Version classiqueVersion mobile

Statuettes funéraires égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

 | 
Jacques François Aubert
, 
Liliane Aubert

Histoire des statuettes funéraires égyptiennesa

Jacques François Aubert

Texte intégral

  • a Dans la classification des publications de J. F. et L. Aubert, ce texte est la Contribution à l’égy (...)

1La première question que posent l’antiquaire ou le jeune collectionneur à un expert des statuettes funéraires égyptiennes c’est : maître, pourriez-vous m’expliquer quelle différence il y a entre un chaouabti et un ouchebti ? Personnellement je répondrais le plus simplement possible d’une explication facile à retenir, et je dirais que les statuettes funéraires antérieures à l’an 1000 av. J.-C. sont des chaouabtis jusqu’au jour où le premier prophète d’Amon Pinedjem II, qui organisa la cachette royale à Deir el-Bahari, imagina de remplacer le mot chaouabti (en bois) par ouchebti (répondant), jeu de mot qui eut tant de succès que toutes les faïences vertes, rarement bleues, postérieures à l’époque éthiopienne, à partir du renouveau saïte, XXVIe dynastie, gravées, avec socle et pilier dorsal, sont toujours, sans exception, des ouchebtis.

Moyen Empire (vers 2040-1782 av. J.-C.) et deuxième période intermédiaire (1782-1570 av. J.-C.)

Image du bienheureux, son substitut

  • 1 XIIe dynastie vers 1991-1782 av. J.-C.
  • b Cette date renvoie à notre ouvrage Statuettes égyptiennes, chaouabtis, ouchebtis, éd. Maisonneuve, (...)

2Quant à l’origine des chaouabtis (souvent abrégés en chabtis), diversement interprétée et comprise par les auteurs, elle est multiple : il était d’ailleurs naturel qu’à l’époque où s’ébauchait une conception nouvelle de l’au-delà vers 1800 av. J.-C., à la XIIdynastie1, plusieurs pratiques se soient complétées ou confondues. Nous avons étudié en 1974bla plupart des documents susceptibles d’éclairer cette évolution complexe, lorsque régnaient les Sésostris et les Amenemhat. Les premières statuettes à l’origine des chaouabtis sont manifestement reflets de la statuaire, telles certaines en bois, juchées sur un socle cubique, ou le brigadier Senebmiou adossé à un pilier dorsal.

3Les statuettes que nous avons reproduites en 19742 sont des représentations parfaites, anépigraphes, bras invisibles, d’une momie d’où émerge seulement la tête. Uniques ou par paires dans les tombes, elles apparaissent substitut, parfois serviteur du défunt et font penser aux têtes de remplacement sculptées à l’Ancien Empire ; par paires, elles sont image du bienheureux tel qu’il « était hier et sera demain », selon l’heureuse expression de Mme C. Desroches-Noblecourt. Elles ne sont plus en bois mais en pierre dure, granit, grès, albâtre moins fragiles.

4Quelques-unes sont inscrites, par exemple pour que survive le brasseur de l’offrande divine Réouiankh, ou « Offrande que donne le roi à Osiris, seigneur de Djedou (Bousiris) pour qu’il accorde le service funéraire de pain et de vin au ka de la maîtresse de maison Henoutnefret justifiée », ou encore « … pour qu’il accorde à l’intendant de la place Iounefer de pouvoir… contempler Ré lorsqu’il sort de l’horizon ». On ne leur demande pas d’accomplir quelque travail que ce soit dans l’autre monde. Certaines reposaient dans un sarcophage miniature.

5Puis les mains sont sorties du linceul, croisées sous les retombées de la coiffure : elles ne portent rien, et la statuette se trouve inscrite comme les précédentes : pour que des viandes et des volailles soient accordées au ka d’Akhemnechmet (c’est-à-dire « Resplendissante dans la barque Nechmet d’Abydos » ; voir 1974, fig. 3) ou portent une aubade de résurrection : « Éveille-toi ! Qu’Osiris (le défunt) se lève : tu te lèves en repos… Ô gardien et astronome Kemehou juste de voix… »

6Il n’est donc pas encore question de les faire travailler. Toutefois à la XIIdynastie, s’était aussi répandue une formule magique « pour ne pas travailler dans l’autre monde », et déjà l’on songeait à faire travailler le substitut pour le défunt. Nous connaissons en effet deux sarcophages de cette dynastie exhumés à el-Bercheh, sur lesquels pour la première fois apparaît le fameux chapitre vi du Livre des Morts, Livre pour sortir le jour : « À dire sur l’effigie de leur propriétaire, conforme à ce qu’il était sur terre, et faite de bois de tamaris ou de jujubier. »

  • 2 Cat. 1

7Nous avons ainsi l’explication du vocable chaouabti, et la précision exacte du bois qui devait être utilisé, même si la formule se répandit aussitôt sur des figurines plus résistantes en pierre dure : par exemple sur le beau chaouabti de la dame Tahenout conservé au Cabinet des médailles, qui récite le chapitre vi2.

8Cela ne justifie pas de considérer comme chaouabti n’importe quelle statuette. Jusque dans certains travaux récents figurent encore comme tels ces multiples petites nudités en ivoire aux longs cheveux, les bras le long du corps, qui feraient plutôt penser à d’aimables courtisanes ou à de petites servantes. Toutes les statuettes de cire que nous avons pu voir n’étaient pas non plus des chaouabtis : plusieurs fois rencontrées in situ, elles étaient fils d’Horus, avec leurs trois autres confrères entourant un Osiris, également de cire, dans un sarcophage momiforme de faucon (Aubert 1979, p. 58).

XIIIe-XVIe dynasties, anarchie et invasion Hyksos

  • 3 Deuxième Période Intermédiaire (1782-1570 av. J.-C.)

9Puis ce fut la triste Deuxième Période Intermédiaire (vers 1782-1570 av. J.-C.)3, durant laquelle plus de 50 roitelets se succédèrent dans l’Égypte morcelée et affaiblie ; ces personnages étaient souvent des usurpateurs, ou dynastes locaux dans les principales cités, dont le règne n’excédait guère quelques années. La plus importante de ces dynasties parallèles et la plus puissante était celle de Thèbes, d’où seront issues la XVIIe puis la XVIIIe dynasties.

10Cette situation réveilla l’appétit des hordes arabes qui avaient envahi le Proche-Orient, les Hyksos, lesquels s’avancèrent bientôt jusqu’en Égypte dont ils envahirent le Delta, où ils créèrent leur capitale Avaris avant de conquérir le reste du pays. On les considère comme ayant constitué les dynasties étrangères XVe (avec 5 rois) et XVIe (une paire de souverains), les Petits Hyksos (vers 1663-1570).

11Envahisseurs, ils s’installèrent en dominateurs, n’adoptant que les titulatures royales, avant d’être eux-mêmes affaiblis et expulsés par les rois autochtones thébains de la XVIIe dynastie.

12De cette période d’anarchie nous est toutefois parvenu un précieux chaouabti en bois, récemment trouvé à Lisht puis exporté à New York, celui de Ouahneferhotep, fils ou prédécesseur d’un roi Neferhotep (XIIIe dynastie).

XVIIdynastie, les rois thébains chassent les Hyksos

  • 4 XVIIe dynastie thébaine (vers 1663-1570 av. J.-C.)

13La XVIIe dynastie thébaine4 en revanche, nous a transmis plusieurs exemplaires exhumés à Gournah au nord de Thèbes, qui sont en bois peint de Tamaris suivant la recommandation inscrite sur les sarcophages d’el-Bercheh, tel ce Keneben conservé au Caire, atteignant 24 cm, sans mains apparentes, mais inscrit sur sept lignes horizontales.

14Alors furent également créées d’innombrables figurines extrêmement sommaires, de bois mal dégrossi, la tête à peine esquissée, que l’on désigne sous le nom de « bouts de bois ». Elles portent les inscriptions les plus variées extraites du chapitre vi du Livre des Morts, dans sa première version, ou d’un texte d’offrande royale à Osiris : « Ô chaouabti, ô Sycomore que j’ai planté, si Tanefret est décomptée… pour exécuter tout travail qui se fait là-bas, me voici diras-tu. »

15La production de telles statuettes se prolongea jusque, semble-t-il, au commencement de la dynastie suivante : dans la tombe familiale du fils royal Tétiky, par exemple, furent récoltés huit chaouabtis en bois peint très soignés, avec chapitre vi, installés dans un petit sarcophage, mais aussi de nombreuses statuettes « bouts de bois », qui portent cinq catégories de textes au nom de vingt-six personnages différents.

Nouvel Empire (vers 1570-1070 av. J.-C.)

Chaouabti de la dame Taabtiou, Nouvel Empire (voir cat. 10) / Photographie d’André Pelle

Les trois versions du chapitre vi

  • 5 XVIIIe dynastie (vers 1570-1293 av. J.-C.)

16Une fois l’Égypte pacifiée, les chaouabtis reprirent leur existence normale à la XVIIIe dynastie5, en récitant des formules très diverses. Alors apparut essentiellement une deuxième version plus complète du chapitre vi, avec la séquence « Eh bien chaouabti ! l’embarras t’en sera infligé », version nommée « deuxième rédaction » par Legrain en 1895. Puis apparut une troisième version, dans laquelle le corvéable répond deux fois « Me voici ! diras-tu » au milieu et à la fin du texte, cela d’après le classement approximatif, seul possible, que nous avons adopté.

17La troisième version existait d’ailleurs déjà à la XIIIdynastie, révélée par un intéressant travail de Vernus paru en 1974, consacré à des pseudonaos, où l’on voit un chaouabti aux mains apparentes occupant une niche qu’entoure une stèle inscrite pour le « Grand des dix du sud Senebraou juste de voix. Il dit : Ô ce chabti, si je suis dénombré comme un homme à sa tâche, l’embarras m’en sera infligé comme un homme à sa tâche, le voici direz-vous ; si je suis dénombré à tout moment pour faire ce qui est à faire là, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident et le sable de l’Orient, nous voici direz-vous ».

Une grande diversité de chaouabtis royaux

18Les grands rois de la XVIIIdynastie recoururent à leur tour aux bienfaits des chaouabtis et les perfectionnèrent comme en témoigne le chef-d’œuvre d’Ahmosis (vers 1570-1546 av. J.-C.) exposé au British Museum. Puis la reine Maâtkaré Hatchepsout (vers 1498-1483) adopta le chapitre vi, troisième version, pour les deux bustes qui ont subsisté, conservés l’un à La Haye, l’autre à Bordeaux (inédits). Son successeur, Thoutmosis III (vers 1483-1450), retrouvé dans la cachette royale de Deir el-Bahari, disposa quant à lui du premier chaouabti en pâte de verre bleu pâle, inscrit verticalement sous ses mains croisées : « Menkheperré, qu’il fasse ce qui est à faire pour Lui » (1974, p. 33).

19L’assortiment le plus complet nous est parvenu d’Aménophis II (vers 1453-1419), dont la tombe mise au jour par Loret en 1898 dans la Vallée des Rois contenait encore les momies rassemblées de dix autres pharaons et 88 statuettes funéraires d’une étonnante diversité ainsi que 30 petits sarcophages miniatures. Soit 17 faïences bleues, 12 bois peints sans mains apparentes, avec une seule ligne verticale d’inscription, plus rarement le chapitre vi, 47 pierres noires, 3 albâtres, 8 grès coiffés du nemes, récitant le chapitre vi. Ces chaouabtis royaux tiennent un signe de vie dans chaque main, ou ne portent rien, mais jamais encore d’instruments pour travailler la terre. D’autres ont été retrouvés constituant un dépôt votif en Abydos, remarquables bois conservés à Bristol et à Chicago. Peut-être aurons-nous l’occasion de publier le chaouabti en serpentine brune qui mesure 20 cm, parvenu dans la collection Omar Pacha. Une telle diversité parmi les statuettes funéraires d’Aménophis II permet d’imaginer les trésors perdus des plus grands rois.

