Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Proust, L’Agenda 1906

 | 
Nathalie Mauriac Dyer
, 
Françoise Leriche
, 
Pyra Wise
, 
et al.

1. Notes de la fin du printemps ou de l’été 1909

f. 8v, 55v et 55

Texte intégral

f. 8v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 8v

f. 8v

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Paul 1 Vernet 2 Murat 3
Georges Polleunis 4
Gabriel Paul 6 rue Bourse 5
Gaston Coignet 6
Radziwill 7
Maurice Roger8
Ganay 9

Notes critiques

1. Paul…

La liste de noms propres qui commence ici, de « Paul Vernet » à « Ganay », est identique à celle que l’on trouve dans le Cahier 5 (f. 2v1) et à celle qui figure, augmentée de quelques noms, dans le Carnet 1 (f. 492 ◉). Philip Kolb, premier éditeur du Carnet 1, a montré que Proust juxtaposait des noms de maîtres et ceux de leurs domestiques (Le Carnet de 1908, éd. Philip Kolb, Paris, Gallimard, 1976, n. 491, p. 198). Le patronyme « Coignet » est attribué à un domestique de Charlus dans Le Côté de Guermantes II (voir la n. 6 de ce folio), ce qui renforce la présomption d’un lien de nature homosexuelle entre maîtres et valets (voir les n. infra). Proust a probablement noté cette liste peu après le réengagement de Paul Vernet chez les Murat le 15 juin 1909 (voir la n. suivante).

Carnet 1, f. 49

Carnet 1, f. 49

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f50.image.r=NAF%2016637.langFR

Retour vers la transcription du f. 8v

2. Paul Vernet

Paul Mathieu Vernet est né le 22 janvier 1886 à Pierrelatte dans la Drôme, d’un père cultivateur et d’une mère ménagère (archives départementales de la Drôme, en ligne, acte de naissance no 53, cote 2 Mi 946/R2, image no 93). Il a été valet de pied chez le prince Joachim-Napoléon Murat, 5e du nom, dans l’hôtel particulier du prince et de la princesse, 28 rue de Monceau à Paris4, d’avril 1906 à août 1907, puis du 15 juin 1909 à février 1911 (Archives nationales, fonds Murat, sous-série 31AP/292). Paul Vernet est inscrit sur les listes électorales du 8e arrondissement de Paris en 1910 et 1911, où il est indiqué qu’il est valet de chambre et domicilié 28 rue de Monceau (Archives de Paris, listes électorales, 2Mi 19 – 234 et 263).

Retour vers la transcription du f. 8v

3. Murat

Il s’agit de Joachim, 5e prince Murat (1856-1932), marié en 1884 à Cécile Ney d’Elchingen (1867-1960). Dans une lettre de 1908 à Reynaldo Hahn, Proust s’amuse, dans leur langage crypté, à raconter la soirée qu’il a passée « chez Mursat » (Corr., t. VIII, p. 150-151). Il s’est en effet rendu à plusieurs reprises à l’hôtel de la rue de Monceau (les 8 octobre 1904, 30 juin 1905, 2 et 22 juin 1908 au moins), mais nous ne savons pas comment il a pu connaître les noms et prénoms des valets de pied du prince. Dans une lettre inédite de juillet 1916 (collection particulière), Proust, qui cherche à placer un jeune homme comme valet de chambre, insiste sur sa « tenue extérieure » et le compare à un « valet de pied Murat », comme si c’était l’étalon de référence. Il affirmera pourtant en 1918 ne pas connaître le prince et la princesse Joachim Murat et avoir seulement assisté, avec « deux mille invités », à des réceptions chez eux (Corr., t. XVII, p. 402 ; voir aussi t. XVIII, p. 425, où il n’est plus question que de « mille personnes »). À la publication de son pastiche de Saint-Simon en 1919, il insistera, dans plusieurs lettres, sur ce peu d’intimité pour justifier le traitement qu’il inflige aux Murat dans ce texte où il moque leur prétention aux privilèges des familles royales (Pastiches et Mélanges, p. 38-59 ; voir aussi Corr., t. XVIII, p. 73 et t. XIX, p. 60). Plusieurs « Murat » figurent dans le texte même de la Recherche.

Retour vers la transcription du f. 8v

4. Georges Polleunis

Georges Polleunis a lui aussi été valet de pied chez le prince Murat, de mars 1909 au 27 novembre 1910. Il y a donc côtoyé Paul Vernet de juin 1909 à la fin de son engagement (Archives nationales, fonds Murat, sous-série 31AP/292).

Retour vers la transcription du f. 8v

5. Gabriel Paul 6 rue Bourse

De 1852 à 1922, le 6, rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris, fut l’adresse de l’« Hôtel de Madrid ». Entre 1883 et 1891, cet hôtel garni fit l’objet de plusieurs rapports de police pour « réception de filles de débauche » (APP Série JC 68). En 1913 un rapport de police l’identifie comme une maison de passe pour homosexuels (APP Série JC 68. Voir Nicole Canet, Hôtels garnis. Garçons de joie, prostitution masculine. Lieux et fantasmes à Paris de 1860 à 1960, Paris, Galerie Au bonheur du jour, 2012, p. 43-47). Mais cet hôtel devait être depuis quelques années déjà un rendez-vous pour ceux que la police appelait « adeptes de la pédérastie », « pédérastes », « invertis » ou encore « représentants du troisième sexe » (APP Série JC 93). Les voisins s’en plaignaient fort, comme le montrent des lettres conservées aux archives de la Préfecture de police (voir Nicole Canet, op. cit., p. 44-47) : « De la part des habitants de la rue de la Bourse et du quartier je viens vous informer de ce qui se passe dans l’hôtel de Madrid rue de la Bourse, le jour et la nuit c’est un va et viens [sic] scandaleux de jeunes gens, […] le propriétaire Paul procure à ses “clients” des militaires et des jeunes hommes tout le monde connaît les prix […] les gens de ces parages appellent l’hôtel de Madrid “Le Bordel d’Hommes”. » (APP Série JC 68 – anciennement Série BM2 n o 16 – lettre du 27 juillet 1913, citée par Régis Revenin, Homosexualité et prostitution masculine, 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 49-50) ; « L’hôtel de Madrid 6 rue de la Bourse, est le rendez-vous […] de vieux messieurs et de tout jeunes gens qui souvent n’ont pas plus de 12 à 14 ans. » (mars 1915, APP Série JC 68 ; voir aussi Nicole Canet, op. cit., p. 43). Deux rapports de police, du 15 août 1913 et du 24 mars 1915, permettent de connaître le nom complet du tenancier, qui correspond à celui que Proust a noté : Gabriel-Albert-Victor PAUL, né le 13 mars 1883 à Secondigny, dans les Deux-Sèvres (APP Série JC 68, archives départementales des Deux-Sèvres5, acte de naissance n16, cote 2MI 1221, image no 217). Le premier rapport rend compte de plusieurs surveillances qui « ont permis de constater que [l’hôtel] était fréquenté par des individus ayant des allures de pédérastes. Toutefois on n’a remarqué l’entrée dans le dit hôtel d’aucun militaire ni d’aucune femme. Je mentionne que le sieur PAUL passe pour être lui-même un pédéraste. Il semble certain qu’il accueille chez lui des individus s’adonnant à ces mœurs contre nature […]. Dans ces conditions, j’estime qu’il y aurait utilité à attirer l’attention de mon collègue de la Brigade mobile, spécialement chargé de ce genre d’affaire, sur les agissements de l’hôtelier en cause. » (en partie cité par Régis Révenin, op. cit., p. 48). Le bâtiment de six étages, qui existe toujours, avec l’escalier d’époque (dont en 1890 les habitants signalaient à la police l’exiguïté qui rendait d’autant plus irritant l’incessant passage des « filles de mauvaise vie »), est devenu un immeuble d’habitation, avec un appartement par étage.

La rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris, en 1910

La rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris, en 1910

Carte postale, 1910, BNF, Estampes et Photographie, VA- 239 (A) –FOL

L’enseigne de l’hôtel de Madrid, rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris (détail)

L’enseigne de l’hôtel de Madrid, rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris (détail)

Carte postale, 1910, BNF, Estampes et Photographie, VA- 239 (A) –FOL (détail)

