Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statuettes funéraires égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

 | 
Jacques François Aubert
, 
Liliane Aubert

Catalogue

Texte intégral

1 Chaouabti de la dame Tahenout

Inv. : 853 bis (a 867) ; Legrain II, p. 509
Entrée : collection de Luynes, don 1862, 1

Provenance : inconnue
Matière : granit moucheté
Dimension : 17 cm
Date : Moyen Empire

Nom : t3-nw.t (PN I 365, 19)
Titre : nbt pr

Photographies d’André Pelle

1Coiffure tripartite lisse ; oreilles faiblement indiquées. Huit lignes d’inscriptions horizontales non délimitées se terminant sur les pieds, mal gravées en raison de la dureté de la pierre :

« Que soit illuminée la maîtresse de maison Tahenout. Elle dit : Ô ce chabti, s’il est appelé, s’il est dénombré pour faire tout travail qui se fait dans la nécropole, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, je le fais à tout moment, l’embarras t’en sera infligé comme un homme à sa tâche… me voici là. »

2Nous avons considéré la traduction du nom Tahenout comme la seule possible d’après Ranke 365, 19.

3Figurine sans bras, récitant la deuxième version du chapitre vi du Livre des Morts, mais sans invocation à Osiris. Il s’agit en fait d’un substitut appelé à faire le travail dans le monde des morts à la place de la bienheureuse. Graphie parfois difficilement séparable des petites irrégularités du granit, si bien que Legrain a déchiffré seulement le début.

2 Chaouabti du scribe Neferrenep

Inv. : 851 bis (a 868) ; Legrain II, p. 508
Entrée : collection de Luynes, don 1862, 2

Provenance : inconnue
Matière : diorite
Dimension : 17 cm
Date : début XVIIIe dynastie

Nom : nfr-rnp.t (PN I 197, 18)
Titre : sš sb n mn

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

4Silhouette élancée ; visage finement sculpté, coiffure tripartite en relief ; cheveux quelque peu divergents sur la face dorsale comme chez le suivant et comme sur des statues du Moyen Empire ; collier incisé comprenant trois rangées de perles. Neferrenep est entouré de onze lignes d’inscription soigneusement gravées.

5En l’absence de mains, le texte débute directement sous la coiffure et se termine sur les pieds :

« Que soit illuminé le scribe comptable d’Amon Neferrenep juste de voix. Il dit : Ô ce chabti, si l’on dénombre pour faire ce qui se fait dans la nécropole, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient, eh bien ! l’embarras t’en sera infligé comme un homme à sa tâche… » ;

6Fin détériorée par la cassure du pied. Nous sommes en présence de la deuxième version du chapitre vi avec appel unique et clause d’obstacle après les travaux. On remarque aussi que le qualificatif « Osiris » avant le nom a été omis, pratique courante pendant la XVIIIe dynastie.

  • 1 Lefebvre 1929, p. 41-42.

7Ce chaouabti momiforme est encore très proche d’un substitut de la momie fin Moyen Empire, mais il présente un raffinement qui le situe plutôt début XVIIIe dynastie. En tant que scribe comptable d’Amon1, Neferrenep participait à l’administration générale du temple.

3 Chaouabti anonyme, Nouvel Empire

Inv. : 850 bis (a 865 = a 856 sic) ; Legrain II, p. 602
Entrée : collection de Luynes, don 1862, 7

Provenance : inconnue
Matière : pierre émaillée de bleu
Dimension : 19 cm
Date : XVIIIe dynastie

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographie d’André Pelle

8Objet exceptionnel par ses cheveux divergents derrière la tête. Pourtant cette caractéristique très particulière se retrouve chez le chaouabti du vice-roi Nehi sous Thoutmosis III, que nous avons publié en 1974, fig. 7 et 8. La chevelure est séparée du front par une petite bande horizontale. Les yeux sont grands ainsi que les oreilles. Les mains, ici apparentes, tiennent une paire de houes filiformes également particulières, mais pas de sac à grain dorsal.

9Un chapitre vi disposé en cinq colonnes jusque sur les côtés apparaît aussi aberrant, les deux dernières colonnes étant interverties. Legrain 1895 précise qu’il s’agit d’une « deuxième rédaction », donc notre deuxième version avec originalité supplémentaire de commencer par une séquence inhabituelle :

« Osiris (défunt anonyme), ô ce chabti s’il est dénombré, s’il est décompté pour faire tout travail qui se fait dans le monde des morts, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient, l’embarras t’en sera infligé là comme un homme à sa tâche, je le fais me voici diras-tu là. »

4 Chaouabti du scribe Meryré usurpé par Iouti

Inv. : 769 bis (a 380) ; Legrain II, p. 495
Entrée : 2e vente Thédenat-Duvent, 27 mars 1824, n° 104

Provenance : inconnue
Matière : calcaire peint
Dimension : 17,5 cm
Date : XVIIIe dynastie

Nom : mrjj-rc (PN I 160,23)
surchargé iwti (PN I 18,22)
Titre : sš

Photographies d’André Pelle

10Visage fin et allongé qui rappelle peut-être l’époque amarnienne ; yeux petits, cerclés de noir ; oreilles dégagées ; coiffure tripartite à l’origine peinte en bleu rayée de noir ; cette figurine ne porte aucun outil dans ses mains croisées, ni sac dorsal. Un large collier peint en noir orne sa poitrine ; hanches proéminentes ; jambes couvertes de 9 lignes d’hiéroglyphes incisés, mais la dernière ligne de texte manque :

« Que soit illuminé l’Osiris scribe Meryré… (surchargé) Iouti juste de voix. Il dit : Ô ce chabti, si l’on dénombre le scribe Meryré… (surchargé) Iouti, pour tous les travaux qui sont à faire dans la nécropole, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, eh bien ! l’embarras lui sera infligé comme un homme à sa tâche je le fais… me voici… »

11Si le nom de l’usurpateur apparaît clairement, son titre, s’il en avait un, est incertain. D’après Legrain, les signes gravés formant la titulature ainsi que le nom du premier propriétaire ont été plâtrés avant d’être surchargés. Ils apparaissent en tout cas plus pâles comme sur notre relevé. Mais il est surtout étonnant que Legrain n’ait pas vu la répétition parfaitement claire du nom de Meryré à la troisième ligne. Quant au nom de Iouti en surcharge, il est doublement intéressant par sa graphie, car le dernier w doit se lire ici comme un substitut de i pour former le nom de Iouti très répandu au Nouvel Empire. De plus, les w utilisés sont des oiseaux sans pattes pour ne pas risquer de nuire au défunt, réminiscence du Moyen Empire. Le texte est osirien, avec deuxième version du chapitre vi, réponse unique du chaouabti et clause d’obstacle exprimée après les travaux. De telles usurpations ne sont pas rares à la XIXe dynastie (Aubert 1974, couverture, chaouabti du prêtre ouab de Sekhmet et médecin Nekht, réutilisé par Samout, un successeur…).

5 et 6 Chaouabtis du scribe Ty

Inv. : 763 (a 374), 764 ; Legrain II, p. 493
Entrée : deuxième vente Thédenat-Duvent
27 mars 1824, n° 101, 102

 mars ance : inconnue
Matière : calcaire peint
Dimension : 22 cm et 18 cm
Date : XVIIIe dynastie

Nom : tj (PN 377, 23)
Titre : sš sb it mn

Photographies d’André Pelle

6. Photographie d’André Pelle

6. Photographie d’André Pelle

  • 2 N 2708a, 24 cm, ancienne collection Salt 3390, mentionné par W. Helck 1961, sous le no d’exposition (...)

12Paire de chaouabtis momiformes ; mains croisées sous le buste, sur le haut des jambes. Une lourde coiffure noire, perruque de vivant dite « à revers », laisse apparaître les oreilles peintes en rouge comme le visage imberbe, le collier, les bracelets et les mains, ces dernières en faible relief, pouce gauche sur la main droite. Le corps sculpté avec soin est malheureusement cassé pour l’un au niveau des genoux, pour l’autre à hauteur des jambes. L’inscription, une colonne incisée peinte en noir bordée de rouge, nous donne seulement un titre chez l’exemplaire 763, mais le 764 nous fait connaître aussi le nom du défunt, Ty, confirmé par un troisième exemplaire semblable parvenu au Louvre2 : « L’Osiris scribe comptable des grains d’Amon Ty… »

  • 3 Lefebvre 1929, p. 53.

13Ty possédait donc au moins trois beaux chaouabtis à coiffure de vivant, aux mains disposées exceptionnellement à plat. Comme scribe comptable des grains d’Amon3, il faisait partie des fonctionnaires du temple à Karnak, poste très important ; les grands administrateurs royaux s’honoraient fréquemment de ce titre. Tous les personnages signalés par Helck 1961 portant ce titre appartiennent à la XVIIIe dynastie.

7 Chaouabti de la dame Repet

Inv. : 854 bis (a 5776) ; Legrain II, p. 605
Entrée : collection de Luynes, don 1862

Provenance : inconnue
Matière : faïence blanche
Dimension : 19 cm
Date : XVIIIe dynastie

Nom : rpt (PN I 222, 3)
Titre : nbt pr

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographie d’André Pelle

14Coiffure tripartite rayée, incrustée de bleu terne, encadrant un visage et des oreilles finement sculptés sur fond blanc, collier ousekh de six rangs ; mains en relief tenant deux outils ; sac à grains dorsal, transversal, incrusté de pâte bleue comme l’inscription en sept lignes horizontales :

« Que soit éclairé l’Osiris maîtresse de maison Repet… juste de voix ; ô ce chabti si je suis appelé, si je suis dénombré pour l’Osiris maîtresse de maison Repet justifiée dans la nécropole, pour faire tous les travaux qui se font là, cultiver les champs, pour irriguer les berges et vice versa, transporter (le sable)… » Pied cassé.

15Pas antérieur au milieu de la XVIIIe dynastie, car il porte des outils pour travailler dans l’autre monde, mais son inscription est une des premières versions du chapitre vi du Livre des Morts.

8 Chaouabti du scribe Nebseny

Inv. : 767 (a 341) ; Legrain II, p. 499
Entrée : 2e vente Thédenat-Duvent, 27 mars 1824, n° 93

Provenance : inconnue
Matière : calcaire fin
Dimension : 25 cm
Date : XVIIIe dynastie

Nom : nb-snj (PN I 186,14)
Titre :

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

16Visage finement sculpté portant perruque tripartite rayée et barbe longue ; les mains croisées très haut sous les retombées de la coiffure ne portent rien. Une inscription répartie en neuf lignes horizontales rappelle le chapitre vi du Livre des Morts, première version. L’hiéroglyphe m est surmonté de deux plumes.

« Scribe Nebseny, il dit : Ô ce chaouabti, si l’on appelle, si l’on dénombre, Nebseny dans la nécropole pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, me voici diras-tu. »

17Il y eut tant d’homonymes ayant pour nom Nebseny à la XVIIIe dynastie, que même le titre de scribe ne suffit pas pour identifier exactement le nôtre parmi ses collègues. Le chapitre vi simplifié qu’il a adopté n’invoque même pas Osiris, auquel est presque toujours assimilé le défunt. De plus, il omet de se dire juste de voix. L’absence également de clause d’obstacle ou d’embarras fait qu’il s’agit ici d’une première version, la plus ancienne du chapitre vi.

18Notre scribe Nebseny ou celui de la figure 9 se confondent-ils avec le Nebseny de la stèle C 24 du Cabinet des médailles, aujourd’hui partie au musée d’Avranches ? On a supposé que les deux chaouabtis auraient pu être confectionnés à deux âges d’un même personnage, mais le style et la graphie des deux statuettes diffèrent au point que cette hypothèse nous semble devoir être rejetée.

9 Chaouabti de l’Intime du roi Nebseny

Inv. : 768 (a 305) ; Legrain II, p. 500
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : calcaire fin
Dimension : 23 cm
Date : XVIIIe dynastie

Nom : nb-snj (PN I 186,14)
Titre : nswt r

Photographies d’André Pelle

19Statuette massive, au visage sobre, vivant, finement sculpté ; barbe anguleuse, lisse. Les mains croisées sous les retombées de la coiffure ne tiennent rien. Elles dominent un texte réparti en six lignes horizontales, deuxième version du Livre des Morts chapitre vi, qui n’atteint pas les chevilles. Pied épais, transversal, anguleux. Reste de peinture bleue dans l’inscription incisée.

20Ce chapitre vi deuxième version prie :

« Que soit illuminé l’Intime du roi Nebseny. Il dit : Ô ce chaouabti, dénombré pour l’Intime du roi Nebseny pour les travaux qui se font là dans la nécropole comme un homme à sa tâche, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient… me voici diras-tu ».

