Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre persan

 | 
Francis Richard

Un cas de « succès littéraire » : la diffusion des œuvres poétiques de Djâmî de Hérât à travers tout le Proche-Orient

Texte intégral

1Le nom de Djâmî domine l’histoire littéraire persane de la seconde moitié du xvie siècle. Mowlânâ Nour ad-Dîn ‘Abd al-Rahmân b. Ahmad Djâmî est né en 1414 et mort en 1492, il fut tout à la fois un savant et un poète, mais aussi une figure marquante de la pensée mystique musulmane de son temps. Son nom s’associe étroitement à l’histoire de la cour timouride de Hérât à l’époque du souverain lettré Soltân Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ que l’on compare souvent aux Médicis de Florence pour l’éclat de son mécénat. Musulman sunnite, il passa l’essentiel de sa vie près de Hérât dans la province du Khorâssân, et fut membre de l’ordre soufi – alors très florissant dans ces régions – des Naqchbandî dont l’un des maîtres en Asie centrale était son contemporain Khwâdjeh ‘Obeyd-ollâh Ahrâr, mort en 1490. Djâmî lui a d’ailleurs dédié son poème Tohfat al-Ahrâr (Le Présent des hommes libres). Il a, en outre, écrit un ouvrage réunissant les biographies de 614 ou 616 savants, soufis, saints et poètes sous le nom de Nafahât al-uns (Les Haleines de la familiarité), tandis que sa philosophie s’inspire des théories du monisme existentiel de Mohyî al-Dîn Ibn ‘Arabî, le fameux mystique andalou du xiiie siècle.

2On dénombre environ quarante-cinq titres d’œuvres qui ont, de façon assurée, Djâmî comme auteur, et il fut très prolixe tant en prose qu’en poésie. Son amitié, à Hérât, pour le poète Mîr ‘Alî Chîr Navâ’î (1441-1501), ministre de Hoseyn Mîrzâ, et lui aussi soufi, a contribué à sa réputation et lui a assuré un patronage très efficace.

3En poésie, il est un novateur : pour lui le fond prime sur la forme. Imitateur de Hâfez, le « poète par excellence » que les souverains du xve siècle timouride avaient découvert et fait connaître, de Nezâmî qui – au xiiie siècle – avait fourni à la noblesse persane musulmane un corpus poétique porteur de tout un code éthique princier, et de Khosrow, son imitateur et continuateur à la cour des sultans de Delhi, Djâmî semble désireux de remettre au goût du jour leur enseignement : chez lui, une sorte de souci de la sincérité paraît cependant primer sur la recherche de la perfection formelle qui est constante dans toute poésie persane classique.

4À la manière des Cinq Poèmes de Nezâmî et de leur imitation par Khosrow, on doit à Djâmî un cycle, les Haft Awrang (Les Sept Trônes), où l’on trouve une nouvelle version des histoires de Leylà et Madjnoun (1484), Le Livre d’Alexandre (1485), une réplique du Makhzan al-Asrâr (Le Trésor des secrets) sous le titre du Présent des hommes libres (Tohfat al-Ahrâr). Il y ajoute, en 1482, La Chaîne d’or (Selselat al-zahab) – qu’il avait dédiée, en 1468, à Hoseyn Bâyqarâ à l’occasion de son avènement –, Le Rosaire des hommes pieux (Sobhat al-abrâr) à thème moral et mystique, le très célèbre poème Joseph et Zoleykhâ – très lu au xvie siècle et qui développe les histoires des prophètes –, et, en 1480, le livre de Salâmân et Absâl dont le sujet est repris d’Avicenne et de Nasîr al-Dîn Tousî. Son Bahârestân (Le Jardin printanier) voit le jour en 1487, c’est une imitation du recueil d’anecdotes morales très fameux composé au xiiie siècle à Chîrâz par Sa‘dî : cette réplique de la fameuse Roseraie (Golestân) était destinée à l’origine par Djâmî à l’édification d’un de ses fils.

5Parmi ses autres œuvres, on trouve une série de traités sur la grammaire arabe, sur la prosodie, sur la mystique soufie (Les Illuminations ou Lawâyeh), mais aussi sur l’art de composer des énigmes, des commentaires de poèmes mystiques (Le Livre du roseau ou Nay nâmeh) et divers opuscules.

6Dans sa jeunesse, Djâmî avait été, à Samarkand, alors grand centre d’enseignement et comptant une multitude de collèges (madraseh), le disciple de l’astronome Mousâ Qâzî Zâdeh Roumî, mort vers 1435, qui avait travaillé à l’observatoire établi par Ologh Beg à cet endroit. Il composa, à son tour, un traité d’astronomie.

7Un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, Supplément persan 545, réalisé, sans doute pour ‘Abd al-Rahmân Djâmî lui-même, à Hérât en 1456, par un copiste du nom de Chams b. Mohammad b. ‘Alî al-Djâmî, originaire comme Djâmî du district de Djâm au Khorâssân, renferme une copie de deux commentaires de poèmes arabes d’Ibn al-Fâridh, l’un par Farghânî, l’autre par ‘Ali Hamadânî.

8On y reconnaît des notes de la main de Djâmî dont l’écriture, très caractéristique, se retrouve dans un recueil de pièces autographes conservé à la bibliothèque Birounî de Tachkent. À la fin du texte de Paris, qui est un témoignage unique de l’activité studieuse du jeune poète, celui-ci a copié des quatrains de Rokn al-Dîn Khwâfî.

19. Les poèmes ajoutés après la 6e ligne sont de la main de Djâmî lui-même.

BNF, Mss or. Supplément persan 545, f. 291v

9Djâmî – il faut le rappeler – était né à Khardjerd dans le district de Djâm, à l’ouest de Hérât, en 1414, mais sa famille était originaire de Dacht près d’Ispahan. Il fut disciple du mystique naqchbandî Sa‘d al-Dîn Mohammad Kâchgarî qui était lui-même un des successeurs de Bahâ al-Dîn Naqchband, mort en 1389, et de Mohammad Pârsâ, mort en 1419.

10En souvenir de l’origine de sa famille, il signait Dachtî ses premiers poèmes avant d’adopter le surnom de Djâmî. Après des études à Samarkand, toute sa vie, jusqu’à sa mort en 1492, se passa à Hérât ; il fit cependant deux pèlerinages d’abord à Machhad – au Khorâssân occidental –, puis, en 1472, à La Mecque. Le Cheykh Djâmî, dont les obsèques eurent lieu en présence de Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ lui-même, avait eu quatre garçons de la fille de son maître Sa‘d al Dîn Kâchgarî, mais aucun ne lui survécut. Sa mort, en novembre 1492, survint avant celle du ministre Mîr ‘Alî Chîr Navâ’î, qui avait été l’un de ses amis et protecteurs. Djâmî avait, cependant, entretenu une abondante correspondance avec le grand maître, déjà mentionné, des Naqchbandî, Khwâdjeh Nâser al-Dîn ‘Obeyd-ollâh Ahrâr (1404-1490), successeur de son beau-père Sa‘d al-Dîn Kâchgarî à la tête de l’ordre. La sépulture de Djâmî devient, rapidement, un lieu vénéré et auprès de lui se feront enterrer son disciple ‘Abd al-Ghâfûr Lârî et son neveu le poète Hâtefî. Il avait eu des élèves et parmi les plus connus, on peut mentionner, outre Lârî, ‘Abd al-Vâse‘ Nezâmî et ‘Emâd al-Dîn Afzal-ollâh.

