Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Inventaire des premières gravures italiennes

Ferrare

Texte intégral

295 (Voir plus bas la notice correspondante)

Le Maître de la Série E des Tarots dits de Mantegna (ou Jeu du Gouvernement du monde au quattrocento)

1Le titre d’usage de la suite de cinquante estampes dite des « Tarots de Mantegna » prête à équivoque. En effet, ce n’est ni un jeu de tarot ni une création de Mantegna. L’attribution à Mantegna peut s’expliquer par la qualité des gravures, qui incita à leur donner comme auteur un très grand maître, la qualification de « tarots » étant due aux vingt-deux figures qui évoquent celles de ce jeu par l’appellation, la ressemblance iconographique ou la signification.

2L’attrait artistique des gravures, leur richesse iconographique, ont suscité de nombreuses recherches. L’auteur, appelé « Maître de la Série E des Tarots », du nom de son œuvre principale (la lettre E précédant les deux premières figures du jeu), pourrait être un maître de la cour de Ferrare, ou même un atelier. Toutes les gravures ne semblent pas, en effet, de la même main ; quelques-unes évoquent des miniatures. Les figures des Tarots s’apparentent stylistiquement, selon Levenson, aux fresques du palazzo Schifanoia (le plus célèbre monument ferrarais de l’époque) exécutées par Francesco Cossa en 1469-1470. Hind les rapproche plutôt de certaines gravures vénitiennes.

3La datation, des environs de 1465, se fonde sur la découverte d’épreuves des Tarots ou de reproductions sous forme d’enluminures, insérées dans des manuscrits parfois datés.

4Un manuscrit conservé à la bibliothèque Saint-Gall, Fior di Virtu (codex 484), terminé le 28 novembre 1468, a quatre tarots insérés dans son texte : La Tempérance, La Prudence, La Force et La Justice. L’écriture déborde sur les marges des estampes, ce qui prouve que celles-ci étaient en place antérieurement à la composition du manuscrit.

5Un autre manuscrit, daté de 1467, Constituzioni e Privilegi dello Studiolo Bolognese (Ms. 40), conservé aux Archives d’État, à Bologne, est illustré de miniatures, copiées d’après les figures de L’Empereur et du Pape.

6Deux autres manuscrits conservés à la bibliothèque Vaticane, De Imaginibus gentilium deorum (Images des dieux païens), de Ludovico Lazzarelli, sont illustrés d’enluminures. L’auteur y décrit les dieux d’après ces images. Vingt-deux d’entre elles sont copiées d’après des figures des Tarots : elles ne sont pas de la même main dans les deux ouvrages. Ces recueils (codex urbinas latin 716 et 717) proviennent de la bibliothèque du duc d’Urbin. Le codex 716 était à l’origine dédicacé au duc Borso d’Este de Ferrare, duc en 1471 et décédé au mois d’août de la même année. Le codex 717 est une copie du codex 716.

7L’ensemble fut qualifié tout à la fois de jeu didactique, encyclopédique, édifiant et de livre de modèles, et plusieurs interprétations furent proposées. Il est certain que le jeu dut servir de modèle dans les ateliers d’artistes. Une copie de la série, appelée « Série S » – la lettre S remplaçant la lettre E dans le premier groupe de figures (1 à 10) – et datée, selon les historiens, des environs de 1470 (Levenson) ou de 1485 (Hind), en diffère par quelques détails et l’existence de plusieurs compositions en contrepartie. Les tirages des deux séries ont dû être nombreux, compte tenu de la différence de qualité des épreuves conservées dans les diverses collections. Les planches usées ont dû être regravées.

  • 1 Un dessin attribué à Dürer, La Foi, copie libre de La Vertu des Tarots est conservé sous la cote B  (...)

8De nombreux artistes s’inspirèrent des Tarots de Mantegna, peintres, graveurs, médailleurs, sculpteurs, enlumineurs et décorateurs de majoliques, à la fin du xve et tout au long du xvie siècle : citons Michel Wolgemut, Albrecht Dürer, Peter Vischer, Johann Ladenspelder, Hans Burgkmair, Giovanni Guerra da Modena, ainsi que des anonymes1.