21Ce Nebseny est donc un homonyme du précédent, mais les chaouabtis très différents l’un de l’autre ne peuvent être confondus, ne serait-ce que parce qu’ils portent des titres distincts. Le premier était scribe, tandis que le second exhibe un titre bien plus important, qui ne saurait être sous-entendu, car il est Intime du roi. Cette homonymie n’a rien d’extraordinaire, le nom de Nebseny étant très répandu à la XVIIIe dynastie sur nombre de documents mal coordonnés. L’inscription « l’Intime du roi » est composée avec des oiseaux sans pattes pour ne pas nuire au défunt, comme parfois au Moyen Empire ; le scribe homonyme n’avait pas cette crainte.

10 Chaouabti de la dame Taabtiou

Inv. : 772 ; Legrain II, p. 503
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : albâtre
Dimension : 17 cm
Date : Nouvel Empire

Nom : t3 3btiw (PN I 359, 15 ; cf. 378, 21)

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

22Statuette un peu lourde, comme la plupart des albâtres de cette époque ; visage pourtant bien sculpté, avec grandes oreilles et coiffure tripartite unie. Les mains croisées ne tiennent aucun outil aratoire ; pied cassé, restauré. Inscription gravée en neuf lignes horizontales qui reproduisent le chapitre vi du Livre des Morts deuxième version, déjà nommée deuxième rédaction par Legrain. Mais ce texte aberrant et maladroit commence directement par le nom de la défunte sans illumination osirienne :

« Taabtiou, elle dit : Ô ces chabtis, s’ils sont dénombrés, s’ils sont appelés dans la nécropole pour faire tous les travaux qui se font là dans la nécropole, l’embarras t’en sera infligé là comme un homme à sa tâche, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, me voici diras-tu là… »

11 Chaouabti anépigraphe

Inv. : 772 bis (a 348) ; Legrain II, p. 504
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : albâtre
Dimension : 15 cm
Date : Nouvel Empire

Photographies d’André Pelle

23Chaouabti comparable au précédent mais coiffure tripartite rayée à retombées assez longues avec trace de recouvrement noir, surtout par devant. Les mains ne tiennent aucun outil et aucun texte ne précise le nom du propriétaire, mais il se peut qu’un décor peint et une inscription aient disparu. Quoi qu’il en soit, de par sa matière et son aspect, la présente figurine est typiquement du Nouvel Empire. Les pieds cassés manquent.

12 Chaouabti du scribe Nebmehyt

Inv. : 852 bis (a 866) ; Legrain II, p. 507
Entrée : collection de Luynes, don 1862

Provenance : inconnue
Matière : calcaire usé probablement peint à l’origine
Dimension : 25 cm
Date : XIXe dynastie

Nom : nb-mj.t (PN I 185, 7)
Titre : sš msš n nb t3wy

Photographies d’André Pelle

24Ce chaouabti aux oreilles et visage légèrement sculptés, la barbe malencontreusement ébréchée, porte une large coiffure tripartite aux retombées antérieures ornées de deux bandes transversales sans doute autrefois décorées. Nebmehyt tient un petit sac à peine en relief sous la houe linéaire dirigée vers l’épaule gauche, un second sous l’autre houe à large lame inclinée vers l’épaule droite. L’objet devait être peint à l’origine car l’inscription incisée, comme les outils, conserve quelques traces de pigment bleu dans les hiéroglyphes et rouge dans les lignes de séparation.

25Le chapitre vi deuxième version inscrit en huit lignes horizontales sur le corps prie :

« Que soit illuminé l’Osiris, scribe de l’armée du seigneur des Deux Terres, Nebmehyt. Ô ce chabti, s’il est appelé, s’il est décompté pour cultiver les champs, pour irriguer les berges… pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, pour faire le travail qui est à faire dans la nécropole, eh bien ! l’embarras t’en sera infligé comme un homme à sa tâche… à tout moment, me voici diras-tu, là, dans la nécropole, Osiris scribe de l’armée du seigneur des Deux Terres, Nebmehyt. »

26Ce chaouabti est malheureusement usé et effacé par place. Une cassure au niveau des genoux endommage quelques signes, mais l’inscription apparaît presque complète avec clause d’obstacle après les travaux et appel unique. On remarque seulement que le mot « justifié » manque après le nom du personnage, et que l’introduction « Il dit » avant le mot « chabti » est omise.

  • 4 Aubert 1974, p. 35, 74.
  • 5 Chevereau 1994, p. 211.

27Nebmehyt arbore en ses mains croisées des outils qui n’apparaissent pas avant Thoutmosis IV4. Comme scribe de l’armée du Pharaon, il accompagnait les troupes dans les expéditions pour assurer le service de l’Intendance5.

13 Chaouabti anépigraphe

Inv. : 766 ; Legrain II, p. 501
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : grès
Dimension : 25 cm
Date : Ramesside

Photographies d’André Pelle

Photographie d’André Pelle

28Visage imberbe, mains vides, cette figurine bien sculptée porte une coiffure tripartite et présente un aspect massif caractéristique de la statuaire sous Ramsès II. En l’absence d’inscription et de décor peint ou ciselé, il est difficile de lui attribuer une date plus précise.

14 Chaouabti de la Chanteuse d’Amon Tentimentet

29Inv. : 623 (a 1008)
Entrée : n° 19 de la collection Cailliaud, don 1824

30Provenance : probablement Deir el-Medineh
Matière : bois stuqué et peint
Dimension : 25 cm
Date : XIXe dynastie, règne de Ramsès II

31Nom : t3-n.t-imnt.t (PN I 358,12)
Titre : šmcyt n mn

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

32Coiffure enveloppante noire ornée d’une fleur de lotus, qui encadre un visage rond peint en rouge. Les mains croisées sous le large collier sont également rouges, sculptées ouvertes bien que pourvues de petites houes et de lanières supportant chacune un sac à grain frontal. Le reste du corps blanc, momiforme, présente neuf lignes horizontales de texte peint en noir sur fond jaune, le nom du propriétaire, puis le chapitre vi du Livre des Morts légèrement abrégé :

« Que soit illuminé l’Osiris, Chanteuse d’Amon, Tentimentet juste de voix. Il dit : Ô ce chabti, si est dénombré, si est décompté l’Osiris Chanteuse d’Amon Tentimentet pour tous les travaux qui se font dans la nécropole, comme un homme à sa tâche, l’embarras lui en sera infligé là, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident ; si l’on te dénombre à n’importe quel moment, me voici, diras-tu. »

  • 6 Bruyère, Fouilles de Deir el-Medineh 1923-24, FIFAO II, 1925, 2e partie, p. 88 ; Valbelle 1972, Doc (...)

33Si notre chaouabti provient de Deir el-Medineh, cette dame pourrait être l’épouse du dessinateur Maaninekhtouf, fils de Pached, qui occupa le caveau 323 sous Séthi I. Dans cette tombe, en effet, on a aussi retrouvé un fragment de chaouabti en terre cuite inscrit pour la dame Tentimentet6, laquelle aurait vécu jusque sous Ramsès II.

15 Chaouabti du scribe royal Khaï

Inv. : 749 ; Legrain II, p. 524
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : bois
Dimension : 20,5 cm
Date : XIXe dynastie

Nom : cj.j (PN I 265,7)
Titre : sš nsw, imrr pr wr

Photographies d’André Pelle

34Chaouabti de bois brun rouge grossièrement taillé. Sa coiffure tripartite aux longues retombées encadre un visage ovale. Les yeux sont entourés de noir ainsi que le bas de la coiffure. Pied petit ; dos faiblement incurvé avec quelques traces de stuc blanc. Ses mains accolées sculptées d’une seule pièce séparent le buste de l’inscription gravée en une colonne bordée :

« L’Osiris, scribe royal, grand majordome Khaï, juste de voix. »

  • 7 Aubert 1974, p. 101.
  • 8 ld., p. 91.
  • 9 Drouot, 20 mars 1986, collection Dreyfus n° 64.
  • 10 Helck 1958, p. 456-458.
  • 11 Kitchen 1990, n° 84, p. 197, pl. 189, 198 B.

35À la XIXe dynastie, Khaï était un nom courant que portait aussi bien l’intendant du Trésor7 ou le scribe de l’offrande divine8, qu’un simple citoyen exempt de distinctions9. La titulature de notre personnage le rapprocherait du vizir de Ramsès II10 mais, comme le fait remarquer Kitchen11, « it is not certain that the two men are identical » (il n’est pas certain que les deux hommes soient un même personnage). Notre exemplaire est néanmoins comparable à celui de Rio de Janeiro : seul leur titre diffère ; celui du Cabinet des médailles n’est pas seulement « majordome » mais « grand majordome ».

16 Chaouabti de Saouadj

Inv. : 637 (a 944) ; Legrain II, p. 534
Entrée : ancien fonds

Provenance : Deir el-Medineh
Matière : bois stuqué et peint
Dimension : 25 cm
Date : XIXe dynastie, règne de Ramsès II

Nom : s3-w3dj.t (PN I 281,12)
Titre : sm-cš n nb t3wy m st-m3śt

Photographies d’André Pelle

36Sur le fond blanc d’un corps momiforme élancé, une longue coiffure tripartite peinte en noir encadre un visage peint en rouge, comme les mains. Il s’agit donc d’un personnage masculin. Un large collier ousekh couvre la poitrine ; mais ce dévoué serviteur ne porte pas d’instrument aratoire. Le nom du propriétaire est peint en noir sur le fond jaune d’une colonne bordée de rouge qui orne les jambes.

« Que soit illuminé l’Osiris, serviteur du seigneur des Deux-Terres dans la Place de Vérité, Saouadj juste de voix. »

  • 12 Valbelle 1985, BdE 96, p. 300.
  • 13 PN I, Part II2, p. 688.

37D’après son titre12, Saouadj (fils de Ouadjet) appartient aux « hommes de la tombe », c’est-à-dire aux équipes d’ouvriers recrutés par Pharaon pour construire leur hypogée dans la Vallée des rois. Il vivait à proximité avec sa famille, dans le village de Deir el-Medineh ; à ses moments libres, il construisait un caveau pour lui-même : 1281 du cimetière de l’Ouest13. Un grand éclat de calcaire nous a même révélé ses jours d’absence en l’an 40 de Ramsès II.

  • 14 Nantes, musée Dobrée, 1358.
  • 15 N 2684, 1 et 2, (catalogue Champollion Q 47 et Q 48).
  • 16 Clère 1929.
  • 17 Paris, Louvre E 13565 et E 20130. Andreu & Gombert 2002, p. 297.

38Saouadjy (autre orthographe), père d’Arinefer (tombe 290), nous a laissé plusieurs statuettes funéraires très semblables, dont une sans titre, anciennement n° 642 du Cabinet des médailles, actuellement conservée à Nantes14, et une paire au Louvre15. Arinefer eut un fils portant les mêmes titres et le même nom16 que son grand-père, avec lequel on pourrait le confondre et auquel on serait tenté d’attribuer les chaouabtis à fond noir du Louvre17.

  • 18 Bruyère & Kuentz 1926.
  • 19 Reiser-Haslauer 1990-1992, p. 24-25.

39Chez Arinefer furent recueillis clandestinement deux grands chaouabtis de terre cuite inscrits sur le devant pour Saouadjy et sur le dos pour la maîtresse de maison Mehytkhati18. Un autre en bois aux deux noms se trouve à Vienne19.

  • 20 AF 11916, AF 11918 et N 2684 (catalogue Champollion Q 282).

40Le Cabinet des médailles conservait également deux statuettes de Mehytkhati (757 et 759) inscrites en une colonne frontale traversée par deux lignes transversales, le nom répété trois fois chez l’une, tandis que l’autre offre une disposition plus classique en sept lignes horizontales. Ces figurines momiformes aujourd’hui au Louvre et une troisième20 sont inscrites en une colonne sur fond noir, recouvertes d’un verni qui a jauni.

17 Chaouabti à inscription effacée

Inv. : 752 ; Legrain II, p. 516
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : bois
Dimension : 21 cm
Date : Ramesside

Photographies d’André Pelle

41Statuette de bois lourd, fissurée en plusieurs endroits, autrefois recouverte d’un enduit blanc qui servait de fond au décor peint et à l’inscription complètement effacée. Longue coiffure tripartite vert foncé, yeux bordés de noir. Les bras sont esquissés en une bande transversale mais les mains, qui devaient être dessinées et peintes en rouge, n’apparaissent presque plus ; on devine à peine le sac dorsal accompagné de godets.

18 Chaouabti de Penrenou

Inv. : 650 (a 1063) ; Legrain II, p. 543
Entrée : ancien fonds

Provenance : sans doute Deir el-Medineh
Matière : terre cuite peinte
Dimension : 11 cm
Date : Ramesside

Nom : p3-n-rnw (PN I 109,16)

Photographies d’André Pelle

42Ce chaouabti momiforme au profil épais est orné, sur les côtés et sur le dos, comme un sarcophage, de bandes rouges et blanches perpendiculaires. Dans ses mains croisées, il porte deux houes avec une palanche dorsale. L’inscription frontale verticale nous donne le nom du propriétaire : « Osiris Penrenou ».

