Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Proust, L’Agenda 1906

 | 
Nathalie Mauriac Dyer
, 
Françoise Leriche
, 
Pyra Wise
, 
et al.

3. Notes du printemps 1913

f. 5v, 14 à 17v

Texte intégral

f. 5v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 5v (après rotation 180°)

f. 5v (après rotation 180°)

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Kinétoscope 1.
Clarepont 2
Propriété de Swann 3
Marbre (cause des veines) 4
Bray q cri de guerre de St Loup ? 5

Notes critiques

1. Kinétoscope

Instrument optique inventé par l’américain Edison et qui, se fondant sur le phénomène de persistance des images sur la rétine, « restitue la sensation d’un mouvement dans sa totalité grâce au déroulement accéléré des photographies successives qui le composent et que les spectateurs regardent individuellement au moyen d’une lentille » (Trésor de la langue française). L’appareil arriva en France en 1895. Proust prépare ici une correction destinée aux épreuves de Du côté de chez Swann ; il s’agit d’un passage de l’ouverture du roman : « Ces évocations tournoyantes et confuses ne duraient jamais que quelques secondes ; souvent ma brève incertitude du lieu où je me trouvais ne distinguait pas mieux les unes des autres les diverses suppositions dont elle était faite, que nous n’isolons, en voyant un cheval courir, les positions successives que nous montre le cinématographe <kinétoscope>. » (placard 1, colonne 7  ; le terme, biffé une première fois, est repris de l’autre côté de la colonne de texte ; voir Du côté de chez Swann, p. 81). On trouve plus loin dans l’Agenda « kinétoscope » opposé à « cinématographe », mais le terme y a été noté à une date plus précoce : voir f. 8 et n. 3.

Kinétoscope

Kinétoscope

Tiré de Georges Brunel, « Le Kinétoscope et Cinématographe », La Joie de la maison. Journal hebdomadaire illustré, Paris, 12/03/1896, p. 169, BNF, Littérature et Art, FOL- Z- 651

Du côté de chez Swann, placard 1 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 1 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 5v

2. Clarepont

Nous n’avons pas trouvé ce nom ailleurs sous la plume de Proust. Il songeait peut-être à remplacer « Novepont » par « Clarepont », ou à condenser « Novepont » et « Clairefontaine » dans le passage suivant du premier volume, lors des promenades du côté de Guermantes : « Ce n’étaient plus que quelques fragments de tours bossuant la prairie, à peine apparents, quelques créneaux d’où jadis l’arbalétrier lançait des pierres, d’où le guetteur surveillait Novepont, Clairefontaine, Martinville, toutes terres vassales de Guermantes entre lesquelles Combray était enclavé » (placard 26, colonne 5). Proust ne touchera pas à « Novepont », remplacera « Martinville » par « Martinville le vineux » (ibid., colonne 5) puis, après le 16 juin 1913, « Martinville le sec » (deuxièmes épreuves corrigées), et ajoutera « Bailleau l’exempt » (ibid.). Voir Du côté de chez Swann, p. 2052. Cette phrase fait ailleurs dans l’Agenda l’objet de son attention : voir la note « Créneaux veilleurs » au f. 13, et la note « l’exempt (servile) » au f. 17v.

Retour vers la transcription du f. 5v

3. Propriété de Swann

Proust pense peut-être au passage de « Combray » où le grand-père du narrateur rend visite à M. Swann père après la mort de sa femme. Il le retouche en 1913 sur le placard : « Mon grand-père qui ne l’avait pas vu depuis longtemps était accouru auprès de lui dans la petite propriété qu’ils <que les Swann> possédaient aux environs de Combray » (placard 3, 1er avril 1913, colonne 5  ; Du côté de chez Swann, p. 183). Dans une liste de questions qui apparaît sur une des dernières pages du Carnet 2 (f. 59v4 ◉, page prise à l’envers), on trouve : « nom de propriété ». Sur les placards Grasset du printemps de 1913 la propriété des Swann s’appelle encore « la Frapelière » (placards 22, 23, 24), y compris dans les ajouts manuscrits, mais Proust lui cherche un nouveau nom et note dans le Carnet 2 : « Demander à M. Mâle pour Tansonville » (f. 23v5 ◉). Ayant sous la main la monographie Illiers de l’abbé J. Marquis (1907) – « Les piétons […] franchissaient [la Tironne] sur de vieux ponts de bois soutenus par des étançons. Nous serions porté à croire qu’ils ont donné leur nom au château [de Tansonville] » (p. 293) –, Proust interroge Émile Mâle vers la mi-juin 1913 : « […] Je pourrais à la rigueur garder étançon ; et comme il y a un étang dans la propriété (qui est en pente et monte vers les champs) l’appeler les Tanches. Mais il me semble que ce n’est pas un nom de propriété et puis cela s’écarte bien d’étançon. » (Corr., t. XVII, p. 557 ; lettre incomplète). Le nom définitif, « Tansonville », apparaît de manière systématique sur les deuxièmes épreuves corrigées, après le 14 juin 1913.

Du côté de chez Swann, placard  3 (détail)

Du côté de chez Swann, placard  3 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)

Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f61.image.r=NAF%2016638.langFR

Carnet 2, f. 23v

Carnet 2, f. 23v

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante :http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f25.image.r=NAF%2016638.langFR

Retour vers la transcription du f. 5v

4. Marbre (cause des veines)

Note pour la coda de « Combray », qu’on trouve développée sur un papier collé au placard 29 (daté du 25 avril 1913) : « Tous ces souvenirs ajoutés les uns aux autres ne formaient plus qu’une masse, mais non sans qu’on ne pût distinguer entre eux – entre les plus anciens, et ceux plus récents, nés d’un parfum, puis ceux qui n’étaient que les souvenirs d’une autre personne de qui je les avais appris – sinon des fissures, des failles véritables, du moins ces veinures, ces bigarrures de coloration, qui, dans certaines roches, dans certains marbres, révèlent des différences d’origine, d’âge, de “formation”. » (Voir Du côté de chez Swann, p. 2286.) Il est possible que Proust se souvienne d’un passage des Stones of Venice de Ruskin qui avait été traduit par Robert de La Sizeranne dans Ruskin et la religion de la beauté (Paris, Hachette, 1897) : « Et dans toutes leurs veines et leurs zones et leurs colorations de flammes ou leurs lignes brisées et disjointes, ces couleurs écrivent les légendes diverses, toujours exactes, des anciens régimes politiques du royaume des montagnes auxquelles ces marbres ont appartenu, – de ses infirmités et de ses énergies, de ses convulsions et de ses consolidations, depuis le commencement des temps. » (p. 240-241). Proust avait cité ce passage – en le récrivant déjà en partie – dans sa traduction de La Bible d’Amiens : « “En eux est écrite une histoire et dans leurs veines et leurs zones, et leurs lignes brisées, leurs couleurs écrivent les légendes diverses toujours exactes des anciens régimes politiques du royaume des montagnes auxquelles ces marbres ont appartenu, de ses infirmités et de ses énergies, de ses convulsions et de ses consolidations depuis le commencement des temps” : Stones of Venice, III, i, 42, cité par M. de la Sizeranne. (Note du Traducteur.) » (p. 2517, note 1).

Du côté de chez Swann, placard 29 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 29 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 5v

5. Bray q cri de guerre de St Loup ?

Allusion à un passage de « Noms de pays », section du roman qui, jusqu’en juillet 1913, faisait partie du premier volume mis en placards. La fin de ce dialogue entre le narrateur et Montargis, futur Saint-Loup, était un ajout à la dactylographie (NAF 16735, marge du f. 2848) : « Dis-moi, ai-je bien entendu, Madame de Villeparisis a dit à ton oncle qu’il était un Guermantes. — Mais oui, naturellement, il est Palamède de Guermantes. — Mais des mêmes Guermantes qui ont le château près de Combray, qui descendent de Geneviève de Brabant — Mais absolument ; <mon oncle qui est plus héraldique que moi te répondrait que notre cri, notre cri de guerre, était même Combraysis, dit-il en riant pour ne pas avoir l’air de tirer vanité de cette prérogative du cri, qu’avaient seules les maisons quasi souveraines, les grands chefs de bandes>. Il est le frère du possesseur actuel du château. » Montargis devenu Saint-Loup, « St Loup en Dunois, en Bray » selon une note qu’on peut dater assez précisément au printemps 1913 dans le Carnet 2 (f. 239 ◉), Proust pense modifier le « cri », ou veut s’assurer de la validité de « Combraysis », puisqu’il écrit à Émile Mâle à la mi-juin 1913 : « Un de mes héros s’appelle le Cte de St Loup en Bray (je ne tiens pas à ce nom si vous en voyez de plus beau). Puis-je dire que le cri de guerre de sa famille (qui est supposée très illustre) était : Bray... ou bien : En Bray ? Et la ville de Combray peut-elle y être pour quelque chose. » (Corr., t. XVII, p. 558). Et dans une autre version de la même lettre : « Un autre de mes personnages s’appelle St Loup en Bray. Voyez-vous quel eût pu être son cri de guerre au moyen âge. Cela peut-il se rattacher à Combray ville où se passe une partie de mon livre [...] » (Corr., t. XVII, [mi-juin 1913], p. 553). Sur les épreuves10 Gallimard d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, après la guerre, le texte aura peu changé.