9Bien que la signification du jeu demeure énigmatique, certains ouvrages très en vogue à l’époque humaniste permettent une analyse des figures où le langage de l’Antiquité se mêle à celui du Moyen Âge. Il s’agit des livres de Martianus Capella, du moine Albéricus, de Macrobe, d’Hésiode, de Fulgence, de Pétrarque, de Boccace, de Dante…, d’un manuscrit du xve siècle, Le Blason des couleurs, et de Hieroglyphica, d’Horus Apollo ou Horapollon.

10Les cinquante gravures sont numérotées en chiffres romains et arabes. C’est le seul jeu chiffré du xve siècle. Il est divisé en cinq séries de dix figures chacune.

11Celles-ci sont désignées par les lettres E, D, C, B, A : E, la hiérarchie de la société et la condition humaine ; D, les muses et Apollon ; C, les arts libéraux et les sciences ; B, les principes cosmiques et les sept vertus ; A, les sept planètes et les sphères.

12La succession des lettres est opposée à celle de la numérotation des figures, ce qui suggère deux parcours, l’un dans le sens des figures (1 à 50), l’autre dans le sens des séries (E à A). Le premier parcours mène de l’état le plus inférieur de la condition humaine, le mendiant, jusqu’à Dieu ; le second, de Dieu jusqu’à l’homme le plus humble.

277-326. La Série E des Tarots dits de Mantegna ou Jeu du Gouvernement du monde au quattrocento (vers 1465)

  • 2 Les gravures restaurées ne sont plus dans leur reliure d’origine, qui est conservée avec l’ensemble (...)

Burin proche de la manière fine florentine. Recueil de cinquante gravures numérotées et titrées relié en parchemin2. L’ouvrage est composé d’un seul cahier de vingt-cinq feuilles de papier vergé, dont le sens lors de l’impression a été inversé : les pontuseaux apparaissent horizontalement.

Dim. moyennes des feuilles : 213 x 305 ; dim. de chaque p. : 213 x 152 ; dim. des estampes, prises au c. de pl. : 180 x 100. Les gravures sont imprimées uniquement au ro de chaque p., à dr., et, à partir de la 25, au vo de chaque p., à g.

L’impression, très légère, d’une encre d’un ton gris cendré, paraît presque argentée. Elle est rehaussée d’or. C’est le seul exemplaire enluminé sur les quatre conservés sous forme de livres. Sur la quinzaine de suites de Tarots conservée, treize sont complètes, y compris celles sous forme de livres.

Hist. : le recueil provient de la coll. de Jacques-Édouard Gatteaux (1788-1881), sculpteur et graveur en médailles. Celui-ci échangea un exemplaire de la « Série E » et un exemplaire de la « Série S » des Tarots de Mantegna, contre les exemplaires en mauvais état de conservation du Cabinet des estampes, en 1864. Ces derniers avaient des origines différentes. La Série E (inventaire du Cabinet des estampes, no 50) provenait de la coll. de l’abbé Michel de Marolles (1600-1681), achetée pour le roi par Colbert, en 1667.

Dans l’inventaire de cette coll., rédigé vers 1730, les Tarots sont ainsi mentionnés : « Cinquante et un morceau depuis la page 18 jusques au haut de la page 22, sans marques, représentants différents états de la vie, Apollon et les neuf muses, les sciences, les vertus, les 7 planètes, ce sont des figures d’hommes et de femmes avec des attributs, numérotées depuis 1 jusqu’à 50. Le 51e morceau est une copie du 48e y. » Une note, rajoutée en marge au xixe siècle, précise que ces morceaux ont été collés en un vol. séparé sous le no 50, en 1819.

  • 3 Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 20. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847, no 7014, 1 500 (...)

La Série S (inv. 7014) avait été acquise à Sienne pour mille cinq cents francs en 18293. Henri Delaborde, conservateur en chef du Cabinet des estampes, relate l’échange effectué dans le Journal du Département, le 3 octobre 1864 : « 1e. Le jeu de cartes connu en Italie sous le nom de Giuoco di Baldini ou de Giuoco di Mantegna [exemplaire complet à grandes marges extrêmement rare en cet état] est composé de pièces en épreuves antérieures au dépouillement des planches.

