Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre persan

 | 
Francis Richard

Le Supplément persan : l’acquisition de manuscrits par le département des Manuscrits de 1739 à nos jours

Texte intégral

  • 1 Francis Richard, Catalogue des manuscrits persans, I. Ancien fonds, Paris, Bibliothèque nationale, (...)
  • 2 Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae Regiae, Paris, 1739.

1Lorsque paraît, en 1739, le catalogue des manuscrits orientaux de la Bibliothèque du roi où sont décrits les 388 manuscrits qui constituent l’Ancien fonds persan de l’actuelle Bibliothèque nationale de France 1, la bibliothèque est dirigée par l’abbé Bignon. Tant dans le domaine des acquisitions que du catalogage, c’est une période faste. Pour les manuscrits orientaux, la Bibliothèque du roi a recours à des interprètes dont certains, comme Pierre Armain, ancien élève de l’école des jeunes de langues dirigée par les pères capucins de Galata, sont érudits et capables de préparer des descriptions de livres. Il était donc prévisible que, dès l’achèvement du Catalogus 2 de 1739, de nouveaux volumes viendraient s’accumuler sur les rayonnages du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque du roi.

2De fait, il est aisé de constater que cette collection n’est pas restée un fonds mort. Depuis 1739, la Bibliothèque s’est enrichie des 2 186 manuscrits du Supplément persan (ce qui représente en fait plus de 2 200 volumes si l’on tient compte des ouvrages en plusieurs tomes), auxquels il faudrait ajouter la quinzaine de manuscrits persans de la collection d’Auguste Lesouëf (1829-1906), légués en 1913 (fonds Smith-Lesouëf) et un certain nombre de textes en persans se trouvant dans des recueils des fonds arabe et turc de la BNF. Enfin, les 17 manuscrits judéo-persans du fonds hébreu complètent cet ensemble (seize d’entre eux étaient déjà en France au xviie siècle, arrivés vers 1666 à Paris). Bref, cette collection, fonds persan, Supplément persan et autres pièces diverses, représente des centaines de textes, souvent rares, parfois uniques. Par ailleurs, 620 manuscrits sont pourvus de frontispices et de décors enluminés, 203 renferment des peintures ou des dessins, ce qui représente environ 7 660 images. Collection variée, son histoire permet d’en mieux saisir la diversité.

3Nous pouvons retracer les étapes de ces enrichissements postérieurs à 1739 qui formeront ce futur Supplément persan.

4En 1740, Jean Otter, un Suédois converti au catholicisme, ami de Pierre Armain, parti pour la Perse avec une mission diplomatique, envoie de Bassora 22 manuscrits persans, provenant, pour certains d’entre eux, des collections royales safavides. Otter, qui avait quitté Constantinople en 1737, les avait acquis entre 1737 et 1739 à Ispahan. De son séjour à Bassora (1739-1743), il profite également pour acheter d’autres livres dont 7 ou 8 en persan (l’un d’entre eux ayant appartenu à De Lairesse, de la Compagnie hollandaise des Indes) qu’il fait partir en 1743.

5Vers 1750, Claude-Louis Fourmont envoyait, de son côté, d’Égypte, une copie du xiiie siècle du dictionnaire Qânoun al-adab. Entre-temps, en novembre 1740, avec les livres du maréchal de Noailles, la Bibliothèque du roi acquiert trois autres manuscrits persans (Boustân, Golestân et Dîvân de Maktabî).

  • 3 F. Richard, « Les manuscrits persans de Simon de Vierville et la bibliothèque de l’Arsenal », Litté (...)

6L’expédition d’Otter avait été suivie, en 1751, d’une mission diplomatique en direction de la Perse, celle du médecin Jean-Thomas Simon de Vierville 3. Celui-ci – malgré les troubles qui rendirent son séjour périlleux – put envoyer d’Ispahan à d’Argenson pour la Bibliothèque du roi en 1756 l’actuel Supplément persan 206, copie de l’histoire de Cazan Padicha ayant figuré dans la bibliothèque de Châh Rokh. De 1754 à 1756, Simon envoya, également d’Ispahan, 19 autres volumes en persan (les actuels Supplément persan 104, 133, 159, 159.A, 159.B, 159.C, 160, 168, 179, 179.A, 210, 221, 223, 274, 516, 517, 674, 698 et 729) à l’attention de d’Argenson et ceux-ci passèrent, après 1764, dans la collection de Paulmy à l’Arsenal pour n’intégrer les magasins de la rue de Richelieu que vers 1860, en même temps que les 16 autres manuscrits persans de l’Arsenal. Les livres de Simon sont surtout des textes historiques.

  • 4 Ainsi : Supplément persan 665 est-il le no 6597 du catalogue de vente, ou Supplément persan 940, le (...)

7Pour d’autres collections, comme celle de J.-F.-P. Le Fèvre de Caumartin (1668-1733), évêque, académicien et bibliophile qui possédait plusieurs livres persans de valeur, leur date d’entrée n’est pas connue avec certitude. Le noyau de celle-ci semble formé, pour ce qui nous intéresse, d’une partie des volumes qu’un orientaliste (peut-être le célèbre Antoine Galland) avait acquis vers 1685 dans l’Empire ottoman ; mais bien des jalons de cette histoire demeurent obscurs (une longue liste d’ouvrages – que l’on parvient souvent à identifier avec une quasi-certitude – avec des prix notés en piastres figure au f. 59-59v de Supplément persan 821, mais on ignore qui était le bénéficiaire de cet achat). Vendue en 1733, après sa mort, la collection de Caumartin semble être passée par plusieurs mains avant de gagner – en partie – la Bibliothèque du roi, mais on peut identifier avec certitude 4 plusieurs de ses volumes parmi ceux du Supplément persan qui furent estampillés à la fin du xviiie siècle.

8Il faut bien sûr signaler, en 1762, le fameux dépôt, par Anquetil-Duperron (1731-1805), de 18 manuscrits persans (et mazdéens) qu’il avait rapportés de son voyage en Inde effectué entre 1754 et 1762, et notamment de son fructueux séjour à Surat où, après avoir appris le persan, il put réunir des textes en usage auprès des Parsis dans l’espoir de découvrir la doctrine de Zoroastre. La plupart de ces ouvrages mazdéens furent reliés en velours bleu pour être présentés au roi de France.

  • 5 Abraham-Hyacinthe Anquetil-Duperron, Voyage en Inde 1754-1762, relation de voyage en préliminaire à (...)

9Grâce à la récente réédition de son Voyage réalisée sous la direction de Pierre-Sylvain Filliozat 5, on peut aussi retrouver avec précision les cotes actuelles des 156 autres manuscrits de la collection d’Anquetil. Ceux-ci ne furent acquis par la Bibliothèque – devenue impériale – que le 2 mai 1805 par l’intermédiaire de Silvestre de Sacy et pour la somme de 6 000 francs. Il s’agissait de livres rapportés d’Inde en 1762, à l’exception d’une quinzaine (actuels Supplément persan 14, 15, 97, 243, 431, 466, 507, 575, 621, 667, 682, 785, 810, 836, 840, tous d’intérêt historique ou – surtout – littéraire) qui avaient été envoyés d’Inde à Anquetil après son retour en 1775 par J.-B. Gentil dont il avait fait la connaissance là-bas. À Surat, Anquetil avait, parfois, déjà constitué des recueils, faisant relier ses manuscrits de façon homogène.

  • 6 F. Richard, « Jean-Baptiste Gentil, collectionneur de manuscrits persans », Dix-Huitième Siècle, 28 (...)

