Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Inventaire des premières gravures italiennes

Ferrare, Venise, Rome : Nicoletto Rosex da Modena

Testo integrale

556 (Voir plus bas la notice correspondante)

Nicoletto Rosex da Modena (actif à la fin du xve siècle et dans le premier quart du xvie siècle)

  • 1 Ce sont en fait les ornements et décors muraux recouvrant les parois et les voûtes des « grottes » (...)

1Très peu d’éléments biographiques sont conservés sur Nicoletto da Modena, peintre, graveur et dessinateur de modèles pour les ateliers d’artistes. Seulement deux de ses gravures sont datées : la première – qui est aussi le premier document daté de son activité – porte la date 1500, il s’agit des Quatre femmes nues, une copie de la gravure de Dürer, elle-même datée de 1497 (inv. 594) ; la seconde, Saint Antoine Ermite (inv. 568), est datée de 1512. La signature qui apparaît souvent sur ses gravures, « Nicoletto da Modena », révèle son lieu d’origine. En 1506, il décora une chapelle, à Padoue, dont les peintures sont détruites. Il séjourna aussi à Ferrare, et à Rome comme l’indique une inscription, « Nicholeto da Modena Ferrara 1507 », sur les murs de la Domus aurea, le fastueux palais de Néron, dont il ne restait plus que des ruines et où les artistes allaient découvrir les peintures des « grottes » esquilines, qui inspirèrent les « grotesques1 ». Nicoletto en vit l’interprétation contemporaine dans les œuvres de Filippino Lippi, Pinturicchio, Aspertini, Falconetto. Ses nombreux panneaux d’ornements contribuèrent à la diffusion de ces décors jusque dans le Nord de l’Europe, où ils furent copiés par des graveurs. C’est à Rome aussi qu’il put connaître les gravures du Maître I. B. à l’oiseau. À ce même séjour se rattachent les sujets précis de trois gravures, la statue de Marc Aurèle, l’Apollon du Belvédère, les Dioscures. Le contact réel avec l’antique le marqua profondément et l’ensemble de son œuvre en est imprégné.

  • 2 H. V, p. 110-111 ; TIB., 25 (Commentary), p. 160, n. 8.

2Comme beaucoup d’artistes de l’époque, il dut aller à Bologne, Mantoue, Venise, et son œuvre reflète l’influence de l’art de ces écoles. Avec un œuvre de cent vingt et une gravures, dont deux connues uniquement par des majoliques (H. 119 et H. 120), et un jeu de tarots de soixante-dix-huit cartes, non localisé, connu par les copies gravées dans les Memorie de Cicognara, ouvrage publié en 1831 (H. 121), il apparaît comme l’un des plus prolifiques graveurs de l’époque. Il est aussi possible que des gravures d’ornements de Daniel Hopfer (Ec 6 c rés., Hébert 2773, 2803, 2806) et de Lambert Hopfer (Ec 6 d rés., Hébert 2902, 2903, 2904) soient des copies de gravures perdues de Nicoletto. Soixante-dix-huit œuvres sont signées d’une manière variée. En effet, Nicoletto modifie treize fois son nom – NICOLETO, NICOLETO DA MODENA, OPVS NICOLETI MODENENSIS ROSEX, NICOLAVS MVTINENSIS, etc. – et utilise plus de douze monogrammes – O. D. N., .N. R. M., .N. M., etc. Parfois des emblèmes ou marques figurées, à la manière des maîtres nordiques, accompagnent sa signature ou s’y substituent, isolés ou mêlés entre eux : vase, deux branches, une branche, peut-être des branches de rosiers évoquant son nom. D’autres fois, des initiales s’y ajoutent A, .R. B., D, ou une tour avec des lettres. Il s’agit peut-être du dessinateur d’après lequel Nicoletto a gravé2. Certaines signatures sont recouvertes de tailles croisées comme dans des gravures de Robetta (H. 28) ou de Montagna (H. 18 et 19), sans que l’on puisse en connaître la raison.

3Parmi les quarante gravures non signées, trente sont certainement de Nicoletto, cinq le sont probablement et cinq autres semblent des attributions possibles. L’analyse de son œuvre, ses inspirations, restent les moyens essentiels de découvrir l’artiste. Ses sujets sont très variés : Ancien et Nouveau Testament, saints, mythologie, allégories, statues antiques, sujets de fantaisie et scènes de mœurs, ornements. Nicoletto fit des copies d’après les maîtres nordiques, Dürer (H. 98, 99, 100), Schongauer (H. 95, 96), I. van Meckenem, le Maître F. V. B., et il emprunta parfois des détails de leurs gravures. Il s’inspira aussi des artistes contemporains ou les copia. Ainsi en est-il de Bramante dont il affectionnait le style lombard en architecture (H. 20, 55, 13), de Filippino Lippi auquel il emprunta la figure du philosophe du Triomphe de saint Thomas d’Aquin, à Santa Maria sopra Minerva à Rome (peint entre 1489 et 1493), pour la figure d’Apelle qu’il grava (inv. 552), du graveur Giovanni Antonio da Brescia (H. 5), du Maître du Livre d’Heures Sforza (H. 6, 7), de Giulio Campagnola (H. 14), ainsi que du Maître I. B. à l’oiseau (H. 11,33), dont il retravailla et signa la plaque de Léda, qu’il dut posséder, et de Marc-Antoine Raimondi (H. 46, D. 179). Il grava aussi seize petites pièces en manière de nielle dans l’esprit de F. Francia et de l’école bolonaise (inv. 590-594).

4S’il est difficile d’établir une chronologie de l’œuvre de Nicoletto – les controverses sont nombreuses –, il est aisé de regrouper les gravures par ensembles dont la technique, le style, la composition, l’inspiration, les thèmes et même le format offrent des correspondances évidentes et situent leur exécution probablement au cours d’une même période. Nous en donnons sommairement les caractéristiques et quelques exemples.

5Certaines gravures rappellent Mantegna et son cercle, par le style, la technique et les figures : utilisation de tailles espacées obliques et parallèles, zigzags pour le modelé, emprunt de certaines figures (H. 2). D’autres évoquent les nielles de l’école bolonaise dont les figures se détachent sur un fond ombré de tailles croisées très denses (H. 1-4, 6-8) ; d’autres encore accusent l’influence vénitienne, par la douceur du modelé, la luminosité des paysages, ou l’influence romaine avec, parfois, un paysage de l’Italie du Nord (H. 11, 15-18, 33).

6Quatre gravures, Le Cavalier romain, La Victoire, La Renommée et La Paix (H. 15 à 18), pourraient former une série. Trois autres, La Fortune, Vénus, Cérès (H. 24, 27-28), sont aussi apparentées. Quatorze autres, très raffinées et d’un style plus évolué, d’un très grand charme (H. 45 à 60), forment un groupe homogène. La plupart offrent une figure isolée, devant des ruines antiques ou des architectures Renaissance, appuyée à un pilier ou à un arbre dépouillé, parfois debout entre des ruines et un arbre. Un paysage aérien, miniaturisé, apparaît dans le fond, souvent d’une manière morcelée, au travers d’ouvertures (arcade, fenêtre). Il est toujours animé par des personnages, des animaux, des bateaux. Il s’ajoute à la composition sans s’y intégrer. Le sol est souvent traité à l’aide de pointillés.

7Une partie très originale de sa production est constituée par des panneaux d’ornements, caractérisés par une exubérance de motifs que leur graphisme léger préserve de toute lourdeur. Ces gravures durent connaître une grande diffusion et servir de modèles dans les ateliers d’artistes. Les épreuves conservées proviennent souvent, en effet, de plaques usées et de plaques retravaillées portant la signature de l’éditeur romain Salamanca. Quant aux gravures, elles présentent souvent aussi des contours faibles, des tailles effacées par l’usure de la plaque, qui ne résistait pas aux passages sous presse. Le modelé d’origine ne se retrouve pas. La légèreté du burin de l’artiste, qui ne creusait pas vigoureusement son cuivre, en est la cause. Les bonnes épreuves qui permettraient d’apprécier véritablement son travail sont rares.