Retour vers la transcription du f. 8v

6. Gaston Coignet

Gaston Coignet a lui aussi été valet de pied du prince Murat, d’octobre 1908 au 10 juin 1909, et il est vraisemblable qu’il a ensuite été employé par le prince Radziwill (voir n. 7), dont le nom suit ici le sien comme dans le6 et le Carnet 17 (voir n. 1). Chez Murat, Gaston Coignet a donc côtoyé Georges Polleunis de mars 1909 jusqu’à la fin de son engagement, mais n’a pas travaillé avec Paul Vernet qui arriva cinq jours après son départ (Vernet étant d’abord associé à Radziwill dans le Cahier 5, il est possible que les deux hommes aient « échangé » leurs places). Les trois noms Vernet, Polleunis et Coignet figurent sur la liste des domestiques du prince Murat pour le mois de juin 1909 (Archives nationales, fonds Murat, sous-série 31AP/292 : « Paul Vernet v. de pied 15 jours / Gaston Coignet v. de pied parti » ; voir la reproduction infra). Il pourrait s’agir de Lucien Gaston Coignet, né le 31 août 1886 à Orléans (archives départementales du Loiret8, acte de naissance no 898, cote EC 109545, image no 305), porté disparu en Argonne le 26 octobre 1914, et déclaré « mort pour la France » en juin 1920 (voir sa fiche militaire9 dans la base des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale). Il épousa à Orléans Marie Sertillange (née le 8 juillet 1886 à Bagnols, Puy-de-Dôme) le samedi 23 janvier 1909, quand il était encore valet de pied chez les Murat. Il semble qu’après avoir été domestique il était devenu « élève mécanicien » (site Geneanet). Le nom de « Coignet » apparaît dans Le Côté de Guermantes comme celui d’un domestique favori de M. de Charlus : « Je me rappelai ce que j’avais entendu raconter des domestiques de M. de Charlus et de leur dévouement à leur maître. On ne pouvait pas tout à fait dire de lui comme du prince de Conti qu’il cherchait à plaire aussi bien au valet qu’au ministre, mais il avait si bien su faire des moindres choses qu’il demandait une espèce de faveur, que, le soir, quand, ses valets assemblés autour de lui à distance respectueuse, après les avoir parcourus du regard, il disait : “Coignet, le bougeoir !” ou : “Ducret, la chemise !”, c’est en ronchonnant d’envie que les autres se retiraient, envieux de celui qui venait d’être distingué par le maître. » (nous soulignons ; Le Côté de Guermantes II, p. 21410 ; ce passage, absent des deuxièmes épreuves non corrigées [NAF 16764, placard 44], figure imprimé sur les troisièmes épreuves [NAF 16765, placard 46]).

Maison du prince Murat, « Hommes de la Chambre », juin 1909

Maison du prince Murat, « Hommes de la Chambre », juin 1909

Photo © Archives nationales (France), fonds Murat, sous-série 31AP/292

Retour vers la transcription du f. 8v

7. Radziwill

Il s’agit certainement du prince Constantin Radziwill (1850-1920), le père de Léon Radziwill, dit « Loche », ami de Proust depuis 1904. Le prince, d’une grande famille d’origine lituanienne et polonaise, avait épousé Louise Blanc (1854-1911), riche héritière de la Société des bains de mer de Monaco. Le prince Constantin avait la réputation d’avoir un certain penchant pour ses domestiques. George Painter rapporte qu’il « était célèbre pour son escouade de douze valets, vigoureux et beaux garçons, à chacun desquels il avait fait, dit-on, présent d’un collier de perles » (George D. Painter, Marcel Proust. Les années de maturité (1904-1922), Mercure de France, 1966, p. 327). Dans une lettre à Proust, la duchesse de Clermont-Tonnerre décrivait ainsi les valets du prince au château d’Ermenonville : « ses valets de pied vêtus dès l’aurore de panne bleue, en culottes courtes, avaient des cheveux blonds crêpelés au petit fer – qui nous inspiraient une si grande admiration – qu’on [n’]osait leur demander aucun travail […] [nous] respections la beauté inutile de ces statues bleues » (lettre conservée à la BNF, NAF 26329, f. 143 ; intégralement citée dans Natalie Clifford Barney, Souvenirs indiscrets, Flammarion, 1960, p. 123-124 ; publiée en partie dans Corr. t. XIX, p. 693 ; transcription revue sur l’original). Proust apprécia particulièrement la métaphore des « statues bleues » (Corr., t. XIX, p. 695-696). La duchesse ajoutait cependant : « Mon père qui est toujours en bons termes avec ses voisins disait “qu’on n’a jamais noté aucun scandale dans le pays” ». Un des modèles du baron de Charlus, le comte-poète Robert de Montesquiou, à qui le prince aurait confié que le chantage lui coûtait « soixante-dix mille francs, bon an, mal an » (cité dans Antoine Bertrand, Les Curiosités esthétiques de Robert de Montesquiou, Genève, Droz, 1996, t. I, p. 458, n. 164), se moqua de lui avec ce distique facétieux : « Parler femme est incivil chez Constantin Radziwill » (« Papillotes mondaines, poèmes », Mercure de France, 15 juin 1929, t. CCXII, no 744, p. 558). Proust, qui connaissait bien la réputation du prince et aimait les potins, s’étonne en 1911 d’un ragot sur un rapport sexuel que ce dernier aurait eu avec une femme et qu’il décrit à Reynaldo Hahn en termes fort crus (Corr., t. X, p. 333). Selon Jean-Yves Tadié, Proust se serait peut-être inspiré de cette anecdote pour la scène du prince de Guermantes dans la maison de passe de Maineville (Sodome et Gomorrhe II, III, p. 464-468 ; voir J.-Y. Tadié, Marcel Proust, Gallimard, 1996, p. 664, n. 4). Dans une lettre à la duchesse de Clermont-Tonnerre en 1920, Proust revient sur cette histoire scabreuse : « Les rapports qui causèrent ce scandale existaient non pas comme vous pourriez croire entre le Prince Constantin et une des statues bleues, mais entre le Prince Constantin et Lady Pirbright. – Les valets de pied en panne bleue adoraient leur Maître. Un seul peu habitué lui résista et voulut même le jeter par la fenêtre, ce qui amena de la part de la Princesse Radziwill une intervention que je trouve très sage de la part d’une folle. “Mon ami, dit la Princesse Radziwill au valet de pied récalcitrant, si vous ne vouliez pas faire cela, vous n’aviez qu’à refuser. Mais on ne peut pas se mettre à tuer les gens pour cela.” » (Corr., t. XIX, p. 696). Le nom d’un valet et l’adresse de Lady Pirbright (« André Poncins 11 avenue d’Iéna ») figurent d’ailleurs dans la version augmentée de la liste de l’Agenda qu’on trouve dans le Carnet 1, f. 49, avec, dans un ajout, le nom du désormais célèbre Albert Le Cuziat qui fut lui aussi, un temps, valet de pied du prince Constantin. Voir le portrait de Constantin Radziwill, par Nadar, et quelques-uns de ses valets dans : « L’écurie du prince Constantin Radziwill », Le Sport universel illustré, no 792, 15 octobre 1911, p. 666-66811, cf. p. 695 et 698. Voir aussi Anne-Marie Bernard, Le Monde de Proust vu par Paul Nadar (Paris, Centre des monuments nationaux, Monum, Éditions du patrimoine, 2003), p. 142-153 ; et Marc Le Cœur, « À la ville et à la campagne : chez le prince Radziwill en 1884 » (Monuments historiques, no 195, « Intérieurs privés », mars 1995, p. 46-52).

Prince Constantin Radziwill (1850-1920)

Prince Constantin Radziwill (1850-1920)

Photographie de Paul Nadar, 1884
Photo © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Paul Nadar

Retour vers la transcription du f. 8v

8. Maurice Roger

Il pourrait s’agir de Maurice Amédée Roger, né au domicile de ses parents (tapissier et couturière), 16 rue Tholozé dans le 18e arrondissement de Paris, le 7 février 1896, marié à Paris le 3 juin 1922 avec Madeleine, Émilie, Irma Delente, et décédé à Evreux (Eure) le 5 juillet 1989 (Archives numérisées de Paris, acte de naissance no 69812, image no 28). Maurice Roger était, en 1918, « employé » et domicilié au 10 rue d’Astorg, dans le 8e arrondissement de Paris (Archives de Paris, listes électorales, 2Mi 19 – 387). Cette adresse est alors celle de la famille Greffulhe (le comte et la comtesse occupant, depuis le décès de la comtesse douairière en 1911, les nos 8 et 10. Voir Laure Hillerin, La Comtesse Greffulhe. L’ombre des Guermantes, Flammarion, coll. « Biographies », 2014). Il est donc fort probable que Maurice Roger était alors un de leurs domestiques. Il n’aurait eu que 13 ans quand il aurait été employé chez le marquis de Ganay en 1909, ce qui n’a rien d’impossible à l’époque. Mais il pourrait s’agir aussi d’un autre Maurice Roger, né le 29 mars 1885 (ce qui le rapproche de l’âge du valet Paul Vernet), à Paris, chez ses parents (menuisier et blanchisseuse), au 12 rue de l’Étoile dans le 17e arrondissement (Archives numérisées de Paris, acte de naissance no 105113, image no 16). « Roger » est un nom assez répandu : on trouve vingt hommes de ce nom « morts pour la France14 » pendant la Première Guerre mondiale.

Retour vers la transcription du f. 8v

9. Ganay

Il s’agit peut-être de Jean de Ganay (1861-1948), comte, puis marquis, qui épousa Berthe de Béhague (1868-1940). George Painter rapporte cette anecdote : « La marquise de Ganay possédait un superbe Cézanne, que son mari n’avait jamais vu parce que, disait-il, “il est dans la chambre à coucher de la marquise, je n’ai jamais eu l’occasion de le voir !” » Cette phrase serait, selon Painter, la source de celle du duc de Guermantes à propos d’une photographie que Swann a offerte à Oriane : « “[…] si elle est dans votre chambre, j’ai chance de ne la voir jamais”, dit le duc, sans penser à la révélation qu’il faisait aussi étourdiment sur le caractère négatif de ses rapports conjugaux. » (Le Côté de Guermantes II, p. 24915 ; cf. G. Painter, op. cit., p. 317). Proust était ami du fils de Jean de Ganay, le comte Hubert de Ganay (1888-1974), qui lui a peut-être raconté cette histoire. Ph. Kolb indique qu’il n’aurait fait sa connaissance qu’en 1914 (Corr., t. XIII, p. 9), mais dans une lettre de [janvier 1914], Proust parle du comte comme d’un de ses amis, ce qui implique qu’il l’avait rencontré avant cette année-là (ibid., p. 46, voir aussi t. XIV, p. 194).

