Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Inventaire des premières gravures italiennes

Nielles

Volltext

1. Le Couronnement de la Vierge (voir plus bas la notice correspondante)

1En Italie, ce sont des pièces d’orfèvrerie, les nielles, qui sont à l’origine des premières estampes. Des épreuves de plaques d’or ou d’argent (ou d’une empreinte en soufre servant d’intermédiaire) gravées dans le but d’être niellées furent tirées sur papier. Cette technique d’orfèvrerie fut à l’origine du développement de la gravure dans ce pays, lui conférant une originalité certaine. Celle-ci se distingue, par sa manière, son aspect, son esthétique, des premières gravures des écoles du Nord. Le nouvel idéal qu’allait diffuser la Renaissance transparaît dans ces œuvres.

2Au quattrocento et au début du cinquecento, l’orfèvrerie niellée s’impose dans l’art et connaît son plus grand rayonnement. Deux centres importants d’activité se distinguent en Italie du Nord : Florence, avec les orfèvres Maso Finiguerra (1426-1464) et Antonio Pollaiuolo (1431/33-1498), Bologne, avec Francesco Francia (vers 1450-1517) et Peregrino da Cesena (vers 1490-vers 1510). Il est probable que la majorité des épreuves de nielles furent exécutées dans ces deux villes durant le xve siècle et au début du xvie.

  • 1 Une paix est une plaque d’orfèvrerie que le célébrant, dans les messes solennelles, donne à baiser (...)
  • 2 Le mot « nielle » fut employé pour la première fois en français par Bartsch dans Le Peintre-Graveur (...)

3L’art du nielle est connu depuis l’Antiquité. Il est décrit, dans des ouvrages du xe ou du début du xiie siècle, par le moine Théophile à Cologne et, au xvie siècle, par Vasari et Cellini, à Florence. Au Moyen Âge, le mot latin nigellum, de niger (noir), désignait un émail composé d’argent, de cuivre, de plomb, de soufre noir pilé, de borax, fondus dans un creuset. Il était coulé dans les creux d’un dessin gravé sur des plaques d’or ou d’argent, pour en faire ressortir le motif, dans un but décoratif. Ces plaques étaient utilisées comme paix1 ou comme ornement d’objets religieux (reliquaires, crucifix, candélabres) et profanes (boîtes, coupes, bijoux, boucles, boutons, reliures, orfèvrerie de table, fourreaux d’épées, gaines de poignards). À la Renaissance, une contraction de nigellum a donné le mot niello, qui par extension s’applique à l’objet ainsi émaillé et à l’épreuve sur papier tirée de la plaque préparée, avant que celle-ci ne soit niellée2. Cette épreuve permettait à l’orfèvre de contrôler son travail – l’opération de niellage ne permettant aucune retouche –, de conserver un témoin de son œuvre, de constituer peut-être aussi un livre de modèles. Elle n’était pas destinée à être diffusée, ce qui explique la rareté des exemplaires conservés.

4Les plaques d’or et d’argent, de très petites dimensions le plus souvent, étaient gravées en creux à l’aide d’un outil d’orfèvre : le burin. Les contours des motifs étaient tracés avec précision et netteté, et le modelé obtenu par des tailles légères, courtes, fines et serrées. Le fond était hachuré de manière vigoureuse et irrégulière par de larges tailles croisées, profondes et serrées, dont les barbes nombreuses étaient destinées à recevoir l’émail et à le faire adhérer. Ces plaques offraient dans un espace réduit et dans des formes variées, adaptées à l’emplacement qu’elles devaient occuper, des motifs très chargés. Elles traitaient de scènes religieuses ou mythologiques, d’allégories, de portraits d’Italiens célèbres (souverains, papes), de sujets symbolisant l’amour et le mariage. Avant de recevoir l’émail, la planche était nettoyée, bouillie dans de l’eau pendant un quart d’heure avec de la cendre de chêne, puis rincée dans de l’eau pure et frottée avec de petites brosses. C’est à cette étape du travail, précédant le stade final du niellage, qu’intervenait l’impression sur papier. Il semble que le plus souvent l’opération se déroulait ainsi : les tailles de la planche gravée étaient remplies d’une teinte noire et grasse ; l’orfèvre en prenait une empreinte avec une terre très fine et compacte ; le motif apparaissait alors inversé. Ces moules étaient fragiles et se brisaient facilement. Leurs petites dimensions nuisaient à leur conservation et à leur manipulation. La terre en séchant se gerçait, se fendait. Aucun n’est arrivé jusqu’à nous. Sur ce moule en terre, les orfèvres coulaient du soufre. L’empreinte ainsi obtenue avait l’avantage d’être dans le même sens que l’original ; elle était plus facile à conserver, une épaisseur de plâtre, au verso, la consolidait. Les creux étaient remplis de noir de fumée et une couche d’huile donnait au soufre poli l’apparence de la plaque d’argent. L’orfèvre avait ainsi une vision précise de son futur objet. Il arriva que cette empreinte en soufre noircie soit appliquée sur une feuille de papier humide. Trop fragile pour subir un passage sous presse, elle fut sans doute soumise à la pression manuelle d’un cylindre d’orfèvre, utilisé habituellement pour donner une forme à des objets à l’aide d’un marteau, ou encore tirée au frotton. C’est ainsi qu’un « nielle estampe » au motif inversé par rapport à la plaque de métal fut imprimé. L’empreinte devait se fendre parfois et ces accidents se constatent sur l’épreuve sur papier. On peut penser que l’orfèvre se servait de cet intermédiaire pour obtenir une épreuve sur papier, afin de ne pas altérer la plaque de métal. Il est difficile d’affirmer d’une épreuve sur papier qu’elle est tirée de la plaque même d’orfèvrerie encrée, ou de l’empreinte en soufre de cette plaque, ou même d’une plaque gravée, non pas destinée à être niellée, mais simplement à fournir des modèles aux orfèvres nielleurs. Les caractéristiques des nielles estampes sont les suivantes : le sujet est inversé à l’impression ainsi que les inscriptions, qui se lisent à l’aide d’un miroir ; souvent les trous de clous faits dans le métal pour le fixer sur l’objet à décorer apparaissent sur l’épreuve ; l’encrage est soit très léger, plus gris que noir, bleuâtre ou verdâtre pour les nielles les plus anciens, soit pâteux et épais. La plupart sont à fond noir et à figures claires ; certains cependant sont à fond blanc : ce sont des plaques dont la gravure n’était pas achevée lors du tirage ou dont le fond creusé était destiné à être doré. Elles sont tirées à un ou deux exemplaires le plus souvent, sans beaucoup de soin, et les figures débordent parfois le trait carré. Les épreuves de nielles offrent des aspects très différents. Le fond peut être formé de tailles croisées très serrées, très épaisses, formant un réseau dense ; le rendu est proche de celui de la pointe sèche ; les contours sont précis, le modelé est exécuté à l’aide de petites tailles légères, le plus souvent parallèles, qui donnent un tirage un peu pâteux, diffus. Il arrive également que les tailles ne se distinguent plus, le rendu du modelé et du fond est alors celui d’un dessin au crayon gras ou à l’estompe. Enfin, les tailles peuvent être très nettement visibles, l’impression apparaissant très en relief.

5Les épreuves sur papier furent connues seulement à partir de 1797, lorsque l’abbé Zani, grand amateur et collectionneur, découvrit au Cabinet des estampes de Paris une épreuve d’une plaque niellée – une paix, représentant le Couronnement de la Vierge, autrefois au baptistère de l’église San Giovanni à Florence, maintenant au musée du Bargello. Ce nielle estampe y était entré au xviie siècle, avec la collection Marolles, et était considéré depuis comme une gravure. Les circonstances de l’entrée en France de cette pièce et, plus précisément, dans la collection Marolles, deux cents ans après son impression, sont ignorées. On en découvrit deux empreintes en soufre, l’une conservée maintenant au British Museum, l’autre au musée du Louvre, exécutées probablement à deux stades différents du travail. Ces pièces permirent de découvrir le déroulement du travail. Les nielles estampes furent alors très recherchés par les amateurs et de grandes collections se constituèrent. Les collections publiques se formèrent souvent à partir de leur propre fonds, identifiant des estampes comme des épreuves de nielles. La difficulté consistait à les différencier des petites gravures à fond noir servant de modèles aux orfèvres. Elle se doubla bientôt de la diffusion de faux et de contrefaçons qui se multiplièrent durant tout le xixe siècle. Les catalographes se heurtèrent aux problèmes d’attribution, aucun nielle n’étant signé, excepté ceux de Peregrino da Cesena, qui sont des impressions de plaques gravées en manière de nielle, avec les inscriptions à l’endroit. Peu de documents étant conservés sur les œuvres, les controverses concernant l’attribution des objets décoratifs et des épreuves sur papier sont toujours nombreuses.

6Les études des nielles estampes permirent de constater que cette technique avait considérablement influencé les premiers graveurs au burin en manière fine, à Florence et à Ferrare, et s’était prolongée dans les petites gravures en manière de nielle des petits maîtres allemands du xvie siècle.

  • 3 Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 71-72.

7Le département des Estampes conserve cent vingt-trois pièces regroupées sous l’appellation « nielle » sans compter les états et les doubles. Les unes sont de véritables nielles estampes, d’autres des gravures en manière de nielle. Cette collection est composée en partie d’épreuves appartenant à la collection Marolles, que ce dernier n’avait pas identifiées comme nielles. Plusieurs sont énumérées dans le premier volume de l’inventaire de la collection3, où sont signalées des gravures portant un monogramme (Peregrino). La description, très imprécise parfois, ne permet pas toujours d’identifier les pièces. Ces épreuves de nielles furent identifiées et rassemblées dans un recueil factice, après la découverte du nielle de Maso Finiguerra par l’abbé Zani.

8Plusieurs dons, échanges et acquisitions lors des grandes ventes de collections d’estampes anciennes au xixe siècle contribuèrent à enrichir ce fonds. Citons principalement les ventes Silvestre en 1810, G. Storck en 1815, Thomas Lloyd en 1817-1820, Edmé Durand en 1821, Rossi en 1822, Buckingham en 1834, W. Young Ottley en 1837, Debois en 1844, Vischer en 1852, Robert-Dumesnil en 1864. Les achats chez les marchands, Pieri-Benard, Clément, Bouillon, Rouan, Danlos et Delisle, Jullien, Leblanc, Zen, Godefroy-Brauer, accrurent aussi cette collection. Sept nielles achetés chez Clément proviennent des collections van Sestich et Brisard de la Bibliothèque royale de Belgique, qui les possédait en plusieurs épreuves.

9Van Sestich était de Malines. Il vécut au xviie siècle (il est mort en 1634). Il fut chanoine de Saint-Pierre et professeur de décrétales. Il avait orné d’une trentaine d’épreuves de nielles les marges d’un cahier d’institutes qui lui avait été dicté en 1600. Ce recueil manuscrit, transporté à Paris sous la Révolution, fut restitué à la Belgique en 1815. Après 1858, la valeur de ces pièces ayant été découverte, elles furent décollées et classées dans les collections du Cabinet des estampes de la Bibliothèque de Belgique. D’autres nielles, achetés à la vente Brisard, les rejoignirent. Puis des doubles furent vendus et entrèrent ainsi dans nos collections en 1866 (inv. 56, 65, 81, 92, 98, 110). Elles portent au verso la marque du Cabinet des estampes de Bruxelles, introduite selon Lugt vers 1880 (Lugt, 1741), probablement avant, compte tenu de la date d’achat des pièces entrées au Cabinet des estampes.

  • 4 Ye 95 rés., « Pièces d’élite du Cabinet de La Haye », 1812.

10D’autres nielles encore proviennent d’un fonds de bibliothèque. Il s’agit de nielles qui se trouvaient parmi les dix mille deux cents estampes de la Bibliothèque de La Haye transportées à Paris sous l’Empire. Une pièce d’archives intitulée « Note des pièces d’élite retirées de la collection d’estampes venant de La Haye en 18124 » énumère des nielles de Peregrino. D’autres pièces d’archives, datées d’octobre 1815, font état des gravures restituées à la Hollande et de celles qui n’ont pas été retrouvées : « 28 octobre 1815. Les commissaires de Sa Majesté le Roi des Pays-Bas […] déclarent avoir reçu toutes les estampes portées au dit inventaire […] à l’exception de 51 pièces qui ne se sont pas trouvées, ou qui ne sont pas conformes à la description, ou enfin, qui ne portaient pas l’estampille de la Bibliothèque de La Haye, et dont il a été dressé un état particulier. »

  • 5 Ye 1 rés., Archives 1809-1826, pièces 576 à 579.

11Suit « L’État no 1 contenant les estampes portées sur l’inventaire de La Haye et qui ne s’étant pas trouvées lors du recolement fait à Paris en octobre et novembre 1815 n’ont pu être remises aux commissaires5… »

12Parmi les pièces énumérées on retrouve les nielles de Peregrino et celles qui dans nos collections portent au verso la marque de la Bibliothèque de La Haye, première marque introduite sous Louis Bonaparte, roi de Hollande de 1806 à 1810. Comme il est peu probable qu’on se soit encore servi de cette marque, où se voit l’aigle française, après la restauration de la maison d’Orange, les feuilles sur lesquelles elle figure appartiennent sans doute au plus ancien noyau du Cabinet. Elle doit désigner, en particulier, les estampes de la riche collection van Leyden, acquise en 1808 par Louis Bonaparte (Lugt, 240). En compensation, d’autres gravures furent données à la Bibliothèque de La Haye. En 1816, le Cabinet des estampes de la Bibliothèque de La Haye fut transféré à Amsterdam, au Rijksmuseum.

