet du roi ; attestée dans la collection en 1750.

Dimensions : h. 15 ; l. 11,5 ; ép. 1,5 mm.

Romain du début du ier siècle avant J.-C., vu de profil à droite (sur le moulage, à gauche).

  • 72 À ce sujet nous n’avons qu’à relever les différences entre les types de portraits dans une seule ém (...)
  • 73 Ibid., pl. 20, 1 et 3.
  • 74 Cf. Schweitzer, Bildniskunst, fig. 12 et 14 ; Vessberg, pl. LXVIII 3-4, p. 227 sq., selon lui de l’ (...)
  • 75 Cf. Schweitzer, Bildniskunst, fig. 85-86 et 91, et p. 72 sqq.
  • 76 Cf. Vessberg, p. 132 sq. ; pl. IV 8-10 et V 1-2 ; également dans Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 3 (...)
  • 77 Vessberg, p. 128 sq., relève qu’il est probable que le portrait des effigies monétaires représente (...)
  • 78 Sur les frappes d’Antius Restio, cf. le no 6 du présent catalogue, note 33.

54Ce visage labouré par l’âge et les soucis, sillonné de plis et de creux, au front bombé impérieux, au nez puissant à pointe plongeante, au regard scrutateur lancé d’une prunelle saillante et ombragé par une lourde paupière, au menton bossu formant contrepoids avec la nuque grossie, ne peut avoir appartenu qu’à un homme à la fois impérieux et rustique. Or, que ce soit un des hommes politiques romains, d’autres répliques le suggèrent72, en dépit de certaines différences, telles une pâte de verre à Munich73, une autre à l’Ermitage, une sardoine dans une collection privée, qui, sous diverses variantes, répètent une ligne de profil assez semblable au nez long et pointu, la partie inférieure du visage démesurément étirée formant un angle aigu, les cheveux rendus par de courtes mèches éparses. Si l’expression du visage semble être celle d’un homme insipide, le croquis rapide d’un graveur travaillant pour la divulgation de l’image sur verre tendait moins à révéler un caractère. Ainsi l’effigie sur la pâte de verre du musée de l’Ermitage montre-t-elle un traitement différent de la coiffure mais, d’autre part, le même menton anguleux, la nuque prononcée, un contour du crâne arrondi et une charpente allongée identiques. Or la multiplication de cette effigie en verre à elle seule fait preuve d’une représentation d’un homme célèbre et, comme le style et la parenté avec des bustes à Dresde74 et au Museo Torlonia75 le suggèrent, du début du ier siècle avant J.-C. La comparaison avec des effigies monétaires remontant à cette époque, soit celles de Postumius Albanius76, soit celles de Coelius Caldus77 ou encore d’Antius Restio78, effigies qui accusent également la tradition italique et sa tendance à accentuer la verticale, le confirme.

  • 79 Cf. Vessberg, pl. IV 2-7 ; Alföldi, « Zeitfolge », p. 15 sqq. et pl. XX 3-7 ; Vollenweider, Porträt (...)

55C’est donc avec raison que nous chercherons notre personnage parmi les hommes politiques des premières décennies du ier siècle avant J.-C. Si le portrait monétaire de Sylla, émis par son gendre Q. Pompeius Rufus dans les années cinquante79, nous ouvre une certaine perspective, celui de son adversaire C. Marius nous reste inconnu. Et pourtant un grand nombre de portraits et d’images de celui qui fut sept fois consul, général victorieux, chef de parti et qui inspirait la terreur, a dû exister.

56Que ce portrait, dont la matière transparente de l’intaille éclaire les divers aspects d’un pareil caractère, soit d’un stratège courageux, soit d’un politicien rusé, soit d’un avide extracteur d’impôts, dépeigne cet Arpinate, paysan-chevalier des Abruzzes, serait possible.

Premier tiers du ier siècle avant J.-C.

Bibliographie

Mariette II, tête 108 ; Reinach, P. Gr., p. 106 ; Chabouillet, no 2114 ; Furtwängler, AG I, pl. XLVII 21 ; Lippold, pl. 71, 3 ; Curtius, « Ikonographie Beiträge zum Porträt der römischen Republik und der Julisch-Claudischen Familie », RM 47, 1932, p. 211, fig. 8 ; Richter, EGR, no 614 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 19, 1-4.

14

Fragment d’une intaille à surface plate, base légèrement bombée et bords taillés de biais et arrondis.

Améthyste pâle et translucide.

Provenance : don Pauvert de la Chapelle, 1899. Trouvé à Rome.

Dimensions : diam. 13 ; ép. 4 mm.

César vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). De son épaule pend le manteau.

  • 80 Vessberg, Studien, p. 255, pl. 80, 1-2 ; Schweitzer, p. 106, 108, 113 ; Helbig I 4, no 158 [H. von (...)
  • 81 Cf. Crawford, no 437, p. 457 sq., pl. LII 15-16. Ces portraits se situent d’après Crawford entre le (...)
  • 82 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 21, 5 et 7, pl. 36, 7-8, 9-10 ; Sydenham, no 908 ; Alföldi, «  (...)
  • 83 Cf. Porträtgemmen, pl. 63, 3-4, 5-6 ; Alföldi, « Zeitfolge », p. 18 sq. ; Sydenham, no 919 ; Babelo (...)
  • 84 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 33, 6-7 ; pl. 34, 5-12 ; Sydenham, no 943 ; Babelon, Postumia 13 ; (...)
  • 85 Cf. ici fig. 14 a, Coedius Caldus (cf. Porträtgemmen, pl. 22, 4), collection privée, Italie, photog (...)
  • 86 Suétone, Div. Iul. 45.

57Ce portrait, facile à identifier grâce au buste en marbre du Vatican (autrefois dans la collection Chiaramonti80), peut être daté assez exactement, à l’aide des monnaies, des années cinquante avant J.-C. Il se situe entre celles montrant le portrait de Coelius Caldus et celles d’Antius Restio et de Claudius Marcellus81, qui s’échelonnent sur une période de dix à quinze années, période qui a connu d’autres effigies monétaires semblables, comme celles de Sylla et Pompeius Rufus82, d’Ancus Marcius83 ou plus tard de Postumius Albinus84. Des premiers il emprunte la noble charpente du visage fortement structuré ; des derniers, plus dramatisés, il anticipe la surface de la joue mouvementée par des plis et des creux. Plus proche cependant de ces images de romains nobles de la première moitié et du milieu des années cinquante, il semble même être issu de l’atelier de l’artiste qui a gravé le coin de Caldus. Sur certaines de ses monnaies on aperçoit les mêmes lèvres épaisses85 qui accusent d’ailleurs la bouche assez grande que Suétone dit caractéristique de César86.

  • 87 Cf. aussi la tête au British Museum, Walters, no 1190 ; Furtwängler, AG I, pl. XXXIII 14 et vol. II (...)
  • 88 Cf. Vessberg, pl. LXVIII 3-4 et surtout la tête du Metropolitan Museum, Schweitzer, Bildniskunst, f (...)

58Dans les contrastes de lumière assez grands, soutenus par la surface mouvementée du visage, dans la sobriété du dessin des cheveux épars rendus par des flammèches composées de deux lignes s’unissant en pointe, ce portrait unit le pathétique de l’hellénisme tardif à un maniérisme réaliste romain87. Ce style a imprégné toute une série de portraits de Romains de la classe sénatoriale qui, outre ceux nommés sur les monnaies, ont leur reflet dans la grande sculpture. On peut constater les mêmes détails, comme la joue creuse, dans un portrait connu, à Dresde, que l’on croyait fait d’après un masque mortuaire88. En réalité, c’est un portrait dépeignant un type d’homme, le patricien romain desséché, raide et ciselé, dans l’exercice d’une vie ascétique restreinte par les règles et les obligations sévères de la vie politique et sociale.

59Dans le croquis si vivant figurant sur notre améthyste, on lira encore autre chose : une passion innée brûle cet homme encore jeune, marqué par un riche passé mais aussi d’une tristesse infinie. Nous avons voulu y voir une allusion aux événements historiques. En 59, César fut nommé consul et ouvrit sa magistrature par plusieurs lois, dont celles touchant les distributions de terres suscitèrent une série de drames qui devaient s’accumuler par la suite pour aboutir au déclenchement de la guerre civile. Ajoutons également l’usure des guerres en Gaule.

  • 89 Cf. Suétone, Div. Iul. 48, d’après lequel des Palliati, donc des Grecs, partageaient ses repas. Pou (...)

60En contemplant les traits de ce visage, un souffle d’une autre fraîcheur nous effleure que celui que nous transmettent les historiens, souvent éloignés des drames et des passions de l’époque et noyés dans des historiettes de cuisiniers. Dans ce fragment d’améthyste, nous possédons un document authentique appartenant avec certitude à l’époque de César, probablement même issu de son entourage proche, composé de philosophes, de grammairiens, d’hommes de lettres89, d’artistes et vraisemblablement de graveurs en pierres fines.

Années 59-49, avec la plus grande probabilité 59 à 54 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Collection Pauvert, no 152 ; Vollenweider, « Die Gemmenbildnisse Caesars », Antike Kunst 3, 1960, pl. 12, 1 : le même article élargi dans Gymnasium 71, 1964, pl. XIII 4, p. 506 sqq. ; F. S. Johansen, « Antiche ritratti di Caio Giuglio Cesare nella scultura », Analecta Romana Instituti Danici IV, 1967, p. 12 sqq., fig. 5 ; Richter, EGR, no 460 ; Vollenweider, Porträtgemmen, p. 120 sq., pl. 75, 1-2.

15

Intaille plate des deux côtés, aux bords tranchés en biseau.

Cornaline translucide à teintes roussâtres et jaunâtres.

Lésion à l’œil.

Provenance : don Pauvert de la Chapelle, 1899 ; anciennes collections du comte Tyskiewicz, qui l’avait acquise en vente publique à l’hôtel Drouot, puis d’un avocat romain, M. Lovatti, puis du marchand romain Francesco Martinetti.

Dimensions : h. 13 ; l. 10 ; ép. 2,5 mm.

Portrait d’un homme de la fin de la République romaine, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Autour, des lettres (probablement modernes) : en bas, A ; devant, L ; derrière le cou, F.

61Le maître qui, de ses mains sensibles et d’un œil pénétrant, a saisi les traits de cet homme, n’a pas seulement préservé une image d’une époque mais dépeint un type de Romain caractéristique de sa société. Ce visage émacié, au front durci, buriné par l’âge et les générations, au nez fin et légèrement aquilin, à la joue tirée et creusée, au menton prononcé, à la bouche sensible en retrait, nous laisse reconnaître un homme ciselé par des siècles d’histoire, modelé dans un esprit d’ascèse et de maîtrise de soi. Ainsi doit-on se représenter un des descendants des grandes familles romaines marquées par les épreuves et les souffrances, redressées par l’habitude de les vaincre grâce à la vertu, la virtus.

  • 90 Le traité De virtute de Brutus devait dater de ces années (cf. M. Schanz et C. Hosius, Geschichte d (...)
  • 91 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 75, 9 et pl. 80, 9, surtout les deniers frappés par M. Mettius (...)

62On peut se rappeler que Brutus avait publié comme œuvre principale un traité sur la virtus90. Il ne serait pas étonnant que notre portrait date de ces années mêmes, car c’est avec les effigies des monnaies des années quarante qu’il révèle la plus grande parenté. On pourrait même dire qu’il est conçu dans le style des portraits césariens, notamment ceux de l’année 4491 qui expriment la même tension, et montrent aussi la joue serrée et l’os saillant sous la tempe ainsi que les mâchoires prononcées.

  • 92 Cf. Vollenweider, ibid., pl. 74, 5-6.
  • 93 Ibid., pl. 84, 3 et pl. 24, 11. Mais les portraits de Restio sont plus proches de la tradition des (...)
  • 94 Cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 58 sq.

63Mais des traits parallèles sont évidents sur les deniers montrant les portraits soit de Marcellus92, soit d’Antius Restio93. Un certain nombre d’effigies glyptiques les révèlent. Ainsi, nous avons non seulement daté des mêmes années un portrait d’homme vu de face, d’une grandeur et d’une intensité identiques, mais nous l’avons attribué au même graveur, Dioscouride94.

  • 95 Ibid., p. 57 ; Furtwängler, JdI III, 1888, p. 303, a conclu également que ce portrait du British Mu (...)
  • 96 Cf. le chapitre sur les trois fils de Dioscouride graveurs, Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 65 (...)
  • 97 Ibid., pl. 58, 1-3, 5 ; Porträtgemmen, pl. 88, 2-5.
  • 98 Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 57, 1-3 ; Richter, Ancient Italy, University of Michigan Pres (...)

64Il est vraisemblable que Dioscouride a dû travailler pour César – ainsi qu’on peut le conclure d’un portrait signé de celui-ci, orné de laurier, probablement du triomphateur de l’année 46 avant J.-C.95. Une telle attribution est d’autant plus possible qu’aucun artiste n’aurait pu déployer une construction de tête aussi monumentale, si minutieusement travaillée et ressentie jusque dans les derniers détails, sinon ce graveur qui devait lui-même, comme Auguste de son côté, établir une dynastie d’artistes96. En lui, la puissance d’une vision souveraine et créatrice et le rythme de lignes fortes et décisives s’associaient à une extrême sensibilité, qui parfois l’amenait à s’exprimer dans un jeu de traits semblables à des capillaires. Telles sont les lignes de la mèche descendant le long de la tempe de notre portrait, lignes semblables à celles des rides qui traversent le front dans le portrait cité ci-dessus97, ou celles plus touffues indiquant la barbe du Démosthène signé98.

  • 99 Cf. la notice de Pline, HN 37, 8 et Dion Cassius, LI, 3, 6-7 selon lesquels Dioscouride aurait tail (...)

