Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre persan

 | 
Francis Richard

Le sarlowh ou frontispice enluminé : un décor fréquent dans les manuscrits persans

Texte intégral

  • 1 Voir cependant le chapitre rédigé par Oleg Akimushkin et Anatol Ivanov, « The Art of Illumination » (...)

1Si l’on veut s’attarder quelque peu – ce qui jusqu’à présent n’a guère été fait1 – sur la spécificité, dans l’art du livre persan, des bandeaux enluminés rectangulaires qui se trouvent si fréquemment en tête des textes, on constate qu’il s’agit – avec les encadrements qu’ils accompagnent très souvent – du type de décor le plus fréquemment rencontré. Ainsi, pour les collections de la BNF, c’est le cas de presque un quart des manuscrits conservés dans les fonds persan et Supplément persan qui renferment ce type de frontispices initiaux rectangulaires ou surmontés d’une coupole. Dans le rapide survol que nous entreprenons, on prendra – par pure convention malgré l’inadéquation des termes – le nom de fronton ou frontispice enluminé pour désigner cette sorte de décor.

2Par leur place dans les livres, ils évoquent un peu les pylé des manuscrits grecs, coptes ou éthiopiens. Rien ne dit cependant qu’il y ait un rapport direct entre ces motifs. Peut-être s’agit-il de similitudes formelles : une manière de marquer, de façon particulière, le début d’un livre à l’instar du portail indiquant l’entrée d’un édifice. Dans le vocabulaire des pays musulmans orientaux, on trouve plusieurs mots pour désigner ces bandeaux rectangulaires. Depuis le xixe siècle, les bibliophiles et collectionneurs ont souvent eu recours au mot sarlowh pour décrire les décors enluminés initiaux, autres que les rosaces (nommées elles chamseh, d’un nom qui évoque le soleil et ses rayons). En Iran, on emploie, parfois aujourd’hui, le terme de ‘onvân qui signifie, en premier lieu, titre, ou en-tête, ou intitulé. C’est souvent ce terme (lowh, ou sar-lowh) qu’ont retenu les érudits persans ou indiens qui rédigeaient des notices pour décrire les manuscrits des bibliothèques princières au xviie ou xviiie siècle. Une des difficultés vient du fait que ces rectangles enluminés se retrouvent souvent comme élément constitutif des doubles « pages-tapis » initiales de copies de luxe de corans ou de textes littéraires persans : le motif ne subit pas de transformation mais est simplement répété quatre fois – en haut et en bas du texte copié – et intégré dans une composition décorative plus complexe.

3On pourrait bien sûr préférer employer le terme de sar-lowhe, ce qui se trouve en tête d’un livre, avec le sens de titre, d’épigraphe, de début de livre ou de chapitre, et donc de titre orné ou même de frontispice, dans la mesure où ces bandeaux rectangulaires initiaux portent effectivement le plus souvent le titre du livre ou une épigraphe.

4Même si les termes ont pu changer à travers les lieux et les époques, l’absence, jusqu’à présent, d’étude systématique de ces décors et de leur histoire est, à coup sûr, en grande partie responsable de notre embarras pour trouver des termes adaptés à la description précise de ces motifs.

  • 2 Outre l’article cité ci-dessus, le catalogue de Dorothea Duda, Die illuminierten Handschriften und (...)

5Même s’il existe peu d’études sur ces ornements non figuratifs, on trouve, dans un certain nombre de catalogues illustrés ou de travaux sur les manuscrits persans enluminés2, des éléments qui seraient susceptibles – une fois rassemblés – d’amorcer l’étude systématique de ce phénomène à travers les styles et les siècles. La complexité des problèmes rencontrés et la trop grande abondance du matériau à analyser ont certainement empêché jusqu’à présent une telle entreprise d’aboutir.

6Aussi notre propos est simplement ici d’attirer l’attention sur la spécificité de ces décors et d’en souligner l’intérêt. Il est indéniable que, dans le cas du livre islamique et plus spécifiquement du livre persan ou réalisé dans les pays influencés par la culture persane, on est frappé par la similitude des motifs de ces bandeaux avec ceux employés dans les décors architecturaux. Les bandeaux de frontispice rappellent les motifs rectangulaires que l’on trouve sur le haut des murs ou sur les frontons de nombreux édifices, mosquées ou palais. La calligraphie y joue aussi, le plus souvent, le rôle central. Si elle est absente, des volutes ou des arabesques sont réalisées seules, mais, généralement, ce même décor existe combiné à la calligraphie. Ce rapport étroit entre architecture et art du livre ne saurait nous surprendre ; dans des ateliers travaillant pour un même mécène sous la direction de maîtres supervisant différents corps d’artisans et d’artistes, ceux-ci ont tout naturellement copié les modèles réalisés par les architectes, ou repris les motifs qu’ils voyaient autour d’eux.

  • 3 Sheila S. Blair, Islamic Inscriptions, Édimbourg, 1998.
  • 4 F. Richard, « Nasr al-Soltânî, Nâser al-Mozahheb et la bibliothèque d’Ebrâhîm Soltân à Shîrâz », St (...)

7Ainsi, notre connaissance des décors monumentaux3 pourra être utilement complétée par l’étude des motifs enluminés des manuscrits de la même province à la même époque. Une analyse des styles ne pourra se dispenser de mettre en parallèle stucs, briques, bois sculptés, faïences et enluminures. De même que, souvent, les grands calligraphes avaient à réaliser aussi bien des calligraphies monumentales que des calligraphies sur des textiles ou des manuscrits, il a existé des enlumineurs – donc maîtres d’œuvre de ces pages de frontispice de livres de luxe – qui furent directeurs d’ateliers royaux. On en connaît au moins un exemple sous le règne d’Ebrâhîm Soltân, à Chîrâz, Nasr (ou Nâser) Mozahheb Soltânî4, actif aux alentours de 1430-1435. Il est impossible de penser qu’il n’a pas fait réaliser des projets de décor de même style par les différents artistes travaillant pour son patron, le sultan du Fârs.

  • 5 Voir Yves Porter, Peinture et art du livre. Essai sur la littérature technique indo-persane, Paris- (...)

8La réalisation des frontispices enluminés demandait, par ailleurs, à l’artiste de savoir maîtriser l’emploi de l’or utilisé le plus souvent sous forme liquide mêlé à du blanc d’œuf. C’est donc l’enlumineur-doreur (mozahheb) le maître d’œuvre essentiel d’un frontispice enluminé. Certains de ces mozahheb sont restés très célèbres au même titre que les calligraphes. Les traités sur l’art du livre leur accordent une place importante5. Ils nous parlent néanmoins assez peu de leur art.

Les origines

9L’un des modèles les plus probables des bandeaux rectangulaires ornementaux surplombant – pour ainsi dire – l’incipit du texte doit être recherché parmi ceux qui marquent le début des sourates de certains corans ornés. Celui-ci constitue en effet un modèle de perfection pour les calligraphes et artisans du livre. Dans certains manuscrits anciens du texte sacré, on trouve – au début des sourates – de tels bandeaux rectangulaires portant une inscription calligraphiée avec un titre, souvent en écriture dorée, et un décor de fleurs stylisées ou d’arabesques. Ce type d’ornement a probablement été intégré ensuite tout naturellement à des manuscrits non coraniques de luxe. On en rencontre, par exemple, pour marquer le début des chapitres dans une copie – sans doute mésopotamienne – du xiiie siècle de la version arabe du Livre de Kalila et Dimna (BNF, Arabe 3465, aux f. 94 ou 111) où il se présente déjà sous une forme achevée.

10Au reste, on pouvait déjà voir, antérieurement dans des manuscrits comme La Thériaque arabe du Pseudo-Galien de 1199 (BNF Arabe 2964) – qui n’est malheureusement pas localisée, même si on a proposé Mossoul comme région d’origine –, des exemples très achevés de combinaison entre calligraphie des titres et décor d’arabesque.

  • 6 Cf. Splendeurs persanes, Paris, 1997, no 1 bis, p. 37.
  • 7 Splendeurs persanes, op. cit., no 1, p. 37.

11S’agissant du frontispice initial enluminé proprement dit, on en trouve déjà dans des manuscrits du Coran de la fin du xie ou du début du xiie siècle. Un tel décor où est répété trois fois le nom d’Allâh6 se rencontre dans Arabe 7263 de la BNF, copie peut-être seldjoukide, datable des environs de 1100. Dans le Coran de Bost de 1111-1112, coté Arabe 6041 à la BNF7, on trouve plusieurs frontispices : certains à décor d’arabesque (f. 121, etc.) ; un orné de deux cartouches (f. 34) ; un autre agrémenté de trois cercles (f. 49) ; et encore un avec un ovale et deux cercles au début de la sourate XXVIII. Le Coran de Bost fut sans doute réalisé dans l’atelier du Ghaznavide Mas’oud III. L’art de l’enluminure – complexe et varié – y a déjà atteint une maturité indéniable : les frontispices rectangulaires font déjà, semble-t-il, partie du répertoire des enlumineurs.

