Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXVII

 | 
Frédérique Duyrat

Un petit dépôt de monnaies royales du début du xiie siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’oise)

Étude

Bruno Foucray

Résumé

Les fouilles archéologiques réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) ont permis de découvrir un petit ensemble monétaire de sept deniers et une obole de Philippe Ier des ateliers de Paris, Senlis et Dun-le-Roi. Ce trésor, bien que modeste, constitue un intéressant témoignage de l’état de la circulation monétaire dans les premières années du xiie siècle en Île-de-France.

The excavations carried out in 2005 in the church of Marly-la-Ville (Val-d’Oise) led to the discovery of a small hoard of seven deniers and one obol of Philippe I from the mints of Paris, Senlis and Dun-le-Roi. This hoard, although modest, provides interesting testimony to the state of the monetary circulation in the early years of the twelfth century in Ile-de-France.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lors de fouilles préventives menées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville, un petit lot de monnaies fut découvert dans le remplissage d’un silo. Celles-ci se présentaient comme un ensemble aggloméré. Après un premier nettoyage, il est apparu qu’il s’agissait d’un lot de sept deniers et une obole frappés sous le règne du roi Philippe Ier. Les monnaies de cette période se rencontrent rarement à l’unité, et moins encore dans des dépôts. Si celui de Marly est modeste, puisqu’il ne comprend que huit monnaies, il apporte un témoignage intéressant sur l’état de la circulation monétaire du xie siècle, période à propos de laquelle nos connaissances sont encore lacunaires, y compris pour les émissions royales. À titre d’exemple, la découverte récente d’un trésor monétaire double à Vignacourt (80)1 a permis de mettre en évidence, outre des monnaies féodales non répertoriées, des productions inédites des rois Henri Ier (1031-1060) et Philippe Ier (1060-1108).

Composition : les ateliers du dépô...

Auteur

Conservateur général du Patrimoine. Iramat-CEB, UMR 5060, CNRS/Université d’Orléans.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540