Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premières gravures italiennes

 | 
Gisèle Lambert

Le fonds des premières gravures italiennes au département des Estampes

Texte intégral

1Le fonds d’estampes du quattrocento et du début du cinquecento du département des Estampes compte plus de huit cents œuvres dont cent vingt-trois nielles ; des états et des doubles s’y ajoutent. C’est l’un des plus considérables offert aux chercheurs puisque le corpus des premières gravures italiennes d’Arthur M. Hind répertorie neuf cent seize estampes, sans traiter les nielles évalués par Eugène Dutuit à sept cents environ.

  • 1 Principaux recueils d’archives consultés :
    - registre d’acquisitions et de dons, 1830-1847 (Ye 84 ré (...)

2Ce rassemblement exceptionnel a des sources multiples qu’il n’est pas toujours aisé de découvrir, les gravures ne portant aucun numéro d’inventaire. Les recherches dans les archives du Cabinet s’avèrent difficiles et souvent infructueuses. Parfois cependant, les registres de dons et d’acquisitions, les inventaires du Cabinet, les journaux des conservateurs, les recueils d’archives offrent quelques indices1. Une marque de collection, une annotation au verso d’une gravure, sur un montage, sur un catalogue de vente ou encore une mention dans une ancienne publication sont autant de précieux éléments pour tenter de retracer l’historique d’une œuvre.

*

3La célèbre collection Marolles, noyau du département, fit entrer une grande partie de ces estampes dès le xviie siècle – plus d’un tiers sans doute –, puis ce fut surtout au xixe siècle que les acquisitions, lors des ventes des collections d’estampes anciennes renommées, accrurent avec éclectisme cet ensemble. Les troubles qui agitèrent l’Europe à la fin du xviiie siècle, la dispersion des biens des nobles et du clergé avaient favorisé les amateurs d’œuvres d’art, et de remarquables collections d’estampes anciennes s’étaient constituées. Quelques confiscations révolutionnaires (jésuites de Cologne en 1798) et saisies napoléoniennes (bibliothèque de La Haye, voir p. 4), les dépôts d’estampes et de dessins des bibliothèques parisiennes (bibliothèques Mazarine et Sainte-Geneviève), amorcés en 1868 et rapidement stoppés, des échanges avec les marchands et de rares dons (au xixe siècle et au xxe siècle) contribuèrent aussi, bien que d’une manière très réduite, à augmenter ce fonds.

4Dans cet ensemble, les premières gravures à rejoindre la Bibliothèque du roi furent celles évoquées, pour la première fois, par Michel de Marolles (1600-1681), abbé de Villeloin, dans l’ouvrage qu’il rédigea sur sa propre collection en 1666 : Catalogue de livres d’estampes et de figures en taille douce, avec un dénombrement des pièces qui y sont contenuës. L’amateur énumère ses « portefeuilles » d’estampes par artiste et par sujet. Il ne fait pas de distinction très précise entre les gravures originales et les gravures d’interprétation. La lecture de trois notices concernant les graveurs italiens Léonard de Vinci, Agostino Veneziano, Andrea Mantegna et Benedetto Montagna, permet de saisir l’esprit dans lequel est conçu le classement de ses estampes :

5« [Portefeuille] XVIII. Leonard de Vinci.

6« Son œuvre est de 5 pièces gravées par I. Troyen, P. Souteman, et par d’autres qui n’ont pas marqué leur nom, sa Descente de Croix est une pièce considérable : et il y a deux ronds de luy de nœuds entre lassez à pièces emportées. » Seuls les entrelacs sont classés maintenant parmi les gravures de l’école de Léonard (inv. 523, 524 b). Les autres estampes citées sont des reproductions d’œuvres du maître.

7« [Portefeuille] XXVI. Augustin Venitien.

8« Celuy-cy qui est le second des excellents Graveurs des œuvres de Raphaël, a fait aussi beaucoup de choses de son invention, qui sont fort recherchées, j’en ay recüeilly 154 pièces d’une fort grande beauté. »

9« [Portefeuille] XXVIII. André & Benedette Manteigne.

10« L’œuvre du I est de 104 pièces, & celuy du second est de 74 pièces toutes rares, le tout ensemble faisant 178 pièces, quelques-unes desquelles ont esté gravées par M. Antoine. »

11Marolles donne le même patronyme à Mantegna et à Montagna, et il regroupe leurs estampes. Il identifie 104 gravures, comme des œuvres de Mantegna, mêlant là aussi les gravures originales et les gravures reproduisant des œuvres du maître.

  • 2 M. de Marolles, Mémoires, Amsterdam, 1795, t. I, p. 288.
  • 3 M. de Marolles, Catalogue de Livres d’estampes…, 1666, p. 5.
  • 4 Ibid., p. 6 et 7.
  • 5 Inventaire du cabinet de Marolles (Ye 18 rés., pet. fol. t. I à IV).

12Ces portefeuilles et plusieurs autres concernant les gravures italiennes faisaient partie de ceux qui formèrent le département des Estampes lorsque Colbert acquit en 1667 la première collection Marolles : 123 400 gravures, au prix très avantageux de 32 800 livres. L’amateur passionné avait commencé sa collection en 1644, bien que comme il l’écrit dans ses mémoires : « J’ai aimé cette sorte de curiosité dès les premières années de ma jeunesse, mais je ne l’ai point cultivée que depuis le temps que j’ai marqué2. » Ses gravures provenaient des premiers amateurs d’estampes, Claude Maugis (1600-1658), abbé de Saint-Ambroise, aumônier de Marie de Médicis, Jean de Lorme, médecin de la reine Louise de Vaudemont (1545-1635), qui racheta la collection de l’abbé Maugis, Denis Pétau (1583-1652), G.-N. de La Reynie (1625-1709), l’abbé Desneux de La Noue (mort avant 1657). Les prix étaient alors très abordables, puisque celui d’un œuvre complet de Dürer variait de deux francs à 100 pistoles3. Cependant, Marolles écrit aussi : « Et quelques-uns ont fait des dépenses prodigieuses pour un seul Recueil des pièces des vieux Maistres, qui sont sans datte, sans nom et sans marque de Peintres ou Graveurs, et qui ne sont connües que par la maniere, ou qui se distinguent seulement les unes des autres par la figure d’un Caducée […] d’une Sourissière […] d’un Oyseau […], beaucoup de celles-là très-rares, et qui valent tout ce qu’on veut, parce qu’elles ne se trouvent presque point4. » L’intérêt pour ces maîtres anonymes, aux œuvres rarissimes, encore nommés de nos jours par leur marque figurée, a sauvegardé ces estampes. L’abbé de Marolles lui-même avait succombé à leur attrait, comme l’inventaire de sa collection le confirme ; inventaire que l’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743), garde de la Bibliothèque du roi, fit rédiger dès qu’il prit ses fonctions en 1719. Le Cabinet fut alors confié à Jacques Le Hay, premier garde des collections d’estampes, assisté de son neveu De La Croix. Ladvenant fut chargé de l’inventaire de la collection Marolles – il dépouillera 105 volumes sur les 264 existants, avant son décès en 1729. L’inventaire complet, achevé en 1735, se présente en quatre tomes reliés de parchemin5. Le premier, intitulé Vieux Maîtres, concerne des graveurs de diverses écoles et particulièrement les premiers maîtres italiens. Il est ainsi commenté : « Ce volume contient trois cent soixante deux morceaux collez, représentants des sujets sacrés et profanes, des ornements et des académies de différents maîtres. » À chaque graveur nommé correspond un aperçu de son œuvre, détaillé « morceau par morceau » ou traité par lot de plusieurs « morceaux ». Le premier maître cité est Robetta, suivi du Maître au caducée (Jacopo de’ Barbari), d’autres maîtres aux marques figurées, dont le Maître I. B. à l’oiseau, et de monogrammistes. Le trentième volume, intitulé André et Benedette Manteigne, comme l’était le portefeuille XXVIII dans l’ouvrage de Marolles, est ici suivi d’une énumération du contenu : « Ce volume contient cent quatre vingt sept morceaux collés […] représentant quelques sujets de l’Ancien Testament, beaucoup du Nouveau et de Dévotion, de Fables, d’Histoire, et de fantaisie. » Les thèmes sont toujours privilégiés. Des gravures d’Andrea Mantegna, de monogrammistes, de Marc-Antoine Raimondi, dont le monogramme « MAF » est interprété comme Manteigne fecit (Mantegna Andrea fecit), y sont regroupées.