Carnet 2, f. 23

Carnet 2, f. 23

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f24.image.r=NAF%2016638.langFR

Retour vers la transcription du f. 5v

f. 14

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 14

f. 14

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

<Choufleuri> 1
Bassachutos et un autre 2
air de flute d’Orphée 3
verre fumé ou dépoli pour vue trouble 4
Le Monseigneur et autres 5

Notes critiques

1. <Choufleuri>

Ici commence une série de notes destinées, comme celles du f. 5v supra, aux placards du premier volume. Elles concernent soit « Un amour de Swann », dont les placards parviennent à Proust à partir du 26 avril 1913, soit la troisième partie de Du côté de chez Swann, « Noms de pays », avant que Proust ne se résolve, au début de juillet 1913, à la réduire considérablement pour satisfaire aux exigences de l’éditeur Bernard Grasset (Corr., t. XIII, p. 396 ; voir Anthony Pugh, The Growth of À la recherche du temps perdu, Toronto, University of Toronto Press, 2004, p. 675-680). On remarque que Proust utilise le crayon de couleur bleu, comme sur plusieurs placards de « Combray » (placards « 10ter », 16, 19) et ailleurs dans « Noms de pays » (cf. f. 16, n. 2). « Choufleuri » est une allusion au personnage de l’opérette bouffe éponyme d’Offenbach, M. Choufleuri restera chez lui le…, livret de Saint-Rémy [le duc de Morny], Crémieux, Halévy et L’Épine, créée en 1861 (voir À l’ombre des jeunes filles en fleurs, I, p. 581, n. 1). Dans l’Agenda, la dernière lettre de « Choufleuri » a été repassée à l’encre noire ; or c’est elle, précisément, que Proust corrige sur le placard 71 au cours du mois de juin 1913 : « Car ce n’était pas seulement à Gilberte que je faisais des visites. Mme Swann m’avait tout de suite dit : – C’est très bien de venir chez Gilberte, mais je veux aussi que vous veniez me voir, moi, pas à mon choufleury <i> où vous vous ennuyeriez parce que j’ai trop de monde, mais les autres jours où vous me trouverez toujours <un peu> tard. » (placard 7111, 4 juin 1913, colonne 8). L’hésitation entre « Choufleury » et « Choufleuri » est constante au cours de la genèse de cet épisode. Dans le Cahier 23, cahier de mise au net de la partie du roman située « autour de Madame Swann », on trouve déjà « Choufleuri », mais placé entre guillemets (f. 1012 ◉), cependant que sur la dactylographie correspondante le « i » de « choufleuri » est corrigé par Proust en « y », et les guillemets sont supprimés (NAF 16735, f. 14813). Les épreuves de 1913 ayant été composées à partir de cette dactylographie, le placard comportait donc « mon choufleury », que Proust corrige en « choufleuri ». Quand il préparera la copie d’impression d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs pour les Éditions de la Nouvelle Revue Française à partir des placards Grasset écartés en 1913, Proust reviendra à « Choufleury ». Sur une planche comprenant à la fois des fragments des placards Grasset et des ajouts manuscrits, il reprend la rédaction de ce passage : « Madame Swann m’avait dit : “c’est très bien de venir voir Gilberte, mais j’aimerais bien aussi que vous veniez quelquefois me voir, moi, pas à mon Choufleury, où vous vous ennuyeriez parceque j’ai trop de monde mais les autres jours où vous me trouverez toujours un peu tard”. » (Planche « No 18 », 4e colonne, collection Reiner Speck ; reproduite dans Jürgen Ritte et Reiner Speck (dir.), Cher ami…Votre Marcel Proust. Marcel Proust im Spiegel seiner Korrespondenz / Marcel Proust et sa correspondance. Briefe und Autographen aus der / Lettres et autographes de la Bibliotheca proustiana Reiner Speck, Köln, Snoeck, 2009, p. 243. Voir à ce sujet Pyra Wise, « Le généticien en mosaïste. La reconstitution du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs », Genesis, no 36, Proust, 1913, 2013, p. 141-150, en particulier le tableau p. 146). Cf. À l’ombre des jeunes filles en fleurs I, p. 14214.

Cahier 23, f. 10

Cahier 23, f. 10

BNF, Manuscrits, NAF 16663. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000489t/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016663.langFR

Retour vers la transcription du f. 14

2. Bassachutos et un autre

Note énigmatique. Peut-être Proust cherche-t-il une alternative à « Masséchutos » dans la phrase où la mère du héros qui vient de croiser Odette fait ce commentaire : « J’ai aperçu Mme Swann sur son pied de guerre, elle devait partir pour quelque expédition fructueuse chez les Masséchutos, les Cynghalais ou les Bontemps. » (placard 6815, colonne 2, sans correction ◉ ; cf. À l’ombre des Jeunes filles en fleurs I, p. 7716).

Placard 68, colonne 2

Placard 68, colonne 2

BNF, Manuscrits, NAF 16753. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b55006354r/​f112.image.r=NAF%2016753.langFR

Retour vers la transcription du f. 14

3. air de flute [sic] d’Orphée

Proust cherche probablement à vérifier une modification qu’il a apportée au programme musical de la soirée Saint-Euverte : « Swann s’était avancé, sur l’insistance de Mme de Saint-Euverte et s’était mis pour entendre les morceaux de Bach qu’on jouait, <un air d’Orphée qu’exécutait un flûtiste s’était mis> dans un coin où il avait malheureusement comme seule perspective deux vieilles dames assises l’une à côté de l’autre […] » (placard 47, colonne 5  ; cf. Du côté de chez Swann, p. 40217). Il s’agit d’Orphée et Eurydice (1762) de Gluck où se trouve en effet un air pour flûte seule à l’acte II. Dans les versions précédentes, Proust avait hésité entre « un concerto de Mozart » et « une fugue » ou « un morceau » de Bach (voir Cahier 18, f. 918 ◉ et NAF 16734, f. 15519). Cette référence à Orphée et Eurydice lors de la soirée Saint-Euverte prolonge le thème d’Odette-Eurydice introduit peu avant, en mai 1913, dans une addition manuscrite au placard 35 intégrée aux deuxièmes épreuves : le soir où Swann est arrivé si tard chez les Verdurin qu’Odette est déjà partie, il la cherche en vain dans les restaurants et cafés des grands boulevards : « Sous les arbres des boulevards, dans une obscurité mystérieuse, […] l’ombre d’une femme qui s’approchait de lui, […] lui demandant de la ramener, fit tressaillir Swann. Il frôlait anxieusement tous ces corps obscurs comme si parmi les fantômes des morts, dans le royaume sombre, il eût cherché Eurydice. » (placard 35, colonne 3 , puis NAF 16755, f. 14220 ; cf. Du côté de chez Swann, p. 28321). Ainsi Odette, perdue et retrouvée cette nuit-là (la nuit des « catleyas »), s’éloigne ensuite peu à peu de Swann après une saison d’amour heureux. Lors du concert Saint-Euverte, l’évocation d’Orphée (qui ne retrouve Eurydice dans les Enfers que pour la perdre définitivement) prépare l’amant délaissé à comprendre qu’il ne pourra ramener Odette à lui : et c’est en effet la mort sans espoir de résurrection de son amour, que viendra ensuite signifier à Swann la petite phrase de la sonate. Dans les quatre poèmes des Portraits de musiciens qu’il avait composés en 1894, le jeune Proust en avait consacré un à Gluck, « temple à l’amour » et « temple au courage » (Les Plaisirs et les jours, p. 136).

Du côté de chez Swann, placard 47 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 47 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Cahier 18, f. 9

Cahier 18, f. 9

BNF, Manuscrits, NAF 16658. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000484r/​f12.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016658.langFR

Du côté de chez Swann, placard 35 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 35 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Marcel Proust, Les Plaisirs et les jours, p. 136

Marcel Proust, Les Plaisirs et les jours, p. 136

Paris, Calmann Lévy, 1896, BNF, Réserve des livres rares, RES M- Z- 289

Retour vers la transcription du f. 14

4. verre fumé ou dépoli pour vue trouble

Cette note concerne un passage sur le style de Bergotte, pendant le déjeuner chez les Swann : « C’était un foisonnement d’idées précises, non incluses dans ce qu’on appelait le genre Bergotte et que beaucoup de chroniqueurs s’étaient approprié, et cette dissemblance était probablement, vu[e] d’une façon trouble à travers la conversation comme une image derrière un verre fumé — un autre aspect de ce fait que quand on lisait une page de Bergotte, elle n’était jamais ce qu’aurait écrit n’importe lequel de ces plats imitateurs qui pourtant, dans le journal et dans le livre, ornaient leur prose de tant d’images et de pensées “à la Bergotte” » (placard 6922, daté du 3 juin 1913, colonne 4, où le passage n’est pas corrigé ; cf. À l’ombre des jeunes filles en fleurs I, p. 10723). Peu après le 19 juin 1913, Proust demandait à Max Daireaux : « Comment faut-il dire pour une vision trouble “comme celle que l’on a à travers un verrefumé ?[”] (mais elle n’est pas trouble je crois) ; dépoli ? (mais je crois qu’on ne voit absolument rien ? D’ailleurs cela peut aller si on ne voit presque rien pourvu qu’on aperçoive vaguement quelque chose. » (Corr., t. XII, p. 206 ◉). On trouve également dans le Carnet 2, f. 26v24 ◉, la note : « verre fumée » ; elle y est reportée au crayon bleu, avec d’autres termes qui sont notés au f. 15 et au f. 16 v de l’Agenda (voir infra, f. 15, n. 1, 4, 5 ; f. 16v, n. 4).

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Collection particulière, droits réservés

Retour vers la transcription du f. 14

Carnet 2, f. 26v

Carnet 2, f. 26v

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR

5. Le Monseigneur et autres

Voir infra, f. 15, n. 2, pour « le Mgr à Versailles ».

Retour vers la transcription du f. 14

f. 14v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 14v

f. 14v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Samovar 1
Chanlivaut

Chausse 2

Notes critiques

1. Samovar

« Bouilloire en usage en Russie et dans les pays voisins, composée d’un réchaud à charbon de bois, à pétrole ou électrique, surmonté d’une petite chaudière munie d’un robinet dans le bas, permettant de disposer en permanence d’eau bouillante pour les usages domestiques » (Trésor de la langue française). On trouve un samovar dans le « jardin d’hiver » d’Odette devenue Mme Swann. Corrigeant le placard 72 (reçu peu après le 4 juin 1913), Proust veut probablement vérifier ce qu’il a écrit à son sujet. Le salon est décrit comme « ambré par le samovar, – invention nouvelle alors –, de vapeurs qui s’en échappent peut-être encore <aujourd’hui>, mais qu’à cause de l’habitude personne ne voit plus. » (placard 7225, colonne 1), et un peu plus loin, à propos des chrysanthèmes : « […] Mon admiration pour eux […] venait sans doute de ce que, rose pâle comme la soie Louis XV de ses fauteuils, blancs de neige comme sa robe de chambre de crêpe, ou d’un rouge métallique comme son samovar de vieux cuivre anglais, ils superposaient une seconde décoration à celle du salon, d’un coloris aussi riche, aussi raffiné, mais vivante et qui ne dure[rait] que quelques jours » (ibid., colonne 3). L’expression qui est supprimée en juin 1913 lors de la correction du placard 72 avait fait l’objet d’une première formulation dans le Carnet 2, f. 59v26 ◉ : « Samovar de <vieux> cuivre / anglais rouge » (Carnets, éd. citée, p. 239 – transcription revue), dans un ensemble de notes qui semblent dater de l’établissement de la dactylographie de « Noms de pays » au printemps de 1912 (voir NAF 16735, f. 15027 ◉, où ce « samovar de vieux cuivre anglais » figure dans une longue addition manuscrite). Pourquoi Proust supprime-t-il ces éléments descriptifs sur les placards de 1913 ? Les samovars étant en effet le plus souvent en cuivre rouge, ou en laiton, il a peut-être jugé que « vieux cuivre » était en contradiction avec « invention nouvelle ». Ultérieurement, lors de l’établissement du texte d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs où l’épisode a été transféré, « invention nouvelle » sera remplacé par « importation récente » (voir À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 14328-14529). De fait, le samovar, apparu en Russie au xviiie siècle, n’était pas à proprement parler une « invention » récente dans les années où le héros adolescent fréquente la maison des Swann (vers 1895-1896), mais son importation, liée en particulier aux grandes expositions internationales et à l’engouement pour la culture russe, était relativement nouvelle en France. On trouve déjà un samovar dans le salon des Dambreuse (Flaubert, L’Éducation sentimentale, 1869, deuxième partie, chap. v) et chez l’écrivain Sandoz (Zola, L’Œuvre, Charpentier, 1886, p. 365).

Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)

Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f61.image.r=NAF%2016638.langFR

NAF 16735, f. 150

NAF 16735, f. 150

BNF, Manuscrits, NAF 16735. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53077180g/​f321.image.r=NAF%2016735.langFR

Retour vers la transcription du f. 14v

2. Chanlivaut / Chausse

Dans la soirée Saint-Euverte, Swann prend plaisir à prononcer le nom de « Lapérouse » dans sa conversation avec le général de Froberville (car c’est le nom de la rue où habite Odette) ; il apprend avec angoisse que celui-ci connaît quelqu’un rue La Pérouse, mais le général précise : « Je ne connais que Mme de Chanlivault, la sœur de ce brave Chaussepierre. » (Du côté de chez Swann, p. 42230). Absent de la dactylographie corrigée (NAF 16734, f. 169), ce passage fait partie d’un ajout au placard 49 (composé le 13 mai 1913), entre les colonnes 2 et 4 . Voir aussi page suivante la note préparatoire « Lapérouse » (f. 15 et n. 4). Dans le Cahier 74 (1915), on apprend que la « tante de Chaussepierre qui était Me de Chanlivaut » « est une grosse femme très méchante qui avait de très belles choses dans son hôtel rue Lapérouse » (f. 18v31 ; voir aussi f. 15v).

Du côté de chez Swann, placard 49 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 49 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Cahier 74, f. 18v

Cahier 74, f. 18v

BNF, Manuscrits, NAF 18324. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001498/​f23.image.r=NAF%2018324.langFR

Retour vers la transcription du f. 14v

f. 15

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 15

f. 15

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Chene d’Amérique (rouge ?) 1
le Mgr à Versailles 2
Marronniers <et lilas> de Trianon 3
Laperouse de Belloy Auguste Vacquerie 4
Plantation de la Virginie 5
Plan (appartement et salle à manger) 6

Notes critiques

1. Chene [sic] d’Amérique (rouge ?)

Voir plus bas sur cette même page de l’Agenda la note « Plantation de la Virginie », et Carnet 2, f. 26v32 ◉, la note au crayon bleu : « Chêne d’Amérique <rouge> plantation de la Virginie ». Proust songe au long passage du placard 74 (composé le 5 juin 1913) décrivant Odette au bois de Boulogne. Ce placard comprend plusieurs corrections antérieures à sa décision d’écourter le premier volume, mais cette expression ne fait l’objet d’aucune correction particulière : « […] lui, le Bois, complexe aussi, réunissant des petits mondes divers et clos, — faisant succéder quelque ferme plantée d’arbres rouges, de chênes d’Amérique, comme une exploitation agricole dans la Virginie, à une sapinière au bord du lac, ou à une futaie d’où surgit tout à coup dans sa souple fourrure, avec les beaux yeux d’une bête, quelque promeneur rapide, — il était le Jardin des femmes […]. » (placard 7433, colonne 3). Dans une lettre du début de septembre 1913 à Lucien Daudet, alors que le passage fait désormais partie de « [s]a fin nouvelle », Proust s’interroge toujours : « […] savez-vous comment est le “Chêne d’Amérique” ? » (Corr., t. XII, p. 258). Voir Du côté de chez Swann, p. 51134. Le passage remonte au Cahier 18, f. 26v35 ◉, où il semble qu’il s’agisse de notes sur le parc de Saint-Cloud : « […] où quelque ferme plantée d’arbres rouges, de chênes d’Amérique, comme une exploitation de la Virginie succède à une sapinière au bord du lac […]. »

Carnet 2, f. 26v

Carnet 2, f. 26v

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR

Cahier 18, f. 26v

Cahier 18, f. 26v

BNF, Manuscrits, NAF 16658. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000484r/​f30.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016658.langFR

Retour vers la transcription du f. 15

2. le Mgr à Versailles

Proust veut sans doute vérifier, peut-être chez Saint-Simon, un point d’étiquette de la cour. Dans le passage correspondant du placard 71 (composé le 4 juin 1913), il place le titre entre guillemets : « Quand j’arrivais chez Mme Swann elle me demandait : — Comment va madame votre mère ? J’avais fait quelques ouvertures à maman pour savoir si elle ferait de même quand arriverait Gilberte, point qui me semblait plus grave qu’à la cour de Louis XIV le <«>monseigneur<»>. Mais maman ne voulait rien entendre. » (placard 7136, colonne 5). Voir À l’ombre des jeunes filles en fleurs I, p. 12837.

Retour vers la transcription du f. 15

3. Marronniers <et lilas> de Trianon

Renvoi à un passage qui figure à la fin de l’épisode du Bois, sur ce qui deviendra le dernier placard de Du côté de chez Swann, où il n’est cependant pas corrigé : « Mais la beauté que faisaient désirer les sapins et les acacias du bois de Boulogne, plus troublants en cela que les marronniers et les lilas de Trianon que j’allais voir, n’était pas fixée en dehors de moi dans les souvenirs d’une époque historique, dans des œuvres d’art[,] dans un petit temple à l’amour au pied duquel s’amoncellent les feuilles palmées d’or. » (placard 7538, colonne 3 ; Du côté de chez Swann, p. 51939).

Retour vers la transcription du f. 15

4. Laperouse [sic] de Belloy Auguste Vacquerie

Il s’agit de trois rues voisines du XVIe arrondissement de Paris, dans le quartier de l’Étoile. Parallèle à l’avenue Kléber à l’ouest et à la rue Dumont-d’Urville à l’est, la rue La Pérouse (dont Proust orthographie mal le nom) débouche au nord sur la rue de Presbourg, au sud sur la rue de Belloy. La rue Auguste-Vacquerie part de la rue Dumont-d’Urville et se termine dans la rue Newton. Proust souhaite peut-être vérifier l’existence et le nom de ces rues encore récentes à l’époque où est censé se dérouler « Un amour de Swann » (voir à ce sujet infra, f. 15v, n. 2). La rue Auguste-Vacquerie n’a pris le nom de ce poète, auteur dramatique et journaliste qu’à sa mort, en 1895, les rues La Pérouse et de Belloy ayant reçu leur dénomination respectivement en 1864 et 1868. Cette note est contemporaine de celle du Carnet 2, f. 26v40 ◉ : « rue Lapérouse ». L’adresse d’Odette était précisée en un seul endroit de la dactylographie (« je ne peux pas prendre Rémi quand je vais Rue des Belles Feuilles », corrigé en rue « Pauquet », NAF 16734, f. 14641). C’est seulement lors de la correction des deuxièmes épreuves que Proust introduit le nom de la rue La Pérouse : « [Swann] la reconduisait jusqu’à la porte de son petit hôtel, <rue Lapérouse,> derrière l’Arc de Triomphe. » (NAF 16755, f. 13542, tampon du 18 juin 1913 au f. 131), le nom de cette rue étant répété en deux autres épisodes (NAF 16755, f. 161, 179 [addition marginale se prolongeant en béquet]). Lorsqu’il prend cette note dans l’Agenda, Proust a donc déjà renvoyé à Grasset, au plus tard le 24 mai 1913, les 45 premiers placards corrigés de son livre (voir Corr., t. XIII, p. 381 et 391). C’est probablement vers le même moment, ou légèrement avant, qu’il insère dans le placard 49 la conversation entre Swann et Froberville sur la rue La Pérouse lors de la soirée Saint-Euverte (voir supra, f. 14v, n. 2). L’homonymie avec le restaurant parisien Lapérouse (Du côté de chez Swann, p. 36343) et le navigateur La Pérouse (ibid., p. 42144-422) permet d’illustrer l’imagination romanesque de Swann. Diverses connaissances de Proust habitaient ces deux rues : Mme Henry Standish née de Perusse des Cars au 3 rue de Belloy (voir Corr., t. XX, p. 380, n. 9) ; Albert Sancholle-Henraux rue La Pérouse, à proximité de laquelle Proust faillit d’ailleurs s’installer en 1906, quand il orthographie ce nom « Lapeyrouse » (Corr., t. VI, p. 245) ; et Laure Hayman, qui se brouilla avec Proust quand elle crut se reconnaître dans le personnage d’Odette de Crécy (Corr., t. XXI, p. 208-209).

Carnet 2, f. 26v

Carnet 2, f. 26v

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR

Retour vers la transcription du f. 15

5. Plantation de la Virginie

Voir la n. 1 supra.