12Dans un manuscrit arabe copié à Ispahan en 1108 sous le règne de Mohammad Ier – l’un des Seldjoukides d’Iran central – et sans doute pour être déposé dans une madraseh fondée par ces mêmes Seldjoukides, une copie du Qânoun al-Mas‘oudî de Birounî, le manuscrit Arabe 6840 de la BNF, on trouve, à côté de simples titres calligraphiés en doré (comme au f. 76), un exemple de véritable frontispice enluminé au f. 30.

  • 8 Splendeurs persanes, op. cit., no 5, p. 39.

13Plus tardive de presque deux siècles, une copie persane des Latâyef al-hekmat de la BNF, Persan 121, copié à Konya par Abou l-Mahâmed Bokhârî en 684 de l’hégire (1286) – dans le style seldjoukide d’Asie Mineure – dont le frontispice du f. 1v8 comporte la répétition – trois fois – d’un mot calligraphié en coufique ornemental et un champ orné d’un semis de trois points.

  • 9 Pour ces deux manuscrits, voir Splendeurs persanes, op. cit., no 18 et 20, p. 48-49.
  • 10 Cf. À l’ombre d’Avicenne. La médecine au temps des califes, catalogue de l’exposition de l’Institut (...)

14Le Ketâb-e Charaf al nabi de Râvandî, copié en 680 de l’hégire (1281), coté Persan 82 de la BNF, comporte, au f. 2v, un bandeau enluminé à motif de tresse et une inscription sur fond d’arabesque. Le manuscrit n’est pas localisé, mais son style s’apparente assez étroitement à celui que l’on trouve à Chîrâz une trentaine d’années plus tard. Du reste, dans un autre manuscrit de la BNF, Persan 14, exemplaire du fameux traité d’éthique Kîmiyà-ye Sa’âdat de Ghazzâlî, copié en 1308 par Yahyà al-Doudi, on découvre des bandeaux enluminés à fleuron marginal, d’un style très voisin de celui de Supplément persan 959 et leur décor rappelle beaucoup ce que l’on peut trouver dans des corans. Or, il s’agit, là aussi, d’un manuscrit de Chîrâz et son copiste est connu pour avoir été au service des îndjous, qui y furent au pouvoir de 1303 à 1357. Un autre volume de la BNF, Supplément persan 129410, est un grand traité médical, renfermant le texte de la Zakhîre-ye Khwârazmchâhî, dont le début des différentes parties est marqué par des frontispices parmi lesquels on peut mentionner celui du f. 64v. Or le copiste se nomme ‘Abd al-Karîm Chîrâzî et il semble que c’est à Chîrâz qu’il a terminé ce volume en 1326. Le décor est donc, lui aussi, un autre témoignage du style îndjou dont les bibliothèques ont gardé de nombreux autres exemples.

24. Râvandî, Ketâb-e Charaf al nabi. Le frontispice en milieu de page suit la préface et précède la table des chapitres.

BNF, Mss or. Supplément persan 82, f. 2v

  • 11 Cf. The Legacy of Genghis Khan Courtly Art and Culture in Western Asia, 1256, 1353, sous la directi (...)
  • 12 Splendeurs persanes, op. cit., no 12, p. 44.

15Mais l’activité des ateliers de la capitale des Ilkhâns – les maîtres mongols de la Perse qui restèrent au pouvoir jusque vers 1340 – mérite qu’on s’y arrête. Ceux-ci ont recueilli très largement la tradition de l’art du livre des derniers ‘Abbâsides de Bagdad, mais ont aussi intégré de nombreux autres apports11. Il faut évoquer le grand recueil des œuvres arabes du ministre Rachîd al-Dîn Fazl-ollâh Hamadânî, Arabe 2324 de la BNF12, copié entre 1307 et 1310 à Tabrîz dans le Rab‘-e Rachîdî, le fameux atelier de ce vizir.

  • 13 The Legacy of Genghis Khan, op. cit., no 5, p. 245.

16On connaît le nom de l’enlumineur responsable du décor de ce manuscrit, Mohammad b. ‘Afîf b. Mansour al-Kâchî, lequel était naqqâch (peintre, décorateur), et on sait qu’il avait été, dès 1305, au service du sultan Oldjaytou13. Les influences de Bagdad et celles d’autres centres se conjuguent dans les frontispices rectangulaires nombreux et variés qui ornent le début de chacun des traités qui sont rassemblés dans ce manuscrit. Ainsi ceux des f. 36, avec des arabesques à fond bleu et un décor de fin treillis, 62v, à fond brun avec deux carrés latéraux, 160v, à motifs animaliers dans les carrés latéraux, 168v, à fond bleu à décor floral ou 314v, aux fort curieux médaillons latéraux. On ne peut qu’être frappé par l’extrême richesse du répertoire de l’enlumineur. L’or est relativement peu employé mais on trouve dans cet ouvrage – bien qu’il soit de très grand format – plusieurs des types d’ornements qui seront repris sous différentes formes au cours du siècle suivant. Des comparaisons peuvent être faites entre ces décors et des céramiques.

17D’un grand Châhnâmeh sorti vers la même période de l’atelier royal ilkhanide de Tabrîz – aux alentours de 1330 – et dont les feuillets ont été dispersés, le Châhnâmeh Demotte (du nom d’un marchand qui le vendit), la BNF possède une page comportant un titre dans un cadre rectangulaire dont la forme est celle de ces frontispices. Par rapport aux ornements que l’on trouve dans la Madjmou’e de Rachîd al-Dîn de 1307-1310, cette page, Supplément persan 1946 (f. 1), possède en plus un cadre orné d’une guirlande florale et la calligraphie du titre est extrêmement soignée.

25. Ferdowsî, Châhnâmeh (Le Livre des rois). Le frontispice porte le titre d’une des sections du livre, Histoire de Rostam et d’Esfandyâr.

BNF, Mss or. Supplément persan 1946, f. 1

  • 14 Splendeurs persanes, op. cit., no 30, p. 69.

18On retrouve un décor très voisin au début (f. 7v) du Kalileh va Demneh, Persan 376 de la BNF, qui a été achevé – pour ce qui est du décor14 – en Perse occidentale (Tabrîz ou Bagdad) vers 1370 ou 1380, alors que la calligraphie date du xiiie siècle. Ici le sarlowh ou frontispice a été peint à Bagdad par-dessus une invocation (basmalah) en écriture coufique du xiiie siècle.

Les débuts du style « classique »

19Il faut mentionner à part un autre grand groupe de manuscrits, ceux qui émanent de l’école « mozaffaride », active au Fârs (Kermân, Yazd et Chîrâz) entre 1360 et 1400, à l’époque où la dynastie locale des Mozaffarides exerce un mécénat important dans le domaine littéraire et artistique. L’enluminure adopte alors des formes nouvelles, et les décors, dans des ouvrages de petit format, deviennent très miniaturisés avec des éléments très finement dessinés et peints. Si l’influence de Tabrîz est sensible, elle se conjugue toutefois avec d’autres dont l’origine – en partie extrême-orientale ou indienne – n’est pas toujours aisée à déceler.

20On pourrait citer, comme premier exemple, le Supplément persan 1778 de la BNF copié en 1366 par un calligraphe dont seul le début du nom, ‘Alî b. Mohammad b. ‘Alî est lisible (la fin étant peut-être Kâchî, de Kâchân). C’est un recueil de toutes les œuvres (Kolliyyât) de Sa‘dî, dans une écriture caractéristique qui rappelle celle des manuscrits mozaffarides. On peut citer, parmi les bandeaux enluminés – ou frontispices – de ce manuscrit, au f. 51v, un rectangle où l’artiste a raccordé de curieuse façon rectangle et encadrement, aux f. 10 ou 15v, deux carrés décoratifs de part et d’autre de l’inscription centrale – comme en bas du même f. 10 –, au f. 9v, un cartouche central à fond de fine grille s’inscrit dans un champ bleu à silhouettes florales dorées (type d’ornement appelé à connaître une immense fortune durant un siècle). Le f. 115v possède une inscription coufique et un décor où la couleur bleue domine, tandis que le f. 14 renferme un cartouche rose polylobé avec des écoinçons bleus. On est d’emblée frappé par la variété de l’ornementation.