Inventaire du cabinet de Marolles, première page (Ye 18 rés., pet. fol.)

  • 6 M. de Marolles, op. cit., p. 8.

13Ces volumes constitués par Marolles lui-même, lors de l’entrée de la collection au Cabinet, étaient reliés en maroquin du Levant de teinte incarnat, bordés d’une dentelle d’or et frappés sur les plats des armes royales. Le collectionneur expose dans son Catalogue de livres d’estampes sa manière de former un recueil d’estampes : « Il ne faut pas appréhender d’en remplir toutes les pages d’un livre […]. Et certes elles y seront toujours mieux de la sorte que si on ne les mettoit que d’un côté et qu’il y demeurât vis à vis une page blanche qui ne servirait qu’à choquer la veue […]. Il me semble que je n’y ai pas mal réussi puisque d’ailleurs les anciennes estampes ne se gastent point étant ainsi opposées les unes aux autres […]6. » Ce fut l’un des rares collectionneurs à se satisfaire de cette présentation, qui subsiste encore dans certains recueils du Cabinet. Les gravures italiennes des vieux maîtres furent ainsi conservées jusqu’en 1818, date à laquelle Duchesne l’aîné entreprit le reclassement des recueils des maîtres italiens en se basant sur Le Peintre-Graveur, paru de 1803 à 1821, la publication d’Adam Bartsch, garde du Cabinet des estampes de la Bibliothèque impériale de Vienne. Les gravures des anciens maîtres italiens furent alors regroupées selon les nouvelles attributions et collées, avec une page blanche en vis-à-vis, dans de nouveaux albums. Benedetto Montagna, Nicoletto da Modena, Giovanni Antonio da Brescia, Jacopo de’ Barbari, le Maître I. B. à l’oiseau furent les premiers à être reclassés. Les nielles bénéficièrent de toute l’attention de Duchesne et suivirent l’ordre de sa publication parue en 1826, Essai sur les nielles, premier corpus sur ces œuvres. Il les monta à charnière dans un petit album relié de maroquin citron, avec marqueterie de peaux multicolores, dans lequel les épreuves sont toujours conservées. Lors de la modification des recueils au xixe siècle, l’inventaire de la collection Marolles fut parfois annoté dans les marges, indiquant le nouveau numéro du recueil.

*

  • 7 Concordance de 1752 (Ye 139 rés., pet. fol.). Un exemple nous est donné par cette mention : « […] l (...)

14Une tentative de reclassement des volumes avait déjà été faite au xviiie siècle par Hugues-Adrien Joly (1718-1800), garde du Cabinet de 1750 à 1792. Celui-ci souhaitait reconstituer les œuvres des grands maîtres, en fusionnant les gravures contenues dans les recueils de différentes provenances, ou encore classer celles des graveurs à l’œuvre réduit par ordre alphabétique. L’acquisition de deux collections importantes, celles de Jacques-Louis, marquis de Béringhen (1651-1723), en 1731, et de Michel Bégon (1637-1710), en 1770, ainsi que l’entrée des estampes de privilège, permettaient d’envisager ce travail. Les œuvres furent regroupées, toujours en accordant autant d’importance aux gravures originales d’un maître qu’aux reproductions de ses tableaux ou de ses dessins. Les recueils, qui conservèrent leur aspect extérieur, n’eurent plus le même contenu et, à l’intérieur, les gravures provenant de différentes sources se trouvèrent mêlées. Seules les estampes de la collection Bégon furent dès leur entrée dispersées, semble-t-il, dans les différentes séries du Cabinet. Dès cette époque, il s’avéra donc impossible – excepté pour quelques recueils – d’identifier la provenance des œuvres sans se référer aux inventaires existant déjà, aussi imprécis soient-ils7. Ainsi, par exemple, les bois gravés d’après les dessins du Titien, appartenant à la collection Marolles, sont collés dans un recueil de la collection Beringhen. Cette dernière d’ailleurs, consacrée plus spécialement à la gravure du siècle de Louis XIV, ne procura, semble-t-il, aucune gravure des premiers maîtres italiens au Cabinet ; la collection Bégon, celle d’un curieux, nous fut plus favorable. Sept gravures ont pu lui être rattachées, mais il y en eut peut-être plus.

  • 8 Ye 1 rés. (archives), 1780-1795, pièce 286, 1781.
  • 9 En 1784, H.-A. Joly acquit deux autres illustrations de L’Enfer de Dante. Dans le 1er volume de l’I (...)
  • 10 Correspondance de Hugues-Adrien Joly avec le baron de Heinecken (Ye 137 rés. In-4o), lettres des 21 (...)

15Hugues-Adrien Joly n’instaurait pas seulement le classement du département et le regroupement des œuvres des maîtres, il participait aussi aux réflexions des historiens de l’estampe, notamment à celles très en vogue sur les débuts de la gravure et sur les pays qui en revendiquaient la découverte : l’Allemagne et l’Italie. Sa curiosité et sa perspicacité lui firent acquérir quarante-quatre pièces capitales des anciens maîtres italiens le 2 mai 1781. Il s’agissait de gravures maintenant attribuées à Baldini (excepté un nielle : inv. 17), l’un des premiers graveurs qui diffusa un œuvre considérable (inv. 138 à 147, 149, 150, 152 à 157, 162 à 173, 185 à 194). Une note d’archives signale que ces œuvres provenaient de la collection de M. Bourlat de Montredon, amateur lettré de Marseille, qui se les étaient procurées au cours de ses voyages en Italie et à Constantinople. Ce collectionneur s’était lié d’amitié pendant près de vingt ans avec M. de Bonneval ; à la mort de son ami, il rentra en France avec M. de Villeneuve, ambassadeur à Constantinople. M. Bourlat de Montredon s’était beaucoup plu dans cette ville et s’était constitué une bibliothèque, qui fut pillée pendant son absence. Il en avait une autre à Paris. Il mourut en 1778, âgé de quatre-vingts ans. Il avait promis au garde du Cabinet, qu’il nommait son ami, de faire don de ces « morceaux » au Cabinet des estampes du Roy. Mais après son décès, son neveu en hérita8. Dans la correspondance de Joly au baron Karl-Heinrich von Heinecken, conservateur du Cabinet des estampes de Dresde, les circonstances de l’acquisition de ces pièces « uniques et introuvables » sont relatées, le 21 avril 1782 : « … vous connoissiés ce petit article d’estampes anciennes que possédoit feu M. de Bourlac et qu’il attribuoit à Mazo Finiguerra, en 47 pièces savoir : 1 petite piece cintrée reppresentant la Conversion de St Paul ; 20 Prophetes ; 12 Sybilles ; et 14 vignettes qui ont servi à l’edition du poëme de l’Enfer du Dante impr. à Venise en 14819. C’étoit l’héritier de M. de Bourlac qui n’avoit gardé du Cabinet de son oncle que ces rares morceaux et qui les estimoit un prix fou (12 000 £) admirés comme le mal produit parfois un bien. Cet héritier ayant consommé en peu de tems toute la fortune honnête que lui laissoit son oncle, a été reduit à chercher sourdement à se defaire de ces morceaux plus curieux que beaux ; mon abbé Joubald en a eû vent le premier, il m’a averti à tems, je l’ai prié de suivre cette affaire avec prudence et d’en offrir louis à louis jusqu’a 1 200 livres. Il les a eu pour 25 louis, un jour que le possesseur avoit une partie fine en vüe […] j’en ai dressé une notte […] ; j’ai dit avec vous, que Vasari etoit un hableur quand il a ecrit effrontement que l’invention de la gravure en taille douce avoit pris son origine à florence, par l’orfevre finiguerra ; j’ai soutenu avec le çavant et eclairé monsieur le Baron de Heinecken qu’en effet c’étoit un orfevre qui avoit fait cette Découverte, mais que c’etoit Israel van Meck de Bockolt [Bocholt] près mayence. » Et dans une autre lettre datée du 18 juillet 1782, Joly renouvelle ses propos, mais cette fois envisage d’autres auteurs : « […] Oui, monsieur le Baron, c’est pour le Roi que j’ai acquis les 42 morceaux rarissimes que possedoit M. de Bourlac […]. Enfin les voila ; il manquoient au Roi, je les laisserai attribuer à Maso Finiguerra jusqu’à plus ample information ; Vous savés mieux que moi, la part qu’y eûrent Baccio Baldini et Sandro Botticelli10. » Les prémices des recherches sur les premiers graveurs italiens se présentent dans ces échanges d’opinions, dès la fin du xviiie siècle.