Retour vers la transcription du f. 8v

f. 55v

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 55v (après rotation 180°)

f. 55v (après rotation 180°)

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

Ne pas oublier phrase de violon (figure) qui arrivera chaque fois me donner une réminiscence 1. Et à la fin m’en rappelant une, me disant : Que de temps perdu depuis Combray, je me les rappellerai toutes et m’en dirai le sens 2 (et alors le complément de l’odeur du thé 3 c’est que la vie est belle etc 4)
Et ma vie diaprée de passions les femmes différentes couleurs etc. 5
Avant qd je retrouve Bloch 6 peu après m’être dit que ma gd mère ne l’aimait pas 7

Notes critiques

1. Ne pas oublier phrase de violon (figure) qui arrivera chaque fois me donner une réminiscence

Proust ayant écrit ici sur l’Agenda pris tête-bêche, la présente page verso doit être lue avant le f. 55. Ce mémento « Ne pas oublier… » esquisse un scénario qu’on ne trouve pas dans la genèse du roman telle que nous la connaissons. Absente des cahiers dits « Sainte-Beuve » – qui, en 1909, préparent « Combray », le cycle de Swann, le cycle mondain, et les révélations sur Sodome –, la « petite phrase » de la sonate, lorsqu’elle apparaît dans les Cahiers de [fin ?] 1909 – début 1910 (Cahiers 69 et 22, puis 14 et 28), est uniquement associée à l’amour de Swann. Proust y réutilise parodiquement la double expérience musicale de Jean Santeuil (la consolation sentimentale que la « petite phrase » procure à l’amoureux, puis le dépassement métaphysique qu’elle suggère : voir Jean Santeuil, p. 816-819, et p. 842-844), ainsi que les « Notes sur l’amour » de date incertaine esquissant la rédemption d’un libertin par l’élévation spirituelle que produit en lui la musique (voir « Notes sur l’amour », Textes retrouvés, éd. Philip Kolb, Gallimard, 1971, p. 364-367). Swann suit en effet une trajectoire inverse, passant d’une compréhension métaphysique de la musique (Cahier 69, f. 25v-29) à une sorte de fétichisme amoureux (Cahier 22, f. 22-24, puis 32-36). Aucun des passages additionnels du Cahier 14 ne concerne spécifiquement le héros : il s’agit de réflexions générales sur « la musique » qui, en ce qu’elle procure une volupté sans objet, purement esthétique, conduit à reconnaître l’existence d’une « vraie réalité », « domaine inaccessible à l’intelligence » (Cahier 14, f. 5-7). Nous ne trouvons donc pas de brouillon où une phrase de violon viendrait à diverses reprises (« chaque fois »), tel un leitmotiv, apporter des réminiscences au héros. Seul un fragment du Cahier 28, f. 34v-35v16 , associe petite phrase et réminiscence, mais concerne Swann : longtemps après la fin de son amour, la musique lui rapporte toutes les sensations (feuillages du Bois, eaux, nuit d’été, bonheur amoureux) qu’il n’avait pas ressenties alors, et « que la mélodie avait en quelque sorte cachées et gardées, et qu’elle rendait maintenant à son âme étonnée » (ibid.) – selon le principe de contiguïté sur lequel repose, en effet, la théorie proustienne de la réminiscence. (Au sujet de la musique dans les brouillons du roman, voir Françoise Leriche, « La musique et le système des arts dans la genèse de la Recherche », Bulletin d’informations proustiennes, no 18, 1987, p. 67-78.) Dans le roman actuel, dont la structure se met en place entre avril et juillet 1910 (voir n. 2 infra), les souvenirs involontaires du héros sont suscités par des sensations variées : gustative (la madeleine trempée dans du thé), auditive (le choc de la cuiller sur une soucoupe), kinesthésique (le trébuchement sur un pavé de la cour), ou visuelle (la couverture de François le Champi dans la bibliothèque des Guermantes). Cette note à caractère programmatique du f. 55v correspond probablement à un projet scénarique plus ancien, où les fragments de Jean Santeuil sur la « petite phrase » auraient pu être partiellement réutilisés pour le protagoniste et non pour Swann. Dans des notes très anciennes du Carnet 1, de l’été 1908 semble-t-il, la « phrase musicale » est mentionnée deux fois : d’abord au f. 8, « Nous espérons que la même phrase musicale va revenir, elle revient, nous fait moins d’effet que la 1re fois et ne nous apporte rien de plus. Idem peinture » ; ensuite aux f. 8v-917  : « Phrase émergeant pour la 1re fois d’un morceau, comme une figurante qu’on n’avait pas encore remarquée, comme une nymphe apparaissant sous les ondes sonores (tziganes de Cabourg, Werther, valse de Straus [sic]) ». Mais, outre qu’aucun brouillon de 1908 ou du début de 1909 développant ces notes ne nous est parvenu, ces indications ne font pas de la phrase musicale un vecteur de réminiscences. À moins d’une lacune documentaire, le scénario esquissé ici semble donc relever de « possibles » génétiques non réalisés.

Cahier 28, f. 35v-36

Cahier 28, f. 35v-36

BNF, Manuscrits, NAF 16668. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001231/​f37.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016668.langFR

Carnet 1, f. 8v-9

Carnet 1, f. 8v-9

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f10.image.r=NAF%2016637.langFR

Retour vers la transcription du f. 55v

2. Et à la fin m’en rappelant une […] m’en dirai le sens

Cette note de régie a un rôle structurant important. Proust esquisse ici une « fin » que nous ne connaissons pas, et qui semble n’être encore ni bien fixée ni probablement écrite : le narrateur se rappellera « à la fin » du récit une des réminiscences qu’il a eues (grâce à la musique, semble-t-il), puis toutes, ce qui l’amènera à découvrir leur « sens » (la signification de chaque réminiscence, et/ou le phénomène du « temps retrouvé », par opposition au « temps perdu »). Cette découverte préludera à un exposé esthétique et/ou philosophique déjà prévu, semble-t-il (voir « le complément de l’odeur du thé », infra, n. 3 et 4). La composition ici envisagée (un certain nombre de réminiscences égrenées tout au long du récit et simplement « rappelées » à la fin, pour soutenir la conclusion théorique), est antérieure à celle qui a été mise en place en 1910-1911 et qui organise le roman tel que nous le connaissons. Alors que, dans le roman de 1909, les diverses réminiscences étaient intégrées au récit (ainsi, le bruit de la fourchette heurtant une assiette dans le Cahier 26, f. 16-21, ou le souvenir de la lecture de François le Champi dans le Cahier 10, f. 18-20, voir f. 11, n. 7), elles se produisent, dans le roman actuel, dans le dernier épisode narratif (la « matinée » chez la Princesse de Guermantes), et c’est cette série de réminiscences qui amène le narrateur à découvrir le « temps retrouvé », le « moi profond » et sa vocation d’écrivain – le roman de la vocation remplaçant le roman de la critique qu’était le Contre Sainte-Beuve de 1909 ; on peut dater d’avril 1910 le moment où Proust décide de placer la matinée Guermantes en « dernière partie », et de faire remonter la partie critique et esthétique à la quatrième place, le roman comprenant alors cinq parties (voir Cahier 28, f. 33 : « Pour la dernière <IVe> partie (critique) »). En revanche, vers le début ou la mi-août 1909, quand Proust présente son roman à Alfred Vallette pour tenter d’en obtenir la publication dans le Mercure de France, l’ouvrage devait se composer d’une longue partie narrative (environ 300 pages) et d’une partie finale (d’environ 100 ou 125 pages) à la fois critique et esthétique : « Je termine un livre qui malgré son titre provisoire Contre Sainte-Beuve, souvenir d’une matinée est un véritable roman […]. Le nom de Sainte-Beuve ne vient pas par hasard. Le livre finit bien par une longue conversation sur Sainte-Beuve et sur l’esthétique (si vous voulez comme Sylvie finit par une étude sur les Chansons populaires) et quand on aura fini le livre, on verra (je voudrais) que tout le roman n’est que la mise en œuvre des principes d’art émis dans cette dernière partie, sorte de préface si vous voulez mise à la fin. » (Corr., t. IX, p. 155-156.) Il est difficile de savoir si la « fin » dont il est question ici dans l’Agenda signifie la fin de la partie narrative de ce Contre Sainte-Beuve (la réminiscence, qui en rappellerait d’autres au protagoniste, l’engageant alors dans une réflexion théorique sur le Temps, puis critique contre Sainte-Beuve, censé n’avoir pas compris l’existence d’un moi profond, et enfin esthétique), ou si Proust envisageait de faire intervenir cette réminiscence pendant la conversation finale sur Sainte-Beuve, cette expérience amenant le narrateur-essayiste à dégager sa théorie du « temps retrouvé », puis son esthétique romanesque.