8Le Cabinet des estampes possède cinquante-deux gravures auxquelles s’ajoutent deux états parmi les ornements.

9Le recueil de l’œuvre de Nicoletto da Modena fut inscrit dans l’inventaire Joly du Cabinet, en 1779, sous le no 49 et, dans le même inventaire, en 1811, sous le no 5548.

10Bibliogr. : E. Galichon, « Rosex dit Nicoleto de Modène », Gazette des Beaux-Arts, 21, 1866, p. 372-378 ; id., 27, 1869, p. 145-156 ; id., 29, 1870, p. 244-266. E. Galichon, « Nicoleto de Modène, Nielleur », Gazette des Beaux-Arts, 34, 1874, p. 164-169. N. Dacos, La Découverte de la Domus aurea et la formation des grotesques à la Renaissance, Londres, Leyde, 1969, p. 95.

537. Vulcain forgeant une aile de l’Amour

Burin. 243 x 172. Épr. rognée avec une inscription manuscrite sous le trait carré du bas.

Avant 1500.

2e état : la signature, sur une tablette suspendue à un arbre, OPVS / NICO / LETI, est rayée.

Fil. : balance à plateaux concaves dans un cercle. Briquet, vers 2475. Cl. B A 1838.

Ea 34 rés. Cl. A 3275.

H. V, p. 114, 2-2 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 283, 52 ; TIB., 2508.002 S 2.

11Les figures de Vulcain et d’Éros sont empruntées à la Bacchanale de Mantegna.

538. Minerve

Une femme, debout près d’un arbre sec ; près d’elle, une cuirasse et un bouclier ; à ses pieds, un casque.

Burin. 126 x 99. Épr. rognée.

Avant 1500.

Hist. : acquis de Clément, le 30 juin 1868, 120 F. (La Victoire, Maître de 1515).

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117870.

H. V, p. 114, 5 (attr. à Nicoletto, 12 épr. connues) ; p. V, p. 90, 38 ; p. 100, 101 ; p. 110, 49 (attr. successivement au Maître de 1515 ; à Nicoletto, sous l’interprétation d’une allégorie de la Victoire ; à G. A. da Brescia) ; Byam Shaw, « Review of Hind », Connaisseur, 125, 1950, p. 60, no 10 (Zoan Andrea ?) ; TIB., 2508.114 (Athéna ? ; gravure rejetée ; attr. au cercle de Mantegna). Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 3050.

539. Quatre enfants jouant

Suspendu aux branches de l’arbre sec, au centre de la composition, un écusson avec la signature P (P dans O) / NICOLETI / DE MVTINA, rayée ; au-dessous, le vase dans l’écusson et, au-dessus, deux branches, les emblèmes de Nicoletto. Les figures se détachent sur un fond sombre de tailles croisées à la manière des nielles. Le sol est traité par des petits points espacés.

Burin. 132 x 89 au tr. c.

Vers 1500.

Ea 34 rés. Cl. B 20630.

H. V, p. 115, 6 (unicum) ; p. V, p. 101, 106 ; TIB., 2508.006.

540. Trois enfants jouant

Burin. 132 x 91 au tr. c.

Vers 1500.

2e état : la signature sur la banderole qui s’enroule autour des branches de l’arbre sec, OP NICOLETI DE MVTINA DE RVBEIS, est rayée ; le vase qui la suit ne l’est pas.

Ea 34 rés. Cl. B 20 629.

H. V, p. 115, 7-2 (unicum) ; p. V, p. 101, 107 ; TIB., 2508.007 S 2.

12Ces deux gravures, qui semblent être des pendants, sont proches par les sujets et le style du dessin de l’art de Giovanni Pietro da Birago, graveur et enlumineur milanais connu autrefois sous le nom du Maître du Livre d’heures Sforza. Dans l’une des bordures de La Sforziada (vie de Francesco Sforza), dont la traduction en italien fut publiée à Milan en 1490, on retrouve le groupe des quatre enfants jouant.

541 a et b. Hercule et le taureau de Crète

Burin. 140 x 112. Épr. rognée, bien encrée.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117868

Autre épreuve très faible. 172 x 121 au c. de pl. 165 x 115 au tr. c.

Ea 34 rés. Non reproduit.

H. V, p. 115, 9 (attr. à Nicoletto, 5 épr. connues) ; p. V, p. 99, 95 ; TIB., 2508.009.

13Gravure non signée, attr. à Nicoletto par les historiens. Le même dessin, d’origine mantegnesque probablement, a servi de modèle à Marc-Antoine Raimondi (H. Delaborde 39, pièces douteuses) et le modèle se retrouve aussi, inversé, dans un nielle (inv. 21).

542. Triton portant un enfant

Le triton conduit un cheval marin ; autour de son bras g. s’enroule un serpent ; un enfant, tenant d’une main deux branches feuillues et de l’autre, un flambeau, est assis sur sa queue ; dans l’angle inf. dr., la tête d’un dauphin émerge des vagues.

Signé sur une tablette suspendue à un arbre :·N·M·.

Burin. 157 x 109. Épr. rognée, bien encrée.

Vers 1500 ou 1507.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117869.

H. V, p. 116, 11 (4 épr. connues) ; p. V, p. 99, 97 ; Washington, 171 ; TIB., 2508.011. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 21.

14Copie à l’eau-forte en contrepartie par Lambert Hopfer, utilisée comme frontispice, (Ec 6 d rés., Hébert 2901).

15La gravure se rattache à la fois aux premières œuvres de Nicoletto (fond noir, caractère mantegnesque) et aux œuvres de sa période romaine, vers 1507, notamment par son inspiration, qui évoque la gravure du Maître I. B. à l’oiseau, La Famille du triton.

543 a et b. Le Cavalier romain

Il tient un glaive de la main dr. et, de la g., une lance chargée de trophées ; à terre, des boucliers, une cuirasse, des armes, des pièces d’armure. Sur le socle d’une statue, dans une niche, à dr., les initiales ·N·M·.

Burin. 138 x 96 au c. de pl. Épr. bien encrée.

Vers 1500 ou 1507.

Hist. : Sykes, vente Londres, 2 juin 1824, no 930 ; Ottley, vente Londres, 17 mai 1837, no 1705 ; acquis de Veuve Pieri-Bénard, le 27 février 1841, avec une autre pièce (inv. 561), 115 F.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117867.

Autre épreuve très faible. 135 x 94 au tr. c.

Ea 34 rés. Non reproduit.

H. V, p. 117, 15 (6 épr. connues) ; Washington, 169 ; B. XIII, p. 288, 60 ; TIB., 2508.012. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847, no 4848.

544. La Victoire

Elle tient de la main dr. une couronne et de l’autre une lance chargée de trophées, parmi des ruines. À g. sur un soubassement : VITO / RIA ; à g., sur une tablette, au-dessus du chapiteau de la première colonne, les initiales : NR / M.

Burin. 137 x 96 au c. de pl. 134 x 94 au tr. c. Épr. bien encrée.

Vers 1500 ou 1507.

Fil. : cercle surmonté d’une étoile. Briquet, vers 3098. Cl. B A 1839.

Ea 34 rés. Cl. B 18109.

H. V, p. 117, 16 (5 épr. connues ?) ; p. V, p. 99, 98 ; TIB., 2508.013.

545. La Renommée

Elle est assise sur une cuirasse, parmi des trophées. À un palmier, emblème de la victoire, est attaché un prisonnier ; sur un écu suspendu à ce même palmier, la Renommée, qui tient une plume, a inscrit SPQR ; à g., sur un socle : FAMA / VOLAT ; à dr., sur une colonne brisée, les initiales N·M.