16Très satisfait comme on le constate, très conscient de la valeur culturelle et historique de ces œuvres, Joly avait eu peu avant cette correspondance l’occasion de les faire admirer lors d’une visite princière. Il s’agissait de celle du grand-duc (le futur tsar Paul Ier) et de la grande-duchesse de Russie, sous le nom de comte et comtesse du Nord, le 2 juin 1782. Joly fils écrit à ce sujet : « Monsieur Bignon, Conseiller d’État et Grand Maître de la Bibliothèque du Roi, conduisit le Prince et la Princesse dans la salle qui devait recevoir leurs Altesses Impériales […]. Ensuite, ces Princes virent l’origine de la gravure en taille-douce de 1460, attribuée à Mazo Finiguerra, orfèvre à Florence, en 42 pièces, savoir :

17« 10 vignettes, qui ont servi à décorer la première édition du poème de l’Enfer du Dante, imprimée à Florence par Nicholo di Lorenzo della Magna en 1481 ;

18« 21 Prophètes, avec huit vers toscans au bas ;

19« 12 Sybilles, avec huit vers semblables ;

20« et une petite pièce cintrée par le haut, représentant la Conversion de Saint Paul. Ce morceau, aussi rare que précieux, captiva l’attention de nos Illustres Voyageurs. Monsieur le Comte du Nord la considéra attentivement et crut reconnaître, pour ainsi dire, dans cette pièce le faire du célèbre Callot, pour son minutieux et spirituel détail. Ce ne fut point sans émotion qu’ils admirèrent les progrès rapides que la gravure fit peu à peu, surtout en parcourant l’œuvre de l’étonnant Marc-Antoine Raimondi, graveur chéri de l’immortel Raphaël d’Urbin… »

  • 11 Ye 1 rés. (archives), 1780-1795, pièce 288.

21La visite se poursuivit par la présentation des œuvres de Dürer, Lucas de Leyde, Rembrandt, Rubens, etc.11

  • 12 Ye 1 rés. (archives), 1780-1795, pièce 330.

22À la suite de cette visite princière, le roi Louis XVI, vivement intéressé, demanda ce que l’on possédait de plus précieux dans ce cabinet. H.-A. Joly commença à dresser une liste de 16 articles qui fut achevée en 1790. Le 1er article est consacré aux mêmes gravures attribuées à Finiguerra, avec un commentaire qui permet de se rendre compte une fois de plus des connaissances de l’époque : « 1er volume qui renferme les Premières productions, ou l’origine de la gravûre au Burin, dite taille douce, par Maso Finiguerra orfèvre à Florence, l’an 1450 ; même époque que la découverte de l’imprimerie par Guttemberg à Mayence, lesquels inventeurs vivoient sous Charles VII. Ces deux heureuses rencontres les ont faites appeler les deux sœurs jumelles, et en effet ce fut à Florence que fut imprimé la 1re édition du Poeme de l’Enfer du Dante, par Lorenzo della Magna, c’est-à-dire l’auteur dit l’Allemand, qui plaça les 2 premières vignettes gravées par Maso Finiguerra au 1er et second chant, celles des 25 autres chants n’ayant pû paroître aussitôt que l’édition12. »

  • 13 J. Duchesne, Essai sur les nielles…, 1826, p. 57-58.

23Peu de temps après, en 1797, le Cabinet vécut un moment d’émotion exceptionnel, la découverte par l’abbé Zani, grand amateur, de la plus ancienne « gravure » italienne conservée, l’épreuve unique d’un nielle de Maso Finiguerra, Le Couronnement de la Vierge (vers 1452), collée dans le troisième volume des vieux maîtres de la collection Marolles (inv. 1). Peu différente d’une gravure pour les non-initiés, elle n’avait pas jusque-là retenu l’attention. Dans la préface de son ouvrage sur les nielles, Jean Duchesne aîné (1779-1855), qui dès l’âge de seize ans, en 1795, secondait Jacques-Adrien Joly, fils du précédent garde, décrivit le trouble de l’abbé, à l’instant précis de sa découverte : « […] il s’exprimait avec beaucoup de difficulté, et cherchant alors à se faire mieux comprendre, il parlait italien ; puis pour s’expliquer mieux encore, il se servait de phrases latines […] le tout entremêlé d’exclamations joyeuses13… » Le monde de l’art se sentit profondément concerné par cet événement. Vivant Denon (1747-1825), dessinateur et graveur amateur, premier directeur du musée du Louvre, célèbre pour son ouvrage Voyage en Égypte, pays où il avait eu le privilège d’accompagner Bonaparte, exécuta un portrait gravé de l’abbé Zani regardant l’épreuve du nielle.

L’abbé Zani découvrant au Cabinet des estampes l’épreuve du Couronnement de la Vierge, de Maso Finiguerra : eau-forte et manière de lavis de Vivant Denon (Ef.48 fol.)

  • 14 F.-L. Regnault-Delalande, dans le catalogue de la collection Rossi de Marseille, en 1822, écrit : « (...)
  • 15 Journal du Cabinet des estampes (Ye 6 rés., pet. fol.).
  • 16 J. Duchesne, Notices des estampes…, 1819, p. xviii.

24Ce penchant pour les maîtres anciens s’accrut tout au long du xixe siècle et se manifesta, au Cabinet des estampes, par la présentation d’œuvres du début de la gravure lors d’expositions, par le reclassement déjà évoqué des fonds, par des acquisitions, par la disponibilité des conservateurs sollicités par les experts et les auteurs des catalogues de ventes – souvent les grands marchands – pour parfaire leurs catalogues, véritables outils de travail, réceptacles d’estampes encore inconnues14. Si, dès la fin du xviiie siècle, quelques estampes étaient exposées en permanence, comme le mentionne, en ventôse de l’an II (1794), le garde Bounieu (remplaçant H.-A. Joly destitué), dans le Journal du Cabinet15, il s’agissait de quelques documents : gravures de mode, monuments, carte de France, remplacés ensuite par des gravures italiennes du xvie siècle, reproduisant des œuvres de Corrège, de Guido Reni, de Guerchin, etc. Ce n’est qu’en 1807 que Jean Duchesne, secondant le fils d’Hugues-Adrien Joly, Jacques-Adrien Joly, successeur de Bounieu en 1795, exposa pour la première fois quelques gravures du quattrocento. Cet historien devint tardivement garde du Cabinet, en 1839, et il eut une grande influence sur l’orientation du département et notamment sur l’accroissement des fonds anciens durant la première moitié du siècle. Dans l’introduction du catalogue, il précise l’idée directrice de l’exposition : « […] un choix d’estampes que l’on peut considérer comme servant de base à l’histoire de la gravure depuis son origine jusqu’à nos jours […] le choix de cette exposition fait voir qu’on a voulu montrer au public non seulement les plus belles estampes au burin, mais aussi celles que l’ancienneté et la rareté rendent très curieuses16. » Les estampes des vieux maîtres s’imposaient de plus en plus… Une dizaine des premières gravures italiennes figurèrent régulièrement à ces expositions, qui se renouvelèrent tout au long du siècle. Le nombre total d’œuvres exposées augmenta jusqu’en 1855, date du décès de Duchesne. Il passa de 40 en 1807 à 161 en 1819, 207 en 1823, 361 en 1837, 412 en 1855. Le vicomte Henri Delaborde, garde du cabinet de 1858 à 1885, réduisit ce nombre à 267 en 1875. Certaines gravures de nos anciens maîtres italiens étaient offertes en permanence au public et il est surprenant de constater que leur conservation n’en ait pas plus souffert.

