Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Proust, L’Agenda 1906

 | 
Nathalie Mauriac Dyer
, 
Françoise Leriche
, 
Pyra Wise
, 
et al.

2. Notes de la fin de l’été ou de l’automne 1909

f. 12v, 13

Texte intégral

f. 12v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 12v

f. 12v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Cte de Mercoeur 1
Cte /Mis <des Chaux> de Vaugoubert 2
beffroi d’hopital 3
inhalation 4
Rœntgen 5
Douleurs après l’accouchement
femme enceinte 6
onyx et agate mousse 7
Abbeville (tours) 8
Maison des Archers 9
polygala alpina
cœur bleu entouré de neige 10

Notes critiques

1. Cte de Mercoeur

À la différence des pseudo-patronymes notés au recto de ce feuillet, le nom de « Mercœur », qu’on trouve dans les Mémoires de Saint-Simon, est celui d’une authentique famille d’Auvergne, qui remonte au ixe siècle. La seigneurie de Mercœur a été transmise en ligne directe jusqu’au xive siècle, puis à la famille de Bourbon-Montpensier, avant de passer au xvie siècle à la maison de Lorraine (pour laquelle elle fut érigée en duché en 1569), puis aux ducs de Vendôme. Éteint en 1712, le duché fut recréé en 1723 pour Louis Armand de Bourbon, prince de Conti, et racheté en 1770 aux princes de Conti par Louis XV pour le donner en apanage à son petit-fils, le comte d’Artois, futur Charles X. Puissante baronnie au Moyen Âge, duché à partir du xviie siècle, il ne semble pas que la seigneurie de Mercœur ait jamais été un comté. On trouve une Mme de Mercœur dans la scène du « Bal de Têtes » du Cahier 51, f. 641 ◉.

Cahier 51, f. 64

Cahier 51, f. 64

BNF, Manuscrits, NAF 16691. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60005027/​f67.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016691.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

2. Cte/Mis <des Chaux> de Vaugoubert

Ce patronyme semble avoir été inspiré à Proust par celui d’Antoine d’Aydie, seigneur de Saint-Martin (1687-1764), qui possédait le château de Vaugoubert, dans la commune de Quinsac, en Dordogne. Son histoire est liée à un épisode rocambolesque bien que peu connu de l’Histoire de France : « familier de la duchesse du Maine, il ourdit un complot avec l’ambassadeur d’Espagne pour faire emprisonner Philippe d’Orléans [qui assurait la Régence pendant la minorité de Louis XV] et le remplacer par Philippe V d’Espagne. Le complot découvert, Antoine d’Aydie eut le temps de gagner l’Espagne où, en reconnaissance, Philippe V le nomma vice-roi de Castille. Amnistié, il revint vers 1730 et construisit le château actuel » (source : Base Mérimée2 des monuments historiques). Parmi les divers noms notés dans l’Agenda, « Vaugoubert » est le seul à avoir été repris durablement dans le roman : le marquis de Vaugoubert, falot ambassadeur de France auprès du roi Théodose, apparaît de façon épisodique dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs (p. 313-34) et se révèle inverti dans Sodome et Gomorrhe II (p. 194-26, 495-52). Dans les Carnets, son nom est toujours associé à celui de Norpois : Carnet 2, f. 586 ◉ ; Carnet 3, f. 46v ; Carnet 4, f. 487 ◉ et 48v. Les chapitres mondains du roman n’étant pas encore esquissés à l’automne de 1909, il est impossible de savoir si Proust notait ces noms en raison de l’effet de réel qu’ils produisent, en attendant de leur trouver un emploi, ou déjà en vue de personnages précis.

Carnet 2, f. 58

Carnet 2, f. 58

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f59.image.r=NAF%2016638.langFR

Carnet 4, f. 48

Carnet 4, f. 48

BNF, Manuscrits, NAF 16640. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000658z/​f53.image.r=NAF%2016640.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

3. beffroi d’hopital [sic]

Il s’agit d’une expression qui apparaît dans le Cahier 63, dans la mise au net du passage sur le clocher de Combray, au moment de la clausule, lorsque le héros adulte, en voyage dans de petites villes de province, croit retrouver son cher clocher : « Et aujourd’hui parfois <encore,> quand dans une promenade ville nouvelle <de province> ou même à Paris, j’aperçois tel clocher d’hopital ou de couvent <si dans une ville de province ou dans un quartier un peu él de Paris que je connais mal, un passant qui m’a “mis dans mon chemin” m’indi me montre au loin comme point de repère tel beffroi d’hopital, tel clocher de couvent> avec une tournant sur une rue mettant <élevant> son bonnet ecclésiastique au tournant d’une rue <au tournant coin d’une rue qu’on que je dois prendre>, pour peu que ma mémoire puisse sentir obscurément <lui trouver> quelques <touchant> traits de ressemblance entre lui et <avec> la figure bien-aimée chère et disparue, je reste des heures devant la course que j’avais à faire <obligée>, la promenade que j’avais entreprise <entreprise> restent sont ne comptent plus, et je reste là immobile pendant des heures, à essayer de me souvenir […] et sans doute alors […], je cherche mon chemin, je tourne une rue, mais c’est dans mon cœur. » (Cahier 63, f. 228 ◉). L’expression « beffroi d’hôpital » est maintenue sur la dactylographie (NAF 16733, f. 1639, et NAF 16730, f. 164). Rappelons que ce paragraphe clausulaire était d’autant plus important, en novembre 1909, que c’est là, à la page « 124 » de la dactylographie, que Proust avait prévu de clore le feuilleton destiné au Figaro (voir à ce sujet Françoise Leriche, « Une nouvelle datation des dactylographies du Temps Perdu à la lumière de la Correspondance », Bulletin d’informations proustiennes, no 17, 1986, p. 7-20 : cette page finale du feuilleton, qui porte la signature biffée « Marcel Proust », est conservée dans le Reliquat des dactylographies NAF 16752, f. 18510). En relisant ses épreuves en 1913, Proust notera de nouveau « beffroi d’hopital / clocher de couvent », et interrogera Émile Mâle à ce sujet (voir infra, f. 17v et la n. 2). L’expression s’est en tout cas maintenue jusqu’au texte définitif : voir Du côté de chez Swann, p. 8111.

