Versione classicaVersione mobile

Statuettes funéraires égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

 | 
Jacques François Aubert
, 
Liliane Aubert

Historique des chaouabtis et ouchebtis de la Bibliothèque nationale de France

Mathilde Avisseau-Broustet

Testo integrale

  • 1 Voir Égypte et Provence (catalogue de l’exposition), Avignon, musée Calvet, 1985, p. 192.

1Dans la collection de Rascas de Bagarris (1562-1620), érudit provençal appelé en 1601 par Henri IV pour réorganiser le Cabinet du roi, figuraient déjà des « Marmozets d’Égypte, avec divers hiéroglyphes de terre verte bien beaux », donc des ouchebtis de faïence égyptienne1. Les plus belles pièces de cette collection, passée dans celle de Toussaint Lauthier, mort en 1685, furent achetées en 1680 pour le Cabinet du roi. Nous ne savons pas si ce fut le cas pour les ouchebtis.

  • 2 BNF, MMA, RES 47 009 FOU F. Un certain nombre de dessins sont signés « F. Doré delineavit » et daté (...)
  • 3 T. II, 2e partie, Paris, 1719, pl. CXI, CXII, p. 280.

2En revanche, quelques exemplaires entrèrent probablement en 1727 dans le Cabinet du roi avec la collection du médecin Nicolas Mahudel (16731747), qui comprenait celle, riche de plus de cent pièces égyptiennes, de Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721). Nous en retrouvons la trace dans un recueil intitulé « Desseins de figures, bas reliefs et inscriptions, vases, lampes, instruments de sacrifices et autres curiositez de ce genre qui composoient le cabinet de feu Mr Foucault Conseiller d’estat ordinaire, et qui appartiennent présentement à M. de Boze de l’Académie Françoise2 ». Les deux seuls qui sont dessinés (planche III, fig. 1 et 2) ne sont plus au département des Monnaies, Médailles et Antiques. Le catalogue manuscrit qui accompagne ce recueil de dessins décrit huit ouchebtis sous le nom de « déesse Isis, la figure entière emmaillotée jusques aux pieds en forme de Mumie, chargée sur le devant d’hiéroglyphes, ayant une mentonnière pendante, et les deux mains croisées, de l’une desquelles elle tient une espèce de croc et de l’autre un compas » ainsi que cinq autres sans hiéroglyphes. En 1719, l’ouvrage de Dom Bernard de Montfaucon, l’Antiquité expliquée et représentée en figures montre que de telles figurines se trouvaient déjà en abondance dans les collections françaises : « Il y a d’autres figures égyptiennes qui se voient en grand nombre dans les cabinets : ce sont de petites statues emmaillotées depuis la tête jusqu’aux pieds à la manière des Mumies, qui ne montrent que le visage et quelquefois les mains : on les déterre dans les sépulcres d’egypte aux mêmes lieux d’où l’on tire les Mumies ; on croit que ce sont des divinités d’egypte, des Isis, des Osiris et d’autres […]. C’étaient apparemment comme les dieux mânes que les egyptiens enterraient avec leurs défunts, emmaillotés comme eux […]. Notre cabinet en a de plusieurs manières3. »

  • 4 Antoine-Jacques de Lironcourt, conseiller du roi, fut nommé consul général en Égypte le 27 février (...)
  • 5 Benoît de Maillet (1656-1738), consul de France au Caire de 1692 à 1708. Ses papiers furent réunis (...)
  • 6 T. I, pl. V, 4 et pl. VI, 1 (ici le n° 63) – Caylus la compare à une figure décrite par le docteur (...)
  • 7 Thomas Shaw (1694-1751) est l’auteur de Travels or Observations relating to several Parts of Barbar (...)
  • 8 Voir Égypte et Provence (catalogue de l’exposition), Avignon, musée Calvet, 1985, p. 184 et 187.