Florence

Maso Finiguerra (Florence, 1426-1464)

  • 6 G. Vasari, 1984, vol. VII, p. 62.
  • 7 G. Vasari, 1983, vol. IV, p. 244.

13Cet orfèvre est cité par l’historien, peintre et architecte Giorgio Vasari (1511-1574), dans Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, en 1568, comme l’inventeur de la gravure sur cuivre, un siècle après le début de la gravure en Italie : « C’est le Florentin Maso Finiguerra qui est à l’origine de la gravure sur cuivre aux environs de 1460 ; il prenait une empreinte en terre glaise de toutes les planches d’argent qu’il ciselait pour les nieller et les recouvrait de soufre liquéfié, obtenant ainsi une nouvelle planche qu’il enduisait de noir de fumée dilué dans l’huile ; il avait ainsi une parfaite reproduction de la plaque d’argent. Après l’avoir teintée de noir, il eut l’idée d’y appliquer une feuille de papier humide et de la presser à l’aide d’un cylindre parfaitement lisse ; et la feuille ne paraissait pas seulement imprimée, mais dessinée à la plume6. » Il écrira aussi dans la vie d’Antonio Pollaiuolo : « Il y avait à cette même époque un autre orfèvre, Maso Finiguerra, qui jouissait d’un renom extraordinaire et mérité pour ses gravures au burin et ses nielles7. »

14D’autres documents permettent de savoir qu’il était le fils d’un orfèvre florentin et qu’il travailla pour la guilde des marchands de Florence, qui lui commanda deux paix niellées, l’une en 1452, l’autre en 1455. Celles-ci ne peuvent être identifiées précisément avec les paix niellées connues ou conservées. Il travailla à l’église San Jacopo de Pistoia et, de 1462 à 1464, avec Pollaiuolo, pour des objets d’orfèvrerie puis, en 1464, aux dessins de deux panneaux marquetés pour la sacristie de la cathédrale de Florence. Ces dernières attributions sont maintenant contestées. Les gravures qui lui sont attribuées ont été aussi l’objet de controverses, aucun document ne permettant de prouver qu’il en est l’auteur.

15L’épreuve du Couronnement de la Vierge qui lui est attribuée et qui est conservée au Cabinet des estampes est à l’origine d’une abondante littérature. De nombreux historiens soutiennent ou contestent cette attribution. Il en est de même de l’affirmation de Vasari sur le rôle de Maso Finiguerra concernant l’origine de la gravure. Cependant, sur ce point, la certitude que la gravure est née en Allemagne, et non en Italie, est acquise.

16Le recueil de dessins que possède le British Museum, intitulé La Chronique illustrée et daté de 1460-1470, publié en 1898 par Sidney Colvin sous le nom de Finiguerra, est maintenant attribué à l’un de ses élèves, Baccio Baldini. Seules des constatations stylistiques et les qualités exceptionnelles de certaines œuvres permettent de regrouper des nielles, des empreintes en soufre et des dessins préparatoires, datables des années 1445 jusqu’à 1460 environ, sous le nom de Maso Finiguerra. Il semble cependant que cet orfèvre soit bien à l’origine de l’art de tirer des épreuves sur papier de planches gravées, et que la plupart des premiers graveurs florentins aient fréquenté son atelier.

  • 8 P. Zani, 1802, p. 48.

17Il est très probable, comme le suggère Passavant, que ce fut Claude Maugis, abbé de Saint-Ambroise, qui obtint l’épreuve du Couronnement de la Vierge à Florence, quand il s’y trouvait pour accompagner la jeune reine Marie de Médicis lors de son voyage en France. Marolles acheta ensuite la collection de Claude Maugis. L’estampe est mentionnée dans l’inventaire de la collection Marolles à la suite de gravures représentant la Nativité, sous le titre « Couronnement de la Vierge ». Elle était collée dans le recueil correspondant, quand l’abbé Zani, érudit venu à Paris pour étudier les gravures anciennes, la découvrit, en novembre 1797. Il s’aperçut que cette épreuve provenait d’une paix niellée de l’église de Florence. Ce ne fut qu’au mois de mars 1798 qu’il révéla sa découverte et, par là même, l’existence d’épreuves sur papier de compositions niellées, qu’il commenta dans son ouvrage : Materiali per servire alla storia dell’origine e de’progressi del incisione in rame8.

18L’épreuve du Couronnement de la Vierge avait échappé à de nombreux amateurs, dont Mariette qui, dans une lettre adressée à Gaburri en 1731 (Raccolta di lettere sulla pittura…, t. II, p. 230-231), écrit : « J’ai une pleine connaissance de la riche collection du prince Eugène, puisque je l’ai mise en ordre, et que j’en ai fait un catalogue très ample : il n’y a certainement rien de Maso Finiguerra, ni dans celle du Roi, qui est très belle, surtout dans la classe des estampes gravées par les Vieux Maîtres. »

19Après sa découverte, l’épreuve fut retirée de la collection Marolles pour être montée séparément. En 1807, le conservateur H.-A. Joly la fit encadrer et exposer avec les plus belles pièces du Cabinet. Le conservateur J. Duchesne, en 1839, lui fit faire un cadre gothique, dans lequel elle se trouvait encore en 1911.

1. Le Couronnement de la Vierge

Sur un trône d’une riche architecture, surmonté d’un fronton cintré, Jésus-Christ, coiffé d’un bonnet ressemblant à celui des doges, pose des deux mains une couronne sur la tête de la Vierge, assise à ses côtés. Le devant du trône est orné de festons de feuillage. Deux anges debout, adossés aux pilastres, tiennent des vases avec des fleurs. De chaque côté, sur un gradin, trois anges debout jouent d’instruments à vent. Sur chaque bras du trône s’appuie un ange tenant une branche de lis et, sur le même plan, aux deux extrémités, se trouve encore un ange. Au-dessus du fronton, quatre anges suspendus dans les airs tiennent deux banderoles séparées portant cette inscription à rebours : ·ASSVMPTA·EST·MARIA·INCELVM·GAVDET·EXERCITVS·ANGELORUM·.

Des deux côtés, et en avant du trône, sont groupés, étagés sur quatre rangs, des saints et des saintes. À droite se trouvent neuf saintes debout (parmi lesquelles on distingue par leurs attributs sainte Madeleine, au second rang, et sainte Agnès, au troisième) et deux saintes agenouillées sur une marche au bas du trône, dont sainte Catherine avec sa roue. À gauche, onze saints, dont deux à genoux, ayant à leur tête saint Jean Baptiste. Au premier plan, dans le milieu, sont agenouillés saint Ambroise, à droite, et saint Augustin, à gauche, vus de dos et reconnaissables par les inscriptions AMBRVS et AGOSTI sur les cols de leurs robes.

Nielle. 128 x 85 au tr. Épr. cintrée. L’épreuve a été restaurée au xixe siècle : un fragment manquant a été remplacé par du papier.

Florence, 1452.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 29 rés. Cl. 52 B 11034.

D., 129 ; P. I, p. 195 ; Dut., p. 132, 117 ; Hind, 151 (empreinte en soufre, Londres, British Museum) ; Blum, 1 (empreinte en soufre, Paris, musée du Louvre) ; Washington, p. 3. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 21.F. Courboin, « Notes critiques sur la Paix attribuée à Maso Finiguerra et sur ses différentes épreuves », Revue de l’Art ancien et moderne, 25, 1909, 161 et 289.

20L’identité de l’auteur de la paix niellée exécutée en 1452 pour le baptistère San Giovanni à Florence, conservée actuellement au musée du Bargello, restait à découvrir. Dès le xviiie siècle, indépendamment de l’épreuve sur papier, les historiens s’étaient penchés sur l’objet d’orfèvrerie, qui fut d’abord attribué à Maso Finiguerra.

21En 1759, le chanoine Gori précise cette attribution, dans un ouvrage intitulé Thesaurus veterum diptychorum, en citant les comptes du registre des marchands, conservés aux archives de Florence, qui ne mentionnent cependant pas le sujet des paix.

22En 1802, l’érudit italien Zani présente l’estampe comme la première impression d’une gravure par Maso Finiguerra.

23En 1841, le baron de Rumohr, érudit allemand, conteste l’invention de la gravure en taille douce par Finiguerra. En 1884, Milanesi, érudit italien, rejette l’attribution à Finiguerra et préfère à ce dernier Matteo Dei. Or au xvie siècle, Vasari, dans la Vie de Pollaiuolo, et Cellini, dans son Traité de l’orfèvrerie, citent des paix de Finiguerra ayant pour thèmes une scène de la Passion et une Crucifixion, mais pas de Couronnement de la Vierge.

24En 1884, le collectionneur français Eugène Dutuit publie le fac-similé du compte du registre des marchands (l’original a disparu) : le sujet de la paix n’est pas indiqué, et le poids ne correspond pas à celui de la paix du Couronnement de la Vierge. Cependant, la monture en vermeil n’étant pas celle d’origine, aucune conclusion n’est permise.

Ces trois derniers érudits sont approuvés à la fin du xixe siècle et au xxe siècle par les historiens d’art Kristeller (1894), Colvin (1898), Rosenberg (1907) et Hind, qui plus récemment, en 1936, attribue Le Couronnement de la Vierge à Matteo Dei. Ce dernier historien remarque que le style de l’œuvre est influencé par celui d’Alessio Baldovinetti et se place dans la tradition de Fra Angelico. Alors que, d’après Cellini, le style de Finiguerra serait apparenté à celui de Pollaiuolo. Plus récemment encore, Konrad Oberhuber, en 1973, rapproche l’œuvre du style de Filippo Lippi et de la composition du grand Couronnement de la Vierge, du même artiste, terminé en 1447 (musée des Offices). Il l’attribue par des comparaisons et des regroupements stylistiques à Maso Finiguerra et la date de 1452. Il situe l’évolution stylistique des nielles attribuées à Maso Finiguerra entre le dernier style de Ghiberti et celui de Filippo Lippi jusqu’en 1452.

25Le Couronnement de la Vierge présente une composition architecturale et une élégance de lignes tout à fait nouvelles par rapport à la gravure des écoles du Nord. L’œuvre reflète l’art de Ghiberti et de Donatello.

Anonyme

2. La Vierge et l’Enfant sur un trône, entourés de saintes et d’anges (copie d’un nielle attribué à Maso Finiguerra)

La composition se situe dans une bordure de pointes de diamant, cintrée ; au-dessus, de part et d’autre du cintre, l’Annonciation : à g., la Vierge et la colombe du Saint-Esprit, à dr., l’ange Gabriel. L’ensemble est dans un encadrement composé de deux piliers cannelés, qui soutiennent un entablement orné d’une guirlande de feuillage avec cinq masques ; les piliers reposent sur un soubassement orné d’un bas-relief représentant deux anges soutenant un masque à trois visages : une face et deux profils. Au pied de la Vierge et de l’Enfant, debout et à genoux, des saintes parmi lesquelles sainte Claire, portant ses yeux sur un plateau, et sainte Agnès tenant son agneau ; à g., sainte Catherine avec sa roue. Des deux côtés du trône, des anges musiciens et des anges tenant des branches de lis ; au-dessus du trône, des têtes de chérubins.

Nielle. 135 x 92 (la composition florale) au tr. c. 190 x 138 (avec l’entablement et le soubassement) ; 190 x 121 (avec les deux piliers). L’épr., une impression tardive, est détourée.

Vers 1450-1470.

Hist. : il ne s’agit pas, comme le suggère Dutuit, de l’épr. du Cabinet Durand ; lors de la vente de cette coll. en 1821, ce nielle se trouvait déjà au Cabinet des estampes ; il est cité et localisé dans le catalogue de vente ; au verso, une signature, faggi (?), à l’encre brune.

Ea 27 rés., p. 10. Cl. 96 A 74354.

D., 54 ; P. I, p. 277, 54 ; Dut., p. 155, 183 ; H., 155 ; Blum, 7 ; Washington, p. 532, B. 1.

26Ce nielle est une copie florentine, contemporaine d’un nielle florentin (D. 53) de la même main que Le Couronnement de la Vierge (D. 129) attribué à Finiguerra.

27La copie diffère de l’original par la main de sainte Claire qui cache en partie l’auréole de la sainte à genoux devant elle ; le vase de fleurs que tient celle-ci est aussi en partie caché par le bas de la robe de la Vierge.

Écoles incertaines : anonymes (classement thématique)

Ancien Testament

3. Adam et Ève travaillant

Ève file et Adam bêche tandis que Caïn et Abel jouent ; l’un d’eux monte un cheval de bois. Dans le fond, un paysage de rochers et d’arbres. Dans les angles supérieurs, un espace blanc avec la marque d’un trou.

Nielle. 29 x 44 au tr. c.

Hist. : Ottley, vente Londres, 17 mai 1837, no 1848 ; acquis de Veuve Pieri-Benard, le 27 février 1841, 26,80 F.

Ea 27 rés., p. 2. Cl. 96 A 74340.

D., 8 ; Dut., p. 104, 3 (Italie, xvie s.). Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

4. Judith portant la tête d’Holopherne

Au fond, la ville de Béthulie ; à dr., deux tours. Vers le haut, deux petits ronds blancs avec un point au centre.

Nielle. 43 x 21 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 4. Cl. 96 A 74346.