Cahier 63, f. 22

Cahier 63, f. 22

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f24.image.r=NAF%2018313.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

4. inhalation

Cf. f. 9, et la n. 7. Mais nous ne savons pas si Proust avait le même passage à l’esprit.

Retour vers la transcription du f. 12v

5. Rœntgen

Référence au physicien allemand Wilhelm Rœntgen (Röntgen) (1845-1923), qui découvrit les rayons X en 1895 (prix Nobel en 1901). Son nom n’apparaît pas dans les manuscrits de la Recherche, ni dans le texte publié, mais son invention figure dans une phrase de Françoise qui admire la pénétration de la mère du héros. Absente du Cahier 8, f. 53v, c’est un ajout dans la marge du Cahier de mise au net 10 : « “Madame sait tout <Madame est pire que ces rayons x qui vous traversent jusqu’au cœur”> » (f. 2812 ◉). La note signifie probablement que Proust s’interroge sur la date de la découverte de Rœntgen, afin d’éviter un anachronisme, qu’il commet pourtant puisqu’il laisse la remarque de Françoise et enrichit même la phrase sur les dactylographies : on « a fait venir » les rayons X « pour Madame Octave » (NAF 16733, f. 9513 ; NAF 16730, f. 99 ; Du côté de chez Swann, p. 65-6614 ; « Bibliothèque de la Pléiade », I, p. 53 et n. 1). Dans sa préface à Les Plaisirs et les jours (1896), Anatole France rapprochait la pénétration psychologique de l’auteur et la découverte de Rœntgen : « Soudain [...] passe une flèche lumineuse, un éclair qui, comme le rayon du docteur allemand, traverse les corps. D’un trait le poète a pénétré la pensée secrète, le désir inavoué. » (Les Plaisirs et les jours, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 4 et la n. 1 d’Yves Sandre). Il est possible que Proust se soit souvenu de cette notation en écrivant l’ajout du Cahier 10, f. 28, sur la mère du héros.

Cahier 10, f. 28

Cahier 10, f. 28

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f31.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

6. Douleurs après l’accouchement / femme enceinte

Proust semble vouloir vérifier si après avoir accouché, une femme peut éprouver des douleurs violentes, et de quelle nature, en vue de l’épisode de la fille de cuisine de Combray : « la Charité de Giotto très malade de son accouchement récent ne pouvait se lever […]. » (Cahier 63, f. 4015 ◉ ; Du côté de chez Swann, p. 14916) et plus loin : « Une <de ces> nuit<s> qui suivirent l’accouchement de la fille de cuisine, la malheureuse fut prise d’atroces douleurs <coliques hépatiques> […] le médecin nous avait dit que si elle a qui les craignait […] » (Cahier 63, f. 4217 ◉ ; Du côté de chez Swann, p. 15018). Comme le suggèrent leur graphie et leur thématique commune, cette note et les deux ou trois précédentes font partie d’un même ensemble : on peut se demander si, en 1909, Proust n’avait pas l’intention de consulter, à leur sujet, un médecin hospitalier, familier de radiothérapie et de gynécologie – son frère le docteur Robert Proust, par exemple.

Cahier 63, f. 40

Cahier 63, f. 40

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f42.image.r=NAF%2018313.langFR

Cahier 63, f. 42

Cahier 63, f. 42

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f44.image.r=NAF%2018313.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