11Le vizir Mîr ‘Alî Chîr Navâ’î, né à Hérât en 1441, appartenait à une famille de chanceliers turcs ouïgours qui s’étaient mis au service des Timourides. Son père avait été à la cour du sultan Abou Sa‘îd. Navâ’î était très lié, depuis son enfance, au futur sultan Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ, né en 1438. À l’instar des héros du roman Mehr va Mochtarî du poète ‘Assâr de Tabrîz (composé un siècle plus tôt en 1376), et selon sans doute un usage fréquent, ils avaient été élevés ensemble. ‘Alî Chîr avait d’abord été au service du prince condottiere Bâbur à partir des alentours de 1455 toujours en compagnie de Hoseyn Bâyqarâ. Lorsque Bâbur mourut en 1457, il partit quelque temps étudier le droit musulman (feqh) à Samarkand. À la mort du sultan Abou Sa‘îd en 1468, Hoseyn Bâyqarâ prendra le pouvoir à Hérât. ‘Alî Chîr revint aussitôt se mettre à son service. Il restera à Hérât jusqu’à sa mort en janvier 1501 avec différentes charges, comme ministre, sans avoir vraiment le titre de vazîr.

12En tant qu’écrivain en langue turque orientale tchaghatay, ‘Alî Chîr est célèbre sous le nom de Navâ’î et il a joué un rôle considérable. Il est l’un des véritables créateurs de la littérature tchaghatay en écriture arabe. C’était en outre un mécène, protecteur de nombre d’artistes et de lettrés du Khorâssân, dont Djâmî et son neveu Hâtefî. Il jouissait de revenus très importants. Des calligraphes et des peintres et enlumineurs travaillaient à son service. Membre de la confrérie des Naqchbandî, il avait été initié par Djâmî, son maître spirituel, en 1476-1477.

13Le sultan Hoseyn Mîrzâ, lui aussi poète en turc tchaghatay, était né trois ans plus tôt, en 1438, à Hérât, et il mourra cinq ans après en 1506. C’était un patron éclairé et très proche de Navâ’î dont il écoutait volontiers les avis. Il est important de souligner à quel point ces personnages sont liés, tant dans le domaine religieux que sur le plan littéraire, et comment il est facile de comprendre à quel point la cité de Hérât a pu être, entre 1475 et 1500, un centre très privilégié de vie intellectuelle.

14Lorsque Nour al-Dîn ‘Abd al-Rahmân Djâmî, figure clé de tout ce milieu, meurt – à soixante-dix-huit ans –, il laisse, comme on l’a vu, une œuvre immense. C’est avant tout un poète très fécond. Outre les écrits que nous avons cités, Djâmî composait – comme tout lettré persan – depuis sa jeunesse des pièces poétiques isolées dans les différents genres en usage. Il s’agit de :

15qasîdeh, longs poèmes panégyriques faits de distiques ayant la même rime ;

16– ghazaliyyât, poésies lyriques de cinq à sept distiques dont le dernier renferme le takhallos (surnom poétique propre à l’auteur) de Djâmî. Les ghazaliyyât sont généralement, dans le recueil des œuvres en vers d’un auteur (dîvân), rangés dans l’ordre alphabétique de leurs rimes ;

17– robâ‘iyyât, sorte de quatrains formés de deux distiques dont trois des quatre hémistiches riment entre eux ;

18– qet‘e, pièces brèves de différents types, ou inachevées ;

19– targî‘, sortes de rondeaux ;

20– mo‘ammâ, énigmes en vers, généralement très brèves.

21Djâmî avait ainsi cultivé les principaux modèles traditionnels, rimé dans les divers mètres de la poésie persane, sans mépriser aucune des formes classiques de poèmes. C’est assez tôt, encore sous le règne du sultan Abou Sa‘îd (855 à 873 de l’hégire / 1451-1469), que le poète Djâmî, ayant déjà acquis une certaine notoriété, fait réunir et mettre en ordre ses poèmes sous la forme d’un dîvân pour la première fois.

22Cette première « édition » a lieu en 867 de l’hégire (1463) : elle est dédiée au sultan Abou Sa‘îd, vice-roi du Khorâssân, ce qui confirme que le poète cherchait déjà à occuper un rôle officiel. En 872 de l’hégire (1468), aurait eu lieu une seconde « édition », comme en témoignent certains manuscrits, toujours dédiée au même Abou Sa‘îd, mais après révision de ce dîvân par l’auteur lui-même.

23Quelques années après, le poète, à son retour du pèlerinage à La Mecque qu’il effectua entre 877 et 878 de l’hégire (1472-1473), donna une troisième « édition » de son premier dîvân vers 880 de l’hégire (1475). Il y ajoutait la qasîdeh Lodjjat al-asrâr (L’Abysse des secrets) qui date de la même année. C’est cette troisième « édition » qui a été diffusée et est connue sous le nom de Dîvân-e Qadîm (Divan ancien) de Djâmî. Elle comporte une introduction en prose de l’époque du règne de sultan Hoseyn Bâyqarâ.

24La première impression de ce recueil a vu le jour à Tachkent dès la fin du xixe siècle (1325 de l’hégire).

25Le renom de Djâmî avait atteint, très tôt, la cour ottomane et Bâyazîd II, sultan de 1481 à 1512, fut du nombre de ses admirateurs. Il lui fit même parvenir deux lettres pour l’inviter à sa cour d’Istanbul. En 895 de l’hégire (1490), il lui fait envoyer une gratification de 1 000 pièces (florins). On trouve une copie d’une de ces lettres, au f. 197 d’un recueil de la bibliothèque de Bâyazîd II lui-même qui est conservé à la BNF, le manuscrit arabe 3423.

20. Sefîneh, recueil de format oblong, renfermant nombre de textes poétiques et mystiques copiés au milieu du xve siècle à Hérât et à Chîrâz ; ce recueil a figuré dans la collection du sultan Bâyazîd II (1481-1512) et contient le texte de l’invitation du sultan à Djâmî. Le document copié indique que, si Djâmî vient à la cour ottomane, il recevra une gratification de plusieurs centaines de florins.

