Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Outils et modes d’apprentissage des langues orientales (vers 1750 – vers 1830)

Le manuel de langue orientale, reflet d’une politique coloniale ? Le cas anglais en Inde (1757-1830)

Claire Gallien

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet le travail très renseigné d’Ines Zupanov dans Disputed Mission. Jesuit Experiments (...)

1Au xviie siècle et encore très largement au xviiie, l’apprentissage des langues orientales est envisagé comme un moyen en vue d’une fin. Elles sont apprises et enseignées dans certaines universités européennes ou à Paris, au Collège royal de France, afin d’accéder aux textes sacrés ou de traduire les œuvres classiques. Les langues indiennes vernaculaires sont beaucoup moins connues en Europe et seuls les missionnaires jésuites en poste en Inde – notamment en Inde du Sud – les pratiquent1. C’est d’ailleurs à ces missionnaires que l’on doit les premiers traités de sanskrit.

  • 2 « [Certains érudits] n’ont laissé rien d’autre derrière eux que des grammaires et des dictionnaires (...)

2Encore en 1771, lorsque sir William Jones, le grand orientaliste anglais, rédige une grammaire persane, il rappelle que l’apprentissage d’une langue ne doit jamais être considéré comme une fin en soi mais demeure la première étape vers une connaissance plus approfondie des cultures orientales2.

3Jones écrit cette grammaire persane au moment où la Grande-Bretagne intensifie sa politique de conquêtes territoriales dans les provinces du Bengale, du Mysore et de l’Empire marathe et où la nature de sa présence en Inde change. D’abord présente sur le plan strictement commercial et militaire, la Grande-Bretagne est ensuite appelée par le Regulating Act de 1773 à prendre en charge l’administration civile et juridique ainsi que la collecte des impôts dans les provinces colonisées.

  • 3 Voir George Robert Gleig, Memoirs of the Life of the Right Hon. Warren Hastings, Londres, 1841, vol (...)
  • 4 Voir lord Wellesley, « Minute in Council, at Fort William, dated the 18th August, 1800 », dans Thom (...)

4Le gouvernement britannique, à travers la East India Company, n’impose pas un système administratif nouveau en Inde, mais préfère s’appuyer sur les institutions et réseaux locaux. Les Britanniques doivent donc compter sur la collaboration des responsables indiens pour soutenir leur politique. Ainsi, une madrassa est par exemple ouverte en 1780 par le nouveau gouverneur général, Warren Hastings, afin de former un personnel juridique indien compétent pour aider les Britanniques à administrer le territoire3. Certains administrateurs entendent aussi renforcer l’apprentissage des langues indiennes auprès du personnel britannique présent en Inde, en publiant des grammaires et dictionnaires de persan, d’hindoustani et de bengali. Initiée par Jones en 1771, cette entreprise est relayée en 1800 par l’ouverture du collège de Fort William, dédié à la formation orientaliste des futurs administrateurs britanniques4.

  • 5 L’intérêt immédiat que représentent les ouvrages de juridiction orientale engage le gouvernement br (...)

5La création du collège a lieu pendant la phase dite « orientaliste » de la colonisation, qui s’étend de 1770 à 1830, suivie d’une seconde période, dite « angliciste », à partir de 1830. Les défenseurs de la politique orientaliste pensent que le pouvoir colonial britannique ne pourra subsister en Inde sans une adaptation du droit pénal et du droit civil aux coutumes indigènes5.

6Néanmoins, la multiplicité des langues parlées en Hindoustan, province du Nord-Est où les Britanniques sont alors le mieux implantés, rend leur démarche difficile. En premier lieu, il est donc important de remarquer que la phase orientaliste n’est pas unifiée, sauf par son opposition à la phase angliciste, et que ses tensions internes sont nombreuses. Si, comme l’a très bien montré Edward Said, la maîtrise des langues orientales est un enjeu de pouvoir (elle permet à l’administration britannique d’administrer de manière plus efficace les territoires qu’elle a sous sa coupe), la multiplicité des langues parlées dans les provinces dominées – à savoir le persan, le sanskrit, l’hindoustani et le bengali – complique les jeux de pouvoir, d’influence et de représentation.

  • 6 Ho-Fung Hung, « Orientalist Knowledge and Social Theories: China and the European Conception of Eas (...)

7En effet, jusqu’en 1800, l’enseignement des langues orientales et la formation des futurs administrateurs n’ont pas de cadre institutionnel en Inde. Il faut attendre la création du collège de Fort William par lord Wellesley pour que se mette en place un enseignement systématique des langues indiennes. Auparavant, le vide existant provoque tensions et rivalités entre les écoles scientifiques ou, dans notre cas, entre les défenseurs d’une langue par rapport à une autre. Ceux-ci tentent de gagner une position privilégiée au sein des nouvelles configurations du savoir6.

8Dans un premier temps, nous identifierons et présenterons les manuels de langues indiennes publiés entre 1770 et 1800 puis, dans un deuxième temps, nous envisagerons leur rapport à la politique coloniale. Enfin, nous montrerons en quoi ils sont révélateurs des tensions internes de cette politique et comment, du fait de leur portée universaliste, ils dépassent ses stricts enjeux.

Description des manuels de langues indiennes publiés entre 1770 et 1800 : aperçu général

D’une grammaire savante à une grammaire pratique

9Au xviiie siècle, le manuel de langue, dans la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, avec dialogues, points de grammaire et exercices, n’existe pas.

  • 7 Lord Wellesley propose des cours en arabe, persan, sanskrit, hindoustani, bengali, télougou, marath (...)

10En effet, les manuels actuels servent de support, ou même de substitut, à des cours de langue. Au xviiie siècle, les universités ne dispensent pas de cours de langues orientales vivantes. Il existe bien des chaires d’hébreu, d’arabe et de persan, mais l’enseignement vise essentiellement à permettre la traduction de manuscrits anciens. L’ouverture du collège de Fort William en 1800 produit un changement radical en Grande-Bretagne : pour la première fois une institution prend en charge l’enseignement de langues orientales vivantes et développe un enseignement à partir de manuels7.

  • 8 Une fois la distinction entre manuels et grammaires classiques clairement exposée, on emploiera par (...)
  • 9 Sir William Jones, op. cit. p. xiii, xxi.

11Avant 1770, ceux qui souhaitaient apprendre les langues orientales avaient à leur disposition, non pas des manuels visant un enseignement pratique de la langue, mais des grammaires, des lexiques et des dictionnaires dont la perspective était philologique et savante8. La Grammaire persane de William Jones publiée en 1771 reflète encore cette manière savante. Dans la préface, l’auteur note que les besoins du commerce et de la colonisation ont remis au goût du jour les langues et civilisations orientales. Il désigne néanmoins, au-delà des contingences pratiques, des objectifs esthétiques et culturels à l’apprentissage du persan, comme la constitution de bibliothèques orientales, la lecture d’ouvrages de littérature orientale ou encore l’acquisition d’un style élégant9. Enfin, sa méthode d’apprentissage est avant tout livresque : le philologue recommande notamment la lecture et l’imitation du Gulistan de Sādi ou du Anvar-e Soheyli de Kashefi.

  • 10 « Mon principal but a été d’inclure tout ce qu’il est nécessaire de connaître. » (Nathaniel B. Halh (...)

12Entre 1770 et 1800, le contenu des grammaires de langues orientales publiées évolue pour servir, non plus un cursus universitaire classique, mais un intérêt colonial pratique. Cette évolution est sensible à différents niveaux. Elle correspond d’abord à la recherche de formats portables plus légers, mais aussi à un refus de l’encyclopédisme, ou, comme le précise Nathaniel Halhed, à la volonté affichée de n’aller qu’à l’essentiel10. Elle se traduit également par la présence de transcriptions phonologiques pour permettre à l’élève d’acquérir des compétences orales et par l’introduction de matériaux renvoyant à des situations courantes, et non plus seulement extraits des grands auteurs de la littérature arabe ou persane.