« 2e. Copie du même ouvrage par un graveur italien anonyme du xve siècle. Très belles épreuves.

« En échange de ces deux recueils, M. Gatteaux accepterait les deux exemplaires de l’ouvrage original et de la série de copies que possède le dépôt des estampes à la Bibliothèque impériale, exemplaires très inférieurs à tous égards, aux exemplaires offerts par M. Gatteaux, mais que ce membre de l’Institut consent libéralement à remplacer dans les collections de la Bibliothèque par les pièces d’élite qu’il possède afin de rendre celles-ci plus facilement profitables aux études des artistes ou aux travaux des érudits.

« Les mêmes pièces, supérieures par la beauté des épreuves aux pièces que possède la Bibliothèque impériale mais moins précieuses quant à l’état, que les estampes offertes par M. Gatteaux, ont été acquises à Paris, il y a quatre ans, par M. Émile Galichon, au prix de 10 000 F. Les pièces offertes ont donc une valeur vénale très supérieure à celle des pièces que nous possédons. Néanmoins, comme il est de principe qu’un échange ne saurait être proposé sans l’énonciation d’un chiffre égal pour le prix de l’objet à livrer et pour le prix de l’objet à recevoir, le chiffre ici énoncé pour la forme est 10 000 F. »

Fil. : Trois filigranes différents se situent à la pliure de la feuille (les filigranes se présentent dans le sens de la reproduction pour les feuilles E 4, E 6, E 9, C 25, E 10, D 14, D 17, C 23 et en sens inverse pour les autres).

Au centre des feuilles E 4-A 47, E 7-A 44, E 9-A 42, D 13-B 38, D 20-B 31, C 26-C25 : lettre N à la croix dans un cercle. Briquet, 8441. Calque (filigrane a).

Au centre des feuilles E 10-A 4 : deux flèches en sautoir. Briquet, 6286. Calque (filigrane b).

Au centre des feuilles E 8-A 43, D 14-B 37, D 17-B 34, D 18-B 33, C 23-C 28 : couronne. Briquet, vers 4708. Calque (filigrane c).

Les autres feuilles ne comportent pas de filigrane. Kh 27 rés.

13La série porte la marque de quatre trous aux quatre coins. On peut supposer que les plaques furent fixées sur un autre matériau dans un but décoratif ou sur du bois pour faciliter l’impression. Celle-ci, encore rudimentaire à l’époque, s’effectuait parfois pour les gravures sur métal sur une presse qui servait à l’impression des gravures sur bois.

14Certains historiens ont supposé que les planches auraient pu être imprimées à la main, compte tenu de l’impression très légère.

15Bibliogr. : Washington, p. 81-157. Gisèle Lambert, Suite d’estampes de la Renaissance italienne dite Tarots de Mantegna ou Jeu du gouvernement du monde au quattrocento. Vers 1465, postface de Laure Beaumont-Maillet, Garches, A. Seydoux, 1985 (Kh 27 a rés.). Marzia Faietti, in Alessandro Mottola Molfino et Mauro Natale, Le Muse e il Principe, Modena, 1991, p. 431-437.

277-286. E (1 À 10) : La Hiérarchie de la société et la Condition humaine

16Cette série représente toutes les situations sociales auxquelles l’homme peut accéder ou qu’il peut connaître, de la plus humble, celle de mendiant, à la plus honorée, celle du représentant de Dieu, le pape. Dans ce groupe de figures on peut établir un grand nombre de rapports avec les figures du jeu de tarots.

277. Le Mendiant

·E· ·MISERO·I· ·1·, au bas de la pl. Maillet, Garches, A. Seydoux, 1985

Kh 27 rés. Cl. 71 B 55618 ; 91B121763 ; Rc B 8870 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 1 a ; B. XIII, p. 132, 18.

278. Le Page

·E· ·FAMEIO·II· ·2·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 71 B 55619 ; Rc B 8872 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 3 a ; B. XIII, p. 132, 20 ; Washington, 14.