7. onyx et agate mousse

L’onyx et l’agate mousse sont deux variétés d’agate. Ayant récemment relu son Cahier 5, Proust voulait sans doute introduire l’onyx dans l’évocation suivante des Guermantes : « Les <divers> Guermantes étaient <re> <restaient> en effet <ça et là> <re reconnaissables> dans le minerai précieux <la pierre rare> de la ha société aristocratique, comme des reconn <où on les apercevait ça et là> comme des veines un <les> <ces> filon<s> d’une matière plus blonde, plus étrange plus précieuse qui veinent de leur présence un morceau d’agate <de jaspe> ; on reconnaissait l ils circulaient on les reconnaissait <discernait>, on suivait le souple et au sein du <de ce> minerai qu’<> ils épousaient <où ils étaient mêlés> <où ils passaient leur vie,> la souple circulation <cri ondoiement> de leurs crins d’or, comme cette <douce> chevelure, presque lumineuse qui court <, dépeignée,> dans le flanc de l’agate mousse. Et dans ma vie <aussi> avait été <à plusieurs endroits de sa surface ou de ses profondeurs> traversée et et <ou> frôlée ça et là par <comme une autre pierre,> les tresses brillantes ce/leur fil de clarté. » (Cahier 5, f. 5619 ◉). Cette évocation de la blondeur des Guermantes est ultérieurement reprise dans le Cahier 42 (f. 2220 ◉), mais ce n’est que dans le manuscrit de mise au net du Côté de Guermantes II, en 1916, que Proust introduit l’onyx : « dans la matière même, si précieuse fût-elle, de la société aristocratique où on les trouvait engainés çà et là les Guermantes étaient faciles restaient reconnaissables, faciles à discerner et à suivre, comme les filons d’une pierre blonde qui veinent le jaspe et l’onyx ou <plutôt encore> comme le souple ondoie[ment] de cette chevelure de clarté dont les crins dépeignés courent comme des/e rayons flexibles rayons dans les flancs de l’agate-mousse. » (NAF 16706, f. 1621 ◉ ; cf. Le Côté de Guermantes II-Sodome et Gomorrhe I, p. 11722). L’évocation des Guermantes dans le Cahier 5 a pu être inspirée à Proust par la consultation de l’ouvrage de Ruskin Deucalion and other Studies in Rocks and Stones (The Works of John Ruskin, Library Edition, London, 1906, vol. XXVI), qui contient de nombreuses mentions et descriptions de ces deux minéraux, en particulier des agates, et notamment des agates mousse (voir par ex. p. 377 : « moss agates are of two kinds, brown and green, the one really like moss, the other filiform and like seaweed », p. 500, 525, passim). Mais il est vraisemblable que c’est plutôt en lisant l’Introduction de The Crown of Wild Olive que Proust a rencontré le nom rare de l’« agate mousse ». Le passage, absent de l’édition de Georges Elwall qu’il possédait (1900), avait été traduit par Robert de La Sizeranne dans Ruskin et la religion de la beauté (Hachette, 1897, p. 28723) et dans Pages choisies (Hachette, 1908, p. 37). Le projet de ce dernier recueil ayant été l’objet d’un différend entre les deux hommes (Proust s’étant « effacé » devant La Sizeranne : voir Corr., t. XXI, lettre no 455 et t. XVI, lettre n7) et La Sizeranne en ayant fait l’envoi dédicacé à Proust en 1908 (ibid., t. XXI, p. 610, n. 4), on peut penser que ce dernier lui aura accordé quelque attention. Le passage évoqué du Côté de Guermantes II semble un pastiche de ce passage de La Couronne d’olivier sauvage traduit par Robert de La Sizeranne : « Là, juste où le jaillissement de l’eau immaculée, tremblante et pure comme un faisceau de lumière entrait dans l’étang de Carshalton en se taillant un chenal lumineux jusqu’au gravier, […], qu’elle traversait avec ses profonds filets de clarté, comme la calcédoine dans l’agate-mousse et étoilée çà et là de la blanche grenouillette […] » (Pages choisies, éd. citée, p. 37). À l’« eau… tremblante » correspond chez Proust « l’ondoiement », au « chenal lumineux » les veines de blondeur, aux « filets de clarté », enfin, la blondeur des « filons » et la « chevelure de clarté ». Cependant l’onyx ne figure nulle part dans Pages choisies, et ne fait qu’une apparition fugitive dans Ruskin et la religion de la beauté (p. 36) : comme Proust l’associera finalement au jaspe, il s’agit peut-être d’un souvenir de La Canne de jaspe, recueil de nouvelles d’Henri de Régnier qu’il avait pastiché dans le Cahier 5, et où l’onyx apparaît à plusieurs reprises, notamment dans « Monsieur d’Amercœur » (La Canne de jaspe, Paris, Mercure de France, 1897, p. 73, 74, 79, 80).

Cahier 5, f. 56

Cahier 5, f. 56

BNF, Manuscrits, NAF 16645. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000472j/​f59.image.r=NAF%2016645.langFR

Cahier 42, f. 22

Cahier 42, f. 22

BNF, Manuscrits, NAF 16682. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000500d/​f25.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016682.langFR

NAF 16706, f. 16

NAF 16706, f. 16

BNF, Manuscrits, NAF 16706. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000661f/​f34.image.r=.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

8. Abbeville (tours)

Nouveau renvoi à Ruskin. Dans sa traduction de La Bible d’Amiens, Proust mentionnait à plusieurs reprises l’amour et l’attachement de ce dernier pour les tours de l’église Saint-Vulfran à Abbeville. Il donnait ainsi en note un long extrait de Praeterita où Ruskin décrit un « moderne voyageur fashionable » dont le train s’arrête en gare d’Abbeville : « “Au moment où le train se remet en marche, il pourra voir, s’il se soucie de lever pour un instant les yeux de son journal, deux tours carrées que dominent les peupliers et les osiers du sol marécageux qu’il traverse. […] je ne sais guère jusqu’à quel point je pourrai arriver à faire comprendre au lecteur, même le plus sympathique, l’influence qu’elles ont eue sur ma propre vie.” […] “comme plaisir joyeux et sans mélange, arriver en vue d’Abbeville par une belle après-midi d’été, sauter à terre dans la cour de l’hôtel de l’Europe et descendre la rue en courant pour voir Saint-Wulfran avant que le soleil ait quitté les tours, sont des choses pour lesquelles il faut chérir le passé jusqu’à la fin”. » (La Bible d’Amiens, p. 10524-106, n. 2.) Dans sa préface, Proust récrit la citation qu’il a traduite en note : « “Courir à Saint-Wulfram d’Abbeville, nous dit-il, avant que le soleil ait quitté les tours, fut toujours pour moi une de ces joies pour lesquelles il faut chérir le passé jusqu’à la fin.” » (ibid., p. 6525. Notons que la fin de la citation de Ruskin avait été reprise par Proust quelques mois plus tôt, en février 1909, dans une lettre à Armand de Guiche : Corr., t. IX, p. 50). L’amour du passé que communiquent à Ruskin ces tours de l’église d’Abbeville fait écho à celui du héros pour l’église de Combray : à la différence du curé, il s’attache à tout ce qui est ancien, voire vétuste, dans cette « grossière » église.

