Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Le Maghreb, laboratoire d’une expérience coloniale

Les manuels de berbère publiés en France et en Algérie (xviiie-xxe siècle) : d’une production orientaliste à l’affirmation d’une identité postcoloniale

Michèle Sellès

Texte intégral

  • 1 Il faut attendre 1928 pour voir l’institution, à l’université d’Alger, d’une chaire spécifiquement (...)

1La découverte de la langue berbère et de ses différents dialectes au Maghreb au xviiie siècle est restée pendant plusieurs décennies l’apanage d’un milieu très restreint, la production savante se limitant d’ailleurs à l’élaboration de quelques modestes ouvrages lexicographiques. Ce n’est qu’après les débuts de la colonisation de l’Algérie que les premiers manuels d’enseignement ont été élaborés, ouvrant cette connaissance à un plus large public. Œuvres de savants, ils étaient mal adaptés aux objectifs pratiques des instituteurs et des administrateurs, leurs principaux utilisateurs. Le renouvellement des modes d’enseignement des langues vivantes avec le primat de la méthode directe, l’institution de primes pour les fonctionnaires berbérophones (1881) et de certifications universitaires (avec un brevet et un diplôme délivrés par l’école des Lettres d’Alger à partir de 1885) suscitent la réalisation de nouveaux ouvrages dans le dernier tiers du xixe siècle. Dès 18801, le berbère trouve une place à l’école des Lettres d’Alger puis, en 1913, une chaire de berbère est instituée à Paris à l’École des langues orientales. Les progrès de la connaissance scientifique du berbère et de ses dialectes locaux sont intégrés par les auteurs d’une nouvelle génération de manuels. Ce développement, auquel ont participé des Pères Blancs, pose la question de l’apport des locuteurs berbérophones dans la réalisation d’ouvrages qui dépendent étroitement d’eux et des informations qu’ils fournissent aux linguistes, ainsi que celle de leur statut d’auteur.

2Après le temps de la première découverte, marqué par l’anonymat des chaînes d’informateurs, et celui des années 1840 à 1880, caractérisé par le recours à des lettrés nommément désignés et issus de la région du dialecte étudié, un troisième temps, qu’on peut qualifier de scientifique, a en effet vu la collecte sur le terrain par les linguistes eux-mêmes de variantes dialectales permettant d’établir des outils fondés sur des descriptions précises. Les seuls locuteurs indigènes à être reconnus comme des auteurs détenant non seulement une compétence linguistique dans leur langue maternelle, mais aussi une véritable autorité scientifique sont les instituteurs berbérophones diplômés de l’école normale de la Bouzaréa d’Alger. Ils y ont reçu, avec les élèves-maîtres d’origine européenne, une formation commune et ont souvent été par la suite envoyés au Maroc dans le sillage de Lyautey. Les manuels de berbère qu’ils ont réalisés se caractérisent à la fois par le souci de se concentrer sur des parlers régionaux précisément définis, correspondant à des variantes dialectales bien déterminées (kabyle, chaouïa, rifain, tamazight, tachelhit…) et par la volonté de considérer la berbérophonie dans son extension géographique la plus large, en s’intéressant à des espaces lointains comme, par exemple, l’oasis de Siwa en Égypte. On retrouve cette double polarisation chez les auteurs actuels qui voudraient à la fois coller à une réalité dialectale extrêmement morcelée et trouver un berbère moyen (ou des berbères moyens) permettant aux différents groupes berbérophones de se comprendre et de disposer d’un outil pour défendre une identité.

Généalogie des premières descriptions orientalistes de la langue berbère

  • 2 On peut citer le cas de Mardochée Naggiar, juif arabophone qui a lui-même recours en 1824 à un zoua (...)
  • 3 Voyage dans la régence d’Alger ou Description géographique, physique, philologique, etc. de cet Éta (...)
  • 4 Ses Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger ont été réédités par Lucette Valensi avec une int (...)
  • 5 Cette description se trouve dans la correspondance qu’il adresse en 1725 à l’abbé Bignon. Il lui re (...)
  • 6 Captif en Afrique du Nord après y avoir suivi les troupes de Charles-Quint, Luis del Marmol y Carva (...)

3Avant la période coloniale, l’intérêt pour le berbère a été partagé par des orientalistes et des diplomates européens, comme l’a montré Lucette Valensi. Les consuls en poste au Maghreb avaient recours à des truchements arabophones et berbérophones, souvent par l’intermédiaire d’interprètes juifs2. Cependant, ce n’est qu’après 1830 que des interprètes, dotés eux-mêmes d’une solide formation savante, publient des manuscrits de voyageurs du xviiie siècle (journaux, notes, lettres…). Ces derniers avaient donné les premières descriptions précises de mœurs et de parlers correspondant à des groupes qu’on juge apparentés aux Berbères. Le récit de voyage de Thomas Shaw (1694-1751), qui fut chapelain du consulat d’Angleterre, est un des premiers exemples d’identification d’une langue commune à certains groupes distincts par leur environnement géographique et par leurs coutumes. Savant en langues orientales, le Dr Shaw avait vécu douze ans à Alger. Avec l’accord des autorités ottomanes et sous l’escorte de janissaires, il avait pu parcourir et visiter les régences de Tunis et d’Alger. Son récit, augmenté de notes entre autres géographiques, a fait l’objet d’une traduction française de Jacques Mac Carthy, publiée au lendemain de la conquête d’Alger avec une carte des régences d’Alger et de Tunis dressée à cette occasion3. Les Kabyles y sont distingués par leur langue (à laquelle on attribue le nom de chaouiah), leur lieu d’habitation, les montagnes où ils vivent sans être soumis aux Turcs, et leur habitat sédentaire. Shaw fait l’hypothèse qu’ils sont d’anciens habitants de l’Afrique, différents des Arabes et des Bédouins, nomades qui vivent dans les plaines, aussi bien que des Turcs et des Maures, qui sont présentés comme des citadins. Les lettres d’un voyageur marseillais du xviiie siècle, Jean-André Peyssonnel, publiées en 1838 par Adolphe Dureau de La Malle, en fournissent un autre exemple4. On doit au Dr Peyssonnel, correspondant de multiples académies, une des premières descriptions françaises de la Kabylie5. Voulant faire œuvre de botaniste, il témoigne aussi de son intérêt pour la physique, l’histoire, les belles lettres et les mœurs. Il a lu Marmol : les « peuples braves descendants des anciens Chauvies » dont parle ce dernier se seraient réfugiés dans les montagnes de l’Aurès (l’ancien mons Aurasus) pour ne pas être soumis par les Turcs6. Peyssonnel donne des spécimens de leur langue, la langue chauvie (il n’est toujours pas question de langue berbère), qu’il se propose de comparer plus tard avec le punique ancien. Il témoigne d’un intérêt linguistique qui est concomitant avec le débat sur l’origine antique d’un peuple différent des Arabes : citant Moreri (qui lui-même cite Marmol), il considère que les Chauvies se confondent avec les Azouagues ou Bérabères du fait de leur langue.