  • 15 Splendeurs persanes, op. cit., no 23, p. 65.

21Plus soigné dans son exécution, le décor du Supplément persan 181715, Khamseh de Nezâmî, copié en 1361 par Ahmad b. Hoseyn b. Sâneh Haravî – très probablement dans le Fârs où à Kermân, peut-être pour l’un des princes mozaffarides. Parmi les cinq sarlowh qui subsistent dans le volume, celui du f. 18v se caractérise par son inscription coufique, ses bouquets floraux dorés, son encadrement de tresse dorée et par la présence d’un fronton polylobé qui évoque un décor monumental ; celui du f. 134v – où la couleur bleue domine – comporte un véritable bulbe terminé par un ornement qui semble reproduire un dôme de mosquée. En outre, des croissants de lune s’y intègrent ; le f. 99v – où le titre est aussi en coufique ornemental – est surmonté d’une véritable frise à motif répétitif. On a ici la plupart des formes de sarlowh – ou frontispices – que l’on trouvera ensuite : rectangle seul, surmonté d’un dôme, surmonté d’une frise.

  • 16 Splendeurs persanes, op. cit., no 26, p. 67.
  • 17 Splendeurs persanes, op. cit., no 39, p. 75.

22Une bande plus simple orne la partie supérieure du rectangle au début (f. 2v) de Persan 27616, copié en 1380 par un médecin de Kermân. L’enluminure est originale et comporte deux petits cartouches où est écrit al-sultân al-‘âlam, sultan du monde. Dans un autre livre réalisé quelques années plus tard dans le Fârs, Supplément persan 816 – d’ailleurs comparable par son style à Supplément persan 146917 qui est un petit recueil de trois dîvân –, épais volume rassemblant des œuvres de Sa‘dî, de Nezâmî et d’Amîn al-Dîn Baliyânî, on trouve un grand nombre de frontispices enluminés. Ceux-ci sont intéressants par leur finesse et leur grande variété. D’après l’inscription qui figure au 1er folio dans la rosace centrale, il apparaît que le décor (dessin, rasm) de ce manuscrit a été réalisé par l’enlumineur Motahhar b. Mohammad en 1403-1404 pour Cheblî, prince mozaffaride du Fârs qui avait été écarté du trône par les Timourides. Ces ornements montrent la richesse du répertoire des enlumineurs du Fârs à la fin de la période mozaffaride et au début de celle des Timourides dont l’un des premiers à régner à Chîrâz sera Pîr Mohammad à partir de 1394 : lui et ses successeurs ont trouvé une tradition florissante et bien établie dans le domaine de l’art du livre enluminé ; ils la poursuivront avec enthousiasme par leur mécénat.

  • 18 Splendeurs persanes, op. cit., no 27, p. 67.

23Au f. 1, dans la riche page initiale de ce Supplément persan 816 – qui en comporte trois – est intégré un motif de sarlowh à mandorle centrale polylobée. C’est l’un des premiers exemples d’ornement où le frontispice est intégré dans la « page tapis » enluminée. Il y en aura alors deux ou quatre identiques se répondant, sertis dans le décor de la page ou – le plus souvent – de la double page. Sur chacune sont copiés deux textes indépendants l’un de l’autre : au f. 1v, un frontispice rectangulaire en introduit un, copié au milieu de la page, tandis qu’un second frontispice en losange en précède un autre, reproduit obliquement dans la marge ; bleu et or dominent ; l’encadrement est très développé. Le manuscrit 816 contient 34 rectangles enluminés de frontispice où l’artiste Motahhar a su donner la mesure de son talent ; au f. 235v, on retrouve des croissants de lune et le semis floral doré sur fond bleu ; au f. 9v, c’est la mandorle centrale qui comporte, sur un champ bleu, une inscription en écriture thuluth dorée et le champ du rectangle est noir avec un semis floral doré ; au f. 38v, on découvre deux éléments circulaires de part et d’autre du rectangle central. Ce dernier motif rappelle celui du frontispice, réalisé à Chîrâz en 1384, du Supplément persan 74518 qui renferme les poèmes de ‘Emâd Faqîh. Au f. 508 enfin, ce sont à nouveau des croissants qui apparaissent tandis que le cartouche central, de forme complexe, est sur fond de nuages à champ de grille rose très fine, décor très fréquent notamment pour les cadres des titres de chapitres surtout vers 1420, mais qui existait déjà à Tabrîz au début du xive siècle.

24Copié vers 1390 pour un personnage du nom de Hasan b. Ebrâhîm, Supplément persan 998 de la BNF, recueil des poèmes de Salmân de Sâveh, est également un bon exemple du style mozaffaride. Ses trois frontispices, très différents les uns des autres, sont à rapprocher, notamment le dernier, de ceux de Supplément persan 816 et plus particulièrement de celui du f. 9v. Un manuscrit datable de 1380 ou 1390, le recueil des poèmes de la princesse Djîhân Khâtoun (Dîvân-e Djîhân Khâtoun), coté Supplément persan 763 à la BNF, pose problème dans la mesure où l’on ne peut déterminer s’il fut réalisé à Chîrâz ou, plus vraisemblablement, en Iran occidental (ou à Bagdad) : son frontispice initial au f. 1v est, quoi qu’il en soit, de très belle facture.

25À titre de comparaison, on pourrait faire référence aux deux rectangles enluminés à décor d’arabesques très régulières – comportant une inscription coufique – qui sont intégrés dans la partie gauche, la seule qui subsiste, de la double page initiale de la copie faite en 1392, très vraisemblablement à Bagdad, pour le prince djalâyeride Châh Valad (BNF, Supplément persan 913, f. 1v) : leur construction est très géométrique avec tout un réseau de compartiments.

  • 19 Le nom persan du motif d’arabesques étant eslîmî.
  • 20 Cf. par exemple F. Richard, « Un témoignage inexploité concernant le mécénat d’Eskandar Soltân à Es (...)

26Si l’on veut tenter de distinguer ce style « du Fârs » de celui alors en vogue à l’ouest du plateau iranien, on peut mentionner l’un des derniers manuscrits qu’il est possible de rattacher à l’école djalâyeride de Bagdad, Supplément persan 1531, recueil des œuvres de Homân Tabrîzî daté de 1413 et calligraphié par le très fameux Dja‘far Tabrîzî, qui comporte de très intéressantes enluminures. On peut citer par exemple : le frontispice du f. 2v avec une calligraphie coufique sur fond bleu à arabesques19 dorées ; le cartouche étant sur un champ à fond vert et au-dessus court une petite frise décorative. Différent est celui du f. 5v où le décor est bleu sur un fond d’une autre nuance de bleu, compartimenté, avec deux petits rectangles de part et d’autre ; le frontispice du f. 99v avec deux carrés à motif cruciforme de part et d’autre – ce qui rappelle un décor que l’on rencontre dans les manuscrits plus anciens (par exemple à Chîrâz au début du xive siècle) – se continue par des colonnes verticales. Les artistes, dont certainement des enlumineurs, qui avaient servi à la cour djalâyeride de Bagdad trouvèrent souvent ensuite un emploi chez les princes Timourides20 : ils y apportèrent un style et un savoir-faire. De la sorte, il se produisit, dans bien des cas, une synthèse entre l’art local et celui d’autres provinces, notamment au Fârs où les traditions régionales demeurèrent pourtant très vivaces.

26. Hôman al-Dîn Tabrîzî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres). L’inscription en coufique est une invocation pieuse, mais son caractère est surtout ornemental.

BNF, Mss or. Supplément persan 1531, f. 2v

  • 21 Splendeurs persanes, op. cit., no 37 p. 74.
  • 22 Pour désigner les motifs, souvent très divers, de branches de fleurs, on peut employer en persan le (...)
  • 23 Splendeurs persanes, op. cit., no 38, p. 74.

27C’est donc tout naturellement à l’activité des ateliers d’Eskandar Soltân, d’abord au Fârs puis à Ispahan jusqu’en 1414, que l’on peut faire référence. On citera l’exemple – typique – du frontispice du f. 1v de Supplément persan 196321, copie du traité de médecine d’Esmâ‘îl Djordjânî réalisée pour Eskandar. L’enluminure se caractérise par son fond gris qui, comme les grands décors floraux22, est inhabituel. On y retrouve les motifs cruciformes, de part et d’autre de l’inscription, qui appartiennent à un répertoire plus ancien mais sont réinterprétés. Encadrement et frise supérieure sont très soignés. La même couleur grise se rencontre dans un des frontispices d’un autre manuscrit réalisé pour le même Eskandar Soltân, au f. 260 du recueil d’astronomie coté Supplément persan 1488 à la BNF23. On retrouve, là aussi, l’utilisation de motifs cruciformes inscrits dans des carrés de chaque côté du rectangle, eux-mêmes inscrits dans un décor compartimenté, circulaire, tracé au compas. Au f. 276 du même recueil d’astronomie, le frontispice est très simple : calligraphie dorée sur un fond de nuages à décor de fins filets, avec une épaisse bordure faite d’une simple bande dorée. Ces rectangles seront fréquemment utilisés mais plutôt pour marquer les titres intermédiaires à l’intérieur d’un ouvrage, rarement pour des frontispices.

