Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Proust, L’Agenda 1906

 | 
Nathalie Mauriac Dyer
, 
Françoise Leriche
, 
Pyra Wise
, 
et al.

2. Notes de la fin de l’été ou de l’automne 1909

f. 11, 11v, 12

Texte intégral

f. 11

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 11

f. 11

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

élevation 1, préface.
balsamine 2
lèvres de l’Envie 3.
s’élevant, décrivant des courbes, fendant l’air obliquement fondant vers le sol la tête en bas à grand renfort de leurs ailes qui leur permettent de se maintenir dans des positions contraires aux lois de la pesanteur 4.
Procris et Céphale, Esaque et Hespérie 5.
Maladie de la bouche 6
dos des livres 7
trois hrs ½ vêpres 8
relevé plan 9
solide 10

Notes critiques

1. élevation [sic]

Renvoi à la conversation entre tante Léonie et Françoise, reprise du Cahier 8 (f. 50) : « Françoise imaginez-vous que Madame Goupil est passée plus d’un quart d’heure en retard pour aller à la messe, cela ne me surprendrait point qu’elle <ne> soit arrivée avant <que/’ pour après> l’élévation. » (Cahier 10, f. 301 ◉). Dans le texte final, amendé sur les placards Grasset, la conversation est enrichie d’éléments pittoresques mais le terme n’est pas modifié : « Françoise, imaginez-vous que Mme Goupil est passée plus d’un quart d’heure en retard pour aller chercher sa sœur ; pour peu qu’elle s’attarde sur son chemin cela ne me surprendrait point qu’elle arrive après l’élévation. » (Du côté de chez Swann, p. 672.) Cette obsession de tante Léonie revient dans le cours du récit comme un leitmotiv : « Tiens disait ma tante <en se frappant le front,> cela me fait penser que je n’ai point su si elle était arrivée hier à l’église après l’élévation. Il faudra que je pense à le demander à Eulalie… » (Cahier 10, f. 51 ; cf. Du côté de chez Swann, p. 1243) ; et enfin, après le départ d’Eulalie : « “Est-ce qu’Eulalie est déjà partie ? Croyez-vous que j’ai oublié de lui demander si Madame Goupil était arrivée à la messe avant l’élévation ! Courez vite après elle.” Mais on <Françoise> ne pouvait rattraper revenait n’ayant pu rattraper Eulalie. » (Cahier 63, f. 25 ; Du côté de chez Swann, p. 1334). Proust semble avoir envisagé de remplacer « élévation » par « préface » et avoir noté ces termes pour en vérifier la définition. La préface, au sens liturgique, est la « partie initiale du canon de la messe (chantée ou récitée) qui sert de préambule à la consécration » (Trésor de la langue française), tandis que l’élévation est le moment où le prêtre élève l’hostie et le calice après la consécration pour l’adoration des fidèles. En conservant l’hypothèse d’une arrivée à la messe après l’élévation, Proust rend le (potentiel) retard de Mme Goupil encore plus considérable : elle n’arriverait que pour la communion.

Cahier 10, f. 30

Cahier 10, f. 30

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f33.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

2. balsamine

Proust souhaite sans doute vérifier la couleur de cette plante pour la description d’Eulalie, qu’il a reprise du Cahier 8 (f. 55) : « Elle portait au-dessus d’une mante de drap noir un petit béguin blanc, presque de religieuse, et une maladie de peau donnait à une partie de ses joues et à son nez recourbé le<s> <tons> rose vif de la balsamine, du papier de dentelle qu’on mettait <à l’église> sous les vases de l’autel, du reflet que le soleil couchant mettait quelquefois sur le porche de l’église, ou “des biscuits roses” de chez Camus. » (Cahier 10, f. 385 ◉). Au stade de la correction des premières épreuves, Proust supprime la fin de la phrase, juste après « balsamine » (placard 11, colonnes 1 et 2 ; cf. Du côté de chez Swann, p. 846). La famille des balsamines comprend des fleurs de couleurs diverses, mais la balsamine des jardins offre une gamme de tons roses, allant du rose pâle au rose vif, jusqu’à l’écarlate et au violet. Voir aussi infra, f. 17v, n. 5.

Cahier 10, f. 38

Cahier 10, f. 38

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f41.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

3. lèvres de l’Envie

Note concernant la description des fresques des Vices et des Vertus peintes par Giotto à la chapelle de l’Arena à Padoue, dont M. Swann a donné des reproductions au héros. « L’Envie, elle, aurait davantage une certaine expression d’envie. Mais dans cette fresque là encore, le symbole tient tant de place et est représenté comme si réel, le serpent qui siffle aux lèvres de l’Envie est si gros, et <il> remplit si complètement sa bouche grande ouverte, que tous les muscles de son visage <sa figure> sont <dis>tendus <pour pouvoir le contenir> comme ceux d’un enfant qui gonfle un ballon avec son souffle, et que l’attention de l’Envie — et la nôtre du même coup — tout entière concentrée sur l’action de ses lèvres, n’a guère de temps à donner à <des> pensées envieuses. » (Cahier 10, f. 437 ◉ ; cf. Du côté de chez Swann, p. 998-100.) Proust souhaite peut-être se reporter à une reproduction de l’allégorie de l’Envie (qu’il avait vue in situ à Padoue en 1900, lors de son voyage en Italie) pour y confronter sa description. La rédaction préparatoire, sur une feuille volante, indiquait en effet une hésitation importante entre « les lèvres » et « la bouche » de la figure : « L’e/Envie a peut’être <, elle, aurait peut’être> davantage une <certaine> expression d’envie. Mais là encore le symbole tient tant de place, et est représenté comme si réel, que le serpent qu <si effectif> le serpent qui siffle de ses lèvressa bouche ses/aux lèvres <de l’Envie>> est si gros, pénêtre il remplit si co complètement sa bouche <ses lèvres ouvertes aussi largement que possible>, que tous les muscles de son visage sont occupés à le contenir (<distendus> comme si elle dans le visage d’un enfant <distendu> qui gonfle un ballon avec son souffle), et que <toute> son attention est évidemment — et la nôtre du même coup — est évidemment accaparée <concentrée> dirigée d’une façon exclusive sur ses lèvres et <l’action de> ses lèvres et n’a pas a pas <beaucoup> le temps de se détourner sur d’envieuses pensées. » (Reliquat manuscrit NAF 16703, f. 179 ◉). C’est la lecture de Ruskin qui avait suscité l’intérêt de Proust pour Giotto (voir Giotto and his Works in Padua, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXIV, 1906, p. 7-123). L’Envie est reproduite par Ruskin dans Fors clavigera, éd. citée, vol. XXVII, 1907 (planche II, face à la p. 111).

