Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Inventaire des premières gravures italiennes

Mantoue, Milan : Zoan Andrea

Volltext

1

473 (Voir plus bas la notice correspondante)

Zoan Andrea

2(Actif à Mantoue, vers 1475, et à Milan jusqu’aux environs de 1520)

3Très peu de documents concernent Zoan Andrea, et ceux qui existent sont davantage une source de confusion et d’erreurs que d’informations sur l’artiste. Plusieurs graveurs ont utilisé le monogramme « ZA », un monogramme proche ou la signature Zoan Andrea Valvassore ou Varvossore. Toutes les gravures en taille-douce et les xylographies signées ainsi ont été attribuées au même artiste. Or il faut distinguer le graveur en taille-douce qui travailla pour Mantegna de quatre graveurs sur bois travaillant à Venise. L’un d’entre eux est connu comme graveur d’une copie des bois de L’Apocalypse de Dürer, publiée à Venise en 1515 (Ea 19 b rés.). Ces bois sont signés « ZOYA ADREA », « Z. A. », Z. A. D. », « I. A. ». Un autre Zoan Andrea Vavassore semble avoir travaillé comme imprimeur, éditeur, libraire et cartographe. Un autre graveur sur bois utilisait la signature Z. A. », « Z. A. D. » et un autre, la signature « I. A. ».

4Les prénoms de Zoan Andrea, avec la variété des orthographes familière au xvie siècle, étaient très usités en Italie du Nord. Les initiales Z et peuvent aussi correspondre aux prénoms de Zoan Antonio.

5Un autre document accroît la confusion. Il s’agit d’une lettre d’un peintre graveur, Simone Ardizonni da Reggio, au marquis Ludovico Gonzaga, concernant un litige avec Mantegna. Simone Ardizonni aurait regravé des plaques pour son ami le peintre Zoan Andrea, car les gravures, les dessins et médailles que le peintre possédait lui avaient été volés. Lorsque Mantegna l’apprit, il menaça les deux amis et agit avec violence contre eux. Simone partit à Vérone pour continuer son travail en sécurité. Cette lettre suscita et suscite encore des prises de positions. Elle contribua, sans autre preuve, à identifier le graveur signant « Z. A. » avec le peintre cité par Simone Ardizonni.

6Dans l’exposition « Mantegna » (1992), S. Boorsch et D. Landau, après une analyse attentive des gravures et des filigranes de Zoan Andrea et de Giovanni Antonio da Brescia en sont arrivés à la conclusion que les deux graveurs sont une seule et même personne qui aurait changé de monogramme à une étape de sa carrière. Tandis que le graveur signant « Z. A. » – c’est-à-dire celui dont traite ce chapitre – et le peintre Zoan Andrea, cité plut haut, seraient deux artistes différents.

7Jean Duchesne, du Cabinet des estampes de Paris, avait déjà envisagé la première éventualité en 1819. Un autre indice a été retenu, une plaque de Zoan Andrea, Judith et Holopherne d’après Mantegna, signée du monogramme ·Z·A· (H. V, p. 63, 5 ; inv. 473), a été réutilisée par Giovanni Antonio da Brescia pour graver Vénus (H. 14 ; inv. 444) : les traces de sandales de Judith s’aperçoivent encore. Cependant, à l’époque, le cuivre est un métal coûteux et la réutilisation des cuivres d’autres graveurs ainsi que la gravure sur les deux faces d’une même plaque sont des opérations courantes. Une épreuve du Christ ressuscité, par G. A. da Brescia, conservée au Cabinet des estampes de Rome, comporte au verso les Quatre études pour une statue équestre (Léonard, H. 7), attribuées à Zoan Andrea, elle pourrait constituer un témoignage supplémentaire pour identifier l’artiste.

8Dans le cadre de cet inventaire, nous avons conservé le classement de Hind, qui distingue Zoan Andrea et Giovanni Antonio da Brescia.