Retour vers la transcription du f. 12v

9. Maison des Archers

Cette note renvoie à l’une des additions pour les promenades autour de Combray que Proust semble être en train de rédiger vers cette époque (novembre 1909) sur les versos du Cahier 12 ; il s’agit soit d’un mémento pour ne pas oublier d’inclure cette « Maison des Archers », soit d’une interrogation sur cette appellation pseudo-médiévale ou archaïsante, de la même manière que Proust s’interroge un peu plus loin, à propos de pages contiguës du Cahier 12, sur l’existence d’une artillerie au xie siècle ou sur les guetteurs des châteaux (voir f. 13, n. 3 et 4). Elle est intégrée dans une longue addition sur les lilas : « D’autres <étaient> cachés <en partie> par une petite maison de tuile <brique> rouge, à hauts pignons, l’air d’un bibelot ancien, qu’on appelait la Maison des Archers et qui servait de loge au concierge, <et dont l’un> dépassait son/le toit d’une flèche élancée […] <de sa flèche mauve presque rose comme d’un minaret peint>, et les autres entremêlaient <en jouant> au dessus du pignon les joyeuses fusées de leurs fleurs <guirlandes fleurs> mauves et blanches. » (Cahier 12, f. 20v26 ◉). Le texte de mise au net, plus resserré, ne se trouve pas dans le Cahier 63, avec lequel s’arrête le travail des copistes puis des dactylographes de 1909, mais dans le cahier qui en prend le relais, le Cahier 68 (voir f. 827 ◉), dont le texte est ultérieurement dicté par Proust à son valet de chambre et secrétaire occasionnel, Nicolas Cottin (voir le Reliquat manuscrit, NAF 16703, f. 3628 ◉ ; Du côté de chez Swann, p. 16629). C’est au moment où il est en train d’achever le feuilleton destiné au Figaro que Proust, vers la mi ou la fin novembre 1909, a dû reprendre le texte de la promenade du côté de chez Swann dans ce Cahier 68 en y opérant notamment l’intégration des aubépines (voir f. 13, n. 1). Il existe aujourd’hui à Illiers-Combray, dans le jardin du Pré Catelan conçu par Jules Amiot, l’oncle de Marcel Proust, et qui est tenu pour le modèle du parc Swann, une bâtisse de brique connue sous le nom de « Maison des Archers ». Mais il y a tout lieu de croire que ce nom lui a été attribué d’après le texte de la Recherche à la suite de la création de la « Société des Amis de Combray », qui, en 1947, signa le bail de location du jardin, où la maison était désignée ainsi : « grotte avec pavillon, dessus comprenant deux pièces au rez-de-chaussée et une pièce au-dessus » (Bulletin de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray, no 1, 1950, p. 47-48 ; le « pavillon dit “Maison des Archers” » devint peu à peu la bibliothèque de la Société : ibid., no 2, 1951-1952, p. 124-125). Lors de la mise au net Proust place la « Maison des Archers » à l’orée du parc Swann, et le signifiant garder figure deux fois dans le passage (« où logeait le gardien », les lilas « jeunes houris qui gardent dans nos jardins […] », NAF 16703, f. 3630 ; cf. Du côté de chez Swann, p. 16631), si bien qu’on peut se demander si le nom « Maison des Archers », sur la pertinence duquel Proust semble s’interroger ici, n’est pas né du désir de créer un écho inversé à la citation antisémite du grand-père du héros : « “Archers, faites bonne garde !” » (Du côté de chez Swann, p. 11232).

Cahier 12, f. 20v

Cahier 12, f. 20v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f23.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR

Cahier 68, f. 8

Cahier 68, f. 8

BNF, Manuscrits, NAF 18318. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001446/​f10.image.r=NAF%2018318.langFR

NAF 16703, f. 36

NAF 16703, f. 36

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f78.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Retour vers la transcription du f. 12v