Retour vers la transcription du f. 15

6. Plan (appartement et salle à manger)

Cette note renvoie à un fragment d’un « ajoutage » au placard 68, composé le 2 juin 1913 : « J’avais pu croire pendant des années qu’aller chez Mme Swann était une vague chimère que je n’atteindrais jamais ; après avoir passé dix minutes chez elle, c’est le temps où je ne la connaissais pas qui était devenu chimérique et vague comme un possible que la réalisation d’un autre possible a exclu. Comment aurais-je pu encore rêver à sa salle à manger comme à un lieu inconcevable, quand je ne pouvais pas faire un pas dans ma pensée sans y rencontrer les rayons infrangibles qu’émettaient à l’infini derrière eux, jusque dans mon passé le plus ancien, les œufs sur le plat que je venais d’y manger <[…] Et il devait se passer quelque chose d’analogue pour Swann : car cette salle à manger cet appartement où il me recevait n’était <étaient le lieu où> n’étaient venus s’appliquer, se confondre, coïncider non pas seulement l’appartement auquel j’avais tant pensé, mais idéal que mon imagination avait engendré, mais un autre encore […] ; et ce qui était venu s’absorber, pour lui, dans la salle à manger où nous déjeunions, c’était ce paradis inespéré […]>. » (NAF 16753, f. 4945). La note correspond à une vérification que Proust veut faire avant de modifier ce passage, et pour laquelle il s’adresse à son ami Max Daireaux dans une lettre écrite peu après le 19 juin 1913 : « Il y a dans mon livre un certain appartement. Or des années avant un des personnages qui [y] habite maintenant comme mari de la dame […] avait souvent rêvé comme à un bonheur impossible d’un appartement où il vivrait avec elle, d’une salle à manger commune etc. D’autre part […] [m]oi qui suis amoureux de la fille j’ai rêvé longtemps de l’appartement qu’elle habitait avec ses parents. […] Puis-je dire qu’il est le plan (?) où viennent coïncider (?) [(]ou converger ?) les appartements engendrés et décrits (?) par l’imagination du mari (qui ne l’était pas encore), de moi etc. Mais un plan n’est-ce pas forcément quelque chose sans épaisseur. Peut-on dire qu’un appartement, une salle à manger, est le plan où viennent se confondre ? ou bien est-ce impossible de dire cela. » (Corr., t. XII, p. 204-206 ). Cette partie du roman ayant été écartée du premier volume peu après, Proust n’y reviendra qu’au moment de la préparation du volume suivant : c’est alors qu’il introduira le terme « plan », objet principal de sa note de l’Agenda et de sa question à Max Daireaux. Sur le fragment correspondant des épreuves composées par Grasset en 1914 – qui a ensuite été collé sur une des planches qui a servi de copie d’impression pour les Jeunes filles – « le plan de » est un ajout marginal autographe : « […] car cette salle à manger et cet appartement où il [Swann] me recevait étaient le lieu où étaient venus s’appliquer et se confondre, coïncider<,> non pas seulement l’appartement idéal que mon imagination avait engendré, mais un autre encore, celui que la jalousie de Swann, aussi inventive que mes rêves, avait si souvent décrit devant lui […] et ce qui était venu s’absorber, pour lui, dans <le plan de> la salle à manger où nous déposions <déjeunions>, c’était ce paradis inespéré […]. » (planche « No 1346 », colonne 2, dernier fragment ; vente Sotheby’s, Paris, 27 juin 2007, lot 85 ; Pyra Wise, « Le généticien en mosaïste. La reconstitution du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs », art. cité, p. 141-150, notamment p. 144). Voir À l’ombre des jeunes filles en fleurs I, p. 96-9747.

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Collection particulière, droits réservés

Retour vers la transcription du f. 15

f. 15v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 15v

f. 15v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Cube 1
Prix des Portraits de Machard 2
jeu où il y a des billes alignées comme des petits pois 3

Notes critiques

1. Cube

Ce terme et le dessin qui l’accompagne se réfèrent à un passage sur le regard de M. de Norpois, que Proust modifiera légèrement sur placard : « […] j’avais vu passer sur son visage une expression d’hésitation et de mécontentement et dans ses yeux, ce regard étroit vertical <, étroit> et oblique, (comme dans le dessin en perspective d’un solide, une <la ligne fuyante d’une> de ses faces opposées au spectateur), qui s’adresse à cet interlocuteur invisible qu’on a en soi-même, au moment où on lui dit quelque chose que l’interlocuteur vivant avec qui on parlait jusqu’ici – dans la circonstance, <et pour M. de Norpois, c’était> moi – ne doit pas entendre. » (placard 6548, daté du 30 mai 1913, colonne 4). On retrouve en effet la même comparaison dans la lettre que Proust adresse à son jeune ami ingénieur André Foucart au sujet de cette phrase, sans doute peu après avoir reçu le placard, mais sans l’avoir encore corrigé : « Une ligne verticale peut-elle être oblique. Je dis ceci à un endroit : “Ce regard [ét]roit vertical et oblique (ne cherchez pas à comprendre pour le regard car c’est incompréhensible si on ne sait pas de quoi il s’agit) comme dans le dessin en perspective d’un solide, une de ses faces opposées au spectateur)[”] (vous savez quand on dessine un cube etc.) Pouvez-vous rendre cette phrase correcte, je veux dire qu’elle ne contienne pas de monstruosité. » (Corr., t. XXI, p. 652). Dans la lettre que Proust adresse à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913 (ibid., t. XII, p. 206 ), il pose la même question et dessine, comme dans l’Agenda, une sorte de cube vu en perspective. Sur le placard Grasset 6 de 1914, utilisé ultérieurement comme copie d’impression pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Proust apportera quelques retouches stylistiques à cette phrase : « […] j’avais vu passer sur son visage une expression d’hésitation et de mécontentement et dans ses yeux, ce regard vertical, étroit et oblique, (comme dans le dessin en perspective d’un solide, la ligne fuyante d’une de ses faces opposées au spectateur), <regard> qui s’adresse à cet interlocuteur invisible qu’on a en soi-même, au moment où on lui dit quelque chose que l’interlocuteur vivant avec qui on parlait jusqu’ici – <moi> dans la circonstance et pour M. de Norpois, c’était moi – ne doit pas entendre. » (Planche « No 5 », colonne 4, 5e fragment, reproduite dans le catalogue de la vente Piasa du 14 juin 1999, lot 52 ; voir Pyra Wise, « Le généticien en mosaïste. La reconstitution du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs », art. cité, p. 146.) Cf. À l’ombre des jeunes filles en fleurs I, p. 4649-47.

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Collection particulière, droits réservés

Retour vers la transcription du f. 15v

2. Prix des Portraits de Machard

Renvoi au peintre académique Jules-Louis Machard (1839-1900), qui est mentionné par Madame Cottard dans sa conversation avec Swann, lors de leur rencontre fortuite dans l’omnibus, à la fin d’« Un amour de Swann » : « [“] Je ne vous demande pas, monsieur, si un homme dans le mouvement comme vous a vu le portrait de Machard qui fait courir tout Paris. Eh bien qu’en dites-vous ? Êtes-vous dans le camp de ceux qui approuvent ou dans le camp de ceux qui blâment ? Dans tous les salons on ne parle que du portrait de Machard, on n’est pas chic, on n’est pas pur, on n’est pas dans le train, si on ne donne pas son opinion sur le portrait de Machard.[”] Swann ayant répondu qu’il n’avait pas vu ce portrait, Mme Cottard eut peur de l’avoir blessé en l’obligeant à le confesser. – Hé bien, c’est très bien, au moins vous l’avouez franchement, vous ne vous croyez pas déshonoré parce que vous n’avez pas vu le portrait de Machard. […] Je ne suis qu’une pauvre profane […]. Mais je trouve que la première qualité d’un portrait, surtout quand il coûte 10.000 francs, est d’être ressemblant et d’une ressemblance agréable. » (placard 5250, daté du 14 mai 1913, colonnes 2 et 3). La note de l’Agenda témoigne du souci de Proust de vérifier la cote de Machard. Le prix élevé de ses portraits, en particulier féminins, était devenu proverbial, comme le montre un article du Figaro de 1882 : « C’est […] une faveur d’être inscrit pour son portrait chez un peintre en renom. C’est ainsi que M. Machard a, paraît-il, trente-cinq portraits commencés en ce moment [...]. Ces nombreuses commandes sont prétextes à de nombreuses courses ensemble chez les couturiers à la mode. […] C’est encore la satisfaction réciproque d’être peinte par un homme “qui n’a pas voulu faire le portrait à moins de vingt mille !” Cela prouve ostensiblement […] qu’on a de l’argent ou que le mari a fait une bonne liquidation à la Bourse et qu’on est belle, enfin, puisqu’on ose se faire peindre par un peintre de beaux portraits. » (Le Figaro, « Le Peintre de portraits », 13 mai 1882, p. 151.) L’ouvrage de Claude Vento [Alice de Laincel] Les Peintres de la femme52 (E. Dentu, 1888), où figure un chapitre sur Machard (p. 365-403), raconte que Chaplin, autre peintre mondain, était considéré comme un artiste « très désintéressé » parce qu’il ne demandait pas plus de 10 000 francs pour ses portraits (p. 164-165). Proust aurait donc pu revoir à la hausse la cote de Machard, mais n’a pas modifié le prix du tableau (voir Du côté de chez Swann, p. 46053). Cependant il a probablement fait des recherches sur le peintre, car il précise sur les Troisièmes épreuves que le tableau qui suscite tant de passions est exposé « aux Mirlitons » (NAF 16756, f. 83). Le Cercle des Mirlitons (ou Cercle de l’Union artistique) organisa une exposition annuelle de peinture de 1860 à 1887 ; or c’est en effet la première toile que Machard y envoya, en 1880, le portrait de Mme Saly Stern, qui lui valut son premier grand succès mondain : « Dès le lendemain de l’ouverture, soixante-dix personnes défilaient rue Ampère [domicile du peintre], venant se faire inscrire pour leur portrait », affirme Claude Vento (op. cit., p. 391). L’exposition, d’abord aux Mirlitons, en 1882, du portrait de Mme Lippmann54, fille de Dumas fils, que Proust a plus tard fréquentée, fit également sensation (voir par exemple le compte rendu du Monde illustré, 25 février 1882, p. 12255). « Un amour de Swann » se situant chronologiquement au tout début des années 1880 (voir Max-Henri Thomas, « La fête Paris-Murcie », Bulletin de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray, no 27, 1977, p. 427-433), Proust semble faire allusion à l’un de ces deux tableaux, et pour cette période où la célébrité mondaine de Machard ne faisait que commencer, le prix de 10 000 francs paraît en effet plausible.