D., 22 ; P. V, p. 208, 10 (Peregrino) ; Dut., p. 107, 15 ; H., 168.

Nouveau Testament

5. L’Adoration des Mages

Au fond, des murailles et la ville de Bethléem ; en haut, à dr., un berger ; au premier plan, la sainte Famille avec un roi mage agenouillé et un autre à cheval, suivi du troisième et d’un important cortège qui occupe le reste de l’estampe.

Nielle. 113 x 110 au c. de pl. ; le bas du motif est droit ; les trois autres côtés sont découpés en festons irréguliers ; de deux en deux festons, on remarque des trous de clou. On distingue dans les marges de petits visages esquissés : un du côté g., deux du côté dr., et deux en haut ; des yeux ou des marques de clous apparaissent en bas, à g.

Ea 27 rés., p. 7. Cl. 96 A 74350.

D., 32 ; P. I, p. 276, 32 ; Dut., p. 112, 36 ; H., 294.

Ce nielle est l’objet de nombreux commentaires. Lanzi l’attribue à Maso Finiguerra. Pour Passavant, la composition et l’ornementation luxueuses des draperies évoquent le style de Gentile da Fabriano. Dutuit, en 1888, y voit une œuvre du xve siècle. Cependant, l’authenticité de la pièce avait été contestée pour la première fois en 1886, par Richard Fisher, qui l’avait présentée comme un travail du premier quart du xixe siècle. Hind, en 1936, maintient cette contestation, mais envisage plutôt un travail vénitien du xviiie siècle. L’épreuve du British Museum se compose de deux parties : au-dessus de l’Adoration des Mages est imprimée l’Annonciation.

6. L’Adoration des Mages

Nielle. 32 x 25.

Hist. : Buckingham (duc de), vente 26 juillet 1834, no 4053 ; acquis de Pieri-Benard le 28 mars 1835, 4 livres sterling.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75434.

D., 33 ; P. I, p. 292, 479. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

7. La Vierge et l’Enfant

Nielle. 44 x 13 (en haut), 15 (en bas) au c. de pl. (cuvette incurvée vers l’extérieur de part et d’autre des épaules de la Vierge).

Fin xve s. – début xvie s.

Ea 27 rés., p. 8. Cl. 96 A 74351.

D., 34 ; Dut., p. 141, 140 ; H. V, p. 305, 47 (unicum) ; TIB., 2401.043. Duchesne et Dutuit voient dans cette épreuve un nielle, malgré le fond blanc qui pouvait être destiné à la dorure. Hind y voit plutôt une gravure à cause du style linéaire et de ce fond blanc.

8. La Vierge et l’Enfant, dans un médaillon

Un donateur est agenouillé à sa g., sur un fond de paysage. Autour du médaillon, de dr, à g. : ·S·M·VENI·IN·ADIVTORIVM·MIHI· (Sainte Marie, venez à mon secours), à rebours. En haut, au centre, en partie sur la bordure avec l’inscription et en partie sur le dais, une marque de clou.

Nielle. Diam. : 34. Épr. rognée.

Hist. : acquis de Godefroy Brauer le 19 avril 1910, 3 000 F.

Ea 27 rés., p. 9. Cl. 96 A 74339.

Unicum, non décrit. D., 64 ; Dut., p. 148, 165 ; H., 172 (probablement Bologne, fin xve s., Francesco Francia ?). Seule une copie en contrepartie avec des variantes est décrite : la Vierge et l’Enfant sont sous un dais avec des draperies de part et d’autre. L’inscription est dans le bon sens : MICHI remplace MIHI.

9. La Vierge et l’Enfant en gloire, avec deux anges, dans un médaillon

Sur une banderole de part et d’autre : à dr., AV / E ; et, à g., MA / RIA, à rebours.

Épr. moderne (?) d’une plaque non niellée, peut-être d’un évangéliaire. Diam. : 40 au tr.

Ea 27 rés., p. 10. Cl. 96 A 74355.

D., p. 311, appendice C.

10. La Vierge assise avec l’Enfant

Nielle. 45 x 31. Épr. rognée.

xve s.

Hist. : acquis de Danlos et Delisle le 25 mars 1887, avec L’Ange Gabriel (inv. 12), 100 F les deux pièces (partie du no 12 de la coll. Salamanca).

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75436.

D., non décrit. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 4846.

11. La Vierge et l’Enfant avec un ange et un moine

Nielle. Diam. : 34 au tr.

Fin xve s.

Hist. : legs Jecker, le 22 septembre 1851.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75437.

P. I, p. 302, 539 ; Dut., p. 150, 172. Ye 1 rés., Archives 1847-1880, pièce 912.

12. L’Ange Gabriel

Nielle. 33 x 31. Épr. rognée.

xve s.

Hist. : acquis de Danlos et Delisle le 25 mars 1887, avec La Vierge assise avec l’Enfant (inv. 10), 100 F les deux pièces.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75438.

D., non décrit. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 4846.

13. Jésus chez Marthe et Marie, dans un médaillon

Nielle (?). Diam. : 56 au tr.

xve s.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 78433.

D., non décrit.

Saints et saintes

14. Saint Jérôme, dans un médaillon

Nielle. Diam. : 32.

Début xvie s.

Hist. : legs Jecker, le 22 septembre 1851.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75439.

P. I, p. 310, 589 ; Dut., p. 167, 223. Ye 1 rés., Archives 1847-1880, pièce 912, 1851.

15. Saint Laurent et une sainte

Épreuve moderne d’un médaillon, d’une suite de trois (Dut., P. 58, 313-315) qui ornaient le pied d’un calice daté de 1487 appartenant à M. Wellesley ; l’émail du second nielle ayant éclaté, quelques épr. furent tirées. Diam. : 22. Italie ?

Hist. : don Wellesley en 1825.

Ea 27 rés., p. 14. Cl. 96 A 75481.

D., 164 ; H., 277.

16. Saint Laurent

Il tient de la main dr. le gril et une palme, et de la main g., un livre. Il est couvert d’une dalmatique. Une marque de trou au milieu du haut sur le tr. c.

Nielle. 65 x 35 au tr. c. La figure déborde le tr. c. 69 x 39 à la feuille. Épr. rognée. Tirage d’une encre verdâtre.

Ea 27 rés., p. 13. Cl. 96 A 74359.

D., 174 ; Dut., p. 167, 224 (unicum). D’après Lehrs, ce serait une œuvre flamande du xvie siècle : copie en contrepartie d’après Schongauer (Lehrs, 61).

17. La Conversion de saint Paul

Au premier plan, plusieurs soldats épouvantés ou fuyant. L’un, à g., à cheval, porte un guidon avec les lettres SPQR, inscrites à rebours, la dernière à peine visible. Au second plan, saint Paul, à terre, portant une cuirasse, la tête ornée d’une auréole. Au fond, la ville de Damas ; devant, six personnes écoutent le saint, reconnaissable à son épée. En haut, Dieu, entouré de quatre chérubins et d’une lumière.

Épreuve d’un tirage moderne. 124 x 82, pièce cintrée.

Hist. : coll. Bourlat de Montredon, acquise le 2 mai 1781.

Ea 27 rés., p. 12. Cl. 96 A 74358.

D., 139 ; P. I, p. 278, 139 ; Dut., p. 169, 235 ; H., 276. Archives, pièce 286, lettre de Joly, 21 avril 1782.

La plaque originale (Dut., p. 66, 356) est au musée du Bargello, à Florence, depuis 1801. Elle vient du couvent de Saint-Paul, supprimé en 1781. Elle a été exécutée vers 1480 pour la confrérie de Saint-Paul, à Florence. Elle n’a jamais été niellée et les épr. qui existent ont été probablement tirées au xviiie siècle. Cette œuvre a été attribuée à l’orfèvre Matteo Dei. Hind la rapproche d’une gravure florentine (H. I, A. II, 8) et de la manière de Pollaiuolo.

18. Saint martyr en buste, tenant une palme, dans un médaillon

Nielle. Diam. : 19 au tr.

Hist. : coll. Thomas Lloyd d’après Duchesne (non décrit dans les catalogues de vente en 1817 et en 1820).

Ea 27 rés., p. 14. Cl. 96 A 74363.

D., 199 ; Dut., p. 176, 271.

19. Saint tenant un livre et une croix, dans un médaillon

Nielle. Diam. : 18 au tr.

Hist. : coll. Thomas Lloyd d’après Duchesne (non décrit dans les catalogues de vente en 1817 et en 1820).

Ea 27 rés., p. 14. Cl. 96 A 74362.

D., 200.

Mythologie

20. Le Triomphe de Neptune

28Le char de Neptune, attelé de deux chevaux marins, conduits par deux tritons, se dirige vers la dr. Sur une tablette suspendue à un palmier, des lettres recouvertes de hachures se distinguent à peine.

Nielle. 66 x 103 au tr. c.

Début xvie s.

Ea 27 rés., p. 15. Cl. 96 A 74364.

D., 213 ; Dut., p. 183, 298 ; H., 271.

29Cette pièce a été attribuée par Duchesne et Passavant à Marc-Antoine Raimondi. Ils ont cru lire sur la tablette, en haut, à dr., son monogramme, MAF, les lettres M et A liées. H. Delaborde la catalogue parmi les pièces faussement attribuées à Marc-Antoine Raimondi (H. Delaborde, p. 299, 17).

21. Hercule domptant le taureau de Marathon

Nielle. Diam. : 34 au tr.

Ea 27 rés., p. 19. Cl. 96 B 75490.

D., 251 ; Dut., p. 196, 342 ; Blum, 224.

30Épr. différente de celle décrite par Blum : le fond est entièrement noir, en haut, à g. de la tête d’Hercule ; les contours sont très nets.

22. Vertumne et Pomone

Le dieu est assis à dr. ; Pomone, vue de face, tient une corne d’abondance.

Nielle. 50 x 44 au tr. c.

xvie s.

Hist. : acquis d’Antonio Zen, en 1834, 144 F, sous le titre Jupiter et Cérès.

Ea 19 b. rés. Cl. 96 A 75444.

P. I, p. 315, 613 (description d’une épr. inversée). Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

23. Amymoné enlevée par un triton

La tête du dieu marin a pour ornement les ailes et la queue d’un dragon.

Nielle. Diam. : 38 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 24. Cl. 96 B 75498.

D., 241 (nielle par Marc-Antoine Raimondi d’après un maître allemand) ; Dut., p. 342, 23 (nielle ?).

24-33. Les Travaux d’Hercule

Suite incomplète de copies en contrepartie de nielles décrites par Passavant comme des tirages modernes de plaques d’argent. 49 x 32 au tr. c.

Hist. : acquis d’Antonio Zen, en 1834, 720 F.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75445 à 75454.

P. I, p. 317-318, 627-638. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

24. Hercule terrasse le lion de Némée

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75445.

P. I, 627.

25. Hercule atteint la biche au pied d’airain

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75446.

P. I, 629.

26. Hercule et le centaure

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75447.

P. I, 630.

27. Hercule dompte le sanglier d’Érymanthe

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75448.

P. I, 631.

28. Hercule détruit les oiseaux du lac Stymphale

Ea 19 brés. Cl. 96 A 75449.

P. I, 632.

29. Hercule dompte le taureau de Marathon

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75450.

P. I, 633.

30. Hercule vainqueur de Diomède

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75451.

31P., 634.

31. Hercule étouffe Antée

Cl. 96 A 75452.

P. I, 635.

32. Hercule cueille les pommes du jardin des Hespérides

Cl. 96 A 75453.

P. I, 636.

33. Hercule enlève Alceste

Cl. 96 A 75454.

P. I, 638.

Allégories

34. Allégorie sur l’union

Un roi assis sur un trône tient dans ses mains les fragments d’une baguette brisée ; à g., un jeune homme et deux soldats casqués, dont l’un tient un étendard ; à dr., deux vieillards ; près d’eux, un soldat avec un étendard. Au premier plan, un faisceau de baguettes et deux baguettes rompues. Un globe est suspendu au-dessus de la tête du roi. Sur l’estrade du trône une inscription : VN·FO· / ·DI·FR·(Un fondamento di fraternità ?).

Nielle. 60 x 34 au premier tr. c.

Hist. : acquis de Jacques Rosenthal, le 16 mars 1909, avec trois arabesques de Jean de Gourmont, 1 500 F.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75435.

D., 301 ; P. V, p. 215, 51 (Peregrino) ; Dut., p. 221, 427. Ye 88 rés., Acquisitions 1907-1963, no 7366.

35. Une femme lie les bras d’un prisonnier

L’homme a les jambes passées dans des ceps (pièces de bois échancrées). Au-dessus, dans une banderole, une inscription à rebours : NONFAR COCHETV / SVOI (« Ne fais pas ce que tu veux » ?). Dans deux espaces blancs aux angles supérieurs, deux marques de trous.

Nielle. 28 x 38. Épr. rognée.

Hist. : acquis de J. Bouillon, le 21 décembre 1886, 24,20F, sous le titre Allégorie sur le crime.

Ea 27 rés., p. 33. Cl. 96 A 74393.

D., 310 ; Dut., p. 221, 429 ; Blum, 54 (thème semblable). Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 4818.

36. Femme nue assise s’appuyant sur un caducée

À dr., un if taillé à quatre étages, suivant l’usage de l’époque en Italie ; à g., un oranger.

Nielle. 25 x 28 au tr. c.