9Vingt et une gravures signées du monogramme de Zoan Andrea et vingt-huit autres, non signées, sont attribuées au graveur. Hind en catalogue trente-huit sous ce nom mais d’autres gravures sont classées dans l’école de Mantegna et de Léonard (H. 1-4, 6-8, 15, 16), dans les œuvres de Giovanni Antonio da Brescia (H. 3 a, 44), de Nicoletto da Modena (H. 118) et de Jacopo de’ Barbari (H. 30), ainsi que parmi les œuvres des anonymes. Trois panneaux d’ornements sont regroupés, avec la série de douze dont ils font partie, dans l’œuvre de Giovanni Pietro da Birago. Seules deux gravures de Zoan Andrea sont datées : une copie de La Vierge à l’Enfant de Dürer (inv. 491, 1505) et un panneau d’ornements (inv. 493, 1505).

10Les premières œuvres de Zoan Andrea sont dans le style et la technique mantegnesques (tailles obliques et parallèles, zigzags). Puis il mêla tailles parallèles et tailles croisées et affina ses tailles. Il utilisa moins le zigzag et exécuta des fonds moirés. Il quitta Mantoue, probablement vers la fin des années 1490, pour Milan, où il passa au service de Léonard de Vinci. Il reproduisit les dessins de Léonard, parfois encore d’une manière mantegnesque. Si en 1499 Léonard quitta Milan, il semble que Zoan Andrea y resta jusqu’à la fin de sa vie. Il collabora avec Giovanni Pietro da Birago, miniaturiste à la cour des Sforza et graveur, à Milan, des années 1490 jusqu’à 1513 au moins, réalisant avec lui des panneaux d’ornements (voir infra, Giovanni Pietro da Birago, p. 261). Zoan Andrea est l’auteur de seize panneaux d’ornements, dont certains ont une iconographie particulière et traitent de machines de guerre. Il fit cinq copies d’après des gravures de Dürer (inv. 488-491). Il réutilisa la plaque du Saint Jérôme pour graver un sujet mantegnesque, Judith et Holopherne, bien tardivement dans sa carrière. Parmi ses productions se trouvent aussi sept gravures à sujet lascif, exécutées dans sa dernière manière, parmi lesquelles les Deux amoureux et L’Embrassement sont redevables à Léonard ou à ses suiveurs milanais. Dans l’inventaire de la coll. Marolles, les gravures de Zoan Andrea sont mentionnées sans aucune précision, « onze [morceaux] marqués ZA », « un [morceau] marqué Z. A. ». (Ye 18 rés., t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 16 et 18. Dans la partie concernant les gravures de G. A. da Brescia, en marge de la p. 10, une annotation indique : « Jean Antoine de Bresce / L’œuvre de ce maître a été collée en 1820 et reliée sous le no 5549 en y joignant les pièces de Zoan Andréa ».)

Sujets divers (469-481)

469. Hercule et Déjanire

Signé au milieu du bas : Z·A·.

Burin. 238 x 127 au c. de pl.

Vers 1475.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178749.

H. V, p. 62, 1 (5 épr. connues) ; Washington, p. 266 ; B. XIII, p. 300, 9 ; TIB., 2509.005.

11D’une technique tout à fait mantegnesque, la gravure n’est cependant pas apparentée au style de Mantegna.

470. Homme nu agenouillé, tenant une couronne

Inscription, au milieu du bas : EL MATO.

Burin. 235 x 126 au c. de pl.

Vers 1475.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178750.

H. V, p. 63, 2 (5 épr. connues) ; Washington, p. 266 ; B. XIII, p. 306, 19 ; TIB., 2509.011.

12L’identité du personnage représenté et sa signification restent obscures. « EL MATO » (Matto) est l’appellation du fou du jeu de tarot mais la figure de cette carte n’a rien de commun avec celle-ci.

471. Fontaine avec la statue de Neptune

Le dieu, assis sur un vase travaillé en vannerie, tient le trident de la main g. et, de la dr., un dauphin. Dessous, trois putti tiennent des cruches. Sur le rebord de la vasque, une frise dont la scène n’a pas été identifiée.

Burin. 334 x 240 au c. de pl.