65Ainsi, grâce aux monnaies et à quelques œuvres glyptiques, nous pouvons dater ce portrait des années, denses en événements et en productions de l’esprit et de l’art, de l’époque de César et y reconnaître une œuvre caractéristique de son temps. En cela aussi Auguste devait devenir son héritier et, comme nous le savons, Dioscouride son graveur préféré99.

66Quant au personnage représenté, nous ne pouvons l’identifier mais nous le désignons comme l’un des membres de la société romaine.

Environ 50-40 avant J.-C.

Bibliographie

Froehner, La collection Tyszkiewicz. Choix de monuments antiques avec texte explicatif, Munich, 1892, pl. XXIV, fig. 5 ; Babelon, Pauvert, no 151 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 58, 4 et 6 ; Porträtgemmen, pl. 87 et 88, 1 ; Richter, EGR, no 466.

16

Intaille à surface plate et dos bombé.

Calcédoine brisée en haut, grisâtre, tirant parfois sur le jaunâtre, légèrement tachetée en haut.

Provenance : Le Caire, Égypte ; collection H. Seyrig.

H.S.1973.1.515.

Dimensions : h. 26 ; l. 21 ; ép. 4, 5 mm.

César vu de profil à gauche, sur le moulage à droite. Il est couronné de lauriers et d’une double rangée de fleurs indiquées par de minuscules cercles accouplés. Des bandelettes retombent de la nuque sur le dos. Le buste à angle obtus est recouvert de la chlamyde dont l’ourlet se réunit en pointe sur la poitrine.

  • 100 Pour des rapprochements à faire avec des portraits ptolémaïques cf. Vollenweider, Porträtgemmen, p. (...)

67Ce portrait, très différent de celui des frappes monétaires de Rome, ne s’insère pas seulement dans la glyptique ptolémaïque100, mais nous offre une nouvelle vision de l’homme d’État et du souverain.

68En faveur d’une telle attribution relevons l’indication de son pays d’origine, mais surtout les particularités stylistiques, des détails tels que la tranche du buste, la couronne de fleurs, les bandelettes retombantes, le format assez grand de la pierre, la façon dont le portrait y est placé.

  • 101 Quant à l’œil saillant en pointe entre les paupières, il est caractéristique d’autres effigies des (...)

69Sur la forte nuque à tranche horizontale, prolongée par un cou assez mince incliné en avant, au muscle oblique et à la pomme d’Adam saillante, s’élève le chef solidement charpenté, fortement arrondi au-dessus de la couronne, à la peau sensible et tirée, au profil marqué, le front haut se retirant en courbe sous les cheveux épars, la prunelle de l’œil saillant101 enfoncée sous le sourcil, qui s’abaisse vers la tempe. Le maxillaire proéminent et la joue creuse, caractéristiques de tous les portraits de César, s’atténuent dans la lumière floue de la calcédoine, la pierre la plus apte à laisser transparaître les nuances de l’esprit et de l’intelligence quand un visage en est empreint.

70Mis à part ces détails, le maître de cette gravure a aspiré non seulement à la synthèse de traits individuels mais à une vision du souverain. En contraste avec les volumes vidés de sens ou des expressions de frénésie, il a saisi ici la signification de l’intelligence jovienne pénétrante de celui qui a dominé toutes les situations pour imprimer son empreinte et gouverner le monde, le Kosmokrator.

  • 102 Cf. Seyrig, op. cit. (bibliographie ci-dessus), p. 53.

71Déjà H. Seyrig avait conclu, d’après l’indice de la provenance de la pierre, que ce portrait avait été créé à l’occasion même du séjour de César en Égypte102. C’est d’autant plus probable que la tradition de la glyptique des Ptolémées y transparaît, comme nous l’avons relevé. Mais en dehors de ses habitudes d’artisan, de son sens inné du volume et des contours marqués, le graveur nous a livré une image authentique, prise sur le vif et transcrite avec rapidité dans la pierre.

  • 103 Cf. no 14 du présent catalogue ; pour l’améthyste du Metropolitan Museum, cf. Vollenweider, Porträt (...)
  • 104 Cf. Seyrig, op. cit., p. 53, qui cite pour ces couronnes de fêtes alexandrines E. Breccia, « Ghirla (...)

72Avec l’améthyste décrite ci-dessus et celle du Metropolitan Museum103 nous possédons ainsi trois originaux véritables, grâce à l’œil lucide de maîtres graveurs. Si différents soient-ils, et se distribuant sur une période d’environ quinze ans, leurs propres perspectives se rejoignent : sur le premier, l’homme subissant le pathos des luttes politiques ; sur le dernier, le voyant marqué par la vision intense de l’avenir et de la fin de l’existence terrestre ; sur notre calcédoine, transposé presque dans l’irréel des nuances de couleur adoucies, le prince empreint de la sérénité de la victoire, paré du nimbe des festivités104, car cette couronne de fleurs ne signifie rien d’autre.

  • 105 Pour César descendant de Vénus et imbu de la grâce de Vénus ou d’Aphrodite, cf. R. Schilling, La Re (...)

73Contrastant avec l’interprétation des historiens visant l’homme de pouvoir, le vainqueur, le militaire, le César des maîtres graveurs est un homme empreint de la flamme de l’esprit, au visage marqué par l’ascèse, chez qui la force de la pensée domine la matière. Et davantage encore que sur les améthystes, sur la calcédoine de la collection Seyrig c’est le prince qui apparaît, le souverain jovien enveloppé de la douce lumière de la grâce d’Aphrodite105.

  • 106 Pour la politique cosmique et universelle de César cf. Vollenweider, Porträtgemmen, p. 236 et pour (...)

74Ainsi s’achève la métamorphose de l’Imperator romain en héritier des dynasties hellénistiques et, après un intervalle de presque trois cents ans, de la monarchie d’Alexandre et de la conquête dionysiaque pour la pacification de l’oikoméné, de l’humanité de l’orbis terrarum106, pacification lucide imbue de sobriété et d’un idéal de justice.

Autour de 50, probablement hiver 48-47 avant J.-C.

Bibliographie

H. Seyrig, « Un portrait de Jules César », RN, 6e série, XI, 1969, p. 54 sq. ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 76, 1-3, p. 128 sqq., 235 sq. ; Plantzos, Hellenistic Engraved Gems, Oxford, 1999, no 616, pl. 74.

Romains de la génération de Caton et Brutus

17

Intaille plate des deux côtés, bords de taille conique.

Cornaline cassée en bas et à surface corrodée.

Provenance : collection de Clercq, don du Comte de Boisgelin.

Dimensions : h. 17 ; l. 13 ; ép. 4 mm.

Romain de la génération de Brutus, de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 107 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 89, 1, 2 et 4 ; R. Righetti, « Gemme del Museo Nazionale Romano al (...)

75Bien que l’on ne puisse identifier ce portrait apparaissant à la surface rugueuse d’une pierre corrodée, l’époque à laquelle l’homme représenté a vécu nous semble saisissable. D’autres portraits permettent une comparaison, notamment celui d’un homme déjà âgé sur un jaspe du musée des Thermes107 qui est peut-être dû à la main du même artiste, un artiste qui évitait la taille profonde de la pierre et relevait à peine le profil du fond plat, serrait le bord et tranchait la base du buste. Son modelé délicat du visage est encore plus nuancé sur l’intaille de Rome.

  • 108 Musée Fol, no 3000, pl. LXXXVIII 11 ; Vollenweider, Genava VIII, 1960, p. 141, no 9 et fig. p. 147  (...)
  • 109 Malgré les diversités dues surtout aux différences de caractère, une parenté évidente peut être éta (...)
  • 110 Crawford, pl. LXII, no 516/1, p. 524, daté de l’année 41, la monnaie avec « Pietas » au verso. La c (...)

76Si la tension, où se lisent l’intelligence et la finesse d’esprit, révèle la parenté avec la glyptique césarienne, le portrait de cet homme, jeune et robuste, à la joue large et musclée, à la petite bouche aux lèvres épaisses, au front bas et bombé au-dessus d’un sourcil arqué, à la chevelure bien fournie dont les contours sont marqués comme un bonnet, annonce une époque nouvelle. On peut citer d’autres exemples de cette coiffure, caractéristique de portraits de jeunes gens des années 40 et du début des années 30 ; surtout celle d’un homme au fin profil au musée d’Art et d’Histoire de Genève108, œuvre peut-être due au même artiste109, que l’on dirait avoir touché aussi bien par l’iconographie césarienne que par celle de Marc Antoine110.

77C’est dans ces années que ce portrait d’un homme âgé d’environ 40 ans et regardant le monde d’un œil grand ouvert, à la pupille légèrement marquée, est sorti des mains d’un maître, appelé à immortaliser des visages appartenant à l’histoire de Rome.

Vers 40 avant J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 3208 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 109, 6-7.

18

Camée de deux couches : onyx ivoire gris brun sur fond légèrement transparent brun roussâtre, monture en or émaillé de fleurs de myosotis bleues et blanches. En haut, bélière.

Le camée est intact, à part une petite cassure au nez.

Provenance : fonds général ; attesté dans les collections en 1858.

Dimensions (sans monture) : h. 15 ; 1. 11 ; ép. 4 mm.

Romain vu de profil à droite.

  • 111 Musée de l’Ermitage, inv. 1467 : cf. Furtwängler, AG I, pl. XLVII 32 ; Vollenweider, Porträtgemmen, (...)
  • 112 Walters, no 2044 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 60 4-6.
  • 113 Gori I, pl. XXIV, 6 ; Porträtgemmen, pl. 59, 1-3.

78Ce camée a sans doute conservé l’image d’un des Romains connus de la génération de Cicéron et de César, puisque trois intailles de cette époque, aujourd’hui à Saint-Pétersbourg111, à Londres112 et à Florence113 la reproduisent. Le même personnage y apparaît, au front haut traversé par deux menues rides et démuni de cheveux, seule une étroite langue de mèches descendant en avant, laissant à découvert un angle aigu et profond. La même joue plate s’y observe, ainsi que le cou plutôt large et court, la bouche aux lèvres épaisses. Mais en contraste avec les effigies des deux cornalines, celle de notre camée n’exprime pas l’immédiateté. La vie et les tensions qui animaient son modèle semblent s’être refroidies sous la surface blanche soigneusement polie de l’onyx et dans une coiffure conventionnelle minutieusement dessinée. Les traits irréguliers indiquant les cheveux sur les cornalines sont remplacés par des mèches en forme de flammèches courbes, dirigées pourtant comme sur les intailles au-dessus de l’oreille vers le front et se recourbant vers la tempe. Au sommet de l’occiput, elles se déploient cependant avec plus d’artifice en se distribuant comme une méduse et en poursuivant leur mouvement dans d’autres groupes de cheveux qui descendent en quatre rangées vers la nuque.

  • 114 Porträtgemmen, pl. 115, 4, 8-9 ; pl. 125, 1, 4-5.
  • 115 Porträtgemmen, surtout pl. 118, 1, 3 et 5.
  • 116 Ibid., pl. 110 ; pl. 136, 4.
  • 117 Cf. les camées cités note 6, Porträtgemmen, pl. 110 : un camée en olivine du musée du Capitole à Ro (...)

79On serait enclin à interpréter cet artifice comme le résultat d’un travail plus tardif et à juger notre camée comme étant une copie de l’époque impériale. Mais relevons que cette forme de coiffure existait déjà dans les années 40 à 30, que la méduse de cheveux placée un peu de côté se répète sur des portraits de cette époque, notamment ceux du groupe de Sextus Pompée114, qu’une semblable ordonnance des mèches en rangées superposées apparaît dans d’autres portraits115, que la technique s’appliquant à inciser les contours des mèches, au lieu de les relever d’une façon plastique, appartient plutôt à cette époque qu’au temps de l’Empire116. En outre, le format de ce camée minuscule finement ouvragé est caractéristique du premier siècle avant J.-C.117.

80Si notre camée semble être plus tardif que les deux intailles qui représentent le même homme, il est possible qu’il date cependant des années 30. Il nous préserverait l’image d’un des hommes de la noblesse sénatoriale du ier siècle avant J.-C. dont nous avons perdu le nom.

Entre 60 et 30 avant J.-C., probablement 40-30 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Camées, no 316 ; Chabouillet, no 186 (le « baptême » du personnage du nom de « Corbulon » ne peut être justifié).

19

Intaille à surface légèrement convexe, base irrégulière et bords de taille conique.

Jaspe rouge entouré d’une monture moderne.

Provenance : Cabinet du roi ; décrite par Mariette en 1750.

Dimensions : h. 12 ; l. 9,5 mm.

Tête de Cicéron de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 118 Pour l’iconographie de Cicéron, cf. Vessberg, p. 216 ; Schweitzer, Bildnisse, p. 93 sq. ; le nôtre (...)
  • 119 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 61, 7 et 12.
  • 120 Ibid., pl. 91, 8-9.
  • 121 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 93, surtout les nos 17-19, p. 707, no 111 sqq., datés autour de l (...)

81Malgré la distance que l’on peut sentir entre ce portrait plutôt frivole et les effigies connues de Cicéron118, celui-ci s’enchaîne à un groupe d’intailles qui témoignent de l’importance et du respect que l’on attachait à l’orateur durant l’Empire. Ce portrait se situe dans une période plus tardive que ceux réalisés à l’époque de Claude119, des Flaviens120 et au début du iie siècle, comme nous pouvons le conclure d’après des détails tels que la tranche du cou, dont une mince partie forme un angle droit, s’élargissant vers l’épaule saillante et puissante, tandis que la poitrine n’est accusée que par un minuscule promontoire. Cette partie inférieure est séparée par un pli assez profond, traversant en biais le cou jusque sous la pomme d’Adam, très accusée. Cette tranche du cou121, les cheveux indiqués par des ronds informes ou de courtes lignes doubles rapprochent ce portrait de ceux de l’époque de Marc Aurèle et de Commode. En faveur d’une datation dans ces années-là parle aussi le visage au front déformé et bossu, vidé de sa substance spirituelle, ne distinguant chez le grand orateur et homme politique des années 60 à 40 avant J.-C. que l’habile et spirituel jongleur de mots.