10En 1778, un autre fonds important vint enrichir les collections du roi avec le dépôt de plus de cent livres rapportés d’Inde par le capitaine Jean-Baptiste-Joseph Gentil (1726-1799) 6. Après une aventure militaire indienne commencée à Pondichéry en 1752, il s’était fixé de 1763 à 1775 à Faizabad au service de Shujâ‘ al-Dawla, grand vizir du Moghol et nabab de l’Awadh. Ayant appris le persan, passionné d’histoire indienne, il avait réuni une riche bibliothèque dont – comme Anquetil – il notait, souvent, soigneusement, le prix et dont certains volumes venaient de la bibliothèque des Moghols. Dans cette collection déposée en 1778, 79 manuscrits en persan concernent l’histoire des pays de l’Islam, de l’Inde musulmane, ou sont des histoires locales. Les textes religieux indiens sont bien moins nombreux, les œuvres littéraires rares. Mais, dans cet ensemble, les unica et les copies de grande valeur sont abondants.

11À côté de ces dons prestigieux qui témoignent de la présence française en Inde, il est intéressant de mentionner quelques acquisitions plus modestes. En 1784, la Bibliothèque du roi avait ainsi obtenu, à la mort de l’interprète Étienne Legrand, six de ses manuscrits persans dont un venant des jésuites de Perse. Mais le reste de la collection Legrand fut, malheureusement, dispersé.

12Le drogman Denis-Dominique Cardonne, qui, comme Legrand, avait été interprète au Levant, à Tripoli et à Alep, et qui avait publié, en 1770, des Mélanges de littérature orientale, possédait également une collection de manuscrits orientaux. Quatre seulement seront acquis par la Bibliothèque du roi, d’autres seront recueillis par l’Arsenal.

13Parmi les autres drogmans formés au xviiie siècle et qui firent des carrières brillantes, on peut mentionner Jean-François Rousseau (1738-1808) qui était né à Ispahan, et fut collectionneur de manuscrits. Mais, la Bibliothèque du roi ne s’en étant malheureusement pas portée acquéreur, ses collections furent finalement achetées par la Russie et sont aujourd’hui à l’Institut d’orientalisme de Saint-Pétersbourg.

  • 7 Dans le t. IV, en 1799, de Sacy commence à éditer des textes orientaux avec Jourdain, Langlès et Qu (...)

14Le xviiie siècle, après 1740, n’avait plus vu de quête systématique de manuscrits persans en Orient pour la Bibliothèque du roi. Après 1780, se fait néanmoins jour un incontestable regain d’intérêt pour les textes orientaux. Il suffit de citer le nom de Silvestre de Sacy – jadis élève des Mauristes et notamment de Dom Berthereau – dont les efforts seront à l’origine de la création de la Société asiatique de Paris en 1822 et qui collabora aux Notices et extraits des manuscrits 7 dont la parution commence en 1787. On peut aussi mentionner Louis Langlès (1763-1824) qui est le fondateur, en 1795, d’une école des langues orientales dans les locaux de la BN où lui-même enseignait le persan et le malais.

  • 8 F. Richard, « Un érudit à la recherche de textes religieux venus d’Orient, le docteur Louis Picques (...)
  • 9 F. Richard, « Le dictionnaire de d’Herbelot », Istanbul et les langues orientales (Actes du colloqu (...)

15La Révolution voit affluer rue de Richelieu à la nouvelle « Bibliothèque nationale » un certain nombre de collections dont plusieurs renfermaient des manuscrits persans. À la lourde tâche d’inventorier ces manuscrits, s’attelèrent, notamment, Langlès et de Sacy qui connaissaient tous deux le persan. C’est ainsi qu’arrivèrent à la BN, en 1796, à la suite des confiscations de biens ecclésiastiques, 104 manuscrits persans venant de Saint-Germain (certains autres avaient, peu auparavant, été acquis par Doubrowsky et, partis pour la Russie rejoindre le « musée » qu’il avait constitué, ont formé les fonds de la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg), deux de Saint-Victor et quelques volumes des Jacobins (de la collection de Louis Picques) 8. Le fonds persan de Saint-Germain comptait, exception faite des livres partis pour Saint-Pétersbourg, 92 manuscrits de l’abbé Eusèbe Renaudot (légués en 1720 aux Mauristes) dont beaucoup étaient les livres collectés par Claude Bérault et Barthélemy d’Herbelot, professeurs au Collège royal 9, et au moins 38 avaient été rapportés avant 1608 d’Orient par les Florentins G. et G. B. Vecchietti qui avaient parcouru la Perse et l’Inde. Il comptait aussi 11 manuscrits persans légués en 1732 par Mgr de Coislin qui provenaient surtout de Pierre Séguier (1588-1672) lequel en avait reçu le plus grand nombre de Denis de La Haye de Ventelet, ambassadeur auprès de la Porte, et en tenait certains autres d’André Du Ryer, premier traducteur, en 1634, du Golestân en français.

16La Bibliothèque du roi avait, en 1789, laissé malencontreusement échapper une occasion de s’enrichir lors de la vente, le 8 juillet à Paris, des 69 manuscrits persans de Jean-Baptiste Chevalier de Caunan qui avait été gouverneur de Chandernagor de 1770 à 1779 – et qui venait de mourir. Sa collection avait surtout un intérêt historique, avec des textes rares, et avait été constituée pour lui par J.-B. Gentil qui résidait dans l’Awadh et pouvait aisément acheter des livres. Celle-ci a été dispersée (on retrouve des livres de Chevalier à Cambridge ou à Rome, etc.), les actuels Supplément persan 16, 18, 19, 20 et 284 de la BNF en proviennent mais sont entrés après la Révolution.

17La période qui suit est plus féconde. Malheureusement, pour certains ouvrages entrés entre 1800 et 1815, l’origine du volume n’a pas encore toujours pu être établie avec certitude. Nous pouvons toutefois mentionner certaines de ces acquisitions.

  • 10 Cf. BNF, département des Manuscrits, Papiers d’Orientalistes 83. Brueys possédait, à côté des nombr (...)

18En 1802, la BN put obtenir un fonds important, riche en textes littéraires persans, dont certains manuscrits venant de collections princières, du Deccan notamment. Il s’agit de la collection de Pierre de Brueys 10 qui compte un peu plus de 100 volumes souvent reliés pour lui de la même façon vers 1790 à Surat où il était résident français. Il faisait inventorier et vérifier le contenu de ses livres (voire en compléter les lacunes, sinon parfois même faire ajouter un frontispice enluminé) par son secrétaire Mîrzâ Qanbar ‘Ali Gujarâtî et s’en rapporta souvent à l’érudition de William Jones pour en identifier le contenu.

  • 11 Pour toute cette partie concernant les acquisitions faites au xixe siècle, nous renvoyons à notre a (...)
  • 12 Comme peut-être Supplément persan 603, un manuscrit venu de Cardonne, ainsi que d’autres.

19D’une manière générale, le xixe siècle sera une période faste 11 pour les enrichissements de la Bibliothèque – tour à tour nationale, impériale et royale – mais toujours tournée vers le développement et l’exploitation scientifique de ses collections orientales et spécialement persanes. Si l’intérêt pour la peinture persane ne se fait jour vraiment qu’à l’époque de l’Exposition universelle de 1889, celui pour la littérature persane et pour l’histoire des événements et des doctrines est très vif dès le début du siècle. Outre les noms déjà cités de Louis-Matthieu Langlès (1763-1824) et de Silvestre de Sacy (1758-1838), il faut mentionner aussi ceux d’Antoine-Léonard de Chézy qui quitta la Bibliothèque royale en 1824 (et dont proviennent, sans doute, plusieurs manuscrits) 12, ou d’Étienne Quatremère, historien et lexicographe (1782-1857), qui formèrent nombre de disciples.

  • 13 Le manuscrit Smith-Lesouëf 207, donné en 1830 par Mac Guckin de Slane à Reinaud, un beau manuscrit (...)