13Les publications de John Gilchrist, professeur d’hindoustani au collège de Fort William, témoignent de cette évolution. Son premier dictionnaire hindoustani, publié de 1787 à 1790, est de format in-folio ; son lexique bilingue de 1798 est un in-quarto ; en 1800, The Antijargonist, qui fait office de grammaire et lexique hindoustani, est publié en in-octavo. Gilchrist, lorsqu’il en fait la publicité, le présente comme un « livre de poche ». La tendance est donc à des versions abrégées, simples d’utilisation et de compréhension, et illustrées d’exemples tirés de la vie quotidienne.

Quelques caractéristiques générales

14Une analyse de la production de manuels de langues indiennes amène à faire les remarques suivantes :

  • les publications de manuels de langues orientales augmentent en nombre à partir de 1770, avec une tendance à la réduction des formats ;

  • les langues du Nord de l’Inde ne sont pas toutes abordées par les grammairiens, qui s’intéressent essentiellement à l’apprentissage du persan et de l’hindoustani. Un seul ouvrage de bengali est produit à l’époque pour cinq manuels d’hindoustani et neuf de persan. Malgré la fascination des orientalistes pour l’Inde classique, aucune grammaire de sanskrit n’est publiée pendant cette période. Cette langue reste confinée à un usage strictement confidentiel et ésotérique dont seuls les brahmanes possèdent les clés ;

    • 11 Halhed est secrétaire et traducteur pour la Compagnie ; Gilchrist est employé comme chirurgien assi (...)

    les auteurs de ces manuels sont parfois donnés comme orientalistes, tel William Jones, mais tous sont ou ont été fonctionnaires de la East India Company et ont eu une expérience directe de la colonisation11 ;

    • 12 John Gilchrist, A Dictionary, English and Hindoostanee, Calcutta, Stuart and Cooper, 1787-1790, vol (...)

    le conseil administratif de la East India Company est, depuis le Regulating Act de 1773, la principale source de financement pour ces publications. John Gilchrist, qui travaille comme chirurgien pour les armées de la Compagnie des Indes, obtient ainsi à partir de 1794 une mise en disponibilité illimitée pour mener à bien ses recherches sur la langue hindoustani. En 1798, la Compagnie lui achète trois cents copies de son Oriental Linguist, livre d’apprentissage pour débutants. Dans la préface de son Dictionary, English and Hindoostanee, Gilchrist rend hommage au mécénat des directeurs de la Compagnie en ces termes : « La science est bien chanceuse d’avoir trouvé la Compagnie des Indes orientales pour fournir les moyens et soutenir les inclinations d’un éminent homme d’État parti en Orient pour faire revivre, de manière collective et dans les régions éloignées de l’Hindoustan, l’esprit des Médicis en Italie ou des Mécène à Rome12. » ;

  • les auteurs de ces manuels s’adressent de moins en moins à des universitaires, comme c’est encore le cas dans la grammaire persane de Jones. Ils destinent désormais leurs ouvrages aux futurs administrateurs de la Compagnie en fonction en Inde.

Modification du contenu

15Le contenu des grammaires de langues indiennes est également profondément modifié. On y observe une plus grande attention portée à l’apprentissage de la prononciation et de la syntaxe, alors que les ouvrages antérieurs avaient tendance à analyser les éléments d’une phrase de manière isolée. Ce changement épistémologique, qui intervient au moment où le pouvoir colonial met en place une politique orientaliste de relation directe avec les populations indigènes, favorise grandement l’apprentissage oral des langues indiennes.

  • 13 « Mon souci principal a été d’éviter les termes spécialisés et affectés car ils rendent les ouvrage (...)

16C’est ce que fait ressortir une comparaison de la grammaire de Jones, publiée en 1771, avec celle de Gladwin, parue en 1800. Jones complète l’étude des différentes catégories grammaticales, de la syntaxe et de la versification par l’introduction d’une fable et de sa traduction littérale, un ajout conçu pour un apprentissage érudit de la langue. Il se démarque néanmoins de ses prédécesseurs par sa volonté de produire une grammaire simplifiée et dégagée de réflexions trop générales et philosophiques sur la langue, sans utilité immédiate pour l’étudiant13.

17Trente ans plus tard, la grammaire de Gladwin, spécialement conçue pour un usage scolaire au collège de Fort William, accorde une place bien plus importante à la syntaxe, une étude qu’il juge trop peu élaborée chez Jones. Le choix d’une calligraphie nastaliq le démarque aussi de son prédécesseur, dont la calligraphie bien plus grossière n’habitue pas le lecteur à une écriture manuscrite. Si Gladwin utilise davantage d’extraits littéraires au sein des rubriques et dans le deuxième volume de sa grammaire, il ajoute cependant à son ouvrage des dialogues et expressions compilés par un moonshee et traduits par ses soins et par ceux de William Chambers. Ces phrases toutes prêtes sont censées faciliter la communication entre Britanniques et Indiens. Elles nous renseignent partiellement (et en sens unique) sur les circonstances dans lesquelles colonisateurs et colonisés pouvaient entrer en contact et sur le type de relations qu’ils entretenaient.

  • 14 Par exemple, Halhed prétend n’avoir repris que les règles essentielles de la grammaire bengali et l (...)
  • 15 « Donner les mots dans leur transcription persane serait inutile, puissions-nous même imaginer un l (...)

18Avant la publication majeure de Gladwin, George Hadley, ancien capitaine de la Compagnie, soulignait déjà le besoin de modifier le contenu des grammaires pour les adapter aux besoins des administrateurs coloniaux. Ses Introductory Grammatical Remarks on the Persian Language publiées en 1776 sont destinées non à des érudits mais à des individus qui ont besoin de comprendre rapidement le fonctionnement de la langue et de pouvoir l’utiliser14. Il préfère ainsi une transcription latine des mots persans15. Ce choix économique doit permettre aux étudiants de commettre moins d’erreurs de prononciation. Il corrige également en ce sens les ouvrages de Jones et de Richardson. Toutes ces modifications de contenu indiquent bien une volonté de simplifier les règles d’apprentissage des langues indiennes et de mettre l’accent sur leur pratique orale.

Une articulation complexe au projet colonial

Servir l’entreprise coloniale

  • 16 « [L’]un des objectifs les plus importants est la promotion d’un esprit d’entente cordiale entre le (...)

19Ces grammaires et dictionnaires de langues indiennes sont conçus pour favoriser une domination plus grande des peuples colonisés. En respectant les coutumes locales et en communiquant directement avec les populations, les Britanniques espèrent gagner leur confiance, remplacer petit à petit la domination moghole et asseoir leur propre autorité. Nathaniel Halhed, traducteur du Code of Gentoo Laws et auteur d’une grammaire bengali, insiste par exemple sur la nécessité pour le colonisateur d’apprendre les langues parlées par la population indienne pour mieux exposer les bénéfices de la colonisation britannique16.

  • 17 « […] bien que les contrats, baux et autres obligations, exécutés entre le gouvernement et ceux qui (...)
  • 18 « Les membres de la chambre du commerce de Calcutta et les différents hommes à la tête des comptoir (...)
  • 19 « Les avantages que la Grande-Bretagne retire de son commerce avec l’Hindoustan sont nombreux et im (...)

20Les manuels de langue participent ainsi pleinement de l’entreprise coloniale en favorisant une double emprise, pratique et métaphorique. La première dépend de la maîtrise d’une ou plusieurs langues indiennes. Nathaniel Halhed défend par exemple l’usage du bengali : c’est, pour lui, une langue essentielle, non seulement pour la perception des revenus fiscaux auprès des paysans17, mais aussi pour les transactions commerciales18. Fergusson et Gilchrist justifient pour les mêmes raisons l’usage de l’hindoustani19.

  • 20 Christopher Alan Bayly, The New Cambridge History of India, vol. II, The Indian States and the tran (...)

21Ces orientalistes considèrent qu’une bonne maîtrise des langues indiennes par les colonisateurs britanniques doit leur permettre de bien s’entendre avec les responsables locaux et d’occuper une position stratégique sur l’échiquier du pouvoir que les cours se disputent. En effet, comme l’explique l’historien C. A. Bayly, les Britanniques observent alors pour mieux en tirer profit comment s’opère une redistribution du pouvoir au sein de l’élite moghole en faveur de nouveaux groupes sociaux, tels les revenue farmers (agriculteurs responsables de la collecte des impôts), les commerçants indiens et les zamindar-s20 (propriétaires fonciers).