Cahier 10, f. 43

Cahier 10, f. 43

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f46.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

NAF 16703, f. 17

NAF 16703, f. 17

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f40.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Allégorie de l’Envie par Giotto

Allégorie de l’Envie par Giotto

Photographie de Carlos Naya, BNF, Estampes, coll. Armand, Ad 34a. t. 39, RC-A-45959

Retour vers la transcription du f. 11

4. s’élevant, décrivant des courbes […] contraires aux lois de la pesanteur

Cette rédaction est destinée à la correction de la mise au net, dans le Cahier 10, f. 45, d’un passage décrivant les anges de Giotto qui se trouvent dans les fresques de la Vierge et du Christ à l’Arena de Padoue, fresques dont Swann n’a pas donné de reproduction au héros, de sorte que celui-ci ne les découvre que bien des années plus tard, lors de son séjour en Italie. On trouve une version préparatoire de cette phrase dans un reliquat manuscrit où figure une version déjà très travaillée du passage : « […] ils sont représentés s’élevant <ou bien dans une position contraire la tête en bas>, descendant dans une position oblique, ou la tête en bas, faisant manœuvrer leurs ailes qui leur permettent de se tenir dans ces positions contraires aux lois de la pesanteur […] » (NAF 16703, f. 1710-1811 ◉). C’est la version de l’Agenda qui a servi à Proust lorsqu’il a corrigé la mise au net du Cahier 10, base de la dactylographie d’octobre 1909 dont le texte correspond exactement au passage ici noté (NAF 16733, f. 11912 et NAF 16730, f. 12113). Quand Proust a modifié la structure de son roman en avril 1910, le voyage à Padoue a été déplacé dans le dernier volume, « Le Temps retrouvé », et les pages correspondantes ont été rayées sur les dactylographies : voir la mention « supprimé ici » dans NAF 16733, f. 119, et dans NAF 16730, f. 121, la croix à l’encre rouge (sur l’usage de cette couleur dans la dactylographie de Combray, voir Akio Wada, La Création romanesque de Proust : la genèse de « Combray », Paris, Champion, 2012, p. 43-45). Quant au passage sur les anges de Giotto, s’il ne figure plus à sa place dans le Cahier 10 (f. 4514), c’est qu’en 1916 Proust l’a découpé et collé dans le Cahier XIV (f. 11815 ◉) quand il a mis au net le voyage à Padoue, lui apportant alors des corrections et reformulations supplémentaires (voir aussi la page précédente du Cahier 10, f. 4416, également transférée dans le Cahier XIV, f. 11717 ; Nathalie Mauriac Dyer, Proust inachevé, Paris, Champion, 2005, p. 313-314). Lors de l’élaboration du passage, avant cette note de l’Agenda, Proust a pu rafraîchir ses souvenirs de l’Arena de Padoue en se reportant à la série de gravures de Ruskin reproduisant les fresques de Giotto : deux en particulier, la Crucifixion et la Mise au tombeau, représentent des anges en plein vol qui pourraient correspondre à sa description (voir Giotto and his works in Padua, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXIV, 1906, planches XXXIV et XXXV, face aux p. 102 et 104, et la photographie de Carlo Naya).

NAF 16703, f. 17

NAF 16703, f. 17

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f40.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

NAF 16703, f. 18

NAF 16703, f. 18

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f42.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Crucifixion, planche de Ruskin reproduisant la fresque de Giotto à Padoue

Crucifixion, planche de Ruskin reproduisant la fresque de Giotto à Padoue

Gravure extraite de Giotto and his works in Padua, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXIV, 1906, planches XXXIV, BNF, Littérature et art, 4-Z-1494(34)

Mise au tombeau, fresque de Giotto à Padoue

Mise au tombeau, fresque de Giotto à Padoue

Photographie de Carlos Naya, BNF, Estampes, coll. Armand, Ad 34a. t. 38, RC-A-45959

Cahier XIV, f. 118

Cahier XIV, f. 118

BNF, Manuscrits, NAF 16721. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000675g/​f211.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016721.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

5. Procris et Céphale, Esaque et Hespérie

Titres d’aquarelles de Turner à sujet mythologique, reproduites dans Lectures on Landscape, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXII, 1906, planches XIII (Aesacus and Hesperie, face à la p. 66) et XIV-XV (Procris and Cephalus, entre les p. 66 et 67). Immédiatement après l’évocation des anges de Giotto figure dans le Cahier 10 une « Note de la page précédente » consacrée à Gustave Moreau (f. 46-48). Elle a été dictée par Proust d’après le Cahier 5, où les « tableaux mythologiques » du peintre étaient rapprochés de « certains tableaux études mythologiques de Turner », « tel Procris et Cephalus » (f. 4918 ◉). Proust a demandé à son secrétaire, ici Nicolas Cottin, de lui réserver un blanc de deux lignes, et, vraisemblablement après s’être reporté aux reproductions de Ruskin, a complété la dictée en intercalant, de sa main, des modifications et ajouts : « Et dans tous les <plus d’un de ces tableaux> mythologiques de Moreau comme du reste dans certaines études de Turner <(de même que dans le Procris et Céphale, Æsaque et Hespérie, Jason etc. de Turner) l’immense paysage où> la <scène> mythique, les héros fabuleux tiennent souvent une place minuscule ; l’immense paysage qui ne leur est subordonné, où ils ne font que passer et sont comme perdus, est <[e]t sont comme perdus (de même que le sont Procris et Céphale, Æsaque et Hespérie, Jason etc, dans les études de Turner qui ont leurs noms pour titres) est> vu à une certaine heure exactement indiquée, mi avec les minutes <avec une exactitude qui donne jusqu’à la minute> […] » (Cahier 10, f. 4619 ◉). La « Note » sera biffée sur les deux jeux de dactylographie, comme le passage sur les anges de Giotto dont elle dépend, et pour les mêmes raisons structurelles de changement de plan du roman en 1910-1911 (voir la n. précédente ; NAF 16733, f. 12020 et NAF 16730, f. 12221).

Planche de Ruskin reproduisant Aesacus and Hesperie, de William Turner (1819)

Planche de Ruskin reproduisant Aesacus and Hesperie, de William Turner (1819)

Planche XIII tirée de Lectures on Landscape, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXII, 1906, BNF, Littérature et art, 4- Z- 1494 (22)

Planche de Ruskin reproduisant Procris and Cephalus, de William Turner (1808)

Planche de Ruskin reproduisant Procris and Cephalus, de William Turner (1808)

Planche XV tirée de Lectures on Landscape, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXII, 1906, BNF, Littérature et art, 4- Z- 1494 (22)

Cahier 5, f. 49

Cahier 5, f. 49

BNF, Manuscrits, NAF 16645. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000472j/​f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016645.langFR

Cahier 10, f. 46

Cahier 10, f. 46

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f49.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

6. Maladie de la bouche

Expression qui se trouve dans la version initiale du commentaire sur l’allégorie de l’Envie, et qu’on peut lire aujourd’hui dans un Reliquat manuscrit : « […] cette Envie qui avait l’air d’une planche d’un livre de médecine <ou de chirurgie> destinée à faire clairement comprendre la compression de la glotte par tel [sic] maladie de la bouche ou par l’introduction de l’instrument d’un opérateur […] » (NAF 16703, f. 1822 ◉). Dans la version révisée de ce passage, dictée au copiste par Proust dans le Cahier 10, la maladie a été précisée : « cet<te> Envie qui avait l’air de/’une planche illustrant <seulement> dans un livre de médecine la compression de la glotte <ou de la luette> par une tumeur de la langue, ou par l’introduction de l’instrument de l’opérateur » (Cahier 10, f. 4923 ◉ ; l’écriture est celle du copiste, les corrections et additions sont de la main de Proust). Mais la note semble indiquer que cette version ne satisfaisait pas encore l’écrivain. Voir Du côté de chez Swann, p. 10024.