Seconde moitié du iie siècle, probablement vers 180 après J.-C.

Bibliographie

Mariette II, tête 94 (Thémistocle) ; Chabouillet, no 2078 (Mécène) ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 64, 11 ; Zwierlein-Diehl, Würzburg, sous le no 599 (époque de Vespasien).

20

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés de biais et arrondis.

Cornaline blonde.

Provenance : Cabinet du roi ; décrite par Mariette en 1750.

Dimensions : h. 15 ; l. 13 ; ép. 3 mm.

Portrait d’un Romain de la génération de Brutus, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 122 Zehnacker, Moneta II, p. 1038 sqq. ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 93, 10 ; Vessberg, pl. IX 1.
  • 123 Porträtgemmen, pl. 120, 2 ; Zehnacker, ibid., p. 1045 sqq.
  • 124 Porträtgemmen, pl. 96, 1-7.
  • 125 Ibid., pl. 77 ; pl. 78, 1.

82Cette intaille, sans doute repolie il y a peut-être deux cents ans, a été reléguée par erreur parmi les pièces modernes. Rien de plus romain que ce profil au long nez busqué à pointe proéminente, à la bouche serrée dont la lèvre supérieure déborde sur la lèvre inférieure, au grand œil, à la paupière fortement marquée sous un front sillonné de rides et s’arrêtant à une fine arcade sourcilière. Le cou raide et long, traversé par un muscle qui descend jusqu’à la clavicule, pourrait même servir à la datation, tant il est caractéristique d’un groupe de portraits rattachés à celui de Brutus sur les monnaies d’or122. On retrouve le sourcil arqué indiqué par une ligne en relief sur des œuvres datées de ces mêmes années, notamment des portraits de Marc Antoine123, ainsi que la chevelure plaquée comme une perruque, emplie de lignes délicates et peureuses groupées par deux, indiquant les mèches distribuées en différentes directions : celles du sommet de la tête vers le front, celles de l’occiput vers la tempe124, celles derrière l’oreille ondulant vers la nuque, semblables à celles figurant sur l’améthyste du Metropolitan Museum qui montre les traits de César125. Là aussi nous observons un dessin de l’œil semblable.

83Il ne fait pas de doute que notre portrait fut gravé durant cette époque à la fois turbulente et créatrice et que nous pouvons l’interpréter comme celui d’un homme qui suivait les événements d’un œil scrutateur. Qu’il s’agisse de Tite-Live, comme l’avait proposé Mariette, d’un grammairien comme Varron ou d’un homme de lettres comme Asinius Pollion, dont le style a été désigné comme durus et siccus, nous ne pouvons le confirmer.

Environ 40 avant J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, no 2462 ; Mariette II, tête 46 ; Furtwängler, AG I, pl. XLVII 15 ; Lippold, pl. 71, 1 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 105.

21

Intaille plate des deux côtés, à bords taillés de biais.

Cornaline arabique d’un orange intense, montée en bague d’or moderne.

Provenance : don du duc de Luynes no 149.

Dimensions : h. 14 ; l. 11,5 ; ép. 3 mm.

Homme de la fin de la République romaine. Sur un buste formant une pointe vers le bas, une tête aussi haute que profonde est vue de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Elle est marquée par un profil mouvementé.

  • 126 Cf. Richter, MMA Catalogue, no 481 avec bibliographie, et EGR, no 42 ; Vollenweider, Porträtgemmen, (...)
  • 127 Cf. ceux derrière l’oreille sur notre portrait et quelques mèches au-dessus de l’oreille du « Caton (...)
  • 128 La tranche du cou est très ressemblante à celle du « Caton », chez qui, toutefois, l’épaule et la c (...)

84Malgré sa haute qualité, cette gravure ne nous permet pas d’identifier le personnage représenté ; en revanche l’artiste doit être le même que celui qui a taillé dans une cornaline le portrait du Metropolitan Museum montrant vraisemblablement les traits de Caton le Jeune126. On y dénote la même conception de l’espace dans lequel la tête apparaît à une certaine distance du bord et quasiment relevée de l’arrière-plan. Également semblables sont le modelé du visage un peu amolli, les lèvres épaisses au contour souligné, le dessin des cheveux indiqués par des mèches en formes de flammes rendues par deux lignes, au tracé souvent peu assuré127. Le même soin est apporté à bouche et à l’œil, entouré des plis de la paupière et à l’iris et la pupille dessinés. Pour la tranche du cou et la nuque épaisse, évoquons encore les portraits soit de Sextus Pompée soit de Marc Antoine128. C’est à leur génération qu’a dû appartenir l’homme de notre portrait, créé probablement pendant les années de leurs luttes.

Environ 40-35 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Guide, p. 144, no 149 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 108, 1, 2, 3.

22

Intaille plate des deux côtés, à bords tranchés en biseau.

Sardoine brune, plus claire au centre, roussâtre en haut.

Bague en or moderne.

Provenance : don du duc de Luynes no 148.

Dimensions : h. 15 ; l. 12,5 mm.

Homme encore jeune, aux mèches crochues descendant devant le front, à l’œil globuleux enfoncé sous l’arcade sourcilière, au nez aquilin dont la pointe plonge sur la moustache, à la bouche entrouverte, la lèvre inférieure plus épaisse, un duvet de barbe enveloppant le menton rond et le bas de la joue. Il est vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 129 E. Zwierlein-Diehl, AGDS II, Berlin, no 418 avec bibliographie ; Furtwängler, Beschreibung, no 6984 (...)
  • 130 Porträtgemmen, pl. 115, 5-6.
  • 131 Ibid., pl. 115, 4 et 8 ; Fossing, no 1972.
  • 132 Porträtgemmen, pl. 3 et 7.
  • 133 Nous avons déjà illustré la grande différence des types monétaires par exemple pour le portrait de (...)

85Ce portrait fait partie d’une série dont l’exemplaire le plus éminent – un chef-d’œuvre signé par Agathangelos – se trouve à Berlin129 ; d’autres, moins brillants, sont distribués dans une collection privée130, à Copenhague au Thorvaldsen Museum131, à Hanovre au Kestner Museum132. Chaque pièce montre par rapport aux autres de légères variantes, soit dans la ligne du profil, soit dans la coiffure, luxuriante sur les deux premières intailles, plus fruste sur le camée de Copenhague. Mais toutes montrent les mêmes particularités d’une chevelure descendant sur le front, d’un menton mou et fuyant couvert d’une courte barbe frisée s’unissant à une moustache qui contourne l’angle de la bouche insipide. L’exemplaire le plus proche du nôtre est celui de Hanovre, dont la gravure encore plus médiocre trahit l’appartenance à une série. L’ordonnance des cheveux est presque identique, mais on a l’impression que le graveur de notre intaille n’a pas terminé sa besogne. Il a laissé les mèches de l’occiput dirigées vers l’oreille comme des bandes inachevées, tandis qu’il s’est permis de prêter une note ridicule au profil, qui se distingue par un grotesque nez busqué et une bouche à la lèvre inférieure avancée qui accentue l’expression de possédé du regard. Ce « détournement » de la ligne du profil vers le grotesque ne doit pas nous étonner. Nous observons de pareilles dégradations du profil au sein d’une série monétaire133.

86D’autre part le portrait de Copenhague révèle la parenté avec l’effigie de Sextus Pompée connue par des frappes en or des années 42 à 36. De plus, nous devons nous attendre à une image d’un des chefs politiques de ces années, puisque le nombre des pièces conservées est assez grand. Or Sextus Pompée fit travailler en Sicile un atelier monétaire et rien n’empêchait la circulation, à côté des monnaies, d’intailles.

87Qu’un de ces graveurs ait voulu rendre ridicule ce « fils de Neptune », est possible.

88De toute façon cette grande série de pierres ne peut représenter qu’un des chefs politiques dans la lignée de la tradition du portrait du cercle pompéien.

Environ 40-35 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Guide, p. 144, no 148 (Marc Antoine) ; Richter, EGR, no 458.

23

Intaille plate des deux côtés, bords de taille convexe, puis de biais.

Cornaline translucide.

Provenance : don Pauvert de la Chapelle, 1899.

Auparavant à Rome dans la collection Abati.

Dimensions : h. 9,5 ; 1. 7,5 ; ép. 1,5 mm.

Homme de la République romaine, vu de profil à gauche.

  • 134 Cf. surtout le buste de Venise, G. Traversari, I ritratti, Museo Archeologico di Venezia, Roma, 196 (...)

89Ce portrait, datant de la même époque, non seulement caractérise un type d’homme différent, Portraits de la République romaine 31 mais doit provenir aussi des mains d’un autre artiste. Bien que les contrastes de lumière et les accents donnés au visage soient maintenus par l’arcade sourcilière au bourrelet vigoureux, se poursuivant vers la tempe et par des rides profondes descendant de l’intérieur de l’œil et du nez, le dessin de la chevelure revêt plus de fluidité et se rapproche, par les mèches relevées au-dessus du front, de celle de Pompée le Grand134. Là aussi on observe la même tendance à modeler les chairs comme le cou reposant sur une forte nuque.

  • 135 Vollenweider, Catalogue Genève II, no 135.

90D’autre part on relève également les mêmes traits fluides sur une pierre noire montée en bague en or antique au musée d’Art et d’Histoire de Genève135. Mais pour ce qui est de la tête de Genève, comme sur la précédente (no 22), la structure sobre du crâne est enracinée davantage dans un héritage de générations aristocratiques contrastant avec le visage à la chevelure mouvementée et soumise à des altérations de forme.

91Précisément grâce à cette coiffure et à ce visage plus mou et plus charnu, malgré son gros nez qui frôle la démesure, nous avons relevé la parenté de ce portrait avec ceux de Pompée le Grand et de ses fils. Peut-être nous a-t-il conservé les traits d’un de ses partisans ? Il doit sans doute dater de leur temps.

Environ 50-40 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Collection Pauvert, no 150 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 74, 9, 10, 12 ; A.-K. Massner, Bildnisangleichung (Das römische Herrscherbild IV), Berlin, 1982, pl. 6 a, p. 16-17.

24

Intaille à surface convexe, base plate et bords taillés de biais.

Améthyste avec des taches violet foncé à gauche, plus claires à droite, montée en bague moderne.

Provenance : don du duc de Luynes, no 162.

Dimensions : h. 16 ; l. 13 ; ép. env. 5 mm.

Portrait d’un homme de la République romaine, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 136 Pour les portraits de Brutus, cf. surtout les monnaies en or (Porträtgemmen, pl. 90, 5-7) où le mus (...)
  • 137 Chez Domitius Ahenobarbus (Vessberg, pl. IX 4 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 102, 2-4 ; cf. aus (...)
  • 138 Pour Marc Antoine les variétés sont grandes mais certains types se rapprochent du nôtre par le cou (...)

92Cette gravure plutôt dure est soulignée dans son effet monumental, voire presque brutal, par les lumières troubles et contrastées de l’améthyste convexe. Cet effet monumental ressort aussi bien sur le moulage, où l’on aperçoit les moyens simples dont l’artiste disposait ; structure d’une tête presque carrée, d’une chevelure emplie d’épaisses lignes touffues formant parfois, comme au-dessus de l’oreille, de courtes flammes, indiquées par deux lignes se rejoignant en pointe, parfois singulières, couvrant ainsi la naissance du front droit et bas au-dessous duquel ressort un nez court et pointu. Le seul trait humain dans ce visage, dominé par un œil grand ouvert et figé sur le néant, est une grande bouche dont la lèvre supérieure épaisse dépasse légèrement l’inférieure. Mais elle aussi trahit un certain manque de sensibilité, compensé par la ferme volonté qui s’exprime dans le menton et le cou reposant sur une nuque et une épaule puissantes. Cette forme de cou, encore plus développée au début de l’Empire – sous Caligula et sous Claude – prit naissance dans cette période, si riche en images changeantes, de la fin de la République romaine. Elle procède d’un amalgame de divers portraits de Brutus136, Domitius Ahenobarbus137, Pompée, et de Marc Antoine138. C’est de ces derniers surtout que le nôtre a dû s’inspirer, aussi pour la conception « cubiste » de la tête, basée sur un certain type d’« homme nouveau », à carrure plus marquée, caractéristique de cette époque de révolution.

Environ 40-25 avant J.-C.

Bibliographie

Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 109, 1, 2, 5.

25

Cornaline plate montée en bague en or antique, cassée à la surface ; le nez et la bouche ont disparu. La bague, plate à l’intérieur et arrondie à l’extérieur, se rétrécit vers les épaules resserrées.

Provenance : collection de Clercq, don du Comte de Boisgelin.

Dimensions de la cornaline : h. 12 ; l. 9,5 mm.
- de la bague avec chaton (ext.) : h. 19 ; l. 18 mm.
- de la bague avec chaton (int.) : h. 15 ; l. 16 mm.

Jeune homme aux cheveux en boucles, avec favori et courte barbe frisée, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). Le manteau pend de l’épaule.

  • 139 Pour le type de ces bagues, cf. ci-dessus celle de la collection de Clercq (no 4), d’une date antér (...)
  • 140 Cf. Porträtgemmen, p. 155 sqq.
  • 141 Ibid., pl. 54, 1-36.
  • 142 Cf. ici le no 14.