Fil. : 2 seaux suspendus à un écot (armoiries de Galéas II Visconti, utilisées comme fil. dès la fin du xive siècle). Briquet, vers 2190. Cl. A 1899.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178743.

H. V, p. 63, 3 (9 épr. connues) ; Washington, 100 (v. 1480-1485) ; B. XIII, p. 303, 15 ; TIB., 2509.012 ; Mantegna, 1992, 153 (G. A. da Brescia ; v. 1500).

472. L’Homme de douleurs, d’après Mantegna

Gravure en contrepartie de la peinture de Mantegna, Le Christ soutenu par deux anges, avec des variantes : entre autres, un fond rocheux au lieu du paysage. Une autre version est cataloguée dans l’école de Mantegna (H. 26). Les deux gravures doivent avoir pour origine un dessin perdu de Mantegna.

Burin. 173 x 125 au c. de pl.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178739.

H. V, p. 63, 4 (3 épr. connues) ; P. V, p. 80, 4 ; B. XIII, p. 296, 4 ; TIB., 2509.002 ; Mantegna, 1992, 58 (Premier Graveur ; v. 1500).

473. Judith et la tête d’Holopherne, d’après Mantegna

Inscription au sommet du ciel de lit : ·DIVA· / ·IVDIT· (« divine Judith »). Signé sur la colonne du lit, à dr. : ·Z·A·.

Les traces d’un monogramme mal effacé s’aperçoivent au milieu du bas, ainsi que celles de la queue du lion du Saint Jérôme, d’après Dürer, gravé antérieurement sur cette plaque.

13

Burin. 310 x 225. Épr. rognée.

Fil. : cercle surmonté d’un trait étoilé. Briquet, vers 3057-3068. S. B. et D. L., fil. 22. Cl. B B 522.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178754.

H. V, p. 63, 5 (8 épr. connues) ; P. V, p. 80, 1 ; Washington, p. 386 ; B. XIII, p. 295, 1 ; TIB., 2509.001 ; Mantegna, 1992, 144 (G. A. da Brescia, v. 1506-1507).

14Le cuivre fut utilisé trois fois. La gravure de Vénus (H. V, p. 41, 14), qui porte la signature ·IO·AN·BRIXIAS (S à rebours), garde la trace des pieds de Judith (voir inv. 432, 444, 488).

474. Judith et la tête d’Holopherne, d’après Mantegna

Autre version, avec variantes. Le fond n’est pas ombré, le dessin du lit diffère. Les attitudes des personnages sont plus dynamiques et naturelles. Sans inscription, ni signature.

Burin. 285 x 257. Épr. rognée. Le cuivre présente une oxydation à g.

Ea 32 rés. Cl. 88 C 180472.

H. V, p. 64, 5 a (7 épr. connues) ; P. V, p. 80, 1 (copie) et p. 107, 28 (G. A. da Brescia) ; B. XIII, p. 295, 1 (copie A) ; TIB., 2509.001 C 1 ; Mantegna, 1992, 141 (Premier Graveur ; v. 1497-1500).

475. Le Christ devant Pilate

Inscription au-dessus de Pilate : PILATVS. Sur le piédestal du trône : NVLLAM CAVSAM / MORTIS INVENIO I / EO CORIPIAM ERGO / ILLVM ET DIMITTAM·LV·. Les lettres ·LV· indiquent l’Évangile selon saint Luc (Luc 23, 15-16) : « Voilà que rien de ce qu’il a fait ne mérite la mort ; je vais donc le faire corriger et relâcher. »

Burin. 294 x 314. Épr. rognée.

Fil. : aigle bicéphale, les serres sur un globe ( ?). Briquet, non décrit. Cl. B A 1901.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178747.

H. V, p. 64, 6 (13 épr. connues) ; Washington, 90 (G. A. da Brescia) ; B. XIII, p. 296, 2 (Zoan Andrea) ; TIB., 2511.005.

(G. A. da Brescia).

