Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Inventaire des premières gravures italiennes

Florence (inv. 124-194)

Texte intégral

130. 1er état (voir plus bas la notice correspondante)

Les premiers graveurs

Le Maître de la Passion de Vienne

1Autour d’une suite de dix scènes de la Passion du Christ conservée à l’Albertina, vingt-trois gravures ont été regroupées. On y retrouve les mêmes caractéristiques techniques et stylistiques. L’artiste doit son nom à cette suite. Il est, avec Baccio Baldini, le plus important graveur en manière fine. Son style évolue entre celui de la dernière période d’Andrea del Castagno (vers 1423-1457) et celui des débuts d’Antonio Pollaiuolo (1431/1433 – 1498).

2Les draperies sont très mouvementées, la musculature des personnages, excessive ; les compositions sont très chargées, avec un sens décoratif très marqué. Techniquement, les contours épais sont bordés de tailles serrées, accentuant le relief des formes. Des liens avec La Chronique illustrée, recueil de dessins conservé au British Museum, attribué d’abord à Finiguerra, puis à Baldini, se perçoivent (S. Colvin, 1898).

3Le Cabinet des estampes ne possède qu’une gravure attribuée à ce maître, La Mort et l’Assomption de la Vierge, et deux autres proches de sa manière, L’Allégorie de la vie et L’Enfer de Dante. Ces œuvres ne permettent pas d’apprécier son style.

124. La Mort et l’Assomption de la Vierge

De chaque côté et au bas du sujet principal, neuf scènes de la Vie de la Vierge : la Naissance de la Vierge, la Présentation au Temple, le Mariage, l’Annonciation, la Visitation, la Présentation de Jésus au Temple, la Fuite en Égypte, l’Adoration des Mages, le Massacre des innocents.

Burin en manière fine. 280 x 205 au c. de pl.

Vers 1460-1470.

Hist. : Révil, vente Paris, 26 mars 1838, no 17, 225 F ; Debois, vente Paris, 23-26 avril 1844, no 45, 710 F (griffe F. D. 1839 à la plume, au verso) ; acquis de Defer, le 8 mai 1844, 800 F.

Ea 19 rés. Cl. 63 B 30733.

H. I, p. 29, A. I, 11 (unicum) ; P. V, p. 42, 99 b ; Washington, p. 20, note 12 (attr. au Maître de la Passion de Vienne) ; TIB., 2402.024 (attr. au Maître de la Passion de Vienne). Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847, no 5964 (La Vie de la Vierge, gravée par Baldini).

Gravures proches des œuvres du Maître de la Passion de Vienne

125. Allégorie de la Vie avec une fontaine d’amour et des emblèmes de la Discorde

Dans un paysage de collines recouvertes de végétation, composé de trois plans superposés, on distingue, en bas, un lion et une lionne dressés l’un contre l’autre, un hérisson, un serpent et un hibou. Au-dessus, un chevalier combat un dragon, à g., et un chasseur poursuit deux lapins, à dr. ; derrière lui, un fou. En haut, de part et d’autre d’un arbre, deux hommes sauvages armés d’une massue ; à g., un centaure prêt à leur décocher une flèche ; à dr., un couple d’amoureux près d’une fontaine et un enfant jouant avec un chien.

Cette gravure, essentiellement décorative, évoque une plaque d’orfèvrerie.

Burin en manière fine. 84 x 127 au c. de pl.

Vers 1460-1470.

Ea 19 rés. Cl. 69 B 47620.

H. I, p. 31, A. I, 17 (unicum) ; P. V, p. 23, 45 ; Washington, p. 20, note 12 (Maître de la Passion de Vienne) ; TIB., 2402.032.

126. L’Enfer (pièce en hauteur)

Inscriptions sur des banderoles, désignant les pécheurs tourmentés par les démons : MAOMETTO (en haut) ; BRVTO, CHASSIO, TOLOMEO, ANTENOR (au centre) ; QVESTA·FV·GELSTBEL (en bas). Inscriptions désignant les péchés capitaux : MALIOSA, FALSATORE, ACCIDIA (en haut) ; INVIDIA, IRA, GHOLA (au centre) ; LVSVRIA, AVARITCIA (en bas). Au-dessus de la tête du démon, son nom : LVCIFERO.

Le T qui remplace le A de « Gelsabel » est probablement dû à une mauvaise impression.

Burin en manière fine. 302 x 215 au tr. c.

Vers 1460-1470.

1er état : avant que la planche ne soit retravaillée. Dans cette épr., Lucifer est colorié au lavis bleu-gris.

Ea 19 rés. Cl. 62 B 30688.

H. I, p. 49, A. I, 60 1 (unicum ?); P. V, p. 44, 103 ; Washington, p. 20, note 12 (peut-être gravée par le Maître de la Passion de Vienne) ; B. XII, p. 90, 8 ; TIB., 2402.034 S1.

4La gravure, exécutée d’après la fresque du Campo Santo de Pise, interprète cette dernière très librement.

Anonymes

127. La Vierge et l’Enfant entre sainte Catherine de Sienne et sainte Marguerite

Au-dessus de ces trois personnages, l’Annonciation : à g., Dieu le Père et l’Ange, sur des nuages ignés, et une banderole portant l’inscription AVE GRAZIA PLENA (Z à rebours) ; à dr., la Vierge dans sa chambre et la colombe ; au-dessus : ECCE·ANCILLA·DOMINI. Sur l’auréole de la sainte qui se tient à g. de la Vierge : S·CATERINA·DASIENA ; au-dessus de la sainte, à dr. de la Vierge, on lit : S[AN]C[T]A·MARGHE·RITA.

Sainte Catherine et sainte Marguerite sont accompagnées de leurs attributs : un lis et un livre pour la première ; la Croix, un livre et le dragon, pour la seconde.

Burin en manière fine, effet proche de la pointe sèche. 245 x 187 au c. de pl.

Impression faible d’un tirage moderne d’une plaque datée vers 1460-1470.

Fil. : lettre p. Briquet, non décrit. Cl. B A 1019.

Hist. : acquis de Danlos et Delisle le 16 janvier 1883, 25 F.

Ea 19 rés. Cl. 62 B 19794

H. I, p. 40, A. I, 36 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 85, 2 ; TIB., 2402.022. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 4440.

5Catherine de Sienne (1347-1380) ayant été canonisée en 1461, Hind se demande si la gravure n’est pas une adaptation florentine d’une gravure siennoise. La qualité de cette gravure est très inférieure à celle des œuvres du Maître de la Passion de Vienne.

128. La Nativité et l’Annonce aux bergers

Dans une composition qui rappelle une page de manuscrit : en haut, l’Annonce aux bergers ; en bas, la Nativité.

Dans la marge du haut, au centre (S à rebours) : ·EGO·SVM·LVCS·MONDI (« Je suis la lumière du monde. », Jn 8, 12) ; à g. : DANIEL. Sur les banderoles des anges, de g. à dr. (S à rebours) : GLORIA·INECELSIS·DEO·ET·INTERA·/ PAX·ONIbVS·[HOMINIBVS] / B / O / NA[E]VOLON / TATI / S et ANNVNTI / OVOBIS / GAVDIO. Sur les banderoles des médaillons de la bordure, le nom des prophètes qui ont annoncé la naissance du Christ : à dr., A / MO / S, ZACHARIAS, OSEA (S à rebours) ; à g., MOISIS (S à rebours).

Burin en manière fine. 249 x 170. Épr. rognée.

Vers 1460-1470.

Fil. : ancre dans un cercle surmonté d’une étoile. Briquet, vers 481. Cl. B A 1010.

Hist. : acquis de Dauvin le 3 juin 1875, 30 F.

Ea 19 rés. Cl. 62 B 19423.

H. I, p. 45, A. I, 49 (3 épr. connues) ; P. V, p. 67, 62 ; TIB., 2405.025. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 3746.

Baccio Baldini et son atelier

6(Baccio Baldini : vers 1436 – Florence, 12 décembre 1487)

7Peu de documents concernant Baldini ayant été retrouvés, les indications sur ses dates de naissance et de mort s’appuient sur les déductions de plusieurs historiens, qui l’identifient, sous toute réserve, à l’orfèvre du même nom, actif dans le troisième quart du xve siècle, de 1460 environ à 1487. Orfèvre, nielleur, graveur et dessinateur, il était un suiveur de Maso Finiguerra et travaillait dans l’entourage de Botticelli. Avec une production d’une centaine de pièces – aucune n’est signée –, il est considéré comme le plus important graveur florentin de la première génération de ces artistes. Les gravures suivantes lui sont attribuées : une suite de sept planètes ; la plupart des vingt-quatre gravures décoratives dites « gravures Otto » (du nom du collectionneur) ; une suite de vingt-quatre Prophètes et douze Sibylles ; une Nativité ; une Conversion de saint Paul ; un Jugement de Pilate ; des illustrations de livres : trois pour Monte Sancto di Dio d’Antonio Bettini, dix-neuf pour La Divine Comédie de Dante, commentée par Cristoforo Landino ; à cela s’ajoutent plus d’une vingtaine de nombreuses autres gravures religieuses et profanes. Il est à peu près certain qu’il dirigeait un atelier.

8Ses œuvres se caractérisent par une manière de graver appelée « manière fine », une technique d’orfèvre. Les tailles des contours, des tracés et des décors essentiels sont fermes, vigoureuses, profondes ; les tailles du modelé et des ombres sont très fines, légères, serrées, courtes, parfois croisées. Longeant les tracés principaux, elles produisent un effet d’estompe et, pour les draperies, de lavis. Cette technique dérive du travail des nielles et Baldini, autant par sa technique que par son style, se rapproche de Finiguerra. On a ainsi attribué à Finiguerra un recueil de dessins, intitulé La Chronique illustrée, alors qu’il semble être de Baldini. Ce recueil, conservé à Londres, au British Museum, retrace l’histoire du monde, d’Adam et Ève jusqu’à l’ère chrétienne. Une comparaison entre ces dessins et les œuvres de Finiguerra permet d’établir quelques différences stylistiques. Les personnages sont plus allongés, moins souples que ceux de Finiguerra. Les compositions sont plus décoratives et ornementales, offrant un sens plus réduit de l’espace. Le modelé se manifeste par des draperies, les tracés sont aigus et les volumes moins accentués.

9Il est difficile d’établir une chronologie des gravures de Baldini ; en effet, plusieurs, notamment les plus grandes, nous sont connues par des tirages de plaques usées, retravaillées par d’autres mains. On en est donc réduit à des suppositions et à envisager ainsi la succession des gravures : Les Planètes dateraient des environs de 1465 ; Les Prophètes et les Sibylles – dont Francesco Rosselli, vers 1485-1490, fit des copies au burin, en manière large – viendraient ensuite, vers 1470-1475, selon Hind, Oberhuber et Levenson, vers 1475-1480, selon Zucker ; pour cette série, Baldini s’inspira parfois des gravures du Maître E. S., graveur allemand dont les dernières œuvres sont datées des environs de 1466-1467 ; suivraient par comparaison stylistique, à partir de 1470, les « gravures Otto », La Partie de chasse, proche du Monte Sancto di Dio, de 1477 ; les illustrations de La Divine Comédie, publiée en 1481, seraient ses dernières gravures. C’est à peu près de la même époque que daterait Le Jugement de Pilate, connu seulement par le tirage d’une plaque retravaillée probablement par Rosselli (inv. 176) mais dont la composition et la perspective marquent un accomplissement dans l’évolution du maître. Toutes ces indications doivent être considérées comme un essai de chronologie sans aucune certitude.

10Le style de Baldini s’inscrit dans le contexte de l’époque, l’art florentin du xve siècle. Il évoque celui de Finiguerra, de Verrochio (1435-1488), de Baldovinetti (1425-1499), de Pollaiuolo (1431/33-1498) et de Botticelli (1445-1510). Baldini s’inspire aussi des graveurs des écoles du Nord – le Maître E. S. et Schongauer – et de l’art bourguignon. Il adapte ses emprunts à l’art du quattrocento. Une certaine unité dans l’ensemble des œuvres qui lui sont attribuées se manifeste aussi par la réutilisation, dans plusieurs gravures, des formes, attitudes, draperies, vêtements, modèles d’animaux, etc. On retrouve de nombreuses figures similaires dans les gravures et dans les dessins de La Chronique illustrée.

11Plusieurs graveurs florentins anonymes travaillèrent dans la manière de Baldini. Il est possible qu’ils fréquentèrent son atelier. Il est manifeste que son influence sur les débuts de la gravure en Italie fut considérable.

12Bibliogr. : Konrad Oberhuber, « Baccio Baldini », dans Early Italian Engravings from the National Gallery of Art, Washington, National Gallery of Art, 1973, p. 13-39.

Les suites (129-173)

129-137. Les Planètes

13Cette suite représente les sept planètes et les hommes qui en subissent l’influence, appelés les natifs des planètes ou les enfants des planètes ; elle traite aussi des groupes sociaux sur lesquels les planètes agissent : les guerriers pour Mars, les hommes de science pour Mercure, etc. On a, en effet, attribué aux planètes les particularités et les qualités des divinités antiques dont elles portent le nom. Celui-ci leur fut donné par les Grecs.

