Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Outils et modes d’apprentissage des langues orientales (vers 1750 – vers 1830)

L’arabe vulgaire et la grammaire de Claude-Étienne Savary. Discussion de l’intervention d’Aurélien Girard

Madiha Doss

Texte intégral

  • 1 Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale, Paris, Imprimerie impériale, 1813. L’ouvrage ét (...)

1Je propose de compléter la description faite par Aurélien Girard des manuels d’arabe et de l’état des études d’arabe en France à la fin de l’Ancien Régime par un choix d’observations sur ces études à la fin du xviiie  siècle et au cours du xixe, en me fondant sur l’examen de la grammaire de Claude-Étienne Savary1 (1750-1788) et de productions écrites d’arabisants de la période de l’expédition de Bonaparte.

  • 2 Claude-Étienne Savary, Lettres sur l’Égypte, Paris, Onfroi, 1786.

2La grammaire de Savary annonce une nouvelle ère, où la priorité est donnée à une approche plus pratique de la langue. On sait peu de choses sur l’auteur, qui ne fut sans doute pas formé à l’École des jeunes de langue ni au Collège royal. C’est un autodidacte ayant appris l’arabe par immersion dans un milieu arabophone au cours d’un séjour en Égypte qui a duré trois ans, de 1777 à 1780. Comme Volney, c’est un voyageur et, comme lui, il rédige un récit de son voyage sous forme de lettres 2. Là s’arrête pourtant la ressemblance entre ces deux orientalistes dont on a souvent opposé la vision du monde.

3La Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale est publiée à titre posthume par Louis-Mathieu Langlès, qui a largement été à l’initiative de la création de l’École spéciale des langues orientales. Plutôt qu’aux savants et aux érudits, elle s’adresse aux voyageurs, aux négociants et à tous ceux qui ont un besoin pratique de la langue et voudraient pouvoir « converser avec les Arabes ».

4L’ouvrage de Savary est composé de deux parties : la première, la grammaire à proprement parler, occupe les 320 premières pages ; la seconde, d’environ 150 pages, renferme des dialogues (p. 322-469). Rédigé en français, il donne, dans la partie inférieure de chaque page, une traduction latine du texte. À la suite du développement consacré aux sons et à l’écriture de la langue vient une subdivision intitulée « Des signes de nos pensées », conformément à la tradition grammaticale de l’époque qui lie la grammaire à la pensée. Y sont brièvement passées en revue les parties du discours : le substantif (p. 24-25), l’adjectif (p. 25), l’article (p. 25-26), puis le verbe, avec les différentes conjugaisons, question qui tient la plus grande place (plus de 200 pages). Suivent le nom – genre, nombre –, le pronom, les prépositions, les adverbes, les conjonctions, les interjections et les particules. La description du verbe donne lieu à une introduction où l’auteur annonce d’emblée sa vue positive et idéalisante de la langue arabe :

Le verbe est le mot par excellence ; il est l’âme du discours ; il exprime toutes les actions que les êtres exercent les uns sur les autres, et peint toutes les affections du cœur humain. C’est de la composition plus ou moins parfaite que dépendent l’énergie et la brièveté du langage. Les Arabes qui, depuis un grand nombre de siècles, se sont attachés à polir leur langue, ont perfectionné à un point étonnant cette partie de l’oraison. Sans le secours des prépositions et des adverbes qui, dans l’indigence de nos langues, servent de cortège au verbe, ils en ont tellement combiné la composition qu’à l’aide de quelques lettres caractéristiques, ils peuvent rendre avec précision le degré de force de nos sensations, et suivre, pour ainsi dire, la pensée dans l’immensité de son vol. (p. 25.)

5Ce passage n’est pas sans rappeler les observations de Rousseau dans son Essai sur l’origine des langues.

6Dans la partie grammaticale, Savary expose les différentes formes du verbe : les six conjugaisons du verbe simple et les différents schèmes (formes dérivées). Il donne ensuite un tableau des conjugaisons, d’abord celles des formes littérales (dites « grammaticales »), puis celles des formes « usuelles » écrites ou orales relevant de l’arabe vulgaire (c’est le terme utilisé par Savary lui-même). Il souligne les différences entre les formes verbales du littéral et celles de l’arabe vulgaire. Les formes نصرت، نصرت، نصر (j’ai aidé, tu as aidé, il a aidé) de l’accompli en littéral, « prétérit grammatical », sont suivies de celles de l’arabe usuel dont, souligne-t-il, les formes sont semblables, à l’exception de la 2e personne du pluriel, suffixée par توا au lieu de تم. Il passe ensuite aux formes « grammaticales » du « présent » (inaccompli) أنصر، تنصر، ينصر (j’aide, tu aides, il aide) auxquelles s’opposent les formes de la langue usuelle préposées d’un ب « devant toutes les personnes… pour former le futur [sic] », usage qu’il aura observé chez les Syriens et les Égyptiens (p. 47). Je noterai ici un premier indice de mixité dans cette grammaire, puisque le préfixe b- en arabe égyptien ne possédait pas au xviiie siècle parmi ses fonctions l’expression du prospectif ou du futur, contrairement à l’arabe syrien. On note cette même mixité dans la table de conjugaison donnée pour le passif du registre usuel, où la forme du passif interne de l’arabe littéral (p. 63) est présentée avant celle à préfixe in- ou it- du néo-arabe. De nombreuses autres manifestations de mixité apparaissent dans cette partie consacrée à la grammaire.