20Bois et faïences analogues furent également découverts chez Thoutmosis IV (vers 1419-1386), certains conservés et figurés au musée de Boston (Smith 1960). Nous y voyons survivre côte à côte les antiques substituts de la momie ayant une colonne d’inscription sur les jambes et les serviteurs chaouabtis reproduisant diverses variantes du chapitre vi disposées en lignes horizontales.

Ministres et dignitaires apportent des innovations

  • 6 Cat. 3
  • 7 Cat. 2

21Ministres et hauts dignitaires prirent exemple sur le roi. Nous avons mentionné les principaux en 1974 et je me contenterai de rappeler ici les innovations intéressantes. Le célèbre vice-roi Nehi de Thoutmosis III nous a laissé quatre chaouabtis dont un exemplaire archaïsant sans bras, du calcaire blanc le plus fin, mais peint en brun couleur vieux bois (1974, fig. 7 et 8). Ce chaouabti exceptionnel présente en outre la particularité d’avoir les cheveux répartis en circonflexe derrière la tête. Or on observe cette même caractéristique sur une importante statuette du Cabinet des médailles, en calcaire émaillé de bleu, massive, malheureusement anonyme, avec cinq colonnes du chapitre vi, deuxième version6 ; ainsi que sur le scribe Neferrenep, qui lui, est inscrit horizontalement7.

Chaouabti anonyme, XVIIIe dynastie (voir cat. 3) / Photographie d’André Pelle

Scribe comptable d’Amon, XVIIIe dynastie (voir cat. 2) / Photographie d’André Pelle

22Quant au porteur d’arc d’Aménophis II, Pehi (1974, fig. 9 et 10), il inaugure un chapitre vi qui se termine par une formule nouvelle : « … Me voici diras-tu, c’est toi qui iras pour remplacer Pehi. »

23Le personnage le plus riche du même règne reste sans conteste l’illustre Kenamon, honoré de 151 titres, grand majordome, prince héréditaire, frère de lait du seigneur des Deux Terres…, dont la tombe fut retrouvée au temps de Champollion. On lui connaît 60 chaouabtis mesurant 9 à 54,5 cm, parmi lesquels une superbe pâte de verre bleu turquoise qui atteint 38 cm, conservée au Caire. Les plus nombreuses figurines sculptées pour Kenamon furent recueillies en 1919, offrandes votives déposées 8,5 km au sud des pyramides de Gizeh, où restaient vénérés les rois des premières dynasties.

Les premiers outils

  • 8 Cat. 14, 16 et 18

24Du règne de Thoutmosis IV date la plus ancienne tombe mise au jour en la fameuse nécropole de Deir el-Medineh, où vivaient les ouvriers, décorateurs des tombes royales. Le chef de travaux Kha possédait à la fois un chaouabti en pierre verte avec mains apparentes et chapitre vi, puis un autre de bois peint qui reposait dans un sarcophage miniature équipé de petits instruments, une houe et une palanche pour travailler la terre. De là proviennent sans doute aussi les figurines du Cabinet des médailles8.

Chaouabti de la dame Repet, XVIIIe dynastie (voir cat. 7) / Photographie d’André Pelle

25C’est donc à cette époque qu’apparaissent les petits outils en bronze mis à disposition des chaouabtis. Certains furent offerts près des tombes royales d’Abydos par le tuteur royal Hekarechou, destinés à trois admirables chaouabtis ; le premier est en pâte de verre bleue comme le Kenamon ci-dessus, mains et visage plaqués d’or, inscrit : « Paroles à dire (par) l’Osiris père du dieu (le roi), Hekarechou justifié, seigneur bienheureux. » Le second, de calcaire fin également recouvert d’or, se proclame « fait par faveur royale pour le père divin Hekarechou », encore une formule inédite inscrite également chez un spécimen parvenu à Brooklyn. Le troisième, disparu au Caire, était « en bois d’ébène ».

La Formule d’Aménophis III

26Puis survint l’indolent Aménophis III (vers 1386-1349), qui régna paisiblement dans une Égypte extrêmement enrichie. Mais suite aux pillages, la momie fut transférée de sa tombe dans celle d’Aménophis II, où Loret la retrouva en 1898 ; c’est néanmoins devant sa propre tombe que plusieurs fouilles exhumèrent d’admirables chaouabtis extraordinairement divers : l’un des bois, yeux incrustés, qui mesure 39 cm, est actuellement au Metropolitan Museum, un autre en albâtre de 40 cm, parvint au musée de Bruxelles… sans compter tout ceux en granit ou serpentine dont on connaît une cinquantaine, entiers ou fragmentaires, répartis dans tous les grands musées.

27Or, les bois portent une nouvelle inscription inédite, expliquée par J. Yoyotte, répartie en quatre bandes verticales, connue sous le nom de Formule d’Aménophis III : « Faire faire des chaouabtis (pour) le bienheureux Osiris Nebmaâtré justifié dans le monde des morts. Ô dieux qui êtes à côté du seigneur de l’Univers (Osiris) assis à portée de sa bouche, souvenez-vous de moi le roi, de sorte que vous prononciez son nom quand vous donnerez pour lui l’offrande du soir et celle du matin… dans la région de Pek (Abydos) à la fête ouag. Puisse-t-on être à la place de l’Osiris roi Aménophis, maître de Thèbes juste de voix, pour cultiver les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Orient vers l’Occident (première version). Qu’on se souvienne de l’Osiris roi Nebmaâtré juste de voix auprès de l’impérissable (Osiris), pour qu’il reçoive des offrandes de nourriture en sa présence. » Aménophis III prie ainsi les dieux de se souvenir de lui, lesquels dieux représentent l’assemblée des rois disparus, ses prédécesseurs en l’au-delà, lorsqu’il célèbre la fête ouag en Abydos, tradition immémoriale avec procession dans la ville sainte d’Osiris.

28La grande épouse royale Tiy disparue on ne sait où à l’époque amarnienne, disposa quant à elle d’un chaouabti double en stéatite d’un type nouveau, également recueilli dans la Vallée des rois (conservé au Louvre) ; il est inscrit sur deux colonnes, une pour chaque époux, et fut offert au défunt Aménophis III : assimilation substitut-chaouabti, il tient en ses mains croisées deux houes et deux paniers pour travailler la terre outre-tombe. On connaît de la reine Tiy quatre autres fragments dont un en albâtre (1974, fig. 12 et 13), qui porte une seule colonne de texte.

La coiffure de vivant

29N’oublions pas les parents de cette grande reine, Youia et Thouia qui sommeillaient paisiblement dans leur tombe, en la Vallée des rois, accompagnés de 18 magnifiques chaouabtis. Le plus beau de Youia s’anime quelque peu et, pour la première fois, sort de ses bandelettes une tête à coiffure de vivant. En ses mains croisées, il arbore le sceptre de commandement et l’étoffe royale. Ses confrères momifiés, les mains vides, portent un collier plaqué d’or. Ces vénérables bienheureux disposaient aussi d’une collection de petits instruments de bronze pour travailler en l’autre monde.

30La plus belle faïence de tout l’art égyptien (CGC 48406, 20 cm) nous est due au contemporain premier prophète d’Amon Ptahmès, « prince héréditaire, gouverneur, aimé du Dieu, bouche charmeresse… ayant l’approbation du roi pour agir dans les Deux Terres… chef des prophètes du Nord et du Sud ». Tous les détails finement gravés sont de pâtes vitrifiées, emplis de véritables émaux multicolores sur fond blanc : jaune la coiffure rayée de violet ; de cette dernière couleur également les hiéroglyphes et le vautour qui orne la poitrine, bleus le visage et les mains. Trouvée en offrande votive près d’Abydos, cette merveilleuse statuette honorifique, votive, actuellement au Caire, est-elle un véritable chaouabti ?

31Passons à la période amarnienne : le disque Aton devait alors rayonner partout, « Ré-Horakhti qui se réjouit dans l’horizon ». Mais la révolution solaire d’Akhenaton (vers 1350-1334) ne lui survécut guère et le général, bientôt pharaon, Horemheb (vers 1321-1293), revenu au traditionnel Amon, fit dévaster de fond en comble la tombe royale à Tell el-Amarna, au point qu’on n’y récolta en 1903, que 25 chaouabtis fragmentaires en grès, calcaire, granit noir ou rouge et même en faïence bleue, ces derniers conservés au Caire. D’autres furent recueillis vers 1931, mais aussitôt réenterrés pour que le commerce puisse en profiter il y a une trentaine d’années. Un auteur poursuivit et décrivit les têtes, tandis que le musée de Brooklyn emmagasinait 75 morceaux. Ces chaouabtis portraits, efféminés, prognathes, au ventre ballonné, aux cou et membres trop grêles, portent habituellement le fouet à triple lanière et le crochet osiriens (Aubert 1973, 1974), ou des signes de vie… Quelques courtisans lui empruntèrent cette anatomie pour leur propre chaouabti, entre autres un seigneur Nakhtmin pour sa figurine exceptionnelle de bronze.

Chaouabti du scribe Nebseny, XVIIIe dynastie (voir cat. 8) / Photographie d’André Pelle

Toutankhamon

32Revenu au culte d’Amon, Toutankhamon (vers 1334-1325) détenait pour sa part 414 chaouabtis, images du roi d’une beauté sublime ; les plus nombreux sont en bois peint ou doré, et mesurent 20-35 cm ; une centaine d’autres en diverses pierres, albâtre, grès, calcaire ou granit, ont les mêmes dimensions ; enfin des faïences, plus nombreuses et plus petites, peuvent néanmoins atteindre aussi la taille imposante de 35 cm. Ces magnifiques chaouabtis exhibent toutes les coiffures royales possibles. En mains, ils présentent le fouet et le crochet, ou seulement l’un des deux, ou ne tiennent rien. Une trentaine de grands bois portent pour la première fois chez un roi, des houes et des paniers. Nous les avons brièvement évoqués en 1974, mais il est indispensable d’admirer le livre de Mme Desroches-Noblecourt paru en 1963, ainsi que celui de Reeves édité en 1990, ou encore celui de James paru en l’an 2000.

33Presque toutes ces statuettes sont inscrites verticalement au nom du « Dieu bon, seigneur des Deux Terres, Nebkheperouré, fils du soleil, Toutankhamon donne la vie » ou « aimé d’Osiris seigneur des Occidentaux… » ou encore aimé de Sokar ou même d’Anubis… La formule « donne la vie » se retrouve entre autres sur le petit minime en faïence (17 cm) acquis par le Louvre en 1967. Seules quelques faïences vert clair de 30-35 cm sont inscrites horizontalement et récitent le chapitre vi, mais sans que figure le nom du roi.

34Les chaouabtis substituts de Toutankhamon devaient-ils tous travailler la terre dans l’au-delà ? Quoi qu’il puisse en être, 1866 outils aratoires miniatures avaient été déposés à proximité, certains en fer, pour qui voudrait s’en servir.

35Dans la tombe fut encore retrouvée une merveilleuse statuette du roi couché sur son lit à tête et pattes de lion offerte par le chef de travaux Maïa : entre deux oiseaux Osiris et Horus, « hier et demain », le souverain repose en un sarcophage, équipé de petits outils, houe, hoyau, palanche et deux sacs à grain.