10. polygala alpina / cœur bleu entouré de neige

Ruskin évoque cette fleur parmi beaucoup d’autres au début du chapitre VI des Sept Lampes de l’architecture, « The Lamp of Memory », où il décrit une promenade dans le Jura : « […] the small sapphire buds of the Polygala Alpina » (The Seven Lamps of Architecture, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. VIII, 1903, p. 221-247 ; citation p. 223). Proust lut à la Bibliothèque nationale, à l’automne de 1899, la traduction qu’Olivier Georges Destrée avait donnée de ce chapitre quelques années plus tôt : « C’était le printemps, aussi, et toutes ces fleurs croissaient en grappes serrées comme par amour […]. Il y avait l’anémone des bois, étoile par étoile […], il y avait des oxalis en troupes suivies comme de virginales processions du mois de Marie, qui bouchaient comme d’une neige serrée les sombres fentes verticales du calcaire garni de lierre […] ; de temps en temps un jaillissement bleu de violettes, et les clochettes des primevères aux places ensoleillées ; et à l’endroit le plus découvert, la vesce, la consoude et le mezéréon, les petits bourgeons de saphir de la Polygala Alpina, le fraisier sauvage avec une ou deux fleurs seulement […]. » (« Un chapitre de Ruskin : Les Sept Lampes de l’Architecture », traduit par Olivier Georges Destrée, La Revue générale, t. LVII, octobre 1895, p. 481-499, citation p. 484 ; voir Corr., t. II, p. 367 et n. 3, lettre à Pierre de Chevilly du [13 octobre 1899] ; Cynthia Gamble, « Adrien Proust et John Ruskin : la mort inspiratrice du travail proustien », Bulletin Marcel Proust, no 54, 2004, p. 37-50, en particulier p. 38). Il est possible néanmoins que Proust ait découvert la polygala alpina et ses « petits bourgeons de saphir » plus tôt, car la promenade dans le Jura faisait partie des fragments traduits par Robert de La Sizeranne dans une livraison de la Revue des Deux Mondes de juin 1896 – et l’on sait que Proust avait eu connaissance de la précédente, déjà consacrée à Ruskin (« La Religion de la beauté. Étude sur John Ruskin. I. Sa physionomie », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1895, et « II. Ses paroles », ibid., 1er juin 1896, voir p. 67633 : « […] les petits bourgeons de saphir de la Polygala Alpina » ; Ruskin et la religion de la beauté, Paris, Hachette, 1897, p. 12834 ; voir Philip Kolb, « Proust et Ruskin ; nouvelles perspectives », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, no 12, 1960, p. 263-264 ; Jean Autret, Ruskin and the French before Marcel Proust, Genève, Droz, 1966, p. 69). Dans un « Salon » retrouvé qui date du début de 1903 (et à la publication dans Le Figaro duquel la comtesse Greffulhe s’était opposée : voir Corr., t. III, lettre no 166 et t. IX, lettre no 72), la fleur ruskinienne était intégrée à une métaphore ; or les termes en seront repris dans l’Agenda : « “M. Fauré”, le grand musicien à la jolie figure inspirée et fine sous la neige précoce et comme factice de ses cheveux blancs, sous laquelle flambent ses yeux bleus comme des fleurs de polygala alpina sous la neige […]. » ([« Le salon de la comtesse Greffulhe »], in Laure Hillerin, La Comtesse Greffulhe. L’ombre des Guermantes, Paris, Flammarion, coll. « Biographies », 2014, p. 464). Proust avait à nouveau mentionné la polygala alpina en 1905 dans son article « Un professeur de beauté », à propos du goût partagé de Montesquiou et de Ruskin pour « le mot technique, le terme juste qui est souvent le terme rare » : « C’est ainsi que Ruskin, dans la représentation florale la plus vague, la plus simplifiée d’une enluminure de manuscrit du xiiie siècle, nomme immédiatement l’épine rose et la Polygala alpina […] » – ce qui était évidemment une caricature du passage des Sept Lampes (Les Arts de la vie, 15 août 1905 ; Essais et articles, p. 517, 515). Or la fleur ruskinienne réapparaît, mais sans être nommée, dans la partie envers du Cahier 64 où Proust a mis au net les développements du Cahier 12 consacrés aux jeunes filles à Querqueville : « Il y avait une blonde <<souvent> tout en blanc> (peut’être transporter cela pour Mlle Swann) à la douce peau blanche et vernie comme<,> et au milieu seulement les deux petits cœurs <fleurs> bleus de deux yeux comme au cœur de certaines fleurs blanches des alpes [sic], les petites étoiles bleu vif <et profond> de ses yeux. » (Cahier 64, f. 13435 ◉). Le projet aussitôt envisagé dans la parenthèse de « transporter » cette description florale des yeux d’une jeune fille de la « petite bande » de Querqueville à la « Mlle Swann » de Combray indique que Proust songe déjà à la mise au net d’autres parties du Cahier 12, celles qui sont consacrées à la première rencontre avec la jeune fille dans le parc Swann. Dans la première version en effet, une Mlle Swann aux yeux de myosotis apparaît entourée d’une palette de fleurs du même ton : « Je me rappelle qu’un jour comme nous passions devant la barrière blanche nous vîmes la petite Swann aperçûmes […] la petite Swann en capote rose qui co venait de couper quelques fleurs de pervenche, de lobélia et de myosotis. Elle avait elle-même les yeux singulièrement bleus, pas précisément beaux, pas grands, d’un bleu pas transparent, comme deux petites fleurs de n’oubliez pas d’un bleu doux et nullement transparent. […] elle me regarda. […] les deux petites fleurs de myosotis semblèrent sortir légèrement des paupières, <me> toucher » (Cahier 12, f. 2136-2237 ◉). Dans la deuxième version du cahier (qui précède l’unité textuelle sur les jeunes filles à Querqueville mise au net dans le Cahier 64), les yeux de la fillette sont devenus violets, les myosotis étant alors entourés de boutons d’or, de reines-marguerites et d’iris (Cahier 12, f. 10538-10639 ◉). Quand il consigne plus tard dans l’Agenda la note : « polygala alpina / cœur bleu entouré de neige », Proust est précisément en train de relire le Cahier 12 (voir la n. précédente, et n. 3 et 4 du f. 13), ce qui a pu lui rappeler le fragment du Cahier 64 qu’il avait pensé destiner à Mlle Swann. Il aurait retrouvé le nom exact de la fleur alpine, s’il l’avait oublié, lors de sa récente relecture du recueil de La Sizeranne Pages choisies (p. 8, voir supra, n. 7) ; la note de l’Agenda ajoutant à la reprise de l’image du Cahier 64 (« cœur bleu ») celle qui figurait dans le « Salon » de 1903 (« sous la neige »/« entouré de neige »), Proust a peut-être aussi remis la main sur ce texte. Quand il fera ensuite, dans le Cahier 68, deux mises au net successives de la rencontre avec Mlle Swann, les yeux de Gilberte seront redevenus bleus, mais leur description sera très sobre, et la fleur ruskinienne, absente (f. 14 40 ◉ et 17 : « elle jeta <en avant et de côté> ses yeux bleus », « une petite fille rousse, couverte de taches de rousseur, aux yeux bleus perçants » ; f. 24 : « Elle jeta en avant et de côté ses pupilles d’un bleu clair […] » ; voir aussi Cahier 14, f. 65). Dans la dernière mise au net, très proche du texte définitif, des héliotropes, des verveines et des giroflées entoureront Gilberte qui aura désormais les yeux noirs, leur couleur bleue n’étant plus que l’effet de l’imagination et du désir (NAF 16703, f. 4341 ; cf. ibid., f. 32 ; Du côté de chez Swann, p. 17242). D’autre part la polygala alpina de l’Agenda est peut-être un chaînon parmi d’autres dans le processus qui conduisit Proust à introduire dans son livre la thématique des aubépines, que concerne la note suivante (voir f. 13) : rappelons que, dans le texte de Ruskin, la fleur côtoie des « oxalis en troupes suivies comme de virginales processions du mois de Marie », et que Proust, dans l’article de 1905 déjà cité, l’associait lui-même à « l’épine rose ».

Cahier 64, f. 134 (après rotation 180°)

Cahier 64, f. 134 (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 18314. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000140j/​f136.image.r=NAF%2018314.langFR

Cahier 12, f. 21

Cahier 12, f. 21

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f23.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 12, f. 22

Cahier 12, f. 22

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f24.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 12, f. 105

Cahier 12, f. 105

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f107.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 12, f. 106

Cahier 12, f. 106

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f108.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 68, f. 14

Cahier 68, f. 14

BNF, Manuscrits, NAF 18318. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante :
http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001446/​f16.image.r=NAF%2018318.langFR

Retour vers la transcription linéaire du f. 12v

f. 13

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 13

f. 13

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

pistils, a/étamines 1.
Sire de Guermantes peut-il etre dans vitrail debout 2.
Artillerie XIe siècle 3.
Créneaux veilleur 4.