22La maîtrise des langues indiennes est également à la base du système administratif et juridique tel qu’il est appliqué jusqu’en 1830. Les orientalistes insistent sur la nécessité de comprendre les lois et coutumes des régions administrées pour mieux y asseoir leur pouvoir. Ils rappellent enfin que les officiers britanniques de l’armée impériale auront besoin de communiquer directement avec les troupes indigènes qu’ils encadrent. Hadley ou Gilchrist, qui prend lui-même part à l’avancée de l’armée britannique de Surat vers Fategarh en 1782, écrivent spécialement à cet effet leur grammaire hindoustani.

  • 21 « […] si les honorables membres de la société n’utilisaient pas de grammaire, ils ne seraient pas s (...)
  • 22 « […] une grammaire du dialecte bengali pur ne rendrait pas compte du jargon actuel parlé dans la r (...)
  • 23 « En effet, on imagine que le véritable projet d’une grammaire n’est pas de créer une “situation de (...)
  • 24 « Le langage “parlé” découvert par Halhed lorsqu’il essayait de standardiser le bengali s’est révél (...)

23L’ascendant qu’exercent les Britanniques à travers leur maîtrise des langues indiennes est également métaphorique. En effet, ceux qui parviennent à écrire la grammaire de ces langues prouvent leur capacité à « apprivoiser » ces dernières ou, comme le décrit George Hadley, à les faire passer de l’état d’un parler naturel à celui d’une langue ordonnée selon des principes grammaticaux intangibles21. Hadley et Fergusson se félicitent par exemple d’avoir réussi à faire entrer les irrégularités du « jargon » hindoustani dans les cadres de leur grammaire. D’autres, comme Nathaniel Halhed, n’hésitent pas à réinventer la langue qu’ils analysent en fonction de leur réflexion. Pour démontrer le lien de parenté entre le bengali et le sanskrit, Halhed entreprend de « purifier » la langue bengali de la « corruption » du persan et de l’hindoustani22. Comme le remarque le critique Henry Schwarz, la démarche de Halhed revient à modifier la langue bengali pour l’intégrer au cadre colonial23 et à isoler les Indiens qui n’en maîtrisent pas la grammaire24. La langue bengali purifiée devient un médium original et partagé entre sujets d’un empire, justifiant en retour l’existence même de cet empire. Il s’agit d’un moyen très efficace pour l’exercice du pouvoir : les diversités locales sont intégrées en une identité homogène à laquelle s’adapterait une loi commune.

  • 25 « L’orientaliste moderne était, selon l’image qu’il se faisait de lui-même, un héros qui venait sor (...)

24Ainsi, si les orientalistes reprennent un discours déjà établi par les penseurs et grammairiens de l’époque des Lumières, qui tentèrent tant bien que mal d’imposer une systématisation des langues européennes, leur programme prend évidemment en contexte indien une tout autre signification, laquelle a été largement commentée par la critique orientaliste et post-coloniale. Edward Said a clairement exposé en quoi cette représentation d’un Orient retardé, et dont il faudrait prendre en charge le développement, a alimenté un sentiment de supériorité des peuples occidentaux sur les Orientaux et justifié l’oppression coloniale25.

  • 26 « […] le digne parlé populaire et vivant de tout l’Hindoustan a souffert d’avoir été injustement et (...)

25On peut donc conclure de cet examen que les orientalistes publiant des ouvrages qui s’apparentent à ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de « manuels » de langue vivante mettent leur travail au service de l’entreprise coloniale de la East India Company. Ils se distinguent ainsi de leurs prédécesseurs dont la science ne sortait pas des cercles universitaires26.

Diviser pour régner ? Les manuels, miroirs des tensions internes de la politique orientaliste

  • 27 Comme nous l’explique Clark pour la ville de Calcutta, la distinction entre dialectes hindi et ourd (...)

26En Inde, les colonisateurs britanniques ont à faire face à un contexte plurilingue. Non seulement toutes les langues ne sont pas parlées à tous les échelons de la société, ni par les mêmes communautés, mais encore les Indiens maîtrisent souvent plusieurs langues27.

  • 28 Voir John Fergusson, op. cit., p. ii.

27Dans le Dictionary of the Hindostan Language, Fergusson rend compte de la multiplicité des langues parlées en Inde plutôt que du plurilinguisme28. Selon l’orientaliste, les langues indiennes recouvriraient chacune des domaines distincts : le sanskrit serait la langue sacrée, le persan, la langue de l’administration, l’hindoustani, la langue parlée par tous dans le Nord-Est de l’Inde, et les autres langues vernaculaires auraient une application beaucoup plus locale. Le sanskrit ne serait plus qu’une langue occulte, le persan n’ayant qu’un usage restreint (confined) au domaine politique, tandis que les autres langues provinciales auraient rang de jargons. L’hindoustani seul posséderait toutes les qualités, étant parlé partout et entendu de tous.

28Ainsi, la présentation du multilinguisme indien que donne Fergusson nourrit l’impératif colonial du « diviser pour régner ». Elle hiérarchise les langues et désigne l’hindoustani comme celle qui est la plus utile à la colonisation. Cela revient de facto à faire des individus qui parleront cette langue des interlocuteurs privilégiés et à redéfinir des lignes de partage entre couches sociales. L’autorité séculière est privilégiée par rapport aux représentants de l’autorité religieuse, souvent dénigrée pour son « obscurantisme ».

  • 29 Halhed définit l’hindoustani comme une langue comprenant deux dialectes : l’un utilise l’alphabet d (...)
  • 30 « La force de la méthode comparatiste a été de permettre à ses utilisateurs de classer, relier et c (...)

29De même, en distinguant systématiquement, au sein de la langue hindoustani, des dialectes hindustanic (hindi) et d’autres moor (ourdou) et en prétendant purifier chacun de ces dialectes, les orientalistes ont largement contribué à opposer des communautés hindoues parlant l’hindi à des communautés musulmanes parlant l’ourdou29. Bernard Cohn, qui a consacré de nombreuses études à cette question, accuse Gilchrist d’avoir servi la politique du « diviser pour régner » en standardisant les caractères et la police des langues ourdou et hindi, et en présentant les deux langues comme fonctionnant de manière exclusive30.

  • 31 Sir Thomas Munro critique la politique de la East India Company, considérant qu’elle demeure inadap (...)
  • 32 John Keay a bien montré comment pensée utilitariste et pensée évangélique ont pu se rejoindre autou (...)

30Si l’on ne peut contester le bien-fondé de ces remarques, il convient de signaler un aspect omis par ces critiques, à savoir que la distinction et la hiérarchisation entre langues indiennes sont génératrices de tensions au sein de la politique orientaliste elle-même. En effet, l’historiographie a coutume de présenter cette politique comme un tout homogène, ce qui permet de la différencier nettement de la politique « angliciste », préférée par les autorités coloniales à partir de 1830. Elle souligne comment les conservateurs Munro et Elphinstone, qui souhaitaient préserver les institutions indigènes et les traditions locales31, se sont opposés aux libéraux Bentick et Macaulay, inspirés par l’idéologie utilitariste de James Mill et par la pensée évangélique, qui envisageaient de dispenser un enseignement européen aux élites locales32.

  • 33 Un débat très vif oppose par exemple le sanskritiste Horace Wilson au gouverneur général William Be (...)

31En Grande-Bretagne, les tensions politiques consécutives à cette opposition sont incontestables33. Toutefois, celles-ci ne doivent pas masquer les tensions internes de la politique orientaliste en contexte indien. En effet, la multiplicité des langues et des cultures complique l’application de cette politique et orientalistes ou administrateurs sont souvent amenés à favoriser une langue, une culture ou une religion par rapport à une autre. Ces préférences révèlent des conceptions différentes de la colonisation : les partisans du persan cherchent ainsi à imposer la domination britannique par le haut, tandis que les partisans de l’hindoustani ou du bengali voudraient l’imposer par le bas, en prenant appui sur les populations locales.

