Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Proust, L’Agenda 1906

 | 
Nathalie Mauriac Dyer
, 
Françoise Leriche
, 
Pyra Wise
, 
et al.

Note sur la présente édition

Texte intégral

Cette édition est la première édition électronique intégrale d’un manuscrit autographe de Marcel Proust.

Elle n’aurait pas été envisageable sans le programme de numérisation du fonds Proust conduit par la Bibliothèque nationale de France (2007-2015), programme qui avait débuté par un partenariat avec l’ITEM (CNRS-ENS) sous l’égide de deux programmes de l’Agence nationale de la recherche (2007-2012). Nous suggérons l’accès à ce fonds considérable par la page-portail du site de l’ITEM.

L’Agenda est présenté sous trois formes : fac-similé, fac-similé et transcription diplomatique en présentation synoptique, et transcription linéarisée à laquelle s’attachent, par des liens, les notes génétiques et critiques. La transcription diplomatique suit, dans la mesure du possible, la disposition de l’écriture de Proust sur la page. Les ajouts sont placés entre soufflets (< >) ; un trait oblique (/) sépare les deux états d’une surcharge, ou indique un passage à la ligne ; l’orthographe et les abréviations sont respectées, y compris l’absence d’accents ; l’astérisque (*) signale un mot de lecture incertaine.

Pour faciliter la compréhension du document, les pages ne sont pas présentées dans leur succession matérielle, mais ont été regroupées selon les périodes d’utilisation de l’Agenda : fin du printemps ou été de 1909, fin de l’été ou automne de 1909, printemps de 1913, été de 1913, notes de date incertaine.

Les manuscrits (cahiers, carnets, dactylographies, épreuves etc.) auxquels renvoient les notes de Marcel Proust sont systématiquement accessibles par des liens vers le fonds numérisé (gallica.fr). Quand le passage manuscrit concerné est difficile à situer rapidement dans la page, nous l’avons encadré pour faciliter son identification ; l’icône ◉ signale alors dans le texte de la note la présence, sous la note, d’une telle illustration. La page manuscrite concernée est également accessible par un lien vers Gallica.

Quand, dans les notes, nous renvoyons au texte publié d’À la recherche du temps perdu ou à d’autres œuvres de Marcel Proust, les liens se font vers les éditions originales, sur Gallica.

Les notes génétiques et critiques sont également illustrées de documents photographiques tirés des fonds de la Bibliothèque nationale de France et d’autres fonds (correspondance), ainsi que, pour les filatures des f. 21-23, de cartes de Paris qui en schématisent les itinéraires. Dans ces cartes, un trait en pointillé indique un itinéraire dont nous ne connaissons que les points de départ et d’arrivée.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access