15Attribuée à Zoan Andrea par Bartsch, Passavant, Hind et Mezzetti, et à G. A. da Brescia par Zani, au début du xixe siècle, Sheehan (Washington, 1973) et Marc Zucker (TIB, 1984). Ces derniers rapprochent les tailles fines, serrées, et le fond de tailles croisées des gravures de l’école de Mantegna attribuées à G. A. da Brescia, exécutées lorsqu’il était à Mantoue, vers la fin du xve ou au début du xvie siècle. La position des pieds du Christ, notamment du pied dr. qui déborde de l’estrade, est proche de celle de saint André dans Le Christ ressuscité (Mantegna, H. 7).

476. Un lion attaqué par un dragon, d’après un dessin perdu de Léonard

Signé au milieu du bas : ·Z·A·.

Burin. 175 x 234. Épr. rognée.

Ea 32 rés. Cl. 57 B 20635.

H. V, p. 65, 7 (6 épr. connues) ; P. V, p. 81, 20 ; B. XIII, p. 306, 20 ; TIB., 2509.014.

16La technique de Zoan Andrea, par l’utilisation des tailles croisées, s’éloigne de sa première manière mantegnesque, qui caractérise ses gravures d’après Léonard. Deux dessins, copies probables de dessins de Léonard, sont conservés. Le sujet se retrouve dans deux autres gravures italiennes en contrepartie, l’une de l’école de Léonard (H. 5) avec un paysage montagneux au fond, l’autre de Lucantonio degli Uberti avec une lionne ajoutée (H. 4). On a vu dans cette iconographie une allusion politique ; le lion représenterait Venise et le dragon, Milan.

477. Trois amours

Ils tiennent des boucliers, des torches et un oiseau mort. À g., sur un tronc d’arbre, un oiseau de nuit.

Burin. 158 x 228. Épr. Rognée sans la signature ·Z·A·, au milieu du bas, qui existe sur les épr. complètes.

Vers 1505, ou peu après.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178745.

H. V, p. 65, 9 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 302, 13 ; TIB., 2509.008.

478. Sept amours et deux béliers dans un paysage

Les amours se détachent sur un fond ombré à la manière mantegnesque. Le paysage est une copie en contrepartie de celui de La Vierge à l’Enfant avec deux anges du Maître du Livre d’Heures Sforza (H. 3), sans saint Jérôme et son lion.

Burin. 280 x 205 au tr. c.

Vers le début du xvie siècle.

1er état : avant que la plaque ne soit retravaillée.

Fil. : ancre dans un cercle surmontée d’un trèfle. Briquet, vers 568. CL. B A 1900.

Hist. : acquis de Clément, le 17 décembre 1874, 350 E.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178748.

H. V, p. 65, 10-1 (10 épr. connues) ; B. XIII, p. 302, 14 ; TIB., 2509.009. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 3683.

479. Deux enfants nus tenant un bâton, se détachant sur un fond moiré

Burin. 179 x 116. Épr. rognée.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178740.

H. V, p. 66, 11 (3 épr. connues) ; B. XIII, p. 297, 5 (copie anonyme A) ; TIB., 2509.010.

17Une autre version par Nicoletto da Modena est conservée (H. 3).

480. Un squelette, sur un fond moiré

Inscription sur le piédestal : NEGAR DISSI NON POSSO CHE LAFANNO / CHE VA INANZI AL MORIR NON DOLIA FORTE / MA PIV LA TEMMA DEL ETERNO DANNO (S de POSSO à rebours). Ce qui signifie à peu près : « Je ne nierai pas que l’angoisse qui naît de la mort soit très douloureuse, mais plus douloureuse encore est la peur de la damnation éternelle ».

Signé au milieu du bas : ·Z·A·.

Burin. 310 X 120 au c. de pl. Inscription manuscrite ancienne, a l’encre sur le socle : En quo tandem / Vive memor qua sis / evi brevis.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178744.

H. V, p. 66, 12 (2 épr. connues) ; P. V, p. 82, 38 ; TIB., 2509.013.

481. Tête de femme

Burin. 204 x 145. Épr. rognée.

Vers la fin du xve siècle.

Fil. : cercle surmonté d’un trait étoilé. Briquet, vers 3058. Cl. B B 524.