Retour vers la transcription du f. 15v

3. jeu où il y a des billes alignées comme des petits pois

Renvoi à une phrase de « Combray » : « Je m’arrêtais à voir sur la table, où la fille de cuisine venait de les écosser, les petits pois alignés et nombrés comme des billes vertes dans un jeu […]. » (Du côté de chez Swann, p. 14856). La formulation de l’Agenda : « jeu où il y a des billes alignées comme des petits pois », qui inverse celle du roman : « petits pois alignés comme des billes dans un jeu », suggère que Proust cherche le nom du jeu en question. Le placard 20 où figure le passage faisant partie du lot de placards retourné à l’éditeur le 23 ou 24 mai (voir la n. 4 au folio précédent), il est possible que Proust vienne d’en recevoir la deuxième épreuve (NAF 16755, f. 7657, première page du lot estampillé le 14 juin 1913). Il n’a pas dû retrouver le nom de ce jeu, car le texte n’a pas été modifié. Dans Jean Santeuil, il avait utilisé une image voisine : « les haricots verts <petits pois> étaient déjà écossés et rangés comme des billes sur un tamis » (NAF 16615, f. 143v58 ◉), puis : « des petits pois déjà écossés étaient amoncelés comme de petites billes vertes » (NAF 16615, f. 144v59 ◉ ; cf. Jean Santeuil, p. 337), mais ces formulations vagues (petits pois rangés ou amoncelés comme des billes) ne suggéraient pas un jeu précis.

NAF 16615, f. 143v

NAF 16615, f. 143v

BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f239.image.r=NAF%2016615.langFR

NAF 16615, f. 144v

NAF 16615, f. 144v

BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f240.image.r=NAF%2016615.langFR

Retour vers la transcription du f. 15v

f. 16

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 16

f. 16

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Une église qui a une coupole peut elle avoir un clocher 1
Balbec en Terre 2
Habit d’une religieuse et d’une garde 3
Ancienne forme de Geneviève4
le deuil dans la Chanson de Roland5.

Notes critiques

1. Une église qui a une coupole peut elle [sic] avoir un clocher

Proust se pose cette question au moment où il corrige sur le placard 77 (daté du 6 juin 1913) le passage où le héros arrive à Balbec-en-Terre : « Certes c’était bien dans la mer que les pêcheurs, selon la légende, avaient trouvé le Christ miraculeux dont un vitrail de cette église qui était à quelques mètres de moi racontait la découverte […]. Mais cette mer, qu’à cause de cela j’avais imaginée venant mourir au pied du vitrail, était à plus de cinq lieues de distance, à Bricquebec <Balbec>-Plage, et, à côté de sa coupole ce clocher que, parce que j’avais lu qu’il était lui-même une âpre falaise normande où s’amassaient les grains, où tournoyaient les oiseaux, je m’étais toujours représenté comme recevant à sa base la dernière écume des vagues soulevées, il se dressait sur une place où s’embranchaient deux lignes de tramways, en face d’un café qui portait, écrit en lettres d’or, le mot : “Billard”, et sur un fond de maisons aux cheminées desquelles ne se mêlait aucun mât. » (placard 7760, colonne 8 ; cf. À l’ombre des jeunes filles en fleurs II, p. 19861.) Le texte n’a pas été modifié, que Proust n’ait pas posé cette question à Émile Mâle, ou qu’il ait reçu une réponse positive.

Retour vers la transcription du f. 16

2. Balbec en Terre

Ce nom apparaît dans les corrections apportées sur le même placard 77 (voir la n. précédente), en remplacement de « Bricquebec-en-Terre », de même que « Balbec-Plage » s’y substitue à « Bricquebec-Plage » : « Je traversai vivement la gare et la Place, je demandai la plage pour ne voir que l’église et la mer ; on n’avait pas l’air de comprendre ce que je voulais dire. Bricquebec<Balbec>-le-vieux, Bricquebec-ville, Bricquebec-en-Terre <Balbec-en-terre>, où je me trouvais, n’était ni une plage ni un port. » (placard 7762, composé le 6 juin 1913, colonne 7 ; cf. À l’ombre des jeunes filles en fleurs II, p. 19763). Dans la lettre à Émile Mâle de la mi-juin 1913 déjà mentionnée, Proust indique : « j’ai forgé le nom de Balbec, qui me semble correct » (Corr., t. XVII, p. 553), l’emploi du passé composé suggérant que les substitutions de toponymes sont déjà arrêtées. On remarque que la présente note est la dernière de l’Agenda à avoir été écrite au crayon bleu, ce qui suggère que toutes celles de ce type appartiennent à une même campagne de relecture et vérification (voir sur le placard suivant, placard 78 où « Balbec » remplace partout « Bricquebec », l’indication « Petit alinéa » au crayon de couleur bleu ; cf. supra, f. 14, n. 1). Avec la note suivante à l’encre noire commence une nouvelle étape dans la liste des vérifications ou questions à poser.

Retour vers la transcription du f. 16

3. Habit d’une religieuse et d’une garde

Proust demande à Émile Mâle dans la lettre de la mi-juin 1913 déjà mentionnée : « Est-ce que la robe dans laquelle une religieuse soigne un malade s’appelle l’habit. Et d’une garde ? » (Corr., t. XVII, p. 553). Il était en train de relire le passage où la grand-mère du héros le rejoint dans sa chambre, au Grand Hôtel de Balbec : « Elle portait une robe de chambre de percale qu’elle revêtait à la maison chaque fois que l’un de nous était malade (parce qu’elle s’y sentait plus à l’aise, disait-elle, attribuant toujours à ce qu’elle faisait des mobiles égoïstes), et qui était pour nous soigner, pour nous veiller, sa robe de servante, son habit de religieuse ou de garde. » (placard 7964, composé le [6 ou 7] juin 1913, colonne 2). Le passage n’a pas été corrigé sur le placard et aura peu changé dans le texte définitif : « […] sa blouse de servante et de garde, son habit de religieuse. » (À l’ombre des jeunes filles en fleurs II, p. 20565).

Retour vers la transcription du f. 16

4. Ancienne forme de Geneviève

Cette question concerne le passage de « Combray » où le curé évoque les ancêtres des Guermantes dans la conversation avec la tante Léonie. Dans la première mise au net, à l’automne de 1909, de ce morceau (venu du Cahier 8, f. 63v66 ◉) dans le Cahier 63, f. 367 ◉, le curé disait : « […] Car <car> vous savez que la fameuse Geneviève de Brabant était fille d’une Comtesse de Guermantes, d’où l’aînée de la famille <Maison> porte toujours le nom de Guinevère qui paraît-il est Geneviève […] ». Peu après, Proust avait réécrit le début de cette conversation (voir supra, f. 11v, n. 8 et 9), supprimant notamment la forme archaïsante du prénom, peut-être par incertitude onomastique (voir dans le Reliquat manuscrit NAF 16703, f. 20-23). La nouvelle version, dactylographiée, perdure jusqu’aux placards Grasset, mais lors de la révision d’avril-mai 1913 Proust supprime la totalité de cette digression : « (Vous savez que les seigneurs de Guermantes descendent des anciens comtes de Brabant, et la fameuse Geneviève de Brabant était une demoiselle de Guermante[s,] d’où l’aînée de la maison est toujours baptisée Geneviève.) » (voir placard 16, colonne 2 , où cette parenthèse est rayée). Cependant, au moment où il corrige ses deuxièmes épreuves, Proust, dans un mouvement inverse, ajoute au discours du curé un grand nombre de considérations étymologiques (voir NAF 16755, f. 6568), et songe sans doute à réintroduire la digression sur le prénom médiéval transmis aux filles aînées des Guermantes. Il interroge à cet effet Émile Mâle vers la mi-juin 1913 : la duchesse de Guermantes étant « censée descendre de Geneviève de Brabant et des anciens Comtes de Brabant », il veut savoir « [s]i à cause de cela l’aînée de la famille s’appelait toujours Geneviève », ou si ce ne serait pas « sous une forme plus ancienne de ce nom qu’on l’appellerait. » (Corr., t. XVII, p. 552-553). Proust n’a probablement pas reçu de réponse de son interlocuteur, car l’idée d’attribuer le prénom Geneviève, sous quelque forme que ce soit, aux demoiselles de Guermantes, est finalement restée sans suite (voir NAF 16755, f. 65, et Du côté de chez Swann, p. 12769). Le prénom « Guinevère » des Cahiers 8 et 63 semble lui avoir été inspiré par la forme britannique « Guinevere » qu’il avait rencontrée chez Ruskin, dans un développement sur sainte Geneviève de La Bible d’Amiens (p. 14970 et n. 2 : « Personnage des romans chevaleresques, introduit par Tennyson dans Idylles du roi »).

Cahier 8, f. 63v

Cahier 8, f. 63v

BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f66.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR

Cahier 63, f. 3

Cahier 63, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f5.image.r=NAF%2018313.langFR

Du côté de chez Swann, placard 16 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 16 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 16

5. le deuil dans la Chanson de Roland

La question renvoie aux formes extérieures que doit prendre le deuil selon Françoise, dans un développement que Proust avait ajouté sur placard, dans le passage qui suit la mort de tante Léonie : « Je suis sûr que dans un livre — et en cela j’étais bien moi-même comme Françoise — cette conception du deuil d’après la Chanson de Roland et le portail de Saint-André-des-Champs m’eût été sympathique. » (placard 24, ajout dans la marge de la colonne 7 ◉). Au moment où il en reçoit les deuxièmes épreuves, peu après le 16 juin 1913 (NAF 16755, lot commençant au f. 92), Proust s’interroge et écrit à Émile Mâle : « Et le deuil, les manifestations extérieures de chagrin, se traduisent-elles avec une certaine pompe, dans les chansons de geste (comme la Chanson de Roland). » (Corr., t. XVII, p. 552). Mais il ne fera aucune modification (voir NAF 16755, f. 96 ; Du côté de chez Swann, p. 18871).

Du côté de chez Swann, placard°24 (détail)

Du côté de chez Swann, placard°24 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 16

f. 16v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 16v

f. 16v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

les 4 fils Aymon dans une abbaye1
figuier près du Loir 2.
cocher anglais 3.
coagulation d’un œuf propulsé 4
1er President du Mans et de Rennes
bâtonnier de Cherbourg
notaire de Nantes 5.