  • 7 Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, composés par feu Venture de Paradis, revus (...)

4Les interprètes sont les premiers à s’attacher à un début de formalisation des éléments lexicaux et grammaticaux de la langue berbère. Jean-Michel Venture de Paradis (1739-1799), lui aussi marseillais, originaire d’une famille noble de militaires et de consuls, a été jeune de langue avant de devenir drogman et secrétaire interprète du roi pour les langues orientales. Son mémoire sur la « nécessité d’encourager en France l’étude des langues orientales » a servi de référence pour la création de l’École spéciale des langues orientales vivantes. À sa mort (à Saint-Jean-d’Acre, où il servait comme interprète en chef de l’armée d’Égypte), Venture a laissé un manuscrit qui est jusqu’à aujourd’hui considéré comme la plus ancienne observation savante de la langue berbère et par conséquent comme le premier instrument permettant son apprentissage et son étude. C’est Amédée Jaubert, successeur de Venture comme interprète en chef de l’armée d’Égypte, qui le publie en 1844, quatorze ans après la conquête d’Alger, sous les auspices de la Société de géographie7.

  • 8 Mohamed Meouak, « Langues, société et histoire d’Alger au xviiie siècle d’après les données de Vent (...)
  • 9 Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère…, op. cit., p. xvi.

5Dans sa préface, Venture explique comment ce dictionnaire a été composé à partir de 1788, d’abord avec la collaboration de deux Berbères du Sous venus à Paris montrer leurs acrobaties (ils connaissaient aussi l’arabe), puis au cours de son séjour à Alger de 1788 à 1790. Chargé d’une mission de médiation entre la France et la Régence, Venture y aurait occupé ses loisirs à apprendre le berbère8 avec l’assistance de deux Kabyles des montagnes de Félissent (ou Felissat). Il aurait alors constaté la parenté des parlers, y aurait recherché des traces de l’ancien punique et fait l’observation que le système grammatical du berbère était proche de celui des langues sémitiques mais que leurs étymologies étaient différentes. Il se serait alors interrogé : « Quelle est l’origine de cette langue que l’on parle depuis les montagnes de Sous, qui bordent la mer océane, jusqu’à celles de Meletis, qui dominent sur la plaine de Kaïrowan, dans le royaume de Tunis9  ? » Était-ce un idiome dérivé de la langue punique ? Laissant aux savants le soin d’en décider, Venture s’était contenté de dresser un vocabulaire, composé et vérifié sur les lieux mêmes, et dont il assurait l’exactitude.

  • 10 Sur Delaporte, voir la notice d’Alain Messaoudi dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des ori (...)

6Jacques-Denis Delaporte (1777-1861), ancien interprète de l’armée d’Égypte formé à l’École des langues orientales, collaborateur de la Description de l’Égypte pour laquelle il a donné un abrégé chronologique de l’histoire des mamelouks tiré des historiens arabes, est une autre figure majeure de la première génération des interprètes qui se sont intéressés au berbère. Passé par les postes consulaires de Tripoli d’Afrique et de Tanger, arrivé à Alger en 1833, il cumule les fonctions d’interprète en chef de l’armée d’Afrique et de directeur des affaires arabes, à la suite de Lamoricière. Après avoir obtenu son rappel dans les consulats et avoir été nommé consul à Mogador, il recueille les premiers manuscrits berbères d’une certaine étendue et les traduit. Trois ans après son retour en France, il publie en 1844 un « spécimen lithographique » de langue berbère contenant des textes en chelha en caractères arabes, leur transcription en caractères latins et leur double traduction en français, la première interlinéaire et la seconde plus libre. Après l’abandon, au lendemain de 1848, du projet de création d’une chaire de berbère, il consacre les dernières années de sa vie à l’apprentissage de la langue copte10.

  • 11 Sur la formation des interprètes militaires en Algérie, voir Alain Messaoudi, « Entre renseignement (...)
  • 12 Joanny Pharaon, qui enseigne l’arabe à Alger entre 1832 et 1836, publie cependant Les Cabiles et Bo (...)
  • 13 Cette inscription, qui figure à côté d’une inscription punique sur la pierre de Dougga, a été déchi (...)

7La première génération d’interprètes formés à Paris, et dont Delaporte est un représentant, subit bientôt la concurrence de nouveaux interprètes auxiliaires et d’officiers ayant suivi les cours des chaires publiques d’arabe d’Alger ou de Constantine11. Ces chaires, auxquelles aucun enseignement du berbère ne semble jamais avoir été associé avant la fin du siècle12, favorisent le développement d’une curiosité pour les langues, l’histoire et la culture des populations locales. Militaires et civils qui désirent apprendre le berbère le font auprès d’informateurs. Après 1840, des officiers des bureaux arabes et des interprètes réalisent les premiers outils d’apprentissage, en s’appuyant toujours sur des informateurs lettrés, maîtrisant à la fois le berbère et l’arabe, et dorénavant parfois reconnus comme des contributeurs à part entière dans la collecte de données. Une ancienne inscription épigraphique, découverte en 1631 par Thomas d’Arcos sur une pierre de Dougga, dans la régence de Tunis, est ainsi rapprochée des caractères tifinagh, l’écriture moderne des Touaregs, connue depuis 1822 grâce à Oudney13. La maîtrise du savoir linguistique et l’observation ethnographique permettent bientôt d’avoir des outils plus fins que de simples lexiques, qu’il s’agisse de dictionnaires ou, ensuite, de grammaires. Les enquêteurs disposent désormais d’une bibliographie historique et ont la possibilité de s’appuyer sur des publications. Mais il leur est encore difficile de se passer de l’aide d’un lettré et d’un connaisseur du pays. Les auteurs sont conscients de l’existence de différences interdialectales, mais ils continuent de répartir ces dialectes en fonction de grands groupes qui leur font distinguer Kabyles, Chaouïas, Beni Mzab et, un peu plus tard, Touaregs. Les parentés qu’ils distinguent entre ces groupes leur font conclure à l’existence d’une seule langue fondamentale.

  • 14 Dictionnaire français-berbère (dialecte écrit et parlé par les Kabaïles de la division d’Alger), ou (...)
  • 15 On peut noter que, selon Brosselard, le berbère serait le seul dialecte utilisé dans les corporatio (...)

8Alors que la Kabylie est encore insoumise, le ministère de la guerre décide, en 1840, de financer la réalisation d’un premier dictionnaire concernant le berbère en usage dans les tribus de la division d’Alger – soit dans les montagnes de Bougie, les Mzita, les Beni-Abbas, les Zouaoua et dans toute la chaîne de l’Atlas jusqu’à Médéa. La variante dialectale kabyle n’est alors pas encore restreinte à la Kabylie définie géographiquement par Ernest Carette dans l’Exploration scientifique de l’Algérie, pourtant contemporaine – les Études sur la Kabylie proprement dite seront publiées en 1848. Le travail est confié à Charles Brosselard, qui a l’avantage de connaître l’arabe (l’élaboration du dictionnaire suppose en effet de pouvoir converser avec des truchements lettrés en arabe) et peut profiter des compétences d’un collaborateur indigène, Sidi Ahmed ben el Hadj Ali, imam de Bougie14. Interrompu par la révolution de 1848, le projet reste inachevé. Il était en effet prévu de recueillir dans leurs particularités les idiomes berbères en usage dans les provinces de Constantine et d’Oran et d’établir une grammaire énonçant les principes de la langue15.