BNF, Mss or., Arabe 3423, f. 197v

  • 1 Manuscrit Ayasofya 4009.

26La réponse de Djâmî au sultan ottoman comporte cinquante-neuf distiques et sera intégrée par lui dans son troisième dîvân. En 1481, à la demande de Mehmet II auquel Bâyazîd II succède la même année, il avait composé, en arabe, le traité mystique al-Durrat al-fâkhira. Le Conquérant de Constantinople avait, d’ailleurs, déjà tenté de l’attirer. De son côté, le prince Djem, le plus jeune fils de Mehmet II, tenait à Konya une cour brillante et, à une époque où la culture persane était encore très puissante dans l’Empire ottoman, il s’intéressait à l’activité du poète : on trouvait dans sa bibliothèque une copie de compositions poétiques de Djâmî qui est aujourd’hui dans le fonds de la bibliothèque Süleymanye d’Istanbul 1.

27L’héritage timouride, dont le prestige était grand, se diffusera par la suite de manière beaucoup plus sensible encore dans la Turquie ottomane du fait des circonstances historiques. Badî‘ al-Zamân Mîrzâ, le fil aîné de Hoseyn Bâyqarâ, fut un temps en conflit avec son père ; mais un accord est conclu entre eux en 1498 grâce à l’entremise du vizir Mîr ‘Alî Chîr. À la mort du père en 1506, le fils règne sur Hérât avec son frère jusqu’à la prise de la ville l’année suivante (1507) par les Ouzbeks. Le prince s’enfuit, puis revient quelque temps au Khorâssân en 1513, protégé des Safavides – nouveaux maîtres de la Perse. Il se trouvait à Tabrîz en 1514 lors de sa prise par Selim. Il est emmené avec beaucoup d’égards par les vainqueurs à Istanbul. C’est là qu’il mourut, laissant un fils, Mohammad Zamân Mîrzâ, à la cour de la capitale turque. Ces princes apportaient avec eux une partie de l’héritage littéraire et artistique de Hérât, si bien que les Ottomans pouvaient s’en sentir d’une certaine façon les légitimes héritiers.

28Après son premier recueil de poèmes, Djâmî fera paraître deux autres dîvân. La notoriété de l’auteur leur assurait rapidement une diffusion importante. Constituant des recueils homogènes, ces trois dîvân de Djâmî ont fait l’objet d’une multitude de copies manuscrites et de diverses éditions imprimées. Fruit d’un travail scientifique, il faut surtout signaler leurs éditions critiques parues entre 1978 et 1980, qui sont dues à ‘Alâ Khân Afsahzod, et qui s’appuient essentiellement sur les manuscrits suivants :

29– un recueil de toutes les œuvres (Kolliyyât) de Djâmî, conservé à Saint-Pétersbourg sous le no D.204 à l’Institut d’orientalisme et où l’on trouve les trois dîvân. Bien que ce ne soit pas un exemplaire autographe, il s’agit du texte de base utilisé par Afsahzod ;

30– une copie de toutes les œuvres, datée de 1502-1503, réalisée à Hérât par Mohammad Kâteb Haravî ;

31– d’autres copies de 1504, 1519-1527, 1512 conservées à l’Académie des sciences d’Azerbaïdjan, où le premier dîvân est le plus fourni ;

32– le manuscrit copié en 1492 par Mîr ‘Alî Tabrîzî, l’année de la mort de Djâmî, qui se trouve à la bibliothèque universitaire de Saint-Pétersbourg, lequel a été établi d’après un des plus anciens exemplaires du premier dîvân, puis a été complété ;

33– un volume orné de six peintures, copié en 1487 (à Chîrâz) par Na‘îm al-Dîn Kâteb b. Sadr al-Dîn, qui est le no C.1697 de la bibliothèque de l’Institut d’orientalisme de Saint-Pétersbourg et renferme une version du texte très voisine de celle donnée en 1492 par Mîr ‘Alî Tabrîzî ;

34– un recueil des « œuvres complètes » de Djâmî conservé à la Bibliothèque nationale d’Iran à Téhéran, très voisin des autres mais avec seulement dix-sept de ses œuvres et dont Afsahzod conteste qu’il puisse s’agir d’un autographe.

35Dans le catalogue collectif (Fehrest) des manuscrits persans conservés dans les différentes bibliothèques du monde dont il pouvait avoir connaissance, Ahmad Monzavî a fait paraître, à Téhéran, en 1971, dans son tome III, une liste de manuscrits des dîvân de Djâmî. Il en ressort que le premier avait commencé à être connu dès 1469, année de copie de l’exemplaire conservé à Karachi, ou même en 1465, date d’un manuscrit conservé au Parlement de Téhéran. Il n’est donc pas étonnant que des anthologies – dès les alentours de cette période – commencent à comporter régulièrement un large choix de ses pièces – surtout de ghazaliyyât –, et cela dans des ouvrages constitués tant à Hérât qu’à Tabrîz, à Chîrâz ou dans d’autres villes, ce qui atteste de cette rapide renommée du poète.

36Plus tard, pour le distinguer, ce premier dîvân recevra le nom de Fâtihat al-Chabâb (L’Ouverture de la jeunesse). Il serait intéressant de voir dans quelle mesure ce n’est pas vraiment ce recueil qui a valu à Djâmî son renom ; le dénombrement des copies conservées permettrait de confirmer cette remarque.

37Le deuxième dîvân, ou Vâsitat al ‘Iqd (Le Milieu du pacte), est réuni et donné au public, d’après la préface en prose que Djâmî lui-même a rédigée, en 884 de l’hégire (soit 1479) – alors qu’il avait déjà « plus de soixante ans ». On y lit des vers à la louange du sultan Hoseyn Bâyqarâ ; d’autres ont été composés en réponse au sultan Ya‘qoub Aq-qoyounlou qui règne sur la Perse occidentale (Tabrîz) aux alentours de 1478 et est, lui aussi, grand mécène. On y trouve aussi des vers en l’honneur de différents personnages comme Mîr ‘Alî Chîr et le prince Badî‘ al-Zamân. Il y a, dans ce dîvân, 493 ghazaliyyât et quelques autres pièces dont 52 moqatta‘ât et 75 robâ‘iyyât, ainsi que quelques énigmes.

38Le troisième et dernier des dîvân du poète est connu sous le nom de Khâtimat al-Hayyât, ou La Conclusion de l’existence. On y découvre aussi des vers à la louange de Ya‘qoub Aq-qoyounlou, datés de 896 de l’hégire (1491). Djâmî y a réuni quelques qasîdeh, 296 ghazaliyyât, 38 moqatta‘ât, 45 robâ‘iyyât et peu d’autres pièces.

39Il composa, au moment où il donnait au public ce dernier recueil, une préface pour présenter l’ensemble de ses trois dîvân. Celle-ci apparaît dans la nouvelle édition complète (Kolliyyât) qu’il donne de ses écrits au début de cette même année.