  • 17 J. Duchesne, Notices des estampes…, p. 15.

25Les catalogues publiés en 1819, 1823, 1837, 1855, 1875, donnent la provenance de certaines œuvres, les nouvelles acquisitions, l’état de conservation de l’épreuve et renseignent sur l’évolution des recherches sur les anciens maîtres italiens. Duchesne écrit en 1819 : « C’est Baldini que l’on peut, en quelque sorte, regarder comme le premier graveur italien, puis-qu’ainsi que Peregrini et d’autres orfèvres, Maso Finiguerra, à qui l’on doit la découverte de l’impression des estampes, n’a jamais fait que des nielles ou ornemens d’orfèvrerie qui n’étaient pas destinés à donner des épreuves. On croit que Baldini a travaillé d’après les dessins d’Alexandre Boticello et conjointement avec lui : ses ouvrages, ainsi que ceux de ses contemporains, ne présentent rien d’admirable […]. Toutes les gravures du xve siècle sont si rares à trouver bien conservées, ou belles d’épreuves, que les amateurs les paient toujours excessivement cher lorsqu’elles sont en bel état17. » Les motivations de Duchesne n’étaient pas, comme on le constate, sa sensibilité à l’art des graveurs du quattrocento, mais uniquement semble-t-il des considérations historiques sur la gravure. Il est vrai, qu’à cette époque, le graveur italien qui recueillait tous les éloges était Marc-Antoine Raimondi (vers 1480 – après 1527), l’interprète de Raphaël.

  • 18 Andrea Mantegna, 1992, p. 68-70.
  • 19 J. Duchesne, op. cit., p. 49.

26Duchesne exposait cependant des gravures qu’il appréciait si l’on en juge par ses notices : celles notamment du Couronnement de la Vierge de Finiguerra (inv. 1), du Triomphe de Paul-Émile, attribué alors à Baldini par Heinecken, de La Sainte Famille de Montagna, de L’Adoration des mages de Robetta, de Vénus, de La Justice de Giovanni Antonio da Brescia. À propos de ce graveur, Duchesne devance l’opinion de nos contemporains, David Landau et Suzanne Boorsch, qui d’ailleurs rappelle la position de l’historien18. Ce dernier écrit en effet, en 1819 : « Les Pièces de ce maître sont rares ; il est cependant très probable qu’on doit également lui attribuer celles marquées A. Z. [modifié en Z. A en 1823] et que Zoan Andrea (Jean-André) de Venise, n’est autre que Jean-Antoine de Brescia19. » En 1855, Duchesne ajouta deux portraits, celui de Charles Quint, unicum par un anonyme (inv. 521), un portrait de femme (inv. 520), rapproché de La Belle Ferronière de Léonard de Vinci, et deux gravures provenant du récent legs Jecker (1851), Les Jumeaux monstrueux de NA. DAT (inv. 783) et Le Combat de deux centaures, attribué alors à Pollaiuolo (inv. 247).

  • 20 Ye 88 rés. (acquisitions), 1803-1947, juin 1832, 1834. Il s’agissait de trois plaques niellées acqu (...)
  • 21 H. Delaborde, La Gravure en Italie…, 1883, p. 202.

27Le vicomte Henri Delaborde, en 1875, modifia quelque peu le choix de cette section. Il présenta quatorze estampes et trois plaques niellées qui figuraient déjà à l’exposition de 183720. Parmi les nouveautés se remarquaient La Flagellation – pour la première fois, une estampe attribuée alors à Mantegna était exposée (inv. 443) –, Judith et la tête d’Holopherne de Mocetto (inv. 638), Jeune homme et jeune fille soutenant une sphère, de Baldini, unicum acquis en 1872 (inv. 174), Saint Sébastien du Maître I. B. à l’oiseau, identifié alors avec Giovanni Battista del Porto (inv. 757). Quant aux deux graveurs, Giovanni Antonio da Brescia et Zoan Andrea, dont les pièces étaient toujours présentes, Delaborde les distingue et reconnaît à da Brescia des « instincts de dessinateur » qui le différencient de Zoan Andrea21. Ces manifestations étaient liées à tout un courant de pensée, qui avait débuté au xviiie siècle et s’était amplifié.

*

  • 22 Si les gravures des vieux maîtres italiens sont seules traitées dans notre étude, il est bien évide (...)

28Les catalogues de vente des collections d’estampes anciennes entraînant l’effervescence d’un marché européen, la curiosité des amateurs fut stimulée par la découverte d’œuvres qui n’étaient citées ni par Le Peintre-Graveur de Bartsch, référence obligée de toutes les collections, ni par les nouvelles publications (entre autres celles de Pietro Zani, en 1802, de William Young Ottley, en 1816, de François Brulliot, en 1817, de Nagler, en 1835, sur les monogrammistes et celles de Duchesne : en 1826, sa publication sur les nielles et, en 1834, son ouvrage Voyage d’un iconophile). Ces images du xve siècle, si différentes de celles du xviiie siècle, très prisées jusque-là, devinrent des objets de convoitise. Les prix, abordables au début du siècle, augmentèrent considérablement vers 1850. Pour autant, le Cabinet des estampes maintint ses ambitions lors des ventes, non seulement en France mais à l’étranger, à Londres, Vienne, Stuttgart, Leipzig. Le marchand de la Bibliothèque ou le commissaire-priseur qui dirigeait la vente servaient d’intermédiaires. Le garde du Cabinet soumettait préalablement une proposition d’acquisition à l’autorisation du ministre de l’intérieur, en précisant le prix des œuvres ou en donnant des renseignements sur la vente. Celui-ci donnait son accord ou un avis défavorable par l’intermédiaire de l’administrateur. La dépense était parfois envisagée pour l’année, en prévision des ventes qui allaient se dérouler. Lorsque les demandes étaient approuvées, les achats autorisés, il fallait encore, pour obtenir satisfaction, que les enchères ne dépassent pas trop le budget prévu, ou que l’état de conservation des épreuves soit conforme à la description du catalogue. Le correspondant de la Bibliothèque, lorsqu’il s’agissait d’une vente à l’étranger, transmettait ses constatations au garde du cabinet et suggérait parfois d’autres achats. Souvent d’ailleurs, l’œuvre à laquelle on avait renoncé entrait cependant au Cabinet quelques années plus tard, lors de circonstances plus favorables22.