93On peut hésiter à situer ce portrait à l’époque des Antonins ou au début de celle des Sévères. Mais, outre la forme de la bague typique de la République romaine139, une certaine fraîcheur enjouée du visage, l’œil grand ouvert dont ni la pupille ni l’iris ne sont marqués, le sourcil tracé par une ligne appuyée incohérente, le cou long et mince tranché à angle obtus, sont caractéristiques d’un certain groupe de portraits en rapport avec l’iconographie des fils de Pompée140. Notons que cette forme de chevelure, groupée en mèches mises en relief et accentuées par deux traits se rejoignant en pointe, se retrouve, bien que moins dense, sur des portraits que nous avons situés à une date antérieure, tel celui d’une cornaline de la collection Bollmann141. Le cou de cet homme d’un certain embonpoint est cependant plus épais, mais tranché de la même façon. En revanche on aperçoit le drapé retombant de l’épaule sur le fragment d’améthyste montrant le portrait de César142.

  • 143 Porträtgemmen, pl. 119, 2 et p. 161 sq.
  • 144 Le fait que la bague en or était considérée comme une distinction des equites, c’est-à-dire des mem (...)

94Quant au type de portrait, s’éloignant de la sobriété des hommes de la République, il impose surtout un rapprochement avec l’effigie d’un homme jeune flanqué de dauphins143, peut-être le même personnage que fait revivre notre intaille, peut-être Gnaeus Pompée le fils. Ce portrait remonterait encore aux années au cours desquelles il fut envoyé par son père en Égypte chez Cléopâtre à la recherche de trirèmes, jusqu’à sa fin tragique en Espagne après la bataille de Munda en 45 avant J.-C. où, lui-même général, il commanda treize légions contre César144.

Milieu du ier siècle, probablement entre 49 et 45 avant J.-C.

Bibliographie

Ridder (de), Collection de Clercq, no 3212.

26

Intaille plate des deux côtés.

Cornaline de l’Inde montée en bague en or moderne.

Provenance : fonds général ; attestée dans les collections en 1858.

Dimensions : h. 11,5 ; 1. 9 mm.

Jeune homme drapé de la chlamyde retenue sur l’épaule par une fibule ronde. Devant son buste le caducée oblique. Derrière la tête une inscription, du haut vers le bas : IΛIYSSVS.

  • 145 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 35, 9.

95S’il n’est pas facile d’identifier cet adolescent, on peut pourtant le situer dans la première moitié ou au milieu du ier siècle avant J.-C. Non seulement le long cou légèrement incliné en avant et reposant sur un buste se prolongeant dans la poitrine, mais aussi le nez à peine incurvé, à pointe proéminente, la paupière soulignée, les lèvres entrouvertes, la supérieure avancée, le bourrelet de l’oreille grossièrement marqué trahissent une certaine analogie avec les traits expressifs incisés sur une cornaline convexe à La Haye145.

  • 146 L’usage des deux formes de l’u, d’abord la lettre grecque v, ensuite en latin s, peut sembler bizar (...)
  • 147 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 93, 1-3, le nicolo du Metropolitan Museum et ibid., pl. 101, 1 (...)

96Serait-ce le même homme, caractérisé ici par des boucles comme Mercure ? Il y a là une probabilité, sans que nous puissions en avoir la certitude. Si l’effigie de La Haye nous assure de son caractère romain, ce portrait-ci trahit plutôt une rondeur plus délicate du volume inspirée par l’art grec. Que l’intaille ait été incisée plutôt en Orient ou en Grèce qu’en Italie, c’est ce que l’inscription hétérogène laisse supposer146. En effet, on peut hésiter entre l’identification d’un jeune prince d’une des dernières dynasties hellénistiques, soit un Séleucide, soit un Ptolémée, et celle d’un des chefs romains des guerres civiles, ou d’un gouverneur. Notons qu’autant Brutus que Cassius ont été désignés comme Mercure par l’attribution du caducée147.

Première moitié du ier siècle avant J.-C.

Bibliographie

Chabouillet, no 1594.

27

Emblema en argent, à surface plate, monté en bague en bronze. La bague à chaton incrusté, plate à l’intérieur, légèrement arrondie à l’extérieur, mince en bas, prend aux épaules une largeur correspondant à la dimension longitudinale de l’emblema.

Provenance : collection Oppermann ; don 1874. Inventaire des monuments d’or et d’argent no 566.

Dimensions : h. 15 ; l. 13 mm.

Dimensions de la bague : h. 21, l. 22,5 mm (ext.) ; h. 17, l. 19 mm (int.).

Brutus vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite). En bas, bonnet de la liberté ; l’épée dressée devant ; un serpent ondule vers le bas derrière la tête.

  • 148 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 98, 8.
  • 149 Cf. Richter, EGR, nos 468-469.
  • 150 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 99, 1.

97Ce type de portrait caractérisé par une forme de tête plutôt allongée, un nez légèrement retroussé à pointe tirée en avant, à la joue plutôt creuse sans être burinée, au cou dont la tranche forme un angle obtus, ferait partie d’un groupe différant quelque peu des types officiels des monnaies. Et pourtant de rares exemplaires des deniers frappés par Brutus et L. Plaetorius Cestianus en 43 montrent un semblable contour de la tête, cependant plus hirsute148. En contraste avec cette image, due sans doute à un artisan italique, celle de notre bague semble avoir été créée par un graveur grec, divulguée probablement par un artisan mineur qui a altéré les traits de son modèle, comme les auteurs des deux intailles du Metropolitan Museum149. Notre image, aux formes plus fluides, se rapproche par contre de celle, signée par Philon150, qui présente un portrait véritable, d’un travail plus subtil. Le bonnet de la liberté et l’épée en font en revanche le corollaire des monnaies montrant les d’Esculape et de Hygie, promettant probablement un renouvellement de la santé publique – salus publica –.

98Ainsi que nous pouvons en juger d’après le métal, elle a dû être portée par l’un des officiers ou soldats de l’armée de Brutus, qui, comme un Horace, l’aurait suivi dans la défense de l’idéal proclamé de la liberté. Le dessin du profil, exécuté à la hâte, révèle l’état d’âme de l’homme d’une quarantaine d’années, aux traits tendus, à l’œil grand ouvert prêt à affronter la mort, sous un sourcil descendant de biais vers la tempe, au muscle du cou raidi, à la bouche légèrement entrouverte, aux cheveux indiqués par de courtes lignes incisées, les reflets du métal évoquant les tourments aigus des guerres civiles.

Après les ides de mars 44 jusqu’à environ 42 avant J.-C.

Bibliographie

Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 98, 1-2 ; J.-Ch. Balty, « Stoïcisme et révolte dans le portrait romain de la fin de la République », Bull. de l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, 5e série, t. LXI, 1979, pl. 11 3 (Brutus).

Marc Antoine et Romains de l’époque du second triumvirat

28

Intaille à surface légèrement bombée, à base plate et bords taillés de biais.

Cornaline translucide.

Provenance : trouvée à Rome. Don Pauvert de la Chapelle, 1899.

Dimensions : h. 17 ; l. 12,5 ; ép. 3 mm.

Tête de jeune homme à petite barbiche, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 151 Cf. Vessberg, pl. XIV 5 et p. 165 sq. ; Alföldi, « Porträtkunst und Politik », pl. I, p. 153 sqq., (...)
  • 152 Cf. Sydenham, no 1084.
  • 153 Cf. ici no 41

99Ce portrait est facile à dater grâce à la comparaison avec les monnaies datant de l’époque du deuxième triumvirat. Nous l’avions rapproché surtout des têtes de jeune homme sur les deniers frappés vers la fin des années 40 par M. Arrius Secundus151. On y aperçoit une gravure similaire, un sourcil légèrement arqué, rendu par une fine ligne, au-dessus d’un œil assez proéminent, la barbiche continuant les favoris, la joue et le cou lisses. Si l’on ne peut savoir avec certitude si la monnaie et l’intaille représentent le même homme – l’on avait tenté d’identifier la première à Octavien152 –, l’intaille est sans doute contemporaine, d’autant plus que nous croyons pouvoir reconnaître les mêmes traits hachés et zigzagants qui dessinent les cheveux et les favoris du jeune homme, dans les traits et les cheveux d’Octavie sur la calcédoine du Cabinet des médailles153.

Autour de 40 avant J.-C.

Bibliographie

Babelon, Collection Pauvert, no 154 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 126, 1-3.

29

Intaille circulaire, plate des deux côtés, à bords tranchés en biseau.

Sardoine jouant en transparence sur des tons de cornaline roussâtre. Légers éclats au bord en bas.

Provenance : collection Seyrig 1973.1.513.

Dimensions : h. 14 ; l. 14 ; ép. 2 mm.

Marc Antoine vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 154 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 131, 10, pl. 133, 5 ; cf. aussi Banti-Simonetti II, p. 93, no  (...)
  • 155 Porträtgemmen, pl. 135, 13 ; Svoronos, no 1897 et pl. LXIII 22-23.

100L’identification de ce portrait ne crée aucun souci car non seulement il se compare aux monnaies, mais il permet de fixer une date assez précise. Si le cou galbé, long et arrondi, le situe plutôt à l’époque du triumvirat154, la tête monumentale aux lèvres serrées sous le nez plongeant, le menton pointu, presque figé par une crampe du muscle, le grand œil globuleux sous un front proéminent que recouvre en haut la broussaille de la chevelure, qui semble peignée par les doigts de la main, se retrouvent plutôt sur des monnaies en argent frappées en Cyrénaïque155.

  • 156 Porträtgemmen, pl. 135, 2.
  • 157 Ibid., pl. 134, 2 ; Furtwängler, Beschreibung, no 5074.
  • 158 Cf. Kaschnitz-Weinberg, « Marcus Antonius… », Ausgewählte Schriften II, p. 67 sqq. ; cf. surtout pl (...)
  • 159 Cf. Vollenweider, BNF I, no 225.

101Mais en contraste avec les effigies métalliques et aussi avec l’intaille de l’ancienne collection Nott156 et la pâte de verre rubanée de Berlin157, la sardoine de la collection Seyrig reflète tout à la fois la vitalité herculéenne et la verve dionysiaque, exprimée par une violente danse des traits volumineux et volontaires, tels ceux du nez rejoignant la grosse boule de la joue proéminente. Comme le style des portraits tardifs de Marc Antoine, devenu un amalgame de l’expression du cubisme italique et de l’idole pétrifiée de l’Orient158, cette gravure connaît une renaissance sur des intailles des Sévères. Nous l’avons située en Orient, peut-être à Alexandrie ou à Antioche159, où le même atelier se serait plu pendant des siècles dans l’exercice de ces manières.

  • 160 Cf. Kaschnitz-Weinberg, op. cit., pl. 45, 2-3, l’aureus à Berlin ; Sydenham, no 1209 et les variant (...)

102Pour autant que nous puissions juger d’après les rapprochements avec les monnaies, notre intaille se situe le mieux vers l’année 34160, année de l’invasion de Marc Antoine en Arménie, suivie de son triomphe à Alexandrie.

Deuxième moitié des années 30, probablement 34-33 avant J.-C.

30

Intaille oblongue convexe, sertie en bague en feuille d’or, plate à l’intérieur, arrondie à l’extérieur. L’anneau s’épaissit vers le chaton, long et plat. L’intaille, convexe, est sertie dans le sens longitudinal.

Cornaline claire.

Provenance : acquis le 28 juillet 1920 de M. Assouad de Marseille. Registre d’entrée N 4930 ; intaille 1790 ter.

Dimensions de l’intaille : h. 19,5 ; l. 11 mm.

Dimensions de la bague : h. 24, l. 29 mm (ext.) ; h. 25, l. 22 mm (int.).

Persée triomphant se tient debout à droite (sur le moulage) sur une courte ligne de terre. Il brandit de la main gauche la tête de Méduse tout en regardant, la tête inclinée, le corps du monstre gisant à terre. Le héros, nu, apparaît de trois quarts, la tête et les jambes de profil – la gauche fléchie. Sa chlamyde somptueuse a glissé du bras gauche, entraînant la fibule vers l’épaule droite, et pend en lignes ondulantes de l’avant-bras, un second pan apparaissant derrière le mollet. De la main droite, appuyée sur la hanche, le héros tient la serpe.

  • 161 Cf. Furtwängler, Beschreibung, no 4243, avec la même position du corps et des jambes. Le Persée bra (...)
  • 162 Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, no 104.
  • 163 Furtwängler, Beschreibung, no 4236.
  • 164 E. Langlotz, Der triumphierend Perseus, p. 17 sq., pl. 9.
  • 165 Voir note 161.
  • 166 Cf. Marshall, FR, no 391 sq. ; Vollenweider, Catalogue Genève II, p. 81, no 76 avec d’autres exempl (...)
  • 167 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 26, 8 et 11.
  • 168 Cf. le portrait de général provenant de Tivoli au musée des Thermes : Schweitzer, Bildniskunst, no (...)

103Le fait que le même type de Persée apparaît aussi sur de petites pâtes de verre rubanées161 confère une certaine valeur historique à notre intaille. Un modèle célèbre de maître graveur ou de sculpteur peut être admis, comme pour le Persée de Vienne162, reproduit également sur une pâte de verre à Berlin163. Relevons que, du point de vue historique, la figure de Persée pourrait contenir une allusion aux rois de Macédoine ou aux rois du Pont qui se réclamaient descendants de Persée. Mais la provenance de notre bijou d’un milieu d’Italie et probablement de Rome peut être certaine. Même si notre figurine renvoie à l’idéal de la statuaire grecque par une certaine allure polyclétéenne et si sa disposition, au centre de la surface bombée, correspond à un canon hellénistique, l’accent donné aux contours et surtout la forme de la tête allongée, au nez plongeant, de ce Persée, joint au caractère grotesque de la tête de la Méduse, nous incitent à reconnaître une représentation italique, sinon romaine. On peut même se demander s’il ne s’agit pas d’un humain travesti en héros, comme, encore au iiie siècle, ce Polytimus Libertus dont la statue au musée du Capitole prend la même pose164. Des trois statues dérivant du même modèle165, on peut conclure que la figure de Persée s’adapta, au fil des siècles, à des emplois différents. Notre image s’en est également inspirée. Il n’est pas exclu qu’elle illustre un général romain victorieux. Le profil, au nez busqué, n’est pas sans évoquer les portraits d’Octavien, pour qui une telle assimilation serait envisageable. La forme de la bague ne contredirait pas une telle datation166. La vue de face de la Méduse, au nez épaté167, suggère cependant une date antérieure. Notons que, depuis le début du ier siècle avant J.-C., les Romains commencent à s’accoutumer à l’héroïsation de leurs Imperatores ou même de personnages de moindre prétention168. On peut imaginer un Marius, un Sylla ou un Lucullus assimilés à Persée, les deux derniers victorieux dans la longue guerre contre la furie de Mithridate. Sans pouvoir aboutir à une identification, il est permis de situer notre bague avec son intaille convexe dans la première moitié ou au milieu du ier siècle av. J.-C.

