Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors monétaires XXVI

 | 
Frédérique Duyrat

Préface

Frédérique Duyrat

Texte intégral

1Ce vingt-sixième volume de Trésors monétaires est consacré à l’Antiquité romaine. Il rassemble six contributions portant sur neuf trésors tous enfouis dans la moitié nord de la France au iiie siècle après J.-C. Cette concentration ne doit pas surprendre : la production monétaire du iiie siècle a été abondante et les troubles – invasions barbares, successions d’empereurs militaires, crise monétaire, épidémie – ont conduit à une thésaurisation plus fréquente. Cela porte à 4 032 le nombre de monnaies publiées dans ce volume. Ces trésors offrent une vue très diversifiée sur les modes de thésaurisation, sur la nature de la circulation monétaire et sur les effets des réformes monétaires du iiie siècle.

2Notre capacité à les étudier et à les publier est d’abord le fruit du travail des archéologues de différents services. Le trésor d’Élincourt (Nord) a été recueilli par le service archéologique d’Arras. Une large moisson provient de l’Inrap : Famars (Nord), Carvin (Pas-de-Calais), Lahoussoye et Saint-Sauveur (Somme), Courcelles-sur-Nied (Moselle). Le trésor de Lieusaint (Seine-et-Marne) a été dispersé par des labours et est donc incomplet. Il a été retrouvé grâce aux prospections d’une association et par plusieurs campagnes de l’Inrap. La découverte du trésor de Forges-les-Bains (Essonne) par des prospections illégales au détecteur de métaux a pu finalement être récupérée par le SRA d’Ile-de-France. Elle était suffisamment préservée pour permettre une fouille stratigraphique du contenu de la céramique et a entraîné des prospections autour du lieu de découverte qui ont livré 23 monnaies isolées. Enfin, une découverte fortuite a été faite par un agriculteur à Bray (Eure).

3Dans la majorité des cas, les contenants étaient en céramique commune (Saint-Sauveur, Bray, Forges-les-Bains, Élincourt). À Famars, le pot était fermé par une assiette. À Lahoussoye, la disposition des pièces à l’intérieur du vase laisse supposer que les monnaies étaient peut-être enveloppées dans des rouleaux de tissu. Seul le trésor de Courcelles-sur-Nied semble avoir été enfoui dans un matériau périssable, peut-être une bourse.

4Ces découvertes contribuent à notre compréhension de la circulation monétaire du iiie siècle. Argent et bronze sont rarement thésaurisés ensemble. Seul le trésor de Forges-les-Bains comprend, modestement, en plus d’antoniniens, deux pièces de bronze atypiques : l’une provient de Bithynie, l’autre d’un atelier de faussaires. Le trésor de Courcelles-sur-Nied témoigne d’un autre cas de circulation mêlée : des deniers, en bon argent, y sont mêlés à des antoniniens au titre d’argent affaibli. Sans être exceptionnel, ce type de trésor mixte, associant monnaie de qualité et monnaie dévaluée, reste peu fréquent. Sesterces, dupondius et as sont les dénominations courantes en bronze. La durée de circulation des sesterces pouvait être particulièrement longue comme le montre un exemplaire du trésor de Bray ayant circulé plus de deux cents ans. De façon plus générale, plusieurs des trésors rassemblés ici témoignent du maintien en circulation du numéraire du iie siècle après J.-C. durant la première moitié du iiie siècle. Certains permettent aussi d’aller au-delà d’une vue globale : les ensembles de Forges-les-Bains et Lieusaint conduisent à une étude fine du numéraire en circulation sous le règne de Victorin. Ils sont comparés aux autres ensembles monétaires connus pour cette période en Île-de-France et, plus généralement, en Gaule du Nord. Avec Carvin et Élincourt, c’est la thésaurisation intense des années 260 après J.-C. qui est examinée en détail, mettant en lumière la sélection de monnaies d’argent de bonne qualité, antérieures à 253 après J.-C. quand c’était possible, ou venant des ateliers de Postume qui produisit un meilleur argent que Gallien, son rival.

5La connaissance que nous avons de la production monétaire ne cesse d’être enrichie grâce aux explorations des archéologues et, parfois, de particuliers signalant une découverte fortuite. De nouveaux types monétaires, ou des variantes rares, sont ainsi signalés dans la plupart des trésors publiés dans ce volume. Ils mettent en évidence l’importance de faire connaître toutes les découvertes monétaires faites sur le territoire national afin de compléter ce que nous savons de la circulation monétaire, aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif.

6Pour que ces nouveautés soient diffusées, il a fallu rassembler les énergies des archéologues et des numismates auteurs de ces contributions. Qu’ils en soient remerciés, ainsi que le service des éditions de la Bibliothèque nationale de France et Agnès Le Béon pour leur travail éditorial et leur patience.

Auteur

Directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par