29Environ quatre-vingts noms de collectionneurs et de marchands apparaissent à plusieurs reprises dans les provenances directes ou historiques de notre fonds : Silvestre, Storck, Lloyd, Durand, Rossi, Sykes, Revil, Delande, Buckingham, Ottley, Debois, Delbecq, Vischer, Otto, Robert-Dumesnil, Griffiths, Angiolini, etc. (pour les amateurs) et Pieri-Bénard, Defer, Clément, Bouillon, Danlos et Delisle (pour les principaux marchands de la Bibliothèque). Les gravures rarissimes, uniques même, celles complétant une suite, celles d’un maître peu ou pas représenté dans nos collections, étaient très recherchées par le Cabinet. Quelques exemples reflètent très justement la valorisation du fonds, lors de ces opérations ponctuelles où la qualité primait la quantité. À la vente Delbecq, en 1845, la Création des animaux (inv. 251) de Robetta, un unicum, fut acquise 321 F par l’intermédiaire de Jacquin. Lors de la vente Debois en 1844, La Mort et l’Assomption de la Vierge (inv. 124), attribuée maintenant au Maître de la Passion de Vienne, dont les œuvres conservées sont rarissimes, fut acquise chez le commissaire-priseur Defer, 800 F. C’est un unicum et c’est aussi la seule gravure qui représente l’œuvre de ce maître au Cabinet. À la vente Weigel, à Leipzig, en 1872, Jeune homme et jeune fille soutenant une sphère (inv. 173), de Baldini, unicum également, fut obtenue par l’intermédiaire du marchand Clément, 2 780 F. Il s’agit d’une des célèbres « gravures Otto », la seule conservée au Cabinet ; la planète Jupiter (inv. 130), de Baldini, seul premier état de la série que nous possédons, provient de la vente Angiolini, en 1895, à Stuttgart, où le marchand Bouillon, intermédiaire de la Bibliothèque, l’avait obtenue au prix excessivement élevé de 8 937 F.

30D’autres estampes, moins précieuses, enrichissaient l’œuvre, réduit dans nos collections, de certains maîtres. Sur les neuf conservées au Cabinet, cinq gravures de Jacopo Francia, auteur de dix-neuf gravures environ, entrèrent dans la seconde moitié du siècle : trois acquises à la vente Delande, en 1852, et deux chez le marchand Clément, en 1877 et 1880. Les monogrammistes retenaient aussi l’attention, tels Pomedelli et NA. DAT, dont les œuvres manquaient. L’Enlèvement de Déjanire (inv. 742), du premier, nous vint de la vente Delbecq, en 1845. Quant aux trois gravures connues du second, elles furent rassemblées avant la fin du siècle ; l’une, Les Deux jumeaux monstrueux (inv. 783), fit partie du legs Jecker en 1851. Les deux autres furent acquises : La Vierge et l’Enfant avec Sainte Anne (inv. 781), à la vente Martelli, en 1858, pour 111,30 F ; Les Deux Armées à la bataille de Ravenne (inv. 782), chez le marchand Bouillon, en 1887, pour 53,90 F.

*

31Comment tous ces collectionneurs avaient-ils réuni ces estampes, quels étaient leurs buts avant que ne soient dispersés ces ensembles ? Les gardes du Cabinet dans leurs interventions constantes auprès de leur administration, les préfaces des catalogues de vente et les collections elles-mêmes nous font pénétrer dans ce milieu singulier et passionnant. Là encore quelques exemples seulement parmi les plus caractéristiques sont édifiants.

  • 23 Ye 1 rés. (archives), 1809-1826, pièce 537 : dépenses demandées pour le département des Estampes de (...)

32Quand Joly fils envisage les dépenses que pourraient occasionner les achats de la Bibliothèque impériale lors de la vente de la collection Silvestre, en 1811, il écrit : « […] Les estampes anciennes se rencontrent que difficilement et on paie d’autant plus chere qu’on est en concurrence avec des amateurs français et étrangers […]. L’année prochaine sera vendue la nombreuse collection de M. Sylvestre. Elle renferme un grand nombre de pièces rares et capitales qui se trouvaient facilement sous le règne de Louis XIV époque où le célèbre graveur Israël Silvestre commença cette collection […]. Il paraîtrait nécessaire que S. E. le Ministre de l’Intérieur voulut bien accorder pour cette année une somme de plus que le budget ordinaire pour être employée en acquisition afin de pouvoir faire entrer dans la collection impériale des pièces qui y manquent et empêcher les étrangers d’enlever à la france ses dernières richesses en ce genre. La somme nécessaire pour ces acquisitions a faire a la vente Silvestre peut être portée à 20 000 F23. »

  • 24 Inventaire Silvestre (Ye 35 rés., pet. fol.) : état des acquisitions faites à la vente du cabinet d (...)
  • 25 Ye 88 rés. (acquisitions), 1803-1847, mai 1834 ; Ye 84 rés. (acquisitions et dons), 1830-1847, 26 m (...)

33Cette collection de peintures, dessins, estampes, tant estimée par Joly fils, commencée par Israël Silvestre vers 1690 fut poursuivie par son fils puis son petit-fils. Leur séjour en Italie, leurs relations avec les artistes les avaient favorisés. La collection fut vendue à la mort de leur héritier Jacques-Augustin de Sylvestre (1719-1809). Le catalogue rédigé par F.-L. Regnault-Delalande, peintre-graveur, comptait plus de 1 360 numéros, certains regroupant plus de cent quarante pièces. La vente eut lieu du 28 février au 23 mars 1811, dans l’appartement de Jacques-Augustin, hôtel de la Rochefoucault, rue de Seine, sous la direction de maître Geoffroy, commissaire-priseur. Le Cabinet acquit 2 257 pièces pour 3 843 francs dont 970 pièces, classées sous le numéro 1131, qualifiées bien plus tard par Delaborde de spécimens précieux de l’art du xve siècle. Seuls les noms des artistes sont énumérés : « Mocetus, Nicollo, Mantégne, Augustien Venitien […], et autres anonymes ou avec des monogrammes inconnus24. » Huit estampes seulement des vieux maîtres italiens ont pu être identifiées, les unes par une annotation au crayon figurant au verso : « Sylvestre », telles deux gravures de Barbari, nommé Huffnagel ou encore Israël Martin dans le catalogue (inv. 607 a et 609), et Bergers dans un paysage de Giulio et Domenico Campagnola (inv. 694) ; les autres, des nielles, l’ont été grâce à des notices de Duchesne dans Essai sur les nielles. Les achats semblaient cependant loin des évaluations faites par Joly fils. En 1834, une cinquantaine d’estampes de la même collection, pour la plupart du xvie siècle, furent acquises chez le marchand Pieri-Bénard, pour 1 397 F. Saint Antoine, de Montagna (inv. 651), et Deux femmes relevant leurs vêtements d’une manière lascive, un unicum (inv. 484), figurent sur la liste25. Elles sont qualifiées respectivement de « rare » et de « très rare » et ont coûté 75 F et 150 F chaque.

  • 26 Edmé Durand (mort en 1835), diplomate français sous la Restauration, avait collectionné les estampe (...)
  • 27 Ye 1 rés. (archives), 1809-1826, pièce 630 : l’épreuve du nielle est à l’Albertina.

34Les écrits de Duchesne, au sujet d’une autre vente, celle de la collection Edmé Durand26, offrent d’autres remarques qui reflètent bien les difficultés rencontrées : « Depuis la vente du Cabinet Rigal en 1817, deux autres cabinets d’estampes ont été vendus, mais celui de M. Morel de Vindé a été vendu 125 000 F a un marchand anglais […] l’autre celui de [illisible] a été vendu à la même personne qui a consenti à céder à des prix assez élevés un petit nombre de pièces remarquables (environ 40 pièces) [cette précision est barrée] et dont quelques unes font partie des estampes de choix exposées aux yeux du public. La vente Durand présente une nouvelle occasion d’enrichir la Bibliothèque et il est d’autant plus important d’en profiter qu’il n’existe plus de collection aussi nombreuse ou aussi riche en morceaux capitaux, de toutes les écoles et de tous les siècles. Mais la beauté même de ce cabinet augmente la difficulté d’acquérir tant à cause du nombre de pièces capitales qui manquent à la Bibliothèque qu’à cause des prix excessifs […]. Déjà Artaria de Vienne est à Paris, Wodborne [Woodburn] de Londres y est attendu, et leur présence annonce qu’ils ont d’assez grands intérêts à débattre […]. Parmi les vieux maîtres des écoles d’Italie et d’Allemagne, dix-huit pièces manquent également et cinq sont indispensables à se procurer quel que soit leur prix. Enfin cinq nielles sont également à acquérir mais un surtout, la Vierge et l’enfant Jésus par Maso Finiguerra est du plus haut intérêt ; de la même grandeur et de la même forme que Le Couronnement de la vierge [le titre est souligné dans le manuscrit] que possède la Bibliothèque ; il est d’autant plus à désirer d’acquérir cette épreuve unique qu’on ne peut douter qu’elle sorte de france, a moins que l’Administration ne croye devoir y consacrer une somme de trois mille francs au moins27. » Suit l’état des diverses pièces à acquérir parmi lesquelles celles des vieux maîtres italiens, selon la numérotation du catalogue de vente (1 à 5, 9, 10, 24, 25, 29, 34, 39, 40, 52) et des estampes de Marc-Antoine Raimondi. Malgré l’enthousiasme et l’insistance de Duchesne, sa démarche semble avoir échoué. Il se peut que la concurrence entre acheteurs ou encore l’interruption de la vente dès la sixième vacation – les enchères ne donnant pas satisfaction – en soient la cause. Une partie des estampes invendues passa ensuite à l’étranger. Puis une autre vente se déroula en 1836, sans que l’on puisse établir la participation du Cabinet aux enchères. On constate seulement que plusieurs estampes désirées par Duchesne se retrouvent dans notre fonds, sans toutefois avoir la certitude de leur appartenance à la collection Durand. Une seule porte la marque de l’amateur – ses initiales « E. D. » entrelacées –, La Calomnie d’Apelle de Mocetto (inv. 641).