Retour vers la transcription du f. 55v

3. l’odeur du thé

Dans le roman que nous connaissons, la résurrection de Combray et de l’enfance n’est pas déclenchée par l’odeur du thé, mais par le goût, ou même la consistance d’une madeleine amollie dans le breuvage ; le passage a été mis au point pendant l’été et l’automne de 1909 d’abord dans le Cahier 8 (f. 47, version lacunaire reprise sur les f. 66v-69), où il s’agit d’une biscotte, puis dans le Cahier 25 et les pages du Reliquat manuscrit (voir f. 11v, n. 5 et 7). Pourtant, dans le Cahier 26, il est bien question de « l’odeur du thé » dans une note de régie en marge d’une phrase évoquant le phénomène de la réminiscence (« Et ce sont notre vraie vie nous serait anéantie à jamais si parfois dans quelque objet, quelque sensation apportée par le hasard, plus fidèle gardienne de nous-mê , que nous ne sommes nous même, ne nous apportait brusquement, intacte, pleine, noyant tout notre être de délices, de douleur, de vérité, toute une minute de notre vraie vie, tout un moment de pleine d’absolue réalité ») : « bien dire que dans ce cas ce n’est pas comme pour l’odeur du thé un souvenir que nous cherchons à faire monter en nous mais une vérité. » (Cahier 26, f. 12v18  ; voir Cahier 26, coll. « Cahiers 1 à 75 de la BnF », 2010, vol. II, f. 12v, n. 3, p. 141). Dans cette note de relecture du Cahier 26, Proust distingue deux types d’impressions obscures, celles qui conduisent à un souvenir (exemple de « l’odeur du thé ») et celles qui conduisent à une vérité (exemple de celles que ressent le jeune promeneur exalté de Combray, évoquées dans les pages précédentes du Cahier 26). Dans ses versions connues de nous (Cahiers 8, 25 et Reliquat), l’expérience procurée par la biscotte/madeleine est mixte : elle procure immédiatement une sensation de délices (« Aussitôt q[ue la cuillérée de thé que je portai à mes lèvres] les eut touchées, j’éprouvai une sorte d’enchantement <je me sentis envahi par une sensation délicieuse> », Cahier 8, f. 6719 ), mais la cause de cette félicité ne se donne pas spontanément et appelle un approfondissement (« quelque chose qui réveillé sans doute par ce goût du thé, se détachait, cherchait à monter à la lumière de la conscience », ibid., f. 68). La note du Cahier 26, qui insiste également sur la nécessité de « faire monter en nous » la cause de l’impression délicieuse mais obscure, pourrait sembler renvoyer à la scène de la biscotte du Cahier 8 et parler de « l’odeur du thé » par lapsus. Or la présence de cette même expression dans l’Agenda donne à penser qu’il a effectivement existé une version primitive où la réminiscence était apportée de façon spontanée par l’odeur du thé. Il en subsiste quelques traces. Ainsi, dans les feuilles volantes du projet d’essai contre Sainte-Beuve, c’est-à-dire dans la plus ancienne version de la scène de réminiscence que nous connaissions, il est également question de « l’odeur du thé », corrigée après coup en « goût de thé » : « […] au moment où je mis le pain grillé dans ma bouche, je sentis et où j’eus la sensation de son amolissement amolissement [sic] pénêtré de l’odeur du <d’un goût de> thé contre contre mon palais, au même je ressentis un trouble extraordinaire, des parois chancelantes un instant des odeurs de roses géraniums, d’orangers, une sensation d’extraordinaire lumière, de bonheur ; […] soudain les cloisons ébranlées de ma mémoire cédèrent […] » (NAF 16636, f. 120-221  ; Contre Sainte-Beuve, p. 211-212). De même, la clausule de la version mise au net à l’automne de 1909 mentionne « l’odeur et la saveur », alors que, dans les pages précédentes de l’épisode, la réminiscence est désormais attachée à la seule saveur de la madeleine : « Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir. » (Du côté de chez Swann, p. 5722 ; cf. NAF 16703, f. 14). Cette page de l’Agenda serait donc antérieure à la rédaction de l’épisode de la biscotte dans le Cahier 8, et pourrait se référer à une version première disparue – à moins qu’elle ne désigne celle des feuilles volantes, où les éléments qui déclenchent la réminiscence ne sont pas encore tout à fait stabilisés (sensation contre le palais du pain grillé amolli / odeur du thé / goût de thé / goût du pain trempé).

Cahier 26, f. 12v

Cahier 26, f. 12v

BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f15.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016666.langFR

Cahier 8, f. 67

Cahier 8, f. 67

BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f69.image.r=NAF%2016648.langFR

NAF 16636, f. 1

NAF 16636, f. 1

BNF, Manuscrits, NAF 16636. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53077176r/​f21.image.r=NAF%2016636.langFR

NAF 16636, f. 2

NAF 16636, f. 2

BNF, Manuscrits, NAF 16636. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53077176r/​f22.image.r=NAF%2016636.langFR

Retour vers la transcription du f. 55v

4. alors le complément de l’odeur du thé c’est que la vie est belle etc

Comme les fragments de 1908, le roman tel qu’il se met en place au début de 1909 est construit sur une opposition entre « intelligence » et « instinct », dénonçant la médiocrité de l’existence menée selon les normes de la société cultivée, et glorifiant la félicité et la beauté de la vie promises à celui qui sait se laisser envahir par l’expérience sensible, la « vraie réalité » n’étant pas de l’ordre de la « pensée », mais du senti. Une note du début d’octobre 1908 dans le Carnet 1 ouvre ainsi la voie des réminiscences : « Nous croyons le passé médiocre parce que nous le pensons mais le passé ce n’est pas cela, c’est telle marche inégalité des dalles de St du baptistère de St Marc (photographie du Repos de St Marc […] nous rendant le soleil aveugle sur le canal » (f. 10v) ; et les pages théoriques rédigées pour l’essai anti-beuvien y insistent : « ce n’est qu’en dehors [de l’intelligence] que l’écrivain peut ressaisir quelque chose de nos impressions passées, c’est-à-dire atteindre quelque chose de lui-même et la seule matière de l’art » (Contre Sainte-Beuve, p. 211), mais ces « résurrections du passé » tiennent « à un simple hasard » (ibid.). Aussi les esquisses de l’essai sont-elles réparties entre quelques réminiscences réussies, qui procurent au narrateur un sentiment de bonheur, des appels qui échouent (procurant « l’angoisse de […] renier des morts qui me tendaient des bras impuissants »), et la conscience de forces décroissantes (ibid., p. 215). À cette tonalité dysphorique s’oppose, dès les premiers cahiers narratifs (Cahiers 3, 2, 1, 5, 4), une exploration euphorique de diverses expériences « in-intelligentes » (symbiose barométrique du dormeur avec la journée – voir f. 55, n. 4 –, exaltation immédiate communiquée par un rayon de soleil ou un reflet, réenchantement de la vie par la beauté des êtres, de la nature, et des pays, leur mystère et le désir d’en connaître l’individualité, ou par le « moi intermittent » qui se réveille dans l’expérience esthétique, etc.), la quête de la vérité ne consistant plus ici dans la résurrection fortuite d’un passé individuel « perdu » mais dans la révélation de la diversité et de la profondeur insoupçonnées du réel, ainsi que dans la promesse d’en goûter tous les fruits, que ce soit par les sens, l’imagination, ou la pénétration esthétique. Le Cahier 26 notamment, puis le Cahier 12 et le Cahier 64 (envers), semblent tenter, vers l’été et le début de l’automne de 1909, d’articuler ces deux directions complémentaires pour établir la supériorité du sensible sur l’intellect, l’authenticité se mesurant, à ce stade, à l’aune du bonheur inexplicable ressenti immédiatement par le protagoniste. Dans la présente note de l’Agenda, à caractère programmatique, l’expérience de la biscotte semble devoir être placée au début, afin que le narrateur retrouve Combray mais sans qu’il en tire toutes les conséquences philosophiques ; les diverses réminiscences éprouvées au long de sa vie ne seraient, elles aussi, que des expériences ponctuelles ; et ce serait à la fin, désespéré de son existence oisive, qu’en se remémorant tous ces moments privilégiés de mémoire involontaire, il prendrait conscience de leur valeur (« [je] m’en dirai le sens »), le « temps retrouvé » et la postulation d’un « moi profond », véritable, intermittent, amenant le narrateur à l’optimisme. Dès lors que la mémoire profonde ne conserve que la dimension sensible de ce qui a été vécu, il n’a pas perdu son temps en cultivant son aptitude à goûter les richesses du monde au détriment de son intelligence.

