Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre persan

 | 
Francis Richard

La transmission des textes dans le monde iranien : quelques pratiques liées à la culture manuscrite

Texte intégral

Introduction

1La persistance du manuscrit comme forme quasi unique du livre dans le monde de culture persane jusqu’au milieu du xixe siècle a entraîné d’importantes conséquences dans le domaine de la transmission des textes – et de leur établissement. La littérature en langue persane n’a fait l’objet d’éditions qu’assez tardivement, et les premières impressions de textes n’ont vu le jour qu’en Europe à partir du xviie siècle, et surtout de la fin du xviiie siècle. Tributaires de la qualité des manuscrits dont avaient pu disposer les premiers éditeurs, elles dépendent aussi de la connaissance qu’on avait alors de la langue persane ancienne. À cet égard, la Turquie ottomane comme l’Inde musulmane ont joué un grand rôle en tant que « transmetteurs » de manuscrits, mais aussi de tout un corpus de gloses dues aux érudits et lexicographes ottomans des xvie et xviie siècles ou à leurs émules indiens des xvie et xviiie siècles dans le domaine des textes littéraires anciens notamment.

2Au xviiie siècle et dans les premières années du xixe siècle, le rôle de l’Inde, où le persan reste la langue officielle, même après l’installation des Anglais au Bengale, jusqu’en 1830, est considérable.

3Il faut, en effet, souligner la difficulté que l’on éprouvait à se procurer de bons manuscrits des textes les plus répandus – souvent altérés par des copistes peu scrupuleux éliminant le vocabulaire trop incompréhensible ou ajoutant des vers redondants ou des chapitres apocryphes –, même s’il s’agissait d’ouvrages connus de tout persanophone cultivé, ou encore le fait que, à cause de l’extrême rareté des exemplaires qui circulaient, certains textes majeurs étaient tombés dans l’oubli. Ils ont été remplacés, dans certains cas, par des imitations ou continuations de l’œuvre originale ou par de nouvelles rédactions bien plus tardives. La transmission des textes est, dès lors, tributaire de l’existence de bibliothèques – de leur stabilité – et de celle de leurs catalogues. On sait d’ailleurs à quel point la présence de ces bibliothèques princières a eu un rôle déterminant dans le monde iranien pour la propagation et l’enrichissement du patrimoine écrit en langue persane.

4Il faudrait, sans doute, établir une distinction entre la littérature religieuse et philosophique, la littérature scientifique et médicale, et la littérature historique ou les œuvres littéraires en prose ou en vers. Ces textes ne circulent pas exactement de la même façon. Dans un cas spécifique, celui des collèges religieux ou madraseh, le patrimoine écrit est lié à l’existence d’un établissement d’enseignement des sciences coraniques, souvent rattaché à une mosquée, et plus ou moins richement doté, grâce notamment à des waqf. Ces dépôts de livres par de généreux bienfaiteurs – soucieux d’assurer leur salut par une œuvre pie – sont essentiels pour ces institutions. Le savoir se transmet, en effet, en commentant un livre, et l’étude de la philosophie ou de la théologie à partir des grands textes nécessite la présence de bons manuscrits complets.

5Dans un autre cas, celui des collections attachées au trésor d’un sultan, d’un souverain ou d’un gouverneur, on trouve à la fois des livres – souvent des copies rares – parfois en grand nombre, et une activité de production de nouveaux ouvrages faisant appel à des calligraphes, à des enlumineurs, des peintres et des relieurs. Certaines d’entre elles – comme celle du sultan Bâyazîd en Turquie à la fin du xve siècle, ou celle des empereurs moghols d’Inde – sont, à juste titre, restées fameuses pour leur immense richesse. Les livres de ces bibliothèques passent relativement facilement de main en main, ils sont souvent accessibles aux lettrés et savants qui séjournent à la cour ; on peut en faire exécuter des répliques, somptueuses parfois. Une autre catégorie de bibliothèques, beaucoup plus humble, est constituée des collections des particuliers. Celles-ci sont difficiles à dénombrer, cela pourra aller d’un groupe de quelques livres – le Coran familial, quelques copies peu soignées de textes poétiques très célèbres, des ouvrages de type utilitaire liés aux fonctions des propriétaires, des livres d’étudiants contenant des extraits de textes étudiés au collège – à une véritable bibliothèque de savant ou d’érudit.

6Avant 1830, en Perse, le manuscrit joue, dans les domaines littéraire, scientifique et religieux, un rôle essentiel. Sa rareté et son prestige, que renforce l’importance de la place du calligraphe dans la société persane musulmane, en font un objet généralement coûteux.

7On sait que la littérature persane accorde, depuis toujours – sans que l’on ait besoin de remonter jusqu’à l’Avesta ou à la tradition parthe –, à la poésie une place de premier plan, un rôle prépondérant. Celle-ci semble même être apparue avant la prose dans la littérature néopersane d’après l’Islam. Les recueils de poésie se transmettent aussi bien oralement – par la récitation – que sous forme écrite. Il est utile de noter que lire, en persan, se dit khwândan et veut dire aussi bien lire à haute voix et réciter que déclamer.

8Selon les modèles parthe et sassanide, repris par les musulmans, la cour royale ou provinciale joue un rôle essentiel : lieu de la vie intellectuelle et de l’exercice du mécénat aristocratique, c’est là que se conservent et se copient les livres. Aussi littérature et pouvoir entretiennent-ils des rapports étroits. Tout prince de culture persane se doit d’être un protecteur des lettres et d’avoir auprès de lui des poètes, des historiographes et des savants. Son éducation comprend l’apprentissage de la calligraphie et de l’art de rédiger ; il doit aussi savoir composer et apprécier la poésie.

9Dans chaque cour, dès la période ancienne, le xe et le xie siècles, dans les provinces de l’Est iranien, sous les Samanides et les Ghaznavides – avec une éclipse, relative toutefois, du xiiie au xviie siècle – apparaît ce qu’on appelle le poète-lauréat ou malek osh-sho‘arâ. À la suite d’une joute entre différents poètes, celui-ci est récompensé en argent. Ainsi, le célèbre Ferdowsî, auteur de la grande épopée nationale iranienne, au xie siècle, s’attendait-il à recevoir du sultan Mahmoud de Ghazna (mort en 1030) une gratification pour son œuvre, et, ne l’ayant pas reçue, il compose une satire – demeurée célèbre – contre le sultan.

10L’importance de ce mécénat ou de cette protection princière explique la présence très fréquente, au début des ouvrages de toutes formes, de vers à la louange des princes régnants dont on espère une récompense, à côté d’un type de poèmes strictement réservés au panégyrique, les qasîdeh. Khâqânî, mort vers 1200, excella dans ce genre. Cela explique qu’on ait pu faire présent d’un livre à son destinataire à l’occasion d’une audience de présentation.

11Il est également important de prêter attention à la formation des poètes et de souligner l’importance de l’imitation et des joutes poétiques. Au xviie siècle, à Ispahan, leur lieu de rencontre était le café (qahveh-khâneh) sur la place royale où ils pouvaient rivaliser d’habileté à dire des vers que certains notaient au vol. À cause de cet intérêt passionné pour la poésie caractéristique de tous les pays de culture persane, les Ottomans – à l’instar des Indiens – apprennent à lire dans des poèmes comme le Boustân de Sacdî (ou avec les vers de son Golestân) et dans des anthologies des vers les plus célèbres des Cinq Poèmes de Nezâmî. Autour de ces textes s’élaborent dictionnaires et grammaires. La lecture et la récitation de la poésie – et de l’épopée – concernent autant la cour que des milieux populaires.

  • 1 Collection privée ; copie du xve siècle.

12Les souverains rassemblent des bibliothèques depuis les premiers siècles de l’islam. Ils essayent d’avoir tous les textes classiques – dans de bonnes copies – et le goût de la bibliophilie leur fait souvent rechercher des ouvrages rares. Ainsi dans la préface d’un petit traité persan, rédigé au xie siècle, consacré aux soins à donner aux chevaux1, l’auteur dit avoir trouvé dans la bibliothèque (ketâbkhâneh) du gouverneur du Sîstân des ouvrages d’auteurs grecs antiques fort rares ou demeurés inconnus : il s’agit autant d’un artifice littéraire significatif que de la réalité exacte de sa démarche.