Ea 32 rés. Cl. 57 B 20625.

H. V, p. 66, 14 (unicum) ; P. V, p. 83, 45 ; TIB., 2509.021 (d’après un suiveur de Léonard ? ; v. 1490-1500).

18De technique mantegnesque mais de style léonardesque, la gravure est attribuée à Z. Andrea presque unanimement.

Gravures libres (482-487)

19Zoan Andrea grava quelques sujets libres. L’un est signé (H. 15), deux autres lui sont attribués avec certitude (H. 16 et 17), deux autres sont des attributions douteuses (H. 18 et 19).

20Parmi ces gravures lascives, certaines sont inspirées par des modèles de Léonard ou de ses suiveurs milanais. Ainsi en est-il des Deux amoureux et de L’Embrassement. Une eau-forte de Wenzel Hollar et un dessin de Jacob Hoefnagel reproduisent un des sujets libres de Léonard dont le dessin est perdu : Le Couple mal assorti, thème populaire à l’époque surtout dans les gravures des écoles du Nord (Allemagne et anciens Pays-Bas). Ces représentations n’étaient pas fréquentes en Italie, où l’on traitait le plus souvent les sujets libres sous un aspect mythologique (satyre et nymphe). Il est possible aussi que de nombreuses gravures concernant ces sujets aient été détruites.

482. Deux amoureux, sur un fond moiré

Signé ·Z·A· sur le rebord du chapeau de l’homme.

Burin. 205 x 158 au c. de pl.

2e état : le corsage transparent, qui permettait de voir les doigts de l’homme, ne l’est plus. Le premier état dont l’épr. unique est à Milan (Ambrosiana) est contesté par Donati (Amor di libro, VII, 1959), qui n’y voit qu’une retouche à la plume et à l’encre.

Ea 32 rés. Cl. 50 A 3287.

H. V, p. 67, 15-2 (3 épr. connues) ; P. V, p. 83, 43 ; TIB., 2509.022 S 2.

483. L’Embrassement

Un homme à l’expression de fou enlace une femme qui simule l’indifférence.

Burin. 250 x 226. Épr. rognée, constituée de deux parties réunies vers le milieu.

Vers 1510-1513 (?)

Fil. : main bénissant, bras reliquaire de saint Étienne (emblème du chapitre de Besançon). Briquet, 11600. Cl. A 1898.

Ea 32 rés. Cl. 50 A 3285.

H. V, p. 67, 16 (2 épr. connues ?) ; P. V, p. 83, 44 (épr. différente de celle de Paris, d’après la description : « L’homme lève la main dr. comme pour jurer : fond moiré ») ; TIB., 2509.023.

484. Deux femmes enlacées relevant leur vêtement, sur un fond moiré

Copie en contrepartie par un anonyme d’après H. 17.

Hist. : Silvestre, vente Paris ; acquis de Pieri-Benard, le 26 mai 1834.

Ea 32 rés. Cl. C 37461.

H. V, p. 68, 17 a (unicum) ; TIB., 2509.024 C 1. Ye 84 rés., Acquisitions 1830-1847, no 612.

485. Jeune homme et jeune femme s’embrassant

Burin. 150 x 100. Épr. rognée.

Ea 32 rés. Cl. B 62758.

H. V, p. 68, 18 (unicum); TIB., 2509.025.

21L’attribution à Zoan Andrea ou à Nicoletto da Modena a été envisagée avec beaucoup de réserve.

486. L’Amour sur un bouc avec deux satyres

Le satyre de g. joue d’une double flûte tout en tenant la queue du bouc ; celui de dr. brandit une torche. Au premier plan, un serpent sort d’un panier. Au fond, un paysage.

Burin. 149 x 146. Épr. rognée.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178752.

H. V, p. 68, 19 (attr. incertaine ; 4 épr. connues) ; P. V, p. 80, 11 ; B. XIII, p. 301, 11 ; TIB 2509.006 a (attr. très incertaine).