Burin. 135 x 94 au tr. c. Épr. faible.

Vers 1500 ou 1507.

Fil. : cercle surmonté d’une étoile. Briquet, vers 3098. Cl. B A 1840.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117866.

H. V, p. 117, 17 (4 épr. connues) ; p. V, p. 99, 99 ; Washington, 168 ; TIB., 2508.014.

16Une majolique qui reprend ce modèle est conservée à Berlin. Copie à l’eau-forte en contrepartie par le monogrammiste allemand MW (P. III, p. 287, 1).

546. La Paix

De la main g., elle tient une branche d’olivier et, de la dr., une torche allumée qu’elle approche d’un autel couvert de trophées, à g. ; devant l’autel, deux vases renversés dont les eaux se répandent. Sur un cartouche attaché à un palmier : PAX·E ; sur un carquois appuyé contre l’autel, l’inscription N / M suivie d’une branche, emblème du graveur.

Burin. 136 x 95 au tr. c. Épr. bien encrée.

Vers 1500 ou 1507.

Fil. : chapeau de cardinal à attaches croisées avec petit cercle. Briquet, vers 3404. Cl. B A 1841.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117 865.

H. V, p. 117, 18 (3 épr. connues ?) ; B. XIII, p. 275, 36 ; TIB., 2508.015.

547. Mercure

Le dieu tient la flûte de la main g. et de la dr., le caducée ; il est debout devant une architecture antique. À g., un paysage de montagnes, avec une étendue d’eau et des bâtiments, composition qui se retrouve dans de nombreuses gravures. Sur le soubassement de l’arche, à dr. : MER / CVRIVS (V dans C) ; sur le piédestal d’une colonne, à g. : ·NI·RO·.

Burin. 135 x 95 au tr. c.

Vers 1507.

Ea 34 rés. Cl. B 100865.

H. V, p. 117, 19 (5 épr. connues ?) ; p. V, p. 98, 90 ; TIB., 2508.016.

17Nicoletto reprend la même figure de Mercure, inversée, dans une gravure en manière de nielle (H. 90).

548. Neptune

Assis dans un temple de style lombard, évoquant Bramante (baptistère de San Satiro, à Milan), le dieu, appuyé sur une urne, tient un dauphin de la main g. et un trident de la dr. Sur une architecture qui sert de siège au dieu : ·NEPTVNI· / ·SIMVLACRVM· ; sur un autel, à dr. : O / N·R / M.

Burin. 135 x 94 au tr. c.

Début xvie siècle.

Ea 34 rés. Cl. B 100869.

H. V, p. 117, 20 (unicum) ; p. V, p. 97, 87 ; TIB., 2508.017.

549. Le Chasseur, d’après Dürer

Le cavalier est emprunté, avec de légères variantes, au Petit courrier de Dürer (vers 1496, B. 80), de même que le groupe d’arbres, à dr. Nicoletto a fait du personnage un chasseur de lapin et l’a situé dans un paysage aérien, très vénitien.

Burin. 167 x 119 au tr. c.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117909.

H. V, p. 119, 26 (3 épr. connues) ; p. V, p. 94, 63 ; p. 228, 1 ; B. XIII, p. 290, 63 ; TIB., 2508.022.

18Gravure non signée, attr. à Nicoletto par les historiens.

550. Vénus

Appuyée contre une architecture, la déesse tient un miroir de la main dr. et un brandon de la g. À dr., un paysage très léger avec un palmier. Sur l’entablement d’un pilier, à g. : VENVS ; sur une tablette, à côté : NICOLETO / DAMO-DENA ; en bas, sur un soubassement, à dr. de Vénus, la lettre A, dans un médaillon.

Burin. 198 x 138 au tr. c. Épr. insolée.

Vers 1500-1506.

Fil. : chapeau de cardinal avec la lettre B ou g ? Briquet, 3435 (inversé). CL. A 1842.

Ea 34 rés. Cl. C 113622.

H. V, p. 119, 27 (unicum) ; p. V, p. 98, 93 ; TIB., 2508.027.

551. Cérès

Dans un décor d’éléments d’architecture, la déesse, debout, tient d’une main une corne d’abondance avec des épis et de l’autre, des épis autour desquels s’enroule un serpent, l’un de ses attributs dans l’Antiquité.

Sur un soubassement à g. : DEA / CERRES.

Burin. 209 x 145 au c. de pl.

Vers 1500-1506.

Ea 34 rés. Cl. C 34760.

H. V, p. 119, 28 (3 ép. connues) ; p. V, p. 99, 94 ; TIB., 2508.029.

19Gravure non signée, attr. à Nicoletto par les historiens.

552. Apelle

Sur un fond de paysage, le peintre d’Alexandre le Grand, la tête couronnée de laurier, regarde des figures géométriques tracés sur une tablette. Sur un soubassement, entre des branches croisées, emblème de Nicoletto : APELES / S / POETA· [P dans O] TACENTES / ATEMPO SVO / CILIBERIMVS (« Apelle, poète muet très célèbre de son temps » ?) ;en dessous, un compas et un pot avec des pinceaux.

Burin. 199 x 143. Épr. rognée.

Vers 1507.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117 230

H. V, p. 119, 29 (8 épr. connues) ; p. V, p. 100, 104 ; TIB., 2508.031.

20Gravure non signée, attribuée à Nicoletto par les historiens.

553. La Vestale

Debout devant l’autel, elle entretient le feu sacré ; au fond, un paysage. Sur l’autel, au-dessus de deux branches croisées, emblème de Nicoletto, l’inscription : SPES PVB / LICA· / PAXAETE / RNA· / VICTORIA / AVGVSTI· ; sur une tablette suspendue à un arbre sec, VOTISX· sous deux branches croisées. Sur le soubassement, derrière la vestale, à g., la lettre ·A· sous deux branches croisées ; à dr., un vase, emblème du graveur également.

Burin. 211 x 147 au c. de pl.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117231.

H. V, p. 120, 30 (3 épr. connues) ; p. V, p. 99,100 ; TIB., 2508.032.

21Gravure non signée, attr. à Nicoletto par les historiens.

554. Statue équestre de Marc Aurèle, dans un cadre imaginaire

Sur le socle : QVESTO / EL CAVALO / QHESTA ASATO / IANNI IROMA. Sur une tablette, dans l’embrasure de la fenêtre, à g. : NICO / LETI au-dessus de deux branches croisées.

Burin. 209 x 144 au c. de pl.

Vers 1507.

Hist. : coll. Bégon, acquise en 1770 ; marque de la coll. (Bég.), en haut, à dr. (Lugt, 360).

Ea 34 rés. Cl. B 20631.

H. V, p. 120, 31 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 290, 64 ; TIB., 2508.035.

Ye 25 rés., Catalogue du Cabinet Bégon.

22La statue était à l’époque sur la place San Giovanni in Laterano, comme l’indique l’inscription. Elle est depuis 1538 sur le Capitole. C’est l’une des premières gravures la représentant, elle fut sans doute exécutée lors du voyage de Nicoletto à Rome. Elle fut aussi gravée par Fogolino, Raimondi et Marco da Ravenna, sur son premier site, puis par Beatrizet, AV à la croix et Cornelis Bos, après son transfert.

555. Vulcain forgeant les armes d’Achille

Les trois personnages de la composition – Vulcain forgeant un casque, un jeune homme portant une cuirasse et, debout devant un arbre sec auquel est suspendue une tablette vide, une femme ailée tenant le bouclier d’Achille – se tiennent dans un encadrement d’arcade brisée ; au loin, un château. Au premier plan, à g., deux chevaux s’abreuvent.

Burin. 214 x 149 au c. de pl.

Vers 1507.

Ea 34 rés. Cl. B 2249.