*

35D’autres ventes qui eurent lieu à l’étranger furent plus favorables pour le Cabinet ; notamment, à Londres, celles du duc de Buckingham, en 1834, et de William Young Ottley, en 1837. La première permit à Charles Thevenin, garde du Cabinet de 1829 à 1839, d’acquérir par l’intermédiaire de Pieri-Bénard, en 1835, cent cinquante estampes environ, parmi lesquelles cinq œuvres de Domenico Campagnola (inv. 717, 718, 723, 724, 726) et deux épreuves de nielles (inv. 6 et 106). La valeur de ces œuvres variait de 3 à 8 livres sterling ; à l’ensemble des achats s’ajoutaient 10 % de commission de transport à Paris, les droits d’entrée et autres frais.

36La seconde enrichit le Cabinet de quatre-vingt-quatorze estampes du xve siècle et du début du xvie, estampes qui, en 1837, se trouvaient chez Pieri-Bénard et passèrent au Cabinet en 1841. Parmi celles-ci, neuf gravures des premiers maîtres italiens, l’une d’entre elles (et peut-être d’autres) ayant appartenu à la collection Lloyd et cinq autres à la collection Sykes – collections qui, toutes deux renommées, furent vendues respectivement en 1817 et en 1824, à Londres. La collection Lloyd fut l’une des premières à regrouper des œuvres rares des débuts de la gravure. Ami intime de Thomas Lloyd, (vers 1757-1843), William Young Ottley (1771-1836) fut l’un des principaux acquéreurs de sa collection, lors de sa vente, en 1817. Personnalité du monde de l’art en Grande-Bretagne, expert et marchand, artiste amateur, historien de la gravure, auteur d’un des premiers ouvrages sur les origines de l’estampe : Inquiry into the Origin and early History of Engraving on Cooper and Wood (1816), Ottley avait séjourné dix ans en Italie, de 1791 à 1801 (époque propice, par les troubles causés par l’invasion française, à de nombreux achats auprès des familles nobles). Lors de la vente Lloyd, il intervenait sans doute pour le compte de Sir Mark Masterman Sykes (1771-1823), membre du Parlement de 1807 à 1820. Avec Samuel Woodburn (1786-1853), grand marchand d’art à Londres, il avait procuré de nombreuses estampes à l’amateur. La collection, riche de cent mille pièces, l’une des plus considérables de l’époque, brillait par sa section italienne, notamment les nielles. Celles-ci avaient été rapportées d’Italie par Woodburn. Duchesne dans ses ouvrages, Essai sur les nielles et Voyage d’un iconophile, se réjouit de les avoir vues à Paris, lors du passage du marchand.

37Très introduit auprès des amateurs et marchands anglais, Duchesne put aussi étudier à Londres les nielles de Woodburn et de Lloyd, et se servir des notes du duc de Buckingham sur ces œuvres ; après la mort de Sykes, en 1824, Ottley, qui rédigea la troisième partie du catalogue de vente de la collection, celle consacrée à l’école italienne, lui en montra toutes les pièces. Duchesne rencontra également Henry Wellesley (1791-1866), ministre protestant anglais, conservateur de la bibliothèque Bodléienne et d’autres institutions, qui lui fit découvrir trois petits médaillons niellés. Wellesley fit don au Cabinet, en 1825, d’une épreuve moderne d’un nielle, médaillon ornant le pied d’un calice en sa possession, qui avait éclaté (inv. 15). Dans un compte rendu à S. E. le ministre de l’Intérieur de son voyage fait en Angleterre pour y examiner diverses collections d’estampes publiques ou particulières, publié dans le Moniteur du 28 juillet 1824, Duchesne évoque les grandes collections anglaises de gravures et ses découvertes.

*

38Trois grandes ventes qui nous furent profitables animèrent encore le marché de l’estampe à Paris, dans cette première moitié du siècle : les ventes Révil en 1838, Debois en 1844, Delbecq en 1845. Les gravures du xve siècle y étaient bien représentées. Une quatrième, la vente Cicognara, à Vienne, en 1839, fut plus décevante.

  • 28 Ye 1 rés. (archives), 1826-1846, pièce 682.

39Narcisse Révil (mort en 1844) avait fait fortune dans le commerce des tissus, puis s’était retiré des affaires et consacré à la recherche des objets d’art. En 1830, il avait vendu près de six cents estampes, à l’amiable, au marchand Pieri-Bénard, qui en dressa le catalogue et les dispersa parmi les amateurs. Le Cabinet choisit plusieurs gravures rares, parmi lesquelles Hercule et le philosophe du Maître de 1515 (inv. 534), intitulée alors L’Allégorie de la gravure, pour le prix de 600 F, et Léda et le Cygne, attribuée à l’époque à Giulio Campagnola (inv. 710), pour 200 F28. La collection fit l’objet de trois ventes. La première, en 1838, dont le catalogue fut rédigé par P. Defer, marchand d’estampes et expert, eut lieu à l’Hôtel des ventes, 2, Place de la Bourse. Elle permit d’ajouter à la précieuse série des illustrations de la Divine Comédie le troisième chant (inv. 184). Une autre œuvre que nous avons déjà évoquée, La Mort et l’Assomption de la Vierge, unicum du Maître de la Passion de Vienne, catalogué alors sous le nom de Baldini, appartenant à la même collection, entra un peu plus tard au Cabinet. Elle avait été vendue 225 F en 1838, elle se retrouva sur le marché lors de la vente de la collection non moins célèbre de François Debois, en 1844 ; elle atteignit alors le prix de 710 F et le marchand Defer nous la céda pour 800 F.

Vente Révil, détail des achats du Cabinet par le marchand d’estampes Pieri (Ye 1 rés., archives du Département, 1830)

40Bien qu’un large crédit – 14 000 F – ait été octroyé au Cabinet pour participer aux enchères de la vente Debois, dont Lugt écrit « Depuis la collection Révil en 1838, on n’avait pas vu une réunion aussi considérable de chefs-d’œuvre de la gravure », et que trente-neuf pièces se retrouvèrent dans nos collections par l’intermédiaire du marchand Vignères, seules parmi les vieux maîtres italiens, deux œuvres portent la marque du collectionneur : ses initiales suivies de l’année d’acquisition de la gravure, à l’encre : L’Assomption de la Vierge, déjà citée, et Caïn tuant Abel de Robetta (inv. 253), acquise un an après la vente, chez Vignères, 325 F. Debois avait réuni les morceaux les plus célèbres, estampes originales et estampes d’interprétation venant des plus grands cabinets européens ; ce choix est très significatif du goût des amateurs de l’époque pour les artistes qui, nous précise la préface du catalogue, « ont excellé dans la gravure […] représenté les plus imposantes compositions des plus grands peintres anciens et modernes […] et les productions du burin et de la pointe des maîtres qui ont gravé leurs propres pensées et pour lesquels la gravure n’a pas été seulement un art d’imitation ».