NAF 16703, f. 18

NAF 16703, f. 18

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f42.image.r=NAF%2016703.langFR

Cahier 10, f. 49

Cahier 10, f. 49

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

7. dos des livres

Renvoi à la fin de l’épisode de la lecture des romans de George Sand, tel qu’il figure dans le Cahier 10, f. 18-20, où Proust introduit cette précision : « Que je prenne revoie un<e> autre livre, <chose d’>un autre moi temps, c’est un autre jeune homme qui se lèvera. Et ma personne d’aujourd’hui n’est qu’une montagne carrière <abandonnée>, qui ignore croit que tout ce qu’elle contient est pareil <et monotone>, mais d’où chaque souvenir comme un sculpteur <de génie> tire des statues innombrables <incomparables et vivantes>. Je dis chaque chose que nous revoyons, car les livres se comportant en cela comme des choses, la manière dont ils <leur dos> s’ouvraient/ait, le grain du papier, peut avoir gardé en lui un souvenir aussi vif de la façon dont j’imaginais alors Venise et du désir que j’avais d’y aller, que les phrases mêmes des livres. » (Cahier 10, f. 1925 ◉). Il est vraisemblable que la note suit la mise au net : Proust a dû se rendre compte que sa modification était incongrue (le « dos » d’un livre ne s’ouvrant pas), et il note l’expression pour penser à la supprimer ; à l’étape de la relecture de la dactylographie, « la manière dont leur dos s’ouvrait » redevient « la manière dont ils s’ouvraient » (voir NAF 16752, f. 14726, et la nouvelle dactylographie de la version corrigée au f. 22927). Ce passage ne subsiste aujourd’hui que dans le Reliquat des dactylographies du premier volume : il a été supprimé dans le jeu destiné à l’impression (NAF 16733, après le f. 8128), et seul subsiste dans l’autre jeu le début, biffé d’une croix rouge (voir NAF 16730, f. 8529). La suppression date sans doute du printemps de 1910, quand Proust a modifié la structure de son roman, et décidé de transférer dans le dernier chapitre l’ensemble des réminiscences. Après avoir été en partie recopié d’après le Cahier 10 au début du Cahier 57 (f. 4 sq., notamment f. 6 et f15), le souvenir de François le Champi a été intégré à l’avant-dernier cahier de mise au net du Temps retrouvé, le Cahier XIX. Il y figure sur une très longue paperole formée d’une marqueterie de fragments manuscrits et de fragments dactylographiés. Le texte de ces derniers correspond à celui de la mise au net du Cahier 10 ; on y retrouve donc le « dos des livres » : « les livres se comportant en cela comme [d]es choses, la manière dont leur dos s’ouvrait […] » (Cahier XIX, paperole au f. 830 ◉. Les caractéristiques matérielles de la frappe différant de celles de 1909 tout en en gardant les erreurs de lecture, il est vraisemblable que Proust, au moment de la préparation de la paperole, a fait recopier à la machine la première frappe de 1909, mais en demandant au secrétaire de ne pas tenir compte de ses corrections manuscrites.) Voir Le Temps retrouvé (1927), t. II, p. 3531.

Cahier 10, f. 19

Cahier 10, f. 19

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Cahier XIX, paperole, f. 8

Cahier XIX, paperole, f. 8

BNF, Manuscrits, NAF 16726. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000680s/​f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

8. trois hrs ½ vêpres

Proust prend cette note dans le but de vérifier l’heure des vêpres, pour la scène où tante Léonie devise avec Françoise en attendant Eulalie : « Comment trois heures et demie ! s’écriait tout à coup ma tante en pâlissant, mais alors les vêpres sont commencées, j’ai oublié ma pepsine ! » (Cahier 10, f. 5232 ◉). Sur les dactylographies, l’heure des vêpres, « trois heures et demie », est corrigée en « trois heures » », ce qui paraît bien tôt pour cet office qui marque dans la liturgie catholique la fin du jour (NAF 16733, f. 14333 et NAF 16730, f. 14334). Voir Du côté de chez Swann, p. 12435.

Cahier 10, f. 52

Cahier 10, f. 52

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f55.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

9. relevé plan

Cette note renvoie à une formule qu’on trouve dans l’épisode du souvenir de François le Champi, comme la note toute proche « dos des livres » (supra n. 7), et d’ailleurs sur la même page du Cahier de mise au net 10. Elle y figure dans la marge : « […] la littérature qui se contente de “décrire” les choses, d’en donner seulement un misérable relevé de lignes et de surfaces, est celle qui en s’appelant réaliste est la plus éloignée de la réalité » (Cahier 10, f. 1936 ; cf. f. 18v : « misérable relevé de lignes et de surface » [sic]). L’expression « relevé plan », dans laquelle « plan » doit sans doute être entendu comme un adjectif (ainsi que dans « géométrie plane », par exemple) paraît une formulation alternative à « relevé de lignes et de surfaces ». Mais Proust ne l’a finalement pas reprise quand il a corrigé la première frappe (NAF 16752, f. 14637), ni quand il a relu la suivante qui intégrait ses corrections et où se lisent aujourd’hui les prémisses du transfert vers Le Temps retrouvé : dans la marge du passage barré en croix figure la note de régie « Peut’être mettre cela dans le dernier chapitre du livre » (NAF 16752, f. 22838 ; voir supra n. 7). On lit donc aujourd’hui cette phrase dans Le Temps retrouvé, et même, dans l’édition originale de 1927, à deux reprises. La première occurrence, qui provient d’un des fragments dactylographiés formant la paperole au f. 839 ◉ du Cahier XIX (voir supra n. 7), est précédée d’une erreur du secrétaire de 1909, qui a été dûment retapée par celui de 1918 ou 1919 : « […] la littérature qui se contente de “décimer [sic] les choses”, d’en donner seulement un misérable relevé de lignes et de surfaces » (t. II, p. 3440). La seconde occurrence est de la main de Proust, avec une légère variatio sur la formule, qui met la surface (le « plan ») au singulier : « […] la littérature qui se contente de “décrire les choses”, de donner un misérable relevé de leurs lignes et de leur surface » (Cahier XIX, f. 941 ◉ ; Le Temps retrouvé, t. II, p. 4042). Voir aussi la n. suivante, et f. 55, n. 5.

Cahier 10, f. 19

Cahier 10, f. 19

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Cahier XIX, paperole, f. 8

Cahier XIX, paperole, f. 8

BNF, Manuscrits, NAF 16726. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000680s/​f20.fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR

Cahier XIX, f. 9 

Cahier XIX, f. 9 

BNF, Manuscrits, NAF 16726. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000680s/​f29.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

10. solide

Note peut-être appelée après la précédente par association d’idées, et qui renverrait au clocher de l’église de Combray, dont la description s’enrichit dans le Cahier de mise au net 63, d’abord dans la marge du f. 1943 ◉ (« […] qu’on eût <vît> le clocher obliquement de profil, montrant des angles nouveaux, comme un solide surpris à un moment inconnu de sa révolution »), puis, le passage ayant été rayé, dans un second développement plus élaboré au f. 22 : « soit qu’ […] on le vît obliquement, montrant de profil des <arêtes et des> surfaces nouvelles comme un solide surpris à un moment inconnu de sa révolution » (Cahier 63, f. 2244 ◉). On note que le terme « surfaces » qui est appelé par la note précédente est également employé dans le passage du Cahier 63 ; la description du clocher, prise dans une dynamique temporelle, s’oppose au « misérable relevé de lignes et de surfaces » de la littérature réaliste. Proust est en train d’élaborer son esthétique d’une géométrie non seulement dans l’espace (par opposition à la géométrie plane de la mauvaise littérature), mais dans le temps. Voir Du côté de chez Swann, p. 8145 ; Agenda, f. 55 n. 5.

Cahier 63, f. 19

Cahier 63, f. 19

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f21.image.r=NAF%2018313.langFR

Cahier 63, f. 22

Cahier 63, f. 22

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f24.image.r=NAF%2018313.langFR

Retour vers la transcription du f. 11

f. 11v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 11v

f. 11v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Adoration perpétuelle 1
Ordre écrit de la main de Monseigneur et de l’architecte du diocèse
Date de la St Jean
derrière mon autel
mon église 2
marqueterie, incrustation 3.
divergence, desorbité 4.
coïncidence, appliquer 5.
indication de vieille pièces 6.
Jeu japonais 7
épithète pour Charles 8
Guermantes 9
Querqueville 10.