  • 24 Voir Timur and the Princely Vision, op. cit.
  • 25 Splendeurs persanes, op. cit., no 41, p. 77.

28Nous ne connaissons pas, dans les collections de la BNF, de frontispices enluminés réalisés à Hérât avant 1434 dans l’atelier du fameux Bâysonqor Mîrzâ24. En revanche, il est intéressant de regarder celui qui accompagne la copie du fameux Me‘râdj nâmeh en turc ouïghour copié vers 1440 – sans doute dans cette ville – par Malek Bakhshî de Hérât, peut-être – même si aucun cachet ne subsiste – pour le sultan Châhrokh lui-même25. Au f. 1v, on retrouve, sur ce frontispice, deux motifs latéraux cruciformes, et il y a, au centre, une inscription calligraphiée également en ouïghour, tandis que l’encadrement, soigné, comporte des cartouches et des cercles. Le décor floral domine. Dans le frontispice du f. 69v qui ouvre, dans le même manuscrit, la copie datée de 1436 et terminée à Hérât de la version turque ouïghoure du Mémorial des Saints de ‘Attâr, le décor qui semble l’œuvre du même enlumineur est délimité par des bandes noires ornées de fleurs multicolores avec deux croix de Saint-André et non plus des sections circulaires.

29À peu près à la même époque, dans le Supplément persan 657, un recueil de poèmes de ‘Attâr et de Sa‘dî, copié vers 1450 par Mahmoud al-Naqîb, on trouve, par exemple au f. 94v, un décor enluminé extrêmement soigné : le titre est inscrit dans un médaillon ovale avec, de part et d’autre, un cercle ornemental. La frise supérieure recouvre le triangle latéral et le rectangle central pour souligner l’unité du volume. Le manuscrit n’est cependant pas localisé ; peut-être a-t-il été copié en Iran central.

27. ‘Attâr, Manteq al-Tayr (Colloque des oiseaux) et Sa‘dî, Boustân (Le Verger). La disposition du texte est la même que Supplément persan 822, f. 1v (ill. 21). Le modèle de la fleur du frontispice latéral pourrait être emprunté à un vase chinois.

BNF, Mss or. Supplément persan 657, f. 94v

30On retrouve les types d’enluminures en usage au début du xve siècle jusque vers 1450 dans nombre de volumes. On peut citer les beaux frontispices au f. 10v d’Arabe 6454 de la BNF, une copie datée de 1447 (851 de l’hégire) du Canon d’Avicenne, réalisée pour un personnage – peut-être nommé Rokn al-Dîn – dont le cachet a été soigneusement surchargé : la calligraphie ornementale très élaborée du médaillon ovale central, un motif complexe et un dôme supérieur trilobé caractérisent cette œuvre dont l’atelier d’origine n’est malheureusement pas localisé. Au f. 389v du même livre, le frontispice est surmonté d’une frise bleu clair avec de petits dessins noirs en forme de grenades.

31Un décor plus simple mais peu différent se rencontre dans un manuscrit de la BNF qui n’est pas une copie de luxe : au f. 1v de Persan 71, un exemplaire du Zafar-nâmeh de Charaf al-Dîn ‘Alî Yazdî dont la copie a été réalisée en 1445 à Abarqouh, ville située au carrefour des routes menant à Chîrâz, Ispahan et Yazd ; il s’agit certainement d’un témoin de la tradition du Fârs.

32Encore plus tardif – puisqu’il date, au plus tôt, des alentours de 1470 –, le Supplément persan 813 est un recueil de toutes les œuvres en prose et en vers de Pîr Djamâlî Ardestânî, auteur mystique ayant beaucoup séjourné à Chîrâz. Dépourvu de colophon, ce volume comporte plusieurs frontispices rectangulaires toujours dans ce même style : celui du f. 2v où l’on retrouve, en particulier, le décor en croix de Saint-André exécuté avec un soin particulier. La calligraphie du titre est cependant réalisée sur le fond doré, ce que l’on trouvait déjà – mais fort rarement – à date plus ancienne. Le frontispice du f. 229v contient, de part et d’autre du titre, des figures cruciformes s’inscrivant dans un carré : on reste dans un registre très classique, mais les deux fleurons, à droite et à gauche du médaillon – au même f. 229v –, sont aussi sur fond doré. Le manuscrit serait, très probablement, aussi une œuvre sortie d’un des ateliers de la Perse centrale ou septentrionale.

33Par ailleurs, dans le Supplément persan 1777, un recueil de l’ensemble des œuvres de Qâsem Anvâr, copié en 1448 par Ahmad Bayhaqî – exemplaire qui aurait appartenu au sultan Djahânguir Aq-qoyounlou, maître à partir de 1435 d’une partie de la Perse occidentale –, on a, au f. 243v, un exemple d’un style nouveau. L’inscription centrale est calligraphiée sur fond doré avec des volutes et un encadrement de bandes blanches à petites croix et un cadre bleu orné de fleurs. Le sarlowh qui ouvre le texte copié obliquement en marge s’apparente à ce rectangle central mais en inverse les composantes.

  • 26 Splendeurs persanes, op. cit., no 76, p. 115.

34Avec le frontispice du f. 1v du livre de Kalileh va Demneh, coté Supplément persan 1639 à la BNF, qui a été copié en 146726, on a, sans doute, un bon exemple d’un des styles en honneur à la cour des Aq-qoyounlou de Tabrîz à cette époque : le rectangle central est bleu ; on rencontre le même encadrement blanc à petites croix, et un cadre avec une succession de cartouches floraux dorés sur fond bleu. Peut-être le frontispice du f. 1v de Supplément persan 1528, dont le rectangle est à champ doré, est-il un autre exemple de ce style : il s’agit d’une copie du Livre de la séparation de Salmân Sâvodjî réalisée par Darvîch Mahmoud b. ‘Abd-ollâh Naqqâch qui a figuré dans la bibliothèque du sultan Ya‘qoub Aq-qoyounlou (1479-1491).

35Copié en 1475 à Tabrîz, Le Livre de l’extase, ou Hâl-nâmeh, du poète ‘Ârefî, coté Supplément persan 1427 à la BNF, est aussi l’œuvre d’un calligraphe de la cour aq-qoyounlou, Charaf al-Dîn Hoseyn Soltânî, qui fut au service d’Uzun Hasan. Le frontispice à grand dôme du f. 1v est très inhabituel par son style et atteste, même s’il a éventuellement pu subir de légères retouches, de l’inventivité de l’art des enlumineurs de l’époque.

28. ‘Ârefî de Hérât, Hâl-nâmeh (Le Livre de l’extase). Dans le domaine de l’art du livre, les Aq-qoyounlou sont à l’origine de nombreuses innovations comme le large emploi de l’or pour cette coupole aux nombreux rayons.

BNF, Mss or. Supplément persan 1427, f. 1v

  • 27 Cf. B. W. Robinson, « Painters-illustrators of the 16th Century Shiraz », Iran, XVII, 1979, p. 105- (...)

36Il faudrait – pour être juste – évoquer les manuscrits réalisés à Chîrâz entre 1470 et 1495. Il s’agit d’une production très abondante et souvent d’une très grande finesse d’exécution. Chîrâz était sans doute le plus important centre de copie de livres persans enluminés entre la période médiévale et 1600 ; la fin du xve siècle étant une des périodes très fécondes pour ses ateliers27. On peut, cependant, dans les collections de la BNF, citer trois exemples assez caractéristiques d’un style que l’abondante activité des copistes et des enlumineurs de Chîrâz a rendu familier aux collectionneurs.

  • 28 Splendeurs persanes, op. cit., no 69, p. 106.
  • 29 Cf. B. W. Robinson, op. cit.
  • 30 Splendeurs persanes, op. cit., no 75, p. 114.
  • 31 Splendeurs persanes, op. cit., no 83, p. 136.