31

Intaille plate des deux côtés, aux bords tranchés en biseau.

Nicolo bleu gris clair sur une couche brun foncé et calcédoine bleue sur un fond brun moucheté.

Provenance : don Seguin, registre H 2705 (Seguin 202).

Dimensions : h. 12 ; l. 10 ; ép. 2,2 cm.

Hercule, représenté dans la nudité héroïque, s’appuie sur la massue. Il incline la tête vers le sanglier d’Érymanthe, qui gît à ses pieds, sur un amas de pierres. Il se tient debout sur une ligne de sol simulant une plate-forme, le pied gauche en retrait (le droit sur le moulage), la hanche droite saillante, l’épaule haussée, la tête et le corps vus de trois quarts face.

  • 169 À noter la différence entre les nicolos de l’époque hellénistique à surface plate et généralement d (...)
  • 170 Naples, Museo Nazionale, inv. 25218 ; cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 47, 1-2, 7.
  • 171 Cf. Kyrieleis, Bildnisse der Ptolemaer, Berlin, 1975, pl. 59, 3-4, H 3, p. 70 sq. et p. 175 qui la (...)
  • 172 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, p. 180 sqq. ; D. Michel, Alexander als Vorbild für Pompeius, Caesa (...)

104Non seulement par l’emploi et la forme du nicolo à surface plate169, mais aussi par le type, emprunté à la statuaire, notre Hercule rappelle le Thésée, taillé dans la même pierre et signé par Solon, au musée de Naples170. Relevons aussi la forme analogue du corps à la poitrine gonflée et large, aux jambes solides mais élégamment galbées, aux genoux rapprochés marqués par les mêmes petits globules qui ornent la massue, tenue en arrière et se terminant au-dessus de la ligne de sol. Cette dernière s’épaissit également sous le pied en appui, accusant ainsi la perspective. La tête, allongée mais large au niveau du front, accentue la similitude avec l’intaille de Naples. Nous pouvons nous demander si cette statue d’Hercule ne vise pas MarcAntoine, comme nous l’avions admis pour le nicolo de Naples. Malgré des traits individuels sommairement indiqués, les yeux ressortant en globules, une telle identification est tout à fait possible, si nous gardons à l’esprit la statue du Caire171 qui révèle la même carrure de la tête à la chevelure barrant horizontalement le front, reposant sur un cou ferme et rond porté par un corps herculéen aussi peu gracieux que celui de notre intaille. Nous avons déjà rappelé l’assimilation de notre triumvir à Héraclès172.

105Même si l’identification de notre héros avec Marc Antoine peut être contestée, l’appartenance de notre intaille aux deux dernières décennies de sa vie ne pose pas de doute.

Milieu du ier siècle avant J.-C.

32

Intaille plate des deux côtés, à bords recouverts par une monture moderne en or.

Cornaline légèrement opaque hautement polie des deux côtés, avec cassure en bas réparée en or.

Provenance : don du duc de Luynes, no 153.

Dimensions : h. 14 ; l. 11 mm.

Homme d’un certain âge, vu de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

  • 173 O. Vessberg, Studien zur Kunstgeschichte der Römischen Republik, 1941, p. 231 sqq. Encore davantage (...)
  • 174 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 17, 1, pl. 135, 1-3, 4-8, 13.
  • 175 Ibid., pl. 130, 10.

106Ce portrait d’homme, qui trahit presque une tendance cubiste dans le volume de la grosse tête arrondie reposant sur un cou large et court à tranche presque droite, nous ouvre la perspective d’une nouvelle époque : le second triumvirat conclu en octobre 43 entre Marc Antoine, Octavien, fils adoptif de César, et Marcus Aemilius Lepidus. Ce fut l’arrivée au pouvoir de trois hommes encore jeunes, contrastant avec la tradition romaine dans laquelle les senes possédaient tout le poids de l’autorité. Et de même que les portraits précédents portent l’empreinte de l’influence d’un des principes, soit Pompée, soit César, nous reconnaissons sur celui de notre cornaline un « style du second triumvirat » dont déjà Vessberg avait relevé la tendance aux formes plus massives173. Nous dirions que ce fut surtout Marc Antoine qui dut prêter, dans les dernières années de sa vie, un modèle de colosse herculéen. Ce même cou puissant d’Hercule à tranche courte apparaît sur les frappes d’Éphèse et d’Asie Mineure174, quelquefois avec les mêmes cheveux frisés formant de courtes mèches groupées en bandes droites presque horizontales175.

  • 176 Ventidius célébra en 38 à Rome un triomphe sur les Parthes et décéda peu de temps après, honoré de (...)
  • 177 Drumann-Groebe I, p. 324 sqq. ; RE VIII a, col. 795, Ventidius.

107Il n’est pas exclu que cet homme aux traits bénins et harmonieux mais un peu lourds ait fait partie de son entourage, tel un Ventidius Bassus176, général victorieux dans la guerre contre les Parthes177 et d’autres, dont devaient exister des portraits sans que nous puissions les identifier.

Environ 40-35 avant J.-C.

Bibliographie

Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 137, 2 et 4.

33

Intaille à surface légèrement convexe, base plate et bords taillés de biais.

Cornaline finement polie des deux côtés, ébréchée en haut.

Provenance : Cabinet du roi ; décrite par Mariette en 1750.

Dimensions : h. 15 ; l. 11, 5 ; ép. 3 mm.

Homme encore jeune, de profil à gauche (sur le moulage, à droite).

108On peut hésiter à situer ce portrait d’une certaine maladresse de gravure, due peut-être à un graveur n’ayant pas encore atteint la maîtrise de son art, parmi ceux de la République tardive ou de l’entourage d’Auguste.

  • 178 Pour la composition des deux rangées de mèches, l’une couvrant le sommet de l’occiput et superposée (...)
  • 179 Cf. ibid., pl. 101, pl. 102, 3.
  • 180 Cf. ibid., pl. 92.

109Cette maladresse apparaît surtout dans la carnation du visage, taillé assez en profondeur mais inerte, qui trahit une parenté avec le portrait précédent. Mais, en contraste avec ce dernier, ce portrait ci, ancré dans le style des effigies glyptiques du deuxième triumvirat, les dépasse en révélant des éléments de style comparables à celles des fils de Pompée. Notamment l’épaisseur de la chevelure rendue par d’assez longs traits et des mèches groupées en faucilles178, et la position du cou allongé reposant sur la poitrine assez large se rapprochent de celles des meurtriers de César179. Nommons aussi un portrait de jeune homme sur une belle améthyste de la collection Sangiorgi180 où l’on serait tenté de reconnaître une interprétation de maître du même personnage que présente notre cornaline.

  • 181 Boardman, Ionides Collection, no 18 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 137, 3 et 5.

110Sans pouvoir nous appuyer sur une identification certaine, nous pouvons relever qu’autant la gravure de l’améthyste citée se rapproche de l’œuvre de Solon, autant celle-ci évoque la comparaison avec celle de Gnaios, dont une améthyste de la collection Ionides181 montre l’effigie de Marc Antoine.

  • 182 Richter, MMA Catalogue, no 463 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 43, 1-3.

111Si cette dernière s’avère posthume, on peut se demander si notre portrait se situe dans le même entourage. Notons que Gnaios a signé aussi un portrait de Cléopâtre Séléné conservé au Metropolitan Museum182. En exécutant des portraits de membres de la même famille, il aurait pu aussi représenter Julius Antonius, demi-frère aîné de cette dernière, élevé comme Cléopâtre dans la maison d’Octavie.

112Même si nous ne pouvons énoncer une certitude à ce propos, cette hypothèse ouvre certains horizons sur le cadre auquel appartient ce portrait.

Entre 40 et 20 environ avant J.-C.

Bibliographie

Mariette II, tête 43 (Sextus Pompée) ; Chabouillet, no 2072 ; Richter, EGG, no 470 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 167, 6.

Notes

1 Cf. R. Ross Holloway, The thirteen months Coinage of Hieronymos of Syracuse, AMUGS III, Berlin, 1969, pl. 11, O 6.

2 Cf. Kraay-Hirmer, Greek Coins, pl. 51, no 142, et ici, fig. 1 a, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des médailles, Luynes 1378.

3 Ibid., pl. 51, no 145, dans les années 214-212 avant J.-C. ; Gulbenkian Collection I, p. 21, pl. XXXIX 358.

4 Cf. surtout Gulbenkian Collection, nos 3-5 et aussi, p. 23, no 12, inscrit « Vesano ».

5 RRC, no 27, 1 ; cf. Giesecke, Italia Numismatica, pl. 20, 13 ; cf. Thomsen, Early Roman Coinage III, p. 121, qui d’après Altheim date de l’année 269 avant J.-C. les didrachmes avec Hercule et au revers les jumeaux. Cf. ibid., les divergences d’opinion et Zehnacker, Moneta I, p. 243 sqq.

6 Cf. Giesecke, ibid., pl. 14, 7 a et aussi une tête d’un semblable contour mais d’un homme plus jeune sur un statère de Crotone, ibid., pl. 15, 16, p. 124. Le volume de la coiffure encadrant en demi-cercle le visage est le même. Probablement s’agit-il aussi d’une tête de Romain du iiie siècle av. J.-C.

7 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 78, 5-6et pl. 83, 4-6.

8 RE VI, col. 2496 sqq., Flaminius 2.

9 Cf. Thomsen, Early Roman Coinage I, p. 80 sq., no 93 ; Sydenham, no 82, du début de la première guerre punique. Le contour de la tête est le même et un semblable bonnet de cheveux entoure le visage.

10 Pour les portraits de Philétaire, cf. surtout U. Westermark, Das Bildnis des Philetairos von Pergamon, Stockholm, 1961, p. 67, pl. 10, V. CV-R4 : une frappe d’Attalos I (exemplaire de l’American Numismatic Society, New York). Pour Ptolémée IV, cf. Svoronos, pl. XLIII 1-3, 10, 15 ; cf. parmi ses représentations sous les traits de Dionysos, ibid., pl. XLIII 26-28 et Newell, Royal Greek Portrait Coins, New York, 1937, pl. XV, p. 89 ; Seltman, Greek Coins, 1955, pl. LIX 2.

11 Cf. pour Philippe V, roi de Macédoine de 221 à 179 avant J.-C., ici, la fig. 2 a (vente Hess, avril 1957, pl. VIII, no 194) et N. Davies et C. M. V. Kraay, The Hellenistic Kingdoms, fig. 123, 124, 127. Pour Prusias II, roi de Bithynie de 185 à 149 avant J.-C., ibid., fig. 192, 193, 196 ; pour une comparaison encore meilleure, Newell, Royal Greek Portrait Coins, New York, 1937, pl. II 4 et pour Philippe, ibid., pl. II 1 ; Seltman, Greek Coins, pl. LII ; pour Prusias II, ibid., pl. LVII 4. Cf. surtout Boehringer, Chronologie, pour Philippe V, pl. 10, 3, pl. 7, 6-9 (surtout 6 pour les mèches se courbant vers le front), et ici fig. 2 b, l’exemplaire de la BNF, Cabinet des médailles, no 1973-1-133. Pour Prusias II, cf. Boehringer, ibid., pl. 38, 7-9.

12 Boehringer, ibid., pl. 14, 5, l’exemplaire à Berlin, et Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 45, 2-3. Quant à savoir si cette monnaie frappée par Flamininus le représente vraiment lui ou l’ennemi vaincu, Philippe V de Macédoine, H. P. Franke s’est exprimé de vive voix en faveur de ce dernier.

13 Pour les honneurs octroyés à Flamininus : cf. Plutarque, Titus 16, 5 sqq. ; RE XXIV, col. 1075 sq., T. Quinctius Flamininus [H. Gundel], surtout les Chalcidiciens qui le comparèrent à Apollon et à Héraklès. Encore à l’époque de Plutarque, Flamininus y avait son prêtre qui l’honorait.

14 Cf. RE V, col. 1266 sq., Doidalses [C. Robert], sculpteur de la deuxième moitié du iiie siècle avant J.-C.

15 Plutarque, Titus I.

16 E. S. G. Robinson, Punic Coins of Spain and their Bearing on the Roman Republican Series, Essays in Roman Coinage presented to Harold Mattingly, Oxford University Press, 1965, p. 41 sq., fig. 4 C. Cf. d’autres exemplaires de cette série dans Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 38, 1, 3-6, 8-9 ; pl. 39, 1 6, 8-9 et p. 57 sq.

17 Porträtgemmen, pl. 38, 10-12.

18 Ibid., p. 58 sq., pl. 39, 5 ; cf. AGDS IV, no 195.

19 Seules des situations exceptionnelles permettaient à un jeune homme de jouer un rôle politique à Rome : cf. Bengtson, Römische Geschichte, p. 122 ; Mommsen, RSTI2, p. 519.Quant à la situation hors du commun de Scipion : cf. Hallward, CAH VIII, p. 11 ; Vollenweider, Porträtgemmen, p. 60.

20 Cf. les agrandissements Franke-Hirmer, La Monnaie grecque, Paris, Flammarion, 1966, pl. 210.

21 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 50, 1, 4 et 6.