20Acquisitions et catalogage vont du reste de pair. D’abord rangés par collection d’origine (Gentil, Saint-Germain, Anquetil, etc.) jusque vers 1830, les manuscrits commencèrent, pour certaines acquisitions isolées, à recevoir, dès le début du xixe siècle, une cotation Supplément persan et – en outre – à bénéficier d’un classement systématique par matières à l’intérieur de ce nouveau fonds. Par la suite, sous le Second Empire, les nouvelles acquisitions furent rangées – une fois le Supplément persan constitué – dans un nouveau fonds ouvert pour elles et qui se nomma Second Supplément persan. Ces deux numérotations furent finalement refondues en un Supplément persan unique, incluant les collections Gentil, Anquetil, etc., originellement cotées à part. On réalisa ce travail vers 1870 en respectant à l’intérieur de la numérotation de ce fonds un classement systématique. Dès lors, les accroissements ne pourront plus (malgré un nouveau projet de renumérotation par Blochet) que s’ajouter à ces mille livres du Supplément de 1870 dans l’ordre de leur arrivée, et cela jusqu’à nos jours. Vers 1860, les manuscrits persans d’autres dépôts parisiens (Sainte-Geneviève, Mazarine, Arsenal) avaient été regroupés à la Bibliothèque impériale. Un grand érudit s’attela, entre 1824 et 1867, à cet immense travail de classement. Il s’agit de Joseph-Toussaint Reinaud (1795-1867) ; formé au séminaire d’Aix-en-Provence puis disciple de S. de Sacy 13, il fut aidé par Hermann Zotenberg ; il rédigeait des notices pour chacun des volumes qu’il classait. Ce catalogage fut ensuite repris par Edmond Fagnan de 1873 à 1884, et après 1895 jusqu’en 1935 par Edgar Blochet (1870-1937). Ce classement savant et une connaissance approfondie du fonds permirent à ces responsables d’obtenir, même avec un budget assez limité, des résultats remarquables et de compléter les collections par des acquisitions judicieuses.

21Mais, pour voir quelles furent ces acquisitions, il nous faut revenir à l’histoire des enrichissements successifs depuis la Révolution française.

22En août 1798, avait été proposée, à la BN par le citoyen Delahaye-Molien, une collection de manuscrits en persan et bengali de feu Augustin-Jacques-Anne Aussant qui séjournait déjà en 1770 – comme interprète – au Bengale, et qui demeurait encore en 1785 dans la région de Chandernagor. La BN acquit ainsi, provenant d’Aussant (ou Ouessant), outre l’actuel Supplément persan 77, vingt-cinq autres livres persans d’intérêt folklorique et linguistique et 4 ouvrages arabes.

23D’autres collections d’origine indienne aboutirent rue de Richelieu au début du xixe siècle. Ce seront, par exemple, les 8 manuscrits persans réunis en Inde au début de ce même siècle par Jean-Baptiste Jolif. Puis, en 1824, une douzaine d’autres ayant appartenu à Maisonneuve, un Français qui avait vécu à Pondichéry, sont achetés par la Bibliothèque royale à sa veuve ; beaucoup d’entre eux portaient des notices en arménien, un autre de ses livres venait de Rousseau et d’Andréa de Nerciat.

  • 14 G. Colas et F. Richard, « Le fonds Polier de la Bibliothèque nationale », Bulletin de l’école franç (...)

24Vers 1827, la Bibliothèque eut la possibilité d’acheter à l’un de ses fils 31 manuscrits persans de la très riche bibliothèque d’Antoine Polier (Lausanne 1741- Avignon 1795) 14 qui avait été au service des Anglais en Inde et résida ensuite de 1773 à 1782 dans l’Awadh puis, de 1782 à 1788, à Lucknow où il était en rapport avec J.-B. Gentil, collectionneur de peintures et de livres comme lui. Le reste de sa collection se trouve en Angleterre et à Berlin. Les volumes achetés par la Bibliothèque royale sont surtout intéressants pour les historiens.

25Avant 1830, la Bibliothèque put aussi entrer en possession de plusieurs autres collections constituées en Inde, en particulier de plusieurs volumes (Supplément persan 92, 143, 324, 596, 755, etc.) ayant appartenu à Dangery, lequel avait été sardâr (gouverneur) de Jahangirnagar vers 1760.

26Militaires ayant servi Napoléon puis passés en Inde, Ventura, Allard et Court rassemblèrent des collections à l’instar des princes indiens qu’ils côtoyaient. C’est ainsi que, en 1838, fut envoyé de Lahore à E.-F. Jomard – qui le déposa à la Bibliothèque royale – le Supplément persan 929 qui est orné de riches peintures dans le style de Lahore. Par la suite, la BN pourra acquérir, en 1883, les Supplément persan 1038 à 1042 qui avaient appartenu au général Claude-Auguste Court, mort en 1864 à Lahore.

  • 15 Parmi les manuscrits qui viendraient de sa collection, acquis par la Bibliothèque (alors royale) dè (...)

27Par l’intermédiaire de différents libraires, la Bibliothèque royale a obtenu un certain nombre de manuscrits persans ayant appartenu au révérend Adam Clarke (1762-1832), pasteur wesleyen né en Irlande, théologien et orientaliste qui vivait depuis 1805 à Londres et était grand collectionneur de livres dont une partie fut mise en vente publique en 1836 15. La bibliothèque d’A. Clarke était constituée de volumes de divers amateurs anglais comme Samuel Guise (collection mise en vente en 1812), Archibald Swinton ( jadis propriétaire de Supplément persan 619, 754, 1916 et 2151 et qui vers 1765 servait les Anglais en Inde, à Calcutta), le révérend John Haddon Hindley dont les livres avaient été vendus à Londres en 1805 (cf. par exemple Supplément persan 1025), John Wedderburn (cf. Supplément persan 171, 213, 298, 619 et 984) ou encore Charles Fox, orientaliste anglais de la fin du xviiie siècle (comparer à Supplément persan 387). Les manuscrits de la vente Clarke que nous avons pu identifier dans le catalogue imprimé, dressé en 1835, de ses livres – qui sont aujourd’hui à la BNF – portent les cotes Supplément persan 627 (no 66), 387 (no 73), 605 (no 85), 476 (no 86), 841 (no 87), 145 (no 89), 878 (no 111), 619 (no 119), 1024 (no 143), 291 (no 152), 930 (no 175), 827 (no 193), 931 (no 201), 470 (no 228), 105 (no 290). Tous ces manuscrits sont d’origine indienne.

28La Bibliothèque avait acquis, en 1824, à la mort d’Alexander Hamilton, deux de ses manuscrits (Supplément persan 219-219A). Elle en possède au moins un de Henry Strachey (Supplément persan 152) qui était dans sa bibliothèque en 1767 avant de passer entre les mains de David Shea. Deux autres (Supplément persan 1103 et 1302) proviennent de W. Stirling qui se les était procurés à Machhad et à Bombay. Un personnage intéressant, le colonel John Staples Harriot qui s’était fixé à Paris – où il fut propagandiste vers 1832 de l’« église catholique française » de la rue du Faubourg-Saint-Martin –, laissa, à sa mort en 1839, plusieurs manuscrits persans témoignant de son activité en Inde où il avait été interprète à Dinapur (Patna), Supplément persan 64, 174, 321, 359, 397 et 419, tandis que Supplément persan 336 vient de son frère George, qui résidait à Bénarès en 1823.

29Un des disciples de de Sacy pour le persan, Joseph H. Garcin de Tassy (1794-1878), résida en Inde. Seul Supplément persan 1032 lui appartint de façon certaine, ses autres manuscrits étant actuellement à Arras ou dans d’autres bibliothèques. En revanche, Eugène Burnouf, mort en 1852, après avoir lui aussi cherché des manuscrits en Inde, voulait poursuivre les travaux d’Anquetil sur le mazdéisme. La BNF possède huit de ses livres dans le fonds persan (Supplément persan 1663-1670). De son côté, Charles d’Ochoa (1816-1845), disparu jeune, avait réalisé une mission scientifique en Inde en 1843-1844. À Ahmadabad, Bombay et Bijâpur, il avait pu acquérir des manuscrits fort rares, souvent des copies uniques ; ce sont les actuels Supplément persan 865, 949-979, 989 et 1219, ainsi que quelques autres pièces, déposés rue de Richelieu après son décès, en 1847.