36De la XVIIIe dynastie sont connus bien d’autres curieuses statuettes homologues du gisant offert par Maïa, ou meuniers broyant le grain pour le défunt, et des chaouabtis doubles, accompagnés de petits outils, qui récitent le chapitre vi. Nous les avons étudiés en 1974 et ne pouvons y revenir ici.

37Les pillages et destructions ont atteint une telle ampleur en Égypte, qu’aucun chaouabti ne nous est connu de Aï ou Horemheb, successeurs de Toutankhamon.

Généralisation des houes et du panier à grain

Chaouabti de la Chanteuse d’Amon Tentimentet, XIXe dynastie (voir cat. 14) / Photographie d’André Pelle

  • 9 XIXe dynastie (vers 1293-1185 av. J.-C.)

38Les ateliers qui, au temps de la XVIIIe dynastie ont réalisé tant de chefs-d’œuvre, poursuivirent naturellement leurs activités durant les premiers règnes de la XIXe dynastie9 : en effet, l’admirable tombe de Séthi I (vers 1291-1278) supporte la comparaison avec les réalisations antérieures. Lorsque Belzoni la découvrit, en 1817, bien que pillée depuis l’Antiquité, elle contenait encore plus de 700 chaouabtis, paraît-il, dont les plus grands, les plus beaux, en faïence bleu vif à décor noir (1974, fig. 21 et 22) semblent être les grands chefs d’innombrables serviteurs également en faïence bleue ou verte, auxquels s’ajoutent une quantité de bois prolétaires plus ou moins soignés, enduits de vernis noir.

39Plus uniformes que les précédents, tous ces chaouabtis royaux de faïence sont équipés d’une paire de houes et d’un panier à grain dorsal, ces outils en relief chez le grand chef. Chacun récite le chapitre vi en versions diverses, plus ou moins abrégées. Mais personne ne semble avoir noté qu’aucun chaouabti de Séthi I ne porte le grand pagne des vivants, preuve a vacuo que celui-ci n’apparut qu’au temps de son successeur.

40Combien étaient-ils à l’origine ? Il eût fallu les dénombrer avant que les premiers visiteurs de la tombe ne brûlent plusieurs centaines de bois pour s’éclairer et faire la cuisine. Presque toutes les petites faïences avaient été brisées ; certaines restaurées ont actuellement la moitié supérieure et la partie inférieure appartenant à deux objets différents ! Plus de 150, entières ou fragmentaires, subsistent dans les musées ou les collections privées, et plus de 230 bois, 2 stéatites, 3 schistes émaillés.

  • 10 Cat. 12 et 13
  • 11 Cat. 15-17

41Durant les soixante-sept années que régna le fils de Séthi I, le célèbre Ramsès II (vers 1279-1212), les innovations furent aussi nombreuses et variées qu’à la XVIIIe dynastie, mais d’un style différent, en général massif et imposant plutôt que raffiné, dont témoignent les chaouabtis du Cabinet des médailles10. Cela n’exclut pas l’apparition de figurines secondaires fort amincies11.

42Du roi lui-même, retiré de sa tombe et préservé dans la cachette royale à Deir el-Bahari, nous est parvenu le fameux buste en bronze coiffé du nemes, qui porte une houe dans chaque main, mesurant 14 cm (actuellement à Berlin). On lui attribue encore 3 bois atteignant 36 cm (parvenus à Brooklyn, Chicago et Londres), enfin un petit fragment de calcaire. La tombe de la reine Nefertari, grande épouse royale, fut également dévastée et l’on ne recueillit à proximité que 34 petits bois équipés de deux houes, comparables à ceux retrouvés chez Séthi I.

Statuettes portant le pagne des vivants

43C’est aussi à l’époque de Ramsès II que les dignitaires équipèrent certains chaouabtis d’un grand pagne de vivant ; ces magnifiques serviteurs devaient commander les humbles corvéables momiformes.

  • 12 Cat. 20-27

44Le Cabinet des médailles possède une belle série de statuettes exhibant ce grand pagne12, le dernier étant un orant, les bras étendus, mains posées à plat sur chaque côté de ce pagne de vivant.

Le Sérapéum de Memphis et les chaouabtis des hauts dignitaires

45L’entreprise, inaugurée fin XVIIIe dynastie, d’introduire au Sérapéum de Memphis, découvert par Mariette, les taureaux sacrés Apis richement momifiés, fut poursuivie et amplifiée sous Ramsès II.

46On équipait ces taureaux bienheureux de chaouabtis inédits à tête de ruminant, les bras croisés tenant une paire de houes sur un corps de momie humaine. Vers le milieu du règne de Ramsès II, ils inaugurèrent même le fameux grand pagne des vivants. À l’occasion de chaque enterrement, les dignitaires venaient rendre hommage à l’Osiris, substitut de Ptah, et lui offraient en dépôt votif un ou plusieurs superbes chaouabtis, qui sont aujourd’hui pour la plupart conservés au Louvre, ceux de Khamouast, quatrième fils du roi, du prince Ramsès son frère aîné, du vizir Paser, du majordome Ptahmès… 247 serviteurs en pierre ou de faïence avaient même été enfouis dans des trous creusés au sol : Khamouast, gouverneur, ministres, graveur, fondeur, prêtresses d’Apis, grandes dames…, au total 80 hôtes de l’Osiris Apis s’y trouvaient représentés.

47Khamouast était le plus important : ses statuettes le figurent coiffé d’une perruque ronde de vivant arrêtée aux épaules, pourvue à droite de la tresse des grands prêtres de Ptah, des prêtres de certaines cérémonies funéraires sem et des fils royaux. Dispersés dans tous les grands musées, ces chaouabtis apparaissent aussi divers que ceux de la XVIIIe dynastie, en pierre noire, serpentine ou grès peint dépassant parfois 30 cm, caractéristiques de l’art ramesside hiératique, colossal. Mais il existe aussi quelques faïences de 3,6, 10 à 15 cm et un albâtre conservé au Vatican. Inscrits verticalement au nom du fils royal, les plus grands Khamouast paraissent être substituts de la momie et portent un pilier djed, le nœud d’Isis ou rien en main. Pourtant un grès, qui atteint 33,8 cm, et les petites faïences, sont équipés de deux houes pour travailler en l’autre monde (Bovot 2003, p. 64). Au Louvre, la plus belle serpentine, mesurant 30 cm, représente Khamouast bien vivant, chaussé de sandales, vêtu d’un grand pagne empesé inscrit verticalement. Ce chaouabti, et plusieurs autres sans titre Osirien, n’avaient pas seulement un rôle funéraire.

48Le plus important de tous, en pierre noire, récite un texte inédit, la célèbre Formule de Khamouast, comparable à la Formule d’Aménophis III : « Le prince héréditaire préside à Restaou (Ro-setaou)… Le fils royal, prêtre sem Khamouast juste de voix, il dit : Que ton visage soit épanoui ; puisses-tu voir le Disque ; puisses-tu adorer le Soleil en vie ; puisses-tu être appelé dans Restaou ; puisses-tu parcourir la vallée du Restaou supérieur ; puisses-tu ouvrir la caverne d’accès difficile ; puisses-tu occuper ton siège dans Tadjeser comme les membres de la grande équipe qui est auprès du soleil. » Khamouast désire donc pouvoir se rendre à Restaou, près des pyramides de Gizeh, qui est aussi le lieu souterrain où le soleil visitait de nuit les défunts. Sa momie pouvait alors revivre au contact du soleil. Cette formule, sans rapport avec le chapitre vi, se répandit jusqu’en Nubie et fut reproduite sur les chaouabtis d’au moins six personnages. Près de l’Apis mort l’an 55 de Ramsès II reposait une momie au visage couvert d’un important masque en or, accompagnée de superbes bijoux et de chaouabtis au nom de Khamouast. On suppose que le prince voulut ainsi rester pour toujours parmi ses protégés.

49L’autre plus grand personnage rencontré au Sérapéum est le vizir Paser, gouverneur suprême de tous les pays du Sud, l’aimé du roi, premier prophète d’Amon… auquel nous connaissons 27 titres honorifiques ou effectifs. Sa tombe, à l’ouest de Thèbes, contenait encore les quatre canopes, un fragment de son sarcophage, son encrier. Paser nous a également laissé une série de chaouabtis fort divers, dont 22 se trouvent au Louvre, y compris un géant de pierre grise qui dépasse 50 cm, pieds brisés, parfait exemple du style monumental en faveur sous Ramsès II. Il arbore un pilier djed, le nœud d’Isis et présente une inscription verticale énumérant les principaux titres du vizir, mais aucun outil aratoire (Bovot 2003, p. 37) : on pourrait le considérer comme un substitut.

  • 13 Cat. 31-34

50Mariette a par ailleurs signalé 8 petits chaouabtis en faïence de Paser assemblés dans leur coffret d’origine en terre cuite peinte sommé d’un Anubis ; ils sont accompagnés d’un personnage vivant à grand pagne, fouet dans la main droite, qui serait le premier chef ou contremaître d’une équipe de corvéables. Il s’agit également du premier exemple daté de ces urnes à chaouabtis que les bienheureux déposaient dans leur tombe en Abydos. Quelques-uns de ces modestes corvéables, en faïence ou de terre cuite peinte, sont conservés au Cabinet des médailles13.

51Notre vizir disposait aussi de modestes chaouabtis tenant une paire de houes, anépigraphes ou avec un chapitre vi partiel gravé en lignes horizontales : ils sont en faïence bleue, verte ou jaune d’à peine quelques centimètres… Une faïence bleue plus importante qui récite le chapitre vi, aujourd’hui au Metropolitan Museum, a été extraite de sa tombe. Une dernière faïence inédite verdâtre, haute de 8,7 cm, pourrait être décrite. On sait que le fameux pectoral de Ramsès II et plusieurs admirables bijoux de Paser furent également récoltés au Sérapéum parmi les chaouabtis.

  • 14 Cat. 12

52En 1974, nous avons de plus énuméré une soixantaine d’autres personnages possesseurs, à la XIXe dynastie, de statuettes funéraires extraordinairement diverses, offertes par les dignitaires, chambellans, grands prêtres, sculpteurs, graveurs, gardiens de temples ou de trésors. Les plus beaux chaouabtis de calcaire sont imposants, massifs, impressionnants, parmi lesquels un exemplaire inédit sculpté pour Paréemheb grand échanson de Ramsès II. Voyez également le chaouabti de Nebmehyt14.

53Ajoutons que le bel albâtre du fils royal Siptah, atteignant 15,7 cm, toujours mal interprété, appartenait en réalité au 28¬ fils de Ramsès II (Yoyotte 1962).

  • 15 Cat. 27

54Simultanément, le généralissime Kasa et le grand majordome Nedjem inaugurèrent un nouveau type de chaouabtis, les « orants » pourvus d’un grand pagne empesé le long duquel les bras sont allongés. Une faïence encore inédite du grand majordome sera décrite un jour. Au Cabinet des médailles, par ailleurs, se trouve un curieux orant de pierre émaillée chez qui les bras sont bien séparés du corps15.

55Plusieurs privilégiés, le scribe de l’offrande divine Mesou ainsi que le précédent généralissime Kasa, exhibent notamment sur leur poitrine un ravissant oiseau à tête humaine symbole du double. Chez d’autres contemporains, tel l’intendant des bestiaux Thotmès, certaines statuettes sont en faïence bichrome, blanches avec les cheveux, le visage ou le texte rouge, d’une terre différente, incrustée avant l’émaillage. Quelques dames furent également honorées de chaouabtis, par exemple la supérieure des prêtresses de Thot, Nachouiou, qui reposait à Tounah, près d’Hermopolis, accompagnée de 700 statuettes funéraires, dont près de 150 au nom de divers personnages.