H. V, p. 120, 32 (2 épr. connues) ; p. V, p. 98, 92 ; TIB., 2508.036.

23Gravure non signée, d’une technique très évoluée, attr. à Nicoletto par les historiens. Une plaquette de bronze italienne contemporaine reproduit la composition et un nielle bolonais de la fin du xve siècle présente Vulcain dans la même pose.

556. Le Sort de la langue méchante

Sept enfants autour d’une enclume, battent une langue, tandis que deux autres, séparés par un dragon, se reposent, un marteau dans la main, au premier plan ; au second plan, des ruines monumentales et, au fond, un paysage avec une cité au bord de l’eau. Une inscription, sur une marche de l’estrade où est dressée l’enclume, indique le sujet de la gravure, LINGVA PRAVO RVM PERIBIT : une allégorie contre la calomnie, la médisance.

Signé sur un pilier, au centre de la composition, NIC. MVT, entre deux branches qui sortent d’un vase, emblèmes de l’artiste. Au-dessus, dans un écu, une tour avec les lettres C, C, F et Z (le second C à rebours) ?

Vers 1507.

Fil. : trois monts imbriqués, inscrits dans un cercle. Briquet, vers 11935. Cl. B A 1843.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 34 rés. Cl. 90 C 150098.

H. V, p. 121, 33 (16 épr. connues) ; Washington, 170 ; B. XIII, p. 276, 37 ; TIB., 2508.037. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 21.

24Le sujet est reproduit sur une majolique (Rackham, 582 ; Victoria & Albert Museum).

557. La Vierge et l’Enfant sur un trône, entre deux saints

À g., tenant une croix, saint François ; à dr., tenant un lis et un livre, saint Antoine de Padoue (?), identifié par Passavant comme saint Dominique et par Hind et Galichon comme saint Bonaventure ; en haut du trône : IHS et la croix ; aux pieds de la Vierge, une pomme.

Burin. 217 x 163 au tr. c.

Vers 1506.

Fil. : sirène dans un cercle. Briquet, vers 13888. Cl. B A 1844.

Ea 34 rés. Cl. C 111930.

H. V, p. 123, 39 (unicum) ; p. V, p. 95, 74 ; TIB., 2508.018.

25Gravure non signée, attr. à Nicoletto, qui reproduisit la gravure d’un artiste probablement ferrarais pour le sujet central (H. I, p. 262, E. III, 35).

558. La Vierge et l’Enfant avec un chat et une pomme, d’inspiration florentine (?)

Burin. 149 x 101 au tr. c.

Vers 1500-1506.

Fil. : lettre T dans un cercle. Briquet, vers 9131. Cl. B A 1845.

Ea 34 rés. Cl. B 100863.

H. V, p. 123, 40 (unicum) ; p. V, p. 96, 76 ; TIB., 2508.033.

26Gravure non signée, attr. à Nicoletto par les historiens.

559. Saint Antoine ermite

Debout devant une niche, le cochon à ses pieds, il s’appuie sur le tau. Signature presque illisible sur une tablette en haut du pilier g. de la niche : O. D. N. (?).

Burin. 239 x 168 au c. de pl.

Vers 1500-1506.

2e état (?), où l’on peut lire, au bas, l’inscription suivante : ·SANTO·ANTONII·ORA·PRO·NOBIS·.

Le 1er état décrit et reproduit dans Hind et TIB est une épr. rognée au bas qui ne permet pas de savoir si l’inscription citée, caractérisant le 2e état, existe ou non sur l’épreuve. Les deux épr. du 1er état qui seraient conservées sont localisées l’une à Paris, l’autre à Londres. Seule une épr. avec la légende, donc du 2e état selon Hind et TIB – si toutefois un 1er état existe réellement –, est conservée à Paris. Il est très probable que cette gravure ne comporte qu’un seul état.

Fil. : indistinct. Non reproduit.

Ea 34 rés. Cl. 86 B 108077.

H. V, p. 123, 42 ; TIB., 2508.019.

27Gravure attribuée à Nicoletto par les historiens. Trois épr. connues, dont une rognée, d’un seul état (?), d’après les constatations signalées dans la notice.

560. Bataille romaine

Sur le bouclier d’un cavalier dont la tête est ceinte d’une couronne de laurier : +SPQR. Sur une tablette suspendue à un arbre, à g., l’emblème de Nicoletto : deux branches croisées.

Burin. 184 x 273. Épr. rognée. Gravure au trait, dont seul le fond et quelques éléments sont ombrés.

Vers 1507.

Fil. : lettre T dans un cercle. Briquet, vers 9131. Cl. B A 1846.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 34 rés. Cl. 82 C 111933.

H. V, p. 124, 43 (unicum) ; p. V, p. 100, 103 ; TIB., 2508.038. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 17.

28Gravure peut-être inachevée ou plaque usée dont les contours auraient été regravés.

561. Trois cerfs, dans un paysage

Celui du premier plan est copié d’après une gravure de Giulio Campagnola et l’arbre est inspiré par la même gravure. À g., sur un pilier en ruine : NICO / LETO / DAMO / DENA.

Burin. 146 x 106 au c. de pl. Angles arrondis.

Vers 1510-1515.

Hist. : coll. Sykes, Ottley, vente Londres, 17 mai 1837, no 1705 ; acquis de Pieri-Bénard le 27 février 1841 avec une autre pièce (inv. 543), 115 F.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117232.

H. V, p. 124, 44 (10 épr. connues ?) ; Washington, 177 ; B. XIII, p. 288, 61 ; TIB., 2508.039. Ye 84 rés., 1830-1847, no 4848.

562. Pallas

De la main dr., elle tient un casque et de la g., une lance. Sur la frise du pilier devant lequel elle se tient : l’inscription DIVA PAL LAS ; au-dessous, dans un cartouche :·R·B· ; encore au-dessous : NICOLETO / DAMODENA.

Burin. 150 x 106. Épr. rognée, angles de la plaque arrondis.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. B 18108.

H. V, p. 124, 46 (6 épr. connues ?) ; B. XIII, p. 281, 48 ; TIB., 2508.041.

29Gravure inspirée de la Femme arrosant une plante de Marc-Antoine Raimondi (H. Delaborde, 179).

563. Sainte Lucie

De la main dr., elle tient une palme et de la g., une coupe contenant deux yeux. Sur la frise du pilier, au-dessus de la sainte : ·S·LVCIA (S à rebours) ; sur le soubassement, à dr. : NICO / LETO / DAMO / DENA.

Burin. 148 x 105. Épr. rognée, angles de la plaque arrondis.

Ea 34 rés. Cl. B 49639.

H. V, p. 125, 47 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 274, 34 ; TIB., 2508.042.

564. Sainte Catherine

Elle tient une palme de la main g. et de la dr. une épée, instrument de son supplice, sur laquelle elle s’appuie. À ses pieds, un livre et la roue inventée pour lui donner la mort, qui vola en éclats lors de sa mise en mouvement. Sur la base du pilier richement orné, à dr. : NICOLETO / DAMODENA.

Burin. 149 x 105 au c. de pl. Angles arrondis.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117254.

H. V, p. 125, 48 (5 épr. connues ?) ; p. V, p. 97, 84 ; TIB., 2508.043.

565. Saint Georges

Le saint tient le dragon blessé en laisse à l’aide de la ceinture de la princesse qu’il vient de sauver. À son côté, l’épée qui blessa le monstre ; de la main dr. il tient son étendard. Sur le pilier, au-dessus de la tête du saint, un écusson portant les lettres ·S·G ; au-dessus, sur la frise : NICOLETO DAMODENA.

Burin. 149 x 103 au c. de pl. Angles arrondis. Épr. sur papier jaunâtre de la plaque mal essuyée.

Vers 1510-1515.

Hist. : acquis de Veuve Pieri-Bénard, le 29 novembre 1843, 80 F.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 117255.

H. V, p. 125, 49 (9 épr. connues) ; p. V, p. 96, 80 ; Washington, 176 ; TIB., 2508.044. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847, no 5806.