30Professeur au Collège de France et iranisant de renom, James Darmesteter (1849-1894) avait fait un voyage dans l’Inde du nord (Bombay puis Peshawar) et acquis un certain nombre de manuscrits dont beaucoup sont aujourd’hui à la BNF (Supplément persan 1179-1216).

31À côté de quelques enrichissements isolés, comme les 4 manuscrits persans du citoyen Jean-Baptiste Leroy de l’Académie des sciences dont la BN fit l’acquisition en 1800, ou le dépôt de l’unique manuscrit persan de la collection du président Bouhier – une copie de Nezâmî du début du xvie siècle qu’il tenait depuis 1704 d’un parlementaire parisien –, il faut faire mention des enrichissements qui sont liés à la campagne d’Égypte de Bonaparte.

32Monge déposa ainsi, à la Bibliothèque, à son retour, deux fort beaux manuscrits persans à peintures, Supplément persan 547 et 775. Deux autres, Supplément persan 922 et 1016, proviennent de Jacques-Denis Delaporte (1777-1861), disciple de de Sacy et interprète de l’expédition (1798). Un beau recueil poétique daté de 1798, Supplément persan 584, a, lui, été rapporté par Raige et acquis en 1802 par la Bibliothèque.

  • 16 Ainsi le manuscrit 3190.I de la bibliothèque Czartoryski de Cracovie est l’un des livres persans de (...)

33Amédée Jaubert (1779-1847) avait, pour sa part, été d’abord interprète de la campagne d’Égypte puis nommé, en 1800, secrétaire-interprète. Il succédera, en 1838, à de Sacy comme professeur. Sa mission de 1805-1806 en Perse, qui lui a valu une certaine célébrité, lui permit d’acquérir de nombreux manuscrits persans. C’est ainsi que, avant 1815, il avait pu déposer à la Bibliothèque impériale les actuels Supplément persan 227, 231, 234, 235, 824 et 896. D’autres volumes, comme Supplément persan 355, 676 et 871 par exemple, peuvent provenir de sa collection, en partie dispersée à l’occasion de sa vente en 1847 16. Malheureusement, la Bibliothèque royale ne put acquérir à cette vente que l’actuel Supplément persan 410.

  • 17 Dont proviennent d’ailleurs Supplément persan 648 et 1498.

34Parmi les correspondants de de Sacy, il faut citer Antoine-Joseph Ducaurroy, né à Eu en 1775 et mort en 1853. Ce savant dirigea, de 1803 à 1814, l’école des jeunes de langues à Constantinople et consacra ses revenus, jusqu’à son retour de Turquie avant 1831, à l’acquisition de manuscrits fort judicieusement choisis. La Bibliothèque royale, grâce à ces efforts, eut l’opportunité d’entrer, avant 1830, en possession de 52 d’entre eux 17 qui formèrent, à l’origine, un fonds Ducaurroy spécifique avant d’être intégrés au Supplément.

  • 18 Pierre-François Burger, « Jean- Louis Asselin, agent consulaire et collectionneur de manuscrits ori (...)
  • 19 Les exemplaires cotés Supplément persan 525-527 et 762, exécutés en 1816, sont certainement des vol (...)

35Un autre des correspondants et disciples de de Sacy, linguiste et infatigable collectionneur, Jean-Louis Asselin, dit de Cherville (1772-1822), arriva en Égypte en 1806 après la campagne de Bonaparte. Il fit toute sa carrière modestement au consulat français du Caire. Asselin recherchera des manuscrits durant tout son séjour jusqu’à sa mort laquelle survint au Caire le 25 juin 1822. Ses premières découvertes ont eu lieu à l’époque justement où U. J. Seetzen achète – entre 1803 et 1809 à Alep et au Caire – des ouvrages orientaux pour la bibliothèque d’Ernst Ier de Saxe-Gotha. Il est amusant de comparer les acquisitions faites par Seetzen et celles d’Asselin. À côté de centaines de volumes en arabe, Asselin 18 laissait, à sa mort, plus de 163 manuscrits persans dont un premier inventaire fut dressé en 1825. Cette collection, acquise en 1829 après avoir failli partir pour l’étranger, intégra en 1833 les rayons de la rue de Richelieu. Sa valeur est considérable : la poésie, la littérature populaire ou religieuse et mystique y occupent une place de choix ; plusieurs livres proviennent des couvents mevlévis d’Égypte ; on trouve également quelques fragments de manuscrits méthodiquement rassemblés ; certains des livres ont été copiés pour Asselin 19.

36D’autres diplomates ou interprètes ont laissé des manuscrits persans à la Bibliothèque : Thomas-Xavier Bianchi (1783-1864), interprète du consulat de France à Smyrne, fit, ainsi, en 1816, don de l’actuel Supplément persan 163. Alexandre Timoni, qui avait séjourné en 1837-1847 en Turquie, laissa les Supplément persan 543 et 611. En revanche, du célèbre Jean-Joseph Marcel arrivé en 1837 en Égypte et dont la bibliothèque fort riche fut vendue en 1856-1857, il semble que la BNF ne détient aujourd’hui que bien peu de chose : quatre volumes en persan (Supplément persan 178, 178.A, 178.B et 833), tandis que nombre de livres aboutirent dans d’autres collections (Genève, etc.).

  • 20 Les Supplément persan 66, 135, 157, 224, 228, 340, 344, 440, 463, 573, 924 et 987. Plusieurs parais (...)

37Sur certains amateurs, on ne dispose pratiquement d’aucun renseignement ; c’est le cas d’Alphonse Mathis de Grancourt de Paris qui vend, en décembre 1834, dix-sept manuscrits persans à la Bibliothèque royale 20. Parmi ceux-ci, plusieurs venaient de bibliothèques constituées dans la Perse safavide du xviie siècle, notamment certains volumes annotés par le père Aimé Chézaud, un jésuite lyonnais qui avait été missionnaire à Ispahan de 1653 à 1664.

38Parmi les personnages ayant séjourné en Perse au xixe siècle, beaucoup rassemblèrent, à l’instar des Persans cultivés qu’ils côtoyaient, des manuscrits persans. La Bibliothèque a recueilli quelques témoins de cet intérêt porté par plusieurs d’entre eux à la littérature persane. Ainsi, en 1835, la Bibliothèque eut-elle la possibilité d’acquérir trois manuscrits de Frédéric Schultz décédé au cours de ses explorations en Orient (Supplément persan 319, 360 et 368).

  • 21 La BNF possède seulement un autre manuscrit de Jouannin, Supplément persan 865.

39L’ambassadeur persan en France ‘Askarî Khân Afshâr avait fait don en 1809-1810 des volumes Supplément persan 232 et 982 et, peu après, J.-B. Outrey – qui l’accompagnait à son retour – acquit, à Istanbul, deux manuscrits pour la Bibliothèque impériale (Supplément persan 814, 895). De son côté, Joseph-Marie Jouannin, drogman à Istanbul, offrit – en 1816 – deux manuscrits à la Bibliothèque royale (Supplément persan 669 et 689 dont le second est la calligraphie des poèmes du châh de Perse, Fath-‘Ali Châh, par son secrétaire- bibliothécaire) 21. Plus tard, un autre ambassadeur persan, Mohammad ‘Ali Khân, donnera, en 1847, un superbe petit volume calligraphié de sa collection (Supplément persan 485). Ces présents ont un caractère exceptionnel.

40Parmi les acquisitions se rapportant aux années précédentes, on peut citer quelques volumes de la collection rassemblée par l’interprète Auguste Andréa de Nerciat qui séjourna en 1807-1809 à Téhéran et à Tabrîz : les Supplément persan 529 et Smith-Lesouëf 224 en proviennent. De la collection de Nerciat sont issus aussi le très beau ‘Ajâyeb-nâmeh, Supplément persan 332, vendu par sa veuve en 1849 à la Bibliothèque, ainsi que quatre manuscrits aujourd’hui à la Staatsbibliothek de Munich.