  • 1 Fritz Saxl, « The Literary Sources of the Finiguerra Planets », Journal of the Warburg Institute, I (...)

14Au xve siècle, les croyances astrologiques atteignirent leur apogée. Les arts plastiques trouvèrent dans l’astronomie et l’astrologie une source d’inspiration. Le thème des enfants des planètes, abondamment traité par les peintres, les orfèvres, les graveurs, fut à l’origine de suites de dessins et d’estampes produites d’abord en Europe du Nord ; certaines étaient accompagnées d’un texte donnant un résumé des connaissances astrologiques et astronomiques sur la planète : sa nature, les aptitudes de ses enfants, le temps qu’elle met à parcourir les différentes constellations avec une évaluation de sa course en degrés, minutes et secondes. Ces textes, placés sous la gravure, constituaient un abrégé populaire d’astrologie. Leur origine se trouvait sans doute dans les anciens traités d’astrologie, très copiés et très diffusés, qui, eux-mêmes, avaient leurs sources dans les traités d’astrologie arabes1.

15L’ordre des gravures des planètes est celui de la cosmographie antique, qui situait la terre au centre des sphères célestes. La vision de l’univers au xve siècle se base sur le système de Ptolémée, qui fait de la terre le centre immobile de l’univers ; elle est entourée par les éléments, l’eau, l’air, le feu, puis par les sphères célestes, où se tiennent les planètes ; dans la plus haute, Saturne ; puis Jupiter et Mars ; au milieu, le Soleil ; ensuite Vénus, Mercure et la Lune. Les anciens comptaient le Soleil et la Lune parmi les planètes.

Ils plaçaient au-delà des sphères célestes la sphère des étoiles fixes puis le cristallin et, enfin, l’empyrée. Cette vision de l’univers fut abondamment diffusée par la gravure au xve siècle.

16La suite florentine des Planètes est attribuée actuellement à Baldini, après l’avoir été à Maso Finiguerra, dont le style est très proche. Certains groupes de personnages, notamment dans les gravures représentant les planètes Mars et Lune, justifient cette première attribution. Une copie réduite de la suite complète a été exécutée par un graveur florentin anonyme, très peu de temps après, témoignant du succès de cet ensemble. En effet, ces suites sont approximativement datées grâce à un calendrier, qui accompagne la suite des copies et donne les dates de Pâques pour les années 1465 à 1517. Ceci permet d’envisager 1464, au plus tard, comme date de la suite originale et 1465 comme celle des copies.

  • 2 Hind, t. I, p. 307, appendix I, g, III, no 73.

17Si l’on se réfère aux dimensions des gravures de la suite originale et à l’inventaire de la boutique d’un marchand de gravures de Florence, Alessandro di Francesco Rosselli, signalant « Giuocho di pianeti cho loro fregi, in 4 pezi2 », il semble que les cuivres furent gravés recto verso, par souci d’économie. La huitième gravure de la série, dont l’unique exemplaire est conservé au British Museum, pourrait être une bordure destinée à encadrer les planètes ; à celle-ci correspondrait, dans la suite des copies, le calendrier qui a les mêmes dimensions.

  • 3 Dans les notices qui suivent, la traduction du texte italien est celle donnée par Friedrich Lippman (...)

18La composition est semblable pour toutes les gravures : en haut, sur des nuages, la divinité planétaire, avec son attribut, conduisant un char dont seulement une (la Lune, le Soleil) ou deux des roues sont visibles ; sur ces roues sur sont représentées les constellations habitées par la planète, demeures du jour et de la nuit ; au-dessous, dans un paysage, des personnages sont occupés aux diverses activités que la planète gouverne – véritables scènes de genre et témoignages sur la vie de l’époque. Sous l’image, une longue inscription en italien décrit les propriétés de la planète ; les données astronomiques ne correspondent pas toujours aux données actuelles3.

19La mise en espace de Baldini reste encore très médiévale. Les différentes scènes sont étagées dans l’espace et les effets de perspectives se révèlent très maladroits. La composition, très dense, se présente parfois comme un groupe de petites scènes juxtaposées, sans vision d’ensemble.

20Techniquement, Baldini essaie de donner une texture différente aux éléments (terre, eau), aux matériaux, aux végétaux (paille, feuillage), aux animaux (fourrure, soies) et se révèle habile. La variété de ses tailles anime ses gravures et compense la raideur de ses personnages. Il est plus difficile de porter un jugement sur la suite du 2e état, retravaillée par de nombreuses tailles croisées, surtout dans les parties ombrées.

21Le Cabinet des estampes possède une gravure de la suite du 1er état, en manière fine (Jupiter), la suite complète du 2e état, en manière fine, excepté la planche de la bordure, ainsi que deux gravures de la suite des copies (Jupiter et le Soleil).

  • 4 Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 17.

22La suite du 2e état provient de la collection Marolles, acquise en 1667. Elle est répertoriée dans l’inventaire de la collection : « Sept morceaux… sans nom ni marque d’auteur, représentant les sept planètes avec des explications en bas en italien4. »

L’épreuve du 1er état de Jupiter et les deux copies ont été acquises au xixe siècle (voir les notices).

129. Saturne

En haut, sur son char, le vieillard Saturne tient son attribut, la faux, qui figure le temps, la destruction. Cet attribut remplace, depuis le Moyen Âge, la faucille, qui rappelait alors l’origine agraire du dieu. Ce char est conduit par deux dragons qui se mordent la queue, symboles également du temps, appelés aussi « Ouroboros ».

Sur les banderoles autour du char : en haut, SATVRNO (S à rebours) ; sous les roues : CAPICORNIO et AqVARIO, désignant les signes du Capricorne et du Verseau, gravés sur les roues, demeures du jour et de la nuit de la planète.

En bas, à g., des mendiants, des infirmes et des prisonniers auxquels un moine distribue de la soupe ; à dr., des paysans qui tuent des porcs ; dans le fond et à g. du bûcheron, un moine devant une église, des laboureurs, le battage du blé, un gibet avec un supplicié.

  • 5 Dans les notices qui suivent, la traduction du texte italien est celle donnée par Friedrich Lippman (...)

Dans la m. inf., une inscription de onze lignes, en italien, dont nous donnons la traduction5 : « Saturne est une planète mâle qui se tient dans le septième ciel, elle est sèche et froide, humide par occasion, de la nature de la terre, mélancolique. Elle a la nature du plomb, elle est sombre et aime les ajustements sombres, elle est religieuse, persévérante, elle aime l’agriculture, parmi les métaux elle a le plomb, parmi les tempéraments la mélancolie, elle se plaît à l’agriculture, à la vieillesse et à l’automne parmi les saisons. Son jour est le samedi avec la 1re, la 8e, la 15e et la 22e heure, sa nuit est celle du mercredi, son ami est Mars, son ennemi est le Soleil. Elle a deux demeures : le Capricorne pendant le jour et le Verseau pendant la nuit. Sa vie ou son apogée est dans la Balance, sa mort ou son déclin dans le Bélier. Elle met à parcourir les douze signes du Zodiaque trente ans et un peu plus, cela n’entre pas en considération, en partant du Capricorne, elle parcourt un signe en deux ans et demi ou trente lunes, un degré par mois, deux minutes par jour, cinq secondes par heure, et revient ainsi à son point de départ. »

Burin en manière fine. 325 x 221. Épr. rognée.

Vers 1460-1464.

2e état : épr. de la plaque regravée avec des tailles croisées plus nombreuses.

Fil. : croissant fermé surmonté d’une croix. Briquet, vers 5198. Cl. B A 636.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30710.

H. I, p. 80, A. III, 1 a-2 (unicum) ; P. V, p. 34, 65 ; TIB., 2403.001 S2.

130. Jupiter

En haut, sur son char conduit par deux aigles, Jupiter tient son sceptre. Ganymède, agenouillé devant lui, présente un plateau et une aiguière. Sur les banderoles autour du char : en haut, GIOVE ; sous la roue arrière, PISCE (S à rebours), désignant le signe des Poissons, demeure de la nuit de la planète, gravé sur la roue. La banderole de la roue avant, sur laquelle est gravé le signe du Sagittaire, demeure de jour de la planète, est vide. En bas, au centre, un prince sur un trône ; devant lui, un autre prince, avec un groupe d’hommes ; à dr., trois hommes couronnés de laurier, qui rappellent les poètes italiens Dante, Pétrarque et Boccace, sont assis autour d’un pupitre ; à l’arrière-plan, dans un paysage, des scènes de chasse avec des fauconniers et des meutes.

Dans la m. inf., une inscription de neuf lignes, en italien, dont nous donnons la traduction (voir note 3) : « Jupiter est une planète mâle située dans le sixième ciel, chaude et humide, tempérée par nature, molle, confiante, joyeuse, libérale, éloquente, aimant les beaux habits, rouge, belle de visage et rayonnant vers la terre. Elle a pour métal le zinc et pour jour le jeudi a la 1re heure, à la 8e, à la 15e et à la 22e, sa nuit est celle du lundi, elle a pour amie la Lune, pour ennemi Mars. Elle a deux demeures : le Sagittaire pendant le jour, les Poissons pendant la nuit ; sa vie ou son apogée est dans le Cancer, sa mort ou son déclin a lieu dans le Capricorne. Elle parcourt les douze signes du Zodiaque en douze ans en commençant au Sagittaire, elle parcourt un signe en un an, deux degrés et demi par mois, un degré en douze jours, cinq minutes par jour, douze secondes et demie par heure. »

Burin en manière fine.

Vers 1460-1464.

1er état : avant que le cuivre ne soit retravaillé. 325 x 217. Épr. rognée.

Fil. : main. Briquet, vers 10 638. Cl. B A 643.

Hist. : Angiolini, vente Stuttgart, 5 juin 1895, no 1008 ; acquise le 5 juin 1895 de Bouillon, 8 937 F.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30682.

H. I, p. 80, A. III, 2 a-1 (5 épr. connues) ; P. V, p. 33, 62 ; TIB., 2403.002 S1. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 5741.

2e état : épr. de la plaque regravée avec des tailles croisées plus nombreuses. 324 x 220. Épr. rognée.

Fil. : huchet. Briquet, vers 7686 (à rebours). Cl. B A 672.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl 63 C 22519.

H. I, p. 80, A. III, 2 a-2 (unicum) ; P. V, p. 33, 62 ; TIB., 2403.002 S2.

130. Filigrane du 1er état

130. Filigrane du 2e état

131. Jupiter

Copie réduite avec la partie inf. inversée ; sur la banderole de la roue avant du char : SAGITARIO (S à rebours). Le fleuve au centre du paysage est remplacé par un champ ; la partie dr., avec les chiens et le rocher, a été remplacée par un bois ; le bois, à g., a été remplacé par une colline avec un château ; de nombreuses erreurs dans le texte.

260 x 182. Épr. rognée.

Vers 1465.

Fil. : aigle. Briquet, vers 96. Cl. B A 888.

Hist. : acquis de Clément, le 25 mars 1870, avec la copie du soleil, 60 F.

Ea 29 rés. Cl. 88 C 180473.

H. I, p. 80, A. III, 2 b (trois épr. connues) ; P. V, p. 33, 62 ; B. XIII, 194, 3 ; TIB., 2403.002 C1. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 3199.

132. Mars

En haut, Mars en guerrier, sur son char, tient son attribut, l’épée. Sur les banderoles autour du char : en haut, MARTE ; sous les roues, SCARPION (S à rebours) et ARIETE, désignant les signes du Scorpion et du Bélier gravés sur les roues, demeures de la nuit et du jour de la planète. En bas, une attaque de paysans par des soldats et des scènes de pillage ; dans le fond, à dr., un château fort.

Dans la m. inf., une inscription de neuf lignes, en italien, dont nous donnons la traduction (voir note 3) : « Mars est une planète mâle située dans le cinquième ciel, brûlante, enflammée ; elle a pour propriété d’aimer la guerre, les batailles, les meurtres ; elle est belliqueuse, désordonnée ; comme métal elle aime le fer, comme tempérament, le colérique. Son jour est le mardi à la 1re heure, à la 8e, la 15e, et à la 22e. Sa nuit est celle du samedi, son ami le Soleil, son ennemi Jupiter. Elle a deux demeures : le Bélier pendant le jour et le Scorpion pendant la nuit. Sa vie ou son apogée se trouve dans le Capricorne, sa mort ou son déclin dans le Cancer. Elle parcourt les douze signes en dix-huit mois en commençant par le Scorpion, elle met un mois et demi par signe, quarante minutes par jour, et par heure une minute et quatre [comprenez : quarante] secondes. »

Burin en manière fine. 319 x 215. Épr. rognée.

Vers 1460-1464.

2e état : épr. de la plaque regravée avec des tailles croisées plus nombreuses.

Fil. : huchet. Briquet, vers 7686. Cl. B A 640.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30686.