22L’attribution à Zoan Andrea n’est pas convaincante ; seule la technique utilisant les tailles croisées, fines et serrées rappelle la dernière manière de l’artiste.

487. L’Amour sur un bouc avec deux satyres

Version en contrepartie avec de légères variantes.

Burin. 144 x 144. Épr. rognée.

Fil. : cercle surmonté d’un trait étoilé. Briquet, vers 3058. Cl. B B 523.

Ea 32 rés. Cl. 83 C 114989.

H. V, p. 68, 19 a (Maître du Livre d’Heures Sforza ? ; unicum) ; P. V, p. 109, 43 (G. A. da Brescia) ; Washington, p. 273 (Maître du Livre d’Heures Sforza ?) ; TIB., 2509.006 b.

Gravures d’après Dürer (488-491)

23Zoan Andrea grava cinq gravures d’après Dürer, avec de très légères variantes. Il les signa de son monogramme, ·Z·A·. L’une d’elles, La Pénitence de saint Jean Chrysostome (B. 63) manque au Cabinet des estampes. Ces gravures furent exécutées par Dürer de 1497 environ à 1503. Ce sont des œuvres de ses débuts. La Vierge à l’Enfant sur un banc de gazon, datée par Dürer de 1503, l’est par Zoan Andrea de 1505. C’est l’une des deux dates qui figurent dans l’œuvre de Zoan Andrea.

488. Saint Jérôme en pénitence

Copie en contrepartie, avec de légères variantes, de la gravure de Dürer (B. 61). Signé ·Z·A· au milieu du bas, à la place du monogramme de Dürer.

Burin. 298 x 223. Épr. rognée, très abîmée.

Fil. : cercle surmonté d’un trait étoilé. Briquet, vers 3058. Non bétagraphié.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178751.

H. V, p. 68, 20 (6 épr. connues) ; B. XIII, p. 299, 7 ; TIB., 2509.031.

24La plaque a été réutilisée pour la gravure Judith et Holopherne (H. 5), sur laquelle se distinguent faiblement la signature et la queue du lion (voir inv. 432, 444, 473).

489. La Vierge au singe

Copie en contrepartie, avec quelques variantes dans le ciel, de la gravure de Dürer (B. 42). Signée ·Z·A· au milieu du bas, à la place du monogramme de Dürer.

Burin. 169 x 122 au tr. c.

Ea 32 rés. Cl. 73 C 59955.

H. V, p. 69, 22 (10 épr. connues) ; P. V, p. 82, 34 ; TIB., 2509.029.

25Le paysage de Dürer a été repris par Giulio Campagnola dans Ganymède et par Robetta dans Adam et Ève et leurs enfants (H. 9).

490. Le Monstre marin

Copie en contrepartie de la gravure de Dürer (B. 71). Signé ·Z·A· au milieu du bas, à la place du monogramme de Dürer.

Burin. 240 x 184 au tr. c.

Fil. : cercle surmonté d’un trait étoilé. Briquet, vers 3056. Cl.B B 521.

Ea 32 rés. Cl. 46 C 1802.

H. V, p. 69, 23 (4 épr. connues) ; B. XIII, p. 300, 10 ; TIB., 2509.033.

491. Vierge à l’Enfant sur un banc de gazon

Copie en contrepartie de la gravure de Dürer (B. 34). Signé ·Z·A· au milieu du bas, sur une pierre, à la place du monogramme de Dürer.

Daté sur une tablette suspendue à une branche : 1505, au lieu de 1503, date figurant sur la gravure de Dürer.

Burin. 114 x 77 au c. de pl.

1er état : avant que la plaque ne soit retravaillée et un paysage ajouté au fond.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 111870.

H. V, p. 69, 24 (2 épr. connues du 1er état, non décrit par H.) ; P. V, p. 82, 35 ; TIB., 2509.030 S 1.

Panneaux d’ornements (492-496)

26Seize panneaux d’ornements font partie de l’œuvre gravé de Zoan Andrea. Certains lui sont seulement attribuées. Quatre sont en forme de candélabres (H. 30 à 33). Trois autres panneaux gravés par l’artiste (H.V, p. 79-81, 10 (4), 10 (5), 10 (7) font partie d’une série de douze, dessinée par le Maître du Livre d’Heures Sforza, qui en grava neuf. L’ensemble est traité avec l’œuvre de ce dernier.