  • 3 Ibid., préface, p. ix.
  • 4 Nadia Minerva, « Les dialogues dans les manuels italiens. Enquête quantitative (1625-1860) », Docum (...)

7On en trouve aussi dans les dialogues qui sont présentés par l’éditeur, Langlès, comme étant « le corps » de l’ouvrage. L’importance de ces dialogues devait compenser la brièveté de la grammaire et fournir à l’étudiant un appui, puisqu’une langue s’apprend par l’usage. Savary n’a-t-il pas lui-même appris l’arabe en se mêlant aux gens et en parlant avec « ce peuple étrange » ? Ces dialogues n’étaient pas des originaux puisque, comme le rappelle Langlès dans sa préface, ils étaient « répandus depuis longtemps parmi les droguemans du Levant 3 » et qu’il en avait lui-même trouvé une copie de la main de Pétis de La Croix à la Bibliothèque impériale. L’apprenant devait assimiler les dialogues, qui étaient un outil didactique très en vogue depuis les xvie et xviie siècles 4, et se servir de ce qu’ils procuraient comme constructions et comme vocabulaire pour s’adresser au marchand de papier, au drapier, au tailleur, au cuisinier…

  • 5 Claude-Étienne Savary, op. cit., préface, p. ix.
  • 6 Présenté par Langlès comme copiste arabe et attaché à l’École spéciale des langues orientales vivan (...)
  • 7 Claude-Étienne Savary, op. cit., p. 442.

8Au nombre de onze, les dialogues sont regroupés en deux séries. La première en compte sept (p. 322-443) ; ils sont accompagnés d’une transcription, d’une traduction littérale et d’une autre, générale. Ils représentent « un mélange des dialectes égyptien et syrien », comme l’explique Langlès qui, « pour remédier à cette espèce d’imperfection 5 », a fait répéter « les quatre premiers dialogues rédigés entièrement en dialecte égyptien, par Michel Sabbagh 6 ». Ces derniers constituent la deuxième série (p. 443-469), « simple transcription des quatre premiers, en dialecte d’Égypte 7 », sans transcription latine ni traduction.

  • 8 Jérôme Lentin, « Recherches sur l’histoire de la langue arabe au Proche-Orient à l’époque moderne » (...)

9Le genre des dialogues étant déjà antérieurement en usage 8, considérer la langue des dialogues de Savary comme représentative d’une des variétés de l’époque (à savoir la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle), à l’écrit mais surtout à l’oral, ne va pas de soi. Il importe de savoir à quelle variété de langue les dialogues appartiennent. Faut-il se fier aux paroles de Langlès et considérer ceux de la première série comme une représentation des dialectes égyptien et syrien alors que ceux de la seconde représenteraient mieux le dialecte égyptien ? À l’observation de la langue de ces dialogues censés représenter l’arabe vulgaire, nous pouvons conclure qu’il s’agit, pour les uns comme pour les autres, de textes mélangés où se mêlent à différents degrés des traits d’arabe littéral, des traits de dialectes divers (mais plus particulièrement de dialectes de Syrie et d’Égypte) et, enfin, des traits de moyen arabe.

  • 9 Nāsir Sulaymān, « L’émir mamelouk et le général français : l’histoire de la principauté de Girgā à (...)