43Ce texte précise, par un déterminatif serpent, qu’il fait allusion à la déesse des moissons et des vendanges, Renenoutet. Le nom développé du personnage serait donc P3-n-rnn-wtt « Celui de la déesse Renenoutet », maîtresse de la « cime thébaine » et patronne des ouvriers de Deir el-Medineh.

  • 21 Aubert 1974, p. 128.
  • 22 Bulté 1981, p. 81, n° 102.
  • 23 Berlin, Ägyptisches Museum (1980), n° 39 (inv. 733).

44Il s’agit apparemment d’un estampage21. Plusieurs autres chaouabtis de cette troupe, momiformes ou orants, sont conservés au Caire, à Berlin, Oxford, Turin et Sèvres22, ce dernier, don Cherubini 1851, proviendrait de Thèbes. Un exemplaire a été récemment offert au Metropolitan Museum de New York n° 1985.383. À Berlin est exposé un de ses coffrets à chaouabtis23.

19 Chaouabti de Sataouret

Inv. : 643 (a 1038) ; Legrain II, p. 536
Entrée : n° 25 de la collection Cailliaud, don 1824

Provenance : inconnue
Matière : bois sculpté et peint
Dimension : 19 cm
Date : Ramesside

Nom : s3-t3-wr.t
Titre : … n mn

Photographies d’André Pelle

45Trapu, fort de buste, court de jambes, ce chaouabti porte une coiffure tripartite avec de longues retombées noires. Un large collier jaune, bordé de noir entoure le buste. Les mains croisées disposées à plat, peintes en rouge comme le visage, ne tiennent pas d’outils ; pourtant, un sac à provisions jaune se trouve peint sur son dos.

46Inscription en une colonne, tracée en noir sur fond jaune bordé de rouge. Malgré un début de titre effacé, on peut lire : « … d’Amon, Sataouret juste de voix. »

47Bien que ce nom « Sataouret » ne soit pas répertorié dans PN, il reste tout à fait plausible, signifiant « Fils de Touéris ». Ainsi s’expliquerait la couleur rouge du visage et des mains réservée aux hommes. Le propriétaire de ce chaouabti vénérait donc tout particulièrement « La Grande » déesse hippopotame.

20 et 21 Deux chaouabtis de Sobek

Inv. : 760 et 761 ; Legrain II, p. 523
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : bois
Dimension : 22,5 cm
Date : Ramesside

Nom : sbk (PN I 303,20)

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

48Ces deux grandes figurines, l’une valorisée par son pagne empesé, l’autre momiforme, appartiennent au même défunt Sobek. Une lourde coiffure tripartite encadre des visages grossièrement sculptés ; l’inscription couleur jaune ocre en partie effacée est peinte directement sur le bois brut à peine décapé.

49En examinant les textes maladroits, on peut comprendre : « Que soit illuminé l’Osiris… Sobek » sur le chef à grand pagne ; la figurine momiforme lui ajoute un titre de grand personnage précédant Sobek déterminé par un crocodile puis un homme accroupi.

50Ce bienheureux Sobek possédait au moins deux chaouabtis pour le servir en l’au-delà : un chef à grand pagne tenant dans sa main gauche levée le fouet de commandement et un serviteur momiforme pourvu d’outils aratoires inachevés, qui porte un sac à grain dorsal.

22 Chaouabti du grand majordome Paï

Inv. : 765 (a 1048) ; Legrain II, p. 513
Entrée : fonds Caylus, legs 1765 au Cabinet du roi

Provenance : inconnue
Matière : bois
Dimension : 17,5 cm
Date : Ramesside

Nom : p3jj (PN I 129,4)
Titre : sš nsw, 3 ty-c, imj-r pr wr

Photographies d’André Pelle

51Élégant dignitaire à coiffure tripartite aux longues retombées cachant les oreilles ; visage très fin pourvu d’un large collier qui comprend quatre rangs de perles et un de pendentifs. Il revêt le pagne des vivants. Ses bras croisés aux coudes saillants portent un large bracelet ; les mains présentent fouet et bâton de commandement. Six lignes horizontales d’hiéroglyphes incisés entourent le bas du corps. Malheureusement, sous le devanteau, les pieds chaussés de sandales ont été arrachés et quelques fissures apparaissent dans le dos.

« Ô ce chabti, si on compte, si on dénombre le scribe royal, gouverneur, grand majordome Paï juste de voix, pour faire tous les travaux… dans la nécropole, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, eh bien ! l’embarras lui en sera infligé là comme un homme à sa tâche. Si l’on appelle, si l’on recherche l’Osiris gouverneur Paï juste de voix à n’importe quel moment, me voici diras-tu là. »

  • 24 Aubert 1974, p. 118 ; Schneider 1977, I, p. 154.

52Cette version du chapitre vi du Livre des Morts contient la formule peu fréquente de « recherche » utilisée par Ramsès IV24.

  • 25 Caylus 1762, p. 9-10, pl. II, n° 1, 2, 3.
  • 26 La collezione egiziana del Museo Archeologico Nazionale di Napoli 1989, p. 75-76.
  • 27 Inv. N 2684.
  • 28 De Meulenaere 1975, p. 87-92.

53Le bien vivant et énigmatique Paï, grand majordome non répertorié, faisait partie au xviiie siècle des « raretez » du Cabinet Caylus25, tandis qu’un exemplaire identique, aujourd’hui exposé au musée de Naples26, appartenait à la même époque au cardinal Stefano Borgia. Au Louvre27, un troisième exemplaire très semblable, bois en costume de vivant, pied cassé, récite le chapitre vi avec formule de « recherche ». Ce Paï ne mentionne aucun titre au premier appel de son nom, mais il se proclame « gouverneur » au deuxième appel : on peut le supposer homonyme contemporain. Par contre, un Paï conservé à Bruxelles28 diffère de notre personnage par sa titulature originale.

23 Chaouabti à grand pagne de …tem

Inv. : 771 bis (a 5794)
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : terre cuite
Dimension : 18,5 cm
Date : Ramesside

Nom : …tm

Photographies d’André Pelle

54Terre cuite couleur brique ; dos lisse à peine convexe et pied incliné ou subsistent quelques traces de badigeon blanc. Le devant du corps, repris à l’ébauchoir, est expressivement ciselé : visage ovale, perruque rayée sur le front, quadrillée sur les épaules, laissant les oreilles dégagées ; buste vêtu d’une chemise plissée ; les mains croisées tiennent des emblèmes en relief, dans la droite un fouet de commandement, dans la gauche un signe de vie ankh. Pagne long, avec deux bandelettes à angle droit, la verticale présentant quelques restes de signes à l’encre noire.

55« Que soit illuminé …tem. » Un espace d’au moins deux quadrats, non inscrit ou plus vraisemblablement effacé, aurait pu contenir le mot « Osiris » et le début du nom.

  • 29 Les deux exemplaires inventaire N 2688.

56Deux autres figurines de cette même série à grand pagne et emblèmes en relief, malheureusement tout aussi effacées et difficiles à lire, sont conservées au Louvre29. On pourrait peut-être déchiffrer sur l’une d’elles : « Que soit illuminé l’Osiris Pa…tem » avec un nom théophore d’Atoum.

24 Chaouabti en costume de vivant effacé

Inv. : 932 ; Legrain II, p. 498
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : calcaire
Dimension : 20,5 cm
Date : Ramesside

Photographies d’André Pelle

57Coiffure de vivant, mèche devant les épaules ; barbe cassée ; large collier ; les bras croisés tiennent en main gauche un nœud d’Isis tit, en main droite un pilier djed ; vêtu d’un costume à larges manches plissées obliquement jusqu’au coude et d’un grand pagne avec retombées obliques à la base et ceinture en dessous, au niveau de laquelle il a été cassé transversalement ; puis une bande médiane verticale semble avoir été inscrite mais effacée. Visage, avant-bras, mains et chevilles autrefois peints en rouge ; chevelure noire ; objet décapé.

25 et 26 Deux chaouabtis attribuables à Bak…

Inv. : 774 (a 2646) et 775 (a 2645) ; Legrain II, p. 548 et 549
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : terre cuite
Dimension : 15 et 17,5 cm
Date : Ramesside

Nom : b3k...

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

  • 30 PN I 92, 9, avec forme plus développée à 93, 1.

58Coiffure de vivant comme chez ceux qui précèdent, et grand pagne également, orné d’une inscription verticale à demi effacée ; seul bak, qui signifie « le serviteur », est bien lisible. Les quelques traces qui suivent suggèrent la présence d’un t et d’un petit oiseau accompagné d’un r ; il pourrait alors s’agir de b3k.t-wr.t, c’est-à-dire « la servante de Touéris »30. Le corvéable en revanche porte une coiffure tripartite de momie.

59Déjà à l’époque ramesside, le petit fonctionnaire ou l’humble manœuvre, attentif au confort de sa vie future, s’efforçait d’être accompagné dans l’au-delà par de modestes corvéables. Notre Bak… bénéficia donc au moins d’un chef à grand pagne et d’un serviteur momiforme anépigraphe, le contremaître permettant seul d’identifier une troupe peu nombreuse, généralement de quelques unités.

27 Chaouabti orant incomplet

Inv. : 1942 ; Legrain II, p. 637
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : schiste émaillé
Dimension : 10,5 cm
Date : Ramesside

Photographies d’André Pelle

60Coiffure de vivant « à revers », et mèche devant les épaules ; barbe courte, collier étroit surmontant un pectoral en façade de temple centré d’un scarabée ailé ; vêtement à larges manches plissées horizontalement jusqu’au coude ; long pagne atteignant les chevilles ; bras appliqués par dessus en position d’orant mais séparés du corps ; inscription dorsale répartie en trois lignes horizontales au bas du pagne : « Que soit illuminé l’Osiris… », suite du texte incertaine, apparemment avec séquences abrégées du chapitre vi du Livre des Morts, pour irriguer les berges et transporter le sable. Cassé au niveau de la ceinture. Sur le pagne, une lacune rectangulaire verticale devait contenir le nom du personnage.

28 Chaouabti anépigraphe

Inv. : 755 ; Legrain II, p. 536
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : bois
Dimension : 22 cm
Date : Nouvel Empire

Photographies d’André Pelle

61Coiffure de vivant mais chaouabti entièrement momiforme, comme un corvéable ; anépigraphe, peut-être inachevé, ce grand bois léger, fibreux, est monté sur un gros socle rectangulaire d’origine. Perruque de vivant arrondie sur les épaules qui surmonte le visage légèrement sculpté ; oreilles cachées. Les bras sont croisés, mains taillées à plat sans outil aratoire. L’ensemble ne manque pas d’élégance malgré quelques fissures.

29 Chaouabti de Adja

Inv. : 787 ; Legrain II, p. 545
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence bleue
Dimension : 14 cm
Date : Nouvel Empire

Nom : 3-3 (PN I, 4,20, cf. 72,11)

Photographies d’André Pelle

  • 31 786 à Nantes et 787 bis au Louvre.
  • 32 Louvre E 22127, faïence bleue 8,7 cm, « Je ferai pour » inscrit au dos.

62Bleu vif à glaçure brillante, les sourcils, yeux et bouche entourés de noir ; oreilles dégagées, Adja porte une coiffure tripartite noir violacé comme le contour des mains, les colliers, bracelets, houes, sac dorsal et palanche soutenant deux vases. Sur le corps momiforme, une colonne d’inscription encadrée, nous indique le rôle de la statuette et le nom du propriétaire : « Je le fais pour Adja juste de voix », c’est-à-dire « je travaille » pour le maître de cette statuette. Nous sommes donc ici en présence d’un serviteur. Le Cabinet des médailles possédait trois chaouabtis au nom de Adja ainsi libellés31, petite phrase que j’ai rencontrée sur une autre figurine de la Troisième Période Intermédiaire32.

30 Chaouabti anépigraphe

Inv. : 1964 ; Legrain II, p. 505 (« statuette funéraire fausse »)
Entrée : collection de Luynes, don 1862, 8

Provenance : inconnue
Matière : albâtre
Dimension : 18 cm
Date : XXe dynastie

Photographies d’André Pelle

  • 33 Weill 1922 ; Aubert 1974, p. 118, pl. 23 et 24.

63Voisin des objets que Weill, suivi par Aubert, appelle « albâtres à contour perdu » mais coudes et mains proéminents33. À peine sculpté ; nez et bouche esquissés ; coiffure tripartite peinte en noir et recouverte de cire verte partiellement écaillée ; bras croisés en faible relief ; entourage et bracelet peints en noir ; six lignes horizontales en cire verte sur les jambes, mais sans inscription.

31 Chaouabti anépigraphe

Inv. : 887 (a 1704) ; Legrain II, p. 623
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence
Dimension : 5 cm
Date : Nouvel Empire

Photographies d’André Pelle

64Ce petit objet fait davantage penser à une amulette qu’à une figurine funéraire. La tête et les mains sont exagérément développées. La barbe est non tressée et les outils en faible relief. Il est anépigraphe, sans pilier dorsal ni socle. Peut-être se trouvait-il dans une urne de pauvre.

