Version classiqueVersion mobile

Trésors monétaires XXVIII

 | 
Frédérique Duyrat

Le trésor d’argent de la Jeanne-Élisabeth (1755). Un regard sur le commerce des piastres au milieu du xviiie siècle

Étude

Jérôme Jambu, Marine Jaouen, Maryse Blet-Lemarquand et Francine N’Diaye

Résumé

Le navire de commerce la Jeanne-Élisabeth sombra le 14 novembre 1755 au large de Maguelone (Hérault), alors qu’il joignait Marseille (France) depuis Cadix (Espagne). Il transportait essentiellement 200 tonneaux de blé et 24 360 piastres. Malgré son pillage au début des années 2000, l’épave a révélé lors de sa fouille un ensemble de 4 000 pièces d’argent de 8 et de 4 réaux, frappées dans les ateliers hispano-américains de Lima, Mexico et Potosí au cours de la première moitié du xviiie siècle. Cette extraordinaire trouvaille, à laquelle s’ajoutent plusieurs sources archivistiques, témoigne du commerce du métal blanc faisant prime en Méditerranée occidentale au milieu du xviiie siècle. L’étude des pièces de monnaie du premier trésor maritime moderne français confié à des services culturels, associée à celle des archives, révèle qui furent les vendeurs et les acheteurs de ces espèces, en quelles quantités, à quelles fins, etc. Et l’on voit des relations se tisser et un réseau se construire entre marchands français basés en Espagne, affréteurs et intermédiaires marseillais et montpelliérains, clients genevois, acheteurs lyonnais, niçois et génois, etc., apportant des éclairages sur les modalités, les risques et le bénéfice de ce type commerce. Ces pièces permettent de porter un regard nouveau et complet sur le commerce des métaux précieux au siècle des Lumières, dans lequel la France avait une position centrale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je tiens à adresser mes plus vifs remerciements à toutes celles et ceux sans qui la réalisation de cette étude et l’écriture de cet article n’auraient pas été possibles. En premier lieu à Marine Jaouen, responsable du chantier de fouilles qui, dès notre premier contact, m’a témoigné toute sa confiance pour me confier l’étude de ce trésor unique. Je remercie également le directeur du Département de recherches archéologiques sous-marines et subaquatiques (DRASSM), Michel L’Hour, et la directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF), Frédérique Duyrat, qui m’ont laissé toute latitude et ont mis à ma disposition les moyens nécessaires à mes recherches. Marion Delcamp, Morgane Saint-Jouen, Sabrina Valin et Nicolas Joniaux, étudiants, stagiaires et vacataires à la BnF, ont été les petites mains dont je n’aurais pas pu me passer pour réaliser le long et fastidieux inventaire des monnaies. Un remerciement tout particulier est enfin ...

Auteurs

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search