Version classiqueVersion mobile

Matrices de sceaux du Moyen Âge

 | 
Ambre Vilain

Avant-propos

Michel Amandry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À côté de remarquables collections de monnaies, médailles, jetons, camées, intailles, vases, trésors royaux, le département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France regorge d’autres fonds, moins connus, qui ne demandent qu’à être exploités. C’est le cas de sa collection de sceaux et de matrices de sceaux.

Lorsqu’en 1929, le département s’enrichit de la collection rassemblée par Gustave Schlumberger, entrée par legs, qui contenait près de six cents matrices, l’intérêt pour la sigillographie était alors à son zénith. Les matrices de sceaux étaient exposées dans les musées et donnaient lieu à de nombreuses études particulières. Progressivement cependant, on s’en désintéressa. Les raisons de cette désaffection sont multiples. Les matrices furent tout d’abord victimes de leur succès : depuis les années 1850-1860, de nombreuses officines avaient en effet injecté sur le marché un nombre très important de faux et de surmoulages, venant jeter le discrédit sur...

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search