  • 16 Officier des bureaux arabes, Hanoteau a été d’abord en poste au bureau politique des Affaires arabe (...)
  • 17 L’Histoire des Berbères d’Ibn Khaldoun, traduite sur ordre du maréchal Randon, gouverneur de l’Algé (...)

9L’entreprise de Brosselard est relayée par le général Hanoteau16 (1814-1897) qui fait aujourd’hui figure de grand précurseur de la science berbérisante. En 1857, s’y associe l’interprète principal de l’armée d’Afrique, le baron de Slane, qui vient d’achever une traduction française d’Ibn Khaldoun sous le titre Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale17 :

  • 18 Voir Marius Canard, « À propos de la fondation de la Revue africaine. Une lettre du Baron de Slane  (...)

Nous avons l’intention de soumettre à un examen minutieux le Chaouïa de la province de Constantine, le Mozabite et les dialectes du Rif marocain. Cependant nous sommes déjà arrivés à l’entière conviction que tous ces idiomes et particulièrement le Chelha sont très proches l’un de l’autre et ne sont que les branches d’un grand tronc linguistique commun18.

  • 19 Alger, Bastide, 1858.
  • 20 Essai de grammaire de la langue tamachek, du langage parlé par les Imoucher ou Touareg, Paris, Impr (...)
  • 21 René Basset est titulaire depuis 1884 de la chaire de langue et de littérature arabe laissée vacant (...)
  • 22 Rapport sur les études berbères, éthiopiennes et arabes, 1887-1891, Woking, Oriental University Ins (...)

10La même année paraît le premier manuel de kabyle, intitulé Essai de grammaire kabyle et dialogues français-kabyles pour l’expédition de 1857. Il est dû à un autre interprète militaire, Laurent-Charles Féraud, qui, arrivé très jeune en Algérie, a participé aux campagnes de Kabylie. En pleine guerre de conquête, le général Hanoteau publie à son tour un Essai de grammaire kabyle, renfermant les principes du langage parlé par les populations du versant nord du Jurjura et spécialement par les Igaouaouen ou Zouaoua19 Ces premiers ouvrages didactiques sont assez sommaires. Ils restent fondés sur le modèle de la grammaire latine : comme les manuels d’arabe de la même période, ils présentent dans un premier temps les noms, pronoms et adjectifs puis, dans un second temps, les verbes et leurs dérivés, les particules, la numération et quelques textes. Hanoteau conserve l’ambition de donner une vue d’ensemble de la langue berbère en composant sur le même modèle une grammaire du touareg intégrant l’alphabet tifinagh20. Cette démarche comparatiste lui permet d’être considéré par René Basset, qui devient en 1885 le premier maître de conférences en dialectes berbères à l’école des Lettres d’Alger, comme le véritable pionnier de la recherche savante sur la langue berbère21  : c’est sous l’autorité des grammaires de kabyle et de tamasheq de Hanoteau que Basset présente en 1891 à Londres les études berbères françaises au IXe Congrès des orientalistes22.

Des manuels d’enseignement entre orientalisme et colonialisme

  • 23 Relation de Sidi Brahim, de Massat, Paris, Leroux, 1882.
  • 24 Une édition de ce texte, transcrit en caractères latins par Francis W. Newman, avait été publiée en (...)
  • 25 Sur ces congrès, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « “Les grandes assises de l’orientalisme”. La ques (...)

11C’est en effet dans le cadre de l’école des Lettres d’Alger, devenue faculté des Lettres en 1909, que René Basset institutionnalise l’étude de la langue berbère en lui associant, de manière seconde par rapport à la langue, une dimension ethnographique. Il collecte dans un premier temps des données linguistiques et s’intéresse à la littérature écrite. Il édite le poème de Çabi en dialecte chelha (1879) puis publie une traduction française d’une description du Sous qui avait été commandée en 1834 à un taleb par Hodgson, consul américain à Tanger23. Basset juge qu’elle contient de précieux renseignements sur l’histoire, le commerce et l’industrie de la région : ce serait l’un des rares textes originaux que l’on possède en berbère24. René Basset affirme l’ambition de l’école française d’Alger dans le domaine des études berbères : il contribue à affermir sa renommée internationale en publiant régulièrement des rapports à l’occasion des congrès orientalistes, ce qui lui permet de passer en revue l’actualité des publications et des programmes scientifiques. Ces congrès constituent un cadre qui témoigne d’une émulation internationale en même temps que de collaborations25.

  • 26 Sur Boulifa, voir la notice de Michèle Sellès dans François Pouillon, op. cit., p. 136-138.
  • 27 Voir Léon Antoine, Colonisation, enseignement et éducation, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 234.

12Les progrès dans la connaissance scientifique de la langue berbère s’appuient sur un enseignement financé par le ministère de l’Instruction publique. Dispensé sur le modèle de celui de l’arabe, il a pour objectif de répondre aux besoins de la colonisation. La préparation aux différents examens est confiée aux professeurs de l’école des Lettres et aux répétiteurs indigènes, les premiers étant chargés de la recherche savante, les seconds de l’enseignement pratique. René Basset continue ainsi à enseigner la partie théorique du cours complémentaire de dialectes berbères jusqu’à sa mort, en 1924, tandis que Belkassem Ben Sedira, maître de conférences en arabe à l’école des Lettres depuis 1880, a succédé à partir de 1885 à El Hachemi ben Si Lounis. À la mort de Ben Sedira, un instituteur, Si Amar ou Saïd Boulifa, a pris le relais jusqu’en 192926. Ben Sedira et Boulifa assuraient par ailleurs respectivement les cours d’arabe et de kabyle à l’école normale de la Bouzaréa. Alger n’était pas le seul centre d’enseignement du kabyle. Depuis 1893, la chaire publique d’arabe de Constantine s’était doublée d’un cours de kabyle confié à Ernest Gourliau, professeur d’arabe au lycée de Constantine. Il était suivi par une cinquantaine d’élèves, nombre qui n’est pas négligeable27.

  • 28 « Notes de lexicographie berbère », Journal asiatique, 1883, p. 281-342.
  • 29 Cours de langue kabyle. Grammaire et versions, Alger, Jourdan, 1887.
  • 30 Manuel de langue kabyle (dialecte zouaoua), grammaire, bibliographie et lexique, Paris, Maisonneuve (...)
  • 31 Une 1re année de langue kabyle, dialecte zouaoua (1897) et Méthode de langue kabyle, cours de deuxi (...)
  • 32 La Conversation française-kabyle, dialecte zouaoua en caractères latins contenant trois parties : g (...)

