Version classiqueVersion mobile

Trésors monétaires XXVI

 | 
Frédérique Duyrat

Les trésors de sesterces de Famars #3 (Nord) et de Lahoussoye (Somme) (terminus décennie 250)

Étude

Fabien Pilon

Résumé

Récemment découverts lors d’opérations archéologiques conduites par l’Inrap, les trésors de Famars #3 (Nord) et de Lahoussoye (Somme) sont respectivement composés de 135 sesterces de Domitien à Maximin I (terminus 236-238) et de 500 sesterces de Vespasien à Sévère Alexandre (terminus 226). L’absence de bronzes de Postume ainsi que l’étude des Dates Estimatives de Perte (DEP) font envisager leur clôture dans la décennie 250 ou au tout début des années 260, au plus tard.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux trésors de sesterces ont été mis au jour lors d’opérations archéologiques récemment conduites par l’Inrap à proximité de la voie romaine Bavay-Amiens. Le premier a été découvert à Famars (Nord), à cinq kilomètres au sud de Valenciennes, et le second à Lahoussoye (Somme), une centaine de kilomètres plus au sud (fig. 1).

Figure 1 – Localisation de Famars et Lahoussoye en Gaule Belgique
(R. Kaddeche, Inrap)

Image 10000000000003300000025E7B3E8461.jpg

Le trésor de Famars #3

Circonstances de la découverte

L’antique Fanum Martis est une agglomération secondaire de Gaule Belgique, localisée à la limite des territoires nervien et atrébate et sur les bords de la Rhonelle, un affluent de l’Escaut1. La proximité de ces deux cours d’eau navigables, ainsi que celle des voies romaines Bavay-Cambrai et Bavay-Tournai, explique en grande partie son développement économique durant le Haut-Empire. Mais malgré l’importance de celui-ci, Famars ne figurera ni sur la carte de Peutinger, ni sur l’itinéraire d’Antonin. Vers 320, la ville est entière...

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search