Un intérêt qui n’est pas seulement colonial

  • 34 Voir par exemple le travail de Rosane Rocher dans l’article « Weaving Knowledge: Sir William Jones (...)

32Ces manuels ont servi à la mise en place d’une politique coloniale « orientaliste » ; il convient pourtant de ne pas confondre motivation orientaliste et motivation coloniale. L’utilité pratique de ces manuels était amplement remise en question tandis que leur fonction dépassait souvent le cadre de la grammaire pour introduire des éléments de civilisation et de littérature indiennes. En d’autres termes, ces manuels ne contribuèrent pas seulement à renforcer des relations de pouvoir et de domination mais servirent également d’introduction à une culture étrangère. La réflexion proposée ici s’inscrit dans le sillage d’historiens et de critiques qui, au-delà de la vision d’Edward Said d’un orientalisme antagoniste et hégémonique, propose une interprétation beaucoup plus dialogique des rapports entre colonisateurs et colonisés34.

Des manuels à l’utilité pratique limitée

33Les manuels publiés de 1770 à 1800 sont sans doute les premiers à avoir une approche pratique de l’apprentissage des langues orientales. Néanmoins, cette démarche étant encore nouvelle, ils manquent parfois leur objectif premier, qui est de donner aux agents de la East India Company les moyens d’apprendre les langues dont ils auront besoin une fois en Inde. Rares sont, par exemple, les grammaires ou dictionnaires qui proposent une transcription phonétique en plus de l’alphabet d’origine. En outre, l’alphabet phonétique n’est pas définitivement fixé, ce qui rend d’autant plus difficile l’exercice de prononciation.

  • 35 John Gilchrist, A Collection of Dialogues, English and Hindoostanee,on the Most Familiar, and Usefu (...)
  • 36 « Une orthographe exacte n’est peut-être pas très utile, mais, sans une prononciation parfaite, il (...)
  • 37 Le lecteur aura « une chance plus grande d’être compris par les Indiens d’origine modeste, ou au co (...)

34Se développent cependant peu à peu l’usage d’une transcription phonétique et l’ajout de « dialogues » censés fournir à l’utilisateur des phrases toutes prêtes correspondant à des contextes particuliers. En 1804, John Gilchrist va jusqu’à publier un ouvrage entièrement composé de dialogues, pour « faciliter les échanges familiers entre les Européens nouvellement arrivés en Hindoustan et les indigènes35 ». Les dialogues sont organisés thématiquement (« eating », « dressing and undressing », « travelling », « gardening », « hunting, shooting, fishing », « taking accounts », « buying, selling » ou encore « medical dialogues »). Gilchrist affirme qu’il est moins important, pour qui veut pratiquer la langue, de maîtriser l’orthographe des mots en persan que d’en connaître parfaitement la transcription phonétique. Il rappelle à quel point la maîtrise de la prononciation est cruciale36 et son livre, juge-t-il, est le premier à proposer une méthode efficace pour comprendre et se faire comprendre37.

35On peut en conclure que les grammaires n’ont pu offrir qu’un savoir limité, complété par des « dialogues » appris par cœur et surtout par les cours que dispensaient à domicile les munshi-s et les maulana-s. Un réseau informel de professeurs indiens venus s’installer à Calcutta pour profiter d’un nouveau marché s’est en effet alors constitué. Malgré ces améliorations, le système n’est pas jugé assez efficace. En 1800, l’ouverture du collège de Fort William et, surtout, en 1809, celle du collège de Haileybury marquent un nouveau départ. Il s’agit en effet désormais d’un enseignement encadré par l’administration coloniale, qui comporte un programme obligatoire et auquel contribuent de nombreux professeurs indigènes.

Des problèmes de financement récurrents

  • 38 « Je n’ai pas besoin de reprendre les raisons qui expliquent que ce conseil [de publier sous un for (...)

36Principal souscripteur des manuels publiés entre 1770 et 1800, la East India Company participe largement au financement de leur publication. Néanmoins, l’apprentissage des langues orientales ne représente pas encore une priorité officielle et les ouvrages mettent parfois plusieurs années avant d’être imprimés (c’est le cas de la grammaire et du dictionnaire hindoustani de John Gilchrist, publiés onze ans après le lancement, en 1787, de la souscription). Dans sa préface de 1798, Gilchrist énumère les difficultés rencontrées pour la publication de ses deux ouvrages, se plaignant du plagiat et du manque d’argent38.

  • 39 Om Prakash Kejariwal, The Asiatic Society of Bengal and the Discovery of India’s Past, 1784-1838, D (...)
  • 40 Voir T. W. Clark, « The Languages of Calcutta », Bulletin of the School of Oriental and African Stu (...)

37Les œuvres savantes ont aussi vu leur publication retardée, la Compagnie jugeant que la diffusion d’autres textes était plus urgente. La revue périodique de la Société asiatique, fondée à Calcutta par William Jones, n’intéressait aucun imprimeur avant que les presses de la Compagnie acceptent de les publier, avec des délais très importants39. Le budget de la Compagnie était grevé par des guerres de conquête, notamment contre le royaume du Mysore. Le comité de direction, à Londres, n’avait d’ailleurs que peu soutenu la cause orientaliste, en dehors de l’aval qu’il avait donné à l’ouverture de la madrassa de Calcutta et à la fondation de la Société asiatique. Sa politique, obéissant à des motivations complexes, avait été et continuait d’être une politique de non-interférence avec les anciennes coutumes et les anciens langages du pays40. Il faut attendre 1809 et l’ouverture du collège de Haileybury pour que la Compagnie s’implique véritablement dans l’enseignement prodigué à ses employés.

Au-delà d’un intérêt purement pratique

  • 41 Bernard S. Cohn, op. cit., p. 50-51 ; Sisir Kumar Das, Sahibs and Munshis, New Delhi, Orion Publica (...)

38La production de ces manuels de langues indiennes ne peut se comprendre sans faire référence au contexte colonial dans lequel ils s’inscrivent. On doit cependant convenir qu’ils dépassent l’intérêt purement pratique qui leur est assigné et ne se limitent pas à une fonction strictement linguistique. Ils véhiculent d’autres connaissances, de type historique, anthropologique ou littéraire, jugées complémentaires de l’apprentissage d’une langue. Cette extension du savoir constitue un intérêt évident pour les administrateurs britanniques, ainsi capables de mieux comprendre « l’esprit des peuples » qu’ils dominent et d’assurer la pérennité de l’entreprise coloniale. Bernard Cohn et Sisir Kumar Das expliquent comment la connaissance de la culture indienne a été transformée dans une perspective utilitaire et comment, dans ce contexte, les savants indiens sont devenus les « informateurs indigènes » de la colonisation41.

39Cette interprétation laisse cependant de côté d’autres effets de la publication de tels ouvrages. L’apprentissage des langues est aussi l’occasion pour les Européens de s’ouvrir à des cultures étrangères, d’apprendre à mieux connaître les peuples de l’Inde et de remettre en cause les préjugés qui circulent à l’égard de ces derniers. Les orientalistes participent à la constitution d’un patrimoine culturel universel n’appartenant pas en propre aux Britanniques. On peut donner l’exemple de William Ouseley, auteur des Persian Miscellanies, qui rappelle dans un premier temps que la connaissance de la calligraphie persane doit permettre aux administrateurs de décrypter plus facilement le courrier qu’ils reçoivent. Cependant, il cherche aussi à rendre son lecteur sensible à la beauté de l’écriture arabe et à enrichir ses connaissances en matière de littérature persane. Chaque spécimen de calligraphie fait l’objet d’une analyse dans des « notes historiques et critiques ». Le lecteur trouve dans ces dernières des informations sur l’histoire, la culture et la religion des peuples orientaux.

40Certes, la constitution d’un patrimoine universel, pour reprendre le terme employé par les orientalistes eux-mêmes, est réalisée sur les bases d’un discours hégémonique européen. En effet, les savants qui travaillent à la redécouverte des littératures orientales considèrent qu’ils sont seuls capables de mettre en valeur cet héritage. À l’inverse, les brahmanes garderaient « jalousement » ces trésors à l’abri du regard des profanes et feraient obstacle au progrès des esprits. Ils justifient indirectement la colonisation au nom d’une mission civilisatrice.