Hist. : échange avec deux autres pièces contre onze pièces italiennes du xvie s., en double au Cabinet des estampes, en 1833 ; évaluation de l’ensemble 75 F.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75443.

D., 321 ; P. I, p. 316, 617 (Mercure) ; Dut., p. 73, 419 (plaque). Ye Archives, 1833, pièce 716.

37. La Puissance de l’Amour

L’amour à cheval foule aux pieds deux hommes renversés, tandis qu’il lance une flèche à un guerrier qui s’enfuit. Au fond, à g., des joueurs de tambour et de fifre.

Nielle ? Diam. : 48 au tr.

xve s.

Hist. : legs Jecker, le 22 septembre 1851.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75441.

P. I, p. 323, 662 ; Dut., p. 2089, 383 ; Hind (V, p. 304) situe cette pièce entre nielle et gravure et la rapproche par le sujet du monogrammiste AF (Hind V, p. 242, 1). Ye 1 rés. Archives, 1847-1880, pièce 912.

38. Amours dans des rinceaux, tenant des fruits ou des ornements

Cinq épr. de pl. niellées pour fermoirs ou coffrets.

a-d. Épr. rectangulaires. 13 x 30.

e. Épr. en forme de feuille ou de cuillère, avec la marque de quatre trous. 25 x 32.

xvie s.

Ea 19 b. rés. Cl. 96 B 148032.

Histoire ancienne et cérémonies païennes

39. La Mort de Didon

La princesse s’appuie contre un arbre, sur un fond de paysage, dans un médaillon.

Nielle ? Diam. : 40 au double tr.

Hist. : Delbecq, vente Paris, 11 mars 1845, no 12 ; acquis par l’intermédiaire de Jacquin, 62 F.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75456.

P. IV, p. 82, 54 (école de Marc-Antoine Raimondi) ; Hind V, p. 304 (plaque gravée sans l’intention d’impression) ;

Blum, 190 (Lucrèce se donnant la mort) : l’épr. décrite diffère de celle-ci, le personnage est en sens inverse mais la composition du fond est dans le même sens, il n’y a pas de cygnes sur le lac. Ye 84. rés., Acquisitions 1830-1847, no 6316.

40. Sacrifice d’une truie et offrande de parfum

Deux médaillons, gravés sur la même pl. et imprimés sur la même feuille. Sur celui de g., deux hommes nus sacrifient une truie. À l’arrière-plan, plusieurs personnages, dont l’un sonne de la trompette.

Sur le médaillon de dr., un sacrificateur entouré de personnages verse des parfums sur un autel.

Nielles. Diam. : 53 au tr. (chaque médaillon) ; 127 x 58 au c. de pl. (feuille).

Hist. : acquis de Weith et Hauser, en décembre 1839, 120 F.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75465 et 96 A 75466.

D., 269-270 ; P. I, p. 327, 681 ; Dut., p. 202, 361, 362 ; H., 273-274 ; H. V, p. 163, 6-7 (copies de la partie centrale de deux gravures de Mocetto, inv. 634-635). Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847 : « … deux nielles en rond et pour une même planche, d’après un bas-relief antique. »

Sujets guerriers

41. Guerrier romain en armure, sur un fond orné d’arabesques

Nielle ovale. 63 x 28 au second tr. c.

Début xvie s.

Ea 27 rés., p. 27. Cl. 96 A 74380.

D., 273 ; Dut., p. 207, 379.

42. Champions se battant parmi des guerriers

Nielle. 27 x 80 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 26. Cl. 96 A 74379.

D., 275 ; Dut., p. 239, 496 (début xvie s.).

43. Trois guerriers debout

Vêtus d’un costume du xvie s., l’un joue du fifre, un autre du tambour, un autre porte un drapeau.

Nielle. 53 x 57 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 28. Cl. 96 A 74382.

D., 277 ; P. I, p. 283 ; Dut., p. 240, 500.

32Une gravure du monogrammiste vénitien

33(CAMS à rebours ?), représente le même sujet en contrepartie (H. V, p. 244, 1). Une gravure en contrepartie par un anonyme est conservée au Cabinet des estampes (Ea 18 c rés., P. IV, p. 287, 222).

44. Allocution d’un général romain à ses soldats

Tirage moderne, d’une plaque d’argent sans niellure ? 33 x 30 (haut)-20 (bas) au tr. c.

Premier tiers du xvie s.

Hist. : peut-être s’agit-il de l’un des « trois nielles représentant des sujets romains et destinés à orner un fourreau de poignard » échangés contre diverses pièces avec Pieri-Benard, le 16 mai 1834.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75457.

Autre épreuve. 33 x 30 (haut) - 20 (bas) au tr. c.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75458.

P. I, p. 328, 686 ; Hind, 280. Ye 84 rés., Acquisitions 1830-1847, no 581.

45. Un général romain s’adressant à ses troupes

Dans l’angle g., un monogramme P, à rebours ; dans l’angle dr., une date, 1460 ou 66, à rebours.

Tirage moderne, 43 x 36, d’une plaque d’argent sans niellure ? Premier tiers du xvie s. La date et le monogramme sont rajoutés.

Hist. : voir notice inv. 44.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75460.

P. I, p. 328, 689 ; H., p. 62, 283 ; Washington, p. 546, B. 20 (vers 1510-1530). Ye 84 rés., Acquisitions 1830-1847, no 581.

46. Groupe de quatorze soldats romains

Nielle. 39 x 32 au tr. c.

xve s.

Une épr. ancienne.

Ea 27 rés. p. 23. Cl. 96 A 75497.

Hist. : voir notice inv. 44.

Une épr. moderne.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75461.

P. I, p. 328, 684 ; H. 282.

Ye 84 rés., Acquisitions 1830-1847, no 581.

47. Siège d’une ville

Sur un étendard tenu par un soldat, l’inscription PART, à rebours.

Épr. moderne. 89 x 58.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75432.

Scènes de genre

48. Deux chasseurs

Vêtus d’un costume du xvie s., ils se dirigent vers la g. ; le premier tient deux flèches.

En haut, une tête de chérubin ; en bas, un hibou.

Nielle. 56 x 20. Épr. rognée en partie, au tr. c. très épais.

Ea 27 rés., p. 30. Cl. 96 A 74386.

D., 282 ; Dut., p. 237, 491.

49. Trois hommes relevant un cheval ou un âne

Fable ?

Nielle. 43 x 44 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 28. Cl. 96 A 74383.

Copie en contrepartie de l’épr. D., 284 ; Dut., p. 252, 546 ; H., 157 (v. 1450-1475).

34Cette épr. est dans le même sens que celle de la coll. Rothschild, au musée du Louvre (Blum, 187). Elle en diffère par ses bords inférieurs et supérieurs échancrés, par l’absence de plantes sur le sol et par la présence de montagnes au second plan, à g. Deux autres épr., en sens inverse, présentent les mêmes échancrures (Blum, 10 et 10 bis).

50. L’Homme à table

En costume du xve s., assis près d’une table, un homme transvase un liquide d’un pot dans un autre ; de part et d’autre, un chien. Les angles supérieurs, échancrés et réservés, ont deux petits cercles (marques de clous).

Nielle. 33 x 43.

Hist. : Ottley, vente Londres, 17 mai 1837, no 1873 ; acquis par l’intermédiaire de Veuve Pieri-Benard, le 27 février 1841, 37 F.

Ea 27 rés., p. 33. Cl. 96 A 74392.

D., 285 ; Dut., p. 249, 533. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

51. L’Aiguiseur de couteau

Un amour urine sur la meule pour en lubrifier le mécanisme.

Nielle. 52 x 46. Épr. rognée de la plaque usée.

Florence, fin xve s.

Hist. : acquis de Danlos, le 8 mai 1868, 88 F.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75459.

P. V, p. 21, 36 (gravures italiennes d’écoles incertaines) ; H., 278 ; H. I, p. 58, A. I., 93 : « … nielle probablement mais qui a l’apparence d’une gravure ; dans le style de Pollaiuolo ; vers 1460-1480. »

35C’est l’une des premières scènes de genre humoristique de l’école florentine.

Portraits et têtes de fantaisie

52-53. Pétrarque et Laure, en pendants dans deux médaillons séparés, en buste

Chaque portrait porte une banderole de part et d’autre de la tête ; on lit, à rebours, PETR / ARQUE sur l’un et LAU / RA sur l’autre.

Nielles. Diam. : 17. Épr. rognées. Les deux nielles ne sont pas sur la même feuille.

xve s.

Hist. : acquis de Clément, le 1er avril 1867, avec deux autres nielles (dont inv. 99), 280 F.

Ea 27 rés., p. 45. Cl. 96 A 75505 et 96 A 75506.

Dut., p. 255, 563-564. Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848-juin 1907, no 2885.

54. Tête de femme, de profil à dr., dans un médaillon

Nielle. Diam. : 33 au double tr.

xve s.

Hist. : acquis de Leblanc, le 7 avril 1865, 200 F.

Ea 27 rés., p. 46. Cl. 96 A 75508.

Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848-juin 1907, no 2790 (enregistré le 14 avril 1865).

55. Tête d’homme couronnée de laurier, de profil à g., dans un médaillon (César ?)

Nielle. Diam. : 33 au triple filet.

Fin xve s. – début xvie s.

Hist. : coll. Robert-Dumesnil ; timbre sec au recto RD (Lugt, 2200) ; acquis de E. Jullien, le 8 octobre 1894, 50 F.

Ea 27 rés., p. 46. Cl. 96 A 75509.

Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848-juin 1907, no 5657.

56. Portrait de jeune femme en buste, de trois quarts à dr., en costume vénitien

Nielle. 35 x 28 au tr. c.

Fin xve s. – début xvie s.

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (Lugt, 1741) ; acquis de Clément, le 24 mars 1866, avec six autres nielles, 2 000 F (voir ci-dessus, § 8).

Ea 27 rés., p. 31. Cl. 96 A 74388.

D., 347 ; P. I, p. 281, 347 ; Dut., p. 266, 602 (école vénitienne) ; Blum, 163 (école vénitienne) ; B. XIII, p. 56, 17. TIB., 2401.017 (école lombarde, sans doute Milan). Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848-juin 1907, no 2833.

36Une gravure attribuée à Zoan Andrea, graveur identifié maintenant avec Giovanni Antonio da Brescia est proche de ce nielle (inv. 520).

57. Prince, princesse et tête de mort

Épr. de trois médaillons disposés en triangle sur la même planche : en haut, une tête de mort ; en bas, à g., une tête de femme ceinte d’un diadème ; à dr., une tête d’homme couronnée. Des traces de cercle, de part et d’autre de la tête de mort, laissent supposer que deux autres médaillons étaient gravés sur la même pl.

Nielle. Tête de femme ; diam. : 21 au triple filet. Tête d’homme ; diam. : 21 au triple filet. Tête de mort ; diam. : 20 au tr. (un seul filet). La feuille rognée : 39 x 56.

xve s.

Hist. : acquis de Rouan, le 25 janvier 1864, 100 F.

Ea 27 rés., p. 45. Cl. 96 A 75507.

P. I, p. 336, 735 ; Dut., p. 255, 558-560 ; H. V, p. 145 (iv), gravure allemande (?). Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848-juin 1907, no 2678.

Ornements

58 a et b. Triomphe romain avec César, triomphe romain avec des sénateurs

Modèles pour manches de couteaux. Sans doute sur une même planche à l’origine.

César dans un char de triomphe traîné par deux éléphants, pour la première (58a) ; au-dessus, dans une banderole, à rebours : SEZARO.

Sénateurs romains suivis d’une armée, pour la seconde (58b).

Nielles. Respectivement : 18-12 x 82 ; épr. rognée (pour la première) et 8-13 x 83 au tr. (pour la seconde).

xvie s.

Hist. : acquis de Weith et Hauser, en décembre 1839, 180 F.

Ea 19 b. rés. Cl. 96 A 75468 et 96 A 75467.

D., 401 ; Dut., p. 205, 370371. Ye 88 rés.,

Acquisitions 1803-1847.

59. Le Génie de la mort

Gaine. Une femme nue ailée, sur une tête de mort mordue par un serpent, dirige une lance vers celui-ci. Elle tient un oiseau de la main dr. Au-dessus d’elle, deux fleurs nouées autour d’un cercle.

Nielle. 65 x 16 (haut)-5 (bas) au tr. c.

Italie ?

Ea 27 rés., p. 30. Cl. 96 A 74387.

D., 406 ; Dut, p. 230, 467 (Le Génie de la mort).

Arabesques et ornements

60. Cartouche entouré d’arabesques

Dans le cartouche, une inscription à rebours : HOR / A ∙ FV / GIT / MOR / S ∙ Apr. ROP / INQ /VAT (« Le temps passe, la mort approche »).

Nielle. 61 x 46 au tr. c

xve s.

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 40. Cl. 96 A 74405.

D., 363 ; Dut., p. 276, 636 ; Blum, 178. Ye 1 rés., Archives, 1809-1826.

61. Cartouche entouré d’arabesques

Le cartouche est blanc.

Nielle. 61 x 46 au tr. c.

xve s.

1er état : sans l’inscription, à rebours, du 2e état (LAMO / RTEE / LFIN / ELDI / LODA / LASE / RA, phrase empruntée à Pétrarque).

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 40. Cl. 96 A 74406.

D., 364 ; P. I, p. 343, 779 ; Dut., p. 276, 637 ; Blum, 177. Ye 1 rés., Archives, 1809-1826.