56Les inscriptions de tous ces disparus, leurs titulatures, prières, espoirs de survie ou la rédaction du chapitre vi varient au point que le gouverneur de Memphis Tinouer supplie la grande montagne Restaou de l’accueillir en son sein…

57Sous Ramsès II, les chaouabtis ont atteint une telle grandeur qu’ils ne pouvaient qu’en redescendre lorsque cinq de ses fils ou petits fils lui succédèrent. La diversité subsiste néanmoins et nous connaissons au Metropolitan Museum un magnifique calcaire, sans doute offrande votive, du treizième fils et successeur Mérenptah (vers 1212-1202), invoquant la protection de Sokar memphite. Avec Mérenptah Siptah (vers 1193-1187), on observe une prédilection pour les chaouabtis d’albâtre : il en possédait une vingtaine très divers, qui mesurent 20 à 29,5 cm, coiffés du nemes, sans rien en main.

Les albâtres à contour perdu

  • 16 XXe dynastie (vers 1185-1070 av. J.-C.)

58À la XXe dynastie16, le magnanime Ramsès III (vers 1182-1151) dispose à nouveau d’un remarquable bois qui atteint 40 cm, porte le nemes et récite le chapitre vi. Il nous a également transmis six petits bronzes, un granit rose, un chaouabti massif en albâtre… Mais la grande épouse royale Isis s’est contentée d’une dizaine de faïences vert olive, reconnaissables à la longue tresse qui couvre son oreille droite.

59Ramsès IV (vers 1157-1145) fut aussi richement équipé que son prédécesseur. Il est surtout connu par son magnifique chaouabti en bois, malheureusement repeint, conservé au Louvre (voir Bovot, cat. n° 20, p. 176-179, N 438), qui provient probablement de sa tombe ; et par un autre exceptionnel en faïence bleue de 30 cm qui avait été déposé en offrande votive près d’Abydos, aujourd’hui exposé au Caire. Mais il entreprit surtout, semble-t-il, la série de ces extraordinaires « albâtres à contour perdu » sommairement momiformes, la tête à peine esquissée sur un buste ovoïde, cheveux, bras, inscription verticale barbouillés, aux deux cartouches du roi. Albâtres dont 34 spécimens accompagnaient Ramsès VI (vers 1141-1133), et 22 Ramsès VII (vers 1133-1126), tous deux n’ayant qu’un seul cartouche royal ; parmi ceux-ci, quelques chefs sont plus grands que les corvéables. Les albâtres de Ramsès IX (vers 1126-1108) sont même anépigraphes. Ramsès VI et Ramsès IX possédaient néanmoins respectivement 4 et 3 majestueux chaouabtis en bois coiffés du nemes qui dépassent 30 cm, tiennent une paire de houes et répètent le chapitre vi.

60Nous arrivons donc à l’époque où les tombes royales furent profanées et pillées, au point que les momies royales durent être déplacées. Alors, ce fut l’anarchie. Les particuliers, pontifes de Ptah, prophètes d’Amon ou de Khnoum, grands des cinq d’Hermopolis… n’ont guère innové qu’en multipliant les corvéables ou en s’adonnant à leur tour aux albâtres à contour perdu. Même le vice-roi Hori I, fils royal de Kouch, ne reçut qu’un albâtre, un petit quartz et une vingtaine de faïences blanches négligées, à inscription verticale noire (1974, fig. 45-47). Son épouse Khaït, chanteuse de Méhyt lionne, n’en détenait qu’une dizaine, semblables, contenues dans un coffret en terre cuite (1974, fig. 42-44).

61Les chefs à grand pagne se généralisent chez les gens modestes : une certaine Tiy découverte par Petrie à Héracléopolis, avait reçu 166 chaouabtis de bois et en terre cuite commandés par 9 chefs à grand pagne, la moyenne étant alors d’un contre-maître pour 20 ouvriers, bien que le plus ancien dizenier, grand des dix, soit déjà apparu à Gourob à l’entrée du Fayoum, attesté par une inscription explicite : « Ô grand des dix d’Iset, fais que tes hommes travaillent… »

  • 17 cat. 35

62Les corvéables, généralement très négligés, ont les mains esquissées, indépendantes des bras à peu près inexistants ; elles sont placées l’une à la suite de l’autre sur un plan linéaire, séparées par quelques traits verticaux, les bracelets17, ou éloignées l’une de l’autre au point d’être rejetées presque jusqu’aux coudes.

Troisième Période Intermédiaire (1080-664 av. J.-C.)

  • 18 XXIe dynastie (1080-945 av. J.-C.)
  • 19 Cat. 38

63L’histoire des chaouabtis connut de profondes modifications lorsque deux dynasties familiales parallèles s’installèrent à la XXIe dynastie18, l’une religieuse à Thèbes, l’autre civile en Basse Égypte, à Tanis, où régnèrent les successeurs des Ramsès. Les dernières inventions du Nouvel Empire eurent tant de succès que se généralisèrent les troupes de dix corvéables momiformes commandés par un chef bien vivant, dizenier pourvu d’un fouet ou d’un bâton, tous en faïence, sauf quelques attardés en bois19. Les chaouabtis ne s’inspirent plus de la statuaire et leur diversité ne réapparaîtra provisoirement que sous la domination éthiopienne à la XXVe dynastie.

Les cachettes de Deir el-Bahari

64On sait qu’en raison des pillages à grande échelle survenus à la XXe dynastie, le premier prophète thébain Pinedjem II (vers 990-969) réunit, à la XXIe dynastie, les momies des plus grands pharaons dans la cachette royale de Deir el-Bahari, où reposèrent aussi les dirigeants du clergé thébain. Cette cachette fut découverte vers 1871 par le sieur Abd el-Rassoul, qui eut loisir d’y récolter les célèbres chaouabtis émaillés de bleu intense durant plus de dix années, avant que Maspero en découvre quelques-uns à Paris et remonte la filière jusqu’à la source.

65Une dizaine de hauts dignitaires thébains furent dénombrés dans la cachette, momifiés, leur matériel funéraire au complet, dans un encombrement indescriptible : Pinedjem I (vers 1070-1032), son épouse Henouttaouy, sa fille Maâtkaré, divine épouse d’Amon, son successeur Masaharté avec Taïouhert, et surtout Pinedjem II, ses deux épouses, Nesikhonsou et Isetemkhebi, sa fille Nestanebicherou, toutes trois premières grandes supérieures du harem (les prêtresses) d’Amon, enfin un fils royal de la dynastie suivante, Djedptahioufankh… Tous étaient accompagnés de leurs chaouabtis en faïence d’un bleu intense que le commun des mortels dénomma aussitôt « de Deir el-Bahari ».

66Mais il y avait surtout, parmi ce royal enchevêtrement, les tablettes en bois de Nesikhonsou, qui recommandent expressément que chaque défunt soit équipé d’un corvéable chaque jour, donc 365… commandés par 36 chefs dizeniers, au total 401 chaouabtis ; ce qui veut aussi dire qu’il devait s’en trouver plus de 4 000 dans la cachette avant l’intervention d’Abd el-Rassoul. Maspero ne put en retrouver que 3700, dont 176 seulement du roi prêtre Pinedjem I, sans doute parce que ces petites statuettes, les plus jolies, faciles à écouler, avaient déjà été préférées, comme nous l’avons constaté à Paris.

  • 20 Cat. 38 et suiv.

67Malgré l’homogénéité de mise, les ravissantes figurines de Pinedjem I surent manifester quelques variations dans leur dimension, de 10,7 à 14 cm, dans leur couleur bleu vif à bleu nuit, et dans l’énoncé de l’inscription. De même chez la reine Henouttaouy, qui se dit alternativement épouse royale ou fille royale. Les chaouabtis de Masaharté, encore de petite taille, se reconnaissent au bandeau frontal qu’il a inauguré et qui allait se généraliser20. Toutes ces figurines sont inscrites verticalement.

68À partir de Pinedjem II, organisateur de la cachette royale et sa famille, les statuettes sont plus grandes, atteignant 17 cm. On sait que ce premier prophète d’Amon fut l’auteur du jeu de mot « ouchebti » (répondant) qui remplacera ultérieurement l’antique dénomination « chaouabti » (de bois). Toutefois, sa première épouse, Nesikhonsou, disparue cinq années avant lui, perpétua le mot « chaouabti » sur ses figurines funéraires. Sa deuxième épouse en revanche, qui lui survécut, adopta le nouveau terme « ouchebti ». Les corvéables de toute cette famille récitent un chapitre vi plus ou moins complet, sous le commandement de chefs à grand pagne, inscrits verticalement. Rappelons que l’on attribue encore à Pinedjem II une autre fille, la divine adoratrice d’Amon Henouttaouy (nom très fréquent à l’époque), dont les gros chaouabtis en faïence bleu clair (1974, fig. 68 et 69) proviendraient de tombes entièrement détruites au Ramesseum.

69En 1891, Abd el-Rassoul, converti à l’égyptologie, vint révéler la découverte d’une deuxième cachette de Deir el-Bahari non loin du temple d’Hatchepsout. Ici reposaient les sarcophages, les momies et l’équipement funéraire de 153 prophètes et chanteuses d’Amon d’un rang plus modeste. L’entassement était tel qu’il fallut évacuer le tout au plus vite, une fois de plus sans que les chaouabtis, distribués à qui les voulait, aient été dénombrés ; L. Aubert a reconstitué tout ce qu’on peut en savoir dans son livre paru en 1998.

70Une foule d’autres bienheureux contemporains ont été exhumés jusque sous les terrasses du temple de Deir el-Bahari, dont certains affiliés au clergé de Montou, vizirs et leurs épouses… ; toutes les cavités avaient été emplies de momies « du haut en bas ». Dans la cour sommeillaient trois grandes dames, sœur et filles du pontife Menkheperré (vers 1045-992), mais ce trésor fut dispersé et les statuettes funéraires jamais étudiées.

71Plus à l’est, le cimetière de Dra Aboul Naga livra un original prophète d’Amon initié aux mystères, qui préféra inscrire en colonnes sur ses corvéables le chapitre v au lieu du chapitre vi : « Amenemopé justifié dit : c’est moi qui recherche l’Inerte (Thot), l’originaire d’Ounou (Hermopolis) ; je vis des entrailles du grand singe » (1974, fig. 97). Une tombe voisine contenait un inconnu pourvu de 200 et 203 statuettes en terre cuite brune, dans deux coffrets près de sa tête, tandis que son épouse Perenbastet, chanteuse d’Amon, dut se contenter de 185 et 183 corvéables.

Tanis

72Simultanément régnaient à Tanis les rois apparentés, « fils de Ramsès », que Montet retrouva en 1939 dans leur hypogée presque inviolé, la plus importante découverte effectuée depuis celle de Toutankhamon : quatre sarcophages contenant une momie qui portait un masque en or, étaient entourés d’innombrables chaouabtis… Il n’est pas question de revenir sur ce prodigieux trésor ; nous nous bornerons à apporter quelques éclaircissements aux descriptions parfois prématurées ou contradictoires de Montet.

73Au pied du grand sarcophage en granit où Psousennès I (vers 1039-991) reposait sous son masque d’or, dans un cercueil d’argent, se trouvait déposée une somptueuse vaisselle en métal précieux et sans doute plus de 2 000 statuettes funéraires, mais personne ne s’est donné la peine de les dénombrer exactement avant leur envol, comme cela s’était déjà produit pour les cachettes de Deir el-Bahari.