566. Saint Jean Baptiste devant un groupe d’arbres

Au fond, un paysage. Sur la bannière que tient le saint : HECCE / ANGNVS / DEI. Au milieu du bas : NICOLETO DAMODENA ·R·.

Burin. 149 x 104 au c. de pl. Angles arrondis.

Hist. : acquis de Benard en avril 1822, 40 F.

Ea 34 rés. Cl. B 18110.

H. V, p. 126, 53 (8 épr. connues) ; B. XIII, p. 272, 30 ; TIB., 2508.046. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

567. Mars

De la main g., le dieu, revêtu d’une cuirasse surchargée d’ornements, tient une bannière dont la hampe est chargée de trophées et sur laquelle est inscrite la devise de Rome : ·S·P·Q·R·. Sur un soubassement, à dr. : DIVO / MARTI. Sur une tablette suspendue à un arbre dépouillé : NICOLETO / DAMODENA.

Burin. 151 x 107 au tr. c. Angles arrondis. Épr. d’un tirage moderne sur papier brun, à l’encre sépia.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116325.

H. V, p. 126, 54 (10 épr. connues) ; TIB., 2508.047.

568. Saint Antoine ermite

Debout sous une colonnade qui laisse apercevoir, au fond, une église, le saint tient de la main g. une clochette renversée et, de la dr., un rosaire et un bâton ; à ses pieds, le cochon. Sur les seconds piliers de la colonnade, verticalement : à g., NICOLETO·DAMODENA ; à dr., FECIT·MCCCCC XII. Sur la base du premier pilier, à dr., les emblèmes du graveur : le vase entre deux branches.

Burin. 148 x 102. Épr. rognée. Angles de la plaque arrondis. 1512.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116324.

H. V, p. 126, 55 (10 épr. connues) ; B. XIII, p. 269, 24 ; TIB., 2508.048. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 18.

569. Saint Bernardin de Sienne, entre des ruines et un arbre dépouillé

Sur le livre que tient le saint, le monogramme du Christ, YHS. Sur le soubassement de la colonne, à g. : NICOLETO / DAMODENO.

Burin. 148 x 104. Épr. rognée, plaque aux angles arrondis.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116323.

H. V, p. 126, 57 (7 épr. connues) ; p. V, p. 97, 83 a ; B. XIII, 270, 26 (saint Dominique) ; TIB., 2508.050.

570. Saint Christophe

Le saint, accablé sous son fardeau, l’Enfant Jésus, s’aide d’un jeune palmier en guise de bâton. Un effet de transparence de l’eau laisse apercevoir ses pieds et des poissons. À g., sur une pierre : NICOLETO / DAMODENA.

Burin. 148 x 101. Épr. rognée, sur papier jaunâtre. Angles de la plaque arrondis.

Vers 1510-1515.

Fil. : huchet, difficilement visible. Non reproduit.

Ea 34 rés. Cl. B 73101.

H. V, p. 126, 58 (5 épr. connues) ; B. XIII, p. 270, 25 ; TIB., 2508.051.

571. Saint Jérôme

Signé sur une pierre, en bas, à g. : NICOLETO / DAMODENA.

Burin. 151 x 106 au c. de pl. Épr. sur papier jaunâtre, très abîmée.

Vers 1510-1515.

Fil. : trois colonnes surmontées d’un objet énigmatique.

Briquet, vers 4454. Cl. B A 1849.

Hist. : acquis de Clément, le 12 mars 1877, 200 F.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116322.

H. V, p. 127, 59 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 274, 33 ; TIB., 2508.052. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 3900.

572. L’Homme de douleurs, soutenu par cinq angelots

Au fond, à dr., le Calvaire.

Signé sur une pierre, en bas, à g. : NICOLETO·DAMODENA.

Burin. 150 x 106. Épr. rognée.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116321.

H. V, p. 127, 61 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 267, 21 ; TIB., 2508.054.

30Cette pièce et la suivante, stylistiquement proches et aux dimensions identiques, ont pu être gravées de part et d’autre d’une même plaque.

573. La Vierge à l’Enfant dans un paysage

Sur la bordure au bas de la robe de la Vierge : QM / PVLCRA / ES ET DE / CORA FILIA : / IERVSALE. Au milieu du bas : NICOLETO·DAMODENA.

Burin. 146 x 104. Épr. rognée.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116320.

H. V, p. 127, 62 (2 épr. connues) ; B. XIII, p. 256, 5 ; TIB., 2508.055.

31Cette pièce et la précédente, stylistiquement proches et aux dimensions identiques, ont pu être gravées de part et d’autre de la même plaque.

574. La Nativité et l’Adoration des bergers

Dans une architecture visionnaire, bramantesque, de ruines d’une monumentale verticalité se tiennent les personnages miniaturisés de la Nativité. Sur la base d’une colonne, à g. : VIRTUS / ASCEN / DIT ; dans un cartouche, au milieu du bas : QVI·SE·HVMILIAT / EXALTABITVR ; sur la base d’une colonne, à dr., au-dessus des emblèmes du graveur, un vase entre deux branches accompagné des lettres OP : NICOLETO / DAMODENA.

Burin. 351 x 226. Épr. rognée, tirée sur papier jaunâtre, très abîmée.

Vers 1510-1515.

2e état : les triangles et le losange devant la sainte Famille, ombrés de tailles diagonales et parallèles au 1er état, présentent des tailles croisées.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116 318.

H. V, p. 127, 63 (12 épr. connues ?) ; B. XIII, p. 256, 4 ; TIB., 2508.058.

Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 18.

575. La Vierge et l’Enfant en trône, avec sainte Catherine et sainte Lucie

La plus grande gravure de Nicoletto représente la Vierge, assise sur un trône, tenant Jésus qui l’embrasse. Au-dessus, deux anges tiennent une couronne. De part et d’autre : à g., sainte Catherine, avec la roue à ses pieds ; à dr., sainte Lucie, avec, à ses pieds, la coupe où sont posés ses yeux. Au-dessus des saintes, des bas-reliefs retraçant le sacrifice d’Abraham et la mort d’Abel. Au bas du trône, un couple de tourterelles (la Chasteté) et, au premier plan, un singe (le Diable). Des pilastres ornés encadrent l’ensemble ; en haut : IHS sur celui de g. et CRIP (?) sur celui de dr. Plus bas, sur des tablettes : à g., SALTO (Salvator) ; à dr., MDI (Mundi). Entre les deux, sur la frise, de g. à dr. : SATA / CATERINA·VRGIN et SATA·LVCIA /VIRGINE. Au-dessus, sur la frise : HAB / RAN IS /AC (S à rebours) et H / ABEL / CHAIN. Sur le piédestal du trône, REGINA·C / ELI / LETARE·ALELVIA, au-dessus des deux branches, l’emblème de Nicoletto. Sur la marche du trône, dans un cartouche : NICOLAVS / MMINSIS / FECIT. Suspendue au plafond, une lampe allumée, d’où partent des guirlandes de fleurs et de fruits sur lesquelles sont posés deux oiseaux inspirés d’une estampe de Schongauer (B. 114).

Burin. 432 x 340 au c. de pl. Angles arrondis.

Vers 1510-1515.

Ea 34 rés. Cl. C 59948.

H. V, p. 128, 64 (3 épr. connues ?) ; p. V, p. 95, 73 ; TIB., 2508.059.

576. Saint Roch

Représenté en pèlerin, avec son bourdon, le saint laisse apparaître le bubon sur sa cuisse.

Signé sur une pierre, à dr. : NICOLET, les lettres se superposant et se mêlant pour former un monogramme.

Burin. 95 x 68 au tr. c.

Vers 1515-1520.

Hist. : don du père Placide au département des Imprimés, le 13 août 1835.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116317.

H. V, p. 128, 66 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 271, 28 (saint Jacques majeur). TIB., 2508.061. Ye 84 rés., Acquisition 1830-1847, no 1200.