40Postérieurement à cette date, deux œuvres de Djâmî s’ajouteront encore à cet ensemble impressionnant ; il s’agit des Fosûs al-Hikam, de 896 de l’hégire (1491) eux aussi, et des Favâ’ed Ziyâ’iyyeh qui remontent à l’été 1492 (897 de l’hégire).

41D’autres écrits de Djâmî n’ont pas été intégrés à ces « œuvres complètes » pour divers motifs.

42Ahmad Monzavî, dans le tome III déjà cité de son Fehrest, recense un nombre important de copies du premier dîvân de Djâmî :

43– un exemplaire portant la date de 869 de l’hégire (1465) et conservé au Parlement de Téhéran ; il est dépourvu de préface ;

44– un manuscrit de la Royal Asiatic Society de Londres serait de 876 de l’hégire ;

45– un manuscrit du Sénat de Téhéran serait de l’année suivante (877 de l’hégire / 1473), année où est copié un autre exemplaire par Hâtef Chirvânî, aujourd’hui coté R 956 à la bibliothèque de Topkapi Sarayi d’Istanbul ;

46– trois autres copies conservées à Topkapi Sarayi, portent les dates de 1478,

471482 et 1483, suivies de plusieurs autres copies de la fin du xve siècle ;

48– en Inde, la bibliothèque de Rampur conserve un dîvân daté de 888 de l’hégire

49(1483).

  • 2 Ahmad Monzavî, Fehrest-e moshtarak-e noskhehâ-ye khattî-ye fârsî-ye ketâbkhânehâ-ye Pâkestân, t. VI (...)

50Monzavî dans son catalogue collectif des manuscrits des bibliothèques du Pakistan2, ajoute à cette liste deux autres copies :

51– à Karachi, au Musée national, une de 873 de l’hégire (1469) réalisée par Soltân ‘Alî (Machhadî), le célèbre calligraphe de Hérât, avec la grande préface en prose ;

52– au même endroit, une copie par Mohammad Baqqâl, datée de 877 de l’hégire (1473), et qui renferme les robâ‘iyyât et ghazaliyyât dans les marges d’un dîvân de Qâsem Anvâr. Elle n’a malheureusement pas d’indication de lieu de réalisation.

  • 3 Drouot Richelieu, Salles 1 et 7, Lundi 6 et mardi 7 avril 1998, no 295. La copie comporte 15 lignes (...)

53À ces copies du premier dîvân de Djâmî, on peut ajouter celle de 297 feuillets, contenant les ghazaliyyât, moqatta‘ât et autres pièces, copiée par Na‘îm al-Dîn Kâteb b. Sadr al-Dîn, le 1er rabî‘ avval 893 de l’hégire (= 14 février 1488), qui a été mise en vente à l’hôtel Drouot les 6-7 avril 19983. Ce manuscrit est d’autant plus intéressant qu’il comporte des peintures dont une double page initiale – représentation d’audience princière –, puis sept autres, la seconde évoque Farhâd et Chîrîn, et la cinquième un jeu de polo. Elles sont de style turkmène et le manuscrit viendrait de Chîrâz. Ce serait parmi les premières copies illustrées du recueil.

54Cette relative abondance d’exemplaires anciens confirme, comme on l’a vu, l’immense succès qu’avait rencontré l’œuvre de Djâmî, classique et novatrice tout à la fois.

55Curieusement négligés par les éditeurs modernes des textes des trois dîvân de Djâmî, les manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de France à Paris, sont pourtant fort nombreux. Il n’est pas sans intérêt d’en dresser un rapide inventaire ; nous préoccupant surtout ici de ceux (dix-huit en tout) qui renferment le premier dîvân.

561. Il faut citer, en premier lieu, le grand recueil (Kolliyyât) de 620 folios, coté Supplément persan 822, dont une partie de la fin manque. Acquis en Inde par le colonel Jean-Baptiste Gentil, sans doute à Fayz-âbâd ou à Delhi, vers 1775, et envoyé à Paris pour Anquetil-Duperron, il provient de la bibliothèque des Grands Moghols d’Inde.

21. ‘Abd al-Rahmân Djâmî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres), copié à Hérât sans doute pour Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ en 1490-1491 par Darvîch Mohammad b. Amîr Sorkh b. Amîr Cheykh Mohammad. Le frontispice initial est accompagné d’un trapèze enluminé, à droite, qui marque le début du texte copié en marge.

BNF, Mss or. Supplément persan 822, f. 1v

57Le copiste en est Darvîch Mohammad b. Amîr Sorkh b. Amîr Cheykh Mohammad et les dates d’exécution vont du 27 mai 1490 au 16 janvier 1491. Il a donc été réalisé du vivant de Djâmî, très certainement à Hérât. Antérieur à l’achèvement du troisième dîvân (en 1490 ou peu après), il n’en renferme pas le texte. Ce manuscrit porte, au f. 420, le cachet d’Abou l-Ghâzî Soltân Hoseyn Khân Bahâdor ; il figurait donc dans la bibliothèque du sultan Hoseyn Bâyqarâ lui- même, pour qui il a, très probablement, été copié.

58On y trouve une grande quantité d’œuvres en prose et en vers de Djâmî. Parmi ces dernières, les Haft Awrang (Les Sept Trônes), et les deux premiers dîvân. Pour une raison inconnue, on rencontre d’abord le second, aux f. 420v-463, puis le premier, intitulé Dîvân-e Avval (Premier Dîvân), aux f. 464v à 554v, sans l’introduction préliminaire, mais avec une préface en prose, des qasîdeh, des ghazaliyyât, qet‘e, robâ‘iyyât et énigmes. La version des poèmes de cette copie est proche de celle du manuscrit no 1331 de la bibliothèque Birounî de Tachkent, lequel a été exécuté à Hérât en 1502-1503.

592. De la fin du xve siècle, datent deux manuscrits qui ne contiennent qu’un choix de ghazaliyyât du premier dîvân. Le premier, Persan 349, est une anthologie, datée de 1497, où l’on trouve 178 ghazaliyyât de Djâmî, et qui paraît copié à Chîrâz comme le montre son style. Le second, Persan 323, est une autre anthologie qui ne contient que 85 ghazaliyyât du premier dîvân et n’est ni datée, ni localisée (fin xve- début xvie siècle).

  • 4 Cf. vente Sotheby’s, Londres, 30 avril 2003, no 15, p. 26, où est présentée une autre copie du dîvâ (...)