41Néanmoins, la conséquence immédiate de ce travail est de mettre en valeur des civilisations jugées peu de temps avant à l’aune très réductrice du merveilleux ou du barbare. En comparant certaines œuvres littéraires en sanskrit ou en persan avec celles de l’antiquité gréco-latine ou de la littérature de langue anglaise, les orientalistes ont contribué à leur donner une place nouvelle dans la culture européenne.

  • 42 Voir John Richardson, A Dictionary, Persian, Arabic, and English, Oxford, Clarendon Press, 1777-178 (...)

42John Richardson profite de la publication de son dictionnaire de persan en 1777 pour y ajouter une dissertation de quarante-huit pages in-folio sur la civilisation des pays orientaux (elle sera par la suite publiée séparément tant son contenu est riche). Il y met en évidence l’influence des cultures orientales dans le développement des cultures européennes et fait leur éloge : « Au cours de cette enquête, j’aurai l’occasion de mettre en doute beaucoup de préjugés, et de critiquer les positions d’hommes très respectés, que le manque de connaissance des langues orientales a poussés à commettre de graves erreurs de raisonnement42. »

  • 43 Edward Moises, The Persian Interpreter, Newcastle, Hodgson, 1792, p. i.

43Avec The Persian Interpreter (1792), Edward Moises permet d’accéder aux classiques de la littérature persane. L’ouvrage comprend des extraits plus ou moins longs, censés servir d’exemples grammaticaux ou offrir des exercices de traduction. Ces extraits représentent également un avant-goût des richesses du patrimoine persan. Dans la préface, l’orientaliste décrit la beauté et le rythme de la langue, dont la littérature, loin de se réduire à « des fables sans intérêt et des romances saugrenues43 », compterait au contraire un grand nombre de « très bons auteurs » et de grandes œuvres : le Shah Nameh de Firdousi, les Odes d’Hafez et de Jami, les textes historiques de Khondemir, d’Abu’l Fazel, d’Ali Yezdi, et enfin les contes de Jouini, le Gulistan de Sādi et le Anvar-e soheyli de Kashefi.

  • 44 « Persuadé que nombre d’Européens résident pendant plusieurs années en Inde sans connaître suffisam (...)
  • 45 « Tout être doué de raison, et qui envisage les êtres humains dans un esprit libéral, évitera scrup (...)
  • 46 Ibid., p. ix.

44Pour Gilchrist, la connaissance des langues indiennes doit aboutir à une meilleure connaissance de la population locale et de sa culture. Constatant l’ignorance des Européens établis en Inde auxquels il s’adresse44, il consacre toute une partie de l’introduction de son Antijargonist à relever les erreurs d’interprétation du comportement des Indiens, qu’il attribue à une méconnaissance de la culture hindoue et musulmane45. Sans se départir de conceptions racistes, Gilchrist est persuadé que le savoir permet de dépasser les conflits entre peuples. Par sa grammaire, il instruit ses lecteurs sur les femmes, les divertissements, les salutations, les formules de politesse ou encore les castes, de façon à réduire les risques de mésentente entre Européens et Indiens46.

45Pour résumer, nous dirons qu’en même temps qu’une administration coloniale se met en place en Inde, les orientalistes, souvent liés professionnellement à la East India Company, publient des grammaires et des dictionnaires de langues indiennes à destination des futurs agents britanniques, de façon à y pérenniser l’œuvre coloniale. La nécessité de produire des ouvrages répondant à des impératifs pratiques entraîne une évolution de cette production du persan vers les langues vernaculaires, et des formats encyclopédiques vers des formats plus petits. Néanmoins, comme nous avons pu le souligner, l’analyse et la hiérarchisation des langues indiennes, de même que l’investissement, du reste inconstant, de la Compagnie des Indes orientales, ne sont pas seulement l’indice d’une mise au pas de l’Orient par le colonisateur. Ces manuels reflètent aussi les aléas et les tensions internes de la politique coloniale britannique en Inde, sans négliger l’intérêt des orientalistes pour la découverte et la réévaluation de cultures étrangères. Il semblerait que l’on puisse penser les rapports entre domination et savoir non pas en termes hégémoniques, comme l’entend Edward Said dans Orientalism, mais en termes complémentaires, les réflexions esthétiques et savantes fournies dans ces manuels n’étant pas entièrement assujetties à l’impératif colonial.

Bibliographie

Sources primaires

Capt. John Fergusson, A Dictionary of the Hindostan Language: In Two Parts. I. English and Hindostan. II. Hindostan and English. […] to Which is Prefixed a Grammar of the Hindostan Language. By John Fergusson, A. M. Captain in the Service of the Honourable East India Company, Londres, Cadell, 1773.

John Gilchrist, A Dictionary, English and Hindoostanee, Calcutta, Stuart and Cooper, 1787-1790, 2 vol. Réédité en 1810.

John Gilchrist, The Oriental Linguist, With a Reversed Vocabulary, and Including Articles of War, Tales, Poems, &c., Calcutta, 1798.

John Gilchrist, The Antijargonist, or a Short Introduction to the Hindoostanee Language Comprizing the Rudiments of that Tongue, with an Extensive Vocabulary English and Hindoostanee and Hindoostanee and English: Accompanied with some Plain and Useful Dialogues, Translations, Poems, Tales &c with the Vew ofi Illustrating the Whole on Practical Principles. Being Partly an Abridgment of the Oriental Linguist, But Greatly Altered and Improved, Embellished with the Hindoostanee Horal Diagram, Calcutta, 1800.

John Gilchrist, A Collection of Dialogues, English and Hindoostanee, on the Most Familiar, and Useful Subjects. Calculated to Facilitate the Colloquial Intercourse of Europeans Lately Arrived in Hindostan with the Natives, Calcutta, 1804.

John Gilchrist, Hindoostanee Philology, Édimbourg, Manners and Miller, 1810.

Francis Gladwin, A Compendious Vocabulary English and Persian Including all the Oriental Simples in the Materia Medica, Employed in Modern Practice: With Tables of the Successions of the Khaliffs, and of the Kings of Persia and Hindostan. Compiled for the Use of the Honorable East India Company, Malda (Bengale), 1780.

Francis Gladwin, A Vocabulary, English and Persian; With Introductory Grammatical Remarks. Compiled for the Use of the Hon. East India Company, Calcutta, 1791.

Francis Gladwin, The Persian Moonshee. The Third Edition. Adapted to the Use of the College at Fort William in Bengal, Calcutta, 1800, 2 vol. [1re éd. 1795].

Francis Gladwin, The Persian Guide Exhibiting the Arabic Derivatives, Calcutta, 1800.

Francis Gladwin, A Dictionary Persian, Hindoostanee and English, Including Synonyma, Calcutta, T. Hubbard, 1809.

George Robert Gleig, Memoirs of the Life of the Right Hon. Warren Hastings, first Governor-General of Bengal, Londres, 1841, 3 vol.

George Hadley, Grammatical Remarks on the Practical and Current Dialect of the Jargon of Hindostan; With a Vocabulary […]. The Third Edition, Corrected and Enlarged with Familiar Phrases and Dialogues for the More Easy Attaining the Idiom of the Language. The Whole Calculated for the Common Practice in Bengal. By George Hadley, Esq. Formerly on the Military Establishment of the Bengal, Londres, T. Cadell, J. Debrett et J. Sewell, 1784 [1re éd. 1772].

George Hadley, Introductory Grammatical Remarks on the Persian Language With A Vocabulary English and Persian. The Spelling Regulated by the Persian Character, Bath, 1776.

Nathaniel Brassey Halhed, A Grammar of the Bengal Language, Hoogly, 1778.

Henry Harris, A Dictionary English and Hindostany, To Which is Annexed a Copious and Useful Alphabetical List of Proper Names of Women, Towns, Cities, Rivers, Provinces & Countries &c. A Great Majority of Which Appear to be of Persian, Arabic or Indian Original, Madras, 1790, 2 vol.