577. David portant la tête de Goliath

Sur un tronçon de colonne, à dr. : DAVIT·R ; sur un portique en ruines, en haut, à g. : ·NI·RO.

Burin. 111 x 72 au tr. c

Vers 1515-1520

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116316.

H. V, p. 128, 67 (3 épr. connues) ; p. V, p. 95, 69 ; TIB., 2508.062. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 17.

578. Le Départ pour le marché, d’après Schongauer

Copie avec quelques variantes, l’arbre sec, les vols d’oiseaux, les tailles ombrant le talus et, sur une pierre, en bas, à dr. : IOP·NI· / MODENEN / SIS, la signature du graveur couverte de tailles.

Burin. 170 x 173. Épr. rognée, très faible.

Vers 1500. La gravure de Schongauer (B. 88) est datée vers 1470.

Fil. : balance à plateaux concaves dans un cercle. Briquet, vers 2475. Cl. B A 1848.

Ea 34 rés. Cl. B 7004.

H. V, p. 133, 95 (2 épr. connues) ; p. V, p. 101, 105 ; B. XIII, p. 291, 65 ; TIB., 2508.108.

579. Le Christ apparaissant à Marie Madeleine, d’après Schongauer

Copie avec des variantes, notamment le paysage et l’arbre sec.

Burin. 245 x 172. Épr. rognée.

Vers 1500 ou avant. La gravure de Schongauer (B. 26) fait partie de ses dernières œuvres. On en connaît une copie, datée de 1477.

Fil. : aigle à une tête, inscrit dans un cercle. Briquet, vers 201. Cl. B A 1847.

Ea 34 rés. Cl. C 111931.

H. V, p. 133, 96 (unicum) ; p. V, p. 14, 5 et p. 95, 71 ; TIB., 2508.109.

32Gravure non signée, attr. à Nicoletto par les historiens.

580. La vestale Tuccia, d’après Dürer

Copie avec des variantes de La Petite Fortune de Dürer, vers 1497 (B. 78). Accusée d’avoir trahi son vœu, la vestale porte un crible plein d’eau, preuve de sa virginité.

Burin. 135 x 89 au tr. c.

Vers 1500 (?).

2e état : la signature, au milieu du haut, sur une tablette, ·N·R·M·, est barrée par des tailles.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116314.

H. V, p. 134, 99 (5 épr. connues) ; p. V, p. 97, 86 ; TIB., 2508.111 S 2.

Panneaux d’ornements (581-587)

33Pour les panneaux signés, la signature est indiquée dans la description de l’ensemble, à l’endroit où elle se situe.

581. Panneau d’ornements aux satyres

De part et d’autre d’un candélabre central, de bas en haut : deux génies sur des dauphins ; deux jeunes hommes portant des cornes d’abondance ; deux satyres, dos à dos et attachés ; deux femmes ailées qui écrivent sur des écus, celle de g., la lettre A, celle de dr., la lettre B ; un génie soutenant un cartouche avec des cavaliers.

Sur des tablettes : à g., NICOLO ; à dr., DAMODENA. Auprès de chaque tablette, sur une bannière, le vase entouré de deux branches, emblèmes de l’artiste ; les deux branches entourant la lettre D se retrouvent aussi sur l’ornement central, d’où partent des cornes d’abondance.

La signification des lettres A, et D reste obscure.

Burin. 353 x 222 au c. de pl. Épr. déchirée et restaurée en haut. Vers 1507.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Fil. : balance dans un cercle à plateaux plats, l’attache médiane s’arrêtant avant de les toucher. Briquet, vers 2602. Cl. B 1856.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116315.

H. V, p. 135, 102 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 286, 58 ; TIB., 2508.097. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 17.

582-585. Série de quatre panneaux d’ornements sur un fond blanc

582. Panneau d’ornements avec le Jugement de Pâris et Orphée charmant les animaux

De haut en bas et de g. à dr., en disposition symétrique par rapport à des panneaux centraux : deux soldats, l’un de face, l’autre de dos ; un Amour sur une tortue et un Amour sur un dauphin, dans des médaillons ; deux Amours, l’un de face, l’autre de dos ; Léda et le cygne, de dos, Ganymède et l’aigle, de face ; un satyre qui trait une chèvre, un berger ; deux nus sur des dauphins, l’un de face, l’autre de dos, soufflant dans des trompettes.

Au-dessus du panneau central du haut : Hercule. Autour du Jugement de Pâris : en haut, deux boucs qui s’affrontent et les initiales N / O de Nicoletto ; en bas, deux centaures ; à dr., Mars ; à g., Neptune.

Puis, verticalement, de part et d’autre d’un rectangle central avec un chasseur poursuivant un cerf et un lapin : Mercure et Vulcain dans des médaillons ovales ; au-dessous du panneau central du bas, Cléopâtre (?).

Autour d’Orphée charmant les animaux : en haut, deux tritons ; en bas, deux satyres sacrifiant des animaux ; à dr., Bacchus ; à g., Apollon.

Burin. Vers 1507.

1er état : les têtes de bœuf, auprès des Amours, n’ont pas d’ornement sur le front et aux oreilles. 255 x 126. Épr. rognée de la pl. usée, à laquelle il manque le rectangle central avec la chasse.

Ea 34 rés. 89 B 116313.

H. V, p. 135, 103-1 (4 épr. connues) ; Washington, 172 ; B. XIII, p. 284, 54 ; TIB., 2508.090 S 1.

2e état : les têtes de bœuf ont un bandeau frontal avec une médaille qui se termine par des glands qui pendent aux oreilles. Les petits médaillons ont un fond ombré de pointillés. 222 x 128. Épr. rognée qui ne permet pas de savoir si elle portait la signature de Salamanca, qui caractérise le 3e état. Il semble cependant s’agir d’une épr. d’une plaque non retravaillée, donc d’un 2e état.

Fil. : main ouverte, les cinq doigts écartés, sommée d’une fleur. Briquet, vers 10742 (sans lettres et inversé). Cl. B A 1855.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116312.

H. V, p. 135, 103-2 (5 épr. connues) ; Washington, 172 ; B. XIII, p. 284, 54 ; TIB., 2508.090 S 2.

582. Filigrane du 2e état

34Copie par J. Androuet du Cerceau en 1550 (Ed. 2 h, fol. 111 ; Mf. E 040779).

583. Panneau d’ornements avec le dieu Mars

En haut, le dieu Mars, entre deux victoires lui offrant des couronnes ; au-dessus : ·M[ARS]·PRELIORVM / DEVS ; au-dessous, symétriquement, les Dioscures avec leurs chevaux, puis deux femmes ailées inscrivant sur des tablettes : à dr., ·S·G· ; à g., DM. Horizontalement, une frise représentant une bataille et, au-dessous, dans un cartouche, la signature de Nicoletto avec son emblème : NR, de part et d’autre d’un vase. En bas, deux captifs sur un piédestal orné d’une scène de combat ; de part et d’autre, deux satyres sur des monstres.

Burin. 262 x 130 au c. de pl.

Vers 1507.

2e état : épr. de la pl. retravaillée.

Fil. : main ouverte les cinq doigts écartés, sommée d’une fleur. Briquet, vers 10766 (sans lettres). Cl. B A 1854.

Ea 34 rés. Cl. 97 A 76799.

H. V, p. 136,104-2 (2 épr. connues ?) ; Washington, 173 ; B. XIII, 284, 55 ; TIB., 2508.091 S 2.

35Copie par J. Androuet du Cerceau en 1550 (Ed. 2 h, fol. 114, Mf. E 040782).