H. I, p. 80, A. III, 3 a-2 (2 épr. connues) ; P. V, p. 34, 64 ; TIB., 2403.003 S2.

133. Le Soleil

En haut, le Soleil en jeune roi, sur son char tiré par quatre chevaux. Sur la roue, sous un lion gravé, l’inscription LEO. En bas, à dr., un prince qui semble juger ; à son côté, un jeune homme qui porte sur la jambe g. l’inscription DROIT·MANT ; devant lui, des hommes se livrent à des exercices martiaux et sportifs : lutte, anneaux, jets de pierre, escrime ; dans le fond, des arbalétriers et, à g., trois pèlerins agenouillés devant un autel de la Vierge dont l’entablement porte l’inscription AVE REGINA.

Dans la m. inf., une inscription de neuf lignes, en italien, dont nous donnons la traduction (voir note 3) : « Le Soleil est une planète mâle qui se tient dans le quatrième ciel, elle est chaude, sèche, enflammée, irascible, de la couleur de l’or, ambitieuse, avide. Elle aime les belles paroles, elle est grave, splendide, a le corps rond et charnu, elle est d’une belle prestance. Parmi les métaux elle a l’or, son jour est le dimanche à la 1re heure, à la 8e, à la 22e ; sa nuit est celle du jeudi, Mars est son ami, Saturne son ennemi ; elle a une demeure, c’est le Lion. Sa vie ou son apogée est dans le Bélier, sa mort ou son déclin dans la Balance. Elle parcourt les douze signes en un an, en commençant par le Sagittaire, elle parcourt un Signe par mois, un degré par jour, deux minutes et trente secondes par heure. »

Burin en manière fine. 323 x 220. Épr. rognée.

Vers 1460-1464.

2e état : épr. de la plaque regravée avec des tailles croisées plus nombreuses.

Fil. : huchet. Briquet, vers 7686. Cl. B A 673.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30687

H. I, p. 81, A. III, 4 a-2 (unicum) ; P. V, p. 33, 63 ; TIB., 2403.004 S2.

134. Le Soleil

Copie réduite inversée, avec de nombreuses modifications, dont les plus importantes sont la suppression d’un personnage auprès du prince et la transformation de la chapelle en un autel ; un pèlerin a aussi été supprimé.

264 x 186. Épr. rognée.

Vers 1465.

Hist. : acquis de Clément, le 25 mars 1870, avec la copie de Jupiter, 60 F.

Ea 29 rés. Cl. 62 B 28697.

H. I, p. 80, A. III, 4 b (3 épr. connues) ; P. V, p. 33, 63. B. XIII, p. 195, 4 ; TIB., 2403.004 C1. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 3199.

135. Vénus

En haut, Vénus, sur son char tiré par deux colombes, tient une flèche ; devant elle, Éros, les yeux bandés, avec son arc et son carquois. Sur les banderoles autour du char : en haut, VENERE ; sous les roues, TORO et BILANCE désignent les signes du Taureau et de la Balance gravés sur les roues, demeures du jour et de la nuit de la planète.

Au-dessous, différentes scènes de divertissements : au premier plan, de part et d’autre, un couple enlacé ; sur la jambe du jeune homme à g., AMES·DROIT, inscription que l’on retrouve sur deux « gravures Otto » ; au centre de la composition, un couple danse au son d’un tambourin dont joue une jeune femme ; sur leur g., une dame couronne un jeune homme ; au-dessus de ces derniers, des jeunes femmes jettent des fleurs du haut d’un balcon où est inscrit ONNIA / VINCIT·AMOR (N à rebours) ; à dr., des baigneurs, sous une tente. Au-delà, des orangers, des pins et, dans un paysage de collines et de châteaux, des cavaliers.

Dans la m. inf., une inscription de dix lignes, en italien, dont nous donnons la traduction (voir note 3) : « Vénus est une planète femme dans le troisième ciel. Elle est froide, humide, tempérée et présente les particularités suivantes : elle aime les beaux habits, les bijoux d’or et d’argent, les chants, la gaîté et les jeux ; elle est lascive et a de douces paroles, elle a de beaux yeux, un beau front, un corps léger, plein et charnu : elle est de taille moyenne préoccupée avant tout de la beauté à laquelle elle est soumise. Elle a pour métal le laiton, pour jour le vendredi à la 1re heure, à la 8e, à la 15e et à la 22e. Sa nuit est celle du mardi, son ami Jupiter, son ennemi Mercure. Elle a deux demeures, le Taureau pendant le jour, la Balance pendant la nuit ; le Soleil est son conseiller ; sa vie ou son apogée se trouve dans les Poissons, sa mort ou son déclin dans la Vierge. Elle fait le tour du Zodiaque en dix mois en commençant par la Balance et parcourt un Signe en vingt-cinq jours, un degré et douze minutes en un jour, trente minutes en une heure. »

Burin en manière fine. 326 x 220. Épr. rognée.

Vers 1460-1464.

2e état : épr. de la plaque regravée avec des tailles croisées plus nombreuses.

Fil. : huchet. Briquet, vers 7686, reprod. incomplète (?). Cl. B A 639.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30685.

H. I, p. 81, A. III, 5 a-2 (2 épr. connues) ; P. V, p. 32, 61 ; TIB., 2403.005 S2.

136. Mercure

En haut, Mercure, sur un char tiré par deux faucons, est représenté avec ses attributs traditionnels : le caducée et les ailettes à ses chaussures. Il porte un chapeau de voyageur. Sur les banderoles, autour du char : en haut, MERCVRIO ; en bas, rien : sous les roues du char, les deux banderoles sont vides. Les signes de la Vierge et du Sagittaire (au lieu des Gémeaux) sont gravés sur les roues.

Au-dessous, plusieurs activités artistiques, littéraires et scientifiques sont représentées dans une rue florentine, sur laquelle s’ouvrent diverses boutiques ; à dr., des docteurs, avec des livres, et un homme qui remonte une horloge ; au-dessus d’eux, un organiste ; en face, une boutique d’orfèvre, avec un graveur et, installé devant la boutique, un sculpteur ; au premier étage, un peintre et un broyeur de couleurs ; au premier plan, un hôtelier et un prince à table ; dans la rue, quatre personnages, dont l’un soulève une sphère. Colvin a supposé que les trois personnages en costumes orientaux pouvaient être Zoroastre, Pythagore et Ptolémée.

Dans la m. inf., une inscription de neuf lignes, en italien, dont nous donnons la traduction (voir note 3) : « Mercure est une planète mâle qui se tient dans le deuxième ciel ; elle est sèche, mais cette sécheresse est toute passive, elle est froide avec les signes qui sont froids et humide avec ceux qui sont humides. Elle est éloquente, ingénieuse, elle aime les sciences, les mathématiques, la divination ; elle a le corps svelte et bien proportionné, les lèvres fines et une belle taille. Son métal est le Mercure, son jour le mercredi à la 1re heure, à la 8e, à la 15e et à la 22e. Sa nuit est celle du dimanche. Elle a pour ami le Soleil, pour ennemie Vénus. Sa vie ou son apogée est dans la Vierge, sa mort ou son déclin dans les Poissons. Elle a comme demeures les Gémeaux pendant le jour et la Vierge pendant la nuit. Elle parcourt le Zodiaque en trente-huit [lisez : trois cent trente-huit] jours en commençant par la Vierge et met vingt jours et deux heures par signe. »

Burin en manière fine. 325 x 221. Épr. rognée.

Vers 1460-1464.

2e état : épr. de la plaque regravée avec des tailles croisées plus nombreuses.

Fil. : huchet. Briquet, vers 7686. Cl. B A 674.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30709.

H. I, p. 82, A. III, 6 a-2 (unicum) ; P. V, p. 34, 66 ; TIB., 2403.006 S2.

137. La Lune

En haut, un croissant passé dans ses cheveux, la Lune, sur un char dont la roue est ornée du signe du Cancer, tient l’arc et la flèche de Diane ; deux nymphes conduisent le char. En dessous, le paysage est composé d’une rivière avec un pont sur lequel se dresse une colonne surmontée d’un cadran solaire portant les chiffres 1 à 12 ; des paysans traversent le pont, transportant des sacs de grain jusqu’à un moulin, situé à dr. ; des pêcheurs avec des nasses et des perches, des nageurs, des oiseleurs, des archers, animent la composition ; au-dessus du pont, à g., un bateleur costumé en fou est entouré de personnages.

Dans la m. inf., une inscription de onze lignes en italien dont nous donnons la traduction (voir note 3) : « La Lune est une planète femme qui se tient dans le premier ciel, elle est humide, froide, flegmatique, placée entre le monde supérieur et le monde inférieur, elle aime la géométrie et tout ce qui s’y rapporte, elle est ronde de figure et de taille moyenne, elle aime parmi les métaux l’argent, parmi les tempéraments le flegmatique, parmi les saisons le printemps, parmi les éléments l’eau. Son jour est le vendredi à la 1re heure, à la 8e, à la 14e et à la 22e ; sa nuit est celle du vendredi, son ami est Jupiter, son ennemi Mars. Elle a pour domicile unique le Cancer, près du Soleil et de Mercure. Son apogée est dans le Taureau, son déclin ou sa mort dans le Scorpion. Elle parcourt les douze Signes en vingt-huit jours en commençant par le Cancer, et traverse un Signe en deux jours et demi, treize degrés par jour, trente-cinq minutes et cinquante-six secondes par heure. »

Burin en manière fine. 328 x 220. Épr. rognée.

Vers 1460-1464.

2e état : épr. de la plaque regravée avec de nombreuses tailles croisées.

Fil. : huchet. Briquet, vers 7686. Cl. BA 657.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30708.

H. I, p. 82, A. III, 7 a-2 (2 épr. connues) ; P. V, p. 35, 67 ; TIB., 2403.007 S2.

138-173. Les Prophètes et les Sibylles

23Cette suite comprend trente-six estampes, vingt-quatre Prophètes et douze Sibylles.

24Le sujet choisi par Baccio Baldini puise ses sources dans l’iconographie médiévale et dans la pensée des hommes de la Renaissance. Le thème des prophètes était courant dans l’art du Moyen Âge ; quant aux figures des sibylles, deux d’entre elles surtout étaient connues, la sibylle Érythrée, qui prophétisait le Jugement dernier, et la sibylle de Tibur, qui avait fait apercevoir à l’empereur Auguste, sous forme de vision, la Vierge et l’Enfant dans une gloire, vision annonciatrice de la venue du Fils de Dieu.

  • 6 E. Mâle, p. 253 à 265 (voir bibliographie générale).

Au xve siècle, les concordances entre les événements et les personnages de l’Ancien et du Nouveau Testament perdurent ; celle, par exemple qui existe entre les prophètes et les apôtres. Il en est de même de la concordance entre ces mêmes prophètes et les sibylles, c’est-à-dire entre l’histoire sainte et l’histoire profane : Dieu se serait révélé non seulement aux Hébreux mais aussi aux païens. Les sibylles, d’origine païenne, auraient annoncé le Sauveur à la Grèce, à l’Italie, à l’Asie mineure. Elles auraient prédit au monde païen la naissance, les miracles, la passion, la mort et la résurrection du Christ, ainsi que le Jugement dernier6.

25Elles sont désignées par leur lieu d’origine : Perse ; Lybie ; Delphes ; Cimmérie (Crimée ?) ; Érythrée, en face de l’île de Chio ; île de Samos ; Cumes, près de Naples ; Hellespont et Phrygie, deux anciennes provinces romaines en Asie mineure ; Tibur (ou Tivoli), près de Rome ; Europa, province romaine en Thrace ; et Agrippa.

  • 7 Lactance avait emprunté les prophéties attribuées aux sibylles à un ouvrage antérieur, Oracula Siby (...)

Les oracles qu’elles prononcent sont connus en Italie, au xve siècle, par le De divinis institutionibus (Des institutions divines) de Lactance (250 – vers 325), apologiste chrétien du temps de l’empereur Constantin, né près de Cirta, en Afrique, qui accorde autant d’autorité aux sibylles qu’aux prophètes. Son ouvrage fut imprimé en Italie, en 14657.

26Chef de l’académie florentine fondée par Cosme de Médicis, traducteur de Platon dont il propagea la doctrine dans son Traité de la religion chrétienne (De Christiana religione), paru en 1474, Marsile Ficin invoque lui aussi l’autorité des sibylles et élève Platon au rang des prophètes.

27Pour les hommes de la Renaissance, la foi chrétienne et la pensée antique ne sont pas antinomiques. Ainsi, la parution d’une suite de trente-six gravures de Baccio Baldini, Les Prophètes et les Sibylles, son succès et sa large diffusion, par des états, des interprétations, des copies, s’expliquent-ils aisément. D’autant que les gravures sont accompagnées de textes : huit vers gravés dans la marge inférieure, auxquels s’ajoutent parfois des inscriptions indispensables à la compréhension de l’ensemble.

Les huit vers en italien correspondent à des extraits du texte d’une « Sacra rappresentazione » du mystère de l’Annonciation, attribuée au poète florentin Feo Belcari ; la première édition en parut à Florence, sans nom d’auteur, à la fin du xve siècle.