Retour vers la transcription du f. 55v

5. Et ma vie diaprée de passions les femmes différentes couleurs etc.

« Diapré », participe passé de diaprer, signifie « qui chatoie, scintille par un jeu de couleurs vives et variées » (Trésor de la langue française). Dans la « fin » ici esquissée, une série de souvenirs devait donc amener le protagoniste non seulement à récapituler ses réminiscences passées et à en comprendre la signification, mais aussi à récapituler sa vie amoureuse, comme le suggère la copule « et » (« je me les rappellerai toutes [les réminiscences] et m’en dirai le sens […] Et ma vie diaprée de passions[,] les femmes différentes couleurs[,] etc. »). Or on remarque qu’il n’est pas question ici de « jeunes filles », de « fillettes », ni de flirts, comme dans les esquisses des Cahiers 12 ou 26 rédigées pendant l’été de 1909 ou dans les cahiers qui en prennent le relais, mais de « femmes » et de « passions ». Faut-il comprendre cette note elliptique comme l’indice qu’à un stade primitif, antérieur aux développements des Cahiers 12 et 26 sur les jeunes filles à la plage, donc antérieur à l’été de 1909, le héros (jeune adulte) aurait éprouvé plusieurs passions amoureuses pour des femmes, peut-être dans un contexte parisien, comme dans le Cahier 4 (premier cahier du Contre Sainte-Beuve roman) il est amoureux de, et aimé par, Madame de Garmantes ? Dans le Carnet 1, une note primitive (du début de 1908) indique : « Années caractérisées par un rêve, un no <une couleur, une grappe, un coin du [B]ois> d’autre part par un désir. Personnes sur le nom et le pays de qui on se forge des rêves, comme un livre non lu » (f. 323 ), esquisse que semble développer le passage à tonalité conclusive qui, au début du Cahier 26, amorce la « leçon des côtés ». Exposant son désir pour des femmes qui, chacune, pouvaient l’initier à un milieu différent, le narrateur affirme : « par elles, chaque année de ma vie a été placée dans un paysage souvent habituellement inconnu et seulement désiré, qui l’accompagne encore plus dans mon souvenir que celui où je l’ai vécue. Ml Me La « Comtesse de Guermantes » bénéficiait-elle La part Dans cette couleur que prend distinctement ainsi dans mon souvenir chaque année de ma vie, qui je ne saurais démêler si c’était le désir du pays qui me faisait y associer la femme, ou si c’était l’amour de la femme qui me faisait désirer le pays. […] Les écrivains contribuaient aussi à former ce pays idéal où je situais la femme que j’aimais […] » (Cahier 26, f. 224 et 325 ). Quelle que soit la date de la présente note de l’Agenda (antérieure ou postérieure au Cahier 26), elle témoigne d’une étape où Proust avait prévu pour « la fin » de l’ouvrage une récapitulation de ce genre. Dans les brouillons de 1909, on a peu d’exemples d’associations d’une femme ou d’une jeune fille à une couleur : ainsi, dans le Cahier 12, la première description de la « petite Swann » dans le parc de Combray l’environne de plusieurs espèces de fleurs bleues assorties à ses yeux (voir f. 12v, n. 10), mais par la suite, il semble que l’association d’une année et/ou d’un amour à une couleur ait disparu, excepté pour Madame de Guermantes dont le nom évoque pour le héros le rouge ou l’orangé. En revanche, il est possible que cette double thématique ait connu une certaine importance dans le projet romanesque de 1908. Dans la lettre du [5 ou 6 mai 1908] où il exposait à Louis d’Albufera ses chantiers littéraires, Proust mentionnait « un essai sur les Femmes » (Corr., t. VIII, p. 112-113). Une note du Carnet 1 prise à Cabourg peu après, en août 1908, indique : « Tache rose de Lucy Gérard » (f. 6v), notation colorée qui engendre aussitôt plusieurs fragments narratifs sur le désir et la poursuite de cette « dame en rose » avant la lettre (ibid., f. 6v-7 ; cf. Corr., t. VIII, p. 200 ; voir Cahier 64, f. 124v sq., et Françoise Leriche, « Note sur le Cahier “Querqueville” […] et sur l’activité de Proust en 1909 », Bulletin d’informations proustiennes, no 18, 1987, p. 20). Cette note sur les couleurs des femmes désirées semble ainsi renvoyer à des épisodes rédigés avant l’été de 1909. Toutefois, les passions qui « diaprent » la vie du protagoniste pourraient avoir des objets différents : la même section du Cahier 26 évoque « une époque où j’avais une sorte de passion pour la Lune le clair de lune », ainsi qu’un « grand amour pour certaines fleurs en gerbe <quenouille> dépassant verticalement de leur grappe aux sombres couleurs un chemin fleuri » (f. 426 ), passions qui ont été communiquées à l’adolescent par certains romans et tableaux (ibid.). Ces engouements se sont maintenus et même multipliés au cours de la genèse du roman (aubépines, épines roses, phrases de Bergotte, etc.), mais ils ne sont pas exposés « à la fin » sur le mode du souvenir rétrospectif.

Carnet 1, f. 3

Carnet 1, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f4.image.r=NAF%2016637.langFR

Cahier 26, f. 2

Cahier 26, f. 2

BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f4.image.r=NAF%2016666.langFR

Cahier 26, f. 3

Cahier 26, f. 3

BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f5.image.r=NAF%2016666.langFR

Cahier 26, f. 4

Cahier 26, f. 4

BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f6.image.r=NAF%2016666.langFR

Retour vers la transcription du f. 55v

6. Avant qd je retrouve Bloch

L’expression « retrouver » Bloch suggère que ce personnage est déjà apparu dans le récit, et que la scène ici programmée doit se situer un peu avant la « fin ». En décembre 1910, quand Proust commence à rédiger dans le Cahier 58 l’actuelle fin du roman, c’est la rencontre de Bloch (le mauvais critique) qui prélude à l’exposé par le narrateur de sa propre esthétique (Cahier 58, f. 6, 2, 8 ; Matinée chez la princesse de Guermantes, édition Henri Bonnet et Bernard Brun, Paris, Gallimard, 1982, p. 114-118). Mais la note jetée ici, programmatique, est bien antérieure, et ne semble pas renvoyer à un épisode existant. Lors de sa première apparition, dans le Cahier 1, le nom de « Bloch » désigne un comptable en visite chez le père du protagoniste, que ce dernier ne connaît pas. « Bloch » en tant qu’initiateur littéraire du héros apparaît dans le Cahier 68, f. 26, dans un passage qui réécrit les premiers folios du Cahier 26 sur les goûts littéraires encore naïfs de l’adolescent. Dans le Cahier 28, f. 41, le héros « retrouve » Bloch un an après l’épisode où ce dernier a été mis à la porte par la famille de Combray du fait de son impolitesse, mais bien loin de faire preuve de bonté (voir f. 55, n. 1), le jeune homme se montre si distant que le protagoniste n’ose pas lui poser les questions qu’il voudrait sur l’esthétique de Gautier. Dans la partie envers du Cahier 28, f. 91v-94, est mentionnée la « peine » que la grand-mère avait prise à « détacher » son petit-fils de Bloch (voir la n. suivante), épisode dont nous n’avons nulle trace. Il est donc possible qu’il y ait une lacune entre le Cahier 26 (où il est simplement question d’un « camarade plus âgé » qui détourne le héros de Musset et l’initie à Leconte de Lisle) et les Cahiers 68 et 28, où le rôle de Bloch est déjà bien attesté, mais où il n’est nullement question de sa bonté lors de retrouvailles ultérieures.

Retour vers la transcription du f. 55v

7. ma gd-mère ne l’aimait pas

Le passage suivant du Cahier de mise au net 68 n’est pas encore rédigé quand Proust prend cette note de l’Agenda : « Bloch avait déplu <à Combray> à ma grand’mère parce qu’après le déjeuner il comme il/elle disait qu’elle était un peu souffrante, il avait étouffé un sanglot et essuyé des larmes, (<il ne me connaît pas> comment veux-tu que ce soit sincère, il ne me connaît pas, ou alors il est fou) […] » (Cahier 68, f. 4527 ). Dans la section envers du Cahier 28, la grand-mère se désole que Montargis, dont elle approuve l’amitié envers son petit-fils, fréquente Bloch : « Sa sympathie empressée pour Bloch dont elle avait eu tant de peine à me détacher fut pour elle une consternation. Le mot de <que> Montargis disait de lui d’un air fin : “Ah ! il a une veulerie très intéressante” » la désolait. Malgré cela elle me laissait comme elle espérait que c’était un engouement qui passerait, elle me laissait sortir ne refusait jamais de me laisser sortir avec Montargis si elle pensait qu’aucun de ses amis “littéraires” ne vînt avec nous, et qu’il n’y eût pas de “Bloch à la clé”. En me dis Quand j’étais triste de la quitter pour partir dîner aux environs avec Bloch Montargis elle me disait <en m’embrassant et en me poussant dehors> “Mais non au contraire je suis enchanté[e] cela te distraira, mais pas de Bloch, tâche donc qu’il ne le voit [sic] plus” “ Tu lui diras que je désapprouve disait-elle <ironiquement […]> avec un tendre sourire […] » (f. 91v28  ; cf. f. 93v). La note suivante du Cahier 29 semble préparer – ou résumer – ce développement du Cahier 28 : « Fils de coulissier avec qui ma grand’mère me prie de ne pas me lier. Ami de Montargis. Dis lui de ne pas fréquenter Bloch que je n’approuve pas » (Cahier 29, f. 4629 ).