13René Basset avait l’ambition de dépasser le niveau des études allemandes et anglo-américaines. Il ne pouvait se satisfaire des dictionnaires élaborés au fur et à mesure des explorations militaires. Il lui fallait aussi pouvoir s’appuyer sur des recueils de textes et des grammaires solides pour mener à bien une étude comparative des différents dialectes berbères. La prime par laquelle l’Académie des inscriptions et belles-lettres avait entendu encourager en 1883 la rédaction d’une grammaire comparée des langues berbères était le signe d’une prise de conscience28. Pour répondre au manque drastique de manuels, Basset demande en 1887 à Ben Sedira de constituer un recueil de textes, qui constituera le Cours de langue kabyle de ce dernier29, tandis qu’il publie lui-même un Manuel de kabyle30 censé apporter une contribution décisive à l’établissement d’une grammaire comparative. Il y fait usage d’une transcription héritée de Hanoteau. Dans un texte qui introduit son Cours, Ben Sedira explique qu’il a été chargé par le gouverneur général Tirman de composer un recueil de textes kabyles pour l’apprentissage du kabyle en vue de l’obtention de la prime créée six ans plus tôt – prime dont bénéficient une dizaine de personnes (essentiellement des fonctionnaires qui ont subi avec succès l’examen mis en place à cet effet). Faute d’avoir trouvé le moyen de publier le manuel pratique de kabyle qu’il a composé, Ben Sedira dit avoir choisi de donner au public un recueil de textes à traduire, accompagné d’un résumé grammatical et d’un recueil de traditions et légendes diverses (avec traduction et transcription en arabe). Il affirme abandonner l’étude philologique du berbère à René Basset, son « collègue de l’école des Lettres », et n’avoir d’autre ambition que de continuer par des travaux de vulgarisation l’œuvre commencée par Hanoteau. Il laisse les questions d’histoire, d’ethnographie, de « science pure » aux personnes compétentes. Il faut attendre Boulifa pour voir s’affirmer une figure d’auteur berbérophone de manuels à part entière. Ses manuels scolaires constituent une référence incontestable pour ses contemporains et les générations ultérieures31. Ils mettent en œuvre la méthode directe à partir de textes directement puisés auprès de locuteurs kabyles. D’autres ouvrages ont été publiés avec une diffusion, semble-t-il, confidentielle, les autorités académiques algéroises n’en recommandant pas nécessairement l’usage, comme celui, en caractères latins, que Gourliau publie à Miliana, sans doute à destination de ses élèves32.

  • 33 Revue africaine, 1899, vol. XLIII, p. 17-33 et XLIV, p. 44-59.

14Ces manuels ont servi à la préparation des examens ouvrant aux fonctionnaires le droit à primes. À côté du certificat qui atteste une connaissance élémentaire du kabyle sont créés le brevet de kabyle (1885), qui comporte une épreuve de langue arabe, et le diplôme de dialectes berbères (1887) qui, beaucoup plus théorique que les deux premiers, suppose la capacité d’une approche comparée avec d’autres dialectes que le kabyle ainsi que des notions d’ethnographie. En 1910, l’examen oral du brevet suppose la connaissance du Manuel de kabyle de René Basset (Paris, Maisonneuve et C. Leclerc, 1887), de son Loqmân berbère (Paris, Leroux, 1890), du Cours de langue kabyle de Belkassem Ben Sedira (Alger, Jourdan, 1887), des Légendes et contes merveilleux de la Grande Kabylie d’Auguste Mouliéras (Paris, Leroux, 1893-1896), du Manuel épistolaire de langue arabe de Ben Sedira (Alger, Jourdan, 1893), d’Une première année de langue kabyle (Alger, Jourdan, 1897, 2e éd. 1910) et du Recueil de poésies kabyles de Boulifa (Alger, Jourdan, 1904) ainsi que des Chansons kabyles de Luciani33. En 1910-1911, on trouve au programme du diplôme l’Essai de grammaire kabyle de Hanoteau, son Essai de grammaire de la langue tamachek (Paris, Imprimerie impériale, 1860), ses Poésies populaires de la Kabylie du Jurjura (Paris, Imprimerie impériale, 1867) et La Kabylie et les coutumes kabyles (Paris, Challamel, 1872-1873), l’ouvrage de René Basset sur la lexicographie berbère et les différents dialectes (Paris, Leroux, 1883-1888), La Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie (Kabyles du Djurdjura, Chaouïa de l’Aourâs, Beni Mezâb) d’Émile Masqueray (Paris, Leroux, 1886) et l’Étude sur le dialecte berbère de Ouargla de Samuel Biarnay (Paris, Leroux, 1908).

  • 34 Archives nationales de France, F 17/17638-17640.
  • 35 Ibid.

15Les chargés de cours de berbère font obligatoirement partie du jury du brevet, dont les épreuves consistent en des exercices de conversation, d’interprétation et de compréhension, avec vérification des connaissances grammaticales. Celles du diplôme exigent la capacité d’établir des comparaisons interdialectales en plus de connaissances concernant l’histoire et les coutumes des Berbères. Les autochtones peuvent y être candidats s’ils possèdent le certificat d’études primaires (à la place du baccalauréat, un diplôme dont les interprètes judiciaires sont même dispensés34). Les candidats sont peu nombreux. Au brevet ne se présentent pratiquement que des instituteurs. L’apprentissage du kabyle est généralement pensé comme une spécialisation qui complète un premier apprentissage de l’arabe, dont les programmes du brevet et du diplôme de kabyle supposent connus les grands principes. Ben Sedira inscrit dans son Cours de langue kabyle une transcription en arabe de ses textes kabyles ; Boulifa demande la revalorisation de l’épreuve d’arabe au sein du brevet de kabyle35.

  • 36 Le Chaouïa de l’Aurès (dialecte de l’Ahmar-Khaddo). Étude grammaticale, Paris/Alger, Leroux/Publica (...)
  • 37 Dictionnaire français-chaouïa (Qamūs rūmi-caui), Alger, Jourdan, 1906 ; Dictionnaire chaouïa-arabe- (...)
  • 38 Étude des dialectes berbères : grammaire complète de la langue mzabite, comparée dans ses parties e (...)
  • 39 Dictionnaire français-touareg, dialecte des Taïtoq, suivi d’observations grammaticales, Paris, E. L (...)
  • 40 Dictionnaire tamâheq-français, langue des Touareg et Dictionnaire français-tamâheq (langue des Toua (...)
  • 41 Rapport sur les études berbères et haoussa, 1902-1908, Alger, Jourdan, 1909. Ce rapport a été prése (...)
  • 42 Dictionnaire pratique tamâheq-français, langue des Touareg, Alger, Jourdan, 1900.
  • 43 Dictionnaire français-tachelh’it et tamazir’t (dialectes berbères du Maroc), Paris, E. Leroux, 1907
  • 44 Grammaire, dialogues et dictionnaire touaregs (publiés par René Basset, revus et complétés par Char (...)