  • 22 La vente des manuscrits de Boré eut lieu le 17 octobre 1863 à Paris. Celui-ci y portait le no 48. U (...)

41D’Eugène Boré (1809-1878), la BNF ne possède qu’un manuscrit 22 qu’il avait acquis durant son séjour en Perse de 1839 ; il s’agit de la curieuse relation – traduite en persan – d’un voyage effectué par une dame française de Téhéran à Chîrâz (Supplément persan 358).

42Un autre interprète, mort en 1854 après une carrière achevée comme professeur de turc au Collège de France, Alix Desgranges, avait accompagné l’ambassade de Sercey en Perse. Dès 1862, la Bibliothèque impériale avait fait l’acquisition de Supplément persan 452 – de sa collection – et, en 1865 – lors de la vente de celle-ci –, celle de Supplément persan 214, 898, 1339, 1443, 1901 et 1939.

43Le comte Joseph-Arthur de Gobineau (1816-1882), lors de sa fameuse mission diplomatique en Perse entre 1855 et 1858, put lui aussi rassembler une collection de manuscrits persans – dont une partie se trouve depuis 1903 à Strasbourg. En mai 1884, à l’occasion de la vente publique de sa bibliothèque à l’hôtel Drouot à Paris, la BN fit acheter les actuels Supplément persan 1045 à 1071 et, plus tard, Supplément persan 1380. Plusieurs de ces manuscrits sont copiés pour lui ; il possédait ainsi une copie en 5 tomes du Roman de Hamza terminée – sans doute à son intention – en 1855.

  • 23 Cf. par exemple F. Richard, Les Cinq Poèmes de Nezâmî, Paris, 1995, p. 95-96.

44L’un des interprètes qui accompagnaient Gobineau était le fameux Louis-Jean-Baptiste Nicolas (1814-1875) 23, venu en Perse dès 1840, et dont la bibliothèque fut mise en vente en mars 1877 à Paris (figuraient dans cette vente les actuels Supplément persan 1035 et 1363, sous les nos 10 et 12) ; la Bibliothèque impériale lui avait acheté, auparavant en 1863, le Supplément persan 196. Redevenue nationale, elle achètera, en janvier 1877, à sa veuve, avant la vente publique, deux splendides volumes enluminés, Supplément persan 1029 (Nezâmî) et 1030 (Histoire du Prophète).

  • 24 Les Supplément persan 172, 188, 202, 207, 229, 281, 322, 357 et 361.

45L’autre interprète, Charles Barbier de Meynard (1826-1908), sera, après son retour en 1863, professeur de turc, puis de persan au Collège de France. Des manuscrits qu’il avait, lui aussi, rapportés de Téhéran ou d’Ispahan, il en vendit neuf, surtout des ouvrages historiques ou géographiques, à la Bibliothèque impériale en 1867 24.

46La collection de Richard Boucher, qui avait lui aussi séjourné en Perse où il se trouvait en 1867-1868 – date où l’on copie pour lui l’actuel Supplément persan 1103 – et qui avait, par ailleurs, recueilli les livres d’autres orientalistes comme Grangeret de Lagrange ou Jules Mohl, fut vendue en 1887. En proviennent les Supplément persan 1081 à 1107 et 1208 de la BNF.

  • 25 T. Majda, Katalog Rekopisów tureckich i perskich, (Catalogue des manuscrits orientaux des collectio (...)

47La bibliothèque de Barré de Lancy, ancien consul-général puis premier secrétaire-interprète du gouvernement français (et administrateur de l’école des jeunes de langues de 1890 à 1892), s’est malheureusement trouvée en grande partie dispersée. On sait pourtant que, dès 1877, il acquérait des manuscrits à Istanbul 25. En 1902, la BN achetait le Supplément persan 1610 – qui venait de sa bibliothèque. Lui ayant appartenu, on peut mentionner aussi les Supplément persan 1110, 1123, 1140-1143 et 1177.

  • 26 Manuscrit de Quatremère, aujourd’hui Cod. pers. 203 de la bibliothèque de Munich.

48C’est pour le czar de Russie que le Polonais Alexandre Chodzko (1806-1891) avait, pour sa part, servi en Perse comme interprète à Recht et à Téhéran vers 1833-1840. Après des études à Wilno et à Saint-Pétersbourg, ce jeune aristocrate, jadis membre de la Société des philomates, et passionné par le folklore, avait dû s’éloigner de sa patrie. Profitant de son séjour en Perse en 1835, il avait acquis, à Neychâbour, un exemplaire ancien de la traduction de l’histoire de Tabarî 26, mais c’est aussi lui le premier à avoir rassemblé des livrets de pièces de ta‘zieh (théâtre religieux persan). De sa bibliothèque proviennent les Supplément persan 993 à 997 et 1125 à 1135 de la BNF, parmi lesquels deux collections de documents diplomatiques en persan recueillis durant son séjour. Patriote polonais, Chodzko vint s’établir après 1840 à Paris et il enseignera au Collège de France.

49Curieusement, la Bibliothèque entra en possession, en 1868, d’un manuscrit de très grand prix, copié à Boukhara en 1538-1546, l’actuel Supplément persan 985, qui avait appartenu à Mikhaïl Simonitsch, le fils du comte Simonitsch ambassadeur russe en Perse, celui-là justement au service duquel était Chodzko. Lui-même était collectionneur de livres persans à peintures dont la plupart sont, aujourd’hui, conservés à Saint-Pétersbourg. Cette quête était donc une passion largement partagée par les Européens séjournant en Perse.

  • 27 Supplément persan 1300 avait appartenu à Sidney Churchill, diplomate et collectionneur. Par ailleur (...)

50Il faut, pour faire bonne mesure, mentionner un autre personnage, le docteur Joseph-Désiré Tholozan (1820-1897), né à l’île Maurice, docteur en médecine (1843), médecin militaire puis médecin personnel de Nâser al-Dîn Châh (1829-1896). Il fut surtout amateur de textes médicaux. De son long séjour en Perse, il rapporta nombre de lithographies et de manuscrits. Après sa mort, la BN entra en possession de certains d’entre eux, Supplément persan 1271-1276, 1287-1288 et 1290-1301 27.

51À côté de ces acquisitions liées à des séjours de savants ou de diplomates en Orient, on doit mentionner la place des érudits et des bibliophiles dans le développement des études persanes au xixe siècle. On en trouve très largement la trace dans l’histoire des accroissements de nos collections.

52Si on a vu l’importance du rôle joué par de Sacy, la BNF ne possède paradoxalement qu’un seul manuscrit persan de sa collection, l’actuel Supplément persan 321. Pourtant sa bibliothèque personnelle était considérable, ne serait-ce qu’à cause du nombre de ses correspondants et élèves bien qu’il n’ait jamais voyagé en Orient. Cette lacune s’explique essentiellement par le fait que son savant disciple Étienne Quatremère, qui était, en 1838, entré en possession de ses manuscrits persans (et arabes), était en désaccord très vif avec les opinions théologiques d’Ernest Renan alors très influent dans l’Université. Quatremère mourut en 1857.

  • 28 Fritz Milkau, Georg Leyh, Handbuch des Bibliotheks Wissenschaft, III, Leipzig, 1940, p. 624.

53Du fait de ces circonstances fâcheuses, sa collection quitta la France et, en 1858, Karl Halm se porta acquéreur à Paris – pour le compte de la Bibliothèque royale de Bavière, et pour la somme de 340 000 francs – des 50 000 imprimés et des 1 200 manuscrits arabes, persans et turcs qui constituaient la bibliothèque de Quatremère 28. Ainsi partirent pour Munich ces manuscrits d’un immense intérêt dont un grand nombre venait de la collection personnelle de S. de Sacy. D’autres manuscrits de de Sacy ont abouti à Manchester.