381 à Levallois5

Notes critiques

1. pistils, a/étamines

Proust note peut-être ces termes de botanique pour en vérifier le sens – le pistil, organe femelle de la plante, reçoit, grâce à la pollinisation par le vent ou les insectes, les grains de pollen fécondants produits par les étamines, l’organe mâle –, auquel cas il pourrait avoir l’intention de se reporter à L’Intelligence des fleurs de Maeterlinck où sont longuement développés différents types d’« union des étamines et du pistil » (Fasquelle, 1907, p. 23, p. 32-52). Quand il prend cette note, il n’a en effet probablement pas encore rédigé le long morceau sur les aubépines qui figure sur les derniers versos du Cahier 12, en regard de la deuxième description du parc Swann et de la deuxième version de la rencontre avec Mlle Swann devenue Gilberte (Cahier 12, f. 95v43-99v, 101v-104v ; voir aussi la mention préparatoire en marge de la première version du parc Swann : « tout bourdonnant de l’odeur des aubépines » ibid., f. 2144, intégrée à l’étape du montage dans le Cahier 68). Les deux termes y reviennent, associés aux fleurs blanches, les étamines en « bouquets » ou « flots » (f. 99v45 ◉, 96v46 ◉, 101v47 ◉), plus souvent que les pistils (f. 96v : « ces bouquets de pistils blonds et roses » ; f. 106v48 ◉ : « la fleur […] s’effile dans ses pistils, luit dans sa blancheur »). Voir Bernard Brun, « Brouillons des aubépines », Cahiers Marcel Proust 12, Études proustiennes V, Paris, Gallimard, 1984, p. 215-304, notamment les p. 218, 220, 222-223, 223-224. Les aubépines ne faisaient auparavant qu’une apparition fugitive dans le Cahier 4, déjà associées à Mlle Swann, mais encore situées du côté de Villebon/Garmantes (Cahier 4, f. 31-3249, f. 4150 ; voir Claudine Quémar, « Sur deux versions anciennes des “côtés” de Combray », Cahiers Marcel Proust 7, Études proustiennes II, Paris, Gallimard, 1975, p. 167, 174-175). Comme nous l’avons suggéré dans la note précédente, la polygala alpina qui est mentionnée juste avant dans l’Agenda peut être liée aux développements sur l’aubépine, le mois de Marie et l’épine rose qui se greffent dans le Cahier 12, car elle est associée par Proust à l’« épine rose » depuis 1905, via le souvenir de Ruskin (voir f. 12v, n. 10).

Cahier 12, f. 99v

Cahier 12, f. 99v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f102.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 12, f. 96v

Cahier 12, f. 96v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f99.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 12, f. 101v

Cahier 12, f. 101v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f104.image.r=NAF%2016652.langFR

Cahier 12, f. 106v

Cahier 12, f. 106v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f109.image.r=NAF%2016652.langFR

Retour vers la transcription du f. 13

2. Sire de Guermantes peut-il etre [sic] dans vitrail debout

Cette question de Proust renvoie à l’un des deux « sires de Guermantes » qui, représentés dans les vitraux de l’église de Combray, sont évoqués à deux pages de distance au début du Cahier 63, lors de la conversation entre le curé et la tante Léonie. Il ne s’agit pas de Gilbert le Mauvais représenté en train de recevoir l’absolution de Saint-Hilaire (Cahier 63, f. 2) : sa position n’est jamais précisée au fil des versions mais, selon toute vraisemblance, il doit être agenouillé en signe de repentance (voir Du côté de chez Swann, p. 12851). Mais deux pages plus loin le curé évoque « ce grand sire de Guermantes qui est au dessus de la chapelle de la Vierge […] ce grand vitrail d’un sire de Guermantes qui est au dessus de la chapelle de la Vierge et qui est si grand, tout en haut avec son doigt levé et qui a l’air d’un roi de jeu de cartes. » (Cahier 63, f. 452 ◉ ; cf. Cahier 8, f. 64). Or dans les jeux de cartes traditionnels français, à « portraits » ou patrons figés, les rois, reines et valets sont en effet représentés debout, la forme dite « à deux têtes » que nous connaissons aujourd’hui n’ayant été autorisée qu’en 1827 (voir Cinq siècles de cartes à jouer en France53, [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, septembre-octobre 1963). Proust se demande donc si le vitrail qu’il imagine n’enfreint pas les règles de l’iconographie religieuse, en représentant ainsi un seigneur debout, en majesté (l’abbé Marquis dans son ouvrage Illiers [1907] s’offusque que, dans un vitrail moderne de l’église Saint-Jacques, « deux personnages non canonisés sont sur le même plan, de la même taille que le Christ et deux saints » [p. 197]). Lorsque ce passage est déplacé quelques pages plus loin dans le Cahier 63 pour illustrer les goûts du héros opposés à ceux du curé, l’image se maintient – et se maintiendra jusqu’au texte définitif –, mais le « Sire de Guermantes » disparaît : le vitrail est « rempli dans toute sa grandeur <hauteur grandeur> par le un seul personnage, pareil à un Roi de jeu de cartes, et qui vivait là haut entre ciel et terre » (Cahier 63, f. 954 ◉ ; cf. NAF 16733, f. 15155 et NAF 16730, f. 153 ; Du côté de chez Swann, p. 7256). Ce personnage pourrait fort bien être une figure divine, l’apothéose d’un mortel se renversant alors en humanisation d’un dieu. Proust n’a donc pas obtenu de réponse, ou pas de réponse positive, à sa question.