13Les souverains se font lire les textes, demandent des traductions d’ouvrages arabes ou étrangers, ce qui explique, dès le xe siècle, l’apparition d’une littérature scientifique « de vulgarisation » en persan. Au xviie siècle, Châh Safî se fera traduire du latin, à Ispahan vers 1640, non seulement des ouvrages scientifiques mais aussi des vies de saints pour son divertissement. Une partie des audiences (madjles) des grands personnages était en effet consacrée à des débats littéraires ou à des discussions savantes. Dans le monde iranien, l’archétype du souverain éclairé est fourni par le personnage d’Eskandar (Alexandre le Grand) entouré de médecins, philosophes et savants grecs qui seraient Aristote, Platon, Galien, Hermès, etc. Chacun expose ses connaissances et prend part à un débat. Un auteur, après avoir lu son œuvre – ou des extraits de celle-ci – en présence du souverain – à l’instar de Bidpaï lisant ses fables de Kalileh et Dimna au roi sassanide –, lui en présente une copie soignée (enluminée et calligraphiée de préférence). Celui-ci pourra demander que l’on écrive des commentaires ou que l’on améliore le style. L’auteur affronte aussi les critiques des nobles et des différents dignitaires présents, souvent eux-mêmes lettrés et savants.

14S’il est un personnage qui joue un rôle important, c’est le secrétaire (monchî) ; il connaît l’art de rédiger les actes officiels ou les documents diplomatiques. Certains de ces dignitaires – comme Mohammad Tâher Vahîd, grand-secrétaire du châh safavide au milieu du xviie siècle à la suite de bien d’autres – étaient aussi historiographes. D’autres sont devenus grands vizirs. étant donné le rayonnement du persan comme langue diplomatique en Orient du xive au xviiie siècle, cet art des secrétaires, maîtres en « bon style », exerce une influence considérable. Quelques-uns sont de grands érudits : le monchî Abou l-Fazl, à la cour d’Akbar – en Inde dès avant 1600 –, rédige des ouvrages historiques et met en forme les travaux élaborés par des commissions de savants (ouvrages indiens traduits ; compilations scientifiques réunies par exemple dans l’‘în-e Akbarî, cette encyclopédie de toutes les connaissances indiennes à la fin du xvie siècle). Plus récemment, à la cour de Nâder Châh, en Perse, entre 1736 et 1740, on peut mentionner la figure du monchî Mîrzâ Mahdi Kawkab Astarâbâdî, poète, historien, bibliophile et ministre.

  • 2 On renverra ici d’une façon générale au Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, pub (...)

15Malgré des situations historiques ou régionales très diverses, le livre, mode essentiel de transmission du texte, demeure objet d’un grand respect. Le modèle du Coran constitue un exemple, tant pour l’attention que l’on doit prêter à l’exactitude de la copie que pour le soin que l’on doit porter à la calligraphie et au décor2.

La copie

  • 3 F. Richard, Raphaël Du Mans, missionnaire en Perse au xviie siècle, II, Estats et Mémoire, Paris, 1 (...)

16Rédigé par un missionnaire qui se trouvait depuis près de quarante ans à Ispahan, le De Persia du père Raphaël Du Mans, de 16843, véhicule le jugement suivant : « […] ils ne se servent que de manuscrits. Et c’est pourquoi, souvent, dans la transcription, de nombreuses erreurs s’introduisent, ajoutant au texte ou lui soustrayant, au bon plaisir de chacun […] les livres subissent une métamorphose étonnante. En effet, l’auteur – encore vivant – d’un livre qui aura été assez bien accueilli et donc transcrit de nombreuses fois reconnaîtra avec peine ses œuvres s’il les relit plusieurs années après. »

  • 4 Jean Chardin, Voyages, éd. Louis Langlès, Paris, 1811, VII, p. 281-282.

17Le voyageur Chardin4 dira, à la même époque, en des termes différents, à peu près la même chose. Il déplore la cherté des livres manuscrits : « ceux des anciens auteurs sont les plus rares et souvent il faut les commander parce qu’il ne s’en trouve pas. Lorsqu’on fait transcrire un pour l’écriture […].

18« Les copistes sont en grand nombre en Perse, surtout dans les grandes villes, mais le métier leur donne à peine du pain ; ils n’y gagnent d’ordinaire que quinze sols par jour, à écrire du matin jusqu’au soir. Le plus qu’on puisse écrire, quand on est très expert et qu’on travaille sans interruption, est de cinq à six cents distiques par jour. On peut juger combien cette cherté des livres empêche la science de se répandre, et les doctes d’approfondir les matières et de cultiver les découvertes ; mais ce n’est pas là, ni le seul, ni même le plus grand inconvénient des livres manuscrits ; il consiste en la multiplication des fautes, qui souvent sont telles qu’on ne trouve point de sens à ce qu’on lit. Ces fautes arrivent par l’ignorance des copistes, et par leur inattention, à force d’aller vite, en ne prenant pas garde à leur original, et en ne relisant pas. Or, comme, pour la plupart du temps, ils n’entendent pas ce qu’ils écrivent, ils y font mille fautes sans s’en apercevoir. Cependant il arrive que leurs livres fautifs sont copiés par d’autres scribes, qui n’en savent pas plus que les premiers, et qui ajoutent aux fautes de leur original leurs propres fautes ; de sorte que souvent elles se multiplient beaucoup avec le temps. Les gens de lettres relisent ou font relire leurs livres sur de bons originaux, et par d’habiles gens, qui mettent leur sceau au livre, comme pour approbation. »

  • 5 Voir par exemple John Seyller, « The Inspection and Valuation of Manuscripts in the Imperial Mughul (...)
  • 6 Cf. Iraj Afshâr, «‘arz dans la tradition bibliothéconomique irano-indienne », Scribes et manuscrits (...)

19De telles marques, attestant qu’il s’agit de « bonnes copies », sont, bien sûr, présentes sur presque tous les manuscrits venant de la bibliothèque des Grands Moghols d’Inde. Ceux-ci ont généralement conservé sur leurs gardes des multitudes de marques d’inspection (‘arz-dîdeh) de savants ou de notables, accompagnées de cachets de ces personnages5. Il en va de même des volumes ayant figuré au milieu du xviie ou au début du xviiie siècle dans les collections des Safavides de Perse et qui portent6 le même type de marques et de cachets. Les cachets de personnages connus imprimés sur des gardes d’un manuscrit sont tout naturellement un indice en faveur de la qualité de cet exemplaire. Ils lui confèrent, forcément, de la valeur aux yeux des savants.

20Dans son ouvrage, Chardin, décrivant la bibliothèque du roi de Perse au milieu du xviie siècle, indique que l’atelier des relieurs se trouvait juste à côté. Témoignage tardif mais qui rappelle l’ensemble homogène que constitue la « bibliothèque » d’un souverain (ketâbkhâneh), avec – à côté du « trésor des livres » proprement dit – l’atelier de copie, d’enluminure et de reliure. Il est, en effet, nécessaire de disposer d’une collection de qualité pour faire réaliser de nouveaux exemplaires, utiles aux lettrés et aux savants, des textes qui s’y trouvent. On comprend ainsi aisément que la recherche des bons manuscrits des grands textes ou celle des textes rares ait été l’une des préoccupations essentielles des bibliothécaires (ketâb-dârân). Ainsi dans le monde iranien, si la bibliothèque princière n’est pas un lieu de lecture publique fréquenté par les chercheurs, elle est un endroit privilégié de transmission des textes. C’est l’une des institutions aptes à diffuser des copies de qualité. Le pouvoir a donc son mot à dire dans le choix et la diffusion des textes, par ce moyen-là en particulier.

  • 7 Manuscrit no 1954, Türk ve Islam Eserleri Müzesi, Istanbul (daté de 835 de l’hégire ; réalisé pour (...)

21Nous ne sommes pas vraiment renseignés sur la manière dont travaille le scribe (kâteb). Il arrive le plus souvent qu’il écrive sur son genou sous la dictée comme les secrétaires volontiers représentés par des peintures de manuscrits, bien qu’il s’agisse, en général, le plus souvent, de monchî occupés à transcrire des lettres officielles de souverains. Ou bien, le secrétaire travaille près d’un meuble bas, à l’instar de celui du secrétaire représenté sur une des peintures réalisées à Hérât en 1431 pour illustrer une des anecdotes des Quatre Discours (Chahâr Maqâleh) de Nezâmî ‘Arûzî7. On a certainement recours à cette manière de transcrire faisant appel à un calligraphe sous la dictée directe de l’auteur lorsque celui-ci désire faire réaliser une ou plusieurs « copies de dédicace » pour les offrir à son protecteur. On peut en trouver un exemple avec un poème sur le Cachemire, le Djelve-ye Nâz, offert à un gouverneur de cette région au xviie siècle, Soufî Khân Razavî, l’exemplaire de dédicace comportant de superbes marges marbrées est aujourd’hui conservé sous la cote Supplément persan 505 à la BNF. On y trouve d’ailleurs, au 1er f., le nom de Soufî Khân Razavî et il s’agit peut-être de l’unique copie conservée du texte.

