Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Manuels et enseignement de l’arabe aujourd’hui

Un aperçu sur l’enseignement de l’arabe en Italie

Barbara Airò

Texte intégral

1Si on parcourt l’histoire de l’enseignement de la langue arabe en Italie au xxe siècle, on retrouve une certaine régularité : à peu près tous les vingt ans l’intérêt pour la langue arabe et son étude se renouvelle, suscitant la production de méthodes et manuels pour son apprentissage. C’est toujours dans l’urgence et sous la pression de facteurs externes, politiques, économiques ou sociaux, que ces travaux sont réalisés.

  • 1 Barbara Airò, « Le discours colonial italien à travers les dictionnaires et les manuels d’arabe par (...)

2Dans les années 1910, la conquête de la Tripolitaine a suscité la publication de dizaines de manuels d’arabe dit « vulgaire » ou « dialectal ». Pour la plupart sans valeur didactique, ils sont d’une grande importance du point de vue historique et documentaire. Cette conquête a eu aussi pour conséquence la création de nouvelles chaires d’arabe dans les universités italiennes1.

  • 2 Laura Veccia Vaglieri, Grammatica teorico-pratica della lingua araba, Rome, IPO, 1936.
  • 3 Antonio Cesaro, L’Arabo parlato a Tripoli: grammatica, esercizi, testi vari, Milan, Mondadori, coll (...)

3Les années 1930 voient la publication de manuels et d’ouvrages destinés à servir le système colonial italien en Libye. La grammaire d’arabe de Laura Veccia Vaglieri, publiée par l’Istituto per l’Oriente en 19362, a été composée à l’usage des élèves des écoles italiennes en Libye (Veccia Vaglieri 1936), tandis que le manuel d’arabe parlé à Tripoli d’Antonio Cesaro, publié par les soins du ministère de l’Afrique italienne dans la collection des « Grammaires et lexiques des langues de l’Afrique italienne », s’adressait plutôt aux fonctionnaires de la colonie3. Comprendre l’enseignement de la langue arabe dans la première moitié du xxe siècle en Italie suppose donc de tenir compte de l’idéologie coloniale et des études orientalistes.

  • 4 Francesco Gabrieli, dans Atti del I Convegno su La presenza culturale italiana nei paesi arabi: sto (...)

4Les années 1950 sont marquées par un tout autre esprit. La guerre, la chute du fascisme et la dissolution de l’empire colonial italien provoquent une mutation des rapports des arabisants italiens avec le monde arabe. Ceux-ci portent un intérêt nouveau aux peuples arabes en lutte contre le colonialisme, « tout d’un coup venus à faire partie de notre monde4 ». L’intérêt pour l’histoire et la culture suppose un apprentissage de la langue : la grammaire de Laura Veccia Vaglieri est par conséquent rééditée pour servir aux étudiants des universités italiennes où l’arabe est enseigné, en particulier à Rome et à Naples.

  • 5 Giovanni Canova, Il Giornale arabo, Rome, IPO, 1980.
  • 6 Eugenio Griffini, L’Arabo parlato della Libia, Milan, Ulrico Hoepli, 1978 (1re éd. 1913).
  • 7 Agnese Manca, Grammatica teorico-pratica di arabo letterario moderno, Rome, Associazione nazionale (...)

5Ce n’est pourtant qu’à partir des années 1970 qu’on assiste à une croissance du nombre des étudiants en arabe sous la pression, cette fois, de facteurs politiques et économiques : le conflit arabo-israélien, la crise pétrolière, la décolonisation et la politique de développement économique et social des pays arabes encouragent les jeunes Italiens à un apprentissage offrant des perspectives de travail intéressantes. Au cours de cette période, c’est à Venise surtout que se forme une nouvelle génération d’arabisants, autour de Maria Nallino. On n’étudie plus seulement la langue classique, mais aussi la langue de la presse, à laquelle Giovanni Cano dédie une petite mais fort utile publication5, et les dialectes arabes, langues de communication. Cet intérêt renouvelé pour la langue parlée suscite la réimpression du manuel de l’arabisant milanais Eugenio Griffini sur l’arabe de Libye, composé pendant la période coloniale6. Pour l’étude de l’arabe littéraire, il n’y aura d’alternative à la grammaire de Laura Veccia Vaglieri qu’à la fin des années 1980, bien qu’on ait eu depuis longtemps conscience de l’inadéquation de son lexique et de sa phraséologie, marqués par l’époque de sa conception. La grammaire de Manca propose des textes caractéristiques du climat des années 1970, traitant de thèmes tels que la question palestinienne ou les relations politico-économiques de l’Europe avec le monde arabe7.