3En 1762, le comte de Caylus offre au roi Louis XV la majorité de sa collection, publiée dans son Recueil d’Antiquités. En 1765 à la mort de Caylus, d’autres antiques viendront rejoindre le Cabinet du roi. Bien que n’ayant jamais tenté un voyage en Égypte, Caylus avait rassemblé une belle collection d’antiquités égyptiennes, acquises directement auprès de voyageurs ou d’officiels en poste en Égypte, comme Lironcourt4ou Benoît de Maillet5. Une dizaine de chaouabtis seulement sont décrits dans le Recueil6, mais Caylus connaît bien ce type de matériel grâce aux récits de voyageurs, tel le docteur Schaw7, qui « rapporte que l’on trouve au fond des puits creusés dans la plaine de Saccara, de petites images de terre cuite, semblables pour la forme aux caisses de mumies. Il y en a, dit-il, de bleues, de blanches, de bigarrées, ou en habit de Religieuse […] ». Caylus ajoute : « La figure qui fait le sujet de cet article est semblable à celle qu’a décrit le voyageur anglois. Les attributs… se trouvent sur une quantité de figures pareilles, qui m’ont passé par les mains… » (t. I, pl. V, 4 et p. 20-21) et plus loin : « […] ces morceaux sont de terre, en quoi ils n’auraient rien d’extraordinaire et ne vaudraient pas la peine d’être examinés : car nous en avons un nombre prodigieux… » Déjà, un siècle auparavant, le grand « antiquaire » Nicolas Fabri de Peiresc (1580-1637) refusait d’acquérir des ouchebtis, « ces sortes de figurines ou marmousets de terre verte qui sont faictes comme les mommyes ou comme enfants emmaillotez, parce que cela est trop commun, et qu’il ne s’en fault poinct charger, si ce n’est qu’il y eust quelque chose bien extraordinaire par dessus8 ».

  • 9 Voir Le Cabinet de curiosités de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (catalogue de l’exposition), Pari (...)

4Les saisies révolutionnaires n’enrichissent guère la collection égyptienne du Cabinet des médailles. L’inventaire du dépôt des antiquités du cabinet de l’abbaye de Sainte-Geneviève, rédigé le 13 novembre 1793 par Viallon et Mongez, comprend 74 objets égyptiens (9e et 10e armoires) mais seulement « deux Osiris » de porcelaine et un en bois de sycomore qui sont probablement des chaouabtis. L’un d’entre eux est déjà décrit en 1692 dans l’ouvrage de Claude du Molinet, le Cabinet de la Bibliothèque de Sainte-Geneviève9, cabinet qu’il avait lui-même créé en 1675, année où il fut nommé bibliothécaire de l’abbaye. Du Molinet précisait alors : « Nous avons en nôtre cabinet plusieurs de ces figures d’Osiris ; il y en a de bois de cèdre aussi-bien que de terre. » Cependant un seul semble être entré à la Bibliothèque nationale en 1793.

  • 10 Archives du département des Monnaies, Médailles et Antiques, carton 7, année 1815.

5Parmi les saisies révolutionnaires, notons parmi les objets envoyés de Turin par la commission des arts en Piémont, « une Isis chargée d’hiéroglyphes et une autre, verte, avec des hiéroglyphes noirs ». Toutes deux font partie des restitutions de 181510.

6En 1800, l’inventaire des objets d’antiquité déposés au Museum des monuments français, remis à la Bibliothèque le 7 frimaire an IX, fait état de quatre petites Isis en gaine de porcelaine, non identifiables par manque de description.

7En juin 1802, quelques objets sont acquis à la vente du citoyen Julliot, dont une petite Isis en porcelaine d’Égypte. L’ensemble provenait de l’ancienne collection du duc de Chaulnes (1714-1769), maréchal de France, ami de Mme de Pompadour, membre de l’Académie des sciences, grand collectionneur de livres et de curiosités.

  • 11 Sur Cailliaud, voir Michel Chauvet, Frédéric Cailliaud, les aventures d’un naturaliste en Égypte et (...)

8En 1819, le fonds égyptien du Cabinet des médailles s’enrichit notablement avec l’acquisition, par le ministère de l’Instruction publique, d’une partie de la collection réunie par Frédéric Cailliaud11(1787-1869) lors de son premier voyage en Égypte.

  • 12 Il s’agit du tombeau de Sethi Ier, père de Ramsès II.
  • 13 Publiée par Michel Dewachter, dans l’introduction au livre de M. Chauvet, 1989, p. 36.

9Dans la liste d’environ 300 numéros figurent une cinquantaine de petites « idoles » en terre cuite vernissée, peintes avec hiéroglyphes ou en bois. Une deuxième collection, rapportée en France par Cailliaud en décembre 1822, riche de 950 objets, fut acquise par le cabinet le 3 novembre 1824 ; l’inventaire manuscrit qui fut dressé alors comprend 510 numéros (certains correspondant à plusieurs objets) parmi lesquels on peut noter plusieurs figurines en faïence bleue couvertes d’hiéroglyphes, trouvées à Saqqarah, Gournah, Thèbes, ainsi que « 15 petites figures en terre cuite trouvées à Thèbes dans des coffrets déposés dans les tombeaux [n° 17 de son inventaire], deux figures en bois peint couvertes d’hiéroglyphes trouvées dans le tombeau du roi, ouvert par Belzoni à Thèbes12[n° 21] » auxquelles s’ajoutent une dizaine de figurines semblables venant de Thèbes (n° 22-26 de son inventaire). Parmi ces dernières, au décor peint en noir sur un enduit blanc figuraient probablement celles décrites ici sous les n° 35 à 38. Malheureusement, l’ensemble fut relégué pendant quarante ans en réserve, par manque de place. Dans une lettre datée de 186613, Cailliaud se plaint des mauvaises conditions de conservation et de la disparition d’un certain nombre de pièces. Ce n’est qu’en 1867, quand le Cabinet des médailles déménagea de la rue Colbert dans des locaux plus vastes, situés le long de la rue de Richelieu, qu’une partie des objets Cailliaud furent exposés. La plupart ont été ensuite déposés en 1907 au Louvre d’où certains repartirent pour Nantes, retrouvant ainsi la ville d’origine de l’explorateur et le musée dont il fut directeur de 1836 à sa mort en 1869.