Notes critiques

1. Adoration perpétuelle

Poursuite de la mise au point par Proust du Cahier 10. Il s’agit d’un renvoi au dialogue entre tante Léonie et Françoise : « “Mais il n’est pas cinq heures, <Madame Octave> il n’est que quatre heures et demie.” – “Que quatre heures et demie ! et j’ai été obligée de relever les petits rideaux pour avoir un méchant rayon de jour. À quatre heures et demie ! Huit jours avant l’adoration [sic] perpétuelle ! Ah ! ma pauvre Françoise il faut que le bon Dieu soit bien en colère après nous. » (Cahier 10, f. 5346 ◉). Proust s’interroge sans doute sur la pertinence de l’emploi ici d’« Adoration perpétuelle », qu’on trouve déjà dans la version du Cahier 8 (f. 59). Comme l’expression désigne l’adoration ininterrompue du saint-sacrement (de l’hostie consacrée) par les fidèles, elle ne saurait en effet « commencer » à une certaine date liturgique, contrairement à, par exemple, la veillée d’adoration du jeudi saint. Mais Proust a dû effectuer la vérification et s’apercevoir de sa bévue assez rapidement, car dans la suite de la conversation avec Léonie, dans une page réécrite peu après, le curé dit à propos des touristes qui viennent visiter l’église de Combray et son clocher : « Tenez dimanche prochain si le temps se maintient, vous trouveriez certainement du monde, comme ce sont les Rogations », soit la période de processions et de jeûne précédant l’Ascension (Reliquat manuscrit NAF 16703, f. 22 ; dactylographies NAF 16733, f. 148, et NAF 16730, f. 150 ; au sujet de la réfection de cette partie du dialogue, voir infra, n. 8 et 9). En 1913, sur les épreuves de Du côté de chez Swann, Proust complétera la correction de son texte en remplaçant ici « l’Adoration perpétuelle » par « les Rogations » (placard 15, colonne 8  ; voir Du côté de chez Swann, p. 12547). Rappelons qu’en 1913 le dernier chapitre du troisième volume, Le Temps retrouvé, ainsi que l’indique en tête du livre le sommaire48 de l’œuvre à paraître, s’intitulera précisément « L’Adoration perpétuelle » ; mais au moment où Proust rédige cette partie de l’Agenda, soit au début de l’automne de 1909, le diptyque « Le Temps perdu » / « Le Temps retrouvé » n’a pas encore été conçu.

Cahier 10, f. 53

Cahier 10, f. 53

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f56.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Du côté de chez Swann, placard 15 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 15 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 11v

2. Ordre écrit de la main de Monseigneur et de l’architecte du diocèse / Date de la St Jean / derrière mon autel / mon église

Cette note concerne le début du dialogue entre tante Léonie et le curé : « “Monsieur le Curé, qu’est-ce qu’Eulalie <on> me disait, qu’il y a dans votre église un homme qui fait des peintures, dans une église ! Je peux dire que je suis arrivée à mon âge sans avoir <jamais> entendu parler d’une chose pareille !” – “Et il paraît que ce sera comme ça jusqu’à la St Jean madame Octave, répondait le Curé, je n’étais pas libre de refuser. Il y a ordre écrit de la main de Monseigneur et de l’architecte du diocèse” – “Mais qu M. le curé qu’est-ce que le monde d’aujourd’hui va donc chercher” – “Et quelle partie de St Hilaire va-t-il que croyez vous que cet artiste va reproduire avec ses pinceaux <sur sa toile> ? Le grand vitrail si noir que j’ai derrière mon hôtel autel ! ”– “Ce qu’il y a de plus vilain dans l’église !” – “Mon Dieu madame Octave je n’irai pas jusqu’à dire que c’est ce qu’il y a de plus vilain, car elle n’a rien de bien beau ma pauvre basilique […]” » (Cahier 10, f. 5549 ◉ et 5650 ◉). Pour ce passage, Proust a laissé la plume à son secrétaire pour lui dicter d’après la version antérieure du Cahier 8, f. 6151 ◉, où figuraient déjà, héritées du Cahier 7 (f. 1-2, 4-5), ces mêmes formules : « une autorisation <un ordre> écrite de la main de Monseigneur et de l’architecte du diocèse », « jusqu’à la St Jean », « derrière mon autel », « ma pauvre église » (voir Claudine Quémar, « L’Église de Combray, son curé et le Narrateur », Cahiers Marcel Proust 6, Études Proustiennes I, Paris, Gallimard, 1973, p. 293-294, 297-298, 309). Proust veut probablement vérifier la date de la Saint-Jean, célébrée le 24 juin, autrement dit au début de l’été. En 1913, sur le placard 16, colonne 1 , le dialogue est abrégé ; voir Du côté de chez Swann, p. 12652-12753.

Cahier 10, f. 55

Cahier 10, f. 55

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f58.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Cahier 10, f. 56

Cahier 10, f. 56

BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f59.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

Cahier 8, f. 61

Cahier 8, f. 61

BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f63.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR

Du côté de chez Swann, placard 16 (détail)

Du côté de chez Swann, placard 16 (détail)

Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)

Retour vers la transcription du f. 11v

3. marqueterie, incrustation

Nouveau renvoi à l’évocation du couchant dans la chambre de tante Léonie : cf. au f. 10 de cet Agenda la note « bois de la commode incrustations », et n. 3. L’image de la marqueterie, implicitement présente dans la version du Cahier 12 (f. 14v : « Le soleil couchant […] incrustait de petits morceaux d’or le bois clair de la commode »), n’a pas été développée lors de la mise au net dans le Cahier 63 (f. 59 : « le/a <lumière [du]> soleil […] illuminait obliquement la chambre […] incrustant de petits morceaux d’or le bois clair de la commode. »). Voir Du côté de chez Swann, p. 16354.

Retour vers la transcription du f. 11v

4. divergence, desorbité [sic]

Note pour l’évocation du dormeur éveillé à l’ouverture du « Temps perdu ». Elle sera intégrée dans une addition manuscrite à la dactylographie, vraisemblablement en novembre 1909 : « Que s’il s’assoupit dans une position <encore> plus déplacée et divergente encore, par exemple <après dîner> assis après dîner sur le canapé du salon <un canapé fauteuil du salon>, alors le bouleversement sera complet dans les mondes desorbités [sic], le canapé <fauteuil> magique lui fera franchir en un instant les lieux et les jours <voyager à toute vitesse dans le temps et dans l’espace> […]. » (NAF 16733, f. 555  ; cf. f. 7-8 ; l’addition est recopiée sur l’autre dactylographie par Nicolas Cottin : NAF 16730, f. 5-6). Voir Du côté de chez Swann, p. 656.

NAF 16733, f. 5

NAF 16733, f. 5

BNF, Manuscrits, NAF 16733. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b530771793/​f21.image.r=NAF%2016733.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

5. coïncidence, appliquer

Comme dans la notation précédente, Proust juxtapose deux termes de sens proche. Les premiers de chaque couple s’opposant terme à terme – « divergence » vs « coïncidence » –, il songe peut-être à la construction symétrique de « Combray I », et cette notation préparerait (comme les deux suivantes, voir infra n. 6 et 7) la mise au net de l’épisode de la madeleine : « Et dès que j’eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le thé que me donnait ma tante tous les matins, aussitôt la vieille maison <grise> sur la rue où était sa chambre vint comme un décor de théâtre s’appliquer au petit pavillon <donn> qu’on avait construit pour mes parents sur ses derrières <et qui donnant sur le jardin> […] » (NAF 16733, f. 8957). À la désorientation initiale du dormeur éveillé répond la remise en ordre du monde sous l’effet de la réminiscence. Le verbe « appliquer » remplace et précise « rejoindre » qu’on trouvait dans la version préparatoire du Cahier 25, f. 1158 ◉. Il apparaît sur le dernier feuillet de la mise au net de l’épisode, qui manque dans le Reliquat de la BNF (NAF 16703, après le f. 14), mais que nous avons pu consulter. Voir Du côté de chez Swann, p. 5859.