  • 8 Claudia Maria Tresso, Lingua araba contemporanea: grammatica ed esercizi, Milan, U. Hoepli, 1997.

6Au cours des années 1990, les études d’arabe connaissent une nouvelle évolution, consécutive aux mutations socioculturelles plutôt que politiques ou économiques. Le mouvement d’immigration, qui a pour conséquence une présence plus nombreuse d’arabophones, surtout égyptiens et marocains, conduit à repenser complètement l’enseignement de l’arabe en Italie. De nouveaux cours sont créés, notamment dans les facultés de langues et littératures étrangères, et on fait sortir la langue arabe des universités, avec une diffusion plus large dans la société. Les cours se multiplient, destinés par exemple aux enseignants ou aux agents de police, qu’ils soient organisés par des associations non gouvernementales ou par des institutions publiques : l’enseignement de l’arabe cesse d’être exclusivement académique. Cet intérêt accru pour l’apprentissage d’une langue permettant de communiquer avec les immigrés et de connaître leur culture d’origine explique à son tour la création de nouvelles implantations universitaires et l’augmentation significative du nombre des étudiants. De nouvelles publications correspondent à cette évolution, qu’il s’agisse de méthodes à l’usage des débutants pouvant être utilisées en auto-apprentissage8 ou de méthodes communicatives où les dialogues portent sur des sujets de la vie quotidienne et présentent des aspects culturels et sociaux du monde arabe contemporain.

7Actuellement, l’arabe est enseigné dans plusieurs types de facultés et à l’intérieur de différents cursus : Langues et littératures étrangères, Lettres et philosophie, Sciences politiques, Sciences de la formation (pédagogie), Études orientales ou arabo-islamiques, Traduction, Médiation linguistique et culturelle (cours de diplôme interfaculté Lettres – Sciences politiques).

8La base de données du Ministero dell’Istruzione, dell’Università e della Ricerca permet de dresser un tableau du nombre des professeurs et des chercheurs spécialisés en langue et linguistique arabes en 2009 :

938 d’entre eux sont titulaires de chaires :

  • professori ordinari (1er niveau) ;

  • professori associati (2e niveau) ;

  • 21 ricercatori universitari (3e niveau).

10Ils sont en poste dans les universités de Naples – L’Orientale (7) –, Ca’ Foscari à Venise (5), La Sapienza à Rome (3) ; dans celles de Palerme (3), de Trieste (2) et aussi Napoli seconda Università, Roma Tre, Milano Cattolica, Roma S. Pio V, Sienne, Florence, Messine, Catane, Sassari, Cagliari, Chieti-Pescara, Gênes, Lecce, Macerata, Bologne, Enna, Turin.

11Ce tableau ne tient pas compte des professeurs non titulaires qui enseignent dans les universités italiennes avec des contrats annuels renouvelables. Sans eux, les facultés seraient loin de pouvoir assurer l’ensemble des cours qu’elles proposent.

  • 9 Signalons cependant que cette grammaire a fait l’objet d’une mise à jour avec de nouveaux exercices (...)

12On remarque par ailleurs que, dans la plupart des cours, la grammaire de Laura Veccia Vaglieri reste encore utilisée. Or, si elle demeure parfaitement valable du point de vue de la description des structures morphologiques et syntaxiques de l’arabe classique, elle est tout à fait inadéquate du point de vue du lexique et de la phraséologie modernes. Cette inadéquation est d’autant plus sensible que l’enseignement des langues est destiné à utiliser de plus en plus des technologies nouvelles qui modifient la didactique de la langue9.

  • 10 On peut citer parmi ces instruments la grammaire de Lucy Ladikoff Guasto, Ahlan: grammatica araba d (...)