37On peut ainsi prendre comme exemple le frontispice du f. 1v de Persan 271, un dîvân de Hâfez copié en 1471 par le calligraphe Fakhr al-Dîn Ahmad Kâteb Haravî : un cartouche renfermant une inscription en coufique sur fond bleu nuit avec un décor floral doré ; le rectangle comporte des écoinçons, et un cadre à fleurs. Un autre exemple de ce que réalisaient, volontiers, les doreurs de Chîrâz à la fin du xve siècle peut être illustré par le f. 1v de Supplément persan 1525, un dîvân du poète Maghrebî copié par le même calligraphe en 1479 à Chîrâz28. Le motif est du même genre que celui de Persan 271 mais les couleurs sont inversées et le titre est calligraphié en caractères naskhî. Le troisième exemple pourrait être le f. 1v de Persan 270, un autre exemplaire du dîvân de Hâfez calligraphié en 1491 par Cheykh Mohammad, le propre fils du calligraphe Fakhr al-Dîn. Le dessin a un peu évolué. On note l’importance du fond bleu occupé par des décors floraux soigneusement peints qui préfigurent ce que sera l’enluminure du Chîrâz des années 1500-1520 et le style dit « de Rouzbehân »29. À propos de celle-ci, qui est bien connue et dont les exemples sont très nombreux à la BNF comme ailleurs, on pourrait citer le frontispice de Supplément persan 814 des dernières années du xve ou des premières années du xvie siècle30, ou celui du f. 35v d’un autre manuscrit du même copiste, Supplément persan 73131.

  • 32 Splendeurs persanes, op. cit., no 74, p. 114.
  • 33 Cf. Akimushkin et Ivanow, op. cit.

38On ne saurait résister au plaisir de mentionner la très belle enluminure qui figure au f. 1v du dîvân d’Amîr Khosrow Dehlavî, Supplément persan 636 de la BNF32. Non datée mais datable des environs de 1490-1500, l’enluminure de ce petit manuscrit a été signée de ‘Azod al-Mozahheb Bokhârî qui travailla par la suite à Tabrîz, mais c’est peut-être à Chîrâz plutôt qu’à Tabrîz – les deux cités étaient dans le royaume des Aq-qoyounlou – qu’il a réalisé cette œuvre signée dans l’encadrement bleu à petites croix blanches du rectangle inférieur du sarlowh avec des lettres minuscules, ajoutant même ce poème à côté de son nom : « Le but du dessin est de rester en souvenir de nous, car je ne vois rien de l’existence qui demeure, si un jour un homme pieux ne nous fait pas la grâce de dire une prière en l’honneur du travail du pauvre homme que nous sommes. » L’art de Mîr ‘Azod marque la fin de la période des Aq-qoyounlou et le début de l’ère safavide à Tabrîz33.

29. Amîr Khosrow de Delhi, Dîvân (recueil des poèmes). La signature de l’enlumineur est cachée dans le cadre bleu du rectangle.

BNF, Mss or. Supplément persan 636, f. 1v

  • 34 Un certain nombre d’exemples datés sont reproduits dans le livre de Julian Raby et Zeren Tanindi, T (...)

39Un rapide regard sur les frontispices ou sarlowh enluminés que l’on peut trouver dans des manuscrits persans copiés dans l’Empire ottoman durant la deuxième moitié du xve siècle permet de constater que les ateliers turcs, souvent des ateliers impériaux, ont connu dans ce domaine une brillante activité34. Les collections de la BNF renferment aussi quelques enluminures remarquables.

  • 35 Cf. Raby - Tanindi, op. cit., no 12.
  • 36 F. Richard, « Dîvànî ou Ta'lîq, un calligraphe au service de Mehmet Il,Sayyidî Mohammad Monchî », L (...)

40De la fin de la première moitié du siècle, on peut citer le frontispice qui se trouve au f. 1v de Turc 313 de la BNF, un livre daté de 848 de l’hégire (1444). Le manuscrit Arabe 6527, copié en 872 de l’hégire (1468) pour le sultan Mehmet II (1444-1481), comporte aussi un fort beau sarlowh au f. 3v, ce livre est – par le décor enluminé de sa double page des f. 2v-3 – tout à fait comparable à un volume de la bibliothèque de Topkapi à Istanbul35. De son côté, le Supplément persan 1325 dont le f. 1v possède un beau frontispice enluminé – combinant arabesque et motifs floraux avec un titre en coufique sur fond doré – a très vraisemblablement été calligraphié à Istanbul par Seyyedî Mohammad Monchî Soltânî pour Mehmet II vers 1475 ; il renferme une copie du traité Râhat al-Ensân. L’enlumineur semble, comme le copiste, formé à la cour des Aq-qoyounlou. D’un caractère très voisin et de la même époque, le frontispice du f. 1v de Supplément persan 1324, copie par le même calligraphe du traité de morale intitulé Âdâb al-Saltaneh, est certainement réalisé par le même enlumineur, mais le titre est ici reproduit sur fond bleu. Si ce n’est pas pour le sultan Mehmet II lui-même, c’est certainement pour l’un des princes héritiers que ces deux très beaux manuscrits ont été réalisés36.

41On peut dater de 1460 ou de 1470 le Supplément persan 1816, une copie de l’ensemble des œuvres de Khâqânî qui paraît aussi faite pour Mehmet II ou pour l’un des Chahzâdeh ottomans. De beaux frontispices doubles s’y trouvent au f. 1v – avec une calligraphie coufique, un très riche décor où domine le bleu et des motifs cruciformes de part et d’autre du dessin central – ou au f. 34v, assez proche par son style du f. 1v. Ces œuvres permettent de mesurer l’importance de l’influence à Istanbul des artistes venus de Perse à partir de l’époque de Mehmet II.

42C’est peut-être en revanche à Bursa qu’a été réalisé le frontispice du f. 1v de Supplément persan 1498, copie non datée du premier dîvân de Djâmî. Celui purement décoratif du f. 3v est dépourvu d’inscription. Il rappelle un peu certaines pages de la fin de l’époque des Djalâyerides de Bagdad – par exemple Supplément persan 1531 de 1413, déjà mentionné –, et manifesterait, par là, un certain conservatisme ou un particularisme régional. En revanche, c’est probablement à Istanbul, peut-être vers l’extrême fin du xve siècle, qu’a été réalisé le sarlowh – très curieux avec ses volutes noires sur fond doré et son inscription en coufique blanc – du f. 1v de Supplément persan 1345, une copie du Dîvân-e Fânî, c’est-à-dire des poèmes en langue persane de Mîr ‘Alî Chîr Navâ’î, le fameux ministre de Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ.

43Sans doute y aurait-il une étude féconde à entreprendre sur l’emploi de l’écriture coufique dans les frontispices enluminés. Tous les ateliers ne semblent pas l’avoir utilisée et, au xve siècle, elle a connu un grand succès tant à Istanbul qu’en Perse. Sans doute, seuls certains maîtres-enlumineurs en maîtrisaient-ils l’emploi.

  • 37 Dans la tradition de volumes aussi somptueusement enluminés que Supplément persan 1357,

44L’art de l’enluminure à Hérât à la fin de l’époque timouride – fin du xve siècle –, si l’on laisse à part les exemplaires de très grand luxe37, paraît, comme dans le cas du recueil Supplément persan 822 de toutes les œuvres de Djâmî de 1490 et 1491 (voir ill. 21) qui a appartenu à Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ, avoir connu plusieurs types de réalisations, travaux de grands maîtres ou d’artistes secondaires. Cet ouvrage contient deux séries de décors enluminés : son f. 90v appartient, comme l’enluminure du sarlowh initial, à une première série, plus soignée, avec un riche décor compartimenté et des fonds de couleurs variées – noir, rouge ou bleu.

  • 38 Titley, Persian painting, op. cit., pl. 45, p. 214.

45Le f. 227v fait partie – comme le plus grand nombre des frontispices – à la seconde série : celle-ci se caractérise par des motifs cruciformes de part et d’autre de l’inscription centrale – où l’on trouve le titre – ou bien par un décor compartimenté géométriquement. Un rapprochement peut être fait avec le Khamseh de Nezâmî de Hérât de 1494-1495, coté Oriental 6810 de la British Library38, qui est de facture très semblable.

  • 39 Splendeurs persanes, op. cit., no 59, p. 103.

46On trouve d’autres exemples de cet art de Hérât des alentours de 1500 avec les frontispices de Persan 357, un recueil de quatre poèmes de Hâtefî copié avant 1509 par Soltân ‘Alî Qâ’enî qui était revenu en 1497 d’un pèlerinage à La Mecque 39. Au f. 1v, le décor est compartimenté et s’inscrit dans une construction géométrique tandis que le titre – sur fond doré – est d’un coufique très grêle ; d’ailleurs, ce manuscrit a sans doute été enluminé dans l’atelier du sultan Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ à Hérât. À son f. 66v, le décor est tout autre et joue sur différents tons de bleu, mais avec le même type d’inscription coufique. Chacun des sarlowh est d’un style un peu différent ; aucun toutefois n’est signé.