22Dans les autres cas, nous avons fort peu de renseignements sur la manière de procéder des copistes. Il ne semble pas que la pratique consistant à dérelier un exemplaire pour qu’on puisse en faire une réplique – comme cela a existé dans des monastères d’Arménie – ait été employée fréquemment.

23Un modèle de référence était naturellement fourni par le Coran, copié par des calligraphes le sachant souvent par cœur (d’où leur nom de Hâfez), puis relu et collationné par des lecteurs au savoir coranique éminent et reconnu. Cette manière de faire a été, semble-t-il, volontiers étendue à d’autres textes.

  • 8 La pratique de la réclame semble déjà répandue en Perse au milieu et à la fin du xive siècle.

24Pour constituer un livre, on rassemble des cahiers faits, le plus généralement, chacun de quatre ou cinq bifolios. On sait que le calligraphe – lorsqu’il s’agit d’un exemplaire soigné – recopie, avec application, dans l’ordre, le texte sur ces différents bifolios, ce qui suppose une préparation préalable attentive de chaque cahier, avec estimation de la surface approximative que va occuper une page. Le copiste note d’ailleurs lui-même, en bas du verso du feuillet, le ou les mots constituant la réclame8 au moment même de la transcription. Mais il est intéressant de remarquer que la reproduction de l’original se fait très rarement de page à page et on trouve excessivement peu d’exemplaires ayant une disposition des mots identique à celle du modèle : dans les livres reproduits, les pages se terminent exceptionnellement par le même mot et les décalages sont fort fréquents.

25Il existe ainsi des manuscrits où l’on peut voir que le copiste s’est trompé en répartissant le texte d’un poème sur les différents feuillets. Nous nous bornerons à en citer ici un exemple : une copie du poème Mehr va Mochtarî de ‘Assâr Tabrîzî, Persan 374 de la BNF où, au xvie siècle, un nommé Eshâq, sans doute un Ottoman, a dû ainsi recopier dans la marge du f. 20 le texte qui aurait dû occuper la page suivante : il avait omis celle-ci dans son décompte en préparant le cahier et il a même dû tracer une nouvelle réglure à la pointe sèche dans la marge. Au f. 148, il a récidivé et il lui a manqué à nouveau une page. Il a donc dû copier obliquement dans la marge le texte qui ne trouvait plus sa place au f. 148v, déjà occupé. Enfin, au f. 10, une erreur inverse de ce copiste décidément malchanceux lui fait laisser une grande partie de la page en blanc – faute de vers à y copier – : il a noté la chose avec la formule, classique en ce cas, bayyâz (page laissée en blanc) sahîh (exacte, vérifiée).

1. ‘Assâr Tabrîzî, Mehr va Mochtarî (Le Soleil et Jupiter). Il manquait une page dans le cahier et le texte inscrit verticalement dans la marge montre comment le copiste a réparé son erreur.

BNF, Mss or. Persan 374, f. 20

2. ‘Assâr Tabrîzî, Mehr va Mochtarî (Le Soleil et Jupiter). Le texte a dû également être copié en marge faute de place dans le cahier.

BNF, Mss or. Persan 374, f. 148

3. ‘Assâr Tabrîzî, Mehr va Mochtarî (Le Soleil et Jupiter). Le copiste disposait de trop de lignes et indique par deux mots après la 4e ligne que le blanc (bayyâz) est normal et vérifié (sahîh).

BNF, Mss or. Persan 374, f. 10

26Il y aurait beaucoup de remarques à faire à propos des manuscrits inachevés – pour des motifs divers, d’ordre financier, stylistique ou autre. Leur stade d’achèvement, très variable, nous permet d’observer, parfois, quelle était la manière de travailler des copistes et des enlumineurs procédant par étapes, ou se répartissant l’exécution de telle ou telle partie du volume.

  • 9 F. Richard, Splendeurs persanes, Paris, 1997, no 123, p. 177, où est décrit le premier des deux man (...)

27La BNF en possède un bel exemple, un manuscrit inachevé du xvie siècle, le Châhnâmeh réalisé dans les ateliers safavides de Tabrîz vers 1530 qui est aujourd’hui inséré aux f. 552v à 615 de Supplément persan 4899. Dans cette copie, le début du poème et les encadrements sont en place, ainsi que cinq emplacements pour des peintures dont seulement deux ont été réalisées f. 558 (la fête de Nowrouz) et f. 566 (celle de Mehregân). Le travail a été interrompu pour une raison inconnue. Nulle trace de relecture n’apparaît. Le commanditaire du volume a-t-il renoncé à son projet ? Les peintures ne lui ont-elles pas plu ? On l’ignore. Cela permet de souligner le fait que, souvent, les encadrements dorés et des filets de couleurs diverses étaient mis en place sur les bifolios avant la copie du texte ; les exemples en sont nombreux. On peut voir, à la BNF, un recueil (Supplément persan 810) où les éléments dorés du frontispice initial (f. 1v) ont été réalisés en même temps que les encadrements, mais où la copie, elle-même, n’a pas été faite ; même ces décors sont restés inachevés, seul le doreur ayant terminé son travail.

28On rencontre un cas différent dans Persan 236, une copie de 1588 des Fotouhât-e ‘Adjam, poème de Djamâlî Chouchtarî dédié au sultan Mourâd III et relatant la prise de Tabrîz par ‘Osmân Pâchâ en 1585. Le premier folio, avec son frontispice enluminé, est terminé, mais des feuillets manquants ont été remplacés en de nombreux endroits, comme aux f. 176v-177 où des peintures auraient dû, en outre, trouver leur place. Il semble s’agir, dans ce cas particulier, d’un exemplaire de dédicace dont l’achèvement a eu lieu après que l’auteur eut renoncé à l’offrir à son protecteur et mécène, très vraisemblablement parce que ce fonctionnaire avait connu la disgrâce.

4. Djamâlî Chouchtarî, Fotouhât al-‘adjam (Les Conquêtes de la Perse). Le feuillet de gauche ne comporte ni l’encadrement, ni la peinture qui devaient s’y trouver, tandis que celui de droite est terminé. Il s’agit d’un exemplaire de dédicace laissé inachevé.

BNF, Mss or. Persan 236, f. 176v-177

29Il peut arriver cependant aussi que l’abandon d’un manuscrit soit dû à la présence d’une erreur de copie trop importante pour qu’il vaille la peine de poursuivre la tâche commencée. Et il est préférable de ne faire qu’évoquer les habiles transformations qu’ont pu subir – tardivement – certains de ces livres inachevés. Ils ont pu être « complétés » pour être vendus à des bibliophiles crédules. Même si ces cas sont relativement rares, il en existe qui posent parfois des problèmes insolubles : s’agit-il d’un ajout ou d’une restauration « à l’identique » ? À la BNF, on peut citer un exemple de ce genre dans la collection Schefer : Supplément persan 1393 où une page enluminée avec une dédicace à Mehmet II a été habilement ajoutée au xixe siècle au début d’un traité d’astronomie en persan réellement copié dans l’Empire ottoman au xve siècle, sans doute par un des calligraphes au service du dédicataire présumé.

5. Traité d’astronomie de ‘Alî Qouchtchî, copie du xve siècle ayant appartenu au sultan Bâyazîd II (1481-1512), mais dont l’enluminure du f. 1 – fabriquée au xixe siècle par un faussaire – porte une inscription affirmant qu’il a été copié pour la bibliothèque du sultan Mehmet II.

BNF, Mss or. Supplément Persan 1393, f. 1

Correction du texte

  • 10 Notons que le calligraphe étant payé à la quantité de distiques (bayt) copiés, il a intérêt à en éc (...)

30Les copies de luxe, réalisées par les grands calligraphes – dont plusieurs sont eux-mêmes auteurs de poèmes en persan et dont beaucoup, en tout cas, sont de fins lettrés –, comportent peu de marques de relecture ou de correction. La beauté de l’exemplaire aurait, en effet, beaucoup souffert de la présence de ratures ou d’ajouts, à moins qu’ils n’aient été dissimulés avec soin10. On connaît, cependant, à la BNF, un manuscrit de luxe comportant un décor enluminé des Cinq Poèmes de Nezâmî calligraphié dans le ketâbkhâneh (atelier-bibliothèque) d’Akbar à Fathpur-Sikri à la fin du xvie siècle où, en marge, sont notées de très nombreuses variantes dont l’origine est souvent identifiable. Il s’agit, très probablement, d’un exemplaire destiné à des lettrés de la cour, peut-être même d’une étape vers une édition améliorée du texte de Nezâmî.