74Dans le vestibule de Psousennès, trois momies avaient été installées sur une grande dalle : au milieu, le merveilleux sarcophage hiéracocéphale en argent d’un roi dont on ignorait l’existence, Chéchanq II (vers 890 av. J.-C.), avec son masque en or entre deux momies que Montet crut féminines, et qui ont disparu depuis. Il avait également signalé à proximité de ces momies, « une importante collection de 1557 statuettes environ » (1951, nos 255 à 263). Parmi elles, ajoute Montet, « 40 chefs mesurant 13 cm et environ 360 » serviteurs anépigraphes supposés féminins, gisaient près du sarcophage hiéracocéphale et devaient lui appartenir, donc appartenir au dit Chéchanq II, ce qui est exact (Tanis 1987, fig. 29). Quant au roi Amenemopé (vers 993-984 av. J.-C.), il disposait d’autres chaouabtis plus petits (Tanis 1987, fig. 17).

75Toutefois, plusieurs erreurs s’étant glissées dans la liste de Montet, J. Yoyotte se rendit sur place et parvint à identifier les personnages concernés : les deux momies associées à Chéchanq se révélèrent masculines d’après les barbes osiriennes et les uraeus tombés de leur sarcophage ; elles sont identifiées, l’une par de petites faïences malitornes inscrites au nom de Siamon (vers 978-959 av. J.-C., Tanis 1987, fig. 18), l’autre par des figurines aussi malvenues atteignant à peine 6,7-6,9 cm au nom de Psousennès qu’il faut comprendre Psousennès II (vers 959-945 av. J.-C., Tanis 1987, fig. 19), celui-ci équipé par ailleurs d’une dizaine de minuscules courtisanes (1974, fig. 79-81). On peut se demander comment on a pu tolérer d’aussi méchants corvéables pour entourer ces royaux bienheureux.

76Dans une pièce adjacente, plus dignement traité, avec un des plus beaux masques en or, le grand général Oundebaounded de Psousennès I était servi par 5 chefs et une cinquantaine de superbes petits bronzes, complétés de « 360 » faïences, tous inscrits verticalement (1974, fig. 85-92).

Renouveau artistique sous Osorkon II

  • 21 XXIIe dynastie libyenne (945-712 av. J.-C.)
  • 22 Cat. 39 et 40

77Malheureusement, le beau « bleu de Deir el-Bahari » ne survécut guère à la XXIe dynastie21. Les chaouabtis de la dynastie suivante sont plus pâles, bleu clair ou verdâtres. Ils sont aussi plus grossièrement sculptés, plus trapus, comme le montrent ceux de nos fig. 39 et 4022. Ce style négligé fut à son tour éliminé quand les Libyens prirent le pouvoir et réintroduisirent un art raffiné.

78Profitant de la faiblesse des rois tanites, les Libyens infiltrés en Égypte parvinrent à s’imposer à Bubastis qu’ils choisirent pour capitale, et à Tanis, nécropole où ils succédèrent à Psousennès II. C’est précisément dans le tombeau d’Osorkon II (vers 874-850) que Montet pénétra tout d’abord en février 1940. Le sarcophage du roi contenait trois corps, dont celui d’un enfant, et l’on avait disposé perpendiculairement une autre cuve magnifiquement sculptée où reposait son fils le prince Hornekhti, mort à l’âge de 9 ans mais déjà premier prophète d’Amon. Alentour gisaient, selon Montet, « plus de 300 » statuettes funéraires pour chacun d’eux, mais il fut à nouveau impossible d’en indiquer le nombre exact, car elles étaient souvent brisées en plusieurs morceaux. Ces nouvelles figurines, toujours de faïence en nombre habituel, sont néanmoins fort belles, expression d’un renouveau artistique indéniable.

79Les corvéables d’Osorkon II se répartissent en deux séries principales bien distinctes, sans doute issues d’ateliers différents. Les uns, grêles et raffinés, ont un visage expressif, goguenard ou attentif, portent une coiffure de vivant et tiennent une paire de houes. Ils sont commandés par des chefs aux cheveux noirs unis, un fouet en main. Très différents, les serviteurs de la seconde série sont plus massifs, à grosse tête ronde et coiffure tripartite. Les corvéables des deux séries ont toujours les mains opposées, caractéristique importante qui permet de considérer comme contemporaines les statuettes analogues de simples particuliers. Leur taille est presque constante : une quinzaine de centimètres ; mais dès l’origine se trouvaient mêlés aux dits corvéables de petits chefs réduits anépigraphes, atteignant à peine une dizaine de centimètres.

80Les chefs dizeniers d’Osorkon II ont la particularité exceptionnelle de marcher sur leur socle, jambe gauche en avant. Ceux d’Hornekhti, en revanche, apparaissent figés au garde-à-vous. Chefs et serviteurs sont inscrits verticalement : « Si l’on prononce le nom d’Ouaserken aimé d’Amon, me voici ! direz-vous » (1974, fig. 100 et 101).

81Le tombeau ayant été consciencieusement pillé, on ne recueillit, dans une autre petite pièce, que des vestiges d’une riche parure et, par terre, une nouvelle collection « d’environ 360 » faïences gris vert qui s’affairaient pour « l’Osiris roi Takélot II » (vers 850-825), fils et successeur d’Osorkon II. Ces 360 petits serviteurs, qui mesurent 12,5 à 13,9 cm, se répartissent aussi en deux séries bien distinctes : la première, très belle, inspirée du Nouvel Empire (1974, fig. 113-115), est commandée par des chefs originaux à coiffure de vivant, toutes les mèches disposées en quadrillage proéminent, qui tiennent un fouet et un bâton (1974, fig. 112) ; ils ne marchent plus, leurs jambes étant momifiées. Bien différents, les corvéables de la seconde série sont très personnels, soumis, parfois même grimaçants. Tous les serviteurs de Takélot II ont un bandeau frontal, une paire de houes, une brève inscription verticale au nom de « l’Osiris roi, aimé d’Amon Tikelet ». Point ici de chefs réduits (1974, fig. 112-119).

82Des successeurs de Takelot II n’est connue que la tombe de Chéchanq III (vers 825-773), abandonnée plus à l’ouest, exploitée par les carriers depuis l’Antiquité. Il semble que le roi avait été transféré chez Osorkon II, où deux fragments de statuettes à son nom furent récoltés, inscrits seulement « l’Osiris roi Chéchanq… ». Peut-être serait-il une des momies inconnues signalées chez ce dernier. Seule la reine Kama fut retrouvée avec ses bijoux près de Léontopolis. Une seule statuette de 12,5 cm l’accompagnait, inscrite : « Me voici », suggérant que les reines libyennes n’ont peut-être pas reçu de statuettes funéraires.

83On ignore presque tout des éphémères successeurs qui régnèrent sur l’Égypte ravagée par la guerre civile. En province néanmoins, un fils d’Osorkon I (vers 924-889) se proclame déjà « maître du Sud et du Nord », son nom entouré d’un cartouche royal. Horsaïset son fils, lui succéda, et non un fils du roi ; sa tombe, à Medinet Habou, contenait « au moins 224 petits corvéables en faïence verte commandés par au moins 17 chefs anépigraphes », auxquels s’ajoutaient un certain nombre de serviteurs sans inscription (Hölscher 1954).

84Osorkon II réagit en s’associant au clergé de Ptah memphite, auquel il imposa son fils aîné Chéchanq comme grand chef des artisans. La tombe de ce dernier fut retrouvée intacte au sud de Mitrahiné ; elle contenait 200 chaouabtis mesurant 22 cm, massifs mais très fins, qui reproduisent le chapitre vi, deuxième version ou abrégé. Partageait la tombe, un prince Takelot, fils de ce Chéchanq, dont 4 chefs et 141 corvéables sont enregistrés au Caire (voyez Tanis 1987, fig. 33 et 34).

85Parmi les contemporains exhumés à Tehneh en Moyenne Égypte, il nous faut signaler un vizir ayant 380 serviteurs sans chefs, tandis que Pacherieniset, deuxième prophète d’Amon-Ré, détenait 38 chefs et 365 serviteurs, selon le décompte de Gauthier en 1926 (1974, fig. 124 et 125).

86Quant au prophète d’Amon Djedkhonsouioufankh datable par ses mains opposées (1974, fig. 122 et 123), le donateur nous a offert un nouvel exemplaire anépigraphe avec seulement une ligne noire verticale au milieu des jambes, peut-être un chef. Il avoue en avoir lui-même inventé l’origine, sans aucune preuve !

87N’oublions pas les ravissants Tasaï, dont 40 exemplaires issus de fouilles clandestines à Héracléopolis, accompagnés de petits Takheredenbastet, ont animé les ventes parisiennes depuis 1987. Turquoise ou bleu clair, mains opposées, ils portent le bandeau frontal, deux houes, et sont inscrits de l’ancienne formule : « Offrande que donne le roi à (la dame) Tasaï ». Les chefs sont équipés de deux fouets.

Occupation éthiopienne, retour au Moyen Empire

Chaouabti de la dame Renepnefret, XXVe dynastie (voir cat. 47) / Photographie d’André Pelle

  • 23 XXVe dynastie éthiopienne (747-656 av. J.-C.)

88On sait comment l’émiettement du pouvoir et l’anarchie qui s’ensuivit sous les derniers gouvernants libyens encouragèrent les rêves d’expansion des souverains éthiopiens23 (soudanais), qui profitèrent de cette situation pour envahir l’Égypte à partir de leur capitale Napata, établie sur la quatrième cataracte. Cette situation nouvelle a profondément influencé l’évolution des arts, en particulier des statuettes funéraires. Désirant s’assimiler à la civilisation égyptienne la plus prestigieuse du Moyen Empire, les nouveaux souverains tentèrent de la faire survivre avec un souci constant d’archaïsme. Ils terminèrent pourtant leur existence près de leur capitale, au cimetière d’El Kurru, fouillé très sérieusement par Reisner et Dunham, qui retirèrent 2550 chaouabtis des tombes surmontées d’une petite pyramide à l’égyptienne.

89Le roi Piankhi (747-716) disposait de 56 corvéables en faïence bleu clair, qui atteignent tout juste 10 cm, sans mains apparentes, commandés par 8 chefs, marchant comme ceux d’Osorkon II. Il ne semble pas avoir profité d’un serviteur par jour. Chabaka (716-702), son frère et successeur, reçut lui-même 183 statuettes analogues de 18 cm. Chez Chabataka (702-690), fils de Piankhi, 182 petits travailleurs étaient commandés par 14 chefs. Enfin Tanoutamon (664-656) détenait deux séries de corvéables : l’une de 176 personnages mesurant 8 cm, aux mains opposées comme chez Osorkon II, inscrits exceptionnellement chacun d’une séquence distincte du chapitre vi ; l’autre comprenait 318 répondants de 12 cm, mains croisées, tenant une paire de houes. Ils ont un pilier dorsal et un socle carré comme les futurs ouchebtis saïtes.

90Les reines reposaient aussi à El Kurru, et l’une d’elles avait 286 serviteurs, uraeus au front, mais sans bras. D’autres, archaïsants, substituts de la momie, portaient leur panier sur la tête comme à la XIe dynastie.

91Entre temps, le grand Taharqa (690-664) avait fondé une nouvelle nécropole à Nuri, au sud de Napata, où les Américains récoltèrent plus de 10 000 chaouabtis. Il en possédait lui-même 1 070 de granit, serpentine et albâtre, qui atteignent 25 à 60 cm. Les plus grands, chefs sans doute, coiffés du nemes, se distinguent par leur fouet et leur crochet ; d’autres ont les mains opposées, certains arborent un pilier djed et un nœud d’Isis comme les rois égyptiens antérieurs ; les plus petits tiennent une paire de houes. Tous récitent le chapitre vi.