  • 40 Splendeurs persanes, op. cit., no 113, p. 169.

47Copié en 1501 à Sabzevâr au Khorâssân occidental par le calligraphe Chokr-ollâh Haravî, le petit livre, coté Supplément persan 1509 à la BNF, exemplaire d’un des poèmes de Djâmî, renferme, au f. 2v, un petit frontispice très différent de ces derniers, ce qui montre que des styles fort divers existaient au Khorâssân, et cela pas seulement à la cour. Hérât continue, en tous cas, à connaître une grande activité dans le domaine des manuscrits après la chute des Timourides. On peut citer quelques ouvrages de la BNF possédant des frontispices enluminés. Parmi eux, un Premier Dîvân de Djâmî, Supplément persan 1812, copié en 1519 par Maqsoud b. Bâyazîd Haravî avec des frontispices aux f. 1v – à décor compartimenté construit selon des cercles et des rectangles – ou 66v – de type voisin mais sans motifs géométriques. C’est d’autre part vers 1520 ou 1540, à Hérât, qu’aurait été copié Supplément persan 1962, autre exemplaire du dîvân de Châhî, réalisé par le calligraphe Soltân Mohammad Khandân40. Le frontispice du f. 1v a certainement été exécuté à Hérât vers 1520-1540, époque où la cité est déjà entre les mains des Safavides : peu d’innovations s’y remarquent.

  • 41 Splendeurs persanes, op. cit., no 92, p. 143.

48Une autre œuvre du Khorâssân, le dîvân de Châhî, Supplément persan 196041, copié à Machhad ou Boukhara en 1514, montre – avec son f. 2v – la reprise des modèles sans doute issus de l’atelier de Hoseyn Bâyqarâ, même le style de la calligraphie coufique semble le prouver. Il est vrai que les mêmes artistes, ou leurs disciples immédiats, travaillent d’abord à Hérât puis en différents centres.

Le xvie siècle

  • 42 On peut se demander où a été réalisé le frontispice du f. 2v de Supplément persan 565, deux des poè (...)

49La capitale de la Perse, au début du xvie siècle, est Tabrîz. Dans le Supplément persan 1772, exemplaire daté de 1517-1518 de l’ouvrage historique Matla‘ al-Sa‘dayn de Darvîch Mohammad b. ‘Alî, probablement copié à Tabrîz, on trouve, aux f. 1v ou 212v, des frontispices d’un genre assez nouveau si l’on considère la place très importante qu’occupe le décor complexe qui prend place au-dessus du rectangle traditionnellement destiné à l’inscription du titre ou d’une invocation pieuse. On découvre aussi, dans ces enluminures, un motif de fleurettes noires sur fond doré qui semble nouveau42.

  • 43 À titre de comparaison voir quelques frontispices ottomans de cette époque reproduits dans les cata (...)

50Dans la copie du Golestân de Sa‘dî, Supplément persan 1478, exécutée vers 1530 par Mahmoud b. Nezâm al-Dîn, l’inscription centrale du frontispice du f. 1v s’inscrit dans une construction géométrique complexe et assez originale. Plus simple est le motif du f. 2v du Supplément persan 1431, un Boustân de Sa‘dî calligraphié en 1540 à Tabrîz par Châh Mahmoud, mais l’encadrement tend à y occuper une place gigantesque. La copie Supplément persan 1486 des ghazaliyyât de Balkhî serait de la même époque : le sarlowh du f. 1v est dans un style qui rappelle celui d’œuvres ottomanes des alentours de 1530 ou 1540, peut-être inspirées de modèles de Tabrîz43.

  • 44 Splendeurs persanes, op. cit., no 101, p. 149.

51On ne sait si c’est le style de Tabrîz ou celui de Chîrâz qui a inspiré l’enlumineur des frontispices du manuscrit Smith-Lesouëf 216 de la BNF, copie des Cinq Poèmes de Nezâmî réalisée pour l’empereur Homâyoun à Kaboul vers 155044 : le décor, floral sur champ bleu clair, en est assez simple. C’est sans doute l’un des styles qui seront connus de l’Inde timouride.

52Originaire peut-être de Qazvîn, Supplément persan 1481, qui date du milieu du xvie siècle, contient quelques enluminures, notamment au début des robâ‘iyyât de Khayyâm (f. 1v), le dôme supérieur et les motifs décoratifs d’encadrement sont très développés. Persan 243 est une copie du milieu du xvie siècle du Ferâq-nâmeh, ou Livre de la séparation, de Salmân Sâvodjî : elle a été calligraphiée par Malek Deylamî, qui a essentiellement travaillé à Qazvîn, et c’est très probablement là qu’a été réalisée l’enluminure du sarlowh du f. 2v.

  • 45 Marianna Shreve Simpson, Sultan Ibrahim Mîrza’s Haft Awrang, A Princely Manuscript from Sixteenth-C (...)

53Dans son étude sur un grand manuscrit de luxe des poèmes de Djâmî réalisé pour le prince Ebrâhîm Mîrzâ, M. S. Simpson a publié45 de nombreux frontispices enluminés du Khorâssân de la seconde moitié du xvie siècle. On peut ainsi juger de la variété des décors et des différents types de dessin qui étaient en usage dans les ateliers de cette province. Il s’agit d’un style complètement différent de celui que l’on rencontre par exemple à Chîrâz à cette époque. Sans doute est-il redevable de bien des éléments à l’école de Boukhara de 1540-1550.

54Réalisée en 1570 au Khorâssân, l’enluminure du f. 2v de Supplément persan 1450, un recueil des odes ou ghazaliyyât de Charîf Tabrîzî, possède un décor de fleurs sur fond noir ; la manière d’orner le champ des motifs semble typique du Khorâssân à la fin du xvie siècle.

30. Charîf Tabrîzî, recueil de ghazaliyyât, sans nom de calligraphe. Les enluminures avec des fleurs sur champ noir ont connu une grande vogue jusque vers 1620.

BNF, Mss or. Supplément persan 1450, f. 2v

55Très différent est, par exemple, le frontispice que l’on peut voir au f. 354v du Khamseh de Nezâmî, Supplément persan 581 de la BNF – réalisé entre 1567 et 1568 à Chîrâz ou à Ispahan –, ce manuscrit est proche du style de Chîrâz de la deuxième moitié du xvie siècle, avec des représentations florales très spécifiques et des fonds dorés très clairs. Le f. 2 du manuscrit comporte deux sarlowh légèrement dissemblables.

56C’est – semble-t-il – à Bagdad en 1578 que Qotb al-Dîn Kâteb a copié Persan 234. Ce Temour-nâmeh, le poème de Hâtefî sur les exploits de Tamerlan, s’ouvre par un frontispice au f. 1v : celui-ci est de facture très classique, avec une forte influence du style de Chîrâz, bien que Bagdad ait été alors en territoire ottoman. Il apparaît que, comme en peinture, l’école de Bagdad suivait les modèles venus de Chîrâz.

57Ne pouvant évoquer l’Inde moghole – souvent héritière de l’art de la cour Chaïbânide de Boukhara du xvie siècle –, il sera tout juste fait mention de deux exemples. Le premier est Supplément persan 576, un Khamseh de Nezâmî, réalisé en 1581 dans l’atelier d’Akbar à Fathpur-Sikri. Le frontispice du f. 261v montre bien cette persistance d’influences venues de Hérât par l’intermédiaire de Boukhara. Le second, Supplément persan 723, copie du traité de Soltân ‘Alî Machhadî sur la calligraphie, est – avec son frontispice du f. 1v – un autre exemple de l’art moghol de l’extrême fin du xvie ou tout début du xviie siècle : mais, peut-être ici, est-ce plutôt l’influence du style du Khorâssân qu’il faut reconnaître ? Au reste, l’extrême variété du répertoire des enlumineurs rend toute conclusion, dans ces domaines, hâtive.

31. Soltân ‘Alî Machhadî, Âdâb al-khatt (Les Règles de la calligraphie). Dans l’enluminure moghole, on trouve très rarement des inscriptions calligraphiées par l’enluminure. Par ailleurs, à côté de l’influence de l’école du Khorâssân, se fait également jour celle de Boukhara.