31Dans d’autres manuscrits de luxe, le calligraphe sera parfois contraint de récrire en marge le texte d’un hémistiche fautif, mais en laissant subsister des erreurs. Ainsi en est-il dans un très épais recueil de toutes les œuvres en persan attribuées ou attribuables au mystique ‘Attâr de Neychâbour, mort vers 1222. Ce gros volume coté, à la BNF, Supplément persan 811, a été copié autour de 1605 par Chîr Mohammad b. Tâdj Mohammad Qoraychî, sans doute en Inde au Deccan : outre une erreur de mise en page au f. 136v, où trop de place avait été prévue pour transcrire le texte d’un poème, on trouve une correction de ce type au f. 773. Elle a sans doute été faite peu après la copie, à l’occasion d’une relecture finale, ou lors de l’inscription – à l’encre rouge – des titres. On pourrait montrer un grand nombre d’exemples de ce type, même dans des manuscrits réalisés par de très grands calligraphes, comme Supplément persan 617, exécuté en 1453 par le célèbre ‘Alî Pâgîr d’Ispahan où l’on trouve des corrections marginales de sa main.

6. Recueil de tous les masnavî (poèmes mystiques) de ‘Attâr (ici une page du Mazhar al-‘adjâyeb ou Manifestation des prodiges), copie réalisée en Inde en 1605 par Chîr Mohammad b. Tâdj Mohammad Qoraychî qui, sur cette page, a trouvé cette curieuse disposition oblique pour rattraper une erreur de calcul des lignes nécessaires à la copie du feuillet.

BNF, Mss or. Supplément persan 811, f. 136v

32Les manuscrits de travail (noskhe-ye tahrîrî) ou les livres utilisés pour l’enseignement sont beaucoup plus riches en gloses diverses et il n’est sans doute pas dénué d’intérêt d’observer comment on copie ou annote ce genre d’ouvrages.

33Un exemple curieux de ce que l’on pourrait appeler un « manuscrit d’auteur » est le Supplément persan 790 de la BNF, un recueil des œuvres d’un poète du Khorâssân nommé Hesâbî. Ce petit volume a été envoyé d’Égypte en Italie en 1596 par Gerolamo Vecchietti, sans doute à l’intention de G. B. Raimondi, le maître d’œuvre de La Typographie médicéenne. On ignore pour quelle raison ce manuscrit se trouvait alors en Égypte après avoir été relié dans un complet désordre ; du reste, il est lacunaire. Sa présence dans ce pays s’explique, peut-être, par le départ en exil de l’auteur vers l’Empire ottoman au début du xvie siècle. Quoi qu’il en soit, au début de la copie de ces poèmes de Hesâbî, personnage ignoré des biographes qui vivait vers 1500 à Hérât – et sur lequel il semble qu’on ne sait rien –, on trouve des pièces reproduites par l’un de ses disciples ou par lui-même, avec l’indication, au f. 2v, que « ces quelques distiques proclamant l’unicité divine sont en différents mètres » et que « leur original était constitué des manuscrits qui ont disparu lors de l’arrivée des Ouzbeks [donc en 1507 lors de la prise de Hérât]. Et [qu’] à présent, pour ce qui est du début des qasîdeh et de plusieurs autres discours en vers [sokhan], on les a rassemblés, pour qu’ils ne soient pas perdus sur de petits bouts de papier. » Au f. 43, on voit un des nombreux endroits où le copiste a corrigé une des qasîdeh et où des odes (ghazaliyyât) de Hesâbî ont été ajoutées dans la marge, mais d’une autre main. Autant que nous pouvons le savoir, l’édition définitive de l’ensemble des compositions poétiques (ou dîvân) de Hesâbî n’a jamais été réalisée et il ne nous reste que ce curieux témoin de son activité littéraire.

  • 11 Cf. Splendeurs persanes, op. cit., no 49, p. 83.
  • 12 On peut mentionner un recueil (bayyâz) de la BNF, Supplément persan 810, constitué sans doute pour (...)

34Dans d’autres « manuscrits d’auteurs », on trouve des poèmes notés au vol : il s’agit de recueils composites, de sortes d’album amicorum emplis de pièces en vers de différentes mains. Ainsi dans Persan 315 de la BNF, on trouve quelques vers copiés en 1495 dans le district de Khwâf au Khorâssân par Abou l-Mafâkher Hoseynî, ou, dans tel autre recueil du milieu du xvie siècle, des pièces poétiques qui s’accumulent dans un apparent désordre. De ce genre de recueils (bayyâz), on pourra ensuite tirer des anthologies qui seront calligraphiées et dont la mise en page très élaborée s’inspirera, comme dans le Supplément persan 1798 de la BNF11, de la fantaisie de ces albums. Cet ouvrage, réalisé au milieu du xve siècle, garde l’apparence de ces recueils de vers notés au vol mais montre aussi la virtuosité du calligraphe. C’est parfois dans des florilèges de cette sorte12 que les éditeurs des dîvân de poètes persans auront à rechercher diverses pièces éparses que l’auteur lui-même n’avait pas toujours recueillies lorsqu’il a préparé le recueil de ses propres œuvres : elles sont précieuses pour l’historien de la littérature.

  • 13 Ahmad Monzavî, Fehrest-e noskhehâ-ye khattî-ye fârsî, t. VI, Téhéran, s. d., passim.
  • 14 Comparer à Splendeurs persanes, op. cit., no 145, p. 203.

35Aux xvie et xviie siècles, on voit nettement, lorsqu’on recense les livres, qu’il existait en Perse des copistes véritablement spécialisés dans la diffusion d’ouvrages historiques. Ainsi parmi les manuscrits de la BNF, on peut en citer trois exemples : le copiste – en 1707 – du Târikh-e ‘Âlam-ârâyi-e ‘Abbâsî, histoire du règne de ‘Abbâs Ier, cotée Supplément persan 225, ‘Abd al-Vâhed b. Mowlânâ ‘Arab Marvdashtî a réalisé au moins un autre exemplaire du même texte conservé à la bibliothèque de Recht (Iran) ; de même celui, en 1588-1589, de la traduction persane du Târikh-e Tabarî, Mîrzâ ‘Alî b. Muzaffar b. Mahmoud Dja‘farî Kâteb Khâtounâbâdî est aussi le copiste d’une impressionnante liste de textes historiques entre 1588 et 1627 qui sont, aujourd’hui, dispersés entre diverses bibliothèques13 ; copiste des féconds ateliers de Chîrâz, Mahmoud b. Hâdjjî Mohammad a reproduit plusieurs tomes de la fameuse histoire de Mîr Khwând : la BNF en possède un (Supplément persan 151.B), la Bibliothèque nationale de Berlin un autre14. Un autre transcripteur de manuscrits historiques en Perse au xviie siècle et qui semble s’être spécialisé dans la réalisation de cette sorte d’ouvrages est Mohammad Sâleh Khâtounâbâdî, le calligraphe en 1664 (1074 de l’hégire) du Codex persianus 231 (une autre copie du ‘Âlam-ârâyi-e ‘Abbâsî) de la bibliothèque de Munich. Peut-être la manière dont on réalisait ce type d’ouvrages, peu propices à être appris par cœur et nécessitant l’utilisation d’un modèle, explique-t-elle l’existence d’artisans « spécialisés ».

  • 15 Sur ce manuscrit, voir Splendeurs persanes, op. cit., no 40, p. 76 ; le cachet de la bibliothèque d (...)

36Au reste, l’historiographe Hâfez-e Abrou ne copiait-il pas, déjà au début du xve siècle, à Hérât, des textes historiques pour la bibliothèque du sultan Châhrokh ? L’un de ces textes, un exemplaire d’une fraction de l’histoire de Rachîd al-Dîn conservé aujourd’hui au musée de Topkapi à Istanbul, et la seconde partie du Supplément persan 1113 de la BNF, autre version de la même histoire de Rachîd al-Dîn, copiée aussi pour Châhrokh15, très vraisemblablement aussi à Hérât et illustrée – en partie – par le peintre et poète Sayf al-Vâhedî, montrent bien que Hâfez-e Abrou était tout à la fois historien au service de Châhrokh et copiste d’ouvrages historiques.