Cahier 63, f. 4

Cahier 63, f. 4

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f6.image.r=NAF%2018313.langFR

Carte à jouer française représentant le roi de cœur, xviiie siècle

Carte à jouer française représentant le roi de cœur, xviiie siècle

Dauphiné ; Lyon ; Paris, [s.n.], entre 1720 et 1789, BNF, Estampes et Photographie, RESERVE KH- 167 (3, 111) -BOITE FOL

Cahier 63, f. 9

Cahier 63, f. 9

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f11.image.r=NAF%2018313.langFR

Retour vers la transcription du f. 13

3. Artillerie XIe siècle

Question relative à l’évocation du château des anciens comtes de Combray, que Proust développe sur un verso du Cahier 12 : « De ce château <fort> […] <ne subsistait plus intacte que la grosse tour dans laquelle on mon pouvait monter encore entrer encore> Il avait Élevé au XIe siècle, à une époque où l’artillerie n’existait pas encore, il était suffisa Les Comtes de Combray l’avaient élevé dans cette prairie au XIe siècle quand l’artillerie n’existait pas encore et où il était suffisamment défendu sans être situé sur une éminence. La Vivonne <le> fermait un de ses côtés du côté nord et alimentait <ses fossés> par des écluses. Il s’était défendu souvent contre les attaques des Sires de Guermantes et des Abbés de St Ligier […] » (Cahier 12, f. 17v57 ; version qui, esquissée au verso suivant, est en partie reformulée dans la marge). Proust, n’ayant sans doute pas pu faire la vérification appelée par sa note, a ensuite supprimé cette observation, bien qu’elle semble, du point de vue historique, correcte, une artillerie digne de ce nom n’apparaissant pas en France avant le milieu du xive siècle (NAF 16703, f. 7058 ; voir Du côté de chez Swann, p. 20559).

Cahier 12, f. 17v

Cahier 12, f. 17v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f20.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR

NAF 16703, f. 70

NAF 16703, f. 70

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f139.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Retour vers la transcription du f. 13

4. Créneaux veilleur

Autre question relative au château des anciens comtes de Combray, et renvoyant à la même page du Cahier 12 que la note précédente, dans la marge. Proust cherche sans doute à vérifier s’il peut parler des créneaux de ce château, d’où des arbalétriers lançaient des projectiles et des guetteurs veillaient : « Ce n’était plus que par place çà et là […] le reste d’une muraille ou d’une tourelle bossuant la prairie, s’élevant à peine audessus des herbes, comme un passé, <entrain [sic] de> rentrer sous terre et qui se penche encore, […] créneau d’où jadis le guetteur surveillait le pays ou l’arbalétrier lançait des pierres, maintenant couché au ras de l’herbe au soleil […] » (Cahier 12, f. 17v60 ◉). Il ne modifiera plus cet aspect de la phrase (voir NAF 16703, f. 7061 ◉ et Du côté de chez Swann, p. 20562), mais y reviendra à l’étape de la révision des épreuves, en 1913 : voir f. 5v, n. 2 et f. 17v, n. 6. La présente note marque le terme de l’utilisation de l’Agenda pendant l’été et l’automne de 1909, lors du travail de mise au net dans les Cahiers 9, 10 et 63, et sur la dactylographie correspondant à ces trois cahiers. En effet, le troisième cahier (et la dactylographie de 1909) s’achève(nt) précisément au seuil des promenades des deux « côtés », c’est-à-dire au début du Cahier 12, qui a fait l’objet de plusieurs notes sur cette page (f. 13) et la précédente (f. 12v). Sur la poursuite du travail de Proust, voir aussi supra, f. 12v, n. 9.

Cahier 12, f. 17v

Cahier 12, f. 17v

1BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f20.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR

NAF 16703, f. 70

NAF 16703, f. 70

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f139.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Retour vers la transcription du f. 13

5. 381 à Levallois

Cf. Carnet 1, f. 4463 ◉, en bas de page : « 381 à Levallois Sureau », et f. 5064◉ : « 5 rue Raspail / 13 Ch Place de / Châteaudun Levallois / 381 » ; Carnet 2, f. 365 ◉ : « Albaret 5 rue Raspail <Levallois> 381 Sureau à Levallois » (Carnets, éd. citée, p. 107, 121 et 150). Selon Philip Kolb, le « 381 à Levallois » était le numéro de téléphone d’un débit de tabac au 13, place de Châteaudun, à Levallois-Perret, dont le propriétaire se nommait Sureau : « C’est chez Sureau que Proust pouvait faire téléphoner, quand il avait besoin du taxi d’Odilon Albaret qui habitait au 5 rue Raspail à Levallois » (Le Carnet de 1908, éd. citée, p. 192, n. 449). Or, selon Kolb, cet établissement recensé en 1913 dans le Paris-Hachette ne l’était pas dans celui « des années précédentes, ce qui semble indiquer qu’il s’est installé en 1912 » (ibid., p. 192-193). Proust avait eu recours aux services d’Odilon Albaret à Cabourg en 1907, quand celui-ci travaillait pour la compagnie de taxis Unic, et il utilisa régulièrement son taxi à Paris à partir de 1910 (Carnets, éd. citée, p. 107, n. 325). Mais c’est seulement lors de son mariage avec Céleste Gineste, le 28 mars 1913 (et non le 27 comme Céleste l’indique dans ses souvenirs : voir les actes de naissance de Céleste – en réalité Célestine – Gineste, née le 17 mai 1891, acte no 1766, et d’Odilon Albaret, né le 15 août 1881, acte no 11067), qu’Odilon emménagea au 5 rue Raspail à Levallois, à proximité du café Sureau (voir Corr., t. XXI, [août 1914], p. 659-660 et n. 2 ; Céleste Albaret, Monsieur Proust. Souvenirs recueillis par Georges Belmont, Paris, Robert Laffont, 1973, p. 14). Céleste avait recopié sur un aide-mémoire ce même numéro avec ceux d’amis de Proust et de certains commerces, probablement au début de son engagement, en 1913 (voir ibid., face à la p. 384). Cette note est donc probablement postérieure à l’installation du café Sureau et à l’emménagement d’Odilon Albaret près de ce café au printemps de 1913, et daterait de la « deuxième époque » de l’utilisation de l’Agenda.