62. Arabesques avec trois amours

Le premier se trouve au centre, dans un enroulement de feuillage ; les deux autres, en bas, sont montés sur des chimères.

Nielle. 34 x 34 (bas)-23 (haut) au double filet.

xve s.

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 42. Cl. 96 A 75503.

D., 368 ; Dut., p. 272, 621. Ye 1 rés., Archives 1809-1826.

63. Arabesques avec un loup ravissant un agneau

Nielle. 28 x 58 au c. de pl. Les quatre angles coupés ne conservent qu’un demi-cercle de marque de clou.

xve s.

Hist. : Rossi, vente Paris, 16 avril 1822, no 153 ; acquis de Benard en janvier 1823, avec Hercule et Déjanire (inv. 96), 82 F.

Ea 27 rés., p. 42. Cl. 96 A 75504.

D., 372 ; Dut., p. 271, 617. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

64. Ornements pour une gaine

Six fragments gravés sur une même pl. En haut, à dr., une tête de femme ; à g., une tête d’homme ; au-dessous, deux arabesques ; au bas, deux autres arabesques : celle de g. avec un vase, celle de dr. avec un crâne d’animal.

Nielle. 105 x 15-28 au sujet.

Ea 27 rés., p. 41. Cl. 96 A 74407.

Autre épreuve, cinq fragments (mq le bas g.) ; le bas dr. découpé.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75463 et 96 A 75462.

D., 407 ; Dut., p. 274, 628.

École bolonaise

Francesco Francia et son atelier

37(Francesco Raibolini, dit le Francia : Bologne vers 1450/53 – 5 mars 1517)

  • 9 Camillon Leonardi, Speculum lapidum, Venise, 1516, p. 48.
  • 10 G. Vasari, 1984, p. 346.

38Francia fut orfèvre, médailleur, graveur de monnaies, peintre, graveur en caractères, et même imprimeur, sous le nom de Francesco de Bologne. Il est inscrit parmi les orfèvres de la ville en 1482. Ses contemporains vantent son burin, Salimbeni, en 1487, Lunardi, en 1502, et font allusion à ses plaques d’argent gravées. Camilio Leonardi écrit : « Je connais à cet égard un homme très célèbre et d’une haute réputation, François de Bologne, dit Franza, qui dans de très petits médaillons, c’est-à-dire sur des plaques d’argent, représente gravés tant d’hommes, d’animaux, de montagnes, d’arbres, de châteaux, en tant d’attitudes et de positions différentes que cela est merveilleux à voir et à dire9. » Vasari évoque « des nielles de très grande qualité10 ».

39La production de son atelier fut à l’origine du développement des nielles et des gravures en manière de nielle à Bologne. Il est cependant presque impossible d’attribuer avec certitude des épreuves de nielles à l’artiste. Dutuit en regroupa une dizaine sous son nom ; cet ensemble fut réduit par Kristeller, puis par Hind. Deux artistes se rattachent au cercle de Francia : l’un, Peregrino da Cesena, est l’auteur de gravures en manière de nielle ; l’autre, le célèbre graveur Marc-Antoine Raimondi, débuta comme orfèvre-nielleur. Citons aussi, dans l’esprit de Francesco Francia et de l’école bolonaise, seize gravures à fond noir, de petites dimensions, en manière de nielle, exécutées par Nicoletto Rosex da Modena, dont cinq sont conservées au Cabinet des estampes (inv. 590 à 594).

40Parmi les nielles attribués par Dutuit à Francesco Francia, trois sont conservés au Cabinet des estampes : Bacchanale, Hommage à Vénus et Le Triomphe de l’Amour. Bien que les autres historiens y voient plutôt des œuvres de Peregrino, ils sont unanimes à y reconnaître le style de l’école bolonaise.

65. Bacchanale

Cinq personnages, une coupe à la main, sont autour d’une cuve, disposée au centre de la composition. Un autre personnage semble remplir un récipient. Au-dessus, un globe est suspendu à un arceau en ogive.

Nielle. 42 x 40. Épr. rognée.

Vers 1500.

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (Lugt, 1741) ; acquis de Clément, le 24 mars 1866, avec six autres nielles, 2 000 F (voir ci-dessus, § 8).

Ea 27 rés., p. 26. Cl. 96 A 75502.

D., 219 (Peregrino) ; P. V, p. 210, 21 (Peregrino) ; Dut., p. 184, 303 (Francia) ; H., 193 (école bolonaise) ; Bologne, 106. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2833.

66. Hommage à Vénus ou La Femme assise au milieu de trois hommes et d’un satyre

Une femme nue, une draperie autour des jambes, un pied posé sur un casque, est au centre de la composition. À sa g., un homme porte au bout d’une lance une tête de bœuf, une tête de sanglier et une tête de lion ; derrière lui, un satyre avec sa femme, à califourchon ; à sa dr., un homme soulève un bouclier (?) à tête d’oiseau sur lequel est posé un amour. De la main dr., il tient une torchère, à laquelle un homme vêtu d’une dépouille de bélier allume un flambeau ; au-dessus, une langue de feu, symbole de l’amour.

Nielle ou gravure en manière de nielle ; diam : 60 au premier filet. Épr. rognée. Vers 1500.

2e état : le fond est ombré de vigoureuses tailles diagonales parallèles qui vont de bas en haut, de dr. à g.

Ea 27 rés., p. 24. Cl. 96 A 75499.

D., 243 ; P. V, p. 201, 9 et p. 210, 24 (Peregrino) ; Dut., p. 187-188, 313 (Francia ?) ; H., 202 ; Blum, 100 (Peregrino) ; B. XIII, p. 101, 6 (gravure) ; TIB., 2401.033 ; Bologne, 113.

67. Le Triomphe de l’Amour

Un piédestal en forme de trépied supporte un large vase d’où sort un fleuron de feuilles d’acanthe. L’Amour, les yeux bandés, son arc dans la main g. et une flèche dans la dr., est debout au milieu de ce fleuron. Sur les bords de la vasque, deux petits amours assis ; sur le pied du vase, deux autres. D’en haut, cinq langues de feu se dirigent vers les cinq têtes.

Nielle. 53 x 25. Épr. rognée.

Hist. : Vischer, vente Paris, 19 avril 1852, no 23.

Ea 19 b. rés. Cl. 96 A 75440.

P. I, p. 319, 643 ; Dut., p. 207, 380 (Francia ?) ; H., 216 ; Blum, 73 (Peregrino). Ye 88 a rés., Acquisitions 1848-1857, no 208.

68. Mercure et Bacchus enfant

Bacchus est présenté par Mercure à Ino, sœur de sa mère, à demi couchée, qui allaite deux enfants, Léarque et Mélicerte. L’aigle de Jupiter se dresse derrière Ino.

Nielle. 47 x 45 au tr. c. Les angles de l’épr., restaurés, ne permettent pas de voir le pan coupé qui apparaît sur l’épr. du British Museum.

Fin xve s. début xvie s.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 27 rés., p. 16. Cl. 96 A 74365.

D., 218 ; Dut., p. 184, 302 ; H., 197. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 7172 : « … 15 morceaux sans marque p. 89. Le 8e une femme assise par terre qui allaite deux enfants et Mercure qui en tient un 3e . »

41Cette pièce pourrait être attribuée à Peregrino.

69. L’Amour debout sur un vase

Sur le pied du vase un enfant est assis, tenant une torche de la main dr. et une boule de la main g. Au-dessus, quatre enfants assis : les deux du centre tiennent des flambeaux et les deux autres, des torches. En haut, l’Amour ailé, son arc à la main.

Nielle. 40 x 20 au tr. c. Deux marques de clous ou rivets dentelées, en haut.

Fin xve s.début xvie s.

Ea 27 rés., p. 25. Cl. 96 A 74378.

D., 226 (Peregrino) ; P. I, p. 279 ; Dut., p. 20, 390 ; H., 217 (école bolonaise) ; TIB., 2401-035.

70. Sacrifice à Mars

Des soldats portant des enseignes et un trophée conduisent un taureau vers la statue de Mars, sur un autel, un casque dans la main. Devant l’autel, l’allégorie de la Victoire avec une palme.

Nielle.

1er état : seuls les contours des figures sont précis ; le fond est ombré par des tailles très espacées, parallèles. 62 x 60 au tr. c. ; 62 x 63 (marge sur laquelle déborde le sujet).

Ea 27 rés., p. 23. Cl. 96 A 74375.

2e état : le fond est ombré de tailles croisées. Épr. à l’encre bleutée. 63 x 60 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 23. Cl. 96 A 75496.

D., 221 1 et 2 (Peregrino) ; P. I, p. 279 et P. V, p. 219, 75 (école vénitienne) ; Dut., p. 203, 365 ; Blum, 108 (attribué à Peregrino) ; B. XIII, 139, 69 (gravure) ; TIB., 2401.34 S1 et S2 (école bolonaise) ; Bologne, 108. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « … quinze morceaux p. 89… le 1er représente des romains qui vont sacrifier un bœuf », il s’agit peut-être de l’un des états.

71. Hercule et l’hydre de Lerne

Nielle. 49 x 33. Épr. rognée. Le sujet déborde le tr. c. qu’on distingue à dr.

Ea 27 rés., p. 18. Cl. 96 A 75489.

D., 247 (Peregrino) ; P. V, p. 211, 25 ; Dut., p. 194, 339 ; Blum, 88 ; TIB., 2401.012.

72. Hercule vaincu

Hercule, assis sur sa peau de lion, est attaché à un arbre, auquel est suspendu son carquois.

Nielle. 33 x 16 au tr. c. Deux marques de clous, en haut.

Fin xve s.

Hist. : échange avec deux autres pièces, contre onze pièces italiennes du xvie s. en double au Cabinet des estampes, en 1833 ; évaluation de l’ensemble : 75 F.

Ea 19 b. rés. Cl. 96 A 75455.

D., 254 ; P. I, p. 324, 667 (La Force domptée) ; Dut., p. 197, 345 ; H., 208 (école bolonaise). Ye 1 rés., Archives 1833, pièce 716.

73. Arion sauvé par un dauphin

Le poète et musicien grec (viie s. av. J.-C. ?) sur un dauphin. Couronné de laurier, il tient un violon et un archet de la main g. Dans le fond, le vaisseau d’où il fut jeté à la mer ; à g., la ville de Corinthe.

Nielle. 41 x 24 au tr. c.

Fin xve s. – début xvie s.

Ea 27 rés., p. 20. Cl. 96 A 75492.

D., 257 (Peregrino) ; P. V, p. 212, 36 (Peregrino) ; Dut., p. 201, 356 ; Blum, 117 (épr. différente de celle-ci, peut-être un 1er état).

74. Arion abordant au Pirée

Le poète, la tête ceinte d’un bandeau, un violon dans la main g., un archet dans la dr., est sur le dauphin. Dans le fond, des montagnes ; à dr., des arbres ; à g., une église et des maisons.

Nielle. 40 x 26 au tr. c.

Fin xve s. – début xvie s.

2e état : le fond est noir. Le nuage se prolonge au-delà de la tour. L’arbre qui se dressait à g. de la tour a disparu. Les contours des plis de la draperie sont très empâtés.

Ea 27 rés., p 20. Cl. 96 A 75493.

D., 258 (sans doute Peregrino) ; P. V, p. 213, 37 (Peregrino) ; Dut., p. 201, 357 ; H., 196 (école bolonaise probablement) ; Blum, 91.

75. Saint Sébastien

Nielle. 56 x 35 au tr. c. Encre légèrement bleuâtre.

Hist. : coll. Silvestre, 1811.

Ea 27 rés., p. 13. Cl. 96 A 74360.

D., 176 (Peregrino) ; P. V, p. 209, 15 ; Dut., p. 171, 242 ; H., 180 (école bolonaise, fin xve s.).

76. Saint François recevant les stigmates

Au fond, à dr., son compagnon saint Bruno.

Nielle. Médaillon dans une pl. rectangulaire. Diam. : 53 au tr ; pl. : 57 x 53. Épr. rognée. Encre bleuâtre.

Fin xve s.

Hist. : coll. Silvestre, 1811.

Ea 27 rés., p. 14. Cl. 96 A 75483.

D., 184 ; P. I, p. 279, 184 ; Dut., p. 160, 198 ; H., 173 (Bologne ?).

77. Judith portant la tête d’Holopherne

Sur une banderole au-dessus de Judith : IVDE TA. Deux marques de clous au-dessus.

Nielle. 41 x 22 au tr. c.

Probablement Bologne, vers 1475-1500.

Ea 27 rés., p. 4. Cl. 96 A 74347.

D., 21 (Peregrino) ; P. I, p. 276, 21 (Peregrino) ; H., 167 (Bologne).

42L’inscription, dans le bon sens, rend l’identification de l’épreuve comme nielle douteuse.

78. Condamnation à mort

Du haut de son siège surmonté d’un aigle, un proconsul romain ordonne l’exécution d’une sainte agenouillée. À dr., un soldat tient un étendard sur lequel est inscrit DECRETO.

Nielle. 55 x 38 au tr. c.

Fin xve s. – début xvie s.

Hist. : coll. Sykes, vente Londres, 24 mai 1824, 11 guinées. Acquis de Weith et Hauser en décembre 1839,200 F.

Ea 27 rés., p. 26. Cl. 96 A 75482.

D., 271 ; Dut., p. 206, 374 ; H., 224 (La Mort de Virginie, école bolonaise). Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

79. Deux chevaliers en armure, combattant, l’épée à la main

Au-dessus de chacun d’eux, une banderole vide.