Cahier 68, f. 45

Cahier 68, f. 45

BNF, Manuscrits, NAF 18318. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001446/​f47.image.r=NAF%2018318.langFR

Cahier 28, f. 91v (après rotation 180°)

Cahier 28, f. 91v (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 16668. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001231/​f93.image.r=NAF%2016668.langFR

Cahier 29, f. 46

Cahier 29, f. 46

BNF, Manuscrits, NAF 16669. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004929/​f47.image.r=NAF%2016669.langFR

Retour vers la transcription du f. 55v

f. 55

Fac-similé / Transcription diplomatique

f. 55 (après rotation 180°)

f. 55 (après rotation 180°)

Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274

Transcription linéarisée

(Gangnat) retrouvant la bonté instaurée en lui 1 comme j’avais trouvé le chic 2
Dans une gde peroraison 3 (voir page précédente) je mettrai les jours de soleil où je chante 4 et les/a géométrie dans l’espace 5, les Swann et Juliot 6 connus de tt de façons 7,

Notes critiques

1. Gangnat retrouvant la bonté instaurée en lui

Suite du f. 55v, Proust ayant écrit ici sur l’Agenda pris tête-bêche. Il s’agit de Robert Gangnat (1867-1910). Après des études de droit et un passage au gouvernement de Léon Bourgeois, il fut critique dramatique et musical, puis agent général de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (Dictionnaire national des contemporains, sous la direction de C.-E. Curinier, t. 4, 1903, p. 19030). La bonté semble avoir été le trait marquant de son caractère. À ses obsèques, c’est en effet sur elle qu’insiste Robert de Flers : « […] tu étais toute indulgence et toute bonté ! – oh ! ta bonté, ton incorrigible bonté, il suffisait de t’avoir approché pendant un moment, un jour, […] pour en avoir les preuves les plus certaines et les plus délicieuses… c’est que cette bonté-là n’avait rien d’accidentel ; elle n’était le fait d’aucune faiblesse du cœur, ni d’aucune paresse de l’esprit, elle était active et ingénieuse, elle savait donner et se donner, et se taire, si bien que nous ne la connaissions souvent que lorsque tes obligés étaient bavards. » Auguste Germain ajoutait : « La bonté discrète et agissante de Robert Gangnat réalisait des prodiges […]. » (Le Figaro, 3 novembre 1910, p. 431). Proust félicita Flers pour ce discours qu’il trouva « délicieux et beau. » (Corr., t. X, p. 196). Proust et Gangnat, qui se connaissaient depuis 1903 au moins (ibid., t. III, p. 284), semblent s’être fréquentés notamment en 1907 à Trouville, selon le souvenir ému de Proust qui remarque qu’ils s’appelaient par leurs prénoms (ibid., t. X, p. 191). En 1908, Gangnat devenu l’amant de Louisa de Mornand loue une villa, le « Chalet russe », à Bénerville (aujourd’hui Bénerville-sur-Mer), près de Cabourg ; Proust leur rendit une visite au cours de laquelle il fit la connaissance du neveu de Gangnat, Gaston Gallimard (M. Proust - G. Gallimard, Correspondance, éd. Pascal Fouché, Gallimard, 1989, p. 8, n. 1). Mais en 1910, Proust écrivait à Louisa de Mornand qu’il n’avait ni revu ni écrit à Robert Gangnat, « cet homme de cœur », « depuis plusieurs années » (Corr., t. X, p. 65-66), et remarquait en 1916 dans une lettre à Gallimard : « […] je connaissais peu votre oncle (ce qui ne m’empêchait pas de l’aimer profondément) […]. » (M. Proust-G. Gallimard, Correspondance, éd. citée, p. 30.) Ce passage de l’Agenda semble indiquer que Robert Gangnat est une des sources du personnage de Bloch. Proust pensait-il à lui dans le passage où Morel est « sous l’impression de la bonté de Bloch » (La Prisonnière (Sodome et Gomorrhe III), 1923, t. I, p. 7032) ?

Retour vers la transcription du f. 55

2. comme j’avais trouvé le chic

La proposition est inachevée, ce qui en rend l’interprétation difficile : « comme j’avais trouvé le chic dans… » ou « en… ». On peut penser, peut-être, au « chic » de Montargis, qui séduit la grand-mère du protagoniste à Querqueville, futur Balbec, au début du Cahier 28 pris à l’envers : « Elle trouvait trouvait que ses cravates avaient beau une élégance négligée, elle avait aimer [sic] beaucoup ces/ses vestons qui avaient un chic si peu gommeux aimait dans ses cravates flottantes, <dans ses cravates> dans ses grands vestons anglais, un chic comme naturel qui n’avait rien de “gommeux”, ni de “parvenu” ni de “compassé”, un <ce même> air de liberté et de nature qu’elle aimait qu’on laissât aux jardins […] » (f. 9433 ). Le lien entre Bloch et Montargis est souligné non loin dans le même cahier : voir f. 55v, n. 7.

Cahier 28, f. 94 (après rotation 180°)

Cahier 28, f. 94 (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 16668. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001231/​f95.image.r=NAF%2016668.langFR

Retour vers la transcription du f. 55

3. Dans une gde peroraison [sic]

Après l’interruption de la note précédente (voir n. 2 supra), la graphie de ce dernier paragraphe, plus rapide et relâchée, pourrait indiquer une notation plus tardive. Proust, qui comme tous les lycéens de son temps a étudié la rhétorique classique, ne peut manquer de savoir ce qu’est la « péroraison », « conclusion ou dernière partie d’un discours dans laquelle l’orateur rappelle, brièvement et de manière concise, l’essentiel de son propos, et dont le but est d’emporter la conviction de l’auditoire » (Trésor de la langue française). À moins qu’il ne l’emploie ici de façon humoristique, dans le sens familier et dépréciatif du discours interminable ou pompeux de quelqu’un qui s’écoute parler, l’expression désigne très vraisemblablement un type de discours oral de nature argumentative, ce qui correspond bien à la « longue conversation [avec Maman] sur Sainte-Beuve et sur l’esthétique » qui devait conclure, en 1909, le roman encore intitulé Contre Sainte-Beuve, souvenir d’une matinée (voir f. 55v, n. 2). L’orateur doit reprendre l’essentiel de son propos avant d’en souligner les enjeux : en prévoyant de « rappeler » toutes les réminiscences éprouvées à diverses époques par le protagoniste pour en dégager « le sens » (voir ibid., n. 2) et de récapituler sa vie « diaprée de passions » (ibid., n. 5), un des éléments de la conclusion étant que « la vie est belle » (ibid., n. 4), Proust semble construire son discours final sur ce modèle rhétorique. La présente note ajoute à la « péroraison » ainsi esquissée de nouveaux éléments, qui semblent en partie conforter l’idée de bonheur spontané (« les jours de soleil où je chante », voir infra, n. 4), mais surtout introduire une nouvelle orientation dans la récapitulation narrative (voir infra, n. 5 et 7). La note s’interrompant sur une virgule, la réflexion sur la « fin » semble inachevée.

Retour vers la transcription du f. 55

4. les jours de soleil où je chante

Ce motif est ancien et insistant. Il sert à mettre en évidence l’existence d’une sensibilité atmosphérique primitive, indépendante de, et antérieure à, l’expérience de la réminiscence. Il apparaît dans Jean Santeuil : « Par ces beaux jours, […] il se sentait heureux avant même de se sentir réveillé, ses yeux ayant vu d’abord sur la table les reflets d’or du soleil […], il se levait, s’habillait vite, radieux, chantant. » (p. 297) ; « Il ouvrait les yeux et, apercevant les reflets du soleil sur le parquet, il croyait encore avoir le bonheur à portée de sa main. […] Il allait au ministère, son paletot sur le bras car il faisait assez chaud, mais il chantait d’un air heureux. » (p. 300). On le retrouve dans le Carnet 1, associé à l’image de « la statue de Memnon » qui traverse toute la genèse du roman : « Le bonheur n’est qu’une certaine sonorité des cordes qui vibrent à la moindre chose et qu’un rayon fait chanter. L’homme heureux est comme la statue de Memnon[,] un rayon de soleil suffit à le faire chanter » (f. 2734 ), puis dans le Cahier 3 : « Parfois un beau matin de printemps égaré dans l’hiver […] déjà touché par ce rayon de soleil matinal j’ai sauté à bas du lit, j’ai fait mille danses, et gesticulations heureuses que je constate dans la glace, je dis avec joie des mots qui n’ont rien d’heureux, et je chante, car l’hom le poète est comme la statue de Memnon. Il suffit d’un rayon de soleil levant pour le faire chanter. » (f. 26-2735). On retrouvera ensuite le motif non pas dans l’exposé théorique final du « Temps retrouvé » (Cahiers 58 et 57), mais dans le Cahier 50 (hiver 1910-1911) qui les précède un temps dans la diégèse et reprend les matinées de l’ouverture du livre rédigées dans le Cahier 3 : « […] quelquefois je ne savais qu’il faisait beau temps que parceque […] <pendant que je […] dormais> le premier rayon du soleil […] <à travers> […] les rideaux fermés était [venu] toucher au fond de moi une statue de Memnon qui s’était mise à chanter, n’avait plus voulu se taire, et avait fini par causer mon réveil, comme on dit au régiment un réveil en musique. » (Cahier 50, f. 41v36 ). Voir Nathalie Mauriac Dyer, « Memnon barométrique, ou Spleen à la manière de Proust », in Originalités proustiennes, sous la direction de Philippe Chardin, Paris, Kimé, 2010, p. 185195. Nous ne possédons aucun brouillon où ce motif figure dans un épisode à portée conclusive.

