Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Manuels et enseignement de l’arabe aujourd’hui

Les manuels d’arabe et la question du bilinguisme en Tunisie

Kmar Bendana-Kchir

Texte intégral

1L’étude des manuels scolaires reste encore peu développée en Tunisie, malgré l’existence d’une documentation accessible. Pour les manuels d’arabe, on peut identifier deux ou trois fonds importants. Celui de la Bibliothèque nationale a été inventorié par les soins de sa directrice, Samia Kamarti, qui en a établi le catalogue pour les besoins de notre rencontre. La collection du musée de l’Éducation – officiellement ouvert à Tunis en novembre 2008 – et celle qui constitue le fonds Abed M’zali (sous-directeur de l’Instruction publique dans les années 1950 à Tunis), déposé à l’École normale supérieure de Tunis, renferment également des séries intéressantes. D’autres manuels sont conservés dans des bibliothèques comme celles de l’Institut des belles lettres arabes ou de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain et dans des collections particulières. À côté des manuels proprement dits, on peut consulter aux Archives nationales de Tunisie divers rapports, notes, textes de loi, et parfois retrouver les traces d’interventions publiques de pédagogues impliqués dans les réformes du système scolaire tunisien et la confection des manuels pendant la période du Protectorat et après l’indépendance.

  • 1 En 2009-2010, plusieurs chercheurs ont travaillé à Tunis sur les manuels de l’enseignement primaire (...)
  • 2 Louis Machuel avait une bonne connaissance de l’expérience des écoles arabes-françaises en Algérie (...)

2Les thèses de pédagogie et les travaux d’histoire consacrés au système scolaire tunisien au cours des xixe et xxe siècles ne donnent pas à ce jour une vision d’ensemble de ce support pédagogique qui a pris différentes formes (lexiques, glossaires, grammaires…) et évolué avec le temps. Sans attendre un inventaire et des recherches approfondies1, il est possible de réfléchir à la façon dont les manuels scolaires en usage en Tunisie ont contribué à la constitution du bilinguisme qui caractérise le pays ou en ont été le reflet. La mise en place d’une instruction publique bilingue, choix défendu par Louis Machuel2, le premier directeur de l’enseignement public durant le protectorat français, s’est accompagnée de la fondation de la H̱aldūniyya (1896), d’une réforme de la formation des maîtres (mu’addeb-s) (1894) et des programmes des écoles coraniques (kuttāb-s) (1894 et 1901). Ces différentes mesures introduisent la langue française dans les programmes de l’enseignement musulman. Plus que d’autres, les manuels d’arabe permettent de saisir comment ont évolué les contenus, les méthodes et les références d’une culture scolaire qui a perduré jusqu’à l’indépendance et d’une politique linguistique qui n’a pas disparu aujourd’hui.

3Les manuels d’arabe – et, en contrepoint, ceux de français – ont participé au gommage progressif des usages écrits de l’italien, de l’hébreu et du turc pendant la période coloniale. Ces langues qui, à la veille du Protectorat, avaient une place – inégale – dans les cursus scolaires ne semblent pas avoir donné lieu à la production d’aussi nombreux manuels que pour l’arabe et le français, malgré l’intérêt qu’ont pu leur porter les pédagogues et les réformateurs dans l’enseignement public (à la mosquée-université de la Zaytūna, au collège Sadiki et au lycée Carnot) et privé (dans les écoles italiennes, les établissements catholiques ou juifs). Mais l’idéal politique et bureaucratique de former une élite plurilingue, qui a été celui des réformateurs des années 1870-1880, n’a pas eu le temps de se traduire par la composition et la fabrication de manuels qui s’imposent dans la durée. Les imprimeries tunisiennes n’ont commencé à en publier qu’à partir des premières années du xxe siècle.

4Une mise en perspective des manuels tunisiens avec ceux qui ont été en usage au Machreq (en particulier au Liban), en France, en Algérie et au Maroc devrait permettre de mieux saisir comment les autorités scolaires ont pensé l’articulation de l’arabe et du français dans les différents cycles primaires et secondaires. C’est une langue littéraire qui est associée au français dans les établissements secondaires, tandis qu’en dehors du système scolaire, c’est à la langue parlée que s’articule la connaissance du français. Les manuels témoignent par ailleurs de circulations de savoirs entre Maghreb, Machreq et Europe. Des enquêtes sur leurs auteurs peuvent ouvrir de nouvelles perspectives d’histoire sociale de l’enseignement – elles permettent par exemple de percevoir l’importance de la mobilité des professeurs d’arabe au sein de l’empire colonial français.