32, 33 et 34 Trois chaouabtis anépigraphes

Inv. : 917 (a 1709), 920 (a 1706), et sans numéro (SN) ; Legrain II, p. 629
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : terre cuite
Dimension : 4,5 cm
Date : Nouvel Empire

Photographies d’André Pelle

65Travail rudimentaire, informe, sans pilier dorsal ni socle ; terre cuite peinte en bleu pour les deux premières, issues peut-être d’une urne de pauvre. La dernière en faïence verte, cassée aux chevilles, sans pied, pourrait être postérieure.

35 Chaouabti de l’archiviste en chef Khonsoumès

Inv. : 671 ; Legrain II, p. 530
Entrée : collection Cailliaud, don 1824

Provenance : région thébaine
Matière : bois stuqué et peint
Dimension : 11,6 cm
Date : XXe dynastie

Nom : ns.w-ms (PN I 271,7)

Photographies d’André Pelle

66Ce chaouabti momiforme, grossièrement taillé dans un bois léger couvert d’une fine couche de stuc, présente un décor peint : en noir, l’inscription verticale et la coiffure tripartite légèrement arrondie dans le dos ; en rouge, la bouche, le contour des mains, l’entourage de l’inscription, les outils aratoires ; en jaune, le visage, le cou, le fond de l’inscription et le sac dorsal.

« Que soit illuminé l’Osiris Khonsoumès juste de voix. »

  • 34 De Meulenaere 1978, p. 227.

67L’inscription, réduite ici au nom du personnage, varie suivant les exemplaires soit par adjonction de « en paix » après la justification, soit surtout en ce qui concerne le titre, qui peut être religieux : « père divin d’Amon-Ré roi des dieux dans Ipet-Sout » sinon de « Mout » le plus souvent ; ou administratif : « chef des scribes du temple d’Amon », « chef des secrets », le plus représentatif étant « archiviste en chef du trésor d’Amon34 ».

  • 35 Voyage à l’Oasis de Thèbes et dans les déserts situés à l’Ouest et à l’Occident de la Thébaïde par (...)
  • 36 Rougé 1883, p. 1.
  • 37 Devéria 1881, p. 121.
  • 38 Niwinski 1988, p. 156, no 286.

68Une importante collection fut récoltée dans « l’oasis de Thèbes » par Frédéric Cailliaud vers 1815-181835, qui fut donnée ultérieurement au musée Dobrée, à Nantes, et au département des Médailles de la Bibliothèque Nationale36. Cette dernière institution possédait, en 1881, 78 Khonsoumès, serviteurs momiformes ou contremaîtres37. L’inventaire Legrain terminé en 1896 n’en recensait plus que 69 et aujourd’hui un seul s’y trouve encore. Les autres ne sont pas perdus pour autant et peuvent être consultés au Louvre ou dans les principales villes de France (voir plus loin « Autres inventaires »). Le Louvre possède par ailleurs un autre lot de Khonsoumès, qui provient de la collection Salt. Quelques exemplaires isolés de collections anciennes sont exposés en divers musées européens, à Leyde (collection Anastasi), à Naples (collection Picchianti)… Il est donc possible qu’au xixe siècle une tombe ait été retrouvée intacte, dont l’équipement fut dispersé. De Khonsoumès, nous connaissons deux sarcophages (conservés l’un à Marseille et l’autre à Nantes), un coffre à canopes (Saint-Pétersbourg), le papyrus mythologique (Vienne) et un Livre des Morts (Louvre). L’étude de ce riche mobilier permit à Niwinski de dater l’ensemble vers l’an 1000 av. J.-C38. Toutefois, l’importante collection de chaouabtis ayant survécu de ce père divin et chef des scribes n’avait jamais encore été étudiée avant que L. Aubert ne s’y intéresse et fasse des relevés de tous les spécimens accessibles dans les musées. Il en résulte la constatation que ces nombreuses figurines ne portent jamais de bandeau frontal. On peut en déduire qu’elles sont antérieures au règne de Masaharté (vers 1054-1046 av. J.-C.). Cette observation confirmerait presque la datation proposée par Niwinski, mais il faut également se rappeler que la XXe dynastie prit fin vers 1070 av. J.-C. Il n’est donc guère possible d’établir, à quelques dizaines d’années près, si Khonsoumès appartient à la XXIe dynastie plutôt qu’à la XXe dynastie. En outre, les mains pour autant qu’elles soient précisément dessinées, ne semblent guère croisées mais sont plutôt alignées, parfois proches des coudes, comme le plus souvent à la fin du Nouvel Empire.

36 Chaouabti de Penimen

Inv. : 723 (a 1272) ; Legrain II, p. 525 (ensemble de 8 statuettes)
Entrée : probablement don Cailliaud

Provenance : région thébaine
Matière : bois stuqué et peint
Dimension : 12 cm
Date : XXe dynastie

Nom : p3-n-mn (PN I 106,8)
Titre : ry sš{w} s-nr n mn

Photographies d’André Pelle

69Comme chez Khonsoumès, le sculpteur a donné un aspect momiforme à Penimen, dont le décor est peint sur enduit blanc. Les mains, houes, sac dorsal, entourage de l’inscription sont rouges comme le visage qu’animent seuls les yeux dessinés en noir. Sa coiffure tripartite est uniformément noire, ainsi que les hiéroglyphes en une colonne verticale devant :

« Que soit illuminé l’Osiris, chef des scribes du pavillon d’Amon, Penimen juste de voix. »

  • 39 Schneider 1977, II, n° 3.1.1.6, p. 36.
  • 40 Paris-Drouot, 7 mars 1977, n° 121 et Paris-Drouot, 12 janvier 1988 ; Auxerre, 23 octobre 1988, n° 1 (...)

70À l’origine, le Cabinet des médailles possédait dix chaouabtis de Penimen, mais ils sont aujourd’hui dispersés en divers musées français (voir plus loin « Autres inventaires »). Une paire de cette série, l’un à Dijon (719), l’autre au Louvre (721), portent le titre d’archiviste en chef du trésor du temple d’Amon déjà revendiqué par Khonsoumès. Cette inscription, et l’aspect de la statuette suggèrent une origine commune aux deux personnages. Le Louvre en conserve plusieurs provenant de la collection Salt, et le musée de Leyde un spécimen de la collection Anastasi39. Un autre encore, toujours identique, a circulé récemment dans le commerce40. Il ne faut cependant pas confondre ce Penimen avec un homonyme de la xxie dynastie, également chef des scribes du temple, qui possède une belle série de chaouabtis en faïence bleu vif à décor noir.

37 Chaouabti de la dame Henouttaouy

Inv. : 732 (a 1040) ; Legrain II, p. 528
Entrée : probablement don Cailliaud

Provenance : région thébaine
Matière : bois stuqué et peint
Dimension : 12 cm
Date : XXe dynastie

Nom : nw.t-t3.wy (PN I 244,12)

Photographies d’André Pelle

71À peine sculpté, un peu plus élancé que les précédents, ce petit chaouabti en bois couvert d’un léger enduit blanc reste discret. Seuls ses grands yeux noirs comme la coiffure, et le petit trait rouge de la bouche lui donnent vie. L’inscription verticale peinte en noir, bordée de rouge, est très concise :

« Que soit illuminé l’Osiris Henouttaouy justifiée. »

  • 41 Fabretti, Rossi & Lanzone 1882.
  • 42 Harer collection, 1992, n° 57 c.

72Le nom de la défunte, très courant à la Troisième Période Intermédiaire dans la région thébaine où régnait une reine homonyme, ne précise pas quelle fut sa parenté. En fait, ce nom était déjà porté par une fille de Ramsès II. On peut raisonnablement rattacher cette dame au groupe précédent de typologie analogue. Comme pour Khonsoumès, Penimen et Moutemouia, un seul exemplaire du lot subsiste au département des Médailles, les quatre autres étant déposés au Louvre. Le musée de Turin en possède également un41, ainsi que la collection familiale Harer42.

38 Chaouabti de la dame Moutemouia

Inv. : 726 (a 942) ; Legrain II, p. 526 (ensemble de 4 statuettes, nos 726, 727, 728, 729)
Entrée : probablement don Cailliaud

Provenance : région thébaine
Matière : bois stuqué et peint
Dimension : 12 cm
Date : XXe dynastie

Nom : mw.t-m-w3 (PN I 147,17)

Photographies d’André Pelle

73Morceau de bois tendre mal taillé, couvert d’un enduit blanc ; cette petite figurine momiforme, aux visage, mains, hoyau, sac, vases dorsaux peints en rouge, est coiffée d’une perruque tripartite noire joliment agrémentée d’un large bandeau blanc noué derrière la tête. Le bandeau frontal en question est fort important : en 1974, nous avons démontré qu’il apparaît à la XXIe dynastie chez le premier prophète d’Amon Masaharté, au temps où les chaouabtis sont normalement de faïence, parfois en terre cuite. Les figurines de Moutemouia pourraient donc être exceptionnellement rattachées à cette dynastie : ce serait une incursion du Nouvel Empire dans la Troisième Période Intermédiaire. Mais on peut également supposer que ce bandeau frontal a déjà été porté isolément par un chaouabti de la XXe dynastie. Quoi qu’il puisse en être, il semble difficile d’admettre que des petits bois, négligés à la manière de la XXe dynastie aient encore été produits à la XXIe dynastie, alors que les collègues du même clergé d’Amon étaient déjà occupés à fabriquer des faïences bleues en grandes séries, notamment pour les cachettes de Deir el-Bahari et pour la nécropole de Tanis, où l’on n’a retrouvé aucun chaouabti en bois.

74Une colonne d’inscription peinte en noir sur les jambes est encadrée de rouge : « Que soit illuminé l’Osiris Moutemouia justifiée. » Le nom de la défunte est déterminé par une femme assise suivie d’une fleur à trois tiges réservée aux dames, bouquet de justification qui remplace parfois l’habituel « juste de voix ».

  • 43 Inv. 727 et 729 (voir plus loin « Autres inventaires »).
  • 44 Notes sur les collections égyptiennes du musée départemental archéologique de la Loire-Inférieure, (...)
  • 45 Oslo 1985, CAA 1,33, Paris Louvre N 2684, Turin (catalogue de 1881), n° 2647, Vienne 1991, CAA 8, 1 (...)
  • 46 Niwinski 1989, p. 251 ; de la collection Minutoli acquise en 1823.
  • 47 La Collezione egiziana del Museo Archeologico Nazionale di Napoli, 1989, p. 168-170 ; de la collect (...)

75Cette dame, peut-être apparentée à Khonsoumès, est désignée comme maîtresse de maison sur deux petits serviteurs qui furent au Cabinet des médailles43 et sur celui relevé par Rougé en 1883 à Nantes (don F. Cailliaud)44. Outre les figurines signalées dans divers autres musées45, son papyrus funéraire se trouve conservé à Berlin46 ; un coffret à chaouabtis est exposé au musée de Naples avec trois petites statuettes47 précisant que Moutemouia était chanteuse d’Amon.

39 et 40 Chaouabtis du père divin Horemakhbit

Inv. : 779 (a 1096) et 923 (a 1303), tête cassée numérotée 1952 ; Legrain II, p. 557 (« Deir el Bahari ») et 630
Entrée : probablement don Cailliaud

Provenance : région thébaine
Matière : faïence bleue
Dimension : 13 cm
Date : XXIe dynastie, sous le pontificat de Menkheperré
Nom : r-m-3-bj.t (PN I 247,15)
Titre : it-nr ; sš wt-nr n pr-mn

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

76Les chaouabtis d’Horemakhbit, faïences d’un très beau bleu vif à décor noir, se reconnaissent aisément à leur coiffure tripartite rayée, ornée d’un large bandeau uni noué derrière la tête. Le serviteur, bras croisés, poignets avec large bracelet, tient des houes peintes et porte un sac dorsal. On peut lui attribuer un chef (923) dont la tête cassée porte le même bandeau ; le bras droit levé horizontalement contre la poitrine arbore un fouet dont la lanière retombe contre l’épaule gauche. Comme chez les autres chefs de la série, l’inscription ne mentionne ici que le nom. Par contre, les serviteurs bénéficient le plus souvent d’une inscription sur deux colonnes encadrées, qui révèlent un ou plusieurs titres différents ; seuls quelques exemplaires ont une inscription limitée à une colonne de texte.

« Que soit illuminé l’Osiris père divin, scribe du temple dans le domaine d’Amon, Horemakhbit juste de voix », proclame le serviteur.

77La troupe d’Horemakhbit était certainement fort nombreuse puisque le Louvre expose, dans sa vitrine des « chaouabtis bleus de la Troisième Période Intermédiaire », une équipe complète, soit un chef accompagné de ses dix serviteurs. Notre musée a également déposé une partie de son surplus dans les fondations de province comme Dijon, Marseille ou Montargis, tandis que Nantes, Riom, Saint-Germain-en-Laye et Strasbourg possèdent leur propre exemplaire. En outre, diverses institutions mentionnent des Horemakhbit dans leur catalogue : Berlin, Florence, Leyde, Oslo, Rio de Janeiro, Turin…

  • 48 Niwinski 1988, p. 110, n° 37.
  • 49 AeIB II, p. 332-333.
  • 50 Niwinski 1989, p. 243.
  • 51 Id., p. 311.
  • 52 Jéquier G., Le livre de ce qu’il y a dans l’Hadès, 1894, p. 30, note 4.