92Taharqa ranime ainsi les plus nobles traditions de l’Égypte ancienne : l’utilisation de belles pierres admirablement sculptées, le gigantisme du Nouvel Empire, la réapparition du terme « chaouabti » et du chapitre vi, deuxième version. Seul Senkamenisken, son petit fils et troisième successeur, recourut encore à la serpentine et fit sculpter 710 corvéables de pierre, auxquels s’ajoutent 867 faïences. Ces magnifiques découvertes résultent du soin avec lequel ont été entreprises les fouilles de tombes encore inviolées.

La région thébaine

93En Égypte par contre, les sépultures contemporaines ont été sans exception pillées depuis l’Antiquité, notamment celles des divines adoratrices toutes puissantes à Thèbes : Chepenoupet I, disparue au temps où régnait Taharqa, fut enterrée à Medinet Habou, dans le temple de Ramsès III ; elle ne détenait plus que 57 chaouabtis en faïence verte anépigraphes. D’Amenardis I qui lui succéda, on connaît plusieurs fort belles statuettes de 20 cm en serpentine, uraeus au front, recueillies à proximité, qui déclinent le chapitre vi, troisième version, lequel avait disparu depuis Séthi I. Chepenoupet II, sœur de Taharqa, reçut également plusieurs chaouabtis en serpentine et quelques petites faïences, qui mesurent 12-13 cm.

94Quatre Chanteuses de l’intérieur d’Amon les suivirent à Medinet Habou : Nesterouy, servie par 365 corvéables de faïence, Ankhamenardis, ayant aussi reçu 266 petites faïences bleu pâle, Diisethebsed pourvue de serpentines (1974, fig. 128 et 130) ; enfin la noble, unique du roi Oudjarenès, troisième épouse de Montouemhat.

95Les dignitaires civils quant à eux, s’installèrent dans l’Assassif, équipés également de belles serpentines, tels Haroua, grand majordome de la divine adoratrice, et surtout Montouemhat, le célèbre gouverneur de Thèbes respecté même ultérieurement par Psammétique I : ce puissant dignitaire fit construire pour sa survie une tombe considérable où l’on retrouva de nombreux chaouabtis en serpentine qui atteignent 21 à 24 cm, en faïence verte ou stéatite grise. Certains répètent le chapitre vi, tandis que d’autres recourent à la fameuse Formule d’Aménophis III expliquée plus haut : retour aux antiques traditions.

  • 24 Cat. 46
  • 25 Cat. 44 et 45

96La plus gigantesque tombe (n° 33), était aménagée pour Petamenopé, prêtre lecteur en chef, premier magicien du roi, emplie d’un riche mobilier aujourd’hui dispersé. On lui connaît plus de 70 chaouabtis en serpentine brune, entiers ou volontairement brisés en deux, aboutis dans 26 musées et plusieurs collections privées. Leur inscription se termine par une petite formule archaïsante empruntée à Ramsès IV : « … Si l’on demande l’Osiris prêtre lecteur en chef Petamenopé justifié, me voici ! Je le fais. Me voici diras-tu, là dans le monde des morts. Moi c’est toi. » Le Cabinet des médailles a le privilège de détenir un bel exemplaire intact en serpentine brune enjolivée d’émail vert24, qu’accompagnent deux magnifiques bustes25.

Chaouabti du prêtre lecteur en chef Petamenopé (voir cat. 45) / Photographie d’André Pelle

Basse Époque (664-30 av. J.-C.)

La renaissance saïte26 : uniformisation

  • 26 XXVIe dynastie saïte (664-525 av. J.-C.)

97Par leur origine africaine, leur obsession d’archaïsme, leur réalisme, les Soudanais ont recréé un art grandiose, dominateur, parfois brutal… tandis que leurs successeurs méditerranéens de Basse Égypte, influencés par l’apport hellénique, animèrent un art plus idéaliste, tout de finesse. Cette troisième renaissance de l’Égypte introduit le pays dans un nouvel univers entièrement inédit, où les statuettes funéraires changèrent définitivement d’apparence et d’expression : il n’y a plus de chefs dizeniers différenciés, qui se confondent avec les travailleurs corvéables bien que le nombre réglementaire reste de 365 serviteurs commandés par 36 chefs, au total 401. Ils sont désormais tous en faïence et désignés sous le nom d’ouchebtis, leur inscription étant toujours gravée. S’il s’agit du chapitre vi du Livre des Morts pour sortir le jour, ils recourent uniformément à la troisième version. Appuyés contre un pilier dorsal, ils sont debout, momifiés, sur un socle anguleux. Les spécimens royaux ne diffèrent généralement plus des particuliers.

98Tous serrent dans la main droite une houe dirigée vers l’épaule gauche ; de l’autre coté ils portent un hoyau (bâton complété d’une petite pique latérale). La houe se trouve exceptionnellement dans la main gauche chez un ouchebti du chancelier Paaboumeh (1974, fig. 137). Un ou deux sacs à grain fort divers pendent dorsalement à l’extrémité d’une cordelette.

99Les voici donc complètement uniformisés ? En fait, pendant les 500 années durant lesquelles ils prospérèrent, leur apparence vint à présenter diverses petites variations, exceptions ou particularités caractéristiques d’une période précise, que le spécialiste habitué à s’entretenir avec les ouchebtis, sait reconnaître. Dans les descriptions des exemplaires conservés au Cabinet des médailles, ces petites particularités ont été soigneusement notées.

100On peut diviser sommairement les ouchebtis en deux grandes familles : les premiers, saïtes ou saïtisants, bienheureux, animés d’une vie intérieure intense avant l’invasion perse, ont une anatomie parfois un peu épaisse, mais qui s’affinera. Ils reposent sur un large socle carré et tiennent des outils aratoires, houe et hoyau, en faible relief. Après l’expulsion des Perses apparaissent d’autres sujets qui atteignent au sommet de la finesse technique et sourient de tout leur cœur, avec une certaine froideur ; ils reposent sur de petits socles, les mollets parfois saillants, et arborent des outils aratoires très en relief, tandis que se répand l’inscription en T.

Ouchebtis royaux

101Examinons les principaux de ces ouchebtis dans l’ordre chronologique et nous comprendrons mieux la complexité de leur variation. Il est vrai que le Cabinet des médailles n’en conserve pas beaucoup, ses collections ayant été constituées avant les grandes découvertes qui répandirent des statuettes dans le monde entier.

102Un ouchebti royal coiffé du nemes, uraeus au front mais sans barbe, dont on connaît une quinzaine d’exemplaires entiers ou fragmentaires dans les musées européens, est inscrit au nom du pharaon Ouahibré, qui se trouve être le prénom de Psammétique I (664-610), fondateur de la XXVIe dynastie. Fâcheuse homonymie, ce nom d’Ouahibré étant aussi le nom principal d’Apriès (589-570), quatrième souverain de la dynastie ; toutefois on attribue plutôt l’ouchebti en question à Psammétique I car, d’apparence bon vivant, il se rapproche d’une sculpture d’entre-colonnes exposée au British Museum. Notons qu’un autre ouchebti royal avec nemes et uraeus, moins embarrassant, conservé au musée de Leyde, appartient sans conteste au pharaon Nekao II (610-595), successeur du précédent. Une difficulté majeure est que nous ne connaissons pas les sépultures de ces rois, qui auraient dû se trouver, d’après Hérodote, près le temple de Saïs. On a par ailleurs récupéré quelques ouchebtis égarés, cinq faïences vertes du plus mauvais travail, sans emblèmes de royauté, inscrits pour Ouahibré Apriès, et huit petits aussi laids pour Amasis (570-526)… Une seule belle faïence verte de l’épouse d’Amasis nous est parvenue, inscrite sur le pilier dorsal : « Que soit illuminée l’épouse royale Nekhtbasteterrou justifiée. »

Ouchebtis des dignitaires

103Les ouchebtis des dignitaires nous sont heureusement parvenus en beaucoup plus grand nombre, et mieux conservés. On considère comme étant les plus anciens imaginés à la XXVIe dynastie, de petites faïences qui ne dépassent pas 6-7 cm, à cheveux et barbe noirs, inscrites pour la première fois en T, disposition qui sera très répandue après la XXVIIe dynastie. Ils nous rappellent l’existence d’un vizir Bakenrenef, ou d’un certain Padiptah, père divin de Bastet à Memphis (on en connaît 24 exemplaires), et d’un autre même-titré, Senbef (Aubert 1988). Leur inscription caractéristique est terminée par un i qui remplace le déterminatif « homme accroupi » (1974, fig. 131 à 133). Ce Padiptah nous intéresse beaucoup, car son fils Padipep a déposé une stèle au Sérapéum, datée d’avant l’année 21 de Psammétique I ; sa tombe établie à Saqqarah nous a livré « de nombreux » ouchebtis originaux, fort différents de ceux du père : faïences gris vert qui atteignent 14 à 15 cm, inscrites en deux colonnes sur le pilier dorsal.

Ouchebti du scribe royal Horkhebi, XXVIe dynastie (voir cat. 55) / Photographie d’André Pelle

104Trois grands majordomes gérèrent les biens de la divine adoratrice Nitocris fille de Psammétique I. L’un d’eux, Padihorresné fut enterré à Thèbes, dans une tombe pillée de fond en comble, mais qui livra « plusieurs » petits ouchebtis de faïence verte archaïsants, sans socle ni pilier dorsal. Un contemporain, gouverneur de la Haute Égypte, Ankhhor, disposa d’ouchebtis analogues (1974, fig. 134 et 135), dont 90 exemplaires sont répertoriés. Les multiples homonymes, souvent sans titre indiqué, peuvent néanmoins être identifiés car le nom de leur mère figure sur presque tous les ouchebtis.

105Depuis Osorkon II, heureuse innovation, les dignitaires furent honorés d’un surnom « rennefer », ou « beau nom », survivance archaïsante d’une coutume répandue à l’Ancien Empire. Sous Psammétique II (595-589), les surnoms se généralisèrent et devinrent basilophores : ils utilisaient un cartouche du roi régnant suivi d’une épithète laudative. De Meulenaere leur a consacré une intéressante étude en 1966. Par exemple Paaboumeh chancelier royal de Basse Égypte surnommé Psametikseneb (« Psammétique est en bonne santé », 1974, fig. 136 et 137) ou Horiraa, intendant de l’antichambre surnommé Neferibrénefer (« Psammétique est beau »), dont la tombe inviolée fut retrouvée à Saqqarah… qui contenait encore « environ 400 » ouchebtis répartis dans deux coffrets de part et d’autre du sarcophage : ces belles faïences de 17-18 cm déclament le chapitre vi, troisième version. Son contemporain, le héraut royal Oudjahor, surnommé Psametiksasekhmet (« Psammétique est fils de Sekhmet », 1974, fig. 138), fut un personnage considérable, maître des cérémonies, dont la tombe à Gizeh, vidée au xix¬siècle, contenait de nombreux ouchebtis différents les uns des autres, preuve qu’un dignitaire pouvait avoir plusieurs types de statuettes funéraires : les unes profitaient du chapitre vi, d’autres atteignant à peine 10 cm, n’avaient qu’une colonne de texte nominatif sur les jambes terminé sur le pilier dorsal. De même chez le scribe royal Pagem, surnommé Ouahibrémeryimen (« Apriès aimé d’Amon »). Ses figurines disgracieuses mesurent 11 à 12 cm et portent deux colonnes de texte ou le chapitre vi déroulé en sept lignes horizontales.