54En revanche, de son contemporain Louis-Matthieu Langlès mort en 1824 et qui avait, « pour son plaisir », jadis, étudié le persan et l’arabe avant d’entrer en 1792 à la BN – et d’y enseigner, de 1796 à 1824, le persan, tout en s’occupant des manuscrits, veillant à leur accroissement –, celle-ci avait reçu, en 1819 et 1820, quelques volumes, Supplément persan 197, 218, 557, 908, 937 qui faisaient partie de sa collection personnelle.

  • 29 Supplément persan 439.
  • 30 Supplément persan 1010.
  • 31 Supplément persan 581.

55On relève, si l’on se penche sur l’histoire des exemplaires conservés aujourd’hui à la BNF, la trace de leur passage dans la bibliothèque de tel ou tel érudit (Emmanuel Sédillot et Louis-Jacques Bresnier ; ou encore Caussin de Perceval dont proviennent, en 1836, Supplément persan 335 et 371 ; Barbier de Neuville à qui, en 1822, la Bibliothèque royale achète Supplément persan 230 ; Guillaume-S. Trébutien qui avait reçu, de l’érudit autrichien Vincenz von Rozenzweig, Supplément persan 734 qu’il vendit à la Bibliothèque royale en 1838). Dans les fonds de la BNF, on trouve aussi un manuscrit d’Anquetil-Duperron venant de la bibliothèque du comte d’Artois 29, un autre de D. D. Cardonne, acquis en 1850 auprès du baron A. Amé de Saint-Didier 30, un autre encore à peintures du xvie siècle 31, donné, en 1864, par Adolphe Bergé (1828-1896) qui, en 1863, avait déjà offert trois manuscrits au Musée asiatique de Saint-Pétersbourg… De la vente Eugène Piot (juin 1891), provient Supplément persan 1121, tandis que, de la collection de l’orientaliste Jules Thonnelier, on n’a que Supplément persan 1908 et 1932, le reste se trouvant dispersé.

  • 32 Supplément persan 1090, 1094, 1107, 1784, 1893-1894, 1929, 2080 ; Smith-Lesouëf 222 et 224. D’autre (...)

56Parmi ceux qui avaient appartenu au célèbre traducteur du Livre de rois de Ferdowsî, Jules Mohl (1800-1876), qui – après Amédée Jaubert – enseigna au Collège de France de 1847 à la guerre de 1870, la Bibliothèque n’a pu recueillir que quelques manuscrits. Certains (Supplément persan 1022-1028) furent acquis au cours de la vente qui suivit son décès tandis que d’autres passèrent par les mains de divers collectionneurs avant d’aboutir rue de Richelieu 32. Soigneusement marqués par Mohl, ces volumes sont de précieuses reliques de son immense travail d’érudit.

57Ambroise Firmin-Didot (1790-1876) était intéressé par les peintures indo-persanes et une partie de celles-ci – dont un album de la collection Gentil – fut acquise par Auguste Lesouëf ; elles sont aujourd’hui à la BNF.

  • 33 Cf. Catalogue de l’exposition Bailly. Un grand peintre français de la Révolution à la Restauration, (...)

58Le peintre Julien-Léopold (dit Jules) Bailly (1796-1874) 33 fut un des premiers artistes à s’intéresser à l’art et à la littérature persans. Sa collection de livres a, malheureusement, été dispersée : la BNF ne détient que le Smith-Lesouëf 200 et le Supplément persan 1015, manuscrit à peintures acheté en 1829 à Somaripa – lequel était d’ailleurs en relation au Caire avec Asselin. Il est difficile de reconstituer le catalogue de cet ensemble.

  • 34 BNF, Hébreu 1336. Sur Jules Richard, qui fit montre d’une grande activité lors de l’Exposition de 1 (...)

59En 1893, a lieu l’acquisition de 26 manuscrits persans (Supplément persan 1144-1169) d’Alphonse Renaud du ministère des Finances. C’est une collection généralement du plus haut intérêt. À la même époque, Jules Richard (1816-1891), lequel semble avoir été l’un des pourvoyeurs de plusieurs bibliophiles français grâce à son excellente connaissance de la Perse où il était venu pour la première fois en 1844, vendait à la Bibliothèque le somptueux album Supplément persan 1171 et le manuscrit 1172 en même temps qu’un texte judéo-persan de Bâbâ’î b. Farhâd 34. Auguste Lesouëf possédait aussi au moins un manuscrit de J. Richard (actuel Smith-Lesouëf 230).

60Deux noms de collectionneurs dominent cette période particulièrement féconde pour la Bibliothèque dans le domaine des manuscrits persans : ceux de Schefer et de Decourdemanche.

  • 35 Actuel Supplément persan 990.
  • 36 Certains volumes (prêtés ou donnés ?) ont quitté Paris comme le Manteq ot-Teyr, no 3885 de la bibli (...)

61La collection de Charles Schefer (1820-1898) est celle d’un drogman (d’abord en 1844 à Beyrouth puis en 1849 à Istanbul) qui s’illustra lors de la préparation du traité de Paris en 1856, à la satisfaction du sultan Abd ul-Medjid. Son intérêt pour les livres est ancien puisque, en 1846, il envoyait, déjà, de Smyrne, un manuscrit en langue pashto pour la Bibliothèque royale 35. Nommé, en février 1857, premier secrétaire-interprète pour les langues orientales au ministère des Affaires étrangères, il est élu en novembre de la même année pour succéder à E. Quatremère dans sa chaire de persan. Après différentes missions, Charles Schefer fut nommé, en 1867, à la tête de l’école des langues orientales où il enseigna le persan avec compétence – notamment grâce à son immense érudition dans le domaine des manuscrits – jusqu’à sa mort. Il laissait une riche bibliothèque (13 000 volumes dont 800 manuscrits orientaux) 36. En 1899, l’état acquit, pour la Bibliothèque nationale, 791 manuscrits dont 276 persans (actuels Supplément persan 1303 à 1578). Beaucoup sont des volumes ayant figuré dans les collections de sultans ou de notables ottomans. D’autres lui ont été envoyés d’Inde par des correspondants comme Leitner et Blochmann. Certains sont des copies faites pour lui à Istanbul par Mehmet Yousof. Supplément persan 1321 a été rédigé à son intention en 1847 dans cette ville. Il reçut des volumes de Perse dont trois envoyés en 1878 par Sanî‘ od-Douleh ; d’autres par Hoseyn Khân Mîrzâ, hâkembâchî de Nâser al-Dîn Châh. Il était lié avec Dja‘far Qolî Khân directeur de l’école Dâr ol-Fonoun de Téhéran. Toutes ses amitiés l’ont aidé à constituer cette fabuleuse bibliothèque dont le souci bibliophilique (reliure, enluminure, peinture) n’est nullement absent. Schefer a, enfin, fait de nombreux achats lors des ventes parisiennes. L’histoire de sa collection reste encore à écrire. Elle est à mettre en parallèle avec celles d’autres amateurs présents à Istanbul vers le milieu du xixe siècle, même s’il semble que le sultan en personne lui avait fait présent de manuscrits en 1856 à la fin de la guerre de Crimée.

  • 37 Cf. notice nécrologique dans Le Temps du 16 octobre 1915. Il publia différentes études entre 1878 e (...)
  • 38 F. Richard, « Manuscrits persans de la Bibliothèque nationale de France se rapportant à l’Asie cent (...)

62Jean-Adolphe Decourdemanche (Paris 1844-Paris 1915) était un juriste, il avait longtemps séjourné à Odessa, à Istanbul et en Égypte 37. Il connaissait le turc, et collectionnait monnaies et manuscrits. Il achetait ces derniers chez des libraires et dans des ventes en France et à l’étranger. Decourdemanche fit plusieurs dons à la BN : en janvier 1908, il offre les actuels Supplément persan 1671 à 1737 ; en février 1912, Supplément persan 1788 à 1794 et en janvier 1916, après sa mort, entrent à la BN les Supplément persan 1843 à 1945. Ce qui représente au moins 175 livres persans en tout et parmi ceux-ci un lot de 66 volumes venant d’Asie centrale 38, à une époque où cette région venait de devenir accessible grâce à l’ouverture du chemin de fer de la Caspienne à Samarkand (1880-1888). Ce fonds présente un intérêt tout particulier.