  • 3 Albert Memmi, Portrait du colonisé, Paris, Gallimard, coll. « Folio actuel », 2002 [1re éd. 1957], (...)

5L’étude des manuels d’arabe en usage en Tunisie amène à nuancer les conclusions d’Albert Memmi, pour qui « le bilinguisme colonial est un drame linguistique3 ». Elle permet d’observer sous un angle nouveau, qui n’est pas celui de la francophonie, une réalité scolaire complexe. La politique du Protectorat, dont un des objectifs premiers était de diffuser la connaissance de la langue française en Tunisie, a eu aussi pour effet d’ouvrir le pays aux débats pédagogiques en cours en Europe et aux conceptions de l’apprentissage des langues étrangères qui y dominaient. Ces débats ont eu un retentissement sur les modes d’apprentissage de l’arabe. À travers l’analyse des manuels d’arabe, on peut saisir comment les traditions scolaires locales et les modèles européens ont été en contact direct, ces derniers ne s’important pas seulement sous la forme de disciplines et de langues nouvelles. À terme s’est imposée la perspective d’un bilinguisme arabe-français largement diffusé, voire généralisé, projet qui a été repris par les premiers gouvernements de la Tunisie indépendante et auquel ont travaillé plusieurs générations de diplômés tunisiens.

6L’indépendance politique de la Tunisie n’a donc pas représenté une rupture brutale. Les politiques d’arabisation n’ont-elles pas été l’expression d’une volonté de rééquilibrage plutôt que d’une mise en cause radicale du projet de bilinguisme généralisé ? Quoi qu’il en soit, les manuels d’arabe qui étaient en usage en 1956 ont pu servir d’outils pour réaliser cette politique tout en assurant une certaine continuité dans le panorama intellectuel du pays.

  • 4 Notamment avec le Liban, pôle majeur de l’édition arabe, où le statut respectif des langues françai (...)

7Une analyse fine des manuels scolaires d’arabe devrait permettre de mieux comprendre la situation linguistique de la Tunisie et son bilinguisme, qui s’est aussi nourri d’échanges avec le Machreq4. Elle devrait contribuer à dépasser la dichotomie arabe/français qui a caractérisé bon nombre d’études sur l’école et les politiques linguistiques au Maghreb.

Notes

1 En 2009-2010, plusieurs chercheurs ont travaillé à Tunis sur les manuels de l’enseignement primaire en Tunisie au xxe siècle, dans le cadre d’un séminaire organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) et le musée de l’Éducation. Un compte rendu en a été publié dans La Lettre de l’IRMC no 4, octobre-décembre 2010, p. 8-9 (<http://www.irmcmaghreb.org/IMG/pdf/Lettre%20IRMC%204.pdf> consulté en novembre 2012). Un dossier thématique issu de ce cycle doit paraître en 2013 dans la revue Maghreb et Sciences sociales, publiée par l’IRMC.

2 Louis Machuel avait une bonne connaissance de l’expérience des écoles arabes-françaises en Algérie et regrettait leur échec. Voir A. Messaoudi, « Les arabisants français et la “réforme” en Afrique du Nord. Autour de Louis Machuel (1848-1922) et de ses contemporains », dans Odile Moreau (dir.), Réforme de l’État et réformismes au Maghreb (XIXe et XXe siècle), Paris/Tunis, L’Harmattan/Publications de l’IRMC, 2009, p. 235-259. Les manuels en usage dans les écoles arabes-françaises en Algérie ont fait l’objet d’une étude de Sylvette Larzul, « Les manuels des écoles arabes-françaises dans l’Algérie coloniale (1830-1870) », dans Pierre Boutan, Jean-Robert Henry et Paul Siblot (éd.), Manuels scolaires méditerranéens. Leçons du temps colonial, Paris, L’Harmattan, coll. « Manuels scolaires et sociétés », 2013 (à paraître).

3 Albert Memmi, Portrait du colonisé, Paris, Gallimard, coll. « Folio actuel », 2002 [1re éd. 1957], p. 125.

4 Notamment avec le Liban, pôle majeur de l’édition arabe, où le statut respectif des langues française et arabe est par plusieurs aspects comparable au cas tunisien.

Auteur

Kmar Bendana-Kchir est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Tunis-La Manouba, rattachée à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN) et chercheur associé à l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (IRMC). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle et l’histoire des intellectuels en Tunisie aux xixe et xxe siècles. Elle s’est intéressée tout spécialement à la genèse de l’historiographie tunisienne contemporaine : « M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale » (Revue d’histoire des sciences humaines, no 24, 2011/1).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540