78Le reste de l’équipement funéraire comprend un sarcophage conservé à Berlin48 et un coffret à chaouabtis49 ainsi que le papyrus de l’Am Douat50. Le Livre des Morts figure exposé à Leyde51. Ce bel ensemble a été exhumé dans la région thébaine au début du xixe siècle, car les chaouabtis d’Horemakhbit, déposés au Cabinet des médailles, ont été rapportés d’Égypte par Caillaud52, comme ceux d’Amenhotep fils d’Horemakhbit (783 et 778), aujourd’hui au Louvre et à Nantes (voir plus loin « Autres inventaires »).

  • 53 Barbotin 1984.

79Grâce à une lettre en hiératique conservée au Louvre (E 25359), nous apprenons enfin que ce scribe du temple d’Amon vivait sous le pontificat du premier prophète Menkheperré. Sommé par le grand prêtre de faire comparaître un général, notre « chef des scribes des temples de tous les dieux du Sud et du Nord » bénéficiait d’une large autorité administrative, non seulement à Thèbes, mais dans toute l’Égypte53.

41 Chaouabti anépigraphe

Inv. : sans numéro SN
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence
Dimension : 7 cm
Date : Troisième Période Intermédiaire

Photographies d’André Pelle

80Objet sans inscription, ni barbe, ni pilier dorsal, ni outils, en faïence bleu turquoise. Coiffure tripartite, à retombée dorsale non marquée.

42 Chaouabti anépigraphe d’un contremaître

Inv. : 789 (a 1306) ; Legrain II, p. 542 (« Deir el Bahari »)
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence bleu pâle
Dimension : 9,5 cm
Date : XXIIe dynastie

Photographies d’André Pelle

81Statuette massive ; visage à peine ébauché, mais bandeau frontal noué derrière la tête typique de la Troisième Période Intermédiaire ; ce chef porte un petit pagne triangulaire. Il arbore dans sa main gauche levée contre la poitrine un fouet de commandement à longue lanière peint en noir ; la main droite disposée le long du corps tient un bâton horizontal ou plutôt une massue également peinte ; mais curieusement, malgré son rang, il a conservé dans le dos un sac à grain de serviteur.

43 Chaouabti au décor effacé

Inv. : 746 ; Legrain II, p. 542
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : terre cuite
Dimension : 9 cm
Date : XXIIe dynastie

Photographies d’André Pelle

82Cette figurine de terre cuite rouge est couverte d’un léger enduit blanc sur lequel un décor, voire une inscription, se détachait probablement en noir. Aujourd’hui, seule subsiste une trace du bandeau frontal noué derrière la tête. Visage entouré d’une coiffure tripartite en léger relief qui laisse apparaître des oreilles bien sculptées. Bras croisés en faible relief ; les mains ont malheureusement perdu leurs outils aratoires peints à l’origine. Le dos presque plat laisse apparaître un léger modelé de ce corps momiforme.

44, 45 et 46 Chaouabtis du prêtre lecteur en chef Petamenopé

Inv. : 762, 762 bis, 762 ter ; Legrain II, p. 502
Entrée : fonds Caylus pour les deux premiers exemplaires, legs 1762 au Cabinet du roi ; inconnu pour la troisième.

Provenance : principalement tombe 33 de l’Assassif
Matière : serpentine, émaillée de vert pour le troisième
Dimension : 21 cm, 13 cm et 15 cm
Date : fin XXVe dynastie

Nom : p3-dj-imn-(m-) pt (PN I 122,4)
Titre : rj-bt rj-tp

Photographies d’André Pelle

45. Photographie d’André Pelle

45. Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

  • 54 Aubert 1974, p. 201-203.

83On connaît bien les chabtis du prêtre lecteur en chef Petamenopé en serpentine brune, tels ces deux bustes (fig. 44 et 45) et cet exemplaire intact émaillé (fig. 46), qui sont dispersés dans les musées sinon les collections privées54. Les figurines en pierre furent remises à la mode au viie siècle av. J.-C., par souci de retour aux sources, d’abord par des souverains comme Taharqa et les divines adoratrices Aménardis I, Chepenoupet II, puis par de hauts dignitaires, Haroua, Montouemhat, ou de grandes dames, Oudjarenes, Diisethebsed, avant de disparaître à nouveau sous Psammétique I.

84Une coiffure tripartite en fort relief, largement évasée autour des oreilles, encadre le visage imberbe aux pommettes épanouies, aux lèvres charnues. Les mains croisées bien sculptées tiennent des houes en relief et un sac dorsal suspendu derrière l’épaule gauche, parfois derrière la droite. L’inscription se trouve incisée en lignes horizontales autour du corps ; le pied repose sur un petit socle.

85Nous traduirons l’inscription de la figurine 46, qui offre un texte complet réparti sur huit lignes ; les deux bustes ne conservent qu’un début d’inscription sans variante caractéristique, soit quatre lignes pour la figurine 44 et trois lignes pour la figurine 45.

  • 55 Schneider 1977, I, p. 119, 123-124.

« Que soit illuminé l’Osiris prêtre lecteur en chef, PadiImen(em)ipet juste de voix. Il dit : Ô ce chabti, si on appelle, si on dénombre, si on décompte l’Osiris prêtre lecteur en chef Padi-Imen(em)ipet juste de voix, pour faire tous les travaux qui sont à faire, là, dans le monde des morts, eh bien ! l’embarras t’en sera infligé là, comme un homme à sa tâche, me voici, diras-tu. Si l’on dénombre à n’importe quel moment ce qui est à faire là, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, et vice versa, me voici, diras-tu. Si l’on recherche l’Osiris Prêtre lecteur en chef Padi-Imen(em)ipet juste de voix, je le fais, me voici diras-tu, là dans le monde des morts. Moi c’est toi55. »

86Cette dernière formule archaïsante est empruntée à Ramsès IV.

  • 56 Description de l’Égypte, t. V., 1822, pl. 89, fig. 29.
  • 57 Caylus 1762, t. 5, p. 11, pl. III, n° 1, 2, 3.
  • 58 ASAE vol. 37, « Les statues et les objets funéraires de Peduamonapet », p. 219-232.
  • 59 Collection T., Exposition « Du Nil à l’Escaut », Bruxelles 1991, n° 250.
  • 60 Schlögl et Brodbeck 1990, n° 167, p. 238.

87Rapportées en Europe au temps de l’expédition d’Égypte56, ces respectables figurines circulaient déjà au xviiie siècle, puisque les bustes (fig. 44 et 45) se trouvaient dans la collection Caylus avant d’être légués au roi57. Provenaient-ils de la « Grande Syringe », nom donné par les voyageurs du xixe siècle à la tombe 33 de l’Assassif ? Déjà recensées en 1937 par Loukianoff58, les statuettes de Petamenopé, entières ou fragmentaires, continuent d’intéresser les collectionneurs59 et les musées60.

47 à 54 Chaouabtis de la maîtresse de maison Renepnefret

Inv. : 624 (a 1015), 625, 627 (a 949), 628 (a 1003), 630 (a 950), 631 (a 1006), 633 (a 1018), 634 (a 1016) ; Legrain II, p. 533
Entrée : collection Caylus, legs au Cabinet de Louis XV en 1765

Provenance : inconnue
Matière : bois
Dimension : 18,5 à 19,8 cm
Date : XXVe dynastie

Nom : rnp.t-nfr.t (PN I 224,11)
Titre : nbt pr
Filiation : ir-r-s-w3 (mère Ireresoudja)

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

88Coiffure tripartite lisse en relief ; décor marqué à l’encre noire, mais partiellement effacé, ce qui empêche souvent de distinguer les mains et les outils ; les hanches sont indiquées en relief et les mollets apparaissent bien visibles, surtout chez le 631 (fig. 52) ; l’inscription tracée en lignes horizontales autour du corps reproduit le chapitre vi du Livre des Morts en laissant une colonne vide au milieu du dos. Nous avons ici une troupe en bois juchée sur un petit socle. Le département des Médailles a remis quatre de ces chaouabtis au Louvre, dont trois furent aussitôt légués à Nantes, où l’on prit des photos aux infrarouges bien lisibles.

89La figurine 47 porte cette inscription :

« Que soit illuminée la maîtresse de maison Renepnefret juste de voix née de la maîtresse de maison Ireresoudja justifiée. Elle dit : Ô ces chaouabtis, si l’on dénombre la maîtresse de maison Renepnefret juste de voix pour faire tous les travaux qui se font là dans la nécropole, l’embarras vous sera infligé là comme un homme à sa tâche, me voici diront-ils… dénombré, décompté là… pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, transporter le sable de l’Orient… diront-ils. »

90Les chaouabtis de la dame Renepnefret comptent parmi les plus intéressants, car ils paraissent intermédiaires entre deux périodes bien distinctes de l’art égyptien. Certains ont pensé qu’ils appartiendraient au début de la dynastie saïte, du fait qu’ils sont pourvus d’un socle comme les ouchebtis. En réalité, leur situation est bien plus complexe. L’existence d’un socle mal équarri ne permet pas d’arriver à une conclusion aussi exclusive : divers chaouabtis antérieurs de la XIXe dynastie (fig. 28) et même de la XVIIIe (1974, pl. 9), sans compter ceux de Petamenopé (fig. 46)… présentent la même particularité.

91Si l’on accorde de l’importance au socle de Renepnefret, il faut se rappeler que les ouchebtis saïtes ont simultanément un pilier dorsal, lequel fait entièrement défaut chez les statuettes de notre dame. Ceux de Renepnefret sont en bois alors qu’il n’en existe aucun de tel à la XXVIe dynastie. Les inscriptions réparties en lignes horizontales peintes en noir, non gravées, sont interrompues dorsalement de part et d’autre d’un espace vertical vierge, comme chez beaucoup de statuettes funéraires du Nouvel Empire. Et surtout, les inscriptions soigneusement étudiées des exemplaires qui subsistent au département des Médailles indiquent qu’il s’agit encore sans exception de « chaouabtis », plus rarement « chabti » (fig. 51). Le mot chaouabti est écrit au complet avec l’hiéroglyphe w3 régulièrement situé après le S3. Par contre, le b est curieusement rejeté à la fin du mot. On constate aussi une absence d’invocation à Osiris dans la formule « Que soit illuminée la maîtresse de maison Renepnefret ». Suit le nom de sa mère Ireresoudja. De plus, les nb sont toujours pointés et les m archaïsants avec deux plumes. Le plus exceptionnel peut-être est la graphie du i souvent abrégé sur tous ces chaouabtis, réduit à une barre verticale crochue, complétée d’un seul petit trait parallèle au milieu.

92Legrain signale déjà en 1895, au nom de cette même bienheureuse, l’existence de deux petites faïences bleues. L’une se trouve au Louvre, l’autre photographiée dans le catalogue de Dijon (CM 866 bis, voir plus loin « Autres inventaires »), où elle est parvenue attribuée à l’époque saïte. Il paraît pourtant douteux que cet objet appartienne à l’époque en question. Très aberrant, il est inscrit d’une brève généalogie verticale qui débute sous la barbe plate, non tressée, et ne présente aucun déterminatif : « Que soit illuminée la maîtresse de maison Renepnefret juste de voix née de la maîtresse de maison Ireresoudja. » De plus, les mains qui tiennent une paire de houes sont disposées à l’extérieur du texte, non au-dessus. Il est vrai que les mains sont placées de façon identique sur les ouchebtis du scribe royal Horkhebi (fig. 55 et 56), dont la provenance est également inconnue. Les outils aratoires ne sont pas encore la houe et le hoyau saïtes, mais deux houes semblables, comme aux époques antérieures. De même, les outils et les inscriptions à peine gravées sont colorés de bleu noir, ainsi que la coiffure, coloration comparable aux seules statuettes de Padiptah et ses associés à la XXVIe dynastie. Le sac à grain est à peine esquissé. Les auteurs semblent ignorer que de tels objets précurseurs existaient déjà ci et là bien avant l’époque saïte, notamment chez Tanoutamon, qui détenait des chaouabtis pourvus de socle et de pilier dorsal. Il ne nous est donc pas possible de maintenir cette bienheureuse dans l’époque saïte, sans pour autant la dater avec précision, sa provenance et son sarcophage demeurant inconnus.

55 et 56 Ouchebtis du scribe royal Horkhebi

Inv. : 792 et 856 bis (a 870 bis) ; Legrain II, p. 607
Entrée : ancien fonds et collection de Luynes,
don 1862

Provenance : inconnue
Matière : faïence
Dimension : fragment de 11,8 cm et 16 cm
Date : début XXVIe dynastie

Nom : r-(m)-3-bj.t.j (PN I 247,16)
Titre : sš nsw
Filiation : 3m-ns.w (père) (PN I 263,1)
nfr-nj.t (mère) (PN I 196,2)

Photographies d’André Pelle

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

  • 61 Cooney 1960, p. 34 et 35.