63Dans les premières années du xxe siècle, la BN fit également l’acquisition de 35 manuscrits persans (entre 1907 et 1928) auprès des libraires parisiens Élias Géjou ou Paul et Guillemin (une quarantaine, avant 1911), et Ernest Leroux (19 de 1910 à 1914) et auprès d’autres libraires et particuliers. C’est l’époque, par ailleurs, où Paris est le centre d’exposition de la miniature persane et où l’intérêt pour la Perse est à son apogée.

  • 39 Dans la revue Nâmeh-ye Bahârestân (An Iranian International Journal for Islamic Manuscripts Researc (...)

64La BN acquit, en outre, avant la Première Guerre mondiale, un certain nombre de manuscrits de grand intérêt (textes rares, ouvrages précieux) auprès d’un grand érudit persan qui séjourna à Paris quelques années et est lui-même auteur de nombre d’éditions de textes anciens persans, d’articles, mais aussi de travaux d’orientalisme en français et en anglais. Mohammad Qazvînî (1877-1949) dont le nom complet était Mîrzâ Mohammad Khân b. Hâjj Mollâ ‘Abd al-Vahhâb b. ‘Abd al-‘Alî Qazvînî avait passé quelque temps à Londres – où il étudia plusieurs manuscrits du British Museum – puis vint à Paris de 1906 à 1914 avant son départ pour Berlin. Revenu en 1919 à Paris, il enseignera le Persan de 1926 à 1928 à l’école nationale des langues orientales puis finira sa vie à Téhéran 39.

  • 40 Supplément persan 1772.
  • 41 Supplément persan 1777 à 1781.
  • 42 Supplément persan 1793 à 1796.
  • 43 Supplément persan 1805 à 1815.
  • 44 Supplément persan 1817 à 1842.

65Qazvînî vendit, entre 1910 et 1914, cinquante-deux manuscrits persans à la BN : un en 1910 40, cinq en 1911 41, quatre en 1912 42, onze en 1913 43, et 26 en 1914 44, ainsi que quelques manuscrits arabes. Parmi ceux-ci, beaucoup de textes littéraires du xve siècle et nombre de volumes qui avaient appartenu à de grands érudits de la Perse qadjare. Il a utilisé, pour ses travaux, beaucoup d’exemplaires parisiens étudiés durant son séjour.

66La collection Marteau, léguée par Georges Marteau à l’état, permit à la BN quelques magnifiques enrichissements car celui-ci possédait une collection d’albums calligraphiés et quelques splendides reliures et manuscrits persans. C’est ainsi qu’entrèrent à la BN, en 1916, les Supplément persan 1946 à 1967 (beaucoup de ces pièces venaient d’antiquaires parisiens ; ainsi Supplément persan 1946 est-il constitué de deux feuillets du Châhnâmeh « Demotte »). Cette collection est également le reflet de l’intérêt exceptionnel des années 1900-1910 pour l’art persan.

67Dès lors, les acquisitions de manuscrits persans se poursuivirent, mais à un rythme beaucoup moins rapide. Elles demeurèrent régulières puisqu’on est arrivé, actuellement en 2002, au numéro 2186 du Supplément.

68Quelques collections importantes peuvent toutefois encore être mentionnées : ainsi celle d’Édouard Blanc (1858-1923), qui avait fait un premier voyage en Asie centrale en 1892, puis un second de 1894 à 1895 ; proviennent de sa collection 35 manuscrits d’un caractère très voisin de ceux du premier dépôt de Decourdemanche.

69Les dons de particuliers sont assez nombreux, tandis que la BN a pu acquérir en vente publique quelques éléments de première importance. On peut citer les papiers d’Amable Jourdain, orientaliste du début du xixe siècle, avec des pièces concernant les rapports entre Napoléon et la Perse. Ou l’entrée, en mars 1924, d’un ensemble de documents donnés par la princesse Malcolm Khan (Supplément persan 1986-1997, complétés plus tard par le numéro 2092). Ou encore la douzaine de manuscrits persans provenant du Turkestan chinois que le commandant Charles-Alexandre-Marie d’Ollone avait rapportés de sa mission dont il était revenu en 1908. À Lan Tchéou capitale du Kan Sou, il avait, en effet, acquis, auprès de notables musulmans locaux, des manuscrits d’un grand intérêt ethnographique et paléographique.

70Vers 1960, la BN acquit le fameux Châhnâmeh d’André Godard (Supplément persan 2113) copie enluminée du xvie siècle qui a sans doute appartenu aux sultans de Golconde. En 1966, avec les manuscrits orientaux de la bibliothèque de Jean Deny (1879-1963), entrent 10 volumes en persan venant de ce savant qui – né à Kiev – avait été élève du lycée d’Odessa puis disciple de Barbier de Meynard à l’école des langues orientales. Peu après, ce sera une collection d’ouvrages historiques qui avaient appartenu, vers 1890-1900, à Alphonse Nicolas et dont beaucoup sont importants pour l’historiographie qadjare qui put entrer dans les collections.

  • 45 Supplément persan 2144 à 2159.
  • 46 Parmi lesquels on peut signaler, en 2000, 81 lettres de Sâdeq Hedâyat à H. Chahîd Nouraï, ou encore (...)

71Après 1980, le dépôt des manuscrits de la Société asiatique de Paris (fondée en 1822) 45 permet un accroissement de 16 volumes persans d’origines diverses (Swinton, l’indianiste Ariel, un envoi fait en 1844 par la Société asiatique de Bombay, etc.). Enfin en 1982, onze manuscrits persans, concernant surtout la philosophie islamique et le soufisme, sont déposés à la BN avec le fonds constitué par Henry Corbin (1903-1978) qui, parti sur les traces d’Anquetil-Duperron, les acquit essentiellement entre 1946 et 1948 à Téhéran. Depuis lors, un certain nombre de manuscrits, surtout littéraires 46, sont encore venus s’ajouter à la collection rassemblée rue de Richelieu.

72Il est probable que, dans les années à venir, le Supplément persan sera amené à connaître de nouveaux enrichissements. Collection exceptionnelle par la qualité de la plupart des manuscrits qui la composent, elle est – malgré quelques occasions manquées – l’assez exact reflet de l’activité des voyageurs, diplomates, savants et bibliothécaires qui ont contribué à tisser des liens étroits entre la Perse et la France depuis le xviie siècle.

Notes

1 Francis Richard, Catalogue des manuscrits persans, I. Ancien fonds, Paris, Bibliothèque nationale, département des Manuscrits, 1989, p. 1-23 (introduction historique).

2 Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae Regiae, Paris, 1739.

3 F. Richard, « Les manuscrits persans de Simon de Vierville et la bibliothèque de l’Arsenal », Littérature persane - Kârnâmeh, IV, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 9-16.

4 Ainsi : Supplément persan 665 est-il le no 6597 du catalogue de vente, ou Supplément persan 940, le no 6593.

5 Abraham-Hyacinthe Anquetil-Duperron, Voyage en Inde 1754-1762, relation de voyage en préliminaire à la traduction du Zend-Avesta, présentation, notes et bibliographie par J. Deloche, M. et P.-S. Filliozat, Paris, Maisonneuve et Larose, 1997, p. 482-493.

6 F. Richard, « Jean-Baptiste Gentil, collectionneur de manuscrits persans », Dix-Huitième Siècle, 28, 1996, p. 91-110. Nous n’évoquons ici ni ses collections de peintures indiennes ni celles des manuscrits sanscrits.