37La façon traditionnelle d’annoter les exemplaires d’étude – ou de travail – est par ailleurs intéressante à observer. Il s’agit d’un système qui paraît depuis longtemps codifié. On en trouve de bons exemples dans une copie des Akhlâq-e Nâserî, le traité de morale bien connu que Seyyed Abdâl a réalisé en 1672 et 1679 à Lahore. Ce manuscrit, Supplément persan 1971 de la BNF – qui a été acheté à son copiste par un étudiant (tâleb al-‘elm) du nom de Mohammad ‘Alî selon ce qu’indique le colophon du f. 183v –, porte nombre de marques de collation de son propriétaire : on notera, par exemple au f. 177v, un petit signe « v » surmonté d’un point pour indiquer un mot à « remplacer par » un autre, au f. 136v, le même signe avec la même signification, au f. 178, ce petit « v », seul, signalant un mot omis et l’endroit où il faut l’insérer ou, au f. 168v, le signe badal désignant une variante. Malheureusement, comme c’est du reste presque toujours le cas, dans cet exemplaire, l’annotateur n’indique pas d’après quel(s) manuscrit(s) il a réalisé la collation. C’est par l’inscription moqâbeleh (collation) ou moqâbeleh chod (a été collationné) ou plus simplement par le mot balagha (dit avec exactitude) en marge du manuscrit que certains copistes ou lecteurs annoncent que ce travail de relecture a été fait.

7. Nasîr al-Dîn Tousî, Akhlâq-e Nâserî (L’Éthique de Nâser). Le signe indiquant la variante se trouve dans la marge, en haut, à droite, au-dessus du mot récrit. On voit aussi des ajouts de mots omis.

BNF, Mss or. Supplément persan 1971, f. 168v

38Dans un autre manuscrit beaucoup plus ancien, Supplément persan 1353, recueil de traités diplomatiques et de modèles de lettres exécuté en 1286 à Antalia, c’est le copiste lui-même qui a collationné l’exemplaire et il renvoie à un « manuscrit » (sans doute celui qu’il a reproduit) avec l’indication noskheh – comme au f. 136v – ou fî l-noskheh au f. 167v.

8. Recueil de modèles de lettres et de correspondance officielle. Correction marginale de la main du copiste, d’après ce qu’il appelle noskheh, qu’on peut comprendre comme manuscrit ou exemplaire.

BNF, Mss or. Supplément persan 1353, f. 136v

9. Recueil de modèles de lettres et de correspondance officielle. Le copiste est un employé de la chancellerie et son écriture est celle des documents qu’il a l’habitude de copier.

BNF, Mss or. Supplément persan 1353, f. 167v

39Dans les marges de Supplément persan 725, une copie du xvie siècle du dîvân – ou recueil des poèmes – de Manoutchehrî, on trouve, par exemple au f. 104, le même petit « v » indiquant une omission, la lettre kha renvoyant au manuscrit (noskheh) et la lettre lam qui signale une variante (abréviation du mot badal). Ce système n’est pas différent de celui des manuscrits arabes médiévaux.

10. Manoutchehrî, Dîvân, copié – sans doute pour le voyageur florentin Giambattista Vecchietti – par Chams al-Dîn Qalâtî Khondjî entre 1601 et 1606. Les corrections marginales sont du copiste ou de Vecchietti, et trois omissions sont signalées par le chevron « v ».

BNF, Mss or. Supplément persan 725, f. 104

40À côté de ces volumes d’étude, il existe aussi d’innombrables livres où abondent ratures et corrections interlinéaires. Il faut alors prendre en compte leur origine et leur date et déterminer s’il s’agit de simples copies d’étudiants ou d’exemplaires d’érudits, et, s’il ne s’agit pas de simples corrections de fautes, d’après quels manuscrits ces corrections ont été faites.

41Ainsi à la BNF, Supplément persan 607, une copie ottomane du milieu du xvie siècle des poèmes de Hâfez, comporte de multiples corrections de ce type : c’est le cas au f. 114v avec des variantes et des explications, ou au f. 145v avec de nombreux autres ajouts. La valeur d’un tel manuscrit dépend de la rareté du texte ou de la qualité des exemplaires utilisés : là, elle est assez faible.

11. Hâfez de Chîrâz, Dîvân (recueil des poèmes). Les gloses interlinéaires sont de la main du copiste ou d’un lecteur.

BNF, Mss or. Supplément persan 607, f. 114v

12. Hâfez de Chîrâz, Dîvân. Les variantes sont notées entre les lignes de même qu’une correction à la 4e ligne.

BNF, Mss or. Supplément persan 607, f. 145 v

42Parfois, le copiste – qui est, dans le cas du manuscrit Persan 250 de la BNF, le poète ottoman Namâ’î – indique, dans le colophon (f. 192), non pas la date d’achèvement de la copie mais celle de sa collation, le 27 juillet 1579, date où il a terminé de relire le texte de Dawlatchâh. Mais naturellement, des gloses peuvent, souvent, avoir été mises beaucoup plus tard par un autre personnage : dans Supplément persan 621, elles ont ainsi été inscrites en 1741 en marge d’un manuscrit des poèmes de Khâqânî qui avait été copié au xvie siècle, en utilisant – est-il spécifié – « le manuscrit de Miyân Nour-ollâh Chivand Rây », un personnage indien dont nous ignorons tout, semble-t-il.

13. Dawlatchâh Samarqandî, Tazkerat al-cho’arâ (Biographie des poètes). À la fin du manuscrit, le poète Namâ’î a inscrit, de sa main, son nom et la date, 27 juillet 1579.

BNF, Mss or. Persan 250, f. 192

14. Afzal al-Dîn Khâqânî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres). Le colophon a été mis par le correcteur qui dit avoir achevé ce travail le 25 mai 1741, sous le règne du moghol Mohammad Châh et qu’il a corrigé ce livre à partir de l’exemplaire de son maître Miyân Nour-ollâh. Il a ajouté un vers en persan à la manière de certains copistes.

BNF, Mss or. Supplément persan 621, f. 380

15. Afzal al-Dîn Khâqânî, Kolliyyât. Les corrections apportées au xviiie siècle au texte du manuscrit sont très nombreuses et inscrites sans aucun souci esthétique. Il s’agit d’un exemplaire de travail.

BNF, Mss or. Supplément persan 621, f. 325v

43La collation s’accompagne parfois, surtout en Inde et dans l’Empire ottoman, de la vocalisation du texte comme dans un Boustân de Sa‘dî du xvie siècle, Persan 306 : ce manuscrit, de plusieurs mains différentes, paraît avoir été essentiellement un ouvrage d’étude, la vocalisation étant l’œuvre d’un étudiant.

16. Sa‘dî de Chîrâz, Boustân (Le Verger), copie ottomane de la fin du xvie siècle, réalisée pour Hoseyn b. Esmâ‘îl qui a traduit en turc et glosé une partie du manuscrit. Sur ce feuillet, on voit la vocalisation portée en rouge et plusieurs gloses de mains différentes.

BNF, Mss or. Persan 306, f. 94v

44La mise en place des marques de collation peut s’accompagner de celles de gloses dues au muharrir (celui qui transcrit l’exemplaire), comme on le voit par exemple au f. 16v de Supplément persan 666, un recueil concernant les énigmes. On ne peut plus vraiment, dès lors, parler de collation, mais d’un commentaire plus ou moins érudit.

17. Recueil d’énigmes en persan avec leur résolution, par Mîr Hoseyn de Neychâbour, copie ottomane de 1737 par Mohammad al-Seyyed b. Ahmad. Les gloses marginales, dont beaucoup sont empruntées aux écrits de divers commentateurs de l’œuvre de Mîr Hoseyn, sont disposées de manière à former un vase et une feuille selon une pratique ottomane.

BNF, Mss or. Supplément persan 666, f. 16v

  • 16 Cf. Oleg Akimushkin et Anatol Ivanov, « The Art of Illumination », The Arts of the Book in Central (...)
  • 17 Les ateliers de Chîrâz ont fait l’objet d’une étude récente, celle de Lale Uluç, Arts of the Book i (...)

45Il a, souvent, été fait mention du témoignage de Pîr Bodâq Qazvînî, rédigé vers 1570, au sujet des nombreux ateliers de copistes de la capitale du Fârs : « […] il y a de nombreux copistes en Nasta‘lîq à Chîrâz, se copiant tous les uns les autres, si bien qu’il est impossible de distinguer leurs écritures. Les femmes de Chîrâz exercent aussi le métier de scribes et si elles ne savent pas lire, elles copient servilement comme un dessin […]. Il y a, dans chaque maison, la femme qui sera copiste, le mari miniaturiste, la fille doreur-enlumineur et le fils relieur16 ». Mais il semble s’agir d’un cas extrême, car Chîrâz est alors un lieu de production presque « industrielle » de manuscrits littéraires et coraniques. Dans le cas de manuscrits copiés au xvie siècle dans de tels ateliers17, la version du texte consignée sera évidemment beaucoup moins digne d’être prise en considération que dans beaucoup d’autres cas, et le fait qu’un manuscrit soit dépourvu d’ornement ne sera alors pas un désavantage pour l’érudit.