93Les ouchebtis de Horkhebi, fils de Khaemkhonsou, ont toujours attiré l’attention par leur faïence très finement sculptée profondément vitrifiée61. Une large perruque tripartite unie, encore inspirée des Éthiopiens, laisse les oreilles bien dégagées et entoure un visage attentif avec barbe osirienne recourbée élégamment tressée. Les mains croisées portent une houe et un hoyau en faible relief ; derrière l’épaule gauche pend un sac à grain. L’inscription débute sous la coiffure, gravée en deux colonnes délimitées sur le devant et trois colonnes dorsales, où elles forment une sorte de pilier lequel sera généralisé à partir de l’époque saïte.

  • 62 Schneider 1977, I, p. 125 et 126, II, 5.3.1.189.

94La première statuette, malheureusement brisée aux genoux, n’offre qu’un texte incomplet, mais la seconde, intacte, permet de restituer l’inscription62.

« Bienheureux auprès d’Osiris, seigneur de Bousiris », nous annonce le premier ouchebti, tandis que le second est « Bienheureux auprès d’Osiris Khentamenti (maître de l’Occident), scribe royal, Horkhebi, fils de Khaemkhonsou, né de Nefer-Neith. Il dit : Ô cet ouchebti, si on l’appelle pour moi, pour faire tous les travaux qui sont à faire dans la nécropole, pour labourer les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident, si on me dénombre à n’importe quel moment, eh bien ! l’embarras m’en sera infligé, là, comme un homme à sa tâche, me voici diras-tu, là, si on appelle mon nom. »

95D’après cette formule, l’ouchebti de Horkhebi n’est pas un Osiris mais représente un corvéable au service de son maître défunt.

  • 63 Aubert 1974, p. 215.
  • 64 Schlick-Nolte 1991, p. 175-181, n° 84.

96De provenance inconnue, ces objets circulent depuis le xixe siècle et ont enrichi la plupart des grands musées63, auxquels s’ajoutent Brooklyn, Leyde, Vienne, Frankfort64, Amien, Dijon, sans compter les ventes publiques. Horkhebi, c’est-à-dire, « Horus est dans Chemmis », localité mythique du Delta où naquit le divin, près de Saïs que gérait la déesse Neith ; il semble particulièrement attaché à cette grande déesse. Outre les deux exemplaires étudiés, le département des Médailles possédait encore un troisième spécimen (792 bis), également sans jambe, aujourd’hui conservé au Louvre.

57 Ouchebti du père divin Psammétique

Inv. : 855 bis (a 869) ; Legrain II, p. 606
Entrée : collection de Luynes, don 1862

Provenance : région de Saqqarah
Matière : faïence bleu clair
Dimension : 19 cm
Date : fin XXVIe dynastie

Nom : psmk (PN I 136,8)
Titre : it-nr
Filiation : śb3-rj.t (mère) (PN I 303,10)

Photographie d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

97Reconnaissables entre tous, ces ouchebtis, d’une couleur bleu ciel exceptionnelle se rencontrent dans tous les principaux musées et autres collections. Une coiffure tripartite striée entoure le visage soigneusement sculpté à barbe osirienne. Ses mains croisées serrent un hoyau, une houe et la cordelette qui soutient un sac à grain dorsal. Le reste du corps élancé présente neuf lignes de beaux hiéroglyphes incisés. Le pilier dorsal uni rejoint un socle trapézoïdal d’assez grande taille, donc typiquement saïte, qui supporte la momie dressée.

98Débutant par une première interpellation quelque peu archaïque, le chapitre vi se poursuit, en accord avec la formulation classique de Basse Époque, par une deuxième réponse de l’ouchebti après « l’embarras » et avant « les travaux ».

« Ô ces ouchebtis, si l’on dénombre l’Osiris, père divin Psammétique né de Sebarekhyt, pour faire tous les travaux qui sont à faire dans la nécropole, eh bien ! l’embarras leur en sera infligé là, comme un homme à sa tâche, me voici, direz-vous à n’importe quel moment, pour travailler là, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient et vice versa, me voici, direz-vous. »

  • 65 Yoyotte 1971, p. 7-27.
  • 66 Par exemple, vers 1840, le comte de Saint-Ferriol pour le sarcophage, ou Clot-bey pour les coffrets (...)
  • 67 Kueny et Yoyotte 1979.

99Le nom poétique de Sebarekhyt, « l’étoile du genre humain », permet d’identifier immédiatement son fils parmi les innombrables Psammétique de Basse Époque. Découverte au xixe siècle, la tombe de ce grand personnage n’a pas encore été relocalisée exactement aux environs de Saqqara. Le mobilier funéraire parfaitement conservé65, acquis par divers collectionneurs de l’époque66, se trouve aujourd’hui dispersé dans les grands musées et collections particulières. La qualité exceptionnelle de l’ensemble ne s’explique pas seulement par la situation du père divin Psammétique, Intime du roi Amasis, mais surtout par ses fonctions dans la nécropole énumérées sur son sarcophage67 : « inspecteur des prêtres sem, administrateur de la montagne occidentale », lieu où se trouvaient les nécropoles.

58 Ouchebti du chef des chambellans Henat

Inv. : 794 ter (a 5778) ; Legrain II, p. 566
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence vert pâle
Dimension : 17 cm
Date : XXVIIe dynastie

Nom : hn-.3t (PN I 229,19)
Titre : imy-r imy- nt

Photographies d’André Pelle

  • 68 Au Louvre, un exemplaire (794) présente une barbe tressée tenue par une double attache incisée auto (...)

100La coiffure tripartite unie de Henat encadre un visage finement sculpté, barbe tressée ébréchée à son extrémité. Les mains croisées sortant du linceul tiennent houe, hoyau et cordelette en léger relief ; sur l’omoplate gauche est suspendu un panier à grain. Les jambes sont entourées de neuf lignes de texte bien gravé, limitées par le pilier dorsal. Cette faïence, cassée et recollée au milieu, conserve une couleur olive légèrement brillante mais deux autres exemplaires, aujourd’hui au Louvre, ont perdu leur revêtement, ou n’ont jamais été émaillés68.

« Paroles à dire : que soit illuminé l’Osiris, chef des chambellans, Henat. Ô ces ouchebtis, si on dénombre l’Osiris, chef des chambellans, Henat, pour faire le travail qui se fait là dans le monde des morts, eh bien ! l’embarras t’en sera infligé, là, comme un homme à sa tâche, me voici, direz-vous si on vous dénombre à n’importe quel moment, pour labourer les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient et vice versa, me voici direz-vous. »

101Formule courante à Basse Époque, troisième version, avec clause d’obstacle précédant les travaux à exécuter et double réponse empressée de l’ouchebti. Ce texte omet, juste après le nom, le préambule « Il dit ».

  • 69 Aubert 1974, p. 241.
  • 70 Guilmot 1964, p. 31-34.

102En fait, notre Henat appartenait à une opulente famille dont le nom se perpétuera de grand-père en petit-fils jusqu’à l’époque ptolémaïque69. Le premier surnommé Khnoumibrémen, ancêtre du nôtre (qui n’a pas de surnom), vécut sous Amasis et disparut probablement à l’époque perse. En tant que chambellan, notre Henat avait accès aux appartements royaux70. Mais, en l’absence de mention parentale, il est difficile de le situer exactement parmi les homonymes de la dynastie perse.

59 et 60 Deux ouchebtis de Pakep

Inv. : 808 (a 1118), 810 (a 1115) ; Legrain II, p. 572
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence vert clair
Dimension : 13 cm
Date : XXXe dynastie

Nom : p3-kp (PN I 120,5)
Filiation : r-bnr (PN I 247,4)

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

103Un peu raides, les ouchebtis de Pakep ont la particularité d’être inscrits verticalement. À partir du panier dorsal, cinq colonnes d’hiéroglyphes enveloppent le corps, y compris parfois l’arrière d’une coiffure lisse. Le visage exprimant une vie intérieure intense saïtisante porte la barbe divine tressée (fig. 60), ou non sculptée (fig. 59). Les mains surgissent du linceul, une sur chaque colonne d’inscription, et tiennent la houe et le hoyau.

  • 71 Thirion 1985, p. 129.

« Que soit illuminé l’Osiris Pakep juste de voix71, né de Herbener. Il dit : ô ces ouchebtis, s’ils sont dénombrés pour l’Osiris Pakep juste de voix, né de Herbener, pour faire tout travail qui se fait, là, l’embarras vous en sera infligé là, comme un homme à sa tâche. Me voici, direz-vous si on vous dénombre à n’importe quel moment pour labourer les champs, pour emplir d’eau les canaux, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient et vice versa, me voici direz-vous. »

104Nous sommes donc ici en présence de la troisième version de Basse Époque, avec double appel et clause d’obstacle suivant les travaux.

  • 72 805 à 812. Les exemplaires 805 et 812 n’ont pas encore été localisés ; pour ceux déposés à Nantes e (...)
  • 73 Voir en dernier lieu Schlick-Nolte 1991, n° 71.
  • 74 N 2979, N 2990, N 2991, N 3003.
  • 75 Par exemple, le scribe royal, Intime du roi, Pagem sous Psammétique II, Oudjaher né d’Isetenkhebi à (...)

105Le département des Médailles possédait à l’origine huit exemplaires de cette troupe72 dispersée en de nombreux musées73, tandis que les canopes aboutirent au Louvre74. Les ouchebtis inscrits en colonnes autour du corps sont peu nombreux à Basse Époque75.

61 Ouchebti de la dame Semset

Inv. : 822 (a 1160) ; Legrain II, p. 579
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence brunâtre
Dimension : 13,2 cm
Date : XXXe dynastie

Nom : sms.t (PN I 307,27)
Filiation : rnp.t-nfr.t (PN I 224,11)

Photographies d’André Pelle

106Peu coloré, conservant quelques traces de glaçure verte, cet ouchebti a été confectionné pour une femme. Les mains et les outils sont finement sculptés. Coiffure tripartite et barbe droite tressée sont habilement incisées, de même que l’inscription et le sac dorsal. Pilier en relief sous la coiffure.

107Une colonne d’inscription encadrée sur le devant des jambes demande « Que soit illuminé l’Osiris Semset fille de Renepnefret juste de voix ».

  • 76 De Meulenaere 1956, p. 143.
  • 77 Id., notes 5 et 6 ; voir aussi Dresde, 1977, d’après Wenig, 1977, 407, n° 83.
  • 78 Christies, 12 décembre 1990, n° 204, 16,5 cm.
  • 79 Buhl 1959, p. 93 et fig. 54.

108La graphie de Semset, qui signifie « l’aînée »76, est constante sur tous les ouchebtis de cette personne77, fille de la dame Renepnefret, c’est-à-dire « la belle année », y compris sur le grand exemplaire déclamant le chapitre vi en neuf lignes récemment vendu à Londres78. Comme les dignitaires de cette période, Semset possédait deux séries de statuettes : des petits corvéables plus nombreux et quelques grands serviteurs assimilables aux dizeniers de la Troisième Période Intermédiaire. Elle pourrait être la même personne que Satet, dont l’impressionnant sarcophage est conservé au Caire79.

62 Ouchebti de l’arbitre des deux dieux Nesbanebdjed

Inv. : 857 bis (a 870) ; Legrain II, p. 608
Entrée : collection de Luynes, don 1862, n° 870 3

Provenance : inconnue
Matière : faïence vert pâle
Dimension : 16 cm
Date : XXXe dynastie

Nom : nś-b3-nb- d (PN I 174,17)
Titres : imy-nt, wp-nrwy, s3-s-m-x3st ?, wr-c, sms (w)- 3, nb-m3śt sic, m-nr
Filiation : 3ś.t-m-3x-bj.t (PN I 4,3), abrégé 3ś.t-bj

Photographies d’André Pelle

  • 80 Aubert 1974, p. 255, 276, 282 et pl. 66.

109Cet aimable ouchebti souriant, yeux et sourcils ourlés, nez et barbe divine légèrement ébréchés, se pare d’une coiffure tripartite soigneusement rayée laissant les oreilles dégagées. Les mains tiennent une houe et un hoyau ainsi que la cordelette soutenant un sac dorsal ; ces outils sont très en relief, caractéristiques des dernières dynasties80 ; pilier dorsal uni, le reste du corps entouré de dix lignes d’inscription terminées par trois petites colonnes sur le dessus du pied. Objet cassé et recollé au niveau des chevilles. Ne pas confondre avec l’homonyme aux mêmes titres, mais né de Chentaït, exhumé à Mendès en 1902 (Aubert 1974, p. 255). On peut supposer que ces deux arbitres des deux dieux sont apparentés et que leur nom s’est transmis selon la tradition du grand-père au petit-fils. Deux autres ouchebtis de notre fils d’Isetkhebi ont abouti au Louvre et trois au musée de Lyon.