7 Dans le t. IV, en 1799, de Sacy commence à éditer des textes orientaux avec Jourdain, Langlès et Quatremère, il y publia des textes de ‘Otbî, Bayzâvî, mîr Khwond, ‘Abd al-Razzâq, (Khân) Mîrzâ et Djâmî.

8 F. Richard, « Un érudit à la recherche de textes religieux venus d’Orient, le docteur Louis Picques (1637-1699) », Les Pères de l’église au xviie siècle, Paris, Le Cerf, 1993, p. 253-277.

9 F. Richard, « Le dictionnaire de d’Herbelot », Istanbul et les langues orientales (Actes du colloque organisé par l’IFEA et l’INALCO 29-31 mai 1995), Paris, 1997, p. 79-88 (Varia Turcica, XXXI). Certains points concernant l’itinéraire des livres entre Florence et la collection Renaudot restent encore à élucider. Deux manuscrits persans rapportés par les Vecchietti (Supplément persan 2 et 620) sont entrés à la BN pendant la Révolution eux aussi mais sont des confiscations faites dans un couvent italien.

10 Cf. BNF, département des Manuscrits, Papiers d’Orientalistes 83. Brueys possédait, à côté des nombreux volumes qu’il acheta, quelques livres venant de David Price de Surat ou du père Marcel d’Alep. Les manuscrits de Brueys furent reliés à Surat vers 1790 de façon homogène.

11 Pour toute cette partie concernant les acquisitions faites au xixe siècle, nous renvoyons à notre article : F. Richard, « Quelques collectionneurs français de manuscrits persans au xixe siècle », Luqmân, Annales des Presses universitaires d’Iran, X (1), 1993-1994, p. 53-67 où nous donnons des références bibliographiques. Mais, dans la présente conférence, nous corrigeons et complétons cet article sur de nombreux points.

12 Comme peut-être Supplément persan 603, un manuscrit venu de Cardonne, ainsi que d’autres.

13 Le manuscrit Smith-Lesouëf 207, donné en 1830 par Mac Guckin de Slane à Reinaud, un beau manuscrit à peintures du xvie siècle de Hâfez, est le seul vestige d’une « collection » personnelle de l’érudit.

14 G. Colas et F. Richard, « Le fonds Polier de la Bibliothèque nationale », Bulletin de l’école française d’Extrême-Orient, LXXIII, 1984, p. 99-123.

15 Parmi les manuscrits qui viendraient de sa collection, acquis par la Bibliothèque (alors royale) dès 1835, on peut citer Supplément persan 116, 271, 316 et 477. Ils furent achetés par l’entremise de de Bure – mais sont absents du catalogue de 1835.

16 Ainsi le manuscrit 3190.I de la bibliothèque Czartoryski de Cracovie est l’un des livres persans de Jaubert, tandis qu’un autre se trouve à Rome (Accademia dei Lincei).

17 Dont proviennent d’ailleurs Supplément persan 648 et 1498.

18 Pierre-François Burger, « Jean- Louis Asselin, agent consulaire et collectionneur de manuscrits orientaux », Dix-Huitième Siècle, no 28, 1996, p. 125-133.

19 Les exemplaires cotés Supplément persan 525-527 et 762, exécutés en 1816, sont certainement des volumes copiés pour lui en rapport avec ses recherches linguistiques.

20 Les Supplément persan 66, 135, 157, 224, 228, 340, 344, 440, 463, 573, 924 et 987. Plusieurs paraissent avoir été entre les mains d’un possesseur néerlandais avant d’aboutir chez Matthis de Grancourt. Il y a aussi quelques manuscrits malayo-polynésiens dans sa collection.

21 La BNF possède seulement un autre manuscrit de Jouannin, Supplément persan 865.

22 La vente des manuscrits de Boré eut lieu le 17 octobre 1863 à Paris. Celui-ci y portait le no 48. Un autre, Supplément persan 196, ne rejoindra la Bibliothèque que plus tard.

23 Cf. par exemple F. Richard, Les Cinq Poèmes de Nezâmî, Paris, 1995, p. 95-96.

24 Les Supplément persan 172, 188, 202, 207, 229, 281, 322, 357 et 361.

25 T. Majda, Katalog Rekopisów tureckich i perskich, (Catalogue des manuscrits orientaux des collections polonaises, V, 2), Varsovie, 1967, p. 105. Il s’agit d’un recueil de calligraphies. On trouve aussi des manuscrits de sa collection à la British Library (Or. 13 193 par exemple).

26 Manuscrit de Quatremère, aujourd’hui Cod. pers. 203 de la bibliothèque de Munich.

27 Supplément persan 1300 avait appartenu à Sidney Churchill, diplomate et collectionneur. Par ailleurs, il y a des manuscrits venant de Tholozan au Wellcome Institute, à Londres (cf. par exemple, À l’ombre d’Avicenne, Paris, Institut du monde arabe, 1996, no 19, p. 69).

28 Fritz Milkau, Georg Leyh, Handbuch des Bibliotheks Wissenschaft, III, Leipzig, 1940, p. 624.

29 Supplément persan 439.

30 Supplément persan 1010.

31 Supplément persan 581.

32 Supplément persan 1090, 1094, 1107, 1784, 1893-1894, 1929, 2080 ; Smith-Lesouëf 222 et 224. D’autres manuscrits sont à l’étranger.

33 Cf. Catalogue de l’exposition Bailly. Un grand peintre français de la Révolution à la Restauration, Lille, 1989. Un de ses manuscrits persans figurait à la vente Drouot du 14 avril 1986 ; un autre se trouve en Italie ; un autre encore à Arras (manuscrit 1139 de la bibliothèque municipale).

34 BNF, Hébreu 1336. Sur Jules Richard, qui fit montre d’une grande activité lors de l’Exposition de 1889 à l’occasion de laquelle le châh Nâser al Dîn fit un voyage à Paris, on peut consulter l’édition, par N. Pâkdâman, de Simon de Simondy, Économie politique (âdâb-e mamlekat dârân) tarjome-ye R. Rishâr va M.H. Chîrâzî, Paris, 1998, p. 9-13.

35 Actuel Supplément persan 990.

36 Certains volumes (prêtés ou donnés ?) ont quitté Paris comme le Manteq ot-Teyr, no 3885 de la bibliothèque Czartoryski de Cracovie, qui appartint à Schefer (Majda, op. cit., p. 107).

37 Cf. notice nécrologique dans Le Temps du 16 octobre 1915. Il publia différentes études entre 1878 et 1908 (sur la métrologie, la linguistique, ainsi que des traductions de textes turcs). Outre ces manuscrits persans, il donna les Supplément turc 1309 à 1413, Arabe 6172-6244, 6309-6395, 6567-6589 et 6667-6713 à la BN.

38 F. Richard, « Manuscrits persans de la Bibliothèque nationale de France se rapportant à l’Asie centrale musulmane », Cahiers d’Asie centrale, VII, 1999, p. 62.

39 Dans la revue Nâmeh-ye Bahârestân (An Iranian International Journal for Islamic Manuscripts Research), III (no 1), 2002, p. 297-300, a été republiée une lettre de Qazvînî de 1923 sur le rôle essentiel des grandes bibliothèques dans la sauvegarde du patrimoine manuscrit iranien.

40 Supplément persan 1772.

41 Supplément persan 1777 à 1781.

42 Supplément persan 1793 à 1796.

43 Supplément persan 1805 à 1815.

44 Supplément persan 1817 à 1842.

45 Supplément persan 2144 à 2159.

46 Parmi lesquels on peut signaler, en 2000, 81 lettres de Sâdeq Hedâyat à H. Chahîd Nouraï, ou encore des manuscrits intéressants pour l’histoire de la peinture (cf. F. Richard, « Le Livre des rois du sultan de Kaboul, un manuscrit à l’histoire complexe [manuscrit Supplément persan 2182] », Revue de la BNF, no 2, juin 1999, p. 42-46).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540