28Ce mystère fut joué à Florence, en 1471, à l’occasion de la visite du duc Galeazzo Maria Sforza.

29Les vers ont un caractère prophétique. Dans ce mystère, un ange invite les prophètes et les sibylles à dire ce qu’ils savent du Sauveur promis aux hommes par Dieu et à révéler sa miraculeuse naissance. C’est par des couplets de huit vers qu’ils s’expriment, en alternance (deux prophètes, une sibylle). Puis l’ange Gabriel, envoyé par Dieu, annonce à la Vierge qu’elle enfantera le Sauveur.

30C’est ce mystère que Baldini a « illustré », gravant sous chaque personnage les vers correspondants. Ceux-ci font allusion à l’avènement du Verbe, Fils du Père, né d’une vierge juive, à sa mort, à sa résurrection. Ils qualifient le Messie de Soleil naissant, de Clef de David, de Miroir sans tache, d’Étoile divine, de Roi des rois, de Sauveur, de Roi de la paix, de Bon Berger, de Salut des nations, d’Emmanuel (« Dieu est avec nous »). Ils insistent sur la virginité de la Mère du Sauveur et évoquent le Démon vaincu.

  • 8 Alessandro d’Ancona, Rappresente della Annunziazione di Feo Belcari in Sacre rappresentazioni dei s (...)

31Dans les gravures, le nombre des figures représentées est supérieur à celui des prophètes et des sibylles évoqués dans le texte qui nous est parvenu, texte publié en 1872 par Alessandro d’Ancona8, ce qui peut s’expliquer facilement : ce genre de spectacle s’enrichissant en effet au fur et à mesure de ses représentations, Baldini s’est probablement inspiré de sa forme définitive, postérieure à celle qu’a découverte Alessandro d’Ancona. Certains historiens ont également envisagé une autre source littéraire – qui reste à découvrir –, commune à Belcari et à Baldini.

32Les trois premiers prophètes, Noé, Jacob et Moïse, se succèdent dans la série de gravures et dans le mystère. Les textes qui accompagnent ces gravures sont identiques à ceux du mystère, comme pour la plupart des prophètes. On constate quelques variantes dans les prophéties de Joël, Nahum, Zacharie et Malachie, des interférences de vers dans celle d’Abdias. Certains textes des gravures, cependant, ne proviennent pas de Feo Belcari – ainsi ceux de David, Jérémie, Ezéchiel et Baruch ; d’autres n’ont pas les mêmes interprètes dans le mystère et dans les gravures : le texte attribué par Baldini à Aaron est celui que prononce David dans l’œuvre de Belcari ; et la prophétie de Salomon correspond, dans le mystère, à celle de Jérémie. Signalons que l’ordre des prophètes n’est pas toujours identique.

33Certaines sibylles sont communes au mystère et aux gravures : les sibylles de Perse, de Samos, de Cumes, de Tibur, de l’Hellespont et la sibylle d’Érythrée ; le texte est identique pour la sibylle persique, présente quelques variantes pour celles d’Érythrée et de Samos ; il diffère pour les sibylles de Cumes, de l’Hellespont, de Tibur.

  • 9 E. Mâle, « Une influence des mystères sur l’art italien du xve siècle », Gazette des Beaux-Arts, 19 (...)

34Pour l’iconographie des sibylles, Baldini a dû s’inspirer des représentations mêmes (aspect, costumes, attributs) du mystère, dont les figures nous sont connues par un ouvrage de Filippo Barbieri, paru en 1481, les Discordantiae nonnullae. Cet ouvrage, consacré en grande partie aux sibylles, les décrit telles qu’on pouvait les voir sur scène à l’époque ; un manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal (Ms. 243) en fait une description encore plus proche des figures gravées9 par Baldini. Ces ouvrages pourraient avoir pour source les fresques du palais Orsini où, peu avant 1438, le cardinal Orsini fit peindre une suite de sibylles maintenant disparue.

  • 10 Citons, pour les prophètes, Jacob, Habacuc, Aggée, Isaïe, Ézéchiel, Amos, Obadia, Malachie, ainsi q (...)
  • 11 Le prophète Daniel s’inspire de Ponce Pilate dans Le Christ devant Pilate de Schongauer ; les sibyl (...)

35Quant à son inspiration artistique et technique, interprétant ou copiant partiellement les attitudes des personnages10, Baldini l’a trouvée en grande partie dans les séries des Apôtres (assis et debout) et dans la suite des Quatre Évangélistes du graveur allemand, le Maître E. S. Les expressions des visages, très variées, sont plus personnalisées et elles retiennent l’attention. On constate aussi des emprunts à Schongauer et une influence très marquée de l’art bourguignon11. Baldini modifie parfois certains détails pour que ses compositions reflètent le goût florentin, ainsi par exemple remplace-t-il les sièges gothiques nordiques par des trônes. Plusieurs estampes ont cependant un caractère spécifiquement italien.

36La suite des Prophètes et les Sibylles s’accompagnait peut-être d’une Nativité, en deux planches, La Vierge adorant l’Enfant et son pendant, Saint Joseph (H. I, C. III, 1 A et 2 A), dont les dimensions correspondent à celles des gravures et qui comportent huit vers dans la marge inférieure. Cependant, le mystère se termine par l’Annonciation et non par la Nativité.

La suite des Prophètes et les Sibylles sera interprétée dans une série gravée au burin, « en manière large », attribuée à Francesco Rosselli, datée des environs de 1485-1490. La série des sibylles fut copiée en contrepartie par un anonyme, dans une technique proche de la « manière fine », probablement à Florence, à la fin du xve siècle (H. I, F. 7). Ces gravures, grossièrement exécutées, ne sont pas comparables à la série en manière large de Rosselli.

138-161. Les Prophètes

37La série comprend vingt-quatre gravures et compte trois états. Aucune série complète des trois états des Prophètes n’est conservée. Sur vingt-quatre gravures de chaque état, il manque, dans les collections du Cabinet des estampes, suivant la numérotation de Hind : H. 11, 14, 20 pour le 1er état ; H. 2, 10, 20, 24 pour le 2e ; H.1 à 6, 8, 9, 23, 24 pour le 3e.

38Les caractères communs à toutes les gravures ou à certains états ne sont pas répétés dans chaque notice.

Burin en manière fine.

Vers 1470-1475, selon Hind, Levenson, Oberhuber ; vers 1475-1480, selon Zucker.

1er état : avec huit vers en italien dans la m. inf. 180 x 107. Cet état se subdivise en deux groupes : le groupe a, sans numéro en haut, à g., et parfois sans les inscriptions sur les banderoles ; le groupe b, avec un numéro en haut, à g., ou parfois sans ce numéro, effacé.

Hist. : coll. Bourlat de Montredon, acquise en 1781 (voir « Le fonds des premières gravures italiennes… », § 15).

2e état : la m. inf., avec les vers, est supprimée ; un tr. c. est ajouté à l’intérieur de la pl., à 2 mm environ du c. de pl. du 1er état, coupant l’extrémité de certains motifs. Les pl. sont retravaillées, les contours renforcés et les lettres plus épaisses. 146 x 107.

Hist. : coll. Marolles (?), acquise en 1667.

3e état : avec de nouveaux numéros gravés en bas, à dr. Les anciens numéros sont faiblement ou partiellement visibles. Les contours sont retravaillés. 145 x 107.

Hist. : coll. Marolles (?), acquise en 1667.

39Les gravures des 2e et 3e états pourraient provenir en partie de la coll. Marolles, acquise en 1667. Dans l’inventaire de cette coll., parmi les gravures des vieux maîtres, sont citées « Dix-huit morceaux Pages 24 et 25 sans marques représentant quelques-unes des Sibylles et plusieurs Prophètes… » (Ye 18 rés., t. I, p. 20).

138. Noé

Assis sur des nuages ignés, il porte l’arche sur laquelle est perchée la colombe tenant le rameau d’olivier. Il est coiffé d’un bonnet conique.

De part et d’autre de sa tête : NOE, PROFETA.

1er état : chiffre 5 dans l’angle sup. g. 180 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30714.

H. I, p. 163, C. I, 1 A-1 b (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 165, 1 ; TIB., 2403.052 S1.

2e état : chiffre 5 conservé ; 143 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30767.

H. I, p. 163, C. I, 1 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.052 S2.

139. Jacob

Assis, il tient un livre ouvert sur son genou. À dr. : IACHOb ; sur une banderole au-dessus de sa tête : AD PREDAM DESCENDISTI FILIMI·DORMIENT·ACCVISTI·VT·LEO (les S et le N de dormient à rebours).

1er état : sans chiffre ; la trace d’un chiffre inscrit à l’encre dans l’angle sup. g. se distingue. 179 x 108 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30717.

H. I, p. 163, C. I, 2 A-1 a (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 165, 2 ; TIB., 2403.053 S1.

140. Moïse

Assis sur des nuages ignés, il tient les Tables de la Loi. De part et d’autre de sa tête d’où émanent des rayons lumineux : MVISE, PROFETA.

1er état : chiffre 12 dans l’angle sup. g. (2 à rebours).179 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30721.

H. I, p. 164, C. I, 3 A-1 b (unicum) ; B. XIII, p. 165, 3 ; TIB., 2403.054 S1.

2e état : le chiffre 12 est conservé (2 à rebours). MVISE PROFETA est remplacé par MOISE et·PROPHETA·. Au-dessus de la tête du prophète, l’inscription précédente, effacée, se distingue encore. Dans le texte inscrit sur les Tables de la Loi, b est remplacé par et l’inscription PATRĒ·EM / ATRE […] VXORE est devenue PATRĒ·EM / ATRĒ […]VXORĒ. 145 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 662.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30776.

H. I, p. 164, C. I, 3 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB 2403.054 S2.

140. Filigrane du 2e état

141. Aaron

Assis sur des nuages ignés, il tient un petit dragon. Il porte un chapeau conique.

Sur une banderole, à dr. : ARON / PROFETA.

1er état : chiffre 10 dans l’angle sup. g. 180 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30728.

H. I, p. 165, C. I, 4 A-1 b (deux épr. connues) ; B. XIII, p. 165, 4 ; TIB., 2403.055 S1.

2e état : le chiffre 10 est conservé. 144 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30766.

H. I, p. 165, C. I, 4 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.055 S2.

142. Samuel

Assis sur un trône, il tient un livre appuyé sur son genou. Il porte une couronne. En haut du trône, l’inscription : SAMVEL·PROFETA.

1er état : chiffre 15 à l’encre dans l’angle sup. g. 178 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30722

H. I, p. 165, C. I, 5 A1 a (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 165, 5 ; TIB., 2403.056 S1.

2e état : chiffre 17 dans l’angle sup. dr. 144 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 654

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30735

H. I, p. 165, C. I, 5 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.056 S2.

142. Filigrane du 2e état

143. David

Assis sur des nuages ignés, il tient le psaltérion sur ses genoux. Sur une banderole de part et d’autre de sa tête : LALDATE·PVERI·DOMI[NI] et LALDATE·NOMEN DOMINI ; au-dessus du prophète : ·DAVIT·PROFETA·.

1er état : chiffre 6 dans l’angle sup. g. 180 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30 716.

H. I, p. 166, C. I, 6 A-1 b (unicum) ; B. XIII, p. 165, 6 ; TIB., 2403.057 S1.

2e état : chiffre 14 dans l’angle sup. dr. LALDATE est corrigé en LAVDATE. 144 x 106 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748 ; Cl. B A 661.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30734.

H. I, p. 166, C. I, 6 A-2 (unicum) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.057 S2.

143. Filigrane du 2e état

144. Salomon

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre. Sur une banderole de part et d’autre de sa tête : SALAMON et PROFETA (S et N à rebours).

1er état : la trace du chiffre 20 inscrit à l’encre dans l’angle sup. g. subsiste. 178 x 105 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30720.

H. I, p. 166, C. I, 7 A-1 b. Les épr. a et b se distinguent par la banderole, vide en a (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 165, 7 ; TIB., 2403.058 S1.

2e état : chiffre 22 dans l’angle sup. dr. 178 x 105 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30763.

H. I, p. 166, C. I, 7 A-2 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.058 S2.

3e état : chiffre 22 effacé ; chiffre 5 inscrit en bas à dr. 142 x 103 au tr. c.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30757.

H. I, p. 166, C. I, 7 A-3 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.058 S3.

145. Élie

Assis sur des nuages ignés, il tient une flamme dans la main dr. Sur une banderole, au-dessus de sa tête : ·HELIA·PROFETA·.

1er état : chiffre 7 dans l’angle sup. g.

179 x 106 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30739.

H. I, p. 167, C. I, 8 A-1 b (seule épr. connue avec le chiffre non rogné) ; B. XIII, p. 165, 8 ; TIB., 2403.059 S1.

2e état : chiffre 7 conservé.

143 x 106 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 663.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30777.

H. I, p. 167, C. I, 8 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.059 S2.

145. Filigrane du 2e état

146. Élisée

Assis sur un banc orné, il pose la main dr. sur un livre ouvert posé sur un pupitre. Il porte une couronne. Sur une banderole que tient le prophète : ELIXEO·PROFETA·.