Notes critiques

1. les 4 fils Aymon dans une abbaye

Il s’agit d’une vérification pour un passage du début de « Combray » dont Proust est en train de relire les deuxièmes épreuves. Lors de la correction des placards Grasset en avril-mai 1913, il avait ajouté, dans l’épisode du drame du coucher, le morceau suivant à propos du « code » de comportement de Françoise : « Ce code s’appliquait si l’on en jugeait l’entêtement soudain qu’elle mettait à ne pas vouloir faire certaines commissions que nous lui donnions, semblait avoir prévu certaine des complexités sociales et des raffinements mondains tels qu’on se demandait qui que rien, dans l’entourage et de Françoise et sa vie de domestique de village <n’>avait pu les lui suggérer […], et qu’on était obligé de se dire qu’il y avait en elle un passé <français> très ancien, plus noble et mal compris, comme dans ces cités prov manufacturières où de vieux hôtels témoignent qu’il y eut jadis une vie de cour, et où des/les ouvriers d’usines de produits de chimique [sic] travaillent au milieu de délicates sculptures qui représentent le miracle de St Théophile ou les Quatre fils Aymon. » (placard 5, addition rédigée entre les colonnes 6 et 8 ). Auparavant, sur le jeu de placards corrigés préparatoire (NAF 16753), Proust avait envisagé de placer les ouvriers au milieu de bas-reliefs religieux, la « fabrique » étant alors située dans « une abbaye désaffectée » : « […] et où dans une abbaye désaffectée de les ouvriers d’une fabrique de produits chimiques, installée dans les bâtiments désaffectés d’une abbaye[,] travaillaient parmi des bas reliefs qui représentaient des scènes de noces, de funérailles, les anciens confesseurs, l rois, les saints confesseurs, même l’enlèvement d’Europe et Bacchus endormi » (NAF 16753, placard 572, marge de la colonne 6). Sur les deuxièmes épreuves, Proust corrige « usines » en « une usine », et reprend son idée d’« ancienne abbaye désaffectée » (voir NAF 16755, f. 1973, première page du lot en date du 2 juin 1913, addition manuscrite dans la marge gauche). Mais dans une lettre écrite vers la mi-juin 1913 à Émile Mâle, il exprime ses doutes : « Les Quatre fils Aymon peuvent-ils être situés comme sujet de sculptures soit dans une abbaye, soit dans un bâtiment civil (un hôtel du moyen âge ou de la Renaissance). » (Corr., t. XVII, p. 552). Il semble donc avoir déjà opéré cette addition et hésiter entre les « vieux hôtels » et l’« ancienne abbaye », l’histoire des quatre fils Aymon n’ayant rien de religieux, contrairement à la rédemption du clerc Théophile, le plus populaire des miracles de la Vierge et le plus représenté dans l’art religieux (voir É. Mâle, L’Art religieux du xiiie siècle en France, Paris, E. Leroux, 1898, p. 331-332). La légende des quatre fils Aymon, très célèbre au Moyen Âge et dans la littérature de colportage du xixe siècle, provient d’une chanson de geste du cycle carolingien, la Chanson de Renaut de Montauban (du nom du protagoniste), relatant un conflit entre Charlemagne et quatre frères, ses vassaux. Ces derniers échappent pendant des années à l’empereur grâce au cheval-fée Bayard, et pour que la paix soit conclue doivent lui livrer Bayard, qu’il jette dans la Meuse. Or dans les ouvrages d’Émile Mâle publiés à l’époque, rien ne concernait la représentation de scènes d’épopées ou de fabliaux : c’est seulement dans L’Art religieux du xiie siècle en France, publié en 1922, que l’historien aborde cette question, se disant « convaincu que l’on rencontre plusieurs fois des scènes d’épopées dans nos églises romanes », ainsi que des scènes de poèmes héroï-comiques et de fabliaux, et pense reconnaître sur les chapiteaux sculptés d’une salle capitulaire à Agen deux scènes de l’épopée des fils Aymon, mais sans certitude. (Op. cit., p. 310-311.) Il se pourrait qu’en juin 1913, il ait répondu à Proust qu’il ne connaissait aucun exemple de motif épique ou littéraire dans l’iconographie religieuse, et n’ait entrepris des recherches sur ce sujet que par la suite. Quelle qu’ait été sa réponse, Proust a biffé l’addition qu’il venait d’insérer, laissant l’usine installée dans les vestiges d’un ancien hôtel (deuxièmes épreuves, loc. cit. ; cf. Du côté de chez Swann, p. 34-3574).

Du côté de chez Swann, placard 5 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 5 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 16v

2. figuier près du Loir

Note qui sera partiellement reprise au f. 17v (« figuier »), indice que la correction est restée en attente. Le Loir, rivière d’Illiers, est un des modèles de la Vivonne. Proust s’interroge à propos du passage suivant qu’il a corrigé sur le placard 26, au début des promenades du côté de Guermantes : « Le pont-vieux débouchait dans un sentier de halage qui à cet endroit se tapissait l’été du feuillage bleu d’un prunier sous <figuier qui était bleu comme une prune et sous> lequel un pêcheur en chapeau de paille avait pris racine » (placard 26, colonne 5 ). Il est peu vraisemblable en effet de trouver en Beauce un figuier à proximité d’une rivière : cet arbre méditerranéen supporte les hivers rigoureux, mais non les sols humides. Aucune correction n’a été faite sur les deuxièmes épreuves (NAF 16755, f. 10475), et les épreuves suivantes dont nous disposons sont lacunaires pour ce passage ; mais dans le texte définitif, un « noisetier » remplace le « figuier » (Du côté de chez Swann, p. 20476). Notons que l’essence de cet arbre n’a cessé de varier : après le prunier (Cahier 4, f. 28 ; Cahier 12, f. 18), et avant le figuier et le noisetier, on trouve aussi un noyer (Cahier 12, f. 18v).

Du côté de chez Swann, placard 26 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 26 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 16v

3. cocher anglais

Il s’agit du cocher d’Odette, que le héros entrevoit lors de la promenade au Bois qui constitue désormais la fin du premier volume. Sur le placard 74 (composé le 5 juin 1913), cette expression fait l’objet d’une rature, raison pour laquelle le caractère « anglais » du cocher n’apparaît plus dans le texte définitif : « je voyais enfin [la victoria de Mme Swann] […] emportée par le vol de deux chevaux ardents, minces et contournés comme on en voit dans les dessins de Constantin Guys, portant établi sur son siège comme un cocher de grande maison anglaise, un énorme cocher fourré comme un cosaque, à côté d’un petit groom, rappelant le “tigre” de “feu Baudenord” […]. » (placard 7477, colonnes 4 et 5 ; pour le placard complet, voir NAF 16754, f. 130v-13178). Proust a pu penser que la caractérisation du cocher comme « de grande maison anglaise » détonnait avec la comparaison suivante qui le rapproche d’un « cosaque ». Elle faisait d’ailleurs double emploi, puisque le terme groom connotait déjà le « chic » britannique recherché par Odette ; et on se souvient que le « tigre » de Godefroid de Beaudenord, dans La Maison Nucingen de Balzac, avait d’abord appartenu à un « lord anglais » et était « le plus charmant tigre de l’Angleterre » (La Maison Nucingen, in La Comédie humaine, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1952, t. VI, p. 607, 608). Voir Du côté de chez Swann, p. 51379.

Retour vers la transcription du f. 16v

4. coagulation d’un œuf propulsé

Voir aussi le mot « Coagulation », noté au crayon bleu dans le Carnet 2, f. 26v80 ◉. Proust demande à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913 dans la lettre déjà citée : « Peut-être pourriez-vous me dire certaines choses scientifiques qui m’ont embarrassé dans la correction de mon livre. […] À un endroit […] je veux dire que le soleil au moment où il se lève, où il bondit de derrière un nuage, fait ce mouvement de propulsion (vrai ou faux au point de vue astronomique, je m’en fous, comme vous diriez) comme un œuf (je ne sais plus si je dis un œuf) qui fait ce mouvement sans qu’on ait touché à lui, par le changement de densité qu’a amené sa coagulation. Or un changement de densité (ce n’est peut-être pas cela le mot) peut-il rompre un équilibre, amener un mouvement de propulsion ? Et la coagulation amènera-t-[elle] un changement de densité. N’y a-t-il pas un mot plus juste pour un œuf ? » (Corr, t. XII, p. 204 ). Cet ensemble de questions concerne l’évocation du soleil levant au moment de l’arrivée en train à Balbec, quand le héros court d’une fenêtre à l’autre du wagon pour essayer d’avoir « une vue totale et un tableau continu » du matin : « Mais j’en fus empêché par le soleil lui-même, car tout d’un coup, mécaniquement propulsé comme un œuf qui jaillit en vertu du seul changement de densité qu’amène sa coagulation, il bondit de derrière le rideau […]. » (placard 7781, composé le 6 juin 1913, colonne 2). Dans sa réponse dont le remercie Proust (« Votre lettre […] m’a bien intéressé et été utile p[ou]r toute la suite », Corr, t. XII, p. 209), Daireaux avait sans doute suggéré quelques changements : sur le placard Proust modifie la formulation initiale pour supprimer le terme « coagulation ». Après plusieurs tentatives de correction (voir le travail des ratures sur le placard), la phrase est ainsi réécrite : « […] car tout d’un coup, mécaniquement propulsé comme un œuf dont un changement interne de densité rompt l’équilibre, il bondit […]. » (placard 77, colonne 2). Après que le premier séjour à Balbec a été écarté de Du côté de chez Swann, Proust reprendra en 1915 dans son Cahier 53 la version corrigée du placard. Mais le contexte du lever de soleil aura été complètement modifié : il ne s’agira plus de l’arrivée euphorique à Balbec, mais au contraire d’un dernier matin dramatique lors du second séjour, sous le coup des révélations d’Albertine relativement à ses liens avec Mlle Vinteuil. Or Proust réintroduit alors l’image de la coagulation : « <le soleil, comme mécaniquement propulsé par la rupture d’équilibre qu’amènerait au> moment de la coagulation, un changement de densité, le soleil pareil à un œuf de flamme <ovoïde> […] » (Cahier 53, f. 782). Voir Cahier 53, coll. « Cahiers 1 à 75 de la BnF », 2012, vol. II, f. 7 et f. 2-2b, n. 5, p. 174. L’image se maintiendra jusqu’au texte définitif de Sodome et Gomorrhe II (cf. Sodome et Gomorrhe II, t. 3, p. 23383). Il semble qu’au-delà de l’exactitude physique de l’image au sujet de laquelle Proust questionnait Daireaux en 1913, la logique poétique l’ait finalement emporté, puisque la coagulation du soleil renvoie, dans une scène très chargée de réminiscences baudelairiennes, au soleil « noyé dans son sang qui se fige » du poème « Harmonie du soir » (voir Nathalie Mauriac Dyer, « Impressions soleil levant : Baudelaire du côté de Sodome et Gomorrhe II », in Proust aux brouillons, N. Mauriac Dyer et K. Yoshikawa [dir.], Turnhout, Brepols, 2011, p. 227-239).