Nielle. 45 x 62. Épr. très légèrement rognée. Encre bleuâtre.

Fin xve s. – début xvie s.

Hist. : coll. Marolles (?), acquise en 1667.

Ea 27 rés., p. 27. Cl. 96 A 74381.

D., 278 (Peregrino) ; P. I, p. 280 et P. V, p. 220, 77 ; Dut., p. 240, 501 ; H., 232 (école bolonaise). Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « … 5e morceau deux cavaliers qui combattent. »

80. Deux hommes nus se battant

L’un est à cheval, l’autre est à terre et se protège d’un bouclier.

Nielle. 45 x 27 au tr. c. Deux marques de clous en haut.

Fin xve s. – début xvie s.

Ea 27 rés., p. 25. Cl. 96 A 75501.

D., 281 (Peregrino) ; P. I, p. 28 et P. V, p. 220, 78 ; Dut., p. 240, 502 ; H., 233 (école bolonaise).

81. Deux enfants jouant avec un chien

Nielle. 29 x 43. Épr. rognée.

Seconde moitié du xve s.

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (L. 1741) ; acquis de Clément, le 24 mars 1866, avec six autres nielles, 2 000 F (voir ci-dessus, § 8).

Ea 27 rés., p. 47. Cl. 96 A 75512.

D., 294 ; P. I, p. 281 ; Dut., p. 213, 404 ; H., 219. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2833.

Maître de l’album de Lille (Jacopo de Bologne ?)

43Un autre maître eut une influence sur les nielles, influence révélée par un carnet de dessins, conservé à Lille, et par des dessins conservés au musée du Louvre. Son identité donne lieu à de nombreuses controverses.

44Un groupe de nielles, représentant des guerriers coiffés de casques fantastiques, sujets inspirés de Pollaiuolo mais dont la technique se rattache à l’école bolonaise, peut être rapproché de ces dessins.

82. Deux têtes de guerriers aux casques fantastiques, dans des médaillons, se faisant face, de profil

Celui de g. tient une masse d’armes, celui de dr., une hache d’armes.

Nielle. La feuille sur laquelle sont tirés les deux médaillons est coupée en son milieu. Diam. : 25.

Fin xve s. – début xvie s.

1er état : le fond, les cuirasses et les casques sont incomplètement ombrés.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667 (?).

Ea 27 rés., p. 31. Cl. 96 A 74389.

D., 336-1 ; Dut., p. 257, 569 ; H., 249 (école bolonaise, Jacopo Ripanda ?) ; Blum, 55 (un seul état, différents tirages) ; Bologne, 102 ; Byam shaw, « The Master I. B. », Print collector’s Quaterly, XIX-XX, 113. Ye 18 rés., t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « … le 10e et le 12e morceau en rond représentent chacun un buste de guerrier. »

83. Deux guerriers coiffés de casques fantastiques

Ils sont en buste de profil, face à face dans des niches à fond noir. Celui de g. porte un casque formé de trois masques, dont deux ont une barbe commune. Celui de dr. porte un casque orné d’un dragon et surmonté d’un génie ailé tenant un flambeau.

Nielle. 40 x 55 au double tr. c.

Bologne (?), fin xve s.

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 32. Cl. 96 A 74391.

D., 338 ; Dut., p. 258, 571 ; Blum, 154 ; B. XIII, p. 58, 20 ; TIB., 2401.020. Ye 1 rés., Archives, 1809-1826, pièce 582 (pièces reprises du portefeuille 38).

84. Deux guerriers coiffés de casques fantastiques

Ils sont en buste de profil, face à face dans des niches séparées par un espace blanc. Celui de g. est vu de dos et porte une écharpe par-dessus sa cuirasse ; le cimier est un dragon, l’avant du casque, une tête d’aigle. Celui de dr. porte un casque orné de deux masques barbus, le cimier est une chimère.

Nielle. 41 x 51, à la feuille.

Bologne (?), fin xve s.

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 32. Cl. 96 A 74390.

D., 339 ; Dut., p. 257, 570 ; H., 248 (école bolonaise) ; Bologne, 101. Ye 1 rés., Archives 1809-1826 (portefeuille 38 a, reprise du port. 38 : « Deux pl. contenant chacune 2 têtes de profil casquées v. 1480 »). Ces pièces ont été classées sous le nom de « Peregrini ».

Peregrino da Cesena (actif vers 1490-1510)

45Aucun document n’ayant été découvert sur cet artiste, c’est son œuvre, identifié par un monogramme et une signature, qui sert de base à l’étude de son activité.

46Le monogramme se présente de plusieurs manières :

47Sur une gravure, on relève les initiales P. C.

48Sur une autre :

49Sur une autre encore, l’inscription OPVS·PEREGRINO (1er état) et DE OPVS PEREGRINI CEs (2e état). Toutes ces gravures, dont le style est semblable, sont de la même main.

50Les lettres O, P, D, C ont été développées par Duchesne en « Opera Peregrini da Cesena ». Cesena serait la ville de cet artiste, nommé Peregrino. Les lettres CEs sont aussi interprétées comme « Cesena ». D’autres marques apparaissent accompagnant le monogramme ou isolément : SC, SCOF. Duchesne y a lu les initiales de « Stephanus Caesenas » et de « Stephanus Caesenas opus fecit ».Toutes ces suppositions sont sans fondement. Il est cependant d’usage de s’y référer et de désigner l’artiste sous le nom de Peregrino da Cesena, le nom seul, Peregrino, étant confirmé par la signature figurant sous la gravure de La Résurrection (D., 122).

51D’après le style de ses œuvres, il se rattache à l’école de Bologne et au cercle de Francesco Francia, dont il a probablement été l’élève.

52Une autre influence se manifeste dans son œuvre, celle de Nicoletto da Modena et de ses gravures exécutées à Rome vers 1507, notamment les panneaux d’ornements. Peregrino produisit une soixantaine de gravures non datées (soixante-six selon Duchesne, soixante-dix-sept avec celles qui lui sont attribuées, selon Dutuit), que l’on situe à la fin du xve et au début du xvie siècle. Habile graveur, d’un goût et d’un sens décoratif raffinés, son œuvre est l’un des plus importants parmi celui des orfèvres nielleurs. Il semble cependant que les épreuves conservées ne proviennent pas de plaques destinées à être niellées, mais de planches gravées à la manière de nielles dans le but de servir de modèles aux orfèvres. Toutes les inscriptions sont dans le sens de l’écriture, et non pas inversées comme celles qui caractérisent les épreuves de nielles, qui de plus ne portent pas de signatures.

Nielles ou gravures en manière de nielle signés des monogrammes de Peregrino (85-111)

85-89. Histoire du Sacrifice d’Abraham

53Suite de six pièces, dont la première, Abraham recevant l’ordre d’immoler son fils Isaac, n’est connue qu’à un seul exemplaire, dans la coll. Rothschild, au musée du Louvre.

54Les deux premières scènes, numérotées au milieu de la marge du haut : I, II, sont signées du monogramme :

55Les deux suivantes sont signées au milieu de la marge du bas du monogramme :

56Les deux dernières sont rognées, de sorte que le monogramme a disparu.

57Sur les cinq gravures de la suite conservées au Cabinet des estampes, la signature n’apparaît pas, les marges ayant été coupées. Ces épreuves sont imprimées avec une encre bleutée, sur un papier identique.

85. Abraham sellant son âne

Dans le fond, à dr., un oranger, à g., un laurier.

Nielle. 43 x 35, épr. rognée légèrement au tr. c.

Ea 27 rés., p. 3. Cl. 96 A 74341.

D., 9 ; P. I, p. 276 et P. V, p. 207, 1 ; Dut., p. 311, 668 ; H., 160.

86. Abraham partant avec Isaac et ses deux serviteurs pour le mont Moriah

Au milieu du haut est suspendue une tablette vide.

Nielle. 50 x 46 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 3. Cl. 96 A 74343.

D., 10 ; P. I, p. 276 et V, p. 207, 2 ; Dut., p. 311, 669 ; H., 161 ; Washington, p. 543, B., 14.

87. Les Serviteurs d’Abraham et l’Âne au pied de la montagne

À dr., sur un chemin escarpé menant au mont Moriah, Abraham et Isaac cheminent.

Nielle. 47 x 43 au double filet.

Ea 27 rés., p. 3. Cl. 96 A 74344.

D., 11 ; P. V, p. 207, 3 ; Dut., p. 312, 670 ; H., 162.

88. Abraham et Isaac sur la montagne

Nielle. 48 x 44 au tr.c.

Ea 27 rés., p. 3. Cl. 96 A 74345.

D., 12 ; P. V, p. 207, 4 ; Dut., p. 312, 671 ; H., 163.

89. Abraham prêt à immoler son fils

En bas, à dr., le bélier et, dans le haut, l’ange.

Nielle. 43 x 38 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 3. Cl. 96 A 74342.

D., 13 ; P. V, p. 207, 5 ; Dut., p. 312, 672.

90. La Vierge et l’Enfant sur un trône avec saint Paul et saint François d’Assise

Au milieu du bas, saint Jean enfant.

Nielle. 65 x 45 au tr. c. Épr. rognée, le monogramme de Peregrino est coupé, ainsi qu’une partie de la manche et de la croix de saint François qui déborde le tr. c.

Hist. : coll. Marolles, acquise en 1667.

Ea 27 rés., p. 8. Cl. 96 A 74352.

D., 58 ; P. V, p. 209, 14 ; Dut., p. 315, 677. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « 11e morceau ».

91. La Résurrection

Au premier plan, le tombeau vide et les soldats ; au second, une armée ; au-delà, la ville de Jérusalem. Au-dessus, le Christ, les pieds sur des têtes de chérubins. À dr., le Calvaire. Le nielle, cintré en haut, déborde le tr. c. Dans la marge du bas, l’inscription : DE~OPUS~PEREGRiNI~CFS ou CES.

Nielle. 7781 x 54 au tr. c. ; 85 x 64 à la feuille.

3e état : le fond, qui conservait des parties claires, est complètement ombré de tailles croisées, notamment autour de la figure du Christ.

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240)

Ea 27 rés., p. 11. Cl. 96 74357.

D., 122 ; P. V, p. 209, 14 ; Dut., p. 314, 676 ; H., 181 (2 états seulement mais des tirages différents).

92. Le Triomphe de Neptune

Neptune, armé de son trident, sur un char tiré par deux chevaux marins conduits par deux tritons.

Nielle. 27 x 60. Épr. rognée, où a été coupé le monogramme :

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (Lugt, 1741) ; acquis de Clément, le 24 mars 1866, avec six autres nielles : 2 000 F (voir ci-dessus, § 8).

Ea 27 rés., p. 15. Cl. 96 A 75485.

D., 214 ; P. I, p. 279, 214 et P. V, p. 209, 19 ; Dut., p. 317, 680 ; H., 194 ; Blum, 78. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2833.

93. Le Triomphe de Mars

Mars et Vénus sont assis sur un char de triomphe. Devant eux, l’Amour aux yeux bandés est debout sur un globe où est inscrit le monogramme

Au char sont attelés des lions conduits par un homme nu qui désigne le char du Soleil, en haut à g. Au devant de l’attelage, un homme barbu et une femme tiennent tous deux des bâtons, dont l’un se termine par un croissant ; une queue de dragon s’aperçoit au-dessus des têtes de lions. Derrière le char, Mercure et un autre personnage tiennent des chaînes. Au-dessus d’eux, une sorte de croix en flammes.

Nielle. signé du monogramme

L’ordre des états n’est pas celui de Duchesne.

1er état : avant les deux brins d’herbe dentelée rajoutés en bas à dr.

Épr. à l’encre noire, rognée. 59 x 94.

Ea 27 rés., p. 17. Cl. 96 A 74367.

D., 220-2 ; P. V, 209, 18 ; Dut., p. 316, 679-1 ; H., 198 a ; TIB., 2503.002 S.1.

2e état : avec les deux brins d’herbe ; la pl. usée est reprise par endroits ; des tailles ombrent les ornements du char derrière la roue qui, ainsi, ne sont plus visibles. Épr. à l’encre bleutée, 60 x 94 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 17. Cl. 96 A 74366.

D., 2201 ; P. V, p. 209, 18 ; Dut., p. 316, 679-2 ; H., 198 b ; TIB., 2503.002 S2 ; Bologne, 115. Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 72 : « Le 6e [morceau] marqué [du même monogramme] représente le triomphe de Mars et de Venus sur un char tiré par deux lions. » L’un des deux états figurait donc dans la coll. Marolles, acquise en 1667.

94. Psyché, l’Amour et un monstre marin ou Persée délivrant Andromède

Psyché est assise sous un arbre auquel elle est attachée ; près d’elle, l’Amour détache ses liens. À g., le monstre venu pour la dévorer.

Nielle. 33 x 21 au tr. c. Épr. rognée, où a été coupé le monogramme

Hist. : Ottley, vente Londres, 17 mai 1837, no 1864 ; acquis de Veuve Pieri-Benard, le 27 février 1841, 134 F.

Ea 27 rés., p. 15. Cl. 96 A 75484.

D., 232 ; P. V, p. 210, 22 ; Dut., p. 319, 685 ; H., 195 ; Blum, 70. Ye 88a rés., Acquisitions 1840-1847, no 485.

95. Diomède enlevant le palladium de l’acropole de Troie

Le héros argien, nu, casqué, s’appuie sur son bouclier de la main dr. et tient de l’autre le palladium. Une cuirasse est posée à terre, à dr. Dans la m. inf., les lettres

(« Opera Peregrino da Cesena »).