16Moins connus que le kabyle, les autres dialectes sont l’objet d’études grammaticales et d’outils lexicaux réalisés sur le terrain. Leurs auteurs sont des administrateurs mais aussi des Pères Blancs. Le chaouïa a été ainsi étudié par Gustave Mercier, en poste dans une vallée de l’Aurès comme officier des Affaires musulmanes36, et par le père Huyghe37. Le mozabite a donné lieu à un essai comparatiste de la part d’Émile Gourliau38 et sa grammaire a fait l’objet d’un ouvrage, produit d’une collaboration entre l’interprète judiciaire Ameur Nour ben Si Lounis et Moka Messaoud ben Yahia (Alger, 1897). Mais c’est le touareg qui a fait l’objet de l’intérêt le plus grand. Le travail de Hanoteau a été poursuivi par Masqueray39. Après avoir reçu la mission d’étudier le tamaheq, Saïd Cid Kaoui, un interprète militaire né en 1859 à Oued Amizour, près de Bougie, publie en 1894 à Alger, chez Jourdan, deux dictionnaires40. Ils essuient le feu de la critique de René Basset, pour qui l’auteur « n’a poursuivi aucune étude linguistique et philologique41 ». Basset juge préférable de s’appuyer sur les compétences de l’interprète Motylinski et de ses répétiteurs. Pourtant, les ouvrages de Cid Kaoui, qui réédite son dictionnaire tamaheq-français dans un format réduit42, lui valent une médaille d’argent à l’exposition universelle de 1900 et la rosette de l’Instruction publique pour l’ensemble de son œuvre. En 1907, le général Bailloud lui demande un lexique franco-berbère à l’usage des troupes qui campent à la frontière algéro-marocaine. Cid Kaoui utilise à cet effet la documentation qu’il a rassemblée quelques années plus tôt auprès d’immigrés marocains à Chellata et publie un dictionnaire tachelhit et tamazirt chez Leroux43. À partir de 1905 et jusqu’à sa mort, en 1916, Charles de Foucauld travaille, dans un premier temps en collaboration avec l’interprète et professeur d’arabe Adolphe Calassanti-Motylinski44, à une œuvre immense dont René Basset extrait les Notes pour servir à un essai de grammaire touarègue (Alger, Carbonel, 1920). Ces Notes s’ajoutent à la publication par André Basset, fils de René, du Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar (Paris, Imprimerie nationale, 1951-1952, 4 vol.).

L’adaptation à la réalité linguistique locale

  • 45 Edmond Doutté, « Une mission d’études au Maroc », Renseignements coloniaux, 1901, no 8, p. 161-178.
  • 46 Archives berbères, 1917.
  • 47 Manuel de berbère marocain, dialecte chleuh, Paris, Guilmoto, 1914.

17À mesure que l’espace géographique de l’étude des dialectes berbères s’élargit, la distance entre les manuels pratiques et les instruments linguistiques scientifiques s’accentue. Les instituteurs indigènes et européens formés à l’école normale d’instituteurs de la Bouzaréa en arabe et en berbère par la méthode directe et qui suivent aussi les cours de Basset à l’université d’Alger ont réalisé leurs premiers travaux linguistiques en Algérie, avant de donner un nouvel essor à leurs études au Maroc : c’est le cas d’Edmond Destaing, d’Émile Laoust, de Mohammed Nehlil ou de Mohammed Abès. Les manuels de berbère marocain qu’ils publient parallèlement à leurs savantes études dialectales s’adressent à un public d’officiers et de fonctionnaires, avec une évolution comparable à celle qu’on a pu voir pour le berbère kabyle. Avant la conquête du Maroc, la seule grammaire existante, celle de l’orientaliste allemand Hans Stumme (1864-1936), avait été composée d’après le langage d’une troupe d’acrobates originaires des Oulad Sidi Ahmed Ou Mousâ du Tazerwalt, en tournée en Europe. Edmond Doutté, qui avait pu juger de ses qualités lors de son voyage au Maroc en 1901, l’avait trouvée utile et précise malgré une méthode de composition sujette à caution45. Elle est cependant bientôt considérée comme trop savante pour permettre aux officiers de faire l’apprentissage du berbère en usage localement. C’est pour répondre aux besoins de ces derniers qu’est publiée en 1916 la Première année de langue berbère due à l’interprète kabyle Mohammed Abès, en poste dans la région de Meknès en 1914-1915. L’ouvrage fait l’objet d’une critique sans concessions de la part de Nehlil, lui aussi interprète militaire d’origine kabyle, mais par ailleurs ancien élève de l’école normale de la Bouzaréa et directeur depuis 1914 de l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères alors fondée à Rabat46. Ses descriptions de la langue ne présenteraient pas les caractéristiques permettant de la définir comme un dialecte du Maroc central. Il aurait en outre le défaut de ne pas s’adresser à des débutants, faute de progression graduée, à la différence de la Première année de Boulifa pour le kabyle. Nehlil juge meilleur le Manuel de berbère marocain, dialecte chleuh de Léopold Justinard, un officier des affaires indigènes qui a reçu les encouragements de Samuel Biarnay47. Le Manuel de berbère marocain, dialecte du Rif qu’élabore le même Justinard pendant la guerre du Rif et qui est publié chez Geuthner en 1926 reçoit aussi un accueil critique favorable.

  • 48 Cours de berbère marocain, dialecte du Sous, du Haut et de l’Anti-Atlas, Paris, Challamel, 1921, ré (...)
  • 49 Voir Claude Lefébure, « Edmond Destaing », dans François Pouillon, op. cit., p. 298-299.
  • 50 Voir Claude Lefébure, « André Basset », ibid., p. 57-58.

18Les ouvrages publiés après la Première Guerre mondiale sont toujours appuyés sur des enquêtes de terrain. C’est le cas des travaux d’Émile Laoust, devenu professeur à l’Institut des hautes études marocaines (IHEM) de Rabat48, augmentés de textes bruts d’Edmond Destaing, titulaire de la chaire de berbère à l’École des langues orientales. Le Vocabulaire français-berbère de ce dernier (Paris, Leroux, 1920, 2e éd. 1937) est l’amorce d’un ensemble plus important consacré au tachelhit (Anti-Atlas marocain), dont seul le recueil de textes a paru. Destaing avait déjà consacré de nombreuses études à d’autres parlers, parmi lesquels on peut citer le Dictionnaire français-berbère, dialecte des Beni-Sous (Paris, Leroux, 1914). Il y a rompu avec la transcription à l’oreille, approximative, qui était celle de Hanoteau, pour adopter une transcription phonétique49. Son successeur à la chaire de l’École des langues orientales, André Basset, en poste entre 1940 et 195650, fait progresser la dialectologie berbère en publiant des descriptions très précises de certains parlers ainsi que des études grammaticales comparées qui rendent compte des progrès de la linguistique. Ils se distinguent des ouvrages publiés à Alger entre 1930 et 1940, lesquels sont plutôt des manuels pour officiers et médecins, bien qu’ils aient pris en compte les progrès de la linguistique et l’apport des études de terrain les plus récentes.