Carnet 1, f. 44

Carnet 1, f. 44

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f45.image.r=NAF%2016637.langFR

Carnet 1, f. 50

Carnet 1, f. 50

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f51.image.r=NAF%2016637.langFR

Carnet 2, f. 3

Carnet 2, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f4.image.r=NAF%2016638.langFR

Retour vers la transcription du f. 13

Notes

1 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60005027/f67.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016691.langFR

2 http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee.fr

3 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049546s/f37.image.r=proust%20%C3%A0%20l%27ombre%20des%20jeunes%20filles%20en%20fleur.langFR

4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56755049/f22.image

5 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56755049/f52.image

6 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f59.image.r=NAF%2016638.langFR

7 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000658z/f53.image.r=NAF%2016640.langFR

8 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f24.image.r=NAF%2018313.langFR

9 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f347.image.r=NAF%2016733.langFR

10 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077207p/f381.image.r=NAF%2016752.langFR

11 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f86.image

12 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f31.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

13 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f207.image.r=NAF%2016733.langFR

14 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f71.image

15 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f42.image.r=NAF%2018313.langFR

16 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f154.image

17 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f44.image.r=NAF%2018313.langFR

18 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f155.image

19 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000472j/f59.image.r=NAF%2016645.langFR

20 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000500d/f25.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016682.langFR

21 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000661f/f34.image.r=.langFR

22 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600270w/f121.image

23 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6574713m/f303.image.langFR

24 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80148w/f106.image

25 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80148w/f66.image

26 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f23.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR

27 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001446/f10.image.r=NAF%2018318.langFR

28 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f78.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

29 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f171.image

30 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f78.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

31 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f171.image

32 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f117.image

33 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k871775/f687.image

34 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6574713m/f144.image.r=.langFR

35 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000140j/f136.image.r=NAF%2018314.langFR

36 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f23.image.r=NAF%2016652.langFR

37 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f24.image.r=NAF%2016652.langFR

38 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f107.image.r=NAF%2016652.langFR

39 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f108.image.r=NAF%2016652.langFR

40 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001446/f16.image.r=NAF%2018318.langFR

41 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f91.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

42 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f177.image

43 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f98.image.r=NAF%2016652.langFR

44 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f23.image.r=NAF%2016652.langFR

45 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f102.image.r=NAF%2016652.langFR

46 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f99.image.r=NAF%2016652.langFR

47 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f104.image.r=NAF%2016652.langFR

48 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f109.image.r=NAF%2016652.langFR

49 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004714/f33.image.r=NAF%2016644.langFR

50 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004714/f42.image.r=NAF%2016644.langFR

51 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f133.image

52 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f6.image.r=NAF%2018313.langFR

53 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6457050m.r=.langFR

54 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f11.image.r=NAF%2018313.langFR

55 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f323.image.r=NAF%2016733.langFR

56 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f77.image

57 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f20.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR

58 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f139.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

59 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f210.image.r=

60 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f20.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR

61 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f139.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

62 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f210.image

63 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f45.image.r=NAF%2016637.langFR

64 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f51.image.r=NAF%2016637.langFR

65 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006564/f4.image.r=NAF%2016638.langFR

66 Archives de Lozère, cote 4 E 011/10. Voir la page 195 : http://archives.lozere.fr/ark:/24967/vta5513fb91964d5/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_e68166aa45e91891cc2925129047f6ad#id:1082955007?center=1229.1977282736286,-961.0078007986112

67 Archives de Lozère, cote 4 E 034/23. Voir la page 109 : http://archives.lozere.fr/ark:/24967/vta54d8f4c00637a/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_9ad69fc448344b2ef3335bb1c00f727a#id:1409320245?center=1624,-1068

Table des illustrations

Titre f. 12v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Cahier 51, f. 64
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16691. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60005027/​f67.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016691.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Carnet 2, f. 58
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f59.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Carnet 4, f. 48
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16640. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000658z/​f53.image.r=NAF%2016640.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Cahier 63, f. 22
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f24.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Cahier 10, f. 28
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f31.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Cahier 63, f. 40
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f42.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Cahier 63, f. 42
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f44.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Cahier 5, f. 56
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16645. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000472j/​f59.image.r=NAF%2016645.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Cahier 42, f. 22
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16682. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000500d/​f25.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016682.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre NAF 16706, f. 16
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16706. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000661f/​f34.image.r=.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Cahier 12, f. 20v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f23.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Cahier 68, f. 8
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18318. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001446/​f10.image.r=NAF%2018318.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre NAF 16703, f. 36
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f78.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Cahier 64, f. 134 (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18314. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000140j/​f136.image.r=NAF%2018314.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Cahier 12, f. 21
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f23.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Cahier 12, f. 22
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f24.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Cahier 12, f. 105
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f107.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Cahier 12, f. 106
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f108.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Cahier 68, f. 14
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18318. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante :http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001446/​f16.image.r=NAF%2018318.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre f. 13
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Cahier 12, f. 99v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f102.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Cahier 12, f. 96v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f99.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Cahier 12, f. 101v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f104.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Cahier 12, f. 106v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f109.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Cahier 63, f. 4
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f6.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte à jouer française représentant le roi de cœur, xviiie siècle
Légende Dauphiné ; Lyon ; Paris, [s.n.], entre 1720 et 1789, BNF, Estampes et Photographie, RESERVE KH- 167 (3, 111) -BOITE FOL
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Cahier 63, f. 9
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f11.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Cahier 12, f. 17v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f20.r=fonds%20proust%20NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre NAF 16703, f. 70
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f139.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Cahier 12, f. 17v
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre NAF 16703, f. 70
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f139.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Carnet 1, f. 44
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f45.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Carnet 1, f. 50
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f51.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Carnet 2, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16638. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006564/​f4.image.r=NAF%2016638.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1470/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access