Sir William Jones, A Grammar of the Persian Language […] The Second Edition. With an Index, Londres, W. & J. Richardson, 1771.

William Kirkpatrick, A Vocabulary, Persian, Arabic and English; Containing Such Words as Have Been Adopted from the Two Former of those Languages, and Incorporated into Hindvi. Together with Some Hundreds of Compound Verbs Formed from Persian or Arabic Nouns and in Universal Use: Being the Seventh Part of the New Hindvi Grammar and Dictionary by William Kirkpatrick, Captain in the Service of the Honourable East-Indian Company and Persian Secretary to the Commander in Chief in India, Londres, 1785.

Donald Mackinnon, A Persian-English Grammar, or Grammar of the English Language; Explained in Persian. Designed to Facilitate the Acquisition of the English Tongue, Calcutta, Thomas Watley, 1791.

John Miller, The Tutor, Or a New English and Bengalee Work, Well Adapted to Teach the Natives English, Calcutta, 1797.

Edward Moises, The Persian Interpreter: In Three Parts. A Grammar of the Persian Language. Persian Extracts in Prose and Verse. A Vocabulary in Persian and English, Newcastle, 1792.

William Ouseley, Persian Miscellanies: An Essay to Facilitate the Reading of Persian Manuscripts; With Engraved Specimens, Philological Observations, and Notes Critical and Historical, Londres, 1795.

John Richardson, A Dictionary Persian, Arabic and English […] To Which is Prefixed a Dissertation on the Languages, Literature and Manners of Easter Nations, Oxford, Clarendon Press, 1777-1780, 2 vol. Rééd. en 1806-1810 et en 1829.

« Jonathan Duncan’s Letter to Lord Cornwallis, 1 Jan. 1792 », dans Henry Sharp (dir.), Selections from Educational Records, Calcutta, 1920.

Lord Wellesley, « Minute in Council, at Fort William, dated the 18th August, 1800 », The Annals of the College of Fort William, Calcutta, 1819.

Sources secondaires

Christopher Alan Bayly, 1988, The New Cambridge History of India, II. 1, Indian Society and the Making of the British Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Thomas Welbourne Clark, « The Languages of Calcutta, 1760-1840 », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 18-3, 1956.

Bernard Cohn, « The Command of Language and the Language of Command », dans Ranajit Guha (dir.), Subaltern Studies IV, Delhi, Oxford University Press India, 1985, p. 276-329.

Bernard Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge, Princeton (NJ)/Chichester, Princeton University Press, 1996.

Sisir Kumar Das, Sahibs and Munshis: An Account of the College of Fort William, New Delhi, Orion Publications, 1978.

Michael S. Dodson, « Translating Science, Translating Empire: The Power of Language in Colonial North India », Comparative Studies in Society and History, 47-4, octobre 2005, p. 809-835.

Michael John Franklin (dir.), « Introduction », dans Representing India. Indian Culture and Imperial Control in Eighteenth-Century British Orientalist Discourse, Londres, Routledge, 2000.

Ho-Fung Hung, « Orientalist Knowledge and Social Theories: China and the European Conception of East-West Difference from 1600 to 1900 », Social Theory, 21-3, septembre 2003, p. 254-280.

John Keay, India. A History, Londres, Harper Perennial, 2004 [1re éd. 2000].

Om Prakash Kejariwal, The Asiatic Society of Bengal and the Discovery of India’s Past. 1784-1838, Delhi, OUP, 1988.

David Kopf, British Orientalism and the Bengal Renaissance. The Dynamics of Indian Modernisation, 1773-1835, Berkeley, University of California Press, 1969.

David Lelyveld, « Colonial Knowledge and the Fate of Hindustani », Comparative Studies in Society and History, 35-4, octobre 1993.

Kapil Raj, Relocating Modern Science, Londres, Palgrave Macmillan, 2007.

Rosane Rocher, « Weaving Knowledge: Sir William Jones and Indian Pandits », dans Garland Cannon et Kevin R. Brine (dir.), Objects of Enquiry. Life, Contributions and Influences of Sir William Jones (1746-1794), New York, New York University Press, 1995.

Edward Said, Orientalism, Londres, Penguin Books, 2003 [1re éd. 1978].

Henry Schwarz, « Laissez-faire Linguistics: Grammar and the Codes of Empire », Critical Enquiry, 23-3, Spring 1997.

Ines Zupanov, Disputed Mission. Jesuit Experiments and Brahmanical Knowledge in Seventeenth-century India, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Ines Zupanov, Missionary Tropics. Jesuit Frontier in India. 16th-17th Century, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2005.

Notes

1 Voir à ce sujet le travail très renseigné d’Ines Zupanov dans Disputed Mission. Jesuit Experiments and Brahmanical Knowledge in Seventeenth-century India, Oxford, Oxford University Press, 1999, et, plus récemment, Missionary Tropics. Jesuit Frontier in India. 16th-17th Century, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2005.

2 « [Certains érudits] n’ont laissé rien d’autre derrière eux que des grammaires et des dictionnaires ; et, bien qu’ils méritent les louanges dues à l’accomplissement d’un travail ingrat, ils auraient néanmoins gagné en réputation s’ils avaient contribué à embellir et illuminer le vaste temple du savoir, au lieu de passer leur vie à en ornementer les portiques et avenues. » (Sir William Jones, A Grammar of the Persian Language, Londres, 1771, p. iv.)

3 Voir George Robert Gleig, Memoirs of the Life of the Right Hon. Warren Hastings, Londres, 1841, vol. 3, p. 159. Le même argument est développé par Jonathan Duncan pour la création d’un collège sanskrit à Bénarès : « Grâce à cette institution, notre gouvernement serait encore davantage apprécié des natifs de l’Inde » (Henry Sharp (dir.), « Jonathan Duncan’s Letter to Lord Cornwallis, 1 Jan. 1792 », dans Selections from Educational Records, Calcutta, Superintendent of Government Printing, 1920, p. 9-11.)

4 Voir lord Wellesley, « Minute in Council, at Fort William, dated the 18th August, 1800 », dans Thomas Roebuck, The Annals of the College of Fort William, Calcutta, 1819, p. i-iv.

5 L’intérêt immédiat que représentent les ouvrages de juridiction orientale engage le gouvernement britannique à favoriser la publication à Calcutta de traités comme celui de Francis Gladwin, An Epitome of Mohammedan Law, en 1786, et Dissertation Concerning the Revenues of Government, and of Landed Tenures According to the Mohammedan Law, en 1796, ou celui de Joseph Champion, Digest of Hindu Law on Contracts and Successions en 4  vol., publié en 1798. À Londres, Nathaniel Halhed et William Hunter publient A Code of Gentoo Laws en 1776. William Jones donne The Mahommedan Law of Succession to Property of Intestates en 1782 et, dix ans plus tard, Al Sira’jiyyah, or the Mahommedan Law of Inheritance. Charles Hamilton traduit The Hedaya, or Guide: A Commentary on the Mussulman Laws en 1791.

6 Ho-Fung Hung, « Orientalist Knowledge and Social Theories: China and the European Conception of East-West Difference from 1600 to 1900 », Social Theory, 21-3, septembre 2003, p. 254-280.

7 Lord Wellesley propose des cours en arabe, persan, sanskrit, hindoustani, bengali, télougou, marathi et tamoul ; voir lord Wellesley, op. cit., p. xvii. La troisième édition du Persian Moonshee de Francis Gladwin, publiée à Calcutta en 1800, est le premier manuel destiné spécifiquement à accompagner les cours de persan dispensés par le collège de Fort William.

8 Une fois la distinction entre manuels et grammaires classiques clairement exposée, on emploiera parfois, par facilité, le terme générique de « manuel » pour se référer à la production analysée dans cette étude.

9 Sir William Jones, op. cit. p. xiii, xxi.

10 « Mon principal but a été d’inclure tout ce qu’il est nécessaire de connaître. » (Nathaniel B. Halhed, A Grammar of the Bengal Language, Hoogly, 1778, p. iii.)