106Les sépultures saïtes étaient souvent des sépultures familiales, où reposaient jusqu’à cinq momies ; chez l’homme de confiance de son maître Hormaakherou, par exemple, les sarcophages étaient accompagnés, selon Gauthier, d’un « assez grand nombre de statuettes funéraires de dimensions et types divers », les plus grandes cassées, les plus petites anépigraphes variant de 4 à 10 cm. Pourtant, les ouchebtis ne furent jamais exactement dénombrés avant que Barsanti ne fouille en 1902, l’énorme excavation d’un certain Oudjaher à Saqqarah, qui contenait 446 statuettes décrites seulement par deux spécimens conservés à Upsala, ayant trois colonnes de texte sur les jambes, chapitre vi abrégé.

  • 27 Cat. 57

107Sous le règne d’Amasis (570-526), général usurpateur et avant-dernier roi saïte, père de Psammétique III, les ouchebtis profitèrent de la prospérité d’alors et s’affinèrent en multiples chefs-d’œuvre, parmi lesquels ceux d’un autre Psammétique, administrateur de la nécropole, né de Sebarekhyt, qui sont exceptionnellement d’un aimable bleu ciel, comme le montre un spécimen abouti au Cabinet des médailles27.

Ouchebti du père divin Psammétique, XXVIe dynastie (voir cat. 57) / Photographie d’André Pelle

108Nous avons même la chance inouïe que nous soient parvenues intactes à Saqqarah plusieurs tombes gigantesques ingénieusement protégées, à 30 m sous terre : une cheminée latérale permettait, une fois la momie dans son sarcophage, de les emplir de sable pour l’éternité. Ainsi ont été retrouvés trois surintendants de la flotte royale, dont Psametikmeryptah qui assista aux funérailles de l’Apis mort l’an 23 d’Amasis. Il fut exhumé au xixe siècle, accompagné « d’environ 400 » ouchebtis, aujourd’hui disséminés dans vingt musées (1974, fig. 140). Le deuxième surintendant, Tchanehebou, était pourvu d’un admirable masque en or, sans compter un trésor d’amulettes et de précieux doigtiers… Ses 401 très beaux ouchebtis mesurant 18 à 20 cm, inscrits du chapitre vi, furent dispersés (1974, fig. 139). Ils emplissaient deux coffrets de bois contenant 203 et 198 statuettes. Le troisième surintendant de la flotte royale, puis du trésor et de la grande prison, reçut lui aussi 401 ouchebtis, mais inscrits en une seule colonne dorsale : « Ouchebtis de l’Osiris Surintendant des cargos royaux Hekaemsaf, me voici direz-vous à tout moment. »

109Quatre autres tombes analogues ont été fouillées par Barsanti près la pyramide d’Ounas : chez Padieniset, chancelier royal de Basse Égypte…, il y avait 203 ouchebtis à droite du sarcophage, 198 à gauche, d’un travail médiocre, la plupart anépigraphes. Chez l’intendant des chevaux Padineith, on en récolta 198 à droite, 202 à gauche (1974, fig. 141 et 142). Puis chez son voisin l’intendant du double grenier Nesbanebdjed (Smendès), Barsanti dénombra 397 ouchebtis, dont seuls une trentaine étaient inscrits, sans doute les chefs dizeniers. Ces magnifiques découvertes ont fait l’objet de plusieurs publications de leur inventeur Barsanti, entre 1900 et 1904.

110Toujours à Saqqarah, certaines tombes étaient jumelées, avec un puits commun. Ainsi fut mis au jour Neferibrésaneith, premier après le roi, chancelier royal de Basse Égypte… qui disposait sur son sarcophage de 336 corvéables, les plus beaux de tous les ouchebtis saïtes. La tombe jumelle contenait l’intime du roi, chancelier royal de Basse Égypte, Ouahibrémen, qui disposait de deux coffrets contenant 206 et 200 ouchebtis remarquables. Ainsi nous sommes enfin renseignés sur le contenu presque traditionnel des tombes, et l’on comprend pourquoi tant de magnifiques statuettes, soigneusement sculptées à la main, errent encore dans le commerce.

111En Haute Égypte par contre, à Thèbes, les tombes étaient moins bien protégées et furent pillées dès l’Antiquité : de la divine adoratrice Nitocris ne nous est parvenue qu’une série de petits ouchebtis raffinés, en faïence verte, mesurant 15 cm ; les 24 qui ont survécu, tête surmontée d’une coupe module, uraeus au front, sont inscrits verticalement sur les jambes et en travers latéralement.

Raréfaction des ouchebtis

  • 28 XXVIIe dynastie perse (525-404 av. J.-C.)

112On connaît peu d’ouchebtis attribuables au sombre siècle de la première invasion pers28 commandée par Cambyse (525-522), bien que les ateliers d’Amasis aient poursuivi leurs activités. Presque tous les exemplaires retrouvés ci et là isolément, ont été identifiés par des sculptures ou des stèles d’Apis. Par exemple, ceux du trésorier de Darius, Ptahhotep, dont huit élégantes figurines inédites dans le style du temps d’Amasis, récitant le chapitre vi, sont apparues à Londres en 1974 : hauteur 17,6-17,8 cm. Du préposé à l’enregistrement des terres Horoudja né de Tesnakht est parvenu à Paris un bel exemplaire précédemment inconnu, plus massif, qui atteint 18 cm. Puis, encore à Paris deux petits Nesisout né de Tchesmehitperet, intendant du double trésor, qui ne dépassent pas 11 cm, texte limité à deux colonnes sur les jambes.

  • 29 Cat. 58

113Une tombe exceptionnelle fut néanmoins découverte par Barsanti en 1900, celle de la dame Setchaïretbinet, qui contenait 300 ouchebtis de la plus méchante facture, une des seules femmes ainsi pourvue à Basse Époque. Peut-être appartenait-elle à la famille des nombreux Henat, ainsi nommés de grand-père en petit-fils. D’un prêtre lecteur en chef Oudjahorresné, fils de Henat, circulaient précisément chez un antiquaire parisien plusieurs petites faïences vertes des plus frustes, mesurant 11 cm, avec une colonne de texte sur les jambes, une autre dorsale. Un familier, le chef des chambellans Henat, inscrit du chapitre vi, est représenté au Cabinet des médailles par un bel ouchebti un peu plus grand29.

114Plusieurs Iahmès, ainsi nommés en souvenir d’Amasis ou parce que nés sous son règne, vécurent aussi à l’époque perse : le principal, né de Nefersekhmet, reconnu par L. Aubert, est identifié par une statue conservée à Berlin, qui porte une tunique perse à longues manches. On doit à ce grand prophète memphite aux multiples titres, les plus anciens ouchebtis connus avec inscription en T encadrée.

Retour au modèle saïte

  • 30 XXIXe et XXXe dynastie (399-343 av. J.-C.)

115La quatrième et dernière renaissance de l’Égypte sous les XXIXe et XXXe dynasties30, après l’expulsion des Perses par Amyrtée (404-399), seul roi de la XXVIIIdynastie, fut un soubresaut nationaliste : il fallait absolument effacer les humiliations subies en revenant à la grandeur passée dont les Égyptiens ont toujours gardé conscience, et revivre comme à l’époque saïte, comme si rien ne s’était passé. On devait poursuivre la fabrication d’ouchebtis saïtes à l’identique. Les nouveaux ateliers ne purent cependant éviter que surviennent les petites différences de facture notées plus haut, technique toujours raffinée mais moins spontanée, outils très en relief, socle réduit, etc.

116Les tombes royales des dernières dynasties n’ont malheureusement pas été retrouvées, excepté un sarcophage récemment mis au jour à Mendès, qui contenait un torse d’ouchebti au nom de Néphéritès (399-393), fondateur de la XXIXe dynastie. Pourtant ses ouchebtis avaient déjà été dispersés depuis longtemps ; ils sont conservés au Louvre, en Hollande un buste, en Belgique, en Angleterre trois intacts… Le plus beau, inédit, mesurant 19,5 cm, qui nous est parvenu en 1981, proviendrait de Mendès. Copies des derniers saïtes, ces ouchebtis n’ont plus d’autre indice de royauté que les deux cartouches identifiant les premières lignes horizontales de leur chapitre vi. Situation analogue pour son successeur Hakor, Achoris (393-380 av. J.-C.) dont un ouchebti sans tête est enregistré au Caire, un autre intact, sans emblème de royauté au Louvre, maintes fois publié (Bovot 2003, 71).

117Cette époque caractérisée par une succession de coups d’État militaires donna l’occasion au grand général Nectanébo I (Nekhtnebef, 380-362) de mettre fin à « l’époque malheureuse du roi son prédécesseur », comme le rappelle une stèle érigée en l’an 8 de son règne. Il transféra la capitale à Sébennytos où fut inaugurée la XXXe dynastie. Bien que sa tombe ait été détruite, six de ses ouchebtis ont survécu, toujours sans nemes ni uraeus : l’un fut recueilli près de Memphis, un autre dans les ruines de Pompéi, une paire en Italie méridionale et deux autres, fragmentaires, ont été vendus en Europe. De sa grande épouse royale Oudjachou, on connaît quelques débris de sarcophage et deux ouchebtis fragmentaires bleu pâle récoltés à Sébennytos.

118Djedher Téos (362-360) lui succéda avant que NectanéboII (Nekhthorheb, 360-343) s’empare du pouvoir. Très actif, comme son prédécesseur, le deuxième Nectanébo enrichit son pays de nouveaux temples à Saqqarah et jusqu’en Nubie, initiative malheureusement interrompue par la deuxième invasion perse, en 343 av. J.-C., dont l’Égypte ne s’est jamais remise. Ce dernier pharaon indigène, qui s’enfuit en Nubie, nous a toutefois laissé d’importants ouchebtis, éparpillés après que son sarcophage fut transporté à Alexandrie : une dizaine aboutit dans les principaux musées, les plus beaux atteignant 24 cm. Pour la première fois dans le chapitre vi, le qualificatif « juste de voix » est écrit avec la plume de vérité maât.

Les ouchebtis des hauts dignitaires

119Ce sont en fait les dignitaires de la dernière dynastie, identifiés par leurs grandes statues, qui possédaient les plus remarquables ouchebtis, lesquels reproduisent presque exactement des modèles saïtes, mais chaque bienheureux a maintenant deux types de statuettes : les unes récitant le chapitre vi, les autres pourvues d’une inscription en T. Ces ouchebtis sont issus de tombes perdues ou profanées, de sorte qu’à nouveau leur nombre initial est inconnu. Citons plusieurs Djedher, probablement nés au temps du pharaon Téos (1974, fig. 150). Toutefois le principal dignitaire est certainement le prince préposé à l’enregistrement des terres Tchahorpata né de Tefnout. Sa tombe, à Saqqarah, contenait de « nombreux ouchebtis » mesurant 17 à 26,5 cm, d’une perfection technique insurpassable, animés d’un profond bien-être, datables par leurs outils aratoires très en relief et reconnaissables à leur barbe inhabituellement allongée. Le Cabinet des médailles possède un exemplaire inachevé pour cause de malformations dans la faïence (n° 63).

120Un collègue même-titré Thotirdis, reposait au cimetière d’Hermopolis, mais sa tombe, qui « contenait une quantité considérable d’ouchebtis », fut pillée en 1910. Ses faïences vert pâle portaient l’une ou l’autre des inscriptions habituelles, les plus grandes atteignant 30 cm. Un exemplaire se trouvait orthographié avec le cynocéphale au lieu de l’ibis.