22 Ibid., pl. 49, 1, 3 et 50.

23 Polybe XXIV 8-9.

24 Cf. Polybe XXIV 1 ; RE XIX, col. 1849, Pharnace I [E. Diehl].

25 Pour la forme de la bague, typique pour cette époque : cf. Marshall, FR, no 725 ; NChr 1902, p. 460, fig. 29 ; Compte rendu de la Commission impériale archéologique pour l’année 1880, St-Pétersbourg, 1882, pl. I, 13 et 15 ; cf. aussi T. Dohrn, Der Arringatore, Berlin, 1968, pl. 14, fig. 2 et pl. 15, fig. 2, où une bague de la même forme est sertie d’une intaille convexe.

26 Cette forme, d’origine grecque du ive siècle (cf. Marshall, FR, nos 712, 1044-1062 ; Boardman, GGFR, p. 385), est en faveur aussi pour les bagues à portraits ptolémaïques, surtout celles avec effigie en relief : Marshall, FR, no 1290 ; cf. aussi no 1275 avec chaton à bords surélevés, de diverses nuances. Les deux bagues citées sont aussi en bronze ; cf. O. Neverov, « A Group of Hellenistic Bronze Rings in the Hermitage », Vestnik Drevnei Istorii, Moscou, 1974, 11/6 et 27/6.

27 Cf. Boehringer, Chronologie, pl. 21, 1, p. 141 sqq. ; Babelon, Rois de Syrie, p. 523 ; O. Mørkholm, Studies in the Coinage of Antiochos IV of Syria, Copenhague, 1963, surtout les monnaies frappées à Aké-Ptolémaïs, pl. IX A2-P6 (le tétradrachme à La Haye) ; cf. aussi pl. IX A2-P3 (des années 168-164 avant J.-C.). La direction des cheveux peignés de l’occiput vers la tempe y est semblable.

28 Cf. Babelon, Rois de Syrie, pl. XVI 1-11.

29 Kähler, Der Fries vom Reiterdenkmal des Aemilius Paulus in Delphi, Berlin, 1965, pl. 11 et pl. 22, 1-2.

30 Quant aux opérations diplomatiques de Popillius Laenas, cf. Bengtson, Römische Geschichte, p. 130 ; Broughton, Roman Magistrates I, p. 410 ; Scullard, Roman Politics 220-150 BC, Oxford, 1951, p. 195, 210 sqq. Notons qu’à cette époque, tous les ans, des ambassades romaines étaient envoyées en Grèce et en Asie Mineure.

31 Cf. Vessberg, p. 151, pl. II 7-8 ; Sydenham, no 1171 ; Babelon, Domitia 20 ; Grueber II, p. 487, no 93 ; Crawford I, p. 527, no 519, pl. LXII ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 24, 9 et pl. 25, 3-4, 6-7.

32 Porträtgemmen, pl. 97, 9-10 ; Sydenham, no 1295 ; Grueber II, p. 477, no 57 ; Babelon, Iunia 43 ; Vessberg, pl. II 4 ; Crawford I, p. 517, no 506/1, pl. LXI.

33 Vessberg, pl. IV 1 ; Sydenham, no 970 ; Babelon, Antia 1 ; Zehnacker, Moneta II, p. 1004 sq. et « Premiers portraits réalistes », pl. V 12-14 ; Grueber I, no 4029 ; Crawford I, p. 470, no 455/1, pl. LIV ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 16, 1-6 ; pl. 24, 10-11.

34 Pour le style cf. surtout Porträtgemmen, pl. 24, 11.

35 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 78, 5-6, pl. 83, 4-6 et pl. 84, 8 ; Sydenham, no 1147 ; Babelon, Cornelia 69 ; Zehnacker, Moneta, p. 1006 sq. ; Vessberg, p. 127, pl. III 2-3 ; Crawford I, p. 460, no 439/1, pl. LII.

36 Cf. Alföldi, Caesar in 44 v. Chr. ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 79, pl. 80, 3-5, 10 et pl. 81, 3 ; Zehnacker, Moneta II, surtout pl. XXIV 1056.

37 Cf. Alföldi, « Porträtkunst und Politik », pl. III.

38 De ces représentations de guerriers rendus dans un style linéaire, plusieurs sont citées par V. Scherf, AGDS III, dans la description de la pièce correspondante dans la collection de Braunschweig no 3, tels Furtwängler, AG I, pl. XXIII 24-29et pl. LXI 54 ; Beschreibung, nos 581-584 : ibid., no 582 au graphisme aplati, et Musée Fol II, pl. 69, 5 ; Walters, nos 1000 et 1001 ; le no 953 dérive de la même conception stéréotypée mais est encore plus ancré dans la tradition cubiste et est gravé sur un scarabée très allongé. Un développement plus hellénisé est annoncé en revanche par la sardoine no 980 (ibid.) ; cf. d’autres guerriers à Vienne, E. Zwierlein-Diehl, Catalogue, nos 118-120. Avec justesse Furtwängler, AG III, p. 235, avait reconnu dans ce groupe d’intailles, surtout celles avec le héros accroupi, une représentation d’un Romain tel P. Decius Mus (cf. Tite-Live 8, 6, 9). S’il me semble impossible d’identifier ce héros de l’histoire romaine, on peut admettre qu’il date sans doute de cette époque. Cf. W. Martini, Die etruskische Ringsteinglyptik, Heidelberg, 1971, p. 18 sq., 90 sq., pl. 6, 2, qui situe ces intailles dans un atelier étrusque ayant subi l’influence de l’Italie du Sud. Mais nous ne pouvons nous abstenir de scruter le contexte historique de ces pierres, manifesté déjà dans leurs légendes, cf. ci-dessous, note 39.

39 Cf. l’intaille conservée à Braunschweig, inscrite « VIBIA C F » ; celles conservées à Berlin, no 581, inscrite « COR » (Zwierlein-Diehl, AGDS II, no 335, probablement l’abréviation du nom patricien Cornelius) et à Vienne, no 118, citée ci-dessus, inscrite « ARVPSPE ». Le nom Vibius, qui selon Scherf n’apparaît qu’au ier siècle avant J.-C., était porté en 212 par un préfet de cohorte d’origine paeligne, cf. Tite-Live 25, 14 4 et 13 ; Valère Maxime 3, 2, 20 ; les Paeligni étaient des alliés de Rome déjà avant 300 avant J.-C.

40 Cf. surtout l’exemplaire du musée Fol cité ci-dessus et celui de Berlin, no 582. Ces derniers surtout marquent une nuance plus avancée dans le temps que la « Ringsteinglyptik » du ive siècle, dans laquelle Martini, op. cit. (note 38), situe notre groupe, en contraste avec Mme Zwierlein-Diehl qui admet la première moitié du iiie siècle. Quant à notre intaille, elle serait un peu plus tardive que le groupe de celles avec des guerriers accroupis. La forme du casque (cf. Guepin, BABesch 41, 1966, p. 71) et la tendance à remplir les espaces vides sont cependant les mêmes. Mais la rondeur du corps qui se détache des bords trahit déjà une tendance au plasticisme de la glyptique grecque du iiie siècle (cf. l’Apollon à Oxford, Boardman-Vollenweider, no 336).

41 Hauteur 1,415 m. Cf. Kaschnitz-Weinberg III, p. 386 sq., pl. 101 ; Messerschmidt, RM 43, 1928. p. 147 sqq. ; Giglioli, pl. 250 et 251 ; Helbig, p. 736 (3e éd., p. 639) [T. Dohrn] avec bibliographie.

42 Cf. pour le rôle de la ciste Ficoroni comme œuvre d’art faite à Rome à la fin du ive siècle avant J.-C., T. Dohrn, Die ficoronische Ciste (MAR XI), Berlin, 1972.

43 Cf. Furtwängler, AG I, pl. XXII 54-58 ; exemples antérieurs, AG I, pl. XII 62-63.

44 Cf. les scarabées du ve siècle, Zazoff, Etruskische Skarabäen : pl. 12, no 34 ; pl. 14, nos 44-45 ; pl. 15, nos 46, 48 ; pl. 16, no 53.

45 Cf. pour les intailles en verre convexes montrant ce sujet : J. Bleicken, « Coniuratio », JNG 13, 1963, p. 51 sqq., pl. VIII ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 40, 1-2 ; Vollenweider, Catalogue Genève II, no 90, avec d’autres exemples cités ; Furtwängler, Beschreibung, nos 1135 (AG I, pl. XXVII 34) et 1136. Quant aux monnaies avec le même sujet, cf. A. Alföldi, « Die Penaten, Aeneas und Latinus », RM 78, 1971 : p. 16 sqq. ; pl. 51, 1-2 et pl. 1, 7 ; pl. 7, 2-3, 5 ; pl. 9, 6-7 ; pl. 12, 2, 6-7, 9, 11 ; pl. 15, 2-3, 6-7, 10-11, avec bibliographie ; cf. aussi A. Alföldi, « Hasta-Summa Imperii », AJA 63, 1959, p. 66 sqq.

46 Le même casque corinthien lisse et rond, distingué par une seule crête, apparaît aussi sur l’effigie de Scipion l’Africain sur les monnaies de Cornelius Blasio : cf. Sydenham, no 561 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 40, 3, 5-6, pl. 41, 1-4, 6-7, 9 et 11.

47 Cf. H. H. Scullard, Roman Politics, 220-150 BC, Oxford, 1951, p. 46 sqq. ; P. Cassola, I gruppi politici romani nel iii secolo avanti Christo, 1962.

48 Cf. Plutarque, Fab. Max. 4.

49 Ibid. 5.

50 Sur la croyance selon laquelle les Fabii descendaient du héros Hercule cf. RE VI, col. 1740, Fabius [Groag]. Contre le propos de Groag, selon qui l’attribution de l’ascendance des Fabii à Hercule est une invention du début de l’Empire, cf. la massue sur les quadrans de Q. Fabius Labes : Sydenham, no 533 a ; Grueber II, p. 265, no 501 ; Babelon, Fabia 3.

51 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 40, 9 et p. 62 ; cf. O. E. Ravel, Descriptive Catalogue of the Collection of Tarentine Coins formed by M. P. Vlasto, Londres, 1947, nos 963-970.

52 Cf. Plutarque, Fab. Max. 22.

53 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 26, 8-13 et les têtes apparentées, pl. 27, 1-3, 5 et p. 33 sqq.

54 À propos des surnoms donnés aux personnages, notamment à des Romains de la République, cf. H. Jucker, « Der Ring des Kaisers Galba », Chiron 5, 1975, p. 360 sq.

55 Ce type correspond à un canon de l’art italique connu déjà du premier graveur qui travailla en Italie (cf. l’Athéna au Metropolitan Museum : Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 1, 4 ; de même que la tête avec pileus, plus tardive, sur un scarabée du Museum of Fine Arts, ibid., pl. 2, 7 et une monnaie d’or de Vetulonia à Florence, ibid., pl. 2, 8). Cette constance de style se prolonge encore avec une tête de Victoire (ibid., pl. 15, 3 et certains portraits, pl. 12, 3 et pl. 20, 5-7).

56 Thomsen, Early Roman Coinage I, p. 89 sq., no 137 ; Sydenham, no 97.

57 Cf. I. Scott Ryberg, MemAmAc 22, 1955, p. 22 sq. ; Helbig II, no 1605 [T. Dohrn] ; A. Andren, Architectural Terracottas from Etrusco-Italian Temples, Lund, Leipzig, 1939-1940, p. 350 sqq. ; Th. Kraus, Das römische Weltreich, Propyläen Kunstgeschichte II, p. 152 et pl. 5.

58 Cf. Sydenham, no 596 ; Babelon, Porcia 5 ; Grueber II, p. 303, no 657 ; Crawford, p. 351, no 343, pl. XLV, propose la date de 89 avant J.-C.

59 Cf. D. Levi, I Canopi di Chiusi, Critica d’arte I, 1935-1936, p. 18 sqq., surtout pl. 9.

60 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 7, 8, un guerrier à côté de son cheval, intaille conservée à Copenhague, également représentée dans Furtwängler, AG I, pl. LXIV 75 ; et les bustes réunis des Dioscures : Vollenveider, ibid., pl. 28, 1 ; A. Giuliano, « Busti Feminili da Palestrina », RM 60/61, 1953-1954, p. 172 sqq., pl. 69-73. Les bustes de femmes sont cependant tous voilés et à tranche horizontale, et le profil ondulé du dos est moins incurvé. Un semblable type d’effigie de femme avec un buste renflé survit encore dans celle figurant sur les monnaies d’or de César, Bahrfeldt, Die Goldmünzenprägung, pl. IV 14-16 ; Grueber III, pl. LIII 19.

61 Pour le style cf. surtout W. Martini, Die etruskische Ringsteinglyptik, pl. 17, 1, 3, 5-6 ; E. Schmidt, AGDS I-2, no 1520.

62 Cf. la plus proche de la nôtre, sur une pierre noire montée en bague en or de la collection Warren au Museum of Fine Arts à Boston (Furtwängler, AG I, pl. XXV 51), où un cavalier brandit sa lance contre un cerf s’affaissant, mordu par un chien. Cette bague fut trouvée près du lac de Bolsena. Sa provenance italique est confirmée par une lampe montrant l’empreinte de la même intaille, cf. H. Wollmann, « Eine suditalische Tonlampe mit dem Abdruck eines geschnittenen Steines », RM 45, 1930, p. 29 sqq., fig. 1-2 et p. 33 sqq. la remarque de L. Curtius qui, vainement, s’efforce d’identifier ce chasseur comme Artémis. Cf. ici, la notice 12 pour les cavaliers vus de dos. Pour ceux à la chasse, cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, nos 86, 87, 91-92, 96-100, avec bibliographie, et pour ceux du iiie siècle avant J.-C., ibid., nos 88, 89, 91-92 et Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 40, 4, 7-10, p. 62 sqq.