11 Halhed est secrétaire et traducteur pour la Compagnie ; Gilchrist est employé comme chirurgien assistant des armées du Bengale et planteur d’indigo en Inde ; Gladwin, avant d’être nommé professeur de persan au collège de Fort William, travaille en 1765 comme secrétaire du conseil de la Compagnie des Indes au Bengale, puis s’occupe, dans les années 1770, de la collecte des revenus agricoles des provinces du Bengale. Dans les années 1780 et 1790, il est envoyé à Calcutta pour, cette fois, récolter les revenus municipaux ; Hadley est officier de l’armée de la Compagnie ; Kirkpatrick est capitaine de la East India Company, secrétaire en persan pour le commandant en chef en Inde et diplomate ; John Richardson et William Jones sont juges à Calcutta ; Colebrooke entre dans la East India Company comme rédacteur, avant d’être nommé en 1786 collecteur d’impôts adjoint.

12 John Gilchrist, A Dictionary, English and Hindoostanee, Calcutta, Stuart and Cooper, 1787-1790, vol. 1, p. ii.

13 « Mon souci principal a été d’éviter les termes spécialisés et affectés car ils rendent les ouvrages didactiques fastidieux et déplaisants et ils confondent celui qui apprend, sans lui fournir une quelconque connaissance. Je me suis aussi interdit d’aller enquêter dans les grammaires générales ou de discuter des sujets qui ont déjà été suffisamment traités avec toute l’élégance qu’il faut par les philosophes les plus judicieux, les religieux les plus érudits et les lettrés les plus persévérants de notre temps » (Jones, A Grammar of the Persian…, p. xi.)

14 Par exemple, Halhed prétend n’avoir repris que les règles essentielles de la grammaire bengali et les avoir présentées de la manière la plus claire qui soit : « J’ai sélectionné pour cette grammaire un ensemble de règles aussi claires que possible et lui ai donné une organisation des plus complètes […]. J’ai scrupuleusement inséré des exemples pour chaque règle énoncée et j’ai été généreux dans mes observations au sujet de la grammaire générale. » (Nathaniel Halhed, op. cit., p. xix.)

15 « Donner les mots dans leur transcription persane serait inutile, puissions-nous même imaginer un lecteur suffisamment patient et intelligent pour apprendre cette langue. Le petit nombre de gens qui la maitrisent est une preuve suffisante de sa difficulté et la tâche est d’autant plus insurmontable lorsqu’il s’agit d’émigrants installés en Inde de manière temporaire. » (George Hadley, Introductory Grammatical Remarks on the Persian Language, Bath, 1776, p. 12.)

16 « [L’]un des objectifs les plus importants est la promotion d’un esprit d’entente cordiale entre les peuples et d’un échange entre le gouvernement et ses sujets, entre les natifs européens qui sont appelés à gouverner et les habitants de l’Inde qui doivent obéir […]. [Les Britanniques] doivent expliquer le bien-fondé d’une législation dont ils appliquent les principes, pour pouvoir convaincre tout en dirigeant et dispenser à la fois loi et savoir à une nation dans son intégralité. » (Nathaniel Halhed, op. cit., p. ii.)

17 « […] bien que les contrats, baux et autres obligations, exécutés entre le gouvernement et ceux qui sont à sa charge ou sont ses bailleurs immédiats, soient toujours rédigés en persan, les sous-baux et autres engagements qu’ils contractent à leur tour avec les paysans et cultivateurs, de même que tous ces baux à perpétuité que l’on appelle pottahs, sont toujours écrits en bengali. » (Ibid.)

18 « Les membres de la chambre du commerce de Calcutta et les différents hommes à la tête des comptoirs subordonnés à l’autorité de ladite Chambre ne peuvent mener à bien la correspondance marchande de la compagnie des Indes sans passer par l’intermédiaire d’interprètes bengalis. En effet, le système des investissements dans son intégralité, à chaque étape de la préparation et de la provision, est conduit dans la langue locale. C’est dans cette même langue que sont préparés les comptes des Aurungs (villes industrielles) et ceux des entrepôts d’export de la Compagnie, que sont rédigées les propositions et les lettres d’agents, de marchands, d’entrepreneurs, de tisserands et de blanchisseurs et que sont traduites toutes les commandes pour l’achat de produits auprès des Gomastahs, Aumeens et autres fonctionnaires. » (Nathaniel Halhed, op. cit., p. xv.)

19 « Les avantages que la Grande-Bretagne retire de son commerce avec l’Hindoustan sont nombreux et importants. Dès lors, toute tentative pour faciliter et promouvoir les relations entre ces deux pays doit être appréciée à sa juste valeur par le public. Et rendre la langue indienne familière des habitants de notre pays est le moyen le plus naturel et efficace pour y parvenir. » (John Fergusson, A Dictionary of the Hindostan Language, Londres, 1773, p. i.) « Peu de temps après les conquêtes glorieuses de Lord Clive, qui ont permis à la Compagnie d’étendre son influence, il devint, pour les gens qui y travaillaient, important et désirable d’apprendre la langue orientale, et tout particulièrement pour ceux qui, à l’aube d’une gloire à venir, ambitionnaient de s’y distinguer. » (John Gilchrist, op. cit., p. ii.)

20 Christopher Alan Bayly, The New Cambridge History of India, vol. II, The Indian States and the transition to colonialism, 1, Indian Society and the Making of the British Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 9-13 [1re éd. 1988].

21 « […] si les honorables membres de la société n’utilisaient pas de grammaire, ils ne seraient pas seulement incapables de comprendre ce qu’ils se disent entre eux, mais également ignorants, comme Caliban, du sens de leurs paroles et baragouineraient comme des sauvages. » (George Hadley, Grammatical Remarks on the Practical and Vulgar Dialect of the Indostan Language, Londres, 1772, p. x.)

22 « […] une grammaire du dialecte bengali pur ne rendrait pas compte du jargon actuel parlé dans la région. Les diverses révolutions politiques qu’elle a subies en ont grandement altéré la simplicité, et les relations longues établies avec des peuples étrangers de par leurs religions, nationalités et mœurs font que les emprunts à d’autres langues ne choquent plus une oreille bengali. » (Nathaniel Halhed, op. cit., p. xxi-ii.)

23 « En effet, on imagine que le véritable projet d’une grammaire n’est pas de créer une “situation de communication idéale”, espèce d’utopie vers laquelle elle tendrait, mais plutôt de mettre en place les conditions pour que le public entende l’appel sans équivoque de l’empire en faveur d’une compréhension adéquate qui justifierait ensuite l’annexion légale. » (Henry Schwarz, « Laissez-faire Linguistics: Grammar and the Codes of Empire », Critical Enquiry, 23-3, printemps 1997, p. 513.)

24 « Le langage “parlé” découvert par Halhed lorsqu’il essayait de standardiser le bengali s’est révélé être en réalité une création originale, la version écrite et sanscritisée d’une langue orale, très éloignée de ce que parlait le peuple. Cette forme érudite, aussi appelée sadhubhasa, que les grammaires présentaient comme la vox populi, allait en effet permettre de multiplier les rapports, mais seulement au sein de la petite minorité de la population qui la comprenait, à savoir les “gentils éduqués”, et qui représentaient une entité nationale intégrée définie autour de la culture sanscrite. » (Ibid., p. 528.)

25 « L’orientaliste moderne était, selon l’image qu’il se faisait de lui-même, un héros qui venait sortir l’Orient de son obscurité, de son aliénation et de son étrangeté […]. Cependant, Orient et orientaliste portaient les marques d’un pouvoir, celui d’avoir permis la résurrection ou même la création de l’Orient, pouvoir qui résidait dans l’usage des techniques nouvelles et scientifiquement avancées qu’étaient la philologie et la généralisation anthropologique. » (Edward Said, Orientalism, Londres, Penguin Books, 2003, p. 121 [1re éd. 1978].)

26 « […] le digne parlé populaire et vivant de tout l’Hindoustan a souffert d’avoir été injustement et sans raison laissé à l’abandon, sans qu’on ait une seule fois réfléchi au fait que, malgré tout le bénéfice que l’on puisse retirer des travaux érudits, l’on ait laissé les savants, dans leurs réduits, s’occuper de résumer et d’expliquer les écrits et les actes d’hommes vivants dans des temps reculés, alors que, au même moment, voyageurs européens ou résidents avaient un besoin urgent de comprendre ce que cent cinquante millions de personnages maintenant présents sur la scène déclament au sujet de problèmes de la vie quotidienne ou sur des questions d’administration ou de propriété. » (John Gilchrist, op. cit., p. iv.)