1er état : chiffre 8 dans l’angle sup. g.

180 x 116 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30743.

H. I, p. 167, C. I, 9 A-1 b (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 165, 9 ; TIB., 2403.060 S1.

2e état : le chiffre 8 est conservé.

143 x 106 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 646.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30769.

H. I, p. 167, C. I, 9 A-2 (deux épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.059 S2.

146. Filigrane du 2e état

147. Jérémie

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre fermé.

Sur une banderole de part et d’autre de la tête du prophète : ·IEREMIA·, ·PROFETA·.

1er état : chiffre 2 à rebours dans l’angle sup. g.

178 x 105 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30730.

H. I, p. 168, C. I, 10 A-1 b (seule épr. connue avec le chiffre non rogné) ; B. XIII, p. 166, 10 ; TIB., 2403.061 S1.

3e état : chiffre 2 effacé ; chiffre 10 inscrit en bas à dr.

143 x 102 au tr. c.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 664.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30731.

H. I, p. 168, C. I, 10 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 167. TIB., 2403.061 S3.

147. Filigrane du 3e état

148. Baruch

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre fermé. Il porte un bonnet. Sur une banderole de part et d’autre de sa tête : ·BARVCH·, ·PROFETA·.

2e état : chiffre 15 inscrit dans l’angle sup. g., bARVCH (1er état) est modifié en BARVCH.

142 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30736.

H. I, p. 168, C. I, 11 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.062 S2.

3e état : chiffre 15 effacé ; le chiffre 11, inscrit en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

140 x 108 au tr. c.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 665.

Ea 29 rés. Cl. 63 b 30755.

H. I, p. 168, C. I, 11 A-3 (six épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.062 S3.

148. Filigrane du 3e état

149. Ézéchiel

Assis sur un trône, il tient une banderole avec l’inscription : EXALTAViT·LIGNV[M]·HVMILIER.

À dr. : ·EXECHIEL· / PROFETA.

1er état : chiffre 3 dans l’angle sup. g.

178 x 117 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30742.

H. I, p. 169, C. I, 12 A-1 b (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 166 ; TIB., 2403.063 S1 (4 épr. connues).

2e état : le chiffre 3 est conservé ; EXECHIEL est modifié en EZECHIEL et HVMILIER en HVMILITER.

144 x 108 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 659.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30775.

H. I, p. 169, C. I, 12 A-3 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.063 S3.

3e état : chiffre 3 effacé ; le chiffre 12, inscrit en bas à dr., a été gratté sur cette épr.

140 x 106. Épr. rognée.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 666.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30725.

H. I., p. 169, C. I, 12 A-3 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.063 S3.

149. Filigrane du 2e état

149. Filigrane du 3e état

150. Daniel

Assis sur un trône, il tient un livre ouvert et indique le texte : POST / EDOM / ODAS /VII ET / LXII O / CCIDE / TV X / PS. Son front est ceint d’une couronne de laurier surmontée d’un bonnet conique terminé par trois plumes. De part et d’autre du trône : ·DANIELO·, ·PROFETA·.

1er état : chiffre 4 dans l’angle sup. g.

178 x 111 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30740 et 89 C 181451.

H. I, p. 169, C. I, 13 A-1 b (seule épr. connue avec le numéro non rogné) ; B. XIII, p. 166, 13 ; TIB., 2403.064 S1.

2e état : le chiffre 4 est conservé dans l’angle sup. g.

Un pavement quadrillé est ajouté. 147 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 653.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30770.

H. I, p. 169, C. I, 13 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167. TIB., 2403.064 S2.

150. Filigrane du 2e état

151. Joël

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre posé sur ses genoux. Il est coiffé d’un bonnet à bord crénelé. Sur une banderole de part et d’autre de sa tête : IOEL, PROFETA.

2e état : chiffre 16 dans l’angle sup. dr.

142 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 660.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30774.

H. I, p. 170, C. I, 14 A-2 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 167. TIB., 2403.065 S2.

3e état : chiffre 16 effacé (le coin g. de l’épr. est déchiré). Le chiffre 14, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

140 x 103 au tr. c.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Non reproduit.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30726.

H. I, p. 170, C. I, 14 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.065 S3.

151. Filigrane du 2e état

152. Amos

Assis sur un trône orné d’un médaillon portant l’inscription AMOS· / PROFE / TA· (S à rebours), il tient un livre.

1er état : cette épr. ne comporte pas de chiffre gravé ; chiffre 17 inscrit à l’encre dans l’angle sup. g.

179 x 118 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30756.

H. I, p. 170, C. I, 15 A-1 a (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 166, 15 ; TIB., 2403.066 S1.

2e état : chiffre 19 dans l’angle sup. dr.

143 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 652.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30765.

H. I, p. 170, C. I, 15 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.066 S2.

3e état : le chiffre 15, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

143 x 104 au tr. c.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B 667.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30713.

H. I, p. 171, C. I, 15 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.066 S3.

152. Filigrane du 1er état

152. Filigrane du 2e état

152. Filigrane du 3e état

153. Abdias

Assis sur un banc, tenant un livre ouvert, il lit. Il porte un bonnet. De part et d’autre de la tête du prophète, sur une banderole : ·AbIAS·, ·PROFETA·.

1er état : sans chiffre gravé ; sur cette épr., le chiffre 18 est inscrit à l’encre dans l’angle sup. g.

178 x 116 au c. de pl.

Fil : fragment non identifiable. Non reproduit. Cl. B A 647.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30711.

H. I, p. 171, C. I, 16 A-1 a (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 166, 16 ; TIB., 2403.067 S1.

2e état : chiffre 18 dans l’angle sup. dr. ; AbIAS est modifié en ABIAS.

146 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 655.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30760.

H. I, p. 171, C. I, 16 A-2 (unicum) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.067 S2.

3e état : chiffre 18 supprimé ; le chiffre 16, gravé en bas, à dr., n’est pas visible sur cette épr., restaurée à cet endroit.

144 x 105 au tr. c.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 668.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30737.

H. I, p. 171, C. I, 16 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.067 S3.

153. Filigrane du 2e état

153. Filigrane du 3e état

154. Jonas

Assis sur des nuages ignés, il tient le poisson dans le ventre duquel il passa trois jours, avant de prêcher à Ninive, et un livre fermé. Il est coiffé d’un bonnet rond et d’un turban.

Au-dessus du prophète : GIONA·PROFETA.

1er état : chiffre 11 en haut à g.

144 x 116 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30719.

H. I, p. 172, C. I, 17 A-1 b (seule épr. connue avec le chiffre non rogné) ; B. XIII, p. 166, 17 ; TIB., 2403.068 S1.

2e état : chiffre 11 en haut à g. 144 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 651.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30773.

H. I, p. 172, C. I, 17 A-2 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.068 S2.

3e état : chiffre 11 effacé ; le chiffre 17, gravé en bas, à dr., n’est pas visible sur cette épr. rognée.

143 x 98. Épr. rognée.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30715.

H. I, p. 172, C. I, 17 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.068 S3.

154. Filigrane du 2e état

155. Nahum

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre fermé. Il porte un turban. De part et d’autre de la tête du prophète, sur une banderole : NAV[M] et PROFETA.

1er état : sans chiffre gravé ; le chiffre 22 est inscrit à l’encre, dans l’angle sup. g.

178 x 118 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B. 30718.

H. I, p. 172, C. I, 18 A-1 a (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 166, 18 ; TIB., 2403.069 S1.

2e état : chiffre 21 dans l’angle sup. dr.

143 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 649.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30762.

H. I, p. 172, C. I, 18 A-2 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.069 S2.

3e état : chiffre 21 effacé ; le chiffre 18, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

139 x 103. Épr. rognée.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 634.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30758.

H. I, p. 172, C. I, 18 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.069 S3.

155. Filigrane du 2e état

155. Filigrane du 3e état

156. Habacuc

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre fermé. Il est coiffé d’un capuchon. Dans une banderole, au-dessus du prophète : AbACHVCH·PROFETA.

1er état : chiffre 9 dans l’angle sup. g. Le chiffre 1, ajouté à l’encre, est barré sur cette épr. 180 x 106 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30741.

H. I, p. 173, C. I, 19 A-1 b (seule épr. connue avec le chiffre non rogné) ; B. XIII, p. 166, 19 ; TIB., 2403.070 S1 b.

2e état : chiffre 9 dans l’angle sup. g. AbACHVCH est modifié en ABACHVCH. 145 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 648.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30771.

H. I, p. 173, C. I, 19 A-2 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.070 S2.

3e état : chiffre 9 effacé ; le chiffre 19, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr. 141 x 98. Épr. rognée.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 669.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30727.

H. I, p. 173, C. I, 19 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.070 S3.

156. Filigrane du 2e état

157. Aggée

Assis sur des nuages ignés, un livre ouvert posé sur ses genoux, il lit. Il porte une coiffure de style oriental, un turban surmonté d’un tronc de cône d’où s’échappent les pans d’un voile.

En haut, à g. : ·AGEO·PROFETA.

3e état : chiffre 24 effacé ; le chiffre 20, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 635.

Ea 29 rés. Cl. B 30712.

H. I, p 173, C. I, 20 A-3 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.071 S3 (7 épr. connues).

158. Zacharie

Assis sur des nuages ignés, il tient un livre fermé et une banderole avec l’inscription : XACCHERIA·PROFETA.

1er état : chiffre 13 dans l’angle sup. g.

178 x 106 au c. de pl.

Fil. : main. Briquet, vers 10637. Cl. B A 645.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30724.

H. I, p. 174, C. I, 21 A-1 b (seule épr. connue avec le chiffre non rognée) ; B. XIII, p. 166, 21 ; TIB., 2403.072 S1 b.

2e état : chiffre 13 dans l’angle sup. g. XACCHERIA est modifié en ZACCHERIA.

144 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 650.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30772.

H. I, p. 174, C. I, 21 A-2 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.072 S2.

3e état : chiffre 13 effacé ; le chiffre 21, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

134 x 104. Épr. rognée.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 670.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30723.

H. I, p. 174, C. I, 21 A-3 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.072 S3.

158. Filigrane du 1er état

158. Filigrane du 2e état

158. Filigrane du 3e état

159. Malachie

Assis sur un banc, il porte un voile et tient une banderole avec l’inscription : MALACCHIA·PROFETA (A final de MALACCHIA renversé).

1er état : sans chiffre gravé ; chiffre 16, inscrit à l’encre dans l’angle sup. g., sur cette épr.

179 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 69 C 39491 et B 30753.

H. I, p. 174, C. I, 22 A-1 a (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 166, 22 ; TIB., 2403.073 S1.

2e état : chiffre 20 dans l’angle sup. dr. Le A final renversé de MALACCHIA n’est pas corrigé comme le signale Hind.

143 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30764.

H. I, p. 174. C. I, 22 A-3 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.073 S2.

3e état : chiffre 20 effacé ; le chiffre 22, en bas, à dr., a été gratté sur cette épr.

136 x 102. Épr. rognée.

Fil. : fleur de lis. Briquet, vers 7099 ou 7106. Cl. B A 671.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30754.

H. I, p. 174, C. I, 22 A-3 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 171 ; TIB., 2403.073 S3.

159. Filigrane du 3e état

160. Josué

Assis sur un trône, tourné vers le soleil, les mains jointes, il serre contre lui une épée. Il porte un casque avec une tête d’animal, des ailes et des plumes.

Au-dessus du prophète : IESVE.

1er état : chiffre 9, vers le haut, à dr.

181 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30729.

H. I, p. 175, C. I, 23 A-1 b (unicum) ; B. XIII, p. 166, 23 ; TIB., 2403.074 S1.

2e état : le chiffre 9 est transformé en ornement ; le chiffre 6 est gravé à sa dr.

147 x 107 au c. de pl.

Fil. : arbalète (fragment). Briquet, vers 748. Cl. B A 658.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30768.

H. I, p. 175, C. I, 23 A-2 (unicum) ; B. XIII, p. 167 ; TIB., 2403.074 S2.

160. Filigrane du 2e état

161. Isaïe

Assis sur un trône, coiffé d’un bonnet oriental, il tient un livre de la main dr. et, de la main g., son attribut, une scie avec laquelle il aurait été tué, tradition rabbinique qui ne semble pas avoir été acceptée par l’Église ; sur une banderole : ISAIA / PROFETA.

1er état : chiffre 1 dans l’angle sup. g. 179 x 107 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30738.

H. I, p. 175, C. I, 24 A-1 b (unicum) ; B. XIII, p. 167, 24 ; TIB., 2403.075 S1.

162-173. Les Sibylles

40La série des Sibylles se compose de douze gravures d’un état unique. 181 x 111. Le Cabinet des estampes en possède une série complète. Les caractères communs à toutes les gravures ne sont pas répétés dans chaque notice : en haut, à g., chaque gravure porte un chiffre, le nom de la sibylle et une inscription ; et, dans la marge du bas, huit vers.

Burin en manière fine.

Vers 1470-1475, selon Hind, Levenson, Oberhuber ; vers 1475-1480, selon Zucker.