Carnet 2, f. 26v

Carnet 2, f. 26v

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913

Collection particulière, droits réservés

Cahier 53, f. 7

Cahier 53, f. 7

BNF, Manuscrits, NAF 16693. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60000881/​f10.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016693.langFR

Retour vers la transcription du f. 16v

5. 1er President [sic] du Mans et de Rennes / bâtonnier de Cherbourg / notaire de Nantes

Il s’agit des notables de province qui séjournent au Grand Hôtel de Balbec. Au placard 8084 (composé le 7 juin 1913) est mentionnée la présence « d’un premier président du Mans, d’un bâtonnier de Cherbourg, d’un grand notaire de Nantes » (colonne 3), tandis que quelques lignes plus loin, à la colonne 4, le magistrat est désigné comme « premier président de Rennes ». Peut-être Proust, ayant remarqué cette incohérence, souhaite-t-il unifier sa désignation ? Ou bien veut-il vérifier quels types de tribunaux existent dans les villes de l’Ouest ici mentionnées avant de trancher ? Le texte n’est pas corrigé sur les placards de 1913. Dans le texte de 1919, il s’agira « d’un premier président de Caen, d’un bâtonnier de Cherbourg, d’un grand notaire du Mans » (À l’ombre des jeunes filles en fleurs II, p. 211-21285). Une liste presque identique figure à la première page du Carnet 2, pris à l’envers (f. 59v86 ◉) : « 1er Président de… / Bâtonnier de… / Agent de change de… / Notaire de X – », mais cette note, où les villes ne sont pas encore précisées, est destinée à la mise au net de « Noms de pays : le pays » au printemps de 1912, que Proust est en train d’opérer dans le Cahier 70, f. 5087 ◉ : la clientèle de l’hôtel se compose « d’un/u Président de tribunal de Cherbourg, d’un <ancien> Bâtonnier du Mans, avocat, d’un <premier> Président de Nantes Mans, d’un Bâtonnier de Cherbourg, de plusi d’un grand Notaire de Nantes […] ».

Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)

Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f61.image.r=NAF%2016638.langFR

Cahier 70, f. 50

Cahier 70, f. 50

BNF, Manuscrits, NAF 18320. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000145m/​f53.image.r=NAF%2018320.langFR

Retour vers la transcription du f. 16v

f. 17

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 17

f. 17

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

fishing for compliments 1.
drope 2
comme quand un réflecteur mal réglé d’abord promène autour d’un objet sur la muraille de gdes ombres fantastiques qui viennent ensuite se replier et s’anéantir en lui 3.

Notes critiques

1. fishing for compliments

Proust avait fait commettre une faute d’anglais à Odette, qui disait à Swann : « Vous savez que je ne suis pas “fishing compliments” » (NAF 16734, f. 6, et placard 30, colonne 1 ). La note de l’Agenda est un mémento pour la correction, qui interviendra sur les deuxièmes épreuves (NAF 16755, f. 11888, lot estampillé le 17 juin 1913). Voir Du côté de chez Swann, p. 23589. Il est possible que la correction ait été soumise par Louis de Robert, qui avait scrupuleusement relu les deuxièmes épreuves des trente premiers placards que Proust lui avait envoyées [peu après le 19 juin] (Lettres, éd. Françoise Leriche, p. 622-623, 626). Dans cette hypothèse, cette note de l’Agenda daterait plutôt de la fin juin.

Du côté de chez Swann, placard 30 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 30 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 17

2. drope

Autre anglicisme, par déformation du verbe anglais to drop (socially). Cf. Carnet 4, f. 3790 ◉ : « Odette [...] les avait suivant son expression “dropées”. » Le verbe to drop avait été « naturalisé » en France, mais Proust serait le premier écrivain à l’avoir utilisé (Daniel Karlin, Proust’s English, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 52, n. 78). La note de l’Agenda ne sera pas exploitée lors de la correction des épreuves de Du côté de chez Swann en 1913. C’est sur les épreuves Gallimard d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs que Proust l’introduit, à la fin d’« Autour de Mme Swann », quand après la séparation du héros d’avec Gilberte Odette lui dit : « Vous ne viendrez plus jamais voir Gilberte ? Je suis contente d’être exceptée et que vous ne me “sémiez” <“dropiez”> pas tout à fait […]. » (Planche « N1791 », conservée à la BnF, Réserve g-Y2-50 ; 3colonne, dernier fragment. Voir Pyra Wise, « Le généticien en mosaïste. La reconstitution du manuscrit d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs », art. cité, p. 146 ; pour l’état manuscrit de ce passage, voir la planche « No 22 » mentionnée ibid.). Voir À l’ombre des jeunes filles en fleurs I, p. 18392.

Carnet 4, f. 37

Carnet 4, f. 37

BNF, Manuscrits, NAF 16640. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000658z/​f42.image.r=NAF%2016640.langFR

Retour vers la transcription du f. 17

3. comme quand un réflecteur mal réglé […] se replier et s’anéantir en lui

Cette comparaison figure mot pour mot au début d’un béquet collé au-dessus de la colonne 3 du placard 44  : « Alors à ces moments là tout d’un coup, comme quand un réflecteur mal réglé d’abord promène autour d’un objet, sur la muraille, de grandes ombres fantastiques qui viennent ensuite se replier et s’anéantir en lui, toutes les idées terribles et mouvantes qu’il se faisait d’Odette, s’évanouissaient, rejoignaient le corps charmant que Swann avait devant lui. » (cf. Du côté de chez Swann, p. 36693). Ce placard étant parvenu corrigé à Grasset au plus tard le 24 mai 1913 (Corr., t. XIII, p. 391), Proust a pu noter la phrase dans l’Agenda lorsqu’il a relu ce passage vers la fin de juin, à la réception de ses deuxièmes épreuves, s’interrogeant vraisemblablement sur la pertinence de l’emploi du terme technique « réflecteur », qui désigne une surface réfléchissante destinée à rediriger la lumière. Mais il ne l’a pas modifié (NAF 16755, f. 18094, lot estampillé le [2]7 juin 1913). Notons qu’on trouvait déjà un « réflecteur » associé à une « poësie fantastique » dans l’épisode de la lanterne magique de Jean Santeuil : « ayant ôté de la petite <vieille> lampe de cuivre <hab de travail> son abat jour vert de carton vert, on entr entrait faisait appliquait à son verre un réflecteur et déjà la lumière tout à l’heure paisiblement étalée sur la table, dans la chambre soudain obscurcie éclairait mystérieusement un coin du mur une place du mur […] », « à la manière des fantômes et des reflets » (f. 12295 ◉), ce « réflecteur derrière lequel on glissait des petites planches de verre de couleurs si mystiques » (f. 122v96 ; Jean Santeuil, p. 316-317).

Du côté de chez Swann, placard 44 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 44 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Jean Santeuil, f. 122

Jean Santeuil, f. 122

BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f205.image.r=NAF%2016615.langFR

Jean Santeuil, f. 122v

Jean Santeuil, f. 122v

BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f206.image.r=NAF%2016615.langFR

Retour vers la transcription du f. 17

f. 17v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 17v

f. 17v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

<reflecteur> 1
beffroi d’hopital
clocher de couvent 2
lift 3, figuier 4,
fleur rose 5,
l’exempt (servile) 6

Notes critiques

1. <reflecteur> [sic]

Voir page précédente. Proust semble faire ici une liste de questions en souffrance, puisque certaines ont déjà été notées : « reflecteur » au f. 17, « beffroi d’hôpital » au f. 12v [1909], « figuier » au f. 16v.

Retour vers la transcription du f. 17v

2. beffroi d’hopital [sic] / clocher de couvent

Proust s’était déjà interrogé à l’automne de 1909 dans l’Agenda sur la première expression : voir f. 12v et la n. 3. En 1913, quand il relit ses épreuves, il pose la question dans une lettre à Émile Mâle : « Je doute qu’on puisse dire beffroi d’hôpital, clocher de couvent (et bonnet ecclésiastique). Je veux parler de bâtiments de caractère faiblement ecclésiastique[,] au besoin postérieurs à la Renaissance. » (Corr., t. XVII, [vers la mi-juin 1913], p. 552). Quelle qu’ait été la réponse de l’historien, ces expressions ont été conservées dans le texte définitif : voir Du côté de chez Swann, p. 8197.

Retour vers la transcription du f. 17v

3. lift

Sur le placard où apparaît le lift, le jour de l’arrivée au Grand Hôtel de Balbec, Proust ajoute des guillemets, le terme, en mention, étant censé ne pas être familier au héros : « Je me décidai à rentrer l’attendre [ma grand-mère], le directeur vint lui-même pousser un bouton : et un personnage encore inconnu de moi et qu’on appelait <“>lift<”> et <et qui> à ce point le plus haut de l’hôtel où serait le lanternon d’une église normande, était installé comme un photographe derrière son vitrage […]. » (placard 7898, composé le 6 juin 1913, colonne 7). Mais à la fin du mois de juin, quand Proust inscrit les notes de cette page et de la précédente dans l’Agenda, il s’interroge peut-être sur l’emploi du terme à l’époque présumée du séjour de son héros en Normandie, soit vers 1897, le Grand Hôtel « moderne » de Cabourg n’ayant été inauguré qu’une dizaine d’années plus tard. Outre qu’il est anachronique, le terme est en effet impropre, l’anglais « lift » désignant l’ascenseur. Dans l’édition des Jeunes filles, et beaucoup plus fréquemment dans Sodome et Gomorrhe II, Proust emploiera également « liftier » pour désigner le machiniste, terme qu’il semble encore ignorer en 1913. Il est possible également qu’il songe dans cette note au passage où « lift » sert à illustrer la prétention et l’ignorance de Bloch, qui en écorche la prononciation : sur le placard correspondant, le mot n’est encore noté qu’en italique dans le discours du personnage (placard 8899, daté du 10 juin 1913, colonne 8).