603. Les autres manuscrits du premier dîvân conservés à Paris renferment un nombre de pièces très variable. Ainsi, dans Supplément persan 1812, achevé en octobre 1519 par Maqsoud b. Bâyazîd Haravî, un calligraphe de Hérât qui passera au service de Homâyoun – lors de son départ vers l’Inde –, on trouve les qasîdeh, puis environ 840 ghazaliyyât4. Dans Supplément persan 1834, copie anonyme du premier dîvân réalisée à Chîrâz en 1538 sur un papier teinté alternativement ocre et saumon, et peut-être de la main de Morched Kâteb Chîrâzî, on rencontre la préface en prose et environ 860 ghazaliyyât. Dans Supplément persan 548, un exemplaire venant de la collection de Mgr  Le Fèvre de Caumartin et copié en 1545 à Torbat-e Djâm près de Hérât, non loin du lieu de naissance du poète, on reconnaît 882 ghazaliyyât. Supplément persan 2000, exemplaire réalisé vers 1520 ou 1530 – peut-être à Tabrîz – par Darvîch Mohammad, le Dîvân-e Avval, qui occupe les f. 52v à 270, contient environ de 875 ghazaliyyât. Supplément persan 553, qui daterait de 1565 – et est l’un des manuscrits rapportés de Perse en Italie en 1608 par les frères Vecchietti –, comporte 844 ghazaliyyât, soit un nombre un peu inférieur. Le manuscrit Persan 225 enfin, copié en Perse en 1535 par Chams al-Dîn b. Zayn al-Dîn, renferme les qasîdeh, les tarjî‘band (pièces à refrain), 929 ghazaliyyât – de fait l’édition d’Afsahzod en réunit jusqu’à 1010 – et 184 autres pièces.

61En revanche, Supplément persan 549, une copie ottomane de 1559, ne comporte que 717 ghazaliyyât du premier dîvân, et Supplément persan 550, qui est de la fin du xvie siècle, n’en compte que 497 et mélange quelques pièces de diverses provenances.

62Plusieurs copies anciennes du premier dîvân, conservées à Paris, et qui sont d’origine ottomane permettent aussi de juger de la transmission du texte. Parmi celles-ci, on pourra citer Supplément persan 1498 qui vient de la collection de Charles Schefer, et auparavant de l’École royale des jeunes de langues de Constantinople : cette copie de la fin du xve siècle a appartenu à un habitant de Bursa mais est dépourvue de colophon. On y trouve, très classiquement, environ 880 ghazaliyyât.

  • 5 Julian Raby – Zeren Tanindi, Turkish Bookbinding in the 15th Century. The Foundation of an Ottoman (...)

63De même, Supplément persan 1384, qui provient également de la collection Schefer, est un recueil des trois dîvân avec l’ensemble de leurs préfaces, le premier y occupant les f. 2v à 286v – avec, lui aussi, environ 880 ghazaliyyât. Copie anonyme, ce manuscrit, postérieur à 1492, n’est pas daté mais le style de ses enluminures évoque ce que réalisaient les ateliers d’Istanbul à l’extrême fin du xve siècle. Sa reliure rappelle celles sorties de l’atelier impérial ottoman vers la même époque5. En outre, un timbre – ou cachet – de possesseur en forme de tughrâ (arc) imprimé à quatre endroits différents atteste que ce manuscrit a fait partie de la bibliothèque du jeune prince (chahzâdeh) Mehmet (1521-1543), fils de Soleymân le Magnifique. Mais rien n’indique, malheureusement, qui – à la cour ottomane – en avait, plusieurs années avant, commandé la réalisation.

64Parmi ces manuscrits « ottomans » de la BNF du premier dîvân de Djâmî, il faut mentionner à part Supplément persan 552, un livre sur lequel on peut légitimement s’arrêter, d’autant plus qu’il confirme que le nombre – variable d’un exemplaire à l’autre – des pièces rassemblées dans un ouvrage poétique persan ne semble pas avoir été un souci majeur des destinataires de ces copies. Outre le fait que la quantité de distiques déterminait le salaire du copiste, et que celui-ci travaillait souvent de mémoire, il semble que, en particulier dans le cas de Djâmî dont les vers avaient circulé de multiples façons et étaient connus par cœur de bien des lettrés, l’exemplaire plus « complet » (avec le risque d’être empli d’apocryphes) n’était pas forcément le plus recherché…

  • 6 Voir aussi Francis Richard, Splendeurs persanes, Paris, 1997, no 89, p. 141.
  • 7 En utilisant un papier européen coloré en jaune comportant un filigrane à tête de bœuf voisin des t (...)

65Supplément persan 5526 comporte 226 folios d’un papier oriental coloré en saumon, à larges vergeures verticales – à l’exception du f. 144 qui a été refait7 vers 1520-1530. Ses cahiers, à quelques exceptions près, sont des quaternions selon l’usage persan à une époque où les Ottomans préfèrent généralement les quinions.

66Le texte du premier dîvân de Djâmî est copié en une écriture nasta‘lîq soignée mais qui ne semble pas de la main d’un grand calligraphe, on compte dix-huit lignes par page. Les titres, écrits en bleu, blanc, jaune, or ou brun, paraissent ajoutés lors de la restauration du volume, de même que le frontispice enluminé du début qui porte l’invocation Allâh al-Kâfî et que les encadrements des pages.

67Supplément persan 552 faisait partie du fonds oriental de l’abbaye de Saint- Germain-des-Prés transféré à la Bibliothèque nationale en 1796 à la faveur des confiscations révolutionnaires. Il provenait du legs fait en 1731 à la bibliothèque de l’abbaye par l’évêque de Metz Henri-Charles du Cambout de Coislin (1697-1732). C’était l’un des volumes de la riche collection du chancelier Pierre Séguier. À la mort de celui-ci en 1672, il semble qu’il ait été retrouvé et inventorié par Melchisédech Thévenot et Claude Hardy. Ce dernier avait rédigé la notice qui figure au verso de la seconde garde du manuscrit qui était alors prisé soixante livres et coté E. 50 selon le système du catalogue des livres de Séguier de 1657. Il provenait en fait, avant d’appartenir à Séguier, de la bibliothèque d’Henri-Auguste Loménie de Brienne, mort en 1666, et était l’un des volumes que l’ambassadeur Denys de La Haye-Ventelet avait envoyé d’Istanbul vers 1655 à de Brienne. L’atteste la notice, numérotée 87 – qui est de la main de Denys de La Haye –, qu’on lit à la troisième garde. Au même endroit, une note en turc indique qu’il appartint auparavant au trésor impérial ottoman (khizâna-i ‘ânere).

68Le timbre, ou cachet, répété aux f. 1 et 226, et portant la tughrâ du sultan Selim II qui régna de 1566 à 1574, montre que le manuscrit avait figuré dans sa bibliothèque. Plusieurs autres cachets antérieurs demeurent encore plus ou moins déchiffrables : notamment, au f. 143v, un tampon circulaire très effacé qui porte la devise tavakkulnâ ‘alâ Khâleqî (nous avons confiance en le Créateur) et le nom de Mostafâ. D’une forme comparable à celui du sultan Selim Ier, il s’agit probablement du timbre du grand vizir ottoman Mostafâ en charge entre 1517 et 1520. Le manuscrit paraît donc être une des prises de guerre faites par les Ottomans à Tabrîz après leur victoire de Tchâlderân sur les Safavides ou peu après vers 1514.

