Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Préface

Michel Amandry

Texte intégral

  • 1 U. Kampmann, Münzen Revue 6/96, p. 30-32 ; J. Spier, SNR 75, 1996, p. 281-284 ; A. Invernizzi, Meso (...)

1En 1995, Marie-Louise Vollenweider publiait le tome I de Camées et Intailles, dédié aux portraits grecs du Cabinet des médailles. Ce premier tome a été fort bien accueilli, comme en témoignent les nombreux et riches comptes rendus qu’il a suscités1.

2Mais les critiques, inévitables, n’ont toutefois pas manqué. Elles ont porté sur la bibliographie, qui n’était pas à jour. Le manuscrit était prêt au début des années quatre-vingt et il n’était pas question, sauf ajustements réalisés par M. Avisseau-Broustet, de le dénaturer. Elles ont surtout porté sur certaines interprétations, jugées trop audacieuses. Marie-Louise Vollenweider est allée très loin dans ses identifications et n’a pas hésité à courir le risque d’être taxée de témérité. Mais elle ne cache jamais ses hésitations et ses suggestions donnent toujours à réfléchir.

3Il en va de même pour ce deuxième tome, conçu selon les mêmes principes que le premier. Le nombre de pierres est sensiblement le même : 275 contre 283. On sera sans doute étonné que le Grand Camée de France ne soit pas la pièce centrale de cet ouvrage. Figurant pour la première fois dans l’inventaire du trésor de la Sainte Chapelle en 1341, peinte par Rubens en 1626, entrée dans les collections du Cabinet pendant la Révolution, cette œuvre est unique, tant par sa taille que par son sujet. Mais M.-L. Vollenweider n’avait pas eu le temps de rédiger le chapitre qu’elle souhaitait lui consacrer. Publié par J.-B. Giard en 1998, le Grand Camée ne pouvait toutefois pas être écarté de ce volume, d’autant que M.-L. Vollenweider n’aurait sans doute pas privilégié la même interprétation que celle que propose J.-B. Giard. Il revenait donc à M. Avisseau-Broustet de rassembler des remarques éparses dans l’œuvre de M.-L. Vollenweider afin de présenter l’état de sa réflexion sur cette gemme.

4Comme pour le premier tome, mes remerciements vont au pôle recherche de la Mission scientifique de la direction des Services et des Réseaux, à la direction des Collections, enfin à la délégation à la Diffusion culturelle dont le service des éditions assure avec talent la réalisation de ce volume.

Notes de fin

1 U. Kampmann, Münzen Revue 6/96, p. 30-32 ; J. Spier, SNR 75, 1996, p. 281-284 ; A. Invernizzi, Mesopotamia XXXI, 1996, p. 277-282 ; F. de Callataÿ, « Numismatique et glyptique. Une analyse critique du livre de Marie-Louise Vollenweider », Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain XXX, 1997, p. 137-149 ; F. Queyrel, « Iconographie hellénistique : pour une méthodologie des identifications », RN 152, 1997, p. 429-451 ; id., « Problèmes d’iconographie lagide », RA 1998, 1, p. 206-215, pour ne citer que les principaux.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540