  • 51 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), 4 i /86.
  • 52 L’ouvrage a pu être réalisé grâce à l’appui d’André Picard, chargé depuis de longues années d’un co (...)

19Dans la bibliothèque arabo-berbère du Service des liaisons nord-africaines (SLNA), destinée aux élèves officiers, un nouveau manuel de kabyle remplace les anciens manuels d’initiation, dont celui de René Basset51. Il s’agit du Cours de berbère, parlers de Kabylie, composé par André Basset et Jean Crouzet (Alger, La Typo-litho/Jules Carbonel, 1937). Les élèves de 2e année continuent en revanche d’utiliser les anciens dictionnaires ainsi que les recueils de textes de Boulifa et Les Fourberies de Si Djeh’a recueillies par Auguste Mouliéras. André Basset publie en collaboration avec l’instituteur André Picard des Éléments de grammaire berbère, Kabylie-Irdjen (Alger, Éd. La Typo-litho et J. Carbonel réunies, 1948). L’informateur principal, Mohand Lechani, dûment cité, était un ancien instituteur indigène, un des fondateurs de La Voix des humbles, revue de l’Association des instituteurs d’origine indigène d’Algérie (1922-1939). Il avait acquis une formation de berbérisant auprès de René Basset, de Boulifa et d’Émile Laoust. Il avait aussi entamé une carrière politique, ayant été élu conseiller général, puis conseiller de l’Union française. Ould Mohand Ali publie par ailleurs à l’usage des médecins un Essai sur le vocabulaire médical en Kabylie (Alger, Imprimerie officielle, 1954). Son lexique, qui s’accompagne de cartes, est précédé d’une monographie, Ould Mohand Ali ayant suivi les conseils d’Henri Jahier, professeur à la faculté de Médecine d’Alger52.

  • 53 Notice « Dallet » dans Salem Chaker (dir.), Hommes et Femmes de Kabylie, La Calade, Édisud, 2001. S (...)

20Peu avant l’indépendance de l’Algérie, André Picard, qui a soutenu sa thèse sur le parler des Irdjen (Kabylie), succède à André Basset à la chaire de berbère de l’université d’Alger (il ne sera pas remplacé après son départ pour la France, en 1962). Mais c’est en Kabylie, autour des Pères Blancs, que les études berbères sont alors les plus dynamiques, sans cesser d’ailleurs après l’indépendance. Le père Jean-Marie Dallet travaille entre 1946 et 1972 au Fichier de documentation berbère (FDB), localisé en Grande Kabylie, à Tizi-Ouzou, où a été constitué un centre d’enseignement et de recherches linguistiques et ethnographiques intitulé Centre d’études berbères. En 1976, ce fichier sera placé sous scellés par le gouvernement algérien. La qualité du travail de Dallet, très proche de ses informateurs kabyles, sera plus tard reconnue par Salem Chaker53. Dallet a publié avec la collaboration de sœur Louise de Vincennes une Initiation à la langue berbère (kabyle), préfacée par André Picard (1960), des lexiques et un Dictionnaire kabyle-français, parler des At Mangellat (Paris, SELAF, 1982), qui reste aujourd’hui une référence essentielle pour les études kabyles.

  • 54 Voir la recension publiée par Salem Chaker dans la ROMM (1976, n° 21, p. 187-190).

21Après 1962, la réappropriation par les berbérophones eux-mêmes de la description de la langue berbère s’accompagne de nouvelles interrogations identitaires. Professeur de lettres classiques jusqu’en 1957 et porte-flambeau de la transmission littéraire et culturelle kabyle, Mouloud Mammeri obtient de pouvoir professer entre 1965 et 1972 un cours de berbère à l’université d’Alger. Il est l’initiateur de la relève kabyle dans des études berbères qui ont consacré l’unité de la langue à travers un temps et un espace très vastes et de nombreuses variantes. Il l’oriente vers la standardisation d’un berbère à la fois pur et moyen, avec pour paradigme le touareg, mis en avant comme le dialecte qui aurait le moins subi les influences de l’arabe. Mammeri n’en continue pas moins de respecter le principe des grandes variétés régionales linguistiques. Œuvre du frère du Sacré-Cœur Jean-Marie Cortade (avec la relecture de Mouloud Mammeri), une sorte d’index du dictionnaire de Foucauld, le Lexique français-touareg, dialecte de l’Ahaggar (Alger, IRS/CRAPE, 1967), et un Essai de grammaire touareg, dialecte de l’Ahaggar (Université d’Alger, Études sahariennes, 1969) paraissent peu d’années avant le Manuel de grammaire touarègue de K. G. Prasse (Université de Copenhague, 1972-1974, 3 vol.), qui est, lui, d’une conception tout à fait nouvelle mais d’une lecture difficile54. En France Kamal Naït-Zerrad, successeur de Salem Chaker à l’INALCO, conjugue recherche linguistique et édition de manuels pratiques de kabyle destinés à un public averti d’universitaires, d’auteurs, d’étudiants s’associant au mouvement de reconnaissance officielle de la langue berbère en Algérie. Il faut citer entre autres sa Grammaire moderne du kabyle (Paris, Karthala, 2001). En Algérie, la langue berbère est reconnue comme langue nationale en 2002 et des départements de langue et culture berbères sont développés dans les universités de Tizi-Ouzou (1990), de Béjaïa (1991) puis de Bouira (2009). La question de l’élaboration de manuels (terminologie, normalisation linguistique, pédagogie…) et celle de la formation des enseignants sont encadrées par un haut-commissariat à l’Amazighité créé dès 1995 avec l’introduction de l’enseignement du tamazight à l’école en option – enseignement qui, en pratique, s’est depuis en grande partie concentré en Kabylie.

  • 55 Les alphabets tifinagh, supposés dérivés de l’alphabet libyque, n’étaient plus usités que chez les (...)
  • 56 Tajerrumt n tmazight (tantala taqbaylit), Paris, Maspero, 1976.
  • 57 Voir les actes du colloque international sur le libyco-berbère ou le tifinagh, qui s’est tenu du 21 (...)

22Le choix de la graphie du berbère, question toujours actuelle, illustre l’importance et l’interdépendance des enjeux linguistiques et politiques. L’alphabet des nouveaux manuels (latin, arabe ou tifinagh55) peut-il être choisi en fonction de critères strictement linguistiques ? Ou doit-il prendre en considération des facteurs politiques, en affirmant une volonté de s’émanciper d’une situation d’oppression passée (du fait de la puissance coloniale française) et présente (du fait d’une majorité arabophone dans la population nationale) ? En Algérie, la grammaire kabyle composée en kabyle par Mouloud Mammeri56 avait consacré la graphie latine. Son Précis de grammaire berbère (kabyle), d’abord ronéotypé à l’université d’Alger (1967), puis imprimé à Paris (Maison des sciences de l’homme, 1986), allait dans le même sens. Au Maroc, où le berbère est reconnu comme langue officielle depuis 2011, l’alphabet tifinagh a été adopté dans l’enseignement. Les difficultés que pose une graphie inadaptée d’un point de vue phonologique et rompant avec les usages préexistants dans la recherche scientifique et la littérature ont moins pesé que la volonté de se démarquer à la fois de l’arabe et du français. En Algérie, cette solution, objet de débats, est loin de faire l’unanimité57.