63 Boardman-Vollenweider, no 370.

64 Vollenweider, BNF I, nos 90 et 95.

65 E. Brandt, AGDS I-1, nos 362, 376-377.

66 Grueber I, no 1143 ; III, pl. XXIX 18 ; Babelon II, p. 186, Q. Marcius Philippus ; Sydenham, no 477 ; Crawford, p. 284 no 259/1, pl. XXXVII.

67 Grueber III, pl. LXXXVII sqq. ; Crawford, pl. XXVII sqq.

68 Sur les chasses royales auxquelles participaient des membres de la noblesse romaine, cf. Catalogue Genève II, no 99.

69 Cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, nos 95, 96-97 avec bibliographie ; cf. Richter, EGR, no 49, l’exemplaire du British Museum ; Walters, no 1049 ; cf. aussi Furtwängler, AG I, pl. XXVII 31, 33, vol. III, p. 284. Le plus apparenté au nôtre est le cavalier sur une cornaline de Munich, E. Brandt, AGDS I-1-2, no 861. Cependant le cavalier y apparaît casqué, mais dans la même position, une main étendue, l’autre tenant les deux lances obliques. Les deux intailles sont étroitement liées, par leur provenance et leur date, et proviennent certainement du même atelier ; cf. également une pâte de verre, d’après un jaspe rouge perdu, dans la collection du musée de l’université de Würzbourg (E. Zwierlein-Diehl, Würzburg, no 127).

70 T. Dohrn, RM 69, 1962, pl. 34, 1, pl. 35, 2, pl. 36, 2 ; A. Giuliano, « Busti Feminili da Palestrina », RM 60/61, 1953-1954, p. 172 sq., pl. 673. Cf. aussi R. Herbig, Die jüngeretruskischen Steinsarkophage, Berlin, 1952, pl. 84 b, l’homme sur le sarcophage à Tarquinia ; cf. aussi Vessberg, pl. XX 8 où les cils soulignés rappellent ceux de notre intaille. Quant aux intailles, cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 28, où les boucles entourant la tête correspondent à de pareilles coiffures observables sur des terres cuites, ibid., pl. 28, 2.

71 Pour les equites en campagne cf. C. Nicolet, « Les equites campani et leurs représentations figurées », MFR LXXIV, 1962, p. 463 sqq. Cf. E. T. Salmon, Samnium and the Samnites, Cambridge University Press, 1967, p. 142, et la reproduction de la peinture à Capoue d’un cavalier samnite du ive siècle ; ibid., p. 129, deux statuettes avec des cavaliers sont mentionnées au musée de Chieti.

72 À ce sujet nous n’avons qu’à relever les différences entre les types de portraits dans une seule émission monétaire. Sur nos pâtes de verre, les traits communs importants peuvent être relevées : grand nez, menton formant un angle aigu, traits aussi caractéristiques que le nez retroussé pour l’iconographie de Pompée. Ces répliques sont regroupées dans Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 20, 1-7.

73 Ibid., pl. 20, 1 et 3.

74 Cf. Schweitzer, Bildniskunst, fig. 12 et 14 ; Vessberg, pl. LXVIII 3-4, p. 227 sq., selon lui de l’époque de César ; Hekler, Bildniskunst, p. 138 ; Curtius, Die Antike, 1931, p. 243 sq. ; West, p. 51, pl. XI.

75 Cf. Schweitzer, Bildniskunst, fig. 85-86 et 91, et p. 72 sqq.

76 Cf. Vessberg, p. 132 sq. ; pl. IV 8-10 et V 1-2 ; également dans Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 34, 5 et 12. L’image montre avec la plus grande probabilité Aulus Postumius Albinus, consul en 99 et légat de Sylla en 89. Pour la datation de la frappe au début des années 40, d’après Alföldi, « Zeitfolge », p. 25, en l’année 49 ; d’après Sydenham, no 943 A, en 49-48 ; d’après Crawford, no 450/3 b, de l’année 48 avant J.-C.

77 Vessberg, p. 128 sq., relève qu’il est probable que le portrait des effigies monétaires représente C. Coelius Caldus, consul de l’année 94. Quant à la frappe de la monnaie, les opinions des érudits diffèrent de plusieurs années. Sydenham propose une date vers 62 avant J.-C. ; Alföldi (« Zeitfolge », p. 17 sqq. et pl. XIX 7 sqq.), Babelon et Mommsen, vers 54 ; Crawford (no 437/1 a) la date de 51 avant J.-C. Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 22, 5-8, pl. 23 et pl. 24, 1-8.

78 Sur les frappes d’Antius Restio, cf. le no 6 du présent catalogue, note 33.

79 Cf. Vessberg, pl. IV 2-7 ; Alföldi, « Zeitfolge », p. 15 sqq. et pl. XX 3-7 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 21, 5 et 7.

80 Vessberg, Studien, p. 255, pl. 80, 1-2 ; Schweitzer, p. 106, 108, 113 ; Helbig I 4, no 158 [H. von Heintze] avec bibliographie.

81 Cf. Crawford, no 437, p. 457 sq., pl. LII 15-16. Ces portraits se situent d’après Crawford entre les années 51 et 47 avant J.-C. Pour Coelius Caldus, Crawford, no 455/1 a. Mais le rapport est plus proche avec celui de Pompeius Rufus et celui de Sylla, ibid., pl. LII, no 434/1, daté p. 456 de l’année 54. Cf. l’exemplaire d’une collection privée en Italie, Porträtgemmen, pl. 22, 4 et pl. 23, 1. Pour Antius Restio, cf. ici, no 15, note 93 ; pour Marcellus, note 94.

82 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 21, 5 et 7, pl. 36, 7-8, 9-10 ; Sydenham, no 908 ; Alföldi, « Zeitfolge », p. 29.

83 Cf. Porträtgemmen, pl. 63, 3-4, 5-6 ; Alföldi, « Zeitfolge », p. 18 sq. ; Sydenham, no 919 ; Babelon, Marcia 28 ; Grueber I, no 3890 ; Crawford, no 425/1, pl. LI, p. 448, daté de l’année 56.

84 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 33, 6-7 ; pl. 34, 5-12 ; Sydenham, no 943 ; Babelon, Postumia 13 ; Grueber I, no 3966 ; Crawford, p. 66, nos 450/3 a et 450/3 b, pl. LIII, 16 ; Vessberg, p. 132 ; Zehnacker, « Premiers portraits réalistes », pl. V6 sqq. ; Moneta II, p. 1002 sqq.

85 Cf. ici fig. 14 a, Coedius Caldus (cf. Porträtgemmen, pl. 22, 4), collection privée, Italie, photographie dans la collection de M. L. Vollenweider, et fig. 14 b, Faustus Cornelius Sylla (cf. Porträtgemmen, pl. 21, 7), Paris, BNF, Cabinet des médailles AF 2287.

86 Suétone, Div. Iul. 45.

87 Cf. aussi la tête au British Museum, Walters, no 1190 ; Furtwängler, AG I, pl. XXXIII 14 et vol. III, p. 166 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 6-5 ; Richter, EGR, no 683.

88 Cf. Vessberg, pl. LXVIII 3-4 et surtout la tête du Metropolitan Museum, Schweitzer, Bildniskunst, fig. 80, 84.

89 Cf. Suétone, Div. Iul. 48, d’après lequel des Palliati, donc des Grecs, partageaient ses repas. Pour son entourage cf. AK III, 1960, p. 81.

90 Le traité De virtute de Brutus devait dater de ces années (cf. M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, Munich, 1935, 4 vol.) ; selon Drumann-Groebe IV (p. 42, note 14), de la fin de l’année 47 ou un peu plus tard.

91 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 75, 9 et pl. 80, 9, surtout les deniers frappés par M. Mettius ; cf. également Alföldi, Studien über Caesars Monarchie, Lund, 1953, pl. II 2-4. Mais le métal ne peut atteindre le raffinement des gemmes.

92 Cf. Vollenweider, ibid., pl. 74, 5-6.

93 Ibid., pl. 84, 3 et pl. 24, 11. Mais les portraits de Restio sont plus proches de la tradition des portraits italiques, cf. Alföldi, « Zeitfolge », pl. XXXII 9.

94 Cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 58 sq.

95 Ibid., p. 57 ; Furtwängler, JdI III, 1888, p. 303, a conclu également que ce portrait du British Museum, rendu en agrandissement dans Steinschneidekunst, pl. 98, 1-3, ne pouvait être qu’une copie d’une pièce antique connue encore à l’époque de la Renaissance et probablement dans la collection de Fulvio Orsini, cf. Faber, pl. 87 et p. 52 (Illustrium imagines, ex ant. marmor. nomismat. et gemmis epressae, quae exstant Romae, maior pars apud Fulvium Ursinum. Editio altera, aliquot imaginibus et J. Fabri ad singulas commentatio auctor atque illustrator. Theod. Gallaeus delineabat Romae ex archetypis, incidebat Antverpiae 1598. Antw. 1606. Voir aussi l’édition plus ancienne : Imagines et elogia virorum illustr. et erud. ex antiquis lapid. et nomism. expressae cum annotat. ex bibliotheca Fulvii Ursini, Romae 1570, Ant. Lafreriy formeis).

96 Cf. le chapitre sur les trois fils de Dioscouride graveurs, Vollenweider, Steinschneidekunst, p. 65 sqq.

97 Ibid., pl. 58, 1-3, 5 ; Porträtgemmen, pl. 88, 2-5.

98 Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 57, 1-3 ; Richter, Ancient Italy, University of Michigan Press, 1955, fig. 220, p. 71 ; Richter, Three Critical periods in Greek Sculpture, Oxford, Clarendon Press, 1951, fig. 125 et p. 59.

99 Cf. la notice de Pline, HN 37, 8 et Dion Cassius, LI, 3, 6-7 selon lesquels Dioscouride aurait taillé le sceau d’Auguste avec son portrait ; cf. H. U. Instinsky, Die Siegel des Kaisers Augustus, Baden-Baden, B. Grimm, 1962, p. 35 sqq.

100 Pour des rapprochements à faire avec des portraits ptolémaïques cf. Vollenweider, Porträtgemmen, p. 128, surtout note 37.

101 Quant à l’œil saillant en pointe entre les paupières, il est caractéristique d’autres effigies des années cinquante même à Rome, et même avant cette date cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 18, 1, pl. 19 ; cf. aussi les portraits de C. Coelius Caldus, surtout pl. 22, 4, d’Ancus Marcius, pl. 63, 4, cf. le portrait à Peronne, pl. 67, 3-4.

102 Cf. Seyrig, op. cit. (bibliographie ci-dessus), p. 53.

103 Cf. no 14 du présent catalogue ; pour l’améthyste du Metropolitan Museum, cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 77. Pour les autres portraits de César, ibid., pl. 78-86.

104 Cf. Seyrig, op. cit., p. 53, qui cite pour ces couronnes de fêtes alexandrines E. Breccia, « Ghirlandomania alessandrina », dans Musée égyptien III, 1915, p. 13 sq. ; P. Perdrizet, Les Terres cuites grecques d’Égypte de la collection Fouquet, Nancy, 1921, p. xxiv ; cf. aussi Vollenweider, Porträtgemmen, p. 128 sq. et p. 135 sur l’adolescent avec la même couronne dans la collection Luynes au Cabinet des médailles, représenté dans Vollenweider, BNF I, no 156, fig. 155.

105 Pour César descendant de Vénus et imbu de la grâce de Vénus ou d’Aphrodite, cf. R. Schilling, La Religion de Vénus, Paris, E. De Boccard, 1954, p. 306 sqq. ; Dion Cassius XLIII 43, 3 ; Appien, B.C. II 104, 430-431 ; Suétone, Div. Iul. 6 ; cf. G. Ch. Picard, Les Trophées romains, Paris, E. de Boccard, 1957, p. 165 sqq. Les Imperatores épaphrodites : Cerfaux et Tondriau, p. 286 sq. Caelius désigne César dans une lettre adressée à Cicéron (Ad. fam. VIII 15, 2) « Venere Prognatu », cf. Weinstock, Divus Julius, p. 15 sqq.

106 Pour la politique cosmique et universelle de César cf. Vollenweider, Porträtgemmen, p. 236 et pour l’évidence du globe sur les monnaies, « Un symbole des buts politiques de César », Genava XVIII/1, 1970, p. 49 sqq. À ce symbole s’ajoute l’assimilation de César à Jupiter, l’érection de sa statue sur le globe, Weinstock, Divus Julius, p. 40 sqq.

107 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 89, 1, 2 et 4 ; R. Righetti, « Gemme del Museo Nazionale Romano alle Terme Diocleziane », RendPontAcc XXX-XXXI, fig. 67 et p. 622.

108 Musée Fol, no 3000, pl. LXXXVIII 11 ; Vollenweider, Genava VIII, 1960, p. 141, no 9 et fig. p. 147 ; Porträtgemmen, pl. 90, 3 et 15 ; Catalogue Genève II, no 133.

109 Malgré les diversités dues surtout aux différences de caractère, une parenté évidente peut être établie, notamment dans le traitement du front bosselé au-dessus du nez, puis fuyant et recouvert par la chevelure enveloppante. Nous observons cette même particularité sur la cornaline du Metropolitan Museum of Art où nous avons voulu reconnaître le portrait de Caton (Porträtgemmen, pl. 91, 1-3) mais aussi dans la grande sculpture.

110 Crawford, pl. LXII, no 516/1, p. 524, daté de l’année 41, la monnaie avec « Pietas » au verso. La chevelure y est la même avec les mèches s’avançant au-dessus du front ; pour le même type cf. Babelon, Antonia 43-46 ; Grueber II, p. 402, no 69 ; III, pl. CIV, 6.

111 Musée de l’Ermitage, inv. 1467 : cf. Furtwängler, AG I, pl. XLVII 32 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 60, 1-3 et p. 91-93.