41Quant à la collection Delbecq, elle est un exemple de l’ampleur que pouvait prendre une vente d’estampes prestigieuses en Europe. Le catalogue de la vente, dont la section italienne avait été rédigée par le bibliophile Jacob, de La Haye, et par le libraire Delande, de Paris, comportait 1 652 numéros, parmi lesquels beaucoup étaient consacrés à des primitifs de la gravure et notamment à des estampes inconnues, prédilection de l’amateur. Il fut distribué dans plusieurs villes : Londres, Amsterdam, La Haye, Leipzig, Berlin, Vienne, Munich, Saint-Pétersbourg, Gand, ville d’origine de Jean-Baptiste Delbecq, et Paris, lieu de la vente (choisi par la veuve de l’amateur). Les estampes du Cabinet avaient souvent servi de références pour la rédaction de ce catalogue, et Duchesne aîné avait été très sollicité ; la préface, fertile en informations, annonce que « Plusieurs de ces gravures ne sont pas décrites par Bartsch, ni par Malvasia, ni par Heinecken, ni par Brulliot, et [que] plusieurs manquent au Cabinet des Estampes de Paris, le plus riche d’Europe grâce aux soins éclairés de M. Duchesne aîné depuis trente ans ».

42Bien que Bartsch ait contrôlé l’ensemble des notices, on avait fait appel à Duchesne pour la chronologie, la description des œuvres primitives, celles des anonymes du xvie siècle et des nielles, dont sept lui étaient inconnus lors de la rédaction de son ouvrage sur ce sujet.

  • 29 J. Duchesne, Voyage d’un iconophile…, 1834, p. 321 et p. 325.

43Ce dernier avait d’ailleurs consulté la collection auparavant, pour son ouvrage le Voyage d’un iconophile (1834), dans lequel il souligne avec humour le désordre qui y régnait : « … ses trésors sont véritablement enfouis dans des portefeuilles où les estampes rares du xve siècle se trouvent emmêlées avec la caricature du jour, et les vues de Silvestre ou de Pérelle […]. M. Delbecq me parlait avec enthousiasme [d’une pièce rare] qu’il lui était impossible de retrouver. » Duchesne avait remarqué particulièrement une gravure de Robetta, non décrite par Bartsch, Dieu créant les animaux29. Il finit par l’obtenir lors de la première vente, au prix de 321 F. Ce fut la plus chère des quarante-six gravures que s’offrit alors le Cabinet. Parmi celles des anciens maîtres italiens, six ont pu être retrouvées dans notre fonds (inv. 25, 39, 251, 623, 741, 793).

44Malgré toutes les compétences dont s’étaient entourées les auteurs, les titres et les attributions du moment rendent une fois de plus malaisées les identifications des pièces, dont certaines d’ailleurs sont encore aujourd’hui problématiques. Ainsi en est-il de la Tête de femme (inv. 623), acquise à cette vente, pour 35,50 F, comme étant l’œuvre d’un anonyme du xve siècle, et rattachée maintenant à l’œuvre de Barbari. Cette estampe porte la griffe de Johann Andreas Boerner (1785-1862), historien de la gravure, graveur amateur, marchand et collectionneur à Nuremberg, qui vendait très rarement les œuvres qu’il s’était réservées.

  • 30 Ye 1 rés. (archives), 1826-1846, pièces 763 A à E.

45La vente Cicognara, qui se situe un peu avant, en 1839, occasionne un échange de correspondance entre Duchesne et les responsables de la vente, Artaria, à Vienne. Les gravures convoitées pour le Cabinet, les trois illustrations du Monte Santo di Dio, sont ainsi commentées par Artaria : « Zanetti en dit dans son catalogue qu’elles sont fraîches, mais rognées. La chose est, que se trouvant collées dans l’édition originale de l’ouvrage elles ont été tellement coupées qu’à la première estampe il manque presque toute la figure à gauche et aux deux autres également quelques parties du même côté et en bas. Le texte est manquant des 4 dernières feuilles. Dans le cas donc que, vu l’importance de ce précieux Ouvrage on jugerait à propos d’en suspendre pour le moment la vente. » Dans une autre lettre, le correspondant déplore l’état d’une gravure de Campagnola, « déchirée et coupée », et il ajoute : « Le reste est allé trop haut de manière que nous avons cru dans votre intérêt de ne pas y persister… Les Nielles sont restées invendus30. » Le Cabinet acquit les Tarots de Ladenspelder, copie des Tarots dits de Mantegna. Une autre œuvre de la collection Cicognara figurera au Cabinet, La Descente aux limbes (inv. 408 a) de l’école de Mantegna, achetée en 1840 chez Rittner, correspondant d’Artaria, à Paris.

46La seconde moitié du siècle fut moins propice à l’accroissement du fonds. L’impulsion que Duchesne avait donnée aux recherches des nielles se maintint jusqu’à la fin du siècle. Une vingtaine d’épreuves rejoignit encore cet ensemble. Sept venaient des collections van Sestich et Brisard de la Bibliothèque royale de Belgique (voir p. 4) et quatre du legs du docteur Jecker. Celui-ci avait fait don en 1851 de 48 gravures manquantes au Cabinet. Huit concernaient les anciens maîtres italiens.

47En 1864, un échange à l’avantage de la Bibliothèque fut réalisé grâce à la libéralité de Jacques Édouard Gatteaux, membre de l’Institut. Les deux recueils des Tarots dits de Mantegna que possédait le Cabinet – l’original provenant de Marolles et la copie acquise à Sienne en 1829 – furent remplacés par des recueils beaucoup plus précieux par la beauté de leurs épreuves (voir p. 146). Cet événement témoigne de l’intérêt que suscitait le fonds des anciennes gravures italiennes de la Bibliothèque et des liens qu’entretenait avec les amateurs Henri Delaborde, alors garde du Cabinet. Celui-ci, sensible d’ailleurs aux gravures de la Renaissance italienne leur consacra deux ouvrages : La Gravure en Italie avant Marc-Antoine, en 1883, et Marc-Antoine Raimondi, en 1887. Les entrées les plus remarquables furent ensuite deux estampes de Baldini, déjà citées, essentielles pour la connaissance de la gravure florentine et pour l’harmonie de notre fonds : l’une des vingt-quatre « gravures Otto » et le premier état de la planète Jupiter, indispensable pour apprécier l’art du graveur (voir respectivement p. 76 et p. 43). Cette dernière estampe atteignit un prix tellement élevé à la vente Angiolini, à Stuttgart, que le garde du Cabinet, Duplessis (1885-1898), dans sa demande adressée à l’administrateur général, lui suggère « de payer cette somme qui greverait considérablement notre budget annuel sur le legs que nous a fait il y a quelques années, M. Alfred Armand » (Journal du conservateur, 28 mai 1897).

*

48Le xxe siècle n’offrit que peu d’occasions d’enrichir encore ce fonds. Quelques gravures que nous possédions déjà, entrèrent lors des dons Georges Marteau, en 1916, Seymour de Ricci, en 1940, et Johann et Maurice von Kuffner, en 1974. Le marché se réduisant de plus en plus et notre collection étant si abondante, après tant de persévérance, seules deux estampes, rarissimes, vinrent rejoindre ce fabuleux trésor, vieux de plus de 450 ans : une gravure en manière de nielle de Peregrino, Allégorie sur l’union (inv. 34), acquise en 1909, et La Basilique Saint-Antoine de Padoue, saint Antoine et une vue de la ville à vol d’oiseau (inv. 382), acquise, tout récemment, en 1997.