69Des timbres plus anciens de notables persans se voient au f. 168v, et surtout au f. 172v où l’on lit le nom de Mîr Mohammad avec la devise Kamîne (l’humble), Mîr Moh., gholâm-e Châh-e velâyat, qui indique qu’il était au service des Safavides chiites (serviteur du roi de la sainteté [‘Alî]). Celui du f. 156 porte, de son côté, les noms des douze imams du chiisme et une date, peut-être 907 de l’hégire, c’est-à-dire 1501 ou 1502. De fait, ce manuscrit ne comporte aucun colophon et peut être daté de la fin du xve siècle, ou – au plus tard – des toutes premières années du xvie siècle.

70Dépourvu de la préface en prose du dîvân, il ne contient aucune des qasîdeh et seulement cinq des pièces liminaires, les nos 37 à 42 de l’édition Afsahzod. Avant sa transformation, la copie comptait en plus 948 ghazaliyyât, dont 19 ont été, ensuite, effacés et recouverts. Il s’agissait donc d’une copie très complète, les ghazaliyyât étant suivis de 37 fragments, de 117 robâ‘iyyât (quatrains) et des 5 énigmes. Par son contenu, le manuscrit s’apparente aux plus anciens de Hérât et notamment à D. 204 de Saint-Pétersbourg. Mais son lieu de copie reste inconnu ; peut-être vient-il de la Perse occidentale ?

  • 8 Il est par exemple représenté dans le ‘Adjâyeb-nâmeh djalâyeride de la fin du xive siècle, Suppléme (...)
  • 9 Voir par exemple J. M. Rogers et R. M. Ward, Süleyman the Magnificent, Londres, 1988, no 24-a, p. 8 (...)

71Exemplaire sans décor, rapporté comme butin à Istanbul, c’est là qu’il a été jugé digne de recevoir sa superbe reliure actuelle (voir ill. de couverture) – dont plats et doublures sont laqués. Le décor peint sur les plats, sans doute à la demande du grand vizir Mostafâ, combine le motif classique de mandorle polylobée et le motif de l’arbre wâq-wâq dont les branches se terminent par des têtes qui poussent des cris lorsque souffle le vent. Il s’agit là d’un thème classique : Alexandre avait vu cet arbre aux Indes comme l’atteste la version persane du Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène8. En reliure, la technique de la laque peinte venue de Hérât s’était répandue après 1510 dans la capitale ottomane où l’on en connaît de nombreux exemples9.

72Outre ses encadrements et son frontispice initial, le manuscrit a, alors, reçu quinze peintures. On peut penser raisonnable de les dater des alentours de 1530. Mais deux choses sont, pour nous, aujourd’hui, motif d’étonnement : d’une part le propriétaire du manuscrit n’a pas hésité à faire effacer et recouvrir, pour cela, le texte de dix-neuf des ghazaliyyât du grand poète de Hérât et, d’autre part, les images suivent assez scrupuleusement le texte de la pièce qui les précède. Il s’agit d’un travail confié à un peintre qui lisait bien, et a pris soin d’illustrer – presque toujours – la scène évoquée par un des distiques d’un poème précédant ou suivant les pièces recouvertes. Pour cela, il puise généralement dans le répertoire « classique » de la peinture persane du temps. Aucune signature d’artiste n’apparaît cependant.

73Il convient à présent, pour chacune de ces illustrations, de noter le numéro du poème de l’édition Afsahzod qui a été ainsi illustré. Aux f. 66v, 85v, 102v, 122v, 149v et 198v, on a dû récrire l’un des distiques du ghazal sur un petit bout de papier (européen, analogue à celui du f. 144, semble-t-il) pour satisfaire aux exigences de la mise en page et que les ghazaliyyât illustrés soient complets. Le travail est destiné à quelqu’un qui lit et comprend le persan. Les peintures sont :

74I. –  F. 22v (88 × 147 mm), sur son trône, un prince (Soltân Hoseyn Bâyqarâ ?) reçoit, en présence de musiciens, deux lettrés ou poètes dont l’un (Djâmî) lui offre son livre (ses vers), ghazal no 84 dans l’édition Afsahzod.

75II. – F. 28 (106 × 114 mm), plusieurs personnages sont en prière devant la Ka‘ba, tandis que trois autres (parmi lesquels Djâmî ?) les observent de derrière un muret, Les Deux Pigeons à la Ka‘ba, no 109.

76III. – F. 42v (100 × 101 mm), devant le pavillon au balcon duquel est apparu le beau jeune homme, deux personnages (dont Djâmî ?) s’entretiennent, « qui est ce cyprès sur la terrasse […] », no 175.

77IV. – F. 66v (91 × 94 mm), Madjnoun est devant la tente de Leylà et une servante s’approche de lui, no 285.

78V. – F. 76 (117 × 146 mm), plusieurs personnages boivent pendant une fête à laquelle prend part un prince dont l’écuyer tient la monture près de la porte, « hier soir le roi a fait étape à la fête du mendiant […] », no 326.

22. ‘Abd al-Rahmân Djâmî, Premier Dîvân, copie persane de la fin du xve siècle, complétée dans l’Empire ottoman au début du xvie siècle. Cette peinture montre que l’illustrateur reste très fidèle au texte du vers qu’il a choisi de mettre en scène.

BNF, Mss or. Supplément persan 552, f. 76

79VI. – F. 85v (119 × 124 mm), lors d’une chasse, un chasseur est attaqué par un lion auquel les autres chasseurs tentent de décocher des flèches, « ne tire pas ta première flèche sur ma poitrine blessée […] », no 370.

80VII. – F. 102v (84 × 90 mm), un homme (le poète Djâmî) embrasse un jeune homme, « j’étreins celui qui apporte la lettre […] », no 489.

81VIII. – F. 122v (94 × 149 mm), plusieurs personnages, dont un prince et le poète Djâmî, qui lit un poème, participent à un festin, no 580.

82IX. – F. 133v (80 × 99 mm), le poète Djâmî s’entretient, dans une salle de palais, avec un jeune homme, no 629.

83X. – F. 149v (96 × 108 mm), un échanson verse à boire à un jeune homme auprès duquel est assis le poète (Djâmî) et un homme entre dans la cour du palais où ils se trouvent, « le vin déclaré partout interdit, si c’est ta main qui le tend, […] », no 702.