27Iconographiquement, les ornements de Zoan Andrea diffèrent des créations romaines inspirées des grotesques de la Maison dorée de Néron. Certains représentent des machines de guerre (canon, poulies) ; d’autres, inspirés par les modèles de Mantegna, ont dû être exécutés avant que Zoan Andrea ne quitte Mantoue pour Milan, c’est-à-dire avant 1499 (H.25,34, 36). Le vocabulaire ornemental de Mantegna dérive des formes classiques de l’architecture, il utilise surtout des formes végétales et des arabesques, et présente des compositions homogènes très raffinées. Ainsi en est-il des pilastres qui séparent les panneaux du Triomphe de César.

492. Deux panneaux d’ornements en forme de pilastre, gravés sur une même planche

Celui de dr. est composé de feuillages et d’arabesques. Celui de g. est orné, au bas, d’une néreide tenant un médaillon, avec, auprès d’elle, un enfant et, en haut, d’une cuirasse. Inscription au-dessus des deux animaux au centre du pilastre g. : AB·OLIMPO.

Burin. 1300 x 125. Épr. rognée.

2e état : sur le pilier de g., le monogramme ·Z·A· est inscrit au-dessus de la cuirasse sur la tablette, vide au 1er état. Les initiales ·I·A· sur le médaillon, sont remplacées par un animal.

Ea 32 rés. Cl. 57 B 20643.

H. V, p. 69, 25-2 (3 épr. complètes connues ?) ; P. V, p. 83, 48 (47 et 49) ; Washington, p. 265 et 270 (exécutés, sans doute à Mantoue, d’après des modèles de Mantegna) ; TIB., 2509.034 S 2 (pilastre de g. proche du style du Maître du Livre d’Heures Sforza ; pilastre de dr. mantegnesque, proche de celui du Triomphe de César ; Milan, v. 1500-1510 probablement).

493. Panneau d’ornements avec trophées sur un chariot

De part et d’autre de l’axe central d’un chariot évoquant un char de triomphe guerrier, de bas en haut : des instruments à vent, des étendards ayant des tridents pour hampe, des dauphins, des haches. Au sommet, une poulie. À g., vers le centre, sur une tablette inscrite dans un médaillon ovale : 1505·S. Entre les roues du chariot, sur une tablette, l’inscription : DIV·FELIX. En dessous, les initiales ·Z·A·.

Burin. 393 x 137 au c. de pl.

Daté de 1505. L’une des deux gravures datées de l’œuvre de Zoan Andrea. La signification de la lettre S qui suit la date n’est pas connue.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178741.

H. V, p. 69, 26 (7 épr. connues) ; P. V, p. 84, 51 ; Washington, p. 270 ; TIB., 2509.038.

28Cette gravure et la suivante, de mêmes dimensions, proches par le style et l’inspiration iconographique, ont pu être gravées de part et d’autre d’une même plaque et constituer des pendants.

494. Panneau d’ornements avec des dragons

De part et d’autre d’un axe central, de bas en haut : des dragons, des animaux fantastiques, des machines de guerre, des canons et des masques grotesques. Au sommet, une poulie. Entre les deux dragons, sur une tablette, ·DV·FOR· et, en dessous, les initiales ·Z·A·.

Burin. 393 x 137 au c. de pl.

Vers 1505.

Ea 32 rés. Cl. 57 A 8244.

H. V, p. 70, 27 (9 épr. connues) ; P. V, p. 84, 52 ; Washington, 101 ; TIB., 2509.039.

29Cette gravure et la précédente, de mêmes dimensions et de même inspiration, ont pu être gravées de part et d’autre d’une même plaque et constituer des pendants.