Notes

1 Principaux recueils d’archives consultés :
- registre d’acquisitions et de dons, 1830-1847 (Ye 84 rés., pet. fol.) ;
- registre des dons, de 1848 à nos jours (Ye 85 rés., pet. fol.) ;
- registre d’acquisitions, de 1803 à nos jours (Ye 88 rés., pet. fol.) ;
- registre d’acquisitions, feuilles de propositions (Ye 88 a rés. pet. fol. 1840-1931) ;
- Concordance de 1752 (Ye 139 rés. pet. fol.) ;
- Inventaire des recueils du Cabinet des estampes, 1 à 15000 (Ye 43 rés., pet. fol., 1779-1808, nos 1 à 5000 ; Ye 43 a rés., pet. fol., 1811-1853, nos 5001 à 10000 ; Ye 43 b rés., pet. fol., 1853 à 1854, nos 10001 à 10516) ;
- Journal du Cabinet des estampes, 7 mai 1763 – 24 octobre 1796 (an V), Ye 6 rés., pet. fol. ;
- archives du Département (Ye 1 rés., pet. fol., 1780-1847). Parmi les autres notes bibliographiques de ce texte, celles qui sont abrégées renvoient à des ouvrages cités dans la bibliographie générale du présent inventaire.

2 M. de Marolles, Mémoires, Amsterdam, 1795, t. I, p. 288.

3 M. de Marolles, Catalogue de Livres d’estampes…, 1666, p. 5.

4 Ibid., p. 6 et 7.

5 Inventaire du cabinet de Marolles (Ye 18 rés., pet. fol. t. I à IV).

6 M. de Marolles, op. cit., p. 8.

7 Concordance de 1752 (Ye 139 rés., pet. fol.). Un exemple nous est donné par cette mention : « […] le recueil comprenant les œuvres de Mantegna et Montagna contient maintenant une pièce de Pollaiuolo. Il a été formé à partir du recueil no 30 de Marolles, des matières 102. Le nouveau numéro est 580. » Le volume no 30 est signalé en 1735 dans le Bref État des planches gravées du Cabinet, dressé par P.-J. Mariette fils (Ye 15 rés.).
Les marques de collection : « Mar. » (Marolles), « Bér. » (Béringhen), « Bég. » (Bégon), qui apparaissent au recto des estampes, en haut à droite, furent apposées par la Bibliothèque, sous Louis-Philippe, de 1830 à 1848. Quant aux différentes estampilles que l’on rencontre sur nos estampes, elles n’ont été apposées sur les fonds qu’à partir de 1833, la première étant celle de la Bibliothèque royale, bien connue des chercheurs (voir : Sanson Jacqueline, « Les estampilles de propriété du département des Estampes et de la Photographie. Paris. », Nouvelles de l’Estampe, no 80, 1985, p. 6-10).

8 Ye 1 rés. (archives), 1780-1795, pièce 286, 1781.

9 En 1784, H.-A. Joly acquit deux autres illustrations de L’Enfer de Dante. Dans le 1er volume de l’Inventaire du Cabinet des Estampes du Roi (Ye 43 rés. t. I), qu’il avait commencé en 1779, il note au no 2768 : « Dans le meme mois de Xbre 1784 j’ai acquis du S. De Bure Libraire, deux estampes vignettes tirées du Poeme de l’Enfer du Dante […]. Ces deux pièces ont été réunies aux 10 autres vignettes… »

10 Correspondance de Hugues-Adrien Joly avec le baron de Heinecken (Ye 137 rés. In-4o), lettres des 21 avril 1782 et 18 juillet 1782. Correspondance éditée en 1988 : Lettres à K.-H. von Heinecken… (p. 102-103 et 110).

11 Ye 1 rés. (archives), 1780-1795, pièce 288.

12 Ye 1 rés. (archives), 1780-1795, pièce 330.

13 J. Duchesne, Essai sur les nielles…, 1826, p. 57-58.

14 F.-L. Regnault-Delalande, dans le catalogue de la collection Rossi de Marseille, en 1822, écrit : « On doit à M. Duchesne la découverte du nom de Peregrini ; le premier, il en a fait l’observation sur une estampe que possède le Cabinet des Estampes du Roi […] La Résurrection [inv. 91] ». Duchesne n’avait pas encore publié son Essai sur les nielles (1826) et l’expert faisait allusion à une notice de l’exposition de la Bibliothèque. Lors de cette vente, le Cabinet se porta acquéreur de trois nielles.

15 Journal du Cabinet des estampes (Ye 6 rés., pet. fol.).

16 J. Duchesne, Notices des estampes…, 1819, p. xviii.

17 J. Duchesne, Notices des estampes…, p. 15.

18 Andrea Mantegna, 1992, p. 68-70.

19 J. Duchesne, op. cit., p. 49.

20 Ye 88 rés. (acquisitions), 1803-1947, juin 1832, 1834. Il s’agissait de trois plaques niellées acquises par le cabinet : La Sainte-Vierge, l’Enfant Jésus et six saints, attribué par Duchesne à Perigrino da Cesena, acheté à Antonio Zen en 1832, avec une épreuve tirée avant que la plaque ne soit niellée, 6 240 F ; La Création d’Ève et Adam et Ève chassés du paradis, les deux plaques niellées et un lot de quinze petites pièces, parmi lesquelles Les Travaux d’Hercule (inv. 24-33), achetées à Antonio Zen en 1834, 1 872 F. Ces documents – excepté Les Travaux d’Hercule – n’ont pas été retenus dans cet inventaire, car il s’agit très probablement de plaques et d’un tirage modernes.

21 H. Delaborde, La Gravure en Italie…, 1883, p. 202.

22 Si les gravures des vieux maîtres italiens sont seules traitées dans notre étude, il est bien évident que les mêmes démarches étaient accomplies pour celles des vieux maîtres des écoles du Nord.

23 Ye 1 rés. (archives), 1809-1826, pièce 537 : dépenses demandées pour le département des Estampes de la Bibliothèque impériale pour l’année 1811.

24 Inventaire Silvestre (Ye 35 rés., pet. fol.) : état des acquisitions faites à la vente du cabinet de M. Silvestre en février et mars 181, « Recueil de pièces d’anciens maîtres, au nombre de neuf cent soixante-dix […] représentant des sujets de l’histoire sacrée et profane, des allégories, emblèmes, devises, ornements… »

25 Ye 88 rés. (acquisitions), 1803-1847, mai 1834 ; Ye 84 rés. (acquisitions et dons), 1830-1847, 26 mai 1834, no 612.

26 Edmé Durand (mort en 1835), diplomate français sous la Restauration, avait collectionné les estampes avant 1821, favorisé par de nombreuses mutations de cabinets. Il recherchait principalement les œuvres capitales des premiers temps de la gravure en Europe. Bénard, marchand de la Bibliothèque, son principal fournisseur, rédigea le catalogue de la vente. Il explique dans la préface que l’amateur s’était proposé de réunir les chefs-d’œuvre de chaque maître, les pièces essentielles et rarissimes, afin de constituer une histoire de la gravure de tous les pays. William Young Ottley (1771-1836) rassembla aussi des gravures, dans le but, plus précis, d’écrire un dictionnaire des graveurs, dont un premier volume seulement fut publié, en 1831 ; plus tard, Robert-Dumesnil et Jules Lieure entreprirent des démarches analogues.

27 Ye 1 rés. (archives), 1809-1826, pièce 630 : l’épreuve du nielle est à l’Albertina.

28 Ye 1 rés. (archives), 1826-1846, pièce 682.

29 J. Duchesne, Voyage d’un iconophile…, 1834, p. 321 et p. 325.

30 Ye 1 rés. (archives), 1826-1846, pièces 763 A à E.

Table des illustrations

Légende Inventaire du cabinet de Marolles, première page (Ye 18 rés., pet. fol.)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende L’abbé Zani découvrant au Cabinet des estampes l’épreuve du Couronnement de la Vierge, de Maso Finiguerra : eau-forte et manière de lavis de Vivant Denon (Ef.48 fol.)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Vente Révil, détail des achats du Cabinet par le marchand d’estampes Pieri (Ye 1 rés., archives du Département, 1830)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540