Nielle. 40 x 24 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 19. Cl. 96 A 74369.

D., 260 ; P. V, p. 213, 39 ; Dut., p. 321, 687.

96. Hercule et Déjanire

58Inscription sur une banderole : ·HERCVLE·/·DIEANIRA·.

Nielle. 49 x 31 au second filet. Une marque de clou sous le tr. c., en bas, a été interprétée comme le monogramme de Peregrino.

3e état : aux trois touffes d’herbe du 2e état sont rajoutées d’autres touffes, le rocher à dr. est retravaillé et a l’apparence d’une palme, le sol est davantage ombré.

Hist. : Rossi, vente Paris, 16 avril 1822, no 153 ; acquis de Benard, en janvier 1823, avec un autre nielle (inv. 63), 82 F.

Ea 27 rés., p. 18. Cl. 96 A 75488.

D., 253 ; P. V, p. 211, 27 ; Dut., p. 319, 684 ; H., 210-3 ; Blum, 66 ; TIB., 2503.008 S3 ; Bologne, 121. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

97. Trois femmes dansant

Celle du milieu tient par la main les deux autres qui agitent trois branches de laurier. Le haut de la pièce forme un double cintre, avec une clef retombante au milieu. Dans la m. inf., le monogramme

Nielle. 51 x 43 au tr. c. Épr. à l’encre bleutée.

Ea 27 rés., p. 22. Cl. 96 A 74373.

D., 287 ; P. V, p. 214, 48 ; Dut., p. 326, 697 ; H., 223 ; Blum, 61 (épr. différente de celle-ci : sans le médaillon rond entre les deux arcades, au-dessus de la clef. Le sol est davantage ombré, notamment sous les pieds de la danseuse centrale. Il en est de même pour l’épr. conservée au British Museum) ; Bologne, 124. Un nielle en médaillon, représentant le même sujet, est conservé à l’Albertina, à Vienne : P. I, p. 331, 701 (copie du nielle de Peregrino) ; Dut., p. 250, 537 (copie du nielle de Peregrino).

59Les figures ont été utilisées par Jean de Gourmont (Ed 4 c rés. p. 15, B. 15).

98. Trois enfants dansant

Nielle. 19 x 35. Épr. rognée, le monogramme a été coupé.

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (Lugt, 1741) ; acquis de Clément, le 24 mars 1866, avec six autres nielles, 2 000 F (voir ci-dessus, § 8).

Ea 27 rés., p. 47. Cl. 96 A 75510.

D., 291 ; P. V, p. 214, 49 ; Dut., p. 326, 698. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2833.

99. Arabesques aux grappes de raisin, dans des enroulements de feuilles d’acanthe

Nielle. 88 x 1517. Épr. rognée, le monogramme a été coupé.

Hist. : acquis de Clément avec trois autres nielles, le 1er avril 1867, 280 F.

Ea 27 rés., p. 43. Cl. 96 A 74410.

D., 354 ; P. I, p. 281 et P. V, p. 216, 61 ; H., 256 ; Blum, 131. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2885.

100. Arabesques symétriques avec un génie ailé sonnant de deux trompettes

Dans le bas, deux satyres affrontés, soufflant dans des trompettes, assis sur des animaux fantastiques ailés, à tête de bélier et queue de poisson ; entre eux, sur des queues croisées de dauphins, un médaillon oblong avec le monogramme

Au-dessus, un vase, surmonté de deux chimères dos à dos ; entre elles, un masque sur lequel est accroupi un génie ailé sonnant de deux trompettes ; dans le haut, deux chevaux marins adossés, soutenus par des cordons.

Nielle. 81 x 34 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 37. Cl. 96 A 74399.

D., 356 ; P. V, p. 217, 62 ; Dut., p. 327, 700 ; H., 260 ; Blum, 85.

101. Arabesques symétriques avec une chimère ailée tenant un voile

Au centre, un bouclier rond avec le monogramme :

Derrière, en sautoir, une hache et une masse d’armes ; au-dessous, deux jambes de satyres.

Nielle. 81 x 25 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 38. Cl. 96 A 74402.

D., 357 ; P. V, p. 217, 63 ; Dut., p. 327, 701 ; H., 263.

102. Arabesques symétriques avec deux enfants à cheval sur des oiseaux chimériques

Au-dessus d’eux, de part et d’autre d’un candélabre, deux chimères adossées, surmontées d’un mascaron ; puis deux satyres, mâle et femelle, tenant un bouclier d’une main et de l’autre une torchère ornée d’une bannière ; en haut, deux chimères. Sur le pied du candélabre, le monogramme :

Nielle. 75 x 34 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 38. Cl. 96 A 74401.

D., 358 ; P. V, p. 217, 64 ; Dut., p. 328, 702 ; H., 261 ; Blum, 81 ; Washington, p. 544, B. 16.

103. Arabesques symétriques avec une cuirasse et un aigle bicéphale

De part et d’autre, en bas, Pégase, surmonté d’une tablette avec les lettres ·S·C·.

Au-dessus de l’aigle, un cartouche est entouré de masques eux-mêmes surmontés d’un médaillon avec une effigie ; une sorte de satyre ailé flanqué de deux amours est assis sur ce cartouche, qui contient le monogramme :

En haut, deux chimères ailées entourent un bucrane.

Nielle. 76 x 36 au double filet.

Ea 27 rés., p. 37. Cl. 96 A 74400.

D., 359 ; P. V, p. 217, 65 ; Dut., p. 328, 703 ; H., 262 ; Blum, 82 ; Bologne, 118.

60Les initiales ·S··sont interprétées comme étant celles de « Stephanus Caesanus » par Duchesne et comme celles de « Senatus Consultus » par Berliner.

104. Arabesques avec une satyresse allaitant deux enfants

En bas, une figure ailée tient dans chaque main une torche, chaque pied reposant sur un dauphin monté par un triton sonnant dans une conque. Au-dessus, une gondole à têtes de béliers, dans laquelle on voit une biche, une brebis et, à chaque extrémité, un satyre jouant d’une double flûte ; entre les satyres, un vase au-dessus duquel, entre deux flambeaux, une satyresse allaite deux enfants ; sur ses ailes, un cartouche terminé par des têtes d’aigles au centre duquel est inscrit le monogramme

Tout en haut, trois oiseaux ; de part et d’autre des genoux de la figure ailée, on distingue, sur deux tablettes, les lettres SCOF.

Nielle. Épr. d’une première impression. 74 x 46 au double filet.

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 8) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 39. Cl. 96 A 74404.

Épr. d’un tirage de la plaque usée. 69 x 42 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 39. Cl. 96 A 74403.

D., 362 (SCOF a été interprété par Duchesne comme « Stéphanus Caesenas opus fecit ») ; P. V, p. 218, 68 ; Dut., p. 329, 704 ; H., 265 a et 265 b ; Blum, 83 et 83 bis ; Washington, p. 544, B. 17 ; TIB., 2503.009 ; Bologne, 122.

61Les deux impressions ont été parfois identifiées comme deux états.

105 a et b. Arabesques avec une tête de Méduse et arabesques avec un triton

Deux modèles de manches de couteaux sur une même pl.

Pour la première : au-dessus de la tête de Méduse successivement et symétriquement, deux chimères à tête de bélier, deux satyres adossés, deux dauphins aux côtés desquels pendent deux mascarons, deux paons surmontés d’une tablette avec les initiales P·C, puis deux lions ailés et deux satyres adossés. Le tout est couronné d’un bucrane.

Pour la seconde : au-dessus du triton, successivement, un amour assis d’où partent des enroulements de feuillage, deux amours adossés et un vase sur lequel un faune barbu est à califourchon.

Nielles. Respectivement : 90 x 14 (haut)-18 (bas) au sujet (105 a) ; 88 x 9 (haut)-16 (bas) au sujet (105 b).

Hist. : Rossi, vente Paris, 16 avril 1822, no 156 ; acquis de Benard, en janvier 1823, 240 F.

Ea 27 rés., p. 41. Cl. 96 A 74408.

D., 394 ; P. V, p. 218, 72 ; Dut., p. 331, 707-708 ; H., 268-269. Ye 88 rés., Acquisitions 1803-1847.

106. Femme assise sur un dragon, tenant d’une main un miroir et, de l’autre, une corne d’abondance

Signé, dans la m. inf., du monogramme

Nielle. 51 x 40. Épr. rognée, la pointe d’ogive en haut est coupée.

Hist. : Buckingham, vente Londres, 26 juillet 1834, no 4055 (La Providence) ; acquis de Pieri-Benard, le 28 mars 1835, 4 livres sterling (La Vérité).

Ea 27 rés., p. 20. Cl. 96 A 74370.

D., 208 (sainte Marguerite) ; P. I, p. 322, 657 et P. V, p. 215, 55 (La Prudence) ; Dut., p. 324, 694 (La Providence) ; Hind, 187 (La Providence) ; B. XIII, p. 207, 3 (La Prudence) ; TIB., 2503.001 ; Bologne, 123. Ye 84 rés., Acquisitions 1830-1847, no 1093.

62Le sujet a été interprété différemment selon les historiens ; les quelques titres donnés entre parenthèses auxquels on peut rajouter L’Orgueil, dans le cat. de la coll. Wilson, en 1828 (no 41), témoignent de la difficulté à identifier les figures allégoriques.

107. Rome

Une femme assise tient une lance de la main g. et un globe dans la dr. Son siège est entouré de boucliers. Au-dessus, une guirlande de feuillage et des banderoles.

Nielle. 37 x 21 au premier filet. Épr. rognée, où a été coupé le monogramme

Ea 27 rés., p. 20. Cl. 96 A 74371.

D., 216 ; Dut., p. 186, 309 (deux états) ; H., 192 b ; Bologne, 110.

108. Allégorie de la Guerre ou Trois guerriers nus

Trois hommes nus et casqués tiennent chacun une corne d’abondance d’une main. Deux d’entre eux brandissent une couronne de feuillage. Peut-être célèbrent-ils la victoire et la prospérité.

Nielle. 60 x 48 au tr. c. 60 x 50 au sujet qui déborde dans la m. de dr. Épr. rognée, où a été coupé le monogramme

Ea 27 rés., p. 25. Cl. 96 A 74377

D., 300 ; P. V, p. 214, 50 ; Dut., p. 323, 692 ; Blum, 68 ; TIB., 2503.006 ; Bologne, 119.

109. L’Abondance

Deux femmees debout, l’une vêtue à l’antique, l’autre presque nue, soutiennent un vase au-dessus de leurs têtes et portent des cornes d’abondance. Entre elles, un enfant, tenant lui aussi une corne d’abondance, et un petit chien.

Nielle. 41 x 28 au tr. c. Épr. rognée, où a été coupé le monogramme

Ea 27 rés., p. 24. Cl. 96 A 74376.

D., 306 ; P. V., p. 215, 54 ; Dut., p. 323, 691.

110. La Paix et l’Abondance ou la femme aux cinq génies

Une femme nue, assise sous un oranger, entourée de cinq amours, tient une corne d’abondance d’une main et le pétase de l’autre. L’un des amours souffle dans une corne, un autre a la main sur un objet difficilement identifiable.

Nielle. 44 x 27. Épr. rognée, où ont été coupés le feuillage de l’arbre qui déborde dans la m. ainsi que le monogramme

Hist. : coll. van Sestich ; Bibliothèque royale de Belgique (Lugt, 1741) ; acquis de Clément, le 24 mars 1866 avec six autres nielles, 2 000 F (voir ci-dessus, § 8).

Ea 27 rés., p. 16. Cl. 96 A 75487.

P. I, p. 322, 654 et P. V, p. 212, 34 ; Dut., p. 322, 690. Ye 88 rés., Acquisitions 1848-1907, no 2833.

111. Figure allégorique

Un homme nu assis sur des boucliers et des casques, au pied d’un arbre (grenadier ?), tient dans chaque main un serpent, l’un terminé par une tête de femme, l’autre par une tête d’homme.

Nielle. 50 x 29 au double filet. Signé, avant le 2e filet, du monogramme

Hist. : coll. de la Bibliothèque de La Haye, 1812 (voir ci-dessus, § 10-12) ; marque au verso (Lugt, 240).

Ea 27 rés., p. 22. Cl. 96 A 74374.

D., 319 ; P. V. p. 216, 57 ; Dut., p. 325, 695 ; H., 186. Ye 1 rés., Archives 1809-1826, pièce 582.

Nielles ou gravures en manière de nielle attribués à Peregrino (112-123)

112. Arabesques symétriques, avec deux tritons couchés sur le dos

En bas, la base d’un candélabre est soutenue par des pattes d’oiseaux ; au-dessus, deux tritons renversés supportant un cartouche rectangulaire où sont esquissées deux barques ; puis, un médaillon rond dans lequel se distingue un homme donnant à manger à Pégase ; de part et d’autre, un satyre adossé ; en haut, deux chimères dos à dos, une patte appuyée sur un bouclier d’où sort une arabesque avec des épis de blé.

Nielle. 80 x 47 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 44. Cl. 96 A 74411.

D., 355 ; P. V, p. 103, 116 ; Dut., p. 269, 611 (Nicoletto da Modena ou Peregrino) ; Blum, 98.