Notes

1 Il faut attendre 1928 pour voir l’institution, à l’université d’Alger, d’une chaire spécifiquement consacrée aux études berbères. Elle est attribuée à André Basset, l’un des fils de René Basset.

2 On peut citer le cas de Mardochée Naggiar, juif arabophone qui a lui-même recours en 1824 à un zouave kabyle du bey de Tunis, Mohammed el-Kebir, pour recueillir les éléments, transcrits en caractères arabes et traduits en français, d’un lexique et d’une grammaire berbères, ce travail étant effectué sous la direction d’Humbert, un ingénieur militaire hollandais, archéologue amateur. Lexique, grammaire ainsi que d’autres informations sur les tribus berbères ont été commandités par un professeur d’arabe de l’université de Leyde, H. A. Hamaker (Lucette Valensi, Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu, Paris, Stock, 2008, p. 216-243).

3 Voyage dans la régence d’Alger ou Description géographique, physique, philologique, etc. de cet État, Paris, chez Marlin, 1830, 2 vol.

4 Ses Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger ont été réédités par Lucette Valensi avec une introduction et des notes (Paris, La Découverte, 1987 et 2002).

5 Cette description se trouve dans la correspondance qu’il adresse en 1725 à l’abbé Bignon. Il lui relate son voyage de Bône à Alger dans la suite du bey de Constantine.

6 Captif en Afrique du Nord après y avoir suivi les troupes de Charles-Quint, Luis del Marmol y Carvajal avait déjà identifié des Chauvies dans sa Descripción general de África, sus guerras y vicisitudes, desde la fundación del mahometismo hasta el año 1571 (2 vol., Grenade, 1573, puis Malaga, 1599). Traduit en français en 1667 par Nicolas Perrot, sieur d’Ablancourt, sous le titre L’Afrique de Marmol, ce livre s’est imposé comme un modèle de la relation de voyage. Bien qu’il n’ait pas connu de réédition dans les années 1830, son contenu n’a pas cessé d’être largement diffusé par l’intermédiaire des auteurs de récits de voyages, pour qui il restait une référence incontournable.

7 Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, composés par feu Venture de Paradis, revus par Amédée Jaubert et publiés par la Société de géographie, Paris, Impr. royale, 1844.

8 Mohamed Meouak, « Langues, société et histoire d’Alger au xviiie siècle d’après les données de Venture de Paradis (1739-1799) », dans Jocelyne Dakhlia (dir.), Trames de langues, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 305.

9 Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère…, op. cit., p. xvi.

10 Sur Delaporte, voir la notice d’Alain Messaoudi dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM/Karthala, 2008, p. 275.

11 Sur la formation des interprètes militaires en Algérie, voir Alain Messaoudi, « Entre renseignement et enseignement. Les interprètes militaires et la constitution d’un premier corpus savant “algérien” », Revue d’histoire du xixe siècle, no 41, 2010-2, L’Algérie au xixe siècle, dossier coordonné par Hélène Blais, Claire Fredj et Emmanuelle Saada, p. 97-112.

12 Joanny Pharaon, qui enseigne l’arabe à Alger entre 1832 et 1836, publie cependant Les Cabiles et Boudgie (1835), qui contient un lexique très élémentaire.

13 Cette inscription, qui figure à côté d’une inscription punique sur la pierre de Dougga, a été déchiffrée en 1843 par Saulcy, qui publie six ans plus tard des « Observations sur l’alphabet tifinag », Journal asiatique, 13, p. 247-269 (voir Dominique Casajus, « Déchiffrages. Quelques réflexions sur l’écriture libyco-berbère », Afriques, fév. 2010, en ligne <http://afriques.revues.org/688>, page consultée en novembre 2012). On peut aussi signaler le travail d’Estève Boissonnet (1811-1901), directeur des Affaires arabes de la province de Constantine et correspondant de la Société asiatique. Arabisant et berbérisant, il fait la découverte d’un alphabet tifinagh avec l’aide d’un taleb de Constantine originaire du Touat et familier des Touaregs de sa région. Il le compare avec le vocabulaire de Delaporte et la pierre de Dougga (Auguste C. Judas, « Sur l’alphabet berbère usité chez les Touaregs et ses rapports avec l’antique alphabet des Libyens », Journal asiatique, 1847, 4e série, t. IX, p. 455-461).

14 Dictionnaire français-berbère (dialecte écrit et parlé par les Kabaïles de la division d’Alger), ouvrage composé par ordre de M. le Ministre de la Guerre par MM. le chevalier P.-A.-E.-P. Jaubert, J.-D. Delaporte, E. de Nully, Ch. Brosselard, Sidi Ahmed ben el Hadj Ali, Paris, Imprimerie royale, 1844.

15 On peut noter que, selon Brosselard, le berbère serait le seul dialecte utilisé dans les corporations d’ouvriers établis à Alger. Sur Brosselard, voir la notice d’Alain Messaoudi dans François Pouillon, op. cit., p. 151-152.

16 Officier des bureaux arabes, Hanoteau a été d’abord en poste au bureau politique des Affaires arabes à Alger, avant d’être nommé commandant supérieur du cercle de Dra el Mizan puis de Fort Napoléon et de se consacrer à l’élaboration de La Kabylie et les coutumes kabyles (voir la notice de Michèle Sellès dans François Pouillon, op. cit., p. 481-482).

17 L’Histoire des Berbères d’Ibn Khaldoun, traduite sur ordre du maréchal Randon, gouverneur de l’Algérie, comprend à la fin du IVe volume des remarques sur la langue et la littérature berbères.

18 Voir Marius Canard, « À propos de la fondation de la Revue africaine. Une lettre du Baron de Slane », Revue africaine, 3e et 4e trim. 1955, p. 419-420. L’article fait état de la présence d’une lettre en allemand du baron de Slane dans la correspondance du professeur Fleischer, de Leipzig, publiée dans la Zeitschrift der deutschen morgenlandischen Gesellschaft, 1857, tome XI. Cette lettre est datée du 23 janvier 1857.

19 Alger, Bastide, 1858.

20 Essai de grammaire de la langue tamachek, du langage parlé par les Imoucher ou Touareg, Paris, Imprimerie impériale, 1860.

21 René Basset est titulaire depuis 1884 de la chaire de langue et de littérature arabe laissée vacante par Octave Houdas (voir sa notice par Claude Lefébure dans François Pouillon, op. cit., p. 59-60).