279. L’Artisan

·E· ·ARTIXAN·III· ·3·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 71 B 55616 ; B 69684 ; Rc B 8872 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 3 a ; B. XIII, p. 132, 20 ; Washington, 15.

280. Le Marchand

·E···MERCHADANTE·IIII· ·4·, au bas de la pl. (N à rebours).

Kh 27 rés. Cl. 63 C 22522 ; Rc B 8871 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 4 a ; B. XIII, p. 132, 21 ; Washington, 16.

281. Le Gentilhomme

·E· ·ZINTILOMO·V· ·5·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 63 C 22523 ; Rc B 8870 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 5 a ; B. XIII, p. 132, 22 ; Washington, 17.

282. Le Chevalier

·E· ·CHAVALIER·VI· ·6·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69677 ; Rc B 8869 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 6 a ; B. XIII, p. 132, 23 ; Washington, 18.

283. Le Doge

·E· ·DOXE·VII· ·7·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69672 ; Rc B 8868 (ekta).

H. I, p. 234, E. I, 7 a ; B. XIII, p. 132, 24 ; Washington, 19.

284. Le Roi

·E· ·RE·VIII· ·8·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69673 ; Rc B 8867 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 8 a ; B. XIII, p. 132, 25 ; Washington, 20.

285. L’Empereur

·E· ·IMPERATOR·VIIII· ·9·, au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 97 A 76797 ; Rc B 8866 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 9 a ; B. XIII, p. 133, 26 ; Washington, 21.

286. Le Pape

·E· ·PAPA·X· ·10·., au bas de la pl.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69683 ; Rc B 8865 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 10 a ; B. XIII, p. 133, 27 ; Washington, 22.

287-296. D (11 à 20). Les Muses et Apollon

17Les Muses, au nombre de neuf, étaient filles de Jupiter et de Mnémosyne, déesse de la mémoire. Elles réglaient l’harmonie du monde. Au xve siècle, toute culture s’y référait, et les humanistes en firent des figures familières de l’art. Elles se succèdent dans les Tarots, en commençant par Calliope, la plus puissante d’entre elles. Elles sont placées sous la dépendance d’Apollon « musagète », conducteur du chœur des Muses. Deux attributs les accompagnent presque toutes : un instrument de musique et une sphère. Les instruments musicaux sont cités dans Le Blason des couleurs. Les sphères sont attribuées aux Muses par Martianus Capella.

287. Calliope

·D· ·CALIOPE·XI· ·11·, au bas de la pl.

La muse est debout près de la fontaine Castalie. Elle joue de la trompette romaine. Une sphère est à ses pieds, à dr. Calliope était considérée comme la muse de la poésie épique.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69681 ; Rc B 8864 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 11 a ; B. XIII, p. 133, 28 ; Washington, 23.

288. Uranie

·D· ·VRANIA·XII· ·12·, au bas de la pl.

La muse tient un compas de la main g. et une sphère de la dr. Le compas est l’attribut de l’astronomie, figurée traditionnellement par cette muse.

Kh 27 rés. Cl. 47 B 3090 ; Rc B 8863 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 12 a ; B. XIII, p. 133, 29 ; Washington, 24.

289. Terpsichore

·D· ·TERPSICORE·XIII· ·13·, au bas de la pl.

La muse joue de la guitare. Son attribut habituel est une cithare. Une sphère est à ses pieds, à g. Au-dessus de sa tête, trois étoiles alignées.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69678 ; Rc B 8862 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 13 a ; B. XIII, p. 133, 30 ; Washington, 25.

290. Érato

·D· ·ERATO·XIIII· ·14·, au bas de la pl.

La muse joue du tambourin et semble danser. Une sphère est à ses pieds, à dr.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69676 ; Rc B 8861 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 14 a ; B. XIII, p. 133, 31 ; Washington, 26.

291. Polymnie

·D· ·POLIMNIA·XV· ·15·, au bas de la pl.

La muse joue d’un orgue portatif. Une sphère est à ses pieds, à dr.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69674 ; Rc B 8860 (ekta).