« Paroles à dire par le chambellan, arbitre des deux dieux, … grand de bras, l’aîné de Ha, maître de vérité, prophète, Osiris Nesba(nebdjed), juste de voix, né d’Isetkheb. Il dit : Ô cet ouchebti, si on dénombre l’Osiris Nes juste de voix né d’Isetkheb pour faire tout le travail dans l’autre monde, eh bien ! l’embarras t’en sera infligé, comme un homme à sa tâche. Me voici, direz-vous si vous êtes dénombrés à n’importe quel moment, ici, pour labourer les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient et vice versa, me voici, direz-vous. »

  • 81 Wild 1960, p. 51.
  • 82 Étudié par J. Yoyotte à l’occasion des cours donnés au Collège de France en 1993 sur le « Harpon de (...)

110Ce texte classique comporte deux appels encadrant les travaux à faire dans la nécropole, mais débute par une formule inattendue qui présente une série de titres spécifiques du nome mendésien pour les deux premiers81, du Harpon de l’Ouest pour le quatrième et le cinquième82 ; les troisième et sixième titres restent pour nous énigmatiques. Il faut aussi noter que le nom est abrégé en Nes lors de sa deuxième mention, écrit de plus avec le cobra au lieu de la langue.

111Nesbanebdjed, « Celui qui appartient au bélier de Mendès », Smendès en grec, est certainement originaire de cette région du Delta très florissante déjà sous la XXIe dynastie, et d’où provenait aussi le roi Néphéritès I, fondateur de la XXIXe dynastie.

63 Ouchebti inachevé du chef des champs Tchahorpata

  • 83 Caylus, t. I, pl. VI, 1, p. 146.

Inv. : 829 bis (a 5780) ; Legrain II, p. 585
Entrée : coll. Caylus83, don en 1755 au Cabinet du roi

Provenance : atelier incertain
Matière : faïence
Dimension : 17 cm
Date : XXXe dynastie

Photographies d’André Pelle

112Il est surprenant que cette figurine soit inachevée. Quelques marques dans le dos et l’irrégularité du pilier dorsal l’ont sans doute condamnée au rebut. Quoi qu’il en soit, nous avons ici un représentant des figurines les plus fines qui aient été sculptées à la XXXe dynastie ; c’est pourquoi nous n’avons pas eu beaucoup de peine à y reconnaître un ouchebti du préposé à l’enregistrement des terres Tchahorpata né de Tefnout, le personnage le plus influent du règne de Nectanebo II, dignitaire auquel on connaît plus de cinquante titres énumérés sur son sarcophage exhumé en 1911 à Saqqarah. Tchahorpata possédait un grand nombre d’ouchebtis de deux types, les uns inscrits d’une colonne de texte, la majorité récitant un chapitre vi réparti sur huit à dix lignes horizontales.

113Coiffure soigneusement striée autour d’un visage parfaitement gravé ; barbe particulièrement allongée ; outils (surtout le hoyau) très en relief, caractéristiques des dernières dynasties ; jambes grêles, mollets saillants, socle étroit également caractéristiques.

64 Ouchebti de Padiptah

Inv. : 797 ; Legrain II, p. 569
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence bleu ciel
Dimension : 12,5 cm
Date : XXXe dynastie

Nom : p(3)-dj-pt (PN I 123,13)
Filiation : 3ś.t-wr.t (mère) (PN I 4,1)

Photographies d’André Pelle

114Visage profondément sculpté, portant barbe tressée et coiffure tripartite aux rayures incisées, Padiptah, large de buste et court sur jambes, tient dans ses mains croisées un hoyau et une houe très en relief, avec la cordelette du sac dorsal sur l’épaule gauche. Le chapitre vi du Livre des Morts abrégé est finement gravé sur ses jambes en sept lignes horizontales que limite le pilier dorsal.

« Que soit illuminé l’Osiris Padiptah juste de voix, né d’Isetouret. Il dit : Ô ces ouchebtis, si l’on dénombre l’Osiris Padiptah juste de voix né d’Isetouret pour faire tous les travaux dans le monde des morts, eh bien ! l’embarras t’en sera infligé là comme un homme… »

115Le texte raccourci se trouve limité à quelques signes : détail intéressant, le qualificatif « juste de voix » est écrit avec la plume m3śt qui permet de dater l’objet au plus tôt sous Nectanebo II.

116« Ptah l’a donné » est un nom très courant à Basse Époque, surtout dans la région memphite, où le dieu régnait en maître. Celui de sa mère, théophore également, « Isis la grande », apparaît encore plus répandu. Mais pour l’instant, ce personnage ne semble pas nous avoir laissé d’autres souvenirs que ce bel ouchebti bleu ciel.

65 Ouchebti d’un scribe à inscription incertaine

Inv. : 1961 (5804 et 1149) ; Legrain II, p. 638
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence brune
Dimension : 17 cm
Date : dernières dynasties

Photographies d’André Pelle

117Coiffure tripartite rayée ; barbe tressée. Inscription superficielle en T incertaine, le nom étant effacé après « Que soit illuminé l’Osiris scribe… il dit : Ô cet ouchebti… ».

66 Ouchebti du prophète Horimhotep

Inv. : 834 ter (5783) sous les pieds 817 ;
Legrain II, p. 589 ? (marqué 834 bis)
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence vert pâle
Dimension : 20 cm
Date : ptolémaïque

Nom : r-ij-m-tp (PN I 245,22)
Titre : m-nr, smn m3śt
Filiation : smt-nfr.t (PN I 319,26)

Photographies d’André Pelle

118Cette grande faïence élancée, vert clair à glaçure superficielle écaillée, présente une sculpture floue, surtout au niveau de l’inscription presque illisible. La coiffure, aux rayures incisées, encadre un visage impersonnel à barbe divine. Les mains sortant du linceul tiennent des outils en fort relief, caractéristiques des dernières dynasties, de même que les mollets saillants. Une stèle du Sérapéum nous apprend qu’un certain Horimhotep était père d’Ankhhapi (voir fig. 67).

  • 84 Un troisième exemplaire de même provenance (834 bis), serait déposé à Nantes, musée Dobrée 1362.

119Faiblement incisées, recouvertes de glaçure usée, les neuf lignes de texte entourant les jambes laissent deviner quelques versets du chapitre vi. La titulature et le nom du défunt apparaissent heureusement deux fois au début du texte, confirmant son identité : « Que soit illuminé l’Osiris, prophète, prêtre semen-Maât… (reste de la ligne illisible), l’Osiris prophète, (Hor)imhotep né de Sekhetnefret… » L’ouchebti 835, aujourd’hui au Louvre (AF 11970), mieux conservé, permet une lecture plus suivie84.

  • 85 Otto 1956, p. 117.
  • 86 Comme, par exemple, ceux entrant dans la titulature de Iahmès sur la stèle du Louvre C 316 (Otto, o (...)
  • 87 849 et 849 bis au Louvre AF 11976 et AF 11977, 849 ter à Dijon, musée des Beaux-Arts.

120La titulature d’Horimhotep pose un problème. Faut-il considérer le prêtre semen-Maât comme un fervent du Ptah memphite, honoré dans une localité appelée Sementet-Maât, figuré au Ramesseum entre « Ptah à la tête de la maison du Dieu » et « Ptah seigneur de Ro-setaou »85 ? Titre spécifique propre à la Basse Époque86 ? Il ne faut pas confondre ces ouchebtis d’Horimhotep avec trois petites figurines de la même collection au nom du prêtre wn-ro Horimhotep né de Tentimen, inscrites verticalement sur les jambes87.

67 Ouchebti ptolémaïque de Ankhhapi

Inv. : 820 (a 1133)
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence verdâtre
Dimension : 13,8 cm
Date : Ptolémaïque

Nom : cn-p (PN I 65,25)
Filiation : hr-b3st.t (PN I 230,20)

Photographies d’André Pelle

  • 88 Aubert 1974, p. 269.

121Une coiffure tripartite non sculptée encadre ce visage impersonnel à barbe divine tressée. Les mains sortant du linceul tiennent houe, hoyau et cordelette qui suporte un sac à grain derrière l’épaule gauche. Pilier dorsal en léger relief ; inscription verticale encadrée devant les jambes. Nous avons plusieurs fois observé que les figurines plus ou moins criblées de trous sont issues d’un ou plusieurs ateliers ptolémaïques. Cet Ankhhapi pourrait en effet être fils du précédent Horimhotep88.

« Que soit illuminé l’Osiris Ankhhapi né de Herbastet », c’est-à-dire « l’Osiris Hapi est vivant » né de « Bastet se réjouit ».

  • 89 L’exemplaire 898 est actuellement en dépôt au musée Dobrée à Nantes, inv. 1321.B.
  • 90 La Collezione egiziana del Museo Archeologico Nazionale di Napoli 1989, inv. 445, p. 86, n° 9.64.
  • 91 Copenhague : Mogensen 1918, p. 73, n° A.A.b.8 ; Paris, Louvre, un exemplaire fragmentaire sans numé (...)

122Le Cabinet des médailles conservait au xixe siècle deux ouchebtis d’Ankhhapi né de Herbastet89, qui faisaient probablement partie au xviiie siècle des collections royales, car à la même époque le cardinal Stefano Borgia en possédait un exemplaire90. Quelques rares statuettes de cette troupe fort anciennement dispersée réapparaissent encore ici ou là91, mais leur provenance et le reste du mobilier funéraire demeurent inconnus.

68 Ouchebti ptolémaïque bichrome

Inv. : 909 ; Legrain II, p. 628
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue, région d’Abydos
Matière : faïence bichrome
Dimension : 12 cm
Date : Ptolémaïque

Photographies d’André Pelle

123Tout le corps à peine sculpté, en faïence bleu clair ornée de décors bleu foncé : tels les cheveux, une houe, le panier à grain dorsal qui sont à peine en relief. Barbe présente ; socle esquissé. Inscription en une colonne sur les jambes, mais effacée, à l’exception de quelques hiéroglyphes bleu foncé.

69 Ouchebti de Oudjahormehnet

Inv. : 835 bis raccordé à 931 ; Legrain II, p. 590
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence brune
Dimension : 11 cm
Date : Ptolémaïque

Nom : w3-r-mnt.t (PN I 88,27)
Filiation :
3s.t-iir-dj-s(.t) (PN I 3,19)

Photographies d’André Pelle

  • 92 Aubert 1974, p. 269.

124Visage triste à barbe lisse ; coiffure tripartite unie, surmontant un corps long et grêle ; cassé et recollé au niveau des genoux. Une colonne de texte non délimitée orne le devant du corps : elle remonte jusqu’à la barbe, sans séparation, caractéristique de l’époque ptolémaïque92 : « Que soit illuminé l’Osiris Oudjahormehnet mis au monde par Isetirdis. »

  • 93 836, 836 bis, 836 ter (11,7 cm, 10,1 cm et 10,7 cm) = Louvre AF 11971, AF 11972, AF 11973.

125Le scribe qui a gravé cette série d’ouchebtis varie la composition du texte en fonction de la place disponible. Si l’un des trois de la même série conservés au Louvre93 porte une inscription identique, le deuxième, plus petit, présente un texte bordé d’une incision verticale, mais chez le troisième l’inscription débutant sur le pilier dorsal se termine devant, où figure le nom de la mère.

  • 94 Botti 1964, p. 96, n° 159.
  • 95 Laurent 1985, n° 159, 11,4 cm ; id. 1997, 117, p. 97.
  • 96 El-Sayed 1975, p. 150 b, 198 a, 180 et s.

126Une statuette du musée de Parme est inscrite uniquement sur le pilier dorsal94, tandis qu’un sixième exemplaire, au musée de Dijon, est semblable à l’objet étudié ici95. Le nom Oudjahormehnet, « l’Horus de Mh-Nt est prospère », fait allusion à l’une des deux chapelles sacrées situées dans l’enceinte du temple de Neith à Saïs, dédiées respectivement à Neith du Nord, Mh-Nt, et Neith du Sud, Rs-Nt96. Les anthroponymes formés avec les noms de ces deux sanctuaires sont relativement fréquents à partir de l’époque saïto-perse.

70 et 71 Ouchebtis anépigraphes

Inv. : 856 et 859 ;
Legrain II, p. 612 Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence
Dimension : 8 cm
Date : Ptolémaïque

Photographies d’André Pelle

127Faïence verte. Coiffure tripartite unie ; oreilles à peine visibles ; barbe longue, mains, houes, pilier dorsal, socle à peine esquissés non sculptés.

72 Ouchebti anépigraphe

Inv. : 885 (a 1700) ; Legrain II, p. 623
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : faïence
Dimension : 5,5 cm
Date : Ptolémaïque

Photographies d’André Pelle

128Faïence verte. Plus trapue que les figurines précédentes (fig. 70 et 71) ; coiffure tripartite unie ; barbe faiblement courbée en avant ; mains, outils, sac dorsal grossièrement esquissés ; pilier dorsal sous la retombée de la coiffure, terminé en socle. Toute la sculpture est très négligée.