  • 31 Cat. 4 et 9

121En 1973 apparurent chez les antiquaires, maints superbes ouchebtis qui provenaient d’une fouille clandestine à Héracléopolis, ceux du surintendant de la flotte royale Pakhaas aux multiples titres, né d’Hatoremakhet. Sa plus grande figurine atteint 26,5 cm (1974, fig. 152), bientôt suivie d’une seconde qui prit le chemin de Lyon. Celles plus petites ont une inscription en T composée d’oiseaux sans pattes et d’un serpent la queue entravée, prudente réminiscence du Moyen Empire, précaution qui s’observe aussi chez deux chaouabtis du Cabinet des médailles31 appartenant à la XVIIIe dynastie. Un prêtre guérisseur contemporain, exorciseur de scorpions, présente l’intérêt d’être daté par son titre « prophète de Nekhthorheb le faucon (Nectanébo II) », mais ses ouchebtis sont parmi les plus médiocres de l’époque.

122Bon nombre de personnages étaient affublés du titre de général, notamment un certain Ouahibré, fils du général Horoudja, et huit autres exhumés par Petrie à Nebesheh, sans oublier le général Hor, fils d’Oudjachou, qui détenait lui aussi des ouchebtis à inscription en T ou en lignes horizontales. On ignore leur nombre d’origine. Quant au grand général Pakhaas né de Tachedidi (ne pas confondre avec le surintendant de la flotte royale homonyme), sa tombe perdue fut exploitée au xixe siècle à Gizeh, contenant les mêmes ouchebtis que l’autre Pakhaas, mais moins finement sculptés. Chez plusieurs de ces généraux, les statuettes étaient enjolivées de pâte bleue dans la coiffure ou dans les inscriptions, entre autres chez le général Hakor (Achoris).

123Exceptionnellement nous connaissons le nombre d’ouchebtis assemblés pour le prophète de Neith Horoudja qui eut la chance d’être exhumé par Petrie en 1890 : dans sa tombe inondée à Hawara, 203 têtes sortaient de l’eau dans une niche et 196 à mi-hauteur du mur opposé ; toutes ces figurines mesurent 16 à 24 cm et déclinent le chapitre vi (1974, fig. 154) ; la momie qui sommeillait dans un énorme sarcophage en calcaire était couverte de 130 amulettes en or.

  • 32 Cat. 62

124De cette multitude il faut encore citer le supérieur des prêtres mendésiens, « celui qui sépare les deux dieux » Nesbanebdjed né de Chentaït retrouvé en 1902, dont 360 ouchebtis furent transférés au Caire, leurs confrères s’étant évaporés dans le commerce. Les uns récitent le chapitre vi, d’autres, malicieux, goguenards, sont inscrits en T, (1974, fig. 155 et 156), les derniers restés anépigraphes ; ils ne dépassent pas 15 à 17 cm. Or, le Cabinet des médailles possède un ouchebti surprenant, homonyme qui porte le même titre mendésien mais naquit d’une autre mère, Isetkhebi32. Il s’agit probablement d’un familier de l’autre Nesbanebdjed. Ayant appartenu à la collection de Luynes en 1862, il était déjà connu avant le fils de Chentaït. Cinq de ses ouchebtis sont par ailleurs signalés au Louvre et à Lyon.

125Ces hauts dignitaires ne furent pas seuls à détenir des ouchebtis. Une quantité de prophètes locaux, parfois groupés à plusieurs dans un caveau, eurent également leurs statuettes de 10 à 20 cm, avec chapitre vi, inscription en T, ou en deux colonnes. Elles présentent l’intérêt d’énoncer leur titre caractéristique d’une région donnée, qui permet de les localiser. En 1974, nous en avons établi une première liste, qu’il est impossible de répéter ici. Seuls les principaux peuvent être rappelés : tous les ouchebtis des prophètes de Bastet sont évidemment attachés à la ville de Bubastis, ceux d’un sameref (le fils qui l’aime) sont d’Héracléopolis et le titre « grand des cinq » sous-entend naturellement la ville d’Hermopolis… Les prophètes semsou (l’ancien) pratiquaient dans le Harpon occidental, les arekinsou (celui qui noue la bandelette rouge) à Léontopolis. Les pères divins, prêtres sem et six autres titres étaient actifs à Memphis, comme Nesbanebdjed cité plus haut, les oupnetcherouy (arbitre des deux dieux) eurent leur floruit à Mendès. À Pharbaethos, ils furent grand combattant, maître du triomphe ; à Saïs kherep-hout, administrateur du sanctuaire…

Dynastie Ptolémaïque (332-30 av. J.-C.)

126En 343 av. J.-C., 300 000 Perses d’Artaxerxès III envahirent à nouveau l’Égypte et d’après Pétosiris, « il n’y avait plus rien qui fût à sa place d’autrefois… les hommes marchaient dans l’égarement ». Quand le pays fut délivré par le grand Alexandre en 332, l’hellénisme triomphant eut toutefois pour résultat un appauvrissement des arts funéraires égyptiens, et les ouchebtis perdirent progressivement leurs convictions. En fait, au cimetière d’Abydos quelques tombes familiales ptolémaïques inviolées ont encore livré des ouchebtis à épigraphie modifiée. La plus importante, celle du prophète Djedher, contenait quatre sarcophages et trois autres dans une pièce annexe. Au chevet du prophète furent dénombrées 198 et 196 statuettes équipées d’outils aratoires en faible relief, comme autrefois chez les Saïtes, mais leur inscription verticale était répartie sur toute la hauteur à partir de la barbe, caractéristique de l’époque ptolémaïque : « Ô ces ouchebtis si vous êtes dénombrés pour l’Osiris prophète Djedher juste de voix », inscription peinte sur de très longues jambes, sous un buste court. Chez son fils, un prophète d’Hathor nommé Pétosiris, gisaient 385 ouchebtis dont 36 inscrits du chapitre vi, sans doute les chefs. Il s’agit de faïences bichromes très vitrifiées, typiquement ptolémaïques, la chevelure et le chapitre vi en lignes horizontales violets sur fond bleu clair.

127Les tombes voisines contenaient de semblables ouchebtis bichromes, dont seul un ou deux sont inscrits ; c’est pourquoi il n’est plus possible de séparer ces figurines de celles, anépigraphes, retrouvées en quantité 80 km plus au sud, à Qaou el Kébir. La figure 68 ci-dessous en présente un exemplaire du Cabinet des médailles. Mais, la plus belle statuette de cette série, inscrite en T, est celle d’une grande dame : « Ô cet ouchebti, si l’on dénombre l’Osiris Nesinehmetaouaï justifiée, fille de Nesnebethet et du prophète Hor », texte exceptionnel tracé en violet, qui nomme les deux parents de la bienheureuse (1974, fig. 159). Seules méritent encore d’être signalées les figurines à torse trapu et très longues jambes, incrustées de bleu, inscrites verticalement pour le scribe royal Djedher, qui atteignent 18 cm (aujourd’hui dans les musées genevois et londoniens…) ou celles du mystérieux Naneferrenep né de Setchaïretbinet (nom imprécatoire pour chasser le mauvais œil), les jambes entourées du chapitre vi (1974, fig. 157 et 158).

  • 33 Cat. 66 et 67

128D’autres ouchebtis saïtisants se sont perpétués à l’époque ptolémaïque, souvent inscrits sommairement à peine en creux et illisibles. D’autres encore sont de mauvaise faïence couverte de petits trous ; ceux du Cabinet des médailles33 ne manquent pourtant pas d’intérêt car ils perpétuent le souvenir du prophète Horimhotep et de son fils même-titré Ankhhapi. Le dernier ouchebti datable relevé par nous à Paris, identifié par J. Yoyotte, est inscrit au nom du grand chef des artisans Pacherienptah, connu par une stèle, lequel disparut en 41 av. J.-C., sous la grande Cléopâtre (51-30).

129La conclusion de cette étude pourrait être qu’il existe une infinité de statuettes funéraires égyptiennes qui seront toujours assez nombreuses pour distraire les savants et les collectionneurs envoûtés.

***

  • 34 Cat. 78-82
  • 35 Cat. 73
  • 36 Cat. 74-76

130Quelques faux peu nombreux, déjà reconnus comme tels par Legrain, figurent dans la belle collection du Cabinet des médailles. Il s’agit essentiellement de petits bronzes, copies fantaisistes d’ouchebtis saïtes dont aucun bronze authentique n’est attesté34. Quatre autres sont des compositions très anciennes, représentations fantastiques de l’idée qu’on pouvait se faire de l’Égypte connue seulement par ouï-dire. L’un d’eux, sans numéro ni provenance indiqués, tout à fait imaginaire, se trouve être presque identique à un exemplaire publié en 1757, pl. 11, par Paul Petau, conseiller au parlement de Paris sous Louis XIV35. Objet somme toute intéressant d’avant l’histoire. Trois bienheureux, dont les doigts de pieds sortent des bandelettes, le dos couvert de signes cabalistiques, mériteraient un trophée d’originalité36.

Notes

1 XIIe dynastie vers 1991-1782 av. J.-C.

2 Cat. 1

3 Deuxième Période Intermédiaire (1782-1570 av. J.-C.)

4 XVIIe dynastie thébaine (vers 1663-1570 av. J.-C.)

5 XVIIIe dynastie (vers 1570-1293 av. J.-C.)

6 Cat. 3

7 Cat. 2

8 Cat. 14, 16 et 18

9 XIXe dynastie (vers 1293-1185 av. J.-C.)

10 Cat. 12 et 13

11 Cat. 15-17

12 Cat. 20-27

13 Cat. 31-34

14 Cat. 12

15 Cat. 27

16 XXe dynastie (vers 1185-1070 av. J.-C.)

17 cat. 35

18 XXIe dynastie (1080-945 av. J.-C.)

19 Cat. 38

20 Cat. 38 et suiv.

21 XXIIe dynastie libyenne (945-712 av. J.-C.)

22 Cat. 39 et 40

23 XXVe dynastie éthiopienne (747-656 av. J.-C.)

24 Cat. 46

25 Cat. 44 et 45

26 XXVIe dynastie saïte (664-525 av. J.-C.)

27 Cat. 57

28 XXVIIe dynastie perse (525-404 av. J.-C.)

29 Cat. 58

30 XXIXe et XXXe dynastie (399-343 av. J.-C.)

31 Cat. 4 et 9

32 Cat. 62

33 Cat. 66 et 67

34 Cat. 78-82

35 Cat. 73

36 Cat. 74-76

Notes de fin

a Dans la classification des publications de J. F. et L. Aubert, ce texte est la Contribution à l’égyptologie n° 12 (voir n° 11, Bronzes et or égyptiens, Paris, éd. Cybèle, 2001, 526 p., 50 pl.).

b Cette date renvoie à notre ouvrage Statuettes égyptiennes, chaouabtis, ouchebtis, éd. Maisonneuve, 1974, 344 p., 68 pl., ainsi désigné dans la suite du texte.

Table des illustrations

Légende Chaouabti de la dame Taabtiou, Nouvel Empire (voir cat. 10) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Chaouabti anonyme, XVIIIe dynastie (voir cat. 3) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Scribe comptable d’Amon, XVIIIe dynastie (voir cat. 2) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Chaouabti de la dame Repet, XVIIIe dynastie (voir cat. 7) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Chaouabti du scribe Nebseny, XVIIIe dynastie (voir cat. 8) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Chaouabti de la Chanteuse d’Amon Tentimentet, XIXe dynastie (voir cat. 14) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Chaouabti de la dame Renepnefret, XXVe dynastie (voir cat. 47) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Chaouabti du prêtre lecteur en chef Petamenopé (voir cat. 45) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ouchebti du scribe royal Horkhebi, XXVIe dynastie (voir cat. 55) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Ouchebti du père divin Psammétique, XXVIe dynastie (voir cat. 57) / Photographie d’André Pelle
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 925k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search