46Il existerait cependant des exceptions : des manuscrits copiés en reproduisant les gloses du modèle, comme l’exemplaire des poèmes de Khâqânî, coté Supplément persan 620 de la BNF, un livre s’apparentant à cette « production en série » et terminé à Chîrâz en 1600. S’agissait-il de donner l’impression que l’exemplaire avait été collationné ? À propos des manuscrits copiés à Chîrâz – nombreux entre le xiiie et le début du xviie siècle –, une question se pose : dans quelles bibliothèques puisaient les copistes pour trouver les textes qu’on leur demandait ? Fournissait-on, dans certains cas, le manuscrit à reproduire au calligraphe chargé d’en faire une copie ? Seule une étude attentive des familles de manuscrits pourrait permettre de répondre à cette interrogation.

18. Afzal al-Dîn Khâqânî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres). La glose en rouge est très vraisemblablement reprise de l’exemplaire copié et confère au volume une valeur savante.

BNF, Mss or. Supplément persan 620, f. 15

Familles de manuscrits

47Les sources d’erreur des copistes sont nombreuses. On sait qu’en persan la notation des points qui permettent d’identifier les lettres est une source d’altération ou de variantes ; dans la mesure où les points se trouvent omis ou déplacés, le copiste prendra un mot pour un autre qui lui ressemble. La scansion des textes poétiques – si ce dernier la maîtrise suffisamment – permet de corriger certaines erreurs, mais elle entraîne aussi de nouvelles fautes lorsqu’il veut corriger ce qu’il considère comme une erreur dans le modèle. Il aura aussi, à moins d’être d’une grande ignorance ou au contraire d’une grande érudition, toujours tendance à faire disparaître les formes archaïques ou les mots rares qu’il ne comprend pas et à les remplacer.

48Dans son étude sur les manuscrits du xve siècle des poésies de Hâfez, M. Salîm Naysarî a relevé quelques-uns de ces termes rares remplacés par d’autres plus courants, de forme graphique et de scansion identiques.

49Face au foisonnement extrême de copies de certains textes, le besoin d’en établir une version sûre s’est, très tôt, fait sentir.

50Bien des poètes persans n’avaient pas donné d’édition définitive, approuvée par eux, de leurs œuvres – sous forme d’un dîvân – avant de mourir. Du reste, lorsqu’ils en avaient donné, c’était, souvent, sous la forme de plusieurs « éditions » successives, présentées à quelques années d’intervalle à leurs différents protecteurs avec des remaniements plus ou moins importants. Il se pourra donc que les différences entre les manuscrits portent la trace de ces différents états et – souvent – finissent par mélanger entre elles ces « éditions ». Le cas de Djâmî qui publia de son vivant trois recueils successifs de vers – ou dîvân – bien distincts par leur contenu est assez exceptionnel.

51On sait, d’autre part, ce qu’il est advenu des œuvres d’un poète, qui avait déjà atteint une grande célébrité avant sa mort en 1291, Sa‘dî de Chîrâz. Au début du xive siècle, en 1326,‘Alî b. Ahmad Bisotoun donnera une première édition complète de ses œuvres qui jusque-là avaient été réunies – un peu comme pour Djâmî – sous forme de livres successifs. Il range alors les pièces dans l’ordre alphabétique de leurs lettres initiales, les classant selon leurs genres (ghazal, qasîdeh, etc.). Mais, en 1334, il doit réaliser une seconde édition et explique dans la préface qu’il a adopté un nouveau classement selon l’ordre alphabétique des rimes – mode de classement plus classique que connaissaient les poètes arabes et permettant de retrouver les pièces et les vers plus facilement. Mais s’il évoque les copies dont il a fait usage, Bisotoun ne donne aucun détail à leur sujet, pas plus qu’il n’en donne sur sa démarche critique.

52Un cas bien différent est celui des œuvres de Hâfez. Celles-ci, sans doute parce qu’il n’était pas poète de cour officiel, n’avaient pas été réunies et classées de son vivant en vue d’être présentées à un protecteur. Aussi, le plus ancien manuscrit connu de ses poèmes ne contient-il que 173 distiques. Après sa mort – survenue en 1389 ou 1390 –, Eskandar Soltân, sultan lettré et mécène qui régna à Chîrâz à partir de 1410, fait réaliser, avant 1415, pour sa bibliothèque, au moins une copie des vers de Hâfez, et il n’était peut-être pas le premier, car très peu auparavant avait été copié, au Fârs, le manuscrit aujourd’hui conservé à l’Académie des sciences de Dushanbe. Le renom du poète devient vite immense et, à la fin du quinzième siècle, les manuscrits de ses œuvres étaient très nombreux. Mais ils étaient aussi très différents les uns des autres par leur contenu, aux dîvân – recueils homogènes – s’ajoutent une multitude d’autres témoins, notamment des sortes d’anthologies renfermant un choix de pièces diverses d’auteurs divers, anthologies qui jouissaient d’une fortune immense durant tout le xve siècle et où les poèmes attribués à Hâfez sont nombreux.

  • 18 Ahmad Monzavî, Fehrest-e moshtarak-e noskhehâ-ye khattî-ye fârsî-ye Pâkestân, VII, Islamabad, 1986, (...)
  • 19 Copie datée de 1570, réalisée certainement à Chîrâz, comptant 207 feuillets.
  • 20 Voir par exemple l’édition imprimée par Mohammad Qazvînî et Qâsem Ghanî de la version de Golandâm, (...)

53Un travail de préparation d’une véritable édition critique des poèmes de Hâfez a, ce qui est peu connu, été réalisé à Hérât à la fin du xve siècle à la cour de Hoseyn Mîrzâ Bâyqarâ. La chose est attestée par deux manuscrits, le no 2213 de la bibliothèque de Ganjbakhsh au Pakistan18 et le Supplément persan 597 de la BNF19. Dans leur préface, œuvre d’un nommé Mawlânâ Charaf al-Dîn ‘Alî, il est dit que cette édition fut réalisée en 907 de l’hégire (1501-1502), sous le règne de Soltân Hoseyn Bahâdor de Hérât, et sur l’ordre du fils de celui-ci, le sultan Abou l-Fath Farîdûn Hoseyn Bahâdor. Ce dernier avait fait venir auprès de lui beaucoup de savants et fait réunir « un très grand nombre de manuscrits » pour établir une meilleure édition de ce dîvân. Le résultat, avec une collection de 489 ghazaliyyât rangés dans l’ordre alphabétique de leurs rimes – selon la coutume –, 35 fragments, 32 quatrains (robâ‘iyyât) et quatre autres poèmes de Hâfez, ne semble pas avoir intéressé le public car cette édition n’a connu qu’un mince succès, peut-être du fait d’une faible diffusion. On lui a, en tout cas, préféré celle dite de Golandâm où la préface – non datée – rédigée par Mohammad Golandâm est suivie d’un nombre assez voisin de poèmes20.

54La préface que l’on attribue à Mohammad Golandâm et qui précède la version la plus communément répandue des œuvres de Hâfez n’est pas datée et ne donne aucun détail vraiment précis sur les manuscrits suivis, ni sur les critères de choix. Respect des témoins datés les plus anciens ? Arguments de type stylistique ou littéraire ? Plusieurs démarches ont dû s’affronter, s’agissant d’un cas particulièrement délicat et d’un poète dont la biographie reste mystérieuse, mais qui est devenu le plus vénéré des Persans.

55D’autres entreprises anciennes d’établissement de textes littéraires persans sont connues. Elles sont généralement liées au mécénat des cours où se trouvaient opportunément rassemblés lettrés et poètes que l’on pouvait employer à ces projets.

56On peut aussi parler, vers 1585, de l’édition des dîvân d’un certain nombre des plus anciens poètes persans (‘Am‘ak Bokhârî, Azraqî, Manoutchehrî, Rachîd Vatvât, Souzanî, Falakî Chirvânî, ‘Emâdî Chahryârî et d’autres), ainsi que de leurs biographies dans la Kholâsat al-ach‘âr va Zobdat al-Afkâr de Taqî al-Dîn Mohammad b. Charaf al-Dîn Hoseynî Kâchânî. Ce travail s’accompagnait de la recherche de manuscrits anciens et rares et entraîna une certaine floraison de copies nouvelles des textes très anciens ainsi « retrouvés » de même qu’un mouvement littéraire en faveur d’un certain retour aux sources. Malgré d’éventuelles erreurs de transcription ou d’attribution, on peut parler d’un travail d’édition savante, même si les manuscrits sur lesquels s’appuie Hoseynî Kâchânî ne sont pas mentionnés par lui.