Cahier 25, f. 11

Cahier 25, f. 11

BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

6. indication de vieille [sic] pièces

Formule destinée à l’ouverture de l’épisode de la madeleine et qu’on trouve, presque identique, dans le Cahier 8, f. 66v60 ◉ (« le décor indispensable comme celui qu’on indique en tête des vieilles pièces, pour le drame de mon déshabillage ») et le Cahier 25, f. 361 ◉ (« <le> décor indispensable <, (>comme celui qu’on met indique en tête des vieilles pièces pour les représentations en province<),> au drame de mon déshabillage »), puis dans la mise au net définitive : « C’est ainsi que, pendant longtemps, quand, réveillé la nuit, je me ressouvenais de Combray, je n’en revis jamais que cette sorte de pan lumineux, découpé au milieu d’indistinctes ténèbres, […] au faîte, ma chambre à coucher avec le petit couloir à porte vitrée par pour l’entrée de maman ; en un mot <,toujours vu à la même heure, isolé de tout ce qu’il pouvait y avoir autour, se détachant seul sur l’obscurité,> le décor strictement nécessaire (comme celui qu’on voit en tête des vieilles pièces indiqué pour les représentations de <en> province) au drame de mon déshabillage […]. » (NAF 16703, f. 662 ◉ ; sur les dactylographies, la place de « indiqué » est modifiée : NAF 16733, f. 82 et NAF 16730, f. 86). Voir Du côté de chez Swann, p. 5363. On remarque que le motif du « décor de théâtre » est commun aux passages visés par cette note et la précédente.

Cahier 8, f. 66v

Cahier 8, f. 66v

BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f69.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR

Cahier 25, f. 3

Cahier 25, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f5.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

NAF 16703, f. 6

NAF 16703, f. 6

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f19.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

7. Jeu japonais

Proust prépare la clausule devenue fameuse de l’épisode de la madeleine. Le « jeu japonais » apparaît dans un ajout du Cahier 25 en remplacement de « ces petites fleurs et ces petits personnages de papier japonais » (f. 1164 ◉) : « Comme dans ce petit jeu japonais des petits papiers indistincts, s’ils s où les Japonais s’amusent à tremper dans une tasse de leur infusion favorite des petits papiers jusquelà sans forme qui y dev à peine y sont-ils plongés deviennent se re/s’étirent, se contournent, deviennent des fleurs, des logis, des personnages consistants et reconnaissables [interrompu] » (f. 10v). Voir la version définitive dans Du côté de chez Swann : « Et comme dans ce jeu où les Japonais s’amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d’eau, de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s’étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l’église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé. » (p. 5865). Notons que la phrase sur le « jeu japonais » suit immédiatement celle où intervient le verbe s’« appliquer » qui est mentionné dans une note précédente (voir supra n. 5). Proust a songé dans ces trois dernières notes à l’ouverture et à la clausule de l’épisode de la madeleine.

Cahier 25, f. 11

Cahier 25, f. 11

BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

8. épithète pour Charles

Il ne peut s’agir de « Charles Swann » – Proust aurait écrit : « épithète pour Swann ». Il revient (voir n. 2 supra) à la conversation entre le curé et tante Léonie qui se poursuit dans le cahier de mise au net succédant au Cahier 10, le Cahier 63. Alors que le début de ce cahier a déjà été dactylographié dans la continuité exacte de la fin du Cahier 10 (Reliquat dactylographié NAF 16752, à partir du f. 175), Proust en met au net une nouvelle version des folios 1 à 5 (Reliquat manuscrit NAF 16703, f. 20-23 ; voir aussi la n. suivante). La note de l’Agenda est destinée à cette réécriture, qui sera dactylographiée et substituée à la version précédente (NAF 16733 et 16730, f. 145 sq.). Proust y modifie l’identité du rival de Gilbert le Mauvais, sire de Guermantes, qui était dans les versions précédentes le neveu de « Charles le Chauve » (Cahier 7, f. 666 ◉) ou « Charles le Chauve » lui-même (Cahier 6, f. 467 ◉) puis « Louis le Simple » dans le Cahier 8 (f. 6368 ◉) et le Cahier 63 (f. 369 ; NAF 16752, f. 17770). Il devient « Charles le Bègue », frère de Gilbert le Mauvais, « <l’infortuné> Charles » (NAF 16703, f. 2171-2272 ◉ ; NAF 16733, f. 14773). La nouvelle épithète « le Bègue » ne sera plus modifiée. Voir Du côté de chez Swann, p. 12974.

Cahier 7, f. 6

Cahier 7, f. 6

BNF, Manuscrits, NAF 16647. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000474c/​f7.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016647.langFR

Cahier 6, f. 4

Cahier 6, f. 4

BNF, Manuscrits, NAF 16646. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000473z/​f7.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016646.langFR

Cahier 8, f. 63

Cahier 8, f. 63

BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f65.image.r=NAF%2016648.langFR

Cahier 63, f. 3

Cahier 63, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f5.image.r=NAF%2018313.langFR

NAF 16703, f. 21

NAF 16703, f. 21

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f48.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

NAF 16703, f. 22

NAF 16703, f. 22

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f50.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

9. Guermantes

Il est difficile de savoir ce que Proust a exactement à l’esprit. Néanmoins, si cette note est liée à la précédente, il pourrait s’agir de nouvelles modifications dans la réécriture de la conversation entre le curé et la tante Léonie. Dans la mise au net initiale de cette scène d’après le Cahier 8, f. 63-65 (Cahier 63, f. 1 à 5 ; dactylographie dans le Reliquat NAF 16752, f. 175 à 178), le nom de « Guermantes » revient en effet à chaque instant : non seulement Gilbert le Mauvais est un « sire de Guermantes » (Cahier 63, f. 275-4 ◉ ; voir la n. précédente), son neveu Louis le Simple le « dix neuvième abbé de Guermantes » (f. 376 ◉) et Geneviève de Brabant la « fille d’une comtesse de Guermantes » (ibid.), mais l’église contient les statues brisées de nombreux « comtes de Guermantes » (ibid.), les « pierres tombales des abbés de Guermantes » (f. 477 ◉), et un vitrail qui représente un « sire de Guermantes » (ibid.) ; à cela s’ajoute la mention d’une ancienne « abbaye de Guermantes » (f. 278 ◉) dont le cloître contient « une collection renommée » de pierres tombales (f. 479 ◉) ; enfin du haut de l’église, le « vaste panorama » qu’on peut admirer les jours de beau temps permet de voir, affirme le curé, « jusqu’à Guermantes » (f. 580 ◉). Dans la réfection de ce dialogue (NAF 16703, f. 20-23), il n’y a plus de comtes ni d’abbaye de Guermantes ; les « pierres tombales des abbés de Guermantes » deviennent les « tombes des <anciens> abbés de Combray et des Comtes de Brabant » (f. 2081 ◉) ; et depuis le haut de l’église, « on peut distinguer au delà de <‍presque> <jusqu’à> Guermantes <Dreux> <Verneuil>. » (f. 2382). Voir Du côté de chez Swann, p. 127-13083.