État unique.

Hist. : coll. Bourlat de Montredon, acquise en 1781 (voir « Le fonds des premières gravures italiennes… », § 15).

162. La Sibylle de Perse

Assise dans un jardin, coiffée d’un hennin, elle tient un livre ouvert sur ses genoux et fait un geste de la main dr.

Dans l’angle sup. g. : le chiffre 1 ; en dessous : ·SIbILLA·PERSICHA (S à rebours).

180 x iii au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30751.

H. I, p. 177, C. II, 1 A (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 172, 25 ; TIB., 2403.076.

163. La Sibylle de Libye

Assise dans un jardin, coiffée d’un chapeau conique à plumes, elle tourne les pages d’un livre posé sur ses genoux.

Dans l’angle sup. g. : le chiffre 2 ; dessous : ·SIbILLA·LIbICA· (S à rebours).

178 x 108. Épr. rognée.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30750.

H. I, p. 177, C. II, 2-A (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 172, 26 ; TIB., 2403.077 (6 épr. connues).

164. La Sibylle de Delphes

Assise au milieu d’une île, elle tient une grande corne et une banderole avec l’inscription SIbILLA / DELFICHA. Dans l’angle sup. g., le chiffre 3 ; les lettres b et A, à g. des 3e et 4e vers de la m. inf., indiquent que ces vers doivent être intervertis.

179 x 109. Épr. rognée.

Fil. : main. Briquet, vers 10637 (à rebours). Cl. BA 644.164.

Ea 29 rés. Cl 63 b 30745.164.

H. I, p. 178, C. II, 3A (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 173, 27 ; TIB., 2403.078 164.

165. La Sibylle de Cimmérie

Assise sur des nuages ignés, elle tient un livre ouvert sur ses genoux. Sa tête est ornée de deux ailes maintenues par un ruban se terminant en deux volutes. Dans l’angle sup. g., le chiffre 4 ; dessous : SIbILLA CHIMICHA.

179 x 106. Épr. rognée.

Fil. : monts. Briquet, vers 11661-11663. Cl. B A 633.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30748.

H. I, p. 178, C. II, 4 A (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 173, 28 ; TIB., 2403.079.

166. La Sibylle Érythrée

Assise sur des nuages ignés, les pieds dans un cercle étoilé, elle porte un voile noir ; elle tient une épée et une banderole. Dans l’angle sup. g., le chiffre 5 ; de part et d’autre de la sibylle : SIbILLA, ERITEA.

180 x 109 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30747.

H. I, p. 178, C. II, 5 A (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 173, 29 ; TIB., 2403.080.

167. La Sibylle de Samos

Assise sur un banc, vêtue d’une robe richement brodée, elle porte un voile et tient un livre fermé d’où s’échappe une banderole. Dans l’angle sup. g., le chiffre 6 ; à dr. de la tête de la sibylle : ·SIbILLA·SAMIA.

180 x 109. Épr. rognée.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30752.

H. I, p. 179, C. II, 6 A (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 174, 32 ; TIB., 2403.081.

168. La Sibylle de Cumes

Assise sur des nuages ignés, elle porte un bijou sur son front ; ses cheveux torsadés, entrelacés de rubans, tombent sur ses épaules. Elle tient un livre ouvert portant une inscription. Dans l’angle sup. g., le chiffre 7 ; sur une banderole au-dessus de sa tête : SIbILLA·CVMANA·.

179 x 109. Épr. rognée.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30749.

H. I, p. 179, C. II, 7 A (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 174, 31 ; TIB., 2403.082.

169. La Sibylle de l’Hellespont

Assise sur un trône fait de branchages, elle tient un livre fermé et une banderole. Elle est coiffée d’un turban. Dans l’angle sup. g., le chiffre 8 ; à g. de la tête de la sibylle : ·SIbILLA / ·ELISPONTICA.

178 x 109. Épr. rognée.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30746.

H. I, p. 180, C. II, 8 A (4 épr. connues) ; B. X III, p. 174, 30 ; TIB., 2403.083 (5 épr. connues).

170. La Sibylle de Phrygie

Assise sur des nuages ignés, elle porte un bonnet conique avec un turban, d’où s’échappe sa chevelure. Elle tient une banderole. Dans l’angle sup. g., le chiffre 9 (à rebours) ; à dr. de la tête de la sibylle : ·SIbILLA·FRIGIA.

178 x 109. Épr. rognée.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30705.

H. I, p. 180, C. II, 9 A (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 174, 33 ; TIB., 2403.084.

171. La Sibylle de Tibur

Assise dans un jardin, les épaules couvertes d’une peau de bête, elle est coiffée d’un chapeau aux bords en forme de feuillage. Elle tient un livre ouvert d’où s’échappe une banderole. Dans l’angle sup. g. : le chiffre 10 ; au-dessus de la sibylle : SIbILLA TIbVRTINA.

178 x 109 au c. de pl.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30700.

H. I, p. 180, C. II, 10 A (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 174, 34 ; TIB., 2403.085.

172. La Sibylle Europa

Assise dans l’herbe, la sibylle regarde un livre. Ses cheveux sont relevés en deux torsades fixées sur le sommet de sa tête couverte d’un voile.

Dans l’angle sup. g., le chiffre 11 ; dans une banderole à g. du visage : ·SIbILLA·EVROPA·.

179 x 107.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30744.

H. I, p. 181, C. II, 11 A (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 174, 35 ; TIB., 2403.086.

173. La Sibylle Agrippa

Assise sur un trône, elle montre de la main g. le texte latin d’un livre grand ouvert sur ses genoux. En haut du trône : SIbILLA / AGRIPPA ; dans l’angle sup. g., le chiffre 12 (2 à rebours).

178 x 109. Épr. rognée.

Fil. : lettre M. Briquet, vers 8347, sans la croix. Cl. B A 632.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30761.

H. I, p. 181, C. II, 12 A (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 175, 36 ; TIB., 2403.087.

Les « gravures Otto » (174)

41Le Cabinet des estampes possède une gravure d’ornement d’un ensemble de vingt-quatre, connus sous la dénomination « gravures Otto », du nom du collectionneur du xviiie siècle Ernst Peter Otto (1724-1799). Celui-ci, négociant à Leipzig, les acheta en 1783. Leur précédent propriétaire, Heinrich Wilhelm Mützel, surnommé Stosch-Walton, les avait hérités du baron Philippe von Stosch, qui lui-même les avait achetées lorsqu’il résidait à Florence, de 1731 à 1757 – date de son décès. À la mort d’Ernst Peter Otto, ses héritiers les conservèrent jusqu’en 1852, où dix-huit d’entre elles se retrouvèrent entre les mains de l’un d’eux, Klauss, négociant et consul à Leipzig. Elles furent vendues à la vente Weigel, à Leipzig, en 1852. La plupart se trouvent au British Museum. Ces estampes décoratives, de forme ronde ou ovale, ne constituent pas une suite, mais possèdent des caractères communs. Elles semblent toutes destinées à orner des couvercles de boîtes de toilette ou de coffrets à bijoux. Elles représentent des scènes galantes le plus souvent, avec de jeunes couples élégants, des scènes de chasse, ou des scènes humoristiques avec des figures grotesques. Le thème de l’amour chevaleresque est fréquent. Des devises, quelques-unes en français, des armoiries – pas toujours identifiées – personnalisent ces estampes, éclairent leur signification et permettent parfois d’identifier le donateur ou le destinataire. Sur certaines d’entre elles, les écussons et les espaces circulaires réservés à ces marques sont demeurés vides. Sur d’autres, des armoiries sont dessinées à la plume et à l’encre.

42Toutes ces œuvres d’un style et d’une technique homogènes sont attribuées à Baccio Baldini. La datation varie, selon les historiens, de 1465 à 1480. Quelques constatations permettent de l’envisager approximativement.

43L’emblème des Médicis – les six boules – qui apparaît sur deux gravures, offre une limite de datation, puisqu’il n’est pas utilisé avant 1465. Les draperies flottantes devinrent très fréquentes dans la peinture florentine aux environs de 1470. Le style est proche des Planètes et du Monte Sancto di Dio et il évoque celui de Botticelli.

174. Jeune homme et jeune fille soutenant une sphère

Le jeune homme et la jeune fille sont debout de part et d’autre d’un espace circulaire laissé vide, espace auquel une tête de chérubin sert de support. Sur la manche du jeune homme est brodé l’un des emblèmes de Laurent de Médicis : trois plumes sortant d’un anneau enchatonné d’une pointe de diamant.

Sur une banderole dont ils tiennent chacun une extrémité, l’inscription AMOR·VVOLFE EDOVE·FE·NONNE AMOR NONPVO (N à rebours). Ce qui peut se traduire ainsi : « L’amour a besoin de la fidélité », ou encore, « Quand il n’y a pas de fidélité, il n’y a pas d’amour », devise populaire à Florence à la fin du xve siècle.

Burin en manière fine ; impression grise. Diam. : 144 au tr.

Vers 1470-1475.

Au verso, buste d’un jeune homme dessiné à la plume, avec une inscription, « amor e farai benne (aimes et tu feras bien ?) », ainsi que le numéro 6, à la plume également.

Fil. : fragment non identifiable et non bétagraphié à cause d’une restauration.

Hist. : collection Otto, 1783 ; Johan-Freidrich Bause et Georg Keil, vente Leipzig, 9 septembre 1861, no 174 (Sandro Botticelli) ; Théodore Oswald Weigel, vente Leipzig, 27 mai 1872, no 558 ; acquise de Clément, le 14 juin 1872, 2 780 F (voir l’historique détaillé dans l’introduction de la série).

Ea 29 rés. Cl. 67 C 30380. Verso : cl. 98 A 78769.

H. I, p. 90, A. IV, 11 (unicum) ; B. XIII, p. 148, 17 ; TIB., 2403.020. Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848 juin 1907, no 3431.

44Trois autres gravures du même ensemble reprennent la même citation, l’une, en partie seulement. Plusieurs correspondances peuvent être établies avec des personnages figurant dans d’autres gravures de Baldini. La jeune fille est semblable à l’Ariane du Labyrinthe de Crète (inv. 177) ; elle porte le même costume et a la même coiffure ailée. Elle est aussi proche de Médée dans La Chronique illustrée (Colvin, pl. 58). Le profil du jeune homme se retrouve, moins raffiné, dans la première illustration du Monte Sancto di Dio, daté de 1477 (inv. 179). Une sphère similaire est représentée sur le manteau de Daniel, dans le dessin de La Chronique illustrée (Colvin, pl. 80).

45Les personnages ont été rapprochés de Laurent de Médicis (1449-1492) et Lucrèce Donati, bien qu’il soit peu probable qu’il s’agisse de portraits. Il semble davantage que cette scène soit inspirée de l’esprit qui régnait à Florence et que cette estampe représente une allégorie de l’amour à la manière de Laurent de Médicis.

Gravures isolées (175-178)

175. Rencontre de chasseurs et d’une famille de sauvages

Des personnages élégants, à cheval et à pied, poursuivent un couple de sauvages qui emportent un enfant. L’une des cavalières tient un enfant sauvage. Sur la bride du cheval au second plan se lit l’inscription SANSVbRIEN (N à rebours). Ce même mot apparaît dans une autre gravure, La Mort et les Amoureux (H. I, p. 70, A II, 18), sous une forme légèrement différente : SANSObRIEN.

Burin en manière fine. 180 x 265. Épr. rognée, très tachée, déchirée par endroits.

Vers 1470-1475.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30759.

H. I, p. 63, A. II, 4 (unicum) ; P. V, p. 45, 111 (Allégorie sur la lutte de l’urbanité contre la rude grossièreté) ; TIB., 2403.116.

176. La Flagellation du Christ et le Jugement de Pilate

La scène se passe dans la grande salle du palais de Pilate, où de nombreux personnages assistent à la flagellation du Christ et à la présentation à Pilate. L’architecture offre trois espaces, délimités par des colonnes qui supportent des plafonds à caissons, à g. et à dr., et une voûte, au centre. Au-dessus, de part et d’autre de l’arc de la voûte, dans des lunettes, se voient des reliefs. Celui de g. représente un roi recevant un captif ; celui de dr., un empereur sur un char triomphal, traînant des captifs ; sous l’entablement trois bustes en médaillons sont sculptés. Sur la corniche, on lit TEMPLVM PILATI et, à l’angle supérieur g. du mur, sur une banderole au-dessus d’un écusson à l’aigle, SPqR (S à rebours) ; sur un étendard que tient un garde, à dr., dans la scène du jugement, de nouveau l’inscription SPqR (S à rebours).

Burin en manière fine, retravaillé en manière large. La gravure est imprimée sur deux feuilles destinées à être collées verticalement par le milieu. Cette épr. se présente en deux feuilles non collées, réunies par superposition de la partie dr. sur une bande étroite de papier, marge verticale de la partie g. Feuille de g. : la Flagellation. 427 x 300, marge de 6 à 11 mm à dr. Feuille de dr. : le Jugement de Pilate : 427 x 311. Pl. entière : 427 x 600. Épr. rognée au bas.