584. Panneau d’ornements à la cage

Au centre, la Renommée tenant des palmes et des trompettes ; sur sa tête, une cage avec un oiseau. De haut en bas, des figures disposées symétriquement : deux figures ailées inscrivant sur des tablettes, ·D·M·/·A·/N·, à dr., et ·S·P·Q·R· / ·D·I· / ·I·, à g. ; deux captifs adossés entre des trophées et deux tablettes qui portent chacune la signature de Nicoletto avec son emblème : NO, de part et d’autre d’un vase ; puis deux chevaux ailés, de part et d’autre d’une scène de combat ; deux figures ailées, une femme nue et un guerrier, qui abreuvent et nourrissent deux monstres : deux bêtes fantastiques à chaque extrémité d’un long cartouche horizontal, représentant un triomphe ; deux Amours jouant avec des bêtes grotesques.

Burin. 261 x 131. Épr. rognée.

Vers 1507.

1er état : avant que la plaque ne soit retravaillée.

Fil. : ancre dans un cercle surmonté d’une étoile à six branches. Briquet, vers 478-494. Cl. B A 1853.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116275.

H. V, p. 136, 105-1 (4 épr. connues) ; Washington, 174 ; B. XIII, p. 285, 56 ; TIB., 2508.092 S 1.

36Copie par Jacques Androuet du Cerceau, en 1550, lui-même reproduit par J. Sibmacher en 1594.

37Les différentes initiales ont été interprétées ainsi : S, « Senatus » ; P, « Populus » ; Q, « Que », R, « Romanus » ; D, « Diis », I, « Immortalibus » ; D, « Divo » ; M, « Marti ».

585. Panneau d’ornements : Victoria Avgvsta

En haut, sur des tablettes : à g., VICTORIA ; à dr., AVGVSTA (la victoire d’Auguste). En dessous : Apollon jouant de la lyre et Marsyas, de la musette (?) ; une scène de la défaite de Marsyas ; un capridé ailé sur un mascaron. Dans un cadre rectangulaire : à g., Apollon et Daphné ; à dr., Pan. Entre deux satyres jouant de la flûte, la signature du graveur, N O, de part et d’autre d’un vase, son emblème.

Burin. Vers 1507.

1er état : avant que la pl. ne soit retravaillée. 219 x 128. Épr. de la pl. usée et rognée, qui ne permet pas de voir l’inscription du haut ; tirage à l’encre sépia.

Fil. : 2 clés croisées en sautoir. Briquet, n. d. Cl. B A 1852.

Ea 34 rés. Cl. 89 B 116239.

H. V, p. 136, 106-1 (2 épr. connues ?) ; Washington, 175 ; B. XIII, p. 286, 57 ; TIB., 2508.093 S 1.

2e état : épr. rognée de la pl. retravaillée. 214 x 129.

Fil. : main ouverte, les cinq doigts écartés, sommée d’une fleur. Briquet, vers 10766. Non reproduit.

Ea 34 rés. Cl. 90 B 116240.

H. V, p. 136, 106-2 (quelques épr. connues) ; Washington, 175 ; B. XIII, p. 286, 57 ; TIB., 2508.093 S 2.

585. Filigrane du 1er état

38Trois copies existent. L’une par G. A. da Brescia (H. 45), une autre gravée sur bois par un anonyme d’après G. A. da Brescia, une autre par J. Androuet du Cerceau en 1550. Le motif du satyre jouant de la flûte se retrouve sur un ornement de G. A. da Brescia (H. 47).

586. Panneau d’ornements à la sirène

De part et d’autre d’une urne, d’un bucrane et d’un mascaron, de haut en bas : deux oiseaux, deux têtes dans des médaillons ronds, deux bêtes ailées fantastiques. En bas, une sirène couronnée par deux Amours ailés ; au-dessus de sa tête, sur une tablette : VN·BEL MOR / IR TVTA / LA VITA·HONORA (« une belle mort honore toute une vie »).

Burin. 204 x 103 au tr. c.

Vers 1507.

Fil. : huchet dans un cercle. Briquet, vers 7855.Cl. B A 1851.

Ea 34 rés. Cl. B 55125.

H. V, p. 137, 108 (3 épr. connues) ; p. V, p. 101, 108 ; TIB., 2508.095.

39Gravure non signée, attribuée à Nicoletto.

587. Panneau d’ornements à l’Amour sur des dauphins

De haut en bas, une figure féminine soufflant dans deux cornets ; de part et d’autre, des tablettes avec des inscriptions : à g., ·S·P· ; à dr., ·Q·R· ; deux Amours sur des bêtes fantastiques ; deux oiseaux entourant l’Amour jouant d’une double flûte, sur deux dauphins.

Burin. 207 x 104 au tr. c.

Vers 1507.

Fil. : huchet dans un cercle. Non reproduit.

Ea 34 rés. Cl. B 55124.

H. V, p. 137, 109 (2 épr. connues) ; p. V, p. 101, 109 ; TIB. 2508.096.

40Gravure non signée, attribuée à Nicoletto.

588. Entrelacs

Signé, au centre, N R, de part et d’autre du vase, emblème du graveur.

Burin. 146 x 146 au c. de pl.

Ea 34 rés. Cl. C 111934.

H. V, p. 137, 110 (unicum) ; p. V, p. 102, 111 ; TIB., 2508.104.

589. Entrelacs avec un vase et des rosettes

Signé, au centre, sur le vase : ·N·R·.

Burin. 146 x 146 au c. de pl.

Ea 34 rés. Cl. C 111935.

H. V, p. 137, 111 ; p. V, p. 102, 112 ; TIB., 2508.105.

Gravures à fond noir, en manière de nielle (590-594)

Sur les seize gravures exécutées ainsi, cinq sont conservées au Cabinet des estampes. Les inscriptions et les signatures apparaissent dans le bon sens ; il semble bien qu’il s’agisse de gravures et non de nielles.

590. Mars

Il porte des trophées suspendus à une lance et tient une épée de la main dr. En bas, à g., sur un socle : l’inscription MAR / TE·. Signé sur une tablette suspendue à un arbre, à dr. : ·NI·RO·.

Nielle. 78 x 54. Épr. rognée.

Ea 34 rés. Cl. A 50009.

H. V, p. 131, 82 (unicum) ; p. V, p. 98, 89. TIB., 2508.079.

591. Mercure

Il tient son caducée de la main g. et sa flûte de la main dr. Sur la base d’une colonne tronquée, à g., l’inscription MER / CVRIO. Signé N O, de part et d’autre d’un petit vase, sur une pièce d’architecture brisée, au milieu du bas.

Nielle. 54 x 34 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 5. Cl. 96 A 74349.

H. V, p. 132, 90 (2 épr. connues) ; p. V, p. 98, 91 ; D., p. 335, 710 ; TIB., 2508.086.

41La même figure, inversée et avec des variantes, est reprise dans une gravure de l’artiste (H. 19).

592. Arabesques avec deux amours au mascaron

Entre les deux amours assis sur des dauphins, un mascaron surmonté d’un vase. À g. : N. ; à dr. : O, visible seulement en partie, sur cette épr. rognée.

Nielle. 23 x 55. Épr. rognée.

2e état : la lettre O est ombrée et se distingue plus difficilement que dans le 1er état. La gravure est retravaillée par endroits.

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (Lugt, 1740) ; acquise de Clément, le 24 mars 1866, avec six autres nielles, 2 000 F (voir introd.).

Ea 27 rés., p. 34. Cl. 96 A 74394.

H. V, p. 132, 91-2 (2 épr. connues) ; p. I, p. 339, 747 et V, p. 101, 110 ; Dut. p. 272, 622 ; TIB., 2508.089.52.

42Les lettres N et O ont été interprétées comme les initiales de Nicoletti Opus et la gravure a été ainsi attribuée à Nicoletto da Modena par certains historiens. Dutuit est plutôt sceptique.

593. David vainqueur de Goliath

Nu, la tête couverte d’un casque ailé, il tient une fronde de la main dr. et, de la main g., la tête de Goliath dont le corps est à terre. À g., une colonne tronquée.

Nielle. 49 x 39. Épr. rognée.