Cahier 63, f. 2

Cahier 63, f. 2

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f4.image.r=NAF%2018313.langFR

Cahier 63, f. 3

Cahier 63, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante :

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f5.image.r=NAF%2018313.langFR

Cahier 63, f. 4

Cahier 63, f. 4

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f6.image.r=NAF%2018313.langFR

Cahier 63, f. 5

Cahier 63, f. 5

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f7.image.r=NAF%2018313.langFR

NAF 16703, f. 20

NAF 16703, f. 20

BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f46.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

10. Querqueville

Nom, à ce stade de la genèse du roman, de la station balnéaire où se rend le héros. Voir au début du Cahier 9, f. 2484 ◉ : « […] je passais des heures à me rappeler <la plus grande partie de la nuit à me rappeler> notre vie d’autrefois à Paris chez mes grands parents, à Combray chez ma grand’tante, à Querqueville, <chez Mme de Villeparisis>, ailleurs encore […] ». Cf. Du côté de chez Swann, p. 1085. Au moment de la rédaction de cette partie de l’Agenda, à l’automne de 1909, Proust a déjà rédigé une version suivie du premier séjour du héros à Querqueville avec sa grand-mère (Cahier 12, f. 43-73), et peut-être la section du même cahier concernant les jeunes filles (ibid., f. 111-124). La présente note, trop elliptique pour être interprétée, pourrait renvoyer à l’un (rédigé) ou l’autre (prévu ?) de ces développements dans le Cahier 12. Dans le Carnet 1, au f. 40, on trouve parmi des notes légèrement postérieures au 17 août 1909 « Querqueville (équivalent) », formule également elliptique qui semble indiquer que Proust envisageait alors de substituer à « Querqueville » un toponyme présentant des sonorités du même genre, et la présente note pourrait avoir une fonction de rappel. « Querqueville » se maintient cependant dans les Cahiers de 1910 (bien qu’on trouve « Criqueville » sur quelques folios des Cahiers 32 et 65), devient « Cricquebec » puis « Bricquebec » dans les Cahiers de montage et de mise au net de « Noms de pays » (1911-1912), et enfin, en juin 1913, « Balbec », noté plus loin dans l’Agenda (voir f. 16, n. 2).

Cahier 9, f. 24

Cahier 9, f. 24

BNF, Manuscrits, NAF 16649. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000475s/​f25.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016649.langFR

Retour vers la transcription du f. 11v

f. 12

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 12

f. 12

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

derrières d’une maison 1
tentatives, sortie
parties basses de la tapisserie 2
Absides célèbres 3
caractères abrégés 4
Abraham 5
d’Espiennes* 6
de Parenzol*
<d’Etmude*>
de Lectoure 7
Ayguestinte* 8
Aygueline* 9
<de> Bodmer de Pingry*
<de Cramayel> 10
d’Elvoët* 11
<de> Belmont 12
Mis Lostanges* 13

Notes critiques

1. derrières d’une maison

Il s’agit d’une vérification destinée à la mise au net de l’épisode de la madeleine, comme plusieurs notes du folio précédent (voir f. 11v supra, n. 5, 6 et 7). Dans la version de travail de cet épisode, Proust avait hésité à employer le mot « derrière » : « Ce<tte> goût <saveur> de biscotte trempée dans le thé c’est celle que je ressentais <goûtais> tous les matins à Combray, quand aussitôt levé j’allais <entrais> dire bonjour à ma tante Léonie. Et aussitôt toute la vieille maison, où était l’appartement <la chambre> de ma tante Léonie et au derrière <dos> de laquelle le pavillon plus récent de mes parents avait seulement été accoté, sur le jardin, vient […] rejoindre le seul pan tronqué que j’avais revu jusqu’ici […]. » (Cahier 25, f. 1186 ◉). Le substantif masculin « derrière » s’emploie cependant très régulièrement, au singulier ou au pluriel, pour désigner « la partie d’un bâtiment qui se trouve à l’opposé de la façade » (Trésor de la langue française) : le derrière d’une usine, les derrières d’un château. Proust a dû vérifier le terme lorsqu’il a repris le texte du Cahier 25 car le mot figure, au pluriel, dans les lignes principales de la version manuscrite au net de cet épisode (absente du Reliquat manuscrit, mais que nous avons pu consulter), ainsi que dans le texte dactylographié : « Et dès que j’eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le thé que me donnait ma tante tous les matins, aussitôt la vieille maison <grise> sur la rue où était sa chambre vint comme un décor de théâtre s’appliquer au petit pavillon qu’on avait construit pour mes parents sur ses derrières […] » (NAF 16733, f. 8987. Voir Du côté de chez Swann, p. 5888.).

Cahier 25, f. 11

Cahier 25, f. 11

BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

2. parties basses de la tapisserie

Il s’agit de la description des tapisseries de l’église de Combray représentant le couronnement d’Esther, dont les couleurs ont « fondu » dans certaines parties. Le texte dactylographié est clair : « […] et la verdure des arbres restée vive dans le bas de la robe <les parties basses du panneau>, <de soie et de laine,> mais ayant “passé” dans le haut, faisait se détacher en plus pâle, au dessus des troncs foncés, les hautes branches jaunissantes, presque <dorées et comme à demi> effacées comme si <par> la brusque <et oblique> illumination d’un soleil invisible […]. » (NAF 16733, f. 15289 ; cf. NAF 16730, f. 154 ; Du côté de chez Swann, p. 7490). Mais la mise au net du Cahier 63, très travaillée, témoigne d’une grande difficulté de la part de Proust à trouver une formule qui convienne (f. 1091 ◉), et contraste avec la simplicité de la version du Cahier 12 : « les arbres du fond dont le haut était plus usé <plus pâle et passé> que le bas » (f. 2v92 ◉).

Cahier 63, f. 10

Cahier 63, f. 10

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f12.image.r=NAF%2018313.langFR

Cahier 12, f. 2v

Cahier 12, f. 2v

BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f5.image.r=NAF%2016652.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

3. Absides célèbres

Formule qui figure à l’incipit d’un morceau du Cahier 7 : « Je rougis presque de parler de l’abside de l’église de Combray, tant elle était grossière auprès de tant d’absides célèbres que j’ai vues depuis » (f. 2193 ◉). Il est question de « glorieuses absides » dès la version suivante du Cahier 12, f. 4, d’après laquelle Proust rédige la mise au net du Cahier 63, où l’abside est décrite en ces termes : « Elle était si grossière, si dénuée de beauté artistique et même d’express d’élan religieux, auprès de tant d’absides glorieuses que j’ai vues depuis » (f. 1394 ◉). Après une description qui insiste sur la laideur de ce « mur de prison », le texte poursuit ainsi : « Et certes plus tard quand me rappel comparant les absides aux absides revoyant je me demandais dans laquelle des absides que j’ai vues, le sentiment religieux est exprimé avec le plus de puissance, je pensais », mais la phrase s’interrompt sur ces mots, Proust sautant alors quelques lignes (et indiquant à l’adresse du dactylographe : « Laisser six lignes de blanc »), avant de reprendre sa rédaction. La présente note est donc un mémento pour ne pas oublier de compléter le passage. Peut-être Proust voulait-il reprendre l’évocation des « célèbres absides » qui figurait dans le Cahier 7, f. 21-22 (Beauvais, Chartres, Amiens, Reims), ou, plus probablement, intégrer un développement sur les « vitraux sembl[a]nt ruisseler du sang des martyrs » hérité d’une image de ce même cahier, mais qu’une syntaxe hésitante attribue, dans le Cahier 12, à la fois à l’abside de Beauvais et à « tant d’absides glorieuses » (Cahier 12, f. 4, marge). Sur la dactylographie où le blanc avait bien été ménagé, Proust se contenta finalement d’une simple allusion aux « glorieuses absides » (NAF 16733, f. 15495 ; NAF 16730, f. 156). Voir Du côté de chez Swann, p. 7696.