  • 14 Renseignement aimablement communiqué par Mme Sylvie Guichard.

10Dans les mêmes années, Raoul-Rochette, conservateur des antiquités du Cabinet des médailles, essaie d’acquérir la collection de Thédenat-Duvent. Ce fils d’un consul à Alexandrie avait fait au début du siècle un voyage d’exploration en Égypte, visitant Abydos, Denderah, Thèbes, remontant le Nil jusqu’à Philae. À la première vente, le 23 décembre 1822, Raoul-Rochette ne réussit à acheter qu’une douzaine de petits objets de peu de valeur dont quatre « chaouabtis » en cire sur noyau d’argile (« fils d’Horus », voir ci-dessous Jacques François Aubert, « Histoire des statuettes funéraires égyptiennes », paragraphe 8). Cependant en 1824, il obtient une subvention pour acquérir un nombre assez important d’antiquités égyptiennes à une seconde vente, dont le catalogue manuscrit – apparemment de la main de Champollion – mais qui ne fut jamais publié – est conservé dans les archives du département. Il s’agirait là d’une sélection faite par Thédenat pour une vente « privée ». En effet, dans une lettre conservée aux archives du Louvre14, Thédenat demande au duc de Blacas, au cas où il refuserait d’acheter la collection pour lui, d’intercéder auprès du ministère pour que le Cabinet du roi puisse l’acquérir, ce qui fut fait, à quelques exceptions près. La liste décrit trente « figures en gaine, forme de momies ». Quatre seulement sont restées au département des Monnaies, Médailles et Antiques (ici n° 4, 5, 6, 8).

11Les expéditions de Saulnier en 1821 et de Prisse d’Avennes en 1843 qui rapportèrent à la Bibliothèque nationale, le premier le zodiaque de Denderah, le second la chambre des ancêtres de Thoutmosis III de Karnak, n’augmentèrent pas la collection de chaouabtis. Il faut attendre la donation faite par le duc de Luynes en 1862 pour voir entrer sept « figures funéraires », malheureusement sans provenance.

12L’inventaire de la collection égyptienne du Cabinet des médailles, établi quelques années plus tard, probablement vers 1867, année du déménagement des collections rue de Richelieu, ne donne aucune précision sur la provenance et le mode d’acquisition des pièces mineures. Quelques trois cents statuettes funéraires sont inventoriées (n° 623 à 932), auxquels s’ajoutent des exemplaires faux ou douteux (n°| 1910 bis à 1918). En 1879, Eugène Ledrain publie à la Bibliothèque de l’École des hautes études « les monuments égyptiens de la Bibliothèque nationale », où est reproduite et commentée une sélection des œuvres les plus intéressantes, mais aucun chaouabti.

13Seul Georges Legrain (1865-1917), égyptologue renommé, chargé de la direction des fouilles de Karnak de 1895 à sa mort en 1917, a laissé un manuscrit, relié en quatre gros volumes, intitulé « Inventaire méthodique de la collection d’antiquités égyptiennes… », rédigé entre 1894 et 1896, qui mentionne quelques renseignements plus précis, les anciens numéros, les dons et legs, et donne surtout le relevé des inscriptions. Dans le tome II sont décrites 371 statuettes funéraires.

14Les derniers chaouabtis entrés proviennent du legs, en 1906, de la collection Delécluse (registre H 900 à 909, 917). Aucun n’est resté à la Bibliothèque.