13Une réflexion sur le renouvellement des méthodes qui permettraient à l’enseignement de l’arabe de servir aux besoins de la communication contemporaine reste nécessaire. La question a déjà fait l’objet d’un débat en 1999 dans le cadre du centre d’études des peuples extra-européens de l’université de Pavie, qui a organisé un séminaire réunissant les enseignants d’arabe italiens. Cette réflexion, menée en collaboration avec des institutions de pays arabes comme l’Institut Bourguiba des langues vivantes de Tunis, a porté notamment sur les moyens de répondre aux mutations de la demande de compétence linguistique en arabe exprimée par la société italienne. Suivi par une deuxième rencontre en 2003, ce séminaire a représenté un moment très important pour l’élaboration de projets communs, surtout dans le domaine des instruments pédagogiques et de la formation des enseignants d’arabe10. Un siècle après les années 1910, cette coopération constitue un nouvel enjeu.

Notes

1 Barbara Airò, « Le discours colonial italien à travers les dictionnaires et les manuels d’arabe parlé », dans Modern and Contemporary Libya: Sources and Historiographies, éd. par Anna Baldinetti, Rome, IsIAO, 2003, p. 113-123.

2 Laura Veccia Vaglieri, Grammatica teorico-pratica della lingua araba, Rome, IPO, 1936.

3 Antonio Cesaro, L’Arabo parlato a Tripoli: grammatica, esercizi, testi vari, Milan, Mondadori, coll. « Grammatiche e lessici delle lingue dell’ Africa italiana », 1939, p. 9.

4 Francesco Gabrieli, dans Atti del I Convegno su La presenza culturale italiana nei paesi arabi: storia e prospettive, Rome, IPO, 1982, p. 20.

5 Giovanni Canova, Il Giornale arabo, Rome, IPO, 1980.

6 Eugenio Griffini, L’Arabo parlato della Libia, Milan, Ulrico Hoepli, 1978 (1re éd. 1913).

7 Agnese Manca, Grammatica teorico-pratica di arabo letterario moderno, Rome, Associazione nazionale di amicizia e di cooperazione italo-araba, 1989.

8 Claudia Maria Tresso, Lingua araba contemporanea: grammatica ed esercizi, Milan, U. Hoepli, 1997.

9 Signalons cependant que cette grammaire a fait l’objet d’une mise à jour avec de nouveaux exercices rédigés par Maria Avino (Grammatica teorico-pratica della lingua araba, Rome, Istituto per l’Oriente, 2011). Trois autres ouvrages témoignent du renouvellement récent de la didactique de l’arabe : une édition italienne du manuel de Luc-Willy Deheuvels par les soins d’Antonella Ghersetti (Luc-Willy Deheuvels, Grammatica araba. Manuale di arabo moderno con esercizi e CD audio per l’ascolto, Bologne, Zanichelli, 2010) ; un manuel de langue arabe contemporaine (Olivier Durand, Angela Daiana Langone, Giuliano Mion, Corso di arabo contemporaneo. Lingua standard – Livelli A1-B2, Milan, Hoepli, 2010) ; un manuel de conversation (Alma Salem, Cristina Solimando, Imparare l’arabo conversando, Rome, Carocci, 2011).

10 On peut citer parmi ces instruments la grammaire de Lucy Ladikoff Guasto, Ahlan: grammatica araba didattico-comunicativa, Rome, Carocci, 2001.

Auteur

Barbara Airò, docteur de l’université de Sienne, enseigne l’arabe à l’université de Pavie. Ses recherches portent sur l’histoire de l’enseignement de l’arabe et les relations italo-maghrébines depuis le xixe siècle. Elle porte un intérêt particulier à la question des registres de langue et aux enjeux actuels de la didactique de l’arabe, questions sur lesquelles elle a notamment publié « Interpreti, consiglieri, “arabisants” italiani in Tunisia : dalla corte del Bey di Tunisi all’Università italiana » (dans Benoît Grévin dir., Maghreb-Italie : des passeurs médiévaux à l’orientalisme moderne, xiiie – milieu xxe siècle, Rome, École française de Rome, 2010) et « Arabe régulier, arabe vulgaire, arabe parlé : problèmes de définition et choix de registre dans les manuels italiens d’époque coloniale » (actes du colloque international de Florence « Le moyen arabe et l’arabe mixte : un choix volontaire de registre ? Recherches sur les sources médiévales, modernes et contemporaines », 11-14 octobre 2010, à paraître en 2013).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540