Carnet 1, f. 27

Carnet 1, f. 27

BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f28.image.r=NAF%2016637.langFR

Cahier 3, f. 27

Cahier 3, f. 27

BNF, Manuscrits, NAF 16643. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000470q/​f28.image.r=NAF%2016643.langFR

Cahier 50, f. 41v

Cahier 50, f. 41v

BNF, Manuscrits, NAF 16690. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001357/​f45.r=NAF%2016690.langFR

Retour vers la transcription du f. 55

5. les/a géométrie dans l’espace

L’expression apparaît probablement pour la première fois sous la plume de Proust dans le cadre d’une réflexion suscitée par une gravure de Ruskin représentant la cathédrale et l’église Saint-Leu d’Amiens, dans « John Ruskin (deuxième article) » (Gazette des Beaux-Arts, 1er août 1900), texte repris dans la préface à la traduction de La Bible d’Amiens. Qui se promènera dans la ville éprouvera la justesse des déformations qu’y a imposées Ruskin à la perspective : « […] Vous verrez l’éloignement disposer, à la façon mensongère et heureuse d’un artiste, des monuments, qui reprendront, si ensuite vous vous rapprochez, leur position primitive, toute différente ; vous le verrez, par exemple, inscrire dans la façade de la cathédrale la figure d’une des machines à eau de la ville et faire de la géométrie plane avec de la géométrie dans l’espace. » (La Bible d’Amiens, 1904, p. 6737). Mais l’expression est certainement reprise ici avec une tout autre visée esthétique, où il s’agit, à l’inverse, de mettre l’accent sur la plénitude sensorielle délivrée par une perception volumineuse, « dans l’espace ». Proust vient sans doute de rédiger le passage du Cahier 26 sur la fréquentation des jeunes filles, qui s’oppose à celle des « vieilles femmes <[d]es hommes> avec qui nous feignons de nous plaire », seulement « portés par nous comme sur un plan, en ombres » : « Mais ces jolies <toutes> jeunes filles […] comme ce sont en réalité tous nos sens qui les regardent, nous ne faisons pas que les voir, elles ne sont pas des choses vues, de simples ombres sur un plan, elles sont à toute seconde où notre œil s’ouvre sur elles <et dans un seul regard> des choses vues, touchées, palpées[,] pesées, caressées, embrassées, flairées, goûtées, possédées, attristées, consolées, elles sont nous ne les voyons pas planes, nous les voyons dans l’espace avec tout leur volume, toutes leurs couleurs où nous goûtons leur parfum dans les nuances de rose, et dans la rousse chevelure, comme si nous nous pro avec cette intensité de sensations qui nous grisent quand nous nous promenons dans une merveilleuse roseraie. » (Cahier 26, f. 30-3138  ; voir Cahier 26, coll. « Cahiers 1 à 75 de la BnF », 2010, vol. II, f. 31 et n. 1, p. 156). À l’automne de 1909 Proust continuera d’élaborer cette nouvelle esthétique de la perception lors de la mise au net de « Combray » : voir dans le présent Agenda les notes « relevé plan » et « solide » (f. 11, n. 9 et 10), qui opposent la littérature « réaliste » et son « misérable relevé de lignes et de surfaces » (autrement dit, mais sans que l’expression soit employée, l’équivalent d’une géométrie plane) et la littérature que Proust met en œuvre, équivalent d’une géométrie dans l’espace qui saisit les objets (en l’occurrence, le clocher de Combray) non seulement en trois dimensions, mais dans leur « révolution » au fil des heures. La notion de « géométrie dans l’espace » implique aussi une nouvelle psychologie romanesque : comme le suggère un peu plus bas sur la présente page la note « les Swann et Juliot connus de t[an]t de façons » (voir n. 6 et 7 infra), les personnages seront envisagés selon les différentes facettes de leur caractère, la diversité des regards qui les saisissent, les interactions sociales qu’ils développent, ces aspects multiples leur donnant un certain « relief ». Proust développera cette idée dans un cahier du « Temps retrouvé » : « Encore si l’œuvre est un roman <ne> faudrait-il ne pas se contenter d’étudier ces caractères d’une façon immobile <comme s’ils étaient immobiles> mais […] ne pas se contenter <avoir en vue> pour emprunter le langage de la géométrie <sérieux> <la géométrie>, non point une psychologie plane, mais une psychologie dans l’espace ; et faire subir aux caractères […] les mouvements en quelque sorte mathématiques qu’exécutent/qui se passent à l’intérieur d’un caractère étant eux indirectement soumis à d’autres mouvements […] » (Cahier 57, f. 3139 ). En 1913, au moment de la sortie de Du côté de chez Swann, Proust reviendra sur l’opposition entre la « mauvaise » littérature et celle qu’il entend mettre en œuvre, introduisant la notion de « psychologie dans le Temps » absente du Cahier 57 : « <[…] La littérature dite réaliste est justement le contraire de la réalité parce qu’elle ne s’occupe que du déchet matériel qui reste – le même pour tous – quand nous avons retiré notre impression> Mon livre <Actuellement> Certains écrivains que j’admire d’ailleurs sont partisans d’actions très courtes, resserrées <concentrées> sur un petit espace de temps. Cela peut avoir sa beauté mais ce n’est pas ma conception du roman que je considère comme il y a en géométrie à côté de la géométrie plane la géométrie dans l’espace comme un essai de psychologie dans le Temps. Et c’est tout autre chose. » (brouillon de l’« entretien » avec le journaliste Élie-Joseph Bois, Yale University Library, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Frederick R. Koch Collection, FRKF 1375 ; voir Nathalie Mauriac Dyer, « Le lancement de Du côté de chez Swann », Bulletin d’informations proustiennes, no 43, 2013, p. 15 ; cf. Le Temps, 13 novembre 1913, in Essais et articles, p. 557 : « Vous savez qu’il y a une géométrie plane et une géométrie dans l’espace. Eh bien, pour moi, le roman ce n’est pas seulement de la psychologie plane, mais de la psychologie dans le temps. »). Dans une lettre à Henri Ghéon un peu postérieure à cet entretien, Proust définit son livre comme « un ouvrage qui a pour objet de montrer les positions diverses que prennent par rapport à une autre un certain nombre de personnes au cours de la vie, de faire pour la psychologie, ce que ferait un géomètre qui passerait de la géométrie plane à la géométrie dans l’espace » (Corr., t. XIII, p. 23, lettre du 2 janvier 1914). La présente note de l’Agenda préfigure donc la formulation progressive d’une esthétique du personnage. Pendant la Guerre, dans un cahier de l’épisode d’Albertine, Proust y reviendra à propos de l’expérience de l’oubli, la « psychologie dans le temps » s’appliquant cette fois au narrateur lui-même. Voir Cahier 56 : « […] nous ne sommes pas des êtres immobiles et dont de les problèmes que posent nos âmes ne peuvent se résoudre à l’aide d’une psychologie purement linéaire et comme qui dirait du une psychologie plane. Comme il y a une géométrie dans l’espace il y a une psychologie dans le Temps » (f. 2440 , transcription Pyra Wise ; cf. ibid., papier collé au f. 3241  ; Cahier XIII, f. 95 ; Albertine disparue, t. I, p. 22442). Dans le Cahier XX et dernier, la comparaison avec la « géométrie dans l’espace » s’est effacée : « Et sans doute tous ces plans différents suivant lesquels le Temps depuis que je venais de le ressaisir, dans cette fête, disposait ma vie, en me faisant songer que dans un livre qui voudrait en raconter une, il faudrait user par opposition à la psychologie plane dont on use d’ordinaire, d’une sorte de psychologie dans l’espace, ajoutai[en]t une beauté nouvelle à ces résurrections […] » (Cahier XX, f. 10643 [passage dicté à Céleste Albaret] ; Le Temps retrouvé, t. II, p. 237-23844).

Cahier 26, f. 31

Cahier 26, f. 31

BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f33.image.r=NAF%2016666.langFR

Cahier 57, f. 31

Cahier 57, f. 31

BNF, Manuscrits, NAF 16697. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000138g/​f37.NAF%2016697.langFR

Cahier 56, f. 24

Cahier 56, f. 24

BNF, Manuscrits, NAF 16696. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001372/​f32.r=NAF%2016696.langFR

Cahier 56, f. 32

Cahier 56, f. 32

BNF, Manuscrits, NAF 16696. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001372/​f42.image.r=NAF%2016696.langFR

Cahier XX, f. 106

Cahier XX, f. 106

BNF, Manuscrits, NAF 16727. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006816/​f221.image.r=NAF%2016727.langFR

Retour vers la transcription du f. 55

6. Juliot

Nom primitif de Jupien, avant celui de Borniche, « Juliot » n’apparaît qu’une seule fois dans les manuscrits qui nous sont parvenus, dans le Cahier 1, f. 23v45  : Françoise ne se lasse pas d’admirer ce brodeur « adroit comme une femme », aux « vraies mains de femme », « rangé, galant mais jamais plus que ça », à la différence du Comte (ancien titre du duc de Guermantes) qui est un « polisson » ; elle lui donnerait sa fille « les yeux fermés », si elle en avait une. Dans la partie du Cahier 51 rédigée à l’endroit, qui daterait du printemps de 1909, le brodeur Juliot est devenu le fleuriste Borniche. On y trouve ébauchée sa rencontre avec le marquis de Guercy (Charlus) dans la cour de l’hôtel de Guermantes, rencontre qui s’achève sur l’éloge des deux hommes par Françoise (voir f. 5-9 ; Matinée chez la princesse de Guermantes, éd. citée, p. 50-54) ; un peu plus loin dans le même cahier figure la rencontre par le héros au Bois, des années plus tard, de M. de Guercy diminué par la maladie et chaperonné par Borniche (Cahier 51, f. 17-22 ; Matinée chez la princesse de Guermantes, éd. citée, p. 63-66). Dans le Cahier 8, c’est la grand-mère du héros qui est enthousiasmée par un « fleuriste » qui demeure dans la même maison que Mme de Villeparisis, « l’homme le mieux, le plus distingué qu’elle eût jamais vu » (f. 25) ; lors des enrichissements de la mise au net apparaît sa fille, qui fait « des réparations, des broderies » (Cahier 9, f. 6046  ; cf. Du côté de chez Swann, p. 2447). Dans le Cahier 50, qu’on date de l’hiver de 1910-1911, le héros apprend à sa mère stupéfaite que le petit Chemisey épouse « la fille de Joliot » (f. 3648 ) ; mais il s’appelle de nouveau Borniche au verso du même feuillet (f. 36v49 ). C’est seulement en 1913 que Proust optera pour « Jupien », qui ne sera ni brodeur, ni fleuriste, mais giletier. (Sur l’apparition de ce nom, voir Laurence Teyssandier, De Guercy à Charlus. Transformations d’un personnage de À la recherche du temps perdu, Champion, 2013, p. 236.) La présente note de l’Agenda, où le personnage se nomme encore Juliot, laisse penser que les esquisses du Cahier 51 ne sont pas encore rédigées, ou que le nom de Borniche n’est pas encore véritablement acquis. C’est donc un nouvel indice en faveur d’une datation relativement précoce, à la fin du printemps ou au début de l’été de 1909, de cette page et de la précédente, qui programment une « fin » du roman étrangère à tout ce qui a été mis en place entre l’été de 1909 et l’été de 1910.