BNF, Mss or. Supplément persan 723, f. 1v

58Trois exemples de décors au caractère extrêmement foisonnant – remarquables par la variété des couleurs ainsi que la profusion du dessin – peuvent être cités pour la fin du xvie et le début du xviie siècle. Dans Supplément persan 620, un recueil de toutes les œuvres de Kâtebî copié en 1600 à Chîrâz, le f. 1v a une construction classique à l’époque, le f. 169v possède, outre le rectangle initial accoutumé, un deuxième rectangle sous le dôme supérieur et le f. 268v est orné d’un motif de nuages polychromes très spécifique.

  • 46 F. Richard, « Les manuscrits persans d’origine indienne à la Bibliothèque nationale », Revue de la (...)

59Un recueil de la version persane de plusieurs livres de l’Ancien Testament, copié pour G.-B. Vecchietti par Mollâ Daryâ’i au Sind, à Tattah, en novembre 1605, Supplément persan 2 de la BNF, possède une enluminure dans le style de Chîrâz – elle a, peut-être, été réalisée en Perse en 1606 – mais intégrant, en son milieu, les armes du pape Clément VIII46. Ce volume devait lui être offert, mais, au retour de Vecchietti en 1608, Paul V l’avait remplacé sur le trône pontifical. Ce type de décor où intervient une certaine fantaisie annonce un peu certains frontispices ottomans rococo de la fin du xviiie siècle. À partir de cette époque, on trouve aussi, de moins ou moins souvent, un titre inscrit dans le rectangle du sarlowh.

60Supplément persan 1313, pour sa part, est un recueil des histoires des prophètes de l’islam de Neychâbourî copié et illustré vers 1590 à Qazvîn. L’enluminure que l’on trouve au f. 2v est pourvue d’un décor à champ bleu avec des sortes de compartiments assez complexes ; ce genre d’ornements aurait été assez typique de l’art de la cour safavide des dernières années du xvie siècle.

  • 47 Splendeurs persanes, op. cit., no 153, p. 220.
  • 48 Splendeurs persanes, op. cit., no 152, p. 219. Voir aussi l’édition de ces enluminures par F. Richa (...)

61Ce style fait place, au xviie siècle – à Ispahan, nouvelle capitale –, à un autre très différent dont de très nombreux exemples sont publiés. On citera le f. 1v de la copie du Souz va Godâz de la BNF, Supplément persan 76947, datable de 1620 ou 1630, à cet égard fort caractéristique, ou les enluminures initiales des Cinq Poèmes de Nezâmî, Supplément persan 1029, de 1619-162448. Là encore, très souvent, la calligraphie du titre est omise. En outre, la manière d’exécuter les motifs a changé à cause sans doute des transformations que connaît, alors, la peinture persane.

62Mais l’art de l’enluminure en Perse et la manière de réaliser les frontispices subissent encore bien des transformations et, au xviiie siècle, le frontispice visible au f. 1v du Supplément persan 1779, un exemplaire copié pour Nâder Châh de la traduction persane du Coran faite sur son ordre, le prouve bien. Réalisé en 1740, cet ouvrage témoigne qu’il existe toujours une grande créativité à l’intérieur de ces modèles traditionnels.

32. Charaf al-Dîn ‘Alî Yazdî, Charaf-nâmeh (Le Livre de l’honneur). Au xviiie siècle, l’art de l’enluminure connaît un complet renouvellement, le goût des beaux livres se maintient durant tout le xixe siècle.

BNF, Mss or. Supplément persan 1779, f. 1v

63Le xixe siècle, dans l’Iran qadjar, voit continuer l’utilisation de ces types de décors dans les manuscrits ; ils sont mêmes utilisés au début des ouvrages lithographiés.

  • 49 Citons, parmi des dizaines d’autres exemples, les frontispices des f. 1v et 30v de Supplément persa (...)
  • 50 Ainsi, par exemple, Supplément persan 1770, un manuscrit pachto du poème Yousof va Zoleykhâ copié e (...)
  • 51 Ainsi Supplément persan 1493, exemplaire réalisé à Bagdad en 1843.
  • 52 Par exemple dans le cas de Supplément persan 2033 réalisé à Boukhara au milieu du XIXe siècle.

64Un grand nombre de frontispices, réalisés à la périphérie de l’Iran, montrent – s’il en est besoin – la diffusion – avec celle de la culture persane – des modèles persans dans l’art du livre. Ce sera le cas, outre l’Inde49, de l’Afghanistan50 et de la Mésopotamie51, en Asie Centrale52.

Conclusions

65Au terme de ce qui n’est qu’une accumulation d’exemples glanés un peu au hasard, on peut s’interroger sur le cadre de classement à adopter pour décrire de façon satisfaisante ces frontispices ou sarlowh. Plusieurs critères interviennent en effet :

66– la construction du décor, ainsi que la présence ou non d’une coupole, d’une frise décorative, d’un compartimentage géométrique ;

67– les motifs ornementaux utilisés à l’intérieur de ces formes : rinceaux, volutes, arabesques, bouquets et fleurettes de tous types ;

68Les rapports entre architecture et enluminure sont souvent fort étroits. La calligraphie ornementale intéresse ainsi tout autant paléographes qu’archéologues.

  • 53 On doit à cet égard faire mention de l’excellent Vocabulary of Codicology and Book Crafts, Illumina (...)

69On se heurte d’emblée, pour décrire les décors, à un problème de vocabulaire – persan ou occidental – presque insoluble53. En outre, à chaque époque, plusieurs écoles ont existé qui toutes utilisent plus ou moins l’ensemble des possibilités offertes par le répertoire, notamment pour la forme du motif. Ainsi, dans un même manuscrit, peut-on voir se succéder des frontispices dont le dessin – l’architecture – est presque toujours différent.

70On peut, certes, tenter de décrire les couleurs employées, les formes des fleurs ou celles des arabesques, souvent assez spécifiques, mais la tâche est démesurée.

71Reste la solution consistant à publier des corpus d’enluminures par école et par période. Le travail de comparaison sera dès lors fructueux. Les progrès de la photographie numérique devraient permettre d’envisager de constituer des recueils d’une grande quantité d’images de sarlowh ou frontispices et de les classer selon différents critères. Ce pourrait être des instruments de travail utiles aux historiens de l’art comme aux bibliothécaires.

Notes

1 Voir cependant le chapitre rédigé par Oleg Akimushkin et Anatol Ivanov, « The Art of Illumination », dans The Arts of the book in Central Asia, 14th-16th Centuries (Basil Gray editor), Paris, Unesco, 1979, p. 35-53.

2 Outre l’article cité ci-dessus, le catalogue de Dorothea Duda, Die illuminierten Handschriften und Inkunabeln der Österreichischen Nationalbibliothek, IV, Islamische Handschriften, I, Persische Handschriften, 2 vol., texte et planches, Vienne, 1983, et un bref chapitre du livre de Norah M. Titley, Persian Miniature Painting and its influence on the Art of Turkey and India, Londres, 1981, les études restent peu nombreuses. Si l’on voulait citer les frontispices publiés, il faudrait, en revanche, évoquer une multitude de catalogues d’exposition où ont été publiés des décors de différents styles et époques avec souvent une identification précise de l’origine. On peut, par exemple, signaler, à ce titre, le catalogue Timur and the Princely Vision. Persian Art and Culture in the Fifteenth Century, Los Angeles, 1989, rédigé par T. Lentz et G. Lowry, où l’on trouve de très significatifs exemples d’enluminures timourides. On peut aussi mentionner des travaux d’histoire de l’art comme le livre de Hamîd Suleïman et Fazîla Suleïmanova, Amîr Husrav Dehlaviï Asarlarina ishlangan rasmlar, Miniatures illuminations of Amîr Hosrov Dehlevi’s Works, Tachkent, 1983, dont les planches 90 à 117 sont consacrées à l’études des frontispices enluminés des plus beaux manuscrits de Khosrow de Delhi, ou celui de F. Suleïmanova, Miniatyuri k Hamse Nizami. Miniatures illuminations of Nisami’s Hamsah, Tachkent, 1985, planches 4, 8-16 et 19-28 de la fin de l’album.

3 Sheila S. Blair, Islamic Inscriptions, Édimbourg, 1998.

4 F. Richard, « Nasr al-Soltânî, Nâser al-Mozahheb et la bibliothèque d’Ebrâhîm Soltân à Shîrâz », Studia iranica, XXX, 1, 2000, p. 87-104 (avec 2 pl.).

5 Voir Yves Porter, Peinture et art du livre. Essai sur la littérature technique indo-persane, Paris-Téhéran, 1992.

6 Cf. Splendeurs persanes, Paris, 1997, no 1 bis, p. 37.

7 Splendeurs persanes, op. cit., no 1, p. 37.

8 Splendeurs persanes, op. cit., no 5, p. 39.

9 Pour ces deux manuscrits, voir Splendeurs persanes, op. cit., no 18 et 20, p. 48-49.

10 Cf. À l’ombre d’Avicenne. La médecine au temps des califes, catalogue de l’exposition de l’Institut du monde arabe, Paris, 1996, no 227, p. 317.