84XI. – F. 181 (107 × 117 mm), dans le désert, au pied d’un palmier, un homme converse avec Madjnoun qui est entouré des bêtes parmi lesquelles il vit, « si tu as un jour entendu l’histoire de Madjnoun, tu connais la mienne […] », no 894.

85XII. – F. 185v (105 × 138 mm), lors d’une fête, dans un jardin, le poète Djâmî lit un poème à un jeune homme, c’est l’illustration du dernier distique du ghazal, no 869.

86XIII. – F. 191 (91 × 100 mm), un jeune homme boit du vin tandis que le poète (Djâmî) lui lit des vers et que jouent trois musiciens, l’un de la flûte, l’autre de la harpe (cang) et le troisième du tambour de basque, le texte – qui suit l’image – dit « le son de la harpe et de la flûte […] », no 888.

23. ‘Abd al-Rahmân Djâmî, Premier Dîvân, copie persane de la fin du xve siècle. Le poète Djâmî tient un volume de forme oblongue (sefîneh), format utilisé par les poètes de cour pour noter leurs vers. Il peut se ranger facilement dans la poche d’un vêtement.

BNF, Mss or. Supplément persan 552, f. 191

87XIV. – F. 198v (114 × 167 mm), Yousof (Joseph) est vendu en Égypte ; en présence de trois autres acheteurs, l’Égyptien ‘Azîz, qui vient de l’acheter, le conduit auprès du roi, tandis que Zoleykhâ observe la scène d’une fenêtre, « tel Joseph […] », no 938.

88XV. – F. 206v (116 × 119 mm), le poète (Djâmî) vient d’entrer dans la cour du palais du jeune prince et lui parle ; un écuyer et un cheval se trouvent à l’extérieur, « que fais-tu ici, qui recherches-tu ? […] », no 978.

89On peut rapprocher le style de ces peintures de celles de Supplément turc 993 de la Bibliothèque nationale de France, copie fameuse du dîvân (recueil des poésies) turc tchaghatay de Hoseynî, c’est-à-dire de Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ, le sultan de Hérât. La copie en a été achevée à Hérât en 890 de l’hégire, soit en 1485, par le calligraphe Soltân-‘Alî Machhadî pour la bibliothèque (cf. f. 2) de Soltân Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ lui-même. Mais si les enluminures semblent de la fin du xve siècle, et avoir, comme les titres, pu être exécutées du vivant de Hoseyn Bâyqarâ, les peintures sont plus délicates à dater et à localiser avec précision. Il est impossible d’admettre qu’elles ont été réalisées à Hérât à l’extrême fin du règne de Hoseyn Bâyqarâ à cause de leur différence avec ce que nous savons du « style de Behzâd ». Elles ont beaucoup de traits communs avec les œuvres safavides des alentours de 1520-1525. Les turbans, en revanche, ne sont en aucune façon safavides et ne portent aucune trace de retouches. En fait, il est à peu près certain – comme l’avait pensé Stchoukine – qu’il s’agit, dans Supplément turc 993, de peintures de très grande qualité ajoutées à Istanbul avant 1530 au moment de l’avènement de Soleymân le Magnifique. Le décor de papier marbré de certaines marges serait peut-être même un peu postérieur, le souverain représenté au f. 2v est le sultan Soleymân monté en 1520 sur le trône. Un cas comparable se rencontre avec le manuscrit des poèmes de Nezâmî, Oriental 13948 de la British Library, qui est aussi une prise de guerre de 1517, et qui a été illustré à Istanbul sous Soleymân.

  • 10 A. Soudavar, « The concepts of al-aqdamo asahh and yaqîn-e sâbeq, and the problem of semi- fakes », (...)

90On trouve des peintures d’un style pouvant s’apparenter à celles de Supplément persan 552 dans un manuscrit offert en vente publique à Londres, chez Sotheby’s, le 23 avril 1997, sous le no 86, une copie du traité d’éthique de Vâ‘ez Kâchefî, intitulé Akhlâq-e Mohsenî, où l’on découvre quelques peintures, dont une double scène initiale et dix autres illustrations. La rosace, ou chamseh, en tête de ce manuscrit, si elle est authentique, indiquerait qu’il a été copié en 900 de l’hégire (1494-1495) pour être offert en présent à la bibliothèque du prince Abou l-Mohsen. Ce dernier, l’un des fils de Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ, celui-là même auquel est dédié l’ouvrage de Kâchefî (d’où son nom d’Akhlâq-e Mohsenî, Le Traité d’éthique de Mohsen), était gouverneur de Merv et mourut en 1507. M. A. Soudavar a montré récemment de façon très convaincante10 que – dans le cas de ce traité de Kâchefî – les peintures, du moins celles de la double page initiale, ont dû être ajoutées à un manuscrit plus ancien, sans doute à Tabrîz (ou dans le style de Tabrîz) vers 1530 à l’intention d’un amateur ottoman.

91Il ne nous appartient pas de résoudre le problème de certains manuscrits où des peintures auraient pu être réalisées à Tabrîz pour des collectionneurs vivant dans l’Empire ottoman, en « embellissant » des livres qui pouvaient venir de Hérât. De toute façon, des artistes persans ont quitté Tabrîz pour Istanbul après Tchâlderân, et la production ottomane des années 1520-1530 atteste de l’énorme succès de la peinture persane de Hérât et de Tabrîz auprès des Ottomans.

  • 11 Voir les p. 30-33 du t. I de Dorothea Duda, Illumimerte Handschriften. I. Persische Handschriften, (...)

92Le manuscrit AF 92 de la Bibliothèque nationale de Vienne11 peut aussi donner lieu à une très étroite comparaison avec notre Supplément persan 552. Il renferme un recueil des poèmes en persan de Kamâl Khodjandî, un poète fameux de la fin du xive siècle. Dans son étude très précise du décor de ce manuscrit, Dorothea Duda le date des années 926 à 936 de l’hégire (1520-1530) et en place l’origine à Istanbul. L’exemplaire comporte seulement un nom de copiste ‘Abd al-Rahîm – qui est peut-être le fameux calligraphe au service des derniers Aq-qoyounlou de Tabrîz. On trouve, sur le manuscrit, le timbre du prince ottoman Mehmet, fils de Soleymân, mort en 1543. Les deux peintures de ses f. 2v-3, une scène de chasse formant frontispice – où Ivan Stchoukine avait pensé reconnaître, dans l’image de prince chassant, celle de Mehmet lui-même –, sont suivies de très nombreuses vignettes peintes avec de petites figures de personnages ou d’animaux et, au f. 137v, d’une chasse au lion qui n’est peut-être pas de la même main que la double page des f. 2v-3, mais est certainement également l’œuvre d’un artiste d’origine persane.

