Version classiqueVersion mobile

Trésors monétaires XXVII

 | 
Frédérique Duyrat

Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier

Étude

Bruno Foucray et Marc Bompaire

Résumé

Le trésor de Vignacourt a été trouvé fortuitement en 2002. Les inventeurs ont eu le bon réflexe de déclarer leur découverte sans procéder, comme c’est presque systématiquement le cas, au nettoyage des monnaies. Cet ensemble a donc pu être étudié méthodiquement, ce qui s’est révélé essentiel dans la compréhension de sa constitution. Il était formé de deux blocs distincts, originellement enveloppés chacun dans une pièce de tissu, l’un presque entièrement constitué de monnaies d’Amiens, et l’autre où dominaient des monnaies d’Orléans et de Montreuil-sur-Mer. Au total, il contenait 1 237 deniers, 254 demi-deniers et 32 oboles du xie siècle. Il contenait des monnaies royales inédites de Montreuil-sur-Mer et Senlis au nom de Philippe Ier, ainsi que des féodales de Mantes, d’Arras et « à l’hexagramme ». Les études caractéroscopiques ont permis de mettre en évidence les modes de fonctionnement d’ateliers royaux comme Montreuil-sur-Mer, épiscopaux mais de mouvance royale comme Orléans, et féodaux comme Amiens. Ce trésor a aussi permis de mettre en lumière une politique délibérée de production de deniers coupés qui se substituent à l’émission des oboles dans plusieurs ateliers sous le contrôle direct ou indirect du roi, dans la seconde moitié du règne d’Henri Ier et au début de celui de Philippe Ier.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Circonstances de la découverte

C’est en retirant à la bêche le piquet d’un « piège à renard » qu’un chasseur a, le 24 mars 2002, à la lisière d’un bois sur le territoire de la commune de Vignacourt (80)1, déterré une céramique qui contenait un ensemble de monnaies agglomérées en deux blocs distincts2. Informée, la propriétaire du terrain a rapidement pris l’attache du service régional de l’archéologie de Picardie auprès duquel la déclaration de découverte a alors été faite. Quelques monnaies de ce trésor ayant été montrées à l’un d’entre nous, son importance pour la numismatique médiévale est très vite apparue évidente. Il nous a donc été confié en l’état de découverte, cas très rare et qui, dans ce cas particulier, a été essentiel pour la phase d’étude.

Description du dépôt
et mise en condition d’étude

L’ensemble, qui n’avait fait l’objet d’aucun nettoyage particulier, était constitué de deux blocs de monnaies agglomérées ainsi qu’un ensemble de monnaies détachées de ces blocs. Seul r...

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search