H. I, p. 235, E. I, 15 a ; B. XIII, P. 133, 32 ; Washington, 28.

292. Thalie

·D· ·TALIA·XVI· ·16·, au bas de la pl.

La muse joue d’un petit violon qui en terme de musique se nomme « pochette de maître à danser ». C’est son attribut habituel. À ses pieds, un tapis de lierre, symbole de la gloire.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69671 ; 91 B 121765 ; Rc B 8859 (ekta).

H. I, p. 236, E. I, 16 a ; B. XIII, p. 134, 33 ; Washington, 29.

293. Melpomène

·D· ·MELPOMENE·XVII· ·17·, au bas de la pl. (N à rebours).

La muse souffle dans une corne sculptée. Une sphère est à ses pieds, à g.

Kh 27 rés. Cl. 47 B 3092 ; Rc B 8858 (ekta).

Autre épr. sans rehauts d’or, usée et tachée. 177 x 97.

Hist. : coll. Marteau, don 24 décembre 1916.

Ea 19 rés. (anc. Kh 167 rés. no 4). Non reproduit. H. I, p. 236, E. I, 17 a ; B. XIII, p. 134, 34 ; Washington, 30. Ye 85 rés., Dons 1901-1938, no 1600.

294. Euterpe

·D· ·EVTERPE·XVIII· ·18·, au bas de la pl.

La muse joue d’une flûte double, son attribut. Une sphère est à ses pieds, à g.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69666 ; Rc B 8857 (ekta).

Autre épreuve, rognée et faible. 175 x 97. Dans le coin sup. g., inscription manuscrite : Cibias (?) invenit ; au verso, Albertina Veraüssert.

Hist. : collection J. et M. Von Kuffner, don en octobre 1975.

Ac 296 rés. Non reproduit.

H. I, p. 236, E. I, 18 a ; B. XIII, p. 134, 35 ; Washington, 32. Ye 85 rés., Dons 1972-1979, no 99995.

295. Clio

·D· ·CLIO·XVIIII· ·19·, au bas de la pl.

La muse est debout sur un cygne qui nage, les ailes déployées. Une sphère est à ses pieds, à dr.

Kh 27 rés. Cl. 52 C 8103 ; Rc B 8856 (ekta).

H. I, p. 236, E. I, 19 a ; B. XIII, p. 134, 36 ; Washington, 33.

296. Apollon

·D· ·APOLLO·XX· ·20·, au bas de la pl.

Le dieu, couronné, est assis sur deux cygnes dos à dos. Ses pieds sont posés sur un globe figurant la sphère terrestre et céleste. Il tient de la main g. une branche de laurier et, de la dr., une baguette avec laquelle il touche le globe. Un objet, difficilement identifiable (miroir ?) est gravé dans l’angle inf. g.

Kh 27 rés. Cl. 57 A 8398 ; Rc B 8855 (ekta).

H. I, p. 236, E. I, 20 a ; B. XIII, p. 134, 37 ; Washington, 34.

297-306. C (21 À 30). Les Arts libéraux et les Sciences

18À la Renaissance, l’instruction était structurée selon les arts libéraux. Ceux-ci comprenaient le trivium (grammaire, dialectique, rhétorique) et le quadrivium (géométrie, arithmétique, musique et astronomie). Les humanistes y ajoutent l’histoire, la philologie et la poésie. La série des arts libéraux commence par la grammaire, fondatrice de ces disciplines. Elle s’enrichit de la poésie, de la philosophie et de la théologie. L’astrologie remplace l’astronomie, l’humanisme lui donnant une grande importance. La théologie, qui englobe toutes les sciences par sa qualité divine, clôt la série. Pour la représentation des arts libéraux et des sciences, l’artiste s’est inspiré du Blason des couleurs et du Mariage de Mercure et de la Philologie de Martianus Capella.

297. La Grammaire

·C· ·GRAMMATICA·XXI· ·21·, au bas de la pl.

Elle tient une lime dans la main dr. et un vase dans la main g.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69686 ; Rc B 8864 (ekta).

H. I, p. 236, E. I, 21 a ; B. XIII, p. 134, 38 ; Washington, 35.

298. La Logique

·C· ·LOICA·XXII· ·22·, au bas de la pl.