Retour vers la transcription du f. 17v

4. figuier

Voir f. 16v (« figuier près du Loir ») et n. 2. La reprise de la note indique que la substitution de « noisetier » à « figuier » est en attente.

Retour vers la transcription du f. 17v

5. fleur rose

De nombreuses fleurs roses étant évoquées dans le roman, il est difficile d’identifier quel passage concerne cette note elliptique. Elle pourrait être destinée à l’un de ceux sur l’épine rose, comme celui-ci : « […] mon grand-père m’appelant et me désignant la haie de Tansonville, me dit : “Toi qui aimes les aubépines, regarde un peu cette épine rose ; est-elle jolie !” En effet c’était une épine, mais rose, plus belle encore que les blanches. Elle aussi avait une parure de fête, de ces seules vraies fêtes que sont les fêtes religieuses […]. » (Du côté de chez Swann, p. 170100). Ou bien, si Proust cherche ici un nom de « fleur rose », peut-être songe-t-il à remplacer la balsamine, dont il avait attribué le ton « rose vif » aux joues et au nez d’Eulalie (voir supra, f. 11, n. 2) ? À la fin de l’été ou à l’automne de 1909, lors de la relecture de la mise au net ou de la dactylographie de « Combray », il avait déjà noté le terme « balsamine » dans son Agenda, probablement pour vérifier la nuance exacte de ce « rose vif », mais il se peut que cette question soit restée en souffrance et qu’en juin 1913 il s’interroge encore sur le choix de cette fleur, dont les nuances sont en réalité très variées, du rose pâle à l’écarlate.

Retour vers la transcription du f. 17v

6. l’exempt (servile)

Les deux termes sont antinomiques. La question que Proust pose à Émile Mâle vers la mi-juin 1913 nous éclaire sur ce qu’il entend par ce rapprochement : « Une ville qui s’appelle Bailleau-l’Exempt peut-elle avoir été vassale de Combray ou de Guermantes malgré son nom l’Exempt. » (Corr., t. XVII, p. 553). La réponse de l’historien a dû être positive, puisque Proust intercale le toponyme dans la phrase suivante à l’étape des deuxièmes épreuves corrigées : « Ce n’étaient plus que quelques fragments de tours bossuant la prairie, à peine apparents, quelques créneaux d’où jadis l’arbalétrier lançait des pierres, d’où le guetteur surveillait Novepont, Clairefontaine, Martinville-le-Vineux <sec>, <Bailleau l’exempt,> toutes terres vassales de Guermantes entre lesquelles Combray était enclavé » (NAF 16755, f. 104v101, lot de pages en date du 16 juin 1913 ; Du côté de chez Swann, p. 205102). Sur cette phrase qui a déjà retenu l’attention de Proust dans l’Agenda, voir aussi supra, f. 5v, n. 2, et f. 13, n. 4.

Retour vers la transcription du f. 17v

Notes

1 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f13.image

2 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f210.image.r

3 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f23.image

4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f61.image.r=NAF%2016638.langFR

5 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f25.image.r=NAF%2016638.langFR

6 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f233.image

7 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80148w/f252.image

8 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077180g/f594.image.r=NAF%2016735.langFR

9 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f24.image.r=NAF%2016638.langFR

10 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86002482/f497.image.r=.langFR

11 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f127.image.r=NAF%2016753.langFR

12 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000489t/f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016663.langFR

13 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077180g/f317.image.r=NAF%2016735.langFR

14 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f148.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

15 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f112.image.r=NAF%2016753.langFR

16 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f83.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

17 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f407.image

18 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000484r/f12.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016658.langFR

19 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772139/f331.image.r=NAF%2016734.langFR

20 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f171.image.r=NAF%2016755.langFR

21 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f288.image

22 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f118.r=NAF%2016753.langFR

23 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f113.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

24 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f28.image.r=NAF%2016638.langFR

25 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f130.image.r=NAF%2016753.langFR

26 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f61.image.r=NAF%2016638.langFR

27 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077180g/f321.image.r=NAF%2016735.langFR

28 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f149.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

29 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f151.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

30 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f427.image

31 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001498/f23.image.r=NAF%2018324.langFR

32 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f28.image.r=NAF%2016638.langFR

33 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f143.image.r=NAF%2016753.langFR

34 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f516.image

35 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000484r/f30.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016658.langFR

36 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f127.image.r=NAF%2016753.langFR

37 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f134.image.r=proust%20%25C3%25A0%20l%2527ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

38 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f147.image.r=NAF%2016753.langFR

39 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f524.image

40 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f28.image.r=NAF%2016638.langFR

41 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772139/f313.item.r=NAF%2016734

42 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f163.image.r=NAF%2016755.langFR

43 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f368.image

44 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f426.image

45 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f115.image.r=NAF%2016753.langFR

46 http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2007/100-books-manuscripts-documents-and-objects-from-the-pierre-leroy-collection-pf7025/lot.85.html

47 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f102.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

48 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f99.image.r=NAF%2016753.langFR

49 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f52

50 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772067/f145.image.r=NAF%2016754.langFR

51 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k278198q.langFR

52 https://archive.org/details/lespeintresdela00laingoog

53 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f465.image

54 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=MACHARD%20Jules%20Louis&NUMBER=12&GRP=0&REQ=%28%28MACHARD%20Jules%20Louis%29%20%3AAUTR%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=All

55 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6221123w/f10.image.langFR

56 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f153.image

57 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f97.item.r=NAF%2016755

58 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53069102f/f239.image.r=NAF%2016615.langFR

59 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53069102f/f240.image.r=NAF%2016615.langFR

60 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f160.image.r=NAF%2016753.langFR

61 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f204.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

62 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f160.image.r=NAF%2016753.langFR

63 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f203.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

64 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f167.image.r=NAF%2016753.langFR

65 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f211.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

66 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000120s/f66.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR

67 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f5.image.r=NAF%2018313.langFR

68 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f84.image.r=NAF%2016755.langFR

69 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f132.image

70 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80148w/f150.image.r=ruskin%20la%20bible%20d%27amiens.langFR

71 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f193.image

72 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f17.item.r=NAF%2016753

73 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f32.image.r=NAF%2016755.langFR

74 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f40.image

75 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f128.image.r=NAF%2016755.langFR

76 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f209.image.r=

77 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f140.NAF%2016753.langFR

78 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772067/f208.image.langFR

79 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f518.image

80 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f28.image.r=NAF%2016638.langFR

81 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f159.image.langFR

82 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60000881/f10.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016693.langFR

83 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049552h/f241.image.r=.langFR

84 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f171.NAF%2016753.langFR

85 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f218.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

86 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f61.image.r=NAF%2016638.langFR

87 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000145m/f53.image.r=NAF%2018320.langFR

88 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f144.image.r=NAF%2016755.langFR

89 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f240.image

90 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000658z/f42.image.r=NAF%2016640.langFR

91 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1057748z/f507

92 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f189.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

93 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f371.image

94 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f216.image.r=NAF%2016755.langFR

95 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53069102f/f205.image.r=NAF%2016615.langFR

96 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53069102f/f206.image.r=NAF%2016615.langFR

97 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f86.image

98 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55006354r/f164.NAF%2016753.langFR

99 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772067/f250.image.r=NAF%2016754.langFR

100 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f175.image

101 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077205s/f129.image.r=NAF%2016755.langFR

102 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f210.image

Table des illustrations

Titre f. 5v (après rotation 180°)
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Kinétoscope
Légende Tiré de Georges Brunel, « Le Kinétoscope et Cinématographe », La Joie de la maison. Journal hebdomadaire illustré, Paris, 12/03/1896, p. 169, BNF, Littérature et Art, FOL- Z- 651
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Titre Du côté de chez Swann, placard 1 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Du côté de chez Swann, placard  3 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f61.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Carnet 2, f. 23v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante :http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f25.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Du côté de chez Swann, placard 29 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Carnet 2, f. 23
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f24.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre f. 14
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Cahier 23, f. 10
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16663. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000489t/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016663.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Placard 68, colonne 2
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16753. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b55006354r/​f112.image.r=NAF%2016753.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Du côté de chez Swann, placard 47 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Cahier 18, f. 9
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16658. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000484r/​f12.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016658.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Du côté de chez Swann, placard 35 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Marcel Proust, Les Plaisirs et les jours, p. 136
Légende Paris, Calmann Lévy, 1896, BNF, Réserve des livres rares, RES M- Z- 289
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913
Légende Collection particulière, droits réservés
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Carnet 2, f. 26v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre f. 14v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f61.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre NAF 16735, f. 150
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16735. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53077180g/​f321.image.r=NAF%2016735.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Du côté de chez Swann, placard 49 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Cahier 74, f. 18v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18324. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001498/​f23.image.r=NAF%2018324.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre f. 15
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carnet 2, f. 26v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Cahier 18, f. 26v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16658. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000484r/​f30.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016658.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Carnet 2, f. 26v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Collection particulière, droits réservés
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre f. 15v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Collection particulière, droits réservés
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre NAF 16615, f. 143v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f239.image.r=NAF%2016615.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre NAF 16615, f. 144v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f240.image.r=NAF%2016615.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre f. 16
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Cahier 8, f. 63v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f66.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Cahier 63, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f5.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Du côté de chez Swann, placard 16 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Du côté de chez Swann, placard°24 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre f. 16v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Du côté de chez Swann, placard 5 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Du côté de chez Swann, placard 26 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Carnet 2, f. 26v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f28.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Lettre de Marcel Proust à Max Daireaux peu après le 19 juin 1913
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Collection particulière, droits réservés
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Cahier 53, f. 7
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16693. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60000881/​f10.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016693.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Carnet 2, f. 59v (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f61.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Cahier 70, f. 50
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18320. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000145m/​f53.image.r=NAF%2018320.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre f. 17
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Du côté de chez Swann, placard 30 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Carnet 4, f. 37
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16640. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000658z/​f42.image.r=NAF%2016640.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Du côté de chez Swann, placard 44 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Jean Santeuil, f. 122
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f205.image.r=NAF%2016615.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Jean Santeuil, f. 122v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16615. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53069102f/​f206.image.r=NAF%2016615.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre f. 17v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1471/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access