Hist. : coll. Marolles (?), acquise en 1667.

Ea 27 rés., p. 5 Cl. 96 A 74348.

H. V, p. 133, 94 (unicum) ; D. 16 ; Dut., p. 106, 11 ; TIB., 2508. 116 (rejeté). Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « 14e morceau ».

43Gravure attribuée à N. da Modena par Duchesne et Hind, avec réserve pour ce dernier, et rejetée par M. Zucker (TIB.).

594. Les Quatre Femmes nues

Dans une architecture à deux portes se tiennent quatre femmes nues ; celle de dr., de face, tient un miroir ; celle de g., de dos, une corne d’abondance ou une torche allumée ; celle du milieu, de dos, une pique ou une palme ; une quatrième femme se tient à dr. Sur un globe, au-dessus des femmes, l’inscription V V R [DETUR ?] / PVLCRIOR.

Nielle. 59 x 45 au tr. c.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 27 rés., p. 16. Cl. 96 A 75486.

D. 234 ; Dut. p. 197, 346 ; B. VII, p. 89, 75 ; H. V, p. 134, 98 (cité dans cette notice). Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « … le 13e [morceau] quatre déesses nues : Cérès, Vénus, Junon et Minerve ».

44Le sujet de cette gravure en manière de nielle a été différemment interprété. Les historiens y ont vu les trois Grâces, des sorcières au sabbat, quatre femmes réunies invoquant la Providence pour se garantir des tentations du Démon ou encore le Jugement de Pâris (Minerve, Vénus, Junon et la Discorde – la quatrième femme –, qui aurait jeté la pomme en disant « Pulcriori »).

45Heinecken (Idée générale, p. 224, n. f.) et Zani (Materiali, p. 7) ont vu dans cette pièce une copie de la gravure de Nicoletto, Le Jugement de Pâris, de 1500 (H. 98), elle-même copie de la gravure de Dürer Les Quatre Femmes nues, de 1497. Duchesne penche plutôt pour une copie directe de la gravure de Dürer. Nicoletto ayant modifié les lettres OGH, qui apparaissent sur la gravure de Dürer en DETVR / PVLCRIOR, il s’agit donc plus probablement d’une copie de la gravure de Nicoletto ou d’une autre version, réalisée par Nicoletto lui-même.

Note

1 Ce sont en fait les ornements et décors muraux recouvrant les parois et les voûtes des « grottes » esquilines – les ruines antiques souterraines de l’Esquilin –, qui furent tout d’abord nommés « grotesques » par les artistes qui les découvrirent. Ils attribuèrent ensuite le même nom à celles de leurs créations qui s’inspiraient de ces décors peints ou sculptés en faible relief et combinant motifs linéaires, végétaux, architecturaux, animaux et humains.

2 H. V, p. 110-111 ; TIB., 25 (Commentary), p. 160, n. 8.

Indice delle illustrazioni

Legenda 556
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Legenda 537
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-2.jpg
File image/jpeg, 284k
Legenda 537. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-3.jpg
File image/jpeg, 188k
Legenda 538
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-4.jpg
File image/jpeg, 224k
Legenda 539
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-5.jpg
File image/jpeg, 320k
Legenda 540
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-6.jpg
File image/jpeg, 304k
Legenda 541 a
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-7.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda 542
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-8.jpg
File image/jpeg, 336k
Legenda 543 a
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-9.jpg
File image/jpeg, 324k
Legenda 544
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-10.jpg
File image/jpeg, 232k
Legenda 544. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-11.jpg
File image/jpeg, 176k
Legenda 545
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-12.jpg
File image/jpeg, 312k
Legenda 545. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-13.jpg
File image/jpeg, 176k
Legenda 546
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-14.jpg
File image/jpeg, 332k
Legenda 546. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-15.jpg
File image/jpeg, 160k
Legenda 547
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-16.jpg
File image/jpeg, 324k
Legenda 548
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-17.jpg
File image/jpeg, 296k
Legenda 549
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-18.jpg
File image/jpeg, 284k
Legenda 550
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-19.jpg
File image/jpeg, 308k
Legenda 550. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-20.jpg
File image/jpeg, 120k
Legenda 551
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-21.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda 552
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-22.jpg
File image/jpeg, 300k
Legenda 553
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-23.jpg
File image/jpeg, 288k
Legenda 554
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-24.jpg
File image/jpeg, 308k
Legenda 555
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-25.jpg
File image/jpeg, 200k
Legenda 556. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-26.jpg
File image/jpeg, 128k
Legenda 557
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-27.jpg
File image/jpeg, 588k
Legenda 557. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-28.jpg
File image/jpeg, 192k
Legenda 558
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-29.jpg
File image/jpeg, 292k
Legenda 558. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-30.jpg
File image/jpeg, 124k
Legenda 559
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-31.jpg
File image/jpeg, 312k
Legenda 560
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-32.jpg
File image/jpeg, 672k
Legenda 560. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-33.jpg
File image/jpeg, 164k
Legenda 561
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-34.jpg
File image/jpeg, 332k
Legenda 562
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-35.jpg
File image/jpeg, 308k
Legenda 563
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-36.jpg
File image/jpeg, 280k
Legenda 564
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-37.jpg
File image/jpeg, 308k
Legenda 565
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-38.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda 566
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-39.jpg
File image/jpeg, 304k
Legenda 567
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-40.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda 568
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-41.jpg
File image/jpeg, 292k
Legenda 569
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-42.jpg
File image/jpeg, 276k
Legenda 570
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-43.jpg
File image/jpeg, 280k
Legenda 571
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-44.jpg
File image/jpeg, 268k
Legenda 571. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-45.jpg
File image/jpeg, 176k
Legenda 572
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-46.jpg
File image/jpeg, 320k
Legenda 573
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-47.jpg
File image/jpeg, 304k
Legenda 574
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-48.jpg
File image/jpeg, 292k
Legenda 575
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-49.jpg
File image/jpeg, 772k
Legenda 576
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-50.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda 577
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-51.jpg
File image/jpeg, 280k
Legenda 578
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-52.jpg
File image/jpeg, 264k
Legenda 578. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-53.jpg
File image/jpeg, 140k
Legenda 579
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-54.jpg
File image/jpeg, 304k
Legenda 579. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-55.jpg
File image/jpeg, 140k
Legenda 580
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-56.jpg
File image/jpeg, 180k
Legenda 581
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-57.jpg
File image/jpeg, 492k
Legenda 581. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-58.jpg
File image/jpeg, 228k
Legenda 582. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-59.jpg
File image/jpeg, 340k
Legenda 582. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-60.jpg
File image/jpeg, 376k
Legenda 582. Filigrane du 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-61.jpg
File image/jpeg, 208k
Legenda 583
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-62.jpg
File image/jpeg, 332k
Legenda 583. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-63.jpg
File image/jpeg, 208k
Legenda 584
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-64.jpg
File image/jpeg, 348k
Legenda 584. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-65.jpg
File image/jpeg, 120k
Legenda 585. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-66.jpg
File image/jpeg, 388k
Legenda 585. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-67.jpg
File image/jpeg, 364k
Legenda 585. Filigrane du 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-68.jpg
File image/jpeg, 168k
Legenda 586
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-69.jpg
File image/jpeg, 348k
Legenda 586. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-70.jpg
File image/jpeg, 140k
Legenda 587
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-71.jpg
File image/jpeg, 340k
Legenda 588
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-72.jpg
File image/jpeg, 356k
Legenda 589
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-73.jpg
File image/jpeg, 352k
Legenda 590
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-74.jpg
File image/jpeg, 196k
Legenda 591
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-75.jpg
File image/jpeg, 96k
Legenda 592
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-76.jpg
File image/jpeg, 76k
Legenda 593
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-77.jpg
File image/jpeg, 92k
Legenda 594
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1352/img-78.jpg
File image/jpeg, 114k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540