Elle regarde un dragon ailé, recouvert d’un voile, qu’elle tient dans la main g.

Kh 27 rés. Cl. 47 B 3095 ; Rc B 8853 (ekta).

H. I, p. 236, E. I, 22 a ; B. XIII, p. 134, 39 ; Washington, 36.

299. La Rhétorique

·C· ·RHETORICA·XXIII· ·23·, au bas de la pl.

Elle porte une couronne sur un casque ; elle tient une épée dressée verticalement de la main dr. Elle est flanquée de deux putti soufflant chacun dans une trompette romaine, l’un la dirige vers le bas, l’autre vers le haut.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69682 ; Rc B 8852 (ekta).

Autre épr. rognée et faible. 170 x 97.

Ea 19 rés. Cl. B 69682. Non reproduit.

H. I, p. 236, E. I, 23 a ; B. XIII, p. 134, 40.

300. La Géométrie

·E· ·GEOMETRIA·XXIIII· ·24·, au bas de la pl.

Elle a les membres inférieurs qui disparaissent dans un nuage. Elle trace un carré dans l’air, avec un bâton. De part et d’autre de celui-ci sont dessinés un cercle et un triangle équilatéral dont le sommet est dirigé vers le bas.

Kh 27 rés. Cl. 61 B 26439 ; Rc C 8851 (ekta).

H. I, p. 236, E. I, 24 a ; B. XIII, P. 135, 41 ; Washington, 37.

301. L’Arithmétique

·C· ·ARITMETRICHA·XXV· ·25·, au bas de la pl.

Elle compte des jetons ou des pièces.

Kh 27 rés. Cl. 6126436 ; Rc C 8850 (ekta).

H. I, p. 237, E. I, 25 a ; B. XIII, p. 135, 42 ; Washington, 38.

302. La Musique

·C· ·MVSICHA·XXVI· ·26·, au bas de la pl.

Assise sur un siège semi-circulaire, elle joue de la flûte. Un cygne est à sa g. Divers instruments de musique sont disposés autour d’elle : un orgue portatif, une trompette, un luth, une harpe, un petit violon.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69688 ; 91 B 121764 ; Rc B 8849 (ekta).

H. I, p. 237, E. I, 26 a ; B. XIII, p. 135, 43 ; Washington, 39.

303. La Poésie

·C· ·POESIA·XXVII· ·27·, au bas de la pl.

Assise près d’une fontaine, sur du lierre rampant, elle porte un diadème de laurier ou de myrte. Elle joue d’une flûte qu’elle tient de la main dr. et renverse un vase contenant de l’eau de la main g.

La Poésie est une nouvelle figure, introduite dans la série des arts libéraux à la Renaissance.

Kh 27 rés. Cl. 75 B 69679 ; Rc B 8848 (ekta).

H. I, p. 237, E. I, 27 a ; B. XIII, p. 135, 44 ; Washington, 40.

Notes

1 Un dessin attribué à Dürer, La Foi, copie libre de La Vertu des Tarots est conservé sous la cote B 13 rés. (Lugt et Vallery-Radot, no 12). 47 estampes sur 50 de la copie des Tarots par Ladenspelder sont conservées sous la cote Kh 28 rés., in 4o (Hébert, 2588). Il manque Vénus, Le Soleil et La Première Cause.

2 Les gravures restaurées ne sont plus dans leur reliure d’origine, qui est conservée avec l’ensemble des feuilles dans des boîtes (Kh 27 rés. 1 et 2). Un fac-similé en a été édité en 1985 (voir bibliographie).

3 Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 20. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847, no 7014, 1 500 F. Ye 88 a rés., Acquisitions 1858-1870, pièce 445, et Ye 85 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2767-2768.

Table des illustrations

Légende 295
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Filigrane a
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Filigrane b
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Filigrane c
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 277
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 278
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 279
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 280
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 281
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 282
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 283
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 284
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 285
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 286
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 287
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 288
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 289
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 290
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 291
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 292
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 293
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 294
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 296
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 297
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 298
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 299
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 300
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 301
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 302
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 303
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1315/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540