Cahier 7, f. 21

Cahier 7, f. 21

BNF, Manuscrits, NAF 16647. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000474c/​f22.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016647.langFR

Cahier 63, f. 13

Cahier 63, f. 13

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f15.image.r=NAF%2018313.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

4. Caractères abrégés

Cette note concerne les inscriptions des plates-tombes. La description des pierres tombales a été très travaillée dans les Cahiers 2, 6, et 12 (voir Claudine Quémar, « L’église de Combray, son curé et le Narrateur », art. cité, p. 307, 303, 316, 318), mais c’est seulement dans la mise au net du Cahier 63 que l’expression apparaît : « le temps […] entraînant à la dérive une majuscule <gothique> […] contractant encore la concise, la/l’elliptique inscription latine, y cond introduisant un caprice de plus dans la disposition de ces caractères <abrégés> que n’espace pas le souci des mots, rapprochant deux lettres d’un mot dont les autres ont <avaient> été démesurément distendues. » (f. 8-997 ◉). Comme il l’expliquera en juin 1913 dans une lettre à Émile Mâle, Proust désigne ainsi les abréviations dans les inscriptions de pierres tombales. Il veut vérifier le bien-fondé de l’expression : « Quant à caractères abrégés que j’ai souligné pour les pierres tombales je pense qu’il doit y avoir un mot propre. Je veux parler de ces abréviations qui par exemple sur les tombeaux des évêques d’Amiens font mettre “supbis” pour superbis et toutes les abréviations de ce genre dans les mosaïques de Saint Marc etc. » (Corr., t. XVII, p. 552). Non modifiée sur les dactylographies (voir NAF 17633, f. 15198 et NAF 16730, f. 153), l’expression se maintient jusqu’au texte définitif (Du côté de chez Swann, p. 7299).

Cahier 63, f. 9

Cahier 63, f. 9

BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f11.image.r=NAF%2018313.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

5. Abraham

Voir f. 9, n. 9.

Retour vers la transcription du f. 12

6. d’Espiennes*

À partir d’ici, et jusqu’en haut du folio suivant, apparaît une liste de noms dont la disposition irrégulière sur la page suggère qu’ils ont pu être notés en plusieurs temps. Aucun de ces patronymes ne figurant dans les Cahiers de mise au net de « Combray » (les Cahiers 9, 10, et 63) qui datent de la fin de l’été ou de l’automne de 1909, non plus que dans les cahiers de brouillon de 1909, il est difficile de savoir à quelle partie du roman Proust les destinait. En revanche, on trouve dans le Carnet 1, au f. 46v et partiellement au f. 47, postérieurs à la fin de janvier 1910, une liste de noms tirés des Mémoires de Saint-Simon qui est destinée à la préparation des cahiers « Guermantes » (voir Le Carnet de 1908, éd. citée, n. 477 ; infra n. 7, f. 12v n. 1 et f. 54v n. 2). En 1910, Proust cherche non seulement des patronymes pour les aristocrates de son roman mais aussi des « noms nobles » qui alimentent la rêverie du héros. Dans une section du Cahier 64 intitulée « Encore noms nobles » (f. 30-32), on voit apparaître le nom de « d’Espiennes » : le héros aime les généalogies, les mémoires et les correspondances du xviie siècle, car les alliances de familles illustres avec d’autres aujourd’hui obscures font apparaître l’ancienneté de ces dernières. Cette mise en perspective historique, ou « retouche dans le passé », « met une belle peinture Louis XIV, ennoblit dans Me de Sévigné ou dans St Simon nos simples Espiennes ou Lionne. » (Cahier 64, f. 31100 ◉). Il existe en effet une famille d’Espiennes dans la région de Valenciennes, attestée au xviie siècle, mais nous n’en trouvons aucune mention chez Mme de Sévigné ni chez Saint-Simon.

Cahier 64, f. 31

Cahier 64, f. 31

BNF, Manuscrits, NAF 18314. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000140j/​f32.image.r=NAF%2018314.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

7. de Lectoure

On trouve dans les Mémoires de Saint-Simon mention de Louis de La Rochefoucauld (1615-1654), fils de François V, duc de la Rochefoucauld, évêque de Lectoure en 1646 – « Lectoure » étant le nom d’une commune du Gers. Un « Mis de Lectoure » figure dans le Carnet 1, f. 46v101 ◉, dans une liste de patronymes tirés des Mémoires de Saint-Simon (voir la n. précédente), et une « Me de Lectoure », marquise, apparaît dans quelques fragments destinés au cycle mondain du roman dans les Cahiers 66 et 67, deux cahiers qu’on peut dater du début de 1910 (Cahier 66, f. 43v et 50v ; Cahier 67, f. 50v-49v). Ce nom n’a pas été conservé par la suite.

Carnet 1, f. 46v

Carnet 1, f. 46v

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f48.image.r=NAF%2016637.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

8. Ayguestinte*

Ayguetinte est une commune du Gers. Proust n’a utilisé ce nom ni dans son roman, ni dans les brouillons dont nous disposons.

Retour vers la transcription du f. 12

9. Aygueline

Il s’agit d’un prénom médiéval féminin, attesté dans des chartes du xive siècle. Proust ne l’a pas utilisé.

Retour vers la transcription du f. 12

10. <de Cramayel>

[Moissy-]Cramayel est une commune de Seine-et-Marne.

Retour vers la transcription du f. 12

11. d’Elvoët*

Ce nom de lecture incertaine et à consonance bretonne, comme le « Penhoët » que Proust forge à la même époque (Cahier 36, f. 37 et 38), pourrait avoir été inspiré par le port flamand d’Helvoet, à proximité de Delft, Dordrecht et La Haye où Proust s’était rendu en 1902.

Retour vers la transcription du f. 12

12. <de> Belmont

Voir la note beaucoup plus tardive (1917) du Carnet 4, f. 40102 ◉ : « Me de Chevigné sur Me de Belmont » (Carnets, éd. F. Callu et A. Compagnon, Gallimard, 2002, p. 393 et n. 197 : selon les éditeurs, il s’agirait de la comtesse Étienne de Beaumont. Cf. Cahier 57, paperole au f. 56103 ◉). Notons que si le patronyme « Belmont » est absent des Mémoires de Saint-Simon, on y trouve la maison de Beaumont, alliée aux Salignac-Fénelon.

Carnet 4, f. 40

Carnet 4, f. 40

BNF, Manuscrits, NAF 16640. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000658z/​f45.image.r=NAF%2016640.langFR

Cahier 57, paperole, f. 56

Cahier 57, paperole, f. 56

BNF, manuscrits, NAF 16697. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000138g/​f80.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016697.langFR

Retour vers la transcription du f. 12

13. Mis Lostanges*

La maison de Lostanges était illustre et possédait depuis le xve siècle le château de Sainte-Alvère, en Dordogne, qui fut détruit sous la Révolution ; le dernier descendant direct, Henri Gaston Marie Joseph de Lostanges, fils du marquis de Lostanges, s’était éteint en 1906 (source : Geneanet). Une commune porte aussi ce nom en Corrèze. Or d’autres noms ou pseudo-noms nobles présents sur cette page sont forgés à partir de toponymes : Cramayel (voir n. 10), Lectoure (voir n. 7). Ces toponymes étant très peu connus, il convient de se demander où et comment Proust les a découverts, et on peut faire l’hypothèse qu’ils sont liés à certaines de ses relations. Proust forgera ainsi une « Mlle de la Canourgue » à partir du canton de Lozère d’où était originaire la famille Albaret, et d’où dépendait aussi Auxillac, commune de naissance de Céleste Gineste Albaret (NAF 16765, f. 18v104 ; cf. Le Côté de Guermantes II, p. 88105).