112 Walters, no 2044 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 60 4-6.

113 Gori I, pl. XXIV, 6 ; Porträtgemmen, pl. 59, 1-3.

114 Porträtgemmen, pl. 115, 4, 8-9 ; pl. 125, 1, 4-5.

115 Porträtgemmen, surtout pl. 118, 1, 3 et 5.

116 Ibid., pl. 110 ; pl. 136, 4.

117 Cf. les camées cités note 6, Porträtgemmen, pl. 110 : un camée en olivine du musée du Capitole à Rome, de 18 mm de hauteur ; le second, pl. 136 : moulage de la collection Cades d’un camée disparu, de 10 mm de hauteur.

118 Pour l’iconographie de Cicéron, cf. Vessberg, p. 216 ; Schweitzer, Bildnisse, p. 93 sq. ; le nôtre dérive par des intermédiaires du type du musée du Capitole (Schweitzer, fig. 142).

119 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 61, 7 et 12.

120 Ibid., pl. 91, 8-9.

121 Cf. Mattingly, BMC Empire IV, pl. 93, surtout les nos 17-19, p. 707, no 111 sqq., datés autour de l’année 183 env.

122 Zehnacker, Moneta II, p. 1038 sqq. ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 93, 10 ; Vessberg, pl. IX 1.

123 Porträtgemmen, pl. 120, 2 ; Zehnacker, ibid., p. 1045 sqq.

124 Porträtgemmen, pl. 96, 1-7.

125 Ibid., pl. 77 ; pl. 78, 1.

126 Cf. Richter, MMA Catalogue, no 481 avec bibliographie, et EGR, no 42 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 86, 1-3.

127 Cf. ceux derrière l’oreille sur notre portrait et quelques mèches au-dessus de l’oreille du « Caton » ; les deux montrent des lignes abruptes.

128 La tranche du cou est très ressemblante à celle du « Caton », chez qui, toutefois, l’épaule et la cavité de la poitrine sont plus marquées. Quant à la largeur du cou, elle présente une certaine analogie avec celle du portrait de Sextus Pompée, cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 111, surtout 2, également pour le pli traversant le cou ainsi que pour le contour de la tête ronde. Cf. aussi, malgré une certaine variante, la tête de Marc Antoine, ibid., pl. 126, 1 et 4, et ici no 30.

129 E. Zwierlein-Diehl, AGDS II, Berlin, no 418 avec bibliographie ; Furtwängler, Beschreibung, no 6984 ; AG I, pl. XLVII 40, XLIX 26, LI 27 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 114 ; Steinschneidekunst, pl. 29, 1, p. 39.

130 Porträtgemmen, pl. 115, 5-6.

131 Ibid., pl. 115, 4 et 8 ; Fossing, no 1972.

132 Porträtgemmen, pl. 3 et 7.

133 Nous avons déjà illustré la grande différence des types monétaires par exemple pour le portrait de L. Antonius (Porträtgemmen, pl. 84, 115).

134 Cf. surtout le buste de Venise, G. Traversari, I ritratti, Museo Archeologico di Venezia, Roma, 1968, no 10 ; Schweitzer, Bildniskunst, p. 86, 88 sq., 117, 131, 145et fig. 121-123 ; Vessberg, p. 136, voit surtout la position des cheveux retombant en longues mèches sur l’occiput et repliant leurs pointes vers la nuque. Pour l’iconographie de Pompée, cf. F. Poulsen, Billeder af Pompejus og Caesar, Copenhague, 1935, p. 8, fig. 7-8.

135 Vollenweider, Catalogue Genève II, no 135.

136 Pour les portraits de Brutus, cf. surtout les monnaies en or (Porträtgemmen, pl. 90, 5-7) où le muscle traverse le cou avant de s’enfoncer dans une base sur laquelle repose le buste. Cf. aussi Vessberg, pl. IX 1 ; un peu différent est le portrait de Labienus, Vessberg, pl. IX 5-6.

137 Chez Domitius Ahenobarbus (Vessberg, pl. IX 4 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 102, 2-4 ; cf. aussi certains types de portraits de Livineius Regulus, pl. 56, 4 et 57, 1 à 15), le cou est plus court mais plus épais et la tranche est caractérisée par un angle ouvert.

138 Pour Marc Antoine les variétés sont grandes mais certains types se rapprochent du nôtre par le cou large et assez long (Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 123, 7 et l’intaille pl. 126, 1-2 que nous avons comparée à des frappes effectuées en Gaule). Quant au cou seul, ce sont surtout des portraits d’Octavien des années postérieures à la bataille d’Actium qui montrent la plus grande ressemblance (cf. Vessberg, pl. IX 9). Malgré cela, nous ne sommes pas obligée d’admettre une date aussi tardive pour notre intaille, dont le portrait ressemble davantage aux têtes antérieures de Marc Antoine (Porträtgemmen, pl. 126, 1 et 4).

139 Pour le type de ces bagues, cf. ci-dessus celle de la collection de Clercq (no 4), d’une date antérieure. La nôtre, qui se rétrécit vers le haut, fut en faveur spécialement à la fin de l’époque hellénistique. Sa forme revient sur les bagues apparaissant au-dessous de la tête d’Octavien, qui manifesta ainsi son adoption par César. Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 145, 6, 12, 15, 17. Il était donc contemporain de notre bague. Cf. aussi Marshall, FR, no 391 sqq., avec bande en or relevée autour du chaton, et no 396, pl. XII.

140 Cf. Porträtgemmen, p. 155 sqq.

141 Ibid., pl. 54, 1-36.

142 Cf. ici le no 14.

143 Porträtgemmen, pl. 119, 2 et p. 161 sq.

144 Le fait que la bague en or était considérée comme une distinction des equites, c’est-à-dire des membres de l’ordre équestre, et que les généraux – nostri Imperatores (Cicéron, Verr. III 185) – avaient le privilège d’en faire don (cf. A. Alföldi, Der römische Ritterstand und seine Ehrenabzeichen, Baden-Baden, 1932, p. 26 sqq. ; A. Stein, Der römische Ritterstand, Munich, 1927, p. 35 sqq.) nous fait admettre qu’il en fut de même pour notre bague. Et comme elle est ornée d’un portrait, on peut d’autant mieux supposer que celui-ci représente le donateur, le général lui-même.

145 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 35, 9.

146 L’usage des deux formes de l’u, d’abord la lettre grecque v, ensuite en latin s, peut sembler bizarre. Les deux S qui se suivent, caractérisés par de courtes barres horizontales, rappellent d’autre part des légendes romaines plutôt de la fin du iie siècle avant J.-C., cf. Grueber I, no 1035 ; III, pl. XXVIII 12 ; Crawford, p. 290, no 266/2, pl. XXXVIII. On peut remarquer que les images encore de cette époque révèlent quelquefois aussi l’omission de la barre horizontale de la lettre A. Sur des monnaies du iie siècle cette barre est tantôt omise (cf. Crawford, pl. XXXVIII 262/1), tantôt remplacée par un point (ibid., pl. XXXIII 210/1 ; pl. XXXIV 215/1). Les petites barres aux extrémités des lettres sont encore maintenues au milieu du ier siècle avant J.-C. (cf. Crawford, pl. LVI 476/1 a).

147 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 93, 1-3, le nicolo du Metropolitan Museum et ibid., pl. 101, 1-3, la cornaline de Munich ; Alföldi, qui dans « Porträtkunst und Politik », p. 162 sq. et pl. II 6, fait l’essai convaincant d’attribuer ce portrait à Cassius ; cf. E. Brandt, AGDS I-3, no 2239 ; cf. d’autres représentations hellénistiques tardives de Mercure à Munich, ibid., no 2297 et les autres exemples cités par l’auteur à Berlin. Furtwängler, Beschreibung, no 6941, cf. aussi no 6940 ; cf. Walters, nos 1416 et 1419 ; Richter, MMA catalogue, nos 291-292 et Vollenweider, BNF I, les nos 153 et 157.

148 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 98, 8.

149 Cf. Richter, EGR, nos 468-469.

150 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 99, 1.

151 Cf. Vessberg, pl. XIV 5 et p. 165 sq. ; Alföldi, « Porträtkunst und Politik », pl. I, p. 153 sqq., 11-13 ; cf. Crawford, p. 100 et p. 522, no 513, qui propose comme date 41 avant J.-C. ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 119, 4-6.

152 Cf. Sydenham, no 1084.

153 Cf. ici no 41

154 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 131, 10, pl. 133, 5 ; cf. aussi Banti-Simonetti II, p. 93, no 2/1, p. 81, no 27/3.

155 Porträtgemmen, pl. 135, 13 ; Svoronos, no 1897 et pl. LXIII 22-23.

156 Porträtgemmen, pl. 135, 2.

157 Ibid., pl. 134, 2 ; Furtwängler, Beschreibung, no 5074.

158 Cf. Kaschnitz-Weinberg, « Marcus Antonius… », Ausgewählte Schriften II, p. 67 sqq. ; cf. surtout pl. 46, 1 et pl. 47, 1, la tête de la statue monumentale en calcaire au Caire.

159 Cf. Vollenweider, BNF I, no 225.

160 Cf. Kaschnitz-Weinberg, op. cit., pl. 45, 2-3, l’aureus à Berlin ; Sydenham, no 1209 et les variantes de la frappe de Marc Antoine et de M. Iunius Silanus de l’année 34 environ ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 135, 3-5. De même que chaque coin de monnaie diffère des autres, l’intaille aussi offre une légère variante des monnaies citées.

161 Cf. Furtwängler, Beschreibung, no 4243, avec la même position du corps et des jambes. Le Persée brandissant la tête de Méduse est un thème fréquent selon Langlotz (Der triumphierend Perseus, Cologne, 1960, p. 16 sq.) surtout en Grande-Grèce (fig. 2 et pl. 7, 8, 1 ; pl. 13, 3 ; pl. 14 : le Persée de Cellini) ; voir aussi K. Schauenburg, Perseus in der Kunst des Altertums, Bonn, 1960, et T. Dohrn, RM 55, 1959.

162 Zwierlein-Diehl, Catalogue Vienne, no 104.

163 Furtwängler, Beschreibung, no 4236.

164 E. Langlotz, Der triumphierend Perseus, p. 17 sq., pl. 9.

165 Voir note 161.

166 Cf. Marshall, FR, no 391 sq. ; Vollenweider, Catalogue Genève II, p. 81, no 76 avec d’autres exemples cités et p. 135, no 135 ; les représentations de la bague d’adoption d’Octavien par César sur des intailles, nos 175-176 et Porträtgemmen, pl. 145-146.

167 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 26, 8 et 11.

168 Cf. le portrait de général provenant de Tivoli au musée des Thermes : Schweitzer, Bildniskunst, no B 6, fig. 63, 65-66 et p. 60 sq. ; Vessberg, pl. 49 ; W. Technau, Kunst der Römer, p. 62, fig. 45 ; cf. aussi la statue de C. Ofellius trouvée à Délos, Michalowski, Délos, p. 21, fig. 13 ; Buschor, Das hellenistische Bildnis, Munich, 1949, p. 41 ; Richter, Three Critical Periods in Greek Sculpture, Oxford, Clarendon Press, 1951, p. 54, fig. 111, 112 ; Hafner, A 24, p. 72 sq., pl. 31.

169 À noter la différence entre les nicolos de l’époque hellénistique à surface plate et généralement de teinte plus claire et ceux en vogue durant l’Empire romain, caractérisés par leurs bords en biseau.

170 Naples, Museo Nazionale, inv. 25218 ; cf. Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 47, 1-2, 7.

171 Cf. Kyrieleis, Bildnisse der Ptolemaer, Berlin, 1975, pl. 59, 3-4, H 3, p. 70 sq. et p. 175 qui la situe dans l’iconographie de Ptolémée X. Mais nous retenons toujours l’ancienne identification avec Marc Antoine, cf. Vollenweider, Catalogue Genève II, no 157 ; Kaschnitz-Weinberg, « Marcus Antonius… », Ausgewählte Schriften II, p. 67, pl. 46, 1 et 47, 1 ; O. Brendel dans Hommages à A. Grenier, 1962, p. 360 sqq., pl. 74 et les autres exemples cités par Kyrieleis.

172 Cf. Vollenweider, Porträtgemmen, p. 180 sqq. ; D. Michel, Alexander als Vorbild für Pompeius, Caesar und Marcus Antonius, Bruxelles, 1967, p. 114 ; Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, Ann Arbor, 1988, p. 45-46.

173 O. Vessberg, Studien zur Kunstgeschichte der Römischen Republik, 1941, p. 231 sqq. Encore davantage que le volume compact de ces têtes, Vessberg relève leur détermination linéaire.

174 Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 17, 1, pl. 135, 1-3, 4-8, 13.

175 Ibid., pl. 130, 10.

176 Ventidius célébra en 38 à Rome un triomphe sur les Parthes et décéda peu de temps après, honoré de funérailles publiques.

177 Drumann-Groebe I, p. 324 sqq. ; RE VIII a, col. 795, Ventidius.

178 Pour la composition des deux rangées de mèches, l’une couvrant le sommet de l’occiput et superposée sur la seconde, cf. Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 120, 1, 6, pl. 119, 7-10. Cf. aussi le portrait que nous avons accueilli dans l’iconographie de Marc Antoine, pl. 129, 1-3, qui est encore plus stylisé et plus raffiné mais où le sourcil est marqué autant que les lèvres aux bords soulignés et qui accuse cette même séparation du front bombé et du nez aquilin.

179 Cf. ibid., pl. 101, pl. 102, 3.

180 Cf. ibid., pl. 92.

181 Boardman, Ionides Collection, no 18 ; Vollenweider, Porträtgemmen, pl. 137, 3 et 5.

182 Richter, MMA Catalogue, no 463 ; Vollenweider, Steinschneidekunst, pl. 43, 1-3.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540