Cahier 1, f. 23v (après rotation 180°)

Cahier 1, f. 23v (après rotation 180°)

BNF, Manuscrits, NAF 16641. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000468n/​f26.image.r=NAF%2016641.langFR

Cahier 9, f. 60

Cahier 9, f. 60

BNF, Manuscrits, NAF 16649. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000475s/​f61.image.r=NAF%2016649.langFR

Cahier 50, f. 36

Cahier 50, f. 36

BNF, Manuscrits, NAF 16690. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001357/​f38.image.r=NAF%2016690.langFR

Cahier 50, f. 36v

Cahier 50, f. 36v

BNF, Manuscrits, NAF 16690. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001357/​f39.image.r=NAF%2016690.langFR

Retour vers la transcription du f. 55

7. les Swann et Juliot connus de tt de façons, [sic]

Proust programme pour la « g[ran]de péroraison » de son narrateur, à la fin du livre, une sorte de récapitulation des aspects successifs sous lesquels les personnages lui sont apparus depuis Combray (voir supra, n. 3, 5 et 6). Par « les Swann », Proust doit entendre Swann, sa femme et leur fille ; mais à ce stade précoce de la genèse, il pourrait surtout avoir à l’esprit le contraste entre le « vrai » Charles Swann, mondain élégant, membre du Jockey-Club et reçu dans la meilleure société du faubourg Saint-Germain, et ce voisin familier, fils d’un agent de change, dont la famille de Combray ne fait pas grand cas (Cahier 4). Un peu plus tard, dans le Cahier 27 où alterneront les morceaux consacrés à Swann, Gilberte et Mme Swann, Proust commencera à développer ce principe de contraste entre les aspects successifs d’un même personnage. Comme la première partie qui s’était interrompue in medias res (voir supra n. 2), la suite de cette longue note de régie commencée au folio précédent prend fin de manière abrupte, le dernier signe de ponctuation semblant bien être une virgule.

Retour vers la transcription du f. 55

Notes

1 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000472j/f6.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016645.langFR

2 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f50.image.r=NAF%2016637.langFR

3 http://archives.ladrome.fr/?id=recherche_guidee_etat_civil

4 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53005789x

5 http://archives.deux-sevres.com/archives79/Archivesenligne/Registresparoissiauxetd%C3%A9tatcivil.aspx

6 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000472j/f6.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016645.langFR

7 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f50.image.r=NAF%2016637.langFR

8 http://consultation.archives-loiret.com/FrmLotDocFrame.asp?idlot=39510/39511/39512/39513/39514/39515/39516/39517/39518/39519/39520/39521&idfic=0283414&resX=1344&resY=840&init=1

9 http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239dfea7f0db/5242bcfce998

10 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600270w/f218.image

11 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6579652x/f242

12 Voir p.  28 : http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/1860_1902_actes/aec_visu_img.php?registre=V4E_10339&type=AEC&&bdd_en_cours=actes_ec_1893_1902&vue_tranche_debut=AD075EC_V4E_10339_0121&vue_tranche_fin=AD075EC_V4E_10339_0151&ref_histo=11174&cote=V4E%2010339

13 Voir p. 16 : http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/1860_1902_actes/aec_visu_img.php?registre=V4E_07351&type=AEC&&bdd_en_cours=actes_ec_1883_1892&vue_tranche_debut=AD075EC_V4E_07351_0036&vue_tranche_fin=AD075EC_V4E_07351_0066&ref_histo=12568&cote=V4E%207351

14 http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/resus_rech.php

15 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600270w/f253.image

16 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001231/f37.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016668.langFR

17 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f10.image.r=NAF%2016637.langFR

18 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001216/f15.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016666.langFR

19 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000120s/f69.image.r=NAF%2016648.langFR

20 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077176r/f21.image.r=NAF%2016636.langFR

21 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53077176r/f22.image.r=NAF%2016636.langFR

22 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f62.image

23 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f4.image.r=NAF%2016637.langFR

24 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001216/f4.image.r=NAF%2016666.langFR

25 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001216/f5.image.r=NAF%2016666.langFR

26 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001216/f6.image.r=NAF%2016666.langFR

27 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001446/f47.image.r=NAF%2018318.langFR

28 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001231/f93.image.r=NAF%2016668.langFR

29 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60004929/f47.image.r=NAF%2016669.langFR

30 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k828876/f204.image

31 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k289020g/f4.image.langFR

32 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56857048/f73.image.r=

33 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001231/f95.image.r=NAF%2016668.langFR

34 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000655q/f28.image.r=NAF%2016637.langFR

35 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000470q/f28.image.r=NAF%2016643.langFR

36 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001357/f45.r=NAF%2016690.langFR

37 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80148w/f68.image.r=

38 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001216/f33.image.r=NAF%2016666.langFR

39 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000138g/f37.NAF%2016697.langFR

40 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001372/f32.r=NAF%2016696.langFR

41 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001372/f42.image.r=NAF%2016696.langFR

42 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10495580/f232.image

43 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60006816/f221.image.r=NAF%2016727.langFR

44 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049564q/f240.image.r=.langFR

45 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000468n/f26.image.r=NAF%2016641.langFR

46 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000475s/f61.image.r=NAF%2016649.langFR

47 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80736j/f29.image.r=

48 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001357/f38.image.r=NAF%2016690.langFR

49 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60001357/f39.image.r=NAF%2016690.langFR

Table des illustrations

Titre f. 8v
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Carnet 1, f. 49
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f50.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre La rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris, en 1910
Légende Carte postale, 1910, BNF, Estampes et Photographie, VA- 239 (A) –FOL
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre L’enseigne de l’hôtel de Madrid, rue de la Bourse, dans le 2e arrondissement de Paris (détail)
Légende Carte postale, 1910, BNF, Estampes et Photographie, VA- 239 (A) –FOL (détail)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Maison du prince Murat, « Hommes de la Chambre », juin 1909
Légende Photo © Archives nationales (France), fonds Murat, sous-série 31AP/292
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Prince Constantin Radziwill (1850-1920)
Légende Photographie de Paul Nadar, 1884Photo © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Paul Nadar
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre f. 55v (après rotation 180°)
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Cahier 28, f. 35v-36
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16668. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001231/​f37.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016668.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carnet 1, f. 8v-9
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f10.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Cahier 26, f. 12v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f15.image.r=fonds%20proust%20NAF%2016666.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Cahier 8, f. 67
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16648. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000120s/​f69.image.r=NAF%2016648.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre NAF 16636, f. 1
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16636. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53077176r/​f21.image.r=NAF%2016636.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre NAF 16636, f. 2
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16636. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53077176r/​f22.image.r=NAF%2016636.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Carnet 1, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f4.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Cahier 26, f. 2
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f4.image.r=NAF%2016666.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Cahier 26, f. 3
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f5.image.r=NAF%2016666.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Cahier 26, f. 4
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f6.image.r=NAF%2016666.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Cahier 68, f. 45
Légende BNF, Manuscrits, NAF 18318. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001446/​f47.image.r=NAF%2018318.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Cahier 28, f. 91v (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16668. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001231/​f93.image.r=NAF%2016668.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Cahier 29, f. 46
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16669. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60004929/​f47.image.r=NAF%2016669.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre f. 55 (après rotation 180°)
Légende Fac-similé de l’Agenda 1906, BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Cahier 28, f. 94 (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16668. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001231/​f95.image.r=NAF%2016668.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Carnet 1, f. 27
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16637. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000655q/​f28.image.r=NAF%2016637.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Cahier 3, f. 27
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16643. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000470q/​f28.image.r=NAF%2016643.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Cahier 50, f. 41v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16690. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001357/​f45.r=NAF%2016690.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Cahier 26, f. 31
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16666. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001216/​f33.image.r=NAF%2016666.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Cahier 57, f. 31
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16697. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000138g/​f37.NAF%2016697.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Cahier 56, f. 24
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16696. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001372/​f32.r=NAF%2016696.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Cahier 56, f. 32
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16696. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001372/​f42.image.r=NAF%2016696.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Cahier XX, f. 106
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16727. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60006816/​f221.image.r=NAF%2016727.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Cahier 1, f. 23v (après rotation 180°)
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16641. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000468n/​f26.image.r=NAF%2016641.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Cahier 9, f. 60
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16649. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6000475s/​f61.image.r=NAF%2016649.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Cahier 50, f. 36
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16690. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001357/​f38.image.r=NAF%2016690.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Cahier 50, f. 36v
Légende BNF, Manuscrits, NAF 16690. Consultable sur Gallica à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b60001357/​f39.image.r=NAF%2016690.langFR
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1466/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access