15En 1907, en prévision du déménagement dans les espaces actuels, plus restreints, qui fut opéré en 1917, la quasi-totalité des objets égyptiens furent déposés au Louvre, y compris ceux des fonds Caylus et Luynes, en dépit des clauses restrictives de cette dernière donation. L’« inventaire d’une collection d’antiquités égyptiennes provenant du Cabinet des médailles », établi par le musée du Louvre à la date du 24 juillet 1907, fait état de 250 ouchebtis et fragments en terre émaillée auxquels s’ajoutent 75 exemplaires plus petits. En 1923-1924, un grand nombre fut redistribué entre les musées de Rennes, Dijon, Avranches et Lyon, perdant au passage leurs anciens numéros du Cabinet des médailles, rendant difficile toute tentative de récolement et d’attribution de provenance. C’est à ce travail délicat que s’était attelée Mme Aubert, travail interrompu par une longue et douloureuse maladie. Elle a cependant pu localiser tous les chaouabtis et ouchebtis provenant du Cabinet des médailles et étudier en détail ceux qui étaient restés sur place. Qu’elle en soit ici remerciée.

Note

1 Voir Égypte et Provence (catalogue de l’exposition), Avignon, musée Calvet, 1985, p. 192.

2 BNF, MMA, RES 47 009 FOU F. Un certain nombre de dessins sont signés « F. Doré delineavit » et datés de 1714 et 1715.

3 T. II, 2e partie, Paris, 1719, pl. CXI, CXII, p. 280.

4 Antoine-Jacques de Lironcourt, conseiller du roi, fut nommé consul général en Égypte le 27 février 1746. Il y séjourna jusqu’en 1750.

5 Benoît de Maillet (1656-1738), consul de France au Caire de 1692 à 1708. Ses papiers furent réunis et publiés en 1735 par l’abbé Jean-Baptiste Le Mascrier sous le titre Description de l’Égypte.

6 T. I, pl. V, 4 et pl. VI, 1 (ici le n° 63) – Caylus la compare à une figure décrite par le docteur Schaw, provenant de Saqqara ; t. V, 1762, pl. II, 1-2 (ici n° 22) ; t. V, pl. III (ici n° 44) ; pl. XVI, 1-3 ; t. V, pl. XVI, 1-3 (faux, ici n° 74) ; t. VI, 1764, pl. III, 2-6 (n° d’inv. 866 bis, actuellement en dépôt au musée de Dijon) et pl. III, 7.

7 Thomas Shaw (1694-1751) est l’auteur de Travels or Observations relating to several Parts of Barbary and the Levant, paru en 1738, ouvrage qui servit longtemps de référence sur l’Algérie et la Tunisie. Ancien étudiant d’Oxford, nourri de culture classique, connaissant le latin, le grec, l’arabe et l’hébreu, ce pasteur anglican fut nommé chapelain du consulat britannique à Alger en 1720, où il résida pendant douze ans. De là il entreprit tout un périple pour retrouver les lieux saints de la Bible, voyage qui le mena en Egypte, en Palestine, en Arabie et en Syrie. Il a laissé des observations et des renseignements exacts, constituant ainsi l’une des meilleures sources de l’époque sur ces régions.

8 Voir Égypte et Provence (catalogue de l’exposition), Avignon, musée Calvet, 1985, p. 184 et 187.

9 Voir Le Cabinet de curiosités de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (catalogue de l’exposition), Paris, 1989, p. 33, n° 8 : faïence égyptienne, 26e-30e dynastie, entrée avant 1687 dans la collection de du Molinet – du Molinet, 1692, p. 15, pl. 9-VIII ; Montfaucon, 1719, t. II, 2e partie, pl. 111-IV.

10 Archives du département des Monnaies, Médailles et Antiques, carton 7, année 1815.

11 Sur Cailliaud, voir Michel Chauvet, Frédéric Cailliaud, les aventures d’un naturaliste en Égypte et au Soudan : 1815-1822, 1989 ; son premier voyage fut publié par le secrétaire de la commision scientifique égyptienne, François-Edme Jomard, en 1821 : Voyage à l’oasis de Thèbes, dans les déserts situés à l’Orient et à l’Occident de la Thébaïde, fait pendant les années 1815, 1816, 1817 et 1818. Le deuxième voyage, de 1819 à 1822 fut publié par Cailliaud lui-même : Voyage à Méroé, au fleuve Blanc, au delà de Fazogl, dans le midi du royaume de Sennar, à Syouh et dans les cinq autres oasis, 1826-1827, et les résultats de ses observations dans Recherches sur les arts et métiers, les usages de la vie civile et domestique des anciens peuples d’Égypte, de la Nubie et de l’Ethiopie, suivies de détails sur les mœurs et coutumes des peuples modernes des mêmes contrées, 1837. En 1827, il devint conservateur adjoint du musée de Nantes, sa ville natale, puis en fut, de 1836 à sa mort en 1869, directeur.

12 Il s’agit du tombeau de Sethi Ier, père de Ramsès II.

13 Publiée par Michel Dewachter, dans l’introduction au livre de M. Chauvet, 1989, p. 36.

14 Renseignement aimablement communiqué par Mme Sylvie Guichard.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search