10Je voudrais suggérer que c’est à cet arabe mélangé, mixte ou moyen arabe que font référence les auteurs de grammaires et de glossaires du xixe siècle (J.-F. Ruphy, J.-J. Marcel, Caussin de Perceval et d’autres) lorsqu’ils parlent d’« arabe vulgaire ». Cette forme d’arabe est présentée par ces auteurs comme modèle, étant donné que c’est à elle qu’ils sont confrontés dans la pratique journalière de la langue. Ils en observent sans doute l’usage dans les écrits ordinaires. S’y mêlent le dialectal, le standard normé et le standard sous-normé. C’est dans cette variété que sont écrites les lettres adressées au général Denizeau par l’émir Murad dans leur correspondance 9. C’est aussi dans cette variété que choisit d’écrire Venture de Paradis, drogman formé à l’École des jeunes de langue, lorsqu’il traduit le texte de la proclamation de Bonaparte à son arrivée à Alexandrie. L’observation de la langue du document révèle un usage où se mêlent à la fois des traits d’arabe standard « sous-normé » (on trouve, à la place des formes apocopées des inaccomplis à finales en وا , la finale ون comme, par exemple, dans ان كانت الارض المصرية التزام للمماليك فاليورون الحجة التي كتبها لهم الله : « Si l’Égypte est leur ferme, qu’ils montrent le bail que Dieu leur a fait ») et des traits d’arabe dialectal (comme, par exemple, l’usage d’un passif externe dans كل قرية التي تقوم على العسكر الفرنساوي تنحرق بالنار : « Tous les villages qui prendront les armes contre l’armée française seront brûlés. »). Ce ne sont là que quelques-uns des traits que l’on retrouve dans d’autres textes traduits vers l’arabe par des interprètes locaux ou français. L’ensemble des écrits constitués par les traductions d’ordres du jour présente une langue mixte qui se rapproche de diverses façons de la norme proposée par Savary dans sa grammaire.

11La formation de ces interprètes et le rôle qu’ils ont joué dans la construction, le renforcement ou la « légitimation » du moyen arabe, comme langue écrite publique, indique la place occupée par ce registre dans la sphère arabophone comme dans la sphère non arabophone.

12Aurélien Girard nous dit que les Européens étaient parvenus à une vision « discontinuiste » de l’arabe dès le xviie siècle, comme l’attestent les ouvrages des missionnaires. Cette vision « discontinuiste » se confirme à la fin du xviiie siècle et au xixe siècle à un moment où s’organise un enseignement pratique de l’arabe et où s’institutionnalise la transmission d’un savoir sur l’Orient. Confrontés aux choix de la langue à reproduire, les spécialistes hésitent et tentent de recourir à une forme vivante. Les uns optent pour l’arabe vulgaire, opposé à l’arabe savant, sur le modèle des dialectes romans démarqués du latin. D’autres, comme Volney, entendent privilégier une variété propre à un terrain ou à un pays.

13Le concept d’arabe vulgaire recouvre une réalité complexe. Il ne s’agit pas d’une forme d’arabe dialectal, mais plutôt d’une forme d’arabe mixte, comme nous pouvons l’observer à travers les grammaires et les glossaires produits au xixe siècle.

Notes

1 Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale, Paris, Imprimerie impériale, 1813. L’ouvrage était achevé en 1784.

2 Claude-Étienne Savary, Lettres sur l’Égypte, Paris, Onfroi, 1786.

3 Ibid., préface, p. ix.

4 Nadia Minerva, « Les dialogues dans les manuels italiens. Enquête quantitative (1625-1860) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [SIHFLES], no 22 (Les Dialogues dans les enseignements linguistiques : profil historique, actes de la journée d’étude organisée à Bologne le 2 mars 1996), décembre 1998.

5 Claude-Étienne Savary, op. cit., préface, p. ix.

6 Présenté par Langlès comme copiste arabe et attaché à l’École spéciale des langues orientales vivantes, M. Sabbagh est aussi l’auteur d’une grammaire de l’arabe courant en Égypte et en Syrie qui sera éditée par Heinrich Thorbecke en 1886 (Mīhā’īl Ṣabbāgh’s Grammatik der arabischen Umgangsprache in Syrien und Aegypten, Strasbourg, Karl J. Trübner).

7 Claude-Étienne Savary, op. cit., p. 442.

8 Jérôme Lentin, « Recherches sur l’histoire de la langue arabe au Proche-Orient à l’époque moderne », thèse de doctorat d’État, université de Paris III, 1997, p. 919.

9 Nāsir Sulaymān, « L’émir mamelouk et le général français : l’histoire de la principauté de Girgā à travers les correspondances de Murād bey », Égypte/Monde arabe [CEDEJ], 2e série, no 1, L’Expédition de Bonaparte vue d’Égypte, 1999, p. 71-98.

Auteur

Madiha Doss est professeur à l’université du Caire. Elle travaille sur les dialectes arabes, les variétés d’arabe mixte et leurs usages : « Les pratiques linguistiques et leurs contextes sociaux » (dans Vincent Battesti et François Ireton dir., L’Égypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, Arles, Actes Sud, 2011). Elle les étudie entre autres à travers les ouvrages anciens des orientalistes : « Une tradition didactique appliquée à l’arabe : les dialogues Pétis de La Croix – Savary » (dans Johannes Den Heijer, Paolo La Spisa et Laurence Tuerlinckx dir., Autour de la langue arabe. Études présentées à Jacques Grand’Henry à l’occasion de son 70e anniversaire, Louvain-la-Neuve, Peeters, « Publications de l’Institut orientaliste de Louvain » (61), 2012).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540