57Un texte très fameux du xiiie siècle, le Masnavî, long poème mystique en six livres (daftar) de Djalâl al-Dîn Roumi de Konya a fait, en Inde, au début du xviie siècle, l’objet d’un immense travail érudit de la part de ‘Abd al-Latîf ‘Abbâsî Gudjarâtî (mort en 1638). Celui-ci, comme le montre le Supplément persan 672 de la BNF, a comparé entre eux 80 manuscrits, ayant travaillé pendant 35 ans et après avoir, d’abord à Kaboul, puis à Peshawar et ailleurs, rassemblé tous ces textes, il s’est mis, en 1622, dans la ville de Burhânpur en Inde, à rédiger une édition du texte précédée d’une préface explicative et accompagnée de tables et – dans les marges – de gloses explicatives.

58Il s’agit d’un des plus remarquables exemples du travail critique qui a été exécuté entre le xvie et le xviiie siècle en Inde sur les textes persans célèbres.

  • 21 Édition et traduction en 7 volumes par Jules Mohl, parue à Paris entre 1838 et 1878 à l’Imprimerie (...)

59On constate, concernant l’un des textes les plus répandus de la littérature persane, Le Livre des rois de Ferdowsî, que l’abondance extrême des manuscrits et des variantes a fait naître de vifs débats entre les spécialistes. La présence de nombreux passages interpolés, ajoutés par les récitateurs (Châhnâmeh-khwânân) ou les copistes, pose en effet de multiples problèmes. Les éditions, nombreuses, suivaient généralement les leçons d’un texte qui avait été préféré pour des motifs surtout littéraires. D’autres se référaient à l’édition critique réalisée à partir d’une dizaine de bons manuscrits par J. Mohl au milieu du xixe siècle21.

60Mais l’absence de manuscrits remontant à l’époque du poète a fait naître de nombreuses interrogations au sujet d’un texte qui avait dû, du vivant de l’auteur, connaître plusieurs versions successives.

  • 22 Voir Angelo Michele Piemontese, Catalogo dei Manoscritti persiani conservati nelle biblioteche d’It (...)
  • 23 Shah-nameh, sous la direction de J. E. Bertel’s, t. I-IX, Moscou, 1962-1971.
  • 24 The Shâhnâmeh, 5 vol., Costa-Mesa, 1988-1997 (Persian texts Serie, no 1).

61On sait que Bâysonqor, sultan de Hérât, avait fait établir un texte du Livre des rois dans son ketâbkhâneh vers 1430. Mais il existe des manuscrits antérieurs à cette date et, vers 1960, l’édition de Moscou avait pris le parti de s’en tenir à quelques copies des alentours de 1279-1300 – les plus anciennes – et d’éliminer tout ce qui pouvait avoir été ajouté, donc d’écarter nombre de vers ou d’épisodes. La découverte par A. M. Piemontese, il y a quelques années à Florence22, d’un manuscrit de la première moitié du poème, copié en 614 de l’hégire, c’est-à-dire en 1217, en Asie Mineure, renfermant une version différente de celle retenue pour l’édition de Moscou23 a fait naître de vifs débats et il a fallu tenter de poser le problème de la filiation des manuscrits. Ces débats sont à l’origine de la préparation d’une nouvelle édition critique. Celle, commencée par Dj. Khâleqî Motlaq24, où ce spécialiste prend en considération douze manuscrits principaux, est précédée d’une intéressante étude sur leurs familles. Le grand problème est de savoir si les variantes correspondent ou non à des différences anciennes. Il semble en effet y avoir eu plusieurs « éditions » du texte de la fameuse épopée à des époques antérieures : choisir une version du texte reviendrait peut-être simplement à choisir une de ces éditions. Seule la découverte de manuscrits plus vieux permettrait de reconstituer l’histoire du texte pendant les deux siècles qui séparent son achèvement, des copies du xiiie siècle qui nous sont parvenues.

62Ainsi se pose le problème – difficilement soluble – de l’édition des textes persans anciens. Des arguments strictement philologiques et stylistiques s’opposent parfois à des considérations d’ordre codicologique. Certains éditeurs établissent des stemmata, souvent un peu hâtivement. Pour les textes persans anciens, on doit se garder d’établir la supériorité d’un manuscrit en se fondant sur des appréciations d’ordre purement littéraire, ou d’en privilégier un uniquement parce qu’il est antérieur. La découverte de nouvelles copies remet, souvent complètement, en cause les certitudes acquises. Les fautes des copistes, imputables tantôt à leur mémoire – s’ils reproduisent des poèmes ou des anecdotes par cœur –, tantôt à leur inattention – lorsqu’ils sont confrontés aux fréquentes ambiguïtés graphiques du persan écrit – ont, souvent, beaucoup déformé les textes. Sans parler des copies faites d’après des exemplaires lacunaires ou reliés en désordre.

63Dans une société où la mémoire joue un rôle considérable dans l’enseignement, le calligraphe apprenait souvent par cœur les textes qu’il avait à transcrire, surtout lorsqu’il recopiait fréquemment le même ouvrage. On trouve, ainsi, de nombreux vers interpolés dans les manuscrits de Ferdowsî ou de Nezâmî. Certaines attributions fautives de ghazaliyyât (odes) à des poètes s’expliquent par la simple substitution à la fin d’une pièce d’un nom de plume (takhallos) d’auteur à un autre lorsque deux poèmes se ressemblent. Pour des textes en prose comme Les Histoires des prophètes (Qesas al-anbiyyâ), où les différences d’un manuscrit à l’autre sont très fréquentes depuis la période médiévale, il faut tenir compte du fait qu’il s’agit d’un genre très proche de la littérature orale : le texte étant raconté avec quelques variantes par les récitateurs est donc noté également avec des variantes par le copiste.

64L’étude – et l’édition – des innombrables traités ou « épîtres » (resâlât) écrites par les mystiques musulmans persans, où l’on trouve, souvent, des pages entières empruntées par l’un d’eux à un de ses devanciers – et les attributions d’un même texte à plusieurs auteurs différents selon les manuscrits – exige, de la part du chercheur, un sens critique aigu. Des collections de petits traités d’origines diverses ont, en effet, fréquemment, été mises – en toute bonne foi – par de pieux disciples sous le nom d’un maître célèbre. Seule l’étude du contenu, celle du style et celle de l’histoire du manuscrit permettront parfois de débrouiller l’écheveau.

65Ces quelques remarques montrent différents problèmes que rencontrent ceux qui abordent l’étude de la transmission des textes persans. Les progrès de la codicologie et de la philologie, une meilleure connaissance des collections et des circonstances historiques entourant la composition des œuvres, permettront certainement de renouveler complètement dans les années à venir notre compréhension de la transmission du patrimoine écrit en langue persane, de sa production et de sa diffusion. Sans doute la propagation tardive en Perse des techniques typographiques a-t-elle singulièrement compliqué la tâche des éditeurs de textes.

Notes

1 Collection privée ; copie du xve siècle.

2 On renverra ici d’une façon générale au Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, publié sous la direction de François Déroche, Paris, 2000.

3 F. Richard, Raphaël Du Mans, missionnaire en Perse au xviie siècle, II, Estats et Mémoire, Paris, 1995, p. 299-301 (Moyen Orient et océan Indien, 9).

4 Jean Chardin, Voyages, éd. Louis Langlès, Paris, 1811, VII, p. 281-282.

5 Voir par exemple John Seyller, « The Inspection and Valuation of Manuscripts in the Imperial Mughul Library », Artibus Asiae, 57, 1997, p. 243-349.

6 Cf. Iraj Afshâr, «‘arz dans la tradition bibliothéconomique irano-indienne », Scribes et manuscrits du Moyen-Orient, sous la dir. de F. Déroche et F. Richard, Paris, 1997, p. 331-343.

7 Manuscrit no 1954, Türk ve Islam Eserleri Müzesi, Istanbul (daté de 835 de l’hégire ; réalisé pour la bibliothèque du sultan Bâysonqor). Cette image est reproduite par Eleanor Sims, Boris I. Marshak et Ernst J. Grube, Peerless Images, Persian Painting and its Sources, New Haven-London, Yale University Press, 2002, p. 194.

8 La pratique de la réclame semble déjà répandue en Perse au milieu et à la fin du xive siècle.

9 F. Richard, Splendeurs persanes, Paris, 1997, no 123, p. 177, où est décrit le premier des deux manuscrits reliés ensemble. Pour le second, voir L’Étrange et le merveilleux en terre d’islam, Paris, musée du Louvre, 23 avril-23 juillet 2001, no 124, p. 178-179.

