Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXVIII

 | 
Frédérique Duyrat

« Le temps de l’Espagne ». La circulation de l’or espagnol dans la France du xviie siècle

Étude1*

Jérôme Jambu

Résumé

L’apparition ces dernières années de deux trésors exclusivement constitués de pièces d’or espagnoles du xviie siècle, l’inventaire et la cartographie de ceux qui en contiennent mis au jour depuis plus de cent ans, ainsi que la découverte de nombreux documents d’archives inédits permettent de reconsidérer le rôle du métal jaune ibérique dans la circulation monétaire française du Grand Siècle. Loin d’être un numéraire d’appoint, les escudos d’Espagne, surnommés « pistoles » en France, ont été la principale source de numéraire aurifère dans le royaume, au point de dicter la politique monétaire de la monarchie en la matière.

The appearance in recent years of two hoards exclusively composed of 17th century Spanish gold coins, the inventory and mapping of hoards containing such coins discovered over more than a hundred years, as well as the discovery of numerous unpublished archival documents, permit the reconsideration of the quantity of Iberian gold in the French monetary circulation of the Grand Siècle. Far from being a supplementary element, the escudos of Spain, know as “pistoles” in France, were the main source of gold in the kingdom, to the point that they dictated the monetary policy of the monarchy in the matter.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction1**

Des espèces espagnoles d’or et d’argent étaient autorisées à circuler, dans le royaume de France, depuis le xvie siècle2. Les principales monnaies castillanes avaient ainsi été tarifées « par provision », avec de nombreuses autres monnaies étrangères, en août 15613, en avril 15714, etc. La grande ordonnance monétaire de septembre 1577, dite « édit de Poitiers », qui faisait de l’écu d’or « au soleil » le pivot du système monétaire, avait confirmé leur circulation, à concurrence avec les espèces françaises5. Au début du xviie siècle, lorsque l’édit de Monceaux (1602) rétablit la livre comme monnaie de compte dans un contexte de raréfaction des métaux dont les prix flambaient, elles étaient bien implantées.

Seules, cependant, des pièces d’or espagnoles, les escudos, furent autorisées à circuler par l’ordonnance de décembre 1614 qui, par ailleurs, décriait la totalité des espèces étrangères6. Ils furent confirmés dans ce statut d’exception par la déclaration de mars 16797...

Auteur

Conservateur, chargé des collections de monnaies étrangères, département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France. Université de Lille, IRHiS, UMR CNRS 8529.
jerome.jambu@bnf.fr
Je remercie Arnaud Clairand pour m’avoir communiqué certains documents d’archives et Jean-Yves Kind pour avoir réalisé les photographies de la plupart des monnaies.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540