11 Cf. The Legacy of Genghis Khan Courtly Art and Culture in Western Asia, 1256, 1353, sous la direction de Linda Komaroff et Stefano Carboni, New York, Metropolitan Museum of Art, 2002, passim et notamment les reproductions, p. 48, 53, 138, 158-159, 182, etc., des peintures du Livre des rois de circa 1330 où il y a des rectangles portant un titre de chapitre, mais surtout des bandeaux figurant dans des corans de 1282, 1302-1308 et 1313 (p. 204-205, 207) ou nettement postérieurs (p. 220).

12 Splendeurs persanes, op. cit., no 12, p. 44.

13 The Legacy of Genghis Khan, op. cit., no 5, p. 245.

14 Splendeurs persanes, op. cit., no 30, p. 69.

15 Splendeurs persanes, op. cit., no 23, p. 65.

16 Splendeurs persanes, op. cit., no 26, p. 67.

17 Splendeurs persanes, op. cit., no 39, p. 75.

18 Splendeurs persanes, op. cit., no 27, p. 67.

19 Le nom persan du motif d’arabesques étant eslîmî.

20 Cf. par exemple F. Richard, « Un témoignage inexploité concernant le mécénat d’Eskandar Soltân à Esfahân », Oriente Moderno, XV (LXXVI), 2, 1996, p. 45-72.

21 Splendeurs persanes, op. cit., no 37 p. 74.

22 Pour désigner les motifs, souvent très divers, de branches de fleurs, on peut employer en persan le terme khetâ’î qui veut dire motif chinois.

23 Splendeurs persanes, op. cit., no 38, p. 74.

24 Voir Timur and the Princely Vision, op. cit.

25 Splendeurs persanes, op. cit., no 41, p. 77.

26 Splendeurs persanes, op. cit., no 76, p. 115.

27 Cf. B. W. Robinson, « Painters-illustrators of the 16th Century Shiraz », Iran, XVII, 1979, p. 105-108.

28 Splendeurs persanes, op. cit., no 69, p. 106.

29 Cf. B. W. Robinson, op. cit.

30 Splendeurs persanes, op. cit., no 75, p. 114.

31 Splendeurs persanes, op. cit., no 83, p. 136.

32 Splendeurs persanes, op. cit., no 74, p. 114.

33 Cf. Akimushkin et Ivanow, op. cit.

34 Un certain nombre d’exemples datés sont reproduits dans le livre de Julian Raby et Zeren Tanindi, Turkish Bookbinding in the 15th Century, Londres, Azimuth, 1993. Pour les années 1480, on peut aussi citer le Coran de Bâyazîd II reproduit partiellement dans le t. II de F. R. Martin, The Miniature Painting and Painters of Persia, India and Turkey from the 8th to the 18th Century, Londres, 1912, passim.

35 Cf. Raby - Tanindi, op. cit., no 12.

36 F. Richard, « Dîvànî ou Ta'lîq, un calligraphe au service de Mehmet Il,Sayyidî Mohammad Monchî », Les manuscrits du Moyen-Orient. Essais de codicologie et de paléographie, actes du colloque d'Istanbul (Istanbul, 26-29 mai 1986), publiés par F. Déroche, Istanbul-Paris, 1989, p. 90-93 et planche Xl (B) (frontispice de Supplément persan 1325).

37 Dans la tradition de volumes aussi somptueusement enluminés que Supplément persan 1357,

recueil des poèmes de Sa‘dî copié en 1461 (Splendeurs persanes, op. cit., no 51, p. 98).

38 Titley, Persian painting, op. cit., pl. 45, p. 214.

39 Splendeurs persanes, op. cit., no 59, p. 103.

40 Splendeurs persanes, op. cit., no 113, p. 169.

41 Splendeurs persanes, op. cit., no 92, p. 143.

42 On peut se demander où a été réalisé le frontispice du f. 2v de Supplément persan 565, deux des poèmes de Djâmî et le Pand-nâmeh de ‘Attâr, copiées en 1518 par ‘Abd-ollâh b. Ebrâhîm.

43 À titre de comparaison voir quelques frontispices ottomans de cette époque reproduits dans les catalogues de John M. Rogers et R. M. Ward, Süleyman the Magnificent, Londres, 1988, p. 65-87, ou de Marthe Bernus-Taylor et alii, Soliman le Magnifique, Paris, 1990, p. 98 et 18-122.

44 Splendeurs persanes, op. cit., no 101, p. 149.

45 Marianna Shreve Simpson, Sultan Ibrahim Mîrza’s Haft Awrang, A Princely Manuscript from Sixteenth-Century Iran, Washington, 1997, passim (toutes les planches sont en couleurs).

46 F. Richard, « Les manuscrits persans d’origine indienne à la Bibliothèque nationale », Revue de la Bibliothèque nationale, XIX, 1986, illustration p. 39.

47 Splendeurs persanes, op. cit., no 153, p. 220.

48 Splendeurs persanes, op. cit., no 152, p. 219. Voir aussi l’édition de ces enluminures par F. Richard, Paris, 1995.

49 Citons, parmi des dizaines d’autres exemples, les frontispices des f. 1v et 30v de Supplément persan 1490, réalisés en Inde en 1754-1764.

50 Ainsi, par exemple, Supplément persan 1770, un manuscrit pachto du poème Yousof va Zoleykhâ copié en Afghanistan à la fin du XVIIe siècle.

51 Ainsi Supplément persan 1493, exemplaire réalisé à Bagdad en 1843.

52 Par exemple dans le cas de Supplément persan 2033 réalisé à Boukhara au milieu du XIXe siècle.

53 On doit à cet égard faire mention de l’excellent Vocabulary of Codicology and Book Crafts, Illumination, Calligraphy, Binding, Paper, Color and Ink, English/Persian, Persian/English, de Ḥasan Hâshemî-e Mînâbâd, Téhéran, 2001.

Table des illustrations

Légende 24. Râvandî, Ketâb-e Charaf al nabi. Le frontispice en milieu de page suit la préface et précède la table des chapitres.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-1.jpg
Fichier image/, 932k
Légende 25. Ferdowsî, Châhnâmeh (Le Livre des rois). Le frontispice porte le titre d’une des sections du livre, Histoire de Rostam et d’Esfandyâr.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-2.jpg
Fichier image/, 2,5M
Légende 26. Hôman al-Dîn Tabrîzî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres). L’inscription en coufique est une invocation pieuse, mais son caractère est surtout ornemental.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 1531, f. 2v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-3.jpg
Fichier image/, 1,2M
Légende 27. ‘Attâr, Manteq al-Tayr (Colloque des oiseaux) et Sa‘dî, Boustân (Le Verger). La disposition du texte est la même que Supplément persan 822, f. 1v (ill. 21). Le modèle de la fleur du frontispice latéral pourrait être emprunté à un vase chinois.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-4.jpg
Fichier image/, 1,4M
Légende 28. ‘Ârefî de Hérât, Hâl-nâmeh (Le Livre de l’extase). Dans le domaine de l’art du livre, les Aq-qoyounlou sont à l’origine de nombreuses innovations comme le large emploi de l’or pour cette coupole aux nombreux rayons.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-5.jpg
Fichier image/, 1,2M
Légende 29. Amîr Khosrow de Delhi, Dîvân (recueil des poèmes). La signature de l’enlumineur est cachée dans le cadre bleu du rectangle.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 636, f. 1v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-6.jpg
Fichier image/, 1,2M
Légende 30. Charîf Tabrîzî, recueil de ghazaliyyât, sans nom de calligraphe. Les enluminures avec des fleurs sur champ noir ont connu une grande vogue jusque vers 1620.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 1450, f. 2v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-7.jpg
Fichier image/, 1,3M
Légende 31. Soltân ‘Alî Machhadî, Âdâb al-khatt (Les Règles de la calligraphie). Dans l’enluminure moghole, on trouve très rarement des inscriptions calligraphiées par l’enluminure. Par ailleurs, à côté de l’influence de l’école du Khorâssân, se fait également jour celle de Boukhara.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 723, f. 1v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-8.jpg
Fichier image/, 1,2M
Légende 32. Charaf al-Dîn ‘Alî Yazdî, Charaf-nâmeh (Le Livre de l’honneur). Au xviiie siècle, l’art de l’enluminure connaît un complet renouvellement, le goût des beaux livres se maintient durant tout le xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2462/img-9.jpg
Fichier image/, 3,9M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540