113. Arabesques symétriques aux attributs de Neptune

En bas, debout sur des queues de dauphins enroulées, deux dieux marins armés de tridents s’appuient sur des tritons ; entre ces figures, un vaisseau à voile surmonté d’un mascaron ; au-dessus, une gondole sur laquelle repose, en haut, un ornement à coquille avec un crabe ; de chaque côté un amour monté sur une chimère.

Nielle. 73 x 42 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 36. Cl. 96 A 74398.

Autre épreuve. 73 x 42 au tr. c.

Ea 19 b rés. Cl. 96 A 75464.

D., 360 ; P. V, p. 217, 66 ; Dut., p. 269, 612 ; Blum, 97.

114. Arabesques symétriques avec deux trophées et deux boucliers à tête de Méduse

Au centre, un crâne d’animal d’où partent des serpents enlacés et, de part et d’autre, un oiseau sur un dauphin ; dans les enroulements de chaque côté, un dauphin ; au-dessus de ces enroulements, un satyre jouant de la flûte de syrinx ; entre les deux satyres, des ornements en demi-cercle avec un masque ; sur chaque côté, en bas, une tablette avec l’inscription SCOF, surmontée d’un triple masque et d’une tête de méduse.

Nielle. 55 x 93. Épr. rognée, à l’encre bleutée.

Ea 27 rés., p. 36. Cl. 96 A 74397.

D., 370 ; P. I, p. 281 et V, p. 218, 71 ; Dut., p. 330, 706 ; H., 264 ; Blum, 90.

63Les lettres SCOF, inscrites aussi sur l’épreuve D. 370, sont interprétées par Duchesne comme « Stephanus Caesenas opus fecit ».

115. Arabesque à l’oiseau et au griffon

Dans le bas, à dr., une figure ailée porte sur son épaule un rinceau d’ornement terminé par une corne d’abondance.

Nielle. 45 x 66 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 35. Cl. 96 A 74396.

D., 371 ; Dut., p. 272, 620 ; Blum, 95.

116. Arabesque au dauphin

Deux vases d’orfèvrerie sont à demi représentés ; celui de dr. est surmonté par un oiseau, celui de g., par un sphinx qui tient une tablette vide. Entre eux, un dauphin, dans des enroulements de feuillage.

Nielle. 44 x 51 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 35. Cl. 96 A 74395.

D., 379 ; P. V, p. 218, 70 ; Dut., p. 270, 616.

117. Le Triomphe de Galatée

La nymphe se tient debout sur une conque tirée par deux dauphins. Des tritons et des néréides nagent autour d’elle. Quatre amours voltigent dans les airs.

Nielle. 87 x 62. Épr. rognée. xvie s.

Ea 19 b. rés. Cl. 96 A 75442.

D., 236 ; P. I, p. 279, 236 ; Dut., p. 192, 332 ; H., 270 ; Washington, p. 545, B. 18 (Peregrino ?).

Copie en contrepartie de la gravure de Marc-Antoine Raimondi (H. Delaborde, 130) reproduisant la fresque de Raphaël, à la Farnesine, à Rome, vers 1512. La gravure de Marc-Antoine est signée sur une tablette qu’il semble ne pas avoir utilisée avant 1515.

118. Léda et le cygne sous une vigne

Nielle. 56 x 38 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 18. Cl. 96 A 74368.

D., 235 ; Dut., p. 189, 317.

119. Hercule armé de sa massue

Nielle. 44 x 23 au tr. c. Épr. retouchée à la plume.

Hist. : acquis de Bouillon, le 6 juillet 1889, 40 F.

Ea 27 rés., p. 19. Cl. 96 A 75491.

Non décrit. Peregrino (?). Ye 88 rés., Acquisitions janvier 1848-juin 1907, no 5169.

120-121. Deux muses, en pendant

120. Une muse jouant de la flûte à bec

À ses pieds, un luth ; près d’elle, un tambourin ; derrière, une basse avec un archet.

Nielle. Diam. : 33 au tr.

La gravure, au trait, semble inachevée. 1er état ?

Ea 27 rés., p. 21. Cl. 96 A 75494.

D., 222 ; P. V, p. 212, 31 ; Dut., p. 201, 358.

121. Une muse jouant de la lyre

Une flûte et une harpe sont à ses pieds.

Nielle.

1er état : la gravure est presque entièrement au trait, seul le fond est ombré. Diam. : 32. Épr. à peine rognée.

Ea 27 rés., p. 21. Cl. 96 A 75495.

642e état : des tailles complètent l’ensemble. Diam. : 33 au tr. Épreuve à l’encre bleuâtre.

Hist. : Silvestre, vente Paris, 28 février 1811 (d’après Duchesne).

Ea 27 rés., p. 21. Cl. 96 A 74372.

D., 223 ; P. V, p. 212, 32 ; Dut., p. 201, 359.

122. La Renommée

Un homme est agenouillé devant un livre ouvert sous une couronne de feuillage et de fruits tenue par un autre homme, nu, et une figure ailée. Dans la couronne, une femme à mi-corps souffle dans deux cornes. À g., une femme élève un livre ouvert au-dessus de sa tête.

Nielle. 55 x 40 au tr. c.

Ea 27 rés., p. 25. Cl. 96 A 75500.

D., 302 ; P. V, p. 215, 52 ; Dut., p. 220, 426.

123. Saint Roch

Le saint tient un bourdon de son bras g. En haut, à g., Dieu bénissant ; à dr., des palmiers.

Nielle. 60 x 34. Épr. rognée.

Ea 27 rés., p. 14. Cl. 96 A 74361.

D., 188 ; P. V, p. 209, 17 ; Dut., p. 170, 239.

Anmerkungen

1 Une paix est une plaque d’orfèvrerie que le célébrant, dans les messes solennelles, donne à baiser aux fidèles, aux membres du clergé (baiser de paix), pendant l’Agnus Dei, en adressant à chacun d’eux ces paroles : « Pax tecum ». Cette cérémonie remplace le baiser de paix qu’échangeaient les premiers chrétiens.

2 Le mot « nielle » fut employé pour la première fois en français par Bartsch dans Le Peintre-Graveur (1803-1821), vol. XIII.

3 Ye 18 rés. t. I, Marolles, Vieux Maîtres, p. 71-72.

4 Ye 95 rés., « Pièces d’élite du Cabinet de La Haye », 1812.

5 Ye 1 rés., Archives 1809-1826, pièces 576 à 579.

6 G. Vasari, 1984, vol. VII, p. 62.

7 G. Vasari, 1983, vol. IV, p. 244.

8 P. Zani, 1802, p. 48.

9 Camillon Leonardi, Speculum lapidum, Venise, 1516, p. 48.

10 G. Vasari, 1984, p. 346.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift 1. Le Couronnement de la Vierge (voir plus bas la notice correspondante)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
Bildunterschrift 1
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 252k
Bildunterschrift 2
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 600k
Bildunterschrift 3
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 4
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Bildunterschrift 5
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 240k
Bildunterschrift 6
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Bildunterschrift 7
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 28k
Bildunterschrift 8
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 9
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Bildunterschrift 10
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Bildunterschrift 11
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 12
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 32k
Bildunterschrift 13
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 140k
Bildunterschrift 14
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Bildunterschrift 15
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 16
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Bildunterschrift 17
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 180k
Bildunterschrift 18
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Bildunterschrift 19
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Bildunterschrift 20
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 200k
Bildunterschrift 21
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 22
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 23
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Bildunterschrift 24
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift 25
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift 26
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Bildunterschrift 27
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-28.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift 28
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-29.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift 29
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-30.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift 30
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-31.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift 31
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-32.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift 32
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-33.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Bildunterschrift 33
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-34.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift 34
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-35.jpg
Datei image/jpeg, 236k
Bildunterschrift 35
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-36.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 36
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-37.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Bildunterschrift 37
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-38.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Bildunterschrift 38 a
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-39.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 38 b
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-40.jpg
Datei image/jpeg, 44k
Bildunterschrift 38 c
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-41.jpg
Datei image/jpeg, 48k
Bildunterschrift 38 d
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-42.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 38 e
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-43.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 39
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-44.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Bildunterschrift 40
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-45.jpg
Datei image/jpeg, 324k
Bildunterschrift 41
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-46.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Bildunterschrift 42
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-47.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Bildunterschrift 43
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-48.jpg
Datei image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-49.jpg
Datei image/jpeg, 4,0k
Bildunterschrift 44
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-50.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Bildunterschrift 45
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-51.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Bildunterschrift 46
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-52.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 47
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-53.jpg
Datei image/jpeg, 292k
Bildunterschrift 48
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-54.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Bildunterschrift 49
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-55.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Bildunterschrift 50
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-56.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift 51
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-57.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift 52
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-58.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Bildunterschrift 53
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-59.jpg
Datei image/jpeg, 32k
Bildunterschrift 54
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-60.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Bildunterschrift 55
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-61.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 56
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-62.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Bildunterschrift 57
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-63.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift 58 a
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-64.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift 58 b
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-65.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift 59
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-66.jpg
Datei image/jpeg, 68k
Bildunterschrift 60
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-67.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Bildunterschrift 61
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-68.jpg
Datei image/jpeg, 156k
Bildunterschrift 62
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-69.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 63
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-70.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Bildunterschrift 64
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-71.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Bildunterschrift 65
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-72.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Bildunterschrift 66
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-73.jpg
Datei image/jpeg, 164k
Bildunterschrift 67
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-74.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 68
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-75.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift 69
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-76.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Bildunterschrift 70. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-77.jpg
Datei image/jpeg, 204k
Bildunterschrift 70. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-78.jpg
Datei image/jpeg, 212k
Bildunterschrift 71
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-79.jpg
Datei image/jpeg, 112k
Bildunterschrift 72
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-80.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift 73
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-81.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 74
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-82.jpg
Datei image/jpeg, 664k
Bildunterschrift 75
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-83.jpg
Datei image/jpeg, 116k
Bildunterschrift 76
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-84.jpg
Datei image/jpeg, 140k
Bildunterschrift 77
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-85.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Bildunterschrift 78
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-86.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift 79
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-87.jpg
Datei image/jpeg, 176k
Bildunterschrift 80
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-88.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 81
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-89.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift 82
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-90.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Bildunterschrift 83
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-91.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift 84
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-92.jpg
Datei image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-93.jpg
Datei image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-94.jpg
Datei image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-95.jpg
Datei image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-96.jpg
Datei image/jpeg, 12k
Bildunterschrift 85
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-97.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift 86
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-98.jpg
Datei image/jpeg, 156k
Bildunterschrift 87
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-99.jpg
Datei image/jpeg, 532k
Bildunterschrift 88
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-100.jpg
Datei image/jpeg, 144k
Bildunterschrift 89
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-101.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Bildunterschrift 90
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-102.jpg
Datei image/jpeg, 168k
Bildunterschrift 91
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-103.jpg
Datei image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-104.jpg
Datei image/jpeg, 4,0k
Bildunterschrift 92
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-105.jpg
Datei image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-106.jpg
Datei image/jpeg, 12k
Bildunterschrift 93. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-107.jpg
Datei image/jpeg, 256k
Bildunterschrift 93. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-108.jpg
Datei image/jpeg, 260k
Bildunterschrift 94
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-109.jpg
Datei image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-110.jpg
Datei image/jpeg, 20k
Bildunterschrift 95
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-111.jpg
Datei image/jpeg, 440k
Bildunterschrift 96
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-112.jpg
Datei image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-113.jpg
Datei image/jpeg, 12k
Bildunterschrift 97
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-114.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Bildunterschrift 98
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-115.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Bildunterschrift 99
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-116.jpg
Datei image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-117.jpg
Datei image/jpeg, 4,0k
Bildunterschrift 100
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-118.jpg
Datei image/jpeg, 176k
Bildunterschrift 101
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-119.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Bildunterschrift 102
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-120.jpg
Datei image/jpeg, 480k
Bildunterschrift 103
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-121.jpg
Datei image/jpeg, 164k
Bildunterschrift 104 a
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-122.jpg
Datei image/jpeg, 192k
Bildunterschrift 104 b
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-123.jpg
Datei image/jpeg, 184k
Bildunterschrift 105 a et b
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-124.jpg
Datei image/jpeg, 200k
Bildunterschrift 106
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-125.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Bildunterschrift 107
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-126.jpg
Datei image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-127.jpg
Datei image/jpeg, 12k
Bildunterschrift 108
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-128.jpg
Datei image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-129.jpg
Datei image/jpeg, 12k
Bildunterschrift 109
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-130.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Bildunterschrift 110
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-131.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Bildunterschrift 111
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-132.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift 112
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-133.jpg
Datei image/jpeg, 232k
Bildunterschrift 113
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-134.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Bildunterschrift 114
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-135.jpg
Datei image/jpeg, 244k
Bildunterschrift 115
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-136.jpg
Datei image/jpeg, 212k
Bildunterschrift 116
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-137.jpg
Datei image/jpeg, 164k
Bildunterschrift 117
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-138.jpg
Datei image/jpeg, 236k
Bildunterschrift 118
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-139.jpg
Datei image/jpeg, 144k
Bildunterschrift 119
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-140.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Bildunterschrift 120
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-141.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Bildunterschrift 121. 1er état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-142.jpg
Datei image/jpeg, 88k
Bildunterschrift 121. 2e état
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-143.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Bildunterschrift 122
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-144.jpg
Datei image/jpeg, 152k
Bildunterschrift 123
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-145.jpg
Datei image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1313/img-146.jpg
Datei image/jpeg, 3,8k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540