93Ce manuscrit de Vienne, copié à Tabrîz entre 1493 et 1496 par le calligraphe ‘Abd al-Rahîm, fut pris, vers 1514 ou peu après, comme butin en Azerbaïdjan par les Ottomans lors d’une des campagnes de Selim Ier. Rapporté à Istanbul, il y aurait été illustré par deux peintres persans originaires de Tabrîz. Ces images dénotent aussi dans leur style une influence du style de Hérât. D. Duda a étudié, de la même façon, un autre ouvrage, le dîvân de Châhî coté à Vienne Mixt. 399, également terminé en 1520-1530 à Istanbul.

  • 12 Rogers Ward, Suleyman the Magnuficent, op. cit., no 41, p. 104. Titley, Persian Painting, p. 142-14 (...)

94Se rattachant étroitement à celles du manuscrit A.F. 92 de Vienne et de notre Supplément persan 552, on pourrait mentionner d’autres peintures comme celle du f. 113 d’un Selîmnâmeh de la bibliothèque de Topkapi (H. 1597-1598), datable de 152512 et où est représenté le sultan Selim Ier à la bataille de Tchâlderân en 1514 face aux Safavides. On y note la même façon de représenter, sommairement, par une série de traits, la végétation et, surtout, celle de peindre les personnages dans un style encore très « turkmène ».

95On devrait aussi citer les trois copies du Gharâyeb al-Sighar de Navâ’î, datables de 1520-1530 et conservées à Londres à la British Library, Or. 13061, Or. 4125 et Or. 5346. Norah Titley y voyait une influence étroite des ateliers de Tabrîz. Ou encore les illustrations d’un dîvân de Hoseyn Bâyqarâ de la collection de Topkapi, EH. 1636, qui a été copié par Soltân ‘Alî Machhadî à Hérât en 1492 (897 de l’hégire). Ne s’agit-il pas également de peintures « ottomanes » des environs de 1520 plutôt que d’œuvres encore réalisées à Hérât ? La double scène initiale, qui rappelle beaucoup celle de Supplément turc 993, montre combien ces manuscrits sont étroitement apparentés. Ils font en tout cas bien saisir le lien culturel qui relie – en passant par Tabrîz – la cour de Hérât des alentours de 1500 et celle d’Istanbul après 1515.

96Comme pour le texte de Djâmî lui-même, il semble que l’on peut observer, à l’orée du xvie siècle, un afflux dans le monde ottoman de modèles nouveaux, venus de Perse. Ils seront admirés, imités puis transposés en fonction des goûts des mécènes et des artistes souvent persans ou formés par d’autres artistes d’origine persane. Une certaine expression picturale, marquée par le génie de créateurs comme le peintre Behzâd, formé par les mêmes écoles soufies que Djâmî et ayant étroitement collaboré avec lui, se répand à Tabrîz puis dans le monde ottoman.

97On aurait tort de négliger l’immense influence de la poésie – et de la pensée – de Djâmî dans tout le Proche et Moyen-Orient de culture persane à la fin du xve et au début du xvie siècle. Une étude approfondie de la diffusion des doctrines poétiques, mystiques, morales et esthétiques que Djâmî a diffusées et rendues populaires permettra de mieux comprendre certaines mutations du goût et de l’art de vivre des élites de ces pays.

Notes

1 Manuscrit Ayasofya 4009.

2 Ahmad Monzavî, Fehrest-e moshtarak-e noskhehâ-ye khattî-ye fârsî-ye ketâbkhânehâ-ye Pâkestân, t. VII, Islamabad, 1986.

3 Drouot Richelieu, Salles 1 et 7, Lundi 6 et mardi 7 avril 1998, no 295. La copie comporte 15 lignes sur 2 colonnes.

4 Cf. vente Sotheby’s, Londres, 30 avril 2003, no 15, p. 26, où est présentée une autre copie du dîvân réalisée à Hérat la même année par le même calligraphe.

5 Julian Raby – Zeren Tanindi, Turkish Bookbinding in the 15th Century. The Foundation of an Ottoman Court Style, Londres, 1993, passim.

6 Voir aussi Francis Richard, Splendeurs persanes, Paris, 1997, no 89, p. 141.

7 En utilisant un papier européen coloré en jaune comportant un filigrane à tête de bœuf voisin des types no 15367 à 15380 du répertoire de C.-M. Briquet, Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier de leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, reprint, Amsterdam, 1968, t. II et IV. Ce qui permet, ce papier étant le même que le papier des gardes, de dater ces réfections des alentours de 1520 à 1530.

8 Il est par exemple représenté dans le ‘Adjâyeb-nâmeh djalâyeride de la fin du xive siècle, Supplément persan 332 de la Bibliothèque nationale de France, au f. 160v.

9 Voir par exemple J. M. Rogers et R. M. Ward, Süleyman the Magnificent, Londres, 1988, no 24-a, p. 80-81.

10 A. Soudavar, « The concepts of al-aqdamo asahh and yaqîn-e sâbeq, and the problem of semi- fakes », Studia iranica, 28 (2), 1999, p. 264-266.

11 Voir les p. 30-33 du t. I de Dorothea Duda, Illumimerte Handschriften. I. Persische Handschriften, Vienne, 1983.

12 Rogers Ward, Suleyman the Magnuficent, op. cit., no 41, p. 104. Titley, Persian Painting, p. 142-143 et fig. 79, p. 235. Rogers, The Topkapi Saray Museum, Boston, 1986, no 61, p. 90.

Table des illustrations

Légende 19. Les poèmes ajoutés après la 6e ligne sont de la main de Djâmî lui-même.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 545, f. 291v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 20. Sefîneh, recueil de format oblong, renfermant nombre de textes poétiques et mystiques copiés au milieu du xve siècle à Hérât et à Chîrâz ; ce recueil a figuré dans la collection du sultan Bâyazîd II (1481-1512) et contient le texte de l’invitation du sultan à Djâmî. Le document copié indique que, si Djâmî vient à la cour ottomane, il recevra une gratification de plusieurs centaines de florins.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 21. ‘Abd al-Rahmân Djâmî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres), copié à Hérât sans doute pour Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ en 1490-1491 par Darvîch Mohammad b. Amîr Sorkh b. Amîr Cheykh Mohammad. Le frontispice initial est accompagné d’un trapèze enluminé, à droite, qui marque le début du texte copié en marge.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 822, f. 1v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 22. ‘Abd al-Rahmân Djâmî, Premier Dîvân, copie persane de la fin du xve siècle, complétée dans l’Empire ottoman au début du xvie siècle. Cette peinture montre que l’illustrateur reste très fidèle au texte du vers qu’il a choisi de mettre en scène.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende 23. ‘Abd al-Rahmân Djâmî, Premier Dîvân, copie persane de la fin du xve siècle. Le poète Djâmî tient un volume de forme oblongue (sefîneh), format utilisé par les poètes de cour pour noter leurs vers. Il peut se ranger facilement dans la poche d’un vêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540