Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Camées et intailles. Tome II

 | 
Marie-Louise Vollenweider
, 
Mathilde Avisseau-Broustet

Avant-propos

Jean-Noël Jeanneney

Texte intégral

1La collection de pierres gravées du département des Monnaies, Médailles et Antiques est exceptionnelle en nombre (10 000 objets environ). Dans cet ensemble, les camées et intailles antiques ont été privilégiés par ses mécènes et au fil des acquisitions.

2Des œuvres d’art figurant dans tous les manuels scolaires ont ainsi rejoint le quadrilatère Richelieu, offertes aux regards des visiteurs du musée ou sagement rangées dans des tiroirs qui s’ouvrent aux chercheurs.

3Mais exposer au grand public ou montrer aux spécialistes ne suffit pas. Il faut aussi expliquer, transmettre un savoir, faire partager une passion. Marie-Louise Vollenweider, grande spécialiste de la glyptique, a publié en 1995 le premier volume des portraits sur pierres dures du département consacré à la période grecque. Ce nouveau volume traite de la période romaine.

4Les portraits figurant sur ces calcédoines, grenats, cornalines, sardoines et autres améthystes se retrouvent souvent sur la monnaie. De la République au ive siècle, de la naissance du portrait romain à sa disparition, quand la fonction l’emporte sur la personne, les attributs du pouvoir sur les traits individualisés, ce volume permet de parcourir toutes les étapes d’une histoire.

5On s’attachera bien sûr plus particulièrement aux portraits d’Auguste et des membres de la dynastie julio-claudienne. Tout comme le camée d’Alexandre le Grand attribué à Pyrgotélès était emblématique du premier volume, celui d’Auguste attribué à Dioscouride l’est de celui-ci. Il s’agit d’un des plus beaux portraits de ce prince, marqué encore par la tension des portraits républicains, mais annonçant également une phase nouvelle de stabilité et de paix.

6Marie-Louise Vollenweider sera heureuse de voir son travail publié, alors que la maladie l’a empêchée depuis plusieurs années de le mener à son terme. Il est revenu à Mathilde Avisseau-Broustet, conservateur en chef au département des Monnaies, Médailles et Antiques, de compléter les notices qui n’étaient pas achevées et d’inclure dans un chapitre inédit les portraits de la fin de l’Empire.

7Cet ouvrage riche et précieux, magnifiquement illustré, rencontrera, j’en suis certain, le même succès que le premier.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540