10 Notons que le calligraphe étant payé à la quantité de distiques (bayt) copiés, il a intérêt à en écrire le plus grand nombre. Dans certains manuscrits de luxe, comme Les Cinq Poèmes de Nezâmî, Supplément persan 1029 de la BNF, le calligraphe – ici ‘Abd al-Djabbâr – a introduit une multitude de vers interpolés ou d’origine peu certaine (cf. F. Richard, Les Cinq Poèmes de Nezâmî, chef-d’œuvre persan du xviie siècle, Paris, 1995, p. 92-96). Les manuscrits de luxe ne fournissent donc pas forcément un texte très fiable, sauf si le calligraphe travaillait sous la surveillance du ketâb-dâr, le bibliothécaire, et / ou de son commanditaire, qui exerçait – comme maître d’œuvre – un contrôle de la réalisation du volume. Selon Raphaël Du Mans (De Persia de 1684, in F. Richard, op. cit., II, p. 301, « cinquante lettres ou caractères forment un vers ; il y a tant de vers dans une page, tant de pages dans tout le livre, sur quoi le prix se calcule et est proposé à l’acheteur ».

11 Cf. Splendeurs persanes, op. cit., no 49, p. 83.

12 On peut mentionner un recueil (bayyâz) de la BNF, Supplément persan 810, constitué sans doute pour l’essentiel en Iran, à Ashraf (Mâzânderân), et à Ispahan, vers 1670 ; on y trouve des vers de dizaines d’auteurs, dont certains recensés en 1679 par Nasrâbâdî dans son anthologie des poètes du xviie siècle (comparer à Iraj Afshâr, « Le Tazkere-ye Nasrâbâdî. Ses données socio-économiques et culturelles », Études safavides, sous la direction de Jean Calmard, Paris-Téhéran, 1993, p. 1-12), et nombre d’autres qui sont inconnus jusqu’ici.

13 Ahmad Monzavî, Fehrest-e noskhehâ-ye khattî-ye fârsî, t. VI, Téhéran, s. d., passim.

14 Comparer à Splendeurs persanes, op. cit., no 145, p. 203.

15 Sur ce manuscrit, voir Splendeurs persanes, op. cit., no 40, p. 76 ; le cachet de la bibliothèque de Châhrokh a été partiellement gratté mais demeure lisible au f. 191.

16 Cf. Oleg Akimushkin et Anatol Ivanov, « The Art of Illumination », The Arts of the Book in Central Asia, 14th-16th Centuries, Paris, Unesco, 1979, p. 50.

17 Les ateliers de Chîrâz ont fait l’objet d’une étude récente, celle de Lale Uluç, Arts of the Book in Sixteenth Century Shiraz, 2 vol., Ann Arbor, UMI Dissertation Services, 2000. On se reportera tout particulièrement aux p. 6-38 ou 265 sqq. du t. I.

18 Ahmad Monzavî, Fehrest-e moshtarak-e noskhehâ-ye khattî-ye fârsî-ye Pâkestân, VII, Islamabad, 1986, p. 451-452.

19 Copie datée de 1570, réalisée certainement à Chîrâz, comptant 207 feuillets.

20 Voir par exemple l’édition imprimée par Mohammad Qazvînî et Qâsem Ghanî de la version de Golandâm, Téhéran, 1942.

21 Édition et traduction en 7 volumes par Jules Mohl, parue à Paris entre 1838 et 1878 à l’Imprimerie royale (puis impériale, puis nationale).

22 Voir Angelo Michele Piemontese, Catalogo dei Manoscritti persiani conservati nelle biblioteche d’Italia, Rome, 1989, no 145, p. 112-115.

23 Shah-nameh, sous la direction de J. E. Bertel’s, t. I-IX, Moscou, 1962-1971.

24 The Shâhnâmeh, 5 vol., Costa-Mesa, 1988-1997 (Persian texts Serie, no 1).

Table des illustrations

Légende 1. ‘Assâr Tabrîzî, Mehr va Mochtarî (Le Soleil et Jupiter). Il manquait une page dans le cahier et le texte inscrit verticalement dans la marge montre comment le copiste a réparé son erreur.
Crédits BNF, Mss or. Persan 374, f. 20
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 2. ‘Assâr Tabrîzî, Mehr va Mochtarî (Le Soleil et Jupiter). Le texte a dû également être copié en marge faute de place dans le cahier.
Crédits BNF, Mss or. Persan 374, f. 148
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 3. ‘Assâr Tabrîzî, Mehr va Mochtarî (Le Soleil et Jupiter). Le copiste disposait de trop de lignes et indique par deux mots après la 4e ligne que le blanc (bayyâz) est normal et vérifié (sahîh).
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 4. Djamâlî Chouchtarî, Fotouhât al-‘adjam (Les Conquêtes de la Perse). Le feuillet de gauche ne comporte ni l’encadrement, ni la peinture qui devaient s’y trouver, tandis que celui de droite est terminé. Il s’agit d’un exemplaire de dédicace laissé inachevé.
Crédits BNF, Mss or. Persan 236, f. 176v-177
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 5. Traité d’astronomie de ‘Alî Qouchtchî, copie du xve siècle ayant appartenu au sultan Bâyazîd II (1481-1512), mais dont l’enluminure du f. 1 – fabriquée au xixe siècle par un faussaire – porte une inscription affirmant qu’il a été copié pour la bibliothèque du sultan Mehmet II.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 6. Recueil de tous les masnavî (poèmes mystiques) de ‘Attâr (ici une page du Mazhar al-‘adjâyeb ou Manifestation des prodiges), copie réalisée en Inde en 1605 par Chîr Mohammad b. Tâdj Mohammad Qoraychî qui, sur cette page, a trouvé cette curieuse disposition oblique pour rattraper une erreur de calcul des lignes nécessaires à la copie du feuillet.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 7. Nasîr al-Dîn Tousî, Akhlâq-e Nâserî (L’Éthique de Nâser). Le signe indiquant la variante se trouve dans la marge, en haut, à droite, au-dessus du mot récrit. On voit aussi des ajouts de mots omis.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 1971, f. 168v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 8. Recueil de modèles de lettres et de correspondance officielle. Correction marginale de la main du copiste, d’après ce qu’il appelle noskheh, qu’on peut comprendre comme manuscrit ou exemplaire.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 1353, f. 136v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 9. Recueil de modèles de lettres et de correspondance officielle. Le copiste est un employé de la chancellerie et son écriture est celle des documents qu’il a l’habitude de copier.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 1353, f. 167v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 10. Manoutchehrî, Dîvân, copié – sans doute pour le voyageur florentin Giambattista Vecchietti – par Chams al-Dîn Qalâtî Khondjî entre 1601 et 1606. Les corrections marginales sont du copiste ou de Vecchietti, et trois omissions sont signalées par le chevron « v ».
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 725, f. 104
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 11. Hâfez de Chîrâz, Dîvân (recueil des poèmes). Les gloses interlinéaires sont de la main du copiste ou d’un lecteur.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 607, f. 114v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 12. Hâfez de Chîrâz, Dîvân. Les variantes sont notées entre les lignes de même qu’une correction à la 4e ligne.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 607, f. 145 v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 13. Dawlatchâh Samarqandî, Tazkerat al-cho’arâ (Biographie des poètes). À la fin du manuscrit, le poète Namâ’î a inscrit, de sa main, son nom et la date, 27 juillet 1579.
Crédits BNF, Mss or. Persan 250, f. 192
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 14. Afzal al-Dîn Khâqânî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres). Le colophon a été mis par le correcteur qui dit avoir achevé ce travail le 25 mai 1741, sous le règne du moghol Mohammad Châh et qu’il a corrigé ce livre à partir de l’exemplaire de son maître Miyân Nour-ollâh. Il a ajouté un vers en persan à la manière de certains copistes.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 621, f. 380
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 15. Afzal al-Dîn Khâqânî, Kolliyyât. Les corrections apportées au xviiie siècle au texte du manuscrit sont très nombreuses et inscrites sans aucun souci esthétique. Il s’agit d’un exemplaire de travail.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 16. Sa‘dî de Chîrâz, Boustân (Le Verger), copie ottomane de la fin du xvie siècle, réalisée pour Hoseyn b. Esmâ‘îl qui a traduit en turc et glosé une partie du manuscrit. Sur ce feuillet, on voit la vocalisation portée en rouge et plusieurs gloses de mains différentes.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 17. Recueil d’énigmes en persan avec leur résolution, par Mîr Hoseyn de Neychâbour, copie ottomane de 1737 par Mohammad al-Seyyed b. Ahmad. Les gloses marginales, dont beaucoup sont empruntées aux écrits de divers commentateurs de l’œuvre de Mîr Hoseyn, sont disposées de manière à former un vase et une feuille selon une pratique ottomane.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 666, f. 16v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 18. Afzal al-Dîn Khâqânî, Kolliyyât (recueil de toutes les œuvres). La glose en rouge est très vraisemblablement reprise de l’exemplaire copié et confère au volume une valeur savante.
Crédits BNF, Mss or. Supplément persan 620, f. 15
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2460/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540