Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Abréviations et avertissements

Texte intégral

Abréviations

1Références :

B.

Bartsch

Bel.

Bellin

Bologne

Expo. Bologne, 1988

B. S.

Byam Shaw

D.

Duchesne

D. L.

David Landau

Dut.

Dutuit

H. I et H. V

Hind, tomes I et V

H.

H. Hind (Nielles)

K. O.

Expo. Paris, 1993, Konrad Oberhuber

L.

Levenson

Lip.

Lippmann

Mantegna

Expo. Londres, 1992

P.

Passavant

M. et R.

Muraro et Rosand. Expo. Venise, 1976

R. R.

Roger Rearick. Expo Paris, 1993

S. B.

Suzanne Boorsch

T.

Tietze et Tietze-Conrat

TIB.

The Illustrated Bartsch

Washington

Expo. Washington, 1973

Ye…

Ces références correspondent aux cotes des archives du département des Estampes.

*

2Autres abréviations :

cl.

cliché

coll.

collection

c. de pl.

coup de planche

ekta

ektachrome

épr.

épreuve

fil.

filigrane

fol.

in-folio

inf.

inférieur(e)

inv.

inventaire (renvoie au présent ouvrage)

m.

marge

mf.

microfilm

pl.

planche

sup.

supérieur(e)

tr. c.

trait carré

*

Avertissements

3Les dimensions des épreuves sont données en millimètres, hauteur d’abord, largeur ensuite. Elles sont prises au coup de planche (marque de la cuvette creusée par le passage de la planche de cuivre sous la presse), au trait carré ou circulaire, à la feuille lorsque l’épreuve est rognée. Les épreuves rognées le sont, le plus souvent, de quelques millimètres seulement

4Les notices des œuvres de chaque artiste suivent généralement le classement de Hind. Lorsqu’une gravure comprend plusieurs états, ils sont mentionnés dans le corps de la notice. Lorsque des épreuves existent en double pour certains états, ou lorsque plusieurs épreuves d’une même gravure sont conservées, leur numérotation est suivie d’une lettre correspondant à chaque état ou épreuve (ex. : 638 a, b et c : 638 a = 1er état ; 638 b = 2e état ; 638 c = autre épreuve du 2e état). Les états non répertoriés par Hind, ou dont la description ne correspond pas entièrement à l’épreuve conservée au Cabinet, sont commentés dans le corps de la notice et dans les références. Lorsqu’un doute subsiste, un point d’interrogation suit la mention de l’état.

5L’attribution et la datation des estampes entraînant souvent des controverses, les opinions des historiens sont signalées entre parenthèses, après les références de leur catalogue. Il est vivement conseillé de se reporter aux analyses de chacun d’eux pour apprécier et comprendre les différentes hypothèses proposées.

6Le nombre d’épreuves connues est celui signalé par Hind. Il est donné à titre indicatif. Souvent d’autres épreuves ont été découvertes depuis la parution de ce corpus, notamment les doubles de cet inventaire. Les épreuves uniques mais aussi les états uniques sont mentionnés sous toute réserve.

7Les filigranes de toutes les épreuves qui en possèdent ont été reproduits lorsqu’ils sont lisibles, même si les épreuves elles-mêmes, parce qu’elles existent en plusieurs exemplaires, ne sont pas toutes reproduites (ex. : 641 a, b, c, d, 4 épreuves sont conservées ; l’épreuve reproduite compte tenu de sa qualité est numérotée 641 a ; les filigranes reproduits parce qu’ils apparaissent sont ceux des épreuves 641 b, 641 c, 641 d). Le relevé des filigranes a été effectué par bétaradiographie ou manuellement sur calque. La bêtaradiographie ou bêtagraphie est une technique de prise de vue radiographique sous un rayonnement de particules bêta moins ou électrons. La plaque émettrice est placée sous la gravure, à l’emplacement du filigrane, le film radio est placé au-dessus et l’ensemble est couvert par un drap noir maintenant l’obscurité pendant le temps de pose. Après développement du film, on obtient un négatif. On en tire alors, pour la publication, un positif par contact. Lorsque le papier est en bon état de conservation, les particularités de la trame sont nettement lisibles. Le relevé du filigrane a les dimensions de l’original.

8Dimensions des filigranes : dans l’édition imprimée de ce volume, publiée en 1999 aux éditions de la Bibliothèque nationale de France, les filigranes étaient reproduits aux dimensions de l’original, dans le sens où ils apparaissaient dans l’épreuve. La publication numérique ne permettant pas la reproduction des images dans une taille fixe, on conseillera au lecteur, pour la question spécifique du format des filigranes, de se référer à la version imprimée ou de télécharger l’ouvrage numérique au format PDF, puis de l’imprimer en activant la fonction « Taille réelle » ou « Pas de mise à l’échelle automatique des pages ».

9L’historique des gravures est le résultat des recherches effectuées dans les archives du département des Estampes, pièce par pièce.

10L’inventaire de la collection Marolles étant très imprécis, lorsqu’un doute subsiste, un point d’interrogation le signale. Lorsque deux épreuves d’une même gravure sont conservées et que deux origines sont connues, l’estampille permet parfois de distinguer l’origine de chacune d’entre elles.

11La date donnée lors d’une vente est généralement celle du premier jour de vente.

12Lorsque les titres donnés, dans l’inventaire de la collection Marolles, dans les relevés d’acquisitions ou dans les références, diffèrent des titres actuels, ils sont cités entre parenthèses ou entre guillemets.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540