27 Comme nous l’explique Clark pour la ville de Calcutta, la distinction entre dialectes hindi et ourdou était moins religieuse que sociale. L’hindi était parlé essentiellement par les Indiens travaillant dans le commerce de détail. L’ourdou était la langue des soldats (en persan, zabān-e urdu-e mo’alla signifie « le langage des camps militaires »). Les musulmans des classes supérieures de la société étaient bilingues et parlaient à la fois le persan et l’ourdou. Le développement de la langue ourdou est étroitement lié à l’utilisation qu’en ont faite les poètes des cours mogholes de Delhi, Lucknow, Lahore et Agra. Voir Thomas Welbourne Clark, « The Languages of Calcutta, 1760-1840 », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 18-3, 1956, p. 456.

28 Voir John Fergusson, op. cit., p. ii.

29 Halhed définit l’hindoustani comme une langue comprenant deux dialectes : l’un utilise l’alphabet devanagari et dérive du sanscrit ; l’autre emploie l’alphabet persan et date des conquêtes mogholes. Le premier est ce que nous connaissons aujourd’hui sous le terme hindi (ce que Halhed nomme Hindostanic), le second ce que nous appelons ourdou (et qu’il nomme Moor).

30 « La force de la méthode comparatiste a été de permettre à ses utilisateurs de classer, relier et contrôler la variété et la différence. Au niveau phénoménologique, les Britanniques ont découvert des centaines de langues et dialectes et ces derniers ont pu être ainsi ordonnés dans des diagrammes et des tableaux qui prouvaient les relations des langues entre elles. » (Bernard S. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge, Princeton (NJ), Princeton University Press, 1996, p. 55.)

31 Sir Thomas Munro critique la politique de la East India Company, considérant qu’elle demeure inadaptée aux institutions locales : « Votre pouvoir est étranger et ne pourra jamais être accepté. Vous avez beaucoup à donner à vos sujets mais vous ne pouvez vous attendre à mieux qu’à de la gratitude passive […]. Travaillez avec et non contre les systèmes et les manières indigènes en essayant toujours de vous mettre à leur place et non de vous opposer à eux ; et, plus tard, quand vos sujets pourront définir et soutenir leurs propres gouvernements, partez et soyez fiers de ce que vous aurez réussi. Le sentiment d’avoir accompli votre devoir sera l’unique récompense de vos efforts. » (Cité dans John Keay, India. A History, Londres, Harper Perennial, 2004, p. 427.) Sir Thomas Munro s’occupe notamment de la répartition de la propriété foncière et de la réorganisation du système fiscal entre les troisième (1790-1792) et quatrième (1799) guerres du Mysore et après la mort de Tipu Sultan en 1799. Il s’oppose au système des grandes propriétés foncières, ou zamindari-s, mis en place dans la province du Bengale par Cornwallis, lui préférant un système de petite propriété foncière, ou ryotwar, et de transfert de la justice et de la sécurité au gouvernement colonial.

32 John Keay a bien montré comment pensée utilitariste et pensée évangélique ont pu se rejoindre autour d’un projet commun de colonisation de l’Inde et d’émancipation des Hindous. Beaucoup d’administrateurs haut placés appartenaient à la secte évangéliste de Clapham, comme le gouverneur général, sir John Shore. Les représentants du courant utilitariste en Inde, tels le gouverneur général lord William Bentick (1828-1835) ou Thomas Babington, étaient sympathisants de la cause évangéliste. La charte de la East India Company de 1813 permet aux évangélistes de s’implanter en Inde (John Keay, op. cit., p. 427-431).

33 Un débat très vif oppose par exemple le sanskritiste Horace Wilson au gouverneur général William Bentick (1828-1835), qui introduit une loi interdisant la crémation des veuves, ou sati, ne contribuant ainsi, selon Wilson, qu’à stigmatiser la population hindouiste.

34 Voir par exemple le travail de Rosane Rocher dans l’article « Weaving Knowledge: Sir William Jones and Indian Pandits, 1746-1794 », dans Kevin R. Brine et Garland Cannon (dir.), Objects of Enquiry. The Life, Contributions, and Influences of Sir William Jones, New York, New York U. P., 1995, p. 51-52, et celui de Kapil Raj, Relocating Modern Science. Circulation and the Construction of Scientific Knowledge in South Asia and Europe, Seventeenth-Nineteenth Centuries, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, p. 101.

35 John Gilchrist, A Collection of Dialogues, English and Hindoostanee,on the Most Familiar, and Useful Subjects. Calculated to Facilitate the Colloquial Intercourse of Europeans Lately Arrived in Hindostan with the Natives, Calcutta, 1804.

36 « Une orthographe exacte n’est peut-être pas très utile, mais, sans une prononciation parfaite, il est certain que les indigènes ne comprendront jamais ce que tel érudit aura à dire sur tel sujet. » (Ibid., p. iii.)

37 Le lecteur aura « une chance plus grande d’être compris par les Indiens d’origine modeste, ou au contraire noble, qu’il ne peut espérer obtenir en se référant à ce qui a été jusqu’à présent offert au public. » (Ibid., p. iv.)

38 « Je n’ai pas besoin de reprendre les raisons qui expliquent que ce conseil [de publier sous un format de poche] n’ait pas été suivi. Il n’est pas non plus nécessaire ou plaisant de s’appesantir sur les soucis financiers qui, finalement, m’ont forcé à adopter [ce format], malgré que tout me poussait à faire le contraire. » (John Gilchrist, Oriental Linguist, Calcutta, 1798, p. i.)

39 Om Prakash Kejariwal, The Asiatic Society of Bengal and the Discovery of India’s Past, 1784-1838, Delhi, Oxford University Press, 1988, p. 54. Les Transactions of the Asiatick Society ont été publiées à partir de 1788.

40 Voir T. W. Clark, « The Languages of Calcutta », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 18-3, Cambridge, Cambridge University Press, 1956, p. 458-459.

41 Bernard S. Cohn, op. cit., p. 50-51 ; Sisir Kumar Das, Sahibs and Munshis, New Delhi, Orion Publications, 1978, p. 107.

42 Voir John Richardson, A Dictionary, Persian, Arabic, and English, Oxford, Clarendon Press, 1777-1780, p. i.

43 Edward Moises, The Persian Interpreter, Newcastle, Hodgson, 1792, p. i.

44 « Persuadé que nombre d’Européens résident pendant plusieurs années en Inde sans connaître suffisamment le pays pour pouvoir même distinguer un hindou d’un musulman, je consacrerai une partie de ce livre à des indications permettant, dans une certaine mesure, d’éviter les conséquences désagréables résultant d’une ignorance bien ancrée et qui conduit à confondre deux peuples si différents sous la même appellation déshonorante de basané. » (John Gilchrist, The Antijargonist…, Calcutta, 1800, p. vi.)

45 « Tout être doué de raison, et qui envisage les êtres humains dans un esprit libéral, évitera scrupuleusement ce qui pourrait offenser les hindous sur les questions dont nous venons de discuter […]. Une quantité assez conséquente d’informations au sujet des habitudes locales est requise pour permettre de juger de manière impartiale dans les cas de ce genre. » (Ibid., p. viii-ix.)

46 Ibid., p. ix.

Auteur

Claire Gallien est maître de conférences en littérature et civilisation britanniques à l’université Paul Valéry – Montpellier III, rattachée à l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge classique et les Lumières (IRCL, UMR 5186). Elle a travaillé sur les rapports entre culture savante et culture commune de l’Orient au xviiie siècle : L’Orient anglais (Oxford, SVEC, coll. « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century », 2011). Ses recherches portent actuellement sur la construction du savoir orientaliste, les transferts culturels et les rapports entre orientalistes britanniques et lettrés orientaux dans la production de ce savoir du xviie au début du xixe siècle.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540