22 Rapport sur les études berbères, éthiopiennes et arabes, 1887-1891, Woking, Oriental University Institute, 1892.

23 Relation de Sidi Brahim, de Massat, Paris, Leroux, 1882.

24 Une édition de ce texte, transcrit en caractères latins par Francis W. Newman, avait été publiée en 1848, peu après la traduction en anglais par William B. Hodgson d’une version arabe du texte, due au même taleb (« The Narrative of Sidi Brahim ben Mohammed el-Susi » et « The narrative of Sidi-Brahim Ben Mohammed El-Messi El-Susi in the Berber language with interlineary version », Journal of the Royal Asiatic Society, 1848, t. IV, no 18, p. 115-130, et no 19, p. 215-260).

25 Sur ces congrès, voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « “Les grandes assises de l’orientalisme”. La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes (1873-1912) », Revue germanique internationale, 12, 2010, p. 47-67.

26 Sur Boulifa, voir la notice de Michèle Sellès dans François Pouillon, op. cit., p. 136-138.

27 Voir Léon Antoine, Colonisation, enseignement et éducation, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 234.

28 « Notes de lexicographie berbère », Journal asiatique, 1883, p. 281-342.

29 Cours de langue kabyle. Grammaire et versions, Alger, Jourdan, 1887.

30 Manuel de langue kabyle (dialecte zouaoua), grammaire, bibliographie et lexique, Paris, Maisonneuve & Larose/C. Leclerc, 1887.

31 Une 1re année de langue kabyle, dialecte zouaoua (1897) et Méthode de langue kabyle, cours de deuxième année (1913). Le premier est un résumé des leçons qu’il fait aux élèves de la section spéciale de l’école normale et aux débutants de l’école des Lettres : « vade-mecum » qui se veut d’un usage pratique, il est divisé en 60 leçons comprenant chacune grammaire, vocabulaire et thème ou version. Le recueil de textes qui constitue le cours de 2e année et qui est une description fine des coutumes kabyles du Djurdjura reste jusque dans les années 1960 le principal manuel en usage pour l’étude du berbère en France et en Algérie.

32 La Conversation française-kabyle, dialecte zouaoua en caractères latins contenant trois parties : grammaire, vocabulaire, dialogues, Miliana, Legendre, 1893, 300 p.

33 Revue africaine, 1899, vol. XLIII, p. 17-33 et XLIV, p. 44-59.

34 Archives nationales de France, F 17/17638-17640.

35 Ibid.

36 Le Chaouïa de l’Aurès (dialecte de l’Ahmar-Khaddo). Étude grammaticale, Paris/Alger, Leroux/Publications de la faculté des Lettres d’Alger, 1896. Gustave Mercier (1874-1953) est l’aîné des fils d’Ernest Mercier, ancien interprète militaire devenu maire de Constantine.

37 Dictionnaire français-chaouïa (Qamūs rūmi-caui), Alger, Jourdan, 1906 ; Dictionnaire chaouïa-arabe-kabyle-français, Alger, Jourdan, 1907.

38 Étude des dialectes berbères : grammaire complète de la langue mzabite, comparée dans ses parties essentielles aux dialectes kabyle et tamachek’, Miliana, Legendre, 1898.

39 Dictionnaire français-touareg, dialecte des Taïtoq, suivi d’observations grammaticales, Paris, E. Leroux, 1893.

40 Dictionnaire tamâheq-français, langue des Touareg et Dictionnaire français-tamâheq (langue des Touaregs), contenant : 1o tous les mots de la langue française traduisibles en tamâheq soit directement, soit par des phrases ; 2 o la traduction en tamâheq de tous ces mots, avec la prononciation figurée en caractères français et en caractères tifinar’ ; 3 o les différentes acceptions des mots, avec de nombreux exemples, dictons, proverbes, traits de mœurs des Imouhar’, etc. etc. ; 4 o l’indication du genre, du nombre des noms, etc., Alger, Jourdan, 1894.

41 Rapport sur les études berbères et haoussa, 1902-1908, Alger, Jourdan, 1909. Ce rapport a été présenté au XVe Congrès des orientalistes, à Copenhague.

42 Dictionnaire pratique tamâheq-français, langue des Touareg, Alger, Jourdan, 1900.

43 Dictionnaire français-tachelh’it et tamazir’t (dialectes berbères du Maroc), Paris, E. Leroux, 1907.

44 Grammaire, dialogues et dictionnaire touaregs (publiés par René Basset, revus et complétés par Charles de Foucauld), Alger, Fontana, 1908.

45 Edmond Doutté, « Une mission d’études au Maroc », Renseignements coloniaux, 1901, no 8, p. 161-178.

46 Archives berbères, 1917.

47 Manuel de berbère marocain, dialecte chleuh, Paris, Guilmoto, 1914.

48 Cours de berbère marocain, dialecte du Sous, du Haut et de l’Anti-Atlas, Paris, Challamel, 1921, rééd. 1926 ; Cours de berbère marocain, dialecte du Maroc central, Paris, Geuthner, 1924, rééd. 1929 et 1939.

49 Voir Claude Lefébure, « Edmond Destaing », dans François Pouillon, op. cit., p. 298-299.

50 Voir Claude Lefébure, « André Basset », ibid., p. 57-58.

51 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), 4 i /86.

52 L’ouvrage a pu être réalisé grâce à l’appui d’André Picard, chargé depuis de longues années d’un cours complémentaire de kabyle à la faculté de Médecine.

53 Notice « Dallet » dans Salem Chaker (dir.), Hommes et Femmes de Kabylie, La Calade, Édisud, 2001. Salem Chaker a été professeur de linguistique berbère à l’INALCO entre 1989 et 2008.

54 Voir la recension publiée par Salem Chaker dans la ROMM (1976, n° 21, p. 187-190).

55 Les alphabets tifinagh, supposés dérivés de l’alphabet libyque, n’étaient plus usités que chez les Touaregs (voir Dominique Casajus, « Déchiffrages… », art. cit.). Un alphabet dit néo-tifinagh a été créé par la militante Académie berbère dans les années 1970 à Paris.

56 Tajerrumt n tmazight (tantala taqbaylit), Paris, Maspero, 1976.

57 Voir les actes du colloque international sur le libyco-berbère ou le tifinagh, qui s’est tenu du 21 au 24 mars 2007 à Alger sous le patronage du haut-commissariat à l’Amazighité et publiés par lui en 2007 à Alger.

Auteur

Michèle Sellès, chercheur associé au Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (EHESS), travaille sur les représentations passées et présentes de la Kabylie. Elle analyse les pratiques de l’administration coloniale, l’action des élites intermédiaires et la construction des savoirs ethnographiques : « L’enquête et son double ou le témoignage sans réserves d’Albert Camus, de “Misère de la Kabylie” au Premier Homme » (dans Alban Bensa et François Pouillon dir., Terrains d’écrivains. Littérature et ethnographie, Forcalquier, Anacharsis, 2012).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540