495. Panneau d’ornements aux têtes de mort : memento mori

En haut, au-dessus de trois crânes, l’inscription : IN CINERĒREVĒ. Vers le milieu : MEMO / RARE NOV / ISSIMA TVA·IN·E / TERNV NON PECO. Sous un crâne : ·SIC·CER· ; de part et d’autre de deux roues, sur des tablettes croisées : BO / NV ; OPEREMVS ; HA / BE ; DVM·TEMP. Au-dessous, un four crématoire.

Signé au milieu du bas : ·Z·A·.

Burin. 392 x 88. Épr. rognée.

Vers 1505.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178743.

H. V, p. 70, 28 (5 épr. connues) ; P. V, p. 84, 54 ; TIB., 2509.040. Copie à l’eau-forte en contrepartie, avec des variantes, par Hieronymus Hopfer (Ec 6 d rés. ; Hébert, 2876).

496. Panneau d’ornements avec trophées

Burin. 151 x 200 au tr. c.

Vers 1505.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178755.

H. V, p. 70, 29 (unicum) ; TIB., 2509.041.

Série de quatre candélabres (497)

30Elle est constituée par deux gravures signées Z·A· et deux gravures non signées, qui présentent une composition semblable, en contrepartie, avec des variantes. Les gravures non signées ont été attribuées à Zoan Andrea par plusieurs historiens. Byam Shaw y voit une interprétation de Giovanni Antonio da Brescia. Le Cabinet des estampes possède un seul candélabre de cette série, signé.

497. Candélabre avec néréides, amours et dauphins

Signé au milieu du bas : ·Z·A·.

Burin. 430 x 100 au c. de pl.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178742.

H. V, p. 70, 30 (9 épr. connues) ; B. XIII, p. 310, 33 ; TIB., 2509.046.

Copie à l’eau-forte par Hieronymus Hopfer, en contrepartie, avec des variantes (Ec 6 d rés. ; Hébert, 2877).

498. Panneau d’ornements avec des feuillages

Burin. 355 x 84, épr. rognée. Avant 1505.

Ea 32 rés. Cl. 87 C 178753.

H. V, p. 71, 36 (2 épr. connues) ; Washington, p. 270 ; TIB., 2509.044.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift 473
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 256k
Bildunterschrift 469
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Bildunterschrift 470
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 471
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Bildunterschrift 471. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 24k
Bildunterschrift 472
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 473. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 68k
Bildunterschrift 474
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Bildunterschrift 475
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Bildunterschrift 475. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Bildunterschrift 476
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 160k
Bildunterschrift 477
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 478. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 48k
Bildunterschrift 478
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 160k
Bildunterschrift 479
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift 480
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Bildunterschrift 481
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Bildunterschrift 481. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-18.jpg
Datei image/, 48k
Bildunterschrift 482
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-19.jpg
Datei image/, 96k
Bildunterschrift 483
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-20.jpg
Datei image/, 72k
Bildunterschrift 483. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-21.jpg
Datei image/, 28k
Bildunterschrift 484
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-22.jpg
Datei image/, 120k
Bildunterschrift 485
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-23.jpg
Datei image/, 80k
Bildunterschrift 486
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-24.jpg
Datei image/, 116k
Bildunterschrift 487
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-25.jpg
Datei image/, 136k
Bildunterschrift 487. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-26.jpg
Datei image/, 72k
Bildunterschrift 488
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-27.jpg
Datei image/, 120k
Bildunterschrift 489
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-28.jpg
Datei image/, 100k
Bildunterschrift 490
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-29.jpg
Datei image/, 220k
Bildunterschrift 490. Filigrane
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-30.jpg
Datei image/, 96k
Bildunterschrift 491
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-31.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 492
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-32.jpg
Datei image/, 108k
Bildunterschrift 493
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-33.jpg
Datei image/, 124k
Bildunterschrift 494
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-34.jpg
Datei image/, 140k
Bildunterschrift 495
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-35.jpg
Datei image/, 84k
Bildunterschrift 496
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-36.jpg
Datei image/, 152k
Bildunterschrift 497
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-37.jpg
Datei image/, 84k
Bildunterschrift 498
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1350/img-38.jpg
Datei image/, 125k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540