Vers 1475-1485.

2e état : après que la pl. eut été retravaillée en manière large par des tailles obliques et parallèles. Aucune gravure du 1er état, uniquement en manière fine, n’est conservée.

AA 4 rés. Cl. 63 B 30 707 (g.) et cl. 63 B 30683 (dr.).

H. I, p. 66, A. II, 9-2 (5 épr. connues) ; P. V, p. 41, 98 ; Washington, p. 15 et 18 ; TIB., 2403.121.

46Cette gravure est la plus grande travaillée en manière fine ; il est peu probable qu’elle ait été exécutée sur une seule pl. Les traces d’encre laissées sur la bande centrale dont parle Hind sont trop faibles ; sur l’épreuve du Cabinet des estampes, il semble bien qu’un léger décalage existe entre les deux parties de la gravure, ainsi qu’une marque, au-delà de l’encrage, sur la bande centrale, qui pourrait être celle du cuivre. Le cuivre serait celui cité dans l’inventaire Rosselli sous le titre « tenpio di pilato, chon meza inchoronzione di nostra donna in 2 fogli reali » (Hind I, p. 307, appendix I, g, III, no 42).

177. Le Labyrinthe de Crète et l’histoire de Thésée et d’Ariane

Les différents épisodes de la légende sont représentés sur la même gravure.

Au premier plan, à g., le labyrinthe avec sur son mur l’inscription AbbERINTO (N à rebours) et, à dr., les deux personnages. Deux banderoles, à leurs pieds, portent leurs noms : TESEO et ADRIANNA (N et S à rebours). Ariane offre à Thésée les trois pelotes, celle de glue et de colle, à jeter dans la gueule du monstre, celle de laine, destinée à étrangler le Minotaure, et celle de soie, que Thésée dévidera dans le labyrinthe. Puis, Thésée, à nouveau, qui pénètre dans le labyrinthe, après avoir accroché le fil à la porte.

Au second plan, à g. : Ariane, abandonnée sur l’île de Naxos, qui agite un linge alors que le bateau à la voile noire vogue vers Athènes ; sur le rocher, son nom, ADRIANNA (N à rebours) ; à côté, de nouveau Arianne, qui se jette dans les flots puis que Jupiter saisit ; à dr. et à g. : ADRIANNA (N à rebours) ; au-dessus : GIOVE. Dans le ciel, Jupiter qui emporte Arianne et l’inscription GIOVE, rognée sur cette épreuve. À dr., Égée se précipite dans les flots en apercevant la voile noire ; sur la tour : EGEO.

Burin en manière fine. 193 x 250. Épr. rognée.

Vers 1460-1475.

1er état : avant les retouches du 2e état, où de larges tailles parallèles en manière large ont été exécutées pour renforcer les tailles usées et des ombres rajoutées en plusieurs endroits.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30706.

H. I, p. 69, A. II, 161 (unicum) ; P. V, p. 44, 105 ; Washington, p. 15, note 4 ; TIB., 2403.123 S 1. Henry Bardon, « À propos d’une gravure florentine (Thésée et le labyrinthe) », Gazette des Beaux-Arts, 1961, 58, p. 21-38.

178. La Vierge et l’Enfant debout devant un trône, entre saint Sébastien et sainte Catherine

Sous la Vierge, sur une marche, entre deux anges musiciens, l’inscription : ·OMATER·DEI·MEMENTO·MEI·(N à rebours) ; dans la marge du bas, une inscription de deux lignes, terminée par un monogramme P barré ou une contraction de « per », invoque saint Sébastien comme intercesseur auprès de Dieu contre les épidémies de peste.

Burin en manière fine. 257 x 185. Épr. rognée.

Vers 1480-1490.

Fil : trois monts surmontés d’une tige à fleur. Briquet, vers 11827. Cl. B A 1025.

Ea 29 rés. Cl. 689 C 34758.

H. I, p. 74, A. II, 25 (unicum) ; P. V, p. 221, 2 (P barré, 1511) ; Washington, p. 15, note 4 ; TIB., 2403.129.

Illustrations de livres (179-194)

179-181. Antonius de Senis, Monte Sancto di Dio, Firenze, Nicolò di Lorenzo, 10 septembre 1477, in-4o

47Il Monte Sancto di Dio est le premier livre illustré de gravures en taille douce imprimées sur les pages mêmes de l’ouvrage. Il comprend trois illustrations : La Montagne sainte, Le Christ en gloire et L’Enfer.

48L’auteur, Antonio da Siena, connu aussi sous le nom d’Antonio Bettini (1396-1487), était évêque de Foligno lorsque cet ouvrage parut. L’éditeur, Nicolaus Laurentii, publia, en 1481, La Divine Comédie avec des illustrations de Baldini imprimées dans le texte (inv. 182-194).

179. La Montagne sainte

Contre une montagne est appuyée une échelle dont les échelons portent le nom de vertus :·HVLMILTA·, ·PRUDENTIA·, ·TEMPERANTIA·, ·FORTEZZA·, ·JVSTITIA·, ·TIMORE·, ·PIETA·, ·SCIENTIA·, ·FORTEZZA·, ·CONSIGLIO·, ·INTELECTO·, ·SAPIENTA· ; sur les bords de l’échelle, à dr., ·ORATIONE· et, à g., ·SACRAMENTO·. Un religieux qui s’apprête à monter à l’échelle est figuré avec une banderole qui sort de sa bouche, sur laquelle est inscrit : TIRAMI·DOPPO·TE·. À g., un jeune homme lève les yeux vers le ciel ; une banderole posée sur sa main g. porte l’inscription : LEVAVI·OCVLOS·MEOS·IMOTES·/ VNDE·VENIAT·AVSILIVM·MICHI·/ AVSILIVM·MEVM·ADOMINO· ; aux pieds du jeune homme, un démon, qui essaie de l’agripper avec une fourche et de le tirer vers l’enfer par un ruban lié à la cheville sur lequel est inscrit ·CECITA· ; une autre banderole au bas, à dr., porte l’inscription ·COGNOSCIMENTO·DILATATO· ; à mi-hauteur de la montagne, on lit, à g., ·SPERANZA·, à dr., ·FEDE· et, parallèlement à un crucifix, ·CARITA· ; entre les barreaux de l’échelle, verticalement, on lit : ·PERSEVERANZA·(S et Z à rebours dans tous les textes).

Au sommet de la montagne, on aperçoit Dieu dans une gloire, entouré de chérubins.

Cette gravure illustre le premier traité de l’ouvrage Il Monte Sancto et retrace d’une manière allégorique – mais aussi littérale – les différentes étapes de la foi chrétienne pour arriver jusqu’à Dieu.

Burin en manière fine. 255 x 183 au c. de pl. 1477.

Impr. Rés. D. 6245. Cl. 99 B 156932.

H. I, p. 98, A. V, 1 (1) ; B. XIII, p. 187, 57 ; TIB., 2403.090.

180. Le Christ en gloire

Le Christ est debout dans une gloire entourée d’anges et de chérubins.

Cette gravure illustre le deuxième traité de l’ouvrage, Della gloria del Paradiso.

Burin en manière fine. 255 x 183 au c. de pl. Mêmes dimensions du cuivre que la précédente, ce qui laisse supposer que les deux gravures ont été exécutées de part et d’autre de la même plaque. 1477.

Impr. Rés. D. 6245. Cl. 99 B 156933.

H. I, p. 98, A. V, 1 (2) ; B. XIII, p. 189, 58 ; TIB., 2403.091.

181. L’Enfer

Lucifer, à mi-corps dans un bassin rempli de bourbier infernal, tient dans ses mains deux pécheurs ; il dévore, de ses trois gueules, Brutus, à dr., Judas Iscariote, au centre, et Cassius, à g. ; autour de Lucifer, sept abîmes avec des damnés évoquent les cercles de L’Enfer de Dante ; la gravure est inspirée de la fresque de L’Enfer du Campo Santo de Pise, exécutée au xive siècle.

Cette gravure illustre le troisième traité de l’ouvrage, Delle pene delli dannati.

Burin en manière fine. 123 x 167 au c. de pl. 1477.

Impr. Rés. D. 6245. Cl. 99 B 156934.

H. I, p. 98, A. V, 1 (3) ; B. XIII, p. 189, 58 ; TIB., 2403.092.

182-194. Dante, La Divine Comédie, commentaire de Cristoforo Landino, Florence, Nicolò di Lorenzo, 30 août 1481

49La huitième édition de La Divine Comédie comporte un abondant commentaire de l’humaniste Cristoforo Landino, professeur d’éloquence et de poésie à l’université de Florence et membre de l’académie platonicienne fondée par Cosme de Médicis. C’est le troisième livre illustré par des gravures en taille douce insérées dans un texte typographique et la première édition illustrée en partie de La Divine Comédie. Cet essai d’insertion présentait de grandes difficultés techniques, liées à l’association de deux procédés d’impression : l’impression du texte en relief et l’impression des gravures en creux. Seules deux ou trois gravures, suivant les exemplaires, ont été tirées sur la même page que le texte, avec un deuxième passage sous une presse en taille douce. Les dix-sept suivantes ont été collées dans les espaces réservés de certains exemplaires. Sur les cent illustrations prévues, seules dix-neuf concernant L’Enfer ont été exécutées. En plus des gravures illustrant les ouvrages, des planches isolées, excepté pour les deux premières, existent en deux états.

50Seules les planches trois et quatre sont numérotées dans le premier état, en chiffres arabes. Hormis les deux premières planches, le deuxième état est numéroté en chiffres romains.

51Ces gravures ont été attribuées à Baldini ou à son atelier, en s’appuyant sur leur style et leur technique. Elles sont de caractère botticellien et ont peut-être été exécutées d’après les dessins de Botticelli. Celui-ci était à Rome à cette époque, travaillant aux fresques de la Sixtine. Il retourna à Florence en 1482. Plusieurs suppositions ont été faites concernant cette série de gravures, inachevée : départ de Botticelli, difficultés matérielles du procédé d’impression, mort de Baldini en 1487.

  • 12 Peter Dreyer, « Botticelli’s Series of Engravings of 1481 », Print Quaterly, juin 1984, 2, p. 111-1 (...)

52En fait, il existe une série de quatre-vingt-quatorze dessins de Botticelli sur La Divine Comédie, exécutés pour Lorenzo di Pierfrancesco de Médicis, conservés à Berlin et au Vatican. Parmi ceux-ci, plusieurs évoquent les gravures. Compte tenu du caractère des illustrations et des écrits de Vasari, il est très probable que Botticelli soit à l’origine des gravures de Baldini, bien que leur qualité soit inférieure à celle des dessins. En effet, Vasari écrit que Maso Finiguerra « fut suivi par l’orfèvre florentin Baccio Baldini qui, faible en dessin, ne produisit que des reproductions de compositions inventées et dessinées par Sandro Botticelli » et aussi que Botticelli, « en esprit sophistiqué qu’il était, se fit l’interprète de Dante en illustrant L’Enfer et le fit imprimer, ce qui lui prit beaucoup de temps, l’empêcha de travailler à autre chose et fut la cause de beaucoup d’ennuis dans sa vie12 ».

53Les gravures illustrent le parcours de Dante et de Virgile aux enfers. Les deux poètes sont représentés ensemble, plusieurs fois dans chaque estampe, évoquant ainsi d’une manière très narrative leur cheminement.

54Treize gravures sont conservées au Cabinet des estampes, y compris celles des deux premiers chants, insérées dans le texte typographique. Elles concernent les chants I à VII et X à XV. Les planches isolées sont du premier état et ne portent pas de numéro, sauf celle du chant III.

55Dix gravures proviennent de la collection Bourlat de Montredon, riche armateur de Marseille, qui les aurait acquis à Constantinople, avec les suites des Prophètes et des Sibylles. Son neveu en hérita et les vendit à l’abbé Joubald, chanoine de Metz. Celui-ci les céda au Cabinet en 1781. Trois autres estampes sont des acquisitions isolées (voir les notices).

56Les dimensions sont prises au premier trait carré. On aperçoit en effet sur certaines estampes un double trait carré sur l’un des côtés non rogné. Les deux premières gravures insérées dans le texte sont imprimées avec une encre brune. Les gravures isolées sont imprimées avec une encre noire.

57Plusieurs exemplaires de La Divine Comédie sont conservés au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale de France. Ils sont partiellement illustrés. Les illustrations des chants I et II sont imprimées sur la même page que le texte. Celles des chants III à XIX, lorsqu’elles existent, sont collées dans des espaces blancs réservés pour l’impression des cuivres gravés. Deux exemplaires (Rés. Yd 15 et Rés. Yd 17) comportent les gravures des chants I et II, enluminées.

182. Chant I. Dante dans la forêt

Dante, égaré dans une forêt obscure, figurant les péchés, voit le sommet de la colline illuminé par le soleil, signifiant la grâce. Il se dirige vers lui, mais en est empêché par trois bêtes féroces : une panthère, symbolisant la luxure ; un lion, l’orgueil, et une louve, l’avarice. Il aperçoit alors Virgile, à sa g., qui lui propose de le guider.