Retour vers la transcription du f. 12

Notes

1 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f33.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

2 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f72.image.r

3 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f129.image.r

4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f138.image.r

5 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f41.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

6 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f89.image.r=

7 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f46.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

8 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f104.image.r=

9 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f40.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

10 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f40.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

11 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f42.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

12 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f257.image.r=NAF%2016733.langFR

13 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772156/f257.image.r=NAF%2016730.langFR

14 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f48.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

15 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000675g/f211.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016721.langFR

16 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f47.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

17 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000675g/f210.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016721.langFR

18 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000472j/f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016645.langFR

19 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f49.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

20 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f259.image.r=NAF%2016733.langFR

21 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772156/f259.image.r=NAF%2016730.langFR

22 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f42.image.r=NAF%2016703.langFR

23 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

24 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f105.image=

25 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

26 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077207p/f307.image.r=NAF%2016752.langFR

27 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077207p/f469.item.r=NAF%2016752

28 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f174.image.r=NAF%2016733.langFR

29 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772156/f184.image.r=NAF%2016730.langFR

30 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000680s/f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR

31 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54037202/f40.image.r

32 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f55.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

33 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f307.image.r=NAF%2016733.langFR

34 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530772156/f301.image.r=NAF%2016730.langFR

35 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f129.image.r=

36 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

37 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077207p/f305.image.r=NAF%2016752.langFR

38 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077207p/f467.item.r=NAF%2016752

39 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000680s/f20.fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR

40 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54037202/f39.image.r

41 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000680s/f29.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR

42 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54037202/f45.image.r

43 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f21.image.r=NAF%2018313.langFR

44 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f24.image.r=NAF%2018313.langFR

45 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f86.image.r

46 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f56.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

47 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j.f130

48 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f3.image

49 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f58.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

50 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004766/f59.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR

51 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000120s/f63.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR

52 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f131.image

53 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f132.image

54 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f168.image.r

55 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f21.image.r=NAF%2016733.langFR

56 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f11.image.r

57 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f192.image.r=NAF%2016733.langFR

58 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000491w/f13.image.r=NAF%2016665.langFR

59 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f168.image.r

60 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000120s/f69.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR

61 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000491w/f5.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

62 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f19.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

63 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f58.image

64 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000491w/f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

65 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f63.image

66 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000474c/f7.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016647.langFR

67 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000473z/f7.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016646.langFR

68 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000120s/f65.image.r=NAF%2016648.langFR

69 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f5.image.r=NAF%2018313.langFR

70 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077207p/f365.image.r=NAF%2016752.langFR

71 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f48.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

72 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f50.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

73 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f315.image.r=NAF%2016733.langFR

74 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f134.image

75 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f4.image.r=NAF%2018313.langFR

76 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f5.image.r=NAF%2018313.langFR

77 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f6.image.r=NAF%2018313.langFR

78 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f4.image.r=NAF%2018313.langFR

79 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f6.image.r=NAF%2018313.langFR

80 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f7.image.r=NAF%2018313.langFR

81 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f46.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

82 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000659c/f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR

83 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f132.image

84 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000475s/f25.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016649.langFR

85 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f15.image.r

86 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000491w/f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR

87 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f192.image.r=NAF%2016733.langFR

88 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f63.image

89 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f325.image.r=NAF%2016733.langFR

90 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f79.image

91 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f12.image.r=NAF%2018313.langFR

92 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004781/f5.image.r=NAF%2016652.langFR

93 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000474c/f22.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016647.langFR

94 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f15.image.r=NAF%2018313.langFR

95 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f329.image.r=NAF%2016733.langFR

96 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f81.image

97 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000139w/f11.image.r=NAF%2018313.langFR

98 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530771793/f323.image.r=NAF%2016733.langFR

99 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f77.image

100 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000140j/f32.image.r=NAF%2018314.langFR

101 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f48.image.r=NAF%2016637.langFR

102 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000658z/f45.image.r=NAF%2016640.langFR

103 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000138g/f80.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016697.langFR

104 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084160x/f37.image.r=NAF%2016765.langFR

105 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600270w/f92.image

Table des illustrations

Titre f. 11
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Cahier 10, f. 30
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f33.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Cahier 10, f. 38
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f41.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Cahier 10, f. 43
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f46.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre NAF 16703, f. 17
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f40.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Allégorie de l’Envie par Giotto
Légende Photographie de Carlos Naya, BNF, Estampes, coll. Armand, Ad 34a. t. 39, RC-A-45959
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre NAF 16703, f. 17
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f40.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre NAF 16703, f. 18
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f42.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Crucifixion, planche de Ruskin reproduisant la fresque de Giotto à Padoue
Légende Gravure extraite de Giotto and his works in Padua, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXIV, 1906, planches XXXIV, BNF, Littérature et art, 4-Z-1494(34)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Mise au tombeau, fresque de Giotto à Padoue
Légende Photographie de Carlos Naya, BNF, Estampes, coll. Armand, Ad 34a. t. 38, RC-A-45959
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Cahier XIV, f. 118
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16721. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000675g/​f211.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016721.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Planche de Ruskin reproduisant Aesacus and Hesperie, de William Turner (1819)
Légende Planche XIII tirée de Lectures on Landscape, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXII, 1906, BNF, Littérature et art, 4- Z- 1494 (22)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Planche de Ruskin reproduisant Procris and Cephalus, de William Turner (1808)
Légende Planche XV tirée de Lectures on Landscape, The Works of John Ruskin, Library Edition, Londres, George Allen, vol. XXII, 1906, BNF, Littérature et art, 4- Z- 1494 (22)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Cahier 5, f. 49
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16645. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000472j/​f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016645.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Cahier 10, f. 46
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f49.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre NAF 16703, f. 18
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f42.image.r=NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Cahier 10, f. 49
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f52.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Cahier 10, f. 19
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Cahier XIX, paperole, f. 8
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16726. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000680s/​f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Cahier 10, f. 52
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f55.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Cahier 10, f. 19
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f21.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Cahier XIX, paperole, f. 8
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16726. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000680s/​f20.fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Cahier XIX, f. 9 
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16726. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000680s/​f29.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016726.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Cahier 63, f. 19
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f21.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Cahier 63, f. 22
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f24.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre f. 11v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Cahier 10, f. 53
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f56.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Du côté de chez Swann, placard 15 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Cahier 10, f. 55
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f58.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Cahier 10, f. 56
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16650. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004766/​f59.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016650.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Cahier 8, f. 61
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f63.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Du côté de chez Swann, placard 16 (détail)
Légende Photo © Fondation Martin Bodmer, Cologny (Genève)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre NAF 16733, f. 5
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16733. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b530771793/​f21.image.r=NAF%2016733.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Cahier 25, f. 11
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Cahier 8, f. 66v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f69.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016648.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Cahier 25, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f5.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre NAF 16703, f. 6
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f19.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Cahier 25, f. 11
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Cahier 7, f. 6
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16647. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000474c/​f7.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016647.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Cahier 6, f. 4
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16646. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000473z/​f7.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016646.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Cahier 8, f. 63
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f65.image.r=NAF%2016648.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Cahier 63, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f5.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre NAF 16703, f. 21
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f48.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre NAF 16703, f. 22
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f50.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Cahier 63, f. 2
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f4.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Cahier 63, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante :
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Cahier 63, f. 4
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f6.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Cahier 63, f. 5
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f7.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre NAF 16703, f. 20
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16703. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000659c/​f46.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016703.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Cahier 9, f. 24
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16649. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000475s/​f25.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016649.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre f. 12
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Cahier 25, f. 11
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16665. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000491w/​f13.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016665.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Cahier 63, f. 10
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f12.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Cahier 12, f. 2v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16652. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004781/​f5.image.r=NAF%2016652.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Cahier 7, f. 21
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16647. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000474c/​f22.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016647.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Cahier 63, f. 13
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f15.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Cahier 63, f. 9
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18313. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000139w/​f11.image.r=NAF%2018313.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Cahier 64, f. 31
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18314. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000140j/​f32.image.r=NAF%2018314.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carnet 1, f. 46v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f48.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Carnet 4, f. 40
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16640. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000658z/​f45.image.r=NAF%2016640.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Cahier 57, paperole, f. 56
Légende BNF, manuscrits, NAF 16697. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000138g/​f80.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016697.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1469/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 459k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access