73 Figurine inspirée de l’Égypte sous Louis XIV

Inv. : SN
Entrée : ancien fonds

Provenance : trésor royal
Matière : pierre verte
Dimension : 17,8 cm
Date : inspirée de l’Égypte sous Louis XIV

Photographies d’André Pelle

  • 97 Petau 1757.

129Ce personnage tient entre ses mains un animal mythique à tête de lion au-dessus d’un phallus et de signes divinatoires impénétrables sur les jambes ; graffitis analogues du haut en bas de la face dorsale. Un exemplaire presque semblable, qui permet de le dater, est reproduit sur une planche de Petau97 en 1757.

74, 75 et 76 Figurines anonymes imaginées avant la Révolution98

  • 98 Signa antiqua e Museo Jacobi de Wilde veterum poetarum carminibus illustrata et per Mariam Filiam a (...)

Inv. : 1915, 1916, 1918 ; Legrain II, p. 506
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : pierre
Dimension : 10,3 à 12 cm
Date : style fantaisiste

Photographies d’André Pelle

Photographies d’André Pelle

  • 99 Whitehouse 1989, p. 187-193 et fig. 1.
  • 100 Ratié S., « Un Osiris alchimique au Musée de Chambéry », rev. Louvre, 1980, 4, p. 219-221.

130De pierre noire, les figurines 74 et 75 sont emmaillotées avec les pieds qui dépassent. L’orant, fig. 76, est couronné d’un soleil et porte un costume que l’on pourrait qualifier de vivant (fig. 22). Tous les trois ont un pilier99 dorsal orné de signes fantaisistes100.

77 Statuette en bronze style xxie dynastie

Inv. : sans numéro (SN)
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : bronze
Dimension : 5 cm
Date : inspiré de la Troisième Période Intermédiaire

131Figurine anépigraphe en bronze lourd.

Photographies d’André Pelle

78 à 82 Ouchebtis en bronze, copies d’antiques101

  • 101 Aufrère S., La momie et la tempête, 1990, p. 86.
  • 102 Pour le no 1599, Caylus, t. V, pl. X, no 3.

Inv. : 1599 (78), 1913 (79), 1914 (80), 1917 (81) et sans numéro (82) ;
Legrain II, p. 644 (1599) ; p. 645 (1913) ; p. 646 (1917)
Entrée : ancien fonds ; le 1599 parvient de la collection Caylus102, legs 1765

Provenance : inconnue
Matière : bronze
Dimension : 10 à 15 cm
Date : inspirés de la Basse Époque

Photographies d’André Pelle

  • 103 Les collections égyptiennes dans les musées de Saône-et-Loire, 1988, n° 78.

132Coiffure tripartite, barbe longue tressée ; pilier dorsal terminé en socle ; inscription verticale incisée et bordée au nom de Raemkha pour le premier et le troisième (fig. 78 et 80), du chambellan, arbitre des deux dieux, Ouahibré né de Touh pour le quatrième (fig. 81), le deuxième (fig. 79) et le dernier (fig. 82) demeurant illisibles. Des exemplaires authentiques en faïence de ces personnages sont répandus dans plusieurs musées103.

83 Figurine momiforme illisible, fantaisiste

Inv. : 1912
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : calcaire
Dimension : 19 cm
Date : inspirée de la statuaire du Nouvel Empire

Photographies d’André Pelle

Photographie d’André Pelle

133Coiffure avec retombées devant les épaules en forme de nemes ; petite barbe carrée, mains sans bras ; corps appuyé à une sorte de large pilier dorsal terminé en socle comme chez les statues, mais qui porte une inscription imaginaire.

84 Faux chaouabti du xixe siècle ap. J.-C.

Inv. : 1911 ; Legrain II, p. 497
Entrée : ancien fonds

Provenance : inconnue
Matière : calcaire
Dimension : 20 cm
Date : inspiré du Nouvel Empire

Photographies d’André Pelle

134Coiffure tripartite peinte en noir ; mains croisées qui portent des outils sommairement esquissés ; bande verticale de signes illisibles devant les jambes.

Notes

1 Lefebvre 1929, p. 41-42.

2 N 2708a, 24 cm, ancienne collection Salt 3390, mentionné par W. Helck 1961, sous le no d’exposition 1149.

3 Lefebvre 1929, p. 53.

4 Aubert 1974, p. 35, 74.

5 Chevereau 1994, p. 211.

6 Bruyère, Fouilles de Deir el-Medineh 1923-24, FIFAO II, 1925, 2e partie, p. 88 ; Valbelle 1972, Documents de fouilles XV, p. 35, n° 28.

7 Aubert 1974, p. 101.

8 ld., p. 91.

9 Drouot, 20 mars 1986, collection Dreyfus n° 64.

10 Helck 1958, p. 456-458.

11 Kitchen 1990, n° 84, p. 197, pl. 189, 198 B.

12 Valbelle 1985, BdE 96, p. 300.

13 PN I, Part II2, p. 688.

14 Nantes, musée Dobrée, 1358.

15 N 2684, 1 et 2, (catalogue Champollion Q 47 et Q 48).

16 Clère 1929.

17 Paris, Louvre E 13565 et E 20130. Andreu & Gombert 2002, p. 297.

18 Bruyère & Kuentz 1926.

19 Reiser-Haslauer 1990-1992, p. 24-25.

20 AF 11916, AF 11918 et N 2684 (catalogue Champollion Q 282).

21 Aubert 1974, p. 128.

22 Bulté 1981, p. 81, n° 102.

23 Berlin, Ägyptisches Museum (1980), n° 39 (inv. 733).

24 Aubert 1974, p. 118 ; Schneider 1977, I, p. 154.

25 Caylus 1762, p. 9-10, pl. II, n° 1, 2, 3.

26 La collezione egiziana del Museo Archeologico Nazionale di Napoli 1989, p. 75-76.

27 Inv. N 2684.

28 De Meulenaere 1975, p. 87-92.

29 Les deux exemplaires inventaire N 2688.

30 PN I 92, 9, avec forme plus développée à 93, 1.

31 786 à Nantes et 787 bis au Louvre.

32 Louvre E 22127, faïence bleue 8,7 cm, « Je ferai pour » inscrit au dos.

33 Weill 1922 ; Aubert 1974, p. 118, pl. 23 et 24.

34 De Meulenaere 1978, p. 227.

35 Voyage à l’Oasis de Thèbes et dans les déserts situés à l’Ouest et à l’Occident de la Thébaïde par M. Frédéric Cailliaud (de Nantes), publié par M. Jomard, 1862.

36 Rougé 1883, p. 1.

37 Devéria 1881, p. 121.

38 Niwinski 1988, p. 156, no 286.

39 Schneider 1977, II, n° 3.1.1.6, p. 36.

40 Paris-Drouot, 7 mars 1977, n° 121 et Paris-Drouot, 12 janvier 1988 ; Auxerre, 23 octobre 1988, n° 113 b.

41 Fabretti, Rossi & Lanzone 1882.

42 Harer collection, 1992, n° 57 c.

43 Inv. 727 et 729 (voir plus loin « Autres inventaires »).

44 Notes sur les collections égyptiennes du musée départemental archéologique de la Loire-Inférieure, l. c., p. 13.

45 Oslo 1985, CAA 1,33, Paris Louvre N 2684, Turin (catalogue de 1881), n° 2647, Vienne 1991, CAA 8, 1 et 8, p. 144 en costume de vivant.

46 Niwinski 1989, p. 251 ; de la collection Minutoli acquise en 1823.

47 La Collezione egiziana del Museo Archeologico Nazionale di Napoli, 1989, p. 168-170 ; de la collection Giuseppe Picchianti constituée entre 1819 et 1825.

48 Niwinski 1988, p. 110, n° 37.

49 AeIB II, p. 332-333.

50 Niwinski 1989, p. 243.

51 Id., p. 311.

52 Jéquier G., Le livre de ce qu’il y a dans l’Hadès, 1894, p. 30, note 4.

53 Barbotin 1984.

54 Aubert 1974, p. 201-203.

55 Schneider 1977, I, p. 119, 123-124.

56 Description de l’Égypte, t. V., 1822, pl. 89, fig. 29.

57 Caylus 1762, t. 5, p. 11, pl. III, n° 1, 2, 3.

58 ASAE vol. 37, « Les statues et les objets funéraires de Peduamonapet », p. 219-232.

59 Collection T., Exposition « Du Nil à l’Escaut », Bruxelles 1991, n° 250.

60 Schlögl et Brodbeck 1990, n° 167, p. 238.

61 Cooney 1960, p. 34 et 35.

62 Schneider 1977, I, p. 125 et 126, II, 5.3.1.189.

63 Aubert 1974, p. 215.

64 Schlick-Nolte 1991, p. 175-181, n° 84.

65 Yoyotte 1971, p. 7-27.

66 Par exemple, vers 1840, le comte de Saint-Ferriol pour le sarcophage, ou Clot-bey pour les coffrets à canopes et quelques ouchebtis.

67 Kueny et Yoyotte 1979.

68 Au Louvre, un exemplaire (794) présente une barbe tressée tenue par une double attache incisée autour du visage ; mais un autre, plus élancé (793 ter), porte une barbe non tressée sans attache. Le Louvre possède encore un troisième exemplaire (N 2670), de la collection Salt, accompagné de sa copie en bronze lourd acquise en 1891 à la vente du chevalier Lemoyne 163.

69 Aubert 1974, p. 241.

70 Guilmot 1964, p. 31-34.

71 Thirion 1985, p. 129.

72 805 à 812. Les exemplaires 805 et 812 n’ont pas encore été localisés ; pour ceux déposés à Nantes et au Louvre, voir plus loin « Autres inventaires ».

73 Voir en dernier lieu Schlick-Nolte 1991, n° 71.

74 N 2979, N 2990, N 2991, N 3003.

75 Par exemple, le scribe royal, Intime du roi, Pagem sous Psammétique II, Oudjaher né d’Isetenkhebi à Saqqarah (cf. Aubert 1974, p. 225).

76 De Meulenaere 1956, p. 143.

77 Id., notes 5 et 6 ; voir aussi Dresde, 1977, d’après Wenig, 1977, 407, n° 83.

78 Christies, 12 décembre 1990, n° 204, 16,5 cm.

79 Buhl 1959, p. 93 et fig. 54.

80 Aubert 1974, p. 255, 276, 282 et pl. 66.

81 Wild 1960, p. 51.

82 Étudié par J. Yoyotte à l’occasion des cours donnés au Collège de France en 1993 sur le « Harpon de l’Ouest ».

83 Caylus, t. I, pl. VI, 1, p. 146.

84 Un troisième exemplaire de même provenance (834 bis), serait déposé à Nantes, musée Dobrée 1362.

85 Otto 1956, p. 117.

86 Comme, par exemple, ceux entrant dans la titulature de Iahmès sur la stèle du Louvre C 316 (Otto, op. cit., document I, p. 119) ou ceux d’Ankhhapi propriétaire du sarcophage Louvre D 13 = N 349.

87 849 et 849 bis au Louvre AF 11976 et AF 11977, 849 ter à Dijon, musée des Beaux-Arts.

88 Aubert 1974, p. 269.

89 L’exemplaire 898 est actuellement en dépôt au musée Dobrée à Nantes, inv. 1321.B.

90 La Collezione egiziana del Museo Archeologico Nazionale di Napoli 1989, inv. 445, p. 86, n° 9.64.

91 Copenhague : Mogensen 1918, p. 73, n° A.A.b.8 ; Paris, Louvre, un exemplaire fragmentaire sans numéro.

92 Aubert 1974, p. 269.

93 836, 836 bis, 836 ter (11,7 cm, 10,1 cm et 10,7 cm) = Louvre AF 11971, AF 11972, AF 11973.

94 Botti 1964, p. 96, n° 159.

95 Laurent 1985, n° 159, 11,4 cm ; id. 1997, 117, p. 97.

96 El-Sayed 1975, p. 150 b, 198 a, 180 et s.

97 Petau 1757.

98 Signa antiqua e Museo Jacobi de Wilde veterum poetarum carminibus illustrata et per Mariam Filiam aeri inscripta, Amsterdam, 1700, pl. IX, ou encore B. de Montfaucon, Supplément au Livre de l’antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1724, t. II 183 et pl. LII.

99 Whitehouse 1989, p. 187-193 et fig. 1.

100 Ratié S., « Un Osiris alchimique au Musée de Chambéry », rev. Louvre, 1980, 4, p. 219-221.

101 Aufrère S., La momie et la tempête, 1990, p. 86.

102 Pour le no 1599, Caylus, t. V, pl. X, no 3.

103 Les collections égyptiennes dans les musées de Saône-et-Loire, 1988, n° 78.

Table des illustrations

Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende 6. Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-12.png
Fichier image/png, 747k
Légende 6. Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-13.png
Fichier image/png, 578k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende 45. Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 45. Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photographies d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/220/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540