Burin en manière fine. 92 x 173 au tr. c. Épr. rognée en bas. La gravure est imprimée vers le milieu de la page de texte.

Vers 1481.

Fil. : chapeau (de cardinal ?). Briquet, vers 3389. Cl. B A 637.

Hist. : acquis de Debure en 1784.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30689.

H. I, p. 110, A. V, 2 (1) ; B. XIII, p. 175, 37 ; TIB., 2403.093.

183. Chant II. Virgile désigne Béatrice à Dante

Virgile converse avec Dante au premier plan à g. Il lui propose d’entreprendre un voyage à travers l’enfer et le paradis. Au second plan, Virgile, au centre, désigne Béatrice à Dante et lui apprend qu’elle lui apparaîtra au seuil du paradis ; sur le sommet de la montagne, sur la porte de l’enfer, une inscription, PERME (par moi), début des vers du chant III.

Burin en manière fine. 95 x 72 au tr. c. La gravure est imprimée au bas de la page de texte.

Vers 1481.

Fil. : chapeau (de cardinal ?). Briquet, vers 3390. Cl. BA 638.

Hist. : acquis de Debure en 1784.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30690.

H. I, p. 110, A. V, 2 (2) ; B. XIII, p. 176, 38 ; TIB., 2403.094.

184. Chant III. Dante et Virgile au bord de l’Achéron

À dr., Caron dirige une barque ; à g., Virgile conduit Dante vers la porte de l’enfer, sur laquelle est inscrit le début des trois premiers vers du chant, PERME / PERME·SIV· / PERME SIVATRA (S à rebours). Ayant passé la porte de l’enfer, Dante et Virgile sont représentés au milieu de l’estampe, puis, à dr., près de la barque de Caron. Au fond, les âmes de ceux qui ont vécu sans crime et sans vertu conduites par un démon tenant une bannière. Dante est figuré une quatrième fois à terre, accablé, au bord de l’Achéron, évocation probable du tremblement de terre qui lui fit perdre connaissance.

Burin en manière fine. 95 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : chiffre arabe 3, à rebours, dans l’angle inf. g.

Hist. : Revil, vente Paris, 2628 mars 1838, no 16 ; acquis de Pieri-Benard, le 19 août 1838, 50 F.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30691.

H. I, p. 110, A. V, 2 (3)1; B. XIII, 176, 39 ; TIB., 2403.095 a S1. Ye 84 rés., Acquisitions 1830-1847, no 2298.

185. Chant IV. Dante et Virgile apercevant les poètes païens

À g., Dante et Virgile, à l’entrée de l’abîme infernal ; on les retrouve au centre de cercles concentriques ; à dr. apparaissent Homère, une épée à la main, Horace, Ovide et Lucain. C’est le premier cercle, séjour des poètes, des philosophes, des guerriers et des princes de l’Antiquité, celui de Virgile aussi, et de tous ceux qui rendirent d’inoubliables services à l’humanité.

Burin en manière fine. 95 x 174 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état. Épr. sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30695.

H. I, p. 111, A. V, 2 (4) ; B. XIII, 177, 40 ; TIB., 2403.096.

186. Chant V. Dante et Virgile auprès du tribunal de Minos

En haut, à g., Dante et Virgile arrivent dans le second cercle, royaume des supplices de Minos, qui décide du sort des âmes condamnées pour des péchés charnels : celles-ci sont précipitées dans l’abîme ; à dr., Dante et Virgile, près de Francesca de Rimini et de son beau-frère, Paolo Malatesta, deux amants punis pour un amour coupable, emportés par une tempête semblable à celle qui les a possédés de leur vivant.

Burin en manière fine. 95 x 174 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30693.

H. I, p. 112, A. V, 2 (5)-1 ; B. XIII, p. 178, 41 ; TIB., 2403.097 S1.

187. Chant VI. Dante et Virgile arrivent dans le cercle où sont punis les gourmands

À g., Dante et Virgile arrivent dans le troisième cercle, celui des gourmands ; de la grêle, de l’eau noire et de la neige tombent ; au milieu, Cerbère hurle contre les damnés embourbés ; à dr., Dante et Virgile aperçoivent un Florentin, Ciacco, suppliant.

Burin en manière fine. 95 x 174 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30694.

H. I, p. 112, A. V, 2 (6)1; B. XIII, p. 178, 42 ; TIB., 2403.098 S1.

188. Chant VII. Dante et Virgile dans le quatrième cercle

Dans le quatrième cercle sont punis les avares et les prodigues, condamnés à rouler d’énormes pierres. Parmi eux, un pape, un cardinal, un roi, un empereur. On aperçoit encore une fois, à dr., Dante accompagné de Virgile, qui maudit Plutus, le démon des richesses, gardien de ce cercle.

Burin en manière fine. 94 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30692.

H. I, p. 112, A. V, 2 (7)1; B. XIII, p. 179, 43 ; TIB., 2403.099 S1.

189. Chant X. Dante et Virgile en face des sépulcres des hérésiarques

Dante et Virgile pénètrent dans le sixième cercle, la cité maudite de Dis. C’est le cercle des hérésiarques et des disciples d’Épicure qui ne croient pas en l’immortalité de l’âme. On y voit des sépulcres enflammés. Dante y rencontre Farinata degli Uberti dans son tombeau. Puis les deux poètes sont près d’un autre tombeau contre lequel est posée une pierre portant l’inscription : PAPAN / ASTAS / IO. GV / ARDO (N et S à rebours) ; il s’agit de la tombe du pape Anastase.

Burin en manière fine. 95 x 173 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30702.

H. I., p. 113, A. V, 2 (10)-1 ; B. XIII, p. 180, 46 ; TIB., 2403.102 S1.

190. Chant XI. Dante et Virgile près de la tombe du pape Anastase

Les poètes sont assis, à g., sur des rochers, devant la tombe du pape Anastase, sur laquelle est posée une pierre portant l’inscription : ANAS / TASIO / PAPA / GVAR / DO. Il s’agit du pape Anastase II (496 498). Dans le fond, des têtes de damnés surgissent de sépulcres en flammes.

Burin en manière fine. 94 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30701.

H. I, p. 113, A. V, 2 (11)-1 ; B. XIII, p. 181, 47 ; TIB., 2403.103 S1.

191. Chant XII. Dante et Virgile près de la rivière de sang, surveillée par les centaures

À g., Virgile, accompagné de Dante, rencontre le minotaure, symbole de l’aveugle bestialité. Ils sont dans le septième cercle, celui des violents. Ils arrivent à la rivière de sang, le Phlégéthon, où sont plongés ceux qui ont usé de violence envers les autres ; dans le fond, les centaures Chiron, Nessus et Pholus, qui gardent le fleuve de sang et surveillent les damnés ; ils les perceront de leurs flèches infaillibles s’ils cherchent à sortir du fleuve ; ils guident les poètes ; en bas, à dr., Dante, sur un centaure, traverse le fleuve et se dirige vers la forêt d’épines.

Burin en manière fine. 94 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30698.

H. I, p. 113, A. V, 2 (12)-1 ; B. XIII, p. 181, 48 ; TIB., 2403.104 S1.

192. Chant XIII. Dante et Virgile dans la forêt d’épines

Les poètes sont dans la seconde division du septième ciel, un bois aux branches d’arbres hérissées d’épines empoisonnées, habité par des harpies. Chaque arbre contient l’âme d’un pécheur, d’un suicidé. À g., Dante saisit une branche qui renferme l’âme de Pierre Delavigne, secrétaire de l’empereur Frédéric II, qui se pendit dans sa prison où l’avaient fait jeter ses calomniateurs ; Virgile et Dante sont à nouveau figurés, en bas, à dr., avec l’âme de Jacopo da San’ Andrea, poursuivie par une chienne noire.

Burin en manière fine. 94 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon, en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30699.

H. I, p. 114, A. V, 2 (13)-1 ; B. XIII, p. 182, 49 ; TIB., 2403. 105 S1.

193. Chant XIV. Dante et Virgile en présence de damnés brûlés par une pluie de feu

À g., les poètes arrivent dans une plaine de sable environnée de forêts, où les damnés sont dévorés par des flammes : c’est la troisième division du septième cercle, où sont châtiés les violents contre Dieu et contre la nature. Ils s’engagent sur l’étroite margelle qui borde le Phlégéton, fleuve infernal, car les flammes n’y tombent pas. Ils semblent parler à Capanée, l’un des sept rois qui assiégèrent Thèbes, défiant Jupiter, identifiable par la couronne qu’il porte. Au fond, à dr., ils apparaissent une fois encore.

Burin en manière fine. 95 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon en 1781.

Ea 29 rés. Cl. 63 B 30697.

H. I, p. 114, A. V, 2 (14)-1 ; B. XIII, p. 183, 50 ; TIB., 2403. 106 S1.

194. Chant XV. Dante interroge Brunetto Latini

Les poètes sont sur la digue de pierre qui borde le Phlégéton. Les damnés s’agitent parmi les flammes. Dante aperçoit Brunetto Latini (vers 1220 – vers 1294), son maître, condamné pour sodomie, et s’entretient avec lui.

Burin en manière fine. 93 x 172 au tr. c.

Vers 1481-1487.

1er état : sans numéro.

Hist. : acquis de Bourlat de Montredon en 1781.

Ea 29 rés. Cl. B 30696.

H. I, p. 114, A. V, 2 (15)-1 ; B. XIII, p. 183, 51 ; TIB., 2403.107 S2.

Notes

1 Fritz Saxl, « The Literary Sources of the Finiguerra Planets », Journal of the Warburg Institute, II, 1938-1939, p. 72-74.

2 Hind, t. I, p. 307, appendix I, g, III, no 73.

3 Dans les notices qui suivent, la traduction du texte italien est celle donnée par Friedrich Lippman (Les Sept Planètes, Paris, 1895), légèrement modifiée parfois.

4 Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 17.

5 Dans les notices qui suivent, la traduction du texte italien est celle donnée par Friedrich Lippman (Les Sept Planètes, Paris, 1895), légèrement modifiée parfois.

6 E. Mâle, p. 253 à 265 (voir bibliographie générale).

7 Lactance avait emprunté les prophéties attribuées aux sibylles à un ouvrage antérieur, Oracula Sibyllina, composé par les juifs d’Alexandrie vers le IIe siècle. av. J.-C., qui fut remanié plus tard par les chrétiens. Le texte grec parut pour la première fois à Bâle en 1545.

8 Alessandro d’Ancona, Rappresente della Annunziazione di Feo Belcari in Sacre rappresentazioni dei secoli xiv, xv, xvi, Firenze, 1872, t. I, p. 167182.

9 E. Mâle, « Une influence des mystères sur l’art italien du xve siècle », Gazette des Beaux-Arts, 1906, 1, XXXV, p. 8994.

10 Citons, pour les prophètes, Jacob, Habacuc, Aggée, Isaïe, Ézéchiel, Amos, Obadia, Malachie, ainsi que les sibylles de Delphes, de Lybie, de Tibur et de l’Hellespont.

11 Le prophète Daniel s’inspire de Ponce Pilate dans Le Christ devant Pilate de Schongauer ; les sibylles Europa, de Samos et de Perse sont imprégnées d’art bourguignon.

12 Peter Dreyer, « Botticelli’s Series of Engravings of 1481 », Print Quaterly, juin 1984, 2, p. 111-115 ; G. Vasari, 1984, t. VII, p. 62 et t. IV, p. 261.

Table des illustrations

Légende 130. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 124
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende 125
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 126
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende 127
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 127. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 128
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 128. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 129
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende 129. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 130. Filigrane du 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 130. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 130. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 131
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende 131. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 132
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 132. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 133
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 133. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 134
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende 135
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 135. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 136
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende 136. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 137
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende 137. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 138. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende 138. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 139
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 140. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 140. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 140. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 141. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 141. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 142. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 142. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 142. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 143. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 143. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 143. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 144. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 144. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 144. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 145. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 145. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 145. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 146. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 146. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 146. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 147. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 147. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 147. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 148. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 148. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 148. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 149. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 149. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 149. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 150. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 149. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 150. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 150. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 151. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 151. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 151. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 152. Filigrane du 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 152 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 152. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 152. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 152. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 153. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 153. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 153. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 153. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 153. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 154. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende 154. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 154. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 154. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 155. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 155. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 155. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 155. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 155. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 156. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 156. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 156. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 156. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 156. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 157. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 157. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 158. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 158. Filigrane du 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 158. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 158. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 158. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 158. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 159. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende 159. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 159. 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 159. Filigrane du 3e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 160. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 160. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 160. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 161. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 162
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 163
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 164
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 164. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 165
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 165. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 166
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 167
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 168
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 169
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 170
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 171
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 172
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 173
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 173. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 174
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende 174. Verso
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 175
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 176
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende 177
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 178
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 178. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 179
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende 180
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende 181
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 182
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 182. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 183
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 183. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 184
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 185
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 186
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 187
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende 188
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende 189
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 